Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:55
Exercice amphibie de validation pour le VHM

Photos: Le VHM en configuration amphibie, muni d’un dispositif de flottabilité latéral (crédits: Armée de terre)

 

30.09.2013 Par Guillaume Belan (FOB)

 

Le Véhicule Haute Mobilité (VHM) va participer à un exercice amphibie interarmées de niveau intermédiaire, qui se déroulera du 1er au 3 octobre dans la région de Sainte Maxime (Var). Cette manœuvre sera l’occasion pour la STAT (Section Technique de lʼArmée de Terre) de réaliser la dernière étape de validation du VHM (véhicule haute mobilité) BvS10 aux opérations amphibies. Cet exercice est donc l’aboutissement du processus de validation du nouveau VHM, qui vient remplacer les vieillissants BV206 en service dans l’armée de terre. Le VHM aura subi plusieurs tests, dont l’exercice Cerces lʼannée dernière mené par la 27ème  BIM (Brigade d’infanterie de montagne).

 

Au total l’armée de Terre va recevoir 53 BvS10 (commande ferme). Alors qu’initialement le besoin exprimé concernait 129 véhicules, les difficultés budgétaires auront eu eu raison des tranches conditionnelles . Avec une capacité dʼemport dépassant les 5 tonnes (PTAC de 14 tonnes), le VHM peut embarquer jusqu’à 12 fantassins équipés du Félin avec leur armement individuel et collectif (missiles, roquettes et mortiers), les radios et les systèmes dʼinformation. Le VHM est décliné en 3 versions : version «Rang» (transport de troupes), version «Poste de commandement» et version «Logistique», équipée dʼun plateau déposable pour le transport de matériels.

 

Construit par le groupe suédois Hagglunds (groupe BAe), l’adaptation du véhicule aux spécifications françaises (« francisation ») est réalisée par Panhard (groupe RTD). Le VHM dispose de très intéressantes capacités de franchissement et peut facilement évoluer hors des routes, donc des itinéraires tracés qui, en Afghanistan, étaient souvent piégés. Il va apporter à l’armée une réelle capacité en combat embarqué en milieu montagneux et/ou enneigé mais aussi en terrain accidenté et peut se présenter comme un intéressant complément aux VAB et VBCI dans le combat du SGTIA à dominante infanterie. Il sera mis en œuvre par la 27ème BIM et la 9ème Blbima (brigade légère blindé d’infanterie de marine. Équipé d’un toureleau PL80 (12.7) servit manuellement par un soldat exposé, à terme il pourrait recevoir un toureleau télé-opéré (type Wasp ou Prector à l’instar du VAB Top).

Exercice amphibie de validation pour le VHM
Exercice amphibie de validation pour le VHM
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 15:55

Canjuers 28 septembre 2013. 1er RA.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 11:45
Le génie militaire au Mali : être sapeur, un socle commun 1/4

Le génie militaire au Mali - Crédits : J. Peschel/EMA-Marine nationale

 

27/09/2013 Sources : EMA/Com

 

Pour la première fois sur un théâtre d’opérations, l’armée française expérimente une nouvelle façon de coordonner les moyens du génie militaire. Ce nouveau concept est basé sur un format OTAN et conçu sans considération de composante ou d’armée. L’idée est de rassembler l’ensemble des activités « génie », depuis l’appui direct au combat terrestre jusqu’à l’aide au stationnement d’une force interarmées. Premier volet.

 

340 sapeurs du génie militaire appuient la force Serval

 

« Appui au combat, travaux, aide au déploiement, eau et énergie, toutes les composantes du génie sont présentes au Mali. Les 340 acteurs du génie militaire sont issus de l’armée de Terre, du SID et du génie de l’air. Ils appuient la force dans de nombreux domaines : lutte contre les bombes artisanales, livraison d’eau potable et sanitaire ou fourniture d’énergie. Les sapeurs de l’air entretiennent les aérodromes du théâtre. Les légionnaires sapeurs de combat (dont 240 sont du 1er REG) sont en pointe dans la fouille et la recherche d’armement ou la destruction de munitions prises aux groupes armés terroristes », explique le lieutenant-colonel Charles, joint force engineer (JFE) de la force Serval. Depuis Bamako, le JFE propose l’emploi et l’organisation du génie sur tout le territoire.

 

Signe du besoin de sapeurs sur le terrain, été 2013, l’ensemble des régiments du génie était représenté sur le théâtre malien : 1er REG, 3e, 6e, 19e et 31e RG, le 17e RGP, le 25e RGA et un détachement du SID.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:45
170 FRCI bientôt déployés au Mali pour le maintien de la paix

26 septembre 2013 abidjan.net AIP

 

Abidjan - Quelque 170 éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) qui ont subi durant six semaines, une formation auprès de la force française Licorne et appelés à être sur le théâtre des opérations au Mali pour contribuer au maintien de la paix, ont présenté, mercredi, au camp militaire de Port-Bouët (Abidjan), leur savoir-faire.

 

Selon le ministre ivoirien en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi, ces expériences de repartir en projection sur le théâtre des opérations sur le continent offre une occasion aux soldats de se rapprocher davantage et de créer par la même occasion la cohésion en leur sein.

 

"C’est une bonne occasion de créer la cohésion au sein de notre armée, de rapprocher les uns et les autres et de créer un esprit de corps et surtout d’apprendre", a déclaré Paul Koffi Koffi.

 

Il a en outre salué la qualité de la formation dispensée à ses éléments qu’il a qualifié d’encadrement exceptionnel et appelé la force Licorne ainsi que l’ONUCI à continuer dans ce sens afin que l’armée ivoirienne, en gestation, puisse amorcer le changement en inculquant aux soldats le savoir-faire et la savoir-être.

 

"Vous avez déployé pour cette formation, 150 de vos éléments auprès de 170 des nôtres, on a pratiquement un pour un. Je voudrais vous recommander de continuer car nous avons une armée en gestation avec ces nouvelles recrues", a-t-il dit.

 

Poursuivant, le ministre a précisé qu’"un militaire, ce n’est pas seulement celui qui porte des armes mais celui qui obéit aux règles et aux droits de l’homme et qui a un comportement exemplaire sur le terrain".

 

Le ministre de la Défense a également indiqué qu’après la première compagnie de ravitaillement, cette deuxième compagnie sera chargée de la protection de la logistique. Il a souhaité qu’elle fasse honneur à la Côte d’Ivoire et s’inscrive dans la dynamique internationale.

 

A cette occasion, le Comanfor de la force Licorne, le lieutenant colonel Rémi Bouzereau et le lieutenant colonel Baudet, chef des opérations de la Licorne ont été distingués au grade de Chevalier de l’Ordre national ivoirien. Les Capitaines Fournier, officier traitant du centre des opérations de la Licorne et Brulais, Commandant d'unité de l'escadron Alpha de la Force Licorne, ont quant à eux été élevés au rang de Chevalier de l’ordre national du mérite ivoirien.

 

Deux sections du Bataillon d’infanterie de Daloa, d’une section du Bataillon commando parachutistes et d’une section du Bataillon blindé d’Abidjan ont pris part à cette formation.

 

Depuis janvier, ce sont près de 1.500 soldats ivoiriens qui ont été formés par la force Licorne.

170 FRCI bientôt déployés au Mali pour le maintien de la paix
170 FRCI bientôt déployés au Mali pour le maintien de la paix
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 07:55
Première opex pour le PPT

26.09.2013 Par Guillaume Belan (FOB)

 

Aussitôt livré, aussitôt déployé! Le nouveau Porteur Polyvalent Terrestre de l’Armée de Terre, dont les premiers exemplaires ont été livré le 24 juin à l’Armée de Terre (relire l’article de FOB sur le PPT ), est parti pour le Mali milieu du mois de septembre. Huit PPT sont dorénavant sur le territoire malien pour soulager les vieillissants VTL-R (Véhicule de Transport Logistique avec Remorque) et autres TRM 1000 à bout de souffle, d’autant plus que les conditions du théâtre malien mettent hommes et équipements à rude épreuve.

 

Rappelons que l’armée de terre va recevoir 200 de ces véhicules de transport 8X8 réalisés par Iveco. Et si au final l’armée de terre a exprimé un besoin pour 800 de ces véhicules efficaces également conçus pour protéger leurs équipages, pas sûr que la LPM en débat au Parlement le lui accorde…

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 19:45
Tchad : campagne de tir interarmées à Tchigchika

26/09/2013 Sources : EMA

 

Le 16 septembre 2013, les militaires de la Force Epervier ont conduit une campagne de tir interarmées à Tchigchika, sur un champ de tir situé à plus de 900 kilomètres à l’est de N’Djamena.

 

La force Epervier conduit régulièrement des exercices pour garantir le maintien de la condition opérationnelle de ses détachements. Le 16 septembre, au cours d’un exercice scénarisé, un groupement d’infanterie au contact de l’ennemi a demandé, en plus de ses moyens propres, l’appui de moyens aériens pour détruire une poche de résistance tenue par des adversaires retranchés dans un campement.

 

Un avion Rafale, en posture d’alerte en vol ou « on station », a d’abord été guidé jusqu’à la zone de l’accrochage par les Tactical air control party (TACP) du groupement d’infanterie. La présence et l’identification positive de la menace conjuguée à la détermination de l’ennemi a imposé au pilote de réaliser deux passes à 9000 pieds d’altitude (soit 3000m), avant le largage de deux bombes de type LGTR sur l’objectif. Lors de son survol d’évaluation, le pilote a par ailleurs ouvert le feu au canon de 30mm.

 

Confronté à une nouvelle offensive de l’ennemi, le détachement a du faire appel à son équipe de tireurs d’élite, armée par les fantassins du 1er régiment de tirailleurs (1er RTir) et du CPA20 (TACP – Tactical air control party). Simultanément, une section d’infanterie avec des mortiers de 81 mm, et une batterie Proterre, du 1er régiment d’artillerie de Marine (1er RAMa) équipée de mortiers de 120mm, ont effectué des tirs en profondeur pour détruire les éléments en cours de décrochage.

 

A l’issu des tirs de mortiers, un hélicoptère Puma pirate, avec un canon de 20mm en sabord, a effectué un survol basse altitude de la zone de contact en délivrant les derniers feux.

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et sont en mesure de garantir la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

Tchad : campagne de tir interarmées à Tchigchika
Tchad : campagne de tir interarmées à Tchigchika
Tchad : campagne de tir interarmées à Tchigchika
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 11:55
L’«Île-de-France» participe à l’exercice CASALPS

Des pilotes de l'escadron de chasse 2/5 "Ile de France"

 

26/09/2013 Droits : Armée de l'air

 

Du 9 au 13 septembre 2013, l’escadron de chasse 2/5 «Île-de-France» a participé à CASALPS, exercice interarmées et interallié bi-annuel, consacré à l’appui aux troupes au sol en région montagneuse.

 

Organisée par le 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces, cette édition automnale se tenait dans la zone du col du Galibier, au nord du massif des Écrins. Le scénario opposait, au sol, des troupes «savoyardes» à des troupes «haut-alpines», appuyées par des aéronefs des escadrons de chasse, notamment des Mirage 2000C du 2/5 «Ile-de-France».

 

CASALPS a permis d’entraîner les forces aériennes et terrestres au Close Air Support (CAS - appui aérien rapproché), dans un terrain de haute montagne typique des engagements récents (Afghanistan ou nord Mali).

 

Au total, près d’une vingtaine de patrouilles ont participé à la manœuvre, réalisant plus de 60 guidages au profit des forces terrestres françaises, italiennes et néerlandaises.

 

L’«Île-de-France» a, pour sa part, fourni un quart des sorties allouées à l’exercice, re-qualifiant une dizaine de pilotes, et démontrant ainsi, une nouvelle fois, les capacités du Mirage 2000C dans les missions air-sol.

L’«Île-de-France» participe à l’exercice CASALPS

Les troupes italiennes, néerlandaises et françaises ont participé à cet exercice

L’«Île-de-France» participe à l’exercice CASALPS

Des moyens de défense sol-air étaient également déployés

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:45
Serval : un bilan chiffré

25.09.2013 Par  Frédéric Lert (FOB)

 

A l’occasion du déplacement de Jean-Yves Le Drian au Mali en début de semaine, le ministère de la Défense a publié un rapport de synthèse sur l’opération Serval et son prolongement européen avec la mission européenne de formation à l’armée malienne.

 

Voici quelques chiffres tirés du bilan de l’opération Serval (au 1er août 2013) :

 

220 tonnes de munitions saisies, dont 30 reversées aux forces maliennes. Armement capturé : 100 fusils, 150 mitrailleuses, 30 roquettes, 20 mortiers, 20 canons et 3 missiles anti aériens SA7. Le rapport cite également 200 « moyens de télécommunication » sans les détailler, 9000 litres de carburant et 12 tonnes de nitrate d’ammonium pouvant servir à la confection de mines. Les chiffres sur l’effort logistique français sont également instructifs, avec 9170 tonnes transportées par voie maritime et deux fois plus (18500) par voie aérienne, en 480 rotations explique le rapport. Soit une moyenne d’environ 40 tonnes par rotation, ce qui souligne le caractère indispensable des avions gros porteurs pour ce genre d’opération.

 

Le rapport peut être téléchargé dans son intégralité ici.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 16:55
Défense : bientôt un robot pour remplacer les militaires?

Le projet de robot terrestre polyvalent de la direction général de l'armement pourrait peser une tonne. Bien plus lourd que les petits robots de surveillance déjà très répandus...

 

25/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère de la Défense réfléchit à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre. Ce système aura pour mission de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles. Et se substituera aux militaires pour les missions les plus dangereuses.

 

De la science fiction à la réalité, l'écart se resserre de plus en plus dans les armées. Et la guerre change de visage... ou plutôt l'homme cède peu à peu sa place aux robots. Après les drones, les avions sans pilote, le ministère de la Défense réfléchit aujourd'hui à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre, un système dont la première mission sera de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles.

Car ce robot devra tout bonnement remplir, selon la DGA, les missions les plus dangereuses de surveillance, de reconnaissance et de renseignement. Et clairement, il se substituera aux combattants pour ces missions opérationnelles en les éloignant des zones les plus exposées.

Pour le moment, ce robot-là n'existe pas encore. Mais la DGA a récemment lancé des demandes d'informations sur un programme de robot terrestre polyvalent (RTP) auprès des industriels afin d'évaluer la faisabilité du ou des projets sur un plan technique et financier. "La DGA sollicite les acteurs de l'industrie pour s'informer des solutions techniques existantes", précise la DGA.

 

Un programme de recherche amont (R&T)

C'est un projet de prospective du ministère de la Défense rattaché à la préparation de l'avenir sur les futurs équipements des militaires français, en l'occurrence, l'étape 2 du programme Scorpion. "Il faut être prêt et disposer des briques technologiques le jour où un programme pourrait être lancé", explique-t-on à la DGA. Dans ce cadre, les demandes d'information doivent permettre de réunir des éléments nécessaires à la détermination de solutions techniques répondant au besoin opérationnel des armées.

Avec cette démarche, la DGA souhaite acquérir "une meilleure connaissance des solutions techniques mises en œuvre dans le domaine de la robotique terrestre, en particulier en ce qui concerne les technologies et architectures existantes pour les plates-formes robotiques capables de réaliser des missions opérationnelles variées".

 

Le "zéro mort" en ligne de mire

Derrière ce robot, se cache d'abord le principe du "zéro mort" qui dictait il y a peu de temps encore la conduite des responsables politiques. C'est un peu moins le cas après les opérations en Afghanistan, Libye et Mali même si les pertes humaines sont toujours à déplorer.

"La place de l'homme dans la boucle de décision peut varier entre téléopération et supervision de robots autonomes selon les fonctions opérationnelles concernées et la maturité des technologies disponibles", explique la DGA. "La robotique doit faciliter le travail du combattant, lui éviter du stress supplémentaire et des efforts additionnels inutiles et dangereux sur le champ de bataille", explique un expert.

Quelle utilisation du RTP ? Elle consiste d'abord à limiter au maximum l'exposition du soldat aux dangers du champ de bataille. Soit remplacer le combattant par le robot. La seconde utilisation est d'augmenter les capacités du soldat et de son unité combattante, à l'image des robots porteurs de lourdes charges en zone de combat au service du soldat. Les Américains disposent déjà de ce type de robots « mules ». Enfin, la troisième utilisation comprend la réalisation de tâches pénibles ou répétitifs.

 

Lire aussi >> Lire aussi Bruno Bonnell : "Le robot, c'est l'homme augmenté"

 

Des missions "de type mule ou transport de matériels"

Les missions sont essentiellement des missions de types surveillance, reconnaissance et renseignement sur des zones de grandes superficie avoisinant plusieurs dizaines de km², ainsi que des missions "de type mule ou transport de matériels". Ou encore des missions d'infiltration pour observer avant d'entrer dans un milieu hostile ou difficile, à l'exemple d'un souterrain occupé par l'ennemi.

Au-delà de l'emploi de ces robots, des questions éthiques se posent pour les responsables civils et militaires. "Qui prend la décision d'utiliser des armes létales avec des systèmes autonomes équipés pour tuer ?", interroge cet expert. 

Le RTP pourra servir à évaluer l'intérêt de la robotique pour d'autres missions telles que la cartographie, l'ouverture d'itinéraires et l'illumination de cible. La détection et la destruction d'explosifs pourrait également faire parties des tâches de prédilection des robots. Des robots qui devront avoir 100 % de fiabilité et d'efficacité dans des conditions d'emploi sévères. En outre, l'autonomie est une attente majeure sur le champ de bataille.

 

Des architecture logicielles ouvertes

Pour la DGA, "la robotique n'est pas une fin en soi mais une nouvelle technologie de plus en plus disponible pour les forces et dont l'intérêt et la faisabilité de mise en œuvre au sein du combat embarqué ou débarqué, en zone ouverte ou urbaine doivent être analysés et démontrée".

Cette future capacité couvre aussi bien les robots terrestres que les drones miniatures, qui seront associés aux blindés ou aux fantassins dans le combat rapproché, ainsi que les capteurs sol autonomes pour le contrôle de zone à distance.

Dans ce contexte, le RTP doit posséder des capacités de mobilité et d'endurance adaptées au plus grand nombre d'environnements urbains et péri-urbains, aussi bien en métropole que sur les divers théâtres d'opérations. Il doit également offrir des architectures mécanique et logicielle suffisamment ouvertes et modulaires pour accueillir de nouvelles capacités fonctionnelles adaptées à la réalisation de missions opérationnelles ciblées.

"Cette ouverture et cette modularité sont également essentielles aux travaux d'analyse et d'évaluation de concepts novateurs d'autonomie décisionnelle", explique la DGA, qui souhaite étudier "l'ensemble des modes d'interactions possibles opérateurs/robots en fonction du niveau d'autonomie et de la mission".

 

Deux personnes pour piloter ce robot

La masse visée pour ce système est de l'ordre de la tonne, "moins si possible (500 kg) et dans tous les cas inférieure à deux tonnes", indique la DGA. La mobilité du RTP, qui devra être utilisable de jour comme de nuit, est adaptée aux environnements urbains et périurbains. "Cela sous-entend des capacités de mobilité sur route bitumée et sur tout chemin, voire tout terrain au sein d'environnements déstructurés", précise la DGA.

Le RTP ainsi que son poste de contrôle commande est transportable par voie routière pour être acheminé sur un théâtre d'opérations. L'effectif prévu pour la mise en œuvre du RTP est de deux personnes, hors pilote de sécurité. Le système offre une couverture de 360° autour du Poste de Contrôle commande pour sa liaison de données. La portée de liaison visée est de l'ordre de 3.000 mètres en milieu ouvert et de 1.000 mètres en milieu urbain.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:30
Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)

24/09/2013 Sources : EMA

 

Depuis juin 2008, la Brigade de Sapeur-Pompiers de Paris participe aux opérations extérieures au Liban au sein de la force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Basé sur le camp de Dair Kifa, le détachement de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est composé de deux sous-officiers et de quatre militaires du rang.

 

La mission première du détachement est la prévention et la lutte contre le risque incendie. Il assure ainsi au quotidien la protection des personnes et des biens sur les sites occupés par le contingent français. Il a également en charge la sensibilisation du personnel militaire français sur le risque d’incendie.

 

Pour remplir sa mission, le détachement est équipé d’un Véhicule d’Incendie des Camps (VIC), d’un VLTT P4, d’une remorque secours routier et, depuis le 6 août 2013, d’une motopompe remorquable.

 

Les six sapeurs-pompiers du détachement DAMAN XIX ont été sélectionnés parmi les nombreux volontaires de la BSPP. Intégré au sein de l’Unité Multifonction Logistique (UML), le détachement de la BSPP participe activement aux missions quotidiennes de l’unité.

 

La France, engagée au Liban depuis 1978 dans le cadre de la FINUL, a notamment pour mission de soutenir les forces armées libanaises (FAL) afin qu’elles prennent en compte la sécurité du Sud Liban. Le partenariat avec les FAL, inscrit dans le dialogue stratégique   FAL-FINUL (entériné par la résolution 2064 d’août 2012 qui renouvelle le mandat de la résolution 1701), fait partie des axes d’effort de la FCR qui conduit ses missions en étroite coopération avec les FAL.

Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)
Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:55
Serval, quand l’armée filme la guerre - Jeudi 17 octobre à 20h45

24.09.2013 France 2 - Envoyé Spécial

 

Document écrit  par Jean-Christophe Notin et Martin Blanchard

Réalisé par Martin Blanchard, produit par  Kuiv – Michel Rotman

 

Un document exclusif.

 

L’opération Serval au Mali est une guerre sans images pour la presse. Pourtant, dès le premier jour de l’intervention, le 11 janvier 2013, l’armée française a tout filmé ou presque. Ces images jusqu’à présent inédites ont été tournées par des cameramen militaires. Une guerre à huit clos, menée d’abord par l’aviation et les très discrètes Forces Spéciales.

 

Pour la première fois, des journalistes ont pu avoir accès à ces images tournées par l’armée dès le début  du conflit. Des images qui permettent de comprendre quel est l’ennemi que l’armée a combattu et affronte encore au Mali. Avec ce document, on découvre également comment et avec quels moyens se battent les djihadistes.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 10:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Paris, le 24 septembre 2013 Sagem

 

Sagem (Safran) a signé avec la Direction générale de l’armement (DGA) un contrat portant sur le développement et la production de la nouvelle version du MPME, Module de Préparation de Missions pour Equipages d’hélicoptères, destinée à l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT).

 

Cette nouvelle version du système MPME est conçue pour accompagner l’entrée en service des hélicoptères Tigre HAD (Appui Destruction) et NH90 TTH Caïman de l’ALAT.

Sagem produira le nouveau système de préparation de mission des unités Tigre HAD et NH-90 Caïman de l’armée de Terre

Système exploité en réseau depuis des modules tactiques projetables ou en infrastructure, MPME permet aux équipages de préparer leurs missions en mode collaboratif, y compris pour des formations d’hélicoptères différents. La préparation de mission intègre des fonctions de calcul avancé permettant le re-jeu des trajectoires en trois dimensions. MPME est un multiplicateur d’efficacité pour les phases les plus critiques d’une mission : vols nocturnes, déconfliction, évitement de menaces sol-air connues, emploi des armes, zones de posé, etc.

 

Evolution du système MPME déjà en service, cette nouvelle version s’inscrit dans le cadre du programme que la DGA avait confié à Sagem en 2005 pour les régiments dotées d’hélicoptères Puma, Cougar, Gazelle, et Tigre HAP (Appui-Protection), ainsi que pour l’Ecole franco-allemande du Tigre. Ce nouveau contrat est assorti d’une prestation de MCO et prépare la modernisation des terminaux MPME en unités.

 

MPME est une composante de la numérisation de l’espace de bataille. Il se caractérise par une sécurité renforcée et l’accès à de nouvelles données cartographiques et aéronautiques. Les premiers modules sont prévus pour fin 2014.

 

Le système MPME actuel a été déployé en appui de l’ALAT en Afghanistan, sur les bâtiments de projection Mistral et Tonnerre de la Marine nationale pour l’opération Harmattan en Libye, et dernièrement en 2013 pour l’opération Serval au Mali.

 

Sagem est également maître d’œuvre du SLPRM (Système local de préparation et de restitution de missions) destiné aux avions de combat de l’armée de l’Air et de la Marine. A partir du système MPME, Sagem a développé Helipsys pour les marchés internationaux.

****

 

Sagem, société de haute technologie du groupe Safran, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international du groupe Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 500 personnes en Europe, en Asie du Sud-est et Amérique du Nord. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.

Pour plus d’informations : www.sagem-ds.com            

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:55
Préparation opérationnelle-  les éclaireurs de l’EEI 2eDB se forment au Milan

23/09/2013 LTN MORELLE - Sources : 12e RC - Armée de Terre

 

Du 2 au 23 septembre 2013, l’escadron d’éclairage et d’investigation de la 2e brigade blindée a réalisé une formation de spécialité élémentaire ACMP (arme antichar moyenne portée), en vue de sa future projection au Mali en 2014.

 

Plus d’une trentaine de jeunes « éclaireurs » ont suivi cette formation de trois semaines, au quartier du 12e régiment de cuirassiers (12eRC) d’Olivet, afin d’acquérir les savoir-faire inhérents à l’utilisation du système de tir Milan.

 

Destiné au combat antichar à moyenne portée et capable de tirer ses missiles de jour comme de nuit grâce à sa lunette thermique, le système de tir Milan est un armement de pointe complexe, qui doit être parfaitement maîtrisé par un binôme indispensable à son bon fonctionnement : le chef de pièce et le tireur.

 

Après de nombreuses heures d’apprentissage, les stagiaires ont appris à déployer leurs postes de tir dans des temps records, afin d’appliquer des feux au plus vite, au sol ou sur véhicule blindé léger (VBL). Puis ils ont poursuivi leur entraînement par une longue série de séances de tir sur simulateur.

 

Après une évaluation finale des acquis, les jeunes tireurs Milan se sont vus attribuer le précieux CATi (certificat d’aptitude au Tir), qui leur permettra d’envoyer des missiles réels contre les cibles du CEITO et du CEITA (centres d’entraînement de tirs opérationnels) en octobre et novembre prochain. Ils formeront ainsi les 6 futures patrouilles antichars, projetées sur le théâtre malien en 2014.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 21:55
Loi de programmation militaire: restructurations en vue

21 septembre 2013 Par Olivier Fourt - RFI

 

C’est une information RFI : les mauvaises nouvelles ne devraient pas tarder au ministère de la Défense, avec l’annonce des premiers sites qui devront fermer en 2014. C’est le résultat de la Loi de programmation militaire (LPM) avec une nouvelle réforme des armées qui doit conduire à la suppression de 24 000 emplois supplémentaires (6 000 officiers, 9 000 militaires du rang, 9 000 sous-officiers). Il va falloir fermer des bases et dissoudre des régiments. Depuis quelques mois, c’est l’inquiétude particulièrement dans l’armée de Terre qui va devoir, à elle seule, assumer une réduction de format de l’ordre de 12 000 hommes, quatre à cinq régiments seront dissous.

 

Une affaire délicate, à quelques mois des municipales en France

 

Dans certaines régions, la fermeture d’une caserne a un fort impact sur la vie économique locale. Les premières annonces officielles doivent arriver dans les jours à venir. Une fermeture, ce n’est jamais une bonne nouvelle à annoncer. Du coup, le ministère de la Défense se contentera de donner la liste pour 2014, alors que la Loi de programmation militaire court jusqu’en 2019. Mais ça devient quand même urgent, les chefs de corps voudraient avoir un peu de visibilité, parce qu’évidemment, il faudra prévenir leurs personnels assez tôt pour qu’ils puissent s’organiser. Il faut prévoir un déménagement, une reconversion, changer d’école pour les enfants, etc.

 

« Je sais combien c'est difficile, donc je pense qu'il faut ne pas être brutal, nous aurons une pédagogie et un accompagnement très important à cet égard. Il y aura une première série de décisions à la rentrée pour 2014, et je ferais ça de manière très parcimonieuse en évitant au maximum les fermetures, mais il y a en aura », a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, lors de la présentation à la presse de la LPM 2014-2019.

 

Les contours de la nouvelle carte militaire française commencent à se dessiner

 

C'est une information RFI : deux régiments de l’armée de Terre vont fermer en 2014. Dans le sud-est, à Carpiagne près de Marseille, le 4e régiment de Dragon (4e RD) va disparaître. Il sera remplacé par le 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) d'Orange. La légion va déménager pour s'installer un peu plus au sud.

 

Dans l'est, c'est le 110e régiment d'infanterie (110e RI) qui est visé. Le problème, c’est qu’il appartient à la brigade franco-allemande (BFA) riche en symboles mais dont les derniers engagements opérationnels remontent aux Balkans, il y a dix ans.

 

Pour faire le compte, après 2015 il faudra donc encore supprimer deux à trois régiments. Dans le sud-ouest, le 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (3e RPIMa) de Carcassonne devrait en faire les frais.

 

Dans l’est, un ou plusieurs régiments de la 1re brigade mécanisée (1re BM) de Châlons-en-Champagne seraient concernés.

 

Enfin, les drones tactiques de Chaumont du 61e régiment d’artillerie (61e RA) vont rejoindre Etain auprès des hélicoptères du 3e régiment d'hélicoptères de combat (3e RHC) qui accueillerait alors un bataillon d'appuis hélicoptères, un bataillon d'hélicoptères, et un régiment de drones tactiques.

 

La Marine et l’armée de l’Air s’en sortent mieux

 

Côté armée de l'Air, entre 2014 et 2019, on évoque la fermeture de la base de Luxeuil qui compte plus d'un millier d'employés civils et militaires. Les bases d'Orange et de Dijon devraient être restructurées ou disparaître.

 

La Marine, elle, s'en sort bien. Elle devra faire l’économie de 100 postes en 2014 mais est en retard sur la précédente réforme. Elle jouera essentiellement sur les recrutements pour faire baisser ses effectifs.

 

C'est le 30 septembre prochain que le gouvernement lèvera officiellement le voile sur ces mesures.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 21:45
Allègement de la force Serval : départ du SGTIA blindé de Tessalit (Video)

21 sept. 2013 FORCESFRANCAISES

 

Du 1er au 15 septembre, la force Serval a entamé l'allègement de son dispositif avec le départ du SGTIA blindé de Tessalit. Conformément aux décisions du Président de la République, le dispositif militaire français est allégé, tout en conservant la capacité d'appuyer les forces de la MINUSMA et des FAMA. Après le départ d'une centaine de légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) avec une vingtaine de véhicules incluant des AMX10RC et des VBL, la plate-forme de Tessalit compte désormais une centaine de soldats de la force Serval

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 20:55
La rentrée sur le thème des grands défis

18/09/2013 Ministère de la Défense

 

Le ministre de la Défense et le ministre délégué ont animé, mardi 17 septembre, le séminaire de rentrée pour présenter notamment les prochaines échéances du ministère.

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a réuni mardi 17 septembre 2013, avec le ministre délégué, Kader Arif, l'ensemble des chefs d'état-major et directeurs du ministère pour un séminaire de rentrée en vue d’exposer les grands défis des mois à venir et de présenter l'actualité de la Défense.

 

Ce séminaire a permis un échange ouvert et approfondi sur les prochaines échéances du ministère (examen parlementaire et mise en œuvre de la prochaine programmation militaire, restructurations, actualité internationale et européenne) ainsi que sur trois thèmes de travail qui étaient la communication, la concertation et la rénovation de la gouvernance du ministère.

 

Le ministre était entouré notamment du chef d’État-Major des armées, du délégué général pour l’armement, du secrétaire général pour l’administration, des chefs d’état-major de l’armée de Terre, de la Marine et de l’armée de l’Air, du major-général des armées, du directeur chargé des affaires stratégiques, du directeur des ressources humaines du ministère de la Défense, du chef du contrôle général des armées, du directeur des affaires financières, du directeur de la délégation à l’information et à la communication de la Défense et de ses principaux collaborateurs.

 

Jean-Yves Le Drian a conclu les travaux de cette journée en se déclarant confiant sur l’état d’esprit de tous les responsables : « Nous sommes une seule institution, nous avons une seule mission : le service du pays. »

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:45
Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.

20/09/2013 Sources : EMA

 

Le 5 septembre 2013, les militaires de la force Epervier ont conduit un exercice de sauvetage terrestre au Nord de N’Djamena, au Tchad.

 

Il est 07h45 lorsque l’alerte se déclenche. Un pilote d’avion s’est éjecté de son appareil, il est blessé au sol dans une zone hostile. Un PC « Search and Rescue » (SAR) est immédiatement armé afin de coordonner les opérations de recherches et de sauvetage. Il décide d’engager un Hercule C130 sur la zone de crash. Les coordonnées transmises par le pilote juste avant son éjection permettent de parachuter une équipe de sauvetage terrestre (SATER) et du matériel de survie.

 

Une fois au sol, l’équipe de sauvetage prend contact avec le pilote, l’authentifie et effectue un premier bilan sanitaire. Pendant ce temps, sur la base de Kossei, une équipe médicale, composée d’un médecin et de deux infirmiers, embarque dans un hélicoptère Puma, configuré pour le transport de blessés. L’authentification du pilote étant positive, le Puma peut décoller. L’équipe médicale est rapidement déposée au sol en vue de pour prodiguer les premiers soins et conditionner le blessé pour un rapatriement par hélicoptère. L’équipe SATER assure la protection des médecins jusqu’à l’embarquement du pilote.

 

L’exercice s’est terminé une fois l’exfiltration des équipes SATER et sanitaire sur la base de Kossei.

 

Les exercices SATER sont réguliers au Tchad. Ils sont indispensables au maintien des qualifications des équipages et à la bonne coordination des différentes unités impliquées en cas de situation critique.

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et sont ne mesure de garantir la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.
Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.
Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.Tchad : Exercice de sauvetage d’un pilote éjecté.
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 22:30
Liban : mis en place de la relève du mandat Daman XIX par le BPC Tonnerre

20 sept. 2013 FORCESFRANCAISES

 

Le 20 septembre 2013, à Toulon, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre a appareillé en direction du Liban. Il transporte près de 600 militaires. Appartenant au régiment d'infanterie Chars de Marine (RICM) et au 92e régiment d'infanterie, ils sont désignés pour relever le mandat XIX de l'opération DAMAN et poursuivre la mission des forces françaises au Liban.


La France est l'un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban sont déployés dans le cadre de l'opération DAMAN, nom de la participation française à cette mission de l'ONU. Ils agissent particulièrement au sein de la FINUL, particulièrement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au force commander une capacité de dissuasion, de réaction et de coercition. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les FAL, tant lors de patrouilles communes que lors d'entraînements conjoints.

Une vingtaine de militaires arment par ailleurs des postes au sein de l'état-major de la FINUL.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 18:45
Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013

20/09/2013 18:32 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 12 septembre 18h00 jusqu’au jeudi 19 septembre, 18h00.

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 80 sorties, dont 40 effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport, une vingtaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA. Parallèlement, des mouvements de relèves des unités de la brigade, engagées depuis environ 4 mois sur le théâtre, ont débutés.

 

L’opération Dragon menée par la force Serval depuis le 31 août 2013 s’est achevée le 15 septembre. L’opération qui visait à sécuriser l’axe Tessalit-Gao a engagé 400 militaires de la force Serval, environ 150 militaires nigériens et sénégalais de la MINUSMA ainsi que des gendarmes maliens. Après avoir découvert un véhicule suicide le 8 septembre, l’escadron d’aide à l’engagement (EAE) agissant à l’Ouest de Tabankort a localisé le 10 septembre un camion abandonné. Piégé, ce véhicule a été neutralisé grâce à l’intervention d’une équipe EOD.

 

Le 13 septembre, les opérations se sont recentrées sur la région d’Almoustarat et au Nord de Bourem. Dans la matinée du 14 septembre, au Sud d’Almoustarat, une patrouille d’hélicoptères constituée d’un Tigre et d’une Gazelle a détecté une activité suspecte de deux pick-up à une quinzaine de km de la Transaharienne. Au passage de la patrouille, les véhicules ont stoppé leur progression, tentant de se cacher sous les arbres A leur passage, des individus ont pris la fuite et se sont cachés sous les arbres. Une patrouille de deux avions Rafale a été engagée pour préciser le renseignement, en mesure d’apporter un appui aérien. Peu avant midi, un peloton constitué d’une centaine de militaire de la force Serval sur VAB et VBL a été envoyé en reconnaissance sur la position. Il a été immédiatement pris à partie par des tirs nourris. Les légionnaires ont riposté et au terme d’un accrochage de près de 30 minutes, ils ont capturé trois adversaires, dont un blessé. Ce dernier est décédé des suites de ses blessures malgré les soins prodigués par le médecin de l’unité. L’escadron a ensuite bouclé le secteur et saisi un pick-up piégé, de l’armement, plusieurs milliers de cartouches, du matériel de communication et du matériel médical.

 

A l’issue de cette opération l’ensemble des unités a rejoint Gao. Dragon a permis d’affaiblir le potentiel des groupes terroristes et de démontrer la constance dans l’engagement des forces françaises et africaines dans la zone.

 

Du 1er au 15 septembre, la force Serval a entamé l’allègement de son dispositif avec le départ du SGTIA blindé de Tessalit. Conformément aux décisions du Président de la République, le dispositif militaire français est allégé, tout en conservant la capacité d’appuyer les forces de la MINUSMA et des FAMA. Après le départ d’une centaine de légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) avec une vingtaine de véhicules incluant des AMX10RC et des VBL, la plate-forme de Tessalit compte désormais une centaine de soldats de la force Serval.

 

Les 12 et 13 septembre 2013, le général d’armée Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), a rendu visite aux militaires de l’armée de Terre déployés au Mali à Gao, Kidal et Bamako.

 

Le 14 septembre 2013, sur le camp d’entraînement de Koulikoro,  a eu lieu la cérémonie de fin de formation du groupement tactique interarmes (GTIA) malien baptisé Elou, « les éléphants » en langue tamashek. Cette cérémonie, présidée par le général Dembele, chef d’état-major général des armées du Mali et par le général Guibert, commandant la Mission européenne d’entraînement au Mali (EUTM Mali), a été marquée par la présence de Monsieur Maïga, Ministre de la défense et des anciens combattants du Mali et de Monsieur Zink, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne au Mali.  Le GTIA Elou a effectué une formation d’une durée de 10 semaines dans le cadre de la Mission européenne d’entraînement au Mali,  qui s’est achevée lors d’un exercice de synthèse conduit du 10 au 12 septembre dans la région de Koulikoro. Commandée par le général français Bruno Guibert, la Mission Européenne d’Entraînement au Mali regroupe 550 militaires européens de 23 nationalités différentes, dont 110 militaires français, principalement issus de l’état-major de la 1ère Brigade mécanisée de Chalons en Champagne et du 1er Régiment d’infanterie de Sarrebourg. EUTM Mali repose sur deux piliers : une mission de formation des unités combattantes des forces armées maliennes sur le camp d’entraînement de Koulikoro et une mission d’expertise et de conseil assurée par le détachement de liaison et d’expertise (ALTF), destiné à appuyer la réorganisation de l’armée malienne.

 

Le 19 septembre 2013, s’est déroulé la cérémonie d’investiture du Président malien, monsieur Ibrahim Boubacar Keïta en présence du Président de la République française, Monsieur François Hollande. Avec le ministre des Affaires étrangères, Monsieur Laurent Fabius, le ministre de la Défense, Monsieur Jean-Yves Le Drian et le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, le Président Hollande s’est rendu avec son homologue malien auprès des soldats français stationnés à Bamako. Lors de son allocution devant les militaires de la force Serval, le Président a salué la mémoire de ceux qui sont tombés au Mali depuis le 11 janvier 2013. Il a ensuite exprimé sa fierté devant la mission accomplie par la force Serval dans la mise en œuvre et dans la conduite de sa mission : « Vous avez chassé les terroristes, ramené l’intégrité malienne. Vous avez permis le succès de l’élection présidentielle ». Le Président a ensuite fait un point sur les effectifs : « Vous êtes encore plus de 3000 et serez environ 2000 en novembre prochain. Selon les directives qui vous seront données, vous veillerez à ce que le scrutin des élections législatives se tienne dans les meilleures conditions. Vous serez 1000 hommes d’ici la fin du mois de janvier. Si nécessaire les forces françaises resteront présentes autour du Mali pour aider les forces africaines à juguler toute menace, parce que c’est d’abord et surtout aux Africains d’assurer leur propre sécurité. »

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013
Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013
Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013
Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013Serval : point de situation du jeudi 19 septembre 2013
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:50
En route vers Steadfast Jazz 2013 !

À Arras, le fret commence son voyage vers la Pologne pour l’exercice Steadfast Jazz - Crédits : SCH Bansard/QG CRR-Fr/PAO

 

19/09/2013 Ministère de la Défense

 

1200 militaires seront engagés dans l’exercice Steadfast Jazz 2013 en novembre en Pologne et aux Pays Baltes. Le quartier général du corps de réaction rapide-France (QG CRR-Fr) de Lille, la brigade de transmissions et d’appui au commandement (BTAC) de Douai, le 2e régiment de dragons (2e RD) de Fontevraud et la 11e brigade parachutiste (11e BP) de Balma se préparent à partir. Le fret est déjà en route…

 

Au-delà d’un exercice de certification pour les postes de commandements engagés dans la prise d’alerte Nato Response Force en 2014, l’organisation de l’exercice requiert un véritable déploiement. Cette manœuvre logistique de grande ampleur est d’ores et déjà menée par la BTAC : l’embarquement du fret à destination de la Pologne a commencé le 4 septembre depuis la gare d’Arras (Pas-de-Calais), pour des départs de trains planifiés jusqu’au 20 septembre.

 

Comme dans le cas d’une projection réelle en cas d’engagement, la BTAC et les unités de soutien ont pour mission de transformer le camp de Drawsko en poste de commandement (PC) : mise en place de moyens d’information et de communication (SIC), mais aussi de tout le nécessaire à la vie courante.

 

À terme, près de 180 wagons achemineront les 145 abris modulaires de poste de commandement (AMPC), 1 050 m² de tentes spécifiques, 17 tentes modulaires françaises pour le soutien de quartier général (SQG), 3 centrales électriques du 6e régiment du génie (6e RG) d’Angers pour un total de 1120 kW et enfin le lot de conteneurs « techniques » indispensables au montage des postes de commandement (PC). L’ensemble des moyens déployés vont permettre au QG CRR-Fr et à son environnement d’être totalement autonomes, en cas de projection, quelle que soit la nature de l’engagement et le théâtre d’opération.

 

La majeure partie du QG CRR-Fr se déploiera par moyen aérien militaire les 22 et 23 octobre. Ces liaisons aériennes emporteront plus de 500 militaires ainsi que 5 tonnes de fret à partir de l’aéroport de Bruxelles. Le personnel du QG CRR-Fr, du 2e RD, de la 11e BP et les renforts d’unités françaises et multinationales arriveront à Drawsko, Pologne, dans leurs postes de commandement à partir du 21 octobre.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 12:25
Serval : opération Dragon ( Video)

18 sept. 2013 Armée Francaise

 

Du 31 août au 14 septembre, 400 militaires de la force Serval et 150 autres de la MINUSMA ont été engagés dans une opération de contrôle de zone au nord-est de Gao, l'opération « Dragon ».

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

18/09/2013 Michel Cabirol – Latribune.fr

 

Le plan de relance de l'économie du gouvernement Fillon lancé en 2009 pour limiter les effets de la crise a eu un effet intéressant pour le ministère de la Défense. Sa réalisation est dans l'ensemble satisfaisante, estime un rapport du ministère de la Défense.

 

Quel bilan pour le secteur de la défense du plan de relance de l'économie (PRE) du gouvernement Fillon lancé en 2009 pour limiter les effets de la crise, notamment en préservant l'emploi ? Personne n'avait fait un bilan, le Comité des prix de revient des fabrications d'armement (CPRA), un organisme du ministère de la Défense, l'a fait. Le volet Défense du PRE a joué, pour les quelque 25 entreprises maîtres d'œuvre qui ont contribué à sa réalisation, « le rôle qui lui avait été dévolu de soutien de l'activité et de l'emploi ». Finalement, une bonne vieille politique keynésienne a toujours des effets positifs non négligeables.

 

« Un impact a pu être constaté en matière d'emploi, puisque 5.600 emplois équivalents temps pleins ont été identifiés chez les industriels majeurs pour répondre au plan de charge créé par le PRE », constate ainsi le CPRA, pourtant très critique dans la plupart de ses rapports. Sans compter l'emploi pour les sous-traitants, qui n'a pas été pris en compte par le CPRA.

 

28 opérations lancées par le ministère de la Défense

 

Défense : le plan de relance de 2009 a sauvé au moins 5.600 emplois chez les industriels de l'armement

Dans le cadre du PRE, le ministère avait décidé du choix de 28 opérations, dont six d'entre elles (3e BPC, cinq hélicoptères Caracal, dernières livraisons du VBCI, livraison avancée de trois Rafale, satellite Syracuse et quatre engins de débarquement amphibie-EDA-R) ont bénéficié des trois quarts des crédits. Trois opérations n'étaient même pas prévues dans l'actuelle loi de programmation militaire 2009-2014 (Caracal et blindés Aravis), ou étaient seulement programmée en fin de LPM suivante (BPC).

 

Défense : le plan de relance de 2009 a sauvé au moins 5.600 emplois chez les industriels de l'armement

Certains programmes ont connu soit une accélération de leur production (Rafale, VBCI, petits véhicules protégés-PVP), soit une anticipation de commandes (BPC et EDA). Certains ont permis d'équiper les troupes en opérations extérieures, notamment en Afghanistan. Près d'une dizaine d'opérations relevaient d'un programme à effet majeur (BPC, Rafale, Caracal, PVP, VBCI, pré-développement de Musis, rétrofit du Falcon AUG…) tandis que les autres étaient de plus petites opérations.

 

Un bilan « intéressant »

 

Selon le CPRA, le plan de relance a eu « un effet intéressant pour le ministère de la défense et sa réalisation est dans l'ensemble satisfaisante ». Il a également « bénéficié d'une bonne complémentarité entre les structures chargées de son animation et de son déroulement, notamment le comité de pilotage interministériel et la direction générale de l'armement ». Toutefois, étant donné son caractère exceptionnel, estime le CPRA, « il est difficile d'en tirer des enseignements pour la conduite des programmes d'armement classiques ».

 

Défense : le plan de relance de 2009 a sauvé au moins 5.600 emplois chez les industriels de l'armement

Pour un tiers des opérations, il a conforté un financement qui aurait été insuffisant, pour le Rafale et le VBCI notamment. Pour les deux tiers restants, il a servi à des opérations nouvelles, utiles notamment pour l'Afghanistan, l'Aravis ayant remplacé l'AMX 10P. En outre, « l'exigence de rapidité d'exécution a été respectée », estime le CPRA. Mais, bémol, « dans certains cas elle a conduit à ne pas prévoir le maintien en condition opérationnelle des équipements acquis grâce au PRE, alors que ce dernier aura un poids financier important dans le futur ».

 

Moins de concurrence

 

La recherche de concurrence a été « volontairement restreinte dans certaines opérations » pour respecter les délais. « Ce qui a pu entraîner une moins bonne maîtrise des coûts », fait observer le CPRA.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:30
Dans le sud du Liban, les soldats français de la Finul restent en alerte

18.09.2013 Hélène Sallon (Dayr Kifa, Liban, envoyée spéciale) – LeMonde.fr

 

Une carte plastifiée du sud du Liban à la main, le maréchal des logis Antoine indique à ses hommes le parcours, tracé en vert, de la patrouille du jour. Pendant trois heures, samedi 14 septembre, cette unité de l'escadron d'éclairage et d'investigation du contingent français de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) doit sillonner, avec les Forces armées libanaises, les paysages vallonnés environnant la base de Dayr Kifa.

 

La zone en question, au cœur des fiefs du mouvement chiite du Hezbollah, a servi pour le lancement de roquettes lors de la guerre de l'été 2006 entre le Hezbollah et Israël. Conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité, la surveillance de la zone vise à empêcher la reprise des hostilités et le réarmement des groupes armés, et à appuyer le déploiement d'une brigade libanaise entre le fleuve Litani et la ligne bleue de cessez-le-feu.

 

Avant que le convoi de véhicules blindés légers, aux couleurs de l'ONU, ne s'engage sur ces routes de crête, jalonnées des drapeaux jaune et vert du Hezbollah et du parti chiite Amal, les consignes sont données. "La situation en Syrie peut nous affecter à tout moment. Prenez cela en compte", intime le chef de patrouille à ses huit hommes.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 12:30
200 soldats du RICM de Poitiers s'apprêtent à partir pour le Liban

17/09/2013 Par Bernard Dussol – poitou-charentes.france3.fr

 

Les soldats de ce régiment sont rentrés du Mali le vendredi 17 mai. 200 d'entre eux partiront demain soir à 23h. pour se rendre au Liban dans le cadre de la Finul. Cette relève n'a rien d'exceptionnel mais elle se réalise dans un contexte régional tendu.

 

C'est un escadron d'éclairage du RICM, selon la terminologie militaire, qui quittera Poitiers demain soir pour s'envoler en direction du Liban. Leur mission sur place s'inscrit dans le cadre de l'opération Daman.

 

Cette relève était prévue depuis longtemps mais la situation géopolitique régionale est largement dominée par le conflit syrien, la Syrie ayant une frontière commune avec le Liban.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:55
Les éléphants se cachent pour mourir. Les VAB aussi…

17.09.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

Au cours de son audition devant la commission de la défense nationale ce soir, Gérard Amiel, président de Renault Trucks Défense, a expliqué qu’environ 850 VAB seraient stockés en attente d’entretien : des véhicules bien fatigués, pour certains tout juste revenus des campagnes lointaines en Afghanistan ou au Mali. L’armée de Terre n’aurait plus aujourd’hui les moyens de les remettre en service et on peut se demander si cette possibilité se présentera un jour… 850 VAB, cela représente environ un quart de la flotte encore en dotation théorique dans les armées françaises (sur un total de 4000 achetés au fil des ans). Pour illustrer la misère budgétaire française, Gérard Amiel a également expliqué que le GIGN n’avait pu trouver le budget nécessaire à l’achat de deux véhicules équipés d’échelles d’assaut… FOB reviendra plus longuement demain sur l’intervention du patron de RTD devant la commission de la Défense.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories