Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 11:45
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »

 

08/08/2014 Sources : EMA

 

Le 4 aout 2014, la force Barkhane a été relevée sur la zone de crash du vol AH5017 par les forces armées maliennes qui ont pris le relais de la MINUSMA et d’une partie du détachement français pour la sécurisation du site.

 

Les enquêteurs ayant terminé leurs investigations sur le site de l’accident, les militaires français ont pris la direction de Gao, où ils sont engagés au sein de l’opération Barkhane.

 

Le 24 juillet, les moyens des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne ont été mobilisés dès l’annonce de la disparition du vol d’Air Algérie lors de son survol du Nord-Mali entre Ouagadougou et Alger. Deux Mirage 2000D, un Harfang et un Reaper basés à Niamey, ainsi qu’un avion CASA basé à Gao, ont été alloués à la recherche de l’appareil. Une fois la zone de crash identifiée par la force Serval, les militaires français ont été engagés dans deux missions simultanées.

 

Tout d’abord, ils se sont déplacés pour sécuriser le site. A cet effet, Serval y a héliporté une vingtaine de militaires pour assurer la sécurité de la zone, et pour que les premières constatations associant un médecin et un prévôt soient effectuées. Parallèlement, un convoi d’une cinquantaine de véhicules et de 170 militaires français, accompagné de deux sections des forces armées maliennes, a pris la route en direction de la zone de l’accident. Sur site, ils ont été renforcés par une unité néerlandaise, puis togolaise, de la MINUSMA. Cette sécurisation, conduite en coopération entre forces françaises, maliennes et de la MINUSMA, a permis la préservation de la zone ainsi que le recueil des éléments essentiels à l’investigation par le bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) et les experts de l’identification des victimes.

 

La deuxième mission des militaires français a consisté à engager les moyens logistiques de Serval pour transporter et soutenir les équipes d’enquêteurs français, maliens, algériens et espagnols. Dès leur arrivée à Gao le 26 juillet, les enquêteurs français ont ainsi été acheminés par hélicoptère, avec le fret de première nécessité, jusqu’à la zone de crash. Par la suite, le 27 juillet, un convoi logistique a rejoint la zone pour acheminer le complément de fret nécessaire au travail des enquêteurs et au soutien de toutes les personnes engagées.

 

Les forces militaires maliennes ont assuré, depuis le 31 juillet, la sécurisation du site du crash, en binôme avec les unités de la MINUSMA. La mission des enquêteurs français a, quant à elle, pris fin le 1er août. Ils ont tous rejoint la France le 5 août.

 

Lancée le 1er août, l’opération Barkhane se caractérise par une logique de fusion et de partage des moyens qui, jusqu’alors étaient dévolus à des opérations distinctes (l’opération Serval au Mali, déclenchée en 2013 et l’opération Epervier au Tchad, déclenchée en 1986).

 

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires qui disposent d’une vingtaine d’hélicoptères, de 200 véhicules de logistique, de 200 blindés, de 6 avions de chasse, de 3 drones et d’une dizaine d’avions de transport. Leur mission, en partenariat avec les pays du G5, consiste à poursuivre la lutte contre les groupes armés terroristes.

Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »

Partager cet article

Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Opération Serval - retour sur 19 mois d'opérations au Mali


1 août 2014 Forces Françaises

 

19 mois après son déclenchement, l’opération Serval, au Mali, s’est achevée ce matin.

Désormais les forces françaises sont engagées dans l’opération Barkhane. Reposant sur une logique de partenariat, cette opération s’étend sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

Retrouver en vidéo les moments forts de l’opération Serval.

Partager cet article

Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:45
Lancement de l'opération Barkhane


 01/08/2014 Sources : EMA

 

Lancée le 1er août, 2014, Barkhane est une opération conduite par les armées françaises. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle est commandée par le général de division Jean-Pierre Palasset (biographie PDF 1Mo).

 

Regroupés depuis le mois de février 2014 au sein d’un cadre institutionnel baptisé du nom de «  G5 Sahel », ces pays ont décidé d’apporter une réponse régionale et coordonnée aux défis sécuritaires, ainsi qu’aux menaces que font peser sur eux les groupes armés terroristes (GAT). Dans ce cadre, ils ont manifesté leur volonté de conduire leur action aux côtés de la France considérée comme « un partenaire stratégique ayant toujours soutenu les pays du Sahel dans leurs actions de lutte contre le terrorisme ».

Si Barkhane s’inscrit dans une nouvelle approche stratégique, elle se caractérise aussi par une logique de fusion et de partage des moyens qui, jusqu’alors étaient dévolus à des opérations distinctes (l’opération Serval au Mali, déclenchée en 2013 et l’opération Epervier au Tchad, déclenchée en 1986).

La présence des forces françaises est maintenue au Mali comme au Tchad, mais les moyens présents dans ces pays sont désormais mutualisés et les zones d’engagement étendues à l’ensemble de la BSS.

L’opération Barkhane est commandée par un officier général depuis un poste de commandement unique stationné à N’Djamena, au Tchad (poste de commandement interarmées de théâtre ou PCIAT).

 

Missions

Les missions de la force Barkhane sont les suivantes :

- appuyer les forces armées des pays partenaires de la BSS dans leurs actions de lutte contre les groupes armés terroristes ;

- contribuer à empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans la région.

 

Dispositif

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires, une vingtaine d’hélicoptères, 200 véhicules de logistique, 200 blindés, 6 avions de chasse, 3 drones et une dizaine d’avions de transport.

Ces 3000 militaires sont répartis sur deux points d’appui permanents à Gao (Mali) et à N’Djamena (Tchad). Ce dispositif n’est pas figé et le commandant de la force pourra faire basculer ses efforts (troupes et moyens) en fonction de la menace à laquelle il sera confronté.

Depuis ces deux points d’appui permanent, des détachements seront déployés sur des bases avancées temporaires (BAT). Ces bases constituent des « plateformes relais » à partir desquels seront conduites les missions, aux côtés des soldats des pays dans lesquels se situent ces bases.

L’emploi de l’ensemble des moyens aériens – hormis les moyens des détachements de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT), ainsi que les aéronefs des forces spéciales – est planifié depuis Lyon par le JFACC AFCO (Joint Force Air Component Command – Commandement de la composante air de la force interarmées de l’Afrique centrale et de l’ouest).

 

De Serval à Barkhane : une page qui se tourne

Le 11 janvier 2013, devant la dégradation brutale de la situation au Mali et en réponse à la demande du Président malien, le Président de la République a décidé d’intervenir au Mali en lançant l’opération Serval. Cette opération a mobilisé jusqu’à 4 500 militaires français au Mali.

Elle a été rythmée par trois phases répondant chacune à un objectif précis : arrêt de l’offensive, alors que des groupes terroristes progressaient en direction de la capitale malienne ; destruction des sanctuaires terroristes découverts au Nord du fleuve Niger et rétablissement de la souveraineté de l’Etat malien (élections présidentielles et législatives) ; transfert progressif de la mission à nos partenaires maliens ainsi qu’aux forces de l’ONU engagées dans le pays (MINUSMA).

L’opération Serval, au-delà d’avoir stoppé les groupes terroristes qui menaçaient la capitale malienne, a permis de mettre fin à une forme d’industrialisation du terrorisme qui s’était implantée dans le désert au nord du Mali. Ces résultats ont été acquis au prix d’un engagement déterminé des militaires français qui a coûté la vie à neuf de nos soldats et blessé une soixantaine d’entre eux.

 

Bilan de l’opération Serval en chiffres

- Les opérations effectuées conjointement avec les forces armées maliennes ou en coordination avec les forces africaines de la MISMA, puis de la MINUSMA, ont permis de neutraliser plusieurs centaines de terroristes.

- Ces opérations ont permis la découverte d’environ 200 tonnes d’armement et de munitions ainsi qu’une vingtaine de tonnes de nitrate d’ammonium destinée à la fabrication de mines artisanales.

- Les avions engagés dans l’opération, avions de chasse, ravitailleurs, avions de transport tactiques et stratégiques, ont effectué plus de 13 000 heures de vol lors de 7 500 sorties. Au cours de ces missions aériennes, près de 300 bombes ont été délivrées (GBU 12, GBU 49, AASM, MK82) par les avions français.

- Un défi logistique : 2 000 km séparent Bamako de Tessalit, soit à peu près 2 fois la longueur de la France. Les différents bataillons logistiques qui se sont succédés ont ainsi été amenés à parcourir en moyenne 400 000 km/mois, soit l’équivalent de 10 fois le tour de la Terre chaque mois.

- La force Serval a pu compter sur le soutien de huit pays pour les missions de transport aérien ou de ravitaillement en vol : Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Grande-Bretagne, Espagne, Etats-Unis et Pays-Bas.

La menace terroriste régionale n’a cependant pas disparu. Son caractère transfrontalier, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert une nouvelle approche de notre stratégie de lutte contre les groupes armés terroristes. Afin de maintenir la pression exercée sur ces groupes armés au-delà des frontières maliennes, la France a décidé, en partenariat avec les Etats de la région, de réorganiser son dispositif et de repenser la conduite de ses opérations dans l’ensemble de la bande sahélo-saharienne (BSS).

 

Le G5 Sahel

Le G5 Sahel regroupe cinq pays de la bande sahélo-saharienne : la Mauritanie, le Mali, le Niger le Tchad et le Burkina-Faso.

Créé à l’initiative des chefs d’Etat de la région sahélo-saharienne, le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres.

C’est dans ce cadre que les chefs d’état-major des cinq pays du G5 se sont réunis à Niamey, le 9 avril 2014, pour partager leur évaluation de la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne. Ils ont souhaité, pour l’occasion, inviter le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées françaises, marquant ainsi la place particulière de la France présentée comme « un partenaire stratégique ayant toujours soutenu les pays du Sahel dans leurs actions de lutte contre le terrorisme ».
Lancement de l'opération BarkhaneLancement de l'opération BarkhaneLancement de l'opération Barkhane
Lancement de l'opération BarkhaneLancement de l'opération Barkhane

Partager cet article

Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:45
photo EMA

photo EMA

 

02 Août 2014 par Véronique Barral

 

L'opération Barkhane, présentée par François Hollande lors de sa visite au Tchad est officiellement lancée ce 1er août à Ndjamena. Dirigée par le général Palasset, la nouvelle force militaire française a installé son état-major dans la capitale tchadienne. En partenariat avec les pays du G5 Sahel, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, l'opération a pour objectif d'élargir à toute la région sahélienne l'action contre les mouvements jihadistes et de déployer une nouvelle stratégie pour la lutte anti-terroriste.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 05:45
photos ECPAD

photos ECPAD

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Les effectifs de la force Barkhane sont de l’ordre de 3000 soldats. Cet effectif est réparti sur deux points d’appui permanents à Gao (Mali) et à N’Djamena (Tchad). Le 1er aout, le général de division Foucault a quitté le commandement de la force Serval. Le général de division Jean-Pierre Palasset lui succède dans les fonctions de commandant de l’opération Barkhane, depuis le poste de commandement interarmées de théâtre installé à N’Djamena.

 

Le 21 juillet, le général de brigade Francois de Lapresle a  pris la fonction de « Représentant du commandant de la force Barkhane au Mali ». Dès le lancement de l’opération Barkhane, il est chargé, par délégation du commandant de la force Barkhane, de faciliter la liaison et la coordination entre la force Barkhane et l’ensemble des acteurs sécuritaires au Mali, incluant les forces armées opérant sur le territoire malien : les forces armées maliennes, les forces de l’ONU (MINUSMA), celles de l’Union européenne (EUTM).

 

Les deux dernières semaines ont été marquées par le crash du vol AH5017 d’Air Algérie au sud-ouest de Gao dans la région de Gossi au Nord-Mali.

 

Le 24 juillet 2014, suite à l’annonce de la disparition de cet avion, la force Barkhane a mobilisé l’ensemble de ses moyens déployés dans la région pour la recherche de l’appareil. Une fois l’épave retrouvée, les forces françaises ont immédiatement lancé une mission de sécurisation de la zone. Près de 170 militaires français ont rejoint le secteur le 25 juillet et participent à sa sécurisation en appui des forces maliennes et de la MINUSMA. Cette sécurisation a ensuite été accompagnée d’une mission de soutien logistique des équipes d’enquêteurs français et étrangers. En coordination avec la MINUSMA, tout le fret nécessaire aux bonnes conditions de travail des enquêteurs ainsi que des vivres pour plusieurs jours (23000 litres d’eau et 2500 rations) ont été acheminés par convoi logistique depuis Gao. L’ensemble de ces actions conduites par les forces françaises a permis d’appuyer durant huit jours le bon déroulement du travail des enquêteurs sur le site de l’épave.

 

Parallèlement, au Nord-Mali, les forces françaises ont poursuivi leur mission de lutte contre les terroristes et continuent d’accompagner les forces maliennes et de la MINUSMA avec l’action des détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO).

 

Du 19 au 21 juillet 2014, le détachement de liaison et d’appui opérationnel 5 (DLAO 5) de Tessalit a appuyé une section du bataillon tchadien de la MINUSMA dans une mission de reconnaissance entre Tessalit et Aguelhok. Au cours de cette mission, le 20 juillet, deux sites de lancement de roquettes ont été découverts ainsi que sept roquettes. Le lendemain, lors d’une vérification de non-pollution, les EOD (Explosive Ordnance Disposal) ont également découvert et neutralisé une mine anti-char. Les sept roquettes ainsi que la mine ont été sécurisées et ramenées à Tessalit pour une destruction ultérieure.

 

Cette semaine, le DLAO 3 a conduit des entraînements au combat, ISTC, secourisme au combat et transmissions au profit des forces armées maliennes sur le site d’Ansongo il y a trois semaines.

 

Environ 3000 militaires français sont actuellement présents dans la bande sahélo-saharienne et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes en appui des Etats de la région.

Barkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er aoûtBarkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er aoûtBarkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er août
Barkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er août

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 16:55
Hommage au Major Nikolic

 

 

25-07-2014 1e REG - Réf : 388 -1588

 

Alors que le régiment défilait le 14 juillet sur les champs Elysée, l'Adjudant-chef Nikolic tombait au combat sous les coups de l'ennemi.

 

Le 14 juillet 2014 l'Adjudant-chef NIKOLIC est mort au combat.

 

Alors qu'il était  en mission de surveillance à une centaine de kilomètre au nord de Gao, un véhicule piégé est venu percuter les véhicules blindés de la force.

 

L'attentat fait des ravages en blessant grièvement plusieurs militaires français parmi lesquels se trouve l'adjudant-chef Nikolic, qui décèdera quelques heures plus tard, des suites de ses blessures. L'adjudant-chef Nikolic était engagé au Mali en sa qualité d'EOD, ce spécialiste des mines et autres engins explosifs improvisés n'en était pas a sa première mission.

 

"C'était un homme aguerri, compétant et extrêmement professionnel" confie ses camarades.

 

Un hommage national lui fut rendu et il fut nommé au grade de Major à titre posthume et décoré de la Légion d'Honneur.

 

Le Ministre de la Défense J.Y LE DRIAN venu lui rendre hommage le 22 juillet, a évoqué le caractère particulier de la mort du légionnaire : « Le sacrifice de l’un de nos soldats n’est jamais une mort ordinaire. Parce que celui du major Nikolic est survenu le 14 juillet, il est particulièrement symbolique. » le ministre a rappelé que « le major Nikolic incarnait au plus haut degré les qualités qui ont permis à nos forces de mener à bien l’opération Serval, et l’opération Barkhane qui lui succède. » Il a par ailleurs qualifié de « lâche et cruelle » l’attaque suicide qui a coûté la vie au légionnaire et blessé six de ses camarades le 14 juillet dernier.

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 21:45
BSS : visite du Président de la République auprès des militaires français

 

21/07/2014 Sources : EMA

 

Les 18 et 19 juillet 2014, le Président de la République, monsieur François Hollande, s’est rendu auprès des forces françaises déployées au Niger et au Tchad, accompagné du ministre de la défense, monsieur Jean-Yves Le Drian. A l’occasion de ces rencontres avec les militaires français, le Président de la République a annoncé la fin de l’opération Serval au Mali et présenté l’opération Barkhane qui prend en compte une nouvelle stratégie conduite en partenariat et en appui des pays du G5 Sahel. Cette opération débutera officiellement le 1er août 2014.

 

Le 18 juillet, le Président de la République s’est rendu au Niger dans le cadre d’une visite d’Etat à l’invitation de monsieur Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger. A cette occasion, il s’est rendu auprès du détachement air de Niamey où il a été accueilli par le général de division Marc Foucaud, commandant les opérations conduites dans la bande sahélo-saharienne, ainsi que par le colonel Bruno Merret, commandant le détachement air de Niamey. Le Président de la République s’est ensuite adressé aux militaires français avant de déjeuner en leur compagnie. Avant de quitter le détachement air, le Président de la République s’est entretenu avec les aviateurs du détachement drones qui lui ont présenté les missions des drones Reaper.

 

Le 19 juillet, le Président de la République a effectué une visite officielle au Tchad au cours de laquelle il s’est entretenu avec monsieur Idriss Deby, Président de la République du Tchad. Il s’est ensuite rendu auprès des militaires de la force Epervier, accompagné du général Foucaud. Avant de s’adresser aux troupes françaises présentes à N’Djamena, le Président de la République a visité la base militaire française sergent-chef Adji Kossei. Il s’est en particulier rendu sur le site du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) qui est opérationnel depuis le 21 juillet. Le PCIAT a pour mission de coordonner les opérations aériennes et terrestres sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

 

A Niamey et à N’Djamena, le Président de la République a présenté la logique qui a prévalu à la réarticulation des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne (BSS). « Nous devons maintenant répondre à des défis qui sont ceux de la rapidité, de la mobilité, de l’efficacité et le faire avec de nouveaux moyens ».

 

L’opération Barkhane sera conduite en partenariat avec les pays G5 Sahel, cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres. Créé à l’initiative des chefs d’Etat de la région sahélo-saharienne, il regroupe cinq pays : le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

 

C’est dans ce cadre que les chefs d’état-major des cinq pays du G5 se sont réunis à Niamey, le 9 avril 2014, pour partager leur évaluation de la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne. Ils ont souhaité, pour l’occasion, inviter le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées françaises, marquant ainsi la place particulière de la France présentée comme « un partenaire stratégique ayant toujours soutenu les pays du Sahel dans leurs actions de lutte contre le terrorisme ».

 

L’opération Barkhane regroupera 3000 militaires qui disposeront d’une vingtaine d’hélicoptères, de 200 véhicules de logistique, de 200 blindés, de 6 avions de chasse, de 3 drones et d’une dizaine d’avions de transport. Leur mission, en partenariat avec les pays du G5, sera de poursuivre la lutte contre les groupes armés terroristes.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:45
Mali : visite du ministre de la Défense aux militaires français à Gao (18 juil)

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Le 17 juillet 2014, à l’occasion de son déplacement à Bamako où il a rencontré les autorités politiques maliennes, le ministre de la Défense, Monsieur Jean-Yves Le Drian, s’est rendu sur la plateforme opérationnelle Désert (PfOD) de Gao afin de rendre hommage à l’adjudant-chef Nikolic, mort au combat le 14 juillet dernier.

 

Après avoir été accueilli par le colonel Luccitti, représentant du général commandant la force Serval pour le Nord Mali, le ministre de la Défense s’est recueilli devant le cercueil de l’adjudant-chef Nikolic. Il a ensuite rencontré les compagnons d’armes de l’adjudant-chef présents au moment de l’attaque avant de se rendre à l’hôpital militaire de campagne pour s’entretenir avec le personnel médical.

 

Le ministre de la Défense a terminé sa visite par une allocution adressée à l’ensemble des militaires de la PfOD de Gao. Après avoir rendu hommage à l’adjudant-chef Nikolic ainsi qu’à la Légion Etrangère dont l’adjudant-chef était issu, Jean-Yves Le Drian a salué le professionnalisme du personnel médical des armées dont l’action, a-t-il affirmé, est l’un des piliers de la capacité opérationnelle des nos armées.

 

Après avoir souligné que les soldats français remplissaient leur mission de façon exemplaire, le ministre a rappelé qu’avec l’opération Barkhane, cette mission allait évoluer vers une approche régionale.

 

Environ 1 600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : visite du ministre de la Défense aux militaires français à Gao (18 juil)

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 11:45
Opération Serval - Sur la route entre Markala et Dabali 19 et 20 janvier 2013 photo EMA

Opération Serval - Sur la route entre Markala et Dabali 19 et 20 janvier 2013 photo EMA

 

2014-07-17 xinhua

 

Le ministre malien de la défense Bah N'Daw et son homologue français Jean-Yves Le Drian ont signé mercredi à Bamako un traité de coopération en matière de défense entre le Mali et la France, a constaté un correspondant de Xinhua.

 

Lors de la cérémonie de signature du texte, le ministre français a déclaré que le traité "fixe à la fois les grandes orientations de notre coopération pour l'avenir et donne le cadre juridique de notre partenariat".  "C'est un accord équilibré, équitable, qui indique les bases de notre coopération en matière de défense", a-t-il affirmé.

 

La signature de ce traité avait été reportée à plusieurs reprises. Pour M. Le Drian, "il y avait nécessité de mettre au point les normes juridiques qui n'étaient pas achevées".

 

Dans un document remis à la presse, la partie malienne a souligné de son côté que le traité "vise à concourir à une paix et une sécurité durables" et "fixe les conditions d'intervention, d' assistance, de soutien du partenaire français".

 

Ce traité est "compatible avec les engagements de chaque Etat dans le cadre de l'Union africaine, de l'Union européenne et de l'Organisation des Nations unies", indique le document qui précise qu'"aucune base militaire ne sera cédée à la France".

 

"Conclu pour une durée de cinq ans reconductible, ce traité ainsi signé doit être examiné par l'Assemblée nationale du Mali qui en autorisera la ratification", précise le communiqué.

 

La coopération en matière de défense avec la France a été longtemps uniquement encadrée par l'accord de coopération militaire du 6 mai 1985, rappelle-t-on dans le même document.

 

Par ailleurs, l'opération Barkhane qui va remplacer Serval dans une logique régionale pour lutter contre le terrorisme dans la bande sahélo-sahélienne sera lancée dans les prochains jours par le président français François Hollande, a annoncé M. Le Drian.

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 11:45
Le Drian et Hollande installent l'opération Barkhane


16.07.2014 par Jean Guisnel - Défense Ouverte / LePoint.fr
 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, signera mercredi à Bamako un accord de défense avec le Mali. Cette normalisation de la relation avec l'ancienne puissance coloniale permettra au représentant du gouvernement français de rencontrer le président Ibrahim Boubacar Keïta ainsi que son homologue Ba N'Daou. Celui-ci avait remplacé le mois dernier Soumeylou Boubèye Maïga, démissionnaire après la défaite à Kidal des troupes gouvernementales face à la rébellion touareg.

À l'occasion de la fête nationale française, François Hollande, président de la République et chef des armées a officialisé la fin de l'opération Serval au Mali, qui avait été engagée en janvier 2013 : "Grâce à l'opération Serval qui achève sa tâche, il n'y a plus de sanctuaire pour les groupes terroristes au Mali. 200 tonnes de munitions ont été reprises, et donc, c'est une mission qui a été parfaitement accomplie."

 

"Évacuation stratégique"

Les Français resteront pourtant au Mali, en étant basés à Gao dans une configuration proche de celle actuellement en place, mais dans un cadre opérationnel rebaptisé opération Barkhane. Car les menaces djihadistes demeurent bien réelles, comme le démontre l'attaque suicide dont a été victime un groupe de reconnaissance et de contrôle de zone le 14 juillet au soir. Sept hommes ont été blessés, dont trois grièvement, par l'explosion d'un pick-up assaillant. L'une des victimes, l'adjudant-chef Dejvid Nikolic, 45 ans, du 1er régiment étranger du génie de Laudun-l'Ardoise (Gard), n'a pas survécu à ses blessures. Tous les autres sont aujourd'hui hors de danger, y compris les deux soldats qui ont fait l'objet d'une "évacuation stratégique" (Stratevac) et se trouvent aujourd'hui dans un hôpital militaire français.

Jean-Yves Le Drian fera le point aujourd'hui à Bamako sur les évolutions du dispositif français et réaffirmera aux autorités locales que la France entend demeurer engagée contre le djihadisme qui sévit au Mali et dans la zone sahélienne, mais nullement dans les affaires intérieures du Mali et dans la guerre larvée opposant le gouvernement central et les rebelles du nord du pays.

 

3 000 hommes

Pour le rôle de conciliateur et de "Monsieur bons offices", la France a passé le relais à l'Algérie. Sous l'égide de cette dernière, un échange de plusieurs dizaines de prisonniers a été organisé mardi et des pourparlers de paix s'engagent ce mercredi à Alger. L'architecture future de la présence militaire française dans la zone sahélienne sera précisée dans les prochains jours, à l'occasion d'une tournée africaine entamée jeudi par François Hollande. Lequel déclarait le 13 juillet lors de sa traditionnelle adresse aux militaires réunis au ministère de la Défense : "L'opération Barkhane va donc prendre le relais. Elle va mobiliser nos forces non seulement au Mali, mais dans plusieurs pays de la zone Sahel."

Concrètement, le PCIAT (poste de commandement interarmées de théâtre) actuellement installé à Bamako se déplacera vers N'Djamena (Tchad) où de nouveaux locaux ont été édifiés. Il ne manque pour ce faire qu'un accord formel qui devrait être signé par les présidents Idriss Déby et François Hollande, lors de la visite de ce dernier dans la capitale tchadienne. Concrètement, l'opération Barkhane rassemblera 3 000 hommes en englobant les effectifs et les missions de l'opération Serval et de l'opération Épervier en cours depuis 1986 au Tchad. Elle chapeautera également les opérations de renseignements, conduites par les drones MQ-9 Reaper depuis l'aéroport de Niamey (Niger), et celles que les forces spéciales mènent depuis Ouagadougou (Burkina Faso).

 

G5 Sahel

 ©  DR
 

L'opération Berkhane a vocation, insiste-t-on à Paris, à "assurer une mission unique de lutte contre le terrorisme. La situation intérieure malienne relève des seules autorités militaires de ce pays en liaison avec l'ONU." Barkhane a vocation à intervenir sur les territoires de cinq États, en relation avec les armées nationales de chacun d'entre eux, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le 9 avril dernier, le chef d'état-major des armées françaises, le général Pierre de Villiers, avait été invité à assister à la première réunion de ses homologues de ces pays, à Niamey. Dans la relation complexe de la France avec cette partie de l'Afrique, une nouvelle étape s'engage.

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 11:45
France sets up anti-Islamist force in Africa's Sahel

 

14 July 2014 BBC Africa

 

France is to set up a new military operation in the Sahel region of northern Africa in an effort to stop the emergence of jihadist groups.

 

About 3,000 French soldiers will be deployed, along with troops from Mali, Mauritania, Burkina Faso and Chad. On Monday France ended its military deployment in Mali, set up 18 months ago after an Islamist insurgency there. French forces helped the Malian government recapture the north from al-Qaeda-linked militants last year.

 

Counter-terrorism

 

The new long-term force, named Operation Barkhane, will be based in the Chadian capital Ndjamena, but will have a mandate to operate across borders. It will target Islamist extremists in Mali, Chad and Niger. The French troops will be backed by six fighter jets, 20 helicopters and three drones. The main objective of Operation Barkhane is counter-terrorism, Defence Minister Jean-Yves Le Drian has said. The new deployment will take place in the coming days. The Sahel includes some of the world's poorest countries but has rich natural resources in the form of minerals and gas. France sent troops to Mali in January 2013 after Islamist militants threatened to overrun the capital, Bamako. But Mr Le Drian said Islamist groups posed a threat to the entire region.

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 10:45
Décès d'un soldat français au Mali

 

15 Juillet 2014 Elysee

 

Le Président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort hier au Nord du Mali d'un sous-officier du 1er régiment étranger de Génie de Laudun-l'Ardoise (Gard), alors qu'il participait à une opération de reconnaissance dans la région d’AlMoustarat.

 

Il rappelle que les soldats français sont engagés aux côtés de l’armée malienne et des forces des Nations Unies. Ils accomplissent avec courage et efficacité cette mission pour consolider la souveraineté du Mali et lutter contre les groupes terroristes.

 

Le chef de l'Etat adresse ses condoléances à sa famille comme à ses proches, et les assure de la solidarité du pays dans ces douloureuses circonstances.

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:45
Sahel-Armées : Barkhane succède à Serval

 

13 juillet, 2014 – BBC Afrique

 

"Dans les jours qui viennent", la France va lancer dans le Sahel une opération militaire baptisée Barkhane, avec la collaboration de cinq pays de cette zone.

 

Il s’agit du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et Tchad.

 

Cette opération sera menée par 3.000 soldats français dont "l'objectif sera essentiellement de faire du contre-terrorisme" dans le Sahel, indique l’AFP, citant le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

"Présence durable"

 

Des soldats des cinq pays africaines partenaires vont participer à cette opération, selon Le Drian, qui souligne, sans autre précision, qu’il s'agira bien d'une "présence durable" dans le Sahel.

 

Il précise que le dossier Barkhane sera au menu des discussions que le président français, François Hollande, aura avec ses homologues africains lors de son déplacement en Côte d'Ivoire, au Niger et au Tchad, de jeudi à samedi prochains.

 

Cette opération porte le nom d'une dune "en forme d'un croissant allongé dans le sens du vent". Elle sera appuyée par 20 hélicoptères, 200 véhicules blindés, 10 avions de transport tactique et stratégique, six avions de chasse et trois drones, a indiqué Jean-Yves Le Drian.

 

L'état-major de Barkhane sera installé à N'Djamena, la capitale du Tchad.

 

Bilan de Serval

 

L’opération Serval avait été lancée le 11 janvier 2013 pour stopper la progression des groupes rebelles armés du nord vers la capitale du Mali et soutenir les troupes maliennes.

 

Elle avait mobilisé 1.700 militaires français, qui ont perdu huit des leurs en un an et demi.

 

"L'opération contre le terrorisme a été menée à bien, avec une grande efficacité", avec "beaucoup" de terroristes éliminés et "de stocks d'armes" saisis, a estimé le ministre de la Défense.

 

Selon ses services, 200 tonnes d'armements et de munitions ont été saisis, dont 20 tonnes de nitrate d'ammonium, qui sert à fabriquer des engins explosifs.

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:45
Inquiétude des Maliens après l’annonce de la fin de l'opération Serval

 

14-07-2014 par RFI

 

C'en est officiellement fini de Serval. L'opération militaire française au Mali, lancée en janvier 2013, va être remplacée par Barkhane. Une opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. C'est ce qu'a annoncé, dimanche 13 juillet, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Malgré ce changement de nom, les effectifs du contingent et sa mission vont rester globalement les mêmes : 3 000 hommes chargés de lutter contre le terrorisme, mais redéployés sur une zone plus large donc. Réactions à Bamako après l'annonce de Paris de réorganiser son dispositif militaire dans la région.

 

« Le président de la République a souhaité qu’il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone, si bien que nous allons initier une nouvelle opération qui n’est pas uniquement une opération au Mali, qui dépasse largement l’opération Serval, qui va se mettre en place dans les jours qui viennent, dont l’objectif est essentiellement du contre-terrorisme. Et ça se fait en partenariat avec les cinq pays de la zone sahélo-saharienne (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), et cela représente « à peu près 3 000 militaires en tout », a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lors de l'émission Le Grand Rendez-Vous Europe 1-Le Monde-iTélé.

 

Avant de rendre publique la nouvelle, Paris a prévenu les autorités maliennes. « Serval ne quitte pas le Mali, mais étend plutôt ses tentacules », commente-t-on au ministère malien de la Défense. L’on se veut rassurant. « En ces moments plutôt difficiles, ajoute notre interlocuteur, le Mali pourra continuer à compter sur la France pour faire face au péril jihadiste ».

 

Sur le terrain, la ville malienne de Gao restera la principale plate-forme militaire française, affirme-t-on également. Mais ici, des civils, des habitants du nord notamment, manifestent des inquiétudes après l’annonce du réaménagement du dispositif militaire français dans la région.

 

« Pourquoi ils nous abandonnent, pourquoi ils s’en vont alors que le travail n’est pas terminé ? », interroge un habitant de la localité de Tombouctou. A Gao, principale ville du nord du Mali, la même remarque revient souvent dans les conversations. « Avant de faire partir du Mali une partie de ses troupes, la France doit aider le Mali à chasser les terroristes, à récupérer la région de Kidal », affirme un habitant de Gao.

 

Le ministre français de la Défense est attendu mercredi à Bamako pour signer l'accord de défense franco-malien qui ouvre la période post-Serval. Un millier d'hommes devrait rester au Mali pour lutter contre « les groupes terroristes combattants ».

 

« Grâce à l'opération Serval qui achève sa tâche, il n'y a plus de sanctuaire pour les groupes terroristes au Mali. C'est une mission qui a été parfaitement accomplie », a déclaré ce dimanche François Hollande lors de son allocution aux armées à la veille du défilé du 14-Juillet.

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 08:45
source geologues-prospecteurs-fr

source geologues-prospecteurs-fr

 

13.07.2014 JDD


"Serval a rempli sa mission, il fallait que le Mali retrouve son intégrité, c'est fait". Invité au micro d'Europe 1, Jean-Yves Le Drian n'en est pas resté là au niveau des annonces sur l'implication française au Mali, et plus largement dans la région subsaharienne. "Il y a toujours des risques de développement du jihadisme dans les pays du Sahel" a prévenu le ministre.

 

>>> Lire aussi : Après "Serval", l'opération "Barkhane"

 

"Le président de la République a voulu qu'il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone pour que nous menions une nouvelle opération" a t-il poursuivi. "L’objectif est principalement de l'ordre du contre-terrorisme. Le but c'est d'empêcher que ce que j'appelle l'autoroute de tous les trafics devienne un lieu de passage de réorganisation des équipes djihadistes entre la Libye et la côte Atlantique. C'est notre sécurité qui est en jeu, on nous dit qu'on se préoccupe uniquement de la sécurité des Etats africains de la région mais la situation nous concerne directement." 3.000 hommes seront mobilisés directement pour l'opération Barkhane selon le ministre de la Défense.

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 12:45
Au Sahel, l'opération Barkhane remplace Serval

Barkhane source geologues-prospecteurs-fr

 

13/07/2014 Par Alain Barluet – LeFigaro.fr

 

La France a officiellement acté la lancement d'une nouvelle opération, plus large et permanente pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Elle mobilisera 3000 militaires français.

 

A la veille du 14 juillet, la France a acté officiellement la fin de l'opération Serval au Mali et son remplacement dans les prochains jours par «Barkhane», une opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme au Sahel, qui mobilisera 3000 militaires français.

«Le président de la République a souhaité qu'il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone» du Sahel, avec «l'opération Barkhane» - du nom d'une dune prenant la forme d'un croissant sous l'effet du vent - dont «l'objectif est essentiellement du contre-terrorisme» dans toute la région, a déclaré Jean-Yves Le Drian, dimanche, lors de l'émission «Le Grand Rendez-vous» Europe 1-Le Monde-iTélé.

Ce basculement du dispositif militaire au Sahel était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, mais il avait dû être reporté fin mai en raison d'un regain de tension dans le nord du Mali. L'opération «Barkhane» sera mise en place dans les jours qui viennent, en partenariat avec cinq pays de la bande sahélo-saharienne (Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad). Il s'agira d'une «présence durable», a indiqué dimanche le ministre de la Défense. L'opération bénéficiera de moyens considérables: 20 hélicoptères, 200 véhicules blindés, 10 avions de transport tactique et stratégique, 6 avions de chasse et 3 drones, a précisé le ministère de la Défense.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories