Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:35
Arjun MK II - source Livefist

Arjun MK II - source Livefist

 

June 27, 2015 By Vivek Raghuvanshi – Defense News

 

NEW DELHI — The Indian Army's plan to develop and build a medium-weight main battle tank to replace more than 2,500 Russian T-72s has raised questions about the future of the homemade Arjun tank and likely would kill a decade-old proposal by the Defence Research and Development Organisation (DRDO) to build a tank, according to analysts and officials.

 

The Indian Army this month floated a global request for information to seek partners to design the new tank under a program called Future Ready Combat Vehicle (FRCV). As a medium-weight platform it would weigh 40-plus tons, compared with the Arjun, which weighs 60 tons.

 

"The proposed FRCV is in the medium category and is more likely to be around the T-90 platform than the Arjun Mark-II platform, which is getting close to the medium-heavy/heavy category," said Anil Chait, retired Indian Army lieutenant general. "Designing and developing the product around proposed qualitative requirements afresh would suggest that we may be looking toward the end of the Arjun saga," he said.

 

However, Rahul Bhonsle, a retired Army brigadier general and defense analyst, said the Arjun will progress from the current Mark-1 level to Mark-3.

 

"The lead time for the FRCV to be manufactured, if all goes well, is likely to be approximately 15 years or so. This provides adequate scope for the Arjun series to be progressed to at least Mark-3. Moreover, there is a need in the Indian Army for an Arjun class of tank."

 

While no Ministry of Defence official would comment on the fate of the decade-old Futuristic Main Battle Tank (FMBT) project to be developed by DRDO, an Army official said FRCV has "surely killed" the FMBT.

 

The FMBT, intended to be in the 50-plus ton category, was also meant to replace the T-72s.

 

"The FRCV seems to be a completely new project which possibly junks the FMBT, which was being worked upon by the DRDO or may be a lead to the developing agency to add on to the existing work that has already been done on the same," Bhonsle said.

 

"I surely see Americans, Russians, French, Germans, Koreans and British participating along with Indian companies in stand-alone or joint venture mode. We could see leading companies from there which are involved with tank design, participating in it," Chait said.

 

Unlike the earlier tank effort, the FRCV does not restrict production to the DRDO. Domestic defense companies in tie-ups with overseas defense companies can serve as the production agencies.

 

"As this is an open competition, private agencies could also be roped in to develop the tank. The best option would be for DRDO designing and developing the same with a foreign partner as it is best placed technically to do so. For an Indian private company in collaboration with a foreign partner it would be a Greenfield venture," where the foreign company would construct new facilities for the project, Bhonsle said.

 

The Army plans to begin induction of the basic FRCV by 2025-27, which would be the platform on which numerous variants would be developed to serve different functions. These variants will include a tracked light tank, a wheeled version, a bridge layer tank, a trawl tank and mine plows, armored recovery vehicle, self-propelled gun, anti-aircraft tank, artillery observation vehicle, engineer reconnaissance vehicle, and armored ambulance.

 

According to the request for information, FRCV will be executed in three stages: design, prototype developmental and production.

 

The request says the design agency and developing agency can be separate entities. The best design will be chosen and given to the nominated development agency for prototype production. The selected prototype will be given to the production agency or agencies for bulk production.

 

Shankar Roy Chowdhury, retired Army general and former service chief, said the paramount requirement for the tank is survivability.

 

"Russian designers sought to achieve this [survivability] by smaller size [three-man crew and lighter armor], lower profile and speed. The West preferred larger turrets, hence thicker armor, heavier tanks. The test for both designs has been the Arab-Israeli wars and the gulf war. The Russian designs did not do too well. Blame that on the crews if you like," Roy Chowdhury said.

 

The most important requirement, however, is that the future FRCV must be indigenously designed, Roy Chowdhury said.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:35
VN1 vehicle launched bridge

VN1 vehicle launched bridge

 

June 7, 2015: Strategy Page

 

China recently offered (for export) another new variant in its line of ZBL 09 8x8 wheeled armored vehicle; the VN1 vehicle launched bridge. This is an old concept that goes back to World War II. What it amounts to is a 15-20 meter (46-66 foot) bridge than can quickly be deployed from the vehicle over obstacles allowing similar (in size and weight) vehicles to quickly cross.

 

China introduced the ZBL line of armored vehicles in 2006 after more than a decade of development. The first model was a personnel carrier but other variants quickly followed. For example the ZBL 09 ST1 is equipped as a tank-destroyer with a high velocity 105mm gun. This appears to be a variant on the 2007 version that had a lower velocity 105mm gun that was intended to give infantry front line artillery support. The Germans called this an “assault gun” when they invented the concept (as the “Sturmgeschütz” during World War II. These vehicles are particularly useful for infantry attacking as an assault gun could quickly take out enemy opposition with one or two shells.

 

The assault gun version of its ZBL 09 had a smaller turret than the ST1. The larger turret of the ST1 is apparently to hold the additional recoil and fire control equipment for the more powerful and longer range 105mm gun. In 2009 there was already an artillery version of the ZBL 09, carrying a 122mm howitzer in a larger turret similar to the one used by the ST1.

 

Since 2012 the Chinese Army has been using the ZBL 09 with the turret and 105mm gun as a wheeled light tank. That appeared to indicate that an anti-tank version was already in the works. The ZBL 09/105mm assault gun could, with some extra training, be capable of shooting up other armored vehicles. The 105mm gun carried is not powerful enough to destroy most modern tanks, but could knock out most other armored vehicles.

 

The basic ZBL 09 is a 21 ton vehicle that has a crew of three and carries seven passengers. The ST1 apparently has a crew of four and weighs over 25 tons. All ZBL 09s are 8 meters (25 feet) long, three meters (9.2 feet) wide, and 2.1 meters (6.5 feet, to the hull roof) high. It's amphibious and has a top water speed of 8 kilometers an hour. On roads, top speed is 100 kilometers an hour, and max road range on internal fuel is 800 kilometers. The infantry carrier version has a turret with a 30mm autocannon.

 

The infantry version of the ZBL 09 entered service in 2009, and a growing number of combat brigades are being equipped with it, to operate somewhat like the American Stryker brigades. China has been developing new wheeled armored vehicles for over a decade. Until recently, these were all based on Russian designs. The ZBL 09, however, borrows more ideas from the West. Still, some of the more recent (since 2009) Russian type designs were interesting and instructive.

 

The Chinese have observed NATO success in Iraq with the Stryker and LAV wheeled combat vehicles. Chinese designers eventually concluded that the roomier internal layout of Western vehicles did serve a useful purpose, and the ZBL 09, and all the electronics installed in it, are an example of what the Chinese learned.

VN1 vehicle launched bridge

VN1 vehicle launched bridge

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:35
 Philippine Air Force to operate ultra-modern MRFs


30.06.2015 ptvnews.ph
 

The Philippine Air Force (PAF) will be joining the ranks of nations operating ultra-modern multi-role fighters (MRFs) by 2021.

This was highlighted by "Flight Plan 2028," a document released by the PAF early this June.

This is the Air Force's strategic acquisition and tactical plan.

Under Flight Plan 2028, the PAF intends to acquire and commission 12 MRFs by 2021 to augment the then existing fleet of South Koren-made F/A-50 jet fighters.

An MRF is a combat aircraft which is capable of conducting strike, surveillance and air-to-air superiority missions.

An example of an MRF is the McDonnell Douglas F-18 "Hornet" strike fighter which is being operated by the US and its allies.

By 2028, as stated in "Flight Plans 2028," the PAF will be able to build up its capability to detect, identify, intercept and neutralize incursions from "Area Readiness 3 to Area Readiness 1."

"Area Readiness 3" refers to 51 to 74 percent of Philippine territory while "Area Readiness 1" means 100 percent of the country's territory which is estimated to be 40,000 square nautical miles.

The PAF will do it once its modern radar systems, long-range patrol aircraft (LRPAs), airborne early warning and control system (AEWCS), surface-attack aircraft (SAA) , light interim fighter trainers (LIFTs), multi-role fighters (MRFs) and missile defense systems (MDS) get online by 2028.

Detection capability will be provided by modern radar systems, and the LRPAs, identification of the threat will be done by the AEWCS, while interception capabilities will given by the SAA, LIFTs, and MRFs.

While neutralization will be done by the MDS should intruding aircraft intrude over land.

PAF spokesperson Col. Enrico Canaya said that this is the breakthrough goal of the Air Force.

The decision to made public "Flight Plan is aimed at informing the public of efforts to modernize the PAF and make it more relevant.

"And by 2022, (the PAF) will (have) already build up its capability to detect, identify, intercept and neutralize incursions in the PADIZ and the West Philippine Sea from 'Area Readiness 4' to 'Area Readiness 3'," Flight Plan 2028 stressed.

PADIZ is short for the "Philippine Air Defense Identification Zone and Area Readiness" which was established in 1953.

It covers the entire Luzon region, parts of Visayas, and locations north of Palawan.

"Area Readiness 4" refers to 50 percent of known Philippine territory while "Area Readiness 3" means 51 to 74 percent of Philippine territories (including PADIZ and the West Philippine Sea).

 

And by 2022, the PAF hopes to have in service 24 SAA and LIFTs, four LRPAs, six ADSRS (air-defense system radar systems) platforms, six ground based air defense systems, two AEWCS units, 12 MRFs, one C2C center, four electronic countermeasure aircraft, one AA (airborne aircraft) refueler, and four medium-to-heavy lift helicopters. (PNA)

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:35
Exercise Talisman Sabre 2015: Roll Out


30 juin 2015 New Zealand Defence Force

 

The New ZealandNew Zealand Defence Force lands safely in Australia after being transported across the sea by the HMNZS Canterbury. Our ship carried over two of our newest NH90 helicopters and around 45 military vehicles.

The exercise involves 30 000 troops from the ADF, the US military and NZDF and Japan's Self Defence Force.

Footage courtesy of Australian Defence Force

Like us on Facebook:
https://www.facebook.com/NewZealandDe...

Follow us on Twitter:
https://twitter.com/nzdefenceforce

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
C-130 - archives Indonesia Air Force

C-130 - archives Indonesia Air Force

 

30.06.2015 Romandie.com (ats)

 

Un avion de transport militaire indonésien transportant 113 personnes s'est écrasé mardi sur un hôtel et des habitations à Medan, dans le nord de l'île de Sumatra. Cet accident a été annoncé par un porte-parole de l'armée de l'air.

 

"Selon nos informations, il y avait 113 personnes à bord, dont 12 membres d'équipage", a dit Dwi Badarmanto. Au moins 49 corps ont pour l'instant été extraits du site où l'appareil, un Hercules C-130, s'est écrasé, selon la télévision.

 

"L'avion est passé au-dessus de nos têtes à plusieurs reprises en volant très bas", a déclaré Elfrida Efi, réceptionniste au Golden Eleven Hotel. "Il dégageait des flammes et de la fumée noire. Au troisième passage, il a percuté le toit de l'hôtel et a immédiatement explosé", a-t-elle dit par téléphone.

 

Les débris de l'appareil ont également percuté un salon de massage généralement fréquenté à cette heure de la journée, a ajouté Elfrida Efi.

 

L'appareil, mis en service en 1964, venait de décoller de la base aérienne de Medan à destination des îles Natuna lorsqu'il s'est écrasé, a déclaré un autre porte-parole de l'armée, Fuad Basya. Selon des médias locaux, le pilote avait demandé à retourner à sa base en raison de problèmes techniques.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) - photo Airbus DS

A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) - photo Airbus DS

 

30/06/2015 By: James Drew - FG

 

Airbus Defence & Space this week added South Korea to its growing list of A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) operators after the nation downselected the tanker type over Boeing’s KC-46A Pegasus and Israel Aerospace Industries’ 767-based design.

 

South Korea’s Defense Acquisition Program Administration announced the selection decision on 30 June, citing the performance and price of the European tanker over the US and Israeli alternatives.

 

The $1.26 billion KC-X programme aims to deliver four tankers by 2019, and the selection of Airbus is an important victory for the company as it looks to an upcoming Japanese tanker competition.

 

Boeing had expressed confidence before the decision, touting estimates that the KC-46A it is developing for the US Air Force will cost 25% less to own and operate over its life-cycle compared with the A330 MRTT, despite being a more expensive aircraft up front. However, Airbus offers a much larger aircraft compared with the 767-based KC-46A, and it can carry 111t (245,000lb) of fuel and up to 300 troops.

 

“This contract will also allow Airbus Defence & Space to establish a long-term and sustainable cooperation with the Korean industry,” says company spokeswoman Maggie Bergsma. “We will carry out our contractual obligations faithfully and are looking forward to executing this programme in a timely and efficient way as we have done with other A330 MRTT contracts.

 

“The decision means that the A330 MRTT has won every tanker competition outside of the United States since it entered the market, and has now been selected by nine nations plus the European Defence Agency.”

 

The decision to go with a European supplier shows that South Korea is prepared to break from the tradition of buying American military hardware, following multi-billion-dollar commitments last year to procure the Lockheed Martin F-35 Joint Strike Fighter and three Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk unmanned air vehicles.

 

"While we are disappointed with this decision, we remain committed to our partnerships in Korea,” says Boeing spokesman Chick Ramey.

 

Boeing’s KC-46 programme is running behind schedule, and is yet to conduct the first full-up KC-46A tanker flight. The first 767-2C engineering and manufacturing development aircraft recently flew an airworthiness test fitted with a boom and wing aerial refuelling pods. Still, Boeing can claim the largest base customer, the US Air Force, with 176 orders expected initially and potentially up to 400 as the aging KC-135 is retired.

 

Meanwhile, Airbus already has 35 solid orders on its books from six countries, and has delivered more than 24 aircraft to date. The tanker has also been selected by India (six aircraft) and Qatar (two). France is boosting its tanker order to 12, and the European Defence Agency is exploring options to acquire several aircraft that would be operated jointly.

 

One of Boeing’s biggest selling points was interoperability with the US fleet. The KC-46 will be certified to refuel more than 64 receiver types at little or no cost to the foreign customer, Boeing says.

 

However, Korea is not alone in the Pacific. The Royal Australia Air Force – which operates Super Hornets and, soon, F-35As – was the tanker type’s launch customer and it has already completed several refuelling certifications.

 

Singapore has also ordered six aircraft, and in Europe and the Middle East – Korea would dovetail on the established MRTT programmes of the UK, France, Saudi Arabia and UAE.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
Plageage des forces françaises au moyen d’un LCH australien en baie de Druelu sur l’île de Lifou - photo DCSCA

Plageage des forces françaises au moyen d’un LCH australien en baie de Druelu sur l’île de Lifou - photo DCSCA

 

30/06/2015 DCSCA

 

Du 25 août au 5 septembre 2014, les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) ont conduit l’exercice Croix du Sud, un entraînement « grandeur nature », aussi proche que possible de la réalité.Il s’agissait ici d’une opération humanitaire et d’évacuation de ressortissants.

 

Organisé tous les deux ans, interarmées et multinational, l’exercice Croix du Sud se déroulait dans la province des îles de Lifou et Tiga, à l’aéroport de La Tontouta et dans la région plus montagneuse de La Foa. Cet exercice majeur pour  l’entraînement des FANC et de ses partenaires de la région regroupait 1 500 militaires, 7 bâtiments, 9 aéronefs et d’importants moyens logistiques en provenance de 9 nations.

 

Associée dès la fi n 2013 à chaque étape du cycle préparatoire, la DICOM/GSBdD de Nouvelle-Calédonie a été totalement intégrée au dispositif logistique et militaire déployé lors des phases initiales et lors de la FTX*, dans un rôle proche de celui d’un bataillon logistique (mise en place d’une base de soutien avancée sur la BA 186).

 

Le 31 août à l’aube, une opération aéroportée sur l’aérodrome de Lifou et une opération amphibie sur la plage de Druelu, permettaient à la force de prendre pied sur l’île. Une dizaine de rotations d’avions CASA CN 235 français et Hercule C-130 canadiens assuraient ensuite la mise en place de la logistique, du module EVAC INFO armé par le GS et du reste du personnel. Dès midi, les troupes apportaient les premiers soutiens à la population en détresse et, au soir, le module EVAC INFO et la base logistique avancée étaient opérationnels. Simultanément, le GSBdD et la Croix-Rouge débutaient la mise en place de la portion centrale du CENTREVAC sur l’aéroport de La Tontouta.

 

Tout était donc prêt pour répondre rapidement à un ordre d’évacuation de ressortissants de Lifou vers La Tontouta. Compte tenu de la dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire, cet ordre fut donné dès le 1er septembre à midi. Les 2 et 3 septembre, un peu moins de 250 ressortissants étaient évacués de Lifou vers La Tontouta.

 

Les moyens logistiques du soutien du combattant ont, à cette occasion, été déconditionnés, vérifi és et mis à disposition des participants. 700 lits de camp installés, 6 500 rations de combat et 27 000 bouteilles d’eau délivrées et les moyens mobiles du module 150 déployés en soutien du RIMAP NC.

 

Avec 130 personnels directement impliqués dans le soutien opérationnel des forces, la prise en charge de la chaîne d’évacuation des réfugiés et son intégration dans la chaîne de contrôle tactique de l’exercice, le groupement de soutien de Nouvelle-Calédonie a travaillé et conforté son dimensionnement et son savoir-faire opérationnels. Croix du Sud est l’exercice de référence régional en termes de projection de forces et de conduite simultanée de deux types d’opérations, militaire (RESEVAC) et humanitaire. L’édition 2014 fut un succès.

 

* FTX : Field Training Exercise (exercice terrain).

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
A330 MRTT photo Airbus DS

A330 MRTT photo Airbus DS

 

30 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Séoul - Airbus Defence and Space a remporté un contrat de 1,33 milliard de dollars US (1,19 milliard d'euros) avec la Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT, a annoncé mardi le ministère sud-coréen de la Défense.

 

Selon les termes de ce contrat, Airbus livrera ces appareils de transport et de ravitaillement d'ici à 2019, a précisé dans un communiqué l'agence d'acquisition des matériels militaires dépendant du ministère de la Défense.

 

L'A330 était en concurrence avec le KC-46A de l'avionneur américain Boeing, a-t-il ajouté.

 

La France a acquis 12 MRTT (Multi-Role TankerTransport), des appareils conçus sur la base des long-courriers A330-200, maillon clé dans le déploiement de bombardiers stratégiques et plus généralement dans les missions aéroportées de longue distance.

 

Les forces armées sud-coréennes, et en particulier l'armée de l'Air, se fournissent traditionnellement auprès des constructeurs américains, expression de la longue alliance militaire entre Séoul et Washington depuis la guerre de Corée.

 

Les groupes européens, Airbus en tête, ont cependant décroché d'importants contrats ces dernières années.

 

Dernier en date, celui signé en mars par Airbus Helicopters avec Korea Aerospace Industries pour le développement et la fabrication de plus de 300 appareils civils et militaires, qui rapportera au constructeur européen 1,5 milliard d'euros sur 20 ans.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
Solar Impulse poursuit sans accroc son vol transpacifique entre le Japon et Hawaï

photo Solar Impulse

 

30 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Tokyo - L'avion Solar Impulse 2 continuait de voler calmement au-dessus du Pacifique mardi soir (heure de Tokyo), près de 40 heures après son décollage du Japon en direction de Hawaï, selon les informations données par les organisateurs de ce défi.

 

Mardi à 17H30 heure du Japon (08H30 GMT), l'appareil se trouvait au-dessus de l'océan à une altitude de 6.250 mètres, survolant une épaisse couche de nuages, selon les images diffusées en ligne.

 

Un tiers du trajet jusqu'à Hawaï a déjà été effectué.

 

Les feux sont au vert: tout semble se dérouler comme prévu, ont assuré sur internet les organisateurs.

 

Le pilote, André Borschberg, a conversé à plusieurs reprises amicalement avec les ingénieurs du centre de contrôle situé à Monaco.

 

C'est un moment fabuleux, le vol se passe très bien, assurait-il mardi matin depuis son cockpit.

 

A la fin de la journée, il avait parcouru 2.730 kilomètres depuis son départ de Nagoya (centre du Japon) dans la nuit de dimanche à lundi.

 

Sa traversée aérienne d'une traite en solitaire, sur une distance de 7.900 kilomètres jusqu'à Hawaï, doit durer environ 120 heures, soit 5 jours et 5 nuits.

 

André Borschberg est complètement dans le défi océanique, ont expliqué les organisateurs.

 

Il a commencé de descendre (ce qu'il doit faire tous les soirs), ont tweeté les organisateurs en fin d'après-midi.

 

Le pilote a quant à lui juré ne pas s'ennuyer du tout, ajoutant cependant les conditions sont difficiles à 20.000 pieds au-dessus du Pacifique

 

Plusieurs moments critiques auront lieu avant l'arrivée à Hawaï, a prévenu un des responsables de la communication de Solar Impulse dans une vidéo.

 

Le pilote est soumis à des température qui varient de quelque -20° degrés Celsius à +30 degrés Celsius.

 

C'est le genre de moments dont je rêvais, voir cet avion voler aussi longtemps sans brûler de carburant, s'est réjoui sur internet Bertrand Piccard, concepteur du projet et second pilote en alternance.

 

Je n'ai pas de douche, mais nous avons assez de moyens pour rendre la vie possible plusieurs jours dans ce cockpit et dans ces conditions, indiquait André Borschberg.

 

Les équipes au sol supervisent le comportement de l'avion lorsque le pilote se repose par périodes de 20 minutes.

 

Il avait la possibilité de se reposer durant 290 minutes, mais n'a en tout dormi que pendant 170 minutes, ont précisé les organisateurs.

 

Il utilise des techniques de yoga et de méditation pour se détendre.

 

Solar Impulse 2, dont les ailes sont couvertes de cellules photovoltaïques, avait été bloqué près d'un mois au Japon par de mauvaises conditions climatiques. Il a fini par trouver une fenêtre de temps favorable pour décoller lundi avant l'aube et se lancer à l'assaut du Pacifique.

 

L'avion, qui avait aussi dû patienter auparavant un mois en Chine, était parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde de 35.000 kilomètres destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
Arrival of C-27J Spartan  at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

Arrival of C-27J Spartan at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

 

30 June 2015 Australia DoD


Chief of Air Force, Air Marshal Geoff Brown, AO, welcomed the first RAAF C-27J Spartan battlefield airlift aircraft in Australia at a ceremony at RAAF Base Richmond today, coinciding with the 90th anniversary of the base’s establishment.
 
The acquisition of the C-27J Spartan will fill a gap in Australia’s military capability for tactical fixed wing airlift, which has been left open since the retirement of the Caribou fleet in 2009.
 
AIRMSHL Brown said the acquisition of 10 C-27J aircraft, which has been planned since 2012, signifies a $1.4 billion investment in Australia’s airlift capability.
 
“This acquisition represents a commitment to Australia’s air power capability which is a critical element of Australia’s national security and defence strategy,” he said.
 
“The C-27J will strengthen the Australia Defence Force’s air lift capability by increasing our ability to move troops, equipment and supplies.
 
“The aircraft will complement the capabilities of the C-130J Hercules and C-17A Globemaster and will be able to carry medium-sized loads and access smaller runways that are not suited to other aircraft.
 
“This will allow Air Force to support humanitarian missions as well as battlefield airlift in remote locations and unprepared airstrips common in Australia’s region.
 
“Under Plan Jericho, the plan to transform Air Force into a fifth generation fighting force for the information age, the C-27J will operate within an integrated system that is more agile, has an extended reach and gathers and distributes information quicker and more efficiently than ever before.”
 
The C-27J aircraft provides protection from a range of threats through features such as missile warning systems, electronic self protection, secure communications and battlefield armour.
 
Initial Operational Capability for the C-27J fleet is planned for late 2016, with Final Operational Capability expected within the following two years.
 
The fleet of C-27J Spartan aircraft will initially be based at RAAF Base Richmond in New South Wales, until their permanent home at RAAF Base Amberley in Queensland is completed.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:35
photo DCNS

photo DCNS

 

29.06.2015 par Mer & Marine

 

Navfco, la branche navale de Défense Conseil International, assurera à compter du 1er septembre la formation des équipages des futurs sous-marins indiens du type Scorpene. Le premier des six bâtiments commandés par la marine indienne est en achèvement au chantier Mazagon Dock Limited de Mumbai, où sa mise à l’eau est prévue à la fin de l’été. C’est avec MDL que DCI a signé le contrat de formation. D’une durée de 22 mois, il concerne 100 Indiens, soit deux équipages de 36 marins allant armer les deux premiers Scorpene, une réserve et quelques futurs instructeurs qui transmettront le savoir-faire acquis aux équipages des Scorpene suivants.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:35
photo USAF

photo USAF

 

29-06-2015 Par RFI

 

Les frappes aériennes se poursuivent au mois de juin 2015 dans la région tribale du Waziristan, frontamière avec l'Afghanistan où sont basées des poches de résistance talibanes.

 

Les derniers raids de l’armée pakistanaise menés contre des positions des talibans ont causé la mort de vingt-trois rebelles, dont des étrangers. Depuis le 15 mai, l’armée pakistanaise a lancé une offensive majeure contre les rebelles dans le nord du pays et principalement dans la région du Waziristan. Une région montagneuse généralement interdite aux journalistes et où il est donc compliqué de vérifier les informations et de confirmer les bilans. Un dépôt d’armes a également été visé dans la zone de Khyber.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:35
Ministre de la Défense : «La 2e bataille de Yeonpyeong a été une victoire navale»

Le ministre de la Défense Han Min-koo prononce un discours lors d`une cérémonie commémorant le 13e anniversaire de la 2e bataille navale de Yeonpyeong

 

SEOUL, 29 juin (Yonhap)

 

Le ministre de la Défense Han Min-koo a décrit ce lundi comme une «victoire navale» la deuxième bataille de Yeonpyeong qui s'est déroulée le 29 juin 2002 et qui a fait six morts et 18 blessés coté sud-coréen.

«La deuxième bataille navale de Yeonpyeong a été une victoire navale gagnée par nos soldats qui ont contré de tout leur corps une provocation nord-coréenne», a déclaré Han lors d'une cérémonie commémorant le 13e anniversaire de cet accrochage naval. Cette cérémonie a eu lieu à la 2e flotte de la marine nationale à Pyeongtaek.

C'est la première fois qu'un ministre de la Défense en exercice a prononcé un discours en hommage aux soldats morts dans ce combat naval et décrit celui-ci comme une «victoire navale». Cette reconnaissance devrait accélérer les efforts visant à reconnaître les six soldats tués dans cette bataille comme des victimes de guerre et non comme des morts à la tâche.

Il a également décrit cette bataille comme une «histoire pleine de fierté, qui a montré la détermination ferme» des forces militaires qui se sont battues pour défendre les eaux territoriales sud-coréennes face au Nord.

Han a en outre noté la récente montée des tensions provoquée par le Nord près de la Ligne de limite Nord (NLL) en mer Jaune. «Si la Corée du Nord procède de nouveau à une provocation téméraire, nos forces armées lanceront des représailles fermes contre non seulement l'origine de la provocation de l'ennemi mais aussi contre les forces de soutien et le commandement», a-t-il averti en soulignant que le Nord ne pourra atteindre aucun de ses objectifs avec des provocations et menaces.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 12:55
Antoine de Saint-Exupéry (page FB)

Antoine de Saint-Exupéry (page FB)


29.06.2015 source SHD
 

29 juin 1639 : prise de Hesdin (actuel Pas-de-Calais). Durant la guerre de Trente ans, le marquis de la Meilleraye, prend la ville de Hesdin aux Impériaux. Le jour même, Louis XIII, sur les remparts de la ville, le fait Maréchal de France. Quelques années plus tard (1663), Louis XIV en fait un Duc.

 

29 juin 1900 : naissance de Saint-Exupéry (Lyon).

 

29 juin 1966 : bombardement des villes de Haiphong et Hanoï par les Américains. Devant l’échec des bombardements aériens du Nord-Vietnam, jusque-là limités aux zones rurales et aux installations militaires localisées, le président américain Lyndon Johnson déclenche les premiers raids aériens sur les villes de Haiphong et Hanoï (dépôts de carburant) ; constituant une nouvelle «escalade» dans la guerre non déclarée qui oppose les États-Unis et leur allié sud-vietnamien au Nord-Vietnam.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 11:35
X15 Combat Boat

X15 Combat Boat

 

June 27, 2015: Strategy Page

 

An Indonesian shipbuilder (PT Ludin) with links to Swedish builders has adapted the Swedish CB90 fast patrol boat to a design better adapted for use in tropical waters. The first design was the X15 which was very similar to the 20 ton CB90. A smaller version of the X15, the 10 ton X12 has proved very popular in Indonesia and now Bangladesh, where a local firm is building 18 under license from PT Ludin. The X12 has a top speed of 63 kilometers an hour and is 11.7 meters (38 feet) long and 11.4 feet wide. They can operate in shallow (one meter/three feet deep) water and are usually armed with two machine-guns and small arms. The coast guard versions have a radar and a crew of six or more sailors. These boats cost less than $100,000 each.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 07:45
photo SGC K. Congini - FFDj

photo SGC K. Congini - FFDj

 

20 juin 2015 par Tomi Oladipo – BBC Afrique

 

Djibouti, un pays de 23 200 km2 situé sur la mer Rouge, abrite déjà des bases militaires des Etats-Unis et de la France, l'ancienne puissance coloniale, mais l'intérêt de la Chine pour ce pays est de plus en plus évident.

 

La stabilité de Djibouti dans une région agitée est l'un de ses plus grands atouts.

 

Djibouti se trouve sur le détroit de Bab el-Mandeb, une voie vers le canal de Suez qui est l'une des routes maritimes les plus fréquentées du monde.

 

Djibouti offre aussi un port maritime vital pour l'Ethiopie son voisin enclavé , et c'est encore plus important maintenant qu'un chemin de fer entre leurs deux capitales est achevé.

 

Des projets d'infrastructures gérés par des Chinois, dont des aéroports et des ports maritimes, sont présents ici comme ailleurs en Afrique.

 

Mais c'est la proximité de Djibouti avec des régions en crise en Afrique et au Moyen-Orient qui fait que ce pays est stratégique pour l'installation des bases militaires des superpuissances militaires.

 

Pendant des années, la Somalie, au sud-est, a été un foyer de troubles aux implications mondiales, avec les pirates de la mer et les militants d'al-Shabab qui constituent une grave menace pour la région.

 

Le Yémen, actuellement en guerre, est à moins de 30 kilomètres au nord-est, de l'autre côté du détroit de Bab-el-Mandeb.

 

C'est également un accès facile vers le Moyen-Orient sans avoir à y être basé.

 

Ces crises ont justifié des interventions internationales et la nécessité de disposer de bases militaires à proximité.

 

Djibouti accueille la plus grande base militaire américaine permanente en Afrique, le Camp Lemonnier, qui héberge plus de 4000 hommes - qui font partie pour la plupart de la Force conjointe combinée dans la Corne de l'Afrique.

 

Le récent voyage en Afrique du Secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui comprenait une escale à Djibouti, soulignait l'importance de cette petite nation, par rapport même aux puissances du continent les plus en vue .

 

Même si la France et le Japon lancent également des opérations depuis l'aéroport international de Djibouti-Ambouli, ce sont les ambitions militaires de la Chine qui attirent l'attention.

 

Le Président djiboutien Ismaël Omar Guelleh a récemment révélé à l'agence de presse AFP que les négociations étaient en cours entre les deux pays sur la création de la première base navale officielle de la Chine à l'étranger.

 

Pékin a refusé de confirmer ou de démentir ces informations, mais cette amitié grandissante n'est pas vue d'un très bon oeil par les Américains.

 

Un membre du Congrès américain a protesté avant la visite de John Kerry à Djibouti, disant que les intérêts américains dans la région pourraient être compromis par la présence croissante et "inquiétante"de la Chine.

 

C'est encore plus flagrant si la base chinoise est établie dans la région d'Obock au nord, où elle éclipserait de petites installations militaires américaines qui s'y trouvent déjà.

 

La Chine y aura même accès à un aéroport, qui serait déjà en construction par une entreprise chinoise, bien sûr, selon la publication de renseignement La Lettre de l'Océan Indien.

 

La principale base américaine restera au Camp Lemonnier, le bail a été récemment renouvelé pour 10 années supplémentaires.

 

La Chine a récemment déployé une force de 700 hommes pour protéger ses intérêts pétroliers au Soudan du Sud. C'est un signe qu'elle est soucieuse de protéger ses échanges avec l'Afrique qui représentent deux cents milliards de dollars.

 

Cela vaut aussi pour lutter contre les attaques de pirates sur les routes commerciales cruciales entre l'océan Indien et la mer de Chine du Sud.

 

Les ressortissants chinois travaillant sur des projets d'infrastructure dans la région bénéficieraient également de la proximité d'une base militaire dans la région.

 

Des centaines d'entre eux ont été récemment évacués du Yémen déchiré par la guerre, ainsi que de la Libye en 2011 face à l'escalade de la violence.

 

Mais les Américains ne sont pas convaincus que Pékin n'a pas d'arrière-pensées.

 

Ils payent 63 millions de dollars par an en loyer pour leur base et ce sera 100 millions de dollars pour les Chinois, en plus de leurs projets d'infrastructure en cours de sorte qu'il n'est pas difficile de réaliser pourquoi Djibouti va au delà des rivalités des puissances mondiales et profite de son rôle lucratif de propriétaire.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:35
Op Toral: Sandhurst in the Sand


18 juin 2015 by FORCES TV

 

Building work at the Afghan National Army Officer Academy in Kabul is finished, and the first cadets are moving in.

The Academy is funded by the UK, and represents an enduring commitment to the country.

A team of British troops help the Afghan instructors train the cadets. They are deployed under the UK mission, Op Toral.

Modelled on the British Sandhurst, the Academy has been dubbed “Sandhurst in the Sand”.

In the third of her special reports from Kabul, Charlotte Cross went to take a look.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:35
Op Toral: Pumas In The Skies Over Kabul


18 juin 2015 by FORCES TV

 

RAF Puma helicopters have deployed to Afghanistan for the first time.

1563 Flight is normally based at RAF Benson but in April, it joined the British training and assistance mission, known as Op Toral.

The unit is in Kabul for four months, transporting people and equipment across the city.

Charlotte Cross has more in the latest of her special reports from Kabul.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:35
Présence taiwanaise inédite au Salon du Bourget

Les systèmes de missiles développés par l’Institut national Chung-Shan des sciences et technologies au Salon du Bourget en France. CNA

 

17 juin 2015 taiwaninfo.nat.gov.tw

 

Après près de dix ans d’absence de cet évènement majeur de l’industrie aéronautique dans le monde, Taiwan est de nouveau présent au Salon du Bourget, qui se tient près de Paris jusqu’au 21 juin.

 

C’est surtout le retour d’Aerospace Industrial Development (AIDC) l’entreprise publique spécialisée dans la production de pièces pour l’industrie aéronautique. Privatisée l’année dernière, AIDC adopte désormais une stratégie commerciale plus agressive.

 

Selon Anson Liao [廖榮鑫], le Pdg de AIDC, l’entreprise est particulièrement bien positionnée grâce à la production de pièces détachées en matériaux composites permettant de réduire le poids de l’avion et de fabriquer des moteurs économes en carburant. « L’industrie mondiale du transport aérien devrait continuer à croître dans les 20 à 30 prochaines années, ce qui devrait offrir à AIDC de belles opportunités », a déclaré Anson Liao.

 

Cinquante-deux produits seront exposés par AIDC au Bourget cette année. Les moteurs, dont la qualité est louée par les partenaires de l’entreprise taiwanaise comme Rolls-Royce et General Electric, en font parties, ainsi que les pièces détachées en matériaux composites qui permettent d’alléger le poids des appareils, et utilisées par Airbus et Boeing. « Nous pouvons affirmer avec fierté que 90% des appareils volants aujourd’hui comportent des pièces de fabrication taiwanaise », a souligné Anson Liao.

 

Avec la transformation de l’entreprise, d’un équipementier (Original Equipment Manufacturer, OEM) en un producteur de concepts d’origine (Original Design Manufacturer, ODM), AIDC a ainsi pu renforcer sa présence contractuelle dans la fabrication d’appareils, notamment dans le cadre d’une coopération d’importance avec le groupe japonais Mitsubishi Aircraft pour la fabrication d’un moyen-courrier qui devrait être commercialisé l’année prochaine.

 

Parmi les autres entreprises taiwanaises présentes au salon, l’Institut national Chung-Shan des sciences et technologies, fleuron de l’industrie militaire taiwanaise, expose 23 produits, dont les systèmes de missiles de croisière antinavire d’une portée de 300 km, Hsiung-feng III.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 1er au 3 juin 2015, les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont réalisé une mission de souveraineté sur les îlots Matthew et Hunter. Il s’agit d’une mission régalienne renouvelée régulièrement afin de marquer la présence française et d’en vérifier l’intégrité. En effet, depuis son accession à l’indépendance en 1980, la république du Vanuatu, anciennement condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides, revendique la souveraineté sur ces îlots.

 

Pour cette opération, les FANC ont déployé la frégate de surveillance Vendémiaire, l’Alouette III de la 22S, un Puma de l’escadron de transport (ET) 52 de la base aérienne 186 Lieutenant Paul Klein et un détachement (un officier et un groupe de combat) du régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (RIMaP-NC).

 

Le détachement du RIMaP-NC a été héliporté sur l’ilot Matthew par l’hélicoptère embarqué Puma pour restaurer les marques de souveraineté. Le détachement y a effectué plusieurs reconnaissances en vue d’installer d’éventuelles zones de poser hélicoptère et de bivouacs.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre » Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principales missions d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:35
photo EMA

photo EMA

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées  

 

Pour la première fois depuis deux ans, deux officiers mariniers supérieurs ont pu embarquer sur un navire australien en patrouille dans le grand Sud. Ce navire flambant neuf, l’Ocean Shield, a en effet effectué une patrouille de 40 jours, au départ de Hobart, dans les zones économiques exclusives (ZEE) australienne et française les plus australes.

 

Le bâtiment revenait sur le théâtre d’une mission que l’armée australienne n’avait plus réalisée depuis 2 ans en raison de son activité opérationnelle. Le premier-maître Peron et le premier-maître Sarradel, respectivement contrôleurs des pêches du bureau action de l’État en mer de la zone maritime Sud de l’Océan Indien et du CROSS Réunion (le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage), ont ainsi fait vivre l’accord bilatéral entre la France et l’Australie, en patrouillant des îles Macquaries aux Kerguelen, et en passant notamment 8 jours sous le 60eparallèle Sud.

 

Cet accord unique confie, d'une part, la surveillance de la ZEE australienne par satellite à la France, assurée par le CROSS Réunion. D'autre part, il autorise la patrouille d’un navire étatique dans les eaux de l’autre État et l’embarquement de contrôleurs, habilités à verbaliser des infractions de pêche depuis la plateforme d’un autre pays. Il est la manifestation pratique d’une réalité géographique : l’Australie est le pays avec lequel la France a la plus grande frontière maritime, celle qui sépare la ZEE de Kerguelen de la ZEE des îles australiennes de Heard et Mac Donalds.

 

Cette mission exceptionnelle, menée extrêmement loin des régions fréquentées, illustre les relations de parfaite confiance qui unissent la France et l’Australie. Elle contribue à préserver des ressources exceptionnelles, notamment de légine.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

photo EMAphoto EMA
photo EMAphoto EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:40
Kalachnikov: "Nous obtenons de nouveaux marchés grâce aux sanctions"

 

16.06.2015 Sputniknews.com

 

Kalachnikov, leader russe de la production d’armes d'infanterie, affirme que les sanctions occidentales contre la Russie ont fourni au groupe de nouveaux débouchés en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Proche-Orient.

 

Le consortium russe Kalachnikov ne dépend plus du marché américain, a annoncé le directeur général du groupe Alexeï Krivoroutchko dans une interview accordée à RIA Novosti.

 

"Les sanctions ont eu une incidence, certes. Mais à vrai dire, il y a plus d'avantages que d'inconvénients. Nous avons trouvé d'autres débouchés, et nous avons fixé des prix plus intéressants pour nous", a conclu M.Krivoroutchko.

 

Selon lui, les sanctions ont poussé Kalachnikov à réorienter son activité vers de nouveaux marchés, notamment les pays d'Afrique, du Proche-Orient, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine.

 

Kalachnikov prend part au forum international "Armée-2015", qui se tiendra du 16 au 19 juin à Koubinka, dans la région de Moscou, à l'initiative du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. La plupart des entreprises du complexe militaro-industriel national, toutes les armes et subdivisions des forces armées russes et les représentants de 32 Etats participeront au forum et assisteront aux expositions et à la démonstration des derniers-nés de l'industrie de défense russe.

 

Le consortium Kalachnikov organisera une exposition de grande envergure qui comprendra des nouveautés dans le domaine des armes d'infanterie et des modèles d'équipement militaire de dernière génération.

 

Répondant aux questions de RIA Novosti, M.Krivoroutchko a mis l'accent sur l'embarcation de débarquement BK-16 équipée d'un module militaire automatique et d'un drone. Le navire sert à mener des opérations sur le littoral, à transporter des hommes, à débarquer des troupes, à réaliser un appui-feu, ainsi qu'à lutter contre la piraterie et le terrorisme.

 

"Selon ses caractéristiques techniques, le BK-16 peut concurrencer ses homologues produits en Occident, en outre le prix de l'embarcation russe est bien plus intéressant", a-t-il fait remarquer.

 

Le directeur général a également fait savoir que les clients étrangers sont déjà intéressés par l'achat éventuel de drones produits par la filiale du consortium ZALA Aero.

 

"Nous avons montré que les caractéristiques techniques de nos drones correspondent aux meilleurs modèles mondiaux, mais le rapport qualité/prix est plus intéressant. Voilà pourquoi cela suscite un grand intérêt", a-t-il ajouté.

 

Selon M.Krivoroutchko, le groupe russe a l'intention de participer à l'élaboration d'armes du futur. Il s'agit principalement de la production des cartouches à longue portée capables de percer le blindage le plus puissant.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:35
ShinMaywa US-2i

ShinMaywa US-2i

 

16.06.2015 par Jean Guisnel - lepoint.fr
 

Le Japon vient tout juste de lever la plupart des lourdes restrictions qui bloquaient les exportations de sa puissante industrie d’armement. Mais, pour l’instant, peu de matériels sont proposés à l’export. Le seul équipement pour lequel ce nouveau venu sur un marché en forte expansion en Asie fonde de gros espoirs n’est autre qu’un avion amphibie de 50 tonnes produit par la firme Shinmaywa, le US-2i, présenté comme le seul au monde capable d’amerrir dans des eaux agitées (creux de trois mètres) et de patrouiller à très basse vitesse (100 km/h).

Sa marine en possède une dizaine, basés à Atsugi et Iwakuny, et ces avions peuvent survoler l’océan durant deux heures à 1 900 kilomètres de leur point de départ. À ce stade, les premières prospections ont débouché sur une intention d’achat exprimée par l’Inde pour une douzaine d’appareils, mais - tout comme le contrat Rafale de Dassault avec ce pays - les discussions seront très longues.

 

Grandes ambitions

De manière plus inattendue, le Japon approche actuellement très discrètement des officiels français - au ministère de la Défense et de l’Intérieur, notamment - pour proposer que notre pays acquière un certain nombre d’exemplaires de cet avion, dont le prix avoisine les 100 millions d’euros l’unité. L’industriel japonais qui est présent au Salon du Bourget a confié ses intérêts à un agent commercial français très actif à Tokyo, Michel Théoval, un ancien d’Aérospatiale et ancien président de la filiale japonaise de Thales, qu'il a développée avec succès.

Il a de grandes ambitions pour cet avion, dont il estime qu’il correspond mieux que les Canadair CL-215 aux besoins de la sécurité civile française en emportant 15 tonnes d’eau dans sa version anti-incendies, contre 5 tonnes pour le Canadair. Et qu’il serait plus adapté pour répondre « depuis Marseille » aux gros besoins de l’arc de crise méditerranéen, tant contre les incendies que pour le sauvetage en mer. Michel Théoval estime également que l’appareil - assemblé comme une montre par les Japonais qui ont besoin de deux ans pour construire chaque exemplaire - pourrait être construit sous licence en France. Il chiffre les besoins européens actuels à 23 exemplaires et estime que ses missions le rendent particulièrement adapté à un partenariat public-privé.

 

Arguments

C’est un grand classique dans les relations entre États, y compris développés : quand un client achète de l’armement, il n’a aucune objection à ce que le fournisseur se procure chez lui un équipement qu’il ne produit pas. Alors qu’ils négociaient l’achat de deux BPC type Mistral à la fin de la dernière décennie, les Russes avaient ainsi caressé l’espoir d’une contrepartie : l’achat d’hydravions biréacteurs Beriev Be-200. Dans ce cas précis, les Japonais, qui viennent d’annoncer leur intention d’acquérir un nombre non précisé de Falcon 2000 MSA (Maritime Surveillance Aircraft) produits par Dassault, jugent qu’ils ont des arguments à faire valoir pour vendre leur US-2i.

Dans le cas des secours en mer au-delà de la zone d’intervention des hélicoptères de sauvetage, certains avions de patrouille maritime sont en mesure de larguer des « chaînes SAR », mais pas de récupérer les passagers en détresse qui doivent attendre l’arrivée de navires hauturiers. Pour autant, la France n’a jamais manifesté d’intérêt, à ce jour, pour ce type d’appareils. La précédente loi de programmation militaire ainsi que celle en cours actuellement ont identifié un programme AVSIMAR (Avion de surveillance et d'intervention maritime), mais sans en définir le financement. Serait-ce pour la prochaine ?

Consultez notre dossier : Salon du Bourget

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 12:35
Corée du Sud : un premier contrat imminent pour Airbus Helicopters

La version sud-coréenne du LCH sera développée à partir du Dauphin H155 (Crédits : Airbus Helicopters)

 

14/06/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur de Marignane est tout proche de signer son premier gros contrat à l'export en 2015. il devrait signer en fin de semaine prochaine avec l'industriel sud-coréen Korean Aerospace Industries (KAI), le contrat de développement et de production de la version civile d'un appareil de la classe de 5 tonnes, le "Light Civil Helicopter (LCH)".

 

Airbus Helicopters va enfin engranger son premier gros contrat de l'année 2015. Ce sera en Corée du Sud où il devrait signer, selon des sources concordantes, en fin de semaine prochaine avec l'industriel sud-coréen Korean Aerospace Industries (KAI), le contrat de développement et de production de la version civile d'un appareil de la classe de 5 tonnes, le "Light Civil Helicopter (LCH)", développé sur la base de version H155 B1, la toute dernière version du Dauphin.

KAI a lui récemment signé avec le ministère de la Défense coréen (DAPA) le contrat de maître d'oeuvre de ce programme pour une mise en service en 2022 au plus tard. Soit un contrat estimé à 1,4 milliard de dollars pour KAI. Le contrat n'est pas entré en vigueur encore mais il devrait l'être avant la fin du premier semestre 2015.

 

Un contrat estimé à 2,8 milliards d'euros

Puis, dans un second temps, viendra le contrat de développement et de production de la version milliaire qui sera modifiée par rapport au LCH, le LAH (Light Armed Helicopter). Cet hélicoptère remplacer les appareils américains MD500 (MD Helicopters) et AH-1S (Bell).  "Ce contrat exceptionnel par son ampleur porte sur le développement et la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et une centaine d'appareils civils destinés au marché civil et parapublic coréen", avait expliqué en mars à l'AFP le vice-président d'Airbus Helicopters pour l'Asie du Nord (Chine, Corée du Sud et Japon) Norbert Ducrot à l'occasion de la signature du partenariat entre les deux industriels.

Ce contrat est évalué, selon Reuters, à 3 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), dont 1,4 milliard d'euros pour Airbus Helicopters. Les deux industriels s'attendent au total en vendre 1.000 exemplaires, dont 300 à l'export. Des hélicoptères qui devraient être motorisés par Turbomeca (Arriel). Les premières livraisons du LCH (15 millions de dollars par appareils) et du LAH (20 millions) sont prévues respectivement en 2020 et 2022.

 

Des contrats en attente de signature

Que ce soit en Pologne, au Koweït, au Qatar et même au Mexique, le constructeur de Marignane est pour le moment en pole-position. Ces appareils en compétition ont été sélectionnés par ces quatre pays. En Pologne, Airbus Helicopters vise, selon des sources concordantes, une signature du contrat des 50 hélicoptères de transport Caracal (H225M) en septembre avant les élections législatives prévues à l'automne. Des élections à risques puisque Andrzej Duda qui vient d'être élu chef de l'Etat et qui a toutes les chances de remporter les élections législatives a sévèrement critiqué le choix de Caracal au détriment de l'Américain Sikorsky et du groupe italo-britannique AgustaWestland, qui ont tous les deux d'importantes usines en Pologne.

Au Qatar (22 NH90) comme au Koweït (Caracal), Airbus Helicopters attend toujours d'être convoqué par Doha et Koweït City pour négocier le contrat. Enfin au Mexique, en proie à certaines difficultés budgétaires en raison d'une moindre rentrée des pétrodollars, les discussions pourraient être plus longues que prévues (une signature était attendu pour le 14 juillet).

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:35
Le Japon et les Philippines mèneront un exercice militaire conjoint en Mer de Chine méridionale

 

2015-06-12 CRI online

 

Le Japon et les Philippines ont décidé de mener conjointement un exercice militaire du 23 au 24 juin sur la Mer de Chine méridionale, selon les médias japonais. Malgré le fait que ce soit un exercice de sauvetage, le Japon enverra un avion d'observation anti-sous-marin P-3C qui sert normalement à collecter des informations, un vaisseau et un avion de la part des Philippines y participeront également. Les spécialistes ont indiqué que cet exercice vise à renforcer la coordination entre l'armée d'autodéfense japonaise et l'armée des Philippines.

 

Le Japon a affirmé que le but de l'exercice serait d'imiter un sauvetage lors d'une catastrophe, mais la participation d'un avion d'observation anti-sous-marin provoque l'interrogation du public. Le spécialiste des affaires militaires Du Wenlong a indiqué que l'exercice militaire conjoint du Japon et des Philippines apporterait des influences négatives sur la situation en Mer de Chine méridionale. Selon lui, le Japon a besoin d'excuses pour entrer dans la Mer de Chine méridionale, et que les Philippines satisfont leur demande. « Si ces deux pays venaient à fréquemment mener des actions militaires dans la région, ça aura pour résultat d'installer les forces militaires japonaises en Mer de Chine méridionale. Ils ont déjà des contacts entre armées, comme des alliés, et ils signeront probablement des accords. Ainsi la présence des militaires japonais en Mer de Chine méridionale sera normalisée. Ce qui augmentera les tensions en Mer de Chine méridionale et orientale, et gênera la Chine. »

 

Le Japon et les Philippines ont mené un exercice militaire conjoint sur la zone maritime entre la baie Manila et la baie Subic le 12 mai dernier. Le président philippin Benigno Aquino a visité la semaine dernière le Japon et lors de son entretien avec le premier ministre japonais Shinzo Abe, les deux parties sont parvenues à un consensus sur le renforcement des relations militaires entre les deux pays. Dans le communiqué conjoint publié après leur entretien, ils ont déclaré qu'ils renforceraient leur coopération sur la sécurité et mèneraient plus d'exercices militaires conjoints entre l'armée d'auto-défense japonaise et l'armée maritime des Philippines.

 

Selon Lv Yaodong, directeur du bureau des recherches des affaires étrangères de l'Institut des études japonaises relevant de l'Académie des sciences sociales de Chine, le Japon commence à déployer ses forces sur la Mer de Chine méridionale. « La coopération militaire entre les Philippines et le Japon est passé d'une simple sécurité maritime à de vraies relations militaires aujourd'hui. Au lieu de se concentrer sur la défense, le Japon cherche à servir de coordinateur et de montrer sa puissance militaire dans toute la région Asie-Pacifique. »

 

Selon les analystes, l'intention japonaise est évidente : adoucir la pression en Mer de Chine orientale en augmentant les tensions sur la Mer de Chine méridionale. Lv Yaodong a indiqué que la situation compliquée en Mer de Chine méridionale se détériorait à cause de l'intervention du Japon. « Cette intervention cause effectivement une escalade dans l'affaire de la Mer de Chine méridionale. Ce qui prouve que le gouvernement d'Abe essaie d'améliorer la puissance de l'armée d'auto-défense japonaise ou d'abandonner la politique de défense en profitant du changement de la situation sécuritaire dans la région. Cela n'aidera pas à la résolution de l'affaire de la Mer de Chine méridionale et nuira à la paix et la stabilité de la région. »

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories