Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:35
DSCA Approves Sale of 14 Chinooks to S. Korea

The US Defense Security Cooperation Agency has approved the sale of 14 Chinook cargo helicopters to South Korea. (Boeing)

 

Dec. 4, 2013 By WENDELL MINNICK – Defense News

 

TAIPEI — A $151 million deal for 14 Boeing CH-47D Chinook cargo helicopters to South Korea has gotten the green light from the US Defense Security Cooperation Agency (DSCA).

 

Released under the Foreign Military Sales program, the Dec. 3 DSCA notification said the aircraft will be sold and transferred to South Korea incrementally once the US Army begins taking receipt of new-production CH-47F model aircraft, a process estimated to begin in the January time frame.

 

The 14 CH-47Ds are currently operated by US Forces Korea in South Korea. The T55-GA-714A engines will be provided from US Army inventory located at Camp Humphrey, South Korea.

 

The US Army will not replace the CH-47D aircraft being sold and transferred to South Korea. This will allow the US Army to avoid transportation and demilitarization costs of approximately $13.4 million.

 

“The proposed sale will improve the ROK’s [Republic of Korea] capability to meet current and future requirements for troop movement, medical evacuation, aircraft recovery, parachute drop, search and rescue, disaster relief, fire-fighting and heavy construction support.”

 

In June, Boeing announced that it was in discussions with South Korea on “requirements for upgrades as well as newly manufactured Chinooks.” According to the Boeing announcement, the South Korean Army currently operates 23 CH-47D/DLR, and the Air Force operates five HH-47D for combat search-and-rescue missions.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:20
Rockwell Collins EP-8000 image generators selected for BoeingaEUR(tm)s Apache Longbow Crew Trainers

 

 

Dec 4, 2013 ASDNews Source : Rockwell Collins

 

Rockwell Collins will supply EP-8000 image generators for Boeing Apache Longbow Crew Trainers (LCT).

 

LeAnn Ridgeway, vice president and general manager of Simulation & Training Solutions for Rockwell Collins, said the contract is the latest example of providing reliability and innovation for the Apache LCT program.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 08:20
Boeing mise sur la furtivité de ses chasseurs pour neutraliser ses concurrents

 

30 novembre 2013 Aerobuzz.fr

 

Même si la volte-face de la Corée qui renonce finalement à ses 60 F-15 Silent Eagle, Boeing qui a (aussi) raté le marché des avions de combat de cinquième génération reste convaincu que les F-15 Eagle et F/A 18 E/F Super Hornet demeurent des atouts pour damer le pion à ses concurrents.

 

C’est ce qu’on appelle un retour gagnant. L’avionneur américain Boeing a bien failli sortir du marché des avions de combat. Tout simplement parce que son plus dangereux rival, l’insolent Lockheed Martin qui possède le record de ventes d’avions de combat avec son F-16 (plus de 4500 exemplaires), s’est adjugé le marché des avions de cinquième génération avec son F22 Raptor et son F35 Lightning II, plus connu sous le nom de JSF.

Faute de nouveaux appels d’offres de la part du Pentagone à l’horizon, Boeing était donc condamné à envisager la fermeture des chaines de sa gamme actuelle, composée de F/A 18 Super Hornet et de F-15 Eagle à moyen terme. Mais c’était sans compter sur les déboires de Lockheed Martin.

JPEG - 42.1 ko

F-15 Silent Eagle de Boeing photo Boeing

Après des années de développement, l’avion de supériorité aérienne et d’attaque F22 Raptor est au mieux une demi réussite du faite de son prix supérieur à 250 M$ et de son haut niveau technologique le rendent inexportable. Et quand bien même, ce bijou de technologie qui n’est toujours pas guéri de ses maladies de jeunesse commence à accumuler des problèmes d’obsolescence. Et que dire du développement de son petit frère furtif le F35 qu’on nous annonçait dans les années 90 comme le nec plus ultra des avions d’arme à prix discount ?

Force est de constater aujourd’hui que les années de développement laborieux, jalonnées de soucis techniques, de retards et de surcoûts importants commencent à faire réfléchir plus d’un client potentiel. Certains mettent même en doute les performances de l’appareil face à des systèmes de défense modernes. Bref le crédo du « tout furtif » à tout prix ne fait plus recette.

Une tendance bien comprise ailleurs dans le monde. Ainsi l’Eurofighter, le Gripen et le Rafale conçus sur le vieux continent, qui ne sont peut être pas aussi furtifs que les avions de Lockheed Martin, mais qui revendiquent un juste compromis prix/performances. Autrement dit, le meilleur avion de combat, c’est encore celui qu’on peut se payer…

JPEG - 28.7 ko

F-15 Silent Eagle de Boeing photo Boeing

Et ce n’est pas tout. Les Russes qu’on disait finis dans les années 90, reviennent sur le devant de la scène avec le MIG-35 et des évolutions toujours plus performantes des SU-30 et SU-35. Des appareils à la signature radar diminuée et dont les systèmes d’arme seraient capables, dans certaines conditions, de détecter les avions furtifs. Pour couronner le tout, Sukhoi promet une version d’exportation du prometteur T-50 Pak FA sous peu… enfin dès que son radar et ses moteurs seront prêts.

Au sol, la perspective de la dissémination systèmes de détection et de défense sol-air toujours plus performants tels que les S-300 et 400 russes relèguent au rang de cibles tous les avions produits dans les années 80 et 90.

Fort de ce constat morose, Boeing, qu’on croyait condamné avec sa gamme vieillissante ne s’avoue pas vaincu pour autant. L’avionneur américain estime qu’il y a un marché dans les pays qui veulent un avion de combat qui serait à la fois moderne, furtif, éprouvé et performant. Ce mouton à cinq pattes destiné à damer le pion à tous ses concurrents américains, russes et européens serait en quelque sorte un JSF « Made in Boeing », le prix indécent et les maladies de jeunesse en moins. A défaut de pouvoir financer sur ses fonds propres un nouvel appareil, l’avionneur américain parie sur ses deux produits phares, dont la conception initiale remonte aux années 70, à savoir le F15 et le F/A 18. A chaque fois la recette est la même : on modernise le système d’arme et on réduit la signature radar.

JPEG - 33.3 ko

Advanced Super Hornet de Boeing photo Boeing

Après avoir dévoilé dans un premier temps une version bodybuildée du légendaire F15 Eagle désignée « Silent Eagle », c’est au tour du F/A 18 E de subir une cure de jouvence.
L’ « Advanced Super Hornet » en cours de tests par Boeing est un FA/18 E « Super Hornet » de base sur lequel des matériaux absorbant les ondes radar ont été apposés. Les interstices entre les différents éléments du fuselage et de la voilure ont été réduits au minimum. L’autre point noir en termes de furtivité se situe au niveau des points d’emport. Sur un avion de combat classique, Les missiles et les réservoirs de carburant externes avec les fixations associées sont autant de points brillants pour les radars de défense aérienne adverse.

JPEG - 45 ko

Advanced Super Hornet de Boeing photo Boeing

A défaut de disposer de réservoirs de carburant internes conséquents et d’une soute interne comme le F22 Raptor et le JSF, la partie dorsale du fuselage de l’ « Advanced Super Hornet » se voit dotée de réservoirs additionnels conformes tandis que les missiles prennent place dans un container ventral profilé et furtif. Ainsi équipé, le bon vieux Hornet ne sera pas plus rapide que ses devanciers, avec une vitesse maximale voisine de Mach 1.6. Il conservera cependant ce qui fait sa force, à savoir une robustesse, une maniabilité et une polyvalence air-air et air-sol de très bon niveau. Il y gagnera même un peu en rayon d’action.

En revanche sa signature radar en secteur avant sera réduite de moitié ! Pour les pilotes cela se traduit par des chances de survie accrues lors de missions d’attaque au sol où il est important de ne pas être détecté par les défenses adverses. Pour l’Oncle Sam, ce gain de performances se traduit par un surcoût de 10% par rapport au Super Hornet de base. Et ce n’est pas tout, bientôt Boeing le promet, le Super Hornet furtif sera doté d’un capteur infrarouge IRST afin d’acquérir ses cibles sans utiliser son radar à antenne active. Un peu à la manière des MiG-29 et SU-30.

JPEG - 43.9 ko

Advanced Super Hornet de Boeing - photo Boeing

Il sera ainsi possible de détecter et d’identifier une cible en l’air ou au sol à 50 km de distance environ et ce, en toute discrétion. Dans le cockpit les écrans multifonctions actuels seront remplacés par un unique écran tactile. Le moteur fera lui aussi l’objet d’améliorations pour augmenter sa poussée et réduire sa consommation. Boeing vise principalement le marché de la modernisation et la prolongation des centaines de Super Hornet de l’US Navy et des appareils australiens.

Avec cette stratégie intelligente de remise à jour des F-15 et F/A 18, Boeing espère tenir ses concurrents à distance en espérant cette fois-ci gagner la compétition finale, celle de l’avion de combat de sixième génération.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 17:50
Joint Strike Missile (JSM) on to a FA-18F Super Hornet Photo Boeing

Joint Strike Missile (JSM) on to a FA-18F Super Hornet Photo Boeing

 

 

Nov. 29, 2013 by Dominic Perry – FG

 

London - Kongsberg and Boeing have completed a successful fit check of the Norwegian manufacturer's developmental Joint Strike Missile (JSM) on to a F/A-18F Super Hornet.

 

Performed at the US airframer's St Louis facility, the JSM was successfully installed on the fighter's external hardpoints, says Kongsberg. The two companies will early next year conduct a wind-tunnel test of the long-range munition fitted to a Block II Super Hornet.

 

"The completion of the fit-check on the F/A-18 F further validates the JSM's compatibility with the existing fleet of aircraft and provides a near-term strong capability against advanced threats," says Harald Ånnestad, president of Kongsberg Defence Systems.

 

Integration work is also under way to allow the stealthy munition to be utilised on the Lockheed Martin F-35 Joint Strike Fighter.

 

Designed to take on both land and sea targets, the JSM features a low-observable radar signature and autonomous target recognition.

 

Additionally Kongsberg has signed a deal with New Zealand for an undisclosed number of its Penguin Mk 2 Mod 7 anti-ship missiles and associated equipment. These will be deployed on the eight new Kaman SH-2G Super Seasprite helicopters to be acquired by the Royal New Zealand Navy.

 

Flightglobal's Ascend Online Fleets database records the service as fielding five examples of the Kaman rotorcraft, but has indicated it will acquire eight new aircraft from 2014-16, with the older models to be retired.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:35
A330 MRTT photo Airbus Military

A330 MRTT photo Airbus Military

 

27.11.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

Selon l’agence de presse coréenne Yonhap, le gouvernement coréen devrait lancer un appel d’offres pour l’acquisition de quatre avions ravitailleurs en janvier 2014. Cette décision ferait suite à un rapport de la DAPA (Defense Acquisition Program Administration) mettant en avant la nécessité pour la Republic of Korea Air Force (ROKAF) de s’équiper de ravitailleurs. Les avions devraient être livrés entre 2017 et 2019 et le contrat se monterait à environ 1 000 milliards de wons, soit environ 940 millions de dollars.

 

Ce futur contrat d’acquisition permettrait à la Corée du Sud d’augmenter de manière considérable ses capacités aériennes, la ROKAF ne possédant en effet pas de capacités de ravitaillement en vol pour ses chasseurs (F-15K, F-16C, F-5E, F-4E/RF-4C). Des entraînements au ravitaillement de KF-16 avaient eu lieu au large de la base aérienne de Kusan en septembre 2011, avec le concours de l’US Air Force et de KC-135 (photo).

 

Cet appel d’offres va à nouveau opposer Boeing et Airbus Military, l’avionneur américain étant en position de proposer le futur KC-46A ou son KC-767, tandis que la division d’EADS tentera de positionner son A330 MRTT sur le marché.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:20
L’AH-64E Apache obtient son IOC

La cérémonie de délivrance de l'IOC de l'AH-64E sur la base Lewis-McChord. Photo US Army

 

27.11.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

L’US Army annonce ce mercredi que la dernière version des hélicoptères d’attaque Apache de Boeing, l’AH-64E, avait obtenu son IOC (Initial Operating Capability), première certification au standard militaire, lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 21 novembre dernier sur la base Lewis-McChord, dans l’Etat de Washington.

 

Le bataillon d’attaque et de reconnaissance 1-229, « Tigersharks » avait reçu le premier exemplaire de l’AH-64E en janvier 2013. Les premiers déploiements à l’étranger sont prévus pour 2014.

 

L’AH-64 Apache a été mis en service en 1984 dans l’US Army, la flotte a accumulé depuis plus de 3,7 millions d’heures de vol, dont 6 000 pour la dernière version en date, l’AH-64E.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 13:35
Royal Australian Air Force Boeing C-17A Globemaster III at Canberra Airport

Royal Australian Air Force Boeing C-17A Globemaster III at Canberra Airport

 

BRISBANE, Australia, Nov. 26 (UPI)

 

Boeing Co. has delivered a full-scale C-17 Globemaster III cargo compartment trainer to the Royal Australian Air Force, the company said.

 

The trainer is a fully functional replica of a C-17 fuselage that can simulate day/night operating conditions for loadmasters, as well as aeromedical evacuation training for aeromedical specialists.

 

"The C-17 program has delivered a substantial capability to Australia; this CCT represents the final component of that program," said RAAF Group Capt. Warren Bishop. "It will add significant value to the RAAF, providing the capability to train pilots and loadmasters in Australia."

 

The cargo compartment trainer will be used at an RAAF facility in Amberley, where loading vehicles, simulated cargo and other training assets are located.

 

The Royal Australian Air Force operates six C-17s for military transport missions and disaster relief operations.

 

Boeing said the operational cargo compartment trainer delivered to Australia is the third it has produced. Two others are being used at a U.S Air Force base in Oklahoma.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 12:45
An-140-100 military transport plane

An-140-100 military transport plane

 

 

2013-11-25 cri

 

L'armée algérienne cherche à renouveler sa flotte aérienne en acquérant un total de 26 avions de transport auprès d'avionneurs russe et américain, a indiqué dimanche à Xinhua une source algérienne sous couvert d'anonymat. 

 

Ce sujet a été abordé, selon la même source, entre Russes et Algériens lors de la visite fin octobre à Moscou du vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah.

 

Quant au type d'appareils recherchés, il varie entre long et court courriers, même si les avions cargos de types Antonov An-70 et Antonov An-140 sont ceux qui répondraient le mieux aux caractéristiques requises par la partie algérienne.

 

Pour ce qui est des avions américains, le géant de l'aéronautique Boeing pourrait bien figurer parmi les fournisseurs de l'ANP, révèle la même source qui ajoute que des contacts sont en cours entre le ministère algérien de la Défense et des représentants des firmes concernées dans le but de conclure d'éventuelles transactions.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:30
Boeing confirms launch deal for armed AH-6i

 

Nov. 20, 2013 by Craig Hoyle – FG

 

Dubai - Boeing has received the green light to start building AH-6i light attack helicopters for an undisclosed customer.

 

“Boeing has recently signed an FMS [Foreign Military Sales] agreement with the US Army that will lead to production of the AH-6i for a first international customer,” Leanne Caret, the company’s vice-president, vertical lift, revealed at the Dubai air show on 18 November.

 

Derived from the MD Helicopters AH-6 Little Bird platform, the i-model has been the subject of previous FMS requests from Jordan and Saudi Arabia. While Boeing declines to name its launch buyer, or to disclose how many aircraft will be supplied, Flightglobal’s Ascend Online Fleets database suggests that Riyadh will acquire 36 examples.

 

The aircraft will be produced at Boeing’s Mesa plant in Arizona, under the terms of an existing agreement with MD Helicopters.

 

Meanwhile, Caret says Boeing sees “a number of export opportunities” for its CH-47F Chinook, and cites the success of the type’s introduction by operators including the US Army, Canada and the UK. Potential additional buyers exist “in this region, and elsewhere around the world,” she adds.

 

The United Arab Emirates has now received seven F-model examples from a 16-unit order, says Ascend.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 12:20
Le Challenger 605 transformé en P-8A par Boeing

Challenger 605 de Bombardier Aéronautique transformé en P-8A par Boeing photo Boeing

 

20 novembre Aerobuzz.fr

 

Au salon de Dubaï, Boeing a annoncé qu’il avait retenu l’avion d’affaires Challenger 605 de Bombardier comme plate-forme du programme d’avions de surveillance maritime (MSA, Maritime Surveillance Aircraft). Ce programme propose au marché mondial un système de surveillance maritime performant et à faible risque basé sur la technologie éprouvée de systèmes de missions P-8A de Boeing. Les essais vont être réalisés sur un Challenger 604 qui sera présenté aux clients potentiels en 2014. Le biréacteur d’affaires sera doté des mêmes équipements de lutte anti-sous-marine et de surveillance que le Boeing 737NG également proposé en version P-8A.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:30
Potential V-22 customers advised to take advantage of slot availability

 

Nov. 19, 2013 by FG

 

Dubai - Potential customers for the Bell Boeing V-22 tiltrotor are being urged to take advantage of spare delivery slots, which will be available during the US government’s next five-year contract for the type.

 

The Department of Defense’s recently signed second multiyear procurement deal (MYP II) covers the planned manufacture of 100 V-22s for the US Marine Corps and US Air Force through the 2014 to 2019 fiscal years.

 

“The production profile is declining [from MYP I], and there is spare capacity for FMS [Foreign Military Sales] customers,” says USMC Col Dan Robinson, V-22 joint programme manager.

 

US defense secretary Chuck Hagel recently announced that Washington is to “expedite” the delivery of six V-22s to the Israeli air force, but Robinson declines to comment on the programme’s current status. Potential additional buyers are not being named, but he confirms: “I think we’ve got 18 or 19 [slots] left on the contract, and the capacity to add for whichever customer comes forward.”

 

Interest in the Middle East region is being shown in both the Osprey’s core military transport role, and also through its potential to receive a VIP cabin fit, Robinson says. He also hailed the USMC’s performance in deploying 12 MV-22s from Iwakuni in Japan to participate in humanitarian relief efforts mounted in the wake of Typhoon Haiyan, which devastated parts of the Philippines.

 

Meanwhile, the four MV-22s visiting the show this week completed a roughly 1,500nm (2,770km) self-deployment from a Marine Expeditionary Unit vessel off the coast of east Africa, each being refuelled three times in-flight. “That really demonstrates the versatility of this aircraft,” says Robinson, adding: “Since 2007, it has seen the full spectrum of operations.”

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:35
Boeing delivers maritime patrol aircraft to India

 

SEATTLE, Nov. 18 (UPI)

 

Boeing reports it has delivered the second of eight P-8I long-range maritime reconnaissance and anti-submarine warfare patrol aircraft ordered by India.

 

The aircraft, the Indian Navy variant of the P-8A Poseidon being developed for the U.S. Navy, will now undergo flight trials in India, the company said.

 

"With two aircraft at Naval Station Rajali now, the Indian Navy will get a good feel for the P-8I's interoperability with other aircraft," said Leland Wight, Boeing P-8I program manager. "Acceptance trials on the first aircraft are progressing well and its availability for testing has been excellent, in large part due to Boeing's worldwide 737 support capabilities."

 

The P-8 platform is based on Boeing's 737 commercial aircraft and is assembled using the 737 in-line production process. It features open system architecture, advanced sensor and display technologies. Boeing partners in its production include CFM International, Northrop Grumman, Raytheon, Spirit AeroSystems, BAE Systems and GE Aviation.

 

Boeing said the first P-8I, delivered to the Indian Navy in May, recently completed testing of its weapons capabilities.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 13:30
Dubai Airshow : Bombardier se tourne vers la surveillance maritime

 

18.11.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Boeing a annoncé lors du salon aéronautique de Dubai avoir sélectionné le jet d’affaires Challenger 605 de Bombardier comme plateforme pour effectuer des missions de surveillance maritime, dans le cadre de son programme MSA (Maritime Surveillance Aircraft).

 

La plateforme est basée sur les systèmes de mission et les technologies utilisés à bord du P-8A Poseidon (737 modifié). La structure et les systèmes seront modifiés par Field Aviation, qui travaille actuellement sur un Challenger 604 qui devrait servir de démonstrateur dès 2014.

 

Le programme MSA de Boeing devrait permettre aux avions d’effectuer des missions de lutte anti-piraterie, de surveillance côtière et frontalière ainsi que des missions de recherche et de sauvetage.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 13:20
Boeing P-8A makes its international show debut

 

 

Nov. 18, 2013 FG

 

One of the most sophisticated derivatives of the Boeing 737 ever flown is making its international show debut this week, with the US Navy’s new P-8A being put through its paces during the daily flying display.

 

Derived from the commercial 737-800 and equipped for maritime patrol, anti-submarine and anti-surface warfare roles, the P-8A is in production for the US service under a 117-aircraft programme. Twelve have been handed over so far, with initial operating capability scheduled for late this year.

 

Boeing has so far secured one international buyer for the development, with the Indian navy having just received its second of eight P-8Is on order. Australia has also shown strong interest in the type as a Lockheed Martin P-3 replacement.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:20
Pour L’US Air Force, il s’agit de remplacer les B-1B, B-2, B-52

Pour L’US Air Force, il s’agit de remplacer les B-1B, B-2, B-52

 

13 novembre 2013 Aerobuzz.fr

 

Boeing et Lockheed Martin ont décidé de s’associer pour réaliser le futur bombardier stratégique américain à long rayon d’action (LRS-B). Les deux constructeurs grillent la priorité à Northrop Grumman, le spécialiste de la question. Les racines de cette décision remontent aux années 80...

 

A défaut de savoir exactement ce que sera le futur bombardier stratégique américain, on sait déjà quelles seront les équipes alignées pour le réaliser. Boeing et Lockheed Martin ont annoncé fin octobre leur volonté de s’associer pour le concourir. Tandis que Northrop Grumman, grand spécialiste de la question depuis le très secret programme B2 « Spirit », l’avion le plus cher de tous les temps, réserve sa réponse.

 

Avec cette décision, Lockheed Martin et son département « Skunk Works » tiennent leur revanche. En effet, l’avionneur américain, auquel on doit le F/A 22 Raptor ou encore le F35 Lightning II est un pionnier des avions furtifs. Ses premières recherches, remontent aux années 60. L’avionneur avait d’abord tenté de diminuer la signature radar des avions espions U2, sans succès notable, car cet avion n’a jamais été conçu au départ pour avoir une faible signature radar.

 

Une leçon parfaitement intégrée dès les premières épures de son successeur, le fantastique SR-71 Blackbird. Ainsi, outre la silhouette générale de l’avant de l’appareil, aux formes douces, et l’inclinaison des dérives, un traitement spécifique des bords d’attaque de la voilure a été appliqué sur l’appareil. Le tout, complété par un ensemble de brouillage actif dernier cri pour l’époque. A défaut d’être furtif, cet avion était discret.

 

Mais le vrai saut technologique a été accompli dans les années 70, grâce aux équations du savant russe Ufimtsev, qui ont rendu possible la mise au point de l’avion d’attaque F-117 Nighthawk, parfaitement invisible et terriblement efficace lors de la première guerre d’Irak. Par la suite Lockheed Martin a travaillé pour le Pentagone sur quantité de programmes aussi furtifs que secrets. Pendant ce temps Northrop Grumman, grand spécialiste des avions embarqués, sentait le vent tourner et décidait de s’engager sur la voie des avions furtifs. C’est donc tout naturellement qu’il a tenté de débaucher le « père » du F117, feu Ben Rich. Peine perdue, car le chef d’alors et fondateur des « Skunk Works » veillait au grain. Aussi l’attribution du contrat de bombardier furtif B2 à Northrop Grumman dans les années 80 fut une vraie déception pour Lockheed Martin.

 

Aujourd’hui, les B52 en service ont aux alentours de cinquante ans, les B1B Lancer de Rockwell remontent aux années 80 tandis que les 19 B2 Spirit, récents et polyvalents coutent une vraie fortune à l’entretien. Pendant ce temps, les systèmes de détection et de défense anti aérienne réalisés en Russie, en Chine et en Europe sont de plus en plus performants. Pire, la Russie affirme vouloir se doter de bombardiers stratégiques furtifs réalisés dans le cadre du programme PAK-DA. Ces avions remplaceront les TU-95 et autres TU-160. Et la Chine ne cache plus ses ambitions en matière d’aéronefs avancés. Du coup le Pentagone réfléchit à un engin furtif, raisonnablement moderne et surtout abordable ; on parle de 100 à 200 M$ l’unité.

 

Le futur bombardier stratégique américain devrait être capable de mettre en œuvre des armes nucléaires et conventionnelles à plusieurs milliers de kilomètres de sa base de départ. Idéalement il devra être capable de pénétrer les défenses anti aériennes les plus modernes pour les détruire ou collecter des données tactiques. Certains spécialistes américains estiment qu’il pourrait même être doté d’armes à impulsions électro magnétiques ou laser. De son côté Lockheed Martin affine sa réponse et laisse filtrer dans la presse des vues d’artiste d’un engin de reconnaissance hypersonique, on parle de Mach 6, furtif baptisé SR-72…

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:50
First Rivet Joint aircraft delivered to the UK

Boeing RC-135 Rivet Joint aircraft arrives at RAF Waddington [Picture: Senior Aircraftman Blake Carruthers, Crown copyright]

 

12 November 2013 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

The first of 3 Rivet Joint signals intelligence aircraft has been delivered to MOD ahead of its entry into service with the RAF in 2014.


 

The aircraft will form part of project Airseeker, which will provide the UK with a world class capability able to provide real-time on-scene intelligence, surveillance and analysis for forces in the air and on the ground.

The Boeing RC-135V/W Rivet Joint system has a proven track record, having been used by the United States Air Force (USAF) for many years. Since 2011, the RAF’s 51 Squadron have been training and operating alongside their USAF colleagues in preparation for the UK aircraft entering service in late 2014.

UK crews have already achieved in excess of 32,000 flying hours and 1,800 sorties as part of the US 55th Strategic Reconnaissance Wing.

MOD has purchased 3 aircraft from the US which will each be configured to support UK operations. The first aircraft has successfully completed its flight trials in Greenville, Texas, ahead of schedule, allowing it to be delivered to the UK early.

Air Vice-Marshal Peter Ewen, Director Air Support at Defence Equipment and Support, who are responsible for the procurement of Rivet Joint, said:

I am delighted that the first Rivet Joint aircraft has been delivered to the UK, an important milestone in the procurement pathway for the future Airseeker signals intelligence capability for UK Defence.

A testament to the ongoing and highly effective UK/US co-operation in the procurement programme, support and RAF aircrew training, this first of 3 aircraft will form a vital component of the nation’s future ISTAR (intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance) capabilities.

Air Vice-Marshal Phil Osborn, Director of Capability at Joint Forces Command, said:

I know that the RAF and Defence are looking forward to operating this key capability and building on the unique history of 51 Squadron.

We plan to have our Airseeker programme – comprising all 3 Rivet Joint aircraft with their highly skilled aircrew, ground crew and analysts – fully operational by mid-2017.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:20
Boeing Partners with USAF to Reduce Supply Chain Costs

 

 

Nov 8, 2013 ASDNews Source : The Boeing Company

 

Boeing and the U.S. Air Force Sustainment Center (AFSC) have entered into an overarching public-private partnership that will streamline supply chain contracting, saving money and speeding up execution by as much as 10 months.

 

The partnership – the first of its kind – allows the three Air Force logistics complexes that are under the AFSC to immediately execute implementation agreements with Boeing, reducing administrative costs and increasing efficiency.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 17:35
Projet F-X : décision fin novembre, Lockheed Martin bien placé, EADS et Boeing menacés

 

SEOUL, 11 nov. (Yonhap)

 

Le gouvernement communiquera à la fin du mois en cours les nouvelles conditions (plus strictes) de son programme d’achat d’avions de chasse (F-X) pour remplacer une partie de sa flotte vieillissante, a annoncé ce lundi le ministère de la Défense.

 

Après avoir finalement écarté le Silent Eagle de Boeing pour sa faible capacité furtive, le seul avion qui respectait le budget de 8.300 milliards de wons (7,2 milliards de dollars) de l’appel d’offres, Séoul cherche à présent un chasseur techniquement plus avancé, accroissant ainsi grandement les chances de Lockheed Martin, constructeur du F-35.

 

Alors que des consultations ont lieu actuellement, l’armée de l’air a récemment fait part de son souhait d’acquérir un avion de combat possédant une surface équivalente radar (SER) réduite, mesurant la furtivité d’un appareil, et une capacité de guerre renforcée. Ces conditions semble-t-il seront confirmées dans les prochaines semaines.

 

«Le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS) aura une réunion fin novembre pour décider des capacités opérationnelles militaires», a indiqué le porte-parole du ministère Kim Min-seok en conférence de presse. Une fois que les critères auront été confirmés, l’armée établira un plan d’achat et l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) lancera un nouvel appel d’offres.

 

Les nouvelles grandes lignes, si elles sont adoptées réellement, auront un impact radical sur chacune des entreprises concernées en ce sens que le F-15 de Boeing et l’Eurofighter d’EADS ont des capacités furtives relativement faibles. En effet, seul le F-35 répondrait à ces exigences strictes. Celui-ci est vendu uniquement dans le cadre du programme américain de vente d’Etat à Etat de matériels militaires, appelé FMS (Foreign Military Sales).

 

«Comme nous ne savons pas encore si la demande portera sur un ou plusieurs types d’appareil, la réunion du JCS sera très importante», a noté Kim. Concernant le budget estimé, le porte-parole a déclaré que son ministère consulterait le ministère des Finances pour tenter d’obtenir 120% du budget global initial pour le projet F-X.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 06:20
Boeing Delivers 12th Production P-8A Poseidon Aircraft to US Navy

 

Oct 31, 2013 ASDNews Source : The Boeing Company

 

Boeing delivered the 12th production P-8A Poseidon on schedule on Oct. 25, enhancing the long-range maritime patrol capabilities of the U.S. Navy.

 

The P-8A departed Boeing Field in Seattle for Naval Air Station Jacksonville, Fla., where it joined the other Poseidon aircraft being used to train Navy crews. The aircraft is the sixth from the second low-rate initial production contract lot awarded in November 2011.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:20
La fin de la production du C-17 est aussi la fin d’une époque au cœur de la Californie. – photo Boeing

La fin de la production du C-17 est aussi la fin d’une époque au cœur de la Californie. – photo Boeing

21 octobre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Ces jours-ci, Boeing livre à l’Air Mobility Command de l’USAF le 223e et dernier quadriréacteur de transport stratégique C-17 Globemaster III. D’ultimes exemplaires en seront livrés dans les prochains mois à des acheteurs étrangers et la chaîne d’assemblage final sera ensuite définitivement arrêtée, mettant un terme à un volet emblématique des activités des usines de Long Beach, nées Douglas et passées chez Boeing en 1997.

 

Faute de programme susceptible de prendre la relève, 3 000 personnes occupées à l’assemblage du C-17 vont perdre leur travail, quelques-unes étant néanmoins mutées vers d’autres unités du groupe. L’intense campagne de lobbying affirmant que l’USAF pouvait justifier un nombre accru de C-17 n’a pas ému les décideurs politiques, malgré un slogan qui avait le mérite de la simplicité : « Why we need more C-17s ». L’Air Mobility Command devra donc se contenter des C-17 livrés et de Lockheed C-5M remotorisés pour assurer des capacités de projection de grande ampleur. Et, en cas d’urgence extrême, le Pentagone fera appel aux compagnies aériennes civiles dont la flotte peut être réquisitionnée à tout moment.

 

La fin de la production du C-17 constitue tout un symbole dans la mesure où il s’agit de la fin d’une époque au cœur de la Californie. C’est là, en effet, que s’était développé Douglas, à Santa Monica puis à Long Beach, qu’avait grandi North American Aviation (à El Segundo), que Lockheed avait installé la chaîne d’assemblage du L-1011 TriStar (à Palmdale). Et, avant cela, qu’étaient nés des avions historiques, par exemple le Ryan Spirit of St. Louis de Charles Lindbergh.

 

Le C-17 conserve l’image d’un avion mythique – photo Boeing

Le C-17 conserve l’image d’un avion mythique – photo Boeing

Bien sûr, la vocation aérospatiale californienne ne s’éteint pas pour autant, un groupement professionnel réunissant encore non moins de 220 membres, pour la plupart des PME mais aussi des sociétés emblématiques comme Scaled Composites qui met au point l’avion spatial de Virgin Galactic. En revanche, plus aucun avion de transport civil ou militaire n’y sera produit.

 

C’est vainement que Douglas, puis Boeing, avaient tenté de susciter un intérêt pour un dérivé civil du C-17, appelé BC-17X. Le marché potentiel avait été estimé tout au plus à une trentaine d’exemplaires et aurait pu intéresser, notamment, FedEx et UPS. Mais le projet n’eut pas de suite.

 

La succession du C-17 n’est pas assurée. – photo Boeing

La succession du C-17 n’est pas assurée. – photo Boeing

 

Le C-17 conserve l’image d’un avion mythique, synthèse de technologies de pointe liées, par exemple, au démonstrateur YC-15 à décollage court. D’où la capacité du gros quadriréacteur d’une masse maximale au décollage de 263 tonnes de décoller en moins de 1 000 mètres. La proposition de Douglas, dans le cadre du programme C-X, avait été choisie par l’USAF en 1981, le premier vol était intervenu 10 ans plus tard et la première livraison à la mi-1993. La production a connu un pic à 15 exemplaires par an, est ensuite retombée à 11, reste actuellement de 10 pour répondre aux ultimes commandes étrangères (34 exemplaires au total) passées par le Royaume-Uni, le Canada, l’Inde, le Qatar, les Emirats arabes unis et l’OTAN, dans ce dernier cas pour concrétiser le principe de ce qu’il est convenu d’appeler la Strategic Airlift Capability.

 

Dans un contexte budgétaire qui n’a évidemment plus rien de comparable avec celui qui a prévalu tout au long de la Guerre Froide, on peut d’ores et déjà s’interroger sur la succession du C-17, à décider dans moins de 20 ans. On imagine difficilement le développement d’un avion entièrement nouveau et, à cette époque, en toute logique, le Boeing 747-8 ne sera plus produit. Des perspectives faites d’incertitudes qui ne tarderont sans doute pas à préoccuper les responsables de l’Air Mobility Command.

 

La production actuelle du C-17 est réduite à 10 unités par mois pour répondre aux ultimes commandes étrangères. – photo  Boeing

La production actuelle du C-17 est réduite à 10 unités par mois pour répondre aux ultimes commandes étrangères. – photo Boeing

 

On entend dire que Boeing, devançant les demandes du Pentagone, commencerait à réfléchir à la conception d’un cargo militaire plus petit que le C-17 mais plus gros que le Lockheed Martin C-130J, ce qui reviendrait en quelque sorte à réinventer l’A400M. Il est vrai que les Européens, à force d’évoquer les perspectives d’exportations de leur avion, pourraient bien donner des idées à leur concurrent. Mais, faut-il le souligner, il s’agit là d’idées à long terme…

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 08:20
Boeing et Lockheed veulent s'allier pour le prochain bombardier américain

 

25 octobre 2013 Romandie.com (AFP)

 

NEW YORK - Les américains Boeing et Lockheed Martin ont annoncé vendredi qu'ils allaient s'allier pour faire une offre conjointe afin de remporter le contrat du prochain avion bombardier américain, évalué à quelque 55 milliards de dollars.

 

Boeing et Lockheed Martin font équipe pour participer à la compétition pour le programme de l'armée de l'Air américaine de chasseur bombardier de longue portée, et Boeing sera le principal sous-traitant avec Lockheed Martin comme principal équipier, ont indiqué le constructeur aéronautique et le groupe de défense dans un communiqué commun.

 

Les deux groupes mettent en commun près de deux siècles d'expérience combinée dans la conception, le développement et les essais d'avions pour nos clients de Défense partout dans le monde, ont-ils noté, sans donner de détails sur le montant du programme ou son calendrier.

 

Ensemble, les deux groupes seront en mesure d'offrir des systèmes uniques et abordables qu'ils ne seraient pas en mesure d'obtenir sans partenariat, ajoute le communiqué.

 

Une planification stable, associée à des méthodes de développement et de production efficaces et abordables, permettront à nos équipes de réduire les risques de développement en capitalisant sur les technologies matures et en intégrant des systèmes existants, a assuré le patron de la branche de défense chez Boeing, Dennis Muilenburg, cité dans le communiqué.

 

Le projet de développer un nouveau bombardier remonte à plusieurs années. L'objectif est de construire entre 80 et 100 bombardiers livrables après 2020, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'US Air Force, Ed Gulick.

 

Il n'a pas précisé le montant du contrat, mais l'appareil est généralement estimé à quelque 550 millions de dollars pièce.

 

En 2010, le secrétaire de l'US Air Force Michael Donley avait fait valoir que l'approche recherchée sur ce programme était la prudence, afin de ne pas reproduire de coûteuses expériences sur des programmes de bombardiers passés.

 

Il avait énuméré des capacités étroites, des technologies risquées, et des coûts élevés ayant entraîné des problèmes d'annulation et de faibles inventaires.

 

Il avait indiqué que l'armée de l'Air américaine se focaliserait donc pour le prochain bombardier sur des technologies existantes plutôt que sur des technologies de pointe.

 

L'armée de l'air avait par ailleurs indiqué en 2012 que l'horizon visé pour la mise en service des nouveaux bombardiers était la prochaine décennie.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 11:20
First QF-16 target drone flies without pilot (video)

25 sept. 2013 multimedianewsvideo

 

The first Boeing QF-16 has flown at Tyndall without a pilot. Up next, live fire trials at Holloman AFB, New Mexico--where probably some F-22s or possibly even some operational F-16 will have a field day blowing them out of the sky. The format is jacked-up as usual, but still better to have a video than to have no video.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 07:20
Boeing Wins $225M for P-8 Trainers

Sept. 25, 2013 defense-aerospace.com

(Source: US Department of Defense; issued Sept. 24, 2013)

 

Pentagon Contract Announcement

 

The Boeing Co., Seattle, Wash., is being awarded a $225,000,000 modification to a previously awarded fixed-price-incentive-firm contract (N00019-12-C-0112) for the procurement of six operational flight trainers, six weapons tactics trainers, two part task trainers, one training systems support center, three 10-seat electronic classrooms, and one 20-seat electronic classroom in support of the U.S. Navy P-8A Poseidon low rate initial Production IV and full rate Production I aircraft.

 

Work will be performed in St. Louis, Mo. (30.4 percent); Tampa, Fla. (21.3 percent); Whidbey Island, Wash. (15.2 percent); Huntington Beach, Calif. (5.9 percent); San Francisco, Calif. (4.2 percent); Long Island, N.Y. (2 percent); Tulsa, Okla. (1.9 percent); Jacksonville, Fla. (.9 percent); and various locations throughout the United States (18.2 percent).

 

Work is expected to be completed in March 2018. Fiscal 2013 aircraft procurement, Navy contract funds in the amount of $225,000,000 are being obligated on this award, none of which will expire at the end of the current fiscal year.

 

The Naval Air Systems Command, Patuxent River, Md., is the contracting activity.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:35
Avions de combat : Boeing prend une claque en Corée du Sud

Le F-15 Silent eagle

 

24/09/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Séoul a annoncé reprendre à zéro la procédure d'appel d'offres pour 60 avions de combat, le plus gros contrat de défense jamais passé par le pays. Boeing faisait figure de grand favori avec le F-15 Silent Eagle.

 

C'est un gros revers pour Boeing en Corée du Sud. Séoul a annoncé mardi reprendre à zéro la procédure d'appel d'offres pour 60 avions de combat, le plus gros contrat de défense jamais passé par le pays, et pour lequel l'américain Boeing faisait figure de grand favori avec le F-15 Silent Eagle. Et pour cause le groupe américain avait soumis la seule offre correspondant au budget maximal prévu par Séoul. Il était donc à ce titre le seul fournisseur en lice. Les offres des autres candidats Lockheed Martin (F-35 Lightning II) et le consortium européen Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica), qui propose le Typhoon, avaient dépassé le budget autorisé.

L'agence gouvernementale sud-coréenne en charge des achats d'armement (DAPA) s'est prononcée  contre l'octroi à Boeing d'un contrat de 8.300 milliards de wons (5,7 milliards d'euros) pour la fourniture de 60 avions de combat, précisant qu'elle allait relancer l'appel d'offres. "Une majorité des membres du comité (de l'Agence) ont décidé de rejeter le F-15 et de recommencer le projet", a confirmé un porte-parole du ministère de la Défense, Kim Min-Seok. Les Silent Eagles ne répondent pas aux critères opérationnels requis, notamment au regard de la menace nucléaire émanant de la Corée du Nord. Le ministère de la Défense a précisé qu'il faudrait environ un an pour mener à terme un nouvel appel d'offres en vue de remplacer une flotte vieillissante de F-4 et de F-5.

 

Des critiques sur le F-15 de Boeing

Le processus d'appel d'offres a été émaillé de nombreuses tensions, en raison de l'inflexibilité du gouvernement à ne pas vouloir dépasser le budget fixé par le parlement. En août, la presse sud-coréenne affirmait qu'EADS avait été éliminé faut d'avoir répondu à certains critères, une information que l'européen avait aussitôt démentie. La presse sud-coréenne ajoutait que Lockheed Martin s'était retiré. Fin août, quinze anciens haut responsables des forces de l'air ont signé une pétition qualifiant d'"irrationnelle" la procédure qui avait éliminé les appareils de Lockheed Martin et d'EADS.

Les critiques reprochent au F-15 Silent Eagle de ne pas être équipé des capacités furtives permettant d'échapper aux radars, contrairement à des avions de combat plus modernes, tels que les F-35. Le gouvernement a donc décidé de reprendre toute la procédure à zéro, "rapidement, en réajustant le budget et d'autres questions, a indiqué un porte-parole de l'Agence. Nous allons accélérer les choses afin de nous assurer que le vide dans notre défense nationale soit limité à un minimum de temps". La DAPA avait pourtant estimé auparavant que tout report de la procédure remettrait en cause le projet de porter à 430 d'ici à 2019 le nombre de chasseurs dont dispose l'armée sud-coréenne. Plusieurs possibilités seront examinées : le nombre d'avions commandés pourrait changer, la période de financement pourrait être prolongée, ou le contrat pourrait porter sur plusieurs types d'avions.

 

Avions de combat : Boeing prend une claque en Corée du Sud

Le Rafale vainqueur des évaluations en 2002 mais le F15 vainqueur... des politiques  

Jusqu'à présent, les fournisseurs dans le secteur de la défense venaient pour la plupart des Etats-Unis, en raison de l'étroitesse des liens entre les deux pays en matière militaire. Washington reste un allié de poids de Séoul face à la Corée du Nord. Mais Séoul a semblé ces derniers mois élargir la liste de ses fournisseurs. En janvier, le pays a ainsi préféré l'anglo-italien AgustaWestland à l'américain Sikorsky pour la livraison de six hélicoptères à la Marine sud-coréenne, un contrat de 567 millions de dollars. Il avait également choisi en 2006 Eurocopter pour son programme d'hélicoptère de transport, le Surion (245 hélicoptères de la classe des 9 tonnes). 

La Corée du Sud a acquis 60 F-15 de Boeing depuis 2002, contre le rafale, pourtant déclaré vainqueur à l'issue des évaluations techniques et opérationnelles. Séoul avait dû changer les règles du jeu sous la pression de Washington en y incluant un paramètre politique. Les Sud-Coréens veulent aujourd'hui acquérir 60 autres avions de combat d'ici à 2021. La décision de relancer l'appel d'offres devrait certainement profiter au F-35 de Lockheed Martin, disqualifié uniquement en raison de son prix dans la procédure initiale. Et en général, ce que veut Washington au pays du Matin calme, c'est souvent parole d'évangile...

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:20
Boeing Completes Deliveries of Processing Units for Army’s Air, Missile Defense Network

September 25th, 2013 By Boeing Company - defencetalk.com

 

Boeing has recently finished delivering more than 40 computer processing units that will support an integrated network of computer and communication equipment critical to U.S. Army air and missile defenses.

 

Boeing’s Plug and Fight Processing Units are the main computing assets that link together various Army weapons and sensor platforms with the Integrated Air and Missile Defense Battle Command Systems (IBCS), a single network with common command and control. Boeing is a subcontractor to Northrop Grumman on the IBCS program.

 

“By providing a centralized, secure processing architecture from which to manage data, these processing units will play a significant role in enhancing the effectiveness of the Army’s network of missile defense sensors and weapon systems,” said Allan Brown, vice president and program director with Boeing Strategic Missile and Defense Systems.

 

Boeing’s units will support the IBCS by efficiently processing a high volume of information exchanged among the various components in the Plug and Fight network.

 

This technology is significant to IBCS objectives for enhanced situational awareness and command and control on the battlefield, improved response time, and reduced costs.

 

These processing units, built and assembled in Huntsville, were produced to support the hardware and software development phase of the IBCS program. In a series of virtual demonstrations, Boeing has verified that these processors can efficiently connect multiple missile defense weapons to the IBCS.

 

Northrop Grumman will use the processors in system demonstrations later this year, in anticipation of transitioning to the test and integration phase of the program.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories