Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:55
[Websérie - 1/3] : Balard, le nouveau siège du ministère de la Défense


28 janv. 2015 ministère de la Défense

 

En 2015, le ministère de la Défense franchit une nouvelle étape de son histoire en regroupant ses états-majors et services centraux à Balard (Paris 15e).
Le 1er épisode de notre websérie « Balard, la Défense ensemble » explique les objectifs de cette restructuration ambitieuse et le nouveau mode de fonctionnement.

Episode 2 « Ma vie courante à Balard » en Mars 2015.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:20
Entraînement franco-canadien


30 janv. 2015 Armée de Terre

 

Du 19 au 27 janvier, 3 000 hommes, dont deux pelotons du 4e régiment de chasseurs (4e RCh) de Gap, ont été déployés dans des conditions très réalistes dans l’exercice de brigade franco-canadien Rafale Blanche.
De la tenue jusqu’à l’armement, tous les moyens canadiens ont été utilisés dans cet exercice interarmes conduit par le 12e régiment blindé de l’armée canadienne.
L’exercice Rafale Blanche est une expérience unique d’échange et de savoir-faire entre deux nations dans le domaine du combat de jour comme de nuit, en condition de grand froid.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:20
Rafale Blanche 2015 : Portraits croisés de sous-officiers


31 janv. 2015 Armée de Terre

 

Portraits croisés de sous-officiers Français et Canadiens.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:20
Rafale Blanche 2015 : Portraits croisés de deux chefs de section


31 janv. 2015 Armée de Terre

 

Portraits croisés de deux chefs de section français et canadien.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:20
Rafale Blanche 2015 : Portraits de deux militaires du rang


31 janv. 2015 Armée de Terre

 

Portraits de deux militaires du rang français et canadiens.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 08:55
Démonstration de force dans le massif du Vercors

 

30/01/2015 SCH Beltran Armée de Terre

 

Le 16 janvier 2015, un détachement d’appui à l’engagement en terrain montagneux (DATM), issu de la 27e brigade d’infanterie de montagne, a effectué une démonstration de ses savoir-faire au général de corps d’armée Arnaud Sainte-Claire Deville, commandant les forces terrestres. Fief des unités alpines, le massif du Vercors a été le décor de cette manœuvre.

 

Le détachement, composé d’une section du 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA), d’une équipe de la CCTM et de deux groupes commandos du 93e régiment d’artillerie de montagne (93e RAM) et du 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA), a mis en œuvre des procédés spécifiques propres à l’environnement singulier dans lequel évolue les troupes de montagne. L’exercice s’est soldé par la neutralisation d’un ennemi armé et la reconnaissance d’un bâtiment.

photo 27e BIM - 13e BCAphoto 27e BIM - 13e BCA
photo 27e BIM - 13e BCA

photo 27e BIM - 13e BCA

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 06:20
Entraînement franco-canadien Rafale Blanche 2015

 

31/01/2015 Camille Pegol – Armée de Terre

 

Du 19 au 27 janvier, 3 000 hommes, dont deux pelotons du 4e régiment de chasseurs (4e RCh) de Gap, ont été déployés dans des conditions très réalistes dans l’exercice de brigade franco-canadien Rafale Blanche.

 

De la tenue jusqu’à l’armement, tous les moyens canadiens ont été utilisés dans cet exercice interarmes conduit par le 12e régiment blindé de l’armée canadienne.

 

L’exercice Rafale Blanche est une expérience unique d’échange et de savoir-faire entre deux nations dans le domaine du combat de jour comme de nuit, en condition de grand froid.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 05:45
Sangaris: interception d'un groupe armé décidé à entraver le processus de consultation populaire

 

30/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 29 janvier, dans le nord-est du pays, les hélicoptères TIGRE de la force Sangaris sont intervenu pour arrêter la progression d’un groupe lourdement armé.

 

Sur l’initiative de l’Etat de transition centrafricain, des « consultations populaires » sont actuellement organisées sur l’ensemble de la RCA. Conduit par les autorités de transition ce processus vise à préparer le forum de réconciliation de Bangui, en recueillant les préoccupations et les souhaits de la population. Des représentants de l’Etat de transition sont ainsi dépêchés dans les préfectures et sous-préfectures du pays pour rencontrer la population et ses représentants locaux.

 

La sécurisation de ce processus est dévolue aux forces de l’ONU (MINUSCA) et de sécurité intérieures centrafricaines. Elles sont appuyées par la force Sangaris. Les militaires français sont donc engagés dans une mission de protection des différents villages identifiés pour accueillir cette étape du processus de résolution de la crise, notamment dans le nord-est du pays où certains groupes armés tentent, en usant de la manipulation et de de la menace, d’interrompre les consultations et d’amener la population à les boycotter.

 

Le 29 janvier, au nord-est de Bamingui, la force Sangaris est intervenue pour stopper la progression d’éléments lourdement armés (armes légères d’infanterie, roquettes de RPG7 et lance grenade) en provenance du village de Bamingui, où ils y avaient menacé les autorités locales participant aux consultations populaires, et se déplaçant en direction de la ville de N’Délé, où se trouve une délégation chargée d’organiser une consultation populaire. Agissant en violation des mesures de confiance, ce groupe, constitué d’une soixantaine d’individus, progressait au sein d’une colonne constituée de quatre pick up.

 

Alors que la colonne se trouvait à hauteur du village de Kotikasso, une patrouille d’hélicoptères TIGRE dépêchée sur zone s’est présentée pour arrêter sa progression. Face à l’hostilité de ce groupe armé, les équipages français ont effectué des tirs de sommation avant de neutraliser les véhicules dont les équipages avaient débarqué.

 

En appui de la MINUSCA et des forces de sécurité intérieure, la force Sangaris a ainsi démontré qu’elle est déterminée à soutenir le bon déroulement des consultations populaires et à faire appliquer de façon impartiale les mesures de confiance.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:55
photo Ouest-France

photo Ouest-France


29 janv. 2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Un détachement du 16e bataillon de chasseurs de Bitche est déployé à Rennes dans le cadre de l’action nationale de lutte contre le terrorisme.

 

Le plan Vigipirate renforcé décidé par le gouvernement, met à contribution 10 500 militaires de l’armée de Terre qui sont au cœur du dispositif de protection du pays. Les chasseurs, déployés dans la ville la plus peuplée de Bretagne, ont pour mission de sécuriser les lieux publics et de prévenir toute nouvelle attaque. Rompu aux missions les plus exigeantes, la présence du « 16 » dans l’agglomération rassure. La preuve en images…

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:25
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité

 

29.01.2015 forces armées aux Antilles


Depuis le 24 janvier 2015, deux sections de militaires des forces armées aux Antilles sont engagées en Guadeloupe et en Martinique dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

Les forces armées aux Antilles, sur réquisition de la préfecture de la Martinique, sont en effet employées à l’instar de l’ensemble du territoire national et en complément des forces de police et de gendarmerie, à la protection de points d’intérêt sensibles définies par la Préfecture.

En Guadeloupe comme en Martinique, les forces armées sont ainsi chargées d’assurer la surveillance des principales infrastructures de transport dont les aéroports et les ports. Dans ce cadre, les militaires déployés, appartenant au Détachement Terre Antilles 33e RIMa, ont pour mission de conduire des patrouilles pédestres et autonomes.

Qu’il s’agisse d’opérations extérieures ou intérieures, les militaires poursuivent le même objectif : assurer la défense de la France et la protection des Français. Rompus à ces missions, les militaires des FAA sont en mesure d’intervenir à tout moment.

Les forces armées aux Antilles sont par ailleurs engagées quotidiennement dans le cadre des activités permanentes de protection du territoire grâce notamment aux bâtiments de la Marine nationale et de la gendarmerie maritime qui réalisent des missions de surveillance des approches maritimes et de lutte contre les trafics, ou des fusiliers-marins et des marsouins du DTA 33 qui assurent une protection permanente de ses sites sensibles.

Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 23:45
Barkhane : point de situation du 29 janvier 2015

 

29/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 20 au 25 janvier 2015, la force Barkhane a effectué des fouilles de caches découvertes lors d’opérations menées au mois de décembre dans une zone située au Nord d’Almoustarat, dans la région de Tabenkort.

 

Le GTD-Ouest a ainsi effectué la fouille d’une dizaine de caches, permettant de découvrir une importante quantité de munitions parmi lesquelles une dizaine d’obus de 122 mm et près de 120 fusées d’obus.

 

Ces fouilles s’inscrivent dans la continuité des actions menées lors des opérations Beauchene depuis le 12 décembre 2014. Elles permettent de maintenir la pression sur les groupes armés terroristes et les empêchant de reconstituer leurs sanctuaires.

 

Après une baisse continue des activités de groupes armés terroristes, une reprise est observée depuis fin décembre, au Mali. Elle s’exprime sous la forme d’actions de harcèlement. Il n’y a cependant pas de véritable coordination entre les attaques.

 

Les opérations menées par la force Barkhane se poursuivent dans les deux fuseaux de la bande sahélo-saharienne.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : point de situation du 29 janvier 2015
Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 23:45
Sangaris : point de situation du 29 janvier

 

29/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

En  République centrafricaine, la  situation sécuritaire  est  étroitement liée  aux  démarches  de l’Etat de transition et aux initiatives opposées, à l’approche du Forum de Bangui.

 

Alors que l’Etat de transition tente d’avancer sur la voie de la réconciliation nationale à l’approche du Forum de Bangui, les opposants à ce processus semblent s’organiser et vouloir manipuler la population, créant des troubles et des tensions dans certaines villes du pays, notamment dans l’Est.

 

A Bangui, les récents enlèvements ont conduit les forces en présence à multiplier les patrouilles dans la capitale.

 

Pour préparer le forum de Bangui, des consultations populaires ont actuellement lieu sur l’ensemble du territoire, dans toutes les préfectures, sous-préfectures et ce sur une période de 21 jours. Organisées par l’Etat de transition, leur but est de rassembler la population, directement et à travers ses représentants, et d’aller à la rencontre des populations de l’ensemble des sous-préfectures. L’objectif premier de ces consultations est de faire remonter les grands thèmes de préoccupations des Centrafricains.

 

La force Sangaris soutient les consultations conduites par les autorités de transition en appuyant la sécurisation des villes identifiées pour accueillir cette étape du processus de résolution de la crise, notamment dans le nord-est du pays où certains groupes armés sont connus pour rejeter ces consultations et manipuler les autorités locales et la population pour qu’elles les boycottent.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

 

Sangaris : point de situation du 29 janvier
Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:45
Barkhane : Destruction de munitions

 

29/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 18 janvier 2015, le Groupement Tactique Désert Ouest (GTD-O) de Gao a procédé à la destruction de trois missiles découverts en décembre lors d’une opération de fouille au Nord de Gao.

 

Ces trois missiles SA7 avaient été découverts dans la région d’Almoustarat lors d’une opération de fouilles. Une tonne de Home Made Explosive (HME) servant à fabriquer les IED, un mortier de 82mm, un pick-up et une moto avaient également été trouvés pendant l’opération.

 

Le groupe génie et l’équipe EOD se sont rendus sur la zone de destruction située à proximité du camp. Pendant que les EOD extrayaient les missiles de leurs tubes, l’équipe génie s’est chargée de préparer le dispositif de mise à feu nécessaire à la destruction des trois munitions ont parfaitement été détruites.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

 

Barkhane : Destruction de munitionsBarkhane : Destruction de munitions
Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:25
Des pumas au Museum d’histoire naturelle

 

28/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Pendant une semaine, un groupe de six soldats de la 1re compagnie du 9e régiment d’infanterie de marine (9e RIMa), aux ordres du sergent Payen, a appuyé la première phase d’une expédition majeure du Museum d’histoire naturelle.

 

Nommée « planète revisitée », cette expédition avait pour but de permettre à une trentaine de scientifiques de mener des recherches d’entomologie (étude des insectes) au cœur de la forêt amazonienne pendant 60 jours. Le site retenu dans les monts Tumuc Humac répondait aux critères attendus par les scientifiques : un lieu isolé, difficile d’accès et préservé de toute trace humaine.

 

Forts de leurs savoir-faire, les marsouins ont créé une zone de poser près de la rivière Alama après une marche d’approche, avant d’aménager la zone pour que l’expédition puisse installer en toute sécurité son campement et ses laboratoires de terrain.

 

Profitant de leur proximité, les Pumas ont enfin gravi la montagne pour marquer la présence de la France sur la mythique borne 1, renouant ainsi avec une vieille tradition du régiment.

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:55
Le renfort Vigipirate de la 11e BP

 

28/01/2015 Ministère de la Défense

 

Appelées en renfort de l’opération Vigipirate Sentinelle, une compagnie du 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) et une du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) se sont rendues à Paris le 13 janvier, afin d’assurer la sécurité de lieux hautement symboliques de la capitale (Sacré Cœur, tour Eiffel, château de Versailles, etc.).

 

Entre le 12 et le 14 janvier, plusieurs unités et organismes  ont ensuite été déployés en renfort : le 1er régiment de hussards parachutistes (1er RHP) à Toulouse, le 35e régiment d’artillerie parachutiste (35e RAP) à Perpignan, le 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) et le 1er régiment du train parachutiste (1er RTP) à Paris, le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa) à Lyon et une partie du poste de commandement G08 (PC G08) aérolargable de la 11e brigade parachutiste (11e BP) en renfort à Marseille.

 

En 10 jours, un peu plus de 850 militaires de la 11e BP ont ainsi été déployés en protection du territoire national. D’active ou de réserve, tous ont à cœur d’être présents sur cet engagement d’urgence, dans l’esprit même de la priorité de de l’armée de Terre : assurer la sécurité des Français.

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 17:45
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

28 January 2015 by defenceWeb

 

The French army has deployed 16 VBCI wheeled armoured vehicles to support its forces in the Central African Republic (CAR), where it says the vehicle is proving highly effective for asymmetric operations.

 

The VBCI brings together in one vehicle all the characteristics required in Central Africa: mobility, speed, protection, observation and fire support, the French Army said.

 

Alongside the short-range DRAC unmanned aerial vehicle used for reconnaissance and the Tiger combat helicopter, whose HAD version is gradually entering the theatre of operations, the VBCI armoured infantry fighting vehicle strengthens the Sangaris force and in turn the multinational Minusca force.

 

Since its introduction into the Central African theatre of operations in early August 2014, the VBCI has continued to improve and to demonstrate its capabilities, both for deterrent effect and for command and support roles, according to the French Army.

 

"The deployment of VBCI in the area was accompanied by the return of calm…and the lowering of inter-communal tensions," said Captain Christophe, commander of the GTIA sub group Korrigan, which operates the VBCI in the city of Dekoa, 190 km north of Bangui.

 

Thanks to its armour protection, this latest-generation vehicle is able to cope with different kinds of threats, ranging from simple stones to grenades. Its imposing size and firepower has earned it the nickname of "fire bull" by the Central African population.

 

Approximately 2 000 French soldiers are currently deployed in Operation Sangaris alongside 8 500 Minusca personnel. Launched on December 5, 2013, Operation Sangaris aims to restore a minimum level of security in the Central African Republic and to accompany the establishment of the UN mission.

 

The Nexter Systems VBCI (Vehicule Blinde de Combat d’Infanterie – Armoured Infantry Combat Vehicle) entered service with the French Army in 2008 and has been deployed to Afghanistan, Lebanon and Mali. Several hundred have been delivered to the French military where they are replacing the tracked AMX-10P.

 

The VBCI features modular steel and titanium armour fitted to an aluminium hull. Its 8x8 configuration is designed for high mobility, giving a top speed of 100 km/h via a 410 kW diesel engine. Weapons options include a 25 mm cannon or 7.62 mm machinegun. Two crew are carried in addition to nine troops.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Forum de la Cybersécurité

 

26 janv. 2015 Armée de Terre

 

Les 20 et 21 janvier a eu lieu le forum international de la Cybersécurité au grand palais de Lille.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
2015, le vrai retour des Meetings de l’Air

 

24 janvier 2015 par Philippe Chetail – Aerobuzz.fr

 

Après une interruption de deux années, un retour timide sur la scène des meetings en 2014 et après avoir été blanchie par la Cour des Comptes, la Fondation des Œuvres Sociales de l’Air (FOSA) organise cette année, à Solenzara, Tours et Luxeuil, trois nouveaux Meetings de l’Air.

 

Lire l’article

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:20
Le 12 RBC à Rafale Blanche 2015


24 janv. 2015 45eNord.ca

 

Les blindés du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada recoivent quelques militaires français lors de l'exercice Rafale Blanche.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:55
Vigipirate : la réserve aussi

 

25/01/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Suite à son passage au niveau d’alerte maximum, l’opération Vigipirate mobilise aujourd’hui 10 500 soldats sur l’ensemble du territoire national.

 

Parmi eux, près de 300 réservistes de l’armée de Terre œuvrent au profit de la population. Engagés dans des unités composées exclusivement de réservistes ou insérés dans des unités d’active, ces militaires prennent toute leur part dans la surveillance et la protection du territoire national. Le lieutenant-colonel Bernard, officier de réserve à la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine, est un de ces hommes dévoués et passionnés qui ont choisi de donner de leur temps au service de la France.

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 08:55
Les vœux aux armées du ministre de la Défense

Les vœux aux armées du ministre de la Défense photo Rolland Pellegrino Marine Nationale

 

23 Janvier 2015 Marine Nationale

 

C’est au cœur du musée de la Marine à Paris, place du Trocadéro, que Monsieur Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense (MINDEF) a adressé, le jeudi 22 janvier dernier, ses vœux à la communauté de la Défense.

 

Devant un parterre d’élus, le chef d’état-major des armées, le délégué général pour l’armement, le secrétaire général pour l’administration, les chefs d’état-major, des officiers généraux, des officiers, sous-officiers, officiers-mariniers et militaires du rang, ainsi que des civils, et au côté de Mr Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État des anciens combattants et à la mémoire, Monsieur Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense (MINDEF ), a d’abord tenu à rendre un vibrant hommage à « nos militaires qui risquent au quotidien leur vie pour protéger celle de nos concitoyens. Tout au long de l’année, ils interviennent parfois loin de chez eux, souvent au cœur d’actualités dramatiques -pour mieux en préserver la France ».

 

Les récents attentats survenus derniers à Paris, les 7 et 9 janvier ont d’emblée inciter Monsieur Jean-Yves Le Drian à une mise au point : « Lorsque la France est visée, c’est chacun de nous qui est touché. Mais la formidable mobilisation qui a suivi les attentats a aussi montré que nous étions capables de faire bloc autour des valeurs qui nous sont chères et que nos soldats défendent partout où ils sont engagés ».

 

Ces vœux prononcés au cœur du musée de la Marine ont également été l’occasion pour le Mindef de rappeler l’engagement plein et total du ministère de la Défense, « sentinelle de la Nation », pleinement mobilisé au sein de l’action collective de l’État, et notamment du ministère de l’Intérieur : « À cette heure, ce sont plus de 10 000 soldats qui sont ainsi déployés sur le territoire national pour protéger les sites les plus sensibles. Un engagement, à plusieurs égards sans précédent, visant à assurer un continuum entre sécurité intérieure et sécurité extérieure ».

 

À l’aube d’une nouvelle année, le Mindef a ensuite tenu à rappeler à l’assistance les opérations menées en 2014. Une année où « la Défense aura été sur tous les fronts et de tous les combats, ouvrant de nouveaux théâtres », évoquant ainsi la mission « Barkhane », qui a pris la suite de « Serval » le 1eraoût 2014, au Sahel, l’opération « Chammal » au Levant, « Sangaris » en Centrafrique, la transformation de « Licorne » en Côte d’Ivoire, la fin de la mission au Kosovo ou encore la forte mobilisation du ministère dans la crise sanitaire Ebola via l’opération « Tamarin », sans oublier de citer un autre « front », celui de l’insécurité maritime, via les missions « Atalanta » autour de la Corne de l’Afrique et « Corymbe » dans le Golfe de Guinée.

 

Autant de crises de sécurité internationale qui ont jalonné l’année 2014 et qui ont, selon le Ministre, démontré «  à ceux qui en doutaient encore, la pertinence de la matrice stratégique du Livre blanc de 2013 ».

 

Quant aux missions permanentes de nos armées, le Mindef les a aussi évoquées, citant la dissuasion nucléaire – et les cinquante ans d’existence de la composante aéroportée en octobre dernier -  ainsi que la protection du territoire.

 

Autant d’activités opérationnelles cité par Monsieur le Ministre souhaitant également profiter de ces vœux pour adresser à tous les « militaires un message de gratitude et de confiance, la mienne et celle des Français. Ils ont été les moteurs de nos succès. Ils ont tenu bon dans les épreuves que nous avons traversées. Ils ont, à chaque moment de cette année passée, incarné le meilleur de la France pour garantir sa défense »

 

Quant aux militaires tombés au combat, morts pour la France, notamment au Mali et en Centrafrique, ou les soldats blessés, le Mindef n’a pas oublié de les citer avant de s’intéresser à 2015, « une année décisive pour la sécurité de la France » (de son propre aveu), citant ainsi les grands chantiers à venir, dont la transformation du ministère et son déménagement à Balard, ou encore les commémorations du soixante-dixième anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale.

 

Nul doute qu’à l’écoute des vœux prononcés par Monsieur Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense (Mindef) le 22 janvier dernier : « le musée de la Marine n’était pas très loin de Gao ou de Niamey, de Madama ou de Faya Largeau ; de Bangui ou de Bambari ; d’Erbil, de Bagdad ou d’Al-Safaoui. Il n’était pas loin non plus de la Méditerranée orientale, où le groupe aéronaval est en cours de déploiement dans le cadre de la mission « Arromanches », ni du golfe de Guinée où d’autres marins sont engagés. Il n’était pas loin encore de Conakry, et du centre de traitement des soignants d’Ebola. Il n’était pas loin de tous les autres lieux où les militairesse trouvent engagés sous les couleurs de la France, de l’Union européenne ou des Nations unies. Il n’était également pas loin, de ceux engagés dans la mission permanente de dissuasion, ou de ceux déployés sur le sol national »

Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 17:45
Op Barkhane : entraînement au « sling » de la section d’appui mortier du GTD Est

 

23/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 17 janvier 2015, dans le cadre de son maintien en condition opérationnelle, la section appui mortier (SAM) du groupement tactique désert Est (GTD-E), armée par le 35e régiment d’artillerie parachutiste (35e RAP) de Tarbes, a effectué une séquence d’entraînement visant à mécaniser la technique du « sling », technique d’emport du mortier par hélicoptère de manœuvre (HM).

 

Cette séquence d’entraînement s’est déroulée sur la zone technique opérationnelle (ZTO) du camp Kosseï de N’Djamena. Elle a mis en œuvre deux équipes mortiers de 120 mm, ainsi qu’un hélicoptère de manœuvre Caracal.

 

L’exercice a débuté par l’arrimage du lot sling (des sangles) sur les pièces, suivi d’un contrôle de leur état qualitatif par le mécanicien navigateur. Une fois l’hélicoptère au sol, l’équipage de pièce embarque puis la machine décolle afin de tendre l’élingue. La pièce mortier, le lot sling et la charge de munitions représentent près d’une tonne à soulever pour le Caracal. A l’atterrissage, le mortier est déposé puis immédiatement mis en batterie afin d’effectuer des tirs dans les plus brefs délais.

 

Durant son mandat, la SAM du GTD Est aura été intégrée durant plus de 75 jours au groupement tactique désert Ouest, qu’elle aura renforcé au cours de plusieurs opérations majeures menées au nord Mali, durant lesquelles elle aura tiré 30 obus. Elle aura ainsi incarné la notion de bascule d’effort d’un fuseau à l’autre, notion qui constitue l’un des principes d’action de l’opération Barkhane.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Op Barkhane : entraînement au « sling » de la section d’appui mortier du GTD Est
Op Barkhane : entraînement au « sling » de la section d’appui mortier du GTD Est
Op Barkhane : entraînement au « sling » de la section d’appui mortier du GTD Est
Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 17:45
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari

 

22/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 20 janvier 2015, la force Sangarisa transféré sa base opérationnelle avancée de Grimari à la MINUSCA.

 

C’est dorénavant le contingent congolais de la MINUSCA qui assure la responsabilité de la base opérationnelle avancée de Grimari. Une cérémonie réalisée en présence du général Bellot des Minières, commandant de la force Sangaris, du colonel Fielany, adjoint au commandant de la zone MINUSCA, et du sous-préfet de Grimari, a officialisé ce transfert et le retrait des soldats français.

 

Grimari se situe à 260 km au nord-ouest de Bangui, sur l’axe reliant la capitale à Bambari, deuxième ville du pays. La normalisation de la situation sécuritaire dans cette ville est donc une étape importante dans celle de l’ensemble du pays.

 

Après 11 mois de présence à Grimari et dans la préfecture de l’Ouaka, la force Sangaris a mis fin aux violents affrontements entre anti-Balaka et ex-Séléka dont la population était régulièrement victime. Elle a permis le rétablissement des conditions sécuritaires nécessaires au retour de l’autorité de l’Etat avec la remise en place de l’administration. Les conditions de sécurité minimales ont progressivement favorisé une reprise des activités économiques et un retour à la vie normale pour les habitants de la ville.

 

Le général Bellot des Minières, dans son adresse, à salué le travail accompli au cours de ces derniers mois par les militaires du GTIA Korrigan, dans la continuité de l’action d’apaisement initiée par les GTIA Scorpion et Magenta, pour faire de Grimari une ville de réconciliation. Le commandant de la force Sangaris a également rendu hommage à l’action du gouvernement de transition qui a toujours soutenu le maire de Grimari, les gendarmes de la ville, puis la réinstallation d’un sous-préfet au mois novembre. Tous ont, par leur investissement, contribué pour une large part à la normalisation de la situation de la ville.

 

Les militaires du contingent congolais de la MINUSCA, installés depuis le mois de décembre aux côtés des soldats de Sangaris vont poursuivre sur la voie de ce succès. Le général Bellot des Minières leur a réitéré le soutien des forces françaises dans leur mission au profit de la population centrafricaine.

 

Par leur action, les militaires de la force Sangaris ont contribué à la mise en place d’un environnement propice qui a conduit au départ de la garnison Séléka au mois de décembre, à la réconciliation entre les habitants de la ville et les Peuls en janvier, et à la renonciation des anti-Balaka aux activités de prédation.

 

Les soldats français, peuvent légitimement avoir le sentiment du devoir accompli à l’heure de cette transmission de flambeau au bataillon congolais de la MINUSCA.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari
Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 16:55
Vigipirate : Le CEMAT s’adresse à ses hommes


23/01/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, salue la mobilisation rapide et efficace des 10 500 soldats déployés dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

L’ampleur de ce déploiement sans précédent démontre une fois de plus le professionnalisme avec lequel l’armée de Terre agit partout où elle se trouve. À cette occasion, le CEMAT adresse un message de soutien à ses hommes, dans lequel il souligne l’importance des moyens mis au service de la population et le caractère prioritaire de la mission. Il insiste, par ailleurs, sur la plus grande rigueur à appliquer dans l’exécution des savoir-faire.

 

Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 13:55
Qualification du nouveau moyen de mesure météorologique de l’artillerie


23/01/2015  DGA

 

La DGA a prononcé la qualification du système Sephira, moyen de mesure météorologique de nouvelle génération pour les unités d’artillerie le 6 janvier 2015. Son déploiement dans les forces interviendra dans le courant de l’année. Il remplacera alors le système Sirocco, en service depuis 1978.

 

Une fois qu’un obus est parti, on ne le rattrape plus. On ne peut pas non plus modifier sa course en cours de route. Or le vent, la température, la pression atmosphérique et l’humidité ambiante sont autant de paramètres météorologiques qui influent sur sa trajectoire balistique. Avant de faire feu, l’artillerie a donc impérativement besoin de récolter ces données pour les prendre en compte dans la procédure de tir.

Développé par la société française Inéo Defense et le finlandais Vaisala, le nouveau système de mesure météorologique Sephira pourra être utilisé intégré à deux petits véhicules protégés (PVP) ou en version portable. Quelle que soit l’une ou l’autre de ces configurations, il offrira une capacité de radiosondage optimale. Dans les deux cas il sera en outre capable de récupérer les données météorologiques des centres de référence tels que Météo France ou le centre interarmées de soutien météorologique et océanographique des forces (CISMF).

Intégré au réseau et à l’environnement d’automatisation des tirs et des liaisons de l’artillerie sol-sol canon (Atlas), Sephira est un véritable couteau suisse pour les données météorologiques :

  • Il effectue des sondages et contrôle leur qualité ;
  • Il reçoit des données issues de modèles de prévision ;
  • Il croise ses mesures et les modèles afin de fournir l’information la plus adaptée au tir ;
  • Il transmet des profils atmosphériques aux unités et aux centres météorologiques de référence, civils et militaires ;
  • Il permet enfin tant la formation que l’entrainement des équipages.

Sephira, qui remplacera alors le système Sirocco, offrira des configurations modulaires adaptées
aussi bien au théâtre d’opération qu’à la mission. En outre, Sephira est un moyen de mesure du vent discret du point de vue électromagnétique. Grâce à tous ces avantages, il n’y pas l’ombre d’un doute que Sephira fera les beaux jours de l’artillerie française concernant l’acquisition et l’intégration des données météorologiques

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories