Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:20
First X-47B Catapult Launch From An Aircraft Carrier

5/14/2013 Strategy Page

ATLANTIC OCEAN (May 14, 2013) An X-47B Unmanned Combat Air System (UCAS) demonstrator launches from the flight deck of the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77). George H.W. Bush is the first aircraft carrier to successfully catapult launch an unmanned aircraft from its flight deck. U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Tony D. Curtis

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:50
Bridge Section of HMS Queen Elizabeth Put into Place

The 700 tonne navigation bridge of the future aircraft carrier HMS Queen Elizabeth is lowered into place at Rosyth Shipyard in Scotland.

The construction of the Royal Navy’s new Aircraft Carrier took a huge step forward, as the Defence Secretary Philip Hammond MP witnessed the installation of the ship’s navigation bridge.

Nearly two thirds of the ship has now been built and the structure is due to be completed by the end of this year. The Carrier is then expected to leave the dockyard in 2014 before beginning her sea trials with the Royal Navy.

The forward island fitted houses the bridge where the captain and navigation crew will operate. The enormous steel section was built in Portsmouth and transported by barge to Fife, where the Carriers are being assembled. Both HMS Queen Elizabeth and her sister ship HMS Prince of Wales will have two island sections which will provide independent control of navigation and air traffic control operations.

-------------------------------------------------------
© Crown Copyright 2013
Photographer: Aircraft Carrier Alliance

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:35
Le ministère chinois de la Défense nationale confirme le voyage en haute mer du porte-avions

 

2013-04-25  xinhua

 

Le premier porte-avions chinois, baptisé Liaoning, est prêt à larguer les amarres pour un voyage en haute mer.

 

Quand et où partira le porte-avions sera décidé en fonction des conditions générales, a indiqué Yang Yujun, porte-parole du ministère chinois de la défense nationale, lors d'une conférence de presse.

 

Song Xue, chef d'état-major adjoint de la Marine de l'Armée populaire de Libération (APL, armée chinoise), a indiqué mardi que la Chine se doterait de plus d'un porte-avions.

 

Lors d'une cérémonie tenue à Beijing pour célébrer le 64e anniversaire de la fondation de la Marine de l'APL, M. Song a révélé que "le prochain porte-avions serait plus large et capable de transporter davantage d'avions de chasse".

 

M. Song a également réfuté certains reportages étrangers selon lesquels la Chine construisait de nouveaux porte-avions à Shanghai, déclarant que de tels reportages étaient inexacts.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:35
Sevmash engineers will perform repairs and maintenance during the initial 12-month warranty period, and then provide their services for another 20 years once the warranty has expired. Source: Maxim Vorkunkov / JSCo «PO «Sevmash» Press Service

Sevmash engineers will perform repairs and maintenance during the initial 12-month warranty period, and then provide their services for another 20 years once the warranty has expired. Source: Maxim Vorkunkov / JSCo «PO «Sevmash» Press Service

 

April 25, 2013 Aleksandr Emelyanenkov, specially for RIR

 

The aircraft carrier will once again take to sea in July; flight tests are scheduled a month later.

 

The INS Vikramaditya has undergone a complex operation at Russia’s Sevmash shipyard ahead of the final stage of trials and delivery to the Indian Navy later this year. 

 

With 10 weeks still left until July 3, 2013, when the final sea trials are due to begin, tug boats carefully manoeuvred the giant ship to a drainable pool. There the Vikramaditya will once again be put on a frame. Once the water has been drained, engineers will inspect the hull of the ship and all its outboard parts and components.

 

This is what the ship looked like after refitting in the dock, ahead of taking to the sea. Source: Maxim Vorkunkov / JSCo «PO «Sevmash» Press Service

 

According to the head of the commissioning team, Igor Leonov, all the procedures in the dry dock - which are compulsory for a ship after repairs - will take two months. So far, the project remains strictly on the latest schedule.The April 25 deadline for putting the ship in the dock has been met, Leonov said.

 

Ekaterina Pilikina, spokeswoman for the Sevmash shipyard, gave the media details of the elaborate operation. The main complication was that there were only a few centimetres to spare between the hull of the enormous ship and the sluice gate. To make matters worse, the team worked in strong winds and had only an hour at the peak of the high tide to complete their task.

 

The operation was observed by senior Sevmash executives; the head of the White Sea naval base, Vladimir Vorobyev; the captain of the Indian crew of the Vikramaditya, Suraj Berry and the head of the Indian observation team, Kudaravalli Srinivas. Both Indian representatives were impressed with what they saw.

 

108 days at sea spent in 2012 by the Vikramaditya crew and commissioning team during trials in the White Sea and the Barents Sea. Source: Maxim Vorkunkov / JSCo «PO «Sevmash» Press Service

 

Srinivas said this was the second time he saw such an operation. The first was back in 2008, when the ship was being taken out of the drainable pool after repairs. “Now Sevmash specialists have once again demonstrated their professionalism,” the Indian representative said. “They have coped very well with their task.”

 

The chief executive of the shipyard, Mikhail Budnichenko, expressed confidence that all the remaining work in the dock “will be done well and on schedule.” Sergey Novoselov, head of defence export projects at Sevmash, explained the nature of that work: “In accordance with the contract, we must inspect the state of the hull, the propeller-rudder system, and the sea valves. We will also restore the paintwork below the waterline, if necessary.”

Novoselov added that most of the problems identified during the sea trials have already been fixed. The ongoing refurbishment of the main boilers involves specialists of the companies which designed and manufactured them. The refurbishment is scheduled for completion in May. All the interim results of the project are inspected by the Indian customer and by the Russian MoD.

 

Before the Vikramaditya can take to the sea once again, the Sevmash quality assurance specialists will be asked to present their findings on 435 separate items covering almost the entire ship, including tens of thousands of individual parts and components. In addition, much of the interior finish has yet to be completed.

 

 “There are more than 2,500 compartments in the ship,” Novoselov says. “That includes combat stations, bays, cabins, engine and boiler rooms, power plant compartments, and a 120 metre-long hangar, which is about the same length as a football pitch. We must paint all these compartments, install the hardware, properly insulate all the piping and frame elements, and present the whole thing for the customer's inspection. In addition to the engineers setting up the main equipment, we also have painters, joiners, fitters, insulation technicians and other specialists working on the Vikramaditya.”

 

On occasions there will be more than 3,000 people on board the Vikramaditya this year because the schedule of the sea trials is very tight. The maximum number recorded in 2012 was only about 2,000. The Indian crew will account for the bulk of that increase; 1,326 Indian officers and sailors will begin their practice on the carrier at sea. Sevmash is already making plans for quartering all the sailors, members of the commissioning teams, pilots, mechanics and other air support specialists on the ship. The Vikramaditya’s three galleys will be working flat out nearly round the clock to provide catering.

 

In the autumn of 2012, the Vikramaditya was forced to return to Sevmash, where it had previously been repaired and refitted, to replace the fire-resistant insulation of the boilers, which began to deteriorate during trials in the Barents Sea. This and several other problems with the hardware had forced Russia to postpone the delivery of the Vikramaditya to the Indian Navy, which was previously scheduled for 2012.

 

The new delivery deadline is November 2013. Eight boilers must be refurbished before the end of May if that deadline is to be met. The ship is scheduled to take to the sea once again on July 3, so there will be a month left to test all the boilers of the main power plant, including operation at the maximum load. The next stage of the trials, which involves the planes and helicopters based on the Vikramaditya, is scheduled for August 3.

 

In mid-October the ship will return to Sevmash, where specialists will spend another month preparing it for the voyage to India.

 

Trials schedule: Every day counts

 

Sergey Novoselov, Head of defence export projects at Sevmash

“On July 2013 the aircraft carrier will begin sea trials in the White Sea; we will spend a month testing all the boilers of the main power plant under various loads. The next stage of the trials will commence on August 3 in the Barents Sea, and end on September 30. It will involve the planes and helicopters based on the carrier; the aim is to test the operation of the entire carrier-aircraft complex. One of the critical parts of the trials is aircraft landings on the deck of the Vikramaditya during night-time. These flights will begin in late August or early September, once the midnight sun period north of the Polar Circle is over.

The huge size of the aircraft carrier requires meticulous care during movements around the shipyard. Source: Maxim Vorkunkov / JSCo «PO «Sevmash» Press Service

 

Then the ship is scheduled to return to Sevmash in early October to begin preparations for the voyage to India. November 15 is the deadline for the aircraft to be delivered to the customer and (for the ship to) set sail for its new home in India. Incidentally, we are planning a shorter route for that journey, via the Suez Canal rather than around Africa. In accordance with the terms of the contract, Sevmash engineers will perform repairs and maintenance during the initial 12-month warranty period, and then provide their services for another 20 years once the warranty has expired."

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:35
La Chine veut se doter d'un deuxième porte-avions plus grand que le premier (Chine nouvelle)

 

PEKIN, 24 avr 2013 marine-oceans.com  (AFP)

 

La Chine va se doter de plusieurs porte-avions et le deuxième devra être plus grand et capable d'accueillir plus de chasseurs que le premier, a indiqué un haut responsable militaire chinois cité mercredi par l'agence Chine nouvelle.

 

"Nous espérons que le prochain porte-avions sera plus grand et qu'il pourra transporter plus d'avions", a expliqué le contre-amiral Song Xue, chef d'état-major adjoint de la Marine chinoise, aux attachés militaires de 64 pays, selon l'agence officielle chinoise.

 

Ceux-ci étaient reçus mardi pour le 64e anniversaire de la fondation de la marine de l'Armée populaire de libération.

 

En septembre dernier, la Chine a mis en service son premier porte-avions, le Liaoning, construit à partir de la coque d'un navire destiné à l'origine à la Marine soviétique, le Varyag, qui n'avait jamais été achevé.

 

Cette mise en service était intervenue en pleine crise des relations entre Pékin et Tokyo autour de la souveraineté d'îles - appelées Diaoyu en chinois et Senkaku en japonais - en mer de Chine orientale.

 

Le contre-amiral a expliqué que la Marine chinoise mettait actuellement en place un groupe aérien composé d'au moins deux escadrilles pour le Liaoning, comprenant à la fois des chasseurs, des avions de reconnaissance, des appareils antisousmarins et de brouillage électronique, ainsi que des aéronefs à décollage vertical.

 

Il a précisé que le Liaoning était placé sous le commandement direct du quartier général de la Marine et ne dépendait d'aucune de ses trois flottes en particulier.

 

Le responsable a d'autre part déclaré que des informations de presse selon lesquelles ce deuxième porte-avions chinois serait construit à Shanghai étaient inexactes.

 

Des essais d'atterrissage et de décollage ont déjà été effectués par des chasseurs J-15 à bord du Liaoning, mais le contre-amiral Song a indiqué que d'autres essais aériens été nécessaires avant que ces chasseurs-bombardiers dérivés du modèle russe Sukhoï Su-33 soient opérationnels.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 17:35
Le premier porte-avions chinois entreprendra un voyage en haute mer en cours d'année

20.04.2013 ( Xinhua )

 

Le premier porte-avions chinois, le Liaoning, commencera cette année un voyage en haute mer.

 

Le Liaoning et son équipage ont mené une série de tests et d'exercices d'entraînement depuis que le porte-avions est arrivé en février à son port d'attache de Qingdao, dans la province du Shandong (est), a-t-on appris jeudi d'informations diffusées par la Télévision centrale de Chine (CCTV).

 

Tous les tests réalisés jusqu'à présent se sont déroulés sans encombre, et le port de Qingdao a prouvé sa capacité à accueillir le porte-avions et à répondre aux besoins de celui-ci, selon ces informations.

 

Le Liaoning a réalisé plus de cent exercices et expérimentations depuis qu'il a été remis l'année dernière à la Marine de l'Armée populaire de libération et qu'il est entré en service.

 

Des tests supplémentaires sont prévus, notamment des essais de navigation et des exercices d'atterrissage, a précisé la CCTV.

 

La chaîne de télévision a ajouté que le port de Qingdao connaîtrait de nouvelles améliorations.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:40

USS Enterprise photo US NAVY

 

10.04.2013, Nikita Sorokine - La Voix de la Russie

 

Des experts militaires américains commencent à mettre en question l'efficacité stratégique des groupes de porte-avions. Par contre, les analystes russes trouvent que rien de meilleur n'a été encore inventé dans le domaine non nucléaire pour étaler sa force militaire.

 

L'US Navy, la marine de guerre la plus puissante du monde, compte à l'heure actuelle 11 porte-avions nucléaires super-lourds. Les Américains ont emprunté l'expérience de leur utilisation à la flotte impériale japonaise au cours de la Seconde guerre mondiale pour la développer ensuite. Cependant en 2010 certains stratèges et analystes militaires américains se sont interrogés sur la nécessité d'avoir autant de porte-avions. Robert Gates, le chef du Pentagone à l'époque, a dit que l'argent dépensé à leur construction et à leur exploitation a été jeté par les fenêtres. Les sous-marins russes du projet 670 surnommés « assassins de porte-avions » sont à même de justifier ce surnom. En outre, les porte-avions américains sont menacés par les missiles anti-navires russes Oniks et les missiles chinois Dongfeng.

 

Le centre d'études New American Security a récemment publié un rapport de l'expert Henry Hendrix qui argumentait le vieillissement inévitable et proche de la stratégie fondée sur l'utilisation généralisée des porte-avions. Il est à noter que les analystes russes ne partagent pas les doutes de leur collègue américain. Ainsi l'expert militaire réputé Alexandre Golts a signalé dans un entretien à La Voix de la Russie :

 

Le porte-avions est un moyen évident de ce qu'on appelle power projection, étalage de force. Pendant l'opération en Afghanistan les Américains ne pouvaient pas utiliser des bases terrestres et la composante aérienne de cette opération a été effectuée par l'aviation embarquée. Les porte-avions ont également joué un rôle clé en Irak et en Yougoslavie. Cela veut dire que dans tous les conflits modernes leur rôle était cardinal. Si l'on prend en considération la situation géographique des Etats-Unis, leur rôle dans la politique mondiale, je n'imagine pas une stratégie militaire moderne des Etats-Unis en absence de porte-avions.

 

Il faut tenir compte du fait qu'il s'agit de groupes de porte-avions qui comprennent des sous-marins nucléaires et des navires de surface qui les escortent. Dans les conditions où le budget du Pentagone peut être amputé de 1 % du PIB le secrétaire à la Défense Chuck Hagel acceptera éventuellement de supplanter un groupe. Mais il est peu probable que Washington se décide à des réductions plus sensibles des forces navales. Car comment pourra-t-il renforcer la puissance du contingent américain sur la péninsule coréenne ? Uniquement à l'aide de porte-avions. « Le porte-avions, si vous voulez, est une ambulance de la politique extérieure américaine », résume Alexandre Golts.

 

Les questions sur la valeur stratégique des porte-avions sont liées à plusieurs causes, estime le rédacteur en chef de la revue Exportations des armements Andreï Frolov. Tout d'abord c'est leur coût dans le contexte où des luttes intestines sont menées au sein du Pentagone pour le financement de différentes armes. Ensuite, suppose Andreï Frolov dans un entretien à La Voix de la Russie, il y a des projets de confier aux missiles de croisières et drones, beaucoup moins onéreux, de nombreuses missions réalisées actuellement par les porte-avions.

 

Mais Frolov est d'accord avec Golts, affirmant, lui aussi, que les Américins ne renonceront jamais aux porte-avions.

 

Je pense que la marine fera tout pour garder les onze porte-avions, mais s'il y a réduction, celle-ci ne sera pas radicale. Il s'agira peut-être d'un bâtiment, sinon les Etats-Unis se verraient obligés de reconnaître l'incapacité de maintenir une puissance indispensable dans les régions considérées comme critiques.

 

Le fait que la Russie et la Chine développent leurs propres programmes de groupes de porte-avions est un autre argument en faveur des porte-avions. Il n'y a pas longtemps le commandant des forces navales de Russie l'amiral Viktor Tchirkov a déclaré que dans un proche avenir les sous-marins nucléaires et les porte-avions de génération nouvelle constitueraient la base de la flotte russe. Selon les experts, en vertu de la doctrine militaire russe les porte-avions devront, en premier lieu, assurer la protection aérienne des sous-marins nuclélaires lanceurs d'engins sur leur position en cas d'un besoin militaire. Pourtant, chaque puissance navale a ses propres idées au sujet des porte-avions et il n'y a pas de raison de confronter ces concepts stratégiques et tactiques.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 08:35

INS Vikramaditya sea trials source Livefist

Le porte-avions Vikramaditya

 

12.03.2013 Mer et Marine

 

Alignant près de 100 bâtiments de combat (plus de 183.000 tonnes) armés par 60.000 hommes, l’Inde dispose aujourd’hui de la septième flotte mondiale en tonnage et, dans les prochaines années, devrait gagner encore une place en devançant la marine française.

 

Avec la livraison par la Russie — avec près de 4 années de retard — du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Nerpa (type Akula), l’Inde a  fait en 2012 une nouvelle entrée remarquée dans le club très restreint des marines dotées de sous-marins nucléaires. Elle en avait momentanément fait partie entre 1988 et 1991 lorsque l’ex-URSS lui avait loué un SNA du type Charlie I rebaptisé Chakra, nom qu’a repris l’ex-Nerpa.

 

 

Le Chakra (© : MARINE INDIENNE)

 

L'Arihant (© : MARINE INDIENNE)

 

 

Un second bâtiment nucléaire, de construction indienne cette fois, devrait arriver prochainement. Il s’agit de l’Arihant, lancé en 2009. Ce SNA doté de missiles de croisière Sagarika est considéré par les Indiens comme un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), le Sagarika pouvant être doté d’une tête nucléaire mais sa modeste portée (750 km) est sans commune mesure avec celle des missiles balistiques américains, russes ou français. Un deuxième sous-marin du même type est en construction alors même que l’Arihant n’a pas encore commencé ses essais à la mer et que sa mise en service n’est pas attendue avant 2014. Alors que le dernier des 7 sous-marins du type Kilo modernisés en Russie a été livré en janvier 2013, et que ceux du type 209/1500 vont être à leur tour révovés, le programme de construction en transfert de technologie des 6 sous-marins du type Scorpène est bien engagé malgré un retard d’au moins 2 années sur les prévisions. L’admission au service du premier est prévue à l’été 2015. En revanche, le choix du modèle pour les 6 unités suivantes du type 75-1 n’est toujours pas arrêté.

 

 

 

Sous-marin indien du type Kilo (© : M. NITZ - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Sous-marin indien du type 209 (© : M. NITZ - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Sous-marin du type Scorpène (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Concernant la flotte de surface, la date de livraison du porte-avions Vikramaditya par les chantiers russes a été une énième fois reportée, cette fois à octobre 2013 en raison de problèmes de chaudières survenus pendant les essais à la mer au cours de l’été 2012, alors qu’initialement elle devait avoir lieu en décembre 2008. L’Inde doit commencer à se demander si elle a réellement fait une bonne opération en acceptant l’ex-Baku/Gorshkov russe, d’autant plus que le coût de sa refonte a plus que doublé. Il est vrai que les délais de construction ne sont pas mieux respectés dans les chantiers de Kochi car la mise en service du porte-avions de conception nationale Vikrant, mis sur cale en 2009, est désormais prévue au mieux pour 2018.Quant au second bâtiment de ce type, qui serait une version améliorée, sa mise en service est maintenant annoncée entre 2022 et 2027.  

 

 

Le porte-avions Vikramaditya (© : SEVMACH)

 

Vue du futur Vikrant (© : SEVMACH)

 

 

En attendant, l’Inde reçoit les avions Mig-29K prévus pour embarquer sur les nouveaux porte-avions. Les 16 appareils commandés en 2004 sont tous livrés et, sur les 29 autres commandés en 2010, 4 ont été livrés en décembre dernier et 7 autres sont prévus cette année. Dans le domaine de la patrouille maritime, le premier de 8 P-8I (dérivé du P-8A Poseidon américain) a été livré le 19 décembre 2012 et les deux suivants sont prévus en juin 2013.

 

Comme pour le Vikrant ou les sous-marins, les programmes de destroyers, frégates sont également marqués par des retards. C’est un problème récurrent rencontré dans la plupart des chantiers indiens, la construction navale s’y pratiquant toujours à l’ancienne. La livraison des nouveaux bâtiments en pâtit donc, telle celle des 3 premiers destroyers du type Kolkata qui va demander près de 10 années, ce qui a été le cas pour les 3 frégates du Shivalik. Ceci explique les commandes successives des frégates du type Talwar (Krivak III modifié)  aux chantiers russes de Kaliningrad qui respectent à peu près les dates prévisionnelles ; 5 sont maintenant en service ou livrées, une 6 e est en achèvement et 3 autres doivent être commandées. Les délais de construction seront en principe moins longs pour les corvettes du type Kamorta/P28 (la première n’est cependant toujours pas en service 6 ans après sa mise sur cale) et les patrouilleurs océaniques du type Saryu, dont la tête de série a été mise en service le 21 janvier 2013.

 

 

Destroyer du type Kolkata (© : DROITS RESERVES)

 

Frégate du type Shivalik (© : US NAVY)

 

Frégate du type Talwar (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Corvette du type Kamorta (© : DROITS RESERVES)

 

Patrouilleur du type Saryu (© : MARINE INDIENNE)

 

 

Malgré tout, la marine indienne dispose maintenant d’un bel ensemble de bâtiments de combat de surface (destroyers et frégates) et d’un nombre respectable de corvettes et patrouilleurs. Elle va maintenant faire porter ses efforts sur les bâtiments de guerre des mines et amphibies : 8 chasseurs de mines du type Yang Yang sud-coréen doivent être commandés et 4 transports de chalands de débarquement ou porte-hélicoptères d’assaut sont envisagés. La composante soutien a, quant à elle, été renforcée et modernisée avec la livraison en 2011 des 2 pétroliers-ravitailleurs Deepak et Shakti par les chantiers italiens Fincantieri.

 

 

Le pétrolier-ravitailleur Shakti (© : US NAVY)

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:40

MiG-29-KUB-Indian-Navy-Fighter-Aircraft

 

MOSCOU, 5 février - RIA Novosti

 

La Russie livrera d'ici 2014 à la Marine indienne sept chasseurs embarqués Mig-29K/KUB, a annoncé mardi le directeur du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) Alexandre Fomine.

 

"En application du contrat signé en 2010 sur la livraison de 29 MiG-29K/KUB, les quatre premiers chasseurs ont été fournis [à la Marine indienne en décembre 2012]. Sept autres appareils doivent être livrés avant la fin de l'année 2013", a indiqué M.Fomine qui conduit la délégation russe au salon international de l'aéronautique et de l'espace Aero India 2013.

 

Les MiG-29KUB sont des chasseurs multirôles embarqués destinés à assurer la suprématie aérienne, à remplir des missions de défense antiaérienne, à atteindre des cibles de surface avec des armes de précision, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météo.

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:35

China Carrier (Liaoning)

 

February 1, 2013: Strategy Page

 

It was rather surprising to Westerners that China managed to get jet aircraft operating from their new aircraft carrier (the Liaoning) last November just two months after the ship was commissioned (on September 25th). Training of carrier pilots began nearly a decade earlier, but perhaps the smartest move the Chinese made to arrange for Brazil to have its carrier sailors show the Chinese how it’s done. This was particularly important in the case of how the deck sailors on a carrier operate to get aircraft ready for takeoffs and how the air control specialists in the carrier “island” handle landings. While Russian carrier expertise was for sale, the Chinese wanted to learn how Western navies did this, since carrier operations were invented in the West a century ago.

 

Four years ago Brazil agreed to this deal so that Chinese sailors could learn carrier operating skills on the Brazilian Navy's carrier, the "Sao Paulo." It was 13 years ago that Brazil bought the 32,000 ton French aircraft carrier Foch (which was still in service) for $12 million, updated it and renamed it "Sao Paolo". The navy has not been able to get much cash out of the government to further refurbish the 51 year old Sao Polo, and apparently the Chinese deal will change that.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/74/Sao_Paulo_carrier.jpg/800px-Sao_Paulo_carrier.jpg

 

The 33,000 ton "Sao Paolo" was headed for decommissioning, and has been used mainly to train carrier pilots when Bazil bought it. The "Sao Paolo" entered service in 2000, and the Brazilians retired the 20,000 ton "Minas Gerais", a World War II era (British) Colossus Class carrier a year later (after 40 years of service). So the Brazilians have a long tradition of carrier operations, and sufficient experienced carrier sailors to teach the Chinese some useful things. Brazil has long been the only South American nation to operate a carrier. The Sao Polo has a crew of 1,900 and was designed to carry 35 warplanes (smaller, older models like the A-4) and four helicopters. This load can vary depending on aircraft type.

 

The first Chinese aircraft carrier, the Liaoning is a 65,000 ton, 305 meter (999 feet) long ship that had spent over a year on sea trials. During that time Liaoning was at sea for about four months. This was all in preparation for flight operations. Last year China confirmed that the Liaoning will primarily be a training carrier. The Chinese apparently plan to station up to 24 jet fighters and 26 helicopters on the Liaoning and use the ship to train pilots and other specialists for four or more additional carriers that are to be built.

 

Six years ago the Chinese Navy Air Force began training carrier fighter pilots (or "aviators" as they are known in the navy). In the past Chinese navy fighter pilots went to Chinese Air Force fighter training schools, and then transferred to navy flight training schools to learn how to perform their specialized (over open water) missions. Now, operating from carriers and performing landings and take-offs at sea has been added to the navy fighter pilot curriculum. The first class of carrier aviators has finished a four year training course at the Dalian Naval Academy. This included learning how to operate off a carrier, using a carrier deck mock-up on land. Landing on a moving ship at sea is another matter. The Russians warned China that it may take them a decade or more to develop the knowledge and skills needed to efficiently run an aircraft carrier. The Chinese are game and are slogging forward. The first landing and takeoff was apparently carried out in calm seas. It is a lot more difficult in rough weather (when the carrier is moving up and down and sideways a lot) and at night. The latter, called “night traps”, is considered the most difficult task any aviator can carry out, especially in rough weather.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:55

Bougainville-CDG-270113-123.jpg

photo Mer et Marine

 

30/01/2013 Mer et Marine

 

Afin de protéger la forme toulonnaise dans laquelle le porte-avions Charles de Gaulle est depuis vendredi dernier en cale sèche (voir notre article à ce sujet), la coque de l’ex-bâtiment de transport et de soutien Bougainville a été remorquée jusqu’aux bassins Vauban. L’ancien BTS a pris place devant le bateau porte fermant la cale et assurant son étanchéité, permettant ainsi de protéger l’infrastructure en cas d’attaque terroriste. Ce n’est pas la première fois qu’une telle mesure est prise. Ainsi, lors du passage en cale sèche du Charles de Gaulle lors de sa période de grande maintenance (IPER), en 2008, c’est l’ex-frégate lance-missiles Suffren qui avait été disposée devant la forme où se trouvait le porte-avions.

 

Dernier bâtiment construit par les chantiers nantais Dubigeon, le Bougainville, lancé en 1986, est entré en service deux ans plus tard après son achèvement à Saint-Nazaire. Initialement construit pour les besoins du centre d'expérimentation nucléaire du Pacifique, notamment le transport entre Papeete et Mururoa, il avait été modifié à Lorient en 1998 et 1999 afin d’être transformé en navire collecteur de renseignements. Il a été utilisé à cet effet jusqu'à la fin 2005, avant d'être remplacé par le Dupuy de Lôme. Après avoir été utilisé un certain temps pour des missions de transport et de surveillance, le Bougainville a finalement été désarmé en 2008. Long de 112.8 mètres pour un déplacement de 5200 tonnes en charge, ce navire, doté d’un radier de 78 mètres de long et 10 mètres de large, pouvait embarquer deux chalands de débarquement et 1200 tonnes de matériel. Il disposait d’une grue d'une capacité de 37 tonnes (à 12 mètres) et d'une plateforme pouvant accueillir un hélicoptère, ainsi que de locaux hospitaliers avec un bloc opératoire. 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:55

J-15 test 12

 

Nov. 27, 2012 defense-aerospace.com

(Source: China Daily; published Nov. 27, 2012)

 

Fighter Jets Successfully Land On Aircraft Carrier

 

China has moved closer to its goal of building a blue-water navy, with pilots successfully landing on and taking off from the Liaoning, the country's first aircraft carrier, according to military experts.

 

Dai Mingmeng, a squadron leader from an aviation regiment of the East China Sea Fleet, landed a J-15 carrier-based fighter jet on the Liaoning on Friday morning, marking a milestone for the People's Liberation Army navy, according to the Beijing-based Mirror Evening News.

 

Following Dai, another four pilots also landed J-15s on the carrier and later took off, the PLA Daily reported on Sunday.

 

"This is a new landmark in the Chinese navy's efforts to develop the combat capability of its carrier battle group," Du Wenlong, a senior researcher at the PLA Academy of Military Science, said on Sunday.

 

"The carrier-borne fighter jet is the core of a carrier battle group and the success of landing and take-off tests is of unparalleled importance as pilots further their training," he said, adding that the successful exercises indicate the Liaoning and the J-15 have met the navy's requirements.

 

"It also proves that our personnel training system for the aircraft carrier is successful."

 

Xu Yongling, a former test pilot and military aviation expert, said: "The landing operation is totally up to the pilot's manual manipulation of the aircraft. Together with the risks of the whole landing process, it is far more difficult than performing an outer space mission.

 

"The achievement and significance of the first landing on the carrier is equivalent to a breakthrough in aerospace exploration," he said.

 

China Central Television broadcast footage of the landing and take-off on Sunday. It showed a J-15, which took off from an airport in an unidentified location, approaching the Liaoning.

 

The pilot then lowered the tailhook, a hook attached to the rear of the plane and used to rapidly decelerate during landings, and engaged the second arresting cable. The J-15 taxied about 50 meters and stopped.

 

The plane folded its wings and technical checks were made. After take-off preparations were complete, the pilot restarted the engines and flew off the deck.

 

According to Southern Metropolis Daily, the earliest landing test that was disclosed on the Internet took place on Nov 20 when a J-15 landed on the Liaoning. Details about the earlier test remain unknown.

 

Advanced jet unveiled

 

The Liaoning, a refitted Soviet-era carrier, entered active service in September and is now in the middle of its second sea trial after joining the navy.

 

Since being commissioned to the PLA navy, its crew has completed more than 100 training and test programs, according to Xinhua News Agency.

 

Earlier this month, reports and photos appeared on the PLA Daily and the website of the Defense Ministry stated that the Liaoning successfully completed a touch-and-go test on Oct 29. The reports did not disclose which aircraft carried out the test and how many jets were involved in the operation.

 

However, according to military observers, it was conducted by a J-15 fighter jet.

 

The news of the landing test also marked the debut of the J-15 as China's first generation multi-purpose carrier-borne fighter jet, the PLA navy said.

 

It has been given an official nickname - Flying Shark.

 

According to aviation fans and Western media reports, the twin-engine J-15 was developed by Shenyang Aircraft Corp, a subsidiary of the Aviation Industry Corp of China, and at least 12 prototypes have been manufactured and used in tests.

 

Xinhua said the J-15 is able to carry anti-ship, air-to-air and air-to-ground missiles and precision guided bombs. It quoted military experts as saying the J-15 has comprehensive capabilities comparable to those of Russia's Sukhoi Su-33 and the US F/A-18 Hornet.

 

Although it was developed based on the Su-33, the avionics and weaponry on the J-15 are more advanced than those of the Su-33, and the jet features domestically developed, cutting-edge technologies, such as an active electronically scanned array radar, radar absorbent material and an infra-red search and track system, military experts said.

 

The J-15 "likely exceeds or matches the aerodynamic capabilities of virtually all fighter aircraft currently operated by regional militaries, with the exception of the US' F-22 Raptor", according to Gabe Collins, a China observer in the US, and Andrew Erickson, professor at the US Naval War College, in an article on their website, chinasignpost.com.

 

The J-15 is particularly good in an aerial dogfight, due to its maneuverability and high thrust-to-weight ratio, said Kanwa Defense Review, a Canadian online magazine on defense affairs and weapon technology.

 

In addition to the advanced jet, the landing also cast the limelight on the arresting gear on the Liaoning, which is one of the most sophisticated mechanical instruments on aircraft carriers.

 

Only a handful of nations have the technology and ability to develop and manufacture arresting gear and none of them will export such technology to other countries, defense industry insiders said, noting that the situation left China no other choice but to develop the equipment itself.

 

More time needed

 

In spite of great success, the completion of the landing and take-off tests is only a small step toward the Chinese aircraft carrier's fully possessing combat capability, experts said.

 

"The tests were carried out in daytime and under relatively simple circumstances," Du Wenlong said. "Our pilots haven't performed landing and take-offs at night or in complicated situations, and they will need more training on how to intercept enemy aircraft and destroy targets at sea."

 

"Considering the experiences of other countries, I think we have to wait at least two years before our carrier-based fighter jets become fully operational," said Zhang Junshe, a researcher from the Naval Military Studies Research Institute.

 

"And taking the time needed to provide training for other planes, such as airborne warning and control system aircraft, and anti-submarine aircraft, into account, it will take four to five years for our carrier to obtain full combat capability."

 

The J-15 fighter jets will begin to conduct combat and formation drills only after other aircrafts complete landing and take-off training, he added.

 

To become a pilot for a carrier-based fighter jet, a PLA aviator has to pass four rounds of tests, said Zhang Hongtao, a senior officer of the PLA navy who is in charge of selecting pilots.

 

The selected pilots must be under 35 years old and have at least 1,000 flight hours, he said, adding that they also must possess a strong mind and have quick responses.

 

"A pilot in the US Navy usually spends at least 21 months in training before he is deemed qualified to perform duties on an aircraft carrier. I don't think we can do it in less time," Du said.

 

"A take-off process alone requires 65 actions by our flight deck personnel and each step cannot allow any error," said Li Xiaoyong, deputy chief of the aviation section on the Liaoning.

 

"Although this work is arduous and dangerous, none of us has shown cowardice, for we are 'super warriors' on the carrier."

 

"After the landing and take-off tests, those who once looked down on China's capabilities can no longer call it (the Liaoning) a shark without teeth," said Chen Bing, a news commentator.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 11:35

MiG-29K taking off from INS Vikramaditya. Photo Oleg Perov

 

30.10.2012 by Livefist

 


 
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 12:45

INS Vikramaditya sea trials source Livefist

 

NEW DELHI, October 9 (RIA Novosti)

 

India may seek more than $100 million in penalty payments from Russia for delays in handing over the refitted aircraft carrier Vikramaditya, India's Economic Times reported on Tuesday.

 

The carrier - already years past its original 2008 delivery date - was supposed to have been handed over on December 4, 2012, but sea trials in September revealed the ship's boilers were not fully functional. Repairs to the ship's boilers could mean the handover is delayed until fall 2013, a United Shipbuilding Corporation commission investigation said last month.

“We may impose penalties for the delay,” an unidentified Indian defense ministry source told the paper. India may demand up to 6 billion rupees (about $115 million) which is around 5 percent of the total coast of the refitted ship.

 

Another source close to the Indian military industrial complex said New Delhi would be unlikely impose sanctions, as “it will negatively impact relations between the two countries in military-technical cooperation.” France has delayed delivery of six Scorpio submarines for more than three years, but India has not raised the issue of penalties over that contract, he said.

 

India and Russia signed the original $947 million dollar deal in 2005 for the purchase of the carrier, but delivery has already been delayed twice, pushing up the cost of refurbishing the ship to $2.3 billion.

 

Sevmash shipyard director Vladimir Pastukhov was fired in 2007 over his poor management of the project.

 

The Vikramaditya was originally built as the Soviet Project 1143.4 class aircraft carrier Admiral Gorshkov. The Project 1143.4 carriers and a class of destroyers with the same engines suffered a history of boiler failures during their lives.

The ship was laid down in 1978 at the Nikolayev South shipyard in Ukraine, launched in 1982, and commissioned with the Soviet Navy in 1987. It was renamed after the Soviet Union collapsed in 1991. In 1994, the Gorshkov sat in dock for a year for repairs after a boiler room explosion. In 1995, it briefly returned to service but was finally withdrawn and put up for sale in 1996.

 

The ship has a displacement of 45,000 tons, and an endurance of 13,500 nautical miles (25,000 km) at a cruising speed of 18 knots. It will have an air wing consisting of Russian-made MiG-29K jet fighter planes and Kamov Ka-31 early warning radar helicopters.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 16:35
Chine : un outil aéronaval en construction pour réaffirmer les ambitions géopolitiques de Pékin

 

octobre 7, 2012 by Marquis Seignelay - alliancegeostrategique.org

 

La nouvelle a fait le tour du monde : le « porte-avions » de la Marine populaire de libération a été mis en service le 26 septembre 2012 ! Cette entrée du navire en service actif est l’occasion de proposer quelques petites choses pour tenter d’apprécier la portée de l’événement. Ce qui est surprenant, c’est que l’attention des médias a été focalisée sur l’entrée au service actif d’un navire qui n’est capable de rien, ou presque, sur le plan opérationnel : le poids de la puissance aéronavale chinoise embarquée sur pont plat n’est donc pas actuel. Bien au contraire, la période allant des années 2015 à 2025 semble constituer un tournant aéronaval dans le monde et c’est bel et bien cela qu’il faut préparer. D’autre part, rien n’a été dit sur le nom du navire alors que la Chine ne baptise pas ses unités les plus importantes à la légère. Bien souvent, ces noms sur la mer valent au moins un discours adressé au monde, si ce n’est plus.

 

La Chine vers la puissance aéronavale embarquée : des années 80 vers 2011

 

Hervé Coutau-Bégarie, dans l’un de ses ouvrages phares, « Le problème du porte-avions » (1991), abordait la question dans le chapitre II consacrait aux porte-aéronefs sous le sous-titre « les velléités chinoises » :

« On parle depuis le début des années 80 de l’acquisition de porte-avions par la marine chinoise : les premières rumeurs fai­saient état de l’achat de 5 porte-aéronefs du type Invincible qui auraient été construits sous licence. L’intention chinoise d’acheter des Harrier a évidemment donné crédit à ces rumeurs. Mais cette évaluation des possibilités chinoises s’est révélée beaucoup trop ambitieuse et ce programme n’a reçu aucun commencement d’exécution en dehors de l’acquisition de la coque du Melbourne ferraillé par les Australiens : les ingénieurs chinois l’ont minutieu­sement examiné avant de commencer la démolition : ils en ont cer­tainement tiré d’utiles enseignements, mais la technologie du Melbourne datait des années 50.

 

La marine chinoise n’a pas pour autant abandonné tout espoir d’acquérir des porte-aéronefs : le débat continue dans les re­vues navales, un auteur demandant la construction de porte-avions légers dans la première décennie du XXIe siècle, d’autres suggérant d’acheter aux États-unis l’un des deux Essex moderni­sés encore en réserve [27]. La conjoncture budgétaire et internatio­nale semble rendre de tels projets chimériques, mais le besoin subsiste, notamment sur le flanc sud, face au Vietnam : les avions basés à Haïnan peuvent couvrir les îles Paracels, mais pas l’archipel des Spratley, situé beaucoup plus au sud, où Pékin a récemment entrepris de renforcer sa présence. D’après des rap­ports américains, dont les conclusions ont récemment été rendues publiques, l’état-Major de la marine chinoise aurait poursuivi des études dans deux directions : à long terme, un porte-avions classi­que de 48 000 tonnes, avec des avions conventionnels : l’amiral Zheng Mingh, directeur du matériel de la marine chinoise, aurait étudié de très près les rapports sur les essais du Tbilissi soviéti­que ; à court terme, la conversion d’un roulier en porte-aéronefs de fortune, sur le modèle de ce que la Royal Navy a réalisé avec l’Argus. Un navire actuellement armé par le ministère des com­munications, le Huayuankou, pourrait faire l’objet d’une telle transformation. Des entretiens sur ce thème ont eu lieu en avril 90 à Pékin [28]. Mais même un porte-avions modeste risque d’être hors de portée de la Chine au moment où l’économie connaît une dé­pression qui risque d’être durable et où le maintien de l’ordre passe au premier rang des missions des forces armées. La marine chinoise ne disposera pas de porte-avions avant le XXIe siècle ».

 

Le long périple de l’ancien Varyag

 

Un petit retour en arrière s’impose : « Racheté en [1998] au chantier ukrainien par l’intermédiaire d’un homme d’affaires chinois, la coque, à environ 70% d’achèvement, a été remorquée en 2002 à Dalian ». Il s’agit du Varyag qui est la seconde unité de la classe Kuznetsov et celle-ci ne compte pas d’autres navires. Il est question que la coque vendue à la Chine devienne un casino-flottant (un croiseur porte-aéronefs, le Kiev, tête de série de sa classe, a connu un tel destin en Chine. Un navire de la même classe, le Minsk, est devenu un musée).

Il y eu des chancelleries qui ne furent pas dupes de la finalité du projet puisque la Turquie bloqua le passage de ses détroits (des Dardanelles et du Bosphore). C’est à se demander si l’initiative d’Ankara n’avait pas été influencée. La coque eu alors quelques difficultés à quitter la mer Noire. Les détroits turcs ont la particularité d’être sous la juridiction de traités internationaux (comme, par exemple, la convention de Montreux, c’est une des formes de désarmement naval) qui prohibent le passage de navire porte-avions. Le pont plat quitte donc finalement l’Ukraine en 2001 et arrive en Chine, à Dailan, en 2002. Mais, le navire qui est livré n’est doté d’aucun engin de propulsion.

 

© Inconnu. Le porte-aéronefs Kuznetsov.

© Inconnu. Le porte-aéronefs Kuznetsov.

 

Porte-aéronefs et non pas porte-avions

 

Le Kuznetsov et l’ex-Varyag sont plus des porte-aéronefs que des porte-avions -et la différence est fondamentale. Première chose, les soviétiques les ont conçu comme des « croiseurs porte-aéronefs ». Il s’agissait de pouvoir s’affranchir de la convention de Montreux par un artifice juridique. Hors, Coutau-Bégarie le relevait, avec une certaine malice, dans le café stratégique numéro 4 consacré à la géostratégie maritime, quand il posait cette question : « avez-vous déjà vu un croiseur de 40 000 tonnes ? » L’auteur évoquait le cas des croiseurs porte-aéronefs de classe Kiev. A titre d’exemple, les croiseurs lance-missiles à propulsion nucléaire de la même classe que le Pierre le Grand déplacent 26 000 tonnes à pleine charge. Et pourtant, ce sont les derniers croiseurs de bataille du monde.

De plus, la stratégie navale soviétique s’appuyait sur des bastions. Ces zones, au nombre de deux, étaient sous la responsabilité des flottes du Nord et du Pacifique. Il s’agissait pour la marine russe de construire, par diverses actions opérationnelles, des zones interdites à toutes les menaces dans l’optique de sécuriser les vecteurs nucléaires (SNLE principalement) qui pouvaient y patrouiller.

 

Une parenthèse doit être ouverte car il est régulièrement évoqué la création d’une sorte de bastion en Chine autour de l’île de Hainan. Une base souterraine pour sous-marin y a été aménagée. Qui plus, le porte-aéronefs chinois pourrait être amené à y patrouilleur selon l’analyse de quelques personnes afin de protéger cette zone, le flanc sud de la Chine, qui est assez vulnérable. Coutau-Bégarie relevait déjà cet état de fait au début des années 90. Parenthèse refermée.

Donc, il y avait nécessité de navires de défense aérienne car l’attaque anti-navires se faisait par avions à long rayon d’action (Tu-95 et 142, par exemple) et croiseurs sous-marins lance-missiles à propulsion nucléaire (les fameux Oscar I et II dont le Koursk était l’un des représentants). En outre, il n’y avait pas de projection de puissance dans la doctrine navale russe car elle était essentiellement défensive.. Mais pas seulement, soit dit en passant puisque la doctrine navale soviétique des années 70 et 80 prévoyait de mener une guerre des communications contre les routes alliés à partir des différentes bases avancées de l’URSS dans le monde. Alors, ces deux navires (ainsi qu’une classe de quatre autres croiseurs porte-aéronefs : les Kiev) sont des croiseurs lance-missiles en tout premier lieu. Le navire tête de série, le Kuznetsov qui est en service dans la Marine russe, permet d’appréhender la chose. Ils (exemple de la classe Kuznetsov) ont donc :

  • une batterie principale composée de missiles : « 12 missiles anti-navires SS-N-19 Shipwreck (« Granit » de 555 km de portée) situés sous le pont d’envol au milieu de la piste (la phase de tir interromprait donc les opérations aériennes). La défense anti-aérienne du bâtiment est assurée par 4 groupements de 6 silos à 8 missiles surface-air SA-N-9 (15 km de portée), 4 systèmes anti-aériens CADS-N-1 (2 canons de 30mm et 8 missiles SA-N-11 -8 km de portée- chacun) et 6 canons anti-aériens multitubes de 30mm. Deux lance-roquettes anti sous-marins complètent le tout » ;
  • et d’une batterie secondaire qui repose sur un groupe aérien embarqué : « Le groupe aérien du Kouznetsov se compose généralement de trente aéronefs dont des chasseurs embarqués Su-33, des avions d’entraînement Su-25UTG et des hélicoptères anti sous-marins Ka-27, de guet aérien Ka-31 et de transport d’assaut Ka-29. A l’origine, il était également prévu d’embarquer des chasseurs à décollage vertical Yak-141 Freestyle avant abandon du programme à la chute de l’URSS. Le Mig-29K a quant à lui été testé mais n’a pas été retenu face au Su-33« .

Le problème pour la Chine, c’est que le navire a été livré sans sa batterie principale. Cette dernière prend une place considérable à bord, ce qui fait que le groupe aérien est plutôt limité (30 machines, officiellement) par rapport au tonnage du navire (60 000 tonnes, contre 32 aéronefs et 40 000 tonnes pour le Charles de Gaulle). Le vaisseau n’est pas non plus optimisé, à l’origine, pour les opérations aériennes puisqu’il fallait composer avec un navire hybride (croiseur/porte-aéronefs) avec deux batteries aux solutions architecturales presque contradictoires.

 

CATOBAR versus STOBAR

 

De plus, les deux navires russes (et six avec les quatre Kiev) relèvent de la filière aéronavale des STOBAR (Short take-off but arrested recovery). C’est-à-dire que les aéronefs à voilure fixe décollent à la seule force de leur réacteur et avec l’aide d’un tremplin et ils reviennent apponter sur le navire avec l’aide de brins d’arrêt. Il n’y a pas de catapultes et c’est une différence vraiment fondamentale d’avec la filière CATOBAR (Catapult Assisted Take Off Barrier Arrested Recovery) qui compte comme seuls membres les Etats-Unis, la France et le Brésil. Si la filière STOBAR simplifie l’architecture des navires, elle implique que l’avion embarqué soit inférieur en performances à son homologue terrestre. La chose est simple à constater : un Su-33 qui décolle du Kuznetsov ne le fait pas avec son plein chargement de munitions et de carburant, comme il aurait pu le faire depuis une base terrestre. La masse maximale de l’appareil est de 33 tonnes. A contrario, et avec la filière CATOBAR, un Rafale qui est catapulté du Charles de Gaulle a les mêmes performances que celui de l’Armée de l’Air qui décolle d’une base terrestre : ils sont tout les deux aussi chargés. Sauf que le Rafale M est catapulté, à l’heure actuelle, avec une masse maximale de 21 tonnes. Cette symétrie des performances entre l’avion catapulté et son homologue terrestre est vraie dans l’US Navy depuis les années 50. Dans la pratique, cela aboutit à ce que le groupe aéronaval CATOBAR ait une portée très supérieure au groupe aéronaval STOBAR.

 

Une refonte modeste pour l’entrée en service

 

Si l’ex-Varyag arrive finalement en Chine en 2002, il n’entre en cale sèche qu’au cours de l’année 2005. Ce long retard reste à expliquer : était-ce pour cacher la finalité de l’opération ? Les deux porte-aéronefs musée et casino ne suffisaient-ils pas pour faire illusion ?. Finalement, le navire ne quitte sa cale que pendant l’année 2011.

6 années de travaux, c’est à la fois beaucoup et à la fois très peu. Il fallait, au moins, motoriser le navire. Par la suite, les chinois l’ont un peu adapté à leurs besoins, comme c’est expliqué par Mer et Marine :

« Doté de matériels chinois en plus de ses équipements d’origine russe, l’ex-Varyag, qui devrait porter le nom de Shi Lang, mesure 304 mètres de long et affiche un déplacement lège de 46.000 tonnes, son déplacement à pleine charge étant estimé à environ 60.000 tonnes. Doté à l’avant d’un tremplin incliné à 12 degrés, il disposera comme le Kuznetsov d’une piste oblique avec brins d’arrêt. Par rapport à son aîné, divers aménagements ont été réalisés. Ainsi, la capacité du hangar aurait été augmentée, pour permettre à cet espace d’accueillir 22 avions, contre 18 suivant les plans originaux. Le groupe aérien embarqué du Shi Lang devrait comprendre des avions multi-rôles J10 et des intercepteurs J15, version chinoise du Su-33 russe. On rappellera d’ailleurs que Moscou a suspendu la livraison de 50 Su-33 après avoir découvert que le chasseur avait été copié par les Chinois. Il conviendra également de voir comment sera traitée la problématique de l’alerte lointaine, indispensable pour tout déploiement aéronaval lointain, alors que la marine ne dispose d’aucun avion de guet aérien embarqué ».

 

Il semblerait que la batterie principale n’ait pas été renouvelée. Mais les chinois n’auraient pas mené les travaux nécessaires pour optimiser les opérations aériennes à bord du navire. Ainsi, la Russie refond actuellement l’ancien Gorshkov, navire de la classe Kiev, pour l’Inde. Donc, à titre de contre-exemple par rapport aux travaux menés sur le frère jumeau du Kuznetsov, le Liaoning de la marine chinoise, voici l’ampleur de la refonte Gorshkov : « Long de 283 mètres pour un déplacement de 45.000 tonnes en charge, le porte-avions, qui sera rebaptisé Vikramaditya, mettra en œuvre 20 avions MiG-29 K et 12 hélicoptères ». Le Su-33 a beau être légèrement plus grand que le Mig-29K, il y a 12 aéronefs d’écart entre les deux navires. Tout est relatif puisque la place à bord des BPC français pour les hélicoptères le montre, mais c’est à relever.

 

 

© Inconnu. L'INS Vikramaditya, porte-aéronefs refondu par la Russie et qui doit être livré en 2013 à l'Inde.

© Inconnu. L'INS Vikramaditya, porte-aéronefs refondu par la Russie et qui doit être livré en 2013 à l'Inde.

 

Un navire d’essais, d’expérimentations et d’apprentissage des arts aéronavals

 

Le navire sert donc à pratiquer de nombreux essais à la mer depuis 2011, et il a surtout fait l’objet d’une mise en service, plutôt que d’une refonte aussi ambitieuse que celle choisie par l’Inde pour un autre croiseur porte-aéronefs.

Pékin présente son porte-aéronefs (puisque ce n’est pas un porte-avions) comme un navire-école. Il y a un décalage entre ce qui se passe en Asie et ce qui est perçu dans divers endroits de l’Occident. Ce décalage en sera que plus dommageable pour ceux qui perçoivent très mal la montée en puissance des capacités aéronavales chinoises.

Dans un premier temps, l’apprentissage de l’outil aéronaval fondé sur un porte-aéronefs sera très long pour la Chine. Comme le faisait remarquer Coutau-Bégarie, il est nécessaire de distinguer deux notions différentes :

  • le groupe aérien embarqué, qui va de paire avec le navire porte-aéronefs ou porte-avions,
  • le groupe aéronaval.

Groupe aérien embarqué incomplet

 

Le groupe aérien embarqué n’est pas une notion qui va de soi. Par exemple, dans le colloque du CESM consacré au centenaire de l’aéronautique navale française, Coutau-Bégarie notait qu’il avait fallu attendre les porte-avions Foch et Clemenceau pour que la notion s’impose en France. Entre temps, bien des compétences qui avaient été acquises depuis le début de la guerre d’Indochine jusqu’à la Crise de Suez avaient été perdues. Les chinois peuvent difficilement passer à côté d’une telle unité organique qui permet de générer, diffuser et de régénérer les compétences opérationnelles.

 

Pékin a pris les devants. D’une part, la Chine a conclu un accord aéronaval avec le Brésil, en 2010, relatif à la formation des futurs pilotes embarqués chinois. D’autre part, il y a de nombreuses installations terrestres en Chine qui permettent le début de la formation du groupe aérien embarqué et des personnels méconnus mais ô combien indispensables pour sa mise en œuvre (rien que la gestion du pont d’envol est tout un art).

La marine chinoise bénéficierait d’une très bonne préparation avant de percevoir son navire-amiral : mais la pratique sur le porte-aéronefs demeure indispensable…

 

De plus, si la Chine prépare la constitution d’un groupe aérien embarqué et sa mise en œuvre à la mer sur son pont plat, il est à noter que ce groupe est incomplet. Par exemple, il n’y a pas d’aéronefs dédié à l’éclairage de l’escadre ou à la coordination et au soutien des activités aériennes (comme le relevait Mer et Marine dès 2011). Ce groupe est donc sans aéronef de guet aérien (AEW dans la terminologie anglo-américaine) et c’est un manque crucial car c’est l’absence de ce genre d’appareils qui a coûté bien des pertes aux anglais lors de la guerre des Malouines (sans compter qu’il semblerait que la Royal Navy ait été incapable de débusquer et suivre le 25 de Mayo, le porte-avions Argentin -il rentrera au port de lui-même après le torpillage du croiseur argentin Belgrano). Pékin préparerait diverses solutions pour palier au problème : des hélicoptères d’alerte lointaine auraient été développés pour le ou les porte-aéronefs et un avion de guet aérien serait également en développement… Par ailleurs, à quoi peut bien servir un tel appareil, si ce n’est pour équiper un porte-avions dotés de catapultes ?…


C’est sans oublier les hélicoptères de sauvetage qui sont, eux aussi, indispensables pour parer à toutes les éventualités. De même que les hélicoptères logistiques sont nécessaires pour faire durer le navire à la mer grâce aux liaisons qu’ils permettent de faire rapidement entre navires et entre l’escadre et la terre.

 

 

© Wendell Royce McLaughlin Jr. Planes of Carrier Air Wing 7 (CVW-7) fly by USS George Washington (CVN-73) during the ship's maiden deployment to the Mediterranean and Persian Gulf, May 20–November 17, 1994. Official US Navy photograph. Le CVN 73 George Washington est aujourd'hui prépositionné au Japon. Sur cette photographie, le groupe aérien embarqué était au grand complet : intercepteurs (F-14C Tomcat), chasseurs-bombardiers (F/A-18 Hornet), bombardiers (A-6 Intruder), avions de guerre électronique (EA-6B Prowler) et de guet aérien (E-2C Hawkeye).

© Wendell Royce McLaughlin Jr. Planes of Carrier Air Wing 7 (CVW-7) fly by USS George Washington (CVN-73) during the ship's maiden deployment to the Mediterranean and Persian Gulf, May 20–November 17, 1994. Official US Navy photograph. Le CVN 73 George Washington est aujourd'hui prépositionné au Japon. Sur cette photographie, le groupe aérien embarqué était au grand complet : intercepteurs (F-14C Tomcat), chasseurs-bombardiers (F/A-18 Hornet), bombardiers (A-6 Intruder), avions de guerre électronique (EA-6B Prowler) et de guet aérien (E-2C Hawkeye).

 

Absence de groupe aéronaval chinois

 

Outre le couple porte-aéronefs/groupe aérien embarqué, il faut pouvoir l’escorter. Ce n’est pas une mince affaire que d’articuler une base aérienne flottante (tout comme il faut protéger une base aérienne déployée à l’étranger… ou en France !) avec, au moins, un escorteur dédié à la lutte anti-sous-marine et un autre à la lutte anti-aérienne. Ainsi, il est impensable de nos jours de déployer un porte-aéronefs ou un porte-avions sans sous-marin nucléaire d’attaque pour assurer sa protection (sauf quand la nation détentrice du pont plat ne possède pas de SNA, mais alors elle déploie rarement son porte-aéronefs de manière indépendante). C’est l’escorte minimale pour protéger le porte-aéronefs. En la matière, il est difficile de dire que la SNA regorge de SNA (une demi-douzaine) par rapport au nombre de sous-marins classiques qu’elle met en œuvre. Mais le « hic » est que, historiquement, le sous-marin diesel-électrique est inapte à escorter une escadre.

 

Et c’est sans compter sur le nécessaire train logistique pour faire durer le navire à la mer : il faut autant ravitailler le pont plat que ses aéronefs que son escorte. Tout comme l’escorte doit pouvoir être relevé si besoin est par de nouveaux navires. Cela implique d’avoir une flotte de surface bien dimensionnée par rapport au besoin -même si le navire n’est pas destiné à être projeté loin de sa base. Par exemple, quand le Charles de Gaulle œuvrait au Sud du port de Toulon, l’escorte de SNA était insuffisante.

 

Le porte-aéronefs chinois se prépare à entrer en service depuis l’année 2011 : c’est-à-dire que son équipage prend en main le navire et le porte vers l’état opérationnel en qualifiant les systèmes les uns après les autres. Si le navire est livré en fin d’année 2012 (le 23 ou le 25 septembre, peu importe), c’est qu’il aura fallu au moins une année pour le prendre en main depuis ses premiers essais à la mer.

 

Dans le même temps, le navire a commencé les essais aéronautiques dont les objectifs sont autant de qualifier les hommes que les machines et l’intégration des deux aussi bien sur le pont d’envol que dans les airs. Il faudra probablement une bonne année pour prendre en main tout cela.

 

Mais il faudra encore une bonne année, si ce n’est plus, pour adjoindre au pilier du groupe aéronaval son escorte et un train logistique efficace. La Chine s’est essayé à la projection de forces à l’occasion des opérations de lutte contre la piraterie au large de l’Afrique. Si le fait de déployer quelques frégates dans le temps au large de la Corne de l’Afrique peut passer pour un effort « modeste » et « non-alarmant » sur la puissance navale chinoise, il faut bien comprendre que Pékin fait dans ce cadre ses armes pour projeter loin de ses côtes des unités navales…

Enfin, il sera intéressant d’observer comment la Chine couplera sa force aéronaval terrestre constitué d’appareils d’attaque à long rayon d’action avec son groupe aéronaval : complémentarité ou rivalité ?

 

Groupe Aéronaval Chinois (GAC) : vers 2022 ?

 

Bernard Prézelin, l’auteur actuel de « Fottes de combat », estimait en 2011, que cinq année, au minimum, serait nécessaire à la Chine pour construire un groupe aéronaval crédible (par rapport à ce qui se faisait pendant l’opération Harmattan). Il faudra certainement quelques années de plus car il sera nécessaire à la marine chinoise d’apprendre de nombreux exercices, voire d’interventions militaires. Par ailleurs, il est bon de noter que la Chine semble développer une coopération aéronavale avec le Brésil : est-ce que ce sera la seule ?

 

Dire que le groupe aéronaval chinois ne sera crédible que vers l’an 2022, ce n’est ni exagéré, ni une sous-estimation. La Chine se donne les moyens de préparer l’aventure avant la perception du navire afin de gagner du temps sur les enseignements à tirer de la mer. Elle parviendra à construire l’outil qu’elle ambitionne de se doter, à n’en pas douter. Donc, il serait surfait de craindre que le navire puisse actuellement, et dès sa livraison (comme s’il pouvait être livré « prêt à l’emploi en guerre »), être la pièce maîtresse d’un dispositif naval offensif.

 

Un outil pour la guerre des archipels ?

 

Coutau-Bégarie proposait une utilité au futur navire porte-aéronefs ou porte-avions chinois en 1991 : « La conjoncture budgétaire et internatio­nale semble rendre de tels projets chimériques, mais le besoin subsiste, notamment sur le flanc sud, face au Vietnam : les avions basés à Haïnan peuvent couvrir les îles Paracels, mais pas l’archipel des Spratley, situé beaucoup plus au sud, où Pékin a récemment entrepris de renforcer sa présence ». C’est une possible utilisation du navire, qu’il serve d’école ou non, qui a encore été avancé cette année. Si les tensions qui règnent entre le Japon et la Chine autour de l’archipel des Senkaku focalisent aujourd’hui l’attention, elles ne doivent pas faire oublier les conflits territoriaux qui perdurent sur le flanc sud de la façade maritime chinoise.

 

Un navire bien encombrant pour la diplomatie navale chinoise ?

 

C’est sur le plan de la diplomatie navale que le navire produit ses premiers effets car il est l’objet du fantasme d’une « Chine impéraliste ». Tout du moins, il montre que la Chine entend aussi projeter sa puissance aérienne par la voie des mers, au moins au large de ses côtes.

 

Mais en attendant le nécessaire apprentissage, il n’est pas un instrument de combat, ce qui va compliquer les bénéfices politiques à retirer de ses croisières. Cela pourrait même fragiliser sa position : un navire inapte au combat ne va pas dans un théâtre d’opérations où pourrait se dérouler des actions offensives de moyenne ou haute intensité. Et donc, le moral chinois pourrait recevoir un coup terrible en cas de crise régionale puisque le fleuron de la flotte resterait au port ou loin des combats, dans une sorte de « fleet in being« . La diplomatie navale peut être à double tranchant.

 

 

© Inconnu. Maquette de porte-avions nucléaire soviétique, l'Ulyanovsk, qui était construit à 20% lors de la chute du mur de Berlin. Il a été déconstruit sur cale par la suite. Il pourrait inspirer le projet 085 chinois.

© Inconnu. Maquette de porte-avions nucléaire soviétique, l'Ulyanovsk, qui était construit à 20% lors de la chute du mur de Berlin. Il a été déconstruit sur cale par la suite. Il pourrait inspirer le projet 085 chinois.

 

Deux porte-aéronefs et un porte-avions supplémentaires à percevoir pour la Marine chinoise ?

 

Le décalage entre la situation opérationnelle du porte-aéronefs chinois d’aujourd’hui et la montée en puissance des capacités aéronavales chinoises dissimulent ce qui pourrait se passer en 2022. Ce navire demeurera très certainement un navire-école (tout comme il sera le centre d’un groupe aéronaval école, à vrai dire) car tant qu’il flottera, il sera une inappréciable source d’enseignements opérationnels pour la Chine. Si jamais il devait ne plus naviguer pour bien des raisons, alors ce serait autant de temps perdu.

Mais si Pékin tient son calendrier, alors la marine chinoise pourrait sereinement faire entrer en service d’autres porte-avions à partir de 2022. Deux projets seraient actuellement menés en Chine :

  • le projet 085 : « Les autorités chinoises envisageraient la réalisation d’un porte-avions à propulsion nucléaire. Ce grand bâtiment de 93.000 tonnes pourrait être mis en service à l’horizon 2020 [...]. En ce qui concerne le porte-avions nucléaire, sa conception et sa réalisation pourrait être confiées aux chantiers Jiangnan, près de Shanghai. Ses dimensions seraient très proches de celles de l’ex-porte-avions nucléaire russe Ul’yanovsk, soit plus de 300 mètres de long. Mis sur cale à Nikolaev en fin 1988, ce navire avait été finalement démoli en 1992, alors que sa coque était à 20% d’achèvement ».
  • Le projet 089 qui compterait deux navires : « Les autorités chinoises envisageraient la réalisation d’un porte-avions à propulsion nucléaire [...] viendrait compléter le dossier « 089 », portant sur la construction dans les 5 à 8 ans [à partir de 2007] de deux porte-avions classiques de 64.000 tonnes. Dotés de deux catapultes, ils pourraient mettre en oeuvre 30 à 40 avions J-10. Ces bâtiments seraient dérivés du Varyag, le sistership non achevé du porte-avions russe Kuznetzov ».

Les équipages du premier groupe aéronaval auront constitué le noyau dur de la puissance aéronavale chinoise. C’est à partir de ce noyau qu’elle grandira. Les actuelles agitations autour de la livraison du navire font oublier le fait que bien des échos annoncent la construction de porte-avions en Chine. S’ils étaient livrés en 2022, alors la Chine ferait un pas de géant dans le club des puissances aéronavales.

 

C’est cet accroissement soudain de la puissance aéronavale chinoise à l’horizon des années 2020 que peuvent craindre les nations asiatiques.

 

Le temps long de la construction hauturière de la marine chinoise est bien adapté à celui de la mer qui est, aussi, un temps long, Pékin pourrait prendre de vitesse bien des rivaux. Il doit être clair pour tout le monde que l’acquisition d’un porte-avions et sa préparation pour qu’il devienne la pièce centrale d’un outil stratégique relève du long terme puisque :

  • quelques années sont nécessaires pour concevoir le navire dans un bureau d’études.
  • La durée de construction généralement constatée d’un tel navire et pour l’armer de tout ses systèmes est de 5 à 7 ans.
  • Enfin, 5 à 10 ans années sont nécessaires pour le transformer en un outil opérationnel (à force d’entraînements et d’échanges avec les marines alliés) capable d’opérer avec un groupe aéronaval.

Nous sommes en 2012, et autant dire que si, effectivement, la Chine construit une escadre école pour accueillir deux porte-aéronefs de plus, et avec, peut être, le premier porte-avions (à propulsion nucléaire) sur la tranche des années 2020-2025, alors elle prendra bel et bien toute l’Asie du Sud-Est de court.

 

Développement horizontal de la puissance aéronavale en Asie

 

Ce n’est pas vraiment une projection saugrenue puisque :

  • les programmes indiens d’acquisition de porte-aéronefs accumulent les retards : les navires (un, voire deux Air Defense Ship/Indigenous Aircrafts Carrier et l’INS Vikramaditya (ex-Gorshkov soviétique) n’arriveraient en flotte en 2013 (Vikramaditya) et les deux autres vers 2017-2020. Actuellement la marine indienne ne met en œuvre que l’INS Vikrant, navire qui accuse son âge.
  • La Russie maintient le Kuznetsov en service, mais elle n’a pas encore retrouvé les capacités nécessaires pour le remplacer, voire augmenter sa flotte de ponts plats. La démonstration la plus flagrante de cet état de fait est que la Chine aura réussi l’exploit de refondre et mettre au service un ancien porte-aéronefs soviétique (classe Kuznetsov) avant que Moscou réussisse à en faire de même pour honorer le contrat d’acquisition passé par l’Inde pour un autre ancien porte-aéronefs soviétique (le Gorshkov, donc, de classe Kiev). Mais Moscou devrait percevoir un second porte-avions (en plus de ses deux premiers BPC et de son Kuznetsov qui serait alors toujours en service) vers 2020 et ils seront complétés par les modernisations et réactivations des croiseurs lance-missiles classe Pierre le Grand.
  • la Corée du Sud aura toujours ses trois Dokdo (et pourquoi pas des F-35B à mettre dessus?).
  • Le Japon aura alors au moins quatre porte-aéronefs (avec, peut être, des F-35B, même si Tokyo dit ne pas s’y intéresser à l’heure actuelle) : les deux destroyers porte-hélicoptères 16DDH et deux autres navires de ce type, mais plus volumineux et grands : les deux 22DDH.
  • Les Etats-Unis auront toujours un porte-avions basé au Japon, en sus des autres naviguant de la mer d’Arabie jusqu’au Pacifique en passant par l’océan Indien (soit trois navires autour du Rimland, en plus du navire basé au Japon).

Dans une telle mêlée, deux ou trois porte-aéronefs et porte-avions chinois en plus de l’actuel, ce n’est pas difficile à justifier.

 

Le problème naval américain ?

 

Il demeure donc essentiellement les Etats-Unis dans la région pour contre-balancer la puissance navale chinoise en devenir, et dans une moindre mesure, l’Inde. Ils sont directement impactés par le potentiel défi et cela ne fait qu’accentuer leur problème naval : avec un navire stationné au Japon, un ou deux patrouillant dans le Golfe Persique et un autre faisant la jonction entre l’océan Indien et l’Asie du Sud-Est, il n’y a pas tellement de navires américains face à un, deux ou trois, voire quatre ! (à l’orée 2020) navires chinois jouant à domicile. Les navires de la marine de l’armée populaire de libération ont cet avantage d’être directement sur zone quand les navires américains passent un bon tiers de leur temps en transit.

 

Si Pékin armait deux, trois ou quatre porte-aéronefs et porte-avions entre 2020-2025, que feront les Etats-Unis qui disposent, en moyenne, d’autant de porte-avions dans la zone ? Les valeurs respectives des groupes aéronavals de chacun ne seront pas les mêmes, certes. Mais comment se posera le problème naval américain si Pékin allait jusqu’à lancer un porte-aéronefs ou porte-avions de plus que ce que peuvent aligner les Etats-Unis dans la zone ? C’est une chose que l’URSS n’avait pas osé faire : dépasser quantitativement l’US Navy dans la projection de puissance via les ponts plats. D’un autre côté, et à moins d’un affrontement de haute intensité, la Chine pourrait rapidement se convertir à la « diplomatie du porte-avions » et donc envoyer ses porte-avions faire sentir l’influence de Pékin dans toutes les zones jugées stratégiques par la capitale chinoise.

 

 

© Inconnu. Repris sur le site de DSI : "Une vue d’artiste tirée d’internet et montrant le 22DDH, nouveau type de « destroyer porte-hélicoptères » aux côtés d’un Hyuga. La JMSDF japonaise, qui devait recevoir 4 Hyuga, a décidé que les deux derniers bâtiments seraient substantiellement plus gros (plus de 24 000 tonnes contre 18 000 pour les Hyuga) et plus long (248 m, largeur de 39 m). Tokyo n'a toutefois pas encore montré d’intérêt pour le F-35B".

© Inconnu. Repris sur le site de DSI : "Une vue d’artiste tirée d’internet et montrant le 22DDH, nouveau type de « destroyer porte-hélicoptères » aux côtés d’un Hyuga. La JMSDF japonaise, qui devait recevoir 4 Hyuga, a décidé que les deux derniers bâtiments seraient substantiellement plus gros (plus de 24 000 tonnes contre 18 000 pour les Hyuga) et plus long (248 m, largeur de 39 m). Tokyo n'a toutefois pas encore montré d’intérêt pour le F-35B".

 

Des noms de navires pour l’ambition

 

C’est justement la volonté des Etats-Unis qui est mesurée par Pékin.

 

Sur le plan naval, il faut bien comprendre que la Chine ne donne pas, par hasard, des noms à ses navires. Par exemple, le navire-école chinois qui sert à former les officiers d’une marine océanique en construction porte un nom bien particulier : le Zheng He. C’était aussi le nom d’un amiral chinois du XIVe siècle. La particularité de ce marin est qu’il est soupçonné d’être l’un des premiers à avoir découvert l’Amérique du Nord dès le XIVe siècle (mais d’autres pistes portent à croire que ce serait une découverte viking qui daterait du Xe siècle -l’Europe est sauvée). Mais plus encore, du temps de cet amiral, la marine chinoise était une force océanique capable de croiser depuis la Chine jusqu’au Golfe Persique et de soumettre ces côtes à l’influence chinoise.

 

Dans un premier temps, donc, ce premier porte-aéronefs chinois etait baptisé « Shi Lang« . C’est le nom d’un amiral chinois qui servit sous les dynasties des Ming et des Qing, soit au XVIIe siècle. Une des réussites militaires de cet amiral a une résonance toute particulière, encore aujourd’hui : il réussi à soumettre l’archipel de Taiwan. Donc, et alors que Pékin niait toujours, pour la forme, que l’ancien Varyag soviétique allait devenir un navire militaire, il était attribué d’un nom à la symbolique très forte. Il semblait bien trouvé puisqu’il permettait à Pékin de matérialiser une volonté politique très forte de faire entendre raison à cet archipel pour qu’il rejoigne « une seule Chine, deux systèmes » -ou trois systèmes pour l’occasion. C’était une réaffirmation politique qui aurait fait écho à bien des discours. Mais c’était aussi un risque calculé car si la Chine montait progressivement d’un cran dans le cadre de cette crise larvée, elle le faisait très progressivement sans déstabiliser la région. Les Etats-Unis auraient alors reçu très clairement le message puisque l’archipel de la Chine nationaliste est sous leur protection (bien que Washington évite de franchir des lignes jaunes en accordant une trop grande protection aux yeux de Pékin – autre chose à noter, les Etats-Unis se méfient, peut être trop tard, de la réussite chinoise à espionner les matériels américains vendus à Taiwan, ce qui pourrait expliquer quelques lenteurs à la livraison de matériels).

 

Mais ce n’était qu’un nom de baptême officieux : rien de rien n’était officiel.

C’est bien dommage, dans un sens. Il a été dit que bien des esprits se focalisent (trop ?) sur les capacités supposées du navire. Sans paraphraser ce qui a été dit plus haut, ce porte-aéronefs n’est pas la pièce d’un groupe aéronaval opérationnel. C’est la pièce maîtresse de la montée en puissance de la Chine dans le club fermé des marines dotées d’une aéronavale embarquée sur porte-aéronefs ou porte-avions. Ce qui aurait dû retenir l’attention, c’est le nom du navire. Première observation, c’est le nom de la province il a été refondu et mis en service : Liaoning. Et alors ? Il y a bien un porte-avions Charles de Gaulle qui était baptisé Bretagne au début de son programme en France et la première frégate du programme FREMM qui est nommée Aquitaine. Deuxième remarque : la Chine ne semble jamais donner un nom à un navire de premier plan à la légère…

 

La troisième remarque n’est que le fruit de la supposition de l’auteur : Liaoning, ce nom n’est pas inconnu dans nos manuels d’Histoire. Liaoning est donc le nom d’une province chinoise. Cette entité administrative abrite une ville, Dailan, où a été refondu et mis en service le navire. La capitale de cette entité territoriale est Shenyang. Le nom mandchou de cette ville est « assez intéressant » : Moukden. En 1931, l’empire du soleil levant organise un faux attentat sur une ligne de chemin de fer appartenant à une société japonaise. Cet « attentat » (il est avéré aujourd’hui que c’est bien le Japon qui l’avait monté de toutes pièces) a été le prétexte pour Tokyo pour occuper la Mandchourie. La suite de l’Histoire est connue : la Chine côtière fut en grande partie soumise par les armes japonaises, et ce fut un massacre parmi les chinois. Aujourd’hui encore, Pékin exige des excuses du Japon et la fureur populaire chinoise explose à chaque fois que cette période est minimisée au Japon, comme quand un manuel scolaire japonais restait bien « modeste » sur cette période.


Il faudrait donc admettre que le nom du premier porte-aéronefs chinois ait été effectivement choisi en liaison avec cet événement historique qui inaugurait une période noire pour la Chine. Les gouvernements successifs de Pékin, depuis la proclamation de la République Populaire de Chine, s’acharnent à démonter, les uns après les autres, les traités « inégaux » que la Chine aurait eu à signer au XIXe siècle (essentiellement). Cette fois-ci, la Chine pourrait (ce n’est qu’une supposition) adresser un message très fort au Japon : il y a des contentieux à régler, et cela ne peut plus se faire sur des bases que les gouvernants chinois jugent ou jugeraient inéquitables. Pékin afficherait alors une ligne géopolitique constante, mais renouvellerait également sa volonté par cet acte fort.

Dans le cadre de cette supposition, ce n’est plus seulement l’archipel nationaliste et rebelle qui est visé, mais c’est bien le Japon. Le protecteur stratégique est le même dans les deux cas. Ce ne serait pas du tout la même chose entre la réintégration de Taiwan dans le giron chinois et le lâchage du Japon par les Etats-Unis :

  • d’un côté, il y a un archipel qui est divisé entre indépendantistes et un autre camp plutôt désireux de se rapprocher de la Chine (ce qui ne veut pas dire rattachement pur et simple). Si la pression des armes chinoises se fait sentir, la porte n’est pas non plus fermée à une solution politique.
  • De l’autre côté, il y a le Japon. L’archipel dépositaire de l’empire du soleil levant est sous protectorat américain depuis 1945.

La sécurité nationale japonaise repose sur la volonté des Etats-Unis à rester suffisamment engagé en Asie pour défendre et leurs intérêts, et l’archipel. Si donc le message de la Chine passe par ce navire, dont le nom ferait référence à l’incident de 1931, alors un défi est lancé au Japon et aux Etats-Unis.

La Chine fait sentir sa présence navale, via ses agences paramilitaires, le long de ses côtes à travers tout les archipels et îlots qui font l’objet d’une crise larvée depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies (Taïwan donc, mais aussi les Senkaku, Paracels et les Spratleys). Ces confrontations navales qui se font via des forces civiles ou paramilitaires font craindre l’engagement des marines de guerre des pays concernés. Par son porte-aéronefs, Pékin pourrait (conditionnel, toujours) faire savoir que, à l’avenir, la volonté de la Chine est suffisamment forte pour engager un ou deux autres porte-aéronefs supplémentaires, voire un porte-avions nucléaire. Il y a donc un défi militaire qui est lancé. Le Japon a d’ores et déjà lancé deux destroyers porte-hélicoptères (16DDH) et devrait percevoir dans les prochaines années deux autres navires porte-hélicoptères (les deux destroyers 22DDH, notoirement plus grands). La question qui est posée aux Etats-Unis est celle de la volonté :

  • est-ce que Washington relève le défi chinois et reste partie prenante dans les différentes crises qui secouent le Sud-Est asiatique, notamment et surtout les crises territoriales ?
  • Ou bien est-ce que la stratégie d’engagement prioritaire en Asie décrétée par les derniers gouvernements américains (dont celui d’Obama) n’est pas subordonnée à une volonté politique suffisamment solide ?

Pékin fait sentir sa détermination, notamment, et pas seulement, par le poids de son engagement naval. Alors soit les Etats-Unis répondent présent et l’US Navy s’engage encore plus en Asie, soit le Japon et les autres nations asiatiques se retrouvent en tête-à-tête avec la Chine. A ce moment là, les modalités d’un équilibre des puissances entre elles seront tout autre avec une présence américaine en reflux.

Cette supposition sur le choix du nom du porte-aéronefs chinois demeure une supposition. Il est certain que la Chine ne choisit pas au hasard le nom de ses plus importantes unités navales qui constituent le fondement de sa puissance de demain. Si c’est une manière de tester la volonté politique américaine, alors la réponse façonnera pour beaucoup les équilibres géopolitiques des 20 ou 30 prochaines années. Dans ce cadre, l’Europe ne peut que s’attendre à un seul cas de figure : un désengagement américain encore plus grand du Vieux continent. Effectivement, il faut noter que :

  • si les Etats-Unis relèvent le défi asiatique jusqu’au bout en continuant à construire un front d’opposition à Pékin, alors les américains auront besoin de la majorité de leurs forces disponibles dans le Pacifique, et cela se fera certainement au détriment de l’Europe (qui investit beaucoup moins sur le plan militaire que le reste du monde).
  • Mais si les Etats-Unis abdiquaient face à Pékin et abandonnaient la stratégie de containment de la Chine dans le Pacifique, alors pourquoi est-ce que les Etats-Unis s’investiraient-ils en Europe ?!

L’arrivée du Liaoning au service actif peut signifier un outil supplémentaire dans les mains de Pékin pour intervenir dans les crises territoriales qui secouent la façade chinoise. Mais c’est un outil à double tranchant dans le cadre de la diplomatie navale car ce navire pourrait être un poids bien encombrant pour Pékin puisqu’il n’a pas de valeur opérationnelle. Par contre, la Chine lance deux défis à l’Asie, aux Etats-Unis et à ceux qui ambitionnent de compter dans les affaires du monde : d’une part, le nom du navire pourrait indiquer que Pékin entend disputer, à travers le Japon, le statut des Etats-Unis comme première puissance asiatique, mais exogène. D’autre part, que ce défi supposé réussisse ou non, la Chine pourrait être amené à faire rapidement, sur la période allant de 2015 à 2025, un saut quantitatif et qualitatif dans sa puissance aéronavale. Et ce défi là, il sera très difficile à contourner.

 

Pendant ce temps là, en France, le second porte-avions et le remplaçant du Charles de Gaulle se font attendre… Que sera la puissance aéronavale française dans le contexte des années 2020 et du défi chinois ?

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 17:05

China Carrier (Liaoning)

 

28.09.2012

 

As I’m sure you all know by now, the formerly known Varyag Aircraft Carrier was commissioned into PLAN as Liaoning and given the Type 001 class AC with pennant number of 16. I haven’t spent as much time looking into this development, but it’s quite clear that there is a lot of excitement on Chinese military forum over Liaoning class. This news has already eclipsed the exciting unveiling of Shenyang AC’s 4th generation fighter jet (I’m using generation by Chinese standard) and the unveiling of the 052D class destroyers. The only news that has caused more stir in the recent years is the unveiling of J-20. On the English forum that I moderate, some of the fellow members have been waiting for 7 to 8 years for this moment. A few years ago, I had all but given up on Liaoning ever becoming a big part of PLAN’s blue water plans. This was even after Liaoning had been painted with PLAN colours in 2006. Now, it appears that Liaoning has a bigger role in PLAN than many people have expected.

For me, I haven’t been as excited about this development. I was quite excited when 054A and 056 came out. I was also excited when we saw that new mysterious large diesel submarine from WuChang shipyard in 2010. I was really excited when 052D came out. I couldn’t stop looking for more photos on it. I suppose I have already spent too much time looking at Liaoning from when it was first dragged to Dalian to when it was first painted to when it got the non-skid layers to when it was taken to dry docks to when work started on Island to when it made its first sea trials. The more exciting moments will still come in the future when we see J-15s take off and land on it. And after that, it will be interesting to see how PLAN intends to use this training carrier. I read a really great article by Andrew Erickson today, where he talked about how Liaoning will not be that useful in the immediate time facing US or Japan, but could be quite useful in South China Sea. When Liu Huaqing first envisioned a carrier in PLAN, he wanted a medium sized carrier that PLAN can use to dominate South China Sea rather than a super carrier to compete against USN. Of course, this was also back in the late 80s when PLAN had those skirmishes with Vietnam where it had no air cover against Vietnam’s Su-22s. Even as PLAN is still learning carrier op in these early years, Liaoning could make quite a difference in any South China Sea scenarios.

When I was going through articles on the commissioning of Liaoning, I think one of the more interesting parts is where someone from PLAN stated that this shows China can build a carrier. While he conceded the hull was built in Russia, he stated strongly that everything inside the ship and on the ship was designed and built in China. I would imagine that whatever the Russians are doing for the INS Vikramaditya is what China had to do for the former Varyag. It certainly explains why they took this many years to finally launch the ship. Thinking about that, it’s interested that China has managed to restore and modernize a larger ship faster than the Russians despite having to learn the entire structure of the ship from scratch. Reading an interviewed piece from the ship, it certainly sounded like the interior of the ship has been completely changed to the modern PLAN standards. It was stated to have a 24 hours cafeteria with two bars (one loud and one quiet). It was has a supermarket, a post office, a gym (probably also basketball court), a laundromart and a garbage treatment station. Sailors can communicate with family at home through computers and can even use their cell phones. I would imagine the condition to be similar to those pictures we’ve seen of the interiors of the No. 88 life style ship and the Type 071 LPD. PLAN has made a serious effort in the recent years to improve the living conditions of these newer ships as they strive to become blue water navy. So far, we’ve already seen the latest of Chinese sensors and close in weapon systems installed on Liaoning. We’ve also seen the living quarters of the sailors revamped and modernized to be similar to other new PLAN ships. I can only imagine that the navigation control, command area and carrier operations control rooms will also be upgraded to the latest and best PLAN could offer. Liaoning should have much more modern weapon systems on board than any previously Russia/Soviet built carriers. It should also be much more powerful than the refitted and modernized Vikramaditya. Once J-15 joins service, it should also theoretically be much more advanced and capable than any previous naval aircraft that operated off a Russia/Soviet built carrier. Now that they have the hardware that the Soviet navy never had, the much longer process of developing the software (training people and pilots for carrier ops) is about to start.

A while ago, I was asked about when I think a Chinese carrier will enter Persian Gulf. And I think this is a good place to put what I thought at that time. Eventually, a China carrier will leave the safety of the South China Sea and then the second chain of islands. It will move past Malacca straits to protect its energy routes from Africa and the Persian Gulf. I have the following thoughts for when that will happen:

First, we have to think about economics and political situation in China. If we have a serious political or economic problem in China, that would slow down all military procurement. So, let's for the sake of argument, assume that this will not be an issue; and the navy will continue to see 10% increase in its budget every year.

Secondly, China doesn't currently have any real oversea base. And I think they would need oversea base close to the Persian Gulf first before they can really enter into Persian Gulf. They already have some supply points or network of places to support their current operations in the Gulf of Aden. Good article to read is here. In order for China to enter the Persian Gulf, I'd imagine it would need an oversea base close to the Persian Gulf. The location talked about so far are Pakistan, Seychelles, Burma, Sri Lanka and any number of African countries friendly to China. This won't happen right away, but I think it will eventually happen by the end of this decade. I think that Gwadar, Pakistan and somewhere in Burma probably make the most sense. In the former case, that base could be protected by Pakistan army and air force. In the latter case, Burma would also be within range of Chinese air force (with refueling).

Third, what would be the carrier entering into the Persian Gulf? I can't imagine it will be Liaoning, which should serve in the role I mentioned up top. Aside from that, Liaoning is still using steam turbines. If we look at all of the recent PLAN deployments, there have been very few long range ones using steam turbines. Even now, none of the Sov destroyers have been to Gulf of Aden. So, that means it would have to be a domestically built carrier. If the first carrier is under construction in JN shipyard right now as I've been led to believe, the earliest it would enter service is toward the end of this decade.

After that, we have to look at the rest of the carrier group. The current generation of AAW and ASW ships (052C/D and 054A) is sufficient to escort something like Liaoning. The first domestic carriers will be expected to make longer deployments, which would require the next generation of escorts. They would also need something like 095, because the current nuclear subs are way too noisy. Even 095 is still expected to be at least one generation behind Virginia class, so they would probably need something that’s a generation better (like a 097 class). They would need larger AAW and ASW ships that have the propulsion to keep up with the carrier. Aside from the 097 class, everything else (including a new generation of AORs) should already be commissioned by the time the first domestic carrier is ready, so escorts will not be a limiting factor.

The part that will slow things down is the development of the air wing and learning of carrier operations. The first generation of air wing will probably achieve IOC by 2015. By then, the J-15 fighter jet, JJ-9 trainer and Z-8 helicopters should have had some experience on takeoff and landing on Liaoning. For PLAN to feel comfortable sending its carrier into the Persian Gulf and keep it there, it will probably want the second generation of naval air wing. It will probably comprise of a naval version of the new SAC fighter jet, Z-8/Z-15 helicopters for ASW/SAR and other missions, different variants of naval flanker playing the role of E/FA-18E/F/G/H, Y-7 AEW and next generation of naval trainer. Now, most of this is already in development, so optimistically speaking they will probably achieve IOC by 2025. And then, PLAN would probably like to operate it a couple of years before giving it an extensive deployment to Persian Gulf. So, I think it would take until the end of the next decade before PLAN can make a meaningful entrance. By then, they would have almost 2 decades of carrier operations and multiple aircraft carriers.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 21:50

China Carrier (Liaoning)

 

Sep. 29, 2012 - By WENDELL MINNICK  Defense News

 

TAIPEI — As China celebrated the launch of its first aircraft carrier last week, images and video posted on the Internet raise new questions as to how far along the country has come in the development of its carrier capability.

 

Soon after the carrier, named Liaoning, was commissioned Sept. 25 at Dalian Naval Base, Western analysts began dissecting photos and videos posted by the country’s state-controlled media. Some believe the images raise the possibility that Liaoning might be closer to fielding a carrier-based fighter jet capability than previously thought, while others are unconvinced.

 

In the past, photos of what appeared to be the Shenyang J-15 Sea Shark fighter, a variant of the Russian Sukhoi Su-33, on the deck of the carrier were dismissed by analysts as mock-ups. No photos or videos have been seen of a fighter landing on or taking off from the carrier, but images and video from the induction ceremony show skid marks on the flight deck. A video also shows what appear to be the tail wings of two J-15s in the hangar deck.

 

Chinese media have consistently reported that the new carrier would be used primarily as a training platform and “to practice how to integrate with a combined task force,” said Gary Li, an analyst at U.K.-based Executive Analysis. Whether real aircraft or mock-ups, the presence of the planes on the ship indicates the Chinese are likely already — at the very minimum — practicing plane-handling techniques on the first-of-its-kind carrier.

 

According to Chinese state-controlled media, Liaoning is outfitted with state-of-the-art weapons, including a 150-kilometer-range active phased array radar capable of tracking 200 air targets; a 250-kilometer-range Sea Eagle surface-search radar; a 10-kilometer-range Red Flag 10 (FL-3000N) anti-missile system; and a two-kilometer-range 30mm 1030 automatic cannon for anti-ship missiles.

 

Besides the J-15, other aircraft could include the Zhi-8 transport helicopter and Kamov Ka-28 anti-submarine warfare (ASW) helicopter.

 

Some analysts said the People’s Liberation Army Navy (PLAN) might use the carrier initially as a helicopter carrier, akin to Japan’s Hyuga-class helicopter destroyers or the U.S. Navy’s Wasp-class amphibious assault ships.

 

“It is clear from certain pictures taken by the Chinese press in and around the carrier during the induction ceremony that there has been testing of the J-15 on the Liaoning,” Li said. “Tire marks on the runway suggest taking off and landing during sea trials, and one cameraman even managed to capture a J-15 test plane in the below deck hangar.”

 

But not everyone is convinced.

 

“I’m having trouble believing they’ve actually landed J-15s on this thing,” said Roger Cliff, a China military specialist at the Project 2049 Institute. Skid marks on the deck could be “touch-and-go” landings.

 

“The skid marks are well forward of where the arresting gear is,” he said. There is the possibility that they are also practicing takeoffs at sea.

 

“They could put J-15 prototypes, or even J-11s [Su-27], on the ship with a crane, take the ship out to sea, and practice taking off, landing back on dry land,” he said.

 

China would need a fighter that can handle a 3-degree angle of drop and a pilot would need to make several land-based arrested landings before trials can begin at sea, where the deck is pitching, Cliff said.

 

“When practicing on land, the consequence of touching down a foot behind where the deck starts is a poor landing score. If you do that on a carrier, you’re looking at a new aircraft, a new pilot, and repairs to the stern of the carrier,” he said.

 

Li said the J-15 is just one piece of the puzzle China needs to figure out.

 

“The lack of an early warning aircraft like the E-2 Hawkeye, even though a prototype has been spotted recently, and not enough dedicated ASW assets to go around in the form of Ka-28s [ASW helicopters], will mean that the Liaoning is not going to be conducting carrier operations in the true sense of the word for some time,” Li said.

 

Regional Jitters

 

The carrier could have a future combat role. Though analysts disagree about its capabilities, especially against the U.S. or Japanese navies, neighbors with territorial disputes with China in the South China Sea, such as the Philippines and Vietnam, are taking the threat seriously.

 

“China operating a large carrier is no doubt raising concern among the other Asian nations,” said Bernard “Bud” Cole, author of “The Great Wall at Sea.” The addition of a carrier provides the PLAN “for the first time with a classic means of effectively projecting naval power at significant distances.”

 

“My sense is that the Chinese carrier has already served China well as a powerful information warfare tool, despite having not operated as a carrier yet,” said Bob Nugent, vice president of naval advisory services at AMI International, based in Seattle. From a strategic point of view, he said, the ship “sends the same message that much of the rest of its naval development over the past 20 years has — China will be a global naval power.”

 

What specific mission Liaoning and its successors will carry out remains to be seen, Nugent said, but the “inherent flexibility of the carrier flight deck, perhaps the ultimate ‘reconfigurable mission module,’ means that whatever the mission — from defensive sea denial to offensive power projection — the ship and its follow-ons can be quickly adjusted and moved to be ready.

 

“While she is clearly a test platform first, it is worth keeping in mind that other navies have pressed their test carriers into wartime service when needed,” Nugent said.

 

In a broader sense, the Chinese carrier program could spark an arms race in the region.

 

“The carrier will provide additional motivation for the other Asian nations to continue and perhaps accelerate their ongoing naval modernization programs,” Cole said.

 

Cole points to Japan’s acquisition of small carriers and new submarines; Australia’s plan to acquire a new class of submarines and its efforts to modernize its Navy in general; acquisition of submarines by Indonesia, Malaysia and Singapore; and a stated desire to acquire submarines by Thailand and the Philippines.

 

“Further, the Indian Navy has very ambitious modernization plans, to include nuclear-powered submarines and three aircraft carriers: Those plans will likely receive a significant boost the first time a Chinese carrier steams west of [the Strait of] Malacca,” Cole said.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 07:25
Le groupe aéronaval part manoeuvrer en Méditerranée et en Atlantique

Le porte-avions Charles de Gaulle

 

01/06/2012 MER et MARINE

 

Articulé autour du Charles de Gaulle, le groupe aéronaval français a débuté un entrainement à la mer de 6 semaines en Méditerranée et Atlantique. Le porte-avions, qui a appareillé mercredi de Toulon, est entouré pour ces manoeuvres PEAN (Période d'entrainement aéronaval) de la frégate de défense aérienne Forbin, de la frégate anti-sous-marine Montcalm, du bâtiment de commandement et de ravitaillement Var (puis du pétrolier-ravitailleur Meuse), ainsi que d'un sous-marin nucléaire d'attaque. Le groupe aérien embarqué est, quant à lui, constitué de 8 Rafale Marine, 7 Super Etendard Modernisés (SEM) et deux Hawkeye. Du 6 au 8 juin, le groupe aéronaval (GAN) de la Marine national mènera un exercice de lutte antinavire Exocet, avec le renfort de la frégate antiaérienne Jean Bart, dotée de son nouveau radar SMART-S, ainsi que des frégates furtives Surcouf et Courbet.


Le Forbin (© : MARINE NATIONALE)


Le Montcalm (© : MARINE NATIONALE)


Le Jean Bart avec son nouveau radar (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Surcouf (© : MARINE NATIONALE)


Le Courbet (© : MARINE NATIONALE)


Un SNA du type Rubis (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Var (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


La Meuse (© : MARINE NATIONALE)

Manoeuvres dans le sud-ouest avec l'armée de Terre et l'aviation

La flotte participera ensuite à l'entraînement interarmées Mojito, qui se déroulera du 11 au 14 juin. Organisé par la 11èmeBrigade parachutiste, et engageant principalement le 1erRégiment de chasseurs parachutistes de Pamiers, ce vaste entraînement de l'armée de Terre intègrera les avions du groupe aérien embarqué en appui-feu des troupes au sol. « S'entraîner à la projection de puissance vers la terre depuis le porte-avions nous permet de focaliser nos efforts tactiques sur le soutien aérien rapproché, la reconnaissance et les opérations aériennes combinées, ou encore la récupération et le sauvetage au combat »,explique le contre-amiral Coindreau, commandant la force aéromaritime de réaction rapide et du GAN. Mojito sera aussi l'occasion pour la Marine nationale de travailler avec une dizaine d'aéronefs de l'armée de l'Air et un groupe du commando parachutiste de l'air (CPA 30), ces derniers étant embarqués pour l'occasion à bord du Charles De Gaulle.


Le pont d'envol du Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)


Rafale Marine à l'appontage (© : MARINE NATIONALE)


SEM au catapultage (© : MARINE NATIONALE)


Hawkeye (© : MARINE NATIONALE)

Exercices avec les Espagnols, les Marocains et les Américains

Après ces manoeuvres, le GAN rejoindra les côtes ibériques pour un exercice avec la marine et l'armée de l'Air espagnoles, avec une escale à Carthagène, la première dans ce port pour le Charles de Gaulle. Après le passage de Gibraltar vers le 24 juin, le groupe aéronaval rejoindra ensuite le Maroc et s'entrainera au large de Rabat avec les forces armées marocaines, une campagne de tir air-sol au profit des avions du groupe aérien embarqué étant notamment prévue. De retour en Méditerranée, le Charles de Gaulle et son escorte devraient, enfin, rencontrer le groupe du porte-avions américain USS Eisenhower. « C'est entre autres grâce à des déploiements réguliers d'une force à la mer significative du type de PEAN que le GAN se maintient au plus haut opérationnel. Non seulement ces manoeuvres permettent d'entretenir et de développer les interactions interarmées et la coopération avec des forces armées alliées, mais c'est aussi une nécessité pour garantir de pouvoir fournir, sous faible préavis, une capacité opérationnelle significative n'importe où dans le monde » , rappelle le contre-amiral Coindreau.


Le Charles de Gaulle avec un porte-avions américain (© : MARINE NATIONALE)

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:45
La marine russe recevra ses MiG-29KUB en 2013

 

 

1 mars 2012 par Daniel Favre – INFO-AVIATION

 

Les quatre premiers chasseurs embarqués MiG-29/KUB seront livrés aux forces navales russes en 2013, a annoncé le 29 février un porte-parole du ministère russe de la Défense.

 

« La Marine russe recevra les quatre premiers avions MiG-29KUB dès 2013. Tous les chasseurs embarqués de ce type, dont le nombre est spécifié dans le contrat signé entre le ministère de la Défense et le consortium MiG, seront mis à la disposition de la  Flotte du Nord d’ici 2015″, a indiqué le porte-parole.

 

Le porte-avions russe Admiral Kouznetsov.

 

Selon lui, six mois avant la livraison des chasseurs, les pilotes de l’Aviation navale russe suivront un entraînement approprié.

 

Le ministère de la Défense et le groupe de construction aéronautique MiG ont signé un contrat prévoyant la livraison de 20 chasseurs embarqués MiG-29K et quatre MiG-29KUB. Ces appareils équiperont le croiseur porte-avions Admiral Kouznetsov, rattaché à la Flotte du Nord.

 

Il s’agit d’appareils multi-rôles, destinés à assurer la maîtrise aérienne et à remplir différentes missions de combat de jour comme de nuit, dans toutes les conditions météorologiques.

 

Un lot de chasseurs MiG-29K et MiG-29KUB a été livré à l’Inde à la fin de 2011 pour le porte-avions indien Vikramaditya.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:45
Marine russe: les premiers MiG-29 embarqués livrés dès 2013

 

MOSCOU, 29 février - RIA Novosti

 

Les quatre premiers chasseurs embarqués MiG-29/KUB seront livrés aux forces navales russes en 2013, a annoncé mercredi aux journalistes un porte-parole du ministère russe de la Défense.

 

"La Marine russe recevra les quatre premiers avions MiG-29KUB dès 2013. Tous les chasseurs embarqués de ce type, dont le nombre est spécifié dans le contrat signé entre le ministère de la Défense et le consortium MiG, seront mis à la disposition de la  Flotte du Nord d'ici 2015", a indiqué le porte-parole.

 

Selon lui, six mois avant la livraison des chasseurs, les pilotes de l'Aviation navale russe suivront un entraînement approprié.

 

Le ministère de la Défense et le groupe de construction aéronautique MiG ont signé un contrat prévoyant la livraison de 20 chasseurs embarqués MiG-29K et quatre MiG-29KUB. Ces appareils équiperont le croiseur porte-avions Admiral Kouznetsov, rattaché à la Flotte du Nord.

 

Il s'agit d'appareils multi-rôles, destinés à assurer la maîtrise aérienne et à remplir différentes missions de combat de jour comme de nuit, dans toutes les conditions météorologiques.

 

Un lot de chasseurs MiG-29K et MiG-29KUB a été livré à l'Inde à la fin de 2011.

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 13:10
Russia Signs Contract for Navy MiG-29K Fighter

 

The Russian Defense Ministry has signed a contract with aircraft maker MiG for the delivery of 20 MiG-29K and four MiG-29KUB carrier-based fighter aircraft

 

MOSCOW, February 29 (RIA Novosti)

 

The Russian Defense Ministry has signed a contract with aircraft maker MiG for the delivery of 20 MiG-29K and four MiG-29KUB carrier-based fighter aircraft, MiG said on Wednesday.

 

"Defense Minister Anatoly Serdyukov and MiG General Director Sergei Korotkov have signed the contract for the delivery of MiG-29K and MiG-29KUB carrier-based fighters," MiG said in a statement.

 

MiG wil deliver the aircraft from 2013-2015. The aircraft will operate from Russia's single serving carrier, the Admiral Kuznetsov, with the Northern Fleet based in Murmansk. The value of the deal has not been disclosed.

 

"The signature of this contract for delivery of these fighters is a real step in fulfilling our program for rearming the forces. The Naval Air Forces will get a modern combat aircraft as good as any in the world," Serdyukov was quoted as saying by his press service.

 

The contract will guarantee MiG a steady level of work in the medium term, Korotkov said.

 

The MiG-29K is a navalized variant of the MiG-29 land-based fighter, and has folding wings, an arrester tail-hook, strengthened airframe and multirole capability. It can be armed with a wide variety of air-to-air and air-to-surface weaponry. So far, the aircraft has only been exported to India for use on a refitted Russian-built carrier which is to be delivered at the end of this year.

 

The Admiral Kuznetsov currently operates Sukhoi Su-33 naval fighter aircraft.

 

Russia Signs Contract for Navy MiG-29K Fighter
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:30

http://www.flightglobal.com/assets/getasset.aspx?itemid=43592

 

21 December 2011 By Vladimir Karnozov - Flight Global

 

With work on the Indian navy's future aircraft carrier the INS Vikramaditya now 90% complete, an RSK MiG-29K fighter has been placed aboard the vessel for the first time.

 

Pictured on the carrier's deck at the Sevmash dockyard in Severodvinsk, northern Russia during November, aircraft Side 311 was deployed using a crane to serve as a mock-up only.

 

According to Sevmash, the Vikramaditya will start sea trials in May 2012, with these to involve take-offs and landings using two industry-owned aircraft. One is a purpose-built MiG-29K, while the other is a MiG-35D two-seat demonstrator now being modified after the crash of a MiG-29KUB trainer during trials in 2011.

 

Originally introduced to service with the Russian navy in 1987 as the Baku, but deactivated in 1992, the modified Vikramaditya now features a "ski-jump" ramp and three arrestor wires to support fighter operations. New Delhi's total investment in the ship is worth around $2 billion, with Sevmash expecting it to be commissioned into service on 4 December 2012 - Indian navy day.

 

Russia has so far delivered 11 of the 16 MiG-29K/KUBs ordered for the Indian navy under a 2003 deal worth $530 million, with the remainder due to be shipped to Goa before the end of 2011.

 

India also this year firmed up an option for 29 more navalised MiG-29s to equip its future homegrown aircraft carriers.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 12:50
Le porte-avions français Charles de Gaulle vu sous tous les angles

source peopledaily.com.cn

 

14 décembre 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le Charles de Gaulle est un porte-avions qui appartient à la Marine nationale française. Il a appareillé samedi vers 9h de Toulon, son port d’attache, pour une semaine d’essais de sa propulsion en Méditerranée, selon des médias français.

 

Référence : Quotidien du Peuple (Chine)

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 07:55
Le porte-avions Charles de Gaulle crédits : EMA

Le porte-avions Charles de Gaulle crédits : EMA

 

05/10/2011 MER et MARINE

 

Commandée en 2008 à l'issue des réflexions ayant abouti au livre blanc sur la défense, la nouvelle étude portant sur le second porte-avions français (PA2) est achevée. Les travaux ont, notamment, porté sur les différents modes de propulsion possibles. Il s'agissait d'évaluer, à long terme, les avantages et les inconvénients du nucléaire. Le principal bénéfice de ce mode de propulsion, adopté pour le Charles de Gaulle, est d'offrir une autonomie considérable, la place occupée par le combustible de propulsion pouvant être attribuée à d'autres fonctions. Dans un contexte de renchérissement du pétrole et de raréfaction des hydrocarbures (du moins ceux facilement atteignables), cette solution peut paraitre avantageuse en matière de coûts d'exploitation. Mais elle présente aussi des inconvénients. Comme l'a démontré le Charles de Gaulle, les contraintes en termes de sécurité sont importantes et, en temps de paix, la propulsion d'un porte-avions nucléaire (PAN) est gérée suivant les mêmes règles de sureté qu'une centrale nucléaire civile, ce qui n'est pas la solution offrant le plus de souplesse par rapport aux besoins opérationnels. Les mesures de sécurité, très importantes, ont évidemment un coût, auquel il faudra rajouter le démantèlement des installations une fois le bâtiment désarmé. Le rechargement des réacteurs est, de plus, dimensionnant lors des grands arrêts techniques et rend le navire inutilisable durant une longue période. En matière d'escales, il est aussi à noter que tous les pays n'acceptent pas les bâtiments à propulsion nucléaire, ce qui peut parfois être problématique. Quant aux ressources humaines, la réalisation d'un second PAN nécessiterait sans doute d'augmenter les effectifs spécialisés, notamment les atomiciens, qui demeurent des « perles rares » en matière de recrutement. Enfin, au cas où le PA2 serait construit et qu'il serait décidé de le doter d'une propulsion nucléaire, il conviendrait de développer de nouveaux réacteurs, ce qui entrainerait un surcoût important et rendrait sans doute plus complexe la mise en oeuvre de deux porte-avions équipés différemment.


En somme, bien que l'option nucléaire soit opérationnellement la meilleure, les contraintes évoquées, dans un contexte budgétaire compliqué, plaident plutôt en faveur d'un porte-avions à propulsion conventionnelle, telle le PA2 issu du projet de coopération franco-britannique mené entre 2006 et 2008. Ce projet n'est officiellement plus à l'ordre du jour, même si le gouvernement britannique a décidé de se séparer de l'un de ses deux futurs porte-avions, le Queen Elizabeth, actuellement assemblé à Rosyth, ce qui peut constituer une éventuelle opportunité (moyennant une adaptation aux besoins français).


Le design de PA2 présenté par DCNS fin 2010 (© : MER ET MARINE)

DCNS et STX ont un design en poche

Après l'abandon du programme franco-britannique en 2008, DCNS et STX France ont travaillé sur un nouveau design de porte-avions, s'affranchissant des contraintes liées à la coopération. Présenté lors du salon Euronaval 2010, le dernier modèle exposé porte sur un navire à propulsion classique doté de trois lignes d'arbres. Long de 285 mètres pour un déplacement de 59.000 tonnes en charge, ce projet se distingue par un important travail sur la carène, avec bulbe d'étrave très allongé et jupe à la poupe, ainsi que l'optimisation de la plateforme pour réduire fortement les coûts d'exploitation et de maintenance. Grâce à l'automatisation, l'équipage (hors groupe aérien embarqué) pourrait être réduit à 900 marins, contre 1260 pour le Charles de Gaulle, pourtant plus petit (261 mètres, 42.000 tonnes). Ce modèle de PA2 pourrait embarquer 32 Rafale, 3 Hawkeye et 5 hélicoptères. En profitant des techniques de construction modernes mises en oeuvre à Saint-Nazaire, la coque pourrait, aujourd'hui, être réalisée entre deux et trois ans seulement, auxquels il convient d'ajouter la phase d'essais et de mise au point des systèmes. En clair, s'il était commandé demain, ce second porte-avions pourrait être à la mer lorsque son aîné subira, vers 2016, son second arrêt technique majeur, qui sera assorti d'une importante modernisation.


L'étude commandée en 2008 et désormais achevée a pour but d'éclairer le président de la République sur les possibilités techniques offertes. Il y a trois ans, Nicolas Sarkozy avait renvoyé à 2011/2012 la décision de construire, ou non, le PA2. Jusqu'ici, l'Elysée a mis en avant le contexte économique difficile pour différer ce programme, dont l'utilité n'est pourtant pas remise en cause, un seul porte-avions ne permettant pas de disposer en permanence du groupe aéronaval, l'une des clés de voute l'armée française.


Mais la réalisation du PA2 demeure avant tout une question politique, son coût (environ 3 milliards d'euros à répartir sur plusieurs années) étant finalement assez faible comparé à d'autres programmes et, de manière générale, à ce que l'Etat dépense tous les ans en crédits d'équipement (16 milliards d'euros).

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 06:00
http://www.meretmarine.com/objets/500/35540.jpg

Le porte-avions chinois Shi Lang

crédits : WWW.NEWS.CN

 

 

29.08.2011 Mer et Marine
Alors que la construction d'autres bâtiments du même type aurait été lancée, le premier porte-avions chinois a appareillé le 10 août de l'arsenal de Dalian pour une première série d'essais en mer. Au cours de cette campagne de quelques jours, marins et ingénieurs ont notamment testé la propulsion, la stabilité et la manoeuvrabilité du navire. Mis sur cale en 1985 aux chantiers de Nikolaev, en Ukraine, et lancé trois ans plus tard, ce porte-avions était un sistership de l'Admiral Kuznetsov (ex-Tbilissi, ex-Leonid Brezhnev), entré en service dans la marine russe en 1991. Mais, suite à l'effondrement de l'URSS, le Varyag (appelé au départ Riga) n'a pas été terminé. Racheté en juin 2000 au chantier ukrainien par l'intermédiaire d'un homme d'affaires chinois, la coque, à environ 70% d'achèvement, a été remorquée en 2002 à Dalian. Officiellement, le bâtiment devait être transformé en casino flottant à Macao, à l'image des ex-porte-aéronefs russes Kiev et Minsk, qui avaient été acquis précédemment et convertis respectivement en hôtel à Tianjin et en parc d'attraction à Shenzen.


L'ex-Varyag arrivant en Chine en 2002 (© : WWW.NWC.NAVY.MIL)


L'ex-Varyag avant sa première sortie (© : CHINESE MILITARY FORUM)


L'ex-Varyag de retour de ses essais en mer, mi-août (© : MIL.HUANQUI.COM)

Plus de 6 ans de travaux à Dalian

Mais le Varyag étant de conception assez récente à l'époque, la Chine a, sans véritable surprise pour les experts, décidé de l'achever afin de disposer de son premier porte-avions. Les travaux en ce sens ont véritablement repris en 2005 à Dalian, Pékin ne dévoilant officiellement que cette année son intention de terminer la coque pour un usage militaire. Doté de matériels chinois en plus de ses équipements d'origine russe, l'ex-Varyag, qui devrait porter le nom de Shi Lang, mesure 304 mètres de long et affiche un déplacement lège de 46.000 tonnes, son déplacement à pleine charge étant estimé à environ 60.000 tonnes. Doté à l'avant d'un tremplin incliné à 12 degrés, il disposera comme le Kuznetsov d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Par rapport à son aîné, divers aménagements ont été réalisés. Ainsi, la capacité du hangar aurait été augmentée, pour permettre à cet espace d'accueillir 22 avions, contre 18 suivant les plans originaux. Le groupe aérien embarqué du Shi Lang devrait comprendre des avions multi-rôles J10 et des intercepteurs J15, version chinoise du Su-33 russe. On rappellera d'ailleurs que Moscou a suspendu la livraison de 50 Su-33 après avoir découvert que le chasseur avait été copié par les Chinois. Il conviendra également de voir comment sera traitée la problématique de l'alerte lointaine, indispensable pour tout déploiement aéronaval lointain, alors que la marine ne dispose d'aucun avion de guet aérien embarqué.


Prototype du J15, copie chinoise du Su-33 (© : CHINESE MILITARY FORUM)

Un énorme challenge pour la marine chinoise

Si, en prenant la mer, le premier porte-avions chinois devient réalité, le projet est encore loin d'être achevé. D'abord, il conviendra de mener à bien la mise au point de la plateforme, ce qui sera sans doute long. Ensuite, il faudra former le personnel nécessaire à la mise en oeuvre du bâtiment. A cet effet, une étonnante réplique en béton du porte-avions (pont et îlot) a notamment été construite à Wuhan sur un immeuble de bureaux. Cette infrastructure devrait permettre d'aider les marins à se familiariser avec la manoeuvre des appareils sur un pont d'envol. Il conviendra ensuite de former les pilotes de l'aéronavale chinoise aux appontages et décollages depuis le Shi Lang, ce qui ne sera pas évident. A cet effet, Pékin cherchera peut être à se rapprocher d'un autre pays disposant de porte-avions, comme la Russie ou l'Inde (on a aussi, un temps, évoqué le Brésil) afin de permettre à ses pilotes de se former auprès d'une marine disposant du savoir-faire nécessaire. Enfin, les Chinois devront faire fonctionner l'ensemble du porte-avions puis maîtriser son intégration dans un groupe aéronaval, ce qui suppose une coordination très fine avec les bâtiments d'escorte et de ravitaillement. « Les porte-avions formeront un très puissant groupe de bataille mais la construction et la mise en oeuvre de ce type de bâtiments sont extrêmement complexes », a reconnu début août le contre-amiral chinois Yin Zhuo, évoquant notamment la formation et l'entrainement des personnels. C'est pourquoi, au moins pendant les premières années de sa vie active, le Shi Lang servira avant tout de porte-avions école, permettant à la marine chinoise d'acquérir progressivement les techniques et l'entrainement nécessaires à l'apprentissage de l'outil aéronaval. Selon certains spécialistes, il faudrait, en fait, environ 10 ans pour que cette nouvelle capacité soit bien maîtrisée.


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)

D'autres bâtiments déjà en chantier ?

On le sait, Pékin ne compte pas se limiter au Shi Lang. A plusieurs reprises, des officiels chinois ont évoqué d'autres projets destinés à accroître la force aéronavale chinoise. Le premier projet, baptisé « 089 », consiste à réaliser deux unités dérivées de l'ex-Varyag. Moins longs (285 mètres) mais plus gros (48.000 tonnes lège, 64.000 tonnes à pleine charge), les deux futurs porte-avions pourraient mettre en oeuvre 35 avions et 6 hélicoptères. On ne sait pas encore si ces bâtiments, qui pourraient recevoir les noms de Beijing et Mao Zedong, disposeront d'un tremplin ou seront dotés de catapultes. La mise sur cale du premier navire était prévue cette année au nouveau chantier Jiangnan Shipyard Corp, situé sur l'île de Changxing, près de Shanghai. Et, selon certaines sources, la construction aurait effectivement débuté, en vue d'un lancement en 2015 et une admission au service actif vers 2020. Les travaux d'usinage auraient également commencé sur la seconde unité de la série, dont la mise sur cale est prévue en 2012.
Dans le même temps, la Chine semble toujours projeter la construction d'un premier porte-avions à propulsion nucléaire (projet 085). Pour cela, les plans d'un défunt projet soviétique devant conduire à la réalisation de l'Ulyanovsk auraient été achetés aux chantiers ukrainiens, qui avaient débuté la construction du bâtiment en 1988, avant de l'abandonner trois ans plus tard. Il s'agissait alors d'un porte-avions de 300 mètres de long et de 85.000 tonnes de déplacement à pleine charge, équipé d'un tremplin mais aussi de deux catapultes pour le lancement d'avions de guet aérien.


Vue d'artiste du futur groupe aéronaval chinois (© : DROITS RESERVES)

Au moins trois porte-avions pour défendre les intérêts chinois

Fin juillet, un général chinois a estimé que son pays avait besoin d'au moins trois porte-avions pour défendre ses intérêts stratégiques. « Si l'on considère nos voisins, l'Inde en aura trois d'ici à 2014, le Japon aura trois équivalents de porte-avions d'ici à 2014, donc j'estime que le nombre (pour la Chine) ne devrait pas être de moins de trois si nous voulons défendre nos droits et nos intérêts maritimes avec efficacité », a affirmé le général Luo Yuan dans les colonnes des Nouvelles de Pékin. Pour les autorités chinoises, l'acquisition de cette nouvelle capacité s'inscrit dans la stratégie défensive du pays, en améliorant notamment la couverture des approches maritimes chinoises. Mais ce sera aussi un moyen de pression supplémentaire sur Taïwan, le Japon en encore le Vietnam ; tout en mettant un terme, au moins symboliquement, au monopole aéronaval américain dans cette partie du monde. En dehors de la simple « gesticulation politique », il va aussi sans dire que la mise en oeuvre de porte-avions permettra à la marine chinoise, à terme, de disposer d'une puissante force de projection de puissance, les bâtiments déployant non seulement des chasseurs, mais aussi des appareils pouvant mener des assaut à la mer ou contre des objectifs terrestres. Avec l'arrivée de ses nouveaux porte-avions, la flotte poursuivra en tous cas son évolution vers une marine océanique, augmentant de facto la sphère d'influence chinoise. L'acquisition de ce puissant outil diplomatique et militaire pourrait, à n'en pas douter, renforcer la tendance des bâtiments chinois à participer, de plus en plus souvent, à des déploiements loin des eaux nationales. D'où la méfiance de certains pays face au développement par Pékin d'un outil aéronaval, perçu dans certaines capitales comme une menace potentielle pour la stabilité régionale.


Nouveau destroyer lance-missiles du type Lujang II (© : APL)

Une puissance encore limitée

La montée en puissance de la marine chinoise s'illustre par sa progression dans le palmarès des grandes flottes mondiales. En tonnage, elle est devenue la troisième du monde, avec 486.000 tonnes de bâtiments de combat (sous-marins, destroyers, frégates, corvettes, patrouilleurs et bâtiments anti-mines, hors unités amphibies et logistiques), contre plus de 2 millions de tonnes pour celle des Etats-Unis et environ 850.000 tonnes pour la marine russe (la marine française, numéro 6 mondiale en tonnage derrière la Grande-Bretagne et le Japon, n'aligne plus, pour mémoire, que 210.000 tonnes de bâtiments de combat). Portée par d'importants programmes de constructions neuves, la flotte chinoise est donc devenue, en quelques années, une force imposante. Du moins quantitativement. Car il ne s'agit pas de construire de beaux bateaux à la chaîne, encore faut-il savoir les exploiter et, surtout, disposer et maîtriser des équipements nécessairement de pointe dans un environnement de plus en plus technologique et complexe. Or, si les chantiers chinois sortent désormais des navires à l'allure moderne, de nombreux doutes subsistent quant à leur réel niveau technologique. La politique plutôt autarcique en ce qui concerne les exercices avec des flottes étrangères, surtout occidentales, limite la connaissance des unités chinoises. Pour Pékin c'est une manière de laisser planer le doute sur son potentiel, qu'il s'agisse de ses forces comme de ses faiblesses. Mais c'est aussi un handicap puisque les Chinois ne peuvent se mesurer à leurs homologues et tirer de précieuses leçons lors de grands entrainements internationaux, exercices toujours utiles pour révéler certaines lacunes.


Tir de missile antinavire depuis un bâtiment chinois (© : APL)

A l'issue de visites, d'échanges et de rares manoeuvres, certains militaires occidentaux demeurent en tous cas dubitatifs quant à la véritable puissance de la nouvelle marine chinoise, dont un nombre important d'équipements est constitué de copies plus ou moins réussies de matériels russes ou occidentaux. S'il ne fait aucun doute que la marine chinoise continuera de monter en gamme dans les années à venir, on peut raisonnablement estimer que, pour l'heure, destroyers, frégates et sous-marins chinois sont très loin de valoir, technologiquement, les dernières réalisations occidentales. C'est l'une des raisons pour lesquelles la « menace » chinoise, telle qu'elle est présentée dans certains pays, est encore relative. Quant à l'arrivée de nouveaux porte-avions, il convient là aussi de relativiser leur impact. Car non seulement il faudra de nombreuses années pour maîtriser cet outil, mais en plus, dans son actuelle zone d'intérêt, la Chine dispose déjà de moyens militaires colossaux, qui suffisent amplement à remplir toutes les missions pouvant être dévolues à ses forces armées.


L'USS Abraham Lincoln (© : US NAVY)


Vue du futur USS Gerald R. Ford (© : US NAVY)

Un club très fermé

La construction d'une force aéronavale a donc d'abord une vocation politique. En se dotant de cet outil, la Chine compte sans doute renforcer son poids sur la scène internationale, en intégrant le club très fermé des marines mettant en oeuvre des porte-avions. Actuellement, seuls les Etats-Unis et la France disposent de bâtiments à catapultes et d'une propulsion nucléaire. Ces navires sont reconnus comme étant la configuration offrant le plus de puissance. L'US Navy compte actuellement 11 porte-avions, soit 10 du type Nimitz et dérivés (333 mètres, 93.700 à 104.200 tpc, 68 aéronefs), mis en service entre 1975 et 2010, ainsi que l'USS Enterprise (336 mètres, 93.970 tonnes, 68 aéronefs). Datant de 1961, ce dernier doit être désarmé l'an prochain et remplacé en 2015 par l'USS Gerald R. Ford (335 mètres, 95.000 tpc, 60 aéronefs), premier d'une nouvelle génération de porte-avions appelée à prendre la succession des bâtiments constituant aujourd'hui l'ossature de la flotte américaine.


Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Après avoir disposé durant cinquante ans d'au moins deux porte-avions, la France ne compte plus, actuellement, que le Charles de Gaulle (261 mètres, 42.000 tpc, 40 aéronefs). Admis au service actif en 2001, le premier bâtiment de guerre européen à propulsion nucléaire attend toujours l'arrivée d'un second navire pour l'épauler pendant ses indisponibilités techniques. Après l'échec d'une coopération franco-britannique en 2008, de nouvelles études ont été lancées afin d'évaluer les différents modes de propulsion possibles. Une décision concernant la construction, espérée d'ici 2012, semble aujourd'hui très difficile compte tenu du contexte économique et budgétaire.


Le Sao Paulo avec au second plan un PA américain (© : US NAVY)

Le Brésil est le seul autre pays à jouer également dans la catégorie des porte-avions à catapulte (mais à propulsion conventionnelle), grâce au Sao Paulo (ex-Foch), acquis en 2000 auprès de la France. Mais ce bâtiment (265 mètres, 32.780 tpc, 34 aéronefs), qui date de 1963, est très vieux, navigue peu et n'embarque que des avions anciens (de type AF-1 Skyhawk, en attendant peut-être des Super Etendard français). La Russie, qui projette de construire de nouveaux porte-avions (plutôt nucléaires), ne compte pour l'heure que le Kuznetsov (304.5 mètres, 58.600 tpc, 30 aéronefs), dont les capacités aériennes sont assez limitées, avec seulement des Su-33. Ces derniers devraient néanmoins être remplacés par des MiG-29K.
L'Inde a, quant à elle, décidé de développer sa capacité en porte-avions. Armant toujours l'antique Viraat (ex-Hermes britannique datant de 1959 et acheté en 1986 - 227 mètres, 28.700 tpc, 21 aéronefs), la marine indienne devrait toucher l'an prochain le Vikramaditya (283 mètres, 45.000 tpc, 32 aéronefs). Il s'agit de l'ex-Admiral Gorshkov russe (1987), qui achève actuellement une importante refonte en Russie. Ce navire sera suivi, vers 2014, du premier porte-avions indien de construction nationale, le Vikrant (252 mètres, 37.500 tpc, 30 aéronefs), actuellement construction à l'arsenal de Cochin. Le Vikramaditya comme le Vikrant disposeront, comme le Kuznetsov et le Shi Lang, d'un tremplin et d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Leur aviation sera notamment constituée de MiG-29K.


Le Kuznetsov russe (© : MARINE RUSSE)


Le Viraat indien (© : MARINE NATIONALE)


Vue du futur Vikramaditya indien (© : MARINE INDIENNE)


Vue du futur Vikrant indien (© : MARINE INDIENNE)

En Europe, seules l'Italie et l'Espagne disposent de porte-aéronefs, dotés d'un tremplin et embarquant des avions à décollage court et appontage vertical. En plus du Principe de Asturias (196 mètres, 17.200 tpc, 30 aéronefs), admis au service actif en 1988, l'Armada espagnole vient de recevoir le bâtiment de projection stratégique Juan Carlos I (231 mètres, 26.800 tpc, 24 aéronefs). Doté d'un radier pour le déploiement d'engins amphibies, ce navire est conçu pour pouvoir mettre en oeuvre, dans les prochaines années, des F-35 B. Il en sera de même pour le nouveau porte-aéronefs italien, le Cavour, livré en 2008 et toujours en phase d'essais et d'entrainement. Ce navire remplacera le Garibaldi qui, contrairement à son successeur, ne pourra recevoir de F-35 B. En attendant que le nouvel avion soit opérationnel, Italiens et Espagnols se contentent de leurs Harrier.


Le Principe de Asturias espagnol (© : ARMADA ESPANOLA)


Le Juan Carlos I espagnol (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Cavour italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Garibaldi italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Depuis la fin 2010 et la décision de retirer du service le HMS Ark Royal (209 mètres, 22.000 tonnes, 21 aéronefs) et la flotte de Harrier, la Grande-Bretagne, dont le dernier porte-aéronefs (HMS Illustrious) a été ravalé au rang de porte-hélicoptères, ne dispose plus d'avions embarqués. Cette situation est néanmoins temporaire puisque la Royal Navy doit recevoir un nouveau porte-avions. Un premier bâtiment, le HMS Queen Elizabeth (283 mètres, 65.000 tpc, 40 aéronefs), est actuellement en construction pour une livraison en 2015. Mais ce navire ne sera armé que pendant quelques années comme porte-hélicoptères, en attendant la mise en service, vers 2020, d'un autre porte-avions, le HMS Prince of Wales. Contrairement à son aîné, qui disposera d'un tremplin (pour la mise en oeuvre de F-35B, option finalement abandonnée par Londres), le second porte-avions britannique sera doté de catapultes et de brins d'arrêt pour pouvoir accueillir des F-35C. Après une longue période réapprentissage, la Royal Navy recouvrera le club des marines dotées de porte-avions classiques, configuration qu'elle avait abandonné à la fin des années 70 pour privilégier l'emploi de petits porte-aéronefs (ce qui fut à postériori une erreur, aujourd'hui reconnue).


Le futur HMS Queen Elizabeth britannique (© : BAE SYSTEMS)


Le futur HMS Prince of Wales britannique (© : BAE SYSTEMS)

Le tour d'horizon ne serait pas complet sans revenir en Asie. Dans cette région, le seul pays à disposer d'un véritable porte-aéronefs est la Thaïlande. Celle-ci a commandé en 1992 un bâtiment dérivé du Principe de Asturias, qui a été livré par les chantiers espagnols en 1997. Bien que récent, le Chakri Naruebet (182 mètres, 11.500 tpc, 12 aéronefs) présente toutefois des capacités limitées, son parc aérien ne pouvant comprendre que quelques vieux avions Matador (ancienne version espagnole du Harrier), dont 9 exemplaires ont été achetés à l'Armada en 1996.


Le Chakri Naruebet thaïlandais (© : MARINE THAILANDAISE)

Le Japon, quant à lui, a construit une série de porte-hélicoptères qui pourraient, le cas échéant, être transformés en porte-aéronefs. Mis en service entre 1998 et 2003, les Osumi, Shimokita et Kunisaki (178 mètres, 14.000 tpc) du type 16DDH, sont de taille réduite. Mais la capacité potentielle en matière de porte-aéronefs de la marine japonaise résiderait plutôt dans une nouvelle classe de bâtiments, le type 22DDH, dont le design a été dévoilé en 2009. Ces navires mesurent 248 mètres de long, avec un déplacement de plus de 30.000 tonnes en charge.
Enfin, dans le même esprit, la Corée du Sud a intégré, en 2007, son premier porte-hélicoptères d'assaut avec radier, pont d'envol continu et îlot. Long de 199.4 mètres pour un déplacement de 18.860 tonnes en charge, le Dokdo aura un sistership, le Marado.


Image de synthèse des types japonais 16DDH et 22DDH (© : DROITS RESERVES)


Le Dokdo sud-coréen (© : DROITS RESERVES)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories