Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Partie de Nouméa le 21 septembre 2015, la frégate de surveillance Vendémiaire poursuit son déploiement dans le Pacifique. Cette campagne qui a lieu chaque semestre, s’inscrit dans le cadre de la mission de présence des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) dans la zone Asie-Pacifique.

 

Elle vise principalement à entretenir notre connaissance de cette zone, à animer la coopération régionale avec les pays riverains et à parfaire l’entraînement opérationnel de l’équipage, tout en réaffirmant l’attachement de la France à la libre circulation en mer.

En eaux libres, les exercices étaient multiples : tirs, lutte contre les menaces asymétriques et contre les sinistres industriels, mise en œuvre de l’équipe de visite.

Pour sa première relâche opérationnelle, le Vendémiaire a fait escale à Madang en Papouasie Nouvelle Guinée. La présence du bateau a été l’occasion de fortifier la coopération mise en œuvre entre nos deux pays dans le domaine de la défense, coopération qui s’articule essentiellement autour de l’apprentissage de la langue française. À l’issue de cette escale, le bâtiment a mis le cap au Nord en direction des îles Mariannes.

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

22/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 7 octobre 2015, l’Arago a appareillé pour participer à l’opération Kuru Kuru 2015, opération régionale de surveillance maritime en océan Pacifique.

 

Pendant cinq jours, le patrouilleur a mené une mission de police des pêches, contrôlant les palangriers, notamment chinois et taïwanais, dans une poche de haute mer de 115 000 km2, aux confins des Zones économiques exclusives (ZEE) des îles Cook à l’Ouest, Kiribati au Nord et de la Polynésie française à l’Est.

 

Dans un environnement écologique fragile, la surveillance de la pêche, notamment hauturière, constitue un enjeu stratégique. Ces missions associent États côtiers et États du pavillon pour sauvegarder les richesses halieutiques du Pacifique.

 

L’opération Kuru Kuru 2015, encadrée par les pays du QUAD*, a été coordonnée par un état-major interallié situé au centre régional de surveillance de la pêche, le Regional Fishery Surveillance Center (RFSC) de Hionara sur l’île Salomon. Il a assuré le contrôle tactique de l’Arago et du Falcon 200 Gardian de la flotille 25F, missionnés pour surveiller une grande partie de la zone d’opération.

 

Intégré au sein du Centre maritime commun (CMC) de Papeete, le centre de fusion de l’information maritime collecte, fusionne et analyse les données de surveillance satellite (VMS) et d’identification automatique (AIS) des navires de pêche. Il a ainsi défini les zones de patrouille de l’Arago, lui reportant les pistes prioritaires à contrôler et orientant ses routes de chasse. La présence à proximité du Te Kukupa, patrouilleur des Îles Cook, a permis une collaboration inédite entre le CMC de Papeete et les îles Cook, ouvrant la voie à un partage d’informations nautiques à pérenniser. Enfin, en lien avec le directeur du centre de recherche et de sauvetage en mer, l’Arago a également bénéficié de renseignements en amont sur les navires suspects et d’une capacité de conseils juridiques adaptés.

 

L’Arago et les FAPF participent ainsi à la protection des 118 îles de la Polynésie française et à la valorisation d’une zone économique exclusive de 5,5 millions de km2représentant près de la moitié de l’ensemble des ZEE françaises.

 

Les FAPF constituent un dispositif interarmées à dominante maritime prépositionné qui, avec les forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Pacifique ». Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale souligne l’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées. Il permet à la France de pouvoir assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menace grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

 

* Organisation régionale regroupant le France, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis, soutenant une gestion durable des ressources du Pacifique Sud, se déployant en appui d’opérations locales de contrôle des pêches.

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

26/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 11 au 17 octobre 2015, dans le cadre des activités de coopération militaire bilatérale entre la Papua New Guinea Defence Force et les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), un détachement des FANC a participé à l’exercice Brown Shark 2015. Si les FANC les forces de Papouasie Nouvelle Guinée sont habituées à se rencontrer et à intervenir ensemble dans le cadre d’interactions multilatérales, il s’agissait du premier exercice bilatéral réalisé depuis 2011.

 

À cette occasion, les FANC ont déployé à Port Moresby un détachement composé d’une dizaine de militaires issues des formations stationnées en Nouvelle-Calédonie (état-major interarmées, régiment d’infanterie du Pacifique Nouvelle-Calédonie et un avion Casa CN 235  de la base aérienne 186 avec son équipage). Cette participation à Brown Shark 2015 a permis de former les militaires de PNG sur le colisage et le largage de colis d’accompagnement et sur la confection des palettes. Il a également été l’occasion pour les aviateurs des FANC de s’exercer à des manœuvres complexes (atterrissages sur terrain en haute altitude, à 1 600 et 1 700 m ; poser d’assaut sur pistes sommaires). Du 14 au 17 octobre 2015, en marge de l’exercice Brown Shark 2015, le général de division Philippe Léonard, commandant supérieur des FANC, s’est rendu en visite à Port Moresby. Il y a rencontré Monsieur Pascal Maubert, ambassadeur de France en PNG et le général de brigade Gilbert Toropo, chef d’état-major des armées de PNG. Le 16 octobre, les trois autorités ont assisté à la mise en œuvre de tous les savoir-faire dispensés pendant l’exercice.

Suite de l'article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 13:35
FANC : Visite des Marine Corps Forces Pacific à Nouméa

 

21/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 8 au 10 octobre 2015, le Lieutenant General John A. TOOLAN Jr., Commander U.S. des Marine Corps Forces, Pacific (MARFORPAC), s’est rendu à Nouméa, accompagné de 5 personnes, dont son conseiller politique, l’officier en charge de l’Océanie au sein d’USMC (US Marine corps) Pacific et du représentant des sous-officiers au sein d’USMC Pacific.

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre de la coopération opérationnelle bilatérale entre la France et les Etats-Unis. Ces dernières années, elle s’est accentuée plus particulièrement dans le Pacifique qui constitue une zone d’intérêt stratégique renforcée pour notre partenaire. Après  une visite officielle en Australie, le déplacement du LTG John Toolan en Nouvelle-Calédonie  visait à renforcer la connaissance mutuelle entre MARFORPAC et les FANC.

 

FANC : Visite des Marine Corps Forces Pacific à NouméaFANC : Visite des Marine Corps Forces Pacific à Nouméa

L’après-midi du 8 octobre a été consacrée à un entretien avec le commandant supérieur, ainsi qu’à une présentation des FANC au sein de l’état-major interarmées à Nouméa. La journée du 9 octobre a été, quant à elle, dédiée aux moyens d’instructions dont dispose le Régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (RIMaP-NC). Cela a été l’occasion de suivre un parcours de tir section au niveau du complexe de tir du RIMaP-NC à Plum, une présentation du centre d’instruction nautique commando à Nouméa, assortie d’une démonstration d’un groupe sur la piste aquatique. Le Lieutenant General John A. TOOLAN Jr. a quitté la Nouvelle-Calédonie le 10 octobre en début de soirée pour rejoindre Honolulu.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du théâtre Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un Groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principales missions d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’État.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 16:35
photo Boeing

photo Boeing

 

23 October, 2015 By James Drew – FG

 

Washington DC  - Just months after being rejected by South Korea and weeks after first flight, Boeing’s KC-46A has been selected by Japan to supplement the nation’s KC-767 tanker fleet.

 

The announcement came from Japanese defence minister Gen Nakatani on Friday, and constitutes a significant win for Boeing after a troubled start to the next-generation tanker development programme with the US Air Force. The Pegasus tanker can almost see the end of its development phase, after achieving first flight 25 September from Paine Field in Washington, following a roughly nine-month delay. According to Boeing, KC-46 is particularly attractive to Japan as it will be capable of refuelling the Japan Air Self-Defense Force’s planned fleet of Bell-Boeing MV-22 Osprey helicopters. Japan intends to procure three tankers for fielding in the 2020 time frame, at a cost of more ¥20.8 billion – about $173 million per tanker.

Read more

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:35
KF-X : le Pentagone est réticent au transfert de technologies clés

 

2015-10-16 world.kbs.co.kr

 

Le Pentagone a de nouveau refusé le transfert des quatre technologies clés nécessaires au programme sud-coréen d’avion de combat KF-X. Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a en effet réaffirmé cette position à l’issue de son tête-à-tête avec son homologue sud-coréen, Han Min-koo. Cet entretien a eu lieu ce matin en marge de la visite de la présidente Park Geun-hye aux Etats-Unis.

 

Selon le ministère sud-coréen de la Défense, Han a pourtant proposé en échange de ne pas livrer ces technologies, dont le radar à antenne active (AESA), à un pays tiers.

 

Hormis ce dossier épineux, les deux hommes ont convenu de mettre en place une consultation intergouvernementale visant à promouvoir la coopération en matière d’industrie et technologies de défense. Celle-ci devrait comprendre les responsables des ministères des Affaires étrangères et ceux de la Défense, ainsi que d’autres organes concernés des deux pays.

 

Pour rappel : la Corée du Sud avait décidé en septembre 2014 d’acheter 40 chasseurs F-35 du constructeur américain Lockheed Martin. Celui-ci a alors promis de lui transférer ses technologies dans 25 secteurs de production. Mais l’administration Obama avait officiellement refusé d’en transmettre quatre en avril dernier.

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:35
photo MBDA Thierry Wurtz

photo MBDA Thierry Wurtz

 

Oct. 14, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Yonhap; issued Oct. 13, 2015)

 

SEOUL --- A newly developed airborne missile by European missile manufacturer MBDA will provide South Korea with "air superiority" over North Korea and other powerful neighbors if they are loaded onto the F-35 combat fighters to be delivered to the country in the coming years, the firm's official said Tuesday.

Under a deal signed last year, South Korea will bring in 40 F-35A jet fighters, the fifth-generation platform with stealth capacities from Lockheed Martin, from 2018 to 2021 to better guard against North Korean threats.

The F-35A fleet will initially be equipped with the U.S.' AIM-120 Advanced Medium-Range Air-to-Air Missile (AMRAAM), but through software integration, the jet fighters could gain compatibility with MBDA's new missile Meteor, export sales executive Leo Alfano said in a press roundtable in Seoul.

The most notable of Meteor's functions is its superior no-escape zone, or operation range, which is about three times larger than that of the U.S. AMRAAM, Alfano said.

With Meteor's expanded range, three combat jets equipped with the missiles could cover the entire length of the inter-Korean land border, which is more cost effective despite the higher per-unit price of the Meteor, according to the MBDA official.

Asked how many combat jets are needed to perform the same job with AMRAAM missiles, he said about a dozen will be needed.

The introduction of the Meteor will provide South Korea with "air superiority" over the advancing air power of North Korea and other neighbors like China and Russia, he noted.

With funding from Britain, MBDA has developed the technology to integrate the European missile to the U.S.-made F-35 and if South Korea chooses to adopt it, MBDA will provide the integration technology, he said.

The Meteor is a strategic weapon developed under a six-nation joint program involving Britain, Germany, France, Italy, Spain and Sweden, to equip their fleets of Eurofighter Typhoons and F-35s.

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:35
South Korea's fighter jet program being offered European engine

 

SEOUL, Oct. 15 (UPI)

 

South Korea's indigenous fighter jet program could overcome a technology transfer issue if Seoul elects a European contractor specializing in jet engines. Eurojet Turbo GmbH's chief executive said Thursday it could manufacture its EJ200 without U.S. components, thus enabling South Korea to export future fighter jets, Yonhap reported. In September, Seoul's Defense Acquisition Program Administration had said the United States had barred U.S. contractor Lockheed Martin from sharing some of the technologies that include an active electronically scanned array and a radio frequency jammer.

Read more

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:35
Le J-31 chinois en lice pour l’exportation ?


14.10.2015 par Info-Aviation
 

Le groupe chinois AVIC a officiellement dévoilé les spécifications de son avion de combat furtif J-31. Cette annonce ouvre implicitement la voie aux contrats d’exportation bien que les travaux de conception ne soient pas encore terminés (source : China Daily).

 

L’avion est développé par Shenyang Aircraft Corporation (filiale d’AVIC) depuis 2010 pour la supériorité aérienne et l’attaque au sol en réponse au F-35 américain. Il a effectué son premier vol le 31 octobre 2012.

Le J-31 sera capable d’effectuer des vols à une altitude de 16.000 mètres, atteindre une vitesse de 2.200 km/h et emporter jusqu’à 8 tonnes de munitions. Son rayon d’action s’étend à 1.200 km, et la durée de vie s’établit à 30 ans.

À titre de comparaison, la version modernisée du MiG-29 vole jusqu’à 2.500 km/h et transporte 4,5 tonnes d’armes, tandis que son rayon d’action est de 1.000 kilomètres. Le F-16 américain peut transporter jusqu’à 7,7 tonnes de charge utile, sa vitesse maximale atteint 2.300 km/h et son rayon d’action s’établit à 600 kilomètres. Mais il s’agit d’avions commercialisés depuis les années 80.

Début 2015, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel citant des données fournies par Edward Snowden a rapporté que la Chine aurait volé des informations concernant la construction du chasseur américain de cinquième génération F-35 pour les utiliser dans la conception de son avion J-31.

Le F-35 peut emporter 6,8 tonnes d’armements, vole à 18.500 mètres d’altitude à une vitesse de 1.930 km/h (Mach 1,6+).

 

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:35
photo US Navy

photo US Navy

 

CHENNAI, India, Oct. 14 (UPI)

 

Navies from the U.S., India, and Japan will participate in naval military exercise Malabar 2015 beginning on Wednesday. Malabar is a complex military exercise that has traditionally been held by the U.S. and India with Japanese forces sitting in as observers. Japan will now be a permanent participant as the country embraces more activist military policies, according to Defense News. The exercises test high-end warfighting and promote maritime cooperation between the participants. Participants will practice both land and at-sea skills, including carrier strike group operations, maritime patrol, reconnaissance operations, medical operations, and a number of others. The sea portion of the exercise will take place off the coast of India.

Read more

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:25
source Livefist

source Livefist

 

Oct 14, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Associated Press; issued Oct 14, 2015)

 

QUITO, Ecuador --- Ecuador says it's unilaterally ending a contract with India's Hindustan Aeronautics Limited, which sold seven military helicopters to the South American nation.

At least four of the Dhruv helicopters delivered between 2009 and 2012 have crashed. One was assigned to transport President Rafael Correa, though he wasn't in the aircraft at the time.

Defense Minister Fernando Cordero announced the action during a news conference Wednesday. He said two of the crashes were caused by mechanical failures. The three remaining Dhruv have been grounded. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Yahoo News website.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 16:35
ISRO looking to extend GPS services to SAARC countries

 

Oct 09, 2015 Spacewar.com (IANS)

 

Bengaluru, India - An ISRO official said on Thursday that they are looking to extend the GPS Aided Geo Augmented Navigation (GAGAN) and Indian Regional Navigation Satellite System (IRNSS) applications to Saarc countries.

 

"Already we are having within the country the provision for providing the services, we are looking at how we can extend this (navigation services) to Saarc countries in the near future and gradually extending for the entire globe," said A.S. Kiran Kumar, chairman, Indian Space Research Organisation (ISRO), at the second Global Navigation Satellite System (GNSS) User Meet - 2015.

 

IRNSS applications include terrestrial, aerial and marine navigation, precise timing, disaster management, mapping and geodetic data capture, automated logistics in factories, construction sites and mines, vehicles tracking and fleet management, terrestrial navigation for hikers and travellers and integration with mobile phones.

 

Surveying emergency response, business solutions, geographical data collection, natural resources, land management, scientific research and geodynamics are some of GAGAN's applications.

 

"Both GAGAN and IRNSS are certified for operation and this makes India only the fourth country in the world to provide satellite navigation system," said Kumar.

 

Of the seven satellites of IRNSS constellation, four are already in orbit while the remaining three will be in place by March 2016, Kumar said.

 

"We have made the signals available from space, what these signals can be used for is only our creative imagination," added Kumar.

 

As many as 200 receiver systems will be set up incorporating ISRO and industry design for increasing the IRNSS signals, added Kumar.

 

Lauding ISRO's ability to meet its needs within India, Kumar said that 28 different products were produced within India.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 16:30
Un amiral chinois en Iran pour renforcer les relations militaires

 

15 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Téhéran - La Chine compte renforcer ses relations militaires avec l'Iran, a assuré un amiral de la flotte chinoise en visite à Téhéran, trois mois après la conclusion d'un accord international sur le nucléaire iranien.

 

L'amiral Sun Jianguo a tenu ces propos lors d'une rencontre mercredi avec le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan, selon le communiqué jeudi du ministère chinois de la Défense.

 

La visite de l'amiral Sun est destinée à développer l'amitié, approfondir la coopération et les échanges de vues sur les sujets d'intérêt mutuel des deux armées, a ajouté le communiqué.

 

M. Dehghan a lui aussi souhaité le renforcement de la coopération stratégique bilatérale, selon le site du ministère iranien de la Défense. Le développement des relations militaires renforcera la stabilité et la sécurité aux deux extrêmes du continent asiatique.

 

Avec de puissantes coalitions régionales, il faut contrecarrer l'influence des Etats-Unis et les crises que cela provoque, a ajouté M. Dehghan, en évoquant l'intervention des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak (...) qui a renforcé les groupes terroristes.

 

Il a également salué l'intervention de la Russie en Syrie où les avions russes bombardent les rebelles pour aider les troupes du régime de Bachar al-Assad, un allié de Téhéran et de Moscou.

 

Le ministre iranien de la Défense a espéré que les actions positives de la Russie (en Syrie) auront pour résultat des changements substantiels dans la lutte contre le terrorisme dans la région, selon le site du ministère.

 

La Chine est le premier client du pétrole iranien et s'était attirée des menaces de sanctions de la part de Washington pour cette raison au plus fort du blocage des négociations entre l'Iran et la communauté internationale sur son programme nucléaire.

 

Pékin a aidé depuis à la conclusion de l'accord obtenu le 14 juillet à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances, au terme de deux ans d'âpres négociations.

 

Adopté mardi par le Parlement iranien, l'accord ouvre la voie à la levée des sanctions économiques internationales imposées à l'Iran, en échange de son engagement à renoncer à l'arme atomique, et limite son programme nucléaire civil.

 

Cité par la chaîne iranienne Press TV, le commandant de la flotte iranienne, le vice-amiral Habibollah Sayari, s'est prononcé pour une coopération sino-iranienne dans la protection des routes maritimes de l'océan Indien.

 

Les entretiens du responsable chinois à Téhéran ont également porté sur les échanges de renseignements et la coopération antiterroriste, à l'heure où la Chine s'inquiète de l'agitation dans sa population musulmane ouïghoure du Xinjiang.

 

Les bâtiments des flottes chinoise et iranienne ont procédé à des escales mutuelles depuis 2013 et conduit des exercices antipiraterie ainsi que des opérations conjointes de recherche et de sauvetage en mer.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 11:35
FANC : Participation à l’exercice Equateur 2015

 

14/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 28 septembre au 7 octobre 2015, l’état-major interarmées des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) a organisé à Nouméa l’exercice Equateur 2015. Il s’agit d’un exercice d’état-major (Command Post Exercice) réalisé tous les 2 ans et alliant plusieurs pays partenaires de la région. L’objectif est d’optimiser l’interopérabilité des chaînes de commandement des pays participants dans la perspective de l’exercice Croix du Sud dont la prochaine édition aura lieu en 2016 et qui s’accompagnera d’un important déploiement de forces interalliées. 80 personnes  issues de 13 Nations différentes y ont participé.

 

Cette édition était fondée sur un scénario de catastrophe naturelle majeure dans un pays du Pacifique Sud nécessitant l’intervention d’une force interalliée mandatée par l’ONU. L’objectif, pour les FANC, était de déployer le PC opératif de la force chargé de planifier et de conduire les deux volets de l’opération consistant à sécuriser l’envoi d’une aide humanitaire et procéder à une évacuation de ressortissants. Un scénario bien réel, puisque les FANC sont intervenues après le passage en mars dernier du cyclone Pam au Vanuatu, où vivent 2000 ressortissants français. Il s’agissait pour l’ensemble des participants à l’exercice, de valider l’interopérabilité des moyens et du commandement selon des procédures communes, en vue de leur application sur le terrain lors du prochain exercice majeur Croix du Sud en novembre 2016.

Suite de l’article

 

FANC : Participation à l’exercice Equateur 2015

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:55
41 médailles françaises aux Jeux mondiaux militaires

 

14/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 13 octobre 2015 le général Pierre de Villiers a accueilli à l’Ecole militaire à Paris les athlètes français de retour de Corée du sud où se sont déroulés les jeux mondiaux militaires d’été (JMME) du 2 au 11 octobre.

 

Avec 41 médailles, dont 16 en or, la délégation avait fière allure !

 

Le CEMA a salué l’engagement de ces athlètes qui ont incarné une nouvelle fois les valeurs communes aux militaires comme aux sportifs : dépassement de soi, sens de l’engagement, volonté inébranlable de vaincre, esprit d’équipe et respect de l’adversaire. Il a également salué les performances des blessés de guerre, porteurs d’un message d’espoir pour tous les blessés, revenus de Corée du sud avec 12 médailles, dont 7 en or.

 

REPÈRES

Les Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) se déroulent tous les quatre ans, et précèdent d’un an les Jeux Olympiques. Ils sont organisés sous l’égide du Conseil International du Sport Militaire (CISM), instance créée au lendemain de la seconde guerre mondiale, à l’initiative d’un français, le chef de bataillon Debrus. Après l’Italie (Rome - 1995, Catane - 2003), la Croatie (Zagreb - 1999), l’Inde (Hyderabad - 2007) et le Brésil (Rio de Janeiro - 2011), ils ont eu lieu  à Mungyeong, en Corée du Sud.

7 000 athlètes représentant 115 nations se sont affrontés dans 24 disciplines. L’équipe de France militaire a participé  aux épreuves dans 17 disciplines. Elle était composée de 162 sportifs des armées et de la gendarmerie, dont 46 sportifs de haut niveau de la Défense (SHND) et 12 militaires blessés.

La délégation française a remporté 41 médailles dont 16 en or, 12 en argent et 13 en bronze.

12 médailles, dont 7 en or, 3 en argent et 3 en bronze reviennent aux militaires blessés en athlétisme et au tir à l’arc.

En 2011, à Rio, la délégation avait remporté 18 médailles, dont 11 en or, 3 en argent et 4 en bronze.

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:35
Le Pipistrel Garud indien est un croisement entre deux modèles : le Virus SW80 et l’Alpha Trainer photo Pipistrel

Le Pipistrel Garud indien est un croisement entre deux modèles : le Virus SW80 et l’Alpha Trainer photo Pipistrel

 

12 octobre 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Le ministère indien de la Défense a signé, le 12 octobre 2015, avec le constructeur aéronautique slovène Pipistrel, une commande portant sur 194 ULM de type Virus SW80 « Garud ». Le contrat, assorti de 100 options, est évalué à 20 millions de dollars.

 

C’est au terme de quatre années de négociations que Pipistrel a finalement concrétisé ce qui peut apparaître comme l’un des plus importants contrats de l’histoire de l’aviation légère. De toute évidence, il s’agit du plus gros de ces dernières décennies. Il porte en effet sur 194 ULM Virus SW80 « Garud », auxquels pourraient venir s’ajouter 100 unités supplémentaires. Ces biplaces sont destinés au National Cadet Corps (NCC), à l’armée de l’Air et à la Marine.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 12:35
Type 094 Jin Class Nuclear-Powered Submarine

Type 094 Jin Class Nuclear-Powered Submarine

 

12 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Au cours des 20 dernières années, la République Populaire de Chine a accompli de grands progrès dans ses capacités militaires. Elle accuse cependant un important retard en ce qui concerne le développement de sous-marins à propulsion nucléaire. Les Chinois ne disposent pas des technologies nécessaires dans les domaines de la discrétion et de la propulsion nucléaire pour construire quelque chose qui serait comparable, même de loin, aux sous-marins nucléaires américains ou russes.

 

Même les sous-marins les plus récents, le SNLE Jin et le SNA Shang, sont plus bruyants que les sous-marins soviétiques des années 70 : SNA Victor III et SNLE Delta III, selon l’Office of Naval Intelligence de l’US Navy.

 

Et même le prochain sous-marin chinois Type 95 sera plus bruyant que les sous-marins soviétiques de la classe Shchuka-B (Projet 971), Akula I. Et il est probable qu’il en sera de même pour le SNLE Type 96. Bien évidement, les choses sont entièrement différentes en ce qui concerne les sous-marins classiques chinois.

 

Pourquoi les Chinois n’accomplissent-ils pas autant de progrès dans la construction de sous-marins qu’ils y parviennent dans d’autres domaines ?

 

Pour Bryan Clark, associé du Center for Strategic and Budgetary Assessments, ancien conseiller spécial du chef d’état-major de l’US Navy et officier de sous-marins, la réponse est assez simple : « Les sous-marins nucléaires ne sont pas une priorité pour la Chine, puisque les avantages qu’ils offrent par rapport aux sous-marins classiques (avec ou sans propulsion anaérobie) — autonomie, vitesse et capacité —, ne sont pas d’une grande importance pour les missions que la marine chinoise fixe à ses sous-marins : surveillance et défense côtière contre les bâtiments de surface ennemis. »

 

« Les sous-marins classiques chinois actuels ne sont pas aussi avancés que leurs équivalents européens, mais ils sont efficaces dans la mission qui leur est attribuée. Les Kilo chinois sont équipés du missile de croisière anti-navire SS-N-27. Le plus récent sous-marin à propulsion anaérobie, le Yuan, aurait des systèmes de combat modernes, pourrait utiliser des missiles, des torpilles et des mines. L’attention récente portée par la Chine aux sous-marins nucléaires s’explique par sa volonté de jouer un plus grand rôle sur la scène géopolitique. »

 

« Aujourd’hui, ils développent un SNLE et une nouvelle classe de SNA, dans le cadre de leur volonté de disposer d’une marine de “haute-mer” et d’une capacité de riposte nucléaire, à l’égal des autres grandes puissances. »

 

Référence : War is boring (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 12:35
Le premier SNLE indien va effectuer un essai de lancement de missile

 

12 octobre 2015. Portail Sous-Marins

 

Le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins indien, qui poursuit ses essais à la mer, effectuera ce mois-ci son premier essai de lancement de missile, indique de hauts responsables de la défense indienne.

 

L’objectif est de livrer l’INS Arihant à la marine indienne à l’occasion de la revue navale internationale prévue en février prochain à Vishakapatnam.

 

« Les essais effectués jusqu’à présent ont été réussis. Ce mois-ci, nous allons lancer un missile Nirbhay depuis le sous-marin. Ce lancement sera suivi par le lancement d’un autre type de missile, » indiquent les sources.

 

Nirbhay cruise missile launch photo Livefist

Nirbhay cruise missile launch photo Livefist

 

Le Nirbhay est un missile de croisière d’une portée de 1.000 km. Le 2è missile pourrait un missile balistique d’une portée d’environ 700 km.

 

Référence : Economic Times (Inde)

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:35
India to Have Three Lines of Light Military Choppers Under ‘Make in India' (excerpt)

 

Oct 13, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Economic Times; published Oct 13, 2015)

 

NEW DELHI --- To meet the massive, urgent requirements of the armed forces, India is set to have three different lines of light military choppers, all of which will be manufactured under the 'Make in India' initiative.

Senior officials have told ET that despite a deal with the Russian government for Ka 226 helicopters, two other lines, including a western chopper that it still to be selected will be required to keep pace with the demand of the three forces.

Indicating that a major 'Make in India' project for the private sector to produce close to 200 helicopters in partnership with a foreign vendor is still alive despite the Kamov deal, a senior air force functionary said that tenders for the program would be out soon.

Indian requirement for light choppers is in excess of 800 with the older Cheetah/Chetak fleet moving towards the end of its service life. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Economic Times website.

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:35
photo FANC - Forces Armées de Nouvelle-Calédonie

photo FANC - Forces Armées de Nouvelle-Calédonie

13.10.2015 by FANC

Du 5 au 24 août 2015, dans le cadre des activités de coopération militaire bilatérale entre l’Australian Defence Force et les Forces Armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), un détachement du RIMaP-NC a été accueilli au sein de l’Australian Army dans le cadre des échanges annuels de section dénommé Villers-Bretonneux.

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:35
Fiery Cross Reef

Fiery Cross Reef

13/10/2015  lecourrier.vn

 

Les États-Unis ont briefé leurs alliés en Asie sur les plans de conduire des patrouilles navales "liberté de navigation" près des îles artificielles construites par la Chine dans la Mer Orientale, ont dévoilé des officiels américains cités par le New York Times paru le 12 octobre.


Les patrouilles, qui se dérouleraient dans les limites des 12 milles marins d’au moins l’une des îles artificielles construites illégalement par la Chine sur des récifs dans l’archipel  de Truong Sa (Spratleys).

Elles sont destinées à remettre en cause les efforts de la Chine pour revendiquer la quasi-totalité de cette mer, carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial et réserve potentielle de pétrole, de gaz et d’importantes ressources halieutiques.

L’assistant du secrétaire américain à la Défense pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, David Shear, a dit devant le Congrès que les États-Unis se sont abstenus de s’en approcher de si près les îles occupées par la Chine.

En mai, un avion de surveillance militaire P-8A Poseidon, avec à son bord un reporter de la CNN, avait survolé près de trois des cinq îles artificielles illégalement construites par la Chine en Mer Orientale sans entrer dans les limites des 12 milles marins, que déjà des opérateurs radio de la marine chinoise l’avaient adressé huit avertissements pour quitter les lieux.

Des fonctionnaires aux Philippines ont déclaré qu’ils avaient été informés ces derniers jours de ces patrouilles, et le sénateur Antonio F. Trillanes IV, président du Comité national de défense et de sécurité a indiqué lundi 12 octobre saluer cette décision.

Le secrétaire américain de la Défense, Ashton B. Carter, et le secrétaire d’État américain John Kerry, devraient discuter des patrouilles avec leurs homologues australiens lundi et mardi à Boston. Le commandant de la Flotte américaine du Pacifique, l’admiral Harry B. Harris Jr, devrait les rejoindre.

 

>>Expos de photos sur les constructions illégales de la Chine en Mer Orientale

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:35
Indian Air Force to allow women fighter pilots

 

GHAZIABAD, India, Oct. 9 (UPI)

 

Indian Air Force Air Chief Marshal Arup Raha told reporters women will soon fly fighter jets, as the force marks its 83rd anniversary on Thursday. Raha said women already fly transport aircraft and helicopters, and that the Indian Air Force has plans to induct them into fighter positions, according to Indian news network NDTV. "I have no doubt that women will be able to overcome any physical limitations to become fighter pilots," he said. Currently, there are about 1,500 women serving in the Indian Air Force, making up about 8.5 percent of total personnel. This includes 94 pilots and 14 navigators. Historically, women were excluded from fighter pilot positions, like other combat positions, out of fear they would be subject to rape or torture in the event they were captured by an enemy. Women also hold administrative, medical and education positions within the Air Force, and are sometimes taken on aircraft as observers.

Read more

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
India to Make South Korean K-9 Artillery Guns In $750M Deal

 

October 9, 2015 defencetalk.com

 

Indian engineering major Larsen & Toubro (L&T), in partnership with Korea’s Samsung Techwin (STW), has bagged a Rs 4,875-crore ($750 million) order for supplying the Indian Army with 100 self-propelled (SP), tracked howitzers.

Business Standard has learnt the defence ministry has written to L&T and STW informing them that their gun – called the K-9 Vajra – has cleared army trials conducted in 2013 and 2014. Simultaneously, the ministry has written to the other vendor in contention, Russia’s arms export agency, Rosoboronexport (RoE), rejecting the gun it offered, the 2S19 MSTA howitzer.

The K-9 Vajra consist of a 155-mm, 52-calibre howitzer, mounted on a tracked vehicle. It is highly mobile and can keep up with tank columns in the open desert. The Indian army wants this gun for its mechanized strike corps, which launches rapid thrusts deep into enemy territory. The strike corps’ T-90S tanks currently outpace their artillery guns, which are towed by wheeled vehicles. This constrains the tank spearheads to fight without artillery support at key moments in the advance. With the K-9 Vajra mounted on a tracked vehicle that keeps up with tanks, the armour spearheads would be assured of heavy fire support.

Read more

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
FANC : Exercice Mhãnüü 2015

 

09/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 28 septembre au 2 octobre 2015, les militaires des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) implantés sur la Base aérienne 186 (BA 186) Lieutenant Paul Klein ont conduit l’exercice Mhãnüü 2015 qui s’est principalement déroulé dans la région de Poum, au Nord de la Nouvelle-Calédonie, à 400 km de Nouméa.

 

Cet entraînement visait à entretenir la capacité opérationnelle de la base aérienne dans le cadre des missions réalisées par l’armée de l’Air au profit de l’armée de Terre, de la Société nationale de secours en mer (SNSM) et du Centre de coordination de sauvetage maritime (MRCC) de Nouméa. L’exercice, pour lequel une soixantaine de militaires a été déployée sur le terrain, a associé les moyens de la BA 186 (deux Puma, un Casa et l’escadron de protection), un groupe de combat du régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie, des moyens humains et un camion avitailleur du service des essences des armées, une équipe du centre médical interarmées, des moyens de la SNSM et du MRCC. Lors de cet exercice, une base opérationnelle avancée aéromobile a été projetée dans la région de Poum. Cela a aussi été l’occasion pour les aviateurs de réaliser les missions et entraînements suivants : vols en formation de jour et de nuit, infiltration de nuit, levée de doute sur piste sommaire, posé d’assaut de jour et de nuit sur piste sommaire, largage de parachutistes de nuit, navigation tactique avec menace sol/air et largage de petits colis, recherche et secours sur terre et en mer avec la SNSM et évacuation sanitaire.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

 

9 October 2015 naval-technology.com

 

The Indian Navy has commissioned its first indigenously built torpedo launch and recovery vessel, INS Astradharini, at the Naval Base in Visakhapatnam, India.

 

Designed by NSTL, M/s Shoft Shipyard and IIT Kharagpur, the new vessel features a catamaran hull form that minimises power consumption.

 

The 50m-long vessel will be capable of operating at high-sea states, cruising at a maximum speed of up to 15k.

 

In addition, the vessel features a large deck area with torpedo launchers for deploying and recovering several of torpedoes during the trials.

 

During the ceremony, vice-admiral Satish Soni said the new vessel offers additional thrust to the nation's ongoing endeavours at indigenisation and achieving the nation's goal of self-reliance in underwater weapons development.

 

INS Astradharini also features modern power generation and distribution, navigation and communication systems.

 

The vessel will be deployed to carry out the technical trials of underwater weapons and systems developed by NSTL, a naval systems laboratory of DRDO.

 

In addition, the vessel replaces Astravahini, which was decommissioned in July this year.

 

Recently, the Indian Navy commissioned its indigenously-designed new warship, INS Kochi, at the Naval Dockyard in Mumbai.

 

Claimed to be the largest-ever warship to be built in the country, INS Kochi is the second ship of the Kolkata-class (Project 15A) guided missile destroyers.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories