Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:55
Missiles : les trois défis de MBDA pour 2015

MBDA attend beaucoup des campagnes export du Rafale pour sécuriser son plan de charges. (photo Dassault Aviation)

 

17/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En dépit des fondamentaux financiers et économiques solides, MBDA doit lever toute une série de défis pour sécuriser complètement son activité au-delà de 2017.


 

Le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, peut être un patron heureux. Tous les clignotants du missilier européen sont au vert ou presque. Les prises de commandes (4,1 milliards d'euros, contre 4 milliards en 2013), dont celles à l'exportation (2,5 milliards, contre 2,2 milliards en 2013), ont battu de nouveaux records, tandis que la marge opérationnelle est proche des 10%. Seule petite contrariété mais qui était anticipée par la direction de MBDA, le chiffre d'affaires est en forte baisse (14%), glissant de 2,8 milliards d'euros à 2,4 milliards en raison de la contraction des budgets de défense en Europe, notamment en France et Grande-Bretagne.

Pas de panique pour autant, Antoine Bouvier a prévenu que "le chiffre d'affaires en 2015 se rapprocherait de 3 milliards d'euros" (contre 2,8 milliards en 2013 et 3 milliards en 2012). Une remontée logique puisque MBDA a engrangé ces deux dernières années 8 milliards d'euros de prises de commandes. Ce qui gonfle son carnet à 12,6 milliards à fin 2014 (10,8 milliards en 2013 et 9,8 milliards en 2012) grâce à un book-to-bill (ratio entre prises de commande et chiffre d'affaires) de 1,6 en moyenne sur 2013 et 2014. Pour autant, MBDA a du pain sur la planche pour glisser vers un avenir radieux. Et donc pas mal de défis à relever.

 

1/ Le défi permanent de l'exportation

L'exportation reste un défi permanent pour une entreprise 100 % défense comme MBDA. D'autant que le missilier doit faire face ces dernières années à une violente contraction des budget de défense en Europe. Dans l'esprit d'Antoine Bouvier, l'export doit donc prendre le relais et assurer "une dynamique de croissance importante". Il a gagné ce pari en 2013 et en 2014. Et devrait récidiver en 2015. Notamment grâce aux deux contrats signés en février en Égypte pour équiper les 24 Rafale (Mica, Scalp) et FREMM (Aster 15, Exocet) pour un montant de 1,1 milliard d'euros (dont 800 millions pour le contrat Rafale) et à celui en en cours de finalisation pour les corvettes Gowind (entre 300 et 400 millions). "Les contrats Egypte arrivent au bon moment en raison de l'incertitude sur la charge qui pesait en 2016 et 2017", a admis Antoine Bouvier. MBDA obtient en propre 40 % du montant du contrat et le solde est pour la filière (60%).

Le PDG de MBDA compte sur un deuxième grand contrat pour sécuriser complètement son plan de charge. Il a le choix entre les campagnes Rafale les plus prometteuses à plus ou moins court terme (Qatar et Inde) et celles sur la défense aérienne (Pologne, Turquie et Inde). Pour autant, ce sont toutes des campagnes difficiles et loin d'être gagnées en 2015. Soit pour des raisons de glissement de calendrier (Rafale Inde et Qatar, Air Defence en Pologne et Turquie), soit en raison de la perte du contrat (Pologne), ou soit en raison de l'arrêt du programme (Air Defence en Inde). Sur le SR-SAM, qui est une "déception" en 2014,  "notre objectif est de relancer cette campagne en 2015 sur la base du Make In india et de comprendre si ce programme a toujours des bases solides ou de réorienter  nos activités en Inde", a expliqué Antoine Bouvier.

En dehors des grands contrats, MBDA devraient comme chaque année obtenir des plus petits contrats (entre 50 et 200 millions d'euros) comme cela été le cas en 2014 avec le contrat Exocet au Brésil (130 millions d'euros) pour armer les hélicoptères de la marine. Par exemple, MBDA a une trentaine de campagnes plus ou moins actives en Inde.

 

2/ Le défi des programmes domestiques

Après avoir signé les contrats de développement du MMP (Missile moyenne portée), puis des missiles FASGW(H)/ANL (Future Anti Surface Guided Weapon (Heavy)/Anti Navire Léger), MBDA attend encore de la part de la direction générale de l'armement (DGA) la notification du contrat de développement de la modernisation de l'Aster 30, l'Aster 30 block 1NT dans le cadre d'une coopération franco-italienne. Une signature qui devait intervenir en fin d'année et qui a été depuis repoussée de semaine en semaine. Cette incertitude pourrait être liée à l'obtention ou pas du contrat Air Defence en Pologne (Wisla). En tout cas, on reconnait chez MBDA des discussions sur le lancement de ce programme. Dans sa nouvelle évolution, l'Aster 30 verra sa capacité d'interception augmentée pour traiter des missiles d'une portée allant jusqu'à 1.500 km.

C'est aussi le cas pour la modernisation du missile nucléaire ASMPA (air-sol moyenne portée amélioré). Conformément au discours de François Hollande sur la dissuasion nucléaire à istres, MBDA a obtenu de la part de la DGA des programmes d'études amont (PEA) sur la vitesse, "un élément déterminant" pour ce type de missile, la furtivité et les trajectoires de vol en vue de  développer le successeur du missile de la composante nucléaire aéroporté à l'horizon 2050. "C'est un programme qui tire la technologie pour l'ensemble de la filière missilière française", a rappelé Antoine Bouvier. En Grande-Bretagne, MBDA vise la modernisation du missile air-air ASRAAM et des études de faisabilité du programme Spear 3 pour équiper le F-35 d'une bombe planante.

Des contrats attendus par MBDA, qui a d'ailleurs consenti d'importantes réductions de charges de production en contrepartie de la notification de contrats de développement des futurs programmes de missiles. Notamment en France où MBDA a encaissé une baisse de 30 % sur les deux dernières lois de programmation militaire (LPM). Par exemple, MBDA n'a reçu en 2014 que 350 millions d'euros de crédits de paiement de la DGA. Aussi, il serait juste que la France se décide enfin pour la modernisation de l'Aster 30. En outre, en Grande-Bretagne, les experts s'attendent à de nouvelles coupes dans le budget du ministère de la Défense.

 

3/ Le défi de consolider la filière missilière italienne

Depuis l'arrivée du nouvel administrateur délégué et directeur général de Finmeccanica Mauro Moretti, MBDA Italie est entrée dans une période d'incertitude. Aussi bien sur le plan de la charge que sur le volet capitalistique. "Nous attendons du gouvernement italien la consolidation des budgets missiles en Italie, a reconnu Antoine Bouvier. Nous avons besoin d'avoir une visibilité sur le pipeline à venir. Et précisément nous avons besoin de savoir si les hypothèses de travail sont toujours les mêmes". Entre autre, la filiale italienne du missilier européen attend la notification de la modernisation de l'Aster 30. Pour autant, l'Italie cherche à faire des économies dans son budget de la défense, selon de bons observateurs de la filière défense italienne.

Ce qui pourrait pousser Finmeccanica à vendre les 25% qu'il détient dans MBDA. Des expressions d'intérêt, dont Airbus Group, ont déjà été adressées à Mauro Moretti, qui terrifie son entourage. Le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a déclaré fin février qu'il comptait discuter cette année avec Finmeccanica, notamment concernant MBDA, qui a pour actionnaires, outre le groupe italien, Airbus Group (37,5%), le britannique BAE Systems (37,5%). Le groupe italien semble être entré dans une période compliquée. D'autant qu'il y a une volonté de la part de Mauro Moretti de mettre au pas les grands barons de Finmeccanica, notamment dans les filiales.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 19:55
Tir du missile Aster 30 de la frégate Chevalier Paul - photo DGA

Tir du missile Aster 30 de la frégate Chevalier Paul - photo DGA

 

09/02/2015 DGA

 

DGA Essais de missiles, depuis son site du Levant, a conduit, le 13 janvier 2015, au profit de la marine, un tir complexe d’entraînement : le tir d’un missile Aster 30 d’entraînement depuis la frégate de défense antiaérienne « Chevalier Paul » contre une cible aérienne poursuivant un aéronef ami. L’objectif était de confirmer la capacité de discrimination et d'interception de l'Aster 30 face à deux pistes radar très imbriquées.

 

Le scénario élaboré, construit pour la marine en collaboration avec DGA Techniques navales et DGA Maitrise de l’information, a permis, notamment grâce à l’instrumentation du missile d’entraînement, de recueillir des données techniques permettant de d’observer finement la phase finale d’interception.

 

Au-delà de la priorité d’assurer la sauvegarde des biens et des personnes dans le cadre d’un scénario complexe mettant en vol trois moyens véloces dont un missile équipé d’instruments de mesures, le défi d’effectuer un vol en patrouille de deux cibles Mirach à des distances imposées et proches a été relevé par DGA Essais de missiles.

 

Ce tir a illustré les excellentes qualités du système PAAMS et du missile Aster en situations complexes, notamment pour des scénarios où amis et ennemis sont imbriqués. C’est un des rares systèmes opérationnels au monde capable d’une telle performance.

 

Le système PAAMS, développé en coopération avec l'Italie et la Grande-Bretagne, se compose d'un radar multifonctions, d'un radar de surveillance, des missiles de type Aster 15 ou Aster 30, d'un système de lancement vertical et d'un système de commandement et de contrôle. Ce système assure des missions d'autodéfense, de défense locale d'un groupe de bâtiments et de défense de zone à moyenne portée.

 

 

 

 

 

 

 

Aster 30 : Tir complexe réussi à DGA Essais de missilesAster 30 : Tir complexe réussi à DGA Essais de missiles
Aster 30 : Tir complexe réussi à DGA Essais de missiles

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:55
photo DGA

photo DGA

 

16/01/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 13 janvier 2015, en coordination avec la DGA, la frégate de défense aérienne Chevalier Paul a effectué un tir de missile surface-air Aster 30.

 

Alors que le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du Charles de Gaulle s’apprête à rejoindre l’océan Indien pour assurer une mission de présence opérationnelle et de pré-positionnement dans cette zone stratégique pour la France, l’ensemble de l’équipage du Chevalier Paul a orienté tous ses efforts en vue de la réalisation de ce tir Aster.

 

Le scénario consistait à explorer les limites du domaine de discrimination du système d’armes de la FDA afin d’identifier, entre deux pistes très proches,  un aéronef ami et un ennemi, puis d’engager ce-dernier. Ce tir a permis de confirmer les qualités exceptionnelles du système de défense aérienne de zone des FDA. Ceci permettant aux frégates de défense aériennes Forbin et Chevalier Paul, de conforter leur place parmi les meilleurs bâtiments anti-aériens.

 

Fort de cette réussite, le Chevalier Paul et son hélicoptère embarqué Caïman Marine, sont parés à assurer l’escorte du GAN dans le cadre de la mission Arromanches.

 

Frégate de défense aérienne, le Chevalier Paul est un condensé de technologies et de capacités militaires de pointe. Escorte préférentielle des porte-avions, que ce soit le Charles de Gaulle ou, très régulièrement, les porte-avions américains, le Chevalier Paul assume toutes les missions de protection, de l’escorte rapprochée à la maîtrise élargie de l’espace aéromaritime.

Partager cet article

Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:50
Réussite d’un double tir Mamba franco-italien

 

26/05/2014 Sources : DGA - Armée de l'air

 

L’armée de l’air française et l’armée de terre italienne ont réussi un double tir de leurs systèmes sol/air moyenne portée (SAMP), le 20 mai 2014, sur le site de la direction générale de l’armement (DGA) «Essais de missiles» à Biscarrosse. 

 

Les deux tirs de missiles Aster 30 ont intercepté avec succès deux cibles représentatives de drones.

Ce double tir constitue une nouvelle démonstration des larges capacités opérationnelles du SAMP, système également appelé Mamba par l’armée de l’air française. Pour la première fois, une campagne de tir conjointe entre opérationnels français et italiens s’est déroulée, permettant aux militaires italiens de réaliser leur premier tir de Mamba depuis le site de Biscarosse.

Le SAMP présente de nombreux atouts, notamment la défense de zone à 360 degrés, sa portée, l’agilité du missile, la modularité et la capacité à traiter simultanément tout type de cibles aériennes modernes.

Pour rappel, le premier tir opérationnel réalisé par l’armée de l’air avait été effectué par l’escadron de défense sol/air 4/950 « Servance » le 1erseptembre 2011. Lire la brève ici

 

 

Réussite d’un double tir Mamba franco-italien

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:55
 Tir d'un missile Aster 30 depuis une batterie SAMP/T photo DGA

Tir d'un missile Aster 30 depuis une batterie SAMP/T photo DGA

 

20/03/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

C'est une question à plusieurs centaines de millions d'euros : comment MBDA va-t-il faire évoluer son offre dans la défense sol-air moyenne portée au cours des années à venir ? La réponse est à chercher, en premier lieu, du côté des partenaires européens du programme que sont la France et l'Italie. "En France, l'objectif est de lancer le programme Aster 30 Block 1 NT en 2014", rappelait le 18 mars Antoine Bouvier, pdg de MBDA, lors de la présentation des résultats 2013 de sa société.

Qu'est-ce que l'Aster Block 1NT ? Une évolution de l'Aster 30 Block 1 actuel, c'est à dire le missile mis en oeuvre par les batteries de défense sol-air terrestres SAMP/T, en service en France et en Italie. Le Block 1 NT (pour nouvelles technologies) sera ainsi doté, entre autres, d'un nouvel autodirecteur fonctionnant en bande Ka, alors que l'actuel émet en bande Ku.

Concrètement, cela doit permettre au missile de détecter et de poursuivre des cibles plus rapides ; en matière de défense contre les missiles balistiques, cette amélioration permettra d'intercepter des engins de plus longue portée, soit environ 1.500 km. Plus généralement, le programme Aster Block 1NT vise également à traiter toutes les obsolescences dont pourraient être frappés les différents composants de l'Aster 30 actuel.

 
 

Environ 300 millions d'euros cette année.

Dès la fin 2008, la DGA avait attribué à MBDA et Thales un plan d'études amont d'environ 30 M€ pour travailler sur ce sujet. Le lancement du programme à proprement parler avait en revanche été retardé à plusieurs reprises. Mais cette fois-ci, c'est la bonne, explique-t-on chez MBDA. "La loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit bien la notification d'un contrat dès cette année", affirme ainsi Antoine Bouvier.

La documentation budgétaire associée au projet de loi de finances 2014 révèle en effet que 270 M€ devraient être engagés cette année dans ce programme, afin de couvrir "le traitement des obsolescences des munitions" et "une amélioration de performances face aux missiles balistiques de théâtre".

Mais le contexte budgétaire contraint invite à trouver d'autres partenaires pour financer ce chantier. "Il n'y pas aujourd'hui de conditions liées à un client export sur le programme Block 1NT", tempère toutefois Antoine Bouvier. Est-ce à dire que l'Aster Block 1NT sera financé uniquement en franco-français ? "Nous tâcherons de nous inscrire dans la perspective du programme Aster, c'est à dire celle d'une coopération franco-italienne pour le missile", nuance le pdg de MBDA. "Nous nous efforcerons de placer ce développement dans un cadre franco-italien, mais ce sera évidemment conditionné par les budgets italiens", ajoute le dirigeant.

 
 

La piste britannique.

D'autres pistes de coopération existent, à plus ou moins long terme, pour faire évoluer la famille Aster. "Dans la feuille de route d'évolution de l'Aster, il y a plusieurs grands domaines", souligne Antoine Bouvier. "L'un est lié au missile lui-même avec le nouvel autodirecteur de l'Aster 30, mais nous avons également des perspectives de feuille de route navale", précise le pdg du missilier européen.

Lors du récent sommet franco-britannique de Brize Norton, Londres s'est en effet dit favorable à "un dialogue bilatéral dans le domaine de la défense antimissile balistique", étudiant la possibilité d'utiliser ses destroyers Type 45 (déjà équipés d'Aster 30) pour mener cette mission, avec un missile et des capteurs améliorés.

Dernier client en date du missile Aster 30, Singapour pourrait également jouer un rôle dans de futures évolutions du missile. "L'acquisition par Singapour de l'Aster 30 terrestre va nous permettre de renforcer notre coopération sur le long terme avec la société locale ST Engineering", expliquait MBDA à "Air&Cosmos" lors du salon de Singapour le mois dernier.

 
 

Coupes claires.

En France, la LPM 2014-2019 a entériné des coupes importantes dans le programme Aster : alors qu'il était initialement prévu de commander 575 Aster 30 à MBDA, cette cible a été abaissée à 200 missiles seulement, tandis que celle des Aster 15 a été réduite de 200 à 140 exemplaires. Sept missiles Aster 30 seront livrés au client français en 2014, et 25 en 2015, date à laquelle est prévue la dernière livraison d'Aster 30.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 17:50
Missiles: MBDA très, très tenté par un contrat en Pologne

Thales propose dans le cadre du GIE Eurosam (MBDA 66 %, Thales 33 %) le système SAMP/T armé de missiles Aster 30 (

 

15/01/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Pologne veut moderniser sa défense aérienne. Elle a sélectionné cinq candidats, dont le missilier européen MBDA présent dans trois offres différentes.

 

 

La Pologne a choisi cinq candidats pour négocier avec eux l'achat de systèmes de défense aérienne dont elle veut équiper son armée, a indiqué mercredi le ministre polonais de la Défense, Tomasz Siemoniak. Le groupe d'électronique Thales, le consortium germano-italo-américain MEADS, l'américain Raytheon, le gouvernement d'Israël et le missilier européen MBDA associé à la holding polonaise d'armements PHO (Polish Defense Holding (PHO), ex-Buma), "ont été choisis parmi les fournisseurs potentiels pour poursuivre les négociations", a précisé le ministre à la presse.

Thales propose dans le cadre du GIE Eurosam (MBDA 66 %, Thales 33 %) le système SAMP/T armé de missiles Aster 30 (radar Arabel de Thales). Une offre soutenue par la France et l'Italie. MBDA (via MBDA Allemagne et MBDA Italie) est également dans le consortium international MEADS (Medium Extended Air Defense System), emmené par le groupe américain Lockheed Martin et soutenu par les États-Unis, l'Allemagne et l'Italie.

Enfin, le missilier propose des missiles Aster 30 dans le cadre de sa coopération avec PHO, qui fournira le radar. Trois chances sur cinq de gagner pour MBDA... En face de ces trois offres : Raytheon, associé au groupe norvégien Kongsberg (système NASAMS et missiles AMRAAM), et le  groupe israélien Rafael (Spyder-MR ADS), soutenu par le gouvernement israélien.

 

L'un des trois grands contrats visés par la France

C'est l'une des trois grandes campagnes actuelles en Pologne que lorgnent les groupes d'armement français avec les hélicoptères (Airbus Helicopters) et les sous-marins (DCNS). Selon nos informations, la Pologne prévoirait de consacrer un budget de plus de 6 milliards jusqu'à 2022 à l'acquisition de systèmes de missiles de courte et moyenne portée (défense aérienne). "Nous souhaitons obtenir à travers cet investissement un renforcement de notre potentiel défensif mais aussi créer des emplois et apporter un gain à la recherche" en Pologne, a expliqué le ministre.

La Pologne est engagée dans un vaste programme de modernisation de ses forces armées. Elle entend dépenser à cette fin 140 milliards de zlotys (33,3 milliards d'euros) au cours des prochaines années. Contrairement aux autres pays européens, la Pologne, membre de l'Otan depuis 1999, n'a rien sacrifié de son budget Défense à la crise. En vertu d'une loi de 2001, ce budget reste fixé à 1,95 % du PIB. Cette année, il s'élève à 32 milliards de zlotys (7,7 milliards d'euros), dont plus du quart est consacré à la modernisation.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:35
Aster-30 missile launch photo MBDA  Michel Hans

Aster-30 missile launch photo MBDA Michel Hans

16/09/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Republic of Singapore Air Force should soon be equipped with Aster-30 surface to air missile systems, according to Singapore's defence minister, Ng Eng Hen.

 

Addressing Singaporean MPs on 16 September 2013, Dr Ng described how the air arm is implementing a hi-tech air defence shield, comprised of several layers. This multilayered shield is intended to defend Singapore against all conceivable airborne threats.

 

Right now, Singaporean air defence is supplied by an arsenal of 12 MIM-23B I-Hawk launchers and circa 500 missiles. Now over 40 years old, this technology has since been superseded by more modern systems, such as the Aster-30.

 

Aster-30 Missile Systems

 

Equipped with Aster-30 missile systems, the Republic of Singapore Air Force would gain a simultaneous extended-range multi-target engagement capability.

 

In line with the Aster-30's introduction, the Republic of Singapore Air Force would also have its Lockheed Martin F-16C and -D Fighting Falcons upgraded, extending their service lives.

 

Developed during the 1960s, the MIM-23B I-Hawk missile boasts a 74 kilogram warhead and has a range of up to 40 kilometres.

 

Singaporean Air Defence

 

"Superior air defence and strike capabilities have been built up through prudent and steady investments of resources and land allocation for our defence needs", Dr Ng explained. "And over the years, we have acquired, adapted and developed advanced technologies and state-of-art platforms to provide more accurate and timely early warning and situational awareness of potential threats. We will continue to invest in these capabilities."

 

The Aster missile series was introduced in 2001. Vertically-launched, the Aster-15 and Aster-30 missiles take their name from Asterion - the 'ruler of the stars' in Greek mythology.

 

Produced by the MBDA-Thales Eurosam consortium, the Aster-30 has a maximum range of 120 kilometres, reaches flight altitudes of up to 30 kilometres and travels at Mach 4.5. Aster missiles presently equip the French Air Force and the French, Italian, Singaporean and Saudi Arabian navies, amongst other operators.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 19:04

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2013/images-mars-2013/module-de-lancement-du-samp/2220257-1-fre-FR/module-de-lancement-du-samp.jpg

Module de lancement du SAMP

 

11/03/2013 Armée de l'air-  Economie et technologie

 

L’armée de l’air française a réussi le 6 mars 2013, avec l’armée de terre italienne, pour la première fois dans une architecture impliquant l’Otan, l’interception d’une cible représentative d’un missile balistique de théâtre par le système sol-air moyenne portée SAMP, appelé Mamba. Après environ 300 kilomètres de vol balistique, et avec une vitesse relative d'environ Mach 8 lors de l'impact, la cible a été détruite par un missile intercepteur ASTER 30.

 

Le système SAMP était connecté à l’Otan et à un radar d’alerte via un réseau de liaison de données L16 représentatif d’un dispositif opérationnel.

 

Ce tir d’évaluation technico-opérationnelle a été réalisé au centre DGA Essais de missiles de Biscarrosse, conjointement par le quatrième régiment d’artillerie de Mantoue (Italie) et l’équipe de marque de défense sol-air du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) de Mont-de-Marsan, appuyée par du personnel et du matériel de la brigade aérienne du contrôle de l'espace (BACE) du commandement des forces aériennes (CFA) ; plus particulièrement de l’escadron de défense sol-air (EDSA) 12/950 « Tursan » de Mont de Marsan ainsi que du commandement du soutien des forces aériennes (CSFA).

 

Ce succès fait suite aux deux tirs réussis en octobre 2010 et novembre 2011 contre le même type de menace. Il constitue une étape supplémentaire franchie dans la montée en puissance du SAMP au sein de l’armée de l’air et dans la démonstration des capacités du système d’arme et du personnel qui le servent à pouvoir contrer une menace balistique de théâtre dans un cadre Otan.

 

Les atouts du SAMP, baptisé Mamba par l’armée de l’air française, sont notamment la défense de zone à 360°, sa portée, sa puissance de feu, l’agilité du missile, la modularité, la capacité à traiter simultanément tout type de cibles aériennes modernes, la capacité à s’intégrer dans différentes chaines de commandement et l’aptitude à protéger des forces déployées grâce à sa mobilité.

 

Le déploiement du système se poursuit au sein de l’armée de l’air. Après les EDSA de Luxeuil, Mont de Marsan et Avord, c’est aujourd’hui celui de Saint-Dizier qui reçoit le système SAMP. L'escadron d’Istres sera, quant à lui, équipé d’ici 2014.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2013/images-mars-2013/sequence-de-tir-du-mamba/2220141-1-fre-FR/sequence-de-tir-du-mamba.jpg

Séquence de tir du Mamba

Partager cet article

Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 12:30
Interception d’une cible supersonique évoluant au ras de l’eau.

05/04/2012 Marine Nationale

 

Le 4 avril 2012, la frégate de défense aérienne Forbin a engagé une cible supersonique, simulant un missile antinavire à très basse altitude, tirée depuis le Centre d’essais missiles de la Direction générale de l’armement, basé sur l’île du Levant (Var). Le Forbin a intercepté la cible en vol avec son système Aster 30. Le Chevalier Paul a assuré le suivi de la cible et des missiles tirés.

 

Cet essai, mené en collaboration avec la DGA, conforte la capacité de la Marine à assurer la protection de forces à la mer (groupe aéronaval ou groupe aéromobile) face aux menaces de missiles antinavires les plus contraignants. Il constitue, par ailleurs, une première en Europe, aux cours de laquelle les deux frégates se sont préparées puis ont mené à bien un scénario opérationnel complexe, faisant face à une menace supersonique en vol rasant au dessus de l’eau.

 

La zone de tir au large de l’île du Levant avait au préalable fait l’objet d’un arrêté de la Préfecture maritime de la Méditerranée pour en interdire l’accès.

 

Les frégates Forbin et Chevalier Paul, équipées du système PAAMS, ont notamment été engagées au cours du déploiement Agapanthe dans l’océan Indien entre octobre 2010 et février 2011, puis lors de l’opération Harmattan. Au large de la Libye, elles ont assuré la protection des groupes navals autour du porte-avions Charles de Gaulle puis des BPC Tonnerre et Mistral, mené des opérations de tir contre terre et assuré la coordination de l’activité aérienne aux profits de la coalition opérant au large de la Libye, fonction dite «Red crown».

Partager cet article

Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 08:55
MBDA’s arsenal on display at DefExpo

The Fire Shadow launched at Vidsel in Sweden in 2010.

Photo Vidsel Test Range / RFN

 

March 8, 2012 Saurabh Joshi  - stratpost.com

 

The French defense company MBDA is planning to display a wide range of weapons systems from its product line at DefExpo, including the Mistral VSHORAD, the Mistral ATAM for the Indian Army’s Advanced Light Helicopter (ALH) Dhruv Mk IV WSI (Weapons System Integrated), as well as their PARS 3 LR anti-tank guided missile system, which is also being considered for the Dhruv.

 

MBDA is proposing the Mistral as a solution for India’s VSHORAD requirement to replace the existing Igla systems. MBDA says, the Mistral missile has a 96% kill probability over 4, 000 firings and can be effective against ‘a host of air threats, ranging from cruise missiles and combat jets flying at supersonic speeds to pop-up helicopters’. It is operated by 39 customers in 27 countries and can be fired from launchers mounted on tripod, vehicle, naval platform and helicopters.

 

A company statement quoted MBDA India country head, Loïc Piedevache, as saying, “Our stated strategy in India is to link and to work with local industry and to advance technology transfer wherever feasible. So should Mistral MANPADS be selected, we are exceptionally well positioned to get local production capability of the Mistral missile up and running as soon as required. This could of course be a single Mistral production line in India for both the Dhruv’s air–to-air Mistral ATAM system which is currently being integrated and for the surface to air requirement”.

 

The PARS 3 LR on the Eurocopter Tiger. Copyright: MBDA

 

The fire-and-forget PARS 3 LR is being pitched to service the air-to-ground requirement of the Dhruv helicopter. MBDA says the system has been ‘developed for engaging mobile and stationary targets equipped with the latest generation of armor protection, field fortresses, bunkers and other high-value targets.’

 

While the German Army’s Eurocopter Tiger helicopters operate a quad launcher for the PARS 3 LR, the Indian requirement is for a twin-launcher, currently being designed with Indian industrial partners. Piedevache says, “We are already working closely with an Indian company on the design of a specific PARS launcher for the Dhruv. Should we get the go ahead, another Indian partner will be lined up to carry out launcher production”.

 

A full-scale model of MBDA’s Medium Range Air Defense missile, ASTER 30, will also be on display. The missile, which is operationally deployed on ground and naval platforms in three countries, is said to offer ‘high-level tactical and strategic mobility and with its high rate of fire is capable of countering the most demanding of saturating threats’.

 

ASTER 30-SAMP/T firing in 2008. Copyright: MBDA

 

The company says the ASTER 30 can pull up to 60 G plus an additional 12 G lateral acceleration ‘automatically commanded by the missile in order to achieve a direct hit on the target’. The French Air Force used it to successfully intercept a ‘target representative of a ballistic missile’ last November.

 

The company is also putting up a model of its response to the Indian Army Request for Proposal for Loitering Munition, the Fire Shadow. Ordered by the British Army, the MBDA says it can be ‘targeted by a range of ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance) systems, for example a forward observer with binoculars or a sophisticated system such as a UAV and is surface launched from a highly mobile launch unit’.

 

The Fire Shadow is a platoon or company level precision weapon that brings the human element into the picture, targeting ‘time-sensitive ground targets’ in the ‘absence of readily available air-support’. , The system satisfies the requirement to have man-in-the-loop control in the complex battlefield in the fog of war, ‘where the target might only make fleeting appearances before taking cover’.

 

MBDA says the Fire Shadow can fly directly to the target and carry out its precision strike at ranges of greater than 100km. ‘However, what makes Fire Shadow special is that should the intended target disappear, or should the operator decide to delay the attack until further target information becomes available, the weapon can be positioned to loiter over the suspected target area for around six hours. An operator remains in permanent control of Fire Shadow from a control centre using special software that provides real-time situational awareness, vital for complex urban scenarios where collateral damage could be an issue’.

 

Exocet MM40 Block 3 firing. Copyright: MBDA / Michel Hans

 

MBDA will also be showing off the anti-ship missiles like the entire Exocet family, which includes surface, submarine and air-launched variants, with the latest variant, the Exocet MM40 Block 3 with its 170 km range and littoral land attack capability. The Exocet SM39 has already been ordered for India’s Scorpene submarines. MBDA has sold around 4,000 of this family to global customers.

 

A little smaller, the French company’s Marte MK2/S, with its active RF seeker for maritime targets at ranges of 30 to 40 kilometers, though suitable for fixed-wing aircraft depending on altitude, has been optimized for the NH90 helicopter, which is competing in the Indian Navy tender for Multi Role Helicopters (MRH).

 

Besides these, also on display will be the MICA, already being purchased by the Indian Air Force (IAF) for the Mirage 2000 upgrade, the ASRAAM, on offer for the IAF’s Jaguar aircraft, the Dual Mode Brimstone and the Storm Shadow/SCALP cruise missile which earned a name for themselves in the Libya operations, last year, in addition to the Meteor BVR (Beyond Visual Range) air to air missile

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 05:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ae/Aster_30_system.jpg/800px-Aster_30_system.jpg

 

05/09/2011 Source : La Tribune

 

Le comité ministériel d'investissement du ministère de la Défense a approuvé le lancement de quatre programmes qui ont été confiés au missilier.

 

MBDA a décroché au coeur de l'été le jackpot au moment où la France entre dans une période de disette budgétaire sévère. Avant la grande trêve estivale, le dernier CMI (comité ministériel d'investissement) du ministère de la Défense a approuvé fin juillet, selon nos informations, toute une série d'investissements dans de nouveaux programmes de missiles et dans la modernisation de certains grands programmes de MBDA (37,5 % EADS, 37,5 % BAE Systems et 25 % Finmeccanica). Soit un volume financier de l'ordre de 600 à 650 millions par an pendant une dizaine d'années. Ce qui va donner au missilier européen une belle visibilité en termes de charges de travail pour ses bureaux d'études et pour l'exportation avec des nouveaux produits dans des gammes où la France a déjà fait ses preuves.

 

Successeur du Milan

 

Après une très longue réflexion, le ministère de la Défense a finalement retenu pour le programme MMP (missile moyenne portée), successeur du Milan, qui a été l'un des grands best-sellers français à l'exportation, la solution proposée par MBDA (munitions) et Sagem (postes de tir) au détriment des propositions de « francisation » des missiles Javelin de l'américain Raytheon et Spike de l'israélien Rafael. Le développement de ce programme est estimé entre 150 à 200 millions d'euros. C'est une belle victoire pour le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, qui s'est beaucoup battu pour ce programme majeur pour sa stratégie à l'exportation. Ce programme pourrait être notifié par la Direction générale de l'armement avant la fin de l'année 2011 et lancé en 2012. Le CMI a également décidé de lancer le programme ANL (antinavire léger), l'un des programmes majeurs de la coopération franco-britannique, qui s'inscrit dans l'accord de défense signé entre la France et la Grande-Bretagne en novembre 2010. Enfin, le ministère de la Défense va moderniser en 2012 une nouvelle version d'un des best-sellers de MBDA, le missile antinavire Exocet ainsi que le missile Aster 30 Block 1 NT (nouvelles technologies), fabriqué par MBDA et Thales. Ce missile disposera d'un autodirecteur bénéficiant de la technologie devenue mature en bande Ka qui apportera un potentiel de croissance pour les performances contre les cibles balistiques jusqu'à 1.000 km de portée, sans régression sur les performances contre cibles conventionnelles. M. C.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 16:55
Le programme PAAMS (principal anti-air missile system)


17/06/2011 DGA

 

Le système PAAMS constitue l’armement principal des frégates anti-aériennes Horizon (réalisées en coopération franco-italienne), et des Destroyers T45 britanniques en assurant des missions simultanées d’autoprotection du bâtiment porteur, de défense locale d’un groupe de bâtiments et de défense de zone à moyenne portée (30 à 100 km).

D’un point de vue technique, le système PAAMS partage de nombreux éléments avec les systèmes de la famille FSAF (famille de missiles sol-air futurs) et en particulier le missile Aster.

Ce système se compose :

- des radars multifonctions intégrés dans une conduite de tir : Empar pour la France et l’Italie, Sampson pour l’Angleterre ;

- du radar de surveillance à longue portée S1850M (ou LRR pour Long Range Radar) ;

- des missiles Aster 15 et Aster 30, capables d’intercepter des attaques saturantes d’avions et de missiles supersoniques manœuvrant ;

-      d’un système de lancement vertical (SLV) ;

-      d’un système de commandement et de contrôle (C2) permettant de suivre la situation tactique, d’évaluer la menace et de gérer la conduite des tirs de missile, intégré au système de combat des bâtiments, ou (en secours) en autonome.

 

Caractéristiques techniques des composantes du système

 

Munitions Aster

Le missile Aster est conçu pour l’interception aérienne d’avion ou de missile. C’est un missile à deux étages lancé verticalement et disposant d’un système original pif-paf qui associe le pilotage aérodynamique classique au pilotage en force par action de jet de gaz au centre de gravité du missile. Le missile Aster 15 et le missile Aster 30 utilise le même missile terminal mais ont un étage d’accélération (booster) différent

  Aster 15 Aster 30
Longueur 4,2 m 4,8 m
Diamètre 180 mm
Masse 300 kg 445 kg
Propulsion Combustible solide / deux étages
Vitesse Fortement supersonique
Portée d’interception > 45* km > 80* km
Mode de guidage

-      pendant toute la durée du vol utilise un guidage inertiel avec recalage intermédiaire de la cible par liaison avec le radar au sol ;

-      en trajectoire finale : autodirecteur électromagnétique actif.

Mode de pilotage pif-paf : pilotage d’interception en force - pilotage aérodynamique fort
Protection sur 360°
Divers

-      tiré à partir d’un tube conteneur qui sert aussi au transport et au stockage ;

-      durci aux contre-mesures électromagnétiques.

* : portée maximale dépendant du type de cible

 

Module de lancement vertical (MLV) Sylver A50 du système de lancement vertical (SLV)

  A50
Configuration 6 modules (capacité de 8 modules/frégate)
Capacité par module 8 Aster (15 et/ou 30)
Masse 8 tonnes
Hauteur 6 mètres
Surface au sol 2,6 x 2,3 m

Le MLV est dérivé du modèle A43 installé à bord du Porte-avions Charles de Gaulle. L’électronique de contrôle du MLV est réalisée à partir de baies navales de gestion des munitions : NGGM.Le système SLV est composé de 6 modules pouvant chacun mettre en œuvre 8 missiles (Aster 15 et/ou Aster 30).

 

Conduite de tir

La conduite de tir est assurée par des radars 3D longue portée multi-fonctions de type Empar (bande C) ou Sampson (bi-bande E/F). Ces radars ont une rotation d’antenne de 60 tours/minute et offrent des fonctions de : surveillance, météo, discrimination des cibles, acquisition multi-cibles, poursuites combinées multi-cibles...

 

Radars Multifonctions Empar et Sampson :

Le radar Empar (European Multifunction Phased Array Radar) est un radar bande C, équipant les frégates Horizon. Le radar Sampson est un radar bi-bandes (E/F), équipant les destroyers Type 45. Leur rôle est d’assurer le guidage des missiles Aster et permet entre autre de suivre et d’engager simultanément de nombreuses cibles.

 

Radar de surveillance S1850M - LRR

Le radar S1850M, plus connu sous le nom « LRR » (Long Range Radar), est un radar de veille longue distance bande D, dérivé du Smart-L de Thales NL, destiné à la détection aérienne et de surface.

 

Organisation étatique et industrielle

Le programme PAAMS est développé par les acteurs majeurs de l’industrie missilière européenne (MBDA, TAD, Selex, BAé) regroupés au sein du GIE Europaams.

Les principaux industriels sont :

- Selex : radar Empar ;

- MBDA Italia : calculateurs Mara VME et console opérateur Magics II ;

- BAé : radar S1850 M ;

- InsyTe : radar Sampson ;

- DCNS : module de lancement vertical Sylver ;

- MBDA-F : munitions Aster ;

- Thales : système de conduite et de contrôle des conduites de tir (partie commune aux versions franco-italienne (PAAMS(E) et britannique (PAAMS(S) : C2 core).

L’organisation étatique du programme se compose d’un bureau trinational (PPO : PAAMS Programme Office) et d’un comité directeur (PSC : PAAMS Steering Committee).

 

Avancement du programme

Le programme a été lancé en juin 1999, la qualification du système devrait être prononcée fin 2011.

La production est pratiquement terminée, les deux frégates françaises et les deux frégates italiennes ainsi que cinq des six  Destroyers T45 britanniques sont actuellement équipés du PAAMS (les 2 premiers Destroyers T45 ont été validés et des tests sont en cours pour les 3 autres).

Partager cet article

Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 12:55
La famille de missiles sol-air futurs (FSAF)

 

17/06/2011 DGA

 

Le programme FSAF vise à développer autour du missile Aster (Aster 15 et Aster 30), une famille de systèmes destinés à couvrir les besoins en matière de défense aérienne (avions et missile) de l’ensemble des armées. Le programme FSAF se compose :

 

- du SAAM

Système d’auto défense destiné aux bâtiments de la marine qui assure avec le missile Aster 15 naval du système surface-air anti-missile (SAAM) la défense navale traditionnelle à courte, voire très courte portée à une mission élargie d’autodéfense étendue, pour assurer la défense d’un bâtiment voisin, y compris face aux missiles anti-navires de nouvelle génération les plus performants. Ce système est en service à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle (entre autres).

 

- du SAMP/T

Système destiné à la défense antiaérienne des grandes unités de l’armée de terre, et de défense des points sensibles de l’Armée de l’air qui assure la défense terrestre de zone contre tous les types de cibles aériennes modernes y compris les missiles balistiques tactiques de type SCUD et les missiles de croisière, avec le missile Aster 30 terrestre du système sol-air moyenne-portée/terrestre (SAMP/T). Ainsi, le SAMP/T assurera la défense antiaérienne du corps de bataille, la protection de la force opérationnelle terrestre (FOT), la défense des bases aériennes et des points fixes de valeur en remplacement du système HAWK, ainsi que la contribution franco-italienne à la première capacité du programme OTAN de défense contre les missiles balistiques de théâtre ALTBMD (active layered theater ballistic missile defense).

Le SAAM et le SAMP/T sont des systèmes modulaires qui intègrent différents éléments pour répondre au mieux à la mission qui leur est confiée. Ainsi, le système comprend :

- des radars multifonctions : Arabel pour le SAMP/T et le SAAM en version française et Empar pour le SAAM en version italienne, intégrés dans une conduite de tir qui assure la veille, la poursuite des cibles et l’engagement des missiles sur 360°;

- les missiles Aster 15 et Aster 30 capables d’intercepter des attaques saturantes d’avions, de missiles supersoniques manœuvrant et des missiles balistiques ;

- des ensembles de lanceurs verticaux terrestres montés sur camion ou naval intégrés dans la structure du navire qui utilise la même électronique ;

- un système commandement et de contrôle basé sur le calculateur Mara VME et des consoles Magics II permettant de suivre la situation tactique, d’évaluer la menace et de gérer la conduite du tir des missiles.

Ces systèmes peuvent être mis en œuvre de manière autonome ou intégrés dans le système de combat du bâtiment (CMS) , cas des systèmes SAAM, ou dans le système de conduite des opérations aériennes, programme SCCOA de l’armée de l’air, relayé par le programme Martha de l’armée de Terre par liaison de données tactiques L11B ou  L16.

 

Caractéristiques techniques des composantes du système

 

Missiles Aster

Le missile Aster est conçu pour l’interception aérienne d’avion ou de missile. C’est un missile à deux étages lancé verticalement et disposant d’un système original pif-paf qui associe le pilotage aérodynamique classique au pilotage en force par action de jet de gaz au centre de gravité du missile. Le missile Aster 15 et le missile Aster 30 utilise le même missile terminal mais ont un étage d’accélération (booster) différent.

  Aster 15 Aster 30
Longueur 4,2 m 4,8 m
Diamètre 180 mm
Masse 300 kg 445 kg
Propulsion Combustible solide / deux étages
Vitesse Fortement supersonique
Portée d’interception > 45* km > 80* km
Mode de guidage

-      pendant toute la durée du vol utilise un guidage inertiel avec recalage intermédiaire de la cible par liaison avec le radar au sol ;

-      en trajectoire finale : autodirecteur électromagnétique actif.

Mode de pilotage pif-paf : pilotage d’interception en force - pilotage aérodynamique fort
Protection sur 360°
Divers

-      tiré à partir d’un tube conteneur qui sert aussi au transport et au stockage ;

-      durci au contre-mesure électromagnétique.

* : portée maximale dépendant du type de cible

 

Lanceurs

Lanceur Naval - SAAM FR
Lanceur Système de lanceur vertical pour navire : Sylver A43 pour SAAM
Configuration 4 sur le porte-avions Charles-de-Gaulles
Capacité par module 8 Aster 15
Dimension Hauteur  5,4 m - surface au sol 2,6 x 2,3 m2
Masse 7,5 tonnes

Ce type de lanceur est commun des lanceurs du système PAAMS et du missile de croisière naval (MdCN).

Lanceur Terrestre – SAMP/T
Lanceur Porteur de la classe 29 t (15 t de charge utile)
Capacité par module lanceur 8 Aster 30
Personnel 14 personnes pour la mise en opération d’une section de tir, 2 opérateurs dans le module d’engagement pour servir la section en opération (en dehors des personnels de maintenance)

Conduite de tir

La conduite de tir est assurée par des radars 3D longue portée multi-fonctions de type Arabel (bande X) ou Empar (bande C). Ces radars ont une rotation d’antenne de 60 tours/minute et offrent des fonctions de : surveillance, météo, discrimination des cibles, acquisition multi-cibles, poursuites combinées multi-cibles, d’engager simultanément de nombreuses cibles et d’assurer le guidage des missiles Aster

 

Organisation étatique et industrielle

Le programme FSAF est une coopération franco-italienne, qui regroupe les acteurs majeurs de l’industrie missilière européenne (MBDA, Thales), au sein du GIE EUROSAM, sous l’égide d’un comité de programme co-présidé par la DGA (pour la France) et le Secrétariat général à la défense (pour l’Italie).

Le programme a été intégré dans l’OCCAr en juin 1999.

Les principaux industriels concernés sont :

- Selex : radar multifonctions Empar et conduite de tir utilisant ce radar ;

- MBDA Italia : calculateurs MARA VME et console opérateur Magics II / systèmes de lancement vertical naval et terrestre ;

- DCNs : mécanique de lancement vertical Sylver ;

- MBDA France : munitions Aster 15 et 30 ;

- Thales : radar multifonction Arabel et conduites de tir utilisant ce radar / responsable technique de l’autodirecteur du missile (même famille que l’autodirecteur du missile air-air MICA), dont le maître d’oeuvre est MBDA Italia.

Le système SAAM équipe :

- la France avec quatre lanceurs pour le porte-avions Charles-de-Gaulle ;

- l’Italie pour le Porte Aéronefs Cavour.

Le système SAMP/T équipe:

- la France avec 10 systèmes pour l’armée de l’air ;

- l’Italie avec six systèmes pour l’armée de terre.

 

Avancement du programme

Le système SAAM Fr est en service depuis 2001 sur le porte-avions Charles-de-Gaulle.

Le programme a achevé avec succès en novembre 2006 sa campagne de tirs de qualification à DGA Essais de missiles à Biscarosse, et l’évaluation technico-opérationnelle du système par les forces françaises et italiennes a débuté.

Le système SAMPT a fait l’objet d’une première qualification en 2008, des compléments sont en cours  pour les fonctionnalités liaisons de données L16 et ATBM du système (capacité Block 1). Le système est en en cours de déploiement dans l’Armée de l’air. La mise en service se fera en 4 étapes à partir de 2011 : défense de site fixe, défense de la FOT (2 étapes), mission ATBM.

Les prochaines étapes majeures seront un traitement d’obsolescence :

- de la conduite de tir du système naval (remplacement de l’émetteur puis changement des calculateurs), à partir de 2013 ;

- du missile Aster 30 qui vise notamment à équiper le missile avec un auto-directeur de nouvelle génération, à partir de 2016.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories