Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 11:55
Excelsior L'Equipe photo Roger-Viollet

Excelsior L'Equipe photo Roger-Viollet

 

28/09/2015 armée de Terre

 

Au moment du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le rugby, souvent présenté comme une métaphore du combat et de la solidarité, est très populaire en France. La Grande Guerre, en favorisant le contact avec les alliés anglo-saxons et néo-zélandais, influence alors durablement la pratique française de ce sport.

 

Avant la guerre, ce que l’on appelle encore le football-rugby se diffuse en France par le biais de l’équipe nationale, intégrée au tournoi des Cinq Nations en 1910, et des premiers clubs qui se développent. Fondé à l’initiative des marins anglais en 1872, Le Havre Athlétique Club est le premier club français. Le rugby s’implante ensuite dans le Sud-Ouest, via le port de Bordeaux, où vit une importante communauté britannique. En région parisienne, le stade de Colombes devient en 1907 un haut lieu de rencontres de football-rugby.

 

En 1914, beaucoup de joueurs français sont mobilisés à l’instar de l’ensemble de la population masculine. Selon Michel Merckel, porteur dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale d’un projet d’édification d’un monument aux morts sportifs, sur 421 sportifs de haut niveau, 121 sont des joueurs de rugby. Aimé Giral, un des joueurs phares de l’Union sportive Arlequins perpignanaise (USAP), meurt ainsi à 20 ans le 22 juillet 1915 dans la Marne.

 

Engagés dans la Grande Guerre, de nombreux rugbymen australiens et néo-zélandais viennent également se battre sur le sol français. C’est le cas de David Gallaher, capitaine de l’équipe de Nouvelle-Zélande, tué en 1917 au cours de la bataille de Passchendaele (Belgique). Un trophée portant son nom, créé en 2000, est ainsi remis, chaque année, à l’équipe vainqueur du premier test-match entre la France et la Nouvelle-Zélande.

 

La pratique du rugby se développe avec la stabilisation du front et la nécessité d’occuper les soldats positionnés à l’arrière. Un moyen pour eux de s’évader, le temps d’un match, de leur terrible quotidien. Des rencontres sont ainsi organisées entre les unités sous l’impulsion de l’armée britannique. Un match emblématique se déroule également au Parc des Princes en avril 1917 entre l’équipe de France militaire et l’équipe britannique.

 

Dans la mêlée des tranchées et la violence de la guerre, le rugby français a donc connu un élan décisif. Un héritage qui vit toujours aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
Les atouts de DCNS pour remporter le méga-contrat des sous-marins australiens

 

29 septembre 2015 Par Hassan Meddah - UsineNouvelle

 

Opposé à l’allemand TKMS et à un consortium japonais, le fabricant de navires militaires s’est positionné sur le contrat de renouvellement de la flotte de sous-marins de la Royal Australian Navy. Un contrat qui pourrait atteindre 30 milliards d’euros. DCNS proposera une version conventionnelle du sous-marin nucléaire Barracuda déjà en production pour la marine française.

 

Pour les fabricants de sous-marins, c’est le contrat du siècle. L’Australie a lancé une compétition pour le renouvellement de sa flotte,  de Collins vieillissants de conception suédoise qui devraient quitter le service d’ici 2025. La pays serait prêt à acheter entre 6 à 12 sous-marins pour un montant qui pourrait atteindre 30 milliards d’euros.

Après leur pré-sélection au printemps dernier, seuls trois groupes ont eu l’opportunité de déposer une offre initiale le 18 septembre dernier. Le français DCNS sera ainsi opposé à son rival de toujours, l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) et à un consortium japonais regroupant Kawasaki et Mitsubishi.

Les candidats seront départagés selon six critères: le design des sous-marins, leur coût, l’organisation industrielle associée pour les produire, leur maintenance sur trente ans et la capacité d’intégrer un système de combat américain. Enfin le prix sera bien sûr un élément déterminant de l’offre.

La Royal Australian Navy exige un sous-marin de la gamme des 4000 tonnes et plus capable d’opérer de longues missions océaniques. Sur le plan industriel, Canberra n’écarte aucune option : une production "on-shore" (c'est-à-dire locale), "off-shore" (entièrement à l’étranger) ou un mix des deux, où le premier exemplaire pourrait être par exemple produit chez le fournisseur et le reste dans un chantier naval australien. Elle a demandé à chacun des candidats de plancher sur les trois scénarios. Ils doivent remettre leur copie définitive fin novembre. L’Australie sélectionnera ensuite un fournisseur exclusif d’ici le premier semestre 2016 pour des premières livraisons estimées d’ici 2026.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 15:35
Le haka des tranchées



29 sept. 2015 par Armée de Terre

 

A l’instar des troupes de l’Empire britannique, les soldats néo-zélandais sont engagés dans la Première Guerre mondiale. Regroupés au sein de l’Australian and New-Zealand Army Corps (ANZAC), sous les ordres du général Godley, ils assurent d’abord la défense du canal de Suez puis combattent en juillet 1915 dans les Dardanelles où ils subissent de lourdes pertes malgré une conduite héroïque.

Après réorganisation, l’ANZAC combat en France à partir de septembre 1916 où il s’illustre dans lors de la bataille de la Somme, au cours l’offensive des Flandres en juin 1917 avant de participer à la seconde bataille de la Marne en 1918.

Issus d’un pays où le rugby est le sport de prédilection, les soldats néo-zélandais participent à l’accélération de la diffusion de ce sport sur le sol français. Ils amènent aussi avec eux le fameux haka, danse chantée effectuée par l’équipe du rugby à XV néo-zélandaise depuis 1905. Un haka est d’ailleurs exécuté sur le champ de bataille de Gallipoli avant d’être effectué au Parc des Princes en avril 1917, lors d’un match entre l’équipe militaire de Nouvelle-Zélande et l’équipe militaire française.

Danse traditionnelle maorie, le haka est interprété à l’occasion de cérémonie, de fêtes de bienvenue, ou avant de partir à la guerre. Plus que tout autre aspect de la culture maorie, cette danse chantée est l’expression de la passion, de la vigueur et de l’identité de ce peuple. Des valeurs propres au rugby, un sport souvent présenté comme une métaphore du combat et de la cohésion.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:35
Australia and India in first maritime exercise


14.09.2015 Pacific Sentinel
 

The inaugural bilateral maritime exercise between India and Australia, AUSINDEX15, has commenced, with an opening ceremony held in Visakhapatnam, India, over the weekend.

 

Building on the personal relationship of Prime Minister Modi and Prime Minister Abbott, the Minister for Defence, the Honourable Kevin Andrews MP, recently visited India to further develop, with his counterpart Minster Manohar Parrikar, the Framework for Security Cooperation.

 

“India is the emerging democratic super power of Asia. It is therefore sensible that the relationship between India and Australia be developed and strengthened,” Mr Andrews said.

 

The maritime exercise is a tangible sign that will strengthen defence co-operation between the two countries as envisaged in the Framework for Security Co-operation announced by the Australian and Indian Prime Ministers in 2014.

 

Head Navy Capability, Rear Admiral Jonathan Mead, AM, RAN, joined India’s Flag Officer Commanding Eastern Fleet, Rear Admiral Ajendra Bahadur Singh,VSM, to mark the occasion.

 

“India is a key security partner in the Indian Ocean and Asia-Pacific,” RADM Mead said.

 

“Both our navies have a mutual interest in promoting peace and prosperity in the Indian Ocean and this is a natural progression of our Navy-to-Navy relationship, given our shared maritime security interests.”

 

Three Royal Australian Navy ships and a Royal Australian Air Force AP-3C have made the passage to India for the inaugural biennial exercise.  HMA Ships Sirius, Arunta and Sheehan will train with Indian Navy Ships Shivalik, Ranvijayi and Shakti, along with P-8I Maritime Patrol Aircraft during the week-long activity.

 

The exercise will start with briefings and practical demonstrations ashore, before progressing to sea. 

 

“At sea, surface and anti-submarine warfare exercises will be conducted and there will also be the opportunity for aviation cross deck operations,” RADM Mead said.

 

“The Royal Australian Navy values the deepening engagement with the Indian Navy.

 

“This will strengthen our relationship and further our ability to undertake regional joint and/or combined operations such as humanitarian assistance and disaster relief,” he said.

 

AUSINDEX15 is being held in waters off Visakhapatnam, India until late September.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 06:30
Two bomb-laden Royal Australian Air Force F/A-18A Hornet multi-role fighter aircraft formate on their tanker whilst transiting to Iraq for another mission. -  photo SGT Pete / Aus DoD

Two bomb-laden Royal Australian Air Force F/A-18A Hornet multi-role fighter aircraft formate on their tanker whilst transiting to Iraq for another mission. - photo SGT Pete / Aus DoD

 

16 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sydney - L'aviation australienne a effectué sa première frappe contre l'organisation Etat islamique en Syrie, détruisant un transport de troupes blindé des jihadistes, a annoncé mercredi le ministre australien de la Défense Kevin Andrews.

 

Cela fait partie de l'extension logique (de l'engagement australien) dans la lutte contre Daesh, pour opérer non seulement au-dessus du nord de l'Irak mais aussi au-dessus de l'est de la Syrie afin de dégrader et de détruire les forces de Daesh, a déclaré le ministre à des journalistes, utilisant l'acronyme arabe correspondant à l'Etat islamique (EI).

 

Lors de cette frappe qui a eu lieu il y a deux jours, un appareil F/A-18A Hornet de la Royal Australian Air Force (RAAF) a détruit un transport de troupes blindé de l'EI avec un missile guidé, a indiqué M. Andrews.

 

Deux de nos Hornet ont repéré le transport de troupes, qui était dissimulé dans une installation de Daesh, a précisé le ministre. Après avoir reçu l'autorisation (de frapper l'objectif), l'un des Hornet a utilisé une arme de précision guidée pour détruire la cible.

 

Les sorties de l'aviation australienne sont menées au-dessus de la Syrie et de l'Irak, la majorité de nos missions se font toujours au-dessus de l'Irak, et nous les effectuons à une fréquence très régulière, a ajouté M. Andrews.

 

Les Etats-Unis, le Canada, la Turquie et des Etats du Golfe effectuent déjà des frappes aériennes contre des objectifs de l'EI en Syrie.

 

L'Australie s'est jointe l'année dernière à la coalition menée par les Etats-Unis pour combattre l'EI en Irak, mais elle a étendu la semaine dernière ses opérations aériennes à la Syrie, déclarant que la base juridique pour cela était la nécessité d'une défense collective de l'Irak contre le groupe jihadiste, qui contrôle une vaste étendue de territoire en Irak et en Syrie.

 

Le ministère australien de la Défense avait annoncé samedi dernier dans un communiqué que l'aviation australienne avait effectué sa première mission au-dessus de la Syrie mais sans effectuer de frappe.

 

Le ministère avait précisé que les appareils utilisés par la RAAF au sein de la coalition sont deux chasseurs F/A-18A Hornet, un avion-citerne KC-30A et un avion de veille radar E-7A.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:35
Boeing to Develop New Military Communications Network for Australia

 

14 Sept. 2015 by Pacific Sentinel

 

Land 2072 Phase 2B heralds next generation of networking for Australian Defence Force

 

BRISBANE, Australia, Sept. 10, 2015 – Boeing [NYSE: BA] will provide the next-generation communications system for land-based Australian Defence Forces (ADF) deployed around the world. Developed by an industry team led by Boeing Defence Australia (BDA), the Land 2072 Phase 2B system will provide secure wideband voice, data and video services over wireless and wired infrastructure between deployed forces and headquarters.

 

Acting BDA vice president and managing director Bill Madley said the system will be based on an agile, modular network design that improves communications capacity, flexibility and responsiveness. “After successfully delivering a number of the ADF’s most complex communication and information systems to date we are ready to deliver this critical new capability to the Commonwealth,” he said.

 

Under terms of the $665.7 million AU contract, BDA will provide the communications system and initial support services.

 

Defence’s Director General of Communication Systems, Myra Sefton, said that Defence's new Integrated Battlefield Telecommunications Network represents a generational transformation in the deployed communications capability of the Australian Defence Force.

 

“It will provide the infrastructure to handle the increasing data requirements of our modern defence force as they face a complex and dynamic battlespace,” Ms. Sefton said.

 

“The capability being developed by Boeing Defence Australia and its partners will be a force multiplier that will significantly enhance the effectiveness of our forces on deployed operations."

 

The Boeing solution is designed to be interoperable, scalable and able to evolve and grow with the needs of Australia’s modern army.

 

Boeing

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:30
RAAF’s Air Task Group Completes First Mission In Syria (12 Jul. 2015)

Night vision image of an F-18A Hornet from Australia's Air Task Group refuelling from a Royal Australian Air Force KC-30A Multi Role Tanker Transport aircraft during the first mission of Operation OKRA to be flown over Syria (AUS DoD photo)

 

Sept 12, 2015 defense-aerospace.com (Source: Australian Department of Defence)

 

The Australian Air Task Group (ATG) completed its first operational mission in Syria overnight, retuning to base in the Middle East without incident.

 

No weapons were released during the mission.

 

The mission provided on-call interdiction and dynamic targeting support as part of the international coalition’s effort to disrupt and degrade Daesh.

 

Two Royal Australian Air Force F/A-18A Hornets, a KC-30A air-to-air refuelling aircraft and E-7A Airborne Early Warning and Control aircraft combined during the mission.

 

ATG Commander, Air Commodore Stu Bellingham said the Hornets searched points of interest for enemy activity in eastern Syria, reporting to the international coalition’s Combined Air Operations Centre through the E-7A aircraft.

 

“Daesh controls a large amount of territory in eastern Syria that serves as a source of recruitment and oil revenues, and as a base from which it continues to launch attacks into Iraq”, Air Commodore Bellingham said.

 

“The Hornets were also prepared for any short notice high priority tasking which could include surveillance and weapons release,” Air Commodore Bellingham said.

 

The KC-30A provided air-to-air refuelling support to the F/A-18A Hornets throughout the mission.

 

The ATG is part of Operation OKRA, the Australian Defence Force’s contribution to the international effort to combat the Daesh terrorist threat in Iraq and Syria.

 

The Australian ATG will continue to plan and conduct air strikes against Daesh in Iraq and Syria as part of coalition strike operations aimed at disrupting and degrading Daesh strongholds.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:35
Australia: Government invests $14 million in Defence technology

 

14 Sept. 2015 Pacific Sentinel
 

Seven Australian organisations will receive Australian Government funding of $14.2 million to develop and demonstrate innovative technologies that can enhance defence capability.

 

The funding is made available under the Capability and Demonstrator Program managed by the Defence Science and Technology Group.

 

Seven technology proposals from Australian companies, universities and science organisations have been selected this year to demonstrate possible defence application.

 

These proposals have the potential to advance Defence capability, produce innovative products for Defence and civilian use, and stimulate Australian industry growth.

 

This year’s successful proposals include:

 

  • a low profile body armour for better soldier protection;

  • a miniaturised wide-band, low-noise radio frequency antenna;

  • mobile x-ray imagers for use during field deployments and detecting improvised explosive devices;

  • a stealthy unmanned surface vessel to track submarines and torpedoes;

  • a tactile flight display that improves helicopter safety in poor visibility and threat environments;

  • technology to securely transmit three-dimensional geospatial data to ships at sea; and

  • a low-cost, high-G centrifuge for simulators used in pilot training.

The successful proposals were submitted by Armor Composite Engineering, CSIRO, Micro-X Pty Ltd, Ocius Technology, University of Canberra, the Bureau of Meteorology and Deakin University.

 

I congratulate all those involved in putting forward proposals and supporting innovative research and development for defence applications.

 

Since the Capability and Technology Demonstrator Program began, Defence has invested $270 million in 118 projects, half of them proposed by small-to-medium enterprises.

 

Of these, 104 projects have successfully demonstrated the feasibility of their technologies.

 

These are very good results for high risk research and development projects that benefit Defence and Australian industry.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 14:30
photo RAAF

photo RAAF

 

11 September 2015 airforce-technology.com

 

The Government of Australia has decided to extend its air strikes against Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) into Syria, marking the next phase of the country's contribution to the international coalition effort.

 

According to the government, the decision comes as a response to Iraq's request for international assistance to strike ISIL (Daesh) strongholds, and a formal request from the US Government.

 

According to Australian Prime Minister Tony Abbott, the new military development was 'very much in Australia's national interest,' The Guardian reported.

 

Abbott was quoted as saying: "We cannot defeat Daesh in Iraq without defeating Daesh in Syria, too.

 

"I emphasise that our aircraft will be targeting Daesh, not the Assad regime, evil though it is."

 

The latest decision is expected to help protect Iraq and its people from Daesh attacks inside Iraq and from across the border in Syria, the Australian Government stated.

 

With this decision, Australia will join with countries including the US, Canada, France, Arab countries and Turkey in Syria to fight against ISIL.

 

Australia's Air Task Group that deployed to the Middle East region comprises six F/A-18 Hornet aircraft, a KC-30A Multi-Role Tanker Transport and an E-7A Wedgetail Airborne Early Warning and Control aircraft.

 

The decision to expand air operations comes days after France announced its plan to launch airstrikes against ISIL in Syria. France also said that the country would extend the mission to begin airstrikes later.

 

As part of this development, the French Air Force's two Rafale fighter aircraft recently performed more than six hours of flight over Syria, marking the country's first intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) mission.

 

A statement from the French Air Force stated that the mission allowed them to gather intelligence on the ISIL.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:20
MH-60R photo Royal Australian Navy

MH-60R photo Royal Australian Navy

 

7 juillet 2015 MONTRÉAL, CANADA-(Marketwired)

 

- Dispositifs d'entraînement à la maintenance et de l'équipage arrière MH-60R pour la Royal Australian Navy

- Deux dispositifs d'entraînement au vol UH-72A Lakota pour l'armée américaine

- Deux simulateurs de missions pour un client dont l'identité demeure confidentielle

 

CAE a annoncé aujourd'hui qu'elle a remporté des contrats militaires d'une valeur de plus de 150 millions $CA pour fournir des produits de simulation et des services de formation à des clients militaires du monde entier.

Les principaux contrats comprennent la fourniture de dispositifs de formation MH-60R additionnels pour la Royal Australian Navy, des dispositifs de formation au vol UH-72A Lakota additionnels pour l'armée américaine, et deux simulateurs de missions pour un client dont l'identité demeure confidentielle dans la région de l'Europe/Moyen-Orient/Afrique.

Les contrats annoncés aujourd'hui sont inclus dans les prises de commandes du groupe Défense et sécurité de CAE au premier trimestre. De plus, la valeur de cette annonce inclut une commande de deux dispositifs d'entraînement au vol opérationnel P-8A pour la marine américaine. Cette annonce avait été communiquée à la presse spécialisée le 29 juin dernier.

« Notre engagement à agir en tant qu'intégrateur de systèmes de formation nous a permis de faire de bons progrès au niveau de la mise en œuvre de notre stratégie au premier trimestre, ce qui inclut le contrat concurrentiel que nous avons remporté pour fournir des services de formation à long terme sur appareils à voilure fixe à l'armée américaine », a déclaré Gene Colabatistto, président de groupe, Défense et sécurité à CAE. « Les contrats additionnels que nous annonçons aujourd'hui sont tous liés à l'utilisation accrue de la formation fondée sur la simulation dans le cadre de ces programmes, ce qui démontre encore plus que les forces armées du monde entier adoptent de plus en plus la formation synthétique pour répondre davantage à leurs besoins en matière de formation. »

 

Marine américaine/Royal Australian Navy

CAE a remporté un contrat portant sur le développement d'un simulateur de maintenance mixte (CMT) MH-60R ainsi que la fourniture d'un dispositif d'entraînement de l'équipage arrière (RCT) MH-60R pour la Royal Australian Navy (RAN) en vertu du programme américain de vente de matériel militaire à l'étranger.

CAE USA sera le maître d'œuvre responsable de la conception et du développement du dispositif CMT MH-60R qui sera livré en 2017 à la base HMAS Albatross, située près de Nowra en Nouvelle-Galles-du-Sud. CAE USA fournira également un RCT MH-60R disponible sur le marché à partir de systèmes de simulation virtuelle australiens et sera responsable de le livrer et de l'installer à la base HMAS Albatross. CAE a déjà livré un dispositif d'entraînement au vol tactique et opérationnel (TOFT) MH-60R ainsi qu'un dispositif d'entraînement à la maintenance de l'avionique et au chargement des armes MH-60R à la RAN, et livrera un deuxième TOFT MH-60R en 2016.

Le CMT MH-60R sera un hélicoptère MH-60R modifié spécialement conçu pour fournir la formation sur les systèmes mécaniques, électriques et hydrauliques au personnel de maintenance de l'hélicoptère MH-60R de la RAN. Le CMT MH-60R inclura une série de défaillances contrôlées par l'instructeur, ce qui facilitera la formation en localisation des pannes et en retrait/remplacement des composants d'aéronef.

Le RCT MH-60R sera une reproduction modifiée de l'hélicoptère équipée d'un module pour la formation aux opérations de chargement à l'aide de treuils ainsi que deux modules d'armement pour la formation aux opérations de tir au canon sur le MH-60R.

 

UH-72A Lakota de l'armée américaine

CAE a remporté un contrat octroyé par Airbus Airbus Defense and Space, Inc. pour construire deux dispositifs d'entraînement au vol (FTD) UH-72A Lakota additionnels. Ces FTD UH-72A, les septième et huitième que CAE produit pour l'armée américaine, seront livrés à Fort Rucker, en Alabama, au printemps 2016. Ces dispositifs d'entraînement, qui peuvent être qualifiés au niveau 6 par la Federal Aviation Administration (FAA)et qui sont dotés d'un poste de pilotage propre à l'hélicoptère avec la fidélité et la performance d'un simulateur de vol sans le système de mouvement, appuieront l'entraînement des pilotes sur appareils à voilure tournante à l'Aviation Center of Excellence (USAACE) de l'armée américaine.

Le FTD UH-72A, construit par CAE, est doté d'une plateforme vibrante et d'un système d'affichage avec un champ de vision de 200 degrés sur 70 degrés alimenté par le générateur d'images CAE Medallion-6000 de la prochaine génération, qui plonge les pilotes dans un environnement d'entraînement synthétique haute fidélité. Le FTD UH-72A de l'armée américaine a aussi été mis en service avec la base de données commune (CDB) développée par CAE, qui permet à l'armée américaine de tirer parti des bases de données existantes appartenant au gouvernement américain, afin de répondre aux exigences d'entraînement de leurs pilotes d'hélicoptères.

 

Client dont l'identité demeure confidentielle

CAE a remporté un contrat visant à fournir deux simulateurs de missions à un client dont l'identité demeure confidentielle dans la région de l'Europe/Moyen-Orient/Afrique.

 

À propos de CAE

CAE est un chef de file mondial en prestation de formation dans les domaines de l'aviation civile, de la défense et sécurité, et des soins de santé. Nous concevons et intégrons les solutions de formation les plus complètes de l'industrie, grâce aux connaissances et au savoir-faire de nos 8 000 employés, de nos technologies de simulation de renommée mondiale et de notre réputation en matière de service et d'innovation technologique s'échelonnant sur sept décennies. Notre présence mondiale est la plus vaste de l'industrie, avec 160 établissements et centres de formation situés dans 35 pays, y compris les activités de nos coentreprises, et le plus important parc de simulateurs de vol au monde. Chaque année, nous formons plus de 120 000 membres d'équipage civils et militaires, ainsi que des milliers de professionnels de la santé. www.cae.com

Suivez-nous sur Twitter @CAE_Inc et @CAE_Defence

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 09:35
RNZAF NH90 on Exercise Talisman Sabre 2015 - photo NZDF

RNZAF NH90 on Exercise Talisman Sabre 2015 - photo NZDF


4 juil. 2015 by NZDF

 

The action ramps up in Australia as the New Zealand forces spread across the bush in Central Queensland as part of Exercise Talisman Sabre 2015. The National Support Element, with the help of Royal New Zealand Air Force's NH90 helicopters, has been working behind the scenes to ensure supplies are delivered to Kiwi troops out in the bush.

Talisman Sabre marks the first time the NH90s have been deployed offshore and is a great opportunity to show their capability and effectiveness in a challenging coalition environment.

Talisman Sabre is the Australian Defence Force's largest warfighting exercise. It involves almost 30,000 troops from the ADF, the US military, the NZDF and Japan's Self-Defense Force. The NZDF has deployed two ships, four aircraft including two NH90 helicopters, 22 Light Armoured Vehicles, 23 other military vehicles and around 620 personnel for the exercise.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 07:35
photo Australia MoD

photo Australia MoD

 

02 juillet 2015 par Aerobuzz.fr

 

Les forces aériennes australiennes vont se doter de deux ravitailleurs multirôles A330 MRTT supplémentaires. Elles en exploitent déjà cinq. Les deux nouveaux appareils sont en fait des A330-200 de Qantas qui vont être transformés en Espagne (Getafe) par Airbus Defence and Space. Ils devraient être opérationnels en 2018.

Les actuels A330 MRTT australiens dénommés KC-30A sont équipés de deux perches de ravitaillement (ARBS) utilisables par les F/A-18 des FAAF et d’autres chasseurs. Ils possèdent également un système pour se ravitailler en vol (UARRSI). Les KC-30A ont été engagés dans le Golfe.

 

Les forces aériennes australiennes opèrent déjà cinq ravitailleurs A330 MRTT

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:50
Netherlands orders Bushmaster armored vehicles

 

SYDNEY, July 1 By Richard Tomkins (UPI)

 

The Netherlands' Ministry of Defense has ordered a dozen Bushmaster armored vehicles for delivery next year from Thales Australia.

 

The Bushmasters will be in the troop carrier variant and fitted with additional composite armor, Remote Weapon Stations, and Thales' SOTAS intercom system.

 

"The Bushmaster has proven itself on operations with the Dutch military in Afghanistan, and is a vital component of their Light Brigade," said Thales Australia Chief Executive Officer Chris Jenkins. "This export order shows their continuing confidence in the Bushmaster, its ability to protect troops in theater and save lives.

 

"It's also a tribute to the unique skills and in-depth expertise we have at our Bushmaster production facility in Bendigo, Victoria. Generating exports like this is good for us, good for our many local suppliers, and good for the economy as well."

 

The Bushmaster is a wheeled armored vehicle with a curb weight of more than 27,000 pounds. It has an operational range of 497 miles and has a speed of about 61 miles per hour.

 

The Netherlands previously procured 86 Bushmasters.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:35
Exercise Talisman Sabre 2015: Roll Out


30 juin 2015 New Zealand Defence Force

 

The New ZealandNew Zealand Defence Force lands safely in Australia after being transported across the sea by the HMNZS Canterbury. Our ship carried over two of our newest NH90 helicopters and around 45 military vehicles.

The exercise involves 30 000 troops from the ADF, the US military and NZDF and Japan's Self Defence Force.

Footage courtesy of Australian Defence Force

Like us on Facebook:
https://www.facebook.com/NewZealandDe...

Follow us on Twitter:
https://twitter.com/nzdefenceforce

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
Arrival of C-27J Spartan  at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

Arrival of C-27J Spartan at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

 

30 June 2015 Australia DoD


Chief of Air Force, Air Marshal Geoff Brown, AO, welcomed the first RAAF C-27J Spartan battlefield airlift aircraft in Australia at a ceremony at RAAF Base Richmond today, coinciding with the 90th anniversary of the base’s establishment.
 
The acquisition of the C-27J Spartan will fill a gap in Australia’s military capability for tactical fixed wing airlift, which has been left open since the retirement of the Caribou fleet in 2009.
 
AIRMSHL Brown said the acquisition of 10 C-27J aircraft, which has been planned since 2012, signifies a $1.4 billion investment in Australia’s airlift capability.
 
“This acquisition represents a commitment to Australia’s air power capability which is a critical element of Australia’s national security and defence strategy,” he said.
 
“The C-27J will strengthen the Australia Defence Force’s air lift capability by increasing our ability to move troops, equipment and supplies.
 
“The aircraft will complement the capabilities of the C-130J Hercules and C-17A Globemaster and will be able to carry medium-sized loads and access smaller runways that are not suited to other aircraft.
 
“This will allow Air Force to support humanitarian missions as well as battlefield airlift in remote locations and unprepared airstrips common in Australia’s region.
 
“Under Plan Jericho, the plan to transform Air Force into a fifth generation fighting force for the information age, the C-27J will operate within an integrated system that is more agile, has an extended reach and gathers and distributes information quicker and more efficiently than ever before.”
 
The C-27J aircraft provides protection from a range of threats through features such as missile warning systems, electronic self protection, secure communications and battlefield armour.
 
Initial Operational Capability for the C-27J fleet is planned for late 2016, with Final Operational Capability expected within the following two years.
 
The fleet of C-27J Spartan aircraft will initially be based at RAAF Base Richmond in New South Wales, until their permanent home at RAAF Base Amberley in Queensland is completed.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 11:45
photo Royal Australian Navy

photo Royal Australian Navy

 

26/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 20 juin 2015, la frégate australienne HMAS Newcastle, qui opère actuellement sous le commandement français de la Combined Task Force 150 (CTF150), a réalisé une importante saisie d’héroïne au large des côtes Est-africaines. Au cours d’une enquête de pavillon, 581 kg d’héroïne ont été saisis à bord d’un boutre, pour une valeur estimée sur le marché européen à plus de 150 millions d’euros. Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la CTF-150, force navale chargée de lutter contre le terrorisme et contre les activités illicites qui participent à son financement.

 

Le 20 juin 2015, le HMAS Newcastle, qui patrouillait en Océan Indien dans le cadre de ses missions au sein de la CTF-150, a détecté un boutre suspect. Après avoir obtenu le feu vert du commandant de la force, le capitaine de vaisseau Crignola, la frégate australienne a déployé son équipe de visite à bord du bateau afin de procéder à un contrôle de sa documentation et d’interroger son équipage. Les vérifications effectuées ont conduit à déclarer le boutre sans nationalité. Une inspection de sa cargaison a alors permis à l’équipe de visite australienne de découvrir des caches dans lesquelles étaient dissimulés 581 kg d’héroïne.

 

Cette importante saisie est la septième réalisée par des unités de la CTF-150 depuis la prise de commandement de la force par la France en avril 2015. Au total, plus d’1,5 tonnes d’héroïne ont été saisies au cours de sept contrôles distincts, grâce à l’action conjointe des moyens navals mais aussi aériens de la CTF-150, permettant ainsi de porter un coup significatif au trafic de drogue en océan Indien.

 

La route maritime du Sud, qui part des côtes irano-pakistanaises vers l’Est de l’Afrique est fréquemment utilisée par les trafiquants pour acheminer l’héroïne vers le marché africain, mais aussi européen. La présence de plusieurs bâtiments de la CTF-150 en océan Indien permet de réduire la dynamique de l’acheminement des cargaisons, en interdisant l’utilisation de l’espace maritime pour les passeurs de drogue.

 

La force a bénéficié d’un déploiement de moyens importants, avec, aux côtés du HMAS Newcastle, plusieurs bâtiments engagés dans les opérations, parmi lesquels la frégate néozélandaise Te Kaha, les bâtiments français BCR (bâtiment de commandement et de ravitaillement) Var et FLF (frégate de type La Fayette) Surcouf ainsi que la frégate britannique Richmond. Les unités alliées engagées dans la CTF-150 poursuivront leurs opérations de sécurité maritime dans les prochains mois afin d’apporter leur contribution à la lutter contre le terrorisme international et les activités illégales.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assume le commandement de la CTF 150. Le BCR (bâtiment de commandement et de ravitaillement) Varembarque à son bord le commandant de la force, ainsi que son état-major, qui assure la conduite tactique des différentes unités alliées de la force, grâce aux moyens de commandement dont ce bâtiment a été spécifiquement doté. Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF-150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces, rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission.

photo Royal Australian Navy

photo Royal Australian Navy

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:35
photo EMA

photo EMA

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées  

 

Pour la première fois depuis deux ans, deux officiers mariniers supérieurs ont pu embarquer sur un navire australien en patrouille dans le grand Sud. Ce navire flambant neuf, l’Ocean Shield, a en effet effectué une patrouille de 40 jours, au départ de Hobart, dans les zones économiques exclusives (ZEE) australienne et française les plus australes.

 

Le bâtiment revenait sur le théâtre d’une mission que l’armée australienne n’avait plus réalisée depuis 2 ans en raison de son activité opérationnelle. Le premier-maître Peron et le premier-maître Sarradel, respectivement contrôleurs des pêches du bureau action de l’État en mer de la zone maritime Sud de l’Océan Indien et du CROSS Réunion (le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage), ont ainsi fait vivre l’accord bilatéral entre la France et l’Australie, en patrouillant des îles Macquaries aux Kerguelen, et en passant notamment 8 jours sous le 60eparallèle Sud.

 

Cet accord unique confie, d'une part, la surveillance de la ZEE australienne par satellite à la France, assurée par le CROSS Réunion. D'autre part, il autorise la patrouille d’un navire étatique dans les eaux de l’autre État et l’embarquement de contrôleurs, habilités à verbaliser des infractions de pêche depuis la plateforme d’un autre pays. Il est la manifestation pratique d’une réalité géographique : l’Australie est le pays avec lequel la France a la plus grande frontière maritime, celle qui sépare la ZEE de Kerguelen de la ZEE des îles australiennes de Heard et Mac Donalds.

 

Cette mission exceptionnelle, menée extrêmement loin des régions fréquentées, illustre les relations de parfaite confiance qui unissent la France et l’Australie. Elle contribue à préserver des ressources exceptionnelles, notamment de légine.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

photo EMAphoto EMA
photo EMAphoto EMA

photo EMA

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:35
Exercise Talisman Sabre: Gearing up for the War Games

 

10 juin 2015 by NZDF

 

The run-up to Exercise Talisman Sabre begins at Wellington, where the Navy's HMNZS Canterbury will be taking two of our newest NH90 helicopters and around 45 military vehicles to Australia.
The exercise involves 30 000 troops from the ADF, the US military and NZDF and Japan's Self Defence Force.
 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 16:35
VBCI 40 CTAS - IDEX 2015 photo FOB

VBCI 40 CTAS - IDEX 2015 photo FOB


09.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Restons en Australie après mon post de ce matin.

Après le retrait de Boeing et Iveco du programme Land 400 pour équiper l'armée de terre australienne, c'est au tour du duo Raytheon-Nexter d'annoncer qu'il ne prendra part à la compétition. Nexter entendait proposer son VBCI associé à la tourelle T40 dans le cadre du Land Combat Vehicle System (pour en savoir plus sur ce programme, lire ici).

Quatre offres devraient être confirmées d'ici au 6 août, à savoir celles de:
- BAE Systems et Patria
- Elbit Systems et ST Kinetics
- General Dynamics Land Systems et Thales Australia
- Rheinmetall et Northrop Grumman

Partager cet article
Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 18:35
La charpente avant du Suffren, quatrième série de sous-marins nucléaires construits en France - photo DCNS

La charpente avant du Suffren, quatrième série de sous-marins nucléaires construits en France - photo DCNS

 

05/06/2015 Par Véronique Guillermard - LeFigaro.fr

 

La marine australienne veut moderniser sa flotte de sous-marins de classe Collins pour 34,4 milliards d'euros.

 

«La campagne australienne est lancée.» Hervé Guillou, PDG de DCNS, le constructeur de frégates, sous-marins et porte-avions, ne cache pas son enthousiasme lorsqu'il parle des enjeux du contrat du siècle dans le naval de défense. Ils sont de taille en volume et en valeur. Afin de moderniser sa flotte de sous-marins conventionnels de classe Collins, l'Australie prévoit l'acquisition de douze bâtiments pour un montant de 50 milliards de dollars australiens, soit 34,4 milliards d'euros. Canberra a rendu publique, vendredi 5 juin, la constitution de la commission d'experts consultative qui supervisera «le processus d'évaluation compétitive» des offres. À l'issue d'une première sélection, l'Australie a notifié un premier contrat qui permet à DCNS de participer à ce processus. Il devrait durer six mois. À cette échéance, l'Australie désignera le nom du vainqueur et entrera en négociations exclusives.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

03/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 20 au 30 mai 2015, les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont participé à l’opération de police des pêches Tui Moana, organisée par la Forum Fishery Agency (FFA).

 

Les FANC et les forces armées en Polynésie française (FAPF) ont été engagées pendant 10 jours aux côtés des Samoa, des îles Cook, des Tonga, des Fidji, de Tuvalu et du Tokelau, soutenus par les Etats-Unis, l’Australie et de la Nouvelle-Zélande dans cette opération de surveillance maritime régionale.

 

L’objectif de Tui Moana était de surveiller les zones de concentration de pêcheurs et de montrer la capacité des nations partenaires à partager et à exploiter des informations afin, si nécessaire, d’inspecter les pêcheurs suspects et de contrôler la légalité des prises.

 

Pour cette opération, les moyens des FANC étaient déployés dans les zones économiques exclusives (ZEE) et les eaux internationales entre la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna. Tout d’abord, un Falcon 200Gardian du détachement de la flottille 25F a été prépositionné à Wallis afin de conduire des missions de surveillance maritime en collaboration avec la frégate de surveillance Vendémiaire dans la ZEE de ce territoire français.

 

Dans le cadre de sa mission de représentation, le Vendémiaire a patrouillé dans la ZEE de Wallis pendant une semaine, et a effectué des contrôles dans une poche de haute mer située entre le Vanuatu et Fidji. Un officier tongien et un officier fidjien ont embarqué sur la frégate française lors d’une escale à Sydney, renforçant ainsi la coopération entretenue avec ces nations dans le cadre de la police des pêches. Un patrouilleur fidjien est également entré en interaction avec le Vendémiaire.

 

Coordonnée par la FFA, instance internationale regroupant 17 États du Pacifique Sud et ayant pour vocation la gestion et la préservation de la ressource halieutique, l’opération Tui Moana a permis de réaliser plusieurs dizaines de contrôles (VHF et radio) et plusieurs visites de navire de pêche. Pour sa part le Vendémiaire,en coopération avec le Gardian, a effectué une inspection sur trois navires : deux chinois et un fidjien. Aucune infraction n’a été identifiée lors de ces visites.

 

En plus de Tui Moana, les opérations Kuru-Kuru, Rai Balang, Big Eye (FFA), Nasse (nouvelle opération organisée par les FANC, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) et Tautaï (organisée par les FAPF) sont des opérations d’envergure de police des pêches auxquelles participe la France dans cette région du monde.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre » Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les forces armées en Polynésie française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

 

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 17:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

29/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 4 au 23 mai 2015, dans le cadre des activités de coopération militaire bilatérale entre l’Australian Defence Force et les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), le Régiment d’Infanterie de Marine Pacifique-Nouvelle Calédonie (RIMaP-NC) a accueilli un détachement de l’Australian Army.

 

Darwinex s’inscrit dans le cadre de la coopération opérationnelle régionale mise en œuvre par les FANC avec leurs partenaires sur le « théâtre » Pacifique. L’objectif principal visait à entretenir et approfondir l’interopérabilité entre les unités françaises et australiennes en développant l’échange de savoir-faire tactiques, techniques et la mise en commun des procédures.

 

A cette occasion, un détachement de vingt soldats du 5ème Royal Australian Regiment basé à Darwin, a pu bénéficier des infrastructures et des compétences du RIMaP-NC pour suivre un entraînement centré sur l’infanterie légère. Chacune des trois semaines de stage était centrée sur un domaine spécifique : savoir-faire de base (tirs individuels, secourisme au combat) et préparation physique, combat et aisance aquatique, techniques commando (organisées au centre d’instruction nautique commando à Nouméa), séances de tirs et exercice de synthèse.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre » Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 16:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

29/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 3 au 24 mai 2015, les Forces Armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont représenté la France à l’« Australian Army Skill At Arms Meeting » (AASAM) 2015, challenge de tir international, dans la région de Melbourne.

 

Une équipe, constituée de militaires issus du régiment d’infanterie de marine du Pacifique (RIMaP-NC), du groupement de soutien de la base de Défense de Nouvelle-Calédonie (GSBdD-NC), de la direction interarmée des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI), du centre médical interarmées (CMIA) et de la direction d’infrastructure de la défense (DID), a été confrontée à quatorze nations 1dans cette compétition internationale. Forte de sa richesse interarmées, l’équipe française composée de douze tireurs FA-MAS, PA-MASainsi que MINIMI (mini-mitrailleuse), a participé aux 28 matchs internationaux programmés lors de ce challenge sur le camp de Puckapunyal, à 100 km au nord de Melbourne.

 

Assez méconnues en France, ces compétitions de tir de combat en condition de stress sont une excellente opportunité, pour les nations participantes, de faire évoluer leurs techniques opérationnelles de tir en les confrontant à celles des armées des autres nations. Outre l’Australie, le Royaume-Uni, le Canada et Brunei organisent des challenges de ce type. Les FANC participent tous les ans à l’AASAM.

 

Les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Par ailleurs, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

 

1  Australie, Brunei, Indonésie, Japon, Singapour, Canada, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Royaume-Uni, Timor Oriental, Tonga et USA (2 équipes US Army et USMC).

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 16:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

21/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Entre le 27 avril et le 4 mai 2015, le BCR Var, qui embarque l’état-major de la Combined Task Force (CTF) 150 engagée dans des missions de lutte contre le terrorisme, était en relâche opérationnelle à Victoria, aux Seychelles. Le bâtiment a ainsi mené plusieurs interactions avec les garde-côtes seychellois, ainsi qu’avec le HMAS Newcastle de la Marine australienne, également déployé au sein de la Task Force. Par ailleurs, cette visite a été l’occasion pour le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, de rencontrer les autorités seychelloises dans le cadre du volet « engagement régional » de la coalition.

 

Ces entraînements conjoints s’inscrivent dans le cadre de la préparation aux opérations de sécurité maritime de la Task Force et du renforcement de l’interopérabilité entre les marines alliées. En effet, la France, l’Australie et les Seychelles sont membres de la coalition des Combined Maritime Forces, qui s’attachent à assurer la sécurité maritime dans une large partie de l’océan Indien.

 

Ainsi, le 4 mai 2015, les bâtiments français et australiens, ainsi que le patrouilleur seychellois Constant se sont rejoints au large des côtes seychelloises pour un exercice d’évolution tactique (déplacement en formation), et de sauvetage en mer (Search and Rescue). Ces entraînements, mobilisant notamment les équipes de navigation, de visite, et le personnel médical, ont permis aux marins et aux garde-côtes d’échanger leur savoir-faire pour la prise en charge de blessés en mer et de mesurer leur capacité à effectuer des manœuvres navales coordonnées.

 

Le lendemain, le BCR Var et le HMAS Newcastle ont poursuivi toute la journée leurs entraînements conjoints, mobilisant l’ensemble des deux équipages. Le bâtiment australien a ainsi mis en œuvre son hélicoptère Sea Hawk pour des exercices de transport de charge sous élingue (câble de transport positionné sous l’hélicoptère) et d’hélitreuillage sur la plateforme hélicoptère du Var. Ces manœuvres complexes et exigeantes ont pleinement mobilisé les équipes aviation et sécurité du bâtiment français, leur permettant de confirmer leur bonne préparation opérationnelle.

 

Profitant de cette rencontre à la mer, les équipes de visite australienne et française se sont livrées à des exercices de visites croisées, opérations que les deux bâtiments sont amenés à effectuer dans le cadre du déploiement au sein de la Task Force. En effet, régulièrement, les unités de la CTF 150 conduisent des opérations d’approches et d’interrogations de navires, boutres ou bateaux de pêche. Dans un mode plus offensif, et en conformité avec le droit international, les bâtiments peuvent mettre en œuvre leur équipe de visite afin de réaliser des enquêtes de pavillon sur des navires suspects. Celles-ci peuvent ensuite déboucher sur des mesures plus coercitives en cas de trafic illicite avéré.

 

Ces interactions ont également permis à des membres d’équipage d’embarquer pendant quelques heures sur les bâtiments alliés, leur permettant ainsi d’échanger avec leurs homologues en étant pleinement intégrés à l’équipage. Par ailleurs, d’autres entraînements conjoints ont été menés dans des domaines aussi divers que la plongée ou encore les tirs d’artillerie, contribuant à renforcer l’interopérabilité et la coordination des différents équipages dans ces domaines opérationnelles très techniques.

 

Soulignant le bon niveau de ces échanges, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, a déclaré : « L’efficacité de la CTF 150 repose sur une collaboration étroite entre les marines de la coalition et une parfaite connaissance des procédures communes par les équipages déployés dans la zone d’opération. Les entraînements que nous avons menés sont l’illustration de cette volonté de travailler ensemble. Aucune nation ne peut relever seule les défis auxquels nous devons faire face. C’est unis que nous pouvons agir et assurer ainsi la sécurité maritime dans l’océan Indien ».

 

La CTF 150 est l’une des trois Task Forces de la coalition Combined Maritime Forces (CMF), sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, 30 nations sont engagées dans la coalition, dont 18 participent à la CTF 150, chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics qui lui sont associés dans une partie de l’océan Indien.

photo EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:35
photo EMA

photo EMA

 

19/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 mai 2015, le général d’armée Pierre de Villiers a reçu, à Paris, le lieutenant general Tim Keating, chef d’état-major des armées néo-zélandaises.

 

Organisée seulement un mois après la célébration de l’ANZAC Day et alors que la France et la Nouvelle-Zélande fêtent cette année le 70ème anniversaire de leurs relations bilatérales, cette rencontre s’inscrivait donc dans un calendrier mémoriel et diplomatique fort.

 

Après avoir assisté à un point de situation sur les nombreux engagements de nos forces armées en opérations extérieures et sur le territoire national au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), le général Keating a pu s’entretenir avec le général de Villiers.

 

Fort de l’amitié ancienne qui lie nos deux pays, le général de Villiers et le général Keating ont fait le point sur la situation sécuritaire, plus particulièrement celle du Levant où les forces néo-zélandaises vont prochainement participer, aux côtés de la force Chammal, à la coalition engagée dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. Les deux CEMA sont également revenus sur la coopération régionale mise en œuvre dans le Pacifique où les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) et les forces armées néo-zélandaises participent à la sécurité maritime, que ce soit dans le cadre de sommets réguliers comme le Quadrilateral Defence Coordination Group (QUAD) ou le South Pacific Defence Ministers’ Meeting (SPDMM), ou lors d’activités opérationnelles conjointes. Ils se sont également félicités de l’excellente coopération multilatérale menée sur le volet du secours aux populations dans le cadre des accords FRANZ, comme récemment lors de l’intervention au Vanuatu dévasté par le cyclone PAM. Ils ont notamment évoqué les exercices Southern Katipo et Croix du Sud qui constituent alternativement chaque année un temps opérationnel fort.

 

Repères

 

Cérémonies de l’ANZAC DAY (Australian and New-Zealand Army Corps):

Ces cérémonies rappellent avec ferveur et émotion l’engagement des troupes australiennes et néo-zélandaises sur le sol français lors des batailles de Picardie en 1916 et 1918. Près de 1200 soldats australiens et néo-zélandais ont perdu la vie lors de ces batailles qui ont scellé la profonde amitié qui lie nos deux pays.

 

Les accords FRANZ : Accord tripartite de coopération signé en 1992 entre la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande visant à rationaliser l’aide civile et militaire aux pays et territoires insulaires du Pacifique victimes de catastrophes naturelles.

 

Le QUAD : le Quadrilateral Defence Coordination Group rassemble la France, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, avec pour objectif de coordonner les efforts de sécurité dans l’océan Pacifique, notamment dans le domaine maritime, en accompagnant les États insulaires vers une gestion saine et durable de leurs ressources naturelles.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories