Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 16:35
A Republic of Korea Air Force's KF-16CD Block 52 aircraft in flight. Photo BAE Systems.

A Republic of Korea Air Force's KF-16CD Block 52 aircraft in flight. Photo BAE Systems.

 

9 September 2014 airforce-technology.com

 

The US Government is reportedly planning to sign an agreement with South Korea by the end of 2014 for the second phase of the Republic of Korea Air Force's (ROKAF) KF-16C/D Block 52 aircraft upgrade programme.

 

Two unnamed sources were quoted by Reuters as saying that the two sides are trying to finalise the pricing and schedule of the contract, as some changes requested by Seoul have increased the cost.

 

One of the sources said South Korea had already budgeted money for the project this year with an aim to conclude the current negotiations before the year end.

 

"The question now for BAE, the US Government and the South Korean Government is, can we fulfil the requirements the South Koreans are asking for at the price they're asking for," the source said.

 

The second source said: "The basic scope of the contract isn't changing. I wouldn't expect to see a significant increase in the price."

 

US Air Force spokeswoman Ann Stefanek declined to address any specific communications with South Korea, while BAE Systems said the company was assisting as needed in the talks between the air force and Seoul.

 

In December 2013, BAE received a foreign military sales contract from the US to upgrade ROKAF's ageing fleet of 134 KF-16 fighters in two phases at a cost of $1.3bn.

 

BAE already started work on the $140m first phase, which included the development of design for the upgrades, including new radars, mission avionics, higher resolution screens and new weapons.

 

The second phase would fund systems integration and flight test activities, followed by production and installation of upgrade kits in the aircraft at the company's sites in Florida, New York, California, Virginia and Texas, the US.

 

BAE spokesman Neil Franz said: "Phase One of the programme began earlier this year and is proceeding on schedule, and we look forward to soon beginning Phase Two."

 

Powered by F100-PW-229 engines, the KF-16 is a Korean variant of the Lockheed Martin F-16 fighter and was built by Korean Aerospace Industries under license from its manufacturer in the 1990s.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:35
Thales boosts Australian Tiger helicopter simulator

 

September 5, 2014 Thales Group

 

Thales has successfully delivered a significant upgrade to the Australian Tiger helicopter simulator.

 

The improvements to the Full Flight Mission Simulator’s (FFMS) Visual Display System (VDS) mean the Australian Tiger simulator now has the highest levels of ‘out of the window’ realism of any Tiger FFMS in the world.

 

Working closely with prime contractor Airbus Group Australia Pacific and Australian Army Aviation, Thales successfully completed the complex upgrade of the dual-dome simulator ahead of schedule in order to minimise simulator downtime.

 

The latest generation BARCO F35 projectors and a new PC-based Image Generators were both added and seamlessly integrated into the existing host computers and visual display platform, providing the crews with 240-degrees vertical by 85-degrees horizontal field of view.

In the final stage of the upgrade, the FFMS passed its Recurrent Fidelity Check, which is required to maintain CASA FSD-1 Level 5 (Level D equivalent) accreditation. This is the highest achievable level, and allows the Australian Army to conduct cost-effective training in the safety of the simulator.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 09:50
Eurofighter photo Bundeswehr Bicker

Eurofighter photo Bundeswehr Bicker

 

MOSCOW, September 8 (RIA Novosti)

 

India may acquire 126 Eurofighter Typhoon combat aircraft from Germany, Deutsche Presse-Agentur reported Monday.

 

Indian and German officials are once again negotiating a multibillion-dollar deal for the delivery of 126 German-made fighter jets to India, the agency reported, citing German Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier.

 

India and Germany previously discussed a similar deal, but India decided against the Eurofighter jets in 2012 and chose to acquire French-produced Dassault Rafale combat aircraft instead. However, an agreement has not been reached so far.

 

The value of the possible contract is estimated at 7.6 billion euro (about $9.8 billion), according to the agency. Eurofighters are produced by the Bavaria-based Eurofighter GmbH company.

 

Steinmeier is currently in India, where he has been in talks with Indian Prime Minister Narendra Modi and External Affairs Minister Sushma Swaraj. The topics under discussion were trade, investment, high tech cooperation and renewable energy collaboration, according to the Indian Ministry of External Affairs.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 16:35
Pakistan receives last upgraded F-16s

 

08.09.2014 by Tolga Ozbek - FG

 

Turkish Aerospace Industries has delivered its last four modernised Lockheed Martin F-16A/Bs to the Pakistan air force, concluding a “Peace Drive 2” programme signed in 2009.

 

A total of 41 aircraft have undergone avionics and structural modernisation activity at TAI’s Kazan/Ankara facilities since work started in 2010. This involved the replacement of more than 1,300 parts, with each aircraft taking around six months to update. The company also provided training for Pakistan air force personnel.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 07:35
Polynésie française : une nouvelle Alouette pour le détachement 22S de la frégate Prairial

 

04/09/2014 Marine nationale

 

Le 26 aout 2014, une nouvelle Alouette III a été réceptionnée par le détachement aéronautique 22S de la frégate de surveillance Prairial à Papeete. En provenance du Havre et après un mois de transit sur le navire de commerce Tijuca, l’hélicoptère est arrivé sur le Fenua pour deux ans.

 

Sortie de visite de 2èmeniveau en février 2014, l'Alouette III n° 2106 relève la n° 2302, qui rentre en métropole après trois ans de services à bord du Prairial. Elle subira à son tour une visite de 2èmeniveau. Durant cette visite, qui durera plusieurs mois, elle sera entièrement démontée. Chaque pièce sera inspectée, réparée ou remplacée avant un assemblage complet qui permettra à l’Alouette n°2302 d’entraîner un nouveau cycle.

 

Les services logistiques de Lanvéoc et du GSBDD de Polynésie Française, ainsi que le détachement 22S/Prairial, ont réalisé un travail long et difficile afin que cette relève inhabituelle se déroule dans les meilleures conditions. C'était la première fois, qu'une Alouette arrivait à Tahiti par voie maritime.

Polynésie française : une nouvelle Alouette pour le détachement 22S de la frégate Prairial
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 12:35
Coopération Chine-Pologne: un fort potentiel dans le domaine de la défense (officiels)

 

2014-09-03 xinhua

 

Le président du Sénat polonais Bogdan Borusewicz et le ministre chinois de la Défense, Chang Wanquan, ont indiqué mardi lors d'une rencontre à Varsovie qu'il y a un potentiel pour élargir la coopération de défense bilatérale.

 

Soulignant que les relations sino-polonaises ont maintenu un élan de développement positif ces dernières années, M. Borusewicz a indiqué que le renforcement des liens amicaux avec la Chine demeure l'un des piliers des relations étrangères de la Pologne.

 

Les deux parties sont complémentaires dans le domaine de la coopération militaire, a-t-il indiqué, soulignant le potentiel pour la coopération sur les technologies de défense.

 

M. Chang, qui est également un conseiller d'Etat chinois, a indiqué que ces dernières années ont reflété l'approfondissement continu de la confiance politique mutuelle, des échanges fructueux et une coopération fructueuse dans divers domaines et davantage d'échanges entre les armées des deux pays.

 

Il y a encore un grand potentiel pour élargir la coopération entre la Chine et la Pologne dans le domaine militaire et la défense, a ajouté M. Chang.

 

Lors de la rencontre, les deux parties ont exprimé la volonté de travailler avec l'autre pour continuer de promouvoir le partenariat stratégique sino-polonais.

 

M. Chang a également rencontré mardi son homologue polonais Tomasz Siemoniak. Les deux parties ont appelé à promouvoir les échanges entre les autorités de défense et les armées des deux pays.

 

Le président chinois Xi Jinping et les leaders de l'Union européenne ont convenu de construire des partenariats pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation lors de la visite de M. Xi en mars dernier, ce qui indique qu'il y a de nouvelles opportunités de développement pour les relations entre la Chine et l'Europe et entre la Chine et la Pologne, a indiqué M. Chang.

 

Il a proposé que les autorités de défense et les armées des deux pays maintiennent le rythme de leurs visites de haut niveau, initient des consultations stratégiques de défense et étendent la portée des échanges bilatéraux dans les domaines militaire et de la défense .

 

Selon M. Siemoniak, la Pologne et la Chine sont très complémentaires et le ministère de la Défense et l'armée de la Pologne accordent une grande importance à leurs relations avec la Chine.

 

Le ministre polonais a appelé à un approfondissement des échanges entre les ministères de la défense et les armées des deux pays ainsi qu'à davantage de coopération dans divers domaines, dont la formation de personnel, la logistique et les services de santé.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 12:35
Thales et l'Etat freinent DCNS dans son développement en Inde

Le sous-marin Scorpène, l'un des grands succès à l'export de DCNS en Inde - photo DCNS

 

03/09/2014 Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

Thales et l'Agence de participations de l'Etat (APE) ont retoqué un projet de prise de participation du groupe naval dans le chantier naval indien Pipavav.

 

Copie à refaire pour DCNS. Un projet de participation dans le chantier naval indien Pipavav du groupe français a été retoqué au début de l'été par ses deux actionnaires, Thales et l'Agence des Participations de l'Etat (APE), selon des sources concordantes. Un peu avant son départ en juillet, l'ancien PDG du groupe Patrick Boissier a reçu un veto de ses deux actionnaires pour ce projet évalué par DCNS à 50 millions de dollars pour monter dans le capital de Pipavav, basé dans l'état du Gujarat, fief du Premier ministre indien, Narendra Modi.

Pourquoi un tel refus ? Projet mal ficelé, explique-t-on à La Tribune. "Prendre un ticket dans Pipavav pour voir, c'est comme jouer 50 millions de dollars à la loterie", précise-t-on. Du coup, c'est au nouveau patron de DCNS, Hervé Guillou, de reprendre le dossier à zéro, qui n'est pas mort, et de trouver les arguments afin de convaincre Thales et l'APE du bien fondé de cette opération pour DCNS, selon plusieurs sources. "Le projet est toujours vivant", confirme-t-on chez le groupe naval. Hervé Guillou pourrait d'ailleurs aller en Inde prochainement en vue de discuter avec le patron de Pipavav. Il devra notamment se forger la conviction que le gouvernement indien peut passer des contrats avec des chantiers privés comme Pipavav.

 

Déjà partenaires

DCNS et Pipavav avaient conclu en juin 2012, un partenariat stratégique. L'objectif du groupe naval, à travers ce partenariat, est de proposer à la Marine et aux garde-côtes indiens le meilleur niveau d'expertise et de process de réalisation, adaptés à la mise sur le marché de navires toujours plus performants et à la pointe de la technologie. DCNS avait expliqué qu'il effectuera les transferts de technologies nécessaires pour répondre aux besoins de sécurité nationale de l'Inde. Pour autant, Pipavav a également des alliances avec SAAB AB (Suède), Babcock (Grande-Bretagne), Rosoboronexport (Russie), Northrop Grumman et Textron (Etats-Unis) ainsi que Sagem (groupe Safran).

Ce partenariat entre DCNS et Pipavav doit contribuer au développement de la fabrication locale de matériel de défense. Car DCNS a en projet de fabriquer en partenariat avec Pipavav pour le compte de la marine indienne des portes-hélicoptères (BPC) de type Mistral. L'Inde en voudrait quatre (4 milliards de dollars). Par ailleurs, Pipavav a une société commune (joint-venture) avec Mazagon Dock Limited (MDL), le partenaire de DCNS pour la fabrication à Mumbai de six sous-marins Scorpène pour la marine indienne (projet P75), dont le premier doit être désormais livré en septembre 2016. Un projet considéré comme très important pour l'Inde et la marine.

 

Vers de nouvelles commandes de sous-marins

DCNS et MDL, qui maîtrise désormais la construction de sous-marins, lorgnent sur de nouvelles commandes de l'Inde qui pourraient fournir de la charge de travail au-delà de 2018, date de livraison du dernier Scorpène. D'autant que l'Inde a besoin très rapidement de nouveaux sous-marins face à la puissance navale de Pékin. New Delhi souhaiterait disposer de 24 nouveaux sous-marins modernes à l'horizon 2030, dont 18 encore à commander (24 milliards de dollars). C'est dans ce contexte géopolitique que les deux partenaires ont proposé à New Delhi de fournir à la marine indienne deux nouveaux sous-marins Scorpène dans le cadre d'une procédure d'urgence (« fast track »). Ces deux nouveaux navires seraient assemblés en un temps record à Cherbourg mais DCNS achèterait les deux coques à MDL.

Ensuite, il a été convenu en 2005 lors de la signature du contrat P-75 qu'il y ait un "repeat order", une clause équivalente à des options pour la fourniture de trois à six sous-marins supplémentaires fabriqués par MDL. Ce qui fournirait au chantier naval indien une charge de travail pour une quinzaine d'années supplémentaires après 2018. Enfin, l'Inde est sur le point de lancer un nouvel appel d'offre international (P-75 I) pour l'acquisition de six sous-marins supplémentaires après une décision du conseil d'acquisition du ministère de la Défense. Quatre sous-marins seront construits par deux chantiers navals indiens - MDL (3 sous-marins) et Hindustan Shipyard Limited (1) contre initialement six fabriqués en Inde - sur la base d'un nouveau transfert de technologies et les deux autres par le chantier naval étranger sélectionné. Pipavav ?

 

Ouverture accrue du capital des groupes de défense indiens

L'Inde a entériné début août l'ouverture accrue des entreprises de défense et de transport ferroviaire aux investisseurs étrangers pour pallier son fort déficit d'investissements dans ses équipements et infrastructures. Le gouvernement du nationaliste hindou Narendra Modi, qui a promis de relancer l'économie, a décidé d'autoriser les investissements étrangers dans les projets ferroviaires sans plafond de participation.

Le secteur de la défense en Inde, premier importateur d'armes au monde, est également concerné mais les investissements directs étrangers ne pourront excéder plus de 49 % d'un partenariat industriel ou capitalistique. Narendra Modi veut libéraliser le complexe militaro-industriel indien en favorisant les investissements étrangers, qui jusqu'à présent ne pouvaient dépasser 24 %, à travers des joint-ventures, et privatiser certains groupes étatiques. Ces annonces semblent avoir dopé la valorisation des entreprises de défense indiennes.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:56
Inde : le contrat sur le Rafale serait proche d'être conclu

"Il ne serait pas opportun de modifier quoique ce soit dans le processus de décision" affirme le chef de l'armée de l'Air indienne. - photo Livefist

 

03/09 Claude Fouquet - LesEchos.fr

 

Le chef de l'Armée de l'air indienne monte en première ligne pour que New Delhi finalise le contrat d'achat de 126 chasseurs Rafale. La signature "va intervenir bientôt", affirme le militaire dans la presse indienne.

 

C'est devenu l'Arlésienne, mais l'acquisition de 126 avions de combat Rafale par l'Inde , qui a connu plusieurs retards depuis 2012, va bientôt être conclu, selon le chef de l'armée de l'Air indienne. Dans un entretien accordé ce mercredi au quotidien Hindustan Times, le militaire indien estime tout à la fois que le processus est allé trop loin pour que l'on change tout et surtout que l'armée de l'Air ne peut pas se permettre de retarder encore la conclusion de cet accord, en phase finale de négociations depuis janvier 2012.

"Il ne serait pas opportun de modifier quoique ce soit dans le processus de décision" explique le général Arup Raha en précisant que "les choses avancent assez rapidement" et que la conclusion de l'accord "va intervenir bientôt". Mais le chef de l'Armée de l'air indienne se garde bien de donner une date probable de conclusion.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:35
L’exercice «Croix du Sud» bat son plein en Nouvelle-Calédonie

 

02/09/2014 Actus Air

 

Depuis le 25 août 2014, jusqu’au 5 septembre, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) conduisent l’exercice bisannuel « Croix du Sud », dans les îles de Lifou et de Tiga, à partir de la base aérienne (BA) 186 de Nouméa-Tontouta.

 

Lors de l’édition 2014 de cet exercice interarmées et multinational, la France est représentée par les forces armées en Polynésie française (FAPF) et engage 690 militaires. À ses côtés, neuf nations participent à l’exercice (voir encadré ci-dessous). Au total, ce sont 1 300 militaires qui sont déployés, avec sept bâtiments, neuf aéronefs et des moyens logistiques conséquents. La BA 186 est au cœur du dispositif, puisqu’elle héberge une compagnie d’infanterie, une base de soutien avancée, et la structure de commandement air (Air Component Command). L’ensemble des aviateurs de la base aérienne est mobilisé pour la réalisation des missions, l’accueil des ressortissants évacués mais aussi pour la protection du site de Tontouta.

 

De plus, l’exercice est l’occasion pour les équipages d’avions de transport et d’hélicoptères de s’entraîner aux missions tactiques dans un environnement interarmées et interallié. Ce rendez-vous majeur permet aux forces armées du Pacifique sud-ouest de développer leur coopération et leur interopérabilité en se perfectionnant dans la conduite d’une opération d'assistance humanitaire, suivie d'une évacuation de ressortissants. La France, et principalement les forces de souveraineté du « théâtre Pacifique » (FANC et FAPF), a toujours été fortement engagée dans cette zone avec une participation aux opérations de maintien de la paix (mission intégrée des Nations unies au Timor oriental en 1998) et aux missions d’assistance après des catastrophes naturelles (tsunami de 2004, cyclones aux Tonga et Fidji en 2009 et 2010).

 

Un exercice international de grande ampleur

 

Australie : 1 compagnie, 2 LCH et 1 King Air

Canada : 1 section et 1 Hercules C130J

États-Unis (2 sections)

Nouvelle-Zélande (1 compagnie, 1 hélicoptère Sea Sprite et la frégate multi-missions HMNZS CANTERBURY)

Royaume des Tonga (1 section et 1 patrouilleur)

Royaume-Uni (1 section)

Vanuatu (1 section et 1 patrouilleur)

Japon et Singapour : renforts au sein de l’état-major interarmées

Le Chili est également engagé au titre d’observateur.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:35
A défaut de F-22, le Japon mise sur l’ATD-X Shinshin

 

2 septembre 2014 par Aerobuzz.fr

 

Frustré de ne pas avoir eu l’autorisation de la part de Washington d’acheter le F22 Raptor, le Japon qui doit se contenter de F35 JSF, veut s’affirmer en créant son propre avion de combat furtif, l’ATD-X de Mitsubishi. L’Empire du Soleil semble déterminé à relever un défi de taille malgré 70 années de sommeil technologique.

 

Shinshin ! Derrière ce nom signifiant « l’esprit du cœur » se cache en fait un démonstrateur d’avion de combat furtif « made in Japan ». L’appareil dessiné par Mitsubishi au début des années 2000 avec l’aide de l’agence de recherche japonaise TRDI est destiné à investiguer les technologies à mettre en œuvre par le Japon pour se doter d’un avion de combat furtif et moderne sans l’aide des occidentaux. Le démonstrateur ATD-X Shinshin, qui doit effectuer son premier vol début 2015 au plus tard, a fait l’objet d’importantes recherches en matière de matériaux, d’aérodynamique, d’électronique et de réduction de signature radar. Une partie des travaux sur la furtivité s’est déroulée en France en 2005.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 18:35
FANC : Exercice Croix du Sud - Phase d’entraînement et d’intégration à une force multinationale

 

02/09/2014 Sources : EMA

 

L’exercice multinational Croix du Sud qui a débuté le 25 août, vient de vivre une phase d’entrainement et d’intégration, ou Force Integration Training (FIT) qui s’est achevée le 29 août.

 

Cette phase s’est déroulée en mer et sur les différentes emprises des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) que sont Plum, La Tontouta, Noumea Elle a concerné l’ensemble des unités parties prenantes à cet exercice majeur qui regroupe 1 300 militaires, 7 bâtiments, 9 aéronefs ainsi que d’importants moyens logistiques.

 

Il s’agit là d’une étape indispensable qui permet de donner une cohérence à une force multinationale et interarmées avant sa projection. Conduite à tous les niveaux de la chaine de commandement, elle s’est achevée par le rehearsal d’une opération amphibie (débarquement amphibie de la force) en baie d’Irée le 29 août 2014.

 

Plusieurs phases d’entraînement ont été nécessaires pour permettre cette synthèse finale. Les différentes composantes de la force ont donc suivi un entrainement adapté, progressif et décentralisé du 25 au 28 août.

    le groupe naval composé de 7 navires de 5 nationalités différentes a enchainé différents exercices de lutte anti-navire et de lutte anti-aérienne et a consacré la journée du 28 août à l’embarquement du premier groupement tactique embarqué (GTE) sur la frégate multi-missions HMNZS Canterbury ;

    des séances d’appontages de Puma sur le HMNZS Canterbury, des phases d’instruction d’embarquement dans les hélicoptères, ainsi que des posés d’assauts de C130 Hercule canadiens ont ponctué l’entrainement de la composante aérienne. ;

    les différentes troupes composant le groupement tactique interarmes (GTIA), principalement armé par le régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (RIMaP-NC), ont axé leur entraînement sur l’interopérabilité à travers diverses activités : parcours naturels, séances de tirs, ateliers combats, mise en pratique des procédures d’évacuation sanitaire (EVASAN)…..

 

Depuis le 1erseptembre et jusqu’à la fin de la semaine, les forces participant à cet exercice vont jouer le scénario suivant :

    un cyclone de catégorie 4 a touché les îles de LIFOU et TIGA, engendrant de nombreux dommages ;

    la situation humanitaire et sécuritaire se détériore, suite aux conditions sanitaires difficiles et au manque de nourriture ;

    des actes de pillage et des vols sont signalés, notamment envers les étrangers ;

    du fait de l’éloignement géographique, les autorités du Ponant sont sur le point de perdre le contrôle de la situation et font appel au pays voisin, le Levant et à la communauté internationale, via la France, partenaire privilégié du Levant ;

    l’ONU décide l’intervention d’une force multinationale et confie son commandement à la France.

 

Durant cette semaine, pour faire face à la situation prévue par ce scénario, la force va devoir projeter des troupes par opérations aéroportées et débarquements amphibie, sécuriser et stabiliser la région, évacuer quelques ressortissants, distribuer de l’aide humanitaire et secourir la population.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

FANC : Exercice Croix du Sud - Phase d’entraînement et d’intégration à une force multinationaleFANC : Exercice Croix du Sud - Phase d’entraînement et d’intégration à une force multinationale
FANC : Exercice Croix du Sud - Phase d’entraînement et d’intégration à une force multinationaleFANC : Exercice Croix du Sud - Phase d’entraînement et d’intégration à une force multinationale
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:35
Japan's defence budget jumps 2.4% to bolster ISR capabilities

 

08/29/2014 Defence IQ Press

 

Signalling further tensions in the Asia-Pacific region, Japan’s Ministry of Defence has requested a 2.4% increase in its annual budget. The 2015 budget will total ¥4.9 trillion ($47.25 billion).

 

In a budget request document, Japan’s MoD stated that the regional security environment has become more tense recently, citing China’s increasing activities in Japan’s vicinity as well as North Korea’s missile launches.

 

Its main priority is to increase its intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) capabilities following threats against its sovereign territory from China and North Korea. “China’s lack of transparency in its broad and rapid military modernisation as well as rapid expansion and intensification of maritime activities,” as it’s put in the budget request document.

 

Japan is seeking to acquire4 P-1 fixed-wing patrol aircraft at a cost of ¥ 77.3 billion ($12.6 billion) to improve detection/discrimination capabilities, information processing capability, and attack capability compared to its existing P-3C fixed-wing patrol aircraft.

 

The MoD said it was considering introducing HALE-UAVs that would contribute to strengthening its wide-area persistent ISR capability.

 

Japan is also upping its F-35A count from four to six at a cost of ¥131.5 billion ($21.4 billion).

 

Other capability areas Japan is looking to bolster include responding to attacks on remote islets; responding to ballistic missile and guerrilla/special force attacks; responding to cyber attacks; large-scale natural disaster response; strengthening joint operations; and strengthening intelligence capabilities.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 12:35
L’Inde, nouvel eldorado pour les entreprises de Défense françaises

 

27/08 par Olivier Garrigos – LesEchos.fr

 

Dassault, DCNS, Nexter, Safran, Thales… toutes ces compagnies majeures de l’industrie de Défense de notre pays sont en Inde pour une raison bien simple : l’Inde est devenue le premier importateur mondial d’armes

 

Dassault, DCNS, Nexter, Safran, Thales… toutes ces compagnies majeures de l’industrie de Défense de notre pays sont en Inde pour une raison bien simple : l’Inde est devenue le premier importateur mondial d’armes, représentant 14 % des importations entre 2009 et 2013 selon le Stockholm International Peace Research Institute.

 

Le pays est devenu le premier client des États-Unis et continu à être le plus important de la Russie. Jusqu’à la fin de la Guerre froide, l’Inde importe près de 80 % de son matériel militaire, pour la plupart russe, avec néanmoins quelques touches françaises comme avec l’Ouragan et le Mirage 2000 de Dassault ou encore des missiles tels que le Milan. En revanche, la part des ventes d’armes françaises en Inde durant la Guerre froide ne dépasse pas les 5 % du total des importations d’armes du pays.

 

Avec la fin de la Guerre froide, l’Inde voit son principal fournisseur rencontrer des difficultés et va donc se tourner vers d’autres pays comme en autres Israël, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis, pour satisfaire ses besoins.

 

De plus, cette période est aussi marquée par la libéralisation de l’économie indienne, événement qui va voir la naissance d’une économie à forte croissance. Enfin, suite a au conflit dans les montagnes de Kargil en 1999 avec le Pakistan, de nombreuses déficiences dans le matériel militaire furent soulignées, certains hauts gradés indiens n’hésitant pas à estimer que l’Inde ne pourrait soutenir une guerre soutenue de plus de 20 jours.

 

De nombreuses réformes furent alors entreprissent, notamment la libéralisation du secteur de la Défense en 2002, jusqu’à lors détenu par des entreprises publiques et l’autorisation de l’investissement direct étranger à hauteur de 25 % (il est récemment passé à 49 %).

 

Les institutions du Ministère de la Défense Indien en charge des décisions stratégiques, comme les futures acquisitions, furent aussi remaniées. Finalement, le budget consacré à la modernisation fut considérablement augmenté, passant de 12 milliards d’euros en 2000 à 27 milliards d’euros pour l’année 2014-2015. Il est estimé que dans les années à venir, l’Inde dépensera plus de 80 milliards de dollars pour sa Défense.

 

Le gâteau indien est donc important et nombreux sont les pays souhaitant leur part, car les Indiens ont des besoins multiples : dans l’Aviation de nouveaux chasseurs de combats, hélicoptères, dans la Marine de nouveaux sous-marins, frégates, porte-avions et dans l’Armée de Terre de nouveaux tanks, véhicules légers, artillerie... la liste est longue.

 

Nos entreprises ont toutes leurs chances en Inde, tout d’abord puisque certaines d’entre elles à l’instar de Dassault ou de Safran y sont déjà depuis un certain temps. Ensuite parce que notre pays entretient de bonnes relations avec l’Inde, relations qui se sont réchauffées dans les années 1990 avec la signature d’un partenariat stratégique qui inclut la Défense comme aspect majeur.

 

De plus, notre savoir-faire est mondialement reconnu, la France étant le 5e exportateur mondial d’armes et étant capable de fournir de l’armement de haute technologie que cela soit dans le domaine maritime, terrestre ou aérien.

 

De récents contrats comme celui remporté par DCNS pour la construction de 6 sous-marins Scorpène ou les contrats répétés de Sagem pour l’installation pour l’aviation indienne de systèmes de navigations démontrent un atout technologique indéniable et surtout un lien de confiance durable. Nexter concourt aussi actuellement avec Elbit pour un contrat de 3 milliards de dollars pour la livraison de 1 480 canons de 155 mm à l'Armée indienne.

 

Le contrat historique en cours de négociations entre Dassault et Hindustan Aeronautics portant sur la construction de 126 avions de combat multi-role (Medium Multi-Role Combat Aircraft) évalué à plus de 10 milliards de dollars est aussi un signe fort, Dassault ayant remporté ce dernier face à des poids lourds du secteur tels que General Dynamics et Eurofighter. Il ne faut cependant pas oublier les PME, 4 000 en France dans le secteur de la Défense, qui bénéficient elles aussi de tels contrats.

 

Si le marché de la Défense indienne est actuellement l’un des plus importants, il est néanmoins de plus en plus difficile d’accès, car le gouvernement indien a décidé de favoriser la production locale, qui n’est actuellement que de 30 % pour 70 % d’importations.

 

Ce favoritisme se traduit par une politique d’offsets obligatoire pour les achats directs d’équipements étrangers (à hauteur de 30 % du montant de l'acquisition) ainsi que pour les équipements achetés et produits en Inde à travers un transfert de technologie. La lenteur du déroulement des contrats, la corruption et le budget de Défense insuffisant, malgré son augmentation constante, sont aussi des freins à l’investissement étranger.

 

Il n’en reste pas moins que la France est actuellement le 3e fournisseur d’armes à l’Inde d’après une récente annonce du gouvernement indien en août 2014, les États-Unis et la Russie occupant les premières places. Les entreprises françaises de Défense se sont donc trouvé une belle place sous l’eldorado indien, mais ces dernières sont très convoitées et il serait bien dommage de les céder.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:35
Budget de défense japonais : Chine et Corée du Nord en ligne de mire

 

1er septembre par Edouard Pflimlin, chercheur associé à l’IRIS

 

Le ministère de la Défense japonais a demandé une hausse de 2,5 % de son budget pour l’année fiscale 2015 pour un montant total de 4900 milliards de yens (47,25 milliards de dollars ou 35,8 milliards d’euros), soit un retour du budget à son niveau des années 1990, quand il était à son apogée, et la consolidation de l’inversion d’une décennie de déclin dans les années 2000, souligne vendredi 29 août le site Defense News (1).Si l’on prend en compte, en plus des chiffres du ministère de la Défense, les coûts associés au redéploiement d’une partie des forces américaines de l’île d’Okinawa vers des îles américaines comme Guam, le montant global des dépenses militaires atteint même 5050 milliards de yens (53 milliards de dollars, soit une hausse de 3,5 % du budget militaire sur un an).

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 18:40
L'Australie a introduit des sanctions contre l'industrie de la défense, les domaines financier et pétrolier de la Fédération de Russie

 

01.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

Le gouvernement australien a élargi les sanctions contre la Russie. Elles touchent, en particulier, le complexe militaro-industriel, les secteurs du pétrole et du gaz, et le domaine financier.

 

Les sanctions prévoient une interdiction sur les exportations d’armes, de l'équipement pour le secteur du pétrole et du gaz. Egalement, les banques d'Etat russes sont visées par les restrictions d'accès sur le marché de la capitale australien. Les investissements dans la Crimée, et le commerce avec la république sont tombés sous ces sanctions.

 

Le Premier ministre australien Tony Abbott a annoncé l'élargissement de la liste des personnes visées par l’interdiction d’entrée dans le pays.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:35
Nouvelle-Calédonie : ouverture de l’exercice Croix du Sud 2014

 

26/08/2014 Sources : EMA

 

Du 25 août au 5 septembre 2014, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) conduiront l’exercice Croix du Sud, principalement dans la Province des îles de la Nouvelle-Calédonie (iles de LIFOU et de TIGA), mais aussi à l’aéroport de TONTOUTA et à LA FOA. Cet exercice, interarmées et multinational, est organisé tous les deux ans, sous le contrôle opérationnel du commandant supérieur des FANC.

 

Pour l’édition Croix du Sud 2014, la France, représentée par les FANC et renforcée par les Forces armées en Polynésie française (FAPF), engage 690 militaires. A ses côtés, 9 nations participent à l’exercice : Australie (1 compagnie, 2 LCH et 1 aéronef), Canada (1 section et 1 Hercule C130), Etats-Unis (2 sections), Nouvelle-Zélande (1 compagnie, 1 hélicoptère et la frégate multi-missions HMNZS CANTERBURY), Royaume des Tonga (1 section et 1 patrouilleur), Royaume-Uni (1 section), Vanuatu (1 section et 1 patrouilleur) ainsi que le Japon et Singapour qui fournissent des renforts au sein du CJTF. Le Chili est également engagé au titre d’observateur. Cette forte participation donne à l’exercice une ampleur particulière avec 1 300 militaires, 7 bâtiments, 9 aéronefs ainsi que des moyens logistiques conséquents.

 

Cet exercice constitue un rendez-vous majeur pour l’entraînement des forces armées du Pacifique Sud-ouest. D’une part, il a pour but d'entraîner les FANC et leurs partenaires de la région à conduire une opération d'assistance humanitaire, suivie d'une évacuation de ressortissants, dans un contexte multinational. D’autre part, il permet de développer la coopération et l’interopérabilité entre les forces participantes. La France, et principalement les forces de souveraineté du « théâtre Pacifique » (FANC et FAPF), a toujours été fortement engagée dans cette zone avec une participation aux opérations de maintien de la paix (MINUT au Timor oriental en 1998) et aux missions d’assistance (tsunami de 2004, cyclones aux Tonga et Fidji en 2009 et 2010).

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 11:35
US prepared to increase pressure on N. Korea: Kerry

 

Aug 12, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

Sydney - US Secretary of State John Kerry said Tuesday he was prepared to improve relations with North Korea, but warned of further pressure and isolation if it chose the path of confrontation.

 

Kerry, in Sydney for joint security talks with his Australian counterpart Julie Bishop, said both sides had discussed hopes for a peaceful move towards a denuclearised Korean peninsula.

 

"The United States, I want to make this clear, is absolutely prepared to improve relations with North Korea if North Korea will honour its international obligations. It's that simple," he said.

 

"But make no mistake, we are also prepared to increase pressure, including through strong sanctions and further isolation, if North Korea chooses the path of confrontation."

 

Last month, a top-ranking North Korean military official threatened a nuclear strike on the White House and Pentagon after accusing Washington of raising military tensions on the peninsula.

 

"If the US imperialists threaten our sovereignty and survival... our troops will fire our nuclear-armed rockets at the White House and the Pentagon -- the sources of all evil," Hwang Pyong-So, director of the military's General Political Bureau, said in a speech.

 

Hwang, who holds the rank of vice marshal in the Korean People's Army, said a recent series of South Korea-US military drills, one of which included the deployment of a nuclear-powered US aircraft carrier, had ramped up tensions.

 

The UN Security Council last month condemned North Korea for recently launching a series of short-range ballistic missiles.

 

The North often test-fires missiles and rockets into the sea as a show of force or to express anger at perceived provocations, but the frequency of recent tests has been unusual.

 

UN resolutions bar North Korea from conducting any launches using ballistic missile technology. The North has defended the launches as a legitimate exercise in self-defence and a response to US war manoeuvres.

 

Already under crippling sanctions since 2006, Pyongyang was hit by fresh UN punitive measures in March 2013 over its third nuclear test.

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 11:35
Coopération militaire franco-fidjienne : changement d’attaché de défense

Passage de témoin : Encadrant l’ambassadeur de France à Fidji et à Tonga, Gilles Montagnier, le Colonel Arnaud Bouyssou cède la place au Capitaine de frégate Hubert Jannot en tant qu‘attaché de défense pour les îles Fidji et Tonga.

 

13.08.2014 tahiti-infos.com (Flash d’Océanie)

 

SUVA – La coopération militaire franco-fidjienne a changé d’attaché de défense, un poste défini sur une bases non-résidente depuis Nouméa (Nouvelle-Calédonie).

Le titulaire de ce poste d’attaché de défense non résident est désormais le Capitaine de frégate Hubert Jannot qui, toujours, depuis Nouméa, a aussi en charge la coopération militaire avec le royaume de Tonga, a annoncé en fin de semaine dernière l’ambassade de France à Suva.

Il succède ainsi au Colonel Arnaud Bouyssou, qui a notamment supervisé plusieurs opérations à caractère humanitaire post-catastrophes à Fidji et à Tonga.

Les forces françaises, y compris celles basées en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, ont apporté un important soutien logistique à des opérations humanitaires au bénéfices des populations de Fidji et de Tonga, notamment après le passage des cyclones Evan (Fidji, décembre 2012) et Ian (Tonga, début 2014).

L’armée française, dans le cadre de ces opérations, est signataires, aux côtés de l’Australie et la Nouvelle-Zélande, de l’accord dit « FRANZ ».

Cet accord, depuis fin 1992, vise à coordonner et harmoniser les moyens des forces de ces trois pays pour venir au secours des populations insulaires de la région touchées par ce genre de catastrophes naturelles.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 11:35
INS Kolkata - photo Livefist

INS Kolkata - photo Livefist

 

14 août 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le bombardement par Israël de la bande de Gaza a des conséquences assez inattendues pour la marine indienne. Le conflit, combiné avec la défaillance de l’organisme indien de recherche, a conduit au retard de l’installation d’un système de missiles à bord du destroyer INS Kolkata, un navire dont l’admission au service actif reste cependant programmé pour ce samedi en présence du premier ministre Narendra Modi.

 

Cette affaire illustre la manière dont des conflits étrangers peuvent affecter l’Inde, en particulier son niveau de préparation militaire : l’armée et la marine indiennes sont très dépendantes des importations et des savoir-faire étrangers.

 

L’admission au service actif signifie normalement qu’il est opérationnel, prêt à accomplir ses missions. Mais l’INS Kolkata est privé de son système de défense anti-aérienne et de son sonar actif remorqué, un des 2 moyens qui lui permettent de détecter les sous-marins, ont reconnu ce jeudi des officiers de haut-rang.

 

« Nous sommes inquiets, » a déclaré le vice-amiral A.V. Subhedar, responsable de la construction et des achats de navires. « Mais nous pensons que le missile sera disponible sous peu : les lanceurs sont prêts. »

 

Le système de défense anti-aérienne devait être développé conjointement par la Defence Research and Development Organisation (DRDO) indienne et par Israel Aircraft Industries selon un accord signé en 2006.

 

Le contre-amiral A.B. Singh, adjoint au chef d’état-major, a expliqué que le système de lancement du missile Barak NG (pour nouvelle génération) était prêt, mais qu’il ne pourrait être installé à bord du destroyer qu’après que le missile ait été testé en Israël.

 

Un précédent essai, en février, a échoué « parce qu’il y a eu des oscillations, tous les paramètres n’ont pas été respectés. »

 

Un essai complet du missile — au cours duquel il sera lancé depuis un lanceur et devra abattre un missile attaquant — ne devrait avoir lieu que vers la fin septembre.

 

L’essai a été retardé à cause des bombardements israéliens sur la bande de Gaza. De nombreuses compagnies aériennes avaient annulé leurs vols vers Tel Aviv — des roquettes lancées par le Hamas étaient tombées à proximité de l’aéroport — jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu fragile n’intervienne cette semaine.

 

Le destroyer INS Kolkata, d’un déplacement de 6.800 t, est la tête de série du Projet 15A. 2 autres sont en construction : le Kochi et le Chennai.

 

Baptisé un “destroyer furtif”, le Kolkata était attendu pour 2010. Il a déjà 4 ans de retard, mais, malgré ce retard, le DRDO n’est pas parvenu à terminer à temps le système de missiles d’une portée de 70 km. Le Barak NG est supposé être le bouclier anti-aérien non seulement de l’INS Kolkata mais aussi de toute la force qu’il protège, dont un porte-avions.

 

Le Kolkata est aussi le “navire d’essai” pour une autre classe de 4 navires, baptisée le Projet 15B. Ces 4 navires doivent recevoir de nouveaux systèmes, dont la plupart sont développés en Inde, mais l’absence du Barak NG et du sonar actif remorqué peut limiter le rôle de ces navires.

 

Un autre conflit à l’étranger — la crise en Ukraine — pourrait avoir des conséquences sur le Kolkata : ses moteurs — des turbines à gaz fabriquées par l’usine Zorya en Ukraine — doivent aussi constituer le principal système de propulsion du Projet 15B.

 

La crise en Ukraine ne devrait pas avoir de conséquences immédiates. Mais la marine indienne est à la recherche d’autres fournisseurs pour les pièces détachées des navires en construction.

 

Le 23 aout, la marine indienne doit mettre en service un 2è navire, le Kamorta. Caractéristique unique : le Kamorta est une corvette de lutte anti-sous-marine, dont 90% des équipements ont été conçus en Inde.

 

Mais le Kamorta, comme le Kolkata, ne sera pour l’instant équipé de son sonar actif remorqué. En d’autres termes, la plateforme ASM n’aura pas de senseur de détection de sous-marin.

 

Le mois dernier, le ministre de la défense Arun Jaitley a annoncé au Parlement qu’il avait retenu une compagnie allemande, Atlas Electronik, pour fournir le sonar actif remorqué, non seulement pour le Kamorta, mais pour tous les navires de 1er rang. La DRDO cherche aussi à développer son propre sonar actif remorqué.

 

Référence : Calcutta Telegraph (Inde)

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 11:35
100 Year Commemoration of the Departure of the Australian Expeditionary Force for German New Guinea

 

12 August 2014 .defence.gov.au

 

100 Year Commemoration of the Departure of the Australian Naval and Military Expeditionary Force from Sydney, Australia for German New Guinea

 

To commemorate this historic event, the New South Wales Government is holding a service on Sunday 17 August 2014, commencing at 12.25pm at Government House. The event will commence at Government House with an address to the cadets by Rear Admiral Raydon Gates and re-enactment of the march from Government House down Macquarie Street. Members of the public are welcome to watch the cadets march down Macquarie St. For further information please visit the Centenary of ANZAC website.

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 11:35
Pyongyang tire trois missiles en mer du Japon

 

MOSCOU, 14 août - RIA Novosti

 

Pyongyang a tiré trois missiles à courte portée jeudi en mer du Japon, rapporte la presse internationale, se référant au ministère sud-coréen de la Défense. 

 

"La Corée du Nord a tiré trois missiles à courte portée en direction de la mer du Japon", a indiqué un porte-parole du département militaire, cité par les médias.

 

Les tirs en question ont été effectués depuis la ville de Wonsan (nord-est). 

 

L'AFP précise que missiles ont été lancés peu après l'arrivée du Pape François en Corée du Sud. 

 

Pyongyang effectue régulièrement des frappes similaires. 

 

Début août, la Corée du Nord a condamné la tenue des exercices conjoints de Séoul et Washington en mer du Japon, précisant que ces manœuvres torpillaient les efforts de paix déployés par Pyongyang. 

 

Le régime communiste a même menacé de tirer des missiles stratégiques et tactiques sur la Maison Blanche, le Pentagone, la résidence présidentielle sud-coréenne ainsi que sur les bases militaires des deux pays si les exercices conjoints prévus le 18 août avaient lieu.

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:35
KAI to develop medevac variant of Surion

 

13.08.2014 By: Greg Waldron - FG

 

Korea Aerospace Industries (KAI) will develop a medical evacuation variant of the Surion helicopter for the South Korean military.

The first flight of the variant of the 8.7t helicopter will take place in 2016, with service entry expected in 2018, says KAI in a statement. The medevac variant will be capable of carrying six casualties in stretchers.

The announcement follows an agreement between KAI and the Defense Acquisition Program Administration (DAPA). According to a report carried by state news agency Yonhap quoting DAPA, the development program will cost KRW32 billion ($31 million).

 

Read more

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:35
 (Philippines) P5.9-B long-range patrol aircraft fails


13.08.2014 Pacific Sentinel
 

Seven companies can file motions for reconsideration to supply the Philippine Air Force with 2 aircraft units that will help boost maritime surveillance

 

MANILA, Philippines – The first stage of bidding for a P5.9-billion ($133.6 million)* contract for 2 long-range patrol aircraft for the Philippine Air Force (PAF) failed on Monday, August 11.

 

Seven of the 10 companies that bought bid documents joined the bidding Monday, but – after 12 hours of the bidding session and a series of executive meetings – they were declared "ineligible." They were, however, given 3 days to file motions for reconsideration, according to defense spokesperson Arsenio Andolong.

 

Long-range patrol aircraft were no longer in the inventory of the air force, but the acquisition project was conceived to boost the country's maritime domain awareness as tensions grow in the West Philippine Sea (South China Sea) among claimant countries.

 

Read the full story at Rappler

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:35
Défense: Israël attache une importance à sa coopération avec le Vietnam

Le général de coprs d'armée Nguyen Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense. (Source : VNA)

 

13/08/2014 Vietnam +

 

Israël attache toujours une grande importance à sa coopération avec le Vietnam, notamment dans la défense, et sur la base du respect mutuel, de la compréhension et de la confiance, a déclaré Dan Camen, conseiller chargé de la défense de l’ambassade d’Israël en Thaïlande et au Vietnam.

 

Dan Camen, qui a été reçu mardi à Hanoi par le général de coprs d'armée Nguyen Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense, a promis que durant son mandat, il fera tout son possible pour promouvoir la coopération dans la défense entre Israël et le Vietnam afin de la porter à la hauteur des potentiels et des atouts de chacun.

 

Nguyen Chi Vinh, pour sa part, a souhaité que le Vietnam et Israël doivent mener des discussions en vue de la signature rapide d’un mémorandum sur la coopération bilatérale dans la défense et un mémorandum supplémentaire sur le cadre de la coopération dans l’industrie de la défense.

 

Selon le vice-ministre vietnamien, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre le Vietnam et Israël en 1993, les deux pays échangent régulièrement des visites de divers échelons et les relations de coopération dans divers secteurs, dont la défense, ne cessent de s’épanouir.

 

Les deux pays devront mettre en place un groupe de travail mixte sur la coopération dans la défense pour approfondir leur coopération dans ce secteur, a remarqué le vice-ministre Nguyen Chi Vinh en exprimant également l'espoir qu’Israël aura un attaché de défense au Vietnam dans les temps à venir

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:35
Third Vietnamese Submarine Delivered to Cam Ranh in Year-End

Third Vietnamese submarine HQ-184 Hai Phong will be delivered in year-end (photo : Gomtin)

 

13.08.2014 Defense Studies

The third diesel-electric submarine (SSK) Project 636, built in St. Petersburg Admiralty Shipyards for Vietnamese Navy in late 2014 will be delivered at the point of bases in Cam Ranh Bay, according to Interfax-Military News Agency, citing a source in the Russian shipbuilding industry.

"Currently, the third boat export series is working out the program of ship crew practice customer. This - the second stage of the marine part of the training. The first successfully completed 1 to July 20 in the area of ​​the island of Hogland. During the first phase of the boat held submerged 57 hours, "- said the agency interlocutor.

According to him, 20 August boat will return to the factory, and then again after 10 days will be released into the sea. "In November, she will be transferred to the customer," - he said. The fourth boat series recently came to the factory sea trials.

According to the plan is the construction of the fifth and sixth corps. "Launching of the sixth boat series is scheduled for September next year," - said the agency interlocutor.

The first and second series of the Vietnamese boat HQ-182 "Hanoi" and HQ-183 "Ho Chi Minh City" in April became part of the 189th Brigade Navy submarine forces in Vietnam. Delivery to Kamran accomplished by the Dutch LASH.

Contract to supply Vietnam six diesel-electric submarines of Project 636 was signed in 2009 during the visit to Moscow by Prime Minister Nguyen Tan Dung. In addition to the construction of the submarines contract provides for the training of Vietnamese crews, as well as supply of necessary equipment and technical equipment.

Project 636 diesel-electric submarine is the third generation of submarines. These boats have a good modernization potential, allowing them to integrate new weapons, and in particular, anti-ship missile complex Club, significantly expanding the zone of destruction purposes. Due to the ultra-low noise in the West boats of this type are called "black hole".

(VPK)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories