Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 12:55
Airbus Group revoit à la baisse ses suppressions d'emploi chez Astrium France

 

06 mai 2014 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

Le plan de suppressions d'emploi prévu par Airbus pour sa division espace devrait concerner 605 postes chez Airbus Defence & Space France (ex-Astrium France) contre 779 initialement prévu.

 

La direction d'Airbus group a révisé à la baisse son plan de suppressions d'emploi dans sa branche espace, qui ne devrait plus toucher que 605 postes chez Airbus Defence & Space France (ex-Astrium France) contre 779 initialement prévu, a appris l'AFP de sources syndicales lundi 5 mai à l'issue du comité central d'entreprise d'Astrium.

 

125 postes seront épargnés en raison de commandes de satellites meilleures que prévu en septembre 2013 lors de la préparation du plan de restructuration annoncé en décembre.

 

Une cinquantaine d'autres suppressions de postes ne seront par ailleurs pas nécessaires, l'effectif réel de la société à fin 2013 étant finalement inférieur de 49 unités à ce qui était comptabilisé par la direction jusqu'ici (environ 6340 CDI).

 

Les cinq syndicats d'Astrium (CFE-CGC, CFDT, FO, CGT, CFTC) réclamaient avec insistance que la direction "tienne compte des succès commerciaux" d'Astrium et leur patron, François Auque, s'y était engagé il y a un mois devant 1 500 salariés réunis à Toulouse.

Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:55
Arianespace commande pour 2 milliards d'euros de fusées à Astrium

 

 

14/12/2013 latribune.fr

 

Le constructeur spatial a signé ce 14 décembre, en présence de François Hollande, un contrat prévoyant la livraison de 18 Ariane 5 à Arianespace. Ce n'est que la concrétisation d'un accord passé en septembre dernier.

 

Grosse commande pour le constructeur de fusées Astrium: l'opérateur Arianespace a signé ce 14 décembre un contrat portant sur l'achat de 18 lanceurs Ariane 5 supplémentaires, pour un montant total de plus de deux milliards d'euros. Ils doivent être lancés à partir de 2017, et vont s'ajouter aux 35 qui avaient déjà été commandés en 2009, a précisé Astrium.

"Au terme d'une année record en prises de commandes, ce contrat garantit la pérennité de la filière Ariane tout en améliorant sa compétitivité: c'est donc un acte fort de confiance en l'avenir qui nous permettra d'offrir à nos clients le service le mieux adapté à leurs besoins", a commenté Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, cité dans le communiqué publié ce samedi.

Cette signature de contrat avait été annoncée sur Twitter dès septembre par Stéphane Israël.

>> EADS empoche un gros chèque de deux milliards d'euros pour la fabrication de 18 Ariane 5

Just signed LLIs with Astrium for 18 more Ariane 5 launchers. Much like our customers, Arianespace trusts Ariane 5! pic.twitter.com/Xg54nIv5yz

- Stéphane Israël (@arianespaceceo) 17 Septembre 2013

 

Un accord-cadre officiel dès septembre

Ce samedi, le PDG a une nouvelle fois tweeté:

Arianespace assures the continuity with #Ariane5: Just signed final contract for 18 more heavy-lifters from @Astrium pic.twitter.com/VYvmSGDfCs

- Stéphane Israël (@arianespaceceo) 14 Décembre 2013

Comme l'a rappelé Arianespace, un accord-cadre avait en effet été signé en septembre dernier permettant à "Astrium et à ses partenaires industriels d'engager les approvisionnements à long terme et les premières activités de production des lanceurs additionnels". Des sources industrielles avaient indiqué à l'époque à l'AFP qu'un protocole d'approvisionnement de près de 400 millions d'euros avait été signé entre les deux sociétés, en prévision d'une signature du contrat de commande de 18 lanceurs en décembre.

"Pour Arianespace, cette commande porte à 38 le nombre de lanceurs Ariane 5 en cours de production ou à produire", a précisé la société samedi. "Elle garantit aux clients de l'opérateur européen la pérennité de son offre de service de lancement au Centre Spatial Guyanais jusqu'à la fin de la décennie".

 

5,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2012

Astrium est le maître d'œuvre de la fusée européenne Ariane. Cette filiale du groupe EADS est le numéro un européen des technologies spatiales. Elle a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de plus de 5,8 milliards d'euros. Astrium doit fusionner l'année prochaine avec la division défense d'EADS, sous le nom de Airbus Defense and Space.Arianespace, qui réalise plus de la moitié des lancements de satellites commerciaux dans le monde, exploite aussi les fusées Soyouz et Vega depuis le centre de Kourou, en Guyane française.

 

LIRE AUSSI:

>> Espace: ça plane pour Arianespace

Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:50
Douloureuse gestation pour Airbus Group

 

 

15 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Le couperet est tombé, EADS se prépare à supprimer 5.800 emplois à travers « ses » quatre pays, Allemagne, France, Royaume-Uni et Espagne. Le prix à payer, non pas pour éliminer des branches mortes – il n’y en a pas - mais pour mettre les capacités industrielles en adéquation avec la demande. Laquelle est plus vigoureuse que jamais en matière d’avions civils mais sérieusement fragilisée côté militaire, et un peu moins dans le spatial. Cassidian, Airbus Military et Astrium sont directement impactés.

 

Depuis que Thomas Enders, PDG du groupe, a confirmé ces mesures, chacun est tout simplement dans son rôle. Les dirigeants de l’entreprise montrent à quel point ils se veulent performants et proches des réalités, les syndicats expriment leur profond mécontentement face à un comportement « économiquement aberrant (…) et socialement inacceptable ». En revanche, de part et d’autre, on dit trop peu qu’il convient de relativiser l’impact de cet élagage, compte tenu de l’effectif total actuel d’EADS, 144.156 personnes. Dès lors, il est probable que les licenciements secs puissent être évités et les dégâts sociaux minimes.

 

En pratique, c’est le futur Airbus Group qui se façonne sous nos yeux, déséquilibré dans la mesure où il ne trouve pas les moyens de construire un bon équilibre entre activités civiles et militaires. Les avions commerciaux se portent bien, avec plus de 1.200 commandes enregistrées depuis janvier et 620 livraisons prévues pour l’ensemble de l’année 2013. Dans le même temps, les budgets militaires sont à la peine, les perspectives ne sont pas bonnes et la construction de l’Europe de la Défense demeure une illusion d’optique. En témoigne, notamment, le fiasco en matière de drones : la technologie est disponible mais les différents acteurs sont incapables de s’entendre, exception faite du démonstrateur Neuron.

 

Le cours de l’histoire serait-il différent, aujourd’hui, si EADS avait pu mettre la main sur BAE Systems ? On peut l’estimer et on imagine que Thomas Enders y pense chaque fois qu’il croise Angela Merkel. La chancelière, obsédée par le risque supposé de perte d’influence de l’Allemagne au sein de l’entreprise quadrinationale, et sans doute mal conseillée, a commis une erreur grave en opposant un « nein » retentissant au projet de fusion EADS/BAE. Lequel veto, ce jour-là, nous a rappelé que les ingérences politiques dans la gouvernance d’EADS sont toujours bien réelles. En ont témoigné, cette semaine, des déclarations de plusieurs ministres français, pourtant peu réputés pour leurs compétences aéronautiques et spatiales, notamment Michel Sapin et Arnaud Montebourg. Ils auraient mieux fait de se taire mais, de toute manière, personne ne les a écoutés.

 

Dans le même temps, les esprits critiques dénoncent, comme il se doit, une politique de rentabilité à outrance, ce qui ne correspond pourtant pas à la réalité. Certes, en prenant pour référence les trois premiers trimestres de l’année, le résultat net d’EADS a fait un bond en avant de 36 % mais il atteint ainsi un niveau à peine convenable. Un bénéfice sur 9 mois de 1,19 milliards d’euros n’est impressionnant que dans l’absolu et l’est beaucoup moins quand on le rapporte à un chiffre d’affaires, toujours pour trois trimestres, de 40 milliards. D’autant que d’autres sujets d’inquiétude apparaissent, par exemple les ventes d’Eurocopter moins brillantes que précédemment.

 

Cette préparation de l’Airbus Group conduit à tourner la page, à aborder une époque nouvelle, comme en témoigne symboliquement la construction du nouveau siège de Blagnac et la fermeture annoncée de l’immeuble du 37 boulevard de Montmorency, dans le seizième arrondissement parisien, murs chargés d’histoire depuis l’époque des premières sociétés nationales françaises, SNCASE, Sud-Aviation, Aerospatiale puis les regroupements contemporains, à commencer par la mise en place d’Aerospatiale Matra Hautes Technologies. Tout cela est maintenant terminé.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:55
EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

 

10 décembre 2013 Par Astrid Gouzik - Usinenouvelle.com

 

Suite aux annonces concernant la restructuration d’EADS, les ministres du Travail et du Redressement productif ont demandé au groupe d’aéronautique et de défense de ne pas procéder à des départs contraints.

 

"Le ministre a demandé de façon solennelle à EADS d'organiser exclusivement cette restructuration dans ses activités spatiales et de défense par les reclassements internes à l'entreprise et des mesures de départ fondées exclusivement sur le seul volontariat des salariés, ou par des départs à la retraite", indique Arnaud Montebourg dans un communiqué diffusé le mardi 10 décembre.

 

Selon lui, "l'adaptation d'une entreprise aux évolutions de marché et la défense de sa compétitivité sont légitimes et nécessaires" mais il ajoute que "la situation globale de l'entreprise, qui bénéficie du soutien régulier et actif des pouvoirs publics, et dont les autres activités sont en croissance (....) exige de celle-ci de ne pas procéder à des licenciements".

 

Il conclut que "dans la situation profitable de l'entreprise, nul ne devra être contraint à perdre son travail".

 

"Scandaleux"

 

Plus tôt dans la journée, le ministre du Travail Michel Sapin a déclaré qu’EADS avait "le devoir" d’éviter tout licenciement. "Vous avez EADS qui annonce des suppressions de postes dans un contexte où par ailleurs le groupe EADS crée des postes" dans l'aéronautique civile, a-t-il souligné lors d'une table ronde organisée par la revue Projet.

 

Il a ainsi jugé "scandaleux" que le groupe communique sur des suppressions de postes : "je pense qu'ils le font sciemment car, paraît-il, ça fait monter les cours de Bourse".

 

"Son devoir est de mettre en place les dispositifs qui évitent tout licenciement et en France il ne sera pas accepté, car il ne sera pas acceptable, qu'une entreprise comme EADS supprime globalement des emplois", avait déclaré quelques minutes plus tôt le ministre du Travail sur Europe 1, en rappelant que "cette entreprise gagne de l'argent".

 

Limiter les licenciements secs

 

Lundi 9 décembre, EADS a annoncé qu'il allait procéder à la suppression de 5 800 postes sur trois ans, qui affecteront pratiquement à égalité l'espace et les activités de défense afin de garantir la pérennité de ces activités. Ce mardi, il a assuré qu'il s'efforcerait de limiter les licenciements secs.

 

Après les mesures de reclassement au sein du groupe, les retraites anticipées et les départs volontaires, la direction s'attend à un solde de 1 000 à 1 450 licenciements secs.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:50
Les prochains grands chantiers d'EADS : la compétitivité de l'Eurofighter et d'Ariane

 

10 décembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

L'avion de combat Eurofighter et la fusée européenne Ariane sont au cœur de la nouvelle division "Espace et Défense" du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, en pleine restructuration. Pour restaurer sa profitabilité, EADS estime qu'il faudra revoir leurs modèles industriels trop inefficaces.

 

Au-delà des réductions d'effectifs désormais connues pays par pays et division par division, la restructuration de la nouvelle branche Espace et Défense d'EADS reste encore nébuleuse. Quelles seront les lignes de produits abandonnées ? Quelles seront les futures priorités en termes de technologies et de marchés géographiques ? A ces questions, la direction EADS apporte encore peu de réponse. "Le cœur du coeur de l'activité de la nouvelle division sera constitué par les avions militaires et les activités spatiales", se contente de préciser Bernard Gerwert, le nouveau patron de la division "Airbus Defence & Space". Dans ces deux secteurs, le groupe doit faire face à des challenges industriels d'importance.

 

Des réductions d'effectifs supplémentaires

 

Eurofighter Typhoon - Dubai Air Show 2013 - photo EADS

Eurofighter Typhoon - Dubai Air Show 2013 - photo EADS

 

L'avion de combat Eurofighter, fragilisé après son échec face au Rafale pour remporter le contrat indien, se trouve en situation délicate. "Si nos prévisions de ventes supplémentaires à l'export ne sont pas atteintes, des réductions d'effectifs supplémentaires seront nécessaires après 2018", n'a pas caché le dirigeant allemand qui précise que 5 campagnes sont en cours. Dans ce domaine, il doit s'accorder avec ses co-actionnaires, le britannique BAE et l'italien Finmeccanica, pour revoir le modèle de production de l'avion, jugé largement inefficace. Il est en effet aujourd'hui assemblé dans les quatre pays à l'origine du programme : en Allemagne, au Royaume, en Italie et en Espagne. Un cas unique dans l'aéronautique militaire et de quoi plomber son coût de production ! D'où les réflexions en cours pour y remédier. Ainsi, si les commandes d'un pays s'arrête, sa ligne d'assemblage pourrait être remise en cause, avertit la direction d'EADS.

 

Astrium aussi touché que Cassidian

Le lanceur Ariane constitue l'autre chantier industriel majeur pour la nouvelle division Espace et Défense. D'ailleurs, son maître d'oeuvre Astrium paie également un lourd tribu à la restructuration avec 2470 postes supprimés sur les trois prochaines années. Soit presque autant que Cassidian ! "Nous devons améliorer significativement la compétitivité d'Astrium", justifie Bernard Gerwert. La nouvelle menace du lanceur SpaceX, qui a réussi son premier lancement d'un satellite commercial la semaine dernière, ne fait que le conforter dans son analyse. "SpaceX commercialise des fusée 30% moins cher qu'une Ariane", rappelle le dirigeant allemand. EADS va donc militer pour une révision drastique du modèle industriel du lanceur européen aujourd'hui basé sur le principe du juste retour géographique. Dans ce modèle, chaque pays qui finance Ariane récupère une partie des développements et de la charge industrielle correspondant à son investissement dans le programme. "L'industrie européenne des lanceurs ne peut plus fonctionner avec un modèle aussi complexe sur le plan industriel", a averti Tom Enders, le PDG d'EADS.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 12:50
EADS supprimera 5 800 postes en Europe, dont près d'un millier en France

 

09.12.2013 Par Guy Dutheil LE MONDE

 

Après l’échec du rachat de BAE, le groupe revoit sa stratégie. Le coup de serpe fauchera 5 800 postes en Europe, selon les syndicats, dont un millier en France.

 

Tom Enders, le président d'EADS, avait promis des restructurations « draconiennes » ; il a tenu parole. Comme un symbole, c'est en Allemagne, à proximité de l'aéroport de Munich, que le patron de la maison mère d'Airbus a souhaité dévoiler lors d'un comité d'entreprise européen, lundi 9 décembre, la réorganisation du futur pôle Défense et Espace du groupe.

 

Elle passe par la réunion des divisions défense (Cassidian), espace (Astrium), et d'Airbus Military, l'actuelle filiale d'Airbus qui produit l'avion de transport militaire A400M. Des activités qui emploient environ 45 000 salariés et dégagent 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires. A cette occasion, EADS sera rebaptisé Groupe Airbus au 1er janvier 2014.

 

C'est en Allemagne, où sont situées la plupart des activités de défense, qu'EADS devrait d'abord tailler dans ses effectifs. Au total, le coup de serpe de M. Enders fauchera 5 800 postes en Europe. EADS va proposer des mesures de reclassement dans ses filiales Airbus et Eurocopter à hauteur de 1 500 postes, 1 300 contrats d'intérimaires ne seront pas renouvelés et des mesures supplémentaires de départs volontaires seront mises en place. Le syndicat FO parle d'un millier de suppressions de postes en France.

 

Un moindre mal par rapport à la rumeur colportant jusqu'à 8 000 suppressions de postes soit 20 % des effectifs de la branche défense et espace, dont la presse allemande s'était fait l'écho fin novembre. Ces chiffres ont provoqué l'indignation du syndicat IG Metall qui a organisé une journée d'actions, assez suivie.

 

« IL Y A UNE CERTAINE INCOHÉRENCE »

 

Fin novembre, dans un courrier adressé au premier ministre Jean-Marc Ayrault, plusieurs syndicats français ont estimé « qu'un groupe dont le carnet de commandes est d'environ 650 milliards d'euros (…) doit maintenir l'activité de ses sites ». Ils demandaient à l'Etat, qui détient 12 % d'EADS, d'intervenir. « Il y a une certaine incohérence à faire de telles restructurations, déplorent-ils, mais peut être que les difficultés sont à venir ».

 

Depuis l'adoption, au printemps, de la nouvelle gouvernance d'EADS, à l'occasion de laquelle les Etats ont abandonné leur droit de veto, M. Enders a les mains libres pour agir. A la suite de l'échec, à l'automne 2012, de la tentative de fusion avec le groupe britannique BAE Systems, bloquée par Berlin, EADS a redéfini sa stratégie. Plus questions d'équilibrer les activités civiles et militaires. Mais plutôt de dégager une rentabilité de 10 % pour le groupe d'ici à 2015.

 

Afin de mesurer l'ampleur de l'effort à fournir, il faut rappeler qu'Airbus, qui représente 80 % du chiffre d'affaires du groupe, dégage une marge de moins de 4 % malgré ses carnets de commandes pleins à craquer. Selon la presse allemande, pour y parvenir, EADS devra économiser 690 millions d'euros sur deux ans.

 

PAS DE LICENCIEMENTS SECS

 

Tom Enders, directeur exécutif du groupe EADS, a dévoilé lors d’un comité d’entreprise européen, lundi 9 décembre, la réorganisation du futur pôle Défense et Espace du groupe.

 

Côté défense, pour compenser la baisse des budgets militaires, « Major Tom » va tailler dans le vif. Mais, il ne devrait pas y avoir de licenciements secs, seulement des plans de départs volontaires. Les départs en retraite ne seront pas remplacés et les contrats à durée déterminée ne seront pas renouvelés. Pour recaser certains salariés, le groupe européen d'aéronautique et de défense prévoit aussi de recourir à « la mobilité interne ».

 

Airbus qui recrute 1 500 salariés nets par an laisse déjà entendre qu'il ne serait plus autorisé à embaucher à l'extérieur dès 2014.

 

Le plan de restructurations du futur pôle défense et espace passe par le regroupement des sites de production. Principalement en Allemagne après que Berlin a revu à la baisse sa participation dans nombre de programmes militaires – plusieurs milliards d'euros de commandes en moins pour l'avion militaire A400M ou les hélicoptères Tigre et le NH90.

 

VENTE DU SIÈGE PARISIEN

 

Selon l'hebdomadaire Challenges, le carnet de commandes de Cassidian va sérieusement dégonfler, passant de 48 à 31 milliards d'euros d'ici à 2018. Le siège de la société, à Unterschleissheim, qui emploie plus de 1 000 salariés dans la banlieue de Munich va être fermé. Le nouveau siège de la branche défense et espace sera transféré à Ottobrunn, en Bavière, dans d'anciens locaux d'EADS.

 

EADS va aussi « regrouper ses activités » dans les autres pays où sont disséminées ses implantations militaires et spatiales. En Espagne, elles seront réunies à Getafe et à Séville où est assemblé l'avion militaire gros-porteur A400 M. Au Royaume-Uni, « les activités seront réunies sur quatre sites », fait-on savoir chez EADS.

 

La France n'est pas non plus épargnée. Astrium qui doit faire face à « une réduction des commandes de satellites civils et militaires », déplorent les syndicats, va devoir se serrer la ceinture.

 

Mesure symbolique, EADS va vendre son siège parisien, boulevard Montmorency (16e) - soit 12 000 mètres carrés qui sont valorisés environ 100 millions d'euros.

 

La majorité des 180 salariés rejoindront le nouveau siège qu'EADS construit aux abords de l'aéroport de Toulouse. En plus des réductions d'effectifs, le groupe prévoit quelques cessions - la fabrication d'hôpitaux de campagne et celle de ponts mobiles.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
Astrium, Raytheon team to compete for NATO ballistic missile defense work

 

TUCSON, Ariz., Dec. 9, 2013 /PRNewswire

 

Astrium, the world's second largest space company, and Raytheon Company (NYSE: RTN) signed a teaming agreement that formalizes the companies' plans to compete for the role as lead system engineers and integrators for the North Atlantic Treaty Organization's Ballistic Missile Defense Program.

 

NATO's BMD Program oversees the development and execution of ballistic missile defense capabilities, which expanded in 2012 to include the defense of European populations and territories.

 

"This transatlantic team has a proven, successful track record supporting national and NATO missile defense," said Yannick Devouassoux, Astrium's Head of Missile Defense and NATO Programmes. "The Astrium-Raytheon team will provide sound, innovative, and cost-effective solutions to help develop NATO's future ballistic missile defense capability."

 

The NATO BMD System Engineering and Integration contract will establish the contractual requirements for territorial defense, while helping create a NATO command and control network architecture for Europe. It will also provide a test infrastructure for the new architecture.

 

"With more than 30 years' experience in ballistic missiles development and production, ballistic battle analysis, and threat modeling, Astrium is a leader in European missile defense," said George Mavko, Raytheon Missile Systems' Director of European Missile Defense. "Combined with Raytheon's decades of experience in ballistic missile defense interceptors, radars and space sensors, this partnership will provide Europe the best, most affordable missile defense protection."

 

Once awarded, the contract will call for a 7-year period of performance with an estimated value of 67.6 million Euros (US $91 million).

 

About Raytheon

Raytheon Company, with 2012 sales of $24 billion and 68,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 91 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems; as well as a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS engage sa deuxième grande restructuration

 

09/12 Par Alain Ruello et Bruno Trevidic - LesEchos.fr

 

Les suppressions de postes dans le militaire et le spatial dévoilées ce soir. Le groupe doit réduire ses coûts pour rester compétitif à l'export.

 

Cinq mille, 6.000 ou jusqu'à 8.000 comme l'avançait il y a peu l'agence de presse allemande DPA ? Ce soir après Bourse, à l'issue d'un conseil d'administration suivi d'une première réunion avec les syndicats, EADS dévoilera ce que les salariés concernés attendent de connaître avec anxiété depuis des semaines : l'ampleur de la restructuration de la nouvelle division défense et espace, qui verra le jour le 1er janvier aux côtés de celles des avions de ligne et des hélicoptères. Selon « Le Figaro », les suppressions devraient toutefois être inférieures à 8.000, de l'ordre de 5.000 à 6.000. Il est acquis que le plan s'effectuera sans licenciements grâce à des départs volontaires, reclassements et non remplacements des départs en retraite. Récemment, la presse allemande évoquait aussi un plan d'économie de 690 millions d'euros en deux ans réalisés grâce à des regroupements de site et des cessions.

Jusqu'au bout, le secret aura été bien gardé. Si l'unité de compte ne fait pas mystère - le millier - le nombre de postes supprimés de même que les synergies attendues ont fait l'objet d'ajustements permanents entre Tom Enders, le patron du groupe aéronautique, sa garde rapprochée, et les responsables des différentes entités de la future division. Fruit du regroupement de Cassidian (électronique, télécommunications, radars...), d'Airbus Military (avions de transport militaires, A400M notamment), et d'Astrium (espace), celle-ci affiche sur le papier 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 45.000 salariés, basés en très grande majorité en Europe.

Depuis quelques jours, EADS distille des éléments de langage pour justifier la restructuration. Ils tiennent en deux mots : trop cher ! Comme en témoignent les échecs de l'avion de combat Eurofighter en Suisse ou en Inde, où celui d'Astrium au Brésil, qui a choisi Thales Alenia Space pour un ambitieux programme de satellites de télécommunications, le groupe doit absolument s'alléger : sa structure de coûts est intenable au moment où les baisses des budgets institutionnels en Europe l'obligent à redoubler d'efforts à l'export. Partis les premiers dans leurs restructurations, les géants américains comme Boeing ou Lockheed Martin sont devenus des concurrents redoutables dans les pays émergents, les seuls qui offrent encore des opportunités de croissance.

 

L'Allemagne en première ligne

« La défense et le spatial font face à des défis formidables. Nous continueront à investir à condition que nos clients continuent à s'engager auprès de nous », a prévenu jeudi Bernhard Gerwert, le patron de la future branche défense et espace, lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de la livraison du 400e Eurofighter, à l'armée allemande en l'occurrence.. En ciblant la presse allemande en octobre pour confirmer qu'EADS n'avait d'autre choix que de prendre des mesures « draconiennes », Tom Enders l'a confirmé implicitement : la restructuration frappera principalement outre-Rhin. IG Metall, qui a organisé des débrayages le 28 novembre, l'a bien compris.

Pour autant, la baisse des budgets en Europe n'explique pas tout. Si l'Eurofighter est à la peine, c'est surtout en raison d'un montage politico-industriel inepte depuis l'origine. La conception de l'avion est aussi en cause. Si Astrium a perdu au Brésil, ce n'est pas uniquement à cause de ses coûts. Thales Alenia Space, qui vient de lancer un plan de compétitivité, n'a-t-il pas réussi à s'imposer (lire page 21) ?

Même si le Vieux Continent ne baissait pas la garde en matière de défense et d'espace, Cassidian se devait un jour où l'autre de faire le ménage dans un portefeuille de produits par trop hétéroclite. On en compte près de 400. Le nombre de sites doit être réduit aussi. Unterschleissheim, près de Munich par exemple, pourrait migrer à Ottobrün, également proche de la capitale bavaroise.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS supprime 5.800 postes en Europe dans ses activités Défense et Espace

 

09 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - Le géant européen de l'aéronautique et de défense EADS a annoncé lundi la suppression de 5.800 emplois en trois ans dans ses activités Défense et Espace en Europe, dont 1.000 en France, selon le syndicat français FO Métallurgie.

 

La direction du groupe a confirmé ces informations.

 

Sur les 5.800 postes supprimés, dans le cadre d'une vaste restructuration liée à une baisse de commandes, 1.300 sont des postes d'intérimaires et 4.500 des emplois à temps plein, a affirmé le syndicat dans un communiqué diffusé sur son site Internet.

 

Le groupe EADS a annoncé (lundi) aux membres du comité européen, les premières conséquences de sa restructuration dans le secteur de la Défense et du Spatial, a précisé FO.

 

Les 5.800 emplois supprimés concernent l'Allemagne, la France, l'Espagne et l'Angleterre, selon le syndicat.

 

FO a dénoncé ces suppressions d'emplois, affirmant que le groupe EADS se portait bien financièrement et que ses carnets de commandes étaient bons, voire importants.

 

Le syndicat dénonce une logique purement financière avec comme seule volonté affichée, un taux de rentabilité à 10% et a exigé que le groupe EADS ne procède à aucun licenciement sec.

 

Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, avait rendez-vous lundi soir près de Munich (sud) avec le comité d'entreprise européen, à qui il avait déjà annoncé, par voie de presse, des mesures draconiennes, surtout dans les activités de défense en Allemagne.

 

Les réductions de commandes militaires, notamment en Allemagne, ne pourront pas rester sans conséquence pour l'activité et les emplois, avait averti récemment le patron d'EADS dans un entretien à un magazine allemand.

 

Selon la direction d'EADS, la restructuration est inévitable pour rendre le groupe plus efficace et performant dans les compétitions sur les marchés émergents.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:50
EADS va tailler dans ses branches Défense et Espace

 

06.12.2013 Romandie.com (AWP)

 

Paris (awp/afp) - Le géant européen de l'aéronautique EADS doit présenter lundi les détails d'une vaste restructuration de ses activités défense et espace aux syndicats européens inquiets des réductions d'effectifs attendues notamment en Allemagne.

 

Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, a rendez-vous lundi soir à Munich avec le comité d'entreprise européen, à qui il a déjà annoncé, mais par voie de presse, des "mesures draconiennes", surtout dans les activités de défense en Allemagne. Mardi se réuniront des comités européens par branche, selon des sources syndicales.

 

Pour "major Tom", c'est un nouveau défi. Après avoir réussi à desserrer l'emprise des États sur EADS, il a entrepris de regrouper les divisions défense, (Cassidian), espace (Astrium), avec la production d'avions de transport militaires d'Airbus Military, au sein d'une seule division, Airbus Defense and Space.

 

Face à la baisse des budgets militaires occidentaux, la restructuration est inévitable pour rendre le groupe plus efficace et performant dans les compétitions sur les marchés émergents, explique la direction d'EADS, bientôt rebaptisé groupe Airbus.

 

Les réductions de commandes militaires, notamment en Allemagne, ne pourront "pas rester sans conséquence pour l'activité et les emplois", a prévenu le patron d'EADS, en douchant les espoirs de reconversion. "Nous ne pouvons pas amortir cela facilement ni réaffecter les sites et capacités concernés à d'autres tâches", a-t-il ajouté dans un entretien à un magazine allemand.

 

Les syndicats n'en disconviennent pas mais disent craindre que la manoeuvre poursuive surtout une amélioration de la rentabilité, promise aux investisseurs pour 2015, avec qui le groupe a rendez-vous mercredi et jeudi à Londres. Le chiffre de 8000 suppressions d'emplois, avancé par l'agence allemande DPA mais jamais confirmé, n'est pas fait pour les rassurer.

 

APPELS À UNE INTERVENTION POLITIQUE

 

Le plus grand syndicat d'Allemagne, IG Metall, a organisé le mois dernier une vaste journée d'action pour mettre en garde contre les réductions d'effectifs. Plusieurs syndicats français ont adressé une lettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, estimant qu'un "groupe industriel dont le carnet de commandes est d'environ 650 milliards d'euros (...) et doit être en mesure de maintenir l'activité de ses sites".

 

Ils demandent à l'État, qui détient 12% du capital, de "peser afin que les intérêts industriels nationaux ainsi que les intérêts sociaux des personnels d'EADS soient préservés".

 

Des appels à un intervention politique vont mettre à l'épreuve la nouvelle gouvernance du groupe, que Tom Enders a voulu indépendante des trois États présents au capital, la France, l'Allemagne et l'Espagne. Depuis une réforme entrée en vigueur cette année, ils ne sont que de simples actionnaires et ne sont plus représentés au conseil d'administration.

 

Le patron allemand recule rarement devant une épreuve de force avec les gouvernements mais cela ne lui a pas toujours réussi. L'Allemagne a ainsi bloqué l'année dernière sa tentative de fusion avec le fabricant d'armes britannique BAE Systems.

 

"La version qui a cours dans les milieux officiels, c'est qu'Enders avait conclu l'affaire avec Paris et Londres avant de s'adresser à Berlin, qui du coup n'a même pas voulu se pencher sur le projet", explique Christian Moelling, expert à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité.

 

Et depuis l'équipe dirigeante "n'a pas encore essayé de rétablir des relations normales avec un des plus importants patrons d'industrie en Europe", selon lui.

 

La restructuration annoncée n'a pas encore déclenché de réactions politiques notables à Paris ni à Berlin mais il est vrai que la chancelière Angela Merkel et ses lieutenants étaient accaparés par la formation d'un nouveau gouvernement. EADS emploie quelque 50.000 personnes dans chacun des deux pays.

 

Reste à voir si les déclarations musclées de major Tom, qui ressemblent à une préparation d'artillerie avant un assaut, sont destinées à faire accepter des réductions d'emplois moins drastiques que ce que redoute le personnel.

 

La division Airbus, aujourd'hui en plein essor et qui réalise près de 80% du chiffre d'affaires du groupe, avait du se restructurer en 2007. Le plan prévoyait 10.000 suppressions de postes sur quatre ans chez Airbus et ses sous-traitants, la réduction avait finalement atteint 7.900 postes.

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:50
La Pologne négocierait son entrée au capital d’EADS

 

 

04/12 Par Jean Michel Gradt – LesEchos.fr

 

Le gouvernement polonais négocierait son entrée dans EADS, rapporte mercredi le journal « Dziennik Gazeta Prawna ». Il viserait une participation comprise entre 1% et 2% du capital du géant européen de l’aéronautique, de la défense et de l’espace.

 

Le géant européen de l’aéronautique, EADS, pourrait inviter la Pologne à son tour de table. Le gouvernement polonais est en discussions avec les actionnaires d’EADS en vue pour l’Etat de prendre une participation comprise entre 1% et 2% dans le géant européen de l’aéronautique, de la défense et de l’espace, rapporte mercredi le journal « Dziennik Gazeta Prawna ».

 

Cet été, la Russie qui avait acquis 5 % du capital D’EADS en 2007, a entamé son désengagement . Actuellement le consortium européen est en partie détenue par les Etats allemand, français et espagnol, les deux premiers ayant 12% chacun et le troisième 4%.

 

Le quotidien ajoute qu’avec ces négociations, Varsovie vise un renforcement de la coopération militaire au sein de l’Union européenne. « Difficile à dire si une telle solution serait bénéfique pour nous, mais nous y pensons », déclare un porte-parole du ministère de la Défense nationale, cité par le journal.

 

L’hypothèse de discussions avec la Pologne se fait jour alors que le consortium européen organise du 2 au 5 décembre à Varsovie et à Lodz, l’EADS Aerospace Meetings Poland, un événement commercial et d’investissement durant lequel plus de 200 entreprises polonaises ont été conviées à rencontrer des dirigeants et experts d’EADS qui opèrent dans des domaines, allant des achats à la recherche & le développement (R&D) en passant par la gestion de la chaîne logistique.

 

EADS veut être plus présent en Pologne

 

Une chose est sûre : EADS et ses divisions – Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – entendent élargir sensiblement leur présence industrielle en Pologne. Jean-Pierre Talamoni, corporate vice president pour le développement international au sein d’EADS, estimait, dans un communiqué publié le 27 novembre, que « l’heure est venue pour l’industrie de la défense polonaise et l’industrie européenne de procéder à un rapprochement stratégique en renforçant les liens avec EADS ». Et d’ajouter : « Nous pensons que la Pologne a un rôle encore plus important à jouer au sein d’une industrie de la défense européenne élargie. »

Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:50
EADS to expand in Poland

 

PARIS, Dec. 2 (UPI)

 

EADS, the European aerospace and defense conglomerate, says it plans to significantly grow its presence in Poland through links with local companies.

 

Two major business and investment events, called EADS Aerospace Meetings Poland, are being held in Warsaw and Lodz this month at which EADS executives will meet with some 200 Polish industry representatives over opportunities in the areas of procurement, industrial cooperation, research and development and supply chain management.

 

"We believe the time has come for a strategic move to be made between the Polish defense industry and European industry through stronger links with EADS, a true symbol of global success in Europe's aerospace and defense sector," said Jean-Pierre Talamoni, corporate vice president for International (business) at EADS.

 

"We think there is room today for Poland to play a much bigger role in Europe's wider defense industry. Our aim is to open all EADS divisions to Polish companies in a structured and lasting industrial relationship."

 

EADS major subsidiaries include Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:50
Satellites type Helios Crédits photo Astrium

Satellites type Helios Crédits photo Astrium

 

27.11.2013 Mariama Diallo - journal-aviation.com

 

Le n° 2 mondial des technologies spatiales Astrium (groupe EADS) a organisé le 26 novembre dernier sa première journée PME. Son objectif était de renforcer ses relations avec ses PME fournisseurs installées dans l’Hexagone. Les partenaires institutionnels de l’entreprise étaient également présents à ce rendez-vous stratégique, à l’image de la DGA, BPI France, les Direccte, la CDAF et Pacte PME.

 

COMETES étendu en Aquitaine et Midi-Pyrénées

 

Astrium a profité de ce rassemblement pour annoncer l’arrivée du programme COMETES dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées avec l’appui du pôle de compétitivité aéronautique Aerospace Valley. Lancé en 2010 et présent jusque-là uniquement en Ile-de-France, COMETES permet à Astrium de solidifier sa chaîne d’approvisionnement et pérenniser certains fournisseurs stratégiques.

 

Comment ? En renforçant sa collaboration avec ses PME fournisseurs grâce à une charte comportant une centaine d’engagements. Parmi ceux-ci, une simplification du contrat qui lie Astrium et ses fournisseurs, la communication des plannings de production douze mois minimum à l’avance afin de permettre aux PME mieux répartir leur charge de travail et gagner en capacité d’investissement. En retour, les PME s’engagent notamment à mettre en place un plan d’amélioration des performances industrielles, ou encore à livrer à l’heure et en ligne avec les exigences de qualité en vigueur dans l’industrie spatiale.

 

Grâce à ce programme, Astrium a augmenté de plus de 30 % le taux de livraison à l’heure et de plus de 50 % le taux de conformité depuis 2010.

 

À ce jour, Astrium travaille avec plus de 1 500 PME situées en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Présent dans trois domaines d’activité — le transport spatial, les satellites et les services — la société a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 5,8 milliards d’euros en 2012 avec 18 000 salariés dans le monde.

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 17:50
IG Metall met en garde la direction d'EADS

 

21 novembre 2013 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

Le puissant syndicat allemand IG Metall a mis en garde ce jeudi 21 novembre la direction d'EADS contre la rupture des engagements pris, au lendemain d'informations de presse faisant état d'un projet de suppression de quelque 8 000 postes.

Après la publication d'informations faisant état d'un projet de suppression de 8000 postes dans la branche défense et espace d'EADS, le puissant syndicat allemand IG Metall a tenu à mettre en garde la direction du groupe européen.

Mouvement d'action prévu le 28 novembre

"Nous ne commentons pas les spéculations des médias concernant des suppressions de poste", a déclaré Rüdiger Lütjen, président du comité d'entreprise d'EADS en Allemagne et du comité d'entreprise européen du groupe, dans une brève déclaration transmise à l'AFP. "Mais nous mettons très fermement en garde la direction du consortium contre les courses en solitaire et la rupture des engagements pris", a ajouté Rüdiger Lütjen dont le syndicat a confirmé préparer un mouvement d'action pour le 28 novembre.

Ce mouvement, prévu sur les sites situés dans le nord de l'Allemagne, était programmé depuis quelques jours déjà, en raison de craintes de suppressions de poste justement. Les infos de l'agence DPA, selon laquelle EADS pourrait profiter du regroupement de Cassidian, Astrium et Airbus Military au sein de la division Airbus Défense et Espace pour procéder à une baisse des effectifs allant "jusqu'à 20%", ont donc confirmé ces craintes. Les trois entreprises employant ensemble 40 000 personnes, cela signifierait la suppression de 8000 emplois.

Des annonces attendues pour le 9 décembre

Un porte-parole d'EADS a de son côté assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé. Aucun chiffre n'existe" et qu'il ne voyait donc "pas de raison de commenter" ces informations. "Nous présenterons d'abord nos projet aux comités d'entreprise avant de communiquer", a-t-il ajouté.

Des annonces sont attendues pour le 9 décembre, lors de la prochaine réunion du comité d'entreprise européen qui se tiendra à Munich.

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:39
EADS pourrait supprimer 8.000 emplois

 

20/11/2013 lexpansion.lexpress.fr (AFP)

 

Le groupe d'aéronautique EADS pourrait se séparer de 20% de ses effectifs dans la division Défense et Espace.

 

L'inquiétude monte au sein du groupe d'aéronautique et de défense EADS, qui pourrait se séparer de 20% de ses effectifs.

 

Le groupe de défense et d'aéronautique EADS pourrait supprimer 20% des effectifs de sa division Défense et Espace, soit 8000 emplois, indique mercredi l'agence allemande DPA, citant une "source informée".

 

Ce projet entrerait dans le cadre du regroupement par EADS du groupe de défense Cassidian, le groupe spatial Astrium et Airbus Military au sein d'une division Airbus Défense et Espace, dont les modalités doivent être annoncées prochainement. Un porte-parole d'EADS à Paris a cependant assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé, aucun chiffre n'existe".

 

Un porte-parole d'EADS à Paris a cependant assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé. Aucun chiffre n'existe. Nous ne voyons pas de raison de commenter".

 

"Nous présenterons d'abord nos projet aux comités d'entreprise avant de communiquer", a-t-il ajouté.

 

Le syndicat allemand IG Metall de Cassidian n'était pas joignable pour commenter cette information.

 

Mardi, le comité européen EADS - qui réunit les organisations syndicales européennes et la direction du groupe - avait tenu une réunion extraordinaire à Toulouse (sud-ouest de la France) sous la présidence du président exécutif, Tom Enders. Aucun chiffre n'avait filtré de cette réunion.

 

Le patron du groupe y avait réaffirmé les grandes lignes de la réorganisation qui accompagnera le changement de nom d'EADS en groupe Airbus, à l'été 2014.

 

Tom Enders a vivement inquiété les syndicats à la fin octobre en déclarant dans une interview au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung: "sans des mesures draconiennes, ça ne marchera pas (...) Nous ne pourrons pas éviter de nouvelles réductions des coûts et des effectifs".

 

Cette restructuration était rendue nécessaire par la fusion avortée avec le britannique BAE Systems, préparée en secret à l'été 2012 avant d'échouer en octobre, devant les réticences gouvernementales, allemandes surtout.

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:30
DUBAI 2013 : Riyadh veut ses satellites d'observation

 

18/11/2013 Par Stefan Barensky- Air & Cosmos

 

L'Arabie Saoudite pourrait passer commande très prochainement de son propre système de satellites d'observation. Ce contrat est attendu dans la foulée des Emirats qui ont choisi les Européens Astrium et Thales Alenia Space en juillet dernier pour réaliser leur système Falcon Eye, avec deux satellites optiques à haute résolution.

 

Pendant vingt ans, les Etats du Consell de coopération du Golfe (CCG) ont tenté de se doter d'un système de satellites pour surveiller cette région hautement stratégique, avec un intérêt particulier pour les agissements du turbulent voisin iranien. Ce projet, baptisé « Hud Hud », devait allier capacités optiques et radar. Les aspirations divergentes des différents partenaires n'ont pas permis d'aboutir. Les Emirats ont été les premiers à se retirer du projet pour étudier un système national.

 

Le voisin saoudien ne compte pas attendre trop longtemps et pourrait choisir un maître d'œuvre très prochainement. « C'est aussi devenu une affaire de fierté nationale » estime un industriel proche du dossier. L'équipe Astrium/TAS serait à nouveau bien placée et un accord pourrait être signé lors d'une visite du président François Hollande à Riyadh au début de 2014.

 

Toutefois, les concurrents américains restent très actifs sur ce marché, tout comme leurs homologues russes. Ces derniers ont déjà pris pied en Egypte avec RKK Energiya, maître d'œuvre d'Egyptsat 2, un système pour lequel Paris n'avait pas autorisé ses industriels à soumettre une offre. Lockheed Martin Space Systems est présent sur le salon, tout comme NPO Arsenal, qui présente sa nouvelle gamme de satellites d'observation.

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 08:50
photo EDA

photo EDA

November 13, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Wall Street Journal; published Nov. 12, 2013)

 

EADS: CEO Says Restructuring Plans Will Involve Job Cuts (excerpt)



PARIS -- Job cuts stemming from the planned restructuring of European Aeronautic Defence & Space Co. will mainly affect the group's defense, security and space businesses that are being molded together, the company's chief executive told employee representatives Tuesday.

Faced with shrinking government spending on defense and space, the company said this year that it would have to reshape its profile in these areas to eliminate overlaps, create synergies and prevent an erosion of its competitiveness.

But Chief Executive Tom Enders stopped short of providing any details during a special meeting of the company's European works committee, according to labor representatives who took part in the meeting at the headquarters of Airbus, EADS's commercial aircraft unit, in Toulouse, France. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the 4-Yraders website.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:50
Astrium delivers new tactical, land and maritime Astrium delivers new tactical, land and maritime X-band satcom capability to UK MOD capability to UK MOD

London,  07 November 2013 eads.com

 

  • Astrium Services is delivering 25 terminals for land forces, as well as the first two maritime terminals for small Royal Navy ships and related IP baseband, to the UK Ministry of Defence to enable secure communications on frontlines overseas
  • The new terminals will draw on Astrium Services’s new IP core based infrastructure, ensuring UK Armed Forces have the best capability for secure communication that supports voice and data traffic with encryption from tactical, land and maritime operations worldwide
  • These new deliveries are based on communications via Astrium Services X-band satellites through the Skynet 5 programme, now in its 10th year

Astrium, the world’s second-ranking space company, is now delivering to the UK Ministry of Defence (MOD) enhanced overseas tactical, land and maritime communications capability which directly links to Astrium Services’s new IP core based modular infrastructure.

This capability allows UK Armed Forces to securely connect their users to one core defence infrastructure – supporting all voice and data traffic with encryption from tactical, land and maritime operations across the globe – rather than having to recreate a network of services. Astrium Services provides a flexible and scalable environment that can cost-effectively accommodate all expected connectivity needs.

Astrium Services is delivering the first two DMM (Deployable Maritime Milsat) SCOTPatrol terminals, which feature reduced top-weight and a compact footprint both above and below deck for easier integration on small vessels. These terminals will enable IP based communication onboard smaller Royal Navy ships, including Mine Counter Measure Vessels on operations in the Arabian Gulf. The SCOTPatrol next generation naval satellite communications terminal, along with all of the baseband equipment, allow the vessels to fully integrate into the network via Skynet 5’s resilient and hardened X-band satcoms. Further terminals are on order and are being delivered during the next year.

To meet the UK Armed Forces land and tactical requirements, Astrium Services is delivering 25 Mantis terminals and lightweight “Snapper” baseband equipment to the UK MOD as part of a managed service package. A small IP node service – which has enabled a switch over to IP baseband – covers X-band on Skynet 5, a Mantis terminal and “Snapper” baseband for an advanced lightweight and resilient communications capability for remote users overseas.

To meet the requirements of large deployed land forces or air bases with multiple users, fixed and transportable IP Domains nodes are available. The first two overseas bases to be equipped are on order for delivery early next year.

“These service deliveries ensure that maritime, land and air units from the UK Armed Forces have the best capability for secure communications by guaranteeing secure voice and data access to our forces on the frontline while using lightweight and IP based equipment”, said Colin Paynter, Executive Director Government Communications at Astrium Services.

“These services are important steps in the Skynet programme, which started 10 years ago and has become an example of just how effectively industry can work with the MOD in an on-going service delivery programme,” Mr. Paynter added. “Astrium Services continuously works with the UK Armed Forces to develop and deliver these types of services within short time frames as part of a long-term stable contract.”

Services offered as part of the Skynet 5 contract also cover training, spares/maintenance support, assurance monitoring and reporting, as well as 24/7 customer services and more.

Through the Skynet programme, Astrium Services operates the Skynet military satellite constellation and the ground network to provide all Beyond Line of Sight communications to the UK MOD. The programme, covering a 22-year period, has also enabled Astrium Services to provide Skynet-based communication services to other government institutions including the UK Cabinet Office and armed forces from other nations such as The Netherlands and Portugal, and also to NATO.

 

About Astrium  

Together, pioneering excellence

Astrium is the number one company in Europe for space technologies and the second in the world. It is the only global company that covers the full range of civil and defence space systems, equipment and services.

In 2012, Astrium had a turnover over €5.8 billion and 18,000 employees worldwide.

Its three business units are: Astrium Space Transportation, the European prime contractor for launchers, orbital systems and space exploration; Astrium Satellites, a leading provider of satellite system solutions, including spacecraft, ground segments, payloads and equipments; Astrium Services, the Space services partner for critical missions, providing comprehensive fixed and mobile solutions covering secure and commercial satcoms and networks, and bespoke geo-information services, worldwide.

Astrium is a wholly owned subsidiary of EADS, a global leader in aerospace, defence and related services. In 2012, the Group – comprising Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter – generated revenues of €56.5 billion and employed a workforce of over 140,000.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:30
EADS Underscores Commitment to Middle East at Dubai Air Show 2013

Dubai,  11 November 2013 eads.com

 

From commercial and military aircraft to satellites and secure communications systems, EADS and its Divisions – Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter – will present a broad selection of cutting-edge products, technologies and services at Dubai Airshow from 17 to 21 November 2013 at Dubai World Central (DWC) located in Jebel Ali, Dubai.

Dubai Airshow is a unique opportunity to meet the whole aerospace and defence community. For the first time in the Middle East and under the strapline ‘’EADS, delivering innovation’’, the EADS Group will have an integrated presence (Pavilion P10) in a central position at the show alongside the Airbus, Eurocopter and Cassidian products static display. The A380 and the A400M will be part of the daily flying display.

EADS has representative offices in the United Arab Emirates (UAE), Saudi Arabia, Oman, Qatar and Egypt. The Middle East is playing an ever more important role in international business and is a key strategic partner of EADS; the founding companies of EADS having had a presence in the Gulf region since the 70’s.

The EADS Group will feature a number of products and exhibits including:

  • Airbus/Airbus Military: an A380 (from 17th to 19th) and an A400M military airlifter will be part of the daily air display, an Egyptair A330-300 will be part of the static display; while the latest generation A350 XWB cockpit mock-up will be on stand display;
  • Astrium: a scale model of the Yahsat 1B telecoms satellite and some of its latest satellite equipment. For ASTRIUM Services, the AirPATROL Airborne satcom system and 3 Geo-information applications: WorldDEM global homogeneous Digital Elevation Model, GEOINT 2D and 3D Foundation layer and SPOT Maps;
  • Cassidian: Unmanned Aerial Vehicles, sensors, defence electronics, border surveillance and avionics systems. Furthermore, the Division will demonstrate its ‘Touch Lab’ multi-media scenario laboratory;
  • Eurocopter: the new EC175 advanced medium lift multi-purpose helicopter will be in the static display, alongside an evolved EC145 T2 and a latest generation AS350 B3.

Tom Enders, CEO of EADS, said: “The Dubai Air Show is one of the world’s premier gatherings for the aerospace and defence community. EADS is a leader in this market and a trusted partner for governments and commercial customers in a range of activities.”

He added: “Gulf leaders have shown strong leadership and vision in recognising that the aerospace and defence sector is a key driver for technology and economic growth. EADS is proud to partner many of the region’s most prestigious companies and be trusted as the provider of technology for many of the region’s most important programmes”

This will be the final major aerospace trade show prior to EADS being re-branded as the Airbus Group from 1 January 2014.

Notes to Editors

EADS has media hosting facilities inside its Pavilion at the Airshow (located at Pavilion P10) and would be pleased to welcome accredited media to discover more about the Group.

About EADS

EADS is a global leader in aerospace, defence and related services. In 2012, the Group – comprising Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter – generated revenues of € 56.5 billion and employed a workforce of over 140,000.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 08:50
EADS finalise sa transformation en Airbus Group

 

12/11/2013 Mathieu Sevin - bfmtv.com

 

Le groupe européen d'aéronautique et de défense tient, de mardi 12 à jeudi 14 novembre, un comité européen extraordinaire. Au menu: son changement de nom et sa réorganisation. Le but est de gagner en visibilité et d'améliorer sa marge.

 

Suite de l’article

Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 17:25
Défense : le Pérou veut un satellite espion made in France

Le satellite espion permettra au Pérou de mieux surveiller ses frontières et des zones difficilement accessible comme la Cordillère des Andes et la forêt amazonienne. Ici un satellite d'observation Pléiades.

 

07/11/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Astrium est en pole position pour livrer un satellite d'observation aux forces armées péruviennes. La France veut aussi vendre 28 hélicoptères Cougar d'Eurocopter à Lima dont revient le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

La vente d'un satellite espion français au Pérou se précise. Un contrat estimé à environ 200 millions de dollars. Si elle n'a pas été décisive, la visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui s'est rendu ce lundi à Lima a toutefois permis de faire avancer le dossier.

 

Celui-ci, qui a rencontré le président du Pérou, Ollanta Humala, a répondu favorablement à une exigence péruvienne dans le cadre de cette opération d'achat : même si le Pérou a lancé un appel d'offres international pour l'acquisition de son premier satellite d'observation, un système dual de haute résolution, Lima tenait beaucoup à un accord de gouvernement à gouvernement afin d'obtenir la garantie de la France. C'est aujourd'hui fait… après quelques débats franco-français, le ministère de la Défense ayant dû batailler pour obtenir un accord.

 

Une visite jugée donc "très positive", explique-t-on du côté des industriels, d'autant qu'elle coïncidait avec la remise des offres définitives. Astrium (groupe EADS) a ainsi réactualisé son offre.

 

Vers un choix à la fin du mois

 

A cette occasion, plusieurs accords en matière de sécurité et de défense ont été signés entre la France et le Pérou. C'est "historique", explique-t-on à Paris. "Les relations entre les deux pays sont sur une voie ascendante", précise-t-on à La Tribune. Outre Jean-Yves Le Drian, qui a profité de sa visite pour rappeler les liens de coopération qui unissent la France et le Pérou en matière de défense et de sécurité, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, ainsi que le ministre délégué chargé des Anciens combattants, Kader Arif, qui s'est beaucoup investi sur ce projet, sont également allés ces derniers mois au Pérou.

 

Selon le "Peruvian Times", le ministre de la Défense, Pedro Cateriano, qui a également rencontré Jean-Yves Le Drian, aurait dit que le Pérou avait acheté un satellite à la France. Une information à prendre avec des précautions. Car, selon nos sources, le Pérou pourrait faire un choix définitif seulement d'ici à la fin du mois. Encore que… A ce jour, trois compétiteurs sont encore en lice pour cet appel d'offres.

 

Astrium, qui fait figure de favori, affronte les israéliens d'Israel Aircraft Industries (IAI) et étrangement sa filiale britannique Surrey Satellite Technology Ltd. Détenue à 99 % par Astrium, SSTL est autorisé à faire des offres concurrentes, qui sont souvent complémentaires à celle de sa maison mère. "On laisse SSTL vivre sa vie", explique-t-on dans le groupe.

 

Pourquoi le Pérou a besoin d'un satellite espion ?

 

Le Pérou, qui partage ses frontières avec cinq pays (Colombie, Equateur, Brésil, Bolivie et Chili) a besoin d'un satellite d'observation pour mieux surveiller l'intégrité de son territoire. Dans son collimateur : l'Equateur, avec lequel un conflit a éclaté en 1995 dans la haute vallée de la Cenepa, et le Chili, avec qui il a quelques litiges concernant notamment  une frontière maritime, que doit prochainement trancher la Cour internationale de justice de La Haye, aux Pays-Bas.

 

Ce satellite permettra également de surveiller des zones difficilement accessibles comme la Cordillère des Andes et la forêt amazonienne où des orpailleurs illégaux pullulent. La France a dit qu'elle apporterait son soutien au Pérou dans le cadre de la lutte contre les exploitations minières sauvages.

 

Enfin, ce satellite permettra de mieux combattre les narcotrafiquants, qui entretiennent des plantations de coca au Pérou, devenu le premier producteur mondial de cocaïne devant al Colombie, et enfin de mieux lutter contre le terrorisme du Sentier Lumineux.

 

Eurocopter en piste

 

Outre un satellite d'observation, la France ambitionne également de vendre 28 hélicoptères Cougar fabriqués par Eurocopter (AS532), un appareil qui, selon les versions, est capable de transporter jusqu'à 29 soldats équipés. Le Cougar, qui a face à lui l'hélicoptère lourd russe, le Mi-17, ne fait pas figure de favori. Car le constructeur Mil est un peu chez lui au Pérou en tant que fournisseur traditionnel de ses forces armées.

 

En outre, le Cougar est plus cher à l'achat. Eurocopter en a bien conscience. C'est pourquoi  Jean-Yves Le Drian a expliqué au président péruvien que sur le long terme, les appareils de la filiale hélicoptériste d'EADS lui reviendrait moins chers en prenant en compte le "coût de possession" des Cougar (prix à l'achat, support et maintien en condition opérationnelle sur toute la vie de l'appareil). Une discussion qui avait pour objectif de faire réfléchir les Péruviens sur un deuxième source d'approvisionnement.

 

Eurocopter a livré le premier EC145 à la police péruvienne

 

Pour autant, Eurocopter a déjà réussi à prendre pied sur le marché gouvernemental péruvien. Et le ministère de l'Intérieur du Pérou, Wilfredo Pedraza, a pris livraison, lors d'une cérémonie en présence de Jean-Yves Le Drian, du premier des quatre hélicoptères bimoteur EC145 destinés à renouveler la flotte de la police nationale.

 

Des appareils qui avaient été commandés fin 2012 dont les premiers exemplaires livrés seront basés à la direction de l'aviation policière, qui leur assignera des missions de sécurité publique ou de soutien à la population dans l'ensemble du pays. Les trois autres hélicoptères seront livrés avant la fin de l'année.

 

    "Grâce à cette nouvelle acquisition, les forces de l'ordre disposeront de moyens aériens de dernière génération pour mener à bien des missions de surveillance et de sécurité nationale", estime Eurocopter.

 

Capables de transporter jusqu'à dix passagers, l'EC145 fait partie des appareils "les plus reconnus à l'échelle mondiale pour les missions de sécurité publique et de soutien à la population", selon la filiale d'EADS. Déjà livré à plus de 500 exemplaires, ce modèle est utilisé par 26 forces de police dans le monde, notamment la France, où le ministère de l'Intérieur en exploite cinquante exemplaires.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:50
Le satellite de télécoms militaires Skynet 5

Le satellite de télécoms militaires Skynet 5

Les quinze pays possédant une industrie spatiale se partageront plus de 90 % du marché des satellites gouvernementaux (en valeur)

 

04/11/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon une étude du cabinet Euroconsult, 1.150 satellites seront mis sur orbite de 2013 à 2022, contre 810 au cours de la décennie écoulée. Les deux tiers le seront pour le compte des gouvernements.

 

Quelque 1.150 satellites seront lancés de 2013 à 2022, contre 810 au cours de la décennie écoulée (2003-2012), les deux tiers pour le compte des gouvernements, selon une étude du cabinet Euroconsult publiée lundi. Les lancements seront les plus nombreux en début de période - 140 par an de 2015 à 2017 - avec le lancement de constellations en orbite basse (type Galileo le système européen concurrent du GPS), indique l'étude de marché de ces consultants spécialisés dans l'espace. Le rythme des lancements devrait revenir ensuite autour de 100 par an.

 

Les revenus des fabricants et des opérateurs de lanceurs sont estimés à 236 milliards de dollars sur la décennie, progressant légèrement moins vite que le nombre des satellites (26 % contre 30 %). En effet, beaucoup de petits satellites, moins chers à développer et à lancer, sont en commande, explique Euroconsult. Ceci devrait faire les affaires de la société de lancement  Arianespace, comme l'avait expliqué en septembre à "La Tribune" la ministre en charge de l'espace, Geneviève Fioraso : "aujourd'hui, Arianespace, bien que numéro 1 mondial, rate des opportunités de business. Pourquoi ? Par manque de petits satellites pour réaliser les lancements doubles d'Ariane 5".

 

Deux tiers des satellites commandés par des Etats

 

Les gouvernements commanderont les deux tiers des satellites. Les quinze pays possédant une industrie spatiale se partageront plus de 90 % du marché des satellites gouvernementaux (en valeur). Mais la trentaine de pays émergents qui se dotent progressivement de satellites de communication et d'observation de la terre, à l'image récemment des Emirats Arabes Unis, qui a acheté deux satellites espion, représenteront un marché d'un milliard de dollars par an, prévoit l'étude.

 

Selon la directrice du cabinet spécialisé Euroconsult, Rachel Villain,

 

    "de plus en plus de gouvernements sont en train d'acquérir des systèmes de satellites de télécoms et d'observation de la Terre (EO) pour soutenir le développement socio-économique dans leur pays et pour vendre des services satellites à l'étranger".

 

Dans le secteur spatial commercial, les trois quarts des commandes de satellites vident le remplacement des satellites vieillissant en orbite géostationnaire. Cependant, le nombre de satellites en orbite basse ou moyenne va tripler pour passer à 150 sur dix ans, essentiellement pour les télécommunications, selon Euroconsult.

 

Et les satellites à propulsion électrique

 

    Le cabinet relève que seuls quatre des 65 satellites commerciaux de télécoms destinés à l'orbite géostationnaire actuellement en construction sont à propulsion tout électrique. "Cependant, la propulsion électrique pourrait changer la donne pour les satellites géostationnaires au cours de la décennie en devenant plus rentable grâce à de nouveaux lanceurs, de nouvelles technologies et faisant ses preuves plus longtemps", estime Euroconsult.

 

S'agissant de la propulsion électrique pour les satellites, les deux constructeurs français - Astrium et Thales Alenia Space - ont pris du retard, sur Boeing notamment. Le nouveau satellite 702SP de Boeing, le premier satellite commercial de télécommunications à propulsion uniquement électrique, doit être lancé en 2014, par le futur lanceur de la société américaine SpaceX, créée par le milliardaire Elon Musk. En septembre, la France a décidé de donner un coup du pouce aux deux constructeurs tricolores pour rattraper leur retard face à la concurrence américaine en leur débloquant 25 millions d'euros dans le cadre du programme d'investissements pour l'avenir 2 (PIA 2).

 

"Ariane 6 des satellites"

 

Aussitôt arrivé à la tête du CNES, Jean-Yves Le Gall avait également appelé à un effort dans ce domaine. "Il faut à présent faire la même chose (Ariane 6, ndlr) pour les satellites", avait-il expliqué en mai dernier dans une  interview accordée au magazine interne du CNES, CNESMag. Soit une "Ariane 6 des satellites".

 

Pourquoi ? Le nouveau président du CNES était "frappé de constater que, alors que toutes les prévisions indiquaient que la concurrence viendrait des pays émergents, on se rend compte aujourd'hui qu'elle vient des Etats-Unis", qui a investi "massivement pour aider ses industriels à développer des plates-formes à propulsion électrique, qui sont en train de s'imposer sur le marché". Et de conclure sur ce sujet : "nous ne pouvons rester sans réagir".

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:50
EADS : la branche défense connaîtra l'ampleur de sa restructuration en décembre

28.10.2013 Boursier.com

 

La branche "Défense" d'EADS connaîtra son sort en décembre prochain, et nul doute qu'une restructuration se dessine. Le président du groupe, Tom Enders, a expliqué au 'Süddeutsche Zeitung' que le pôle subira nécessairement des réductions d'effectifs. Le géant européen avait déjà fait savoir fin juillet dernier qu'il allait repenser ses contours, en regroupant Airbus Military, Astrium (satellites) et Cassidian (défense et sécurité) au sein d'une même division "défense et espace", qui sera rebaptisée "Airbus Defence & Space". La mise en oeuvre de la nouvelle structure était prévue au 1er janvier prochain, avec un déploiement progressif tout au long de 2014.

 

Tom Enders explique dans les colonnes du journal allemand qu'il sera autorisé à en dire plus sur la restructuration en décembre. En rapprochant trois entités opérationnelles, le groupe estime qu'il sera en mesure de réaliser des synergies, et risque fort d'être confronté à des doublons en matière d'emplois. Mais outre ce volet organisationnel, la branche défense, contrairement à son pendant aéronautique civile, est confrontée à un contexte économique beaucoup plus tendu, à cause de la baisse des budgets de la défense sur les marchés traditionnels des économies développées. Les sites allemands seraient notamment "à risque", car Berlin a nettement réduit la voilure sur ses dépenses en faveur de l'armée.

Repost 0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 07:50
Satellites : panne allemande pour le programme Galileo

10/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur allemand OHB boit la tasse. Et Galileo prend à nouveau du retard. La PME allemande est incapable d'assurer seule la livraison des satellites. Astrium et Thales Alenia Space ont été appelés en renfort à la demande de l'Agence spatiale européenne.

 

C'est chaud bouillant en ce moment dans la communauté spatiale. La raison ? Les difficultés d'OHB sur le programme Galileo, dont seuls quatre satellites IOV (In-Orbit Validation) de la constellation sont déjà en orbite au lieu de 18 depuis la fin de 2012. "Le programme ne va pas bien", assure un bon connaisseur du dossier. La PME allemande, à qui l'Union européenne a confié la fabrication de 22 satellites FOC (Full Operational Capability) de la constellation du futur GPS européen, est aujourd'hui incapable de s'en sortir toute seule sans aide, estiment plusieurs sources concordantes interrogées par La Tribune.

 

Arrivé en juin au centre d'essai de l'Agence spatiale européenne (ESA) l'Estec à Noordwijk (Pays-bas), le premier satellite n'est toujours pas qualifié alors qu'il aurait dû l'être dès le mois d'août. Pourquoi ? L'Estec n'avait pas les capacités pour le faire, explique-t-on à La Tribune. Le satellite devrait être finalement qualifié en novembre à l'issue des essais sous vide. L'union européenne (UE), l'ESA et l'agence spatiale allemande (DLR) sont donc mobilisés pour aider le soldat OHB mais la situation, selon plusieurs sources concordantes, semble compliquée.

 

Deux audits sur OHB

 

Deux audits - l'un de l'ESA, l'autre de Roland Berger Allemagne pour le compte de l'UE - ont été diligentés pour connaître l'étendue des déboires chez OHB... que cherchent absolument à minimiser aussi bien l'Union européenne que l'ESA, l'Allemagne et bien sûr l'industriel. "Nous avons notre part de responsabilité sur les retards mais pour seulement un tiers, confie-t-on au sein d'OHB. On avait sous-estimé certains risques et certains défis".

 

Grand artisan du programme Galileo, le  commissaire européen en charge de l'espace, Antonio Tajani, souhaiterait partir sur un succès de Galileo avant les élections de mai 2014. D'où sa  discrétion sur un sujet qui fâche. Tout comme le directeur général adjoint de la direction générale Entreprise et Industrie, le Dr Paul Weissenberg. Pour autant, la commission n'avait semble-t-il pas encore toute l'expérience pour gérer un programme de cette envergure, estime un industriel concerné par le programme Galileo.

 

Astrium et Thales appelés au secours

 

Pourtant, l'audit de Roland Berger aurait pointé la gestion défaillante du programme Galileo par OHB, qui aurait cumulé de nombreuses erreurs en terme de choix de technologies (des composants non adaptés) et de management. Aussi, selon ces mêmes sources, Astrium (EADS), le rival malheureux dans les deux compétitions organisées par l'Union européenne en janvier 2010 (14 satellites) puis en février 2012 (8), ainsi que Thales Alenia Space (TAS), ont été appelés au début de l'été pour jouer les pompiers de service à la demande de l'ESA et de l'UE pour aider OHB à remettre le programme sur les rails. Ce qu'on dément chez OHB, qui assure que c'est l'entreprise, qui a fait appel aux deux industriels.

 

La filiale spatiale d'EADS a une mission d'assistance à maîtrise d'œuvre pour aider OHB à gérer un programme de cette envergure. Un comble... quand on connait les rapports difficiles entre les deux groupes. Pour sa part, TAS, qui avait interdit de concourir en 2010 pour de sombres raisons de retour géographique, a été lui aussi appelé au secours pour aider les équipes d'OHB dans l'intégration des satellites de la constellation dans les deux chaînes de production sur deux sites de l'entreprise allemande. Une expertise reconnue de TAS Italie, qui a déjà travaillé notamment sur les constellations O3b, Globalstar et Iridium. Dans ce cadre, TAS a donné son accord pour envoyer une grosse équipe d'experts expérimentés en Allemagne. Pas question en revanche pour l'industriel tricolore d'avoir une quelconque responsabilité sur les satellites en orbite.

 

La constellation aurait dû être lancée fin 2012

 

Pour le calendrier de mise en service des satellites, c'est le flou qui règne. D'autant que l'ESA aurait dû publier début octobre un nouveau calendrier. Ce qui n'a pas été le cas. Car l'ESA attend la fin des essais sous vide, qui pourraient faire apparaître de nouveaux risques pour "solidifier" un calendrier. Une bonne fois pour toute. Petite piqûre de rappel. Les 14 satellites devaient être normalement en orbite fin 2012 pour la mise en service du service Galileo. Avec seulement 18 satellites sur les 27 au total, l'Europe aurait pu ouvrir un service à hauteur de 95 % du temps, notamment le service public réglementé, le service recherche et sauvetage mais pas le service commercial, qui devait être seulement à l'essai.

 

Le programme a été recalé une première fois depuis. Le lancement des deux premiers Galileo de la série des 14 était prévu en avril 2013. Arianespace a gardé des slots en avril, mai et juin pour Galileo, qui doit être lancé par Soyuz en principe. Chez OHB, on maintient que les deux premiers satellites pourront être lancés fin mai, début juin. Ce qui semble aujourd'hui optimiste. Car certains estiment que les 14 satellites ne seront pas lancés d'ici à la 2014. "Huit, ce serait miraculeux, quatre ce serait déjà bien", explique-t-on à la Tribune. Les services et donc les emplois générés par Galileo attendront... 2015. D'autant que les pays n'ont pas l'argent dans la mise en œuvre des services.

 

Un peu de retard, selon Geneviève Fioraso

 

Interrogée par "La Tribune", la ministre en charge de l'espace, Geneviève Fioraso, a reconnu début septembre dans une interview que le programme a "effectivement un peu de retard dans la livraison des satellites", mais, avait minimisé son impact en estimant que "pour un tel programme, c'est assez fréquent et cela ne remet pas en cause son intérêt".

 

Toutefois, il est notamment reproché à OHB, qui n'était jusqu'alors qu'un simple assemblier de satellites, d'avoir assuré à l'ESA lors des deux appels d'offre qu'il disposait de toutes les compétences pour maîtriser un programme de cette envergure, explique-t-on à La Tribune. Or, ce ne semble pas être le cas. "Ces retards étaient courus d'avance, il en fallait pas confier ce programme à une PME", note une autre source contactée. D'autant que le choix de la Commission en faveur des industriels allemands était fléché pour des questions de retours géographiques.

 

Rivalité entre l'ESA et l'UE

 

A qui la faute ? A l'UE et à l'ESA, qui sont comme chien et chat depuis la montée en puissance de la Commission en matière d'espace, se renvoient aujourd'hui mutuellement la responsabilité des déboires d'OHB, qui en 2010 avait été surpris d'être sélectionné pour l'ensemble des 14 satellites. "Nous nous attendions à être une double source d'approvisionnement et avoir quatre satellites, au mieux huit. Nous n'avions pas anticipé", rappelle-t-on chez OHB. Cette nouvelle crise intervient alors que l'UE et l'ESA sont en train de négocier une nouvelle gouvernance en matière de politique spatiale européenne.

 

Lors de la sélection d'OHB en janvier 2010, ce choix était une victoire passée un peu inaperçu de l'UE face à l'ESA. Car, au plus haut niveau de l'ESA, ce n'est pas tout à fait le choix qui aurait été fait. "L'ESA aurait pris en compte la dimension industrielle du projet", expliquait-on à la Tribune à cette époque. Sous-entendu, la réalisation des quatorze satellites (566 millions d'euros) aurait sans doute été partagée entre les deux rivaux, avec une prime à l'offre mieux-disante d'OHB.

 

Le commissaire européen aux Transports, Antonio Tajani, en a décidé autrement en choisissant OHB, bien aidé par Astrium qui avait présenté alors une offre commerciale très médiocre. La PME allemande avait du coup la meilleure offre technique et financière, selon les conclusions techniques d'une commission mixte ESA-UE. Mais aujourd'hui, on reproche aujourd'hui à l'ESA, selon des sources concordantes, son manque d'expertise et d'analyse sur les capacités d'OHB à maîtriser le programme Galileo.

 

Y avait-il la place pour un troisième champion européen ?

 

Avec OHB, l'UE et l'ESA a créé un troisième champion européen alors qu'Astrium et TAS ont déjà dû mal à vivre à deux. Résultat, en France, on commence à reparler d'un rapprochement entre les deux constructeurs de satellites. Ce qui serait un bain de sang au niveau social...Et tout "bénéf" pour l'Allemagne, qui est en train de gagner des compétences grâce aux redondances organisées par l'UE et l'ESA. C'est toute la morale de cette histoire. Et dire que Berlin avait voté contre le financement de Galileo en 2007.

 

Le coût d'un satellite et de son lancement s'élève entre 70 et 80 millions d'euros. Le double quand on intègre dans la facture le système sol, la gestion de la constellation et les tests. Au total, un satellite Galileo coûte aux contribuables européens 160 millions d'euros.

Repost 0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 16:50
Premier A400M pour l'armée de l'air française (à gauche) à côté d'un appareil d'essais d'Airbus Military photo Pierre Bayle

Premier A400M pour l'armée de l'air française (à gauche) à côté d'un appareil d'essais d'Airbus Military photo Pierre Bayle

23/08/2013 europelectronics.vipress.net

 

Au cours des derniers mois, EADS a entrepris une revue de sa stratégie, qui s’est traduite par deux décisions importantes du conseil d’administration dévoilées fin juillet. D’une part, le groupe prévoit de regrouper Airbus Military, Astrium et Cassidian au sein d’une même division défense et espace. D'autre part le groupe va changer de nom et celui de ses divisions pour adopter la marque Airbus, mondialement reconnue …

 

Le groupe Airbus sera composé de trois divisions :

Airbus, chargée de toutes les activités avions commerciaux ;

Airbus Defence & Space, le pôle des activités spatiales et de défense du Groupe, y compris les avions de transport militaire ;

Airbus Helicopters, qui regroupera toutes les activités d'hélicoptères civils et militaires.

 

Le groupe a décidé de regrouper les divisions Espace et Défense, Airbus Military, Astrium et Cassidian en réponse à l’évolution du marché qui se caractérise par une stabilisation et, même une réduction des budgets défense et espace dans les pays occidentaux. Cette restructuration doit permettre d’optimiser l’accès au marché, de réduire les coûts et globalement d’améliorer la compétitivité du groupe. Airbus Defence & Space constituera une division d’environ 45 000 personnes et avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d'euros, dont le siège social sera à Munich, en Allemagne. Airbus Defence & Space aura comme Président exécutif Bernhard Gerwert (60 ans) et sera organisé en quatre pôles : – Military Aircraft, dirigé par Domingo Ureña-Raso (55 ans), Space Systems, dirigé par François Auque (57 ans), Communication, Intelligence & Security Systems, dirigé par Evert Dudok (54 ans) et Equipment, dirigé par Thomas Müller (55 ans).

 

Airbus Helicopters, avec ses produits civils et militaires, reste identique.

 

La mise en œuvre de cette nouvelle structure devrait démarrer progressivement à partir du 1er janvier 2014 et se poursuivra durant le deuxième semestre 2014.

 

Au premier semestre, le groupe aéronautique a réalisé un chiffre d’affaires de 26,3 milliards d’euros, en progression de 6%, pour un bénéfice net en progression de 31%, à 759 millions d’euros.

 

En 2013, le nombre de commandes brutes d’avions commerciaux devrait être supérieur à 1 000 appareils. Les livraisons d’Airbus devraient continuer à progresser pour se situer entre 600 et 610 avions commerciaux.

 

En raison de la baisse des livraisons d’A380 et sur la base d’un taux de change de 1 € pour 1,35 $, le chiffre d’affaires devrait enregistrer une croissance modérée en 2013.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories