Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
Athena Mechanism joins EU SatCom Market


Brussels - 18 June, 2015 European Defence Agency
 

Athena Administrator Hans-Werner Grenzhäuser today signed the declaration to join the EU SatCom Market, an ad hoc project of the European Defence Agency.

 

Speaking about the cooperation, Hans-Werner Grenzhäuser said: “As part of the ongoing efforts to improve the procurement process of the different operations, I am convinced that Athena will benefit from its participation in this already existing mechanism with several other EU Member States being able to pool the purchase of satellite communications and related services through the European Defence Agency.
EDA Chief Executive Jorge Domecq added: “With Athena now part of the EU SatCom Market project, CSDP military operations will benefit from an easier procurement process thanks to the framework already in place, instead of using ad hoc outsourcing. The foreseen additional use of this pooled procurement initiative will increase the pooling and sharing effect, while making the project more attractive to the service providers.

 

EU SatCom Market

Within the EU SatCom Market project, EDA acts as the central purchasing body on behalf of the contributing members. It purchases the services from a commercial provider. Airbus Defence & Space holds the current contract. Since May 2013, more than 20 orders have been placed for a total value of almost €4 million. So far, Austria, Belgium, Cyprus, Finland, France, Germany, Greece, Italy, Luxembourg, Poland, Portugal, Romania, and the United Kingdom are part of the EU SatCom Market.
The project uses a ‘pay-per-use’ model, so members do not have to contribute with a regular fee, instead they only pay for what they order. Under the arrangement with Athena all present and future EU-led military operations will be able to draw this option to cover their SatCom requirements.
 

The Athena Mechanism

Athena is the mechanism established to administer the financing of the common costs of European Union operations having military or defence implications governed by Council Decision 2015/528/CFSP. The Council Decision allows for arrangements to be signed with union bodies to facilitate procurement in operations in the most cost-effective manner.

 

More information

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:50
EU must adapt to new security challenges at once, say foreign affairs MEPs



10-03-2015 - europarl.europa.eu/ REF. : 20150309IPR32555
 

The EU and its member states must shoulder more responsibility for their security and defence at once, given the unprecedented levels of instability at EU borders, say Foreign Affairs Committee MEPs in a resolution voted on Monday. Member states must, as a matter of urgency, make more effective use of Common Security and Defence Policy tools, coordinate their internal and external security actions and pool resources more closely, says the text.

 

In their annual resolution on the EU’s Common Security and Defence Policy (CSDP), MEPs press it to adopt a common strategy to tackle new challenges to its security. Strategic reflection already under way within the European External Action Service and the Council on a new European Security Strategy to deal with new geostrategic scenarios, threats and global challenges must be given a clear and concrete boost at the June 2015 European Council, they say.

The committee regrets that despite the December 2013 EU summit conclusions, no substantial practical progress has been made in equipping the EU with much-needed operational, industrial and capabilities resources to prevent and manage international crises.

 

CSDP missions must form part of an overall strategy

EU civilian and military missions must become the genuine, effective and responsibly used tools of an overall action strategy, instead of merely raising the Union's crisis response profile, say MEPs, who nonetheless praise the professionalism and dedication of the missions' personnel.The EU should be able to intervene across the full spectrum of crisis management and not to focus exclusively on a post-crisis context or exit from crisis contexts, they add.MEPs stress that EU missions must be properly funded and that the current review of the Athena mechanism for funding their common costs must facilitate the deployment. Member states must also show more commitment and solidarity in supplying forces for these missions, they say.

 

Cyber defence: level up capabilities without delay

The "imminent threat" of cyber-attacks calls for an immediate “levelling-up” of the cyber defence capabilities of all member states, MEPs say. Cyber defence must be more systematically integrated within national security strategies and a coherent EU strategy is needed to protect critical infrastructure against cyber-attacks, the text also says.

 

Plenary vote in May

The draft resolution, prepared by Arnaud Danjean (EPP, FR) and passed in committee by 45 votes to 18, with 0 abstentions, is to be debated and put to a vote at the May plenary session in Strasbourg.

   

 

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:20
Lockheed Martin demos new high-power laser weapon

A 30-kilowatt laser weapon from Lockheed Martin burned through a truck from a distance of more than one mile. Photo: Lockheed Martin

 

BETHESDA, Md., March 4 By Richard Tomkins   (UPI)

 

Lockheed Martin reports it has successfully demonstrated a 30-kilowatt fiber laser weapon system.

 

A 30-kilowatt fiber laser weapon system from Lockheed Martin successfully disabled a vehicle engine from a distance of more than one mile.

In the test -- said to represent the highest power ever documented by a laser weapon of its type -- the beam from the Advanced Test High Energy Asset, or ATHENA, quickly burned through the engine manifold of a truck mounted and running on a test platform, Lockheed Martin said.

"Fiber-optic lasers are revolutionizing directed energy systems," said Keoki Jackson, Lockheed Martin chief technology officer. "We are investing in every component of the system -- from the optics and beam control to the laser itself -- to drive size, weight and power efficiencies.

"This test represents the next step to providing lightweight and rugged laser weapon systems for military aircraft, helicopters, ships and trucks."

The single-mode fiber laser weapon system prototype uses a technique called spectral beam combining -- multiple fiber laser modules form a single, powerful, high-quality beam.

Lockheed Martin said ATHENA is based on its Area Defense Anti-Munitions laser weapon system , which was developed by Lockheed Martin and successfully demonstrated against small airborne and sea-based targets.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 11:50
photo EDA

photo EDA

 

Mar 02, 2015 by Guillaume STEUER - European Defence Agency

 

EDA Chief Executive Jorge Domecq and Athena Administrator Hans-Werner Grenzhäuser signed an arrangement establishing the framework for future cooperation between EDA and Athena.

 

This arrangement builds upon a successful pilot case conducted in 2014 in which the European Defence Agency (EDA) supported the acquisition of Air to Ground Surveillance and Reconnaissance Services for Operation EUFOR Althea.

Procurement of contracted solutions has become increasingly relevant for EU military operations not only to fill capability gaps in the force generation process, but also as a general planned support for ongoing operations.

This broader arrangement opens the option for the Athena Administrator or any Operation/Mission Commanders as Contracting Authorities to call upon EDA to provide, upon its expertise and available means and capabilities, technical and overall administrative support for procurement of infrastructure works, as well as a variety of services or supplies, through direct contracts or pre-mission solutions, e.g. through framework contracts.

 

Greater flexibility

Speaking about the cooperation, Hans-Werner Grenzhäuser said:  I am convinced that our cooperation would be of huge benefit for supporting EU-led military operations. The European Defence Agency can play a significant role. It holds a considerable knowledge of the industry, as well as in-house technical expertise and experience in contracting. The cooperation with EDA will therefore increase flexibility, optimise procurement procedures and save scarce resources by providing contractor support solutions to operations and Athena central.”  

Talking about the arrangement, Jorge Domecq added: “The ultimate goal of any EDA project is to support operations. Today’s arrangement allows us to do this by providing a procurement service directly to the Administrator or an EU mission. I am sure this will prove particularly useful to develop upstream more ready-to-use solutions available from the shelf at the start of an operation in fields such as medical services, real-life support, satellite communication or strategic transport.”

 

The Athena Mechanism

Athena is the mechanism established to administer the financing of the common costs of European Union operations having military or defence implications governed by Council Decision 2011/871/CFSP. The Council Decision allows for arrangements to be signed with Union bodies to facilitate procurement in operations in the most cost-effective manner.

More information about the Athena Mechanism is available here.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:50

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 12:45
photo EMA

photo EMA

 

20.12.2013 Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) Le Monde.fr

 

Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement qui avait, notamment, à son programme l'annonce de projets communs pour l'Europe de la défense aura surtout servi à acter les divisions des Vingt-Huit quant au financement de missions comme celles de la France en Centrafrique.

 

Jeudi 19 décembre, François Hollande espérait un soutien financier mais aussi opérationnel. Paris tente de forcer l'élargissement du dispositif Athena, qui sert déjà à financer une partie des missions militaires européennes. Catherine Ashton, la Haute représentante pour la diplomatie, rentera un rapport et il semble acquis que le système évoluera pour les opérations décidées à l'avenir.

 

Et pour la Centrafrique ? M. Hollande aimerait transformer l'intervention française en une opération européenne mais il doit, pour cela, décrocher une autre aide que celle offerte, à l'heure actuelle, par quelques uns. Jeudi soir, il ne pouvait toutefois évoquer que la Pologne, qui va envoyer un avion gros porteur et ses 50 hommes d'équipage. La Belgique n'a rien décidé et ne veut agir, dit-elle, que « dans le cadre d'une mission commune ».

 

UN ENJEU PLUS SYMBOLIOQUE QUE FINANCIER

 

Le dossier centrafricain devait être rediscuté vendredi et le président entendait souligner désormais qu'il serait bon « politiquement et pour la solidarité » que la France ne reste pas seule sur le terrain. L'enjeu semble donc être devenu, en l'espace de quelques jours, plus symbolique que financier. Le président avait lancé l'idée d'un fonds permanent de financement de missions visant à assurer la sécurité de l'ensemble du continent.

 

A son arrivée à Bruxelles, il se réjouissait d'avoir reçu un appui politique de « la quasi-totalité » des pays membres et ajoutait : « donc les financements doivent suivre ». « Nous ne pouvons pas cofinancer une mission si nous ne participons pas à la décision » répliquait la chancelière allemande Angela Merkel.

 

« Quand nous sommes intervenus, nous ne pouvions pas convoquer un Conseil européen et nous avons été amenés à agir unilatéralement », répondait M. Hollande. Il pense que les ministres des affaires étrangères pourraient acter prochainement une demande formelle d'appui à l'opération « Sangaris ». D'autres sont plus dubitatifs.

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 11:55
Programmation militaire : les ressources exceptionnelles majorées

 

28.11.2013 Le Monde.fr (AFP)

 

L'Assemblée nationale a adopté, jeudi 28 novembre, une majoration des ressources exceptionnelles pour garantir le financement des premiers programmes d'équipement inscrits dans la loi de programmation militaire, qui fixe le cadre budgétaire de la défense pour les six ans à venir.

 

Ces ressources exceptionnelles pourront être majorées de 500 millions d'euros pour que les engagements de dépenses, notamment sur les opérations d'armement, puissent être honorés. Cela permettra l'engagement des "principaux armements en 2013 et 2014", selon le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian. Au chapitre des nouvelles commandes doit figurer notamment, dès 2014, l'avion de combat Rafale dans sa nouvelle version.

 

Aux députés de l'UMP comme Philippe Meunier, qui critiquaient une rallonge « aléatoire » et « très inquiétante » car assise sur des ressources exceptionnelles, M. Le Drian a objecté que « les ressources exceptionnelles ne sont pas plus aléatoires que les ressources budgétaires » et « ce qui m'importe, c'est la garantie et la sanctuarisaton du paquet ».

 

ÉQUILIBRAGE AVEC L'UE

 

La droite s'est aussi émue de 650 millions d'euros pris au budget de la défense au travers du projet de budget rectificatif 2013 de fin d'année. La défense bénéficiera néanmoins de 578 millions d'euros dans le projet de loi de finances rectificative, assurés par la solidarité interministérielle, pour financer le surcoût des opérations extérieures (Opex) des armées, notamment au Mali, a rappelé le ministre.

 

Egalement adopté, un autre amendement du gouvernement assure que la France demandera lors du prochain conseil européen de défense l'extension du mécanisme européen (Athena) qui permet le financement en commun d'une partie des dépenses relatives à des opérations militaires menées dans le cadre de l'UE. Le ministre s'est en revanche montré défavorable à un amendement socialiste, finalement retiré, qui visait à exclure une partie des dépenses de défense nationale du calcul du 3 % de déficit.

 

Des députés de tous bords ont souligné que la France et le Royaume-Uni assument à eux seuls les coûts d'opérations de défense et de sécurité bénéficiant à tous les pays de l'UE. Parlant d'un « clivage terrible entre les nations qui paieront le prix du sang, comme la France, et les pays qui s'exonèreront par quelques deniers de leurs responsabilités », l'UMP Nicolas Dhuicq a jugé qu'il serait « plus raisonnable de revoir le budget de l'UE et notre contribution ».

Partager cet article

Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:50
Workshop: Doing Business with European Security and Defence Bodies
Vienna | Jun 14, 2013 European Defence Agency
 

On 12 June 2012, the European Defence Agency together with the Austrian Ministry of Defence and Sports and the Austrian Defence and Security Industry Association was hosting a workshop on Doing Business with European Security and Defence Bodies in Vienna.

 
The workshop targeting governmental and industrial representatives from Austria and the Visegrad countries brought together European customers and suppliers in the field of security and defence and provided specific guidance to industries on how to successfully engage with defence and security related entities in Europe. Speakers included the Austrian Armaments Director, LtGen Freyo Apfalter, the EDA’s Armaments Director, Giampaolo Lillo and NSPA’s Director of Procurement, Patrick Fesquet, as well as high-level representatives of the European Commission, Frontex, Athena and OCCAr.
 
The workshop tackled different fields of the European Security and Defence Market, including Security Research, Defence R&T, European Development Programmes and Off-the-Shelf Purchases of both goods and services, which are increasingly conducted through common or centralised procurement by or through EU bodies.
 

Co-organiser Karl-Heinz Dernoschegg from the Austrian Defence and Security Industry Association stated at the end of the event that this was a perfect way to bridge the gap between supply and demand in the area of defence and security. He continued by saying that his association would be happy to host events of this kind on a more regular basis and considers this a very good model for other countries and associations to follow.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 18:45
Des conclusions « défense » en forme de feuille de route. Au rapport !

5 décembre 2011 by Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

 

Les conclusions des conseils des ministres sur la défense européenne sont souvent assez rituelles rappelant ce qui a été fait dans l’année et annonçant des décisions prochaines assez courantes : prolongation ou annonces d’opérations, lancement de projets… Un texte souvent administratif et quelque peu ennuyeux (il faut l’avouer). Celles qui viennent d’être adoptées (*) doivent cependant être regardées à la loupe. Car sous ces dehors rituels, se cache autre chose. Un peu comme une reprise en main de la lente dérive qui avait marqué ces derniers mois, vers une baisse continuelle des ambitions que ce soit en termes d’opérations ou d’outils de gestion de crise.

 

Du pain sur la planche pour six mois

 

Il y a d’abord la planification de plusieurs nouvelles opérations situées en Afrique : le renforcement des capacités maritimes dans la Corne de l’Afrique, l’étude d’éventuelles missions au Sahel ou en Libye, la prolongation de l’opération Atalanta, ainsi que le lancement de 11 projets capacitaires par l’Agence européenne de Défense. En reliant, tous les paragraphes, les uns aux autres, elles forment une véritable feuille de route que les Etats membres ont voulu tracer, donnant à la Haute représentante le mandat pour développer et renforcer l’Europe de la défense. Comme l’a expliqué cet après-midi, devant le Parlement européen, l’ambassadeure polonaise au COPS,  Beata Peksa-Krawiec, c’est une « politique de petits pas. Et nous avons du pain sur la planche pour six mois ».

 

Des rapports à la pelle jusqu’à une possible strategic review

 

Plusieurs rapports d’étape ou dates butoirs pour aboutir à des accords ont, en effet, été fixés : sur les nouvelles missions, les battlegroups, la refonte des procédures de gestion de crises, le mécanisme Athena, l’activation de l’Ops-center, les procédures de génération de force, le renforcement des capacités militaires …

 

De façon générale, les 27 ont surtout demandé à la Haute représentante de leur faire un « rapport de progrès » sur tous les aspects de la PSDC en général dans les six mois, « d’ici juin 2012 ». Une opportunité que pourrait saisir la Haute représentante pour faire un état des lieux ambitieux en traçant des perspectives, et des lignes de force, tel un « Livre blanc ». Même si le terme n’est pas prononcé, il n’est pas interdit. Et dans la version anglaise « reviewing progress made » on n’est pas loin de la « Strategic review » engagée par les Britanniques pour leurs propres forces.

 

Une demande croissante d’action européenne

 

Le contexte est parlant. Il y a une demande croissante pour que l’Union européenne devienne un « acteur stratégique mondial, plus capable et plus cohérent », précisent les conclusions. Les 27 soulignent l’importance de la PSDC « comme un élément essentiel de cette approche globale » et insistent sur les « nécessaires progrès » à accomplir. Ils réitèrent ainsi « le plein engagement pour maintenir les engagements actuels sur les missions en cours de la PSDC » alors qu’ils « envisagent de nouvelles actions de la PSDC ». Il faut utiliser « de manière efficace et activement toute la palette des instruments à disposition dans la prévention des conflits et la gestion de crises ».

 

Evaluation et valeur ajoutée nécessaires pour les missions de la PSDC

 

Les 27 endossent la nécessité d’améliorer la performance de la PSDC, notamment à travers l’évaluation des résultats, le ‘benchmarking’, l’étude d’impact, l’identification et l’application des retours d’expérience (lessons learned) tout comme le développement des meilleures pratiques. Ils fixent aussi ce qu’on peut retenir comme cinq critères à l’utilisation des missions de la PSDC : 1) la valeur ajoutée, 2) sur la base de besoins identifiés, 3) avec des objectifs clairs, 4) des stratégies de sorties, 5) pour aboutir à des résultats durables.

 

Nouvelles missions : décisions à prendre d’ici la fin de l’année ou début 2012

 

Les 27 ont demandé à la Haute représentante d’accélérer le travail préparatoire sur l’opération PSDC au Sahel dans l’objectif d’un nouveau rendez-vous fixé « d‘ici la fin de l’année (2011) » pour examiner les suites à donner.  Ils ont réaffirmé la disponibilité de l’UE à prêter assistance à la Libye, sur un nombre variable de secteurs, notamment la réforme du secteur de sécurité et la gestion des frontières. Des « options pour une possible action de la PSDC » devraient être élaborées début 2012 selon les deux conditions fixées par le SEAE : le principe de l’appropriation par les Libyens et la coopération avec l’ONU. Quant à l’opération anti-piraterie Eunavfor Atalatanta, n’ayant pu pour des raisons de procédure la prolonger jusqu’à 2014, ils ont convenu de revenir sur la question début 2012 en vue d’une décision. Quant à la mission de sécurité sur l’aéroport au Sud-Soudan, ils ont pris note du travail en cours.

 

Capacités civiles : un cadre réglementaire de génération de force

 

Faute d’avoir atteint les objectifs fixés dans les « Headline Goals 2010″, les 27 avaient l’année dernière, tout bonnement, décidé d’en repousser l’application. Ils rappellent aujourd’hui combien la « recherche de synergies entre le développement de capacités civiles et militaires » est nécessaire, pour la gestion de crises à l’Européenne, et répondre à la fois aux lacunes existant et à la demande grandissante dans ce domaine.

 

Ils fixent un délai : au 1er semestre 2012 à la Haute représentante et à la Commission pour ensemble réexaminer les moyens d’améliorer la génération de force « dans un cadre réglementaire solide ». Ils demandent aussi aux Etats membres d’avoir des stratégies plus efficaces permettant l’utilisation de personnels civils, en provenance de différents ministères (Affaires étrangères, Intérieur, Justice, Finances…). Cela passe aussi par « davantage de formations, des incitatifs de carrière… » pour permettre de disposer de personnels motivés et qualifiés pour les missions de la PSDC.

 

Les contours d’une politique industrielle de défense

 

La crise frappant, les 27 ont voulu intégrer ces nouvelles contraintes dans le travail capacitaire. Il ne s’agit plus seulement – comme auparavant – de résoudre les lacunes constatées mais de « développer la coopération en matière de capacités militaires sur des bases plus systématiques et à long terme ». Les Etats membres doivent indiquer sur quels projets ils prennent le « lead ». La situation sera examinée en avril 2012. Et les 27 rappellent l’engagement pris par les chefs de défense de l’UE d’établir ou d’élargir des projets de coopération d’ici la mi-2012.

Ils veulent ainsi examiner en détail « l’impact de la réduction des dépenses de défense sur les capacités, notamment l’impact possible sur les capacités technologiques et industriels à maintenir et développer en Europe ». L’agence européenne de défense (EDA) sera chargée de ce travail. Et demandent à la Commission comme à l’EDA d’accélérer la recherche de « synergies », notamment en intégrant ces préoccupations dans le futur programme cadre de recherche et technologies à l’horizon 2020.

 

Amélioration de la réaction de crise : au rapport.

 

Les 27 ont endossé la création d’un entrepôt permanent pour les équipements civils en 2012 et la rédéfinition des procédures. Mais ils aussi demandé à la Haute représentante de plancher sur différents sujets pour améliorer la réaction de crises. Il en sera ainsi sur les battlegroups et leur interaction avec des éléments civils (voir article séparé), rapport attendu au 1er semestre 2012.

 

Les procédures de gestion de crise, procédures qui datent un peu puisqu’elles remontent à 2003, doivent aussi être revues, estiment les 27 qui demandent à la Haute représentante de faire des propositions, en suivant quelques principes. Il faut avoir des « mandats clairs » et des « capacités renforcées » pour les structures de gestion de crises, notamment entre le CMPD et l’Etat-Major de l’UE (la CPCC n’est pas citée en tant que tel, mais on pense), pour « permettre une planification anticipée, et plus efficace, permettant une prise de décision plus rapide au niveau politique, l’amélioration des échanges d’informations, l’identification de synergies civilo-militaires et une étroite coopération avec les organisations internationales ». On peut préciser que ce travail a déjà été entamé au sein du SEAE. Le général de Kermabon étant spécialement chargé de faire une mission d’étude et de proposition.

 

Rapport sur la coopération avec l’ONU

 

La coopération internationale notamment avec les structures onusiennes de gestion de crises a aussi été examinée, les 27 demandant – là encore – à la Haute représentante de faire des propositions pour des actions concrètes qui devront être prises à la première moitié de 2012. Dans le même sens, ils l’encouragent à continuer ses efforts pour faciliter la coopération entre l’UE et l’OTAN, notamment sur les théâtres d’opérations, où les deux organisations travaillent côte à côté (Afghanistan, Kosovo…). Ils valident ainsi le processus de contacts, notamment entre les différents niveaux des deux administrations.

 

(*) Texte qui n’est disponible qu’en anglais, pour l’instant. Traduction personnelle.

 

Lire aussi :

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories