Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 16:50
Exercise Arrcade Fusion. photo UK MoD.jpg

Exercise Arrcade Fusion. photo UK MoD.jpg

 

10 November 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

UK Armed Forces are leading a NATO Land training exercise in the Baltic states, underlining continued support to the region.
 

Exercise Arrcade Fusion, which takes place in Estonia, Latvia and Lithuania, will be led by the Army, accompanied by a small number of supporting personnel from the Royal Navy and Royal Air Force.

Around 1,400 troops from 18 NATO nations will take part in the exercise, which began over the weekend, and runs through November. The UK is committing 800 troops and around 350 Army logistics vehicles.

The UK led exercise will put the Allied Rapid Reaction Corps (ARRC) – the land element of NATO’s new Rapid Reaction Force – to the test. The exercise will help prepare the new force before it becomes operational in 2016.

It will also demonstrate NATO’s capacity to operate in complex environments across the conventional, unconventional and hybrid spectrum of warfare.

Arrcade Fusion reinforces the UK’s continued commitment to the Baltic States. Next year RAF jets will take part in the Baltic Air Policing mission for the 3rd consecutive year while last month, the Defence Secretary announced that the UK will deploy a persistent presence to the Baltic states to provide reassurance and build the capability of their armed forces of the region.

Defence Secretary Michael Fallon said:

This exercise underlines our commitment to the sovereignty of the democratic nations of Eastern Europe.

It builds on our decision to deploy RAF jets and company sized units to the Baltic region.

It will also provide crucial training to ensure the effectiveness of the new Rapid Reaction Force when it launches next year.

Lieutenant General Tim Evans, commander Allied Rapid Reaction Corps, said:

The Allied Rapid Reaction Corps has deployed to the Baltic States on Exercise Arrcade Fusion to improve and refine the way we operate alongside our allies in the region.

The exercise will also assure the public and the governments of the Baltic states that NATO stands ready to support its members when required.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:50
Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

 

8 October 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Michael Fallon has announced persistent UK troop deployments to the Baltic states and increased training for the Ukraine Armed Forces.

 

Speaking at the NATO Defence Ministerial in Brussels today (8 October), Defence Secretary Michael Fallon announced that company sized units will now be deployed to the Baltics and Poland on a regular basis to provide reassurance and training support. The deployed units will build on existing deployments wherever possible.

The move, which will form part of the US-German Transatlantic Capability Enhancement and Training (TACET) initiative, builds on Britain’s contribution to policing Baltic air space. RAF Typhoons have been deployed to the region each year since May 2014 and will return in 2016.

This contribution will benefit the UK in several ways, including building the capacity and capability of our regional allies, enhancing interoperability with our armed forces, maintaining the UK’s regional leadership, reaffirming the UK’s commitment to NATO and collective security, and offering training opportunities and regional knowledge.

The initiative also gives the UK the opportunity to coordinate its deployments with the US and Germany, which demonstrates a clear UK commitment to enhance our bilateral relationships with Germany, and sustains our relationship with the US.

One of the aims of TACET is to coordinate military training and exercises in the Baltic States and Poland, to provide reassurance and develop capability and resilience.

Mr Fallon has also announced an uplift to the number of UK training personnel based in Ukraine and an increase in the capacity to deliver training by a third.

The UK has already stepped up the training programme in Ukraine to include additional infantry, medical and survival skills, and increase the number of Ukrainian soldiers being trained.

We are providing non-lethal assistance that has been requested by the Ukrainian Government to enhance the capability of their armed forces to defend themselves.

19 UK teams have operated in Ukraine to train nearly 1,600 members of the UAF at eight training sites. The operation remains on course to have trained more than 2,000 UAF troops by the end of the financial year.

Defence Secretary Michael Fallon said:

We are committed to supporting the sovereignty of the democratic nations of Eastern Europe. We are already deploying RAF jets to the Baltics and providing crucial training to the Ukrainian armed forces.

Now we will have a more regular drumbeat of troops deploying in the Baltics and Poland, and will step up our training effort in Ukraine.

The UK’s permanent representative to NATO, Sir Adam Thomson, said:

This meeting came at a crucial time for the Alliance. There’s an arc of instability along NATO’s periphery, with new challenges and threats.

Change is already underway in NATO to respond. The Readiness Action Plan is on track. The spearhead force is launched. All Allies are contributing to Assurance Measures - 28 for 28.

And the UK is playing a leading role - as today’s announcement clearly shows. The UK is committed to the defence of our Allies and to projecting stability in NATO’s neighbourhood.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:50
NATO Ministers of Defence - photo NATO

NATO Ministers of Defence - photo NATO

 

08 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan a qualifié jeudi d'escalade inquiétante l'engagement militaire russe en Syrie, exhortant à nouveau Moscou à cesser de soutenir le régime de Bachar al-Assad, et s'est dite prête à défendre chacun de ses membres, y compris la Turquie.

En Syrie, nous avons observé une escalade inquiétante des activités militaires russes, a déclaré son secrétaire général, Jens Stoltenberg, au début d'une réunion des 28 ministres de l'Otan à Bruxelles.

Ceci est particulièrement pertinent au regard des violations récentes de l'espace aérien de l'Otan par des avions russes, a noté M. Stoltenberg après que la Turquie a dénoncé des incursions aériennes russes à la frontière turco-syrienne.

Evoquant les défis rencontrés par l'Otan, tels que la crise en Ukraine ou la menace terroriste, M. Stoltenberg a affirmé devant les ministres que la situation se complique encore avec les actions militaires russes en Syrie.

L'Otan a déployé des missiles Patriot en Turquie pour éviter que le conflit en Syrie ne déborde sur le territoire de cet important allié, mais ces batteries doivent en principe être retirées d'ici à la fin de l'année.

L'Otan est capable et prête à défendre tous ses alliés, y compris la Turquie, contre tout type de menaces, a réitéré le patron de l'alliance.

Parallèlement, M. Stoltenberg a plaidé pour des initiatives afin de trouver une solution politique à la crise en Syrie.

 

- Offensive terrestre -

Prévue de longue date, la réunion des ministres de la Défense de l'Otan est dominée par la guerre en Syrie, même si l'Otan n'y est pas collectivement impliquée.

Elle se tient au moment où les tensions s'accroissent avec Moscou, dont l'intervention militaire a permis à l'armée du président Assad de lancer une vaste offensive terrestre.

Depuis le début le 30 septembre de son intervention militaire en Syrie, la Russie a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n'a pas engagé de troupes au sol.

Ce qui m'inquiète, c'est que les Russes ne visent pas principalement l'EI (l'organisation extrémiste Etat islamique, ndlr) mais qu'ils ciblent d'autres groupes de l'opposition et qu'ils soutiennent le régime, a répliqué M. Stoltenberg.

J'appelle la Russie à jouer un rôle constructif dans la lutte contre l'EI et à ne pas continuer à soutenir le régime al-Assad, car un tel soutien ne constitue pas une contribution constructive à une solution pacifique et durable en Syrie, a-t-il plaidé.

Washington, à la tête d'une coalition qui combat les jihadistes du groupe Etat islamique, a redit mercredi ne pas coopérer avec la Russie sur les bombardements aériens qu'elle mène en Syrie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter les qualifiant d'erreur fondamentale.

 

- Réactivité -

Les ministres doivent également évoquer le renforcement de la réactivité de l'Alliance décidée il y a un an.

Dans ce cadre, le ministre britannique Michael Fallon a annoncé à Bruxelles que Londres avait décidé d'envoyer un petit contingent de militaires dans les Pays baltes. Il s'agit d'un déploiement à long terme, sur une base rotatoire, mais qui n'est pas qualifié de permanent, car cela contreviendrait à l'accord-cadre signé en 1997 par l'Otan et la Russie.

Les ministres devraient en outre approuver la création de deux nouveaux petits quartiers généraux en Slovaquie et en Hongrie, qui s'ajouteront aux six déjà mis sur pied dans d'autres pays d'Europe orientale, rendus inquiets par l'interventionnisme russe en Ukraine.

Enfin, la déterioration de la situation sécuritaire en Afghanistan s'est invitée à l'agenda de la réunion. L'Otan dispose toujours dans le pays de troupes de soutien à l'armée afghane, en principe jusqu'à la fin de 2016.

La ministre allemande Ursula von der Leyen a estimé que les alliés devaient à présent examiner la prolongation de cette mission. Les talibans avaient réussi à s'emparer brièvement de la ville de Kunduz (nord) la semaine dernière, démontrant que l'armée afghane n'était pas encore prête à leur tenir tête.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 16:50
NATO Air Policing: Deutsche Eurofighter fliegen im Baltikum


16 sept. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 09/2015 15E31401

 

Es geht wieder los: Seit September schützen deutsche Jagdflugzeuge für vier Monate den östlichen Luftraum der NATO.
Beim verstärkten Air Policing Baltikum starten Kampfjets von zwei Standorten im Baltikum.
Die 180 deutschen Soldaten, zum großen Teil aus dem Geschwader 31 "Boelcke", sind in Estland stationiert.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:50
Marines: Preparing For A Baltic War

 

September 15, 2015: Strategy page

 

Fear of Russia is creating a new military alliance in northern Europe. Since 2014 Sweden and Finland, while not NATO members, have been training with other Baltic states (Denmark, Norway, Poland, Estonia, Latvia and Lithuania) that are. This year Sweden and Finland participated (along with 15 other nations) in the BALTOPS naval exercise. The 5,600 troops involved were mainly concerned with confirming that everyone’s equipment, procedures and communications worked as needed for joint naval and amphibious operations.

 

One of the things the 2015 BALTOPS was concerned with was defending Gotland; a key Swedish island between Sweden and Latvia. Whoever controls Gotland dominates the eastern Baltic and access to most of the Swedish coastline. BALTOPS planners also examined retaking Gotland if Russia were to seize it, which Sweden sees as an increasing possibility. Sweden now plans to increase the Gotland garrison and build more fortifications.

 

BALTOPS also worked on amphibious operations in the Baltic States (Latvia, Lithuania, Estonia), which are now NATO members and threatened by Russia. Sweden and Finland have long been allies and are increasing their military cooperation and coordination.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 15:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

22/06/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 4 au 20 juin 2015, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme a intégré le dispositif naval des manœuvres OTAN Baltops aux côtés des 50 bâtiments, dont le chasseur de mines tripartite (CMT) Éridan.

 

L’exercice, articulé autour d’un scénario de crise visant à sécuriser et stabiliser la zone, a permis aux 15 nations alliées de contribuer à la mission d’assurance OTAN en mer Baltique. Les opérations menées par la Task Force TF 162, placée sous le commandement du vice-amiral américain James Fogo, avaient pour but d’assurer la liberté de navigation, la fluidité du trafic maritime et de lutter contre le trafic d’armes, en conduisant des exercices conjoints de lutte anti-mines, de lutte anti-sous marine, et de défense aérienne. L’occasion pour les alliés de démontrer leur interopérabilité, toujours plus poussée, à la mer. 

 

Seul ravitailleur de la force, et constitué en Task Group logistique autonome, la Sommea intégré la Task Force TF 162. Pivot d’une composante navale imposante déployée à la mer sur plusieurs semaines, la Somme a démontré l’importance stratégique du soutien pétrolier hauturier en opérations. Elle a ravitaillé onze bâtiments étrangers au cours de ravitaillements à la mer (RAM) doubles, leur délivrant plus de 4 600 m3 de F76 et 100 m3 de F44.

 

Au total, ce sont 15 ravitaillements opérationnels à la mer qui ont été réalisés, soit autant de RAM conduits par la Sommesur les 8 derniers mois. Un beau record pour l’équipage, qui a fait preuve de résilience, de concentration et de professionnalisme de manière continue en enchaînant parfois jusqu’à 17 heures de manœuvres ininterrompues. Ces nombreuses interactions ont permis de consolider l’interopérabilité du ravitailleur avec les marines étrangères, mais aussi de mécaniser et qualifier toujours plus les actions du personnel sur des manœuvres techniques complexes donc dangereuses.

 

 

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Baltops constitue le deuxième volet opérationnel de la mission Beluga 2015 de la Somme. Ce déploiement de deux mois en mer du Nord et en Baltique a débuté pour le BCR en avril dernier avec l’exercice Dynamic Mangoose aux côtés de la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville, où il assurait déjà le ravitaillement opérationnel des unités alliées à la mer. Sur deux mois, la Somme aura ainsi réalisé 35 ravitaillements à la mer et délivré 6 811 m3 de F76.

 

En escale à Kiel du 19 au 24 juin dans le cadre de la clôture de l’exercice, la Somme sera le premier bâtiment de commandement et de ravitaillement français à transiter par le canal de Kiel reliant la Baltique à la Manche, pour rejoindre Brest, où elle accostera le 27 juin.

 

Le vice Amiral James FOGO monte à bord

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Le mercredi 10 juin au soir, le vice-amiral américain James Foggo, commandant de la sixième flotte américaine et commandant de la force de frappe de l’OTAN a embarqué à bord de la Somme pour assister au ravitaillement à la mer de nuit avec l’USS San Antonio .Francophile et francophone, il s’est adressé à l’équipage à la diffusion générale et lui a transmis ses félicitations pour le soutien pétrolier et logistique intense apporté lors de l’exercice Baltops. L’occasion pour le vice-amiral Foggo de rappeler qu’au même moment, l’Hermione, copie de la célèbre frégate du Général Lafayette, faisait escale aux États-Unis. Un clin d’œil sur la longue coopération militaire unissant la France aux États-Unis,  nécessaire à la défense de valeurs communes aux deux côtés de l’Atlantique.

Depuis l’aileron jusqu’au PC Cargaison, l’amiral s’est montré très impressionné par le professionnalisme de l’équipage et la fluidité avec laquelle les manœuvres de ravitaillement à la mer ont été conduites.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 12:50
BALTOPS 2015: A Show of Force in the Baltic Sea


20 juin 2015 by NATO

 

Ships, planes, and hundreds of Marines attacked a beachfront off the Baltic Sea this week. This impressive show of force is part of BALTOPS 2015 - an annual US-led NATO exercise designed to enhance flexibility and interoperability, and demonstrate the resolve of allied and partner forces to defend the Baltic region.

Thousands of military personnel take part in this multinational exercise involving 49 ships, 61 aircraft, 1 submarine, and a combined landing force of 700 troops. 17 NATO Allies and partner nations participated in BALTOPS 2015, which took place in Poland, Sweden, Germany, and throughout the Baltic Sea.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
NATO Luftraumüberwachung: Im AWACS ins Baltikum


28 mai 2015 Quelle: Redaktion der Bundesdwehr 05/2015  15E15401

 

Das große kreisrunde Radar auf dem Dach ist das Markenzeichen das AWACS. Wir waren bei einer Mission des NATO - Überwachungsflugzeugs mit an Bord und zeigen, wie das Innenleben des mit Elektronik vollgepackten Jets.


Das Missionsziel: der östliche NATO Raum.

Musik: Into Battle, B. Bradley, T. Balmforth, Universal

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:50
A26 submarine - credits : Saab-Kockums

A26 submarine - credits : Saab-Kockums

 

March 20, 2015 By Gerard O'Dwyer – Defense News

 

HELSINKI — The Swedish government's approval of $700 million in new funding to bolster naval capacity forms part of a wide-ranging capital investment plan to significantly advance the military's surface warship presence in the Baltic Sea and submarine hunting capabilities.

The special funding is intended to be used by the Navy for core investment programs in 2016-2020.

In its funding proposal, the Armed Forces Command (AFC), envisaged a more expansive naval-strengthening plan costing up to $2 billion. The government's response has been to announce the purchase of two new A26-class submarines. The capital budget earmarked for the A26-class submarine acquisition amounts to $950 million.

Saab-Kockums, which signed in June 2014 a letter of intent covering the A26's design and development, is expected to secure the contract and deliver the two submarines by 2022.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 12:50
Place de la coopération régionale dans la démarche stratégique de la Lituanie


18/03/2015 Živilė KALIBATAITĖ -  IRSEM

 

En quelques pages seulement, les Fiches de l'IRSEM présentent l’état de l’art synthétique d’une question précise pour en indiquer les principaux débats, animateurs et enseignements.

 

La place de la coopération régionale dans la démarche stratégique d’un petit État européen. Le cas de la Lituanie.

 

Fiche de l'IRSEM n°37 - 2015

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 21:50
photo Lithuania MoD

photo Lithuania MoD

 

March 17, 2015 Defense News (AFP)

 

VILNIUS, Lithuania — Berlin will send more than 500 troops to Lithuania for military exercises this year to underscore its NATO commitments amid tensions with Russia, the Baltic state's defence ministry said Tuesday.

 

A company of soldiers will be deployed to the formerly Soviet-ruled Baltic state from April to July, and separate units will arrive for exercises in July and November, the ministry said in a statement.

 

Defence Minister Juozas Olekas, who discussed the plan with visiting German Gen. Joerg Vollmer, said deployments were "a demonstration of NATO solidarity."

 

"Our allies are ready to fulfill the obligation to boost Lithuania's security together with us," Olekas told AFP.

 

Russia's alleged intervention in Ukraine has jangled nerves in Lithuania and fellow Baltic states Estonia and Latvia, which joined NATO in 2004 after regaining independence from the crumbling USSR in 1990-91.

 

A series of exercises by Russia in the Baltic region has stoked concern that the Kremlin could try to destabilize it to test NATO.

 

The United States has deployed around 600 troops in the Baltic states and Poland, and NATO agreed to set up command centers in the region this summer.

 

Another several hundred airmen from Italy, Poland and Spain are deployed in NATO air policing patrols at bases in the alliance's Baltic members bordering Russia.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 17:40
 Photo Malek Azoug – MIL.be

Photo Malek Azoug – MIL.be

 

16/03/2015 Kurt Verwilligen –MIL.be

 

Les F-16 belges qui concourent à la surveillance du ciel de la Baltique à partir de la base polonaise de Malbork depuis le début de cette année ont déjà intercepté trois avions russes. Ceci a été déclaré par le ministre de la Défense lors de sa visite au détachement EAPM.

 

L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie (Etats baltes) ne possèdent pas d’avions de chasse. C’est pourquoi, les Etats-membres de l’OTAN assurent à tour de rôle la surveillance de leur espace. L’OTAN a réparti les avions de chasse nécessaires sur trois bases dont celle de Malbork au nord-est de la Pologne. Depuis le début de cette année, quatre avions de chasse belges opèrent depuis celle-ci. Une cinquantaine de militaires y sont également déployés en soutien.

 

Cet investissement démontre le rôle important que jouent nos avions. En plus des vols quotidiens d’entraînement, les appareils belges ont effectué six vols d’interception sur, notamment, trois appareils russes.

 

Malbork n’a pas été choisie au hasard. Elle se situe à proximité de l’enclave de Kaliningrad, à peine à soixante kilomètres de la mer Baltique. Une semaine sur deux, nous sommes de permanence pour la Quick Reaction Alert (QRA). Cela signifie que sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, deux pilotes et une équipe technique sont prêts à réagir. À la moindre alerte, ils doivent décoller au plus vite afin d’identifier un éventuel avion inconnu entré dans l’espace aérien de l’OTAN.

 

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput est venu personnellement vérifier la situation le 11 mars. Il a visité les installations du détachement de Malbork. Au cours de cette visite, il a également été informé en détail des missions effectuées par nos pilotes.

 

Les avions russes n’échappent pas à la vigilance belge

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 18:40
Ukraine: Kiev confirme le retrait de la majeure partie des armes lourdes dans l’Est

 

10 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le président ukrainien Petro Porochenko a confirmé le retrait de la majeure partie des armes lourdes dans la zone de conflit dans l’est de l’Ukraine, y compris du côté des séparatistes prorusses, alors que Londres accusait mardi la Russie de « saper » la sécurité en Europe de l’est.

 

« La partie ukrainienne a retiré la majorité de ses systèmes de lance-roquettes multiples et de son artillerie lourde » conformément aux accords de paix Minsk 2, a déclaré le président Porochenko dans une interview à la télévision publique ukrainienne diffusée tard dans la nuit de lundi à mardi.

« Nous constatons que les rebelles soutenus par la Russie ont également retiré une partie considérable » de leurs armes lourdes, a poursuivi le chef de l’État.

Kiev et les Occidentaux accusent Moscou d’armer les séparatistes et d’envoyer ses troupes en Ukraine, ce que la Russie nie farouchement malgré les nombreux témoignages de soldats russes publiés par des médias.

Le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond devait réitérer ces accusations tout en accusant le président russe Vladimir Poutine de « saper » la sécurité des nations d’Europe orientale, dans un discours attendu dans la journée et dont des extraits ont été publiés à l’avance.

« Nous sommes à présent confrontés à un dirigeant russe enclin non à se joindre au système international fondé sur des règles, qui préservent la paix entre les nations, mais à le saper », devrait déclarer M. Hammond selon le texte de ce discours.

« Les actions du président Poutine – l’annexion illégale de la Crimée (en mars 2014, ndlr) et actuellement l’utilisation de troupes russes pour déstabiliser l’est de l’Ukraine – sapent fondamentalement la sécurité des nations souveraines de l’est de l’Europe », affirme M. Hammond.

 

3.000 soldats américains aux pays Baltes

Le discours virulent du chef de la diplomatie britannique contre la Russie intervient alors que l’Otan prépare d’importantes manoeuvres en Lettonie, Lituanie et Estonie.

Le Pentagone a ainsi annoncé lundi que les États-Unis avaient commencé à déployer 3.000 soldats et des équipements pour trois mois dans les trois pays baltes.

Ce déploiement s’inscrit dans le cadre de l’opération « Atlantic Resolve » lancée par les Etats-Unis dans le cadre de l’Otan pour rassurer les pays membres et alliés de l’Alliance face à la Russie.

En Ukraine, le président Porochenko a fait état d’un respect global de la trêve, en vigueur depuis le 15 février, malgré des hostilités sporadiques.

« Le long des 485 kilomètres de la ligne de front, il n’y a plus de tirs d’artillerie, sauf au niveau de quelques localités. En revanche, des armes à feu et des lance-grenades sont utilisés » plus fréquemment, a fait valoir le chef de l’Etat dans son interview.

Malgré ces signes de stabilisation, la tension demeure vive dans plusieurs points chauds de la zone de conflit, qui a fait plus de 6.000 morts en onze mois.

Selon M. Porochenko, 64 soldats ukrainiens ont été tués dans l’Est depuis le 15 février, malgré le cessez-le-feu.

Mardi, le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko a affirmé que neuf soldats avaient été blessés au cours des dernières 24 heures.

L’armée ukrainienne a accusé les rebelles d’avoir effectué dans la nuit des tirs à l’artillerie lourde sur leurs positions dans plusieurs villages situés à proximité du fief séparatiste de Donetsk.

Dans le village de Chirokiné, à une dizaine de kilomètres du port de Marioupol, dernière grande ville de l’Est rebelle encore contrôlée par Kiev, des combats aux chars ont eu lieu lundi, selon l’armée ukrainienne.

La prise de Marioupol, que les séparatistes ont à maintes reprises désigné comme leur prochaine cible, serait une étape clé dans la création d’un pont terrestre entre la Russie et la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée il y a un an par Moscou, mais très dépendante de l’Ukraine pour ses besoins en eau et en électricité.

« Ces actes agressifs (…) témoignent une nouvelle fois de la volonté des terroristes de poursuivre les hostilités et de ne pas permettre un règlement » du conflit dans l’est, a souligné l’armée ukrainienne dans un communiqué.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 11:50
Abrams Tanks arrive in Latvia--ready for Operation Atlantic Resolve photo US DoD

Abrams Tanks arrive in Latvia--ready for Operation Atlantic Resolve photo US DoD

 

9 mars 2015 45e Nord.ca (AFP)

 

Les Etats-Unis ont commencé à déployer 3.000 soldats pour trois mois de manœuvres dans les pays baltes, dans le cadre de l’opération Atlantic Resolve destinée à rassurer les pays de la région face à la Russie, a indiqué lundi le Pentagone.

 

Près de 750 véhicules et équipements sont arrivés par bateau à Riga pour ces manœuvres qui dureront 90 jours, a précisé le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Les équipements comprennent notamment des chars Abrams, les véhicules de combat Bradley et les véhicules Humvees, selon des indications données sur place à l’AFP par le général John O’Connor, chargé du transport des équipements.

Des hélicoptères font également partie du matériel envoyé pour ces manœuvres, a précisé le colonel Warren.

Selon une source militaire américaine, les équipements sont prévus pour rester sur place après le retour dans leurs quartiers des soldats participant aux manœuvres.

Ils resteront tant que ce sera nécessaire pour dissuader la Russie d’une agression, a précisé de son côté le général O’Connor.

L’opération Atlantic resolve (Détermination atlantique) désigne toutes les initiatives militaires prises après le début de la crise ukrainienne par les Etats-Unis, dans le cadre de l’Otan, pour rassurer les pays membres et alliés de l’organisation atlantique face à la Russie.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 16:55
"L'Europe doit redevenir une puissance dure" - Tribune de Dominique Moïsi *

 

27 février 2015 par Dominique Moïsi * - Tout Un Monde

 

Alors que les menaces s’accumulent et se rapprochent de ses frontières, au sud comme à l’est, l’Europe va-t-elle prendre conscience, qu’elle est en première ligne et doit assumer elle-même la responsabilité principale de sa défense ? Autrement dit, peut-elle se penser et se vouloir comme une « puissance dure », pour faire référence à l’expression du professeur de Harvard, Joseph Nye ?

 

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte de la Guerre froide, les pays européens à l’ouest – à l’exception notable de la France et de la Grande- Bretagne – avaient totalement délégué leur sécurité aux États-Unis, dans le cadre de l’Otan. Un choix qui s’avéra judicieux. La guerre resta froide et le système soviétique s’écroula sur lui-même, victime de ses contradictions.

 

    Mais rien n’est plus trompeur et dangereux que le succès. Bercée par l’illusion que les questions de sécurité appartenaient à un âge révolu – les guerres balkaniques n’étaient qu’un anachronisme – l’Union européenne se projeta très vite dans un monde postmoderne, dont elle se voyait comme l’éclaireur et le modèle.

 

    L’Europe disposait, pour garantir sa sécurité, de trois cartes. La première, l’Amérique – que l’on pouvait critiquer ou dénoncer à loisir –, demeurait une forme ultime d’assurance-vie. La deuxième, celle de l’élargissement, s’était révélée particulièrement efficace au début du XXIe siècle, en agissant par capillarité.

 

    « Vous voulez rejoindre notre club de paix et de prospérité ? Comportez-vous bien. » Mais cette politique, qui fonctionna dans les Balkans et en Europe centrale, ne pouvait servir de modèle universel. L’Union ne pouvait avoir pour ambition d’intégrer en son sein, par vagues successives, tous les pays qui, de près ou de loin, l’entouraient.

 

Suite de la tribune

 

* Dominique Moïsi, chroniqueur à Ouest-France, est Conseiller Spécial de l'IFRI, l'Institut français des relations internationales

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:50
La Lituanie va rétablir le service militaire obligatoire, craignant la Russie

Des soldats lituaniens subissent un entraînement aux opérations en zone urbaine, au centre international d’entraînement aux opérations de maintien de la paix, près de Yavoriv (Ukraine), le 14 septembre 2013, dans le cadre de l’exercice Maple Arch 2013 (caporal-chef David McCord/Affaires publiques/Armée de terre/5e Division canadienne)

 

24 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

La Lituanie va rétablir temporairement le service militaire obligatoire, vu l’actuel environnement géopolitique, a indiqué mardi la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite, alors que ce pays balte craint le grand voisin russe, son ancienne puissance dominante.

 

Nous devons rétablir temporairement le service militaire obligatoire, a déclaré la présidente après une réunion d’urgence du Conseil national de défense. L’actuel environnement géopolitique requiert un renforcement et une accélération du recrutement pour l’armée, a-t-elle ajouté.

 

Le projet, qui doit encore obtenir l’approbation du parlement, prévoit un appel sous les drapeaux limité à 3.500 hommes par an, âgés de 19 à 26 ans, pour une période de neuf mois.

 

Les premiers conscrits devront se présenter dans les casernes cet automne.

 

La Lituanie avait abandonné le service militaire obligatoire en 2008, quatre ans après son adhésion à l’Otan. Son armée de métier compte actuellement 8.000 hommes, à qui s’ajoutent quelque 4.500 réservistes.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 11:50
Londres va envoyer des soldats en Ukraine

 

24/02/2015 Par Le Figaro.fr (Reuters)

 

Londres va envoyer des soldats en Ukraine pour entraîner et conseiller l'armée ukrainienne, a annoncé le premier ministre britannique, David Cameron alors que le cessez-le-feu avec les séparatistes prorusses n'est toujours pas parfaitement respecté.

Interrogé par une commission parlementaire, le premier ministre britannique a ajouté que les pays occidentaux se doivent de tenir tête à Moscou en Ukraine sous peine de voir la Russie chercher par la suite à déstabiliser la Moldavie et les républiques baltes.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 17:50
EDA Chief Executive visits Lithuania

 

Vilnius - 17 February, 2015 European Defence Agency

 

Mr Marijus Velička, Vice-Minister of Defence and Jorge Domecq, Chief Executive of the European Defence Agency (EDA) met in Vilnius today to discuss Lithuania’s participation in Agency projects as well as the role of EDA in fostering European defence cooperation.

 

The meeting in Lithuania was the second of Jorge Domecq’s visits to every EDA Member State in order to exchange views with defence ministers and explore ways in which EDA could further support national efforts.

 

After the meeting, Mr. Marijus Velička stated: "Evolving security challenges demand for more responsibility from the European nations, and no doubt - the European Defence Agency is one of the most visible players in the European defence arena. Lithuania is directly interested in Europe with credible military capabilities and self-sufficient crisis management tools, therefore we fully share the thoughts of newly appointed EDA's Chief Executive to foster the improvement of European defence capabiities. My country is planning to double its defence spending by 2020 and we see much added value in common initiatives between Lithuania and EDA. The Agency's priorities presented by Mr Domecq are fully supported in Vilnius. Moreover, Lithuania is planning to join most of them in the near future."

 

Great expectations

Jorge Domecq, EDA Chief Executive, also shared his impressions on the meeting: “I am very pleased that one of my first visits as EDA Chief Executive has been to Lithuania. We have had a substantive exchange of views on the current state of European defence cooperation and expectations for the next European Council discussion on defence matters. Tomorrow’s informal meeting of defence ministers in Riga, and the EDA ministerial Steering Board in May will be important in terms of preparing the contribution of defence ministers to the European Council. I took the opportunity to reaffirm that the Agency offers a flexible approach to defence cooperation This allows all Member States, irrespective of their size, to take full advantage of the Agency  and of the added-value we can provide. A recent successful example is the joint procurement initiative of anti-tank ammunition that the Agency administered on behalf of the Baltic countries, the Czech Republic and Poland. We are ready to support more value for money cases like this."

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:50
Eurofighter Typhoon espagnol, ou C.16 - Photo Ejercito del Aire

Eurofighter Typhoon espagnol, ou C.16 - Photo Ejercito del Aire

 

21 Janvier 2015 defens-aero.com

 

Depuis plusieurs mois, à tour de rôle, les forces aériennes des pays membres de l'OTAN prennent la permanence opérationnelle afin d'identifier et d'intercepter les appareils qui survoleraient les pays baltes (Lettonie, Estonie, et Lituanie), étant donné que ces états ne disposent pas d'une force aérienne. Bien que la mission Baltic Air Policing soit mise en place depuis 2004, elle a été renforcée depuis le mois d'Avril après la crise de Crimée, avec la mise en place de plusieurs plots de permanence opérationnelle, et non d'un seul, lorsque les relations avec la Russie étaient apaisées.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 21:40
NATO sending spy planes near Russia practically every day, Russians complain

 

December 17, 2014 David Pugliese

 

There has been a number of articles citing NATO concerns about Russian overflights and surveillance flights. Now the Russians appear to be pushing back, pointing out that the issue is a two-way street.

Russia’s air force commander accused the United States and its NATO allies of provoking confrontation over the Baltic Sea by sending spy planes near the Russian border “practically every day,” writes Carol J Williams of the LA Times.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 13:50
Air Policing - Luftraumüberwachung im Baltikum

16 déc. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 12/2014 14E29801

Seit September 2014 befindet sich die Bundeswehr mit vier Eurofightern auf dem estländischen Luftwaffenstützpunkt in Ämari. Vier Monate lang unterstützen die Soldaten mit vier Luftfahrzeugen bei der Luftraumüberwachung im baltischen Luftraum. Dabei muss sicher gestellt sein, dass die Piloten im Falle eines Alarmstartes innerhalb von 15 Minuten in der Luft sein können. Hierfür wird für 24 Stunden – 7 Tage die Woche eine Bereitschaft von Wartungstechnikern und Piloten bereitgestellt.

Musik: High Heels von JC Lemay (Universal Music)

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 12:50
Security situation in the Baltic Sea - SEDE

 

21-11-2014 SEDE

 

On 20 November the Subcommittee exchanged views with Airis Rikveilis , Defence Counsellor to NATO and the EU, Latvia and Tomasz Szatkowski, President of the National Centre for Strategic Studies, Poland, on the security situation in the Baltic Sea basin.
 
 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 07:50
Le secrétaire général de l'Otan cherche à rassurer les pays baltes

 

Tallinn, 20 nov 2014 Marine & Océans (AFP)

 

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a commencé jeudi une tournée éclair en Estonie, en Lettonie et en Lituanie destinée à rassurer ces petits pays membres de l'Otan, inquiets du comportement de la Russie dans le conflit ukrainien.

 

"L'Otan est là pour protéger et défendre l'Estonie", a-t-il dit sur la base aérienne d'Ämari (nord), où il a rencontré le Premier ministre estonien Taavi Roivas, ainsi que des militaires américains, allemands et estoniens.

 

Il a notamment félicité Tallinn pour avoir dépensé 2% de son PIB pour la défense, la donnant en exemple aux autres membres de l'Alliance, et rappelant "son rôle de leader dans le renforcement de la cyberdéfense". L'Estonie est considérée comme un des pays les plus avancés dans le développement de technologies numériques. Elle accueille cette semaine Cyber Coalition 2014, le plus grand exercice cybernétique dans l'histoire de l'Otan.

 

M. Stoltenberg a évoqué aussi l'augmentation du nombre de vols d'avions militaires russes autour de l'Estonie et d'autres pays de l'Otan. "Nous avons eu plus de 100 interception (d'avions russes), ce qui est le triple de l'année dernière", a-t-il dit.

 

Interrogé sur la vente de deux navires de guerre Mistral français à la Russie, M. Stoltenberg s'est abstenu de tout commentaire. "L'Otan de vend pas de matériel militaire, ce sont les Etats qui le font. Ce n'est pas à l'Otan de décider comment ils doivent conduire leurs affaires", a-t-il dit.

 

Il devait se rendre jeudi après-midi à Riga et visiter la Lituanie vendredi.

 

A Riga, il suivra de près la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe Victoria Nuland, qui s'y est arrêtée en route pour l'Ukraine pour accompagner le vice-président Joe Biden. Elle y a déclaré que les Etats-Unis "attendaient toujours de voir l'engagement de la Russie et des séparatistes" à appliquer les accords de Minsk, citant "un vrai cessez-le-feu sur la ligne de contact, la fermeture de la frontière internationale et le retrait des forces étrangères" du territoire ukrainien.

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:50
OTAN : deux avions en missions


14/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 13 novembre 2014, un avion Awacs et un Falcon 50 Marine français ont effectué des missions de surveillance aérienne au-dessus de la Roumanie et de la Baltique.

 

Ces missions s’inscrivent dans le cadre des mesures dites de « réassurance » décidées par l’OTAN au profit des alliés d’Europe centrale et du Nord depuis le début de la crise ukrainienne. Au titre de ces mesures, un avion de patrouille maritime Falcon 50 de la Marine nationale, est déployé depuis le 2 novembre à Gdynia, au Nord de la Pologne, pour participer à la surveillance du trafic maritime en mer Baltique.

 

Un avion Awacs de l’armée de l’air a par ailleurs effectué une nouvelle mission de surveillance aérienne au-dessus de la Roumanie. Les Awacs effectuent depuis le mois d’avril des missions régulières de surveillance des espaces aériens roumain et polonais. Avec ce vol, 29 missions de surveillance, en Pologne et en Roumanie ont ainsi été réalisées au départ de la base aérienne d’Avord.

 

Voir notre dossier : La France au cœur des mesures de réassurance

 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 16:50
La Bundeswehr n'a pas les moyens de ses ambitions

 

05/09/2014 Par David Philippot – LeFigaro.fr

 

Pour Henning Otte (CDU) «la crise en Crimée a rendu la situation géopolitique plus instable. Nous devons nous adapter aux nouvelles menaces et cela passe obligatoirement par une hausse du budget de la Défense».

 

L'Allemagne livre gilets pare-balles et grenades aux Kurdes, veut envoyer 150 hommes dans les pays Baltes et participe à 18 opérations extérieures, de l'Afghanistan aux côtes somaliennes, en passant par la Turquie. Mais la Bundeswehr peine à suivre le rythme de ces engagements et le gouvernement se déchire sur une hausse des dépenses militaires. Pour Henning Otte, spécialiste de ces questions à la CDU, «la crise en Crimée a rendu la situation géopolitique plus instable. Nous devons nous adapter aux nouvelles menaces et cela passe obligatoirement par une hausse du budget de la Défense». «Sept milliards d'euros par an d'investissements», calcule son collègue Florian Hahn (CSU). En pleine restructuration après l'arrêt de la conscription, la Bundeswehr est pourtant invitée à suivre le chemin inverse. De 32,8 milliards d'euros cette année, son budget est prévu à 32,1 en 2016. La première économie d'Europe, avec 1,3 % de son PIB pour la Défense, est bien loin de l'objectif de 2 % du PIB fixé par l'Otan. L'objectif d'Angela Merkel est un budget équilibré en 2015, «le premier depuis 45 ans». Comme le rapporte Der Spiegel, l'ex-ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer a lâché ce commentaire: «Ça n'est pas avec un budget à l'équilibre qu'on va impressionner Poutine.» Toute demande de crédits supplémentaires est donc taboue.

 

«Dépenser mieux»

 

Pourtant, pour Berlin, «l'indifférence n'est plus une option», comme le soulignait en début d'année Ursula Von der Leyen. La ministre de la Défense voulait marquer la rupture avec la doctrine de neutralité du précédent gouvernement, symbolisée par le fiasco du veto allemand contre la guerre en Libye au Conseil de sécurité. Mais voilà, l'intendance ne suit pas. Un document de l'armée de l'air dresse un état des lieux catastrophique: sur les 109 Eurofighter de la Luftwaffe, seuls 8, épargnés par les pannes et le manque de pièces détachées, sont en état de voler. Sur 33 hélicoptères de transport NH90 et 56 avions Transall, seuls 5 hélicos et 21 avions sont opérationnels. Le Parti social-démocrate pousse aussi aux économies: «Il ne faut pas dépenser plus, mais dépenser mieux.» Un débat qui illustre la schizophrénie sur le sujet: 58 % des Allemands veulent plus d'engagements extérieurs, mais 58 % refusent le déploiement de soldats à l'Est ou la livraison d'armes aux Kurdes.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories