Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:35
Bientôt le début des essais à la mer du premier des 6 sous-marins Scorpène de la marine indienne

Des ingénieurs et ouvriers du chantier naval Mazagon Dock Ltd. de Mumbai lors de la sortie du hall de construction du premier sous-marin Scorpene indien

 

12 septembre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Le Kalvari, le premier des sous-marins classiques de type Scorpène construits pour la marine indienne, devrait quitter le chantier de construction de Mumbai à partir du 30 septembre pour des essais à la mer rigoureux.

Le Kalvari a été mis à l’eau le 6 avril dernier. Depuis, certains systèmes et équipements ont été validés lors d’essais à quai.

« L’équipage du sous-marin et les équipes du constructeur vont au cours des prochains mois mener les essais des différents équipements et du sous-marin dans son ensemble dans différentes situations, avant de déclarer le Kalvari apte à la mise en service en septembre 2016, » explique un responsable. Un essai de lancement d’armes est prévu en juin.

 

Référence : Hindustan Times (Inde)

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:35
New Delhi Nods +$400 Million Israeli Mega Drone Procurement

 

Sep 12, 2015 defense-update.com

 

The IAF has been seeking an unmanned, precision attack capability as a matter of high priority. These new drones will be operated by the Indian Air Force (IAF), which already has a large fleet of Searcher and Heron I reconnaissance drones. Both are produced by Israel Aircraft Industries (IAI).

 

The Indian government recently approved a plan to procure ten new missile-armed drones from Israel. “The $400-million proposal for buying armed Heron TP drones from Israel was cleared last week,” The Economic Times reported.

These new drones will be operated by the Indian Air Force (IAF), which already has a large fleet of Searcher and Heron I reconnaissance drones. Both are produced by Israel Aircraft Industries (IAI). The IAF also has a fleet of Harpy UAVs from Israel – designed as loitering radar-supression weapons. In addition,India operates the HAROP, a spin-off variant of the loitering weapon, designed to attack other surface targets. (Both Harpy and Harop are also made by IAI).

The proposed sale of the Heron TP to India had been on the table since 2012, but, only after the election of the new Modi government, did it receive the necessary political backing.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 11:35
Mil MI-26T2

Mil MI-26T2

 

BEIJING, Sept. 11 (UPI)

 

A proposed program by China and Russia to jointly develop a heavy-lift helicopter could begin next year as the two near finalization of the project agreement.

"The project is progressing smoothly, and we are discussing with our Russian counterparts terms and clauses in the agreement," Wu Ximing, chief helicopter designer at Aviation Industry Corp of China, was quoted by China Daily. "The negotiations should conclude before the end of this year and the development will start next year."

China Daily, with headquarters in Beijing, reported production of the aircraft would take place in China.

China will supply avionics systems and advanced materials for the helicopter, while Russia will be responsible for the aerodynamic design, transmission gear and de-icing equipment.

According to the Aviation Industry Corp of China, the helicopter will have the capability to carry 10 tons of cargo within the cabin or more than 100 people.

It has a maximum cruising speed of about 184 miles per hour and a range of 394 miles.

The aircraft would conduct its first flight around 2020.

"Compared with Russia's Mil Mi-26, now the largest helicopter used in China, the new aircraft will be more adaptable to plateaus and tropical regions," said Huang Chuanyue, deputy chief engineer at Avicopter, AVIC's helicopter branch. "This is very important because China has vast plateau areas and mountainous terrain, as well as many islands that are difficult to access by other means."

China Daily reported that Huang said China will need at least 200 heavy-lift helicopters within the next 30 years.

Worldwide demand for heavy-lift helicopters during that period will reach about 2,000 and "we expect this helicopter will corner about 25 percent of the international market for this type," he said.

Heavy-lift helicopters in use worldwide include Boeing's CH-47 Chinook, Sikorsky's CH-53E Super Stallion and Russia's Mil Mi-26.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 11:35
A British soldier learning Counter IED drills. U.K. Ministry of Defense photo by Sgt Ian Forsyth RLC

A British soldier learning Counter IED drills. U.K. Ministry of Defense photo by Sgt Ian Forsyth RLC

 

Sep 11, 2015 by Richard Tomkins (UPI)

 

Britain plans to gift Pakistan spare parts and other equipment to support counter-explosive equipment previously given to the country.

 

The intention to donate more than $1.5 million of equipment was announced earlier this week by Defense Secretary Michael Fallon.

 

"I'm pleased that we are able to offer this support package as our counter-IED work is part of our close partnership with Pakistan and our shared determination to fight terrorism," Fallon said.

 

"By working together, we will make our streets safer at home in the UK and in Pakistan. Pakistan has a rapidly expanding C-IED capability, with over 5,000 of its security forces trained, and more of these IEDs are being defeated across the provinces and lives are being saved. Pakistani battalions, who have benefited from UK support, have been operating for more than a year as part of the military's counter-terrorism operations."

 

Britain last May completed a three-year program to help Pakistan develop a multi-agency ability to counter improvised explosive devices. Counter-IED equipment, including mine detectors, were donated to the country. A new three-year support package was then offered to Pakistan, which borders Afghanistan and which faces its own extremist threat.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:35
GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

 

Sep 07, 2015 (IANS)

 

Chennai, India - The Indian space agency on Sunday said it had successfully positioned the country's military communication satellite GSAT-6 in its orbital slot.

 

According to Indian Space Research Organisation (ISRO), GSAT 6 has been successfully positioned in its orbital slot of 83 degrees East and co-located with INSAT 4A, GSAT 12, GAAT 10 and IRNSS1C on Sunday morning, after carrying out four drift arresting manoeuvres.

 

The satellite was launched by India's heavy rocket geosynchronous satellite launch vehicle-Mark II (GSLV) and put into geo transfer orbit (GTO) on August 27.

 

One of the advanced features of GSAT-6 satellite is its antenna - the largest satellite antenna realised by ISRO and utilised for five spot beams over the Indian mainland, which exploit the frequency reuse scheme to increase frequency spectrum utilisation efficiency.

 

The satellite provides communication through five spot beams in S-band and a national beam in C-band for strategic users.

 

The satellite's life expectancy is nine years.

 

ISRO is planning to launch 2,200 kg INSAT-3DR meteorological satellite next July with its GSLV rocket.

 

According to ISRO, with two back-to-back successful missions carrying indigenous cryogenic stage, the GSLV has matured into a reliable launch vehicle and has paved the way for its future operational missions, providing India self-sufficiency in launching higher capacity satellites into geosynchronous transfer orbit (GTO).

 

The 2016 July launch would be followed by the GSAT-9 satellite launch in May 2017.

 

The prestigious Chandrayaan-2 Mission is designated to be launched by GSLV in 2017-18 time frame.

 

According to ISRO, the GSLV is well on its way towards international and commercial operations.

 

Work is already in progress on the joint effort with NASA for the launch of NISAR satellite into a polar orbit by 2020-21. This mission will demonstrate the versatility of the GSLV for launch into various orbits.

 

While technical criticalities of the complex GSLV system have been overcome, challenges are being taken up for improving the payload capability from the present 2,117 kg to the design target of 2500 kg, ISRO said.

 

Detailed studies are in progress, addressing the various ways of achieving this target, said the Indian space agency.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:35
Chengdu JF-17 Xiaolong (Thunder) combat aircraft

Chengdu JF-17 Xiaolong (Thunder) combat aircraft

 

September 5, 2015: Strategy Page

 

In April, May and June of 2015 Japanese fighters had to take off and intercept intruders 173 times. Chinese aircraft were the cause 66 percent of the time otherwise they were usually Russian. During the same three months in 2014 there were 340 Japanese fighter sorties to deal with intruders and 70 percent of the time the intruders were Chinese. In 2013 Japanese aircraft went up over 300 times to confront Chinese aircraft (often recon aircraft) coming too close to Japanese air space. Thus 2013 was the first year Chinese intrusions exceeded Russian ones. This has been coming for several years. In 2011 nearly 43 percent of the sorties were for Chinese aircraft. That's almost three times as many Chinese intrusions as in 2010. Russian aerial activity has been declining for years and this is believed due to the difficulty and expense of keeping elderly Russian aircraft operational. Russia cannot afford to replace its Cold War era aircraft.

 

Although Russian warplanes continue to be a nuisance off the coast Japan considers Russian activity much less threatening. The Russian aircraft are flying more training missions in the Pacific and the Japanese have come to understand how it is nearly impossible for Russian pilots getting out to sea without showing up on a Japanese radar or coming close to Japanese air space. That’s because there is a lot of Japanese airspace off the east coast of Eurasia, so Russian warplanes out there cannot avoid passing close to Japanese air defense radars. China does not have this problem.

 

In 2011, the 355 Japanese anti-intrusion sorties were up 17 percent over the previous year, while in 2010, sorties were up 29 percent. They have continued to climb. All this should be measured against Cold War activity, which peaked in 1984 with 944 interception sorties. After the Cold War ended in 1991 (when there were 488 sorties), the number of intrusions fell through the 1990s, but since 2000 have increased.

 

These intrusions have been increasing sharply since 2008. Initially the Japanese launched many aircraft for each intrusion. For example, in 2008 a Russian Tu-95 entered Japanese airspace near an uninhabited island about 600 kilometers south of Tokyo. Although the Russian aircraft was in Japanese airspace for only about three minutes the Japanese launched 22 aircraft to intercept. This force included two AWACs aircraft and twenty fighters. No Russian aircraft entered Japanese airspace without permission again until 2013 and the Russians apologized for that one. But as the intrusions increased, the number of interceptors sent out for each incident decreased.

 

The Japanese believe that one cause for this increased activity is more electronic and maritime patrol aircraft are available to the Chinese who have a desire to gather as much information as possible about their strongest potential foe in the area. But the main reason is the dispute with China over the Senkaku Islands near Okinawa. China and Japan both claim these uninhabited islets, which are 320 kilometers southeast of the Chinese mainland, 167 kilometers northeast of Taiwan, and 426 kilometers southwest of Japan (Okinawa, which China also has claims on). The Senkaku Islands and have a total area of 6.3 square kilometers. Taiwan also claims the Senkakus, which were discovered by Chinese fishermen in the 16th century and taken over by Japan in 1879. They are valuable now because of the 380 kilometer economic zone nations can claim in their coastal waters. This includes fishing and possible underwater oil and gas fields.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:35
L'Indonésie recale le Rafale et choisit le Sukhoi Su-35
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 07:55
Rafale, BPC : les raisons d'un voyage raté de Le Drian en Malaisie et en Inde

La signature du contrat Rafale attendra encore quelques semaines en Inde - photo Dassault Aviation

 

01/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le déplacement en Malaisie et en Inde du ministre de la Défense n'a pas été à la hauteur des espérances initiales de la France. Le crochet express vers New Delhi a même été annulé.


 

D'habitude si discret, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a-t-il pour une fois été imprudent lors de son déplacement en Malaisie, puis en Inde? Si personne ne lui en voudra en raison de ses nombreux succès diplomatico-commerciaux durant ces deux dernières années, il est probable qu'on ne l'y reprendra pas à deux fois avant de partir avec une imposante délégation parlementaire et industrielle dans le but d'assister à une incertaine signature d'un contrat Rafale en Inde...

D'ailleurs, le crochet vers New Delhi a été annulé, selon des sources concordantes, les négociations n'étant pas encore achevées pour organiser une telle cérémonie. Toute la délégation rentre donc à Paris mardi soir. "Il a espéré jusqu'au dernier moment que les négociations s'achèvent mais cela n'a pas été possible", explique-t-on à Paris. D'autant que la légendaire administration indienne, qui a été très (trop?) surprise par l'initiative du Premier ministre Narendra Modi, d'acheter 36 Rafale sur étagère en avril dernier à Paris, a tout fait pour ralentir le processus, semble-t-il.

 

Kuala Lumpur a fait le minimum syndical

En Malaisie, les résultats escomptés n'ont pas été également à la hauteur des espoirs du ministre. Mais, là aussi, "il n'y avait pas l'alignement parfait des planètes", selon un très bon observateur de la Malaisie, pour aller beaucoup loin que ce que Kuala Lumpur a pu dire sur le Rafale. "Il est trop tôt pour annoncer quoi que ce soit à ce sujet" a d'ailleurs estimé mardi Hishamuddin Hussein lors d'une conférence de presse commune avec Jean-Yves Le Drian à Kuala Lumpur.

Pourquoi une telle frilosité? Parce que les manifestations de ces derniers jours, qui ont encore rassemblé dimanche à Kuala Lumpur plusieurs milliers de personnes, fragilisent le pouvoir actuel. Cet environnement favorise "le report d'une telle décision", souligne-t-on à La Tribune. Du coup, le ministre de la Défense malaisien s'en est tenu au strict minimum. La Malaisie est en train d'étudier la proposition de fourniture de 18 Rafale de Dassault Aviation mais la décision dépendra du prix de l'avion, a notamment déclaré Hishamuddin Hussein, qui a assuré qu'il n'avait pas discuté avec Jean-Yves Le Drian des navires porte-hélicoptères de type Mistral.

 

Le Rafale favori de la compétition malaisienne

Le Rafale a les faveurs de l'armée de l'air malaisienne, qui souhaite renouveler sa flotte d'avions de combat composée de MiG-29 de fabrication russe, selon plusieurs observateurs. Trois autres appareils sont en compétition : outre le Rafale, le F/A-18 de l'américain Boeing, le Gripen du suédois Saab et l'Eurofighter Typhoon, produit par un consortium associant Airbus Group, l'italien Finmeccanica et BAE Systems.

Jean-Yves Le Drian a confirmé la remise d'une proposition française dans le cadre de l'appel d'offres portant sur l'acquisition de 18 avions de combat. Une proposition technique et technologique jugée excellente tout comme l'accompagnement politique, par les observateurs. "Tout cela fait partie d'un tout, c'est une proposition que nous étudions et j'ai été très clair avec les Malaisiens sur le fait que c'était une question de budget", a précisé le ministre français. Et donc le ministre a estimé que les autorités malaisiennes devraient déterminer notamment si une telle acquisition était "abordable".

"Nous avons remis une offre complète sur l'interrogation posée par les autorités malaisiennes sur leur aviation de chasse, et c'est cette offre-là qui va être étudiée maintenant de manière attentive par les autorités", a expliqué Jean-Yves Le Drian

 

La Malaisie, un partenaire stratégique important

Une décision malaisienne est attendue avant la fin de l'année. Mais des experts du secteur aéronautique ont prévenu que les difficultés budgétaires liées à la chute des prix du pétrole et des matières premières pourraient retarder le processus. Hishamuddin Hussein a d'ailleurs confirmé les actuelles difficultés économique de la Malaisie. Il a estimé qu'avant d'acheter de nouveaux avions de combat comme le Rafale, la Malaisie devrait prendre en compte les "contraintes économiques" à un moment où le pays est confronté à un ralentissement de son économie et à la forte dépréciation de sa devise par rapport au dollar.

Au cours d'entretiens avec la délégation malaisienne, Jean-Yves Le Drian a également indiqué que le Rafale avait été l'un des sujets de discussion parmi d'autres, dans le cadre de la "large coopération" avec ce pays, un partenaire stratégique de la France en Asie du Sud-Est. Les relations entre les deux pays portent sur "beaucoup d'autres sujets", a-t-il souligné, citant "les sous-marins, les corvettes, les avions".

Un voyage finalement raté... D'où son irritation face aux médias qui ont évoqué la possible signature du Rafale avant son départ pour la Malaisie."J'ai en ce moment une grosse difficulté personnelle. Dès que je me déplace, il y a quelqu'un qui dit "il va signer un Rafale". Il m'arrive de me déplacer pour autre chose", a-t-il maugréé au cours d'une conférence de presse à Kuala Lumpur.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 17:35
Mer de Chine : le Japon poursuit son réarmement

Face à la menace de la Chine, notamment sur les iles Senkaku, le Japon poursuit son réarmement

 

01/09/2015 par Michel Cabirol – laTribune.fr (avec agences)

 

Le Japon veut augmenter son budget de la défense pour la quatrième année consécutive. Le ministère de la Défense veut une enveloppe de près de 38 milliards d'euros.

 

Le ministère de la Défense japonais a déposé lundi pour la quatrième année de suite une demande de budget record pour l'exercice d'avril 2016 à mars 2017, dans le but d'élargir encore ses moyens dans une région où la Chine est considérée comme une menace. Le ministère souhaite une enveloppe initiale de 5.090 milliards de yens (près de 38 milliards d'euros), soit une hausse de 2,2% sur un an justifiée par la nécessité de davantage protéger les îles nippones éloignées du territoire principal de l'archipel, notamment celles du sud-ouest, à proximité de Taïwan.

Pékin et Tokyo se disputent la souveraineté de territoires inhabités en mer de Chine orientale, les îles Senkaku, contrôlées par le Japon mais revendiquées par la Chine sous l'appellation Diaoyu.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:35
Pourquoi le choix de Tokyo désespère tant Airbus Helicopters

Le ministère de la Défense japonais a sélectionné un appareil de plus de 50 ans d'âge (Crédits : Bell Helicopters)

 

26/08/2015 Par Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

Alors que Airbus Helicopters proposait à Tokyo de codévelopper et de cofabriquer le programme X9, un hélicoptère de 4 à 5 tonnes, le ministère de la Défense japonais s'est tourné vers "une plate-forme existante et ancienne", le Bell 412. Cet appareil aura plus de 60 ans au moment de l'entrée en service du programme UH-X.

 

La déception d'Airbus Helicopters est immense après la sélection par le Japon du consortium formé par l'industriel japonais Fuji Heavy Industries et l'américain Bell... Elle se lit d'ailleurs entre les lignes du communiqué publié ce mardi. Associé à son partenaire japonais habituel Kawasaki Heavy Industries (KHI), maître d'oeuvre de ce programme, le constructeur de Marignane "confirme son extrême surprise à la suite de l'annonce faite par le ministère japonais de la Défense le 17 juillet", a-t-il expliqué dans une déclaration envoyée par email à La Tribune. C'est également le premier échec commercial d'Airbus Helicopters depuis le début de l'année.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 15:55
Où vont accoster les deux Mistral russes ?  - photo Grigory Sysoev Sputnik

Où vont accoster les deux Mistral russes ? - photo Grigory Sysoev Sputnik

 

26/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte, Afrique du Sud, Brésil, Canada, Inde, Malaisie, Singapour... Une dizaine de pays sont intéressés par les deux Mistral initialement destinés à la Russie.

 

Les deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC), de type Mistral, destinés initialement à la Russie, intéressent une dizaine de pays, qui veulent acquérir ce type de navire de guerre. Parmi les pays cités régulièrement dans la presse figurent Singapour, l'Inde, le Brésil, l'Egypte, l'Arabie Saoudite,le Canada et le Brésil... A cette liste, il faut rajouter désormais la Malaisie, qui souhaite depuis une dizaine d'années s'offrir un tel bâtiment. Deux autres pays ont également exprimé un intérêt, selon nos informations, pour les Mistral russes : les Emirats Arabes Unis et l'Afrique du Sud. Selon un responsable français s'exprimant sous couvert d'anonymat et cité par les agences Reuters et AFP, les discussions sont "assez avancées".

Mandaté par Bercy, le groupe naval DCNS est chargé de la vente des Mistral. D'autant que la France va récupérer la propriété des deux Mistral une fois réalisé le remboursement des deux bâtiments à la Russie. Le projet de loi entérinant l'accord intervenu début août entre Paris et Moscou après la décision de la France de ne pas livrer deux navires de guerre Mistral à la Russie a été présenté ce mercredi en conseil des ministres. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a précisé à l'issue du conseil le remboursement des deux bâtiments sera "inférieur à un milliard d'euros".

"Ce sera présenté de manière précise devant les parlementaires et ça comprend le remboursement de toutes les avances qui avaient été faites par les Russes", a-t-il déclaré devant la presse lors de son compte-rendu du Conseil des ministres. Ce projet de loi était "nécessaire parce qu'il y avait un traité international avec des conséquences budgétaires", a relevé Stéphane Le Foll, réaffirmant que "le coût pour la France est inférieur à un milliard d'euros" et que "le chiffre précis sera présenté devant les parlementaires".

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:35
Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

 

25/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense s'envole dimanche en Malaisie et au retour il s'arrêtera en Inde, selon plusieurs sources concordantes. Il pourrait participer à la cérémonie de signature du contrat des 36 Rafale à New Delhi.


 

Après les signatures des contrats Rafale au premier semestre en Egypte et au Qatar, le constructeur de l'avion de combat tricolore Dassault Aviation pourrait très vite avoir deux autres bonnes nouvelles en Malaisie et en Inde. Dans le cadre d'une visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à Kuala Lumpur, où il atterrira ce dimanche, l'armée de l'air malaisienne pourrait annoncer en privé au ministre sa préférence pour le Rafale dans le cadre d'un appel d'offre de 18 appareils.

En tout cas, la visite ne sera pas l'occasion d'une signature d'un contrat, sauf coup de théâtre. Car la Malaisie, qui est un pays très francophile en matière de vente d'armes, est actuellement secouée par une série de scandales. Le ministre de la Défense sera accompagné d'une délégation parlementaire de haut niveau, notamment Patricia Adam et Jean-Pierre Raffarin, respectivement président de la commission de la défense de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui vont voyager dans l'avion présidentiel de François Hollande.

 

Mistral en Malaisie?

Ce qui est sûr, c'est que les aviateurs malaisiens ne jurent que par l'avion de combat français, selon plusieurs sources interrogées. Et cela tombe bien, Kuala Lumpur dispose d'un budget ad hoc, selon nos informations, et ont un vrai besoin opérationnel dans le cadre d'un renouvellement de sa flotte de combat, notamment de ses MiG 29, qui ont beaucoup déçu les Malaisiens par le manque de fiabilité de la maintenance. Les Français ont jusqu'ici effectué une très bonne négociation avec Kuala Lumpur, notamment pour les offset.

Le ministre devrait évoquer un autre sujet brûlant, selon des sources concordantes : la possible revente d'un Bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, initialement destiné à la Russie, à la marine malaisienne, qui s'est déjà offert des corvettes Gowind et des sous-marins Scorpène fabriqués par DCNS. La Malaisie évoque déjà depuis une dizaine d'année l'achat d'un tel bâtiment pour sa marine. Enfin, DCNS pousse aussi la vente de deux sous-marins Scorpène supplémentaires à la Malaisie, qui en possède déjà deux. Les marins malaisien en sont d'ailleurs très satisfaits. Ce qui ne serait pas superflu compte tenu des tensions en Mer de Chine. D'une façon générale, la France souhaite une coopération bilatérale très poussée entre les deux pays dans le domaine naval.

 

Signature du Rafale en Inde?

A son retour de Malaisie, le ministre fera un crochet en Inde, où il pourrait assister à la signature du contrat des 36 Rafale, selon des sources concordantes, même si certains observateurs restent encore très prudents compte tenu de la légendaire inertie indienne. La délégation française sera de retour mardi soir prochain en France. En avril, la France et l'Inde ont conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale. Cette annonce a été faite à l'Élysée par le Premier ministre indien, Narendra Modi, en présence du président de la République François Hollande. L'appel d'offre concernant la vente de 126 Rafale prévue dans le cadre du contrat MMRCA a été par ailleurs abandonné.

"J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait annoncé en avril à l'Elysée Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait précisé que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", a-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

L'Inde est également intéressée par le Mistral. Et ce d'autant que l'Inde et la Russie sont très proches. L'achat de deux BPC russifié pourrait être une très bonne porte de sortie pour Paris et Moscou... à condition que les Russes ne mettent pas des bâtons dans les roues des Français

Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 16:55
Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Après le "contrat du siècle" annulé par l'Inde, l'autre projet de livraison de 36 Rafale par Dassault semble à son tour compromis.

 

12/08/2015 Par latribune.fr

 

Le contrat portant sur la vente de 36 Rafale entre Dassault Aviation et l'Inde achoppe sur des divergences liées au prix unitaire de l'appareil et sur la volonté de Delhi d'obtenir pour ce contrat des "offsets" (investissements sur place de la valeur d'une partie du contrat).

 

La vente de Rafale en Inde a de nouveau du plomb dans l'aile. Après l'annonce du gouvernement indien de casser l'appel d'offres qui devait offrir à Dassault le "contrat du siècle" (126 Rafale dont 108 construits en Inde), le pays est désormais en désaccord avec l'industriel français sur le projet de vente de 36 avions de combat de Dassault Aviation. Pourtant, en avril dernier, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait annoncé que ce contrat devait être réalisé "sur étagère", c'est-à-dire que les avions seraient construits en France, pour être livrés le plus rapidement possible.

 

Des négociations qui devaient être bouclées en "un mois ou deux"...

Mais, selon deux sources (des responsables du secteur indien de la défense) citées par Reuters, les deux parties sont désormais en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi (cf. celui des 126 Rafale, aujourd'hui caduc), des "offsets" (une partie de la valeur du contrat devra être transformée en investissements et emplois sur place, en Inde).

Le 16 mai, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, avait déclaré que les négociations sur le prix du contrat seraient bouclées en "un mois ou deux". Mais les discussions ont achoppé sur l'insistance de l'Inde à obtenir ses Rafale à un prix inférieur aux quelque 200 millions de dollars (180 millions d'euros) l'unité, prix qui avait servi de base aux négociations antérieures avec Dassault Aviation, ont déclaré les deux responsables militaires.

"Puisqu'il n'y a pas de transferts de technologies, le prix qui était sur la table pendant les négociations commerciales n'a plus lieu d'être", a déclaré l'un des responsables, tenu au courant des nouvelles négociations.

En effet, contrairement au précédent contrat, celui des 126 Rafale, issu d'un appel d'offres très disputé et remporté par Dassault Aviation -avant qu'il ne soit cassé-, cette commande de 36 aéronefs ne prévoit pas de production en Inde, pour ne pas retarder la livraison.

 

Débat sur les "offsets"

Les deux responsables indiens ont également indiqué que les discussions achoppaient aussi sur la condition posée par New Delhi en vertu de laquelle les fabricants d'armes doivent investir sur place une partie de la valeur de tout contrat supérieur à 50 millions de dollars (45 millions d'euros), une forme de transfert compensatoire désigné couramment par le terme "offset".

Ces pratiques d'offsets sont monnaie courante dans les contrats d'armement avec les pays émergents, où, pour décrocher des commandes, les groupes de défense occidentaux doivent investir en technologies et en emplois.

Dans ce cas précis, ont précisé les deux responsables, l'Inde veut que Dassault Aviation investisse au moins 30% de la valeur du contrat par le biais notamment de l'achat de composants pour sa production en France, mais aussi par l'installation d'usines en Inde et par de la formation aux emplois de haute technologie.

   | A lire : Défense, le quitte ou double des transferts de technologies

La France s'est dite prête à satisfaire les demandes d'offsets mais a souligné qu'il lui faudrait du temps pour mettre en place un réseau de distribution en Inde pour ses composants, par exemple, renchérissant le coût du contrat, a déclaré l'un des responsables.

L'Inde, confrontée à la montée en puissance militaire de la Chine et du Pakistan, accuse 19 années de retard dans son programme national de construction d'avions de combat légers, la certification finale du premier avion n'étant prévue que pour mars 2016.

Car, en dépit de sa volonté de fabriquer localement, l'Inde peine à développer ses propres programmes.

   | Lire : "Make in India" : quand New Delhi ne joue pas vraiment le jeu (fév. 2015)

Partager cet article
Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 16:35
L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

 

04/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé".

 

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi. Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre (Request for proposal-RFP) portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé". Ce qui n'est pas réellement une surprise. Cet appel d'offre était en discussions depuis trois ans avec Dassault Aviation pour la vente de 126 Rafale, dont 106 devaient être fabriqués localement par Hindustan Aeronautics Limitel (HAL), était en sursis depuis l'annonce surprise faite à Paris par le Premier ministre indien, Narendra Modi, de l'achat de 36 Rafale "prêts à voler". Une décision qui a été justifiée par l'urgence des besoins opérationnels de l'armée de l'air indienne (IAF).

Le ministère de la Défense indien a également précisé que dans le cadre de cet appel d'offre le Rafale avait "respecté toutes les caractéristiques de performance stipulées par le RFP pendant l'évaluation conduite par l'armée de l'air indienne".

Sur l'achat des 36 Rafale, le ministère a confirmé que les réunions entre les équipes de négociations indienne et française avaient commencé. Sans préciser quand. Les Indiens veulent que le Rafale, équipé de ses systèmes et de son armement, soit "livré dans la même configuration qui avait été testée et approuvée par l'armée de l'air indienne et avec une responsabilité de la maintenance de l'appareil plus longue assurée par la France", selon le communiqué du ministère de la Défense indien. Et de rappeler que New Delhi veut acquérir ces appareils "aussi vite que possible" dans le cadre d'un accord de gré à gré avec le gouvernement français (Inter-Governmental Agreement-IGA).

 

L'accord surprise annoncé en avril par Modi

En visite à Paris en avril, le Premier ministre indien annonçait que La France et l'Inde avaient conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale, soit deux escadrons."J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait indiqué Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait souligné que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", avait-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

Déjà il subsistait un doute sur la poursuite de l'appel d'offre MMRCA à l'issue de la visite de Narendra Modi. Mais fin mai, le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, avait levé une partie des doutes en expliquant que l'Inde n'achèterait "pas d'autres" (Rafale, ndlr), et se contenterait de "seulement 36" avions de combat tricolore car il est "beaucoup trop cher". Les précédents projets gouvernementaux indiens d'acquérir 126 Rafale de Dassault Aviation se sont révélés "économiquement non viables, et pas nécessaires" pour ce pays, avait-il ajouté.

L'acquisition de 36 appareils ne suffira cependant pas à satisfaire les besoins de l'Inde, qui doit faire face à des tensions frontalières avec la Chine et le Pakistan, avait estimé les analystes. Et ce d'autant que l'Inde a perdu 20 appareils en trois ans, selon les chiffres fournis par le ministère de la Défense indien : 12  MiG, 3 Sukhoi et 5 Jaguar.

Partager cet article
Repost0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 16:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

03/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 juillet 2015, après avoir assuré le commandement de la Combined Task Force 150 (CTF 150) en océan Indien durant quatre mois, la France a officiellement passé le relais au Pakistan, lors d’une cérémonie organisée sur la base navale américaine de Manama, à Bahreïn. Ce neuvième mandat à la tête de cette force multinationale chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics illicites qui lui sont associés en océan Indien a été marqué par de remarquables succès, soulignés par le vice-amiral Miller, commandant les Combined Maritime Forces (CMF).

 

Le 30 juillet 2015, le capitaine de vaisseau René-Jean Crignola a passé le commandement de la force navale au contre-amiral pakistanais Moazzam Ilyas au cours d’une cérémonie officielle à Bahreïn.

 

Dans son discours, le commandant français a souligné la remarquable coopération entre les différentes nations de la CTF 150 : « Il y a quatre mois, je recevais le commandement de la force du Canada, qui avait travaillé durant son mandat côte a côte avec l’Australie. Je laisse aujourd’hui la barre au Pakistan. Ces quatre pays, séparés par des millions de kilomètres, et qui représentent chacun un continent, sont néanmoins rassemblés autour d’un objectif commun : garantir la sécurité maritime et lutter contre le terrorisme dans cette région stratégique pour la stabilité mondiale ». Le capitaine de vaisseau Crignola a tenu à saluer l’investissement exceptionnel de toutes les unités ayant participé à la CTF 150 au cours de ces quatre mois sous commandement français.

 

Ce déploiement s’inscrivait dans le cadre de la contribution de la France à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité maritime en mer Rouge et en océan Indien. La CTF 150 est l’une des trois forces navales des Combined Maritimes Forces, commandées par le vice-amiral américain Miller. La CTF 150 a pour mission de conduire des opérations de sécurité maritime afin de dissuader et d’empêcher les organisations terroristes internationales d’utiliser la mer pour se livrer à des attaques ou à des trafics illicites susceptibles de soutenir leurs activités (transport de personnel, armes, drogue, etc.).

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:35
photo CNS

photo CNS

 

Jul 28, 2015 Source: Xinhua News Agency

 

Beijing  - The rocket will serve the final chapter of China's three-step -- orbiting, landing and returning -- lunar program and the building of manned space stations.

 

Chinese scientists on Friday successfully tested the power system of a Long March-5 carrier rocket scheduled for flight in 2016.

 

Development of the rocket, the fifth-generation launch vehicle of the Long March family, has entered a "runoff" phase, according to the State Administration of Science, Technology and Industry for National Defense.

 

The rocket will have a payload capacity of 25 tonnes to low Earth orbits, or 14 tonnes to geostationary transfer orbit, about twice the current capacity. The would-be capacity will be equivalent to that of mainstream carrier rockets now in use around the world.

 

The rocket will serve the final chapter of China's three-step -- orbiting, landing and returning -- lunar program and the building of manned space stations.

 

The Long March rocket family has completed more than 200 missions since 1970, when a Long March-1 rocket sent China's first satellite, Dong Fang Hong 1, or "the East is Red", into Earth orbit.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 08:35
photo RAF

photo RAF


27 juil. 2015 by Royal Air Force

 

Royal Air Force and Indian Air Force (IAF) aircraft are ‘dogfighting’ in a major airpower training exercise in the skies above Britain.

For Exercise Indradanush the IAF has flown their Russian built Flanker jet fighters, along with transport and tanker aircraft, across three continents to train with their RAF counterparts. Designed to reinforce the strategic relationship and enhance the mutual operational understanding between the two air forces, pilots and ground forces from both nations are participating in a series of increasingly complex training scenarios

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 17:35
Le Charles de Gaulle vu depuis le cockpit d'une Alouette III. photo M.Muller Marine Nationale

Le Charles de Gaulle vu depuis le cockpit d'une Alouette III. photo M.Muller Marine Nationale

 

17 juillet 2015 Portail des Sous-Marins

 

Pour la première fois, la marine indienne a officiellement indiqué la taille et les spécifications de son futur porte-avions. Elle a écrit à 4 grands chantiers navals, leur demandant des propositions pour l’aider à concevoir un porte-avions de 65.000 t et 300 m de long.

 

La lettre envoyée mercredi dernier, précise que le porte-avions doit avoir une vitesse maximale de plus de 30 nœuds. Elle ne se prononce en revanche pas sur le type de propulsion : nucléaire, diesel ou turbines à gaz.

 

La lettre indique que le porte-avions embarquera de 30 à 35 avions et environ 20 hélicoptères. Il aurait une catapulte et des brins d’arrêt, comme les porte-avions américains et français. Pour les aviateurs, il s’agirait d’un important changement puisqu’ils sont habitués aux appareils à décollage court, avec “ski-jump”.

 

Sans exiger un système électromagnétique, comme celui qui équipe le nouveau porte-avions américain USS Gerald R Ford, la marine indienne indique qu’il s’agit d’une possibilité.

 

La lettre a été envoyée à Lockheed Martin, BAE Systems, DCNS et Rosoboronexport.

 

Les spécialistes soulignent que les caractéristiques annoncées sont proches de celles du Charles de Gaulle et du Queen Elizabeth II.

 

La lettre donne une semaine pour répondre, exigeant une proposition pour le 22 juillet, réponse qui doit contenir des éléments de prix.

 

« Ce processus d’évaluation va au moins prendre une décennie. Il est impossible que quiconque puisse proposer une proposition détaillée en terme de prix dans un délai aussi court, » se plaint un haut responsable de l’un des vendeurs contactés.

 

Référence : Business Standard (Inde)

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:35
La cote du gouvernement japonais baisse suite aux lois de défense

 

19.07.2015 Romandie.com (ats)

 

La cote de popularité du gouvernement japonais de Shinzo Abe est au plus bas depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, a révélé dimanche un sondage. Il a été réalisé après le vote de lois de défense controversées.

 

Le gouvernement ne recueille que 35% d'opinions favorables, en baisse de 7 points en seulement deux semaines, contre 51% d'opinions négatives, selon cette enquête. Elle a été publiée par le journal Mainichi Shimbun, dont la ligne est très critique à l'égard de M. Abe, ouvertement nationaliste.

 

La chambre basse a adopté cette semaine des textes rendant possible, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, l'envoi à l'extérieur des Forces d'autodéfense - le nom officiel de l'armée - pour venir en aide à un allié, en premier lieu les Etats-Unis.

 

Les projets de loi doivent à présent passer devant la chambre haute mais la chambre basse peut passer en force si nécessaire.

 

Pour ses opposants, l'initiative de Shinzo Abe va à l'encontre de l'article 9 de la Constitution, qui bannit le recours à la guerre, et ruine 70 ans de pacifisme. Actuellement, l'armée nippone ne peut agir que dans le cas d'une offensive externe sur le territoire japonais.

 

Quelque 60'000 personnes, selon les organisateurs, avaient participé à une manifestation devant le parlement mercredi soir et des échauffourées avaient éclaté. Les manifestations sont pourtant généralement de faible ampleur et très tranquilles au Japon.

 

"Le mécontentement populaire envers ces lois sur la défense se renforce. La façon dont le gouvernement et le parti majoritaire ont conduit ce dossier explique la baisse de popularité du gouvernement", selon le Mainichi dont le sondage corrobore une précédente enquête d'opinion de Kyodo News.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:35
Apache And Hind

 

28.06.2015 Strategy Page



An AH-64E Apache Guardian from 1st Armed Reconnaissance Battalion, 25th Aviation Regiment, 25th Combat Aviation Brigade, 25th Infantry Division, and a Mi-35 Attack Helicopter from 31st Squadron, Tentara Nasional Indonesia Angkatan Darat, take off for a flight together during an attack/reconnaissance training mission in Semarang, Indonesia, Sept. 9. The training is part of Garuda Shield 2014, where units from United States Army Pacific are focusing on peace support training capacity and stability operations with the TNI-AD. (U.S. Army photo courtesy of 25th Combat Aviation Brigade)

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 09:35
RNZAF NH90 on Exercise Talisman Sabre 2015 - photo NZDF

RNZAF NH90 on Exercise Talisman Sabre 2015 - photo NZDF


4 juil. 2015 by NZDF

 

The action ramps up in Australia as the New Zealand forces spread across the bush in Central Queensland as part of Exercise Talisman Sabre 2015. The National Support Element, with the help of Royal New Zealand Air Force's NH90 helicopters, has been working behind the scenes to ensure supplies are delivered to Kiwi troops out in the bush.

Talisman Sabre marks the first time the NH90s have been deployed offshore and is a great opportunity to show their capability and effectiveness in a challenging coalition environment.

Talisman Sabre is the Australian Defence Force's largest warfighting exercise. It involves almost 30,000 troops from the ADF, the US military, the NZDF and Japan's Self-Defense Force. The NZDF has deployed two ships, four aircraft including two NH90 helicopters, 22 Light Armoured Vehicles, 23 other military vehicles and around 620 personnel for the exercise.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:35
China's Beidou navigation system more resistant to jamming

 

Jul 01, 2015 Spacewar.com (XNA)

 

Beijing - China has made breakthroughs in the anti-jamming capability of its Beidou satellite navigation system (BDS), the People's Liberation Army (PLA) Daily said Thursday.

 

The new technology, developed by Wang Feixue and his team from the National University of Defense Technology, has made the satellites 1,000 times more secure, the newspaper said.

 

In March, China launched the 17th BDS satellite, the first step in expanding the regional system to a global one.

 

The first BDS satellite was launched in 2000 to provide an alternative to foreign satellite navigation systems. In December 2012, the system began to provide positioning, navigation, timing and short message services to China and some parts of the Asia Pacific.

 

The BDS global network will have 35 satellites, five of which will be in geostationary orbit. The complete network should be installed by 2020.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 07:35
photo Australia MoD

photo Australia MoD

 

02 juillet 2015 par Aerobuzz.fr

 

Les forces aériennes australiennes vont se doter de deux ravitailleurs multirôles A330 MRTT supplémentaires. Elles en exploitent déjà cinq. Les deux nouveaux appareils sont en fait des A330-200 de Qantas qui vont être transformés en Espagne (Getafe) par Airbus Defence and Space. Ils devraient être opérationnels en 2018.

Les actuels A330 MRTT australiens dénommés KC-30A sont équipés de deux perches de ravitaillement (ARBS) utilisables par les F/A-18 des FAAF et d’autres chasseurs. Ils possèdent également un système pour se ravitailler en vol (UARRSI). Les KC-30A ont été engagés dans le Golfe.

 

Les forces aériennes australiennes opèrent déjà cinq ravitailleurs A330 MRTT

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 15:35
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

03/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 16 au 22 juin 2015, le BPC Dixmude et la FLF Aconit ont fait escale à Visakhapatnam, en Inde. Celle-ci a été l’occasion de renforcer une fois encore nos liens avec la marine indienne.

 

A l’occasion du passage sur rade de Port Blair, capitale de l’archipel de Nicobar et Andaman, plusieurs officiers indiens ont embarqué avec le groupe Jeanne d’Arc le temps du trajet vers Visakhapatnam où l’équipage devait effectuer une escale quelques jours plus tard.

 

Après un accueil très chaleureux de la marine indienne à Visakhapatnam, une délégation a pu assister à une démonstration de l’Engin de Débarquement Amphibie Rapide (EDAR). Ce fut l’occasion pour la flottille amphibie du Dixmude d’illustrer les multiples capacités opérationnelles de l’EDAR dans la base navale indienne. Le lendemain, une réunion bilatérale a été organisée à bord afin de partager des expériences acquises et enrichies par les interactions régulièrement menées dans nos zones de déploiement communes.

 

Deux mois après la déclaration conjointe du  Président de la République française M. François Hollande et du Premier ministre de la République de l’Inde, Shri Narendra Modi en visite officielle à Paris, cette escale était placée sous le signe de l’entente. Avec la participation de frégates indiennes le jour de l’appareillage, des manœuvres et des entraînements conjoints ont été conduits en mer. En parallèle, le personnel du pont d’envol du Dixmude a accueilli un hélicoptère indien Sea king, pour une visite du commandant en chef de la flotte de l’Est. 

 

En complément de ces échanges opérationnels, des visites croisées des bâtiments ont permis aux marins de se rencontrer et de mieux se connaître. Par ailleurs, de nombreuses activités de coopération et de rayonnement ont été organisées. Le 21 juin 2015, alors que l’Inde célébrait le Yoga, pratique nationale ancestrale reconnue par l’ONU qui a fait de cette date une journée internationale, une séance était organisée sur le pont d’envol du Dixmude. Cet événement à la fois sportif, culturel et fédérateur est venu clôturer une escale marquée par la découverte des traditions locales.

 

Ces échanges illustrent la volonté indienne comme française de renforcer la coopération militaire entre nos deux pays, et s’inscrivent dans la continuité du partenariat stratégique initié en 1998.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 14:35
AS565 MBe naval version Panther photo Airbus HC

AS565 MBe naval version Panther photo Airbus HC

 

Friday, July 03, 2015 by Shiv Aroor - Livefist

 

Big development in the goldmine that is India's military helicopter requirement landscape. Airbus Helicopters and India's Mahindra Defence have announced a joint venture that will fight for the many big Indian helicopter competitions. As with most such things these days, it looks to align itself with PM Narendra Modi's 'Make in India' campaign.

 

"Both companies will now get into discussions to finalize the formation of the joint venture which will act as the prime contractor for India’s military helicopter tenders including the Reconnaissance and Surveillance Helicopter, the Naval Utility Helicopter and the Naval Multirole Helicopter procurement programs. The resulting joint venture aims to become the first private Indian helicopter manufacturer under the ‘Make in India’ initiative. This will create hundreds of high-tech jobs locally and lead to a flow of cutting edge technologies to India should it be selected in the governmental helicopter tenders," a joint statement said.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories