Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:35
Navy Aviation MRH90 Tour

16 mai 2013 DefenceJobsAustralia

 

The Navy's fleet of helicopters is based in Nowra, NSW. Each type of helicopter is assigned to a particular Squadron, who maintain, service and fly the particular aircraft. When operational, the helicopters are located aboard ships out at sea so are built to withstand extreme conditions like heavy rain, strong winds and high seas. They are involved in a range of operations including search and rescue, over-sea transport, surface and submarine warfare and delivery of troops and equipment.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:35
Navantia delivers first batch of LCM-1E crafts to RAN

 

 

12 March 2014 naval-technology.com

 

Navantia has delivered the first four new medium-sized fast landing craft (LCM-1E) to the Royal Australian Navy (RAN).

 

The delivery is a part of a contract signed by Navantia in September 2011 to develop 12 new LCM-1E high-speed landing craft for RAN in support of two new Canberra-class landing helicopter dock (LHD) amphibious assault ships.

 

Being acquired under the joint project 2048 phase three from Navantia, the high-speed landing craft allow RAN to transport troops and equipment over shore where there are no fixed port facilities.

"Powered by two engines MAN of 806kW and two waterjet propellers, the LCM-1E craft feature radar navigation, global positioning system, gyro needle / magnetic and HF communications equipment, VHF and UHF."

 

The first four fast landing crafts have departed from Navantia facilities in Puerto Real, and are expected to arrive at their intended destinations around mid-April, while the remaining eight units are currently under construction and will be delivered to the Navy in groups of four during the next months.

 

Powered by two engines MAN of 806kW and two waterjet propellers, the LCM-1E craft feature radar navigation, global positioning system, gyro needle / magnetic and HF communications equipment, VHF and UHF.

 

Being built by Navantia in collaboration with BAE Systems, the 27,000t LHD have a range of 190nm, a length of 23.3m and can cruise at a speed of 22k.

 

The ships will be used to embark, transport and deploy forces, along with their equipment and aviation units as well as to perform out / support humanitarian missions.

 

The LHDs are armed with 6mm x 12.7mm machine guns, Nulka active missile decoy system, anti-torpedo towed defence system (Nixie) and four 20mm automated guns.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:35
AUS: Minister applauds $901 million Wedgetail sustainment contract


17.03.2014 Pacific Sentinel
 

Minister for Defence Senator David Johnston says a $901 million dollar Wedgetail Airborne Early Warning and Control support contract unveiled today spells job security for hundreds of Australian workers.

 

Senator Johnston said the support contract extension, signed by the Defence Materiel Organisation, will be undertaken by Boeing Defence Australia and will ensure long-term value for money sustainment services for Defence.

 

The contract covers the sustainment of the Royal Australian Air Force’s E-7A Wedgetail fleet, including engineering and maintenance support, repairs, spare parts and aircrew and maintenance training for the Wedgetail fleet.

 

 

“The extension ensures efficient and cost-effective sustainment support, and is also testament to the effective build-up by Australian industry of E-7A Wedgetail operating, maintaining and engineering knowledge,” Senator Johnston said.

 

“This is a significant outcome for the Wedgetail program and for the 290 industry staff employed directly on Wedgetail support in the Newcastle, Brisbane/Ipswich and Adelaide regions.

 

“Extending this contract maintains Australian industry’s involvement and leadership in the sustainment of the Wedgetail capability.”

 

The E-7A Wedgetail represents an advanced and entirely new capability for the Australian Defence Force, providing a platform that gathers information from a wide variety of sources analyses it and distributes it to other aircraft and surface assets.

 

Of the $901 million, $433 million is being spent in Australia, $275m in Newcastle, $80m for Brisbane and Ipswich and $78m for Adelaide.

 

The Airborne Early Warning and Control capability operated by 2 Squadron at RAAF Williamtown consists of six E-7A Wedgetail aircraft, a full flight simulator, an operational mission simulator, a software development and test laboratory and maintenance facilities.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:35
 AUS: Triton Acquisition Announced


17 March 2014 Pacific Sentinel
 

The Prime Minister of Australia The Honourable Tony Abbott MP visited RAAF Base Edinburgh recently to announce the Government has committed to the acquisition of the Triton Unmanned Aircaft System (UAS), subject to the successful completion of the US Navy development programme currently under way.

 

The MQ-4C Triton UAS is an unarmed maritime variant of Northrop-Grumman’s Global Hawk. The aircraft will be based and piloted from RAAF Base Edinburgh and capable of supporting missions of greater than 24 hours while covering an area of over one million square nautical miles; an area larger than Western Australia Triton will patrol Australia’s vast ocean approaches, protecting offshore resources, supporting other Australian Defence Force assets and helping to secure our borders. Triton is purpose-built for the maritime environment, and includes a strengthened airframe, de-icing capability, hail and bird-strike protection, and has sealed avionics and sensor compartments and environmental countermeasures to enable all-weather operations. The Triton has been under development by the United States Navy (USN) since 2008 and is scheduled to achieve Initial Operational Capability with the USN in 2017. The total number of Triton aircraft to be acquired by Australia and their introduction into service date will be further considered by Government in 2016, based on the Defence White Paper.

 

RAAF

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 17:35
Canberra LHD Arrives in Sydney

The largest ship ever built for the Royal Australian Navy, Landing Helicopter Dock NUSHIP Canberra, entered Sydney Harbour for the first time during the contractor sea trials and testing program. (all photos : RAN)

 

14.03.2014 Defense Studies

An exciting milestone was realised yesterday when the first Landing Helicopter Dock (LHD) ship currently being built for Defence, entered Sydney Harbour for the first time.

NUSHIP Canberra, the first of two LHDs being built for the Australian Defence Force entered Sydney after her first contractor trials and testing at sea.

The biggest ship ever built for Navy, she was a formidable sight as she proceeded into Fleet Base East, Sydney.

Defence Materiel Organisation’s LHD Project Manager, Captain Craig Bourke said the ship was visiting Sydney to use the dry dock.

 


“The ship is scheduled to undertake a commercial docking in the Dry Dock in Sydney, to receive a hull clean and final paint before proceeding to sea and returning to Williamstown to commence the final phase of Contractor sea trials involving communications and combat systems.

“The first set of Contractor sea trials have been focussed on tuning the propulsion system and testing and trialling the hull, mechanical and electrical systems of the vessel,” Captain Bourke said.

NUSHIP Canberra’s Commanding Officer, Captain Jonathan Sadleir said a number of the ship’s company were also embarked in the ship  to witness the first set of Contractor sea trials.
 


“The ship had representatives from all departments observing the trials, which has provided an excellent opportunity to build on their training and knowledge. NUSHIP Canberra chefs provided the meals for everyone onboard during the sea trials and did a great job.

"To see the ship come into Sydney today for the first time is a big milestone and is really exciting for the ship’s company,” Captain Sadleir said.

During her visit to Sydney, in addition to contractor work, the ship’s company will be carrying out important familiarisation and induction training in preparation to take responsibility when BAE Systems hand the ship over to Defence.

(RAN)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 08:35
Tony Abbott to approve Australia’s biggest ever military purchase of stealth fighter jets


14.03.2014 Pacific Sentinel
 

THE Abbott Government is set to give the green light to the nation’s biggest ever military purchase allowing Defence to order up to 86 American made stealth fighter jets for the RAAF.
 
The planes will cost about $90 million each when they roll off the assembly line between 2018 and 2020 and the overall project will cost some $14 billion during the 30-year life of the F-35 Joint Strike Fighter.
 
It is understood that a submission to buy will be presented to Cabinet’s National Security Committee for approval within weeks.
 
The head of the Pentagon’s largest ever defence project to buy 2400 of the “fifth generation’’ fighters has assured Australia that the controversial project was “back on track’’ and that Australian jets would be delivered on time and on cost.
 
US Air Force Lieutenant General Chris Bogdan told News Corp Australia in Sydney that apart from some “trust and credibility’’ issues with the prime contractor Lockheed Martin and engine maker Pratt and Whitney, the JSF program was hitting all of its milestones.
 
Read the full story at NT News
Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 08:35
Australia committed to Triton UAV buy

 

 

CANBERRA, Australia, March 13 (UPI)

 

The Australian government will acquire Northrop Grumman's MQ-4C Triton unmanned aerial vehicle once its development is completed.

 

The commitment to purchase the aircraft, under development for the U.S. Navy, was made in a statement issued this week from the office of Australian Prime Minister Tony Abbott.

 

The MQ-4C Triton is a maritime surveillance platform with a maximum speed of 357 miles per hour, a service ceiling of 60,000 feet and an endurance of 30 hours. It is intended to complement maritime patrol aircraft.

 

"These aircraft will patrol Australia's vast ocean approaches, and work closely with other existing and future Australian Defense Force assets to secure our ocean resources, including energy resources off northern Australia, and help to protect our borders," the Prime Minister's office said.

 

Acquisition of the aircraft and their ground stations will require about $125.5 million of new facilities and infrastructure. About $89.6 million would be invested in the state of South Australia, where the UAVs would be based.

 

The statement said the number of Triton UAVs to be procured would be decided in 2016.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 17:35
Navy Warships Project Heading for Cost Blowout

Hi-tech ... the Hobart Class Air Warfare destroyer. (image: News Corp Australia)

 

11.03.2014 Defense Studies

AN $8.5 billion taxpayer-funded “alliance’’ to build three hi-tech navy warships was a multi-tiered debacle, government auditors have found.

The Air Warfare Destroyer Alliance is running two years late, is $302 million over budget and is bleeding money at the rate of $1 million a week, according to well placed sources.

The auditors also revealed that the original premium for building the three ships in Australia rather than purchasing “off-the-shelf’’ overseas was $1 billion.

That is a 30 per cent taxpayer subsidy to the ship builders.

“The cost increase is likely to be significantly greater (than $302 million),’’ the document said.

The Australian National Audit Office (ANAO) report could spell the end for government ownership of the ASC shipyard in Adelaide and, according to government sources, it draws a line in the sand for the whole Australian naval shipbuilding industry.

“Defence and its industry advisers underestimated the risks associated with incorporating the design changes to Navantia’s F-104 design, exporting that design to Australia ... built at shipyards that lacked recent experience in warship building,’’ the audit report said.

The 320-page document slams the government’s defence purchasing agency, the Defence Materiel Organisation (DMO), and its management of an alliance that includes the government-owned Adelaide shipbuilder ASC and American defence giant Raytheon.

Under the alliance the DMO is both buyer and supplier.

“It was costing ASC, the lead ship builder, $1.60 to produce work that was originally estimated to cost $1,’’ the report said.

“It was not until 2013 that the Alliance put in place extensive key performance measures.’’

The Adelaide-based alliance began in 2007 and was the brainchild of the head of DMO Warren King.

The first ship, HMAS Hobart, was due for delivery to the navy this year but has been delayed until at least 2016.

The ships’ designer and hull-maker Spanish shipbuilder Navantia, the Melbourne-based block builder BAE Systems and the Newcastle-based Forgacs shipyard are all strongly criticised for a long list of failings, including dodgy block build practices and poor drawings.

The substandard drawings meant that many already installed watertight doors had to be moved 150mm so they could meet Australian safety standards.

One of the most damaging findings of the report appears on page 232 where the auditors reveal that 570 of 2,000 Chinese-made pipes were removed from the first ship, HMAS Hobart, because they were substandard and potentially dangerous.

“A supply chain failure led to the installation of defective pipes into the ship,’’ the report said.

The pipes were purchased by ASC — the company that wants to build the navy’s next generation submarine for more than $30 billion.

“They (ASC) haven’t done themselves any favours in justifying why they should build the new submarine,’’ a high-level source said.

The key lesson from the report is that Australian industry did not have the capability to undertake such a complex project.

This raises serious questions about whether or not governments should continue to prop-up Australian naval shipbuilders at high taxpayer premiums or buy off-the-shelf from more efficient overseas yards.

It is understood that the Abbott Government favours an Australian naval shipbuilding industry — but not at any cost.

The report was welcomed by Defence Minister David Johnston who agreed with its three recommendations to appoint a high-level project overseer and implement a new design review process and better performance monitoring.

KEY POINTS
* Air Warfare Destroyer two years late and $300 million over budget
* $1 billion premium for Australian build
* Risks under estimated
* ASC likely to be sold
* Naval shipbuilding under a cloud

(News)

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 17:35
UK and Australian Foreign and Defence Ministers meeting

 

11 March 2014 Foreign & Commonwealth Office and Ministry of Defence

 

Foreign and Defence ministers of the UK and Australia meet in London this week for the annual Australia-UK Ministerial (AUKMIN) meeting.

 

Foreign Secretary William Hague and Defence Secretary Philip Hammond will meet Australian Foreign Minister Julie Bishop and Defence Minister David Johnston to discuss foreign, defence and security policy challenges and opportunities for further joint cooperation.

During the visit, the Foreign Ministers will sign a Joint Statement on Enhanced Diplomatic Network Cooperation, which will enable diplomatic networks to share best practice and develop new initiatives in areas such as consular crisis training, IT and property cooperation. This will provide for efficiencies and cost savings for both countries.

The Ministers will also discuss the UN Security Council agenda, challenges around conflict and crisis response and developments in the Asia Pacific region, with particular focus on areas where UK and Australia can work more closely together or share resources. They will review and reaffirm the importance of intelligence cooperation and will discuss the current situation in Ukraine.

Defence-related discussions will focus on developing interoperability between our respective Armed Forces, building on the close relationship most recently fostered in Afghanistan and Iraq. Another critical element of these talks will be opportunities for collaborating on defence engagement in the Asia Pacific region.

Australia and the UK will ramp up their development cooperation by signing a new Partnership Arrangement, committing to an annual Development Dialogue and intensifying collaboration in shared priority areas, including leveraging the private sector and aid for trade, gender equality and women’s empowerment, and humanitarian response.

Also at the talks, the ministers will formally launch a new dialogue on Asia, involving foreign policy experts from the UK and Australia. Based on a partnership between the British Ditchley Foundation and the Sydney-based think tank, the Lowy Institute for International Policy, the first meeting will take place at Ditchley Park in June. Its aim will be to promote our common interest in a stable and prosperous region.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 08:30
Austal building high speed support vessels for Middle East customer

 

 

HENDERSON, Australia, March 10 (UPI)

 

An unidentified Middle Eastern customer has contracted Australian shipbuilder Austal Limited to supply two high speed support vessels.

 

The contract is worth $124.9 million and includes provision of integrated logistics support, the company said.

 

"This contract reinforces the significant progress we have made in positioning Austal as a prime defense contractor," said Austal Chief Executive Officer Andrew Bellamy. "The contract also illustrates the growing recognition by international naval forces of the utility of high speed support vessels, following on from our 10-ship Joint High Speed Vessel contract for the U.S. Navy."

 

High speed support vessels are shallow draft ships for rapid intra-theater transport of medium-sized cargo payloads. JHSVs of the U.S. Navy will reach speeds of 35-45 knots. In addition to transport, the vessels can support helicopter operations and search-and-rescue operations.

 

Austal said under the contract, the vessels for the Middle Eastern customer will each be 236 feet long. Construction of the first will begin this year at its shipyard in Henderson in western Australia.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:55
OEF : le Jean Bart coordonne une opération de lutte contre le narcotrafic

 

 

10/03/2014 Sources : EMA

 

Le 7 mars 2014, une opération conjointe de la frégate anti-aérienne Jean Bart et de la frégate australienne Darwin, avec l’appui d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, a permis d’intercepter un skiff transportant 650 kg de résine de cannabis.

 

Le 7 mars 2014, l’hélicoptère Sea Hawk d’un navire australien de la TF 150, le Darwin, survole un skiff à l’apparence et au comportement suspects. Un avion de patrouille maritime Atlantique 2 présent dans la zone confirme par imagerie les soupçons formulés par l’équipage de l’hélicoptère. La FAA Jean Bart qui assure la coordination de cette action, en informe immédiatement le CTF 150. Ce dernier ordonne au  Darwin, qui patrouille dans la zone concernée, d’intercepter et de procéder à la visite du skiff suspect. L’équipe de visite australienne découvre alors 650 kg de résine de cannabis.

 

Les bâtiments français et australien, ainsi que l’Atlantique 2, ont mis en commun leur connaissance de la zone et la complémentarité de leurs capacités pour établir un dispositif efficace et conduire l’opération avec succès.

 

Dans le cadre de l’opération « Enduring Freedom » (OEF), la frégate antiaérienne Jean Bart est intégrée depuis le début du mois de mars 2014 à la Task Force 150 (TF 150), qui lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 17:35
Australian Major Projects Report
 

We always take a great interest in the National Audit Office Major Projects Reports but how do other nations approach the same financial and risk governance function?

 

How about the Australian audit office

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 19:35
Australian Navy Launches Investigation Into Fire On Board Submarine

March 4, 2014 By David Pugliese  - Defence Watch
 

The Western Australian is reporting this:

The Australian Navy has launched an investigation after a fire broke out aboard a submarine off Rockingham this afternoon.

The Defence Department said there were no injuries, but four personnel who were involved in fighting the blaze had been put ashore under medical observation as a precaution.

It is understood the incident took place a short distance from the HMAS Stirling naval base.

The fire broke out aboard HMAS Waller, a Collins Class submarine that had only recently returned to sea after a long period of maintenance.

 

News.com.au has this:

A FIRE sparked an emergency aboard submarine HMAS Waller off the West Australian coast yesterday, the same day as a fire in an Indian vessel killed two and injured seven.

The fire broke out yesterday afternoon as the Australian vessel sailed on the surface.

“Emergency response actions were taken to extinguish the fire. There were no causalities,’’ Defence said in a statement.

However, as a precaution four members of the ship’s crew involved in responding to the fire were landed for observation.

Meanwhile, two officers of the Indian navy are missing — presumed dead — after a fire on-board Kilo-class submarine INS Sindhuratna yesterday.

The accident happened early in the morning about 50km offshore from Mumbai. The vessel had just completed a refit.

 

And this news release from Australian Ministry of Defence:

This afternoon HMAS Waller, one of the Royal Australian Navy’s submarines, experienced a fire whilst on the surface off the West Australian coast. Emergency response actions were taken to extinguish the fire.

There were no causalities. As a precaution four members of the ship’s crew who were involved in the response to the fire have been landed for observation.

HMAS Waller had recently completed a scheduled maintenance period and was at sea as part of her return to operations.

A full investigation into the incident will be held.

At this stage no further details are available.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:35
photo RAAF

photo RAAF

 

Mar. 3, 2014 by Greg Waldron - FG

 

Singapore - Australia has awarded a contract extension of A$230 million ($205 million) to General Electric for continued support of the F404 engines that power its Boeing F/A-18 Hornet fighters.

 

“After successful negotiations between GEII (General Electric International Incorporate) and the Defence Materiel Organisation, we have reached a mutual agreement on the price and requirements of the Classic Hornet contract extension, achieving savings of $36 million,” says defence minister David Johnston.

 

“In addition, the Australian component of the contract will continue to be subcontracted to TAE (Tasman Aviation Enterprises), creating continued employment for 90 personnel located at Williamtown, NSW, and Ipswich, Queensland.”

 

The deal ensures that the F/A-18s engine requirements will be maintained through the type’s planned withdrawal date of 2022.

Partager cet article
Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:35
La marine australienne célèbre les 100 ans de son premier sous-marin

 

 

10 février 2014. Portail des Sous-Marins

 

Les célébrations du centenaire des sous-marins australiens ont été lancées par le ministre de la défense, David Johnston, dans le port de Darling.

 

Le ministre Johnston a rappelé que les sous-marins et les sous-mariniers avaient joué un rôle vital dans l’histoire navale de l’Australie depuis l’arrivée de ses 2 premiers sous-marins, les AE1 et AE2, en 1914, 3 mois seulement avant le début de la 1ère Guerre Mondiale.

 

« Au cours des 100 dernières années, il y a eu 5 générations de sous-marins, depuis nos 2 premiers commandés à la Grande-Bretagne jusqu’aux Obéron des années 60 et 70, suivis par les premiers construits en Australie — la classe Collins, » a déclaré le ministre Johnston.

 

« Ce n’est pas un secret que le programme Collins a connu des problèmes. Mais nous avons beaucoup appris de cette expérience. »

 

Le ministre Johnston a aussi indiqué qu’il était important de rappeler que la Royal Australian Navy était parmi les premières à intégrer des femmes, officiers ou non, à bord de ses sous-marins.

 

« Les femmes sous-mariniers font parti des forces sous-marines depuis plus de 15 ans. Elles représentent actuellement près de 10% des sous-mariniers, depuis le simple matelot au commandant. »

 

Le ministre a souligné que le gouvernement australien était décidé à s’assurer que l’Australie conserve la supériorité dans la région en matière des capacités sous-marines, après le retrait des sous-marins Collins.

 

« Au début du nouveau chapitre de notre histoire sous-marine, nous sommes prêts à mettre en pratique ce que nous avons appris au cours des 100 dernières années. »

 

Plusieurs événements ont été annoncés pour célébrer le centenaire des sous-marins australiens, y compris la commémoration de la première perte de sous-marin, le AE1, a coulé avec tout son équipage en mai 1914 au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

 

Référence : Australian Defence Magazine

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:35
AUS: Australian Government strengthening ties with the Myanmar Government

21 January 2014 Pacific Sentinel

 

The Australian Government has re-established a resident Defence Attaché office in Burma with the arrival in Rangoon today of Royal Australian Navy (RAN) Captain Jon Dudley who will fill the post left vacant since 1979.

 

Captain Dudley has previously served as Australian Defence Attaché to Thailand and Naval Attaché to Indonesia.

 

The appointment coincides with the arrival at the Port of Rangoon of a RAN Armidale Class patrol boat, HMAS Childers, the first such visit by an Australian warship to Burma since HMAS Quiberon, in 1959.

 

Acting Minister for Defence, Senator George Brandis welcomed the visit by HMAS Childers and her 21 crew, who will stay for four days as part of a good will visit.

 

 

“This is the first RAN ship to visit Burma in a very long time. It and Captain Dudley’s arrival signify our modest but growing defence engagement following political and economic reforms initiated by the Government of Myanmar in 2011,” Senator Brandis said.

 

Minister for Foreign Affairs, Julie Bishop also welcomed the closer defence cooperation with the Myanmar Government as it seeks to open its economy and transition to a democracy.

 

“The ship visit and the appointment of the Defence Attaché are important steps in strengthening and broadening our bilateral relationship,” the Foreign Minister said.

 

“Australia strongly supports the reform process initiated by the Myanmar Government in 2011. The Myanmar military plays an important role in ensuring the success of the reform process.”

 

This visit by HMAS Childers forms part of Australia’s growing engagement with the Myanmar military.

 

“Australia’s engagement with the Myanmar military, including this visit, allows the Australian Defence Force to reinforce the role of a professional defence force in a modern democracy,” Senator Brandis said.

 

After departing Rangoon, HMAS Childers will make a second port call at Chittagong in Bangladesh before joining Exercise Milan 2014 off the Andaman Islands, a major biennial exercise involving navies of the Indian Ocean region and hosted by the Indian Navy.

 

AUS DoD

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:35
La torpille légère MU90 plébiscitée par la Marine australienne

15.01.2014 DCNS

Le 14 août dernier, la Royal Australian Navy (RAN) a réalisé le premier tir de combat d’une torpille légère MU90, torpille  développée par le groupement européen d’intérêt économique EUROTORP formé par DCNS, Thales et l’entreprise italienne WASS.  Tirée à  partir de la frégate  « HMAS STUART » de la classe ANZAC, la torpille a détecté, classifié  puis engagé avec sa charge creuse* la cible immergée, représentative d’un sous-marin de petite dimension.

 

Ultime jalon d’un vaste et long processus d’évaluation

Ce tir de combat est venu conclure une campagne d’évaluation intensive qui s’est déroulée ces dernières années. En effet, de nombreux tirs d’exercice ont été réalisés pour tester la torpille dans différentes situations complexes : en eau tropicale, par très petits fonds (< 40m), à grande distance (stand off distance) et contre des sous-marins protégés par des systèmes de contre-mesures.

Avec un taux de succès de plus de 90% au cours de la campagne d’évaluation, la MU90 a démontré sa capacité à remplir ses missions quels que soient l’environnement et le scénario. Une réussite qui a permis de valider son acceptation en service opérationnel au sein de la flotte australienne.

 

La MU90 EUROTORP en « pole position »

Ces résultats ouvrent la porte à de nouvelles opportunités pour la torpille MU90 qui pourrait aussi équiper les avions de patrouille et les hélicoptères de la Marine australienne. Cette dernière reconnait en effet les performances de cette torpille légère : « La torpille MU90 améliore considérablement les performances en lutte anti sous-marine de tous les navires de combat de surface de la Royal Australian Navy (RAN). Cette arme dote la RAN d’une capacité d’engagement des sous-marins à grande distance, inégalée parmi toutes les autres torpilles légères ».**

Deux nouvelles marines viennent aussi d’acquérir la MU90 en 2013, ce qui porte maintenant à 8 le nombre de marines équipées dans le monde.

* La charge creuse est un type de munition destiné à percer un blindage.

** Extrait du communiqué officiel du Ministère de la Défense australienne après le tir de combat MU90 le 14 août 2013.

 

 En savoir plus :

La Torpille légère MU90

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 12:45
FFDj : visite du commandant de la CTF 150

 

16/01/2014 Sources : EMA

 

Le 6 janvier2014, le général de brigade aérienne Joël Rode, commandant les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), a accueilli le Commodore Daryl Bates de la marine royale australienne, commandant la Combined Task Force 150 (CTF-150), volet maritime de l’opération Enduring Freedom.

 

Cette rencontre avait pour objectif d’identifier les possibilités de coopération pour la sécurité maritime au large de la Corne de l’Afrique et, plus particulièrement, la lutte contre la piraterie et les risques terroristes.

 

Dans le cadre des accords de partenariat de défense entre la République de Djibouti et la France, les FFDj constituent l’un des cinq pôles de coopération de la France en Afrique. A ce titre, elles assurent des missions de coopération militaire avec les forces armées djiboutiennes, mais aussi avec les instances de la force Africaine en attente en Afrique de l’Est. Parmi leurs missions, les FFDj apportent par ailleurs un soutien logistique et opérationnel aux moyens aériens et navals français et étrangers engagés dans le cadre de la force européenne de lutte contre la piraterie Atalante.

 

La CTF-150 est l’une des trois composantes de la Combined Maritime Forces (CMF), coalition navale multinationale composée de 25 pays agissant pour la sécurité des eaux internationales autour de la corne de l’Afrique. La force opérationnelle navale CTF-150 a été créée en 2002 en réponse à la multiplication des attaques de pirates. Cette flotte d’environ 15 navires a pour objectif la sécurisation maritime et lutte contre toute activité illégale en mer grâce à des missions de surveillance, des contrôles et abordages de navires suspects.

 

Les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) constituent depuis 2011 la base opérationnelle avancée française sur la côte Est de l’Afrique. Les FFDj participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:35
Nouvelle-Calédonie : QUAD PRINCIPALS

 

13/12/2013 Ministère de la Défense

 

Du 3 au 5décembre 2013, le général de brigade Luc de Revel – COMSUP FANC – a participé à la rencontre annuelle du « quadrilateraldefence coordinating group » (QUAD) de niveau « principals » (officiers généraux).Il était accompagné d’une délégation de l’état-major interarmées des forcesarmées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) et d’un officier des forces armées enPolynésie française (FAPF).

 

Le QUAD est un forum de discussion réunissant l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et la France. Son objectif vise à organiser la coordination des actions de coopération et de défense au profit des Etats insulaires du Pacifique. Cette session, qui se tenait à Canberra(Australie), a permis de consolider de manière pérenne la stratégie despartenaires, centrée sur la sécurité maritime dans le Pacifique Sud et en particulier sur la surveillance des pêches.

 

Le QUAD constitue un dispositif essentiel pour accompagner les Etats insulaires du Pacifique dans l’exercice de leur sécurité maritime, notamment pour la surveillance de leur zone économique exclusive.Pour la France, la participation à ces instances régionales estl’occasion de conforter sa position de contributeur de premier plan au maintien de la sécurité en zone Pacifique et de se positionner comme un partenaire important de la coopération régionale.

 

La réunion annuelle des « principals » se tient parallèlement à une session semestrielle de type « ateliers de travail opérationnels » (operational working group - OWG) dont le but est demettre en pratique la stratégie et les orientations déterminées par les officiers généraux. La prochaine session de niveau « OWG »aura lieu en mars 2014 à Honiara, sur l’île de Guadalcanal où est localisé le quartier général de la Forum Fisheries Agency.

 

La prochaine réunion du QUAD, niveau « Principals »,se tiendra à Wellington (Nouvelle-Zélande) du 3 au 5 décembre 2014.

 

Sur le« théâtre Pacifique », les FAPF et des FANC ont pour principales missions d’affirmer la souveraineté de la France, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Les FAPF quant à elles constituent un dispositif interarmées à dominante maritime.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:35
Afghanistan: l'Australie retire ses troupes

 

MOSCOU, 16 décembre - RIA Novosti

 

Les troupes australiennes ont achevé leur retrait d'Afghanistan, rapportent lundi les médias occidentaux se référant au ministère australien de la Défense.

 

Selon le ministre David Johnston, dimanche 15 décembre, la base principale des troupes australiennes déployée à Tarin Kowt, capitale de la province d'Orozgan, a été fermée, et le dernier groupe de militaires australiens en service actif s'apprête à quitter le pays.

 

Toujours d'après lui, environ 400 soldats australiens resteront en Afghanistan pendant encore un an en vue d'assurer la formation militaire de l'armée afghane.

 

Le premier ministre australien Tony Abbott a récemment espéré qu'en dépit du retrait des forces internationales, la situation en Afghanistan se stabiliserait.

 

"Cette guerre ne se termine pas par une victoire ou par une défaite, mais avec l'espoir que l'Afghanistan devienne un endroit meilleur, et la province d'Orozgan notamment, en raison de notre présence", a déclaré le chef du gouvernement australien.

 

En octobre 2012, le ministère australien de la Défense a annoncé que son contingent afghan achèverait le transfert de la sécurité à la police et l'armée nationales à Orozgan dans un délai de 12 à 18 mois.

 

Depuis 2001, 40 militaires australiens ont trouvé la mort en Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 18:35
L’Australie à la conquête de l’Asie-Pacifique ?

10 oct 2013 par Jean-François Fiorina

 

Une illustration du concept de puissance « moyenne »

Après huit mois de campagne électorale, les Australiens se sont dotés le mois dernier d’un nouveau gouvernement. Peu médiatisées en Europe, ces élections fédérales ont mis fin à plusieurs mois d’instabilité politique en propulsant au pouvoir la coalition « libérale-nationale » du conservateur Tony Abbott, qui a bâti toute sa campagne sur un slogan : « La fin des dépenses inutiles, la fin des bateaux de demandeurs d’asile, la fin de la taxe carbone ».

Le déficit et la dette publique ont alimenté les débats électoraux, même s’ils restent bien en deçà de ceux affichés dans les vieux pays industrialisés. C’est surtout le ralentissement du cours des matières premières qui inquiète aujourd’hui les Australiens. Autant d’éléments mal connus sur l’actualité du pays, malgré une forte attractivité tant économique que touristique. « Le décalage entre l’image que l’Australie a d’elle-même et l’impression qu’on se fait d’elle à l’étranger [y contribue grandement]« , constate Xavier Pons, professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail. Discrète, la puissance australienne ne cesse pourtant de s’affirmer et de s’étendre bien au-delà de sa sphère d’influence subrégionale.

Pour l’heure, l’économie australienne se porte bien. 12e puissance économique mondiale et membre du G20, l’Australie est l’un des rares pays industrialisés à avoir échappé à la récession économique de 2009. Sa croissance a certes été touchée, mais elle est toujours restée positive avec une moyenne annuelle de 3, 5 % ces vingt dernières années ! Sa proximité avec les marchés asiatiques, les plus dynamiques de la planète, contribue à cette bonne santé économique. Il en résulte un très faible chômage (5,1 % de la population active), une dette fédérale de 9,6 % du PIB et une inflation largement maîtrisée.

 

Une économie performante

L’Australie peut en effet compter sur les importantes richesses qu’offre son environnement naturel, associées à une faible demande intérieure. Dès les années 1960, le sociologue Donald Horne la dépeint comme le « pays de la chance ». De fait, l’agriculture et les minerais représentent près des deux tiers de son commerce extérieur. « L’Australie est ainsi le premier exportateur mondial de charbon, de fer, de plomb et de zinc, mais également le premier exportateur de bauxite et de titane. Le pays exporte beaucoup de gaz, extrait dans la mer de Timor (20 % de ses exportations). Il est également un géant de l’uranium avec un quart de la production mondiale », explique le professeur Cédric Tellenne dans le Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie.

Depuis le début des années 2000, l’Australie bénéficie du boom minier provoqué par le dynamisme des Émergents. Or, le marché des matières premières connaît depuis plusieurs mois un recul dont pâtit l’île-continent. Les prévisions de croissance, même si elles restent positives, ont été ainsi revues à la baisse par le gouvernement et la banque centrale australienne. Canberra table désormais sur une croissance de son PIB comprise entre 2,25 et 2,5 % pour l’année en cours. Elle n’exclut pas cependant de renouer avec les 3 % et plus en 2015. Des taux, quoi qu’il en soit, à faire pâlir d’envie les pays de la Vieille Europe !

C’est que l’Australie mise à la fois sur la reprise de la croissance mondiale et sur des stratégies de contrôle de marchés. Dans le domaine de l’uranium par exemple, la demande semble être de retour. L’arrivée au pouvoir du Parti libéral démocrate au Japon relance les perspectives du redémarrage des centrales nucléaires nippones, tandis que les inquiétudes sur l’avenir du Niger – gros producteur africain – bénéficient à BHP Billiton et aux autres compagnies minières australiennes. Autre illustration : l’amoindrissement de la demande de fer est compensé par une augmentation volontaire de la production australienne afin de faire chuter les prix et d’évincer ainsi leurs concurrents plus modestes.

Seules des sociétés comme Rio Tinto peuvent réaliser des économies d’échelle susceptibles de préserver leurs marges et leur survie sur le marché. En termes géoéconomique, « la zone Asie- Pacifique absorbe 71 % des exportations australiennes (11,5 % à destination de l’UE, 9 % des États-Unis) et fournit 52 % des importations (contre 24 % en provenance de l’UE et 14 % des États-Unis). La Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial bilatéral de l’Australie. L’Asie concentre 64 % des échanges avec l’Australie en biens de consommation. En ce qui concerne les services, l’UE concentre 22 % des échanges avec l’Australie devant les États-Unis (17 %), l’ASEAN (15 %) et le Japon (8 %) », rapporte le site du Ministère des Affaires étrangères (MAEE). Canberra tend à faire de son commerce un outil au service de son intégration régionale, dans le Pacifique Sud mais plus généralement en Asie. Principale richesse nationale, les intérêts miniers ne conditionnent-ils d’ailleurs pas pour partie la politique étrangère australienne ?

 

Un “sheriff adjoint” des États-Unis en Asie ?

« L’Australie a une image très occidentale qui lui vient de son statut de colonie britannique et de son partenariat ancien avec les États-Unis d’Amérique », résume Cédric Tellenne. Xavier Pons observe pour sa part que le pays est « considéré par nombre d’Asiatiques comme un simple protectorat américain ». Canberra n’a en effet jamais remis en cause sa relation privilégiée avec Washington, scellée au cours de la Seconde Guerre mondiale, quand l’Australie a troqué la protection militaire britannique pour celle des Américains. Le pays s’est dès lors rangé systématiquement aux côtés de son allié, depuis la Guerre de Corée (1950) à celle « contre le terrorisme« . Mais « si l’ Australie a le sentiment qu’il lui faut à tout prix se concilier les bonnes grâces de son protecteur, elle n’en considère pas moins ce dernier avec méfiance », prévient Xavier Pons. Car ses intérêts, notamment économiques et financiers, se situent d’abord en Asie et obligent Canberra à composer avec la réalité géostratégique de la région.

Ainsi, l’Australie développe et renforce ses partenariats avec la Chine, l’Inde et le Japon. « La priorité va à la Chine, au point que l’ Australie déclare ne pas se sentir engagée par l’ANZUS [Australia, New Zealand, United States Security Treaty] en cas de guerre avec Taiwan », remarque Cédric Tellenne. Les deux pays ont signé cette année un « partenariat stratégique » sur dix ans portant sur les questions économiques, de politique étrangère et de défense. Dans ce cadre, « ils ont également signé un accord de convertibilité directe entre le dollar australien et le yuan », précise le MAEE. Pour autant, il n’est pas toujours aisé de composer avec la susceptibilité chinoise. En témoigne la signature récente d’un accord de défense historique avec Tokyo, avec la bénédiction de Washington et malgré la désapprobation de Pékin. À bien des égards, la politique étrangère australienne oscille donc entre les deux géants que sont la Chine et les États-Unis. Mais c’est en Asie du Sud-Est et dans son environnement immédiat que l’Australie trouve la mesure d’une diplomatie plus libre et en adéquation avec ses attentes.

Publié en octobre 2012, le Livre blanc sur « l’Australie dans le siècle asiatique » réaffirme ainsi l’ancrage régional de l’Australie, avec l’identification et la mise en exergue de cinq partenaires prioritaires, en plus des États-Unis : la Chine, le Japon, l’Inde, mais aussi la Corée du Sud et l’Indonésie. Sa stratégie se traduit à la fois par la signature d’accords bilatéraux (économiques, scientifiques, universitaires, etc.) et, le cas échéant, par l’octroi d’aides au développement. Très présentes au Timor- Oriental, les forces australiennes le sont aussi au sein de la Mission d’intervention aux Iles Salomon. Canberra a en effet intérêt à assurer la stabilité politique et économique des Îles du Pacifique si elle veut s’assurer de débouchés commerciaux, mais également pour réguler l’immigration clandestine. Ces cinq dernières années enfin, l’Australie a aussi renforcé sa présence en Afrique, notamment pour appuyer ses investissements miniers.

 

Un « désert démographique européen » dans un océan asiatique ?

Le sujet de l’immigration a fortement alimenté le débat politique des dernières élections fédérales, notamment suite à la décision du précédent gouvernement travailliste de renvoyer directement en Nouvelle-Guinée et sur l’Île de Nauru tout clandestin arrivé par bateau. Ce sujet en réveille un autre, toujours à vif dans un pays aussi jeune: celui de l’identité nationale australienne. « En raison notamment des contractions entre leurs racines historiques, qui sont principalement européennes, et leur situation géographique, entre l’Asie et l’Océanie, les Australiens n’ont cessé de se demander qui ils étaient vraiment », analyse Xavier Pons. Dans ce contexte, l’actuelle immigration asiatique bouscule une société encore à très forte dominante anglo- saxonne (près de deux tiers de la population).

L’Australie a certes une tradition de terre d’accueil, mais les tensions identitaires sont de plus en plus visibles et tendent à diviser le pays. Au-delà de la lancinante question aborigène, la société australienne éprouve aujourd’hui des difficultés à assimiler les nouveaux arrivants, notamment les plus nombreux, en provenance d’Asie (Inde et Chine). Sur l’immigration clandestine, le consensus est acquis et c’est la tolérance zéro qui prévaut. Mais qu’en est-il de l’immigration légale? La question est loin d’être anodine. Dans les prochaines décennies, à l’horizon 2045, l’Australie va devoir faire face à un vieillissement sans précédent de sa population. L’immigration apparaît comme une solution évidente à la crise démographique qui se profile, à condition de la conjuguer au Mateship (« fidélité fraternelle ») si cher aux Australiens. Mais elle ne sera pas suffisante.

Afin de stimuler la natalité et donc le renouvellement démographique, l’un des projets les plus ambitieux – et les plus populaires – du programme de Tony Abbott consiste à mettre en place l’un des congés maternité les plus généreux au monde. Pour un pays de moins de 23 millions d’habitants, et d’une densité de 3 habitants au km2, il s’agit d’un sujet essentiel. Car comme le souligne justement le Recteur Gérard-François Dumont (cf. CLES - Les entretiens géopolitiques mensuels du directeur, n°20, 12/2012), « toute situation géopolitique ne peut s’appréhender correctement qu’en prenant en compte le paramètre démographique ». Mieux : ce sont les « paramètres démographiques qui s’ imposeront aux configurations géopolitiques ». De ce point de vue, l’Australie est indubitablement en première ligne.

 

L’Australie à la conquête de l’Asie-Pacifique ?

 

Pour aller plus loin

  • L’Australie, par Xavier Pons, Coll. Idées reçues, Éditions du Cavalier Bleu, 126 p., 9,95 €  ;
  • « Australie », par Cédric Tellenne, in Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie, coll. Major, PUF, 564 p., 49,90 €.
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 12:35
Australia Extends Heron Mission in Southern Afghanistan

 

Dec 11, 2013 ASDNews Source : MoD Australia

 

The Australian Government has extended the Heron Remotely Piloted Aircraft (RPA) deployment to Afghanistan providing high resolution Intelligence, Surveillance and Reconnaissance (ISR) support until July 2014.

 

The Heron RPA has been operating in the Middle East Area of Operations since January 2010, providing ISR support to missions in Uruzgan province and southern Afghanistan.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:35
Australia accepts first MH-60R helicopters

 

Dec. 10, 2013 by Craig Hoyle – FG

 

London - Australia has accepted its first pair of Sikorsky/Lockheed Martin MH-60R shipborne helicopters, under a 24-unit Foreign Military Sales deal signed via the US government in mid-2011. The lead aircraft were received from the US Navy during a ceremony at Lockheed’s Owego modification site in New York on 10 December.

 

To replace the Royal Australian Navy’s existing Sikorsky S-70 Seahawks, the “Romeo” fleet is being acquired under a project worth more than A$3 billion ($2.7 billion).

 

“The entire fleet will be delivered incrementally by the end of 2016,” with roles to include anti-submarine and anti-surface warfare, search and rescue and vertical replenishment, says Lockheed.

 

Describing the new model as “a potent maritime combat helicopter,” Rear Adm Tony Dalton, head of the Australian Defence Materiel Organisation’s helicopter systems division, says: “We look forward to sharing in the US Navy’s ongoing technology upgrades and continuing to build upon the proven capabilities” of the new type.

 

Australia’s first MH-60R made its debut flight at Sikorsky’s Stratford site in Connecticut in June 2013 (below), before being transferred to Owego for mission system integration work.

 

Canberra’s current maritime rotorcraft inventory includes 16 S-70Bs built between 1987 and 1989, as recorded by Flightglobal’s Ascend Online Fleets database.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 13:55
Combattants étrangers en Syrie : la Belgique et la France assurent une plus grande coopération au niveau européen ...

... , ainsi qu’avec les Etats-Unis, le Canada et l’Australie

 

5 décembre 2013 rpfrance.eu

 

Le Ministre de l’Intérieur français, Manuel Valls, et la Ministre de l’Intérieur belge, Joëlle Milquet, ont fait le point sur la thématique des combattants étrangers en Syrie et l’impact sur la sécurité intérieure, à l’issue des discussions à ce sujet au Conseil JAI des ministres européens.

 

Les deux Ministres sont revenus sur les conclusions communes de la discussion sur ce thème qui a eu lieu en matinée lors du Conseil JAI, ainsi que sur les résultats et conclusions de la rencontre d’hier au Palais d’Egmont à Bruxelles entre les Ministres de l’Intérieur belge, français, britannique, allemand, néerlandais, espagnol, suédois et danois, ainsi qu’avec les Etats-Unis, le Canada et l’Australie.

 

L’objectif de la réunion d’hier était de procéder à une analyse de la situation, à un échange de vues et d’expériences sur les différentes initiatives, d’évoquer la coopération internationale existante et les mesures qui doivent être prises afin de la renforcer. Cette réunion se situait dans le prolongement de deux autres réunions organisées par les deux Ministres avec leurs homologues européens, le 7 juin et le 7 octobre 2013 sur la même problématique.

 

Les Ministres ont convenu de continuer l’échange d’expériences et de bonnes pratiques (mesures de prévention, mesures à l’égard des personnes qui reviennent de Syrie, infractions et mesures légales applicables, etc.). Ils ont aussi discuté en détails de l’impact d’Internet et des nouveaux médias sur les départs en Syrie. Dans ce cadre, les Ministres se sont mis d’accord pour développer en commun un dialogue avec les grands acteurs d’Internet afin de lutter ensemble contre la radicalisation sur Internet. Une rencontre est prévue au niveau européen durant le prochain semestre. Par ailleurs, les divergences d’approche entre les différents pays concernant le type de contenu légal ou non sur Internet ont été abordées, de même que les mesures pratiques pour améliorer la coopération.

 

La question de l’échange et du partage d’informations a également été abordée. Les Ministres ont convenu de développer une approche plus intégrée de l’échange d’informations, ainsi que de la détection et du suivi des mouvements des djihadistes, dans le respect de la loi. Des travaux se poursuivront dans ce sens au niveau des experts.

 

Les Ministres sont également d’accord sur le besoin d’une plus grande coopération avec les pays tiers les plus concernés, qu’ils aient eux-mêmes un nombre important de citoyens parmi les combattants en Syrie (comme le Maroc) ou que leur territoire constitue un point de passage vers la Syrie (comme la Turquie). Ceci devrait être discuté conjointement avec les Ministres de l’Intérieur des pays concernés. Une rencontre est également prévue dans les meilleurs délais.

 

La discussion au Conseil JAI de ce 5 décembre s’est déroulée quant à elle sur la base de propositions concrètes identifiées par le Coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, qui se rapprochent de celles des Ministres belges et français. Elle faisait suite à une première discussion qui avait eu lieu au Conseil JAI en juin dernier.

 

Dans la foulée des discussions de la veille au Palais d’Egmont, les Ministres belge et français ont insisté sur le besoin d’une adoption rapide d’une nouvelle stratégie européenne sur la lutte contre le radicalisme, une meilleure utilisation du système d’informations Schengen (SIS), une meilleure implication d’Europol dans le partage d’informations, le déblocage des discussions avec le Parlement européen sur la directive relative à la collecte des données sur les passagers (PNR), étudier les possibilités d’échanger les informations entre Etats membres sur les données PNR là où elles sont déjà collectées, des contrôles effectifs aux frontières dans le respect de la législation Schengen, une coopération renforcée entre services de renseignement ainsi que les aspects externes de l’action de l’Union européenne dans ce secteur.

 

La réunion organisée la veille de ce Conseil JAI a permis aux pays européens les plus concernés d’envoyer un message commun et coordonné afin d’accélérer et de renforcer la réponse européenne à une menace pour la sécurité intérieure.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:35
La Jamaïque commande 12 Bushmaster

Le Bushmaster australien en Afghanistan (crédits Ministère de la Défense australien)

 

6 décembre, 2013 Guillaume Belan - FOB

 

Thales Australia vient d’annoncer avoir signé un contrat pour la fourniture de 12 véhicules Bushmaster aux Forces de Défense jamaïcaines.

 

Les véhicules sont tous des versions “transport de troupes”, équipées du système de communication inter-véhicules SOTAS M2, dont les premières livraisons sont prévues en 2015.

 

Cet accord comporte également un contrat de soutien de 5 ans. Les Bushmaster vont remplacer les Cadillac Gage Commando V-150 d’origine américaine, dont une dizaine affiche près de 40 ans d’âge.

 

Thales a déjà franchi le cap des 1000 Bushmaster produits, notamment au profit des forces australienne, hollandaise ou espagnole. La France l’a également considéré un moment pour remplacer une partie de ses VAB. Le succès du Bushmaster est né en Afghanistan, en étant l’un des premiers MRAP particulièrement résistant pour encaisser les effets des mines artisanales.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories