Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:40
Après l’échec du dialogue à Brisbane, sombre avenir pour les relations Est-Ouest

Le président russe Valdimir Poutine en conférence de presse avant son départ du sommet du G20 à Brisbane, en Australie, le 15 novembre 2014 (Service de presse du Kremlin)

 

16 novembre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le départ anticipé du sommet du G20 à Brisbane de Vladimir Poutine, vilipendé par les puissances occidentales, tout particulièrement les pays anglo-saxons, le premier-ministre canadien allant jusqu’à l’attaquer frontalement, laisse présager un durcissement des positions de Moscou, estiment des experts.

 

Dès l’ouverture du sommet vendredi, les puissances occidentales avaient largement attaqué la Russie, qualifiée de «menace pour le monde», accusée de chercher à «restaurer la gloire perdue du tsarisme» et, se référant à l’Ukraine, d’«agresser» des pays plus petits.

En outre, la «main froide» du premier ministre Stephen Harper au président russe au premier jour du sommet a ajouté à l’humiliation du maître du Kremlin.

Rencontrant le président russe au premier jour du sommet, le premier ministre canadien a en effet laissé entendre qu’il n’avait pas tellement le choix de lui serrer la main, mais il en a profité pour lui intimer, sur un ton «reaganien», de «retirer les troupes russes de l’Ukraine».

Finalement, après deux journées de discussions marquées par des attaques de plusieurs dirigeants occidentaux fustigeant «l’agression» de la Russie en Ukraine, le chef du Kremlin a quitté le sommet de Brisbane bien avant ses homologues et avant la publication du communiqué final, l’Iliouchine présidentiel décollant dimanche de Brisbane aux alentours de 14h15, heure locale.

Saluant diplomatiquement une atmosphère et des discussions «constructives» lors de ce sommet, même si «certains points de vue» de la Russie «ne coïncident pas» avec ceux d’autres pays du G20, le président russes est parti en affichant ce sourire qui lui est propre.

 

Humiliation

«Au sommet du G20, les hôtes australiens ont tenté d’humilier Vladimir Poutine de toutes les manières imaginables», a réagi le magazine russe Expert.

Et le magazine pro-gouvernemental russe de rappeler que Poutine était prêt à faire des compromis, mais pas à abandonner les russophones de l’Est ukrainien. À son tour, Moscou et au sommet, et après il a souligné qu’il est prêt à faire des compromis. «Poutine a une fois de plus clairement défini les lignes rouges russes dans le Donbass», écrit Expert.

«Ainsi, Moscou a clairement indiqué que non seulement continueront à envoyer dans la région des convois humanitaires ([la septième, est déjà sur le territoire du Donbass), mais aussi de les protéger [les citoyens de l'Est ukrainien, ndlr] contre l’agression de l’armée ukrainienne.», poursuit le magazine pro-Kremlin.

Le président russe a répété à Brisbane qu’il est encore un partisan du projet d’une Ukraine fédérale. «Pour la Russie, il est important que les intérêts des personnes vivant dans toute l’Ukraine, y compris dans le sud-est soient respectés, qu’ils jouissent des mêmes droits», a redit Vladimir Poutine.

Mais, après l’échec du dialogue à Brisbane, le point de rupture risque d’être atteint et, «Si à Bruxelles ou au moins à Berlin et à Paris, on est pas prêt à négocier avec Moscou dans ces termes pour que le conflit soit résolu, alors tant pis, non seulement pour la Russie mais aussi pour l’Europe», écrit le magazine russe très proche du pouvoir à Moscou.

Le président russe a aussi condamné le blocus économique imposé par le président ukrainien Porochenko à l’Est ukrainien.

«J’ appris par les médias que le président ukrainien a rendu une ordonnance qui revient essentiellement à un blocus économique de Lougansk et Donetsk. Je pense que cela est une grosse erreur car, de cette façon, ils se coupent de ces régions de leurs propres mains», a déclaré le chef du Kremlin.

Quant à savoir combien de temps se prolongeront les perturbations actuelles, avant de quitter le sommet dimanche, Poutine a redit clairement en conférence de presse en réponse à un journaliste que la balle était dans le camp occidental: «Mais si les gens continuent à faire des tentatives pour régler toutes les questions dans leurs seuls intérêts et à faire de leurs intérêts géopolitiques leur seul point de référence, il est difficile de dire combien de temps cette situation pourrait se poursuivre».

 

Et maintenant, la radicalisation

Et maintenant? Pour l’expert Fiodor Loukianov, président du Conseil pour la politique étrangère et de défense, cité aujourd’hui par l’Agence-France-Presse, il faut s’attendre, en réaction, à un durcissement de la position russe.

«Nous assistons à une radicalisation des positions de certains pays occidentaux, avant tout de l’Amérique du Nord et de l’Australie, hôte du sommet», a estimé l’expert interrogé à la radio russe.

«Il n’y a aucune volonté de leur part d’adoucir leurs positions, et cela déborde dans la sphère publique. En conséquence, la réaction de la Russie est prévisible: elle va également durcir sa position», assure-t-il.

Un avis partagé par l’analyste Stanislav Belkovski, de l’Institut de la stratégie nationale, cité lui aussi par l’agence française. «Si M. Poutine quitte le sommet irrité, nous pouvons sans doute nous attendre à une intensification des combats en Ukraine», estime-t-il.

Le départ anticipé de Vladimir Poutine peut aussi être lu comme un message destiné à son opinion publique.

«Tous ses gestes sont destinés à ses soutiens en Russie» qui, selon l’analyste russe Konstantin Kalachev, approuveront son attitude à Brisbane, en se demandant: «Pourquoi le dirigeant national de la Russie doit-il parler à cet Occident décadent?».

 

La Russie: pas si isolée

De plus, la Russie n’est pas si isolée que cela, tant s’en faut, et, avec la confrontation entre Moscou et l’Occident, on pourrait bien assister au retour des «blocs» comme à l’époque de la guerre froide.

Tout cela n’a pas empêché le président russe Vladimir Poutine, vilipendé par l’Occident, particulièrement les pays anglo-saxons, de prendre une part active à une réunion des chefs d’État et de gouvernement du BRICS avant le début des travaux du sommet du G20.

BRICS est l’acronyme anglais du groupe des quatre grandes puissantes émergentes, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, plus l’Afrique du Sud qui s’est joint au groupe en 2011.

Prenaient part à la réunion du BRICS, outre le le président russe, la présidente du Brésil Dilma Rousseff, le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, le Premier ministre de l’Inde Narendra Modi et le président de la République d’Afrique du Sud Jacob Zuma.

«Permettez-moi de mentionner aussi la réunion du groupe BRICS qui a eu lieu», a souligné Vladimir Poutine à sa conférence de presse avant son départ de Brisbane. «Ces réunions en marge des sommets du G20 sont devenus partie intégrante de nos contacts réguliers. Nous coordonnons nos positions préliminaires avant la rencontre avec nos autres collègues du G20. Ce sont des échanges de vues fructueux que nous concentrer sur nos intérêts mutuels», a déclaré le président russe, ajoutant «Ce fut le cas cette fois encore, et nous allons continuer cette pratique. Le prochain sommet du BRICS, comme vous le savez, aura lieu en Russie, à Ufa au Bachkortostan les 8 et 9 juillet 2015.

Retour à la guerre froide et à la formation de «blocs», situation explosive. L’Ukraine valait-elle tout cela?

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:35
Australia seeks additional C-17 Globemaster III aircraft from US

A Royal Australian Air Force C-17A Globemaster III on display at the 2013 Avalon Airshow in Australia. Photo Bidgee.

 

17 November 2014 airforce-technology.com

 

The US Defense Security Cooperation Agency has notified Congress of a potential foreign military sale (FMS) of C-17 Globemaster III aircraft and associated equipment to Australia.

 

Under the estimated $1.609bn sale, Australia has made a request for the supply of up to four C-17A Globemaster III aircraft, along with 19 F117-PW-100 Pratt & Whitney engines, four AN/AAQ-24V large aircraft infrared countermeasures (LAIRCM) Systems, four small laser transmitter assemblies and four system processors.

 

The package also includes four AN/AAR-54 missile warning sensors, one AN/ALE-47 countermeasure dispenser, one AN/AAR-47 missile warning system and five Trimble Force 524 receivers. Two GAS-1 antenna units, two controlled reception pattern antennas, and one AN-USC-43V advanced narrowband voice terminal were also included.

 

Australia has also requested for 16 Honeywell H-764 ACE embedded global positioning system/inertial navigation systems, spare and repair parts, supply and test equipment, personnel training and training equipment, as well as other related elements of logistics support.

 

The additional C-17A aircraft are expected to further improve Australia's capability to deploy rapidly in support of global coalition operations, while greatly enhancing its ability to lead regional humanitarian and peacekeeping operations.

 

Approved by the US Department of State, the sale contributes to the foreign policy and national security of the US. This is due to the fact that it is helping improve the security of Australia, a major contributor to political stability, security and economic development in South East Asia.

 

Australia makes significant contribution to peacekeeping and humanitarian operations worldwide.

 

Boeing has been named as prime contractor for the FMS programme.

"Under the estimated $1.609bn sale, Australia has made a request for the supply of up to four C-17A Globemaster III aircraft."

 

The Royal Australian Air Force currently operates six C-17As from RAAF Base Amberley in Queensland, in support of domestic and international missions.

 

The C-17 Globemaster is manufactured by Boeing. It is a military tactical transport aircraft designed to conduct rapid strategic airlift of troops and supply of palleted cargo to main operating bases or forward-operating bases in extreme climates worldwide.

 

As well as being able to land on short, sharp runways, the aircraft can also perform tactical airlift, medical evacuation and airdrop missions.

 

Alongside the Royal Australian Air Force, the C-17 Globemaster is also operated by air forces in the US, India, UAE, Canada, Qatar, the UK and the 12-member Strategic Airlift Capability initiative of Nato and Partnership for Peace nations.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:35
Etats-Unis, Australie et Japon vont parler défense commune en marge du G20

 

14/11/2014 tahiti-infos.com (AFP)

 

Brisbane, Australia - Japon, Etats-Unis et Australie vont profiter du G20 de Brisbane pour tenter d'approfondir leur coopération militaire, un sujet à même de froisser l'autre puissance régionale, la Chine, dont les relations avec Tokyo sont toujours très tendues.

 

Le président américain, Barack Obama, doit rencontrer le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, et le Premier ministre australien, Tony Abbott, a déclaré à l'AFP un haut responsable de l'administration américaine.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 13:35
Australia's Nuship Canberra integrated with computer and communications suite

Able Seaman Communication Information Systems Libby Pearce in the Nuship Canberra's main planning room. Photo: Royal Australian Navy

 

13 November 2014 naval-technology.com

 

The Royal Australian Navy's (RAN) communications and information systems department has installed the computer network and communications suite on the Nuship Canberra, the first of two landing helicopter dock (LHD) vessels.

 

Since installation, the crew have been assessing the system in a bid to maintain its operational ability before the vessel's scheduled commissioning on 28 November.

 

In addition to offering enhanced potential for defence, the new system will enable the embarked forces and their headquarters staff to operate and communicate from the vessel.

 

Nuship Canberra communications and information warfare officer lieutenant commander Andrew Mannion said: "The planning for setting up the networks and communications systems onboard commenced early in the year.

 

"The communications suite on Canberra is significantly larger than any other ship in the fleet. We have approximately three times the amount of radios, networks and users."

 

Approximately 34 personnel from the department will operate the vessel's six local area networks (LANs) and offer 24/7 information technology (IT) helpdesk and information management, in addition to overseeing the radio, satellite and visual signalling communications mediums.

 

Around 50GB of data, including the ship's administrative paperwork and processes, has been migrated to the system and log-ons have been created for all 400 crew members, together with additional accounts on the classified networks.

 

Mannion added: "We had to transfer data that we had accumulated over the past 18 months to the ship's servers.

 

"When we start embarking forces, we will need to go through the same process for them, which could be approximately 300 additional personnel."

 

The vessel is also equipped with three internet cafés that allow crew to perform personal administration.

 

Work is still underway on the installation of a Wi-Fi network, which will enable crew and embarked forces to use personal devices to communicate with family and friends at home.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 13:35
Australia monitoring Russian naval vessels in international waters

 

13 November 2014 naval-technology.com

 

The Australian Department of Defence (DoD) has deployed two frigates and a surveillance aircraft, in a bid to monitor Russian naval vessels that are travelling through international waters north of Australia.

 

Russia has reportedly stationed four warships in Pacific waters near Papua New Guinea, including a cruiser, destroyer, tug boat and a refuelling vessel.

 

The latest move comes days before the G20 summit in Brisbane, Australia, which will be attended by Russian President Vladimir Putin.

 

The Australian DoD said in a statement: "Defence is monitoring Russian naval vessels that are currently transiting through international waters to the north of Australia.

 

"In accordance with international law, Defence have been monitoring the Russian vessels.

 

"The movement of these vessels is entirely consistent with provisions under international law for military vessels to exercise freedom of navigation in international waters."

 

Russian Navy vessels have previously been deployed alongside major international summits such as the APEC meeting in Singapore in 2009, as well as a warship accompanying ex-Russian president Dmitry Medvedev's San Francisco visit in 2010.

 

However, Russian media cited Pacific Fleet spokesperson captain first rank Roman Martov as saying: "The objectives of this campaign are to ensure naval presence and show the flag in the region."

 

Australian Prime Minister Tony Abbott and Putin held talks during the Asia Pacific Economic Cooperation summit in Beijing regarding the crash of flight MH17 over Ukraine in July.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:35
Déplacement de Jean-Yves Le Drian en Australie

 

07/11/2014 International

 

À l’invitation de son homologue australien David Johnston, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a effectué du 31 octobre au 2 novembre 2014 une visite en Australie. L’occasion pour les deux pays de renforcer leur coopération dans le domaine de la défense et de commémorer la Première et la Seconde Guerre mondiale.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est rendu en Australie du 31 octobre au 2 novembre à l’invitation de son homologue australien, David Johnston. A cette occasion, il a participé à la commémoration à Albany du départ des troupes australiennes et néozélandaises pour les fronts de la Première Guerre mondiale. A l’issue, le ministre a remis les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à trois vétérans qui ont servi en France pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Le 2 novembre, le ministre a rencontré à Perth son homologue australien, David Johnston, pour évoquer la situation en Afrique et au Moyen-Orient et les efforts pour combattre le terrorisme international. Les ministres ont réaffirmé leur engagement, en coopération avec leurs partenaires internationaux, de soutenir l’Irak dans son combat contre le groupe Daesh.

 

Afin de faciliter la coopération opérationnelle, les ministres ont également signé un arrangement technique qui définit les conditions du ravitaillement en vol des avions Rafale par l’Airbus KC-30 MRTT de la Royal Australian Air Force. Ils ont par ailleurs noté l’achèvement des négociations sur l’arrangement qui définit les conditions du soutien logistique mutuel en opérations, en particulier en cas de catastrophes naturelles ou d’assistance humanitaire.

 

Les ministres ont salué la bonne coopération entre les deux pays dans le domaine des équipements de défense et rappelé l’importance de poursuivre des échanges réguliers. Jean-Yves Le Drian et David Johnston ont conclu que la France et l’Australie devaient continuer à travailler sur la question des capacités de défense et à partager les meilleures pratiques et le retour d’expérience dans les domaines opérationnels et techniques.

 

Cette visite de Jean-Yves Le Drian marque le renforcement des relations entre la France et l’Australie. Elle précède le déplacement du président de la République en Australie à l’occasion du sommet du G20 et de la visite d’État planifiée les 18 et 19 novembre.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 12:35
Pacific Powers Build Capability, Warily Eye Neighbor Countries

South Korean Sejong the Great class Destroyer

 

27 October 2014 By WENDELL MINNICK, JUNG SUNG-KI and NIGEL PITTAWAY

 

TAIPEI, SEOUL AND MELBOURNE — Ninety percent of the world’s trade flows by sea and the majority of that through narrow, vulnerable straits such as Malacca, Singapore and Taiwan. This has forced the Asia-Pacific region to outspend all other nations, except the US, in procurement of ships and submarines.

 

The dangers are real. Taiwan Adm. Chen Yeong-kang said regional territorial disputes could disrupt sea lines of communication (SLOC) in the region. The comments were made during the 2014 International Sea Lines of Communication Conference sponsored by the Taiwan Navy on Oct. 15.

 

“Any abrupt armed incident or mass military conflict is possible to impact the SLOC and endanger transport safety.”

 

Due to the tight thoroughfares of many of Asia’s straits and low depths of the South China Sea, many regional countries are procuring fast attack craft, corvettes and coast guard cutters, said Stanley Weeks, an adjunct professor at the US Naval War College. He expects navies and coast guards to procure more fixed-wing planes, including UAVs and refurbished P-3 Orion maritime surveillance aircraft.

 

More P-3s will become available as the US begins retiring its fleet and procuring the new P-8 Poseidon.

 

Read the full story at DefenseNews

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:35
Le ministre chinois de la Défense s'est entretenu avec son homologue australien

Gen. Chang Wanquan (L), state councilor and Chinese defense minister with Australian Defense Minister David Johnston (R) in Beijing on October 13, 2014. (mod.gov.cn/Li Xiaowei)

 

13-10-2014 Par LIANG Chen - French.china.org.cn

 

Le ministre chinois de la Défense nationale, Chang Wanquan, s'est entretenu avec son homologue australien David Johnston lundi à Beijing.

 

M.Chang a indiqué que les relations militaires bilatérales ont connu un développement sain et stable depuis que les deux pays ont établi en 2013 un partenariat stratégique de confiance et de bénéfices mutuels.

 

Les forces armées des deux pays ont maintenu de fréquentes visites de haut niveau et les dialogues stratégiques bilatéraux ont bien fonctionné. Les échanges professionnels et la coopération entre les deux parties ont porté leurs fruits, a affirmé M.Chang.

 

Selon lui, la Chine est prête à travailler avec l'Australie pour approfondir les échanges pragmatiques et la coopération et faire progresser les relations militaires bilatérales.

 

M.Johnston a assuré, de son côté, que l'Australie espérait augmenter les échanges et la coopération avec la Chine dans les domaines de la sécurité maritime, des secours humanitaires et de la prévention des catastrophes

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:35
Strengthening Australian-Vietnam Ties… In Cyberspace


13 October 2014 By Jessica Woodall – Pacific Sentinel

 

Cybersecurity can help Australia take its existing engagement with Vietnam to the next level.

 

Historically, Vietnam’s relationship with China has been complex. Stretching from 111 BC and early Chinese cultural domination of Vietnam, to the 1979 border conflict and more recent disputes over competing claims in the South China Sea, the relationship’s had its challenges.

Earlier this year hostility flared when the Chinese government deployed an oil rig within Vietnam’s Economic Exclusion Zone. That led to public protests and targeted violence towards Chinese nationals in 22 of Vietnam’s 63 provinces.

Tip-toeing around the edges of that tension are several countries—including the U.S., Japan, Russia and India—seeking to step up their engagement with Hanoi. All seek a stronger relationship with a partner in a geographically important location and a warmer friendship with ASEAN’s main players—and some probably hope to counter China’s expanding sphere of influence.

Tangible engagement has, for the most part, centred on arms and natural-resource sales. Vietnam took delivery of the second of six Kilo-class submarines from Russia in March. And India’s said to be close to concluding a deal to sell BrahMos supersonic cruise missiles to the Vietnamese, further boosting their defense capabilities. Earlier this month, the U.S. also partially lifted its 30-year-old embargo on sales of lethal arms to Vietnam, which will facilitate the sale of weapons for maritime purposes for the first time.

Australia should also seek to expand its engagement with Vietnam: it’s too politically and geographically important to ignore. But we need to be careful not to ruffle Beijing’s feathers while doing so. So we must be subtle in our cooperation with Hanoi, proceeding with a softly-softly approach.

Non-traditional security issues such as cybersecurity provide an opportunity to take our existing engagement, which primarily revolves around transnational crime, to the next level. 

 

Read the full story at The Diplomat

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:30
Two Royal Australian Air Force F/A-18F Super Hornets refuel at night during their first combat mission in Iraq

 

source Australia’s Department of Defence


Royal Australian Air Force (RAAF) KC-30A Multi Role Tanker Transport (MRTT) refuelling aircraft supported RAAF F/A-18F Super Hornets conduct their first combat mission in Iraq on Sunday, October 05, 2014. During its mission it distributed thousands of litres of fuel to Australian aircraft in order to maintain sustained air operations.

Six RAAF F/A-18F Super Hornet, an E-7A Wedgetail Early Warning and Control aircraft and a KC-30A Multi-Role Tanker Transport aircraft are assigned to the Air Task Group (ATG).

The ATG comprises nearly 400 RAAF personnel who have deployed to the Middle East. Australia’s efforts are in response to a request for assistance by the Iraqi Government in combating ISIL terrorists.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:35
L'Hakuryu (SS-503), troisième sous-marin produit de la classe Soryu, en visite à Pearl Harbor en février 2013

L'Hakuryu (SS-503), troisième sous-marin produit de la classe Soryu, en visite à Pearl Harbor en février 2013

 

 

9 Octobre 2014 par Roxane Lauley – enderi.fr

 

En juillet dernier, l’Australie et le Japon ont signé un accord commercial. Depuis, les rumeurs enflent concernant l’achat de sous-marins japonais par Canberra. Un événement plus significatif qu'il n'y parait, autant pour le Japon que pour l‘Australie, et susceptible de changer la donne sécuritaire dans la région. Décryptage.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:30
Irak: l'Australie se joint aux frappes contre Daesh (TV)

 

MOSCOU, 3 octobre – RIA Novosti

 

L'armée de l'air australienne s'est jointe aux frappes de la coalition internationale contre les positions des combattants du groupe terroriste Etat islamique en Irak, rapporte la chaîne Sky News Australia.

 

La décision ad hoc a été adoptée vendredi matin lors d'une réunion du Comité de sécurité nationale du gouvernement australien.

 

La démarche de Canberra était attendue: six chasseurs F/A-18F Super Hornet australiens ont été dépêchés il y a deux semaines dans une base des Emirats arabes unis. En outre, le gouvernement a approuvé vendredi le déploiement en Irak d'unités spéciales afin de former les militaires locaux.

 

L'EI, appelé autrefois l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), sévissait au départ principalement en Syrie où il combattait les troupes gouvernementales, s'imposant comme l'une des organisations terroristes les plus cruelles. Il y a quelques mois, l'EI s'est soudainement activé en Irak, s'emparant d'importants territoires.

 

Fin juillet l'EI a proclamé un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Depuis le 8 août, l'armée américaine porte des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 11:20
GD to support submarine modernisation programme for US and Australian navies

 

 

3 October 2014 naval-technology.com

 

General Dynamics (GD) Advanced Information Systems (AIS) has signed two contract modifications to offer continued support to the AN / BYG-1 combat control system, which is integrated on submarines deployed by the US Navy and Royal Australian Navy.

 

Work under the contract forms part of the AN / BYG-1 modernisation programme for the tactical control systems (TCS) and weapons control systems (WCS).

 

As part of the $50m agreement, the company will provide fleet operators and commanders of both navies with a common operational representation that bolsters real-time intelligence and enhances situational awareness.

"GD has been working with the US and Australian navies on the AN / BYG-1 upgrade programme since 2003."

 

GD AIS Integrated Platform Solutions line of business vice-president and general manager Mike Eagan said: "We are dedicated to helping the US and Royal Australian Navies advance their mission with cost-effective, innovative, agile and reliable solutions.

 

"By introducing our open architecture framework into these legacy systems, we can quickly insert relevant technologies onto the submarine's open platforms to meet the fast-changing mission needs of today's fleet."

 

Using the open architecture framework, the advanced capabilities developed by commercial, defence and academic units can be rapidly integrated on a yearly or two-year basis.

 

Furthermore, the common processing baseline across all submarines also improves the self-governing, yet parallel, development and certification of the TCS and WCS.

 

GD has been working with the US and Australian navies on the AN / BYG-1 upgrade programme since 2003.

 

The AN / BYG-1 common processing baseline has also been developed and installed across domestic and international submarine classes, ranging from the US Navy's Los Angeles, Seawolf, Virginia and SSGN-class submarines to the Royal Australian Navy's Collins-class submarines.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 12:35
RAAF’s first F-35A fighter conducts inaugural flight test

Australia's first F-35A joint strike fighter taking flight from Fort Worth, Texas, US. Photo Liz Kaszynski - Lockheed Martin.

 

1 October 2014 airforce-technology.com

 

The Royal Australian Air Force's (RAAF) first F-35A Lightning II joint strike fighter completed its inaugural flight at a facility in the US.

 

Designated AU-1, the aircraft reportedly took off from Naval Air Station Joint Reserve Base in Fort Worth, Texas, the US, for a two hour flight, which included a series of functional checks.

 

Australian Defence Minister David Johnston said the first flight event represents a significant step towards acceptance of the aircraft.

 

"Australia's first aircraft AU-1 and AU-2 will undergo further flight testing in the lead up to acceptance and ferry to Luke Air Force Base in 2015.

 

"The fifth generation JSF is the most advanced fighter in production anywhere in the world and will replace our fleet of Classic Hornets, which by 2020 will be more than 35 years old."

 

Australia is acquiring a total of 72 F-35A conventional take-off and landing aircraft from Lockheed Martin for an estimated cost of more than $12bn.

 

The first two aircraft were rolled out by Lockheed in Fort Worth, Texas, on 24 July.

 

At Luke Air Force Base in Arizona, US, the aircraft will be used in Australian and partner country pilot training programmes.

 

The first F-35 aircraft is scheduled to enter service in Australia in 2018, while the first operational squadron would be established by 2020.

 

Under development in three variants, the F-35 is a fifth generation multirole fighter jet designed to carry out a wide range of ground attack, reconnaissance and air defence missions with stealth capability.

 

Australia joined the F-35 programme during the development phase, bringing more than $355m worth of contracts to the domestic defence industry.

 

In addition to this, the Australian industry is on course to win in excess of $1.5bn in JSF-related production and support work over the life of the programme.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:35
AUS: Space Surveillance Telescope facilities a step closer

 

25 September 2014 Pacific Sentinel

 

A $63 million facilities project to support the Defence Space Surveillance Telescope has been referred to the Parliamentary Standing Committee on Public Works, Parliamentary Secretary to the Minister for Defence the Hon Darren Chester MP announced today.

 

The project, at the Harold E Holt Naval Communications Station in Exmouth, WA, involves the construction of a telescope enclosure facility and associated supporting infrastructure, including roads.

 

The new facility will enable the installation and commissioning of the US Space Surveillance Telescope, currently located in New Mexico, USA.

 

The project will significantly improve the ADF’s space situational awareness and be linked into the US global Space Surveillance Network.

 

 

“When complete, the telescope will provide the Australian Defence Force with an enhanced space surveillance capability in cooperation with the United States Department of Defense,” Mr Chester said.

 

“Space is becoming increasingly congested, with active satellites and discarded space junk posing a collision risk to space assets. Space situational awareness will give the operators of space-based capabilities the ability to anticipate the influence of other space objects and take action to ensure continued and unimpeded operations of space vehicles.”

 

Subject to Parliamentary approval, construction is expected to begin in early 2015 and be completed by mid-2016.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:35
AUS: New Counter Improvised Explosive Device facilities to support ADF

 

25 September 2014 Pacific Sentinel

 

Defence will enhance the Australian Defence Force’s Counter Improvised Explosive Device (IED) capability with a $25 million facilities program for the testing, evaluation, training and sustainment of Force Protection Electronic Countermeasures equipment.

 

Parliamentary Secretary to the Minister for Defence Darren Chester MP said the facilities project would significantly improve counter IED capabilities and meet Defence capability requirements to 2050.

 

“Improvised Explosive Devices remain a key threat to the safety of our Australian Defence Force personnel operating in areas of conflict,” Mr Chester said.

 

“The facilities delivered under this project will enable the Defence Force to maintain technologically advanced counter IED equipment, which will ensure our soldiers have the highest level of force protection when on operations.

 

“The ADF has been working to counter IEDs for many years and our personnel are among the best in the world at managing this threat.”

 

The facilities and infrastructure works have been referred to the Parliamentary Standing Committee on Public Works.

 

Due to the importance of these facilities, the Parliamentary Standing Committee on Public Works has agreed for works to be started at a number of sites around the country. Works at Edinburgh in South Australia, Watsonia in Victoria and Moorebank in NSW have already been completed and work at other sites is ongoing.

 

“The main element of the project is a specialised test and evaluation facility at Nurrungar, South Australia,” Mr Chester said.

 

“Defence has worked closely with local Indigenous stakeholders to ensure the work will not adversely impact culturally sensitive sites.

 

“Contracts for the facilities and infrastructure works will be tendered to the open market in due course and the Commonwealth’s Indigenous Opportunities policy will apply.

 

“This capital investment will bring economic benefits for industry in South Australia, New South Wales, Victoria and Queensland over the next 18 months.”

 

Subject to Parliamentary approval, construction at Nurrungar is scheduled to commence in mid 2015 and is expected to be completed by early 2016.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:20
La Défense nationale officialise un partenariat dans le domaine de l’espace (Canada)

De gauche à droite: Dr Michael Lankowski, premier secrétaire, politiques stratégiques de la Défense (AUS) ; le contre-amiral Steve Gilmore, commandant de la flotte australienne (AUS) ; M Doug Loverro, secrétaire adjoint délégué aux politiques spatiales (É-U) ; l’amiral Cecil Haney, commandant, United States Strategic Command (É-U) ; le lieutenant-général Guy Thibault, vice-chef d’état-major de la défense (CAN) ; Gordon Venner, sous-ministre adjoint (Politiques) (CAN) ; le vice-maréchal de l’Air Edward Stringer, chef d’état-major adjoint de la Force aérienne (R-U) ; Dr Kate Langley (R-U). (MDN)

 

23 septembre 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Annoncé en mai dernier par 45eNord.ca, le Canada a finalement signé lundi 22 septembre un protocole d’entente pour réaliser des opérations spatiales avec les ministères de la Défense de l’Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni.

 

Cette entente permet le partage d’information et de ressources relatives à l’espace, et permettra au Canada et à nos alliés de collaborer de manière plus efficace pour identifier et comprendre des objets spatiaux, pour assurer le fonctionnement continu des satellites et pour éviter les collisions de satellites.

Les Forces armées canadiennes dépendent de l’espace pour une vaste gamme de fonctions, comme le commandement et le contrôle, les renseignements météorologiques, la navigation, les communications, la cartographie et les activités de recherche et de sauvetage.

«Le Canada s’est doté d’un programme spatial il y a plus de 50 ans, et, depuis, l’environnement spatial est devenu un milieu plus achalandé et plus complexe dans lequel opérer. En développant davantage notre collaboration avec nos plus proches alliés, nous pouvons partager notre expertise, régler des problèmes communs et nous assurer que les ressources financières de la Défense sont dépensées de manière optimale», a déclaré le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson.

Cette entente s’appuie sur plusieurs projets spatiaux récents des Forces armées canadiennes:

  • Sapphire: Le premier satellite militaire opérationnel spécialisé du Canada, le satellite Sapphire détecte des objets anthropiques en orbite, puis achemine les données au catalogue américain de surveillance de l’espace visant à prévenir les collisions de satellites.
  • Système mondial de communications par satellite à large bande: Dirigé par les États-Unis, ce programme fournit un accès garanti et sûr aux systèmes de communications gouvernementaux à haute fréquence. Puisque les coûts sont partagés parmi sept pays partenaires, ce programme permet aux FAC à respecter, de manière rentable, ses exigences relatives aux communications stratégiques par satellite.
  • Projet protégé militaire de SATCOM: Ce programme fournira des communications quasi planétaires, sûres, viables et résistantes aux brouillages pour des ressources aériennes, maritimes et terrestres à priorité élevée. Les objectifs du programme seront atteints par l’entremise de la participation au système à satellites à bande des fréquences extrêmement hautes des États-Unis.
  • Expériences multinationales: Il s’agit d’un projet d’expérimentation et d’élaboration de concept entrepris conjointement aux deux ans par les groupes de recherche sur la défense et la sécurité de 17 pays. Lors de plus récente série d’expériences, des officiers des FAC ont dirigé l’élaboration d’un concept international pour l’atténuation des risques en espace.
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:35
L'Australie va renforcer sa législation antiterroriste

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Sydney - Le gouvernement australien va proposer la semaine prochaine au Parlement un renforcement de la législation antiterroriste, après avoir déjoué jeudi des projets d'assassinats du groupe Etat islamique (EI) sur son sol, a annoncé samedi le ministre de la Justice.

 

Le Premier ministre, Tony Abbott, va demander devant le Parlement des pouvoirs antiterroristes élargis et les projets de loi vont être présentés mercredi au Sénat, a indiqué le ministre, George Brandis.

 

Les textes vont attribuer aux agences de sécurité nationale et à la police fédérale australienne des pouvoirs renforcés, a ajouté le ministre de la Justice, et il y aura également une protection renforcée.

 

M. Brandis a ajouté que pouvoir et opposition étaient favorables à un renforcement de la législation antiterroriste et que les projets de loi devraient être approuvés en quelques semaines.

 

Auparavant, M. Abbott, cité par la presse, avait indiqué que la législation australienne actuelle n'était pas adaptée pour lutter contre les menaces de groupes tels que l'EI.

 

Ce combat, que M. Abbott a qualifié de défi sécuritaire national majeur, passe par de nouvelles lois pénalisant notamment la promotion d'actes terroristes, a indiqué la revue The Weekend Australian.

 

Selon ce média, cette infraction serait passible d'une peine maximale de cinq ans de prison et rendrait illégale toute recommandation, promotion ou incitation au passage à l'acte terroriste.

 

La police serait aussi habilitée à pratiquer des perquisitions secrètement aux domiciles de suspects.

 

Le gouvernement espère également pouvoir interdire les séjours dans les villes ou régions où des groupes terroristes sont actifs. Les personnes se rendant dans de telles zones sans aucune raison valable pourraient être poursuivies.

 

Les autorités australiennes ont annoncé jeudi avoir arrêté 15 personnes et mis en échec des projets d'assassinats, en particulier la décapitation filmée de civils, de la part des jihadistes d'EI, lors d'une opération, la plus grande de ce type jamais organisée en Australie, à laquelle plus de 800 policiers avaient participé.

 

Sur le groupe de suspects interpellés, seul l'un d'entre eux restait samedi en détention.

 

Omarjan Azari, âgé de 22 ans, a été inculpé par le parquet pour avoir planifié un acte terroriste destiné à choquer, horrifier et terrifier et impliquant la sélection de personnes au hasard pour les exécuter de façon monstrueuse.

 

Une soixantaine d'Australiens combattent dans les rangs jihadistes en Irak et en Syrie, et une centaine fournissent, d'Australie, un soutien actif aux mouvements sunnites radicaux, selon les services de sécurité du pays.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 11:35
FA-18F Super Hornet strike fighter

FA-18F Super Hornet strike fighter

 

18.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Une opération antiterroriste d'une ampleur sans précédent a été menée à Brisbane et à Sydney par plus de 800 agents, a fait savoir la police australienne. Quinze personnes ont été placées en détention afin de contrecarrer "des actes de violence" en Australie.

 

"Nous estimons que le groupe contre lequel nous avons lancé cette opération avait l'intention et avait commencé à planifier des actes de violence, ici en Australie", a déclaré le chef de la police fédérale Andrew Colvin. "Ces actes consistaient notamment en des attaques aveugles contre des civils", a-t-il ajouté.

 

Il s'agit de la plus grande opération de ce type jamais organisée en Australie. Pour le moment, une personne a été mise en examen pour de graves délits liés au terrorisme, selon la police.

 

Interrogées sur le fait de savoir si les personnes détenues étaient liées au groupe Etat islamique (EI), les autorités ont indiqué que des précisions apparaîtraient plus tard dans la journée lors d'audiences devant les tribunaux.

 

Les forces de l'ordre avaient été placées la semaine dernière en état d'alerte "élevé", Canberra craignant que des extrémistes revenus d'Irak ou de Syrie ne commettent des attentats. Les autorités évaluent à 160 le nombre d'Australiens partis faire le jihad. Une vingtaine seraient rentrés et sont jugés dangereux.

 

Le Premier ministre Tony Abbott a promis dimanche de participer à la coalition mise sur pied par les Etats-Unis pour combattre l'EI. Il a assuré qu'il allait envoyer 600 hommes aux Emirats arabes unis pour préparer ces opérations.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 17:30
Australian Hornets, Support Aircraft, Troops Deploy to UAE

Australia is sending Super Hornets, a tanker and an airborne early warning and control aircraft to the United Arab Emirates where they will prepare for possible use against the Islamic State.

 

Sep. 16, 2014 - By NIGEL PITTAWAY – Defense News

 

MELBOURNE, AUSTRALIA — Australia is sending up to eight F/A-18F Super Hornet strike fighters, an Airbus KC-30 multirole tanker transport and an E-7A Wedgetail airborne early warning and control (AEW&C) aircraft to the Middle East this week for possible use against Islamic State forces in Iraq.

 

The Australian contingent will move to the United Arab Emirates where they will prepare for operations, ahead of a government decision regarding Iraq.

 

The move, which also includes 400 Royal Australian Air Force (RAAF) support personnel and 200 ground troops, was announced by Prime Minister Tony Abbott on Sunday.

 

The ground troops will include Special Forces, which will be used to train Iraqi military personnel and Kurdish peshmerga fighters.

 

This marks the first time Australian Super Hornets have been deployed to the region since entering service in 2010, and the first time RAAF combat aircraft have deployed with both organic tanker and AEW&C support.

 

“The decision to prepare Australian Defence Force personnel for deployment has not been taken lightly,” Air Chief Marshal Mark Binskin, chief of the Australian Defence Force, said in a statement.

 

“This is a highly complex operating environment which continues to evolve, and we now have a significant amount of detailed planning work to undertake as we prepare for this deployment.

 

“Disrupting and degrading ISIL will take a comprehensive and sustained effort from the international community. If we do nothing, we risk allowing the shocking acts of ISIL to further destabilize the Middle East region and to spread beyond the Middle East region where it will pose a greater threat to Australians.”

 

Mark Thomson, a senior analyst with the Australian Strategic Policy Institute, a defense think tank, says the proposed force is a credible contribution by Australia.

 

“This is an international effort to deal with a problem that we all share. I think from Australia’s point of view, if you look at the scale of forces that we can deploy and recognizing the RAAF is at the moment working to introduce a broad range of platforms to service, this will be a demanding deployment. But I’d say it’s a deployment which is commensurate with Australia’s interests in this issue,” he said.

 

“I don’t think we should underestimate what the RAAF is doing now, deploying the tankers and the AEW&C with fighters at the same time, at distance from Australia. This is a challenging exercise that they’ll undoubtedly learn a lot from.”

 

Thomson also said that it is difficult to estimate how long Australian forces will need to remain in the region.

 

“The word complex doesn’t come close to capturing the situation we’re moving into. Just looking back over the whole Iraq venture from 2002 onwards, it’s been one surprise after another and if you asked the Iraqis what was going to happen, they probably didn’t know ahead of time either,” he said.

 

“These things are what we as scientists call the emergent properties — there’s a complex interaction that drives the political and military situation in a certain direction, and it’s largely unpredictable ahead of time.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 16:35
Australia may upgrade its naval fleet with Japanese submarines

 

10 September 2014 naval-technology.com

 

The Australian Government is planning to spend nearly A$20bn ($18.7bn) to procure ten Japanese-built Soryu-class submarines, in a bid to upgrade its naval fleet and replace the aging Collins-class vessels from 2030 onwards.

 

Anticipated to be signed by the end of this year, the deal comes amid rising maintenance costs of the Collins-class boats beyond 2026.

 

The move is contrary to the government's promise to support the country's ship builders with the construction of new fleet at home.

 

Australia Prime Minister Tony Abbott was quoted as saying: "The most important thing is to get the best and most capable submarines at a reasonable price to the Australian taxpayer.

"The deal comes amid rising maintenance costs of the Collins-class boats beyond 2026."

 

"We should make decisions based on defence requirements, not on the basis of industry policy."

 

Powered by an air-independent diesel-electric propulsion system, the 4,200t Soryu-class vessels can remain submerged longer than other traditionally powered submarines.

 

Expected to be based out of Darwin in northern Australia to trim down transit distances to patrol areas, the Soryu submarines can accommodate a crew of 65 and offer a shorter range compared to Collins-class vessels.

 

Japan's Maritime Self-Defense Force has been using the Soryu-class submarine since 2009, which is an advanced version of the Oyashio-class submarine.

 

Meanwhile, Australia is said to still be considering French and German alternatives, reported news.com.au.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Du 30 août au 5 septembre, après la phase initiale d’intégration de la force (FIT) qui s’est déroulée du 25 au 29 août, les nations participant à l’exercice Croix du Sud 2014, ont joué un « LIVEX », c’est-à-dire un entraînement aussi proche possible de la réalité, en grandeur nature. Il s’agissait ici d’une opération humanitaire et d’évacuation de ressortissants.

 

Dès le 30 août, un élément comprenant deux équipes de reconnaissance de plage (Australie – Nouvelle Zélande) et une équipe du génie (Régiment d’Infanterie de Marine Pacifique – Nouvelle – Calédonie (RIMaP – NC)) a été mis en place sur la plage de Druelu sur l’ile de Lifou. Cet élément qui opérait à partir de la frégate de surveillance (FS) Vendemiaire avait pour mission de préparer la mise à terre de la force embarquée sur le HMNZS Canterbury.

 

Le 31 août, à l’aube, une opération aéroportée sur l’aéroport de Lifou et une opération amphibie sur la plage de Druelu ont permis à la force de prendre pied sur l’ile. Une dizaine de rotations d’avions CASA CN 235 et Hercule C130 a ensuite eu lieu pour assurer la mise en place de la logistique, de l’EVAC INFO et du reste du personnel de la force. Dès midi, la force débutait son déploiement sur Lifou et apportait les premiers soutiens à la population en détresse. Au soir, le module EVAC INFO ainsi que la base logistique avancée étaient opérationnels. Parallèlement, le groupement de soutien (GS) de la base de défense ainsi que la Croix Rouge débutaient la mise en place de la portion centrale du CENTREVAC sur l’aéroport de la Tontouta, à 30 km au Nord de Noumea.

 

Tout était donc en place pour répondre rapidement à un ordre d’évacuation de ressortissants de Lifou et Tiga. Compte tenu de la dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire, cet ordre fut donné dès le 1reseptembre midi. Ainsi les 2 et 3 septembre, un peu moins de 250 ressortissants étaient évacués de Lifou vers La Tontouta. Le retrait du dispositif a ensuite pu débuter le 3 septembre dans l’après-midi, une fois l’ensemble des ressortissants évacués, et le 4 septembre au soir, l’ensemble des troupes étaient présentes à Nouméa.

 

Cette année, la chaîne complète d’évacuation humanitaire a été mise en œuvre. Celle-ci a débuté avec la prise en compte initiale des réfugiés, au plus près de la zone dangereuse, avec le module EVAC INFO déployé à Lifou. Après l’évacuation par air en zone amie, les ressortissants ont été admis à la portion centrale du CENTREVAC renforcée par la Croix Rouge.

 

L’édition 2014 de l’exercice Croix du Sud a été un véritable succès, contribuant au renforcement de la position française dans le Pacifique. Illustration de cette réussite, aux côtés des acteurs traditionnels (Australie, Nouvelle-Zélande, Vanuatu, Tonga), des forces américaines d’Hawaï, des militaires britanniques déployés au Brunei, des Canadiens, des Japonais, des Singapouriens mais aussi des observateurs Chiliens et Fidjiens étaient présents. Ainsi, plus de 1 500 personnes ont participé à cet exercice.

 

Croix du Sud est l’exercice de référence régional en termes de projection de force et de conduite simultanée de deux types d’opération, militaire (RESEVAC) et humanitaire avec la mise en œuvre de l’accord FRANZ (accord tripartite conclu en 1992 entre la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande). Au niveau national, cet entraînement a confirmé la cohérence de la réorganisation des forces de souveraineté selon une logique de « théâtre ».

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:35
Thales boosts Australian Tiger helicopter simulator

 

September 5, 2014 Thales Group

 

Thales has successfully delivered a significant upgrade to the Australian Tiger helicopter simulator.

 

The improvements to the Full Flight Mission Simulator’s (FFMS) Visual Display System (VDS) mean the Australian Tiger simulator now has the highest levels of ‘out of the window’ realism of any Tiger FFMS in the world.

 

Working closely with prime contractor Airbus Group Australia Pacific and Australian Army Aviation, Thales successfully completed the complex upgrade of the dual-dome simulator ahead of schedule in order to minimise simulator downtime.

 

The latest generation BARCO F35 projectors and a new PC-based Image Generators were both added and seamlessly integrated into the existing host computers and visual display platform, providing the crews with 240-degrees vertical by 85-degrees horizontal field of view.

In the final stage of the upgrade, the FFMS passed its Recurrent Fidelity Check, which is required to maintain CASA FSD-1 Level 5 (Level D equivalent) accreditation. This is the highest achievable level, and allows the Australian Army to conduct cost-effective training in the safety of the simulator.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 18:40
L'Australie a introduit des sanctions contre l'industrie de la défense, les domaines financier et pétrolier de la Fédération de Russie

 

01.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

Le gouvernement australien a élargi les sanctions contre la Russie. Elles touchent, en particulier, le complexe militaro-industriel, les secteurs du pétrole et du gaz, et le domaine financier.

 

Les sanctions prévoient une interdiction sur les exportations d’armes, de l'équipement pour le secteur du pétrole et du gaz. Egalement, les banques d'Etat russes sont visées par les restrictions d'accès sur le marché de la capitale australien. Les investissements dans la Crimée, et le commerce avec la république sont tombés sous ces sanctions.

 

Le Premier ministre australien Tony Abbott a annoncé l'élargissement de la liste des personnes visées par l’interdiction d’entrée dans le pays.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:35
Nouvelle-Calédonie : ouverture de l’exercice Croix du Sud 2014

 

26/08/2014 Sources : EMA

 

Du 25 août au 5 septembre 2014, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) conduiront l’exercice Croix du Sud, principalement dans la Province des îles de la Nouvelle-Calédonie (iles de LIFOU et de TIGA), mais aussi à l’aéroport de TONTOUTA et à LA FOA. Cet exercice, interarmées et multinational, est organisé tous les deux ans, sous le contrôle opérationnel du commandant supérieur des FANC.

 

Pour l’édition Croix du Sud 2014, la France, représentée par les FANC et renforcée par les Forces armées en Polynésie française (FAPF), engage 690 militaires. A ses côtés, 9 nations participent à l’exercice : Australie (1 compagnie, 2 LCH et 1 aéronef), Canada (1 section et 1 Hercule C130), Etats-Unis (2 sections), Nouvelle-Zélande (1 compagnie, 1 hélicoptère et la frégate multi-missions HMNZS CANTERBURY), Royaume des Tonga (1 section et 1 patrouilleur), Royaume-Uni (1 section), Vanuatu (1 section et 1 patrouilleur) ainsi que le Japon et Singapour qui fournissent des renforts au sein du CJTF. Le Chili est également engagé au titre d’observateur. Cette forte participation donne à l’exercice une ampleur particulière avec 1 300 militaires, 7 bâtiments, 9 aéronefs ainsi que des moyens logistiques conséquents.

 

Cet exercice constitue un rendez-vous majeur pour l’entraînement des forces armées du Pacifique Sud-ouest. D’une part, il a pour but d'entraîner les FANC et leurs partenaires de la région à conduire une opération d'assistance humanitaire, suivie d'une évacuation de ressortissants, dans un contexte multinational. D’autre part, il permet de développer la coopération et l’interopérabilité entre les forces participantes. La France, et principalement les forces de souveraineté du « théâtre Pacifique » (FANC et FAPF), a toujours été fortement engagée dans cette zone avec une participation aux opérations de maintien de la paix (MINUT au Timor oriental en 1998) et aux missions d’assistance (tsunami de 2004, cyclones aux Tonga et Fidji en 2009 et 2010).

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories