Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 11:45
Belgian donation to the Malian Armed Forces.

 

28 mai 2013 EUTM Mali

 

Belgium, one of the twenty-two members of the European Union supporting the European Union Training Mission in Mali, has made a donation to the Malian Armed Forces on Friday 24th  May during a ceremony which has taken place at the Malian Ministry of Defense in Bamako.

 

    The military equipment supplied by the Belgian Army included generators, operational assets (compasses and binoculars) and logistic items (camp beds, chairs and tables) which are going to be supplied by the Malian Armed Forces to furnish the next battalions which are going to be trained by EUTM at Koulikoro.

 

    The military ceremony was presided by the Malian Minister of Defense, General Yamoussa Camara, accompanied by the Joint Chief of Staff (CEMGA in the French abbreviation) of the Malian Armed Forces, General Dembelé, the Belgian Military Attaché representative of the Belgian Kingdom, Full Colonel Antonio Vitale and the Deputy Commander of EUTM Mali, Colonel Stefano Di Sarra.

 

     The Malian Minister of Defense Yamoussa Camara thanked this donation of the Belgian Army and its contribution to the recovery of the integrity of the Malian territory.

Inspecting the materials

Inspecting the materials

Partager cet article

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 16:30
Syrie: la Belgique contre une levée totale de l'embargo sur les armes

BRUXELLES, 27 mai - RIA Novosti

 

La Belgique est opposée à une levée totale de l'embargo sur les armes pour la Syrie, car elles risquent de "tomber entre de mauvaises mains", source majeure d'inquiétude pour la communauté internationale, a indiqué lundi le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders.

 

"Pour qu'il y ait une levée totale de l'embargo, il doit y avoir suffisamment de garanties (que les armes ne tombent pas entre les mains d'extrémistes)", a déclaré le ministre à son arrivée à Bruxelles pour une rencontre des chefs de diplomatie des 27 pays de l'Union européenne.

 

Les ministres devront décider du sort de l'embargo sur les armes pour la Syrie qui expire le 31 mai, tout comme les autres sanctions frappant ce pays.

 

Il n'y a toujours pas de position unique au sein de l'UE sur la levée ou la prorogation de l'embargo sur les armes pour la Syrie. Plusieurs pays proposent de maintenir cet embargo, alors que la France et la Grande-Bretagne insistent sur une levée totale de l'embargo et des livraisons d'armes à l'opposition syrienne. Enfin, d'autres pays suggèrent la prorogation des sanctions durant deux à trois mois afin de ne pas compromettre la tenue de "Genève 2", conférence internationale sur la Syrie proposée par Moscou et Washington.

 

Fin février, l'UE a déjà assoupli ses sanctions contre la Syrie, en autorisant la livraison à l'opposition syrienne de matériel non létal et d'une assistance technique pour assurer la protection des civils.

 

Selon l'Onu, le conflit en Syrie a fait plus de 80.000 morts et plus d'un million de réfugiés depuis mars 2011. Damas affirme que les rebelles bénéficient d'un soutien étranger, et que des milliers de mercenaires étrangers, y compris des commandos terroristes, combattent dans les rangs de l'opposition armée.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 11:30
Royal Navy takes the lead in international exercise

HMS Shoreham taking part in International Mine Countermeasures Exercise 2013 [Picture: Petty Officer (Photographer) Paul A'Barrow, UK MoD]

 

21 May 2013 Ministry of Defence

 

UK mine warfare experts have swapped Scotland for the Gulf to play a pivotal role in the world's largest ever mine countermeasures exercise.

 

 

The mine warfare battle staff are embarked on Royal Fleet Auxiliary (RFA) ship Cardigan Bay for the International Mine Countermeasures Exercise 2013 (IMCMEX 13), a 2-week naval exercise involving personnel from over 40 countries.

The Royal Navy personnel are on board Cardigan Bay to take charge of a group of 6 minehunters working in the southern Gulf region. Of those, the British minehunters are HMS Atherstone, HMS Quorn, HMS Shoreham and HMS Ramsey.

HMS Dragon seen from a US Navy guided-missile destroyer
A US Navy guided-missile destroyer follows Royal Navy Type 45 destroyer HMS Dragon through the Strait of Hormuz [Picture: Mass Communication Specialist 3rd Class Carla Ocampo, US Navy]

One of the Royal Navy’s newest warships, HMS Dragon, is also taking part in the exercise; her role is to provide air defence cover to minehunting teams.

Other military units embarked on Cardigan Bay for the exercise include American and Japanese unmanned underwater vehicle (UUV) teams, a group of US Navy mine clearance divers and the UK’s joint role 2 medical team.

All of these assets come under the supervision of Commander Neil Marriott, the Commanding Officer of the UK Mine Countermeasures Force (UKMCMFOR).

Commander Neil Marriott (library image)
Commander Neil Marriott (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Sally Stimson, Crown copyright]

As the exercise is the first time that the current UKMCMFOR has deployed to sea, it is seen as a great opportunity to hone their skills. Commander Marriott explained:

We’re going to have plenty of opportunities to work with many other foreign officers and foreign ships to understand how they do their business.

We have some very experienced NATO mine warfare experts on the staff, and we are using their knowledge to help improve our own and vice-versa.

IMCMEX 13 is made up of warships, helicopters, diving teams and command staff personnel from all over the world, and aims to improve and develop the international community’s ability to maintain freedom of navigation worldwide. Countries learn to work together to ensure shipping lanes are clear of mines and share expertise and technology.

Bridge operations on board HMS Shoreham
Lieutenant Commander Mark Hammon oversees bridge operations on board HMS Shoreham [Picture: Petty Officer (Photographer) Paul A'Barrow, Crown copyright]

Commander Marriott said:

The UK and US have a long-standing relationship here in the Middle East, and are able to work together with relative ease. It’s the other countries who have come to take part in the exercise that we are particularly interested in developing relationships and co-operating with.

One such country, Belgium, has sent several officers to take part in the exercise. Mine warfare expert Commander Yvo Jaenen is embarked on RFA Cardigan Bay, taking on the role of Underwater Mine Countermeasures Commander.

When not participating in this exercise, Commander Jaenen works at the Belgian Navy headquarters in Den Helder. For IMCMEX 13 he and his team are working with the British mine warfare battle staff, providing specialist advice to Commander Marriott and his team:

I have an integrated Belgian and Dutch staff, augmented by officers and warrant officers from Japan and the US,” he said. “Our main objective is to integrate all the different capabilities provided by all the different countries, and then develop new tactics and techniques for the use of UUVs and divers across the international community.

RFA Cardigan Bay
RFA Cardigan Bay seen from HMS Shoreham [Picture: Petty Officer (Photographer) Paul A'Barrow, Crown copyright]

One of IMCMEX’s main aims is to allow the international community to respond to a mine threat anywhere in the world:

Training like this allows us to develop this capability,” adds Commander Marriott. “The Royal Navy’s mine countermeasures vessels have various standing commitments, including duties around the UK and ships available at short notice to deploy globally.

We are recognised as a world-leading mine countermeasures force, but we cannot do the job alone, and it’s exercises like IMCMEX 13 that allow us to bring together international expertise to ensure freedom of navigation anywhere on the high seas.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 10:55
Le Primauguet franchit les passes de Brest

Le Primauguet franchit les passes de Brest

14/05/2013 Sources  Marine nationale

 

Du 13 au 23 mai 2013, la France conduit auprès de six autres nations, l’entraînement tactique multinational bisannuel de lutte anti-sous-marine Spontex  sur la façade atlantique. Spontex 2013 est particulièrement consacré à la lutte anti-sous-marine en zone littorale et en eaux peu profondes.

Le Primauguet en grande rade de Brest. Le sous-marin portugais, Arpao, en rade de brest, s'apprète à  franchir les passes

Le Primauguet en grande rade de Brest. Le sous-marin portugais, Arpao, en rade de brest, s'apprète à franchir les passes

Ainsi, la France, l’Allemagne, la Belgique, le Canada, la Pologne, le Royaume-Uni et le Portugal réunissent dix bâtiments de surface, deux sous-marins, deux avions de patrouille maritime et des hélicoptères, pour un entraînement de haut niveau dont l’objectif est d’améliorer l’interopérabilité des alliés en les mettant dans les conditions de leur potentiel emploi au sein d’une task force multinationale

 

Spontex met également en œuvre toute la chaîne de commandement et de contrôle  tactique dans un contexte multinational, en déployant un état-major d’une trentaine de personnes à bord du TCD Siroco, majoritairement issues de la Force aéromaritime de réaction rapide, pour conduire les opérations

 

Les moyens français participant à Spontex 13

 

    Transport de chalands de débarquement Siroco

    Frégate anti-sous-marine Primauguet

    Aviso Commandant L’Herminier

    Sous-marin nucléaire d’attaque

    Deux avions de patrouille maritime Atlantique 2

    Un état-major embarqué de trente personnes, essentiellement armé par la force aéromaritime de réaction rapide (FRMARFOR).

Le Kosciusco devant les passes de Brest

Le Kosciusco devant les passes de Brest

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
De Crem confirme le déploiement supplémentaire d'un contingent de 50 militaires belges au Mali

22 Avril 2013 sudinfo.be (Belga)

 

Le ministre belge de la Défense, Pieter De Crem, a réitéré lundi la disponibilité de la Belgique de fournir un contingent d’une cinquantaine de militaires pour assurer, à partir de la fin du mois de juin, la protection des instructeurs européens déployés au Mali pour encadrer l’armée locale.

 

 

M. De Crem a rencontré lundi après-midi à Paris son homologue français, Jean-Yves Le Drian, pour évoquer la situation au Mali, la défense européenne et la coopération militaire bilatérale entre les deux pays, avant de gagner Luxembourg - où ces thèmes seront à nouveau largement abordés mardi entre les ministres européens de la Défense lors de leur réunion semestrielle.

 

Lors de cet entretien d’une heure, dans une atmosphère qualifiée de «cordiale», M. De Crem a notamment confirmé la disponibilité du gouvernement belge à fournir un peloton - soit une trentaine d’hommes, renforcés avec des moyens logistiques - pour contribuer, avec d’autres pays, à la protection des formateurs de la mission de formation et de conseil à l’armée malienne (EUTM) que l’Union européenne vient de lancer au sein de l’académie militaire de Koulikoro, une localité située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bamako.

 

Cette participation à l’EUTM devrait débuter vers la mi-juin, comme convenu le 13 mars au sein du conseil ministériel restreint, a précisé l’entourage du ministre.

 

Deux hélicoptères belges Agusta A109 médicalisés sont déjà affectés à l’EUTM depuis le 22 mars, après avoir été engagés durant deux mois dans l’opération française Serval dirigée contre les groupes islamistes armés occupant le nord du Mali. Ils opèrent depuis Bamako.

 

M. Le Drian a pour sa part expliqué à son homologue belge les plans français pour la fin de l’opération Serval et son remplacement par une force de l’ONU, la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), qui comprendra environ 11.200 hommes.

 

L’Assemblée nationale française a autorisé lundi la prolongation de l’opération Serval, qui verra toutefois ses effectifs allégés à 1.000 hommes à la fin de l’année - contre 4.000 encore aujourd’hui.

 

MM. Le Drian et De Crem ont également évoqué le sommet européen de décembre prochain, qui sera consacré à la relance de «l’Europe de la défense». Ils ont convenu que cette discussion entre les chefs d’État et de gouvernement des 27 (28 avec l’adhésion prévue de la Croatie en juillet) devrait se renouveler chaque année «avec une obligation de résultats», selon la même source.

 

Les ministres belge et français de la Défense ont enfin évoqué la coopération militaire bilatérale, en convenant de «continuer» les projets en cours.

 

Tous les pilotes militaires belges sont ainsi formés en France depuis près d’une dizaine d’années - même des changements sont prévus, comme le regroupement de la formation des pilotes de chasse à Cazaux (sud-ouest) après l’abandon de Tour (centre). Les deux pays coopèrent aussi étroitement pour l’introduction des nouveaux hélicoptères moyens de type NH90, la version belge de cet appareil dans sa variante de transport tactique (TTH) étant très proche des Caïman acquis par l’armée française.

Partager cet article

Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 19:53

Partager cet article

Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 11:18

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 18:36

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 12:26

Partager cet article

Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 07:50

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-au-fil-de-l-eau/arrivee-et-depart-du-panther-de-la-36f-c-marine-nationale/2203022-1-fre-FR/arrivee-et-depart-du-panther-de-la-36f-c-marine-nationale.jpg

Arrivée et départ du Panther de la 36F

 

27/02/2013 Sources Marine nationale

 

Tous les ans, l’hélicoptère Panther affecté au détachement 36F en Martinique est remplacé par un nouvel appareil. Cette substitution permet de répartir la charge de l’activité entre les différents Panther appartenant à la 36F.

 

Le 11 février 2013, après une préparation minutieuse, le Panther a été confié à un Hercules C130 de l’armée belge, pour le ramener en métropole dans le cadre d’un accord de transport européen. Le C130 était arrivé en Martinique quelques jours plus tôt avec le nouvel hélicoptère. Dès lors que l’hélicoptère arrive de métropole, quatre jours sont nécessaires pour suivre le bon déroulement de l’échange et la remise en état de vol de la nouvelle machine.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-au-fil-de-l-eau/le-panther-de-la-36f-a-l-interieur-du-c130-de-l-armee-de-l-air-belge-c-marine-nationale/2203027-1-fre-FR/le-panther-de-la-36f-a-l-interieur-du-c130-de-l-armee-de-l-air-belge-c-marine-nationale.jpg

Le Panther de la 36F à l'intérieur du C130 de l'armée de l'air belge

 

Cette opération nécessite une préparation minutieuse, répartie sur plusieurs jours. Des techniciens assistent le détachement dans la préparation de la machine quittant la Martinique. Plusieurs éléments sont démontés pour permettre le transport par voie aérienne, parmi lesquels la tête rotor, les pales et une partie des dérives.

 

Le détachement 36Fde Martinique est attaché à la frégate Ventôse, il embarque à bord dès que celle-ci prend la mer.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-au-fil-de-l-eau/preparation-du-depart-du-panther-de-la-36f-c-marine-nationale/2203032-1-fre-FR/preparation-du-depart-du-panther-de-la-36f-c-marine-nationale.jpg

Préparation du départ du Panther de la 36F

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 13:53

A330 Belgium AF

 

18/01/13 par Maxime de Valensart - 7sur7.be (belga.be)

 

La Belgique souhaite que l'opération militaire de la France au Mali redevienne "le plus vite possible" "une opération internationale", a déclaré vendredi son chef de la diplomatie, Didier Reynders, mais en s'abstenant de proposer des combattants belges.

 

"Le souhait c'est que le plus vite possible l'opération redevienne une opération internationale", a déclaré M. Reynders sur la radio Europe 1, en se défendant d'une inaction de la Belgique.

 

"Nous avons immédiatement apporté notre soutien à la France, il y a 75 militaires belges qui sont déjà partis, nous avons donné un support logistique avec des avions de transport", un hélicoptère et une aide médicale, "et donc nous avons des soldats sur place qui seront y compris au Mali mais qui ne seront pas des forces combattantes", a-t-il dit.

 

"Je reconnais, c'est évident, que l'opération qui est en cours au Mali démontre à nouveau les retards pris dans la construction d'une Europe de la Défense. On a vraiment un problème de mobilisation de moyens en Europe quand des évènements importants se produisent", a poursuivi le ministre belge.

 

"En défense, l'Europe doit accélérer"

 

L'Europe "progresse très lentement en politique étrangère et en défense, on doit accélérer", a conclu Didier Reynders en considérant qu'au Sahel, il s'agit d'un "combat international où l'Europe doit s'engager très fortement".

 

Depuis son entrée en guerre au Mali il y a une semaine contre des groupes islamistes, la France est le seul pays occidental à recourir à des avions-bombardiers et à des troupes dotées de blindés. Plusieurs pays lui apportent une aide logistique qui reste très limitée. Jeudi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a souhaité à Bruxelles qu'un "maximum de soutien" soit apporté à la France dans son engagement militaire.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 08:55
NH90 : Standard 2 pour la marine française et première livraison pour la Belgique

24/12/2012 Mer et Marine

 

Deux évènements ont marqué, le 21 décembre, le programme NH90. Tout d’abord, la livraison à la Belgique du premier des 8 hélicoptères commandés au consortium NH Industries (détenu à 62.5% par Eurocopter, 32% par AugustaWestland et 5.5% par Fokker Aerostructures) pour ses forces armées. Cet appareil est en version TTH (Tactical Transport Helicopter), comme le seront les trois prochains exemplaires belges. Les quatre machines suivantes seront des NFH (Nato Frigate Helicopters), version navalisée du NH90, qui sera embarquée sur les frégates belges Léopold 1er et Louise Marie, en remplacement des Alouette III actuellement en service.

 

Le 21 décembre toujours, la Direction Générale de l’Armement prenait livraison, également sur le site Eurocopter de Marignane, du 1er Caïman Marine, appellation française de la version navale du  NH90, au Standard 2 (ou Step B comme disent les industriels). Après une courte période d’évaluation conduite au Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S), l’appareil renforcera la flotte de 7 Caïman déjà en service au sein des flottilles 31F et 33F, basées à Hyères (Var) et Lanvéoc-Poulmic (Finistère). Ces machines, livrées depuis 2011 au standard 1 (Step A), seront progressivement mises au niveau le plus récent entre 2014 et 2017.

 

Autoprotection, MU90 et réservoirs externes

 

Le standard 2 du Caïman Marine introduit le système d’autoprotection de l’hélicoptère, comprenant notamment des leurres électromagnétiques et infrarouges. Il ouvre également la voie à la capacité de tir de la torpille anti-sous-marine MU90, attendue en 2013, tout en améliorant différents systèmes du standard précédent. La nouvelle version permettra, de plus, l’emport de réservoirs externes afin d’améliorer l’autonomie de l’hélicoptère. Celui-ci pourra disposer de deux bras de chaque côté de la cellule, chacun étant capable d’emporter un bidon de carburant ou une torpille (avec panachage possible de deux bidons, un bidon et une torpille ou deux torpilles). A terme, le Caïman français, à l’instar du NH90 italien avec le Marte Mk2/S, pourra également mettre en œuvre un ou deux missile(s) antinavire léger(s).

 

Premières capacités ASF et ASM sur le standard 1

 

Sans attendre l’arrivée du standard 2, la Marine nationale, suite aux expérimentations menées par le CEPA/10S, a ouvert mi-novembre une capacité de lutte au dessus de la surface (ASF) pour les Caïman au standard 1. Et, toujours sur ce premier standard, une première capacité de lutte anti-sous-marine (ASM) devrait être disponible avant le mois de février.

 

Déployé depuis ses bases littorales ou sur les frégates des types Horizon et FREMM, les Caïman Marine pourront, dans le domaine de la lutte ASM, mettre en œuvre un sonar trempé FLASH, des bouées acoustiques et des torpilles MU90. En dehors de la lutte au dessus de la surface, ces appareils servent également aux missions de sauvetage en mer et au transport opérationnel. Sur les 27 Caïman commandés pour la marine française et livrables d’ici 2021, 13 seront dotés d’une rampe arrière (dont les 7 premiers) permettant l’embarquement rapide de troupes ou de matériel, avec une capacité d’emport d’environ 16 passagers.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 07:25
Sommet OTAN de Chicago et défense Benelux : jusqu’à quel point la « smart defense » est-elle intelligente ?

 

10.05.2012 Par Joseph Henrotin - DSI

 

Si l’attention des médias s’est surtout portée sur la question du retrait d’Afghanistan au cours du récent sommet OTAN de Chicago, d’autres questions y ont également été abordées et ne seront pas sans conséquences pour la défense des Etats-membres. Il y a, évidemment, la question du système antimissile, évoquée depuis une quinzaine d’années et maintenant considérée comme ayant atteint un premier stade opérationnel, par la mise en réseau des capacités nationales et celles mises à la disposition des Etats-Unis. Premier sujet d’inquiétude, l’évolution des systèmes de commandement liés, qui ne devaient coûter que 170 millions de dollars selon le secrétaire général de l’OTAN, son coût étant maintenant estimé à plus d’un milliard. Deuxième sujet d’inquiétude, ce système essentiellement dirigé contre l’Iran, pose la question d’une réflexion stratégique déficitaire. Tout indique pour l’heure que l’Iran a une conception défensive de la dissuasion, exactement au même titre que la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis ou l’Inde. In fine, l’OTAN s’engage donc dans un système peu efficace (1), qui ne répond pas à la question iranienne (à laquelle seule une dissuasion crédible peut répondre), qui fâche inutilement la Russie, et dont les coûts seront plus importants que prévus.

 

Les limites du modèle

 

Revenons à la question de l’adversaire probable pour aborder un autre point peu évoqué par les médias et renvoyant à la « smart defense », soit un processus de mise en commun et de partage des capacités nationales (pooling and sharing), pour l’heure sur 25 projets. Dans un contexte de crise économique, alors que les budgets de défense ne cessent de baisser et que le coût des matériels s’accroît, la mesure pourrait paraître a priori de bon sens. A certains égards, elle l’est, comme lorsque le sommet valide l’achat de cinq grands drones dotés de radars de surveillance terrestres – encore que l’on est loin du projet initial, seuls 13 Etats y participant. Comme les AWACS de l’OTAN, ils seront mis en œuvre par une unité multinationale ad hoc. Le problème de la smart defense se pose à deux niveaux. Premièrement, dans l’interdépendance qu’elle induit face aux réalités du terrain. Pour résumer les choses abruptement, que se passe-t-il lorsque vous avez besoin d’une capacité pour une opération, mais que l’Etat disposant de cette capacité ne veut pas vous la prêter ? Ce n’est pas un cas d’école. En Libye, le binôme franco-britannique puis l’OTAN n’ont pas pu bénéficier de capacités antiradars allemandes pourtant précieuses (Tornado ECR). In fine, les Etats-Unis ont comblé le vide. De ce point de vue, la smart defense avantagerait surtout Washington, qui dispose de tout le nécessaire.

 

Deuxièmement, la smart defense, si elle permet des annonces politiques mettant en évidence le renforcement de la défense des Etats-membres, manque de prendre en considération l’art délicat de la gestion des coalitions – voie obligée pour des armées trop réduites que pour travailler seules. Leur vrai problème n’est pas celui des capacités, c’est celui de la prise de risque et de son partage. L’Afghanistan l’a parfaitement démontré : certains veulent rester en arrière pour éviter des pertes (caveats) mais que fait-on si ceux-là on des capacités nécessitant qu’ils soient en avant ? Personne n’a, pour l’heure, de véritable solution et, comme à l’habitude, on a essentiellement travaillé sur ce qui faisait consensus (réduire les coûts et chercher une efficacité dans le domaine matériel) plutôt que sur le partage des risques, question autrement plus délicate mais opérationnellement cardinale. De fait, la Belgique a marqué son intérêt pour deux, seulement, des 25 projets – sans s’engager fermement.

 

Et la Belgique ?

 

Au vrai, la prudence belge contraste assez largement avec un autre événement assez peu évoqué par les médias, la déclaration d’intention de coopération dans le domaine de la défense au niveau BENELUX. Pratiquement, il s’agit là aussi de pooling and sharing entre les trois Etats, mais cette fois sur des domaines les concernant plus directement (surveillance et interventions dans leurs espaces aériens, formation commune de pilotes d’hélicoptères, etc.). Là aussi, l’initiative est fondamentalement bonne, mais elle pose également question, là aussi à deux égards. D’une part, sur son étendue, qui pourrait comprendre le renouvellement des flottes de F-16, qui, pour P. De Crem, « sera le premier moment de vérité, pour savoir si les partenaires de l’OTAN se mettent d’accord pour faire une trajectoire sur ce point » (2). Or, les Néerlandais sont totalement engagés dans un programme F-35 non seulement en retard mais aussi en surcoût notoire – le Japon va acheter ses appareils 210 millions de dollars pièce, un peu moins du double du coût des appareils européens – et dont les capacités sont largement soumises à caution. Si nous sommes réalistes, outre l’incohérence d’acheter américain – là où la Belgique a sans doute un des discours les plus pro-européen – et à ce prix ne peut qu’aboutir au non remplacement des F-16 belges. Dans les conditions budgétaires actuelles, personne n’accordera son blanc-seing à cet achat. Encore faudrait-il que l’argent soit disponible : la Belgique est, au sein de l’OTAN, avant-dernière en termes de part des investissements dans son budget de défense.

 

Un autre scénario théorique pourrait être une force aérienne BENELUX, où la Belgique apporterait une contribution financière et humaine, ce qui nous amène au deuxième problème. D’ordre politique, il confère aux choix des partenaires effectués par la Belgique. L’orientation BENELUX répond aux espérances de certains (dont la NVA mais aussi Ward Kennes, CD&V) de voir à terme émerger une « leger van de lage landen », une armée des Pays-Bas – au sens bourguignon – dans le cadre d’une vision géopolitique décentrant la Belgique. Or, cette dernière, a également des accords avec la France (sur la formation des pilotes, par exemple), qui apparaît plus clairement comme une puissance de référence – depuis les réformes britannique, les forces françaises sont les premières d’Europe. Comparativement, les forces néerlandaises sont dans une phase déclinante : mise sous cocon des chars et d’une partie de l’artillerie, réduction de la flotte d’hélicoptères et de F-16, non par choix, mais bien par contrainte budgétaire (3). Si l’on peut s’étonner que pareils choix ne fasse gère l’objet de débats en Belgique – c’est du cœur de la souveraineté nationale du Royaume dont il s’agit – ont peut aussi s’étonner que personne ne prenne en compte le vieil adage suivant lequel deux hommes malades n’ont jamais fait un homme en bonne santé…

 

1 La probabilité d’atteinte de cible des missiles SM-3 américains est de l’ordre de 60 % en condition de laboratoire. Sur les problèmes stratégiques induits par les antimissiles et les contre-mesures qui peuvent leur être appliqués, voir le dossier consacré à la question dans Défense & Sécurité Internationale, n°75, novembre 2011.


2 Bruxelles 2, 21 mai 2012 – http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/le-vrai-moment-test-de-la-mutualisation-le-renouvellement-des-f-16-p-de-crem.html


3 Voir l’interview du général van Uhm, chef d’état-major néerlandais, dans Défense & Sécurité Internationale, n°74, octobre 2011.

 

Sur le même sujet :

  1. Accord de coopération de défense BENELUX La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg ont conclu, le...
  2. Defense Strategy Guidance 2012 : quelles évolutions pour la défense américaine ? C’est sans doute la première « Vision » (au sens américain du...
  3. La parole est la Défense. La vie complexe des idées stratégiques non institutionnelles Le colonel Michel Goya, auteur du blog « La voie de...
  4. L’Europe et sa défense Grégory Boutherin et Emmanuel Goffi (Dir.), Choiseul, Paris, 2011, 284...
  5. Belgique – les conséquences pour la défense du nouvel accord de gouvernement L’une des conséquences propres à la constitution d’un gouvernement issu...

Partager cet article

Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 11:40
La Belgique financera les forces de sécurité afghanes

 

18/04/12 - Julien Collignon 7sur7 (belga.be © reuters)

 

Le gouvernement a marqué son accord de principe pour la Belgique contribue à l'effort financier en faveur des forces de sécurité afghanes après 2014, date prévue du retrait des troupes de combat occidentales d'Afghanistan, a annoncé mercredi le Premier ministre Elio Di Rupo, à l'issue d'un entretien avec la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, en précisant que les modalités restaient à décider.

 

Les Etats-Unis ont adressé à la Belgique une demande pour qu'elle contribue - à hauteur de 15 millions de dollars par an (11,4 millions d'euros) pendant dix ans - au financement des forces de sécurité afghanes (ANSF, armée et police) à partir de 2014, après le retrait de la force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), dirigée par l'Otan.

 

"Il y a un accord de principe au sein du gouvernement pour que la Belgique contribue à l'effort" financier en faveur des forces de sécurité afghanes après 2014, a affirmé le Premier ministre à la presse télévisée à l'issue de cet entretien avec Mme Clinton au Lambermont, sa résidence de fonction à Bruxelles.

 

Le gouvernement doit toutefois encore discuter au cours des prochaines semaines et mois des modalités et du montant de ce soutien financier, a précisé M. Di Rupo.

 

A l'approche du sommet de l'Otan qui se tiendra les 20 et 21 mai à Chicago (Etats-Unis) pour baliser le retrait des troupes de combat étrangères d'Afghanistan d'ici fin 2014 et la poursuite de l'assistance occidentale à Kaboul, l'administration américaine a approché ses alliés et ses partenaires pour solliciter leur contribution au financement des forces de sécurité afghanes comptant 228.000 hommes - doit 120.000 de moins qu'actuellement -, afin d'assurer la sécurité dans le pays.

 

Le montant annuel nécessaire à partir de 2015 est estimé à 4,1 milliards de dollars par an. Les Etats-Unis prévoient d'en prendre en charge environ 2,3 milliards, laissant le soin à leurs partenaires et au gouvernement afghan de se répartir le solde (dont 500 millions de dollars pour l'Afghanistan, un pays dont la situation économique reste fragile).

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, ouvrant une réunion ministérielle de deux jours à Bruxelles à laquelle Mme Clinton doit participer, a pour sa part appelé les pays participant à la mission de l'Alliance en Afghanistan à fournir une "part équitable" au financement des ANSF à partir de 2014.

 

"Je m'attendrais à ce que les alliés de l'Otan et les partenaires (au sein de l'Isaf) s'engagent à payer une part équitable de la facture", a-t-il dit, tout en précisant que la réunion de Bruxelles n'était pas "une conférence des donateurs".

 

L'Espagne a quant à elle été sollicitée par Washington pour un montant de 30 millions d'euros, selon une source diplomatique.

 

La Belgique, comme d'autres alliés européens et même le Canada, se pose toutefois des questions sur le bien-fondé d'une telle demande, souhaitant des clarifications de Washington sur les montants évoqués et leur destination finale.

 

Au moment où le gouvernement fédéral est à la recherche d'économies, se pose également la question de l'imputation d'un tel montant.

 

La Défense, présente en Afghanistan depuis 2003, où elle a dépensé des dizaines de millions d'euros, estime avoir rempli son contrat. La Coopération au développement, qui consacre chaque année douze millions d'euros à la reconstruction de l'Afghanistan, se voit pour sa part mal financer l'armée et la police d'un pays indépendant, même s'il émerge de trois décennies de guerre qui l'ont ravagé.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:55
La Belgique et les Pays-Bas s'engagent à renforcer leur coopération militaire

 

29 février 2012 RTBF.be

 

La Belgique et les Pays-Bas se sont engagés mercredi à renforcer leur coopération militaire dans l'année, en étudiant des projets concrets, comme la formation en commun de pilotes d'hélicoptères et de parachutistes ou l'achat d'équipements individuels pour les fantassins, avant, peut-être l'acquisition à terme ensemble de nouveaux avions de combat, ont indiqué les ministres de la Défense des deux pays.

 

"Nous allons faire plus dans les prochaines années", a affirmé le ministre néerlandais, Hans Hillen, lors d'une visite de son homologue belge, Pieter De Crem à la grande base navale de Den Helder (nord-ouest des Pays-Bas), qui abrite depuis 1996 un état-major opérationnel binational commun aux deux marines, "l'amiral Benelux" (ABNL).

 

Pieter De Crem était accompagné par des membres de la commission de la défense de la Chambre, dont plusieurs l'avaient récemment interrogé sur les formes de coopération militaire multinationales dans lesquelles l'armée belge est engagée et qui sont appelées à se multiplier sous l'appellation de "Pooling and Sharing" - en français "partage et mutualisation" - au sein de l'Union européenne et de "Smart Defence" pour l'Otan.

 

Cette coopération maritime, aussi appelée Benesam, "se passe bien et est exemplaire", a souligné Hans Hillen devant la presse belge et néerlandaise, en assurant qu'il s'agissait d'un "produit d'exportation" au moment où les pays de l'Otan et de l'UE sont contraints de réduire leurs budgets militaires.

 

Au fil des ans, la coopération opérationnelle s'est étendue aux aspects de formation et logistiques, a expliqué le "patron" de la Marine belge, l'amiral de flottille Michel Hofman, parlant opération "win-win". La frégate belge "Leopold 1" est ainsi en cours de modernisation à mi-vie dans l'arsenal néerlandais de Den Helder qui entretient les navires de ce type, alors que les chasseurs de mines des deux pays (six et cinq) sont entretenus par la marine belge à Zeebruugge.

 

"C'est un succès à élargir", a pour sa part lancé Pieter De Crem. Il a cité des exemples de nouvelles coopération en cours ou envisagées entre les deux armées, comme la formation en commun de pilotes d'hélicoptères - les deux pays ont acheté de appareils de type NH90 dans des configurations embarquées quasi-identiques - et des para-commandos, la mission de police aérienne assurée par les forces aériennes de chaque pays et la participation conjointe à des groupements tactiques européens (EUBG, des unités "en stand by" par semestre. Il a également évoqué une collaboration pour la mission de police aérienne assurée par les chasseurs F-16 des deux pays sous l'appellation de "Quich Reaction Alert" (QRA).

 

A terme, Belgique et Pays-Bas pourraient aussi acheter en commun, avec le Danemark et la Norvège, l'avion de combat qui succédera aux actuels F-16. "Mais aucun des deux pays n'a encore choisi" cet appareil, a souligné Hans Hillen, bien que les Pays-Bas soient fortement engagés dans le programme de chasseur américain F-35, alias "Joint Strike Fighter" (JSF), dont ils ont acheté deux prototypes.

 

Hans Hillen s'est toutefois dit confiant qu'à terme les deux pays feront "le même choix".

Partager cet article

Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 11:30

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/48/Belgian_C-130_aircraft_arrives_at_McChord.JPG/800px-Belgian_C-130_aircraft_arrives_at_McChord.JPG

photo SrA Dayton Mitchell USAF

 

28/04/2011 Belga - lalibre.be

 

Ce "transfert d'autorité", déjà effectué fin 2010 par l'Allemagne, la France et les Pays-Bas, a été retardé par des "problèmes informatiques", selon le ministère de la Défense.

 

La Belgique a transféré jeudi, avec près de quatre mois de retard sur ses partenaires, le contrôle de ses avions de transport militaire au commandement européen du transport aérien européen (EATC), un état-major multinational installé aux Pays-Bas et qui chapeaute ainsi une flotte de plus de 150 appareils de quatre pays, a-t-on appris de sources militaires. Ce "transfert d'autorité", déjà effectué fin 2010 par l'Allemagne, la France et les Pays-Bas, a été retardé par des "problèmes informatiques", selon le ministère de la Défense.

 

Il a été réalisé jeudi et concerne les onze C-130 "Hercules" de la composante Air de l'armée et l'unique Airbus A330, ainsi qu'"à la demande", les quatre Embraer ERJ-135 et ERJ-145, deux Mystère 2O et un Falcon 900 du 15ème wing de Melsbroek, a précisé l'EATC dans un communiqué.

 

Cet état-major européen installé à Eindhoven (sud des Pays-Bas) vise à une utilisation plus efficace des moyens de transport aérien et de ravitaillement en vol dont disposent les quatre pays membres, ou du moins certains d'entre eux. Il aurait dû atteindre une capacité opérationnelle initiale (IOC) fin 2010 - ce qui n'a pas été réalisé, mais devrait être le cas dans les prochains jours. Il sera pleinement opérationnel dans les prochains mois.

 

Il occupera à terme quelque 200 militaires provenant de ces quatre pays - dont 22 Belges -, mais avec la possibilité de s'élargir à d'autres, comme l'Espagne qui suit ce projet de près et le Luxembourg, des pays qui ont également commandé le futur avion de transport militaire Airbus A400M.

 

Ce QG supervisera ainsi quelque 70.000 heures de vol annuelles, selon son commandant, le général-major allemand Jochen Both. Depuis sa création, le 1er septembre dernier, il a déjà exécuté près de 3.500 missions de transport, dont 70 de ravitaillement en vol, et a coordonné l'évacuation médicale aérienne de plus de 400 patients.

 

L'Allemagne y apporte une flotte de 77 avions de transport, dont quatorze "à la demande", la France 56 appareils, dont 32 C-160 "Transall" et cinq Airbus A330-A340. Quant à la Belgique, elle a versé dans le pot commun dix de ses onze C-130 ainsi que ses huit avions pour passagers, dont sept "à la demande". Les Pays-Bas fournissent deux C-130, deux Fokker 50, deux ravitailleurs KDC-10 et, à la demande, un Gulfstream IV.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories