Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 19:50
The UK Defence Ministry displays a new Ridgeback troop carrier in 2008

The UK Defence Ministry displays a new Ridgeback troop carrier in 2008

The UK Defence Ministry displays a new Ridgeback troop carrier in 2008

 

Jan. 20, 2014 - By ANDREW CHUTER  - Defense News

 

LONDON — A trio of British defense companies is in line for a deal to provide support and sustainment services for nearly half of the 2,000 protected mobility vehicles being brought permanently into the Army’s core equipment program, which had been purchased for the war in Afghanistan.

 

A team involving Morgan Advanced Materials, Ricardo, and Ultra Electronics has been selected by Britain’s Defence Ministry to undertake post-design services on around 685 Cougar-based mine resistant ambush protected (MRAP) vehicles purchased from Force Protection, sources here said.

 

A Defence Ministry spokeswoman declined to name the winning bidder, but confirmed a preferred contractor had been selected and a deal was close.

 

“Contract award is expected later this month, following completion of the mandatory standstill period,” she said.

 

The three companies selected by the MoD announced late last year they had formed a team to bid for the post-design services deal.

 

Morgan Advanced Materials declined to comment on selection of the partnership in which it is the prime contractor. Ultra and Ricardo will serve as subcontractors.

 

Announcing the tie-up last year, the companies said the all-British line-up “offered the possibility of optimizing electronic and power systems synergies between vehicle, future soldier and base systems.”

 

The precise contract value is unknown. The deal is what is known as a Category C program, putting the value somewhere between £20 million (US $33 million) and £100 million.

 

Post-design services cover configuration management, technical support, various technical evaluations and other work.

 

The deal runs for two years with options for a five-year extension, the MoD spokeswoman said.

 

The British Army announced in December it is bringing virtually all of the 2,000 or so protected mobility vehicles purchased for urgent operational requirements (UOR) in Afghanistan into its core long-term equipment program.

 

Other UOR vehicles becoming a permanent feature in the British military include nearly 400 Foxhound light patrol vehicles built by General Dynamics-Force Protection Europe (which had also bid on the post-design services deal), 325 Navistar Defense supplied Huskies, 100 ST Kinetics Warthogs and 400 Jackal patrol vehicles, and 70 Coyote tactical support machines built by Supacat.

 

Post-design service contracts are already in place with the original equipment manufacturers for other vehicle fleets outside of the Cougar family.

 

Navistar and Supacat have already formed a team to deliver collaborative future support to the MoD for their respective vehicle fleets.

 

Nearly 700 Cougar MRAPS, along with a small number of Buffalo mine clearance vehicles, were purchased from General Dynamics Land Systems-Force Protection as the British sought to better protect against improvised explosive devices in Afghanistan.

 

The British purchased 6x6 and 4x4 versions of Cougar, along with the Wolfhound protected truck variant of the MRAP and the Buffaloes.

 

Modified versions of the Cougar featured theater-entry standard equipment and other changes implemented by Coventry, England-based Morgan Advanced Materials Composites and Defence Systems business — formally known as NP Aerospace.

 

In British service, the 6x6 vehicle is known as the Mastiff and the 4x4 as the Ridgeback.

 

The MoD is running a number of competitions to upgrade protected mobility vehicles returning from Afghanistan, including the Cougar family, with contracts likely to start being let in the next few weeks

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 20:30
UAE Introduces Mandatory Military Service

 

Jan. 19, 2014 By AWAD MUSTAFA – Defense News

 

DUBAI — The UAE became the second nation in the Gulf Cooperation Council on Sunday to introduce a mandatory military services for men.

 

The military service will include men between the ages of 18 to 30 for a minimum nine-month period according to UAE vice president and prime minister, Sheikh Mohammed Bin Rashid Al-Maktoum.

 

Furthermore, President Sheikh Khalifa Bin Zayed Al-Nahyan ordered a bill for the establishment of a new national defense and reserve force.

 

Sheikh Mohammed stated on his Twitter account that the new law will require all males who have finished secondary school or are between the ages of 18 to 30 to undergo military training, while females may opt out.

 

“The new law aims to put together a new national defence, in order to protect the homeland and its borders and its resources and gains,” Bin Rashid tweeted.

 

UAE nationals who have finished secondary school will be required to serve nine months, while those without a diploma will serve for two years, the new law stipulates. The National Defense and Reserve Force (NDRF) will be made up of those who have completed their national service and military personnel who have retired from service in the armed forces.

 

“Protecting the nation and preserving its independence and sovereignty is a sacred national duty. The new law will apply to everyone,” the vice president added.

 

The move signifies greater concerns of GCC states in regards to an array of threats, said Matthew Hedges, an analyst at the Institute for Near East and Gulf Military Analysis. “The creation of mandatory service in the UAE armed forces will create a large national force ready to change the balance of war when the situation arises,” he said.

 

“The UAE will join a number of states with national conscription and reservist forces and as experience has shown, it is often the introduction of reservists that can alter the balance of war in a favorable way.”

 

The recent announcement will also help promote virtuous behavior and encourage national pride through shared experiences, Hedges added.

 

“This will further help empower Emiratis to be more competitive in the job market where, through national service, they can be taught skills and educated to a higher level regardless of social background.”

 

The announcement will help foster greater national unity and raise the security awareness of the Emirati population, placing greater responsibility on the UAE population to combat any threat faced to the nation, Hedges said.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:35
1st Cav battalion deploying to South Korea

 

 

Jan. 7, 2014 – By Michelle Tan – Defense news

 

Soldiers from 1st Battalion, 12th Cavalry Regiment, based at Fort Hood, Texas, will deploy to Camps Hovey and Stanley in South Korea. (Army)

 

About 800 soldiers from the 1st Cavalry Division will deploy to South Korea in February, the Defense Department announced today.

 

The soldiers from 1st Battalion, 12th Cavalry Regiment, based at Fort Hood, Texas, will deploy to Camps Hovey and Stanley, near the Demilitarized Zone, in South Korea.

 

They will conduct operations in support of U.S. Forces Korea and Eighth Army, according to the DoD announcement.

 

“The battalion will provide a trained and combat-ready force that will deploy with their equipment to South Korea,” the announcement states. “The equipment will remain in country for use by follow-on rotations. The soldiers will return to Fort Hood upon completion of their nine-month rotation.”

 

The deployment of 1st Battalion, 12th Cavalry to Korea is part of America’s “enduring rebalancing efforts within the Asia-Pacific region, and allows for greater responsiveness to better meet theater operational requirements,” according to DoD.

 

It also signals a move by the Army to potentially replace individual tours to Korea with deployments of trained and equipped combat units.

 

The Army has been studying a plan that would rotate units in and out of South Korea, which officials have said will result in formations that are more ready and trained to higher levels.

 

In an interview in October, Army Chief of Staff Gen. Ray Odierno said the Army is working closely with Korea on its plan.

 

“I am confident we will be able to do that,” he said. “They are our strong partners and we [want to] make sure we are building confidence that they understand that we will provide them a more ready brigade and a more capable brigade if we rotate.”

 

Such a commitment would mark a significant change in the way the Army has done business for years, and the practice would increase the readiness of units stationed in one of the most volatile parts of the world.

 

The Army has about 19,000 soldiers stationed in South Korea, including the 2nd Infantry Division headquarters and the division's 1st Brigade Combat Team.

 

Other major units include the 19th Expeditionary Sustainment Command, the 1st Signal Brigade, the 35th Air Defense Artillery Brigade, the 65th Medical Brigade, the 501st Military Intelligence Brigade and Eighth Army.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 14:45
France/RCA : le 1er régiment de hussards parachutistes en Centrafrique

Des VBL sur les pistes africaines entre Bouar et Bossembélé (RCA) Photo Olivier Fourt / RFI

 

22 décembre 2013 Par Olivier Fourt

 

L’intervention française en République centrafricaine entre dans sa troisième semaine. De retour de Centrafrique, Olivier Fourt s’est intéressé au travail de l’escadron d’aide à l’engagement, partie du 1er RHP de Tarbes, qui a notamment reconnu l’axe routier reliant Bouar dans l’ouest du pays, à Bangui. Une unité qui multiplie aussi les patrouilles dans Bangui, la capitale centrafricaine.

France/RCA : le 1er Régiment de hussards parachutistes (RHP) en Centrafrique
(02:23)
 
 
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:55
Exercice- Le 2 RIMa joue AKWABA

 

19/12/2013 Opérations

 

Au camp d’Auvours, près du Mans, 500 marsouins du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) ont participé à l’exercice AKWABA. Patrouille, contrôle de zone, défense de point sensible, escorte de convoi et évacuation de ressortissants…, autant de missions ponctuées d’incidents ont permis à tous les échelons de mettre en œuvre leurs savoir-faire.

 

Le 2e RIMa montre ainsi qu’il est possible de se préparer efficacement à la projection avec les moyens régimentaires dont il dispose. Des moyens qui contribuent à la finalisation de la préparation opérationnelle avant les départs en opération.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 10:20
VBCI - photo EMA

VBCI - photo EMA

20 décembre 2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca
 

Les responsables militaires canadiens, placés devant des choix impossibles, ne peuvent même pas en souffler mot, mais leurs prédécesseurs, qui ne craignent pas de parler, lancent un cri d’alarme, prévenant le gouvernement qu’il est en train de détruire les capacités des Forces armées.

 

Après le général Devlin l’été dernier, deux officiers supérieurs à la retraite, Rick Hiller et Andrew Leslie, ont pris la parole cette semaine pour dénoncer la situation.

Le général à la retraite Rick Hillier, ancien chef d’état-major de la Défense, a déclaré que le Canada n’avait plus les moyens de réaliser sa stratégie de défense alors que le général à la retraite Andrew Leslie, qui avait rédigé un rapport controversé de «transformation» sur l’avenir de l’armée avant son départ en 2011, a fustigé la gestion budgétaire des conservateurs.

De son côté, le commandant des Forces armées canadiennes, le général Tom Lawson, vient d’annoncer «ne pas aller de l’avant» avec le contrat des 108 véhicules de combat rapproché pour 2,1 milliards $ après un long et pénible processus d’achat qui a donc abouti dans une impasse.

Même si le général Lawson a pris la peine de préciser que le choix était militaire et non politique, personne n’ignore que, depuis plusieurs mois, le programme était en danger, après que l’Armée se soit inquiétée de ne pas avoir assez de fonds pour s’occuper de toute la formation, l’exploitation et la maintenance de ces futurs véhicules.

Les véhicules de combat rapproché étaient destinés à combler les lacunes en matière de protection, de mobilité et de puissance de feu entre le véhicule blindé léger et les chars Léopard, mais là, tout à coup, l’armée canadienne déclare que les capacités du véhicule blindé léger modernisé sont tellement merveilleuses qu’on va se passer des véhicules de combat rapproché… On découvre ça maintenant?

La nouvelle stratégie en matière d’acquisition: on avance, on recule, et on paye des pénalités…

Dans l’affaire de l’abandon du projet de véhicule de combat rapproché, le groupe français Nexter [avec le VBCI], associé au canadien Bombardier et à l’américain Raytheon, qui comptait sur cette commande de véhicules de combat, a déjà exprimé son amère déception. Le CV90 à chenilles du constructeur britannique BAE Systems et le futur Piranha de l’américain General Dynamics étaient également sur les rangs pour ce projet.

Nexter demande donc que le gouvernement dédommage tous les compétiteurs pour les coûts engendrés par cet appel d’offres: «Depuis quatre ans, le groupe Nexter a dépensé des millions de dollars [..] parce que nous étions convaincus que la compétition serait juste et ouverte», a déclaré à ce propos Patrick Lier, vice-président des affaires internationales de Nexter dans un communiqué.

Hillier appelle plutôt quant à lui à une refonte de l’ ensemble de la stratégie militaire – en commençant par l’impensable pour un gouvernement conservateur, une réduction du nombre de soldats.

Selon le général, on a plus les moyens de réaliser la «Stratégie de défense le Canada d’abord», on doit donc la repenser et concevoir une stratégie plus abordable.

Le gouvernement l’an dernier a annoncé des compressions totales de 2,1 milliards au budget de 20 milliards $ des Forces armées d’ici 2015.

Le hic, c’est que ces compressions ne s’accompagnent pas des choix, douloureux, mais réalistes qui s’imposeraient. Le gouvernement ne veut pas réduire le nombre de soldats, qui est actuellement de 68.000 , et il ne veut pas réduire le budget des programmes d’achat les plus visibles, ceux des avions et des navires.

 

Des F-35, beaucoup de soldats, mais pas d’argent pour s’entraîner…

On fait des coupes qui signifient qu’il y aura moins d’argent pour la nourriture, le carburant, les munitions pour des exercices d’entraînement, ou qui entraîneront l’annulation de programmes moins «sexy», mais qui peuvent se faire sans que le gouvernement conservateur perde la face et sans qu’il ait à payer un trop grand prix politique.

Le général Hillier, après le général Devlin l’été dernier un peu avant de prendre sa retraite, lance à son tour un cri d’alarme:«Vous allez détruire les capacités des Forces canadiennes» en allant de l’avant avec ce choix de compressions budgétaires.

«Si toutes les autres choses ne sont pas touchées parce que vous ne voulez pas réduire le personnel, ni l’équipement, alors vous allez compromettre les opérations et la formation: les soldats ne s’entraîneront pas, les marins ne navigueront pas et les aviateurs ne voleront pas», déclare l’ex-chef d’État major de la Défense.

Pour sa part, le général Andrew Leslie, qui travaille maintenant comme conseiller politique pour les libéraux a déclaré qu’il ne ne comprend pas pourquoi les Forces canadiennes sont à court d’argent quand le ministère de la Défense a sous-utilisé son budget de 1,3 milliard $ en avril.

«C’est la mauvaise gestion budgétaire sur une vaste échelle», n’a pas hésité à déclarer le lieutenant-général à la retraite.

«Notre équipe de transformation, il y a plus de deux ans, a recommandé qu’ils coupent les consultants et les sous-traitants [du secteur privé], qui représentaient en 2010 des dépenses de 2,77 milliards $ par année.

«Depuis, la Défense nationale a augmenté ses dépenses en consultants et en sous-traitants à 3 milliards $ par an».

«C’est irresponsable!», a déclaré cette semaine le général à la retraite à l’antenne de CBC.

Le bureau du ministre de la Défense, Rob Nicholson, a publié quant à lui une réponse disant, certes, que «Le gouvernement continuera de mettre l’accent en priorité sur la satisfaction des besoins opérationnels», mais rappelant surtout ses investissements passés «Notre gouvernement a fait des investissements sans précédent dans les Forces armées canadiennes. En fait, depuis 2006, nous avons augmenté les budgets de défense de 27%, environ 5 milliards $ en financement annuel».

Le ministre répond un peu comme la fourmi dans la fable de Lafontaine: «La Cigale [en uniforme], ayant chanté tout l’été [et exigé des F-35 et le meilleur équipement] se trouva fort dépourvue [quand se mit à souffler le vent glacial des compressions budgétaires]. – Vous chantiez ? J’en suis fort aise… [lui répondit l'homme politique obsédé par le déficit]. Eh bien! [Coupez] et dansez maintenant!»

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 23:20
Nexter veut que Ottawa reconnaisse les qualités de son VBCI qui attend sa première référence à l’exportation - photo EMA

Nexter veut que Ottawa reconnaisse les qualités de son VBCI qui attend sa première référence à l’exportation - photo EMA

 

20/12 Par Alain Ruello – lesEchos.fr

 

Ottawa a annulé l’appel d’offres portant sur l’acquisition de 108 blindés pour 2 milliards de dollars. Nexter a beaucoup investi dans cette campagne commerciale pour exporter son blindé VBCI.

 

Le Canada a fini par annuler son appel d’offres portant sur l’achat de 108 blindés et auquel Nexter concourrait face au Britannique BAE Systems et à l’Américain General Dynamics depuis quatre ans, mais dont l’issue était devenue incertaine . Le marché était estimé à environ 2 milliards de dollars américains. Fin de l’histoire ? Non, car la réaction de l’industriel français n’a pas tardé. Et elle détonne dans le milieu plutôt discret de l’armement.

 

Le Canada a justifié sa décision en indiquant que les blindés ne faisaient plus partie des priorités d’acquisitions. « Commandés en pleine guerre en Afghanistan, les véhicules ne répondent plus aux besoins de l’armée », a indiqué le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, cité par le site «  45eNord.ca  ».

 

Face à Nexter qui proposait son VBCI (véhicule blindé de combat de l’infanterie), deux autres champions de l’armement terrestre étaient en lice dans cette compétition baptisée « CCV » pour « close combat vehicles » : le Britannique BAE Systems, avec le CV90 de sa filiale suédoise Hägglunds, et l’Américain General Dynamics avec son Piranha V.

 

« L’armée de Terre canadienne suggère ce jour que son véhicule LAV III modernisé offrait les capacités demandées au CCV, s’est étonné Patrick Lier, en charge de l’Amérique du Nord chez Nexter, dans un communiqué. En tant que spécialiste de véhicules blindés ayant plusieurs décennies d’expériences, Nexter est stupéfait par ce propos, le LAV UP ne fournissant simplement pas les mêmes niveaux de protection et de mobilité. Cette situation soulève également la question du deuxième appel d’offres CCV, lancé par l’armée de Terre six mois après l’obtention par General Dynamics du contrat LAV UP en 2011. Cette dernière connaissait alors déjà les capacités des deux véhicules, mais a néanmoins décidé d’initier un autre appel d’offres et d’engager à nouveau les industriels dans une compétition coûteuse. »

 

Dédommagement

 

Mettant en doute la sincérité de la procédure, Nexter demande à Ottawa de « révéler » qui l’a remporté : « Il est fondamental que les autres armées alliées qui souhaitent équiper leurs soldats du meilleur véhicule, puissent bénéficier des résultats générés par les rigoureuses procédures d’essais conduites par les forces canadiennes à Valcartier (Québec) et Aberdeen Test Center du Maryland », estime l’industriel. Et pour cause : ne pas connaître le résultat des courses, c’est laisser planer le doute sur les qualités du VBCI, qui attend encore sa première référence à l’export !

 

Mettant en avant les millions de dollars « dépensés » en quatre ans, Nexter « souhaite » en outre que le gouvernement canadien le dédommage. « Aucune société ne peut se permettre d’engager des fonds aussi importants pour un résultat nul », a ajouté son responsable Amérique du Nord. Là encore le ton surprend : s’il est d’usage de se faire rembourser une partie des frais quand un Etat annule un appel d’offres, en général on ne le réclame pas par voix de communiqué de presse...

 

La réaction de Nexter est à la mesure de sa déception : l’industriel français misait beaucoup sur le Canada pour décrocher le premier succès de son VBCI à l’international. D’autant que le blindé a visiblement fait ses preuves en Afghanistan et au Mali.

 

Les Emirats Arabes Unis ayant visiblement gelé leur appel d’offres, Nexter peut espérer se refaire au Danemark, mais ses meilleures chances se situent plus probablement au Qatar.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 13:20
photo Canadian Army

photo Canadian Army

 

19 décembre 2013 radio-canada.ca

 

Exclusif - La tension monte entre les hauts gradés de la Défense nationale et le gouvernement Harper sur la manière à employer pour mener à bien d'importantes compressions militaires.

 

Le réseau anglais de Radio-Canada a appris que ces restrictions touchent le budget de fonctionnement et d'entretien de l'armée, ce qui inclut notamment les montants consacrés à l'entraînement des militaires.

 

Des sources ont confié à CBC que la stratégie du gouvernement concernant les Forces canadiennes, baptisé « Le Canada d'abord », a fait l'objet d'un débat du conseil des ministres, mardi, à Ottawa.

 

Le gouvernement ne veut pas réduire le nombre de soldats sous son niveau actuel, soit 68 000, ni toucher au budget prévu pour les équipements de haut niveau, comme les avions et les navires.

 

Or ces priorités du cabinet ne laissent d'autres choix aux dirigeants de l'armée que de couper dans l'entretien et l'entraînement, ce qui est loin d'enchanter certains experts des questions militaires.

 

Un critique de poids

 

Le général à la retraite Rick Hillier, qui a déjà occupé la fonction de chef d'état-major de la Défense, a critiqué la stratégie du gouvernement Harper mercredi.

 

« Elle détruira la capacité d'intervention des Forces canadiennes (si les compressions budgétaires vont de l'avant) », a-t-il déclaré à CBC.

 

Selon lui, « l'infanterie ne pourra pas s'entraîner, la marine ne pourra pas naviguer et les pilotes ne pourront pas voler » si les budgets d'entraînement et d'entretien écopent des priorités du conseil des ministres.

 

Rick Hillier prône une révision de fond en comble de la stratégie militaire, en commençant par réduire le nombre de soldats.

 

Un budget amputé de 10 %

 

Le gouvernement Harper a annoncé l'an dernier des compressions de plus de 2 milliards de dollars dans le budget de 20 milliards de l'armée d'ici l'exercice financier 2014-2015 - des coupures qui se font déjà sentir.

 

Des sources militaires ont confié à CBC que des brigades ont reçu des avis les informant de coupes atteignant 61 % des budgets de fonctionnement et d'entretien.

 

Ces compressions laissent entrevoir une diminution des fonds consacrés à la nourriture, au carburant et aux munitions lors des entraînements.

 

Un sujet délicat pour les conservateurs

 

Les généraux n'ont pas la permission de commenter ces restrictions budgétaires publiquement, car il s'agit d'un sujet sensible qui touche de près la base même du Parti conservateur. Un haut gradé de l'armée a néanmoins confié à la société d'État que le gouvernement coupait dans le budget de la Défense « tout en prétendant qu'il n'y touchait pas ».

 

L'un de ses anciens collègues, qui travaille aujourd'hui comme conseiller auprès des libéraux de Justin Trudeau, affirme ne pas comprendre comment les Forces peuvent être à court d'argent alors que le ministère de la Défense a dépensé au mois d'avril moins de 1,3 milliard de dollars que ce que son budget lui permettait.

 

Le Parti conservateur n'a pu déléguer aucun député pour commenter l'affaire mercredi, mais le ministre Rob Nicholson a transmis une déclaration à CBC.

 

« Notre gouvernement a investi des sommes sans précédent dans les Forces canadiennes, écrit-il. En fait, depuis 2006, le budget de la Défense a crû de 27 %, soit environ 5 milliards de dollars par année. »

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 12:35
KAI livrera 60 hélicoptères Surion à l'armée de terre d'ici 2017

 

 

SEOUL, 19 déc. (Yonhap)

 

Korea Aerospace Industries (KAI) a déclaré ce jeudi avoir signé un contrat de 1.700 milliards de wons (1,6 milliard de dollars) pour la livraison de 60 hélicoptères Surion à l’armée de terre d’ici 2017.

 

Ce contrat, le deuxième du genre, a été conclu avec l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) après le premier accord signé en 2010 pour la vente de 20 hélicoptères.

 

KAI a consacré 1.300 milliards de wons depuis 2006 au développement de cet hélicoptère bimoteur qui rivalisera avec l’UH-60 et l’AW-149. Les appareils ont subi des tests de vol pendant plus de 2.700 heures et passé 7.600 évaluations avant d’être certifiés pour leur mise en service.

 

L’entreprise a prévu que pas moins de 400 Surion, ou hélicoptère utilitaire coréen (KUH), pourraient être vendus dans le pays dans les années à venir et 300 unités à l'étranger.

 

La demande locale inclut les hélicoptères pour le corps des Marines, la police ainsi que pour d’autres agences gouvernementales.

 

KAI a par ailleurs annoncé que, outre ce dernier contrat, l’entreprise a décroché des nouvelles commandes d’une valeur globale de 6.100 milliards de wons en 2013. La société a précisé que le montant des contrats liés aux pièces détachées dépasserait largement la barre des 6,2 milliards de wons, l’objectif qui a été fixé pour cette année.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 11:20
photo Nexter Canada

photo Nexter Canada

 

19 décembre, 2013 Par Radio-Canada

 

L’armée canadienne annule le programme visant l’achat de nouveaux véhicules blindés d’une valeur de 2 milliards de dollars, à la suite d’un autre processus d’achat long et complexe qui aboutit dans l’impasse.

 

Des sources ont confié à La Presse Canadienne que des responsables de la Défense nationale doivent annoncer ce vendredi l’annulation du programme d’achat de 108 véhicules destinés au combat rapproché.

 

Les offres présentées par trois entreprises spécialisées en défense – Nexter, BAE Systems et General Dynamics Land Systems – arriveront à échéance lundi prochain, et l’armée a décidé de ne pas choisir de gagnant.

 

Le responsable devant officialiser cette décision, le général Tom Lawson, devrait également préciser que ce choix est militaire, et non pas politique.

 

Du côté du ministère des Travaux publics, on renvoyait jeudi toutes les questions à la Défense. Quant aux sources au sein de l’industrie de la défense, l’affaire était déjà connue jeudi matin.

 

Le projet visait l’acquisition de 108 véhicules de 36 tonnes pouvant transporter des troupes, mais aussi combattre à la manière de chars légers.

 

Le programme flottait dans les limbes depuis des mois, après que les Forces canadiennes se soient inquiétées, à une époque de budgets serrés, de leurs capacités à s’entraîner sur les nouveaux véhicules, à les utiliser et à les entretenir.

 

Les ressources budgétaires de l’armée ont fait l’objet de compressions allant jusqu’à 22 % depuis 2011, et des sources du milieu de la défense prévoient qu’une autre cure d’austérité – de 10 %, celle-là – est à prévoir d’ici la fin de 2014.

 

Au ministère de la Défense, on doit respecter un objectif de réductions budgétaires variant entre 2,1 et 2,5 milliards de dollars d’ici l’an prochain sans diminuer la taille des effectifs – quelque chose qui, ont dit les experts, allait entraîner des réductions draconiennes dans la formation et les opérations.

 

L’annulation de ce nouveau contrat militaire important pourrait revenir hanter les conservateurs, qui ont éprouvé des difficultés à tenir leurs engagements dans une longue liste d’équipements militaires.

 

Ce retour en arrière risque également de provoquer colère et frustration au sein du secteur de la défense, particulièrement chez les trois candidats au concours qui ont dépensé des millions de dollars depuis 2009 lors de deux phases de tests.

 

Ces trois compagnies devaient entre autres fournir des véhicules à des fins d’examen, un exercice qui comprenait l’exposition à des tirs à balles réelles et au souffle d’engins explosifs.

 

Les factures atteignent déjà plusieurs millions de dollars, et l’industrie de la défense bruisse de rumeurs à propos de poursuites en justice visant à récupérer ces sommes.

 

En plus des véhicules blindés, la Défense nationale et le ministère des Travaux publics ont annulé à l’été 2012 un programme visant à acheter 1500 camions destinés à l’armée. Ils ont depuis relancé ce projet.

 

Selon la source gouvernementale, les véhicules, commandés il y a plusieurs années, ne répondent désormais plus aux besoins de l’armée canadienne.

 

Les chercheurs en défense Michael Byers et Stewart Webb tenaient un discours similaire, plus tôt cette année, lorsqu’ils décrivaient ces véhicules comme une relique adaptée à la guerre froide, plutôt que pour les conflits à faible intensité auxquels l’armée risque de faire face à l’avenir.

 

« Les contribuables canadiens ont échappé à un piège de 2 milliards de dollars », a dit M. Byers jeudi.

 

« Il s’agit de la bonne décision, mais le fait qu’il aura fallu tant de temps au gouvernement n’inspire pas confiance envers le système d’acquisition. Si vous avez un programme d’achat qui ne fonctionne pas, vous devriez avoir le courage de dire non. »

 

Le fait que l’armée dise avoir besoin de certaines capacités avant de se raviser à l’intérieur d’une période de quatre ans révèle l’absence d’une politique cohérente en matière de défense, a-t-il ajouté.

 

Selon lui, d’autres achats importants, notamment le chasseur furtif F-35 et les navires de patrouille pour l’Arctique, souffrent des mêmes problèmes.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:55
20 ans de la CABAT aux Invalides - Crédits JR.Drahi armée de Terre

20 ans de la CABAT aux Invalides - Crédits JR.Drahi armée de Terre

 

18/12/2013 Armée de Terre

 

Le mardi 17 décembre 2013, aux Invalides, ont été célébrés les 20 ans de la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (CABAT) au cours d’une cérémonie présidée par le général d’armée Ract Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre. L’occasion de rappeler l’importance que notre armée de Terre accorde à ses soldats blessés, à leurs familles et celles des militaires décédés en opération ou en service.

 

« Je me suis rendue compte que je n’étais pas seule. » Ces mots du LTN Claire Jaulmes, blessée en service en 2011, résument bien le rôle que joue la CABAT, qui était mise à l’honneur hier aux Invalides, le lieu où, depuis 3 siècles, le pays prend soin de ses soldats blessés. A l’issue de la prise d’armes, l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées, puis Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, ont pu eux aussi souligner l’œuvre essentielle accomplie par la cellule.

 

L’histoire de la CABAT, c’est également l’histoire de 20 ans d’engagements de l’armée de Terre en opérations extérieures ou sur le territoire national. Créée en septembre 1993 par le général d’armée Monchal, alors CEMAT, la CABAT a dû très rapidement faire face à l’afflux de blessés du théâtre bosniaque. A compter de 2011, les familles de nos camarades décédés ont elles aussi été prises en charge.

 

Durant ces 20 années, cette tour de contrôle du soutien aux blessés a toujours permis à chacune et chacun de retrouver une place dans l’institution et dans la société. Ce sont aujourd’hui 20 militaires et civils de la cellule qui suivent les blessés à court, moyen, et long terme. La CABAT coordonne ainsi le processus d’entraide, depuis la prise en charge médicale jusqu’à la réinsertion ou la reconversion, en intégrant les domaines juridiques, action sociale, ressources humaines. Depuis 1993, 8 550 blessés ont été accompagnés. A l’heure actuelle, 847 le sont toujours, mais aussi 52 veuves et plus de 193 orphelins.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 20:45
Sangaris : patrouille au nord-est de Bangui

18.12.2013 Crédit : EMA / ECPAD


Le 17 décembre 2013,les militaires français de l’opération Sangaris patrouillent au nord-est de Bangui, dans le quartier de Boy-Rabé. Ils poursuivent leur mission de désarmement, tout en expliquant à la population le but de l'opération Sangaris.

Environ 1600 militaires français sont actuellement déployés en République Centrafricaine. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA et son déploiement opérationnel.

 

Sangaris : patrouille au nord-est de Bangui 1/2

 

Sangaris : patrouille au nord-est de Bangui (2/2)
 

Sangaris : patrouille au nord-est de Bangui
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:35
DRDO's new heavy drop system during a demonstration. Photo: DRDO

DRDO's new heavy drop system during a demonstration. Photo: DRDO

 

18 December 2013 army-technology.com

 

The Indian Defence Research and Development Organisation (DRDO) has developed a 16t capacity heavy drop system (HDS) to enhance the national army's ability to airdrop military stores, including vehicles, supplies and ammunition.

 

Developed by DRDO's Aerial Delivery Research and Development Establishment (ADRDE), three system prototypes have also met performance parameters during two successful drops at an undisclosed location.

 

Primarily designed for paradropping of military vehicles, including BMP class and ammunition trolleys from IL-76 heavy lift aircraft, the system is claimed to be an extension of technology developed by DRDO for P-7 HDS, the 7t capacity HDS already accepted by the Indian Army.

 

Indian defence minister scientific advisor and Department of Defence R&D secretary, Avinash Chander, said the system offers 'drop and drive' capability and once inducted, would considerably enhance the capabilities of armed forces.

 

The system features a parachute sub-system and platform sub-system, which in turn consists of a set of removable wheels that facilitates transport of load to the airfield, and a platform fastening and release lock (PFRL) for safe carriage and release of load in/from the aircraft during all flight manoeuvre conditions and emergency landing.

 

The parachute system features two auxiliary and five main parachutes, which reduce the descent rate to desired speed at touchdown, and are released by an automatic disengage unit (ADU) on impact with ground to avoid dragging and toppling of load due to high surface winds.

 

Extensively tested during the technical and users trials at different types of drop zones in planes, deserts and high altitude areas, the re-usable system can be utilised to provide drop practice to the soldiers during regular military training.

 

The system also participated in army's Excope 2009 exercise with the US Air Force and in demonstration at Pokhran, Rajasthan, India, during its development phase.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 13:50
Unmanned aerial systems on show

A soldier with a Desert Hawk unmanned aerial system (library image) [Picture: Sergeant Brian Gamble, Crown copyright]

 

18 December 2013 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

The Ministry of Defence has, for the first time, opened the doors to its unmanned aerial systems (UAS) control centre, based in the UK.

 

Pictures and footage released today, Wednesday 18 December, show the high-tech operations room at RAF Waddington, where members of 13 Squadron remotely operate the RAF’s Reaper aircraft in Afghanistan.

Reaper is just one of a range of UAS, including remotely-piloted air systems, operated by UK armed forces, providing vital, lifesaving intelligence, reconnaissance and surveillance on operations.

Showing this work is a key way to dispel some common myths about the role of the equipment, which UK forces use predominantly in Afghanistan.

During a visit to RAF Waddington, Defence Secretary Philip Hammond viewed the full range of current and future equipment, including:

  • Desert Hawk (Army)

  • Black Hornet Nano (Army)

  • Tarantula Hawk (Army)

  • Watchkeeper (Army)

  • ScanEagle (Royal Navy)

Philip Hammond speaks with Royal Navy Commander Bow Wheaton
Defence Secretary Philip Hammond speaks with Royal Navy Commander Bow Wheaton at RAF Waddington [Picture: Senior Aircraftman Blake Carruthers, Crown copyright]

Mr Hammond also spoke to a Royal Artillery fire support team commander recently returned from Afghanistan who spoke of the benefits the ‘eyes in the sky’ can provide for troops on the ground.

Mr Hammond said:

Vital to our efforts to protect our forces and the people of Afghanistan, this battle-winning technology allows us to understand the situation on the ground more clearly, develop better intelligence, and precisely strike, within our rules of engagement, those who threaten or hurt the people we are protecting.

Much of the criticism of unmanned aerial systems is based on misunderstanding. This event provides a great opportunity to better inform people about these lifesaving assets and their variety of purposes.

Speaking at the event, Air Vice-Marshal Philip Osborn, Joint Forces Command Capability Director, praised unmanned aerial systems’ ability to provide ‘persistent surveillance of enemy positions without putting our servicemen and women at unnecessary risk’. He said:

In today’s operational environment, unmanned and remotely-piloted air systems are increasingly vital to keep one step ahead of the enemy, and to save military and civilian lives.

Highly trained and experienced personnel are at the heart of the capability, and human oversight and control is always paramount. This is a capability just like every other across defence; it has skilled and motivated people at its core, people who are in charge of technology and use it in strict accordance with the law.

Viewing the inside of a Reaper control cabin, the Defence Secretary was able to see how it is guided and controlled at all times by a team of highly trained and skilled people. Pilots, sensor operators and analysts all make decisions in real-time, exactly like the crew of a traditional aircraft.

In over 54,000 hours of operations, the UK’s Reaper, the only armed system used by British armed forces, has fired just 459 precision weapons.

When a precision strike capability is required from RAF Reaper aircraft by ground commanders this is always in accordance with international humanitarian law and the law of armed conflict, and is governed by strict rules of engagement; exactly the same as manned aircraft.

UK military unmanned aerial systems
Reaper remotely-piloted air system
An RAF Reaper remotely-piloted air system at Kandahar Airfield in Afghanistan (library image) [Picture: Corporal Mark Webster, Crown copyright]
Black Hornet
Black Hornet, a nano unmanned aerial system operated by the British Army (library image) [Picture: Sergeant Rupert Frere, Crown copyright]
ScanEagle
ScanEagle is an unmanned aerial system operated by the Royal Navy (library image) [Picture: Copyright Boeing Defence UK]
Hermes 450
A Hermes 450, operated by the British Army, at Camp Bastion in Afghanistan (library image) [Picture: Copyright Thales UK]
Desert Hawk
A soldier launches a Desert Hawk unmanned aerial system during an exercise in Kenya (library image) [Picture: Corporal Ross Fernie, Crown copyright]
T-Hawk
T-Hawk (Tarantula Hawk), a micro unmanned aerial system operated by the British Army (library image) [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]
Watchkeeper
A British Army Watchkeeper unmanned aerial system during trials in the UK (library image) [Picture: Peter Russell, Crown copyright]
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 20:55
photo Olivier Berger - Défense globale

photo Olivier Berger - Défense globale

 

12.12.2013 propos receuillis par Antoine Fouchet - La Croix

 

 La nouvelle loi de programmation militaire (2014‑2019) constitue  « un défi »  sur le plan de la gestion des effectifs, mais permet de mener deux opérations à l’étranger en même temps, explique à  La Croix  le général Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de terre.


La Croix. La loi de programmation militaire 2014-2019 a été votée mardi, succédant à celle de 2009-2014. Comment accueillez-vous ce vote ? 

 Bertrand Ract-Madoux : Je note avec satisfaction que la nouvelle loi a été votée avant la fin de cette année, ce qui lève les incertitudes en termes de calendrier. La succession de ces deux lois constitue un défi, en raison surtout des diminutions d’effectifs qu’elle prévoit. Le reliquat des diminutions de la loi précédente (10 000 suppressions de postes restant encore à réaliser) et les déflations fixées par la nouvelle loi (environ 24 000 suppressions) font un total important pour le ministère. Bien entendu, ce n’est pas à l’armée de terre d’en subir seule les conséquences. C’est à la totalité du personnel de la défense. Ces déflations doivent, année après année, faire l’objet d’études et d’arbitrages complexes pour ne pas mettre en péril le bon fonctionnement de telle ou telle composante de l’ensemble.

 

Quelles sont les réductions d’effectifs envisageables dans l’armée de terre ? 

 B. R.-M. : Une brigade inter­armes devrait être dissoute, sur les huit qui existent. Soit environ 6 000 militaires. Seront concernés un petit état-major, deux régiments d’infanterie, un régiment de cavalerie et un régiment d’artillerie. Il y aura aussi quelques restructurations internes à certains régiments. La suppression d’un régiment d’infanterie (le 110e  RI de la ville allemande de Donaueschingen) et d’un régiment de cavalerie (le 4e  régiment de dragons de Carpiagne) a déjà été annoncée et sera effective en 2014. L’été prochain, la suppression des autres régiments devrait être annoncée. J’espère qu’on s’arrêtera là.

 

L’armée de terre pourra-t-elle mener plusieurs opérations à l’étranger en même temps ? 

 B. R.-M. : Le format de l’armée de terre défini par la loi est en cohérence avec le nouveau contrat opérationnel des armées, fixé par le livre blanc de la défense, rendu public le 29 avril par la présidence de la République et à la rédaction duquel les chefs d’état-major ont été associés. Ce contrat opérationnel prévoit une armée de terre dotée de 66 000 hommes projetables – au lieu de 72 000 aujourd’hui – et capable d’envoyer 15 000 hommes sur un théâtre de crise majeure et jusqu’à 7 000 en cas de crises internationales de faible intensité. Actuellement, nous avons plus de 6 000 hommes dans des opérations à l’étranger, essentiellement au Mali et en Centrafrique, ce qui entre dans le cadre conçu par le livre blanc. Enfin, le chiffre de 15 000 militaires correspond, par exemple, aux effectifs que l’armée de terre avait déployés lors de la première guerre du Golfe, en 1990-1991.

 

Quel est votre constat concernant les programmes d’équipements et les crédits de fonctionnement prévus par la loi ? 

 B. R.-M.  : Dans ce texte, les programmes d’équipements me paraissent faire l’objet d’un compromis adapté au nouveau contrat opérationnel. C’est un aspect positif. Bien qu’étalés dans le temps et en réduction, ils n’en assureront pas moins une modernisation de l’armée de terre. Qu’il s’agisse du renouvellement des véhicules blindés médians (programme Scorpion), des hélicoptères (Tigre et NH90), des missiles (Missile de moyenne portée) et de l’équipement du fantassin (Félin). Aucune capacité n’est oubliée. Les parlementaires ont, par ailleurs, inscrit une « clause de revoyure » permettant de contrôler l’application de la loi. Il est fondamental que ces engagements soient respectés.

En ce qui concerne les crédits de fonctionnement, une certaine stabilité doit permettre de maintenir les conditions de vie et de travail de nos soldats au niveau actuel, même si ce niveau est « juste insuffisant », comme l’ont dit les parlementaires.

 

Quel est le moral des troupes ? 

 B. R.-M.  : Au sentiment d’inquiétude diffus résultant des réductions d’effectifs s’ajoutent des difficultés dans la vie quotidienne et les conditions d’exercice du métier. Commencé voilà plusieurs années, le programme de rénovation des logements dans les casernes a pris du retard à cause de la diminution des crédits. Il y a aussi la catastrophe du système informatisé de paie Louvois. Le moral de nos soldats reste satisfaisant, mais il est en baisse, du fait de ces difficultés. Nous sommes obligés de leur expliquer que ce train de vie a minima va durer quelque temps encore.

 

Par  « a minima »,  voulez-vous dire que c’est un niveau au-dessous duquel il ne faut pas descendre ? 

 B. R.-M. : Exactement. Toutes les autorités civiles et militaires le savent. À force de rationalisation et de restructurations sur plusieurs années, les moyens de l’armée de terre ont atteint un niveau minimum, quelquefois au-dessous du minimum, comme pour l’entretien des équipements.

 

------------------------------------------------------------------------

La mort de deux soldats, « une épreuve douloureuse »
Après la mort de Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, tués mardi à Bangui, le général Ract-Madoux nous a confié : « La mort de soldats en opérations constitue une épreuve douloureuse pour leur famille, mais aussi pour leurs camarades et chefs. Mes premières pensées se tournent vers leurs proches pour leur dire que la communauté militaire s’associe à l’immensité de leur peine. Le dévouement absolu de ces deux héros rejoint le sens du devoir des Français qui, avant eux, ont combattu sur notre sol pour éviter à notre pays l’effondrement et sous d’autres horizons pour défendre ceux qui ne peuvent se défendre seuls. Par leur courage, ils rappellent que la France demeure une Nation forte prête à défendre, au mépris des dangers, les valeurs qui fondent son identité. »

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:35
Afghanistan: l'Australie retire ses troupes

 

MOSCOU, 16 décembre - RIA Novosti

 

Les troupes australiennes ont achevé leur retrait d'Afghanistan, rapportent lundi les médias occidentaux se référant au ministère australien de la Défense.

 

Selon le ministre David Johnston, dimanche 15 décembre, la base principale des troupes australiennes déployée à Tarin Kowt, capitale de la province d'Orozgan, a été fermée, et le dernier groupe de militaires australiens en service actif s'apprête à quitter le pays.

 

Toujours d'après lui, environ 400 soldats australiens resteront en Afghanistan pendant encore un an en vue d'assurer la formation militaire de l'armée afghane.

 

Le premier ministre australien Tony Abbott a récemment espéré qu'en dépit du retrait des forces internationales, la situation en Afghanistan se stabiliserait.

 

"Cette guerre ne se termine pas par une victoire ou par une défaite, mais avec l'espoir que l'Afghanistan devienne un endroit meilleur, et la province d'Orozgan notamment, en raison de notre présence", a déclaré le chef du gouvernement australien.

 

En octobre 2012, le ministère australien de la Défense a annoncé que son contingent afghan achèverait le transfert de la sécurité à la police et l'armée nationales à Orozgan dans un délai de 12 à 18 mois.

 

Depuis 2001, 40 militaires australiens ont trouvé la mort en Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 17:20
Lockheed Martin JLTV Completes Successful Manufacturing Review

 

 

Dec 12, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The Lockheed Martin [NYSE: LMT] Joint Light Tactical Vehicle (JLTV) team successfully completed the government’s Manufacturing Readiness Assessment (MRA), an important milestone on the path to vehicle production at the company’s Camden, Ark., manufacturing complex.

 

The MRA, which measures manufacturing maturity and assesses technical risk, took place at Lockheed Martin’s Camden Operations on Nov. 18 and 19. In October, the company announced plans to produce the JLTV at the award-winning Camden facility, where program officials expect to gain significant production efficiencies and cost reductions.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:55
[Innovation] Le lance-roquette unitaire

11/12/2013 Armée de Terre

 

Créé et commandé par Louis XIV, le 1er régiment d’artillerie, le plus ancien régiment de l’arme du même nom, va devenir le plus moderne. Au cours de l’année 2014, il percevra un nouveau système d’arme, le lance-roquette unitaire (LRU). Rien de tel pour illustrer la devise du régiment «  Royal d’abord, premier toujours » !

 

Fin novembre 2013, sur la pointe du Titan, au nord-est de l’île du Levant, le LRU a été testé, pour la première fois, en tir de munitions de guerre. Une étape majeure (et brillamment franchie) dans son processus de qualification. Ce système d’arme se révèle performant et ultra-moderne, avec une frappe à longue portée et une précision impressionnante. Pour se faire une idée, il pourrait, depuis  l’esplanade des Invalides à Paris, atteindre des cibles à Beauvais, par exemple, avec une précision de l’ordre de 5 mètres !

 

[Innovation] Le lance-roquette unitaire

Sa munition est indifférente aux conditions climatiques et à la géographie du terrain. Idéal pour l’appui au contact des unités de mêlée sur un terrain ouvert et en zone urbanisée ! Le LRU s’inscrit au cœur même du dispositif d’appui des forces en complément de l’appui aérien et des autres catégories de frappe. Une réussite technologique pour une innovation tactique sur le terrain, en 2014.

En attendant, découvrez-le au cours de cette phase de validation avec ces images inédites et surprenantes. Le compte à rebours a commencé. 3, 2, unité.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:35
upgraded BMP-2 Sarath during military exercise in Rajasthan - photo US DoD

upgraded BMP-2 Sarath during military exercise in Rajasthan - photo US DoD

Domestic Plans: Indian Army BMP-2 vehicles take part in a military exercise. India will proceed with plans to develop its own vehicle to replace Army BMP-2s and -1s. (US Defense Department)

 

Dec. 10, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI- Defense News

 

NEW DELHI — India will not shelve its homegrown $10 billion Futuristic Infantry Combat Vehicle (FICV) program in favor of advanced Russian BMP-3 combat vehicles.

 

The decision was conveyed to the Russian side at the Nov. 18 meeting of the India-Russia Inter-Governmental Commission on Military Technical Cooperation held in Moscow, officials said.

 

During Russian President Vladmir Putin’s visit to India last December, the Russians offered to transfer technology for its BMP-3 infantry combat vehicles if India agreed to shelve its indigenous FICV program, which will see production of 2,600 vehicles to replace aging BMP-1 and BMP-2 combat vehicles.

 

The FICV program will now get rolling as debate over the Russian proposal had pushed the FICV project into the background, said an Indian Defence Ministry source.

 

An executive of Russia’s Rosoboronexport in New Delhi said the company made the BMP-3 proposal because the Indian Army sought the vehicles, but the Defence Ministry would not agree with the condition that the FICV program be shelved.

 

The FICV project will be in the “Make India” category, which means only domestic companies will be able to compete. The selected company or consortium will develop an FICV prototype on its own although the government will fund nearly 80 percent of the development costs. Thereafter, production will be done in India by the winner.

 

The FICV project was approved nearly five years ago. Since then, India’s Mahindra Defence Systems has tied up with BAE Systems, Larsen & Toubro is working on overseas tie ups, and Tata Motors is also working to connect with overseas companies after its tie up with Rheinmetall was stalled following the blacklisting of the German company. State-owned Ordnance Factories Board is also in the race.

 

MoD now will shortlist two competitors to develop their prototypes, which will be put to trial.

 

BMP-2 Upgrade

 

Meanwhile, the Indian Army plans to upgrade the existing 1,400 BMP-2 infantry combat vehicles with advanced weapons and night-fighting capabilities at a cost of $1.8 billion. However, the MoD canceled a tender floated last year to purchase 2,000 engines for the upgrade because none of the domestic vendors fulfilled the engine’s requirements. Now a global tender is likely to be issued for the engines, the MoD source said.

 

When procured, the engines will be assembled at the Ordnance Factories Board.

 

The Army requires engines that can generate 350 to 380 horsepower and are easy to maintain and operate in extreme weather conditions. The BMP-2’s existing engine has only 285 horsepower and is not suited for cross-country mobility.

 

The upgrade of the BMP-2 will include advanced observation and surveillance, night-fighting capability, an improved anti-tank guided missile (ATGM) system and a 30mm automatic grenade launcher. The upgraded combat vehicles will have an advanced fire control system and have the capability of loading two missiles in ready-to-fire mode.

 

The BMP-2 infantry combat vehicles carry soldiers into battle zones and provide fire support, an Indian Army official said

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:30
UAE Aims To Save Costs, Time With Joint Logistics Model

 

Dec. 10, 2013 - By AWAD MUSTAFA  - Defense News

 

DUBAI — The United Arab Emirates’ military in 2014 will complete the rollout of a streamlined joint logistics model and communications system to improve information sharing, procurement and training between its Navy, Army and Air Force.

 

The model was introduced in 2012 to transform procurement into a new joint approach to logistics to better support operations and training, said Matthew Hedges, an analyst with the Institute of Near East and Gulf Military Analysis.

 

According to the director of the program at UAE Armed Forces General Headquarters, Navy Col. Yahya Al Hammadi, until 2012 the three branches separately handled processes such as procurement, inventory and human resources.

 

“We’d like the commanders to have time to concentrate on strategy and policy planning,” Al Hammadi said last year as the system was being launched. “So we are involved in this plan for the armed forces to communicate effectively and quickly through an integrated IT and logistics system.”

 

The UAE understands that any operation at home or overseas is a joint effort and part of a larger coalition, Hedges said, and thus “the provision of logistics needs to be both joint and coordinated. It should also be highlighted that the UAE joins a larger list of nations who are subscribing to a joint logistics model.”

 

Al Hammadi said the system would be fully introduced across UAE forces by next year.

 

Public-private partnerships are a big part of this program. In November, the Armed Forces Gener-al Headquarters appointed the Abu Dhabi-based Advanced Military Maintenance, Repair and Overhaul Center (AMMROC) to ensure the operational readiness of the forces’ fixed- and rotary-wing aircraft.

 

The $5.8 billion two-year deal has been in the works for five years, AMMROC CEO Fahed Al Shamesi said.

 

“This includes the Air Force, Navy, special forces, presidential guards and the Army,” he said.

 

The agreement will enable the UAE Armed Forces to remain focused on aircraft operations while AMMROC provides maintenance and repair services, he added.

 

Another public-private partnership is with the Emirates Classification Society (TASNEEF), which classifies ships and offshore platforms for the UAE. TASNEEF’s primary mission is to promote the security and safety of life and property, and protect and pre-serve the natural maritime environment.

 

Rashid Al Hebsi, CEO of TASNEEF, said the joint logistics model would increase military readiness and reduce costs.

 

“This is part of the government’s vision to build capabilities in the country so we can sustain it ourselves and maintain technical competence,” Al Hebsi said.

 

The concept is new in the region, he said.

 

“Once the system is set up, the UAE believes its [Gulf Cooperation Council] neighbors will follow its lead,” Al Hebsi said.

 

The model includes the adoption of various centers of excellence (CoEs), Hedges said.

 

These “will manage relationships between the UAE General Headquarters and industry, both local and foreign,” he said. “The aim of the CoEs is to move away from numerous traditional transactional relationships to adopting more strategic partnerships.”

 

Contracts for industrial partners will be more sophisticated and will move to output- or outcome-based, i.e. payment based on performance.

 

Another key November agreement was a contract with Abu Dhabi-based Tawazun for the procure­ment, delivery and integration of laser-guided Talon missiles. The Talon missile systems are produced in the UAE under a joint development, production and mar­keting program between the UAE armed forces and Raytheon Missile Systems.

 

The contract states Tawazun will manage the integration of Talon systems into the UAE’s existing rocket systems, and deliver a training program on the Talon for the armed forces’ personnel. The integration program also will include UAE-built Nimr armored vehicles.

 

The key contractual components that the Armed Forces are looking to adopt or further investigate include continuous improvement through a transparent gain share mechanism and key performance indicators, Hedges said.

 

“They also want to define data and information that is required by either party to enable them to fulfill their contractual obligations, but also enhance working operation efficiency,” he said.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 11:11
Opération Sangaris

 

10/12/2013 Sources : EMA

 

Le 5 décembre 2013, le Président de la République a annoncé sa décision de renforcer le dispositif militaire français en Centrafrique afin d’éviter une catastrophe humanitaire dans le pays.

 

« Le Conseil de sécurité vient d’adopter une résolution, à l’unanimité, donnant mandat à une force africaine pour apporter la sécurité, rétablir la stabilité en Centrafrique et protéger la population.

 

La France soutiendra cette opération. C’est son devoir, devoir d’assistance et de solidarité à l’égard d’un petit pays, la Centrafrique, bien loin d’ici, pays ami, pays le plus pauvre du monde. Pays qui nous appelle au secours.

 

Vu l’urgence, j’ai décidé d’agir immédiatement, c’est-à-dire dès ce soir, en coordination avec les Africains et avec le soutien des partenaires européens. Déjà, 600 militaires français sont sur place. Cet effectif sera doublé d’ici quelques jours, pour ne pas dire quelques heures.

 

La France n’a pas d’autre objectif que de sauver des vies humaines. Je veux que toutes les informations soient données. C’est la raison pour laquelle le gouvernement fournira toutes les explications au Parlement, dès la semaine prochaine.

 

Il y a un an, au Mali, la France était appelée pour lutter contre une invasion terroriste. Elle y est parvenue. Aujourd’hui, dans des circonstances très différentes, la France est attendue pour éviter une catastrophe humanitaire. Elle sera là.

 

J’ai pleine confiance en nos soldats pour mener cette opération. Je sais leur sens du devoir, leur grande qualité professionnelle. Cette intervention sera rapide, elle n’a pas vocation à durer. Je suis sûr de son succès. »

 

Cette décision a été précédée de l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la Résolution 2127 qui prévoit en particulier :

   le soutien des Nations unies à la Force africaine, la MISCA dont l’effectif devrait atteindre les 4000 hommes.

    Le soutien par les forces françaises de cette force africaine, avec autorisation d’usage de la force au besoin.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:55
French DGA orders initial MMP missiles from MBDA

 

 

9 December 2013 army-technology.com

 

MBDA has received a contract from the French Defence Procurement Agency (DGA) for production and delivery of Missile Moyenne Portée (MMP) medium-range missile to the French Army.

 

The contract will see the company will manufacture a total of 400 launchers and 2,850 missiles. The value of the deal has not been disclosed.

 

The missiles delivered under the contract are expected to replace the army's existing MILAN wire-guided anti-tank system from 2017, and will be employed by both front-line combat units and Special Forces.

 

MBDA CEO Antoine Bouvier said the contract will contribute to maintaining important skills in the French missile sector with its numerous sub-contractors, including Sagem for MMP.

 

"Calling on its 40 years of experience in the ground combat missile domain, MBDA has conceived a new generation missile, which combines all the requirements expressed by the French Army and highlighted by the unique operational experiences gained from its activities in Afghanistan, as well as in Africa and Asia," Bouvier said.

 

''I am confident in the export potential of this new programme, which in the next ten years should represent several times the size of the order concluded with France.''

 

Under development by MBDA Systems since 2009, the MMP is a lightweight, next-generation surface attack missile system designed for destruction of both stationary and moving ground targets, including tanks, armoured and non-armoured vehicles and infrastructures with minimum collateral damage.

 

The man portable missile can be fired from portable firing posts, battlefield vehicles and army aviation platforms, and feature both fire and forget, and man in the loop capabilities, which enable the operators to immediately move to another position after firing, and accurately neutralise various types of targets encountered on all theaters of operation, respectively.

 

An initial batch comprising 175 launchers and 450 missiles will be handed over to the French Army by 2019, while delivery of remaining units remains undisclosed.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:25
Marruá AM 31 1½ tonnes 4×4 light utility truck in Brazilian Army

09.12.2013 by VMSB
 

The Brazilian Army has inducted into service the Marruá AM 31 1½ tonnes 4×4 light utility truck from the local automotive maker Agrale SA.

Marruá AM 31 is powered by a Cummins ISF 2.8 diesel engine coupled to a Eaton FS 2305C transmission. It has a weight of 5.300 kg, payload of 1.500 kg and a top speed of 111.5 km/h.

The Exército Brasileiro (EB) and the Brazilian Navy´s Marine Corps currently operate large quantities of the Marruá of different configurations.

 

SAM_4856b

SAM_4989b

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:50
Independent report praises [UK] MOD reform

 

5 December 2013 Ministry of Defence

 

Significant progress has been made to transform MOD into a more professional and responsible organisation, an independent report has said.

In a follow-up to his major independent review of MOD 2 years ago, Lord Levene has praised the department for embracing complex and radical change to improve both efficiency and financial management.

Lord Levene’s 2011 Defence Reform report made 53 recommendations on how to transform MOD into a leaner and more effective organisation that could better support the needs of the Armed Forces.

Since then, he has monitored the changes that have been made and, in his second stocktake, has praised the successful reforms that have taken place right across the department.

Lord Levene describes the elimination of the £38 billion budget deficit as a remarkable achievement and says there is now clear evidence that MOD is more business-like and finance-focused.

His report welcomes the imaginative ways in which the department has increased accountability and reduced bureaucracy by delegating responsibility to the heads of the Royal Navy, Army and Royal Air Force.

The report acknowledges that better leadership, direction and prioritisation have led to a more strategic approach in MOD.

Defence Secretary Philip Hammond said:

We have rightly focused our efforts on reshaping our Armed Forces to meet future threats and delivering better value for money for taxpayers. Lord Levene’s report is a welcome endorsement of the progress we have made in reforming Defence.

We are streamlining MOD, with a reduction of 33,000 civilian posts in total, to make it leaner and more strategic, better able to support the Armed Forces of the future.

Chief of the Defence Staff, General Sir Nicholas Houghton, said:

Defence Reform has required some innovative changes to the structure and management of Defence. But the results of these changes will lead to a more agile force structure with capabilities better suited to the security challenges of the age.

The advent of Joint Forces Command and the greater delegation of authority to the 3 single services is fundamental to this change.

Jonathan Slater, Director General Transformation, said:

I am encouraged that Lord Levene recognises a real change of mindset within the department. We remain committed to continuing with this programme of reform to achieve real and sustained behavioural change.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:40
Russia updates UAV inventory

 

Dec. 5, 2013 by Howard Gethin – FG

 

Moscow - Russia's defence ministry has signed a deal worth over Rb100 million ($3 million) with Kazan-based Eniks for delivery of 34 short-range surveillance unmanned aerial vehicles (UAV).

 

The company will deliver 17 Eleron-ZSV systems, says the company’s general designer Valery Pobezhimov, after a contract was signed with the ministry on 3 December.

 

“I can’t state the exact value of the deal but it is in excess of 100 million roubles,” he told news outlets.

 

The UAVs – a modernised variant of earlier Eleron systems – will be delivered by next year, he adds.

 

Pobezhimov claims the Eleron costs just 20% of the price of similar foreign systems such as the Israel Aerospace Industries Zastava UAVs made under licence in Russia.

 

The 5.3kg (12lb) Eleron can carry a 1kg imaging payload, with a top speed of 70kt (130km/h) and ceiling of 13,000ft (4,000m), Eniks claims.

 

Meanwhile, UAE-based Adcom Systems is to deliver its United 40 medium-altitude long-endurance UAV to the Russian defence ministry for trials in February 2014, the company’s chief executive Ali Al-Dhaheri says.

 

“Regardless of the results of the first tests, further deliveries of the UAV will take place,” he told Russia’s RIA Novosti news agency.

 

Russia has signed a draft deal with Adcom for purchase of a trial batch of the system, he says.

 

The 1,500kg MTOW United 40, powered by a single pusher engine, is optimized for battle damage assessment, mission planning, border surveillance and communications relay, Adcom says, and can also be armed with air-to-surface missiles.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories