Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 12:35
Les USA augmentent la présence de leurs Marines en Australie

 

25.03.2014 Par La Voix de la Russie

 

Les Etats-Unis se proposent d'envoyer 1 150 nouveaux Marines à leur base en Australie. Ceux-ci se joindront à 200 militaires déjà déployés dans la base de la ville de Darwin.

 

Les Marines doivent arriver en Australie au début d'avril. Les Etats-Unis vont également transférer 4 hélicoptères de transport CH-53E et une centaines de techniciens chargés de leur entretien.

 

Au total 2 500 Marines seront déployés en Australie d'ici 2017 dans le cadre du programme de Washington visant à accroître sa présence militaire en Asie-Pacifique.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:35
Navy Aviation MRH90 Tour

16 mai 2013 DefenceJobsAustralia

 

The Navy's fleet of helicopters is based in Nowra, NSW. Each type of helicopter is assigned to a particular Squadron, who maintain, service and fly the particular aircraft. When operational, the helicopters are located aboard ships out at sea so are built to withstand extreme conditions like heavy rain, strong winds and high seas. They are involved in a range of operations including search and rescue, over-sea transport, surface and submarine warfare and delivery of troops and equipment.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:35
Targeting Huawei: NSA Spied on Chinese Government and Networking Firm

 

March 22, 2014 by SPIEGEL

 

According to documents viewed by SPIEGEL, America'a NSA intelligence agency put considerable efforts into spying on Chinese politicians and firms. One major target was Huawei, a company that is fast becoming a major Internet player.


 

The American government conducted a major intelligence offensive against China, with targets including the Chinese government and networking company Huawei, according to documents from former NSA worker Edward Snowden that have been viewed by SPIEGEL and the New York Times. Among the American intelligence service's targets were former Chinese President Hu Jintao, the Chinese Trade Ministry, banks, as well as telecommunications companies.

But the NSA made a special effort to target Huawei. With 150,000 employees and €28 billion ($38.6 billion) in annual revenues, the company is the world's second largest network equipment supplier. At the beginning of 2009, the NSA began an extensive operation, referred to internally as "Shotgiant," against the company, which is considered a major competitor to US-based Cisco. The company produces smartphones and tablets, but also mobile phone infrastructure, WLAN routers and fiber optic cable -- the kind of technology that is decisive in the NSA's battle for data supremacy.

A special unit with the US intelligence agency succeeded in infiltrating Huwaei's network and copied a list of 1,400 customers as well as internal documents providing training to engineers on the use of Huwaei products, among other things.

 

Source Code Breached

According to a top secret NSA presentation, NSA workers not only succeeded in accessing the email archive, but also the secret source code of individual Huwaei products. Software source code is the holy grail of computer companies. Because Huawei directed all mail traffic from its employees through a central office in Shenzhen, where the NSA had infiltrated the network, the Americans were able to read a large share of the email sent by company workers beginning in January 2009, including messages from company CEO Ren Zhengfei and Chairwoman Sun Yafang.

"We currently have good access and so much data that we don't know what to do with it," states one internal document. As justification for targeting the company, an NSA document claims that "many of our targets communicate over Huawei produced products, we want to make sure that we know how to exploit these products." The agency also states concern that "Huawei's widespread infrastructure will provide the PRC (People's Republic of China) with SIGINT capabilities." SIGINT is agency jargon for signals intelligence. The documents do not state whether the agency found information indicating that to be the case.

The operation was conducted with the involvement of the White House intelligence coordinator and the FBI. One document states that the threat posed by Huawei is "unique".

The agency also stated in a document that "the intelligence community structures are not suited for handling issues that combine economic, counterintelligence, military influence and telecommunications infrastructure from one entity."

 

Fears of Chinese Influence on the Net

The agency notes that understanding how the firm operates will pay dividends in the future. In the past, the network infrastructure business has been dominated by Western firms, but the Chinese are working to make American and Western firms "less relevant". That Chinese push is beginning to open up technology standards that were long determined by US companies, and China is controlling an increasing amount of the flow of information on the net.

In a statement, Huawei spokesman Bill Plummer criticized the spying measures. "If it is true, the irony is that exactly what they are doing to us is what they have always charged that the Chinese are doing through us," he said. "If such espionage has been truly conducted, then it is known that the company is independent and has no unusual ties to any government and that knowledge should be relayed publicly to put an end to an era of mis- and disinformation."

Responding to the allegations, NSA spokeswoman Caitlin Hayden said she should could not comment on specific collection activities or on the intelligence operations of specific foreign countries, "but I can tell you that our intelligence activities are focused on the national security needs of our country." She also said, "We do not give intelligence we collect to US companies to enhance their international competitiveness or increase their bottom line."

Editor's note: A longer version of this story will appear in German in the issue of SPIEGEL to be published on Monday.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 19:35
F-35 Stealth Multirole Fighters For South Korea

 

 

24/03/2014 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Republic of Korea Air Force is upgrading its equipment, with plans announced to purchase 40 Lockheed Martin F-35 Lightning II stealth multirole fighters and four Northrop Grumman Global Hawk unmanned aerial vehicles.

 

South Korea's aim is to revitalise its air force through deals set to be fully firmed-up between July and September 2014, with airframe deliveries tentatively scheduled from 2018 onwards. The Global Hawk UAVs' purchase price isn't known but, according to information given by defence officials to news agency Reuters, the 40 Lightning IIs will cost an estimated $6.8 billion in total.

 

Previously, South Korea seemed to have chosen the Boeing F-15SE Silent Eagle to meet the Republic of Korea Air Force's future fighter needs. However, in November 2013, it was hinted that, instead, the country's preference had swung towards the Lockheed Martin design.

 

South Korean F-35 Order

 

In a statement, Lockheed Martin expressed pleasure at the South Korean F-35 order announcement and pledged to support arrangements between the US and South Korea to set a contract in motion.

 

"We are honored by and appreciate the trust and confidence the Republic of Korea has placed in the 5th Generation F-35 to meet its demanding security requirements", explained its vice president of aeronautics, Orlando Carvalho. "We look forward to supporting the discussions between the Republic of Korea and US governments in support of a final agreement this year."

 

South Korea now becomes the tenth nation to have moved to acquire the F-35 Lightning II, alongside the US, UK, Australia, Italy, Norway, the Netherlands, Turkey, Israel and Japan.

 

Lightning II Stealth Multirole Fighter

 

Produced by a US-led consortium, the F-35 Lightning II stealth multirole fighter features cutting-edge technology aimed at making it undetectable by enemy radars. Three versions are available - the F-35A, F-35B and F-35C. These are capable of conventional (runway-based) take offs and landings, short take offs and landings and aircraft carrier operations, respectively.

 

The Republic of Korea Air Force has been active since 1949. According to a 2010 count, it operates 760 aircraft, many of them US-origin. McDonnell Douglas F-15E Strike Eagles and F-16 Fighting Falcons currently make up the backbone of its fighter fleet.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 17:35
source Les Yeux du Monde

source Les Yeux du Monde


24.03.2014 Charles CASTA - Portail de l'I.E.
 

Depuis 2012, et malgré les récentes déclarations amicales de Washington et Pékin, on observe une montée des tensions dans le Pacifique. Parallèlement, l'Asean refuse de prendre position, tiraillée en interne entre partisans américains et chinois. Dans le cadre d' un éventuel conflit, quelles seraient alors les options de l'organisation asiatique?

 

Le sommet informel de juin 2013 entre Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping a laissé entrevoir la possibilité d’un apaisement des tensions dans les relations sino-américaines comme en témoigne la déclaration du président chinois qui souhaite voir émerger une nouvelle ère de relations bilatérales basées sur la paix, la tolérance et la coopération. Néanmoins, les nombreux incidents qui ont émaillé la fin de l’année 2013 (instauration chinoise d’une zone aérienne d’identification en mer de Chine de l’Est et d’une zone de pêche contrôlée en mer de Chine du Sud, incident entre le navire militaire américain Cowpens et une frégate chinoise) laissent plutôt penser que l’affrontement stratégique entre Pékin et Washington dans le Pacifique est sérieux et s’inscrit dans le long terme. A côté des deux premières puissances mondiales, la puissance régionale montante, l’Asean, créé en 1967 à Bangkok, tente de résoudre pacifiquement les conflits et de prévenir l'escalade des tensions impliquant la Chine et une majorité de ses dix Etats membres. Si l’organisation a jusqu’à présent toujours réussi à empêcher la naissance d’un conflit armé, quel serait son rôle dans un affrontement sino-américain ?

 

Les raisons laissant penser à un futur conflit

 

De retour en Asie du Sud-Est depuis 2011, les Etats-Unis ont officiellement justifié ce revirement géostratégique par la volonté d’assurer la liberté de navigation en mer de Chine. Officieusement, il s’agit surtout de contrer la politique offensive chinoise et de rassurer ses alliés japonais ou coréen. Retour sur les points sensibles de la zone Pacifique :

Quelle place pour l’Asean dans le futur conflit sino-américain dans le Pacifique ?

 

Situées à 90 milles nautiques à l’ouest d’Okinawa, les îles Senkaku sont une source de tensions récurrente depuis que la  République de Chine en dispute la souveraineté au Japon. Objet de tensions croissantes depuis 2010, l’aspect économique constitue le cœur du conflit dans la mesure où les eaux bordant l’archipel recèlent d’importants gisements d’hydrocarbures (champ gazier de Chunxiao) et de ressources halieutiques (bonite notamment). La nationalisation récente de l’archipel revêt une double importance pour Tokyo : faire étalage de sa puissance face au voisin chinois et tester son allié américain.

 

Quelle place pour l’Asean dans le futur conflit sino-américain dans le Pacifique ?

Les relations entre la Chine et le Japon se sont encore tendues fin novembre 2013 suite à la décision unilatérale chinoise d’instaurer une « zone aérienne d’identification » (ZAI) dans l’espace aérien des îles Senkaku. En réaction, Tokyo a pour la seconde fois depuis 2010 modifié sa stratégie de défense, en accroissant l’intégration et la mobilité de son armée. Cette nouvelle stratégie permettrait au Japon de reprendre les îles du Sud-Ouest de l’Archipel dans l’hypothèse d’une invasion chinoise. Parallèlement, Washington a immédiatement réagit en envoyant deux bombardiers B52 survoler la zone. Si l’annonce, le 31 Janvier dernier, par le quotidien japonais « The Asahi Shimbun » de l’intention chinoise d’instaurer une nouvelle ZAI dans la partie sud de la mer de Chine s’avérait réelle, on peut se demander comment réagirait Washington qui a déjà refusé de reconnaitre la première zone.

L’instauration chinoise d’un accord préalable de pêche : Le 1er Janvier dernier, Pékin a annoncé la mise en place d’un accord préalable de pêche pour tout navire étranger souhaitant pêcher dans les eaux de mer de Chine du sud. Officiellement mise en œuvre pour préserver les ressources halieutiques de la zone et  protéger la pérennité de l’industrie de pêche, cette décision s’est accompagnée de l’envoi de patrouilleurs dans la zone ainsi qu’en Malaisie.

Pékin a aussi répliqué à la mise en place de la stratégie américaine « Air Sea Battle » par le déploiement de missiles anti-navires dans le cadre de sa stratégie « A2/AD ». Cette décision est vécue par Washington comme la volonté chinoise d’empêcher, dans le cadre d’un futur conflit, toute progression américaine dans la zone.

Enfin, la lutte pour le contrôle de la voie maritime Sulu-Sulawesi-Makassar-Lombok oppose chinois et américains à propos d’une faille sous-marine traversant l’archipel des Spratleys d’Ouest en Est. Contrôler cette faille permettrait à Washington ou Pékin de posséder une alternative au détroit de Malacca en cas de crise internationale. Cela permettrait également d’avoir un œil sur la mer de Sulu et notamment le détroit de Balabac, qui est depuis 2012 au centre des préoccupations australienne, philippine et américaine. Ce point stratégique permet de contrôler les flux des sous-marins chinois dans la zone. Ce n’est d’ailleurs pas innocent si les Etats-Unis ont inauguré il y a peu une nouvelle base à Darwin en Australie.

 

Quelles conséquences pour l’ASEAN ?

Les tensions sino-américaines, directes ou indirectes, ont des répercussions inévitables sur l’Asean. Si les Etats membres de l’organisation ont toujours refusé de choisir entre Washington et Pékin, afin de préserver ses valeurs d’unité et de neutralité, cet « Asean way » est à l’heure actuelle soumis à rude épreuve. En effet, depuis le retour des Etats-Unis dans la zone Pacifique, plusieurs pays membres de l’Asean comme le Vietnam ou la Birmanie s'en sont rapprochés pour contrer la menace chinoise. Ces stratégies ont des répercussions au sein de l’Asean qui voit son unité menacée entre les «pro-chinois » d’une part (Cambodge, Laos) et les pro-américains d’autre part (Vietnam, Philippines). Quels sont alors les scenarii envisageables pour l’organisation dans ses relations avec la Chine et les Etats-Unis ?

 - Un rapprochement avec la Chine pour approfondir la coopération économique. L’Asean reconnait elle-même que « l’Asean + 3 » (Chine, Japon et Corée Sud) est l’architecture diplomatique la plus à-même de bâtir une communauté est-asiatique. Dans ce scénario, les Etats membres se rapprocheraient du voisin chinois avec lequel ils ont déjà planifié des projets d’intégration économique et de développement notamment dans les domaines touristiques, technologiques et d’infrastructures. Choisir Pékin plutôt que Washington relèverait donc d’une stratégie économique visant à développer l’intégration économique et profiter des énormes débouchés offerts par la croissance chinoise. Etant donné que les Etats-Unis refusent de s’impliquer dans les affaires internes de l’Asean, ce scénario ne pourrait être exclu à l’avenir.

 - Un rapprochement avec les Etats-Unis pour contrer la menace militaire et l’influence grandissante de Pékin. Dans ce scenario, les Etats membres de l’Asean opteraient pour la protection militaire offerte par Washington dans le cadre des conflits territoriaux en mer de Chine. Certains pays comme les Philippines ou le Vietnam ont d’ailleurs déjà effectué de choix. Coté économique, ce rapprochement pourrait aboutir à terme à la mise en place du partenariat Trans-Pacifique. Quatre pays (Vietnam, Brunei, Malaisie et Singapour) participent actuellement aux négociations. Cela pourrait également accélérer la mise en place de l’initiative E3 « Expanded Economic Engagement » qui vise à accroitre le commerce et les investissements entre les Etats-Unis et l’Asean.

 - Rester dans ligne directrice historique du « non alignement ». La troisième option reste le statu quo et l’arbitrage entre les influences américaine et chinoise. Cette stratégie a déjà fait ses preuves par le passé mais est de plus en plus dangereuse à l’heure d’une montée des tensions dans la rivalité sino-américaine. De plus, cet arbitrage pourrait à terme menacer l’unité de l’organisation. Pour William Toe, professeur à l’université nationale australienne, la stratégie de « l’Asean way » de l’Asean doit être remise en question si l’organisation ne veut pas imploser.

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 17:20
Espionnage : le géant des télécoms chinois Huawei victime de la NSA ?

La NSA a accédé aux archives des courriels de Huawei, à des documents internes de communication entre des dirigeants de la compagnie, ainsi qu'au code secret de produits spécifiques de Huawei

 

23/03/2014 latribune.fr 

 

L'agence américaine de sécurité nationale s'est introduite secrètement dans le réseau de communications du géant des télécoms et de l'internet chinois Huawei à des fins d'espionnage.

 

 

L'agence américaine de sécurité nationale NSA (National Security Agency) s'est introduite secrètement dans le réseau de communications du géant des télécoms et de l'internet chinois Huawei à des fins d'espionnage, ont affirmé samedi le "New York Times" et le "Spiegel" dans leurs éditions en ligne. La NSA a accédé aux archives des courriels de Huawei, à des documents internes de communication entre des dirigeants de la compagnie, ainsi qu'au code secret de produits spécifiques de Huawei, affirment les articles des deux journaux basés sur des documents fournis par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

 Le "New York Times" précise que son enquête sur l'opération, baptisée "Shotgiant", s'appuie sur des documents de la NSA communiqués par l'ex-consultant de l'agence Edward Snowden, qui, depuis l'année dernière, diffuse des renseignements sur les activités de surveillance menées par les Américains dans le monde entier. "Nous bénéficions actuellement de bonnes capacités d'accès et possédons tellement de données que nous ne savons plus quoi en faire", ont assuré des responsables de la NSA, selon un document interne cité par l'hebdomadaire "Der Spiegel".

 

Démenti de Huawei

Huawei avait démenti mi-janvier des informations de presse selon lesquelles la sécurité de ses équipements télécoms pouvait être déjouée par la NSA. Il n'y a eu "aucun incident de réseau (de télécommunications) provoqué par des failles de la sécurité" des produits et infrastructures de Huawei, avait indiqué Cathy Meng, directrice financière du groupe, lors d'une conférence de presse à Pékin.

Elle était interrogée sur une enquête publiée fin décembre par le "Spiegel", selon laquelle la NSA pouvait infiltrer les systèmes et produits de plusieurs grands groupes technologiques, dont Huawei et les américains Cisco et Juniper Networks.

 

Démasquer les liens entre Huawei et l'armée chinoise

Huawei, fondé par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, s'était vu interdire l'accès à des projets d'infrastructures aux Etats-Unis et en Australie pour des raisons de sécurité, sur fond de crainte que ses équipements soient utilisés pour de l'espionnage ou des attaques informatiques... au profit de Pékin. Outre les équipements télécoms, Huawei est le troisième fabricant mondial de smartphones.

L'un des objectifs de l'opération Shotgiant était de mettre au jour des liens entre Huawei et l'armée chinoise, lit-on dans un document de 2010 cité par le "New York Times". Mais, ajoute le journal, l'opération a visé également à tirer parti de la technologie de Huawei. La NSA cherchait ainsi à effectuer une surveillance via des ordinateurs et des téléphones du réseau Huawei vendu à des pays tiers.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 12:35
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

 

24/03/14 lesechos.fr (Reuters)

 

SEOUL, 24 mars - La Corée du Sud a budgétisé quelque 6,8 milliards de dollars (5 milliards d'euros environ) pour l'achat de 40 chasseurs F-35 fabriqués par la firme américaine Lockheed Martin, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

 

Le contrat doit être finalisé au cours du troisième trimestre.

 

Mais le budget a d'ores et déjà transmis par l'Agence nationale des programmes d'achats d'armements (DAPA) à la commission parlementaire qui supervise les acquisitions militaires, a ajouté cette source. (Joyce Lee; Henri-Pierre André pour le service français)

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 06:35
Indian-made Arjun Mk II main battle tank could enter in service with the Indian army in 2016

 

24.03.2014 Pacific Sentinel

 

The Arjun MK II main battle tank for the Indian Army may get delayed further than its pre-fixed 2016 induction date. A key source in the Defence Research and Development Organisation (DRDO) said, the Israelis who customised the LAHAT Anti-Tank Guided Missile (ATGM) for firing from the 120 mm main gun of the Mark II variant, has gone back to the drawing boards for correcting the error.

 

The DRDO source said, ‘This has delayed the induction of the tank a bit, but then we are telling the army that since the platform, the tank, is ready they can take it up, with the missile getting mated later.’

 

The tank itself has undergone about 89 major and minor ‘improvements,’ and still have a few unsolved issues which are decidedly ‘minor’ like changing the position of a light bulb or so.

 

The range of the LAHAT missile pay-load is about three-and-a-half kilometres on the plains and about two-and-a-half kilometres in the deserts.

 

Read the full story at ArmyRecognition

Partager cet article
Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 12:35
East Asia’s security architecture – track two

 

Alerts - No18 - 21 March 2014 Eva Pejsova

 

Although East Asia’s security environment has long been known for its instability, the recent escalation of tensions between China and Japan has been followed with unprecedented concern. Besides the real risk of accidental clashes in the disputed waters due, inter alia, to the disruption of communication channels, the way in which both Beijing and Tokyo have chosen to deal with the crisis is an indication of an emerging shift in strategic thinking that will most likely have an impact on the evolution of the whole region.

As a result, debates on the need to rethink the security architecture in the region have become more frequent. Existing regional security-focused multilateral platforms could indeed contribute to stability in the region and in this context, various informal mechanisms – so-called ‘track-two’ diplomacy – often become invaluable channels for communication and interaction.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:35
Afghanistan: the view from India

 

Alerts - No1 - 10 January 2014 Eva Gross

 

Afghan President Hamid Karzai’s visit to India from 12-15 December 2013 – during which he requested greater defence and security cooperation in the years to come – underscored the close bilateral ties between the two countries. President Karzai’s attempt to enlist regional allies in support of a stable post-2014, post-transition Afghanistan also raises questions about the extent to which Afghanistan’s neighbours are prepared to modify their engagement in the near future.

The bilateral relationship between India and Afghanistan has deep historical and geographical roots. Yet, to date, India’s engagement in Afghanistan has mainly centred on civilian contributions and economic development. This is partly due to Pakistani resistance and fears over India’s growing regional influence. Possible developments in the relationship with Islamabad will therefore have a bearing on India´s future Afghanistan policy – and vice versa.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 12:35
SU-30MKI photo g4sp

SU-30MKI photo g4sp

 

20 mars Aerobuzz.fr

 

New Delhi déplore le manque de fiabilité de ses 275 avions de combat polyvalents Su-30MKI. Les militaires mettent en cause le calculateur principal du système d’arme qui ne parvient pas à assurer le traitement de ses tâches. Du coup les écrans des deux cockpits deviennent soudainement vides. L’appel à l’aide des autorités indiennes est semble t-il resté lettre morte à Moscou. Cette panne est d’autant plus gênante que le Su-30MKI est considéré comme le fer de lance des forces armées indiennes. L’appareil polyvalent caractérisé par un radar « Bars » très performant et une avionique mêlant des équipements indiens, russes et occidentaux est appelé à devenir le porteur du missile d’attaque supersonique à longue portée Brahmos.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:35
photo Israel Aerospace Industries

photo Israel Aerospace Industries

 

18 Mar 2014 By: Arie Egozi– FG

 

The Indian air force is evaluating the purchase of additional Israel Aerospace Industries Harop loitering munitions, as deliveries continue under a previous order placed in 2012.

The ground-launched Harop has some of the same capabilities as a tactical unmanned air vehicle, and features a high performance electro-optical/infrared camera. Once airborne, the system searches for, detects and attacks time-critical land- or sea-based static or moving targets, with claimed "pinpoint accuracy". IAI says the weapon can be employed across a variety of scenarios, including low and high intensity conflicts, urban warfare and counter-terrorist operations.

Such activities are monitored by an operator in a mission control shelter, who can approve or abort an engagement in real time to avoid collateral damage. Strike activities can also be conducted using a second Harop simultaneously, with this unit providing a video-based battle damage assessment, before being used to perform a follow-on attack or returning to loitering mode.

"After launch the Harop knows to stay in the air for several hours at a time, and to do so at different altitudes, up to 10,000ft [3,050m]," Boaz Levy, general manager of IAI's Missile and Space Systems division says in an article about the Harop posted on the Israeli air force website. "The ability to change altitudes opens up the possibility of synchronising the time and direction to the target," he adds.

The Indian armed forces have used a previous version of the system, Harpy, for some years.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:50
MBDA rebondit grâce à ses exportations

 

19/03 Par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Le missilier a signé pour 4 milliards de contrats en 2013.

 

Tirant hier le bilan de l'année 2013, MBDA s'est félicité d'avoir atteint tous ses objectifs. Le missilier européen, filiale d'Airbus Group, MBDA et Finmeccanica, peut ainsi effacer la mauvaise passe de 2012 et s'assurer d'un plan de charges suffisant sur le moyen terme.

 

Le chiffre d'affaires est ressorti à 2,8 milliards d'euros, en léger retrait par rapport aux 3 milliards de 2012. La faute au décalage de commandes des mois précédents, le vote en France de la loi de programmation militaire (« Les Echos » du 20 mars 2013). Ce décalage a été en grande partie compensé depuis puisque les prises de commandes ont atteint les 4 milliards - l'objectif étant de dépasser 3 milliards.

 

MBDA a finalement accroché l'année dernière les grands contrats espérés plus tôt, comme le missile moyenne portée en France, le « Sea Ceptor » au Royaume-Uni, ou encore le Meteor en Allemagne. Mais c'est à l'export que les affaires ont été particulièrement heureuses, avec 2,2 milliards de commandes. Au passage, le record de 1,4 milliard est pulvérisé.

 

La bonne surprise est venue de Singapour, qui a retenu les missiles Aster 30 pour moderniser sa défense anti-aérienne. « La décision a été relativement rapide », indique-t-on au sein du missilier. MBDA a aussi fait mouche à Séoul en plaçant ses Taurus sous les ailes des F15 sud-coréens. « Pour la deuxième année d'affilée, les prises de commandes à l'export ont été supérieures à celles de nos clients nationaux », a résumé son PDG, Antoine Bouvier. Et encore, MBDA espérait que New Delhi mette enfin en oeuvre le très gros contrat SR-SAM de défense sol-air (il a été signé depuis des mois). Avec l'élection législative à venir, l'industriel veut croire que ce n'est que partie remise.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:35
Exercise Ssang Yong 13 - photo USMC

Exercise Ssang Yong 13 - photo USMC

 

 

March 20, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

Seoul - More than 10,000 US troops will participate in a large-scale landing drill in South Korea next week, the US military said Thursday, days after North Korea test-fired 25 projectiles in apparent protest at the continuing joint exercises.

 

The drill, code-named Ssang Yong ("Twin Dragons") and billed by local news media as one of the largest-ever of amphibious landing exercises by the two allies, will take place from March 27 through to April 7 on the southeast coast of South Korea.

 

It will involve 7,500 US Marines, 2,000 US Navy personnel, and an undisclosed number of Australian and South Korean forces, a US military spokesman told AFP.

 

Yonhap news agency said 3,500 Marines and 1,000 Navy sailors would take part from South Korea.

 

"Ssang Yong 14 is an annual combined exercise conducted by Marine and Navy Forces with the ROK (South Korea) in order to strengthen the interoperability and working relationships of the two militaries across the range of operations - from disaster relief, to complex expeditionary operations," US Forces in Korea said in a press statement.

 

The US Marines taking part in the drill belong to the 3rd Marine Expeditionary Brigade, based in Okinawa, Japan, it said.

 

A total of 12 South Korean and US Navy amphibious ships will also participate in the drill, Yonhap said.

 

South Korea, which hosts 28,500 American troops, and the US kicked off the annual Key Resolve and Foal Eagle exercises on February 24. They will run until mid-April.

 

In a show of force apparently intended to express anger at the continuing exercises, North Korea carried out a series of rocket and missile launches in recent weeks, sparking condemnation from Seoul and Washington.

 

The North has habitually slammed the exercises -- along with other military drills south of the border -- as rehearsals for an invasion.

 

Seoul and Washington say they are purely defensive.

 

Last week, the North's powerful National Defence Commission threatened to demonstrate its nuclear deterrent in the face of what it called US hostility.

 

But Seoul's defence ministry said there was no sign of an imminent nuclear test by the North, which staged three atomic tests in 2006, 2009 and last year.

 

China's special envoy Wu Dawei, who arrived in Pyongyang Monday, has been in talks with North Koreans to discuss ways to resume six-party talks on its nuclear programmes.

 

"Special Representative Wu Dawei ... held consultations with the DPRK (North Korea). Major topics include the situation of the Korean Peninsula and how to resume the Six-Party Talks," Chinese Foreign Ministry Spokesman Hong Lei told journalists on Wednesday.

 

Six-party talks involving the two Koreas, China, the US, Russia and Japan have been stalled since December 2008.

 

The North and China want to resume the negotiations, but Washington and South Korea say before a resumption of discussions, the North must first show it is serious about the process, notably by shutting down a uranium enrichment programme which the West believes could be aimed at building a nuclear bomb.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:35
Ssang Yong 2013 photo USPACOM

Ssang Yong 2013 photo USPACOM

 

20 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

SEOUL - Plus de 10.000 soldats américains participeront la semaine prochaine à un exercice de débarquement en Corée du Sud, dans le cadre de manoeuvres annuelles auxquelles le Nord a répondu par des tirs de missiles, a annoncé l'armée US.

 

Le Japon et le régime nord-coréen sont de leur côté convenus jeudi de relancer des discussions au niveau gouvernemental suspendues en 2012.

 

Les exercices de débarquement amphibie américano-sud-coréens, baptisés Ssang Yong (Dragons jumeaux), comptent parmi les plus ambitieux jamais réalisés par les deux alliés, selon la presse locale.

 

Ils se tiendront entre le 27 mars et le 7 avril sur la côte sud-est de la Corée du Sud et mobiliseront 7.500 soldats d'infanterie de marine, 2.000 membres des forces navales, a précisé un porte-parole de l'armée américaine à l'AFP.

 

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, 4.500 soldats sud-coréens y prendront part.

 

Ssang Yong 14 est un exercice annuel conjoint réalisé par les forces d'infanterie et de marine avec la ROK (République de Corée, Corée du Sud) afin de renforcer l'interopérabilité et les relations de travail des deux armées, a souligné l'armée US dans un communiqué.

 

La Corée du Sud et les Etats-Unis, qui maintiennent 28.500 soldats en permanence sur le territoire sud-coréen, ont lancé le 24 février leurs manoeuvres annuelles conjointes qui doivent durer jusqu'à la mi-avril.

 

Dans une apparente démonstration de force destinée à manifester son mécontentement, la Corée du Nord, qui voit dans ces exercices une répétition générale à l'invasion de son territoire, a effectué de multiples tirs de missiles ces dernières semaines.

 

Et la puissante Commission nord-coréenne de défense nationale a menacé de faire une nouvelle démonstration de sa force de dissuasion nucléaire.

 

De telles déclarations, selon les analystes, augurent de possibles préparatifs en vue d'un quatrième essai nucléaire, après ceux réalisés en 2006, 2009 et en février dernier.

 

Après des mois de fortes tensions à l'hiver 2012 et au printemps 2013, les relations entre Séoul et Pyongyang sont néanmoins entrées dans une phase de calme relatif, qui s'est traduit le mois dernier par la réunion de familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953), les premières depuis trois ans.

 

La Corée du Nord a également repris langue avec le Japon, ancienne puissance coloniale dont la présence brutale entre 1910 et 1945 sur la péninsule coréenne continue de générer des frictions entre Tokyo d'un côté, Séoul et Pyongyang de l'autre.

 

Des diplomates japonais et nord-coréens se sont mis d'accord pour prendre les dispositions en vue d'une reprise des consultations au niveau des gouvernements, a déclaré à l'AFP une responsable du ministère japonais des Affaires étrangères.

 

Les deux pays n'entretiennent pas de relations diplomatiques. Tokyo insiste pour que soit résolue la question des enlèvements de citoyens japonais par la Corée du Nord durant la Guerre froide, que Pyongyang forçait ensuite à enseigner la langue et la culture nippones à ses espions.

 

De son côté, Pyongyang estime que le Japon doit encore des compensations et des excuses pour son occupation de la péninsule coréenne.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:35
Vietnamese Army Upgraded BTR-152

BTR-152 of the Vietnamese People's Army (all photos : BaoDatViet)

 

20 March 2014 - Defense Studies

Council technical acceptance Military Region 2 recently conducted test improved , upgraded armored vehicles BTR - 152.

BTR - 152 armored cars produced by the Soviet Army and Vietnam are now widely used, however, because the BTR - 152 has gone through many years of use, this does not fit the requirements, training duties and maneuverability, the Military Zone 2 command has directed a series of improvements focused on vehicle equipment.


 


Vehicle BTR - 152 engine was fitted to diesel instead of gasoline engines before, clutch assembly, new gearbox, steering system to convert hydraulic power assist; mounting system signals, lights, horn priority, rearview mirror, upgraded drivetrain, brakes, suspension runs, roof, upgraded bodywork repair, brushed rain, fire, ventilation, communication, padded seat, tire pump, maintenance contracts set, change oil, grease clusters .

 


After improvements, upgrade the car has been running tests on different types of roads, has been tested specifically in sports coaching in schools and perform mobility tasks. Through activities, vehicles have good technical condition, the cluster system on the car stable synchronous operation ...

Through direct and organize test for driving in different terrain, the council accepted technical improvements Military Zone 2 rated outcomes and quality of content upgrades, improvements of vehicles BTR - 152 and agreed to vehicles in operation serving coaching duties, SSCD .

 


Soviet BTR - 152 was designed in 1946 and mass production started in 1950-1962 with 15,000 units shipped, serving in 25 countries around the world as of this moment .

BTR - 152 chassis designed on the basis of ZiS - 151 truck, the engine is mounted in front, the cabin was located shortly thereafter and troop transport compartment located in the rear. Several variations later used ZIL - 157 chassis.

 


Body structure is steel welding type, armor thickness from 15 - 9mm, located at the thinnest part of the floor, 4mm. Cabin has two doors, the windshield is protected by two iron plates have slots look, have private open bar.

Rear passenger compartment troops capable of carrying 1.9 tons of cargo or 18 troops. Soldiers in vehicles with guns can fight through personal loophole on both sides of the car, on/off via car by climbing through the roof because the car does not smell.

 


BTR - 152 armored vehicles were also armed with a machine gun and a 12.7mm air defense machine gun 7.62 mm. Originally BTR - 152 is mounted petrol engine cooled 11.1 horsepower ZIS - 123 allows speed 75km/h (300 liter fuel tank). 

(BaoDatViet)

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:35
US Considers Military Relationships with China

 

 

March 20th, 2014 By US Department of Defense - defencetalk.com

 

Chief of Staff of the Army Gen. Ray Odierno said a military training relationship with China is possible as the U.S. strengthens its presence in the Asia-Pacific theater.

 

Odierno met with leaders of the Chinese People’s Liberation Army last week to discuss mil-to-mil opportunities and said some guidelines were outlined.

 

Speaking at the Center for Strategic and International Studies in Washington, D.C., Odierno’s discussion ranged from regional alignment of forces to a return of tiered readiness, driven by a tight budget.

 

The general had just returned from a trip visiting with military leaders in China before going on to Japan and then Korea.

 

“We tend to focus on our differences,” Odierno said about the U.S. and China, “but we actually have a lot in common. One is obviously the security and stability of the Pacific region, because of the economic impact it has on both of our countries.”

 

Odierno said Chinese military leaders first talked with him in November about establishing a training relationship and said they are now going “out of their way” to push ahead on a dialogue between the two armies.

 

Secretary of Defense Chuck Hagel may travel to China in a month or so, Odierno said, and added that he hopes a training relationship can be solidified then.

 

“This is by far the biggest step we’ve taken in many, many years in trying to open up this relationship between our armies,” Odierno said.

 

After visiting China, Odierno went on to Japan where he discussed the future of the Japanese Self Defense Force and then continued to Korea.

 

The U.S. Army will continue to have a strong relationship with South Korea, he said, but described that relationship as one that is “morphing and changing” as the Republic of Korea takes on more responsibility for its overall defense.

 

Unit rotations may be the way ahead in Korea, he said, adding that a battalion and aviation unit just rotated to Korea from the United States.

 

Armies play an important role in the Pacific, Odierno said, even though the area is often thought of as a Navy theater. He said the U.S. Army is expanding its engagements in other countries across the theater.

 

“Over the last month we did a joint airborne operation in Thailand,” Odierno said. “We are developing relationships with the Philippines. We are having some initial forays into Vietnam. We are increasing our engagements with Indonesia.”

 

He said making the commander of U.S. Army Pacific a four-star position helped with establishing relationships in the theater. Gen. Vincent K. Brooks took over as U.S. Army Pacific, or USARPAC, commander July 2, and was promoted to four-star general.

 

“I think we’re going in the right direction,” Odierno said, not only about the Pacific, but about regional alignments elsewhere as well.

 

For instance, the 2nd Brigade Combat Team, 1st Infantry Division, was aligned with U.S. Africa Command. Small task forces from the brigade supported exercises and other engagements across the continent.

 

Almost 90 missions were conducted over the last year in Africa, Odierno said, and added such regional alignment of forces will continue to take place in other theaters as well.

 

“We’re going to align our forces to the combatant commanders, based on their requirements, to help them to shape and set the theaters that they are responsible for,” Odierno said.

 

Building partner capacity is not the chief of staff’s only concern, though. He said what keeps him up at night is the thought of a contingency call coming in the future that the Army might not be quite ready for and that would cost the nation in terms of lives.

 

In order to ensure units are ready for the full spectrum of decisive combat operations, Odierno said units will rotate through the Army’s combat training centers, which will be used to their “utmost potential.”

 

Emphasis will be placed on rotations to the National Training Center at Fort Irwin, Calif., the Joint Readiness Training Center at Fort Polk, La., or the Combat Maneuver Training Center in Germany. Odierno said these types of rotations are needed after 10 years of counter-insurgency and stability operations in Iraq and Afghanistan.

 

The CTCs will prepare units to deal simultaneously with high-end combat, criminal threats, insurgencies, and other complex scenarios, Odierno said.

 

“We have to be prepared to do all of those at once,” he said. “Our future leaders will need to operate in this complex environment.”

 

Of course, investing in the CTCs will reduce the money available for home-station training, he said. Many units will need to conduct virtual constructive training at home station to make up the difference, he said.

 

With budget cuts this year and possibly next, some hard decisions may need to be made.

 

“We’re going to have to go to a tiered readiness model that causes us to ensure that we have some level of readiness across some capability,” Odierno said.

 

Tiered readiness was the system the Army had before 2004 when it adopted the Army Force Generation system, known as ARFORGEN. Under tiered readiness, units that were high priority — or slated to deploy before others — were fully resourced. Those at the lower end of the tier did not always have the equipment and resources needed to immediately deploy.

 

There are some proposals to eventually shrink the active Army to a force of 420,000.

 

“We would be challenged to conduct a prolonged joint multi-phased campaign of any duration with that size of force,” Odierno said.

 

He said a rock bottom force of at least 450,000 active-duty Soldiers, 335,000 National Guard and 195,000 Army Reserve is needed to meet the National Strategic Guidance and “that’s at high risk,” he added.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:50
Le bilan annuel de MBDA porté par l’export

L'Eurofighter débute ses essais en vol équipé du missile Taurus. © MBDA / J. Gietl

 

18.03.2014 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

MBDA a présenté ce matin ses résultats annuels pour l’année 2013, une « très bonne », voire une « excellente » année au niveau des prises de commandes, selon le PDG Antoine Bouvier. Elles atteignent en effet 4 milliards d’euros - 1,8 sur le marché domestique et 2,2 à l’export - un chiffre en nette progression par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle le missilier européen n’avait enregistré que 2,3 milliards d’euros de prises de commandes. Au 31 décembre 2013, le carnet de commandes de MBDA affiche un total de 10,8 milliards d’euros et le CA sur l’année est de l’ordre de 3 milliards d’euros.

 

Contrat de développement du programme MMP, contrat de production pour le Sea Ceptor et pour le Meteor, autant de succès qui ont permis de « renforcer la filière missile » de MBDA sur le moyen et le long terme, sur le marché domestique. A l’export, le Moyen-Orient et l’Asie-Pacifique caracolent en tête des régions les plus lucratives pour le missilier, avec respectivement 50% et 40% des commandes. Pour preuve, les contrats signés avec l’Arabie Saoudite (LEX, Storm Shadow, Brimstone, VL Mica…), Singapour (Aster 30) ou encore la Corée du Sud (missile Taurus). MBDA reste toutefois en attente de la signature d’un contrat important de co-développement et de co-production avec l’Inde, concernant le missile de nouvelle génération SRSAM (Short Range Surface to Air Missile), « une déception que je ne cacherai pas » a avoué le PDG, qui espère cependant une signature rapide.

 

Antoine Bouvier a toutefois eu le triomphe modeste, restant « modeste et prudent » pour la suite. Dans un contexte de restrictions budgétaires dans le domaine de la Défense dans la plupart des pays, il s’agit à présent de mettre l’accent sur la coopération et la consolidation, afin, entre autres, de faire face à une concurrence à l’export « de plus en plus agressive ». A cet égard, le PDG de MBDA a déclaré que la stratégie choisie était une stratégie « de persévérance, de patience, fondée sur des éléments solides, qui s’apprécie sur la durée ».

 

Il a également réitéré son attachement à la coopération européenne, avec l’exemple du sommer franco-britannique de Brize Norton de janvier dernier, qui, dans une logique de « rationalisation », « préfigure ce que devra être un jour l’industrie de Défense eu Europe ». Il mesure également l’importance de « consolider les perspectives d’avenir » et de continuer le développement des coopérations existantes.

 

Concernant la situation en France, Antoine Bouvier a déclaré que si le Livre Blanc avait confirmé la stratégie industrielle, la baisse d’activité liée aux programmes était de 40%, une réduction d’une annuité sur le budget missile, soit 15 à 20% sur la durée totale de la LPM. Une situation qui « préserve » les perspectives, avec le lancement des programmes MMP, ANL et MICA-NG, ainsi que la rénovation de l’ASMP-A, mais qui nécessite d’autant plus le renforcement des efforts à l’export.

 

Sur les perspectives d’avenir, Antoine Bouvier place les priorités de MBDA sur le gros contrat indien, ainsi que le renforcement sur les marchés européens, avec notamment la confirmation de l’Aster Block 1NT en France, le système de défense aérienne MEADS en Allemagne et le Spear III en Grande-Bretagne.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:35
La crise ukrainienne vue de Corée

 

 

19-03-2014 par Frédéric Ojardias - RFI

 

La presse sud-coréenne s’inquiète ce mercredi matin des conséquences du conflit en Crimée sur le programme nucléaire nord-coréen. Selon plusieurs commentateurs, le conflit entre la Russie et l’Ukraine est suivi de très près par le régime nord-coréen, qui se voit conforté dans son intention de ne pas renoncer à son programme nucléaire.

Il faut rappeler que l’Ukraine, ancienne république soviétique, possédait le troisième stock d’armements atomiques au monde quand elle appartenait à l’URSS. Kiev a accepté d’y renoncer en 1994, après son indépendance, en échange de garanties de sécurité de la part des cinq puissances nucléaires officielles, dont les Etats-Unis et la Russie… Puissances qui ont alors promis de respecter son intégrité territoriale.

 

Dénucléarisation de l'Ukraine

Mais ces promesses n’ont pas été tenues. Et Kiev se retrouve impuissante face à l’annexion de sa province de Crimée par la Russie. Selon plusieurs analystes sud-coréens, cette annexion n’aurait pas eu lieu si l’Ukraine possédait toujours l’arme atomique et c’est très certainement ce même raisonnement que tiennent les cercles dirigeants en Corée du Nord en ce moment.

Le « dirigeant suprême » Kim Jong-un, se voit ainsi conforté dans ses ambitions de développer les armes atomiques.

Le quotidien Korea Herald rappelle que la dénucléarisation ukrainienne était même autrefois citée en exemple dans la recherche d’une solution pacifique au problème nucléaire nord-coréen. « La Corée du Nord doit être en train d’observer la crise ukrainienne avec un sourire de satisfaction », conclut un éditorialiste du journal Joogang Ilbo.

 

Le programme nucléaire nord-coréen, synonyme de lourdes sanctions

Un rapport des Nations unies, publié la semaine dernière, affirme que le régime a mis au point diverses solutions pour contourner l’embargo et continuer à acheter à l’étranger les composants nécessaires pour ses programmes nucléaires et balistiques.

Pyongyang estime que la bombe est à la fois cruciale pour assurer la survie de ses dirigeants et qu’elle est aussi très utile comme carte de négociation pour obtenir des concessions financières.

Une professeur sud-coréenne, Kim Hyo-jin, souligne que l’Ukraine a récemment reçu des offres importantes d’assistance de la part de la Russie et de l’Occident, qui tentent de s’attirer ses faveurs… Selon elle, plutôt que de s’ouvrir, « le régime va conclure que renforcer sa répression interne et accroître la valeur [géostratégique] de son arsenal nucléaire est la meilleure voie possible ».

 

Conséquences sur les relations entre Moscou et Séoul

La Corée du Sud se trouve en position difficile : elle est un allié des Etats-Unis et va donc se voir obligée de rejoindre les sanctions décidées par Washington contre Moscou alors que la présidente sud-coréenne Park Geun-hye cherchait au contraire à renforcer ses liens avec la Russie. Notamment pour mieux faire pression sur l’adversaire nord-coréeen.

Park Geun-hye avait même lancé un grand projet de rapprochement avec la Chine et la Russie dans le but de promouvoir la stabilité sur la péninsule. Des ambitions mises à mal par les récentes actions russes en Crimée.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Missiles : MBDA a battu son record de commandes à l'export en 2013

Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards d'euros.

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier a obtenu de nombreux contrats à l'international. L'Arabie Saoudite, Singapour et Corée du Sud figurent dans le top trois des clients de MBDA.

 

2013 a été indéniablement une très, très bonne année pour MBDA à l'export. Le missilier européen a annoncé ce mardi à l'occasion de l'annonce des résultats 2013 avoir battu son record de prises de commandes à l'international (hors les commandes des quatre pays domestiques : Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie). Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards. L'Arabie Saoudite, Singapour et la Corée du Sud figurent dans le top trois des clients du missilier l'année dernière. Les produits de MBDA plaisent notamment à la région Moyen Orient (50 % des commandes) et à l'Asie-Pacifique (40 %).

Du coup, le carnet de commandes repasse au-dessus de la barre des 10 milliards, à 10,8 milliards d'euros. Un record que le groupe avait déjà battu en 2012 quand il avait engrangé 1,5 milliard d'euros de commandes cette année-là. Ce qui avait d'ailleurs été l'une des très rares satisfactions de MBDA et de son PDG, Antoine Bouvier. Car les commandes au total (2,3 milliards d'euros) avaient été encore bien en-dessous du chiffre d'affaires (3 milliards d'euros). Une mauvaise habitude qui avait été prise depuis 2009.

 

Avoir un book to bill supérieur à 1

Du coup, Antoine Bouvier avait fixé pour 2013 un objectif prioritaire à ses troupes, avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (book to bill) supérieur à 1. C'est fait. MBDA, qui a annoncé un chiffre d'affaires en léger retrait par rapport à 2012 (2,8 milliards en 2013, dont 1,7 milliards dans les quatre pays domestiques de MBDA, contre 3 milliards), a cassé l'an dernier la spirale infernale de la baisse inexorable de son carnet de commandes. C'est ce qu'a annoncé le PDG de MBDA ce mardi. D'autant que les commandes nationales ont été bien meilleures (1,8 milliards) que celles de 2012 où elles avaient été au ras du plancher (800 millions).

En France, MBDA a enfin obtenu la signature tant attendue du contrat de développement et de production du missile tactique, le missile moyenne portée (MMP) pour un montant de 400 millions. En Grande-Bretagne, le missilier a obtenu un contrat de production de 250 millions de livres du système naval de défense aérienne Sea Ceptor armé par des missiles CAMM (Common Anti-air Modular Missile). Enfin, l'Allemagne est devenue la sixième et dernière nation partenaire du programme de missile air-air Meteor à notifier en mai une commande.

 

L'Arabie Saoudite, premier client export de MBDA en 2013

C'est en Arabie Saoudite que MBDA a cartonné en 2013. Selon nos informations, le missilier a gagné cinq contrats. Tout d'abord le groupe britannique a choisi MBDA pour fournir à l'armée de l'air saoudienne le missile air-sol britannique le Dual-Mode Brimstone. En outre, il équipera l'armée de l'air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow. Soit environ une commande évaluée pour MBDA à 500 millions d'euros.

MBDA participera au contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). MBDA va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d'euros), deuxième client de ce nouveau produit.

MBDA va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l'armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah, selon des sources concordantes. Ce contrat, qui s'élève à un peu plus de 150 millions d'euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral (MBDA). A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d'euros de commandes au total.

 

Malaisie, Singapour, Corée, Nouvelle-Zélande, Indonésie et Turkménistan

MBDA a gagné un contrat portant sur les installations de tir de missiles sur les six corvettes de type Gowind, dont le design a été vendu par DCNS en Malaisie. Le montant de cette commande est évalué à un peu moins de 100 millions d'euros. Mais qui dit installations de tir dit commandes futures de missiles. MBDA doit vendre cette année des missiles surface-air VL Mica, et l'antinavire, Exocet block 3. La future commande est estimée entre 300 et 400 millions d'euros.

MBDA a obtenu en 2013 une très jolie commande à Singapour, un client référent, qui a investi dans des missiles Aster 30. Par ailleurs, le missilier a placé le Mistral en Indonésie et le Simbad-RC au Turkménistan, selon nos informations. Enfin, la Corée du sud s'est offert 170 missiles de croisière Taurus d'une portée de 500 kilomètres pour une valeur totale de 300 millions d'euros. Il a également été sélectionné par la Nouvelle-Zélande pour son système Sea Ceptor.

 

Le miracle permanent de MBDA

Chaque année, MBDA réussit un petit miracle à l'exportation. Car le missilier n'est pas vraiment aidé par les plate-formistes français (Dassault, DCNS, Airbus Helicopters…) qui ne vendent pas ou quasiment pas. Il a développé une véritable résilience qui lui permet de continuer à vendre sans l'aide des plate-formistes français. Du coup, il a dû se réorienter vers des plateformes étrangères comme le chantier naval néerlandais Damen (corvettes modulaires Sigma), qui est très actif à l'export. Et ses succès à l'export, le missilier les doit le plus souvent à son portefeuille produits sol-air (VL-Mica, Sea Ceptor, Mistral…) et antinavire (Exocet block 3). Enfin, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, donne le plus souvent possible un coup de pouce au missilier.

"MBDA cartonne dans des pays où on ne l'attend pas forcément grâce à un travail de fonds des équipes commerciales", constate un bon observateur. Un travail initié par le grand patron de l'export, Jean-Luc Lamothe qui a su nouer des partenariats avec des plate-formistes étrangers. Des succès qui sont également dus à la stabilité des équipes commerciales dans les pays. Un gage de réussite sur le moyen-long terme. Grâce à cette stratégie patiente, MBDA devrait concrétiser de beaux succès cette année ou en 2015 dans des pays inattendus.

Et bien sûr, chaque année qui passe, le rapproche d'un méga-contrat, notamment en Inde avec le Rafale ainsi que le SR-SAM (sol-air), au Qatar (Rafale)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:40
Numéro deux mondial de l’armement, la Russie a augmenté ses parts de marché

 

17/03 Par Alain Ruello

 

L’ex-Union soviétique reste le deuxième exportateur mondial d’armements, même si la Chine a gagné en autonomie.

 

Malgré les coups terribles que la chute de l’Union soviétique a portés à son industrie, la Russie exporte toujours autant d’armements : selon le Sipri, le pays s’est maintenu à la deuxième place mondiale depuis 2004, bien qu’il peine à contrer les Occidentaux sur les grandes campagnes à l’export. « Ce n’était pas gagné il y a dix ans », commente Louis-Marie Clouet, responsable de recherche.

Mieux, Moscou s’est payé le luxe d’augmenter sa part de marché, passée de 24 % à 27 % entre les périodes 2004-2008 et 2009-2013. Au point, selon le Sipri, de talonner les Etats-Unis, ce qui en surprendra plus d’un.

Cette performance, la Russie la doit principalement à son aéronautique militaire, et au Soukhoï 30 en particulier. L’avion de combat s’est vendu à quelques grands pays, comme l’Inde ou la Chine, mais aussi à certains, qui n’auraient pas les moyens d'acheter occidental, comme l’Ouganda.

Les autres armements à succès portent sur les hélicoptères de combat, les véhicules terrestres ou encore la défense anti-aérienne. Seul bémol : le naval « made in Russia » est à la peine, comme en témoignent les retards de la livraison d’un porte-avions à New Delhi. « Cela s’explique aussi par le fait que Moscou n’a rien commandé à ses chantiers navals depuis vingt ans », selon Louis-marie Clouet. Les exportations militaires russes ont profité de la réorganisation industrielle drastique initiée par Vladimir Poutine et qui a mis fin aux situations de concurrence sauvage russo-russes. Moscou a aussi réussi à compenser la forte décrue des ventes à la Chine.

Jusqu’en 2005, et parce que ses industriels avaient un gros besoin d’argent, la Russie a beaucoup vendu à Pékin, des avions de combat notamment. Après avoir désossé tous ces matériels, les ingénieurs chinois peuvent désormais se passer de leur voisin, sauf pour certains équipements qu’ils ne maîtrisent pas (encore), comme les moteurs. Du coup, l’Inde fait plus que jamais figure de partenaire militaire clef pour le Kremlin.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:35
LM to Maintain Reconnaissance Aircraft Systems for Republic of Korea

 

 

Mar 17, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The U.S. Air Force Life Cycle Management Center awarded Lockheed Martin [NYSE: LMT] a foreign military sales contract to support the Republic of Korea’s Peace Krypton reconnaissance aircraft system. This contract is valued at approximately $9 million.

 

Lockheed Martin has been providing sustainment engineering and logistics support to the Republic of Korea since 1996, the year that the corporation was awarded the prime contract to develop the Peace Krypton system.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 13:35
Les ventes d'armement soutenues par les tensions en Asie

 

18-03-2014 par RFI

 

Les importations mondiales d'armement sont en hausse de 14% sur la période 2009-2013. L'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) a publié ses chiffres ce lundi. Resultats : les pays du Golfe sont toujours de gros consommateurs d'armement (+23% entre 2004 et 2013) , mais c'est en Asie que l'on constate les hausses les plus significatives. Une course aux armement qui pourrait attiser les tensions régionales.
 

Des frégates pour l'Indonésie, des sous-marins pour la Malaisie, des avions de combat pour Singapour. Depuis le début des années 2000, l'Asie du Sud a considérablement augmenté ses commandes d'armement.

« Sur la dernière décennie, +62% d'achats ont été enregistrés sur la zone Asie du Sud-Est, explique Bruno Hallendof, chercheur au Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip) de Bruxelles. Des antagonismes historiques, entre le Cambodge et la Thaïlande, entre la Thaïlande et la Birmanie, entre Singapour et la Malaisie qui continuent d'avoir quelques petits accros, notamment en ce qui concerne l'approvisionnement en eau de Singapour... Tout cela ajoute un élément de volatilité dans une situation stratégique déjà tendue. »

Une hausse des dépenses nourrie par des tensions régionales mais aussi par le développement des transferts d'armement sud-sud, comme entre la Corée du Sud et l'Indonésie autour d'un contrat de sous-marins et d'avions de combats fabriqué par Séoul.

« Nous assistons également à une modernisation des arsenaux des pays de la région, notamment en Inde qui tente de moderniser fortement ses capacités industrielles d'armement, remarque Lucie Béraud Sudreau, chercheuse associée au Sipri. Environ 40% des exportations russes se font vers l'Inde avec notamment la livraison d'un porte-avions qui était attendu depuis un certain nombre d'années. »

 

Le géant chinois

Côté exportation, c'est la grand voisin du nord, la Chine, qui titre son épingle du jeu. De plus en plus présente sur les marchés internationaux, elle devient le quatrième exportateur mondial selon le Sipri et est parvenue à bien s'implanter en Afrique.

« Ce qui est intéressant avec l'Afrique, c'est qu'il y a un positionnement qui consiste aussi à essayer de vendre des armes contre une rétribution en termes d'accès à des ressources énergétiques », explique Emmanuel Puig, chercheur à Asia Center et enseignant à Science Po Paris. Selon le SIPRI la Chine détient aujourd'hui 6% du marché mondial de l'armement... devant la France et le Royaume-Uni. En 2014, Pékin consacrera prés de 96 milliards d'euros à sa défense.

« Le développement des technologies militaires chinoises leur a également permis de s'implanter sur des marchés où ils n'étaient pas présents, remarque Lucie Béraud Sudreau. L'Algérie est un exemple récent. Pékin se retrouve ainsi parfois en compétition directe avec des industriels américains, comme en Turquie, où les pays de l'Otan font fortement pression sur leur partenaire. »

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 12:35
Les ventes d'armement soutenues par les tensions en Asie

 

18-03-2014 par RFI

 

Les importations mondiales d'armement sont en hausse de 14% sur la période 2009-2013. L'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) a publié ses chiffres ce lundi. Resultats : les pays du Golfe sont toujours de gros consommateurs d'armement (+23% entre 2004 et 2013) , mais c'est en Asie que l'on constate les hausses les plus significatives. Une course aux armement qui pourrait attiser les tensions régionales.
 

Des frégates pour l'Indonésie, des sous-marins pour la Malaisie, des avions de combat pour Singapour. Depuis le début des années 2000, l'Asie du Sud a considérablement augmenté ses commandes d'armement.

« Sur la dernière décennie, +62% d'achats ont été enregistrés sur la zone Asie du Sud-Est, explique Bruno Hallendof, chercheur au Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip) de Bruxelles. Des antagonismes historiques, entre le Cambodge et la Thaïlande, entre la Thaïlande et la Birmanie, entre Singapour et la Malaisie qui continuent d'avoir quelques petits accros, notamment en ce qui concerne l'approvisionnement en eau de Singapour... Tout cela ajoute un élément de volatilité dans une situation stratégique déjà tendue. »

Une hausse des dépenses nourrie par des tensions régionales mais aussi par le développement des transferts d'armement sud-sud, comme entre la Corée du Sud et l'Indonésie autour d'un contrat de sous-marins et d'avions de combats fabriqué par Séoul.

« Nous assistons également à une modernisation des arsenaux des pays de la région, notamment en Inde qui tente de moderniser fortement ses capacités industrielles d'armement, remarque Lucie Béraud Sudreau, chercheuse associée au Sipri. Environ 40% des exportations russes se font vers l'Inde avec notamment la livraison d'un porte-avions qui était attendu depuis un certain nombre d'années. »

 

Le géant chinois

Côté exportation, c'est la grand voisin du nord, la Chine, qui titre son épingle du jeu. De plus en plus présente sur les marchés internationaux, elle devient le quatrième exportateur mondial selon le Sipri et est parvenue à bien s'implanter en Afrique.

« Ce qui est intéressant avec l'Afrique, c'est qu'il y a un positionnement qui consiste aussi à essayer de vendre des armes contre une rétribution en termes d'accès à des ressources énergétiques », explique Emmanuel Puig, chercheur à Asia Center et enseignant à Science Po Paris. Selon le SIPRI la Chine détient aujourd'hui 6% du marché mondial de l'armement... devant la France et le Royaume-Uni. En 2014, Pékin consacrera prés de 96 milliards d'euros à sa défense.

« Le développement des technologies militaires chinoises leur a également permis de s'implanter sur des marchés où ils n'étaient pas présents, remarque Lucie Béraud Sudreau. L'Algérie est un exemple récent. Pékin se retrouve ainsi parfois en compétition directe avec des industriels américains, comme en Turquie, où les pays de l'Otan font fortement pression sur leur partenaire. »

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:35
IAF transforming into strategic power: Chief

 

Mar 15, 2014 brahmand.com

 

KOLKATA (PTI): Chief of the Air Staff Air Chief Marshal Arup Raha Friday said that the IAF was poised to transform into a strategic aerospace power with the ongoing modernisation.

 

"IAF (Indian Air Force) is on a trajectory of modernisation and is transforming into a strategic aerospace power with full spectrum capability," said ACM Raha in his address to the personnel at Kalaikunda airbase in West Bengal.

 

He also urged all personnel to display exemplary leadership in pursuit of excellence.

 

Accompanied by wife Lily, Raha is on a four-day official visit in West Bengal to various defence establishments since Thursday.

 

At Kalaikunda, the air force chief also reviewed various measures being undertaken by the station towards operational commitments.

 

He also visited No 18 squadron and flew in a MiG-27 trainer aircraft with Gp Capt Ashish Rana, Commanding Officer of the squadron.

 

Earlier upon arrival at Kolkata he had called on Governor M K Narayanan at Raj Bhavan. He was scheduled to visit the Eastern Command's headquarter in Kolkata Saturday.

 

Raha also kept his promised date with his alma mater, Sainik School in Purulia, where he had studied from 1965 to 1970.

 

Addressing cadets of the school, he said it was a special pleasure to revisit it within three months since taking over as the Air Chief.

 

Talking to media-persons at Purulia, he described Sainik Schools as being among the best public schools that are building foundations for future leaders of our country.

 

"The Air Chief's visit has certainly overwhelmed the cadets who see him as their role model. This will not only motivate the cadets to aspire for a career in the Defence but will also boost the parents to encourage their children to become officers in the Armed Forces of the country," Principal Col B S Ghorpade said.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories