Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 19:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air


16/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis le 9 décembre 2015, les équipages français ont réalisé 54 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 45 de bombardement sur des objectifs planifiés ou d’opportunité et 2 de recueil de renseignement. 22 objectifs de Daech ont été détruits.

 

Appui au sol

11 frappes d’appui au sol (close air support) ont été réalisées.

  • En Irak, la force Chammal a concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans les régions de Mossoul, Tall Afar, et Ramadi. Les équipages des Rafale et des Mirage 2000 ont ainsi effectué 9 frappes, dont 4 dans la seule journée du 9 décembre.
  • 2 frappes ont par ailleurs été réalisées dans les régions de Sinjar, et Falloujah.

 

Frappes sur des objectifs planifiés

Un raid a été conduits sur un objectif planifié.

Le 15 décembre 2015 dans la région d’Al Qaim en Irak, les Mirage 2000 et le Rafale ont frappé un site de Daech servant à la fois de quartier général, de centre d’entraînement et de dépôt de logistique. Lors de ce raid, la force Chammal a frappé avec des missiles de croisière SCALP pour la première fois depuis le lancement de l’opération.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
Mirage 2000N engagé dans l'opération Chammal armé de quatre GBU12 - photo EMA Armée de l'air

Mirage 2000N engagé dans l'opération Chammal armé de quatre GBU12 - photo EMA Armée de l'air

 

04.12.2015 par T.L. - JDD

 

Selon Le Monde, la France, qui a largement augmenté sa fréquence de frappes contre l'Etat islamique depuis les attentats de Paris, manque de munitions et a dû en commander en urgence.

 

Le porte-avions Charles-de-Gaulle a permis à la France de démultiplier sa force de frappe en Syrie et en Irak. (Reuters)

L'intensification des frappes contre Daech pose un problème de taille à la France. Selon Le Monde, le ministère de la Défense a été contraint "de commander en urgence des munitions aux industriels américains qui les fabriquent – quelques centaines de bombes guidées GBU." Paris risque en effet de faire face rapidement à un déficit de munitions. Selon le quotidien, la France participe désormais à 20% des frappes totales de la coalition contre le groupe terroriste, contre 5% avant les attentats de Paris, les Etats-Unis assurant toujours la majeure partie des frappes.

60 bombes en 3 jours sur Raqqa

Au lendemain des attaques du 13 novembre, les Américains ont livré des objectifs précis à la France pour lui permettre d'intensifier ses frappes le plus rapidement possible. "Le porte-avions Charles-de-Gaulle a fait passer ponctuellement le nombre de chasseurs engagés de 12 à 38", rappelle par ailleurs Le Monde. La France a concentré ses frappes sur Raqqa, le fief de l'EI, depuis trois semaines. Une dizaine d'avions y ont largué environ 60 bombes les 15, 16 et 17 novembre.

Toujours selon Le Monde, "Rafale et Mirage 2000 ont largué 680 bombes depuis le début de l’opération 'Chammal' en septembre 2014". Elle auraient fait "un millier" de morts dans les rangs de l'Etat islamique. François Hollande s'est rendu vendredi sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. Accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, il a notamment rencontré des pilotes de chasse de retour de mission.

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 21:30
Décollage d'une patrouille de Mirage 2000 - photo EMA -  Armée de l'Air

Décollage d'une patrouille de Mirage 2000 - photo EMA - Armée de l'Air

 

03/12/2015 Sources : Armée de l'air/EMA

 

Le mercredi 02 décembre 2015 en début d’après-midi, des avions de chasse français ont frappé un site de stockage d’armement et de fabrication d’engins explosifs improvisés (IED) exploité par Daech dans la région de Tall Afar en Irak.

 

Le raid a été conduit par des Mirage 2000 qui ont décollé de la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie. L’objectif ciblé a été détruit.

 

C’est la deuxième fois en 48h00 que la force Chammal participe à des frappes sur des sites dans lesquels Daech assemble les engins qui lui permettent de conduire des attaques kamikazes et de piéger les routes. L’objectif est donc d’affaiblir Daech en visant ses capacités militaires.

 

Ce raid s’inscrit dans la phase d’effort de la coalition destinée à consolider le contrôle de l’axe logistique permettant de relier Mossoul à la Syrie.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie. La force Chammal assure la formation des forces irakiennes qui combattent Daech en Irak ; elle frappe l’organisation terroriste avec ses moyens aériens en Irak et en Syrie.

 

La force est composée de douze chasseurs de l’armée de l’air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N), d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et depuis le 23 novembre 2015, du groupe aéronaval (GAN). Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale.

 

Si nécessaire, le dispositif Chammal peut être soutenu par des moyens de ravitaillement (C135 FR) ou de contrôle aérien (E-3F).

 

Pour en savoir plus sur l'opération Chammal

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

02/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le lundi 30 novembre 2015 en début de soirée, les chasseurs français de l’opération Chammal ont participé à un raid au-dessus de l’Irak. Situé dans la région d’Al Qaim, l’objectif visé était un site industriel utilisé par Daech pour le stockage d’explosifs et l’assemblage d’engins explosifs improvisés (IED).

 

Des Mirage 2000 de la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie et des Super Etendard du porte-avions Charles de Gaulle, ont été engagés dans ce raid mené conjointement avec des aéronefs de la coalition. La mission a duré près d’1 heure.

 

L’installation visée était utilisée par Daech comme lieu de stockage de matières explosives et de fabrication à grande échelle d’IED et de voitures piégées (VBIED). Ce sont de tels engins explosifs qui permettent à Daech de conduire notamment des attaques kamikazes et des attentats à la voiture piégée. En frappant ce type d’objectif, la coalition cherche donc à détruire les capacités militaires du groupe terroriste.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie. La force Chammal assure la formation des forces irakiennes qui combattent Daech en Irak ; elle frappe l’organisation terroriste avec ses moyens aériens en Irak et en Syrie. La force est composée de douze chasseurs de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N), d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et depuis le 23 novembre 2015, du groupe aéronaval (GAN) - PA Charles de Gaulle, FDA Chevalier Paul, FASM La Motte Piquet, PR Marne, frégate Belge Léopold Ier - dont le groupe aérien embarqué est composé de 18 Rafale Marine, 8 Super étendard modernisés, 2 Hawkeye, et d’hélicoptères. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif Chammal peut être soutenu par des moyens de ravitaillement (C135-FR) ou de contrôle aérien (E3F).

Repost 0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 19:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

26/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

En soutien des forces irakiennes, la coalition poursuit ses efforts visant à affaiblir les capacités militaires de Daech, appuyer les forces engagées au sol contre ce groupe terroriste et tarir leurs sources de financement.

 

En Irak, après les avancées de la semaine dernière, les lignes de front se sont stabilisées. À Sinjar, après avoir pris le contrôle de l’axe logistique principal entre Mossoul et la frontière syrienne la semaine dernière, les forces irakiennes se sont attachées à renforcer leurs positions. Les troupes irakiennes tiennent fermement la ville de Baïji et continuent d’encercler Daech à Ramadi où la coalition concentre ses frappes aériennes. À Mossoul, le groupe terroriste se maintient en position défensive.

 

En Syrie, la coalition continue d’affaiblir les structures de commandement, de formation et de financement de Daech. L’effort est porté sur la région de Raqqah.

 

Concernant l’appui apporté par l’armée française, la semaine a été marquée par les premières frappes du Groupe aéronaval (GAN) contre Daech en Syrie et en Irak. Cinq jours après son appareillage, et après une phase de montée en puissance accélérée, l’engagement des aéronefs du GAN depuis la Méditerranée orientale a permis d’intensifier les frappes menées par la force Chammal contre Daech depuis le 15 novembre 2015. Les capacités d’action de l’armée française au Levant ont été triplées. En une seule journée, le 23 novembre, 22 sorties ont ainsi été réalisées, multipliant par quatre l’activité aérienne moyenne réalisée dans le cadre de l’opération Chammal. Cette journée est également symbolique car la force Chammal a effectué sa 300efrappe en Irak à Ramadi.

 

Depuis le 15 novembre, 106 sorties aériennes ont été réalisées dont 15 vols de renseignement (ISR), 5 missions de contrôle et coordination aérienne (C2), 86 reconnaissances armées. Au bilan, la force Chammal a délivré 20 frappes contre Daech dont 7 en Syrie sur les postions que les combattants terroristes contrôlent.

Repost 0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

26/11/2015 Armée l'air

 

Les 21 et 22 novembre 2015, le général André Lanata, chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA), s'est déplacé sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie pour rendre visite aux militaires déployés au profit l'opération Chammal. Il était accompagné du général de corps aérien Jean-Jacques Borel, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (COMDAOA).

 

À cette occasion le CEMAA est allé à la rencontre du personnel dans les différents services et ateliers de travail. Il s’est alors entretenu avec un grand nombre d’aviateurs, prenant le temps de les écouter et d'échanger avec eux. Les infrastructures, les missions aériennes, les capacités opérationnelles et humaines lui ont ensuite été présentées. À l’occasion d’une table ronde, le CEMAA a répondu aux interrogations des aviateurs. Sur le tarmac, il est allé accueillir les équipages d'une patrouille de Mirage 2000 qui venaient de délivrer une frappe, quelques minutes plus tôt, en appui aérien aux forces irakiennes.

 

Le général Lanata a salué le travail remarquable de l’ensemble du personnel, notamment depuis les attentats funestes du vendredi 13 novembre à Paris. En effet, la BAP a participé, avec ses six Mirage 2000, à l’intensification des raids contre Daech en Syrie. En parallèle, les équipages continuent de réaliser des missions de soutien aérien aux forces irakiennes engagées au contact direct de l’ennemi.

 

Le CEMAA est venu apporter tout son soutien et celui de l'armée de l'air aux militaires projetés qui constituent la première ligne de défense, le bras armé de la nation, face au groupe terroriste Daech. Il a d’ailleurs salué le niveau exceptionnel de performance et d'engagement des aviateurs dans l'opération Chammal. À la fin de son discours, la Marseillaise a été entonnée par l’ensemble des militaires avec une résonance toute particulière au lendemain des attentats parisiens.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 20:30
Frappes de l'Armée française sur le fief de Daech en Syrie

17 nov. 2015 Ministère de la Défense

Le 15 novembre 2015 à 19h50 et 20h25 et le 17 novembre à 01h30 du matin (heures françaises), deux raids aériens composés de Rafale, Mirage 2000D et Mirage 2000N ont détruit quatre sites opérationnels de combattants terroristes de Daech en Syrie.

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

15/11/2015 22:48 Ministère de la Défense

 

Dimanche 15 novembre 2015 à 19H50 et 20H25, la force Chammal a frappé des infrastructures opérationnelles tenues par Daech à Raqqah en Syrie. Les 2 objectifs visés par les frappes ont été détruits.

 

Le raid était constitué de 12 aéronefs français, dont 10 avions de chasse, qui ont été engagés simultanément à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie. 20 bombes ont été délivrées.

 

Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines.

 

Le premier objectif détruit était utilisé par Daech comme poste de commandement, centre de recrutement djihadistes et dépôt d’armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d’entraînement terroriste.

 

Séquence de décollage des Rafales et des Mirages 2000

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 08:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

10 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Dakar - La France a de nouveau frappé des sites d'hydrocarbures de l'organisation Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé mardi son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Nous avons de nouveau frappé à deux reprises la nuit dernière dans la région de Deir Ezzor, d'une part sur un poste de distribution de pétrole et d'autre part sur une usine de séparation de gaz, a-t-il dit, après une première opération similaire dimanche dans la même région, proche de la frontière irakienne.

 

M. Le Drian s'exprimait lors d'une conférence de presse en marge du Forum de Dakar sur la sécurité en Afrique, qui s'achève mardi soir.

 

Deux Mirage 2000, basés en Jordanie, ont effectué les frappes, a-t-on précisé dans l'entourage du ministre. Les deux installations ont été détruites conformément aux objectifs, a-t-on ajouté de même source.

 

La France, qui a engagé ses avions de chasse et de reconnaissance en septembre en Syrie, élargit ainsi ses frappes à des sites pétroliers et gaziers, précieuses sources de revenus pour l'EI, après avoir dans un premier temps frappé des centres d'entraînement.

 

On élargit les frappes parce qu'on a plus de renseignement depuis le début des vols français en Syrie, a-t-on précisé dans l'entourage du ministre, en démentant tout changement de stratégie.

 

Nous combattons Daech en Syrie à la fois en ciblant des lieux d'entraînement où sont formés des combattants dont la vocation n'est pas de combattre au Levant mais de venir combattre en Europe (..) et en frappant sur leur capacité de ressources (financières), a déclaré M. Le Drian.

 

La France, qui définit elle-même ses cibles en Syrie, va continuer à accumuler du renseignement et frapper tout ce qui permet d'affaiblir Daech (acronyme arabe de l'EI), a-t-on ajouté dans son entourage.

 

Notre objectif est bien de réduire Daech partout où on le peut, a-t-on ajouté de même source.

 

Dans ce contexte, la France va aussi déployer prochainement son porte-avions Charles-de-Gaulle qui va plus que doubler le dispositif aérien déjà existant dans la région aux Emirats arabes unis (six Rafale) et en Jordanie (six Mirage).

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:30
photo EMA Armée de l'Air

photo EMA Armée de l'Air

 
10/11/2015 sources EMA
 

Dans la soirée du 9 novembre 2015, les Mirage 2000 déployés sur la Base aérienne projetée (BAP) en Jordanie ont de nouveau effectué des frappes sur les zones contrôlées par Daech en Syrie. Il s’agit de la deuxième série de frappes réalisée par la France en l’espace de 48h00.

 

Les deux frappes ont visé des stations de pompage de pétrole situées en Syrie dans la région sud-est de Deir ez-Zor. Réalisées en coordination avec la coalition, elles ont été menées sur la base des renseignements collectés ces dernières semaines lors des vols de reconnaissance. L’objectif est d’affaiblir les capacités financières de Daech en perturbant l’exploitation des ressources pétrolières dans les zones sous le contrôle de ce groupe terroriste.

Les appareils engagés dans cette mission (Mirage 2000 N et Mirage 2000 D) étaient équipés d’une bombe guidée laser GBU 24. Les frappes ont débuté à 19 heures, heure française. Les deux objectifs ciblés ont été détruits. Ce raid n’a pas nécessité de ravitaillement en vol.
Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daesh. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens. Depuis le 24 septembre 2015, la frégate anti-aérienne Cassard a rejoint les forces françaises engagées au Levant.

 

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:30
Chammal - Poursuite des frappes contre Daech en Syrie



10 nov. 2015 Ministère de la Défense

 

Dans la soirée du 9 novembre 2015, les Mirage 2000 déployés sur la Base aérienne projetée (BAP) en Jordanie ont de nouveau effectué des frappes sur les zones contrôlées par Daech en Syrie. Il s’agit de la deuxième série de frappes réalisée par la France en l’espace de 48h00.

Les deux frappes ont visé des stations de pompage de pétrole situées en Syrie dans la région sud-est de Deir ez-Zor. Réalisées en coordination avec la coalition, elles ont été menées sur la base des renseignements collectés ces dernières semaines lors des vols de reconnaissance. L’objectif est d’affaiblir les capacités financières de Daech en perturbant l’exploitation des ressources pétrolières dans les zones sous le contrôle de ce groupe terroriste.

Les appareils engagés dans cette mission (Mirage 2000 N et Mirage 2000 D) étaient équipés d’une bombe guidée laser GBU 24. Les frappes ont débuté à 19 heures, heure française. Les deux objectifs ciblés ont été détruits. Ce raid n’a pas nécessité de ravitaillement en vol.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daesh. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens. Depuis le 24 septembre 2015, la frégate anti-aérienne Cassard a rejoint les forces françaises engagées au Levant.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

21/10/2015 Sources : État-major des Armées

 

Le 15 octobre 2015, le colonel Emmanuel a pris le commandement de la base aérienne projetée de Jordanie. Il succède au colonel Laurent qui, durant les 4 derniers mois, a préparé et dirigé plusieurs centaines d’opérations aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et dernièrement en Syrie.

 

La cérémonie de passation de commandement a rassemblé l’ensemble des militaires déployés sur la base dans le cadre de l’opération Chammal, marquant solennellement l’investiture du nouveau chef. La formule consacrée a été prononcée sur le front des troupes: « Vous reconnaîtrez désormais pour votre chef le colonel Emmanuel ici présent et vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera, pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois et le succès des armes de la France ». Avec plus de 2 400 heures de vol, dont 1 800 sur Mirage 2000 D, le colonel Emmanuel occupe un poste stratégique à l’état-major de l’armée de l’air. Il effectue en Jordanie sa 6e opération extérieure. Il poursuit ainsi le travail de ses prédécesseurs en participant à la conduite des opérations aériennes (reconnaissances armées, ISR, ravitaillement) menées par Chammal et la coalition contre Daech en Irak et en Syrie.

 

Retrouvez en détail l'actualité de l'opération Chammal en cliquant sur ce  lien.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:30
Chammal : Maintien en condition opérationnelle des commandos parachutistes de l’air

 

23/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Les Commandos parachutistes de l’air (CPA) déployés en Jordanie forment le détachement protection de la Base aérienne projetée (BAP). Leur mission est d’assurer la protection du personnel, des installations et des aéronefs français de la BAP.

 

Pour ces spécialistes, la maîtrise complète de leur armement est essentielle. Cette semaine, sur la base de scénarii de combat urbain préalablement définis, ils ont ainsi procédé à une succession de tirs techniques. D’autres exercices ont également été exécutés, notamment un exercice de combat recovery qui consistait à extraire d’une zone dangereuse un homme isolé. Enfin, au cours d’un exercice de sauvetage au combat, les CPA ont mis en œuvre les procédures d’extraction et de médicalisation. Qu’ils soient transmetteurs, tireurs d’élite, maître-chien, chuteurs ou spécialistes en armement et explosifs, ces soldats parachutistes s’entraînent quotidiennement pour conserver leurs savoir-faire et se maintenir en bonne condition physique. Ils doivent être prêts à intervenir à tout moment en adoptant la posture de protection adaptée au niveau de la menace.

Suite de l'article

Chammal : Maintien en condition opérationnelle des commandos parachutistes de l’air
Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 11:55
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

09 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - La France a effectué dans la nuit de jeudi à vendredi une deuxième frappe aérienne contre le groupe Etat islamique (EI) à Raqa, dans l'est de la Syrie, a annoncé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Des (chasseurs) Rafale ont délivré des bombes sur un camp d'entraînement (de l'EI). Les objectifs ont été atteints, a déclaré M. le Drian à la radio française Europe 1.

 

Il y aura d'autres (frappes) contre les lieux où Daech (acronyme arabe de l'EI) s'organise pour nous menacer, a ajouté le ministre de la Défense.

 

Les deux Rafale frappeurs, partis des Emirats arabes unis avec plusieurs Rafale d'accompagnement, ont ciblé une nouvelle fois un centre d'entraînement de l'EI à Raqa, fief de l'organisation, comme lors de la première frappe française le 27 septembre.

 

Nous savons qu'il y a en Syrie, en particulier dans les environs de Raqa, des centres d'entraînement de combattants étrangers dont la mission n'est pas d'aller combatte pour Daech sur le Levant mais de venir en France, en Europe pour commettre des attentats, a affirmé M. Le Drian.

 

Rapppelant que l'ennemi de la France c'est Daech, il a revanche accusé la Russie de frapper à 80-90% des objectifs autres que l'EI pour protéger le régime de Damas.

 

Les actions militaires russes depuis une dizaine de jours ne visent pas Daech, elles visent en priorité la sécurité de Bachar al-Assad, a-t-il insisté. La Russie considère qu'il faut protéger Bachar et nous on considère que Bachar ne fait pas partie de la solution, a-t-il martelé.

 

Les avions de la coalition emmenée par les Etats-Unis volent dans un espace aérien de plus en plus encombré depuis le début de l'intervention russe le 30 septembre, avec des risques d'incidents croissants, même si les chasseurs russes opèrent surtout au nord et à l'ouest du pays.

 

Il y a des risques d'incidents, le fait qu'un avion de chasse russe soit allé violer l'espace aérien turc est un exemple. Il faut une très grande vigilance, a souligné le ministre.

 

Il faut éviter tous les incidents qui provoqueraient des engrenages qui soient volontaires ou involontaires et il faut que chacun des acteurs fasse preuve d'une très grande responsabilité, a-t-il dit.

 

Le ministre de la Défense a par ailleurs affirmé que l'EI utilisait des populations civiles comme boucliers, en Irak comme en Syrie, ce qui complique les opérations et le choix des frappes.

 

Daech s'est organisé de telle sorte que des enfants, des femmes, des civils soient en première ligne, a-t-il dit.

 

Les responsables se cachent dans des écoles, des mosquées, des hôpitaux, ce qui rend l'action de la coalition (internationale) difficile parce que nous ne souhaitons pas faire de victimes collatérales, a-t-il ajouté.

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 21:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

05/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Une équipe du 25ème Régiment du génie de l’Air (RGA) est déployée depuis plusieurs jours sur la base aérienne projetée en Jordanie afin de mener une mission d’expertise. Leur mission est d’évaluer les capacités d’accueil de la plateforme aéronautique (piste, taxiway et aires de stationnement avion).

 

Concrètement, les experts doivent s’assurer que la plateforme aéronautique de la base aérienne projetée en Jordanie est suffisamment robuste et en bon état pour accueillir en toute sécurité les différents types d’aéronefs, qu’il s’agisse d’avions de chasse ou de transport. Pour cela, les spécialistes procèdent notamment à des carottages, c’est-à-dire à des prélèvements d’échantillons dans le sol, et utilisent des matériels capables de sonder et d’apprécier la qualité des différentes couches du sol. Deux dessinateurs confirmés font partie de l’équipe déployée. Ils sont spécialisés en conception et dessin assisté par ordinateur. Leur tâche est de modéliser le terrain et fournir des plans précis (en 2Det 3D) qui constitueront des outils essentiels d’aide à la décision. Ils utilisent pour cela un GPS extrêmement perfectionné permettant la prise de mesures topographiques.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

11.09.2015 photo Armée de l'Air

reportage photos

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 10:30
photo EMA / Armée de l"Air

photo EMA / Armée de l"Air

 

09/09/2015 Sources : EMA/Com

 

Affecté en métropole dans une unité d’intervention parachutiste de l’armée de l’air, le sergent-chef Jérémy est maître-chien. Son partenaire inséparable, Ice, jeune malinois d’à peine deux ans, l’accompagne depuis plusieurs semaines en mission sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal. Cet aviateur nous présente son quotidien sur le théâtre, ce qui fait la force de son équipe cynotechnique.

 

L’équipe cynotechnique contribue à la protection des installations et des personnels sur le théâtre d’opération. « Sur la base aérienne projetée (BAP), notre mission principale est la recherche d’explosifs aux points les plus sensibles, explique le sergent-chef Jérémy. Chaque véhicule qui entre sur le camp est minutieusement examiné ». Objectif : dissuader, détecter et neutraliser tout acte de malveillance. Contrairement à son maître, qui compte déjà plus de dix ans dans l’armée de l’air et plusieurs opérations extérieures au Tchad, en Afghanistan ou au Mali, c’est la première fois qu’Ice participe à une opération extérieure. « Les conditions climatiques ici sont plus difficiles qu’en métropole, et ma priorité c’est la santé de mon chien », témoigne le sous-officier.  Le rôle du maître-chien est donc très important et il est essentiel de connaître parfaitement l’animal et ses limites. « Ici, Ice découvre des choses différentes de ce qu’il voit en France, il continue à développer ses aptitudes, tout en assurant pleinement la mission, et c’est très formateur pour lui ». La journée commence par une promenade matinale et un peu de détente pour le chien. Le maître entraîne l’animal à la manière d’un sportif, de préférence tôt le matin ou le soir, lorsque les températures sont moins élevées. Au coup de sifflet bref, et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, le binôme doit être prêt à intervenir.

 

Suite de l’article

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 09:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

03/09/2015 Sources : État-major des armées

 

La ligne de front entre Daech et les forces de sécurité intérieures reste stable en Irak.

 

Les avions de l'opération Chammal, patrouilleur maritime Atlantique 2, Mirage 2000 D&N et Rafale, ont réalisé cette semaine 18 missions, avec un effort dans la région de Kirkouk et de Baïji. Les missions de reconnaissance armée ont abouti à plusieurs frappes visant des forces du groupe terroriste Daech qui harcelaient les forces de sécurité irakiennes.

 

À l'occasion d'une de ces missions de renseignement, l'avion de patrouille maritime Atlantique 2 a exécuté sa 100ème mission, tous types confondus, depuis le début de l'opération Chammal.

 

En Irak, dans le secteur de Bagdad, le détachement d’instruction opérationnel français poursuit un stage de 8 semaines de formation aux techniques « commando » auprès des militaires de l’ICTS, l’Iraqi Counter-Terrorism Service. De son côté, le détachement conseil et assistance continue sa formation au profit des officiers de l’état-major de la 6th Infantry Division et a participé à la mise en place et au suivi de stages de secourisme au combat et de lutte contre les engins explosifs improvisés.

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

14/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 11 août 2015, un avion de transport de type Iliouchine IL76 affrété par le Centre de soutien des opérations et des acheminements (CSOA) s’est posé sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie pour livrer du matériel au profit des éléments de la force Chammal.

 

Plus de 3 tonnes de fret comprenant caisses, colis, et palettes ont été déchargées. La manœuvre a été assurée par le DéTIA (détachement du transit interarmées air) qui a opéré sous la direction du load master. Ce membre d’équipage est chargé d’assurer la bonne répartition des charges, la bonne fixation des masses, et le respect de la règlementation, notamment pour le transport des matériels dangereux. Les personnels du DéTIA se sont quant à eux affairés avec les transpalettes et chariots élévateurs pour décharger le matériel technique ou aéronautique destiné au détachement de chasse de la BAP et aux autres unités du site. Un moteur de Mirage2000 a notamment été acheminé, en remplacement d’un autre moteur dont la maintenance sera assurée en France.

 

Suite de l’article

Repost 0
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 11:30
Chammal : Séance de tir à l’arme de poing pour les équipages de Mirage 2000

 

28/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 25 août 2015, dans le cadre de l’opération Chammal, le personnel navigant (pilotes et navigateurs) du détachement de chasse a participé à une séance de tir sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie. Pour ces militaires, la maîtrise de leur arme de poing, le PAMAS G1, est essentielle. En cas d’éjection en territoire hostile, ils doivent être préparés à réagir aux situations extrêmes et à se protéger contre toute agression en faisant usage de leur arme si la situation l’exige.

 

Les militaires ont effectué une succession de tirs techniques. Chacun s’est entraîné à ajuster précisément et rapidement ses gestes. Ces exercices sont très exigeants, ils doivent amener les militaires à être capable de tirer rapidement et précisément, dans une situation de stress maximal, sur un ennemi armé situé à quelques mètres.

 

Suite de l’article

Repost 0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

19/08/2015 Sources EMA

 

Le sergent Paul, 27 ans, est observateur prévisionniste météo. Engagé dans l’armée de l’Air en 2010, il participe aujourd’hui à sa première opération extérieure dans la cadre de l’opération Chammal. En métropole ou sur un théâtre d’opération, ce jeune sous-officier joue un rôle capital dans la bonne marche des opérations et la sécurité des équipages et des biens.

 

Ce n’est pas par hasard s’il a choisi ce métier : « Après une 3e année de physique-chimie à l’université de Polynésie française, j’avais envie de m’orienter vers la météorologie. C’est mon professeur de physique qui m’a transmis cette passion, ayant lui-même fait de la météo. » Dans son enfance, il observait, rêveur, les Super Puma de l’escadron de transport outre-mer stationné sur la base aérienne (BA) 190 de Tahiti Faa’a, aujourd’hui détachement air. C’est donc naturellement qu’il s’est engagé dans l’armée de l’air. Après une formation militaire à Rochefort, suivie de plusieurs mois de formation de spécialité à Météo-France à Toulouse, il est aujourd’hui affecté sur la BA 701 de Salon-de-Provence.

Il nous présente sa mission principale : « L’objectif est de fournir aux équipages, quelques minutes avant les départs en mission, les informations relatives aux conditions météorologiques, que ce soit sur la plateforme aéronautique, sur le trajet ou sur la zone de mission ».

 

Suite de l’article

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

12/08/2015 Sources : État-major des armées

 

C’est sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie, que s’est déroulé le 10 août 2015 un exercice conjoint de Force Protection réunissant soldats français, jordaniens et américains. Objectifs de l’exercice : entraîner les personnels et renforcer la coordination entre partenaires.

 

Lorsque la sirène s’est déclenchée, l’ensemble du personnel désigné a instantanément pris les mesures adaptées de réaction contre la menace. Rassemblement du personnel devant le JDOC (Joint Defense Operation Center - c’est le centre névralgique de gestion de crise), distribution des équipements de protection balistique, test des moyens de communication, rappel des consignes, etc., les groupes d’autoprotection se sont préparés en un laps de temps très court, afin de réagir de manière très réactive à une éventuelle agression. Les postes de combat ont été armés, la surveillance statique et les patrouilles dynamiques mises en place, et le dispositif de protection de la BAP a été considérablement renforcé.

Côté français, le but de cet exercice organisé par le détachement de protection de la BAP était d’entraîner collectivement les militaires non-spécialistes de la protection à réagir face à une menace extérieure. Tandis que les Jordaniens avaient en charge les animations (intrusions, agression, etc.), les partenaires ont réagi, conjointement, et se sont coordonnés pour faire face aux menaces et adopter la réaction appropriée.

A l’issue de l’exercice, le chef du détachement de protection français a exprimé sa satisfaction à l’ensemble des soldats : les objectifs ont été atteints, et chacun a fait preuve d’une grande réactivité.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 16:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

03/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 31 juillet 2015, trois Mirage 2000N (M2000N) de l’escadron de chasse 2/4 La Fayette, implanté sur la base aérienne d’Istres, ont rallié la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie après avoir réalisé un vol de convoyage sans escale d’une durée de quatre heures.

 

Mécaniciens et pilotes nouvellement arrivés ont immédiatement été intégrés au détachement chasse de la base aérienne projetée. Les M2000N ont été équipés de contremesures électroniques (brouillage, leurres infrarouges, leurres électromagnétiques) et selon une configuration avionique (fréquences radio, codes armement) propre au théâtre d’opération afin d’être aptes à effectuer des missions de guerre. Une patrouille mixte, composée d’un Mirage 2000D et d’un Mirage 2000N, a décollé dès le lendemain matin 1er août, et participé aux opérations d’appui aérien aux forces irakiennes dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Simultanément, trois Mirage 2000D ont été remis en configuration métropole en vue de leur retour sur la BA 133 de Nancy et sont repartis le 2 août 2015.

 

Suite de l’article

Repost 0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 12:30
Chammal : Point de situation au 31 juillet 2015

22 juillet 2015, 3h32, base aérienne projetée (BAP) de Jordanie, une patrouille de Mirage 2000D s’apprête à décoller pour mener une mission dans le ciel Irakien. photo Armée de l'Air

 

31/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

17 missions aériennes (dont 5 missions de renseignement dans la profondeur) sont au compte des forces Chammal dans l’opération Inherent Resolve cette semaine. Ces missions ont neutralisé 30 objectifs de Daech. Le 25 juillet 2015, un ensemble de 7 bâtiments a été détruit dans le secteur de Falloujah que le groupe terroriste autoproclamé avait transformé en fabrique de véhicules piégés. Cette mission fut réalisée conjointement avec des avions américains et hollandais.

 

Suite de l’article

Repost 0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 20:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

20/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Trois commandos parachutistes de l’Air (CPA) déployés en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal nous expliquent leur parcours et nous livrent leurs impressions sur leur métier respectif.

 

Le caporal Vincent est commando parachutiste de l’Air depuis l’âge de 19 ans. C’est son frère, militaire du rang dans l’armée de l’Air, qui l’a encouragé à pousser la porte d’un Centre de Recrutement et d’Information des Forces Armées (CIRFA) où il a d’emblée fait le choix de devenir CPA. Il a validé une première batterie de tests destinés à évaluer son potentiel pour devenir militaire: tests médicaux et psychotechniques, anglais, sport (course à pied, tractions, parcours d’aisance). Il s’en est suivi une deuxième série de tests à Dijon durant lesquels il s’est soumis à de nouveaux tests physiques (piscine et abdos), puis s’est présenté à un entretien devant une commission militaire chargée d’évaluer sa motivation à devenir commando. Retenu par le jury, le caporal Vincent a intégré l’escadron de formation des commandos de l’air (EFCA) à Dijon.

Son parcours de formation a duré 8 mois, au cours desquels il a enchaîné les stages : d’abord, une formation de 6 semaines à l’École d’enseignement technique de l’armée de l’air (EETAA) à Saintes, pour devenir aviateur, puis les stages de qualification Maquis (premier niveau de formation professionnelle, durant 3 semaines) et MATOU (Module d’acquisition des techniques opérationnelles en unité, pendant 12 semaines) à Dijon et, enfin, un stage de parachutisme de 15 jours à Pau (une semaine de préparation au sol et une semaine de sauts). A l’issue de ces stages, il a effectué sa demande pour intégrer le CPA 20 et a vu son choix satisfait.

 

Selon le caporal Vincent, celui qui souhaite intégrer les CPA doit impérativement « avoir un bon niveau sportif, être motivé et faire preuve d’une grande stabilité émotionnelle pour endurer la formation et les OPEX en milieu hostile ». Il doit également « avoir à l’esprit qu’il sera souvent en déplacement et, par conséquent, loin de sa famille ». A titre d’exemple, il effectue actuellement sa deuxième OPEX à seulement 22 ans. « Les opérations extérieures (OPEX) et intérieures (OPINT), les entraînements au tir et les opportunités de carrière constituent, pour moi, une source de motivation quotidienne ».  « Je me plais au CPA 20 et souhaite passer l’examen dit de « passerelle jeune » afin de devenir sous-officier ».

 

En 2007, le caporal Laurent, baccalauréat d’électrotechnicien en poche, s’est renseigné sur les carrières militaires auprès du CIRFA de Toulouse. Attiré par « l’aventure » il a alors décidé d’intégrer la filière fusilier commando dans l’armée de l’Air. Après sa formation à l’EETAA, il a choisi de servir au sein de l’escadron de protection de Cazaux et, deux mois plus tard, a passé les tests de sélection pour devenir commando de l’Air. Retenu pour la spécialité, il a effectué le stage Matou et fait sa demande d’intégration au CPA 30 de Bordeaux en 2008. Par la suite, il a entamé un nouveau processus de sélection pour, cette fois, intégrer le groupe spécialisé Recherche et Sauvetage au Combat (RESCO/CSAR) du CPA 30, auquel il appartient désormais avec la spécialité tireur d’élite longue distance. « Pour appartenir à un groupe spécialisé, il faut réaliser des stages qualifiants permettant d’acquérir des compétences spécifiques (transmetteur, auxiliaire sanitaire, tireur d’élite, etc.). »

 

Ce qui lui plaît le plus dans son métier de commando ? « Travailler en groupe réduit avec des personnels hautement qualifiés en qui j’ai une totale confiance, avoir des responsabilités et vivre l’aventure ». Et des aventures il en a vécu… puisqu’il est parti 2 fois en Afghanistan (en 2010 et 2012) mais aussi en Lybie (en 2011), au Mali (en 2013) et au Tchad (en 2014) avec des mandats d’environ 4 mois par OPEX. Le caporal Laurent réalise actuellement sa sixième OPEX et « reconnait que pour faire ce métier il faut être discipliné et avoir l’esprit de sacrifice, puisqu’on exerce un métier à risques où l’éloignement familial est fréquent ».

 

La caporal-chef Olympe s’est engagée dans l’armée de l’Air en 1999, à l’âge de 17 ans. Comme elle était très sportive, le CIRFA (à l’époque le Bureau Air Information) lui a proposé d’emblée de devenir fusilier commando. Elle a d’ailleurs fait partie des premières femmes incorporées dans cette spécialité qui leur est ouverte depuis 1998.

Après 7 ans au sein de l’escadron de protection de Dijon, elle s’est vue proposer un poste d’instructeur au sein de l’EFCA où, durant 8 ans, elle s’est occupée essentiellement de la formation des MTA (Militaire Technicien de l'Air) effectuant le stage Maquis. En mars 2014 elle a réussi les sélections pour intégrer les CPA et s’occupe désormais de la gestion des départs OPEX/OPINT et des déclenchements inopinés de missions au CPA 20. Sa carrière à Dijon a été ponctuée par les OPEX : Sarajevo (en 2000), Dakar (en 2001) et Djibouti (en 20002, 2004 et 2008) et actuellement la Jordanie.

 

Parallèlement, son talent pour la course à pieds lui a permis de remporter à plusieurs reprises la première place au championnat militaire national Air de cross. Sélectionnée à deux reprises par le Centre National des Sports de la Défense (CNSD) pour faire partie de l’équipe de France bis de cross, son équipe a terminé première sur le podium, en Belgique et en Suisse, lors des championnats interarmées.

La caporal-chef Olympe apprécie « La fraternité d’armes, la cohésion, l’esprit d’équipe, l’endurance physique et servir mon pays à l’étranger pour participer à la protection de nos ressortissants ».

Au 1er semestre 2015, elle est retenue pour intégrer le corps des sous-officiers au sein du CPA 20 et passera bientôt sergent. A 34 ans, cette maman de deux enfants a déjà une carrière bien remplie à son actif et un avenir prometteur.

 

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories