Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:35
P-3 K2 Orion hunts the ocean


22 sept. 2014 NZDF

 

New Zealand has one of the largest Exclusive Economic Zones in the world, much of which is sea. The Orion is tasked with helping MPI find illegal fishing vessels out in the vastness of the ocean.

Luckily the Orion is equipped with new technology, great people and the ability to fly relentlessly all day.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 12:35
Achat d'un satellite européen pour un contrat sud-coréen (Lockheed)

 

27/09/2014 zonebourse.com

 

Lockheed Martin achètera un satellite de communications militaires européen au nom de la Corée du Sud dans le cadre d'un contrat de sept milliards de dollars portant sur la livraison de 40 avions de combat F-35 pour le pays.

Le géant de la défense américain, lui-même fabricant de satellites, n'a pas dévoilé le coût de ce nouveau satellite ni l'identité de celui qui le construira, se contentant de dire que l'équipement correspondait aux exigences de la Corée du Sud.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 16:35
Airbus starts assembly of Malaysia’s first A400M aircraft

The Royal Malaysian Air Force's first A400M airlifter being assembled at Airbus' final assembly line in Seville, Spain. Photo Airbus DS

 

26 September 2014 airforce-technology.com

 

Airbus Defence and Space has started assembly of the Royal Malaysian Air Force's (RMAF) first Airbus A400M military transport aircraft at its final assembly line in Seville, Spain.

 

The company has joined all the fully equipped major section, including the wing, tailplane, cockpit, fuselage and landing-gear for ground-testing.

 

In December 2005, Malaysia awarded a RM3.5bn ($1.1bn) contract for the delivery of four A400M aircraft along with training and integrated logistics support services.

 

The aircraft are scheduled to supplement the RMAF's ageing C-130 Hercules fleet, and double its operational capabilities by providing a true heavy airlift and air-to-air refuelling capability.

 

The Airbus A400M is a multi-national four-engine turboprop military transport aircraft designated as a tactical airlifter with strategic capabilities.

 

With a lifting capacity of up to 30t, the next-generation airlifter can also be configured to conduct long-range, inter and intra-theatre cargo and troop transport, medical evacuation, aerial refuelling and electronic surveillance missions.

 

The aircraft features a six-wheel, high-flotation main landing gear, and a short, soft, field landing and take-off capability, and has also been ordered by the air forces of Belgium, France, Germany, Luxembourg, Spain, Turkey and the UK.

 

Airbus is currently instructing the first group of Malaysian pilot trainees at the Airbus Defence and Space International Training Centre in Spain.

 

A new batch comprising Malaysian maintenance engineers and technicians are scheduled to arrive at the centre in the coming weeks.

 

Airbus is planning to hand over the first A400M to RMAF in the first quarter of 2015, followed by additional two aircraft later that year.

 

Delivery of the fourth and final aircraft will take place in 2016.

 
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 07:35
FANC : Exercice ORSEC majeur à Nouméa

 

 

25/09/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 18 septembre 2014, les moyens de la base navale de Nouméa ont été largement mis à contribution lors de l’exercice maritime interministériel ORSEC 2014. Celui-ci avait pour but de tester les capacités de réaction des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), et autres parties prenantes à l’exercice, face à un incident maritime majeur engendrant des blessés et une pollution maritime importante.

 

Le matin, le pétrolier ISAN  a talonné dans la grande rade de Nouméa alors qu’il était en transit pour ravitailler la SLN, industriel minier local. Rapidement, le Maritime Rescue Coordination Center (MRCC) de Nouméa a été alerté par le navire qui signalait une brèche dans sa coque au niveau d’une soute de fioul lourd, et déplorait un blessé grave. Devant la gravité potentielle de l’accident, le niveau 3 du dispositif ORSEC a été déclenché.

 

La sécurité civile étant une compétence de la Nouvelle-Calédonie depuis le 1er janvier 2014, les opérations de secours ont directement été dirigées par la Présidente du Gouvernement, conseillée par le commandant de la zone maritime (CZM).

 

A la demande du MRCC, un hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie (SAG) a récupéré le blessé à bord de l’ISAN et, lors d’une seconde manœuvre, a treuillé l’équipe d’évaluation et d’intervention (EEI) sur le pétrolier. Le blessé ayant été évacué, l’EEI a ensuite évalué le risque de fuite d’hydrocarbures, faisant part de la situation à l’équipe de gestion de l’intervention (EGI) située au sein du Centre de Traitement des Crises Maritimes du quartier Alleyron. La cellule antipollution de la base navale de Nouméa, préalablement alertée, s’est rendue sur zone avec ses moyens (chaland de débarquement, pousseur, semi-rigides), accompagnée de la gendarmerie maritime. Un barrage flottant a été déployé autour de la nappe de fioul pour en assurer le confinement et le traitement, et les plongeurs de la base navale sont parvenus à colmater la brèche. L’ISAN a par la suite été remorqué au quai de la SLN, où une seconde série d’incidents a permis de tester les aptitudes d’intervention de la sécurité civile, et de la SLN à terre.

 

Les FANC, grâce aux capacités de lutte anti-pollution de la marine nationale, ont tenu un rôle de premier ordre dans cet exercice ORSEC, en mobilisant rapidement des moyens matériels et du personnel spécialisé, et surtout en coordonnant avec succès les actions de différents intervenants.

FANC : Exercice ORSEC majeur à Nouméa
FANC : Exercice ORSEC majeur à Nouméa
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:35
INS Vishal

INS Vishal

 

 

24.09.2014 par Nina Antakolskaïa -  La Voix de la Russie

 

La marine de guerre indienne rêve d’avoir un porte-avions nucléaire. Le directeur général du Bureau de design naval le vice-amiral Atul Saxena a envisagé à une conférence de presse la possibilité de doter le deuxième IAC d’une installation énergétique.

 

Or, la décision définitive n’est pas encore adoptée. Le nouveau porte-avions ayant reçu le nom Vishal est en voie d’invention.

 

Les responsables de la marine de guerre indienne envisagent trois groupes de porte-avions : dans l’Ouest, dans l’Est et de réserve. La mise en service d’un navire nucléaire est nécessaire pour réaliser les tâches stratégiques fixées devant la flotte, estime le 1er vice-président de l’Académie russe des problèmes géopolitiques Constantine Sivkov :

 

« La construction d’un navire doté d’une installation nucléaire suppose son emploi dans les régions de l’océan mondial éloignées de la base. Si l’Inde entend poursuivre sa politique maritime au-delà de l’océan Indien : dans le Pacifique ou dans l’Atlantique, un tel navire est nécessaire. Si la flotte réalise les opérations exclusivement dans l’océan Indien, on n’a pas besoin d’un tel navire. Qui plus est, en cas d’endommagement au combat, l’installation nucléaire représente un danger sérieux tant pour l’équipage que pour l’environnement ».

 

Les spécialistes étudient l’expérience des pays étrangers, en premier lieu française et britannique. Les navires nucléaires de surface existent aux Etats-Unis. La France a doté d’une installation nucléaire son porte-avions Charles de Gaulle. La Grande-Bretagne a refusé de doter son porte-avions du réacteur nucléaire Queen Elizabeth-2 parce qu’il est très cher.

 

En plus du prix, il faut prendre en considération la construction compliquée des moteurs nucléaires, dit Constantine Sivkov.

 

« Le navire nucléaire de surface ne sera pas construit dans les 10 à 15 ans à venir en Inde parce que les Indiens n’ont pas de technologies nécessaires ».

 

Selon les experts militaires, les Etats nucléaires ont inventé d’abord les installations nucléaires pour la flotte sous-marine et ensuite pour les navires de surface. L’Inde a emprunté cette expérience.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:35
AUS: Space Surveillance Telescope facilities a step closer

 

25 September 2014 Pacific Sentinel

 

A $63 million facilities project to support the Defence Space Surveillance Telescope has been referred to the Parliamentary Standing Committee on Public Works, Parliamentary Secretary to the Minister for Defence the Hon Darren Chester MP announced today.

 

The project, at the Harold E Holt Naval Communications Station in Exmouth, WA, involves the construction of a telescope enclosure facility and associated supporting infrastructure, including roads.

 

The new facility will enable the installation and commissioning of the US Space Surveillance Telescope, currently located in New Mexico, USA.

 

The project will significantly improve the ADF’s space situational awareness and be linked into the US global Space Surveillance Network.

 

 

“When complete, the telescope will provide the Australian Defence Force with an enhanced space surveillance capability in cooperation with the United States Department of Defense,” Mr Chester said.

 

“Space is becoming increasingly congested, with active satellites and discarded space junk posing a collision risk to space assets. Space situational awareness will give the operators of space-based capabilities the ability to anticipate the influence of other space objects and take action to ensure continued and unimpeded operations of space vehicles.”

 

Subject to Parliamentary approval, construction is expected to begin in early 2015 and be completed by mid-2016.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:35
AUS: New Counter Improvised Explosive Device facilities to support ADF

 

25 September 2014 Pacific Sentinel

 

Defence will enhance the Australian Defence Force’s Counter Improvised Explosive Device (IED) capability with a $25 million facilities program for the testing, evaluation, training and sustainment of Force Protection Electronic Countermeasures equipment.

 

Parliamentary Secretary to the Minister for Defence Darren Chester MP said the facilities project would significantly improve counter IED capabilities and meet Defence capability requirements to 2050.

 

“Improvised Explosive Devices remain a key threat to the safety of our Australian Defence Force personnel operating in areas of conflict,” Mr Chester said.

 

“The facilities delivered under this project will enable the Defence Force to maintain technologically advanced counter IED equipment, which will ensure our soldiers have the highest level of force protection when on operations.

 

“The ADF has been working to counter IEDs for many years and our personnel are among the best in the world at managing this threat.”

 

The facilities and infrastructure works have been referred to the Parliamentary Standing Committee on Public Works.

 

Due to the importance of these facilities, the Parliamentary Standing Committee on Public Works has agreed for works to be started at a number of sites around the country. Works at Edinburgh in South Australia, Watsonia in Victoria and Moorebank in NSW have already been completed and work at other sites is ongoing.

 

“The main element of the project is a specialised test and evaluation facility at Nurrungar, South Australia,” Mr Chester said.

 

“Defence has worked closely with local Indigenous stakeholders to ensure the work will not adversely impact culturally sensitive sites.

 

“Contracts for the facilities and infrastructure works will be tendered to the open market in due course and the Commonwealth’s Indigenous Opportunities policy will apply.

 

“This capital investment will bring economic benefits for industry in South Australia, New South Wales, Victoria and Queensland over the next 18 months.”

 

Subject to Parliamentary approval, construction at Nurrungar is scheduled to commence in mid 2015 and is expected to be completed by early 2016.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 10:55
Le GICAT se tourne vers l’international

 

23 septembre, 2014 Guillaume Belan

 

 « Avec un président italo-polonais à la direction du GICAT, la France est un modèle pour l’Europe de la Défense ». C’est sur ces mots que le nouveau président du GICAT a débuté sa première conférence de presse. Élu en juin dernier (et seul candidat) par les membres du Groupement des industriels français de la défense terrestre, Stefano Chmielewski, PDG de Renault Truck Defense, avait réservé sa première conférence en tant que patron du GICAT à des journalistes de l’AJD (Association des Journalistes de la Défense) ce matin. Sur un marché terrestre évalué à 110 milliards d’euros, les industries du GICAT affichent un chiffre d’affaires compris entre 10 et 14 Milliards, avec une tendance lourde vers la sécurité. Concernant le marché national, Stefano Chmielewski s’estime « confiant » sur une notification rapide du programme français Scorpion, « un accord a été trouvé cet été ». Scorpion, programme d’ensemble, qui doit venir renouveler les capacités de l’armée de terre française (VBMR, EBRC, modernisation des Tigre, Leclerc ou Felin…), représente plus de 5 milliards d’euros sur 15 ans pour remplacer des équipements à bout de souffle. il est également porteur d’enjeux industriels très forts.

Le nouveau président a ensuite affiché le cap pour le syndicat industriel du terrestre : l’export.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 16:35
QAMR 150 - Parade through Palmy


23 sept. 2014 NZDefenceForce

 

Queen Alexandra's Mounted Rifles are celebrating their 150th anniversary this year. The oldest regular force regiment in the NZ Army, QAMR were proud to show off their training, discipline and equipment in Palmerston last Saturday.

With an eye to the past, QAMR also paraded with 13 horses who were all skilfully riden by soldiers from QAMR.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 16:35
MKU Introduces 6th Generation Armour Technology

 

Sep 16, 2014 ASDNews Source : MKU

 

MKU has introduced its 6 th Generation armour technology - Polyshield V6 . The new technology reduces the weight of the armour of a helicopter by up to 40% and is almost 30% thinner than standard solutions. The reduced weight improves the performance and mission capability of armoured helicopters. This technology has been developed after extensive R&D by MKU’s team of experts and engineers based in Germany and India.

Helicopter armouring solutions manufactured using the 6 th Generation Polyshield V6 technology and conforming to Stanag 4569 level I weigh only 12 kg/sqm. “Since weight is one of the most important parameters controlling the performance of a helicopter, and the only one that can be controlled, this development is extremely significant,” said Neeraj Gupta, Managing Director of MKU.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:35
Le Bangladesh achète 2 sous-marins à la Chine

 

21 septembre 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le Bangladesh a signé un accord avec la Chine un contrat pour l’achat de 2 sous-marins pour un montant de 150.000 €. La marine chinoise utilise actuellement ces 2 sous-marins mis en service il y a 24 ans. La marine du Bangladesh devrait les recevoir en 2018 après qu’ils aient été reconditionnés.

 

L’objectif du Bangladesh serait d’acheter au total 4 sous-marins. Près de 200 personnes seront nécessaires pour la mise en œuvre des sous-marins et leur environnement et plusieurs ont déjà été formées pour cela.

 

Un membre de la commission d’achat a indiqué : « La Chine va fournir 2 sous-marins du type 035 G. »

 

Les sous-marins du type 035G sont dérivés du sous-marin soviétique Romeo (conçus dans les années 50. Le type 035G a été développé à partir de 1985 et le premier exemplaire lancé en 1990.

 

La base sous-marine sera construite sur le canal de Kutibdia, à Pekua upazila.

 

Référence : Prothom Alo (Bangladesh)

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:30
India’s Blind Spot on ISIS

 

September 21, 2014 By Kabir Taneja - TheDiplomat

 

So far, few Indians have joined the extremists, but gaps in New Delhi’s ability to track them are worrying.

 

The terrorist group Islamic State of Syria and the Levant (ISIS) or, as it likes to call itself, the “Islamic State,” has managed to attract Islamist fighters not just from the Middle East but all across the world.

According to data released by the International Centre for the Study of Radicalisation and Political Violence (ICSR), a London-based think tank, would-be jihadists from countries as far away as Australia and Norway have joined the ranks of the ISIS, which recently announced that the territory it controls, greater than the landmass of the United Kingdom, is now a “caliphate” led by the group’s elusive leader Abu Bakr al-Baghdadi.

According to ICSR, most of the overseas fighters populating the ranks of the ISIS have come from Tunisia (3,000 plus), Saudi Arabia (2,500 plus), and other regional Gulf members. However, the organization also notes that Western countries are also rapidly adding to the ISIS numbers, with France (around 700) and Britain (around 500) leading the pack. Even China has figured prominently, with more than 100 jihadists of Chinese origin thought to have fought with ISIS. According to latest estimates by America’s Central Intelligence Agency (CIA), the terror group may have up to 30,000 personnel under its command across Iraq, Syria, and possibly even beyond that.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:35
L'Australie va renforcer sa législation antiterroriste

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Sydney - Le gouvernement australien va proposer la semaine prochaine au Parlement un renforcement de la législation antiterroriste, après avoir déjoué jeudi des projets d'assassinats du groupe Etat islamique (EI) sur son sol, a annoncé samedi le ministre de la Justice.

 

Le Premier ministre, Tony Abbott, va demander devant le Parlement des pouvoirs antiterroristes élargis et les projets de loi vont être présentés mercredi au Sénat, a indiqué le ministre, George Brandis.

 

Les textes vont attribuer aux agences de sécurité nationale et à la police fédérale australienne des pouvoirs renforcés, a ajouté le ministre de la Justice, et il y aura également une protection renforcée.

 

M. Brandis a ajouté que pouvoir et opposition étaient favorables à un renforcement de la législation antiterroriste et que les projets de loi devraient être approuvés en quelques semaines.

 

Auparavant, M. Abbott, cité par la presse, avait indiqué que la législation australienne actuelle n'était pas adaptée pour lutter contre les menaces de groupes tels que l'EI.

 

Ce combat, que M. Abbott a qualifié de défi sécuritaire national majeur, passe par de nouvelles lois pénalisant notamment la promotion d'actes terroristes, a indiqué la revue The Weekend Australian.

 

Selon ce média, cette infraction serait passible d'une peine maximale de cinq ans de prison et rendrait illégale toute recommandation, promotion ou incitation au passage à l'acte terroriste.

 

La police serait aussi habilitée à pratiquer des perquisitions secrètement aux domiciles de suspects.

 

Le gouvernement espère également pouvoir interdire les séjours dans les villes ou régions où des groupes terroristes sont actifs. Les personnes se rendant dans de telles zones sans aucune raison valable pourraient être poursuivies.

 

Les autorités australiennes ont annoncé jeudi avoir arrêté 15 personnes et mis en échec des projets d'assassinats, en particulier la décapitation filmée de civils, de la part des jihadistes d'EI, lors d'une opération, la plus grande de ce type jamais organisée en Australie, à laquelle plus de 800 policiers avaient participé.

 

Sur le groupe de suspects interpellés, seul l'un d'entre eux restait samedi en détention.

 

Omarjan Azari, âgé de 22 ans, a été inculpé par le parquet pour avoir planifié un acte terroriste destiné à choquer, horrifier et terrifier et impliquant la sélection de personnes au hasard pour les exécuter de façon monstrueuse.

 

Une soixantaine d'Australiens combattent dans les rangs jihadistes en Irak et en Syrie, et une centaine fournissent, d'Australie, un soutien actif aux mouvements sunnites radicaux, selon les services de sécurité du pays.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 11:35
Séoul augmentera le budget de la défense de 5,2% l'année prochaine

 

SEOUL, 18 sept. (Yonhap)

 

La Corée du Sud a fait savoir ce jeudi que son budget de la défense pour l'année prochaine augmentera de 5,2% par rapport à cette année, principalement en raison des dépenses pour soutenir la capacité de défense de l'armée ainsi que la sécurité et la protection sociale des soldats.

 

Le budget du ministère de la Défense pour 2015 totalisera 37.600 milliards de wons (36 milliards de dollars), contre 35.700 milliards de wons de cette année, selon le nouveau plan budgétaire du gouvernement approuvé par le cabinet.

 

Quelque 1.360 milliards de wons seront dépensés pour la création du système de défense anti-missiles «Kill Chain», et le développement du système KAMD (Korea's Air and Missile Defense).

 

Des fonds seront aussi alloués à l'amélioration de la sécurité et du bien-être des soldats, suite à une série d'accidents dans l'armée, dont le décès d'un soldat qui avait été frappé par ses camarades.

 

Le gouvernement a ajouté qu'il augmentera le salaire mensuel des soldats de 15%.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 11:35
FA-18F Super Hornet strike fighter

FA-18F Super Hornet strike fighter

 

18.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Une opération antiterroriste d'une ampleur sans précédent a été menée à Brisbane et à Sydney par plus de 800 agents, a fait savoir la police australienne. Quinze personnes ont été placées en détention afin de contrecarrer "des actes de violence" en Australie.

 

"Nous estimons que le groupe contre lequel nous avons lancé cette opération avait l'intention et avait commencé à planifier des actes de violence, ici en Australie", a déclaré le chef de la police fédérale Andrew Colvin. "Ces actes consistaient notamment en des attaques aveugles contre des civils", a-t-il ajouté.

 

Il s'agit de la plus grande opération de ce type jamais organisée en Australie. Pour le moment, une personne a été mise en examen pour de graves délits liés au terrorisme, selon la police.

 

Interrogées sur le fait de savoir si les personnes détenues étaient liées au groupe Etat islamique (EI), les autorités ont indiqué que des précisions apparaîtraient plus tard dans la journée lors d'audiences devant les tribunaux.

 

Les forces de l'ordre avaient été placées la semaine dernière en état d'alerte "élevé", Canberra craignant que des extrémistes revenus d'Irak ou de Syrie ne commettent des attentats. Les autorités évaluent à 160 le nombre d'Australiens partis faire le jihad. Une vingtaine seraient rentrés et sont jugés dangereux.

 

Le Premier ministre Tony Abbott a promis dimanche de participer à la coalition mise sur pied par les Etats-Unis pour combattre l'EI. Il a assuré qu'il allait envoyer 600 hommes aux Emirats arabes unis pour préparer ces opérations.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 08:35
Croix du Sud 2014


17 sept. 2014 Armée de Terre

 

L’exercice interarmées et multinational Croix du Sud 2014 a rassemblé plus de 1 500 militaires de 10 nations différentes en Nouvelle Calédonie, du 25 août au 5 septembre. L’objectif de cet exercice opérationnel, renouvelé tous les deux ans, est d’assurer la projection d’une force et des missions humanitaires en cas de catastrophe humanitaire. Un entrainement réaliste qui souligne la capacité d’intervention régionale des forces armées du pacifique sud-ouest et l’interopérabilité des pays participants.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 17:30
Australian Hornets, Support Aircraft, Troops Deploy to UAE

Australia is sending Super Hornets, a tanker and an airborne early warning and control aircraft to the United Arab Emirates where they will prepare for possible use against the Islamic State.

 

Sep. 16, 2014 - By NIGEL PITTAWAY – Defense News

 

MELBOURNE, AUSTRALIA — Australia is sending up to eight F/A-18F Super Hornet strike fighters, an Airbus KC-30 multirole tanker transport and an E-7A Wedgetail airborne early warning and control (AEW&C) aircraft to the Middle East this week for possible use against Islamic State forces in Iraq.

 

The Australian contingent will move to the United Arab Emirates where they will prepare for operations, ahead of a government decision regarding Iraq.

 

The move, which also includes 400 Royal Australian Air Force (RAAF) support personnel and 200 ground troops, was announced by Prime Minister Tony Abbott on Sunday.

 

The ground troops will include Special Forces, which will be used to train Iraqi military personnel and Kurdish peshmerga fighters.

 

This marks the first time Australian Super Hornets have been deployed to the region since entering service in 2010, and the first time RAAF combat aircraft have deployed with both organic tanker and AEW&C support.

 

“The decision to prepare Australian Defence Force personnel for deployment has not been taken lightly,” Air Chief Marshal Mark Binskin, chief of the Australian Defence Force, said in a statement.

 

“This is a highly complex operating environment which continues to evolve, and we now have a significant amount of detailed planning work to undertake as we prepare for this deployment.

 

“Disrupting and degrading ISIL will take a comprehensive and sustained effort from the international community. If we do nothing, we risk allowing the shocking acts of ISIL to further destabilize the Middle East region and to spread beyond the Middle East region where it will pose a greater threat to Australians.”

 

Mark Thomson, a senior analyst with the Australian Strategic Policy Institute, a defense think tank, says the proposed force is a credible contribution by Australia.

 

“This is an international effort to deal with a problem that we all share. I think from Australia’s point of view, if you look at the scale of forces that we can deploy and recognizing the RAAF is at the moment working to introduce a broad range of platforms to service, this will be a demanding deployment. But I’d say it’s a deployment which is commensurate with Australia’s interests in this issue,” he said.

 

“I don’t think we should underestimate what the RAAF is doing now, deploying the tankers and the AEW&C with fighters at the same time, at distance from Australia. This is a challenging exercise that they’ll undoubtedly learn a lot from.”

 

Thomson also said that it is difficult to estimate how long Australian forces will need to remain in the region.

 

“The word complex doesn’t come close to capturing the situation we’re moving into. Just looking back over the whole Iraq venture from 2002 onwards, it’s been one surprise after another and if you asked the Iraqis what was going to happen, they probably didn’t know ahead of time either,” he said.

 

“These things are what we as scientists call the emergent properties — there’s a complex interaction that drives the political and military situation in a certain direction, and it’s largely unpredictable ahead of time.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 16:35
Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

 

September 16, 2014: Strategy Page

 

China continues to have problems with its locally produced military jet engines. The biggest problems are with the WS-10 series, which was designed and produced in China and the government has been pressuring the aircraft manufacturers to use Chinese made engines like this instead of Russian imports. This has not been working out as the government wants. For example, the new Chinese carrier fighter, the J-15, is supposed to have a more powerful Chinese made engine so that it can carry more weight using the ski jump deck on the new Chinese carrier. The ski jump is a cheaper and less complex take off alternative to the steam catapult. One disadvantage of the ski jump deck is that it cannot launch aircraft as heavy as a catapult can. China has developed a more powerful version of their WS-10 engine (the WS-10H) for the J-15 but has only been seen in two J-15s. Most J-15s are still using Russian AL-31Fs. China keeps details of its WS-10 development secret, but they cannot hide which of their aircraft are using the WS-10 and which the Russian made AL-31s that the WS-10 is based on and is supposed to replace. It is obvious that not a lot of WS-10s are being installed and that indicates the quality control and reliability problems of the WS-10 persist despite government denials.

 

The first WS-10s began showing up in J-11s back in 2004. In 2010 China revealed that it was replacing the Russian engines in its J-10 fighter, installing Chinese made WS-10A in place of the Russian made AL-31FN. Shortly after that announcement China ordered another 123 AL-31FNs, to be delivered by 2012. More AL-31s have been ordered but at the same time more Chinese fighters were being seen with WS-10s. Despite that the demand for AL-31s, based on the number of modern jet fighters China wants to build, is exceeding the Russian engine building capacity.

 

The Chinese claim the WS-10A is superior to the AL-31F, even though the WS-10A copied a lot of the Russian technology. The Chinese say they have improved on that. For example, as delivered from Russia, the original AL-31 was good for 900 hours of operation. The Chinese claim their engineers figured out how to tweak the design of the engine so that it would last for 1,500 hours. Russia has since improved their basic AL-31 lifetime to 1,500 hours, and, most recently, 2,000 hours. When pressed, the Chinese claim that they simply cannot produce enough WS-10As for all the new airframes they are building. But the reality is that the WS-10As have some serious, unpredictable and persistent reliability problems that limit the number of reliable (enough for regular use) engines available.

 

Back in 2011 China believed it would be free from dependence on Russia for military jet engines by 2016, which implied that Chinese engine manufacturers still had a way to go. Now the most any Chinese will admit to is that there will be no need for Russian engines by the end of the decade, maybe. Meanwhile China continues to import AL-31s and the RD-93 (a version of the MiG-29's RD-33) for the JF-17 (an F-16 type aircraft developed in cooperation with Pakistan) from Russia. These engines are expensive, with the RD-33 going for about $3 million each and the AL-31 for about a third more.

 

Since the 1990s Chinese engineers have managed to master the manufacturing techniques needed to make a Chinese copy of the Russian AL-31 engine. This is part of a program that has also developed the WS-13, to replace the RD-93 as well. While the Chinese have been able to build engines that are durable, they are still having problems with reliability. Apparently it is still worth buying more Russian engines because the Chinese models are out of action too often, which keeps the jets grounded for repairs or, worst of all, an engine change.

 

China has long copied foreign technology, not always successfully. But since the 1990s China has poured much money into developing a jet engine manufacturing capability. The Chinese encountered many of the same problems the Russians did in the beginning. Developing the necessary engine design and construction skills is difficult. But China has several advantages. First, they knew of the mistakes the Russians had made, and so were able to avoid many of them. Then there was the fact that China had better access to Western manufacturing technology (both legally and illegally). Finally, China was, unlike the Soviets, able to develop their engine manufacturing capabilities in a market economy. This was much more efficient than the command economy that the Soviets were saddled with for seven decades. The Chinese consider all this part of the learning process and they do learn from their mistakes.

 

Meanwhile the Chinese can build more Su-27 clones than they can reliable engines for them, and they keep developing more Su-27 variants. The Chinese J-11 jet fighter is an illegal Chinese copy of the Russian Su-27. It all began legally in 1995, when China paid $2.5 billion for the right to build 200 Su-27s. Russia would supply engines and electronics, with China building the other components according to Russian plans and specifications. But after 95 of the Chinese built aircraft were built Russia cancelled the agreement. Russia claimed that China was using the knowledge acquired with this Su-27 program to build their own copy of the Su-27, the J-11. The Chinese claimed that the J-11 was designed and built using only Chinese technology. China also has a stealthy version (J-17) of the Su-27. There is also an aircraft carrier version of the Su-30 (the Su-33, obtained from Ukraine) that is now in service as the J-15. In 2013 J-16s were spotted. This is a two-seat fighter-bomber similar to the American F-15E and nearly identical to the Russian Su-30MKK. China insists these are all Chinese designs that just happen to bear some resemblance to Russian fighters.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:35
Project 633 diesel submarine. KCNA Photo

Project 633 diesel submarine. KCNA Photo

 

September 16th, 2014 defencetalk.com (AFP)

 

North Korea appears to be developing a new weapons system capable of launching submarine-based ballistic missiles, the South’s defence ministry said Monday.

 

“Based on recent US and South Korean intelligence, we have detected signs of North Korea developing a vertical missile launch tube for submarines,” a ministry official told AFP.

 

Ministry spokesman Kim Min-Seok told a regular press briefing Monday that the North’s 3,000-ton Golf-class submarine could be modified to fire medium-range ballistic missiles.

 

“However, there is no confirmed information yet that a North Korean submarine capable of launching ballistic missiles is in operation,” Kim stressed.

 

North Korea’s small submarine fleet is comprised of largely obsolete Soviet-era and modified Chinese vessels.

 

The US-Korea Institute at Johns Hopkins University said in June that North Korea appeared to have acquired a sea-based copy of a Russian cruise missile.

 

Arms control expert Jeffrey Lewis of the US think-tank said the missile would mark “a new and potentially destabilizing addition” to North Korea’s military arsenal.

 

He identified the weapon as a copy of the Russian-produced KH-35 — a sea-skimming anti-ship cruise missile developed during the 1980s and 90s.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 11:35
Armement : MBDA pourrait perdre très gros en Inde

Le programme SRSAM développé en partie par le missilier MBDA pourrait être annulé en Inde (Crédits : MBDA)

 

12/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Un contrat de 1,8 milliard d'euros en Inde pourrait échapper au missilier européen et à son partenaire Thales. Faute de financement, New Delhi pourrait annuler le programme SRSAM, un missile sol-air. En revanche, MBDA revient en cour en Turquie.

 

 

Ce serait une grosse tuile pour MBDA et son partenaire Thales en Inde. Selon plusieurs sources concordantes industrielles et étatiques, le nouveau gouvernement indien pourrait annuler le programme SRSAM (Short Range Surface to Air Missile) faute de trouver un financement. Ce missile sol-air de nouvelle génération devait être co-développé avec la DRDO (Defence Research and Development Organisation) et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited. Le missilier européen était associé ainsi que son fournisseur, Thales, à ce programme.

"Nous sommes inquiets pour ce projet", explique-t-on aujourd'hui à Paris à La Tribune. Quant aux industriels, ils confirment à demi-mot qu'il règne une certaine confusion en Inde sur ce dossier. D'autant que les Israéliens tentent le tout pour le tout pour faire annuler ce contrat dans ce pays qui reste un de leur meilleur client export.

Pour autant, les autorités françaises poursuivent leurs actions en Inde. "Tant que le programme n'est pas annulé officiellement, nous nous battrons", indique-t-on à Paris. Deux réunions de haut niveau ont ainsi eu lieu lors des deux dernières semaines, selon nos informations. En parallèle, MBDA poursuit également ses actions auprès de la DRDO notamment. Le missilier rappelle que le besoin opérationnel reste évident et les autorités ont conscience des atouts majeurs que représente son offre, qui donne la part belle à l'industrie locale avec un transfert de technologies important.

Vers une annulation ?

Le projet est estimé à 4,5 milliards d'euros (6 milliards de dollars), dont 1,8 milliard d'euros devait revenir à MBDA, qui attend depuis des années ce très beau contrat. En tant que sous-traitant, Thales aurait gonflé son carnet de commandes d'environ 400 millions d'euros. Les deux groupes négocient ce contrat depuis près de dix ans. Depuis décembre 2011, les négociations sont même terminées. En février 2013 à l'issue de la visite de François Hollande, un communiqué de l'ancien Premier ministre indien, Dr Manmohan Singh's avait par ailleurs annoncé avoir conclu avec les industriels les négociations sur le missile SRSAM.

Pour quelles raisons l'Inde pourrait-elle annuler le SRSAM ? Initialement conçu par l'armée de Terre, de l'air et la Marine, ce système ne devait in fine équiper que la seule marine. L'armée de terre et de l'air ont quitté le programme et se sont dirigés vers d'autres programmes... et des budgets concurrents. Notamment le missile Akash développé par la DRDO pour le compte de l'armée de terre et de l'air. Un programme qui a été testé dix fois  par les deux armées depuis le début de l'année. "Les tests ont été conduits dans des configurations d'engagement et de cibles différentes", avait expliqué début août le ministère de la Défense indien.

Retour en grâce en Turquie

La Turquie, qui a fin août prolongé les négociations jusqu'à la fin 2014, mène des discussions avec la France pour l'achat d'un système antimissile (programme T-Loramids) après les difficultés rencontrées dans les négociations avec une société chinoise placée sur liste noire par les États-Unis, a annoncé le président turc cité par la presse dimanche. "Certains désaccords sont survenus avec la Chine sur la question de la fabrication conjointe et du savoir-faire pour le système antimissile", avait déclaré le président Recep Tayyip Erdogan en marge du sommet de l'Otan aux Pays de Galle, selon la télévision privée NTV.

"Malgré cela, les discussions se poursuivent, mais la France, deuxième sur la liste (ndlr: des fournisseurs éventuels) nous a fait une nouvelle offre" et "actuellement nous menons des discussions avec la France", a précisé le chef de l'Etat. Plus précisément avec le GI Eurosam composé de MBDA et Thales. Les deux industriels tricolores, qui étaient arrivés devant le Patriot américain, proposent le système SAMP/T, armé de missiles Aster 30 (MBDA) et équipé des radars Arabel et/ou GM400 (Thales). Pour ce contrat, "la production conjointe est importante pour nous", a expliqué le président turc.

Ankara discutait exclusivement avec Pékin

En septembre 2013, la Turquie avait retenu la compagnie chinoise China Precision Machinery Export-Import Corporation (CPMIEC) pour la livraison de missiles sol-air de longue portée, provoquant la préoccupation de Washington. CPMIEC, qui fabrique le système antimissile HQ-9, est la cible de sanctions américaines pour avoir vendu des armes et de la technologie liée aux missiles à l'Iran et à la Syrie. L'initiative turque avait également irrité les alliés d'Ankara au sein de l'Otan, pour qui les systèmes d'armes des membres de l'Alliance doivent être compatibles entre eux.

CPMIEC avait été retenue au détriment des américains Raytheon et Lockheed Martin, du russe Rosoboronexport et du consortium franco-italien Eurosam (MBDA et Thales) pour ce contrat estimé entre 3 et 4 milliards d'euros. Ankara aurait dû normalement confirmer sa décision à l'été 2014.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:35
India receives fifth Boeing P-8I maritime patrol aircraft

Indian Navy's fifth Boeing P-8I maritime patrol aircraft taking off during its delivery. Photo Boeing.

 

11 September 2014 naval-technology.com

 

The Indian Navy has taken delivery of its fifth P-8I long-range maritime reconnaissance and anti-submarine warfare aircraft from Boeing, which would support the navy's maritime patrol requirements.

 

Delivered as part of a deal signed in January 2009 for eight P-8I aircraft, the latest aircraft joins the navy's already existing fleet of four P-8Is, which are currently undergoing operational review.

 

Indian Navy naval staff deputy chief vice admiral RK Pattanaik said: "The P-8I programme is progressing on schedule, and the aircraft are providing the capabilities to meet our maritime reconnaissance and anti-submarine warfare requirements."

 

Powered by CFM International's two CFM56-7 engines, the aircraft features a directional infrared countermeasures (DIRCM) system and the electronic support measures (ESM) system, which safeguard the jet from approaching infrared-guided missiles.

 

Based on Boeing's Next-Generation 737 commercial aircraft, the Indian navy version of the US navy's P-8A Poseidon jet integrates Indian-built sub-systems that are customised to meet the country's maritime patrol necessities.

 

Boeing Defense, Space and Security (BDS) India vice-president Dennis Swanson said: "This is another important milestone for the programme and we look forward to continuing our great relationship with India.

 

"We'll deliver one more P-8I before the end of the year, followed by two in 2015."

 

Incorporating advanced sensor and display technologies, in addition to open system architecture, the aircraft supports missions including anti-submarine warfare (ASW), anti-surface warfare (ASUW), intelligence, maritime patrol, surveillance and reconnaissance.

 

Boeing P-8 international programme manager Mark Jordan said: "We appreciate that senior representatives of the Indian Navy were with us in Seattle to participate in delivery activities and watch the plane take off for Rajali.

 

"It's a great accomplishment for the entire team, and we're hard at work assembling and testing the next P-8I in line for delivery."

 

The aircraft has been built by a Boeing-led industry team including CFM International, Northrop Grumman, Raytheon, Spirit AeroSystems, BAE Systems and GE Aviation.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 12:35
Le général Mercier, CEMAA, accueille les autorités singapouriennes

Le général Mercier, CEMAA, accueille les autorités singapouriennes

 

11/09/2014 Armée de l'air

 

Le 3 septembre 2014, le voyage officiel en France du Dr NG Eng Hen, ministre de la Défense singapourien, s'est achevé au sein du détachement permanent de la force aérienne de la République de Singapour (RSAF) de la base aérienne 120 de Cazaux. À l’occasion notamment de l'inauguration du programme de formation avancée chasse sur Alenia-Aermacchi M-346.

 

En présence de Monsieur TAN York Chor, ambassadeur de Singapour en France, du général Denier Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA) et du Major General HOO Cher Mou, chef de la force aérienne de la République de Singapour, le ministre a remercié chaleureusement la France qui accueille le 150 Squadron RSAF et la dernière phase de formation des pilotes de chasse de la cité-état depuis 1998. Il s'est d’ailleurs félicité de l'excellence des relations de défense entre les deux pays.

 

Cette coopération bilatérale s'est sensiblement renforcée en mars dernier avec l'arrivée d'un instructeur-pilote français au sein du détachement singapourien cazalin. Il termine actuellement sa transformation sur M-346.

 

En 2010, afin de remplacer sa flotte de A4 Super Skyhawk, Singapour fut le premier acquéreur de M-346, un avion d'entraînement ultrasophistiqué capable de reproduire de façon réaliste l'environnement des chasseurs de dernière génération. Les douze appareils commandés ont désormais tous été livrés.

 

Renforcement de la coopération franco-singapourienne
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 16:35
Australia may upgrade its naval fleet with Japanese submarines

 

10 September 2014 naval-technology.com

 

The Australian Government is planning to spend nearly A$20bn ($18.7bn) to procure ten Japanese-built Soryu-class submarines, in a bid to upgrade its naval fleet and replace the aging Collins-class vessels from 2030 onwards.

 

Anticipated to be signed by the end of this year, the deal comes amid rising maintenance costs of the Collins-class boats beyond 2026.

 

The move is contrary to the government's promise to support the country's ship builders with the construction of new fleet at home.

 

Australia Prime Minister Tony Abbott was quoted as saying: "The most important thing is to get the best and most capable submarines at a reasonable price to the Australian taxpayer.

"The deal comes amid rising maintenance costs of the Collins-class boats beyond 2026."

 

"We should make decisions based on defence requirements, not on the basis of industry policy."

 

Powered by an air-independent diesel-electric propulsion system, the 4,200t Soryu-class vessels can remain submerged longer than other traditionally powered submarines.

 

Expected to be based out of Darwin in northern Australia to trim down transit distances to patrol areas, the Soryu submarines can accommodate a crew of 65 and offer a shorter range compared to Collins-class vessels.

 

Japan's Maritime Self-Defense Force has been using the Soryu-class submarine since 2009, which is an advanced version of the Oyashio-class submarine.

 

Meanwhile, Australia is said to still be considering French and German alternatives, reported news.com.au.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
SAFT équipera en batterie les T-50/A-50 de KAI.

 

9 septembre Aerobuzz.fr

 

Saft annonce avoir reçu une nouvelle importante commande pour la fourniture de systèmes de batterie de pointe de Korea Aerospace Industries, Ltd (KAI). Suite à ce contrat, Saft équipera de ses batteries à base de nickel et sans maintenance, la nouvelle génération d’avions d’entrainement léger T-50/A-50 de KAI.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Du 30 août au 5 septembre, après la phase initiale d’intégration de la force (FIT) qui s’est déroulée du 25 au 29 août, les nations participant à l’exercice Croix du Sud 2014, ont joué un « LIVEX », c’est-à-dire un entraînement aussi proche possible de la réalité, en grandeur nature. Il s’agissait ici d’une opération humanitaire et d’évacuation de ressortissants.

 

Dès le 30 août, un élément comprenant deux équipes de reconnaissance de plage (Australie – Nouvelle Zélande) et une équipe du génie (Régiment d’Infanterie de Marine Pacifique – Nouvelle – Calédonie (RIMaP – NC)) a été mis en place sur la plage de Druelu sur l’ile de Lifou. Cet élément qui opérait à partir de la frégate de surveillance (FS) Vendemiaire avait pour mission de préparer la mise à terre de la force embarquée sur le HMNZS Canterbury.

 

Le 31 août, à l’aube, une opération aéroportée sur l’aéroport de Lifou et une opération amphibie sur la plage de Druelu ont permis à la force de prendre pied sur l’ile. Une dizaine de rotations d’avions CASA CN 235 et Hercule C130 a ensuite eu lieu pour assurer la mise en place de la logistique, de l’EVAC INFO et du reste du personnel de la force. Dès midi, la force débutait son déploiement sur Lifou et apportait les premiers soutiens à la population en détresse. Au soir, le module EVAC INFO ainsi que la base logistique avancée étaient opérationnels. Parallèlement, le groupement de soutien (GS) de la base de défense ainsi que la Croix Rouge débutaient la mise en place de la portion centrale du CENTREVAC sur l’aéroport de la Tontouta, à 30 km au Nord de Noumea.

 

Tout était donc en place pour répondre rapidement à un ordre d’évacuation de ressortissants de Lifou et Tiga. Compte tenu de la dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire, cet ordre fut donné dès le 1reseptembre midi. Ainsi les 2 et 3 septembre, un peu moins de 250 ressortissants étaient évacués de Lifou vers La Tontouta. Le retrait du dispositif a ensuite pu débuter le 3 septembre dans l’après-midi, une fois l’ensemble des ressortissants évacués, et le 4 septembre au soir, l’ensemble des troupes étaient présentes à Nouméa.

 

Cette année, la chaîne complète d’évacuation humanitaire a été mise en œuvre. Celle-ci a débuté avec la prise en compte initiale des réfugiés, au plus près de la zone dangereuse, avec le module EVAC INFO déployé à Lifou. Après l’évacuation par air en zone amie, les ressortissants ont été admis à la portion centrale du CENTREVAC renforcée par la Croix Rouge.

 

L’édition 2014 de l’exercice Croix du Sud a été un véritable succès, contribuant au renforcement de la position française dans le Pacifique. Illustration de cette réussite, aux côtés des acteurs traditionnels (Australie, Nouvelle-Zélande, Vanuatu, Tonga), des forces américaines d’Hawaï, des militaires britanniques déployés au Brunei, des Canadiens, des Japonais, des Singapouriens mais aussi des observateurs Chiliens et Fidjiens étaient présents. Ainsi, plus de 1 500 personnes ont participé à cet exercice.

 

Croix du Sud est l’exercice de référence régional en termes de projection de force et de conduite simultanée de deux types d’opération, militaire (RESEVAC) et humanitaire avec la mise en œuvre de l’accord FRANZ (accord tripartite conclu en 1992 entre la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande). Au niveau national, cet entraînement a confirmé la cohérence de la réorganisation des forces de souveraineté selon une logique de « théâtre ».

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories