Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 17:50
Noble Ledger: L’artillerie belge met le paquet


6 oct. 2014 Belgian Defence

 

En septembre dernier, le Bataillon Artillerie a pris part, à Rena (Norvège), à Noble Ledger, un exercice OTAN. La Belgique a fourni, avec les Pays-Bas, l’Allemagne, la Norvège et le Luxembourg, des troupes pour le bataillon d’artillerie international qui participera l’année prochaine à la NATO Response Force (NRF15).

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 11:50
Pilotes disparus dans les environs de Florennes (exercice)


3 oct. 2014 Belgian Defense

 

Plusieurs pilotes ont dû s’éjecter de leur avion et ont été localisés en territoire ennemi tenu par des hommes armés. Le niveau de risque est relatif, mais les forces d’extraction doivent rester sur leurs gardes. Voici l’un des scénarios mis en place pour le Combined Personnel Recovery Standardisation Course (CJPRSC) 14 organisé à Florennes et qui a débuté le 22 septembre.

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:50
Pont de la paix à Anvers ouvert



2 oct. 2014 Belgian Defence

 

Le pont de la paix a été posé le 2 octobre 2014 à Anvers, entre la Rive gauche et le Steen. Ce pont a été assemblé en souvenir des cent mille réfugiés qui quittèrent la ville lors de la Première Guerre mondiale. L'ouvrage peut être traversé, après une inspection minutieuse.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 11:50
Barco vend sa division "Defense & Aerospace" à Esterline Corporation

 

29 septembre 2014 RTBF.be

 

L'entreprise courtraisienne Barco, spécialisée dans les systèmes de visualisation, a trouvé un accord avec la société américaine Esterline Corporation pour la vente de sa division "Defense & Aerospace". La vente, dans laquelle sont compris des actions et actifs, est évaluée à 150 millions d'euros, annonce Barco dans un communiqué.

 

"La transaction cadre dans la stratégie à long terme de Barco, qui veut rationaliser son portefeuille d'activités et renforcer ses activités clés" au sein de ses divisions "Healthcare", "Entertainment & Corporate", et "Industrial & Government", souligne la société belge.

L'opération devrait être clôturée au cours des trois à quatre prochains mois. L'accord est cependant encore "sujet aux conditions de clôture habituelles et aux procédures de protection des droits des salariés français".

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:50
général-major Deconinck, commandant de la Composante Terre photo BelgianDefense

général-major Deconinck, commandant de la Composante Terre photo BelgianDefense

 

25/09/2014 MIL.be

 

Le mardi 30 septembre prochain, le général-major Hubert De Vos remettra le commandement de la Composante Terre au général-major Jean-Paul Deconinck lors d’une cérémonie à Bourg-Léopold en présence de détachements de toutes les unités.

 

A cette occasion, le général-major De Vos quittera également le service actif. Le nouveau commandant, le général-major Deconinck vient du Département d’état-major Opérations et Entraînement où il exerçait  la fonction d’adjoint au sous-chef d’état-major. Précédemment, il a commandé  la 7ème Brigade à Marche-en-Famenne ainsi que le Battlegroup européen en 2009.

 

Avec environ 300 personnes sur les théâtres, la Composante Terre fournit une contribution importante aux opérations de la Défense à l’étranger, entre autres en Afghanistan, au Liban, au Mali et en République Démocratique du Congo. Durant ces opérations, nos militaires vivent et travaillent parmi les populations locales. Avec ses boots on the ground,  la Composante Terre est ainsi un maillon indispensable pour l’exécution des opérations. « With people amongst people ».

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:50
Le Centre d'Information Maritime reçoit à nouveau l’aide des UAV (Belgique)
 
24.09.2014 MIL.be

 

Depuis le début du mois de septembre, les avions sans pilotes (UAV) surveillent à nouveau les eaux territoriales belges. Ces opérations se déroulent au départ du Centre d'Information Maritime (CIM) situé à la base navale de Zeebruges.

 

Les avions sans pilote de la 80ème Escadrille UAV de la Défense recherchent principalement les navires qui polluent illégalement la mer du Nord. Leur secteur s'étend de la frontière belgo-française à Zeebruges. Tout cela à une altitude de 2000 mètres. Jusqu'à présent, les patrouilles des UAV totalisent 88 heures de vol.

Afin que les services compétents puissent analyser rapidement les diverses situations, un analyste du 80 UAV est en poste à Zeebruges, dans les locaux du CIM. Il est en contact permanent avec l'observateur en temps réel qui commande l'appareil depuis la base aérienne de Coxyde.

Tous les actes de pollution commis par les navires sont rapportés à la Direction générale de l'Environnement du Service public fédéral Santé publique, compétent en la matière.

Depuis 2008, le CIM officie comme centrale de la garde côtière belge et constitue, avec le Centre de Coordination et de Sauvetage maritime (CCSM) situé à Ostende, la branche opérationnelle de la garde côtière belge. C'est ici que sont centralisées toutes les informations traitant de la sécurité maritime des côtes belges. Au sein du CIM, trois partenaires assurent une permanence : la Défense, la police de la navigation et les douanes.

Ces trois instances ont chacune leurs tâches propres et tiennent à jour les bases de données reprenant tous les mouvements des navires dans l'espace maritime belge. Au sein du CIM, toutes ces informations sont rassemblées, analysées et partagées. Une tâche essentielle si l'on considère le trafic devant nos côtes comme un des plus denses du monde.

Les partenaires de la garde côtière et la Santé publique luttent constamment et de manière toujours plus intensive contre la pollution aux hydrocarbures en mer du Nord. Le nombre de dégazages illégaux semble diminuer. De cette manière, notre chaîne alimentaire et les organismes vivant en mer et sur la plage ne sont pas perturbés.

Pour le moment, la Belgique est le seul pays bordant la mer du Nord à utiliser les UAV comme moyen de contrôle des dégazages de navires en mer. La Belgique échange les informations de ses UAV dans le cadre des Accords de Bonn (les pays de la mer du Nord ainsi que l'Irlande), un accord régional régissant la collaboration en matières de surveillance et de lutte contre la pollution maritime.

D'autres pays montrent également un intérêt pour l'utilisation des UAV destinés à la surveillance maritime. Dans la plupart de ces pays, les autorités peuvent surveiller la pollution en mer, mais ils ne disposent pas de ces moyens. Voici donc un bel exemple de la mise en œuvre de moyens militaires au profit de la communauté.

Le Centre d'Information Maritime reçoit à nouveau l’aide des UAV (Belgique)Le Centre d'Information Maritime reçoit à nouveau l’aide des UAV (Belgique)
Le Centre d'Information Maritime reçoit à nouveau l’aide des UAV (Belgique)

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:30
photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 
26.09.2014 MIL.be

 

Ce vendredi 26 septembre, six chasseurs-bombardiers F-16 ont mis le cap sur Araxos en Grèce. Après l'approbation officielle par la Chambre, ils continuerront leur voyage vers la Jordanie. C'est de là, sous commandement américain, qu'ils participeront à la lutte contre l'organisation terroriste Etat islamique en Irak.

 

Quelque 120 militaires belges, techniciens et pilotes, prennent part à l'opération. Pendant un mois, ils opéreront à partir de la base aérienne d'Azraq, dans le nord de la Jordanie. De là, les F-16 voleront jusqu'à la zone d'opération en Irak. Les Belges n'effectueront pas de missions en Syrie.

Les avions belges peuvent effectuer des missions de reconnaissance mais ils peuvent aussi bombarder. Le premier vol sous commandement américain devrait avoir lieu dans le milieu de la semaine prochaine.

Ces dernières années, la Défense a accumulé beaucoup d'expérience dans ce genre d'opérations, surtout en Afghanistan (depuis 2008) et en Libye (2011).

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:50
NATO launches Industry Cyber Partnership

From left to right: The official launch of NATO’s Industry Cyber partnership; Ambassador Sorin Dimitru Ducaru, NATO Assistant Secretary General for Emerging Security Challenges; Kusti Salm, Estonian Ministry of Defence; Mr Chris Gibson, Director Computer Emergency Response Team UK; Rear Admiral Rob Bauer, Director Plans, Netherlands Ministry of Defence and Mr Koen Gijsbers, General Manager, NATO Communications and Information (NCI) Agency.
 

18 Sep. 2014 Nato

 

 

On 17 September 2014, NATO launched an initiative to boost cooperation with the private sector on cyber threats and challenges. The NATO Industry Cyber Partnership (NICP) was presented at a two-day cyber conference held in Mons, Belgium, where 1500 industry leaders and policy makers gathered to discuss cyber collaboration.

The NICP was earlier endorsed at the Wales Summit on 5 September by the 28 Allies.  It recognises the importance of working with industry partners to enable the Alliance to achieve its cyber defence policy’s objectives. 

Technological innovation and expertise from the private sector are crucial,” said Ambassador Sorin Ducaru, NATO’s Assistant Secretary General for Emerging Security Challenges, who officially presented the initiative to the cyber conference. “Collaboration with industry, through the NICP, is an essential way of enhancing our cyber resilience,” added Ambassador Ducaru.

The increasing threat posed by cyber attacks was one of the key agenda items at the NATO Summit, where Heads of State and Government declared that “cyber attacks can reach a threshold that threatens national and Euro-Atlantic prosperity, security and stability”. 

The launch of the NICP is a clear demonstration that NATO and industry can work effectively together - sharing information, experience and expertise to counter cyber threats.

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 09:50
La Commission européenne parmi les cibles possibles de jihadistes retour de Syrie

 

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - La Commission européenne figurait parmi les cibles possibles de jihadistes revenus de Syrie, a annoncé samedi la chaîne de radio-télévision néerlandaise publique NOS.

 

Selon NOS, au moins deux des personnes arrêtées par les autorités belges venaient de La Haye.

 

Ils préparaient un attentat. L'une des cibles était le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles, indique NOS, citant des sources anonymes.

 

Les commissaires n'étaient pas visés individuellement. L'action devait ressembler à l'attaque du Musée juif (...) avec pour objectif de tuer un maximum de personnes, a ajouté NOS.

 

Le suspect dans l'attentat du Musée juif de Bruxelles au mois de mai, qui a fait quatre morts, est le Français Mehdi Nemmouche, qui avait passé plus d'un an en Syrie dans les rangs des extrémistes islamistes et qui est actuellement détenu en Belgique sous l'accusation de meurtre lié à une entreprise terroriste.

 

Nous sommes au courant de l'information a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Commission. Nous sommes sûrs que les autorités nationales suivent l'affaire de manière appropriée.

 

Les bâtiments de la Commission à Bruxelles abritent plusieurs milliers de fonctionnaires dont les hauts responsables des responsables de la gestion au quotidien de l'Union et de ses 28 pays.

 

Bruxelles abrite également le quartier général de l'Otan et de plusieurs autres compagnies et organisations internationales mais les mesures de sécurité y adoptent un profil bas et sont discrètes.

 

Le journal belge L'Echo a rapporté plus tôt dans la journée que les autorités belges avaient empêché plusieurs attentats de jihadistes revenus au pays après avoir combattu en Syrie et qui sont des sympathisants du groupe État islamique (EI).

 

On estime à quelque 400 le nombre de personnes de nationalité belge qui sont allées se battre en Syrie, dont environ 90 sont rentrées, selon l'Echo.

 

Nous partons du principe que, parmi eux, un sur neuf a l'intention de commettre un attentat. C'est une évaluation conservatrice, quand on tient compte des gens qui peuvent leur venir en aide, a expliqué une source au journal.

 

Selon L'Echo, plusieurs personnes ont été arrêtées, mais les autorités ne veulent pas dévoiler quelles étaient les cibles potentielles, pour ne pas affoler le public.

 

La Belgique, comme d'autres pays européens, s'inquiète du nombre croissant de ses ressortissants qui vont combattre en Syrie et en Irak et risquent de rentrer au pays encore plus endurcis et radicalisés.

 

En juin, un tribunal a ordonné un procès contre 46 personnes soupçonnées d'être membres de Sharia4Belgium, un groupe islamiste radical accusé de recruter de jeunes combattants pour la Syrie.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:50
Le patrouilleur Stern fait place à la nouvelle génération


15 sept. 2014 Belgian Defense

 

La base navale de Zeebruges était le théâtre de la cérémonie d’adieu au patrouilleur Stern, le vendredi 12 septembre 2014. Le commandant et son équipage lui ont rendu un dernier hommage. À présent, ces derniers sont prêts à prendre les commandes de son remplaçant, le Pollux.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 17:50
Le Léopard tire sa révérence


11 sept. 2014 Belgian Defense

 

Le dernier obus des chars Léopard belges a été tiré par le général-major Hubert De Vos ce mercredi 10 septembre. Cela se déroulait sur l’un des stands de tir des zones d’exercices OTAN de Bergen-Hohne en Allemagne. Depuis leur achat, les troupes blindées belges avaient pour habitude de s’y entraîner au tir.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 11:50
Instruction conjointe de parachutistes pour la Belgique et les Pays-Bas


10 sept. 2014 Mil.be

 

Les commandants belge et néerlandais des forces terrestres ont visité le Centre d'Entraînement de Parachutistes de Schaffen, le lundi 8 septembre. Le général-major Hubert De Vos et son homologue, le général-major Mark Van Uhm ont pu voir les premiers militaires belges et néerlandais formés à l'école binationale pour para-commandos.

 

Depuis la dernière semaine d'août, trente candidats parachutistes néerlandais suivent une formation para aux côtés des Belges à Schaffen. « Les possibilités sont excellentes ici », explique le lieutenant Jochem Abenson, l'un des élèves néerlandais. « Aux Pays-Bas, nous n'avons pas de ballon pour effectuer nos sauts. L'équipement avec lequel nous travaillons est également totalement différent de celui que nous utilisons chez nous mais le principe reste le même : « Vous sautez d'un avion puis descendez. »

Outre le brevet de base « A Para », le centre d'entraînement de Schaffen organise également, depuis début 2014, le cours instructeur de saut pour les deux pays. Des instructeurs néerlandais donneront également cours à de nouveaux parachutistes à l'avenir. Mi-2015, quelque 25 militaires néerlandais seront en permanence à Schaffen.

L'Allemagne semble intéressée de travailler plus étroitement dans le domaine de l'instruction parachutiste. En effet, le général de brigade Eberhard Zorn, commandant de la Division Schnelle Kräfte allemande, a pris part à cette visite.

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 16:50
La Belgique roule-t-elle pour le F-35 de Lockheed Martin ?

Armement - Le ministère de la Défense serait très intéressé par le F-35

 

03/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon la radiotélévision publique VRT, qui a pu consulter un document secret interne à la Défense, le ministère semble favoriser le F-35 du constructeur américain Lockheed Martin.

 

La Belgique, pays symbole de l'Europe, roule-t-elle pour le F-35 de l'américain Lockheed Martin ? C'est ce que pense la presse belge. Selon la radiotélévision publique VRT, qui a pu consulter un document secret interne à la Défense, "le ministre de la Défense sortant, Pieter De Crem (CD&V) voulait le F-35, et il semble que son département lui emboîte le pas". Le ministère a envoyé cet été un "questionnaire taillé sur mesure pour le F-35" à cinq constructeurs d'avions de combat : Boeing (F/A-18F Super Hornet), Dassault Aviation (Rafale), Eurofighter (Typhoon), Lockheed Martin (F-35) et Saab (JAS-39 Gripen).

Les partenaires de la "coalition suédoise" - des partis de centre droit forment un gouvernement flamand - se serait mis d'accord pour l'instant pour que le prochain ministre de la Défense étudie le remplacement des F-16 mis à la retraite d'ici à 2023. La Belgique pourrait faire l'achat de 40 exemplaires d'avions de combat, selon les recommandations de Pieter De Crem, pour remplacer les 54 F-16.

 

L'opposition réagit

Les députés Dirk Van der Maelen (sp.a) et Wouter De Vriendt (Groen-Ecolo) ont réclamé mardi la convocation de Pieter De Crem, devant la Commission de la Chambre à propos du remplacement des F-16. Outre la convocation du ministre, les écologistes demandent l'audition d'experts, de représentants des Pays-Bas et du Canada, deux pays qui participent au programme F-35, et de la Cour des comptes. Les Verts souhaitent que la Cour contrôle les contacts pris entre la Défense et les constructeurs ainsi que les offres qui sont présentées.

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 12:50
Remplacement des F-16: un document secret interne sème le doute

 

2 septembre 2014 RTBF.be

 

    La Défense convoiterait-elle les avions de combat les plus chers? C'est ce qui ressort d'un document secret interne à la Défense que la VRT a pu consulter : la Défense opte pour le Joint Strike Fighter F-35, le chasseur-bombardier de Lockheed Martin, déjà choisi par l'armée américaine, mais dont le coût s'envole. Les partenaires de la suédoise devront faire un choix qui n'est pas sans lourdes conséquences budgétaires. Déjà le sp.a et les écologistes réclament des explications. La Défense n'a pas cherché à favoriser l'un ou l'autre concurrent à l'obtention du contrat de renouvellement des F-16, a-t-elle laissé entendre mardi dans un communiqué.

    Le ministre de la Défense sortant, Pieter De Crem (CD&V) le voulait, et il semble que son département lui emboîte le pas.

    Cet été la Défense a envoyé un questionnaire au cinq producteurs d'avions de combat susceptibles de fournir un successeur au F-16, question de défricher le marché. Ce document est parvenu à la rédaction de la VRT qui l'a fait analysé par un spécialiste, Christ Klep.

 

Suite de l’article

Remplacement des F-16: un document secret interne sème le doute

5 candidats à la succession des F-16 

  • F-35 Lightning II, Joint Strike Fighter de l'américain Lockheed Martin
  • F/A-18F Super Hornet de l'américain Boeing
  • Rafale du français Dassault
  • JAS-39 Gripen du suédois Saab
  • Eurofighter-Typhoon, européen

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 12:50
Le remplacement des F-16, la défense y est favorable! - photo Belgium MoD

Le remplacement des F-16, la défense y est favorable! - photo Belgium MoD

 

03 septembre 2014 Emmanuel HUET - lavenir

 

On n’avait pas encore entendu la Grande muette sur le remplacement des F-16. La Défense y est favorable afin de maintenir une coopération internationale.

 

À propos du remplacement des F16, la Défense belge y est clairement favorable. Si elle se montre prudente comme un sioux sur le type d’appareil souhaité, la Défense se positionne clairement sur le renouvellement de sa flotte aérienne. Entre une armée plus à vocation humanitaire telle que modelée sous le ministre Flahaut, ou une armée plus va-t-en guerre comme souhaitée par De Crem, l’État-major de la Défense précise sa volonté «de maintenir une capacité de combat aérien importante sur le plan opérationnel pour les 40 à 50 années à venir. Pendant tout son cycle de vie, la capacité de combat aérien doit être dotée de systèmes avancés et d’un armement moderne, entièrement interopérable dans le contexte opérationnel de l’OTAN, ou de l’UE afin d’être mis en opération.»

 

Si aucune décision politique n’a encore été prise, elle se fera au cours de la prochaine législature, la Défense a déjà préparé le terrain. « Une demande préparatoire d’information a été envoyée le 2 juin aux partenaires étatiques identifiés.»

 

Dans ce document technique d’environ 25 pages, la Défense demande des informations spécifiques dans le domaine des capacités opérationnelles possibles, de l’appui technico-logistique, du partenariat recherché et des coûts et risques associés.

 

Une coopération internationale étroite

 

La Défense veut continuer à s’inscrire dans la coopération internationale grâce à sa flotte aérienne. «Suite à l’expérience de la coopération multinationale F-16 depuis 1975, la Défense reconnaît les avantages d’une coopération internationale étroite: besoins opérationnels communs, concepts opérationnels communs, appuis communs. Dans ce cadre, la demande préparatoire d’information explore les possibilités d’une collaboration multinationale étroite pendant le cycle de vie du système d’arme.»

 

À aucun moment, la Défense n’évoque les fameux F-35, qui semblent avoir la cote auprès du gouvernement. Dernièrement le député Denis Ducarme avait relevé que l’achat des F-35, pour plus de 4 milliards d’euros, ne permettrait aucune retombée économique pour la Belgique. «Je pense qu’aujourd’hui, en termes de retour industriel, les offres européennes du point de vue du retour industriel sont plus intéressantes. Je parle ici en milliers d’emplois. Remplacer des F-16, c’est aussi créer de la richesse en Belgique». D’autres solutions -européennes celles-là - permettraient à la Belgique de participer à la fabrication des avions.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:50
Belgium’s F-16 fighter-jet replacement

 

 – by , - europeangeostrategy.org

 

During a speech at a conference in December 2013, organised by the Belgian Royal Higher Institute for Defence, the Belgian Defence Minister took a clear stand on the future of the Belgian armed forces and the need to replace the F-16 fighter jets: ‘Defence without the capability of fighter aircraft cannot exist. There absolutely needs to be a replacement for the F-16.’

 

Belgian F-16s have had a long and productive service. They protected the national airspace and served in such theatres as Kosovo, Libya or Afghanistan. Out of the original 160 bought, fifty-five are left which have been since extensively upgraded. They have, however, reached the end of their airframe life. Since life extension is only a temporary solution, the F-16s need to be replaced by 2020-2025. At the moment the Request For Information (RFI) has been sent out to several foreign government agencies and the upcoming new federal government has intentions to procure forty new fighter aircraft. 

Three founding North Atlantic Treaty Organisation (NATO) partners (Denmark, Norway and the Netherlands) have already started their replacement procedures, with Norway and the Netherlands selecting the F-35 Lightning II as their future fighter jet.

There are, however, several hurdles on the road ahead. First of all, the defence budget has been one of the biggest victims of the austerity programmes of successive governments in the last decade. There has been a significant reduction in the size of the army but it was the budget for equipment that was hit the hardest. Belgium currently spends around sixty-five percent of the defence budget on costs with personnel, with only 4.5 percent going to investments in equipment, one of the lowest in NATO. Overall Belgium currently spends just over one percent of Gross Domestic Product (GDP) on defence, far short of the NATO required standard of two percent.

Additionally the financial and economic situation of the country makes the replacement process a political minefield, with few parties willing to openly defend investments in the armed forces and the socialist and green parties even advocating for the non-replacement of the F-16, the complete abolition of the tactical fighter wings, and investing the funds instead in social programmes.

Any discussion of the replacement of the F-16 needs to be embedded in a wide discussion about the future role of the Belgian Armed Forces. Apart from the F-16, Belgium will also need to work on replacing the navy’s frigates, mine-hunters and supply ship. The land component will also require investments, for example with the on-going ICT integration and with rising demand for C4ISR capabilities. The shrinking Belgian defence budget is already stretched thin and a decision will thus need to be taken on which capabilities will be maintained or not. International cooperation with the Benelux or other European partners will need to be equated, as ‘pooling and sharing’ can help reduce costs without sacrificing the operational independence of the participating countries.

Defence industry participation in the new fighter programme will also be an important criterion. Reports for the Ministry for the Economy have shown that the investment in the F-16s paid off in offsets over the years and helped to consolidate the Belgian defence industry. It is an obvious expectation that new contracts will include similar arrangements. Furthermore the Belgian defence industry is actively urging that offset contracts and technology transfers should be made the most important selection criterion. Therefore among the options being considered there  is the possibility of the Belgian defence industry participating in the acquisition and maintenance costs of the new fighter aircraft, to justify the contracts they would earn over the years with the new jets.

 

Strategic Requirements

Belgium is a medium-sized European country centrally located in Western Europe. The advent of such institutions as NATO and the European Union (EU) has rendered adjacent inter-state conflict unlikely. Nevertheless, all states must maintain a credible deterrent against potential foes, be these national or transnational in character. Additionally, Belgium has a vested interest in being a credible defence actor if it is to preserve the presence of international institutions in its territory – especially such institutions as NATO’s Headquarters or SHAPE.

In discussing air force requirements though, Belgium would be wise not to opt for extremes. To forgo an air force altogether would be tantamount to abdicating from an autonomous foreign and security policy but it also would make little strategic sense for a small actor to overinvest in military aviation without much in the way of an existential threat.

Thus Belgian air force requirements should aim at guaranteeing air space control and some degree of air power projection but not to the extent of equipping to face off against the world’s premier air force establishments. A Belgian airframe should be fast and manoeuvrable to allow it to take off and land from a small territorial area but not as fast as to compete with air superiority fighters whose purpose is to protect larger areas and assume the interceptor role. A credible defence is not equivalent to premier front-line air superiority technology, nor can this be afforded – especially at a time of austerity.

In terms of power projection, Belgium should try and complement its capabilities with some degree of anti-ground operations so as to provide meaningful cover for allied deployments. Empirically, Belgium has been tasked with either the protection of its own airspace, defending the airspace of NATO allies or with complementing allied operations in joint missions around NATO’s periphery.

 

Candidate replacements

Given these requirements, it would seem therefore unwise to invest in the currently touted F-35 platform. Such features as advanced stealth or electronic warfare capabilities can be very useful for airframes which are meant to survive an operational theatre with advanced anti-aerial components.  All this if, of course, the many doubts concerning the sustainability of the programme are not confirmed, the maintenance of its present already much inflated cost does not rise, not to mention the exceedingly higher operation and lifecycle costs.

However, Belgium is not likely to be in such a position in the foreseeable future. If NATO found itself in the unlikely contingency of having to face a large modern air force in competition for air superiority, it would certainly not be logical to expect a smaller nation like Belgium to provide the muscle for frontline air-to-air dogfighting.

Similarly, twin-engine aircraft such as Boeing’s F/A-18 Hornet, the Eurofighter Typhoon or the Dassault Rafale, provide speed which Belgian aircraft would never really be able to capitalise on in Belgian airspace. The Rafale and F-18 in particular were designed for aircraft-carrier based operations, giving it an excellent operational range but again, a feature which would be inadequate to Brussels’ needs. One of the main advantages of twin-engine airframes is also to improve survivability in case of catastrophic engine failure and this is most useful in inhospitable areas such as maritime or desert environments. Belgium, however, possesses one of the densest networks of highways in Europe and this requirement therefore is not justifiable. The EF-2000 and the Rafale are also marketed in terms of air-superiority features such as advanced electronic warfare, which Belgium, again, would have little use for.

Finally, taking into account the offsets criterion, off-the-shelf products are usually not the best choice because in general it is difficult for small states to secure much in the way of offsets from companies which already have a running production complex elsewhere. The F-35 may be an exception considering its joint-venture nature but Belgium would be a latecomer to that industrial conglomerate. France’s Rafale has also offered great technology transfers to its potential clients but such clients were big states interested in large purchasing orders. It is thus unlikely Belgium would be capable of leveraging the same offsets from the French.

Conversely, a conversation with Sweden would be held on a much more balanced basis. Stockholm’s Saab’s JAS-39 ‘Gripen’ seems especially fit to meet Belgian criteria for a nimble but multi-role jet, inter-operational with NATO forces and capable of short take-off and landing. Sweden has also regularly offered interesting industrial cooperation packages to its European partners and the Gripen entails much lower operational costs. In addition, the Gripen would come with another alluring feature to the Belgian brass: its price-tag.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 15:50
Warhorse Ride Returns From Mons 01.09.14


2 sept. 2014 British Forces News

 

Twenty four riders dressed in 1914 field service uniform have ridden into Nery, a village Northeast of Paris, on the final leg of the 2014 War Horse ride.

The ride has been retracing the steps of the Great Retreat of 1914 when the British Cavalry marched 100 miles back across France following the Battle of Mons.

Our reporter Hannah King has been with them throughout their journey south.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:30
Le C-130 est revenu d’Erbil


29 août 2014 Belgian Defense

 

Ce vendredi 29 août après-midi, le C-130 qui était parti pour acheminer de l’aide humanitaire en Irak, est revenu à Melsbroek. L’avion de transport militaire a emporté 13 tonnes de denrées non périssable à Erbil, dans le Nord de l’Irak.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 14:50
A400M at Washington

A400M at Washington

 

Tuesday 12 August - Norbert Thomas  News & Press updates

 

Although the German Air Force will receive the first own A400M "Atlas" planned in November 2014 - and Belgium in 2018 - both nations can already use the services of the new European transport aircraft: On 09 August 2014, the A400M flew for the first time German part load out of Cologne military airport towards Washington Dulles airport. MSN008 (military 0008/F-RBAB) returned today from the Canada with first Belgian and additional French partload on board - having since then crossed some international borders…

Crossing new borders


The original mission - led by two French crews on board - was to carry out French aircraft equipment out of Orléans, where all three EATC assigned (and French) A400M are actually stationed. When also air transport requests from Belgium and Germany found their way to the EATC, it turned out, that all three nations could be serviced with one combined mission. This mission was consequently designed in a way that the aircraft was first to land in Cologne-Wahn. The aircraft then turned over to Shannon (Ireland) for a fuel stop. Crossing the Atlantic the Atlas entered Washington Dulles Airport in the late evening, where the aircraft lifted its cargo bay – the German partload was addressed to the German detachment at Holloman Air Force Base (New Mexico). The planned flight path sent the aircraft further to Calgary (Alberta, Western Canada), where it took up the Belgian as well as additional French partload. After a planned fuel stop at Quebeck City (Quebeck, Eastern Canada), the aircraft again headed over the Atlantic towards Brussels military airport at Melsbroek, where MSN008 arrived at 10.15 local. Finally reaching its home base, the “Atlas” had covered a total distance of more than 10.000 nautical miles, nearly 20.000 kilometers.

 

Mission overview


Always in the starting blocks


Watching this remarkable aircraft diving through the skies is also due to many EATC impulses within its Functional Division, where aircraft specialists of the EATC Participating Nations created successfully a number of concepts to accelerate the aircrafts introduction into the national Air Forces.  
 “We have made our homework yet”, remarks EATC Commander, Major General Christian Badia, as EATC provides guidance and know-how, e.g. by enhancing many interoperability measures around the new aircraft - thus decreasing later expensive harmonization procedures. “When in a few months the first German A400M touches the ground of Air Transport Wing 62 in Hannover-Wunstorf, the German Air Force can rely on us when it comes to functional and operational issues on this very modern aircraft. By the way, this first complex A400M mission with international payload indicates, that EATC gathers all the momentum, taking action and care to make the A400M introduction a success – in functional as well as in operational matters. And it (EATC) has to, because in less than one decade we run a hundred of this remarkable aircraft.”   

Find more about the A400M evolution here


 

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:50
Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

 
August 11, 2014 by Anemo
 

Ayant des clients dans le domaine militaire/défense dans le monde entier, Anemo a visité le salon Eurosatory 2014 à Paris-Villepinte.

 

Au milieu des exposants, nous avons pu rencontrer nos clients présent au salon comme NSE , RENK , FN HERSTAL, JANKEL , NSPA et AIRBUS DEFENCE & SPACE.

Au stand Airbus nous avons eu la chance de voir nos fixations quarts de tour Camloc fournient cette année sur leur prototype drône hélicopter “TANAN”. Il s’agit de la série 2600 tête fendue en inox. Voir photo ci-dessous.

Série 2600F Camloc sur drône Hélicopter Airbus

Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

 

Le secteur militaire défense utilise plus que l’on ne le croit les fixation rapide que vous retroouver chez Anemo. Veuillez retrouver ci-dessous quelques exemples :

Broche de verrouillage tenant les sièges d'helicoptères militaires

Broche de verrouillage tenant les sièges d’helicoptères militaires

Rondelle ressort 2700-ES montée sur hélicoptère militaire

Rondelle ressort 2700-ES montée sur hélicoptère militaire

Saving Time Latches - Fermeture caisse de camion militaire

Saving Time Latches – Fermeture caisse de camion militaire

 

Grenouillère Spécial Trucks - V174L

Grenouillère Spécial Trucks – V174L

 

Vous pouvez constater qu’Anemo est présent dans le secteur militaire. Si vous êtes un utilisateurs de ce genre d’engin ou si un fabricant du secteur militaire défense, n’hésitez pas à nous contacter via info@anemo.eu pour avoir plus d’information.

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 11:50
Corinne Faut, seconde femme générale de l'armée belge

 

11/08/14 – 7 sur 7.be (Belga)

 

L'armée belge compte depuis lundi une seconde femme portant le grade de général, Corinne Faut, qui a également pris ses fonctions de chef du service de communication de la Défense, la DG-Com, a-t-on appris de sources militaires.

 

Jusqu'ici colonel(e), Corinne Faut, issue de la Force aérienne, a récemment dirigé l'Institut royal supérieur de Défense (IRSD), établi à Bruxelles et qui est en quelque sorte le "think-thank" de ce ministère.

 

Agée de 54 ans, elle a été "commissionnée" - c'est à dire nommée pour la durée de sa nouvelle mission - lundi au grade de général de brigade ("une étoile") et a repris le commandement de la Direction générale de la Communication (DG-Com). Issue de la première promotion de l'Ecole royale militaire (ERM) ouverte aux femmes, cette francophone succède au lieutenant-général Michel Singelé, parti à la retraite voici près d'un an, après un intérim assuré par le colonel Koen Hillewaert.

 

La DG-Com est le département de l'état-major de la Défense le plus en contact avec le grand public car elle est impliquée dans nombre d'événements destinés à présenter la Défense au monde extérieur. Cette direction chapeaute également, parmi d'autres, le service de presse de la Défense, ses productions écrites et audio-visuelles et les trois musiques militaires (celle des Guides, de la Force aérienne et de la Marine).

 

La général(e) Faut rejoint ainsi le cercle très fermé des femmes revêtues de ce grade au sein de l'armée belge. Sa seule collègue est en effet le général-major ("deux étoiles") Danielle Levillez, une pharmacienne de formation qui dirige le département Bien-être de l'état-major, mais qui partira à la retraite l'an prochain.

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:50
Photos Jorn Urbain - Mil.be

Photos Jorn Urbain - Mil.be

 

05.08.2014 Yves Swertvaegher – Mil.be

 

Alors que de nombreuses personnes sont encore en congé, l'équipage du F930 Leopold I est déjà au travail ! En effet, le navire se prépare pour sa participation à l'opération Atalanta, laquelle débutera sous peu au large de la côte est de l’Afrique.

 

Ce lundi 4 août, la frégate prenait la mer dans la matinée, bientôt rejointe par un hélicoptère Alouette III. Une embarcation rapide FRISC (Fast Raiding Interception Special Forces Craft pour embarcation rapide d'interception et de protection - basée à Zeebruges) des forces spéciales simulait un navire suspect. L'exercice pouvait donc commencer.

 

L'Alouette III a survolé le navire suspect tandis que les deux embarcations rapides du F930 Leopold I venaient l'intercepter. Les deux équipes de contrôle sont montées à bord du FRISC. Elles ont découvert une arme après une fouille minutieuse. L'équipage suspect a ensuite été emmené sur la frégate pour interrogatoire.

Le Leopold I se prépare à sa future mission
Le Leopold I se prépare à sa future mission

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 07:50
Belgique : Les chars Léopard à vendre, sinon direction le musée ou la casse

 

2/08/14 – 7 sur 7.be (Belga)

 

La moitié des 112 chars Léopard que possède encore la Belgique, et qui seront mis hors service fin 2014, va bientôt être mise en vente publique, rapporte samedi Le Soir. Le marché n'est réservé qu'aux firmes certifiées, à savoir des sociétés qui ont reçu l'aval du pays vendeur et du pays producteur de l'armement, ici l'Allemagne.

 

Les 56 chars acquis en 1967 -la Belgique en avait alors acheté 334- ont défilé pour la dernière fois le 21 juillet dernier à l'occasion de la Fête nationale.

 

Même si depuis, la majorité a été dotée d'un système de tir guidé par laser, d'un système de guidage de tir infrarouge et d'un calculateur balistique, le matériel a considérablement vieilli.

 

Depuis 1994, plusieurs ventes publiques de ces blindés ont déjà eu lieu, réduisant la puissance de feu de la Composante terre.

 

Selon les chiffres du service presse de l'armée, il demeurerait de tout cet arsenal quelque 112 Léopard en versions diverses. Tous les chars configurés en version offensive seront retirés avant la fin de l'année.

 

S'il n'y pas d'acheteur pour ces 56 chars, ils iront à la casse. 24 chars seront toutefois utilisés pour étoffer les collections de musées ou pour devenir des monuments historiques.

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 07:45
Mission inédite pour la frégate Léopold en Somalie

 

5/08/14 -  7sur7.be (Belga)

 

MISE À JOUR La frégate "Léopold 1" de la Marine appareille dimanche soir de Zeebrugge pour effectuer une très probable double mission de plusieurs mois - la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes et l'escorte en Méditerranée d'un navire américain chargé de la neutralisation des armes chimiques syriennes -, a-t-on appris mardi de sources militaires.

 

Ce sera la troisième mission opérationnelle du "Léopold", qui a déjà pris part à deux reprises au volet naval de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) depuis son rachat, tout comme une seconde frégate, le "Louise Marie", aux Pays-Bas en 2008-2009. Et ce sera pour la Marine belge la quatrième participation à l'opération anti-piraterie Atalanta de l'Union européenne dans l'océan Indien, après les trois à mettre au compte du "Louise Marie", en 2010-2011, 2011-2012 et 2012-2013.

 

La participation du "Léopold" et de son équipage d'environ de 170 personnes à Atalanta entre septembre et décembre, planifiée de longue date, est sûre et certaine. Mais la mission d'escorte du navire américain "MV Cape Ray", qui a entamé début juillet "quelque part en Méditerranée" l'opération inédite de neutralisation des agents chimiques les plus dangereux du régime de Bachar al-Assad, n'est pas encore définitivement confirmée.

 

"Elle dépend de la durée" des opérations de neutralisation - estimée à environ deux mois -, menées à bord de ce cargo roulier spécialement aménagé pour l'occasion, a indiqué mardi un responsable militaire à l'agence BELGA.

 

Si elle se concrétise, avec une décision finale attendue le 22 août, la mission d'escorte du "Cape Ray" devrait durer au maximum trois semaines, comme autorisé par le gouvernement. Il s'agira de la première participation belge à l'opération de destruction de l'arsenal chimique syrien, supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

 

La Syrie a évacué un total de 1.300 tonnes d'agents chimiques. Seuls les éléments les plus dangereux, dits de "priorité Un" et entrant dans la composition du gaz moutarde et du sarin, sont détruits à bord du "Cape Ray".

 

Les experts américains à bord de ce navire ont jusqu'à présent "neutralisé plus de 25%" d'un agent chimique utilisé dans la fabrication du gaz sarin, selon le Pentagone, le colonel Steven Warren.

 

Sur les quelque 581 tonnes de cet agent à bord du navire, près de 147 tonnes ont ainsi été détruites.

 

Le navire transporte également plus de 19 tonnes de gaz moutarde, qui n'a pas encore été neutralisé.

 

D'autres agents chimiques de la Syrie sont détruits à terre dans des bâtiments spécialisés en Grande-Bretagne, en Finlande et aux Etats-Unis.

 

Au total, environ 31%, soit 411 tonnes, de différents agents chimiques ont été neutralisés jusqu'à présent dans le cadre des efforts combinés de plusieurs pays, selon l'OIAC), l'agence internationale qui supervise les opérations.

 

Après cette probable mission d'escorte, le Léopold mettra le cap sur l'océan Indien via le canal de Suez et la mer Rouge pour lutter contre la piraterie au large des côtés somaliennes, qui durera jusque début décembre, avec un retour à Zeebrugge prévu "avant les fêtes" de fin d'année, selon une source militaire.

 

Il embarquera un hélicoptère de type Alouette III, les nouveaux NH90 n'étant pas encore déclarés opérationnels.

 

L'opération Atalanta, lancée en décembre 2008, vise à protéger les navires du PAM et de l'Amisom (la Mission de l'Union africaine en Somalie qui contribue à renforcer l'autorité du gouvernement de Mogadiscio) acheminant de l'aide alimentaire destinée aux réfugiés en Somalie, mais aussi de protéger les autres navires "vulnérables" et de dissuader les actes de piraterie en patrouillant dans les zones à risque - une zone de l'océan Indien de deux millions de km2, vaste comme l'Europe.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:50
Un millier de militaires au pas cadencé

 

18.07.2014 by Belgian Defense

 

Des militaires de chaque composante et école tirés à quatre épingles défilent ce vendredi 18 juillet dans la caserne de Peutie. Ils se préparent pour le défilé à pied qui se déroulera le 21 juillet, jour de la Fête nationale.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories