Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:35
La Chine teste un missile hypersonique

 

TOKYO, 12 décembre - RIA Novosti

 

Le ministère chinois de la Défense a confirmé avoir testé avec succès un missile hypersonique WU14, annonce vendredi le journal japonais Yomiuri.

 

"La tenue d'essais scientifiques et techniques sur le territoire chinois est un phénomène courant, ces essais ne visant aucun pays et aucun site concret", indique le ministère chinois.

 

Selon le journal japonais, ce missile serait capable de déjouer les systèmes de défense américains. Il s'agit du troisième test de ce missile, le premier s'étant déroulé en janvier et le deuxième en août 2014.

 

Le WU14 est un missile hypersonique capable d'atteindre Mach 10, soit 12.000 kilomètres/heure.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:35
China's submarine noose around India

 

December 15, 2014 Sandeep Unnithan - India Today


Submarine game: How China is using undersea vessels to project power in India's neighbourhood

 

Four decades after the 1971 India-Pakistan war, India's intelligence agencies are once again scanning a stretch of coastline in southern Bangladesh. Cox's Bazar was rocketed and strafed by INS Vikrant's fighter aircraft to cut off the enemy's retreat into the Bay of Bengal. Today, 43 years later, it sets the stage for China's dramatic entry into India's eastern seaboard.

Assessments from the Research and Analysis Wing (RAW) and naval intelligence say the Bangladesh Navy will station two ex-Chinese Ming-class submarines on bases that are less than 1,000 km away from Visakhapatnam, home to the Indian Navy's nuclear powered submarine fleet and the Defence Research and Development Organisation's (DRDO) missile test ranges at Balasore.

The developments on India's Arabian Sea flank are equally ominous. Intelligence officials say that over the next decade, China will help Pakistan field submarines with the ability to launch nuclear-tipped missiles from sea. Submarines, analysts say, are China's instrument of choice to not just challenge the Indian Navy's strategy of sea domination but also to undermine India's second-strike capability. These developments have been accompanied by a flurry of Chinese submarine appearances in the Indian Ocean this year-Beijing sent two nuclear submarines and a conventional submarine. Two of them made port calls in Colombo, triggering concern in New Delhi.

Toehold in the Bay

"No one interested in geopolitics can afford to ignore the Bay of Bengal any longer," geopolitical analyst Robert Kaplan wrote in a seminal essay in Stratfor in November. "This is the newold centre of the world, joining the two demographic immensities of the Indian subcontinent and East Asia." For India, the Bay of Bengal is the launch pad for a 'Look East' policy that has received renewed attention under Prime Minister Narendra Modi.

The Indian Navy is enhancing force levels at its Visakhapatnam naval base even as it has begun building a secret base for a proposed fleet of nuclearpowered submarines at Rambilli, south of Visakhapatnam. Equipped with the 700-km range B05 submarine launched missiles, the Arihant-class submarines will have to patrol closer to the shores of a potential adversary. But equipped with the 3,500-km range K-4 missiles currently being developed by the DRDO, the Arihant and her sister submarines can cover both Pakistan and China with nuclear-tipped missiles from within the Bay of Bengal, providing the "robust second-strike capability" as stated in India's nuclear doctrine.

Inputs suggest Bangladesh has acquired land and fenced locations at the Kutubdia Channel near Cox's Bazar and the Rabnabad Channel near West Bengal. Kutubdia, intelligence officials say, is likely to feature enclosed concrete 'pens' to hide submarines. The possibility of Chinese submarines using this base provides a fresh equation to the strategic calculus.

"Our submarines become susceptible to tracking from the time they leave harbour," says veteran submariner and former Southern Naval Command chief vice-admiral K.N. Sushil (retired). "But a far more worrying strategy is China's ability to be able to threaten our assured second-strike capability. That effectively tips the deterrence balance."

Chinese Han-class submarine Changzheng 2 in Colombo.West Coast Worries

Of greater long-term worry to Indian analysts is a strategic submarine project China finalised with Pakistan in 2010. Intelligence sources say this three-part programme will transform the Pakistan Navy into a strategic force capable of launching a sea-based nuclear weapons strike. Pakistan will build two types of submarines with Chinese assistance: the Project S-26 and Project S-30. The vessels are to be built at the Submarine Rebuild Complex (SRC) facility being developed at Ormara, west of Karachi. Intelligence sources believe the S-30 submarines are based on the Chinese Qing class submarines-3,000-tonne conventional submarines which can launch three 1,500-km range nuclear-tipped cruise missiles from its conning tower. A Very Low Frequency (VLF) station at Turbat, in southern Balochistan, will communicate with these submerged strategic submarines. The Project S-26 and S-30 submarines will augment Pakistan's fleet of five French-built submarines, enhance their ability to challenge the Indian Navy's aircraft carrier battle groups and carry a stealthy nuclear deterrent. "Submarines are highly effective force multipliers because they tie down large numbers of naval forces," says a senior naval official.

Steel sharks on silk route

Speaking in Indonesia's Parliament last October, Chinese President Xi Jinping articulated a "21st century Maritime Silk Road". His vision calls for investments in port facilities across south and south-east Asia to complement a north Asian route. This year, the People's Liberation Army Navy (PLAN) put steel into Xi's vision. In February, a Shangclass nuclear-powered attack submarine made China's first declared deployment in the Indian Ocean. This was followed by port calls made by a Han-class submarine in Colombo to coincide with a state visit by President Xi and a visit by a Song-class conventional submarine in November.

China's heightened activity in the Indian Ocean region is underscored by investments in a new port in Gwadar at the mouth of the Strait of Hormuz, Hambantota port in Sri Lanka, a container facility in Chittagong and Kyaukpyu port in Myanmar. "Such developments have sharpened China's geopolitical rivalry with India, which enjoys an immense geographic advantage in the Indian Ocean," says Brahma Chellaney of the Centre for Policy Research. "Aspects related to their (Chinese) deployment in international waters are part of securing their maritime interests," Navy chief Admiral Robin K. Dhowan told journalists in Delhi on December 3.

China's new military posture reflects the 'Malacca dilemma' faced by the world's largest oil importer. Close to 80 per cent of China's crude oil imports of 11 million barrels per day, the life blood of its economy, is shipped through the narrow Malacca Strait. Any disruption to this could threaten its economic growth. "Hence, China's economic interests in the Indian Ocean have now taken on an overt military dimension," says an intelligence official.

Naval intelligence officials who correctly predicted that China would use anti-piracy patrols as a pretext for deployments in the Indian Ocean feel vindicated. Their prognosis of this game of 'weiqi'-a game of Chinese chess which uses encirclement, is gloomy. "A full-scale Chinese deployment in the Indian Ocean is inevitable," an admiral told India Today.

"You can only watch it and prepare yourself for it." The preparations include acquisitions of long-range maritime patrol aircraft such as the US-made P8-I Poseidon, investment in anti-submarine warfare and inducting new submarines and helicopters to fill up critical deficiencies in force levels.

Measured Response

China's submarine thrust into South Asia coincides with Narendra Modi's renewed emphasis on securing India's perimeter. "India's response has to be nuanced, a mixture of coercion and largesse," says Jayadeva Ranade, a former RAW official and member of the National Security Advisory Board. While the Manmohan Singh-led UPA government scoffed at encirclement theories, the new Government is clearly concerned over the creeping Chinese presence.

National Security Adviser Ajit Doval voiced India's concerns at the 'Galle Dialogue' in Sri Lanka on December 1. He cited a 1971 United Nations General Assembly (UNGA) resolution mooted by Sri Lanka calling on the "great powers to halt further escalation and expansion of their military presence in the Indian Ocean".

India's defence diplomacy has been severely limited by its inability to offer military hardware to offset the Chinese presence. Over half the military hardware of Bangladesh and Sri Lanka are of Chinese origin. In 2008, India called off a plan to transfer the INS Vela to the Myanmar Navy when it discovered the vintage Russian-built submarine was past its service life.

When plans to transfer hardware materialise, they are too feeble to make a difference-a solitary helicopter such as the one gifted to Nepal by Modi in November and a small ex-Indian naval patrol craft gifted to Seychelles recently. Often, there is a demand for capabilities where India itself is deficient. Bangladeshi officials stumped Indian Ministry of External Affairs (MEA) officials last year when they asked India, and not China, to provide submarines. The Indian Navy is down to just 13 aging conventional submarines. The MEA suggested Bangladesh buy Russian submarines instead. Their efforts are yet to bear fruit. It is a gap China willingly fills.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:35
Athos 155mm howitzer

Athos 155mm howitzer

 

9/12/2014 Ami Rojkes Dombe – Israel Defence

 

According to idpsentinel website, Elbit Systems will compete in the tender for the Mounted Gun System of India, through its joint venture "Bharat Forge" with the Indian Company Kalyani

 

India published a RFI for the procurement of 814 155 mm/52 caliber mounted gun systems. Indian companies can also win the upgrade of M-46 Russian artillery guns, from 130 mm to 155 mm. The RFI was published in June 2013, with a deadline for September of that year. An alteration to the RFI was released in December this year with the deadline of 24.12.2014. The tender is estimated at $ 2.5 billion.

The companies competing for the tender are "Bharat Forge", a joint venture between Elbit Systems and Kalyani Group, "Tata Power SED", a joint venture between the Indian company TATA and Denel of South Africa, and "Larsen & Toubro", a joint venture between the French company Nexter and Indian company Ashok Leyland. Also to participate in the tender are the Russian company "Rosoboronexport", UK's "BAE Systems" and General Dynamics of the US.

According to the website army-technology , the first 100 guns will be bought off the shelf from the original equipment manufacturer, while the remaining 714 will be manufactured in India. According to India Today, the replacement of the mounted gun systems is a phase in the process to replace all 2000 guns of India, in a total cost of $ 6.6 billion. A comprehensive article about India's artillery can be found at eurasiareview .

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:35
Turbomeca signe un contrat de support avec Boeing Defence Australia

 

Nowra, Nouvelle-Galles du Sud, 9 décembre 2014 Safran

 

En novembre 2014, Turbomeca Australasia (Safran) a signé un contrat avec Boeing Defence Australia pour le support d’un nouveau système de formation pour les hélicoptères des Forces de défense australiennes (ADF). Turbomeca fournira à la Royal Australian Navy et à l’Armée australienne un service de support à l’heure de vol (Support By The Hour, ou SBH) pour une nouvelle flotte de 15 hélicoptères EC135 T2 motorisés par l’Arrius 2B2. Ces hélicoptères seront localisés sur la base HMAS Albatross près de Nowra, en Nouvelle-Galles du Sud (NSW), où se trouve la force aérienne (Fleet Air Arm) de la Royal Australian Navy.

Le Helicopter Aircrew Training System (HATS) formera les équipages australiens sur la nouvelle génération d’hélicoptères de combat tels que le Tigre ARH, le CH-47F Chinook et le MRH-90. HATS est la septième étape (Phase 7) d’un programme d’acquisition des Forces de défense australiennes (ADF), appelé JP9000. Grâce au programme JP9000, l’Australie fera l’acquisition d’une importante flotte d’hélicoptères multi-rôles.

Le programme HATS étendra la capacité de formation et fournira les résultats de la formation sur voilure tournante pour l’Armée et la Marine australiennes. Turbomeca Australasia (TAA) est ravi d’être un partenaire de cette solution commerciale prête à l’emploi.

Les services de support pour les moteurs Arrius 2B2 seront assurés par Turbomeca Australasia (TAA) basée sur l’aéroport de Bankstown. La signature de ce contrat avec Boeing Defence Australia complète les services déjà fournis par TAA pour le support des systèmes de propulsion du Tigre et du MRH et impose TAA comme premier fournisseur de turbomoteurs de la flotte d’hélicoptères de l’ADF.

* * * *

Turbomeca (SAFRAN) est le motoriste leader pour hélicoptères, avec plus de 70 000 turbines de sa conception produites depuis l’origine de la société. Offrant la plus large gamme de moteurs au monde pour 2 500 clients répartis dans 155 pays, Turbomeca assure un service de proximité grâce à 15 établissements, 30 centres de maintenance de proximité, 18 centres de réparation & révision, et 90 représentants commerciaux et techniques. Microturbo, filiale de Turbomeca, est leader européen des turboréacteurs pour missiles, engins-cibles et groupes auxiliaires de puissance.

Plus d’informations sur www.turbomeca.com et www.safran-group.com.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:35
Nouvelle-Calédonie : participation au Quad Principals à Wellington

 

 

11/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 2 au 5 décembre 2014, le général de brigade Luc Du Perron De Revel, commandant supérieur des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (COMSUP FANC), a participé à la réunion annuelle du « quadrilateral defence coordinating group » (QUAD) de niveau « principals » (officiers généraux). Il était accompagné d’une délégation de l’état-major interarmées des FANC, et d’un officier des forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Réunissant l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et la France, le QUAD est un forum de discussion dont l’objectif est d’offrir un espace de concertation aux Etats insulaires du Pacifique dans le domaine de la coopération de défense. Cette session de niveau « principals », qui se tenait à Wellington en Nouvelle-Zélande, a permis de consolider de manière pérenne la stratégie des partenaires, centrée sur la sécurité maritime dans le Pacifique Sud et en particulier sur la surveillance des pêches.

 

Le QUAD est un dispositif essentiel pour aider les Etats insulaires du Pacifique à renforcer et à coordonner leurs actions pour mieux exercer leurs responsabilités dans le domaine de la défense et de la sécurité nationale, notamment en ce qui concerne la surveillance de leur zone économique exclusive.

 

La réunion annuelle des « principals » se tient en même temps qu’une des deux sessions semestrielles de l’« operational working group (OWG) » dont le but est de mettre en pratique la stratégie et les orientations déterminées par les officiers généraux. La prochaine session niveau « OWG » aura lieu en mars 2015 à Honiara, sur l’île de Guadalcanal où est localisé le quartier général de l’agence des pêches du Forum des Iles du Pacifique.

 

La France, qui prendra la présidence du groupe à partir du mois d’avril, sera en charge d’organiser la prochaine réunion du QUAD, niveau « Principals » qui devrait se tenir à Nouméa du 1er au 4 décembre 2015.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Nouvelle-Calédonie : participation au Quad Principals à Wellington
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 12:35
La Russie et l'Inde passent à la coproduction d'armes (Poutine)

 

MOSCOU, 10 décembre - RIA Novosti

 

La Russie et l'Inde passent des relations "fournisseur-client" à la coproduction d'armes modernes, a déclaré mardi le président russe Vladimir Poutine à la veille de sa visite à New Delhi programmée pour le 11 décembre.

 

"L'Inde est notre partenaire fiable de longue date. Le niveau élevé de la coopération bilatérale et de confiance réciproque nous permet de passer progressivement du schéma traditionnel +fournisseur-client+ à la conception conjointe et à la coproduction d'armes modernes", a indiqué M.Poutine dans une interview à l'agence indienne PTI.

 

La Russie et l'Inde coopèrent sur la production de missiles embarqués BrahMos et la création d'un chasseur multirôle de 5e génération. Selon l'ambassadeur russe en Inde, Alexandre Kadakine, 70% d'armes et matériels de l'armée indienne sont de conception soviétique et russe. La Russie a livré des armes et matériels à l'Inde pour 4,78 milliards de dollars en 2013, d'après le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS).

 

La visite de M.Poutine en Inde doit notamment déboucher sur la signature d'un accord entre les ministères de la Défense des deux pays sur la sécurité des vols.

 

L'assistant du président russe, Iouri Ouchakov, a antérieurement annoncé que les entretiens russo-indiens de New Delhi seraient consacrés à la création du chasseur de 5e génération, de missiles BrahMos, ainsi qu'à la production d'avions de ligne Sukhoi Superjet 100 et le développement de la navigation par satellite.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 12:35
Nouvelle-Calédonie : exercice Cyclonex 2014

 

11/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 3 au 5 décembre 2014, les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont conduit l’exercice Cyclonex sur les emprises de Nouméa, Plum, Tontouta et Koné. Cet exercice, réalisé en liaison avec le centre opérationnel du Gouvernement (COG) et le haut-commissariat (HC) de la République, a été conduit à 2 niveaux : le niveau opératif par l’état-major interarmées (EMIA) des FANC, basé à Nouméa, et le niveau tactique avec la participation de toutes les formations FANC et plus spécifiquement du régiment d’infanterie de Marine du Pacifique – Nouvelle Calédonie (RIMaP-NC).

 

Cyclonex est un exercice annuel, réalisé en début de période cyclonique, dont l’objectif principal est de préparer les FANC à la mise en œuvre du plan Cyclone. Celui-ci a pour but de mettre en sécurité les moyens humains et matériels des FANC, et d’être en mesure d’apporter un soutien éventuel à la population.

 

Dans le cadre de Cyclonex 2014, une alerte cyclonique fictive a été déclenchée le 3 décembre à 6h00 afin de permettre le déroulement complet de la montée en puissance des FANC. Ainsi l’EMIA des FANC a activé son centre opérationnel (CO) CYCLONE afin de coordonner les mesures conservatoires initiales des formations.

 

La phase de montée en puissance a permis de tester les liens entre l’EMIA et les unités ainsi que la coordination avec le COG et plus ponctuellement avec le HC. A cette fin, tous les stades d’alerte ont été joués. Une animation a également été réalisée pour simuler la phase post-cyclonique et les demandes de concours aux FANC pour le soutien à la population. La fin de la partie opérative a été prononcée le 4 décembre à 16h30 afin de permettre le débriefing à chaud de l’exercice.

 

Pour les unités des FANC, cet exercice aura permis de préparer le personnel à la saison cyclonique, de tester les liaisons radios et les réseaux informatiques, et enfin de mettre en œuvre, quand cela est nécessaire, un centre opération dédié. Le RIMaP-NC, dont la totalité des effectifs a été mobilisée, a contribué à la réussite de cet exercice en activant, avec succès, le centre opération du régiment et les différents modules cyclone, et en contrôlant la bonne utilisation du matériel spécifique employé (tronçonneuses, tire-forts,…).

 

Cette préparation annuelle est primordiale pour les FANC. En effet, chaque année, le Pacifique Sud est concerné par une dizaine de phénomènes qui demeurent une menace sérieuse à prendre en compte.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:45
photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 

8 décembre 2014 maliactu.net

 

Pour renforcer la capacité vestimentaire des Forces armées du Mali (FAMa), la République populaire de Chine a offert un important lot de tenues militaires à la République du Mali. C’était vendredi dernier lors de la cérémonie de signature d’acte de « remise-réception«   entre Guo Xue Li, chargé des affaires de l’ambassade de Chine au Mali, et Bah N’Daw, ministre de la Défense et Anciens combattants  du Mali, en présence du chef d’état-major général des armées.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:35
Russie et Chine, alliés en matière de cybersécurité

 

7 décembre 2014 par Alexandre Mamitchev - La Voix de la Russie

 

Moscou et Pékin ont l'intention de signer un accord de coopération dans le domaine de la sécurité de l'information au cours du premier semestre de l’année 2015.

 

Les structures publiques russes n’excluent pas que le document aurait pu être approuvé pendant le sommet de l’APEC à Pékin. Toutefois, selon une source proche des négociations, il a été voulu que l'accord englobe un plus grand nombre de domaines et qu’il soit plus pratique. Il faudra donc encore quelques mois pour y apporter des corrections.

 

« L'accord entre la Russie et la Chine dans le domaine de la cybersécurité inclura plusieurs aspects », explique irecteur de l’Institut d'études politiques. « Tout d'abord, il y aura un accord sur les mesures de confiance dans le cyberespace. C’est une sorte de pacte de non agression dans le cyberespace. En outre, les relations entre la Russie et la Chine dans ce domaine vont inévitablement concerner les Etats-Unis. Un accord sur la cybersécurité est déjà en vigueur entre la Russie et les Etats-Unis, mais les deux pays ne se font pas entièrement confiance. Au cours de ces dernières années, les Etats-Unis ont initié plusieurs conflits militaires dans différentes parties du globe, violant par ce fait un certain nombre de normes internationales. Il est donc très probable qu’en poursuivant tel ou tel objectif, les Américains puissent « oublier » l’accord. Quant à la Chine, elle ne fait pas non plus très confiance aux Américains. En d’autres termes, les deux pays n’excluent pas la possibilité d’une provocation cybernétique de la part des Etats-Unis. Une autre menace pour l'ordre mondial sont des groupes radicaux, comme l’Etat islamique (EI). Et il est mieux d’y faire face ensemble ».

 

Selon les experts, la création d’un accord russo-chinois sur la sécurité des technologies informatiques témoigne de la volonté des deux pays de collaborer dans tous les domaines. La Russie et la Chine ont une vision beaucoup plus réaliste du problème de la cybersécurité et du contrôle de l’Internet, considère Markov.

 

« Les Etats-Unis, en étant le joueur le plus fort dans le cyberespace, ne sont pas intéressés par des limitations quelconques. Les Américains espèrent apparemment vaincre tout le monde si jamais une guerre cybernétique éclate. Quant à la Russie et la Chine, elles ne souhaitent pas qu’une telle guerre éclate. De nos jours, l’Internet englobe toutes les sphères de la vie. Les hackers peuvent donc faire exploser une centrale nucléaire, ou paralyser entièrement les communications d’une grande ville. Nos deux pays vont donc coopérer en créant des bases de sécurité internationale dans ce domaine ».

 

Les experts de l’Internet incitent la communauté internationale à accélérer le développement des mécanismes efficaces de régulation juridique dans ce domaine. Car il est possible qu'un jour un Etat, en réponse à une cyber-attaque, se décide non seulement à une riposte virtuelle, mais à une vraie guerre. Quant à l’accord russo-chinois dans le domaine de la sécurité de l’information, en cas de succès, il pourra former la base d’un document similaire dans le cadre des pays BRICS, pour être ensuite étendu au monde entier.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 18:35
 Indodefence 2014 - by SITTA



09/12/2014 by SITTA

 

La nouvelle édition du salon « INDO DEFENSE 2014 » s’est déroulée au centre des expositions de Jakarta du 04 au 08 novembre 2014. Cette 6ème édition constitue un événement majeur dans la région dans le domaine de l’industrie de la défense et de la sécurité.

Réservé aux professionnels de l’aérospatiale, de la défense navale et terrestre, INDO DEFENSE 2014 a attiré plus de 18 000 visiteurs autour de 600 exposants de 56 nationalités différentes.

 

Organisé par le ministère indonésien de la défense, l’édition 2014 a été inaugurée par le vice-président indonésien Jusuf Kalla. Parmi les 25 pavillons représentés, il convient de noter la présence de l’Australie, la Biélorussie, le Brésil, le Cambodge, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis.

La France était pour sa part représentée par une dizaine des sociétés dont AIRBUS, THALES et MBDA. Ce salon a également été l’occasion pour le COGES (Commissariat Général des Expositions et Salons) de proposer ses services aux participants dans le cadre de l’organisation de futures manifestations de ce type dans le monde.

Il convient de souligner le dynamisme des sociétés françaises qui se sont distinguées par une affluence importante et continue sur leurs stands.

Parmi les nombreux matériels et équipements présentés durant l’édition 2014, certains ont plus particulièrement retenus l’attention des visiteurs :

-       drone de surface BONEFISH  de la société indonésienne PT LUNDIN ;

-       véhicule blindé COCKRILL 90P de la société indonésienne PT PINDAD ;

-       fusil d’assaut SS 7,62 mm  de la société indonésienne PT PINDAD ;

-       lance grenade BUR de la société russe KBP ;

-       radar de veille air ROHINI indien produit par le DRDO (Defence Research & Development Organisation) ;

-       propulseur sous-marin GANENDRA RI-1 de la société indonésienne PT ELMAS VIANADJAJA ;

-       la frégate KDDX de la société sud-coréenne DSME ;

-       système sol-air CHINON de la société sud-coréenne LIG Nex1 ;

-       télescope KM12A8 de la société sud-coréenne WOO KYUNG OPTICS.

Avec des infrastructures particulièrement accueillantes, le salon INDO DEFENSE 2014  a été très apprécié par l’ensemble des visiteurs et exposants. Le rendez-vous est déjà pris pour la septième édition qui se déroulera en 2016 à Jakarta.

 

 

Drone BONEFISH 

Le ministre de la défense indonésien, en compagnie du chef d’état-major de la marine indonésienne, a procédé à une cérémonie d’inauguration du premier trimaran BONEFISH. Cet appareil est un drone de surface furtif construit par le chantier naval PT Lundin (connu également sous le nom NORTH SEA BOATS – Indonesia), en partenariat avec l’industriel suédois SAAB. Sa mission principale sera la surveillance des espaces maritimes situés entre les milliers d’îles qui composent l’archipel indonésien. Très bas sur l’eau, il est propulsé par deux puissants moteurs. Un mât proéminent, accueille un radar de veille surface et des antennes de communication pour le pilotage de l’engin et la transmission des détections. Sur la maquette du drone présentée sur le stand de SAAB, placé à proximité du stand de Lundin, on pouvait observer un tourelleau téléopéré muni d’une mitrailleuse de calibre 12,7 mm.

PT LUNDIN - Indonésie

 

COCKERILL 90P 

Au cours de cette édition du salon INDODEFENCE, la société PINDAD a présenté un nouveau véhicule blindé, dérivé des ANOA en service dans les forces armées indonésiennes. Le COCKERILL 90P est un blindé 6 x 6 équipé un moteur de 340 chevaux (6 cylindres) er armé d’un canon de 90 mm. Son blindage permet de protéger l’équipage du tir de munitions de 12,7 mm Des lance-fumigènes et une mitrailleuse lourde assurent la protection du blindé.

 

PT PINDAD - Indonésie

 

Fusil d’assaut SS 7,62

La deuxième nouveauté du stand de PINDAD était un fusil d’assaut en 7,62 x 51. Ce prototype, qui devrait bientôt entrer en service dans les forces spéciales indonésiennes, pèse 5,1 kg. La portée maximale est de 950 m et il dispose de trois modes : position de sécurité, mono-coup ou tir automatique. Cette nouvelle arme a attirée la curiosité des visiteurs et a fait la fierté des employés de la société, qui ont eu l’honneur de recevoir la visite du président indonésien sur leur stand.

 

PT PINDAD - Indonésie

 

Lance-grenade BUR

Parmi toutes les armes d’infanterie présentées par KPB, on pouvait découvrir un nouveau lance-grenade léger. Ce système, composé d’une poignée et d’optiques pour la visée de jour et de nuit, tire des grenades de 62 mm de diamètre et de 742 mm de long. Après chaque tir, le fantassin doit démonter la poignée pour la fixer sur un nouveau tube de lancement, qui contient la munition. La portée maximale de cette arme est de 950 mètres. Le BUR sert à attaquer des véhicules peu ou non blindés et des unités d’infanterie logés dans des bâtiments. Il peut également traiter une zone à l’air libre d’environ 50 m² avec un puissant explosif.

 

 KBP - Russie

 

Radar ROHINI 

Le DRDO a présenté un radar mobile de veille aérienne en  3D, qui serait déjà en service dans l’armée de l’air indienne. Baptisé « ROHINI », ce nouveau radar est monté sur un camion 8 x 8 qui assure une grande mobilité et une mise en œuvre en moins de trente minutes. La portée maximale de détection est supérieure à 185 km. Ce système a été conçu pour pouvoir détecter des intrusions d’aéronefs dans les zones montagneuses, à haute altitude.

 DRDO - Inde

 

SDV GANENDRA RI-1 

Le GANENDRA RI-1 est un prototype de propulseur sous-marin pour nageurs de combat (SDV). Cet engin, propulsé par un moteur électrique grâce à une batterie lithium-ion, embarque deux commandos. Son autonomie est d’environ huit heures à sa

vitesse de croisière de 1,3 nœud, et d’une heure et trente minutes à sa vitesse maximale (2,2 nœuds). Il pèse 24 kg et peut emporter une charge de 90 kg.

 

PT ELMAS VIANA DJAJA - Indonésie

 

Frégate KDDX

Le chantier naval sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) a présenté - pour la première fois - la maquette de la future frégate KDDX. Selon le commercial, Séoul n’a pas encore choisi les senseurs et l’armement qui  équiperont cette classe de bâtiments, ni le nombre d’unités commandées. Cependant, Il est très probable qu’ils soient équipés du missile anti-aérien C-Star (lancé verticalement) et de la torpille légère Blue Shark. SAMSUNG, en partenariat avec la société THALES, pourrait fournir les équipements de détection radar.

 

 DSME – Corée du Sud

 

Système sol-air CHIRON

L’attraction sur ce stand coréen était le système sol-air CHIRON. Armé par un tireur, il permet de lancer deux missiles à courte portée et à guidage infrarouge. Chaque missile pèse 14,4 kg, a une portée maximale de 7 km, et peut atteindre une cible à l’altitude maximale de 3,5 km. Le CHIRON peut également être monté sur un véhicule blindé ou un 4 x 4. Il serait en service dans les forces armées sud-coréennes et aurait un taux d’efficacité de 95%.

 

 LIG Nex1 – Corée du Sud

 

Télescope KM12A8

La principale nouveauté chez WOO KYUNG OPTICS était le télescope KM12A8, utilisé pour des pièces d’artillerie de 105 mm et 155 mm. Ses caractéristiques techniques sont les suivantes :

Longueur : 24,7 cm

Masse : 2 kg

Grossissement : x 4

Champ de vision : 10°

WOO KYUNG OPTICS – Corée du Sud

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:35
Entraînement commando en Nouvelle-Calédonie

photo A.DUCLAY  - EMIA-NC

source FANC

 

Exercice de mise en place et de récupération d'une équipe commando appartenant au centre d'instruction nautique commando de Nouméa par un équipage PUMA de l'escadron de transport 52, le 3 décembre 2014 dans la perspective de l'exercice Kaori 2014.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:35
La Chine disposerait d'un centre d'écoute satellitaire en France

 

03/12/2014 Par lefigaro.fr

 

Selon Le Nouvel Observateur, une annexe de l'ambassade de Chine en banlieue parisienne dispose de paraboles capables d'intercepter des communications entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient.

 

Cette annexe de l'ambassade chinoise est située dans une rue paisible du Val-de-Marne. Selon Le Nouvel Observateur, le numéro 148 de la rue du Lieutenant-Petit-Leroy, à Chevilly-Larue, abriterait en réalité un centre secret d'écoute satellitaire. Les trois paraboles installées récemment sur le toit d'un bâtiment en témoignent. Celles-ci ont d'ailleurs attiré l'attention des services secrets français. Et, à en croire un expert consulté par l'hebdomadaire, deux d'entre elles servent à intercepter des communications entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient. Une troisième permettrait de transmettre le fruit des écoutes vers la Chine. Les informations recueillies en France seraient de cette manière envoyées directement aux services de renseignements chinois, l'APL-3.

 

Officiellement, le bâtiment accueille un service logistique de l'ambassade. Une dizaine de diplomates chinois résideraient également dans les deux autres immeubles. «Les antennes sont pour la communication», ajoute l'attachée de presse de l'ambassade, contactée par L'Obs. Une assertion impossible à vérifier puisque cet hectare de terrain a été concédé à la Chine. De fait, la police française ne peut y pénétrer. Cette antenne diplomatique a été ouverte il y a plus de quarante ans. Elle a un temps accueilli les bureaux du conseiller commercial et des logements de fonction. Les Chinois ne seraient toutefois pas les seuls à recourir à de telles pratiques. D'après des documents confidentiels révélés par Edward Snowden, l'Agence américaine de sécurité nationale avait, fin 2012, intercepté plus de 70 millions de données téléphoniques sur le territoire français en l'espace d'un seul mois.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:35
Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Le PM Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son. Source: VNA

 

07/12/2014 Vietnam+

 

Le Premier ministre Nguyen Tan Dung a rendu visite samedi à la Compagnie générale Ba Son relevant du ministère de la Défense, l'un des chantiers navals de l'armée qui a achevé la construction de deux corvettes russes Molniya 1241.8, et en construit quatre autres actuellement.

 

Le succès de la construction de ces corvettes Molniya a marqué un jalon important de l'histoire du secteur de la construction navale militaire et, plus généralement, de l'industrie de la défense du Vietnam, a estimé M. Nguyen Tan Dung. Cela prouve que le Vietnam peut maîtriser totalement les technologies et techniques modernes en ce domaine, a-t-il souligné.

 

Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Il a également annoncé que le Parti, l'Etat, le gouvernement et le ministère de la Défense préconisent de développer l'industrie nationale de la défense afin d'élever la combatitivité de l'armée, notamment des armées navale et aérienne, et ce, au service de l'édification d'une armée révolutionnaire régulière, bien exercée et de plus en plus moderne.

 

Afin de maintenir la paix et la stabilité, nous devons nous affermir sur le plan politique, de l'économie et de la défense en développant une industrie de la défense et en maîtrisant progressivement les technologies militaires modernes, a-t-il souligné. -VNA

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 17:35
Indian Navy Selects Sikorsky’s S-70B SEAHAWK® Aircraft for Multi-role Helicopter Requirement​

 

December 05,2014 Sikorsky Aircraft Corp

 

India’s Navy has selected Sikorsky Aircraft Corp., a subsidiary of United Technologies Corp. (NYSE:UTX), to fulfill the service’s Multi-Role Helicopter requirement for anti-submarine and anti-surface warfare (ASW/ASuW), among other maritime roles. Negotiations will now begin to procure 16 S-70B SEAHAWK® helicopters, with an option for eight additional aircraft, along with a complete logistics support and training program.

 

“India’s selection of the S-70B helicopter represents a major strategic win for Sikorsky in an important growth market, and positions us well for future opportunities,” said Mick Maurer, President of Sikorsky Aircraft. “We look forward to a long-term collaboration with the Indian Government and local industry as we work to bring the Indian Navy the highly advanced multi-role S-70B aircraft.”


The proposed Indian Navy S-70B variant will include avionics and flexible open architecture Weapons Management Systems that integrate an advanced sonar, 360 degree search radar, modern air-to-surface missiles, and torpedoes for the ASW role. A blade and tail fold capability will facilitate shipboard storage.


The S-70B aircraft will also enhance the Indian Navy’s capabilities to perform non-combat maritime roles, including search and rescue, utility and external cargo lift, surveillance and casualty evacuation.


Sikorsky has fielded increasingly more capable variants of the S-70B helicopter since 1984 for navies that prefer to acquire a modern, fully integrated ASW/ASuW platform direct from the manufacturer. Now operational in six countries (in Europe, Middle East, Asia and Latin America), the S-70B platform has a solid reputation for highly reliable shipboard operations and maintenance while operating aboard frigates and larger naval vessels.


The S-70B aircraft is part of Sikorsky’s SEAHAWK helicopter family (including the SH-60 and MH-60 models) that has accumulated almost four million flight hours from more than 800 operational aircraft, and is considered one of the safest platforms available.


Sikorsky Aircraft Corp., based in Stratford, Connecticut, is a world leader in aircraft design, manufacture and service. United Technologies Corp., based in Hartford, Connecticut, provides high-technology products and support services to the aerospace and building systems industries.

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:35
Chine : L’industrie de la défense, moteur de croissance

 

03.12.2014 Par Philippe Barret – lenouveleconomiste.fr

 

Officiellement, le budget militaire de la Chine est de 130 milliards de dollars. Mais certains experts occidentaux y voient une sous-évaluation délibérée et l’estiment à 300 milliards de dollars.

 

À la fin des années 1990, l’Onu avait encouragé la Chine à convertir une partie de la production de ses entreprises de défense vers le civil. Et cet encouragement a été suivi d’effet. Les entreprises militaires chinoises ont volontiers consenti à cette réorientation partielle de leurs activités : autant de chiffre d’affaires, autant de bénéfices en plus.

Ce qui est en cause aujourd’hui, c’est la participation d’entreprises privées à la production de matériels militaires. C’est ainsi que le ministère de la Défense a invité les entreprises privées à soumettre leurs propositions à 108 appels, portant notamment sur les processeurs de données, les positionnements sans fils à courte distance, les avions d’alerte précoce et les simulateurs d’entraînement.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:35
Le Rafale dans les médias indiens

 

05.12.2014 Par Pierre Memheld * - affaires-strategiques.info

 

Dassault Aviation est entré en discussion exclusive avec le ministère de la Défense indien pour conclure la vente de Rafales en janvier 2012. Depuis, les négociations se poursuivent pas à pas vers la conclusion d’un contrat définitif, désormais annoncé par les médias pour mars 2015 - sans tenir compte d’un éventuel report de la décision, cette date ayant déjà été plusieurs fois décalée [1] . Les médias indiens suivent de près cette affaire car il s’agit d’un contrat clé, non seulement pour l’avionneur français, mais également pour la Défense indienne dans son ensemble.

 

 Le gouvernement indien doit en effet résoudre la difficile équation de réussir à moderniser ses équipements militaires, tout en développant son industrie de défense et en maitrisant son budget [2]. Les partenariats industriels, signés avec certains fournisseurs, permettent non seulement de transférer des savoirs faire et des technologies mais également de créer des liens diplomatiques au vu des enjeux géopolitiques auxquels l’Inde doit faire face. L’acquisition d’avions de chasse multi-rôles, de sous-marins diesels ou de canons d’artillerie est aujourd’hui une nécessité.
 

Si l’objectif de l’Inde est en partie de rationaliser ses équipements, et de développer son économie, son but ultime est bien de devenir indépendante de ses principaux fournisseurs (Russie, Etats-Unis, Israël, France). De leur côté, ces pays cherchent à trouver des débouchés pour leurs produits et à faire de l’Inde un relais de leur diplomatie dans l’Océan indien. Mais le gouvernement de Narendra Modi, et son nouveau ministre de la défense Manohar Parrikar [3], ont clairement précisé leurs objectifs.Il s’agit de développer des industries de défense « indigènes », publiques ou privées, et de « contenir » la Chine en se rapprochant de pays comme l’Australie, le Vietnam ou Singapour. Sans que cela ne concerne directement le contrat Rafale, les contraintes budgétaires indiennes expliquent le report voire l’annulation de plusieurs appels d’offres ou de contrats d’armement. L’Inde, enfin, fait jouer la concurrence entre ses différents fournisseurs pour obtenir les meilleures conditions contractuelles et « politiques ».
 

Dans un tel environnement concurrentiel, il est intéressant de constater que le Rafale, Dassault ou même la France, sont critiqués voire attaqués dans la presse indienne au gré des aléas de l’appel d’offre « MMRCA » [4], et d’autant plus depuis le début des négociations exclusives. Si la presse indienne est aux premières loges des luttes d’influence des concurrents du Rafale, continuant à croire en leurs chances, d’autres médias se font l’écho de « difficultés » à conclure ce contrat symbolique.
 

Pour les uns, le Rafale serait « une grosse erreur » pour l’armée de l’Air indienne [5] -alors même qu’elle a mené de multiples études et tests pour confirmer ce choix-. Pour les autres, les contraintes budgétaires, ainsi que la priorité donnée aux réformes sociales par le gouvernement Modi pourraient reporter le contrat, d’autant que son coût « a augmenté de 10 à 20 milliards de dollars » [6]. Enfin, relayé par des médias spécialisés, l’ambassadeur russe à Delhi a déclaré que les « Sukhoi-27 construits en Chine écraseraient les Rafales comme des moustiques » [7].
 

Si l’on peut rattacher cette déclaration à la problématique actuelle des bâtiments de projection et de commandement Mistral, il n’en reste pas moins que ces tentatives d’influence au niveau médiatique sont l’expression d’une concurrence féroce entre les principaux fournisseurs. D’autres arguments, évoquant le coût d’exploitation du Rafale, ou la difficulté pour le partenaire de Dassault (Hindustan Aeronautics) à assurer la production des 108 appareils, sont également avancés. Enfin, le Rafale est « opposé » à des appareils de « 5ème génération », comme le F-35 américain, considérés comme plus « modernes ».
 

Ces questions sont le plus souvent décrites comme des informations obtenues par les journalistes auprès d’officiers supérieurs ou de décideurs politiques « proches du dossier ». Là où les déclarations officielles du ministère de la Défense ou de l’Etat-major de l’armée de l’Air indien mettent en avant l’avancée constante des négociations, ces « fuites » sont présentées comme validant les arguments contre le Rafale et notamment le risque de choisir un constructeur étranger lourdement dépendant de ce seul contrat [8].
 

Il faut également se rappeler que ce contrat est en discussion depuis plus d’une dizaine d’années. Or, durant cette période, l’Inde a connu plusieurs gouvernements du « Indian National Congress » (INC) et désormais un gouvernement du « Indian People’s Party » (BJP) [9]. Sans parler de leurs idées politiques spécifiques, ces deux grands partis s’affrontent à coups de révélations sur les implications des uns et des autres avec tel ou tel industriel ou puissance étrangère. Cette opposition politique interne pourrait impacter le contrat du Rafale.
 

Si les négociations n’ont pas été remises en question à la suite du retour du BJP au pouvoir, un des membres du parti a clairement sous-entendu que le contrat avait été signé lors de « conversations privées » entre Sonia Gandhi, président de l’INC, et Nicolas Sarkozy, par l’intermédiaire de leurs liens familiaux respectifs en Italie[10]. Cette évocation des connexions de Sonia Gandhi rappelle le fait qu’elle a déjà été impliquée dans un contrat d’armement, annulé pour des soupçons de corruption.
 

On peut ainsi voir, à la lecture de quelques articles de presse seulement, que ce contrat est au centre de l’attention des médias indiens ou russes et à la croisée d’intérêts économiques et diplomatiques russes et américains. Certains articles évoquent des aspects discrets des négociations, d’autres attaquent frontalement le Rafale, Dassault ou la France en évoquant de loin le lien entre ce contrat et sa crédibilité en tant que pays exportateur d’armements alors même que les contextes indiens et russes ne peuvent pas être comparés.
 

Tout comme l’Inde cherche une profondeur stratégique dans l’Océan éponyme, il ne serait pas inutile que la France réaffirme sa présence militaire, et ses intérêts économique, dans cette zone stratégique pour plusieurs pays. De plus, en offrant à l’Inde les équipements et le soutien dont elle a besoin pour réaffirmer sa position de puissance régionale, la France ne pourra que renforcer le lien existant -depuis bien plus longtemps que ce seul contrat, tant du point de vue économique qu’historique.
 

(1) Ainsi : "MMRCA deal : Rafale negotiations expected to be wrapped up in 3 months", Rajat Pandit, The Times of India, 3 Juin 2014
(2) "L’Inde : puissance militaire ?", Pierre Memheld, Revue Défense Nationale N°774 Novembre 2014
(3) Narendra Modi a assuré le poste de ministre de la défense, en plus de celui de Premier ministre, depuis son élection en Mai 2014 jusqu’en Novembre 2014 et la nomination de l’ancien « chief minister » de Goa, Manohar Parrikar.
(4) Medium Multi-Role Combat Aircraft
(5) "Why Rafale is a Big Mistake", Bharat Karnad, The New Indian Express, 14 Août 2014
(6) "No Softlanding in sight for $20-bn Rafale deal", Huma Siddiqui, The Financial Express, 26 Octobre 2014
(7) "Why India needs to rethink the Rafale deal", Rakesh Krishnan Simha, Russia & India Report, 26 Octobre 2014
(8) "MMRCA : a do or die contract for Dassault’s military business", Huma Siddiqui, the Indian Express, 12 Mai 2013
(9) Bharatiya Janata Party = Indian People’s Party
(10) "The Rafale deal should be scrapped and renegotiated", interview de Subramanian Swamy, Pranay Sharma, Outlook, 18 Août 2014

 

* Pierre Memheld est consultant en stratégie des marchés internationaux, enseignant en IE à l’Institut de Traducteurs, d’Interprètes et de Relations Internationales

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 07:35
USS Fort Worth Departs San Diego for Deployment (Nov. 17)


3 déc. 2014 Lockheed Martin

 

On Nov. 17, the U.S. Navy deployed its third Littoral Combat Ship (LCS), USS Fort Worth, on a 16-month journey to Southeast Asia. While deployed, the ship will visit ports, collaborate with international navies and expand LCS capabilities. USS Fort Worth, which has traveled more than 40,000 nautical miles already, is the second ship built by the Lockheed Martin-led industry team. The ship was delivered to the Navy in 2012, two months ahead of schedule.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 17:35
Australia’s Heron mission ends in Afghanistan


04.12.2014 Pacific Sentinel
 

Australia’s Heron Remotely Piloted Aircraft (RPA) detachment in Afghanistan flew its final mission for Operation SLIPPER from Kandahar Air Field on 30 November 2014.

 

Heron aircraft have completed more than 27,000 mission hours during Operation SLIPPER providing high resolution intelligence, surveillance and reconnaissance support to Australian forces and our International Security Assistance Force (ISAF) partners in southern Afghanistan since August 2009.

 

Heron Rotation 15 Commanding Officer, Wing Commander (WGCDR) Phillip Parsons said Australian personnel had forged a strong reputation for professionalism and dependability over the past five years.

 

“The personnel on Rotation 15 continued the highly professional work of the rotations that have gone before them,” WGCDR Parsons said. 

 

 

“The Australian Heron capability forged a fine reputation among our American and other Coalition partners here in ISAF as a result of our can-do attitude and the capabilities of this aircraft.

 

“From Heron’s first days supporting the Special Operations Task Group through to the end of Australia’s mission in Uruzgan province last year and support to ISAF units throughout 2014, Heron has provided commanders on the ground with information they needed to fight and keep their people safe.”

 

Wing Commander Phillip Parsons said the Heron personnel had excelled in their role in Afghanistan.

 

“Sometimes we were the only Remotely Piloted Aircraft flying in this region and we’d often be called upon to get overhead and provide information back to Coalition partners.”

 

Chief of Joint Operations, Vice Admiral (VADM) David Johnston, said the Heron teams had made a significant contribution to Australia’s mission in Afghanistan.

 

“This final flight marks the end of a dedicated and well-executed mission that has been pivotal in keeping our personnel safe, minimising the risk to civilians on the ground and achieving our Operation SLIPPER mission,” VADM Johnston said.

 

“Defence personnel from all services who have deployed with Heron can hold their heads high for further developing the capability of the ADF to employ the RPA, while forging and maintaining a strong reputation for professionalism among the ADF as well as with our international partners.”

 

Three Heron Remotely Piloted Aircraft were based at Kandahar Air Field and operated in southern Afghanistan.

 

Approximately 490 Air Force, Navy and Army personnel deployed with the Heron detachment during its 15 rotations.

 

Following the conclusion of Australia’s mission in Uruzgan in December 2013, the Heron mission was extended to support ISAF members in Regional Command – South, including support to the 2014 Afghan presidential election.

 

Heron is Air Force’s first unmanned aerial system and notably, entered service directly into Afghanistan after Air Force and Army personnel undertook training in Canada in July 2009.

 

All Heron detachment personnel will return to Australia by the end of December 2014.

 

Australia is committed to supporting security and stability in Afghanistan beyond 2014 through cooperation in security, diplomatic and development channels, and continuing to build the capacity of Afghanistan’s national institutions. 

 

Australia has pledged to contribute to the post-2014 NATO-led ‘train, advise, assist’ mission and our current contribution provides a good foundation for Australia’s post‑2014 commitment. 

 
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 13:35
Memorial To The Korean War Unveiled In London

 

source UK MoD

Memorial To The Korean War Unveiled In London, 3 Dececember. The Korean War Memorial, a gift from the Republic of Korea to honour the British troops that served between 1950 and 1953, is in the form of a bronze statue of a British soldier by sculptor Philip Jackson. [Picture: Owen Cooban, UK MoD]

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:35
CTF-75 Receives Riverine Command Boats


2 déc. 2014 All Hands Update December 2, 2014 #3


The Navy increased its capabilities in the 7th Fleet Area of Operations by adding two riverine command boats to the waterfront November 24th.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 15:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

Dec 02, 2014 Spacewar.com

 

New Delhi - The French and Indian defence ministers agreed to press ahead with negotiations on the sale of 126 Rafale fighter jets to India, both sides said Tuesday, after slow progress cast doubt on the estimated $12 billion deal.

 

Successive deadlines to complete one of the world's biggest airline contracts have slipped by, leading to reports that Britain's Eurofighter could try to re-enter the race.

 

French Defence Minister Jean-Yves Le Drian said negotiations were "proceeding well" after he met his newly appointed Indian counterpart Manohar Parrikar in New Delhi on Monday.

 

"For a project of this scale and such complexity... the pace is comparable to that of other negotiations," he said in an interview with Indian daily The Pioneer Tuesday.

 

"Both our governments share the will to conclude it (Rafale deal) and this is, of course, essential."

 

The pair discussed "all issues including Rafale", an Indian defence ministry spokesman told AFP.

 

"It was decided that whatever differences still existed would be resolved in a fast-track manner."

 

French company Dassault Aviation won the right in 2012 to enter exclusive negotiations with India to supply 126 fighters after lodging a lower bid than rival firm Eurofighter.

 

The deal would see Dassault supply 18 Rafales -- twin-engine multi-role fighters -- by 2015.

 

India, the world's top weapons importer, is in the midst of a $100-billion defence upgrade programme and experts say it urgently needs the jet fighters to maintain a combat edge over nuclear rival Pakistan.

 

The remaining 108 would be made by state-run Hindustan Aeronautics Ltd under technology transfer agreements with India, which is keen to boost homemade defence manufacturing.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 13:35
La frégate de surveillance Vendémiaire en escale au Vietnam

 

02/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Partie de Jakarta après avoir conduit une patrouille en mer de Chine méridionale, la frégate de surveillance (FS) Vendémiaire, actuellement déployée dans la mission « Asie 2014 », a rejoint, le 15 novembre dernier, Da Nang au Vietnam.

 

« Asie 2014 » est une mission de présence maritime dans le Sud-Est Asiatique qui  s’inscrit dans le cadre du déploiement quasi régulier de nos armées sur le « théâtre Pacifique ». Déployée depuis le 20 octobre pour deux mois de campagne, et après deux escales déjà réalisées en Australie et en Indonésie, le Vendémaire a accosté le 15 novembre au matin dans le port de Danang.

 

Accueilli par une délégation militaire et civile vietnamienne, le commandant du Vendémiaire, le capitaine de frégate Hervé Siret, a participé à plusieurs rencontres officielles qui ont chacune été l’occasion de réaffirmer notre intérêt mutuel pour la coopération bilatérale engagée.

 

Outre ces rencontres officielles, le bâtiment et son équipage ont participé à plusieurs interactions fructueuses avec la marine vietnamienne. Ainsi, après l’appareillage, la frégate a été rejointe par un patrouilleur de 400 tonnes : ces derniers ont mené conjointement un exercice de recherche et de secours en mer au large des côtes vietnamiennes. Il s’agissait du premier exercice commun de ce type pour les deux équipages.

 

Ces interactions visent principalement à entretenir notre connaissance de la zone Asie-Pacifique  et à animer la coopération régionale avec les pays riverains, tout en réaffirmant l’attachement de la France à la libre circulation.

 

Ayant rejoint la zone de responsabilité relavant de l’amiral commandant la zone maritime de l’océan Pacifique (ALPACI), le Vendémiaire poursuit aujourd’hui sa mission en mer de Chine méridionale sous le commandement opérationnel d’ALPACI. La frégate et son équipage ont repris la mer vers l’île de Bornéo, rappelant également par ce déploiement l’attachement de la France au principe de la libre circulation sur mer.

La frégate de surveillance Vendémiaire en escale au Vietnam
La frégate de surveillance Vendémiaire en escale au Vietnam
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 17:35
L’Inde lance la compétition pour des canons automoteurs


02.12.2014 par Guillaume Belan (FOB)
 

Le Defence Acquisition Council (DAC) indien vient (enfin!) de décider, le 25 novembre dernier, de lancer la procédure d’acquisition pour 814 canons d’artillerie autopropulsés de 155 mm 52 calibre, pour un montant de 2,5 milliards de dollars. Le RfP (Request for Proposal) serait imminent. Ce programme d’acquisition remonte aux années 80. Las, un scandale de corruption avait alors annulé la procédure. L’armée de terre indienne a lancé plusieurs compétitions pour remplacer ses 2000 canons de 105 mm : canons tractés, embarqués sur camions ou chenillés de différents calibres, pour un marché total estimé à plus de 5 milliards d’euros.

Pour la compétition canons autopropulsés, le français Nexter s’est allié à Larsen & Toubro et propose une version locale du Caesar (relier ici l’article de FOB). Les 100 premiers systèmes doivent être achetés sur étagère et les 714 suivant produits localement.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:35
China builds advanced warship for Bangladesh

 

2014-12-01 China Defense Blog (Source: CNTV)  

   China has launched its most advanced warship for export. Built by the China Shipbuilding Industry Corporation, the frigate, named Independent, is made for the Bangladeshi navy and is due to be delivered next year.

  This will become the Bangladeshi navy's most advanced warship, and be a real boost to its coastal defence capability.

   25 knots sailing speed, anti-radar design, highly adaptable to weather and oceanic conditions, and decked out with powerful weapons.

  The frigate "Independent" is made to be an all-rounder.

   "We believe this ship has very good cost performance. It can serve to protect the sovereignty and interests of a country out at sea. It can patrol, escort, protect fishing boats and conduct law enforcement," said Yang Zhigang, president of China Shipbuilding Industry Co..

  The "Independent" is one of two vessels ordered from China by Bangladesh.

   Researchers at the China Shipbuilding Industry Corporation have redesigned the ship's structure to suit the complex conditions of the Indian ocean.

  "We made a new ship form. It's cross-section looks like a deep Vee. Compared to the traditional round bilge hull form, it improves the performance of the ship when there are waves, guaranteeing high sailing speed in unfavorable oceanic condition," said Sun Lianfei, chief designer of China Shipbuilding Industry Co..

  Designers also gave a boost its mobility and survivability.

   "It has two engines and two propellers. They can work independently. This design makes it more reliable and durable. Its powerhouses are separately located, improving its survivability," Sun said.

  The newly launched frigate will stay in the port for months while electronic equipment and weaponry systems are installed.

  And after 6 months, the "Independent" will leave her mother port, and take up her post as a mighty guard on the Indian Ocean.

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:35
La France et l'Inde veulent boucler "rapidement" les négociations sur le Rafale

02 décembre 2014 Par  -

 

En visite en Inde, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian a rencontré son homologue Manohar Parrikar pour évoquer la vente d'avions de chasse Rafale. Les discussions "se déroulent bien", a assuré le ministre français, et devraient même s'accélérer, ajoute une source indienne.

 

Pas de friture sur la ligne entre la France et l'Inde sur le dossier Rafale. Les discussions, entamées il y a plusieurs années, se poursuivent et "se déroulent bien" a assuré Jean-Yves le Drian à un quotidien indien lors de sa visite dans le pays le 3 décembre. Il a rencontré son nouvel homologue indien Manohar Parrikar entré en fonctions au mois de novembre.

"Les négociations se déroulent bien. Pour un projet de cette taille et de cette complexité, qui implique le transfert de nombreux savoir-faire à des partenaires industriels en Inde, le rythme est comparable à celui d'autres négociations", a déclaré le ministre français au quotidien Pioneer. "Les deux gouvernements partagent la volonté de les conclure et ceci est bien sûr, essentiel", a-t-il ajouté. "Plus vite le contrat sera finalisé et signé, plus vite les avions pourront sortir des lignes des sites de production en Inde".

les désaccords seront résolus de manière accélérée, annonce l'inde

Les discussions achopperaient, selon l'AFP qui cite la presse indienne, sur la question des responsabilités (délais, dommages..) pour les appareils produits en Inde (sur les 126 appareils vendus, 18 seraient produits en France, le reste serait fabriqué sous licence en Inde par l'entreprise publique indienne Hindustan Aeronautics Limited).

Mais la France comme l'Inde seraient prêts à accélérer les négociations et tenter de lever les derniers points de blocage. "Il a été décidé que tout désaccord serait résolu de manière accélérée", a dit un porte-parole du ministère indien de la Défense à l'AFP.

un autre contrat en attente

Jean-Yves le Drian a par ailleurs profité de sa visite pour évoquer un autre contrat possible, portant sur les missiles sol-air (SRSAM) de MBDA.  "Le contrat est prêt pour la signature depuis mars 2012", a-t-il rappelé. Ces missiles "seront fabriqués entièrement en Inde, de façon autonome" ; ils sont co-développés et produits avec l'indien Bharat Dynamics Ltd (BDL). La France espère là aussi un déblocage rapide.

 

Dossier sur la vente des Rafale à l'Inde
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories