Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 11:25
Sukhoi Su-35S (Su-35BM) multirole fighter

Sukhoi Su-35S (Su-35BM) multirole fighter

 

25.03.2014 Rostec

 

Negotiations on a number of potential projects will take place during the FIDAE-2014 exhibition
 

The company Rosoboronexport plans to increase the presence of Russian military equipment in Latin America. During FIDAE-2014, the company will discuss cooperation with representatives of the armed forces of Argentina, Brazil, Columbia, Peru, Uruguay, Chile, and other countries in the region.

 

FIDAE-2014, the international exhibition of military and aerospace engineering, will take place in Santiago from March 25-30, 2014. There Rosoboronexport plans to increase its contacts with Chilean partners and continue developing a productive dialogue with Latin American countries concerning topics such as industrial cooperation.

“Russia’s presence in the Latin American market will only expand. We work with practically every country in the region, and we expect that the FIDAE-2014 exhibition will open a phase of cooperation with many countries, particularly with Chile,” noted Sergei Ladygin, Deputy CEO of Rosoboronexport, who is leading the company’s delegation to the exhibition. “Some time ago we conducted rather productive talks with Chilean partners about helicopters, but then this work began to lag. We hope that while in Santiago we can resume these kinds of negotiations, as well as discussing a number of other potential projects.”

The Rosoboronexport delegation will hold a series of talks with senior members of the armed forces of Argentina, Brazil, Columbia, Peru, Uruguay, Chile, and other countries in the region.

Rosoboronexport’s schedule of joint activities includes talks with several Brazilian companies on technological cooperation, such as with the company Atlas Taxi Aero, which already actively uses the multipurpose Mi-171A1 helicopter, and the large industrial company IAS (Indústria de Aviação e Serviçios).

Foreign experts are expected to show particular interest in the combat training Yak-130 aircraft, the Mi-17 military transport helicopter, the Mi-28N military helicopter, the Su-35 multipurpose fighter jet, and the Il-76MD-90A military transport aircraft. Questions about aftermarket services and the development of service centers in the region are also expected to be discussed. Major Russian air defense systems, such as the Pantsir-S1, Buk-M2E, Tor-M2E, and Igla-S, are also expected to have great potential.

“Naturally, the Latin American market is traditionally thought of as the purview of Western European and American manufacturers. However, we offer not only military hardware and weapons that are ahead of competitors in terms of cost-effectiveness, but also technological cooperation projects. Gradually, as a result of systematic and phased work based on the principles of mutual benefit and transparency, we have been able to strengthen our position in the region,” noted Sergei Ladygin.

Russia has been a traditional participant in the FIDAE exhibition since 1994, presenting many times over the skies of Santiago the country’s best products, including Su and MiG fighter planes. In 2002, a group of Chilean parliamentarians at the exhibition familiarized themselves with the Mi-17 helicopter during a demonstration flight. Such demonstration flights were also held for the K-32 helicopter in 2008 and for the unique Be-200 amphibious aircraft in 2010.

Rosoboronexport is the only state organization in Russia authorized to export the entire spectrum of military and civilian products, services, and technologies. Part of the state corporation Rostec, Rosoboronexport is one of the leaders in the world arms market. The company accounts for over 80% of Russia’s exports of weapons and military equipment. Rosoboronexport cooperates with more than 700 enterprises and organizations of Russia’s military-industrial complex. The geography of Russia’s military-technical cooperation spans more than 70 countries.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 22:25
Brazilian Army To Receive New Air Defence Missile System To Protect FIFA World Cup, 2016 Summer Olympics in Rio de Janeiro

 

March 9, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

News release from Saab:

 

Defence and security company Saab has signed a contract on deliveries of the RBS 70 VSHORAD (very short range air defence system) to the Brazilian Army. The order has a value of approximately MSEK 80 and comprises deliveries of man-portable launchers, missiles and associated equipment.

 

First deliveries of materiel are scheduled during 2014.

 

The deal comprises an undisclosed number of RBS 70 man-portable launchers, Mk II type missiles, simulators, night vision equipment, a test set, maintenance tools, spares, associated equipment, and training for the weapon’s operators and maintainers. The systems are among others intended to protectBrazil’s strategic infrastructure, and would be employed in protection of major incoming events, including the 2014 FIFA World Cup, and the 2016 Summer Olympics inRio de Janeiro.

 

“This is very positive and it further proves the capability of the RBS 70 system which, by this contract, has been acquired by 19 countries located on all five continents. The system´s unique capabilities, reliability and very low life-cycle cost are highly appreciated by all users in different exacting environments,” says Görgen Johansson, Head of Saabs Business Area Dynamics.

 

The Saab portfolio of short-range ground based air defence missile systems comprise of the RBS 70 and the further enhanced RBS 70 NG. With the RBS 70 family, Saab offers state-of-the art systems for demanding customers investing in the future. The RBS 70 system has an impressive track-record on the market. 19 countries have procured more than 1,600 RBS 70 systems, including more than 17,000 missiles.

 

The new RBS 70 NG is designed to build on this success enhancing the VSHORAD capability even further. An accurate, unjammable laser-guided missile system, the RBS 70 and RBS 70 NG is unaffected by countermeasures, heat sources and clutter. The RBS 70 NG sight can be applied in a multitude of system configurations ranging from MANPADS (Man-portable air defence system) to remotely controlled and vehicle as well as ship integrated Air Defence systems. The sight is designed to be used with all existing and future generations of the RBS 70 missile family.

 

The various system configurations makes RBS 70 and RBS 70 NG highly suitable for static ground based air defence of important infrastructure, protection of mobile units or for event protection.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 11:25
Le premier sous-marin nucléaire brésilien bientôt construit

 

15.03.2014 Oleg Nekhaï - La Voix de la Russie

 

Le Brésil construira sont premier sous-marin nucléaire vers 2023. Le pays maitrise désormais tout le cycle technologique pour la fabrication des réacteurs nucléaires qui sont installés sur les sous-marins. C’est la France qui fournit son aide à l’élaboration du système de contrôle sur l’équipement du nouveau sous-marin.

 

La décision de passer un partenariat avec ce pays européen s’explique par sa volonté de transmettre au Brésil les technologies.

 

La longueur des frontières maritimes du Brésil atteint plus de 8000 kilomètres. Actuellement les eaux territoriales du pays sont patrouillées à l’aide des sous-marins diesel-électriques, construits d’après des projets allemands. A la première vue, le pays n’est pas menacé par des porte-missiles des autres pays, et il peut assurer la protection de ses plateaux continentaux, riches en hydrocarbures, avec des sous-marins non-nucléaires. Toutefois, les intérêts géopolitiques du Brésil sont en train de s’élargir, et ce pays se considère désormais comme l’un des principaux pays de l’Atlantique Sud, souligne le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov.

 

« Le Brésil fait partie des pays BRICS. Les dirigeants brésiliens comprennent que dès que le Brésil va commencer à étendre son influence et protéger ses intérêts nationaux et ceux de ses activités dans les régions éloignées, il lui faudra une flotte. Pour assurer ses activités dans toute la région de l'Atlantique Sud, le pays aura besoin de sous-marins. Selon certaines informations, le Brésil aurait besoin au total de 4-5 sous-marins nucléaires. »

 

Par ailleurs, le pays envisage également de renforcer son aviation embarquée. Actuellement, le Brésil possède un seul porte-avions - le vieux navire français Foch, capable de réaliser un spectre étroit de missions. Ce navire ne répond pas aux exigences modernes, et son parc d’avions est représenté uniquement avec 20 appareils de type Skyhawk. Il s’agit de vieux avions d’assaut américains datant de l’époque de la guerre du Vietnam. Il est probable que le Brésil puisse décider la construction de deux autres porte-avions, ce qui lui permettra de défendre plus efficacement ses intérêts dans les régions éloignées de l’Atlantique Sud. C’est très important pour le Brésil, compte tenu du fait que les Etats-Unis ont ressuscité la 4e Flotte de la marine, qui a notamment pour mission de contrôler ce qui se passe en Amérique du Sud. De nombreux experts estiment que les Etats- Unis ont complètement perdu aujourd'hui le contrôle de l'Amérique du Sud. Les pays avec une position pro-américaine ne jouent plus aucun rôle dans ce processus, note Konstantin Sivkov.

 

« Le Brésil, l'Argentine et le Venezuela mènent une politique intérieure et étrangère complètement indépendante des États-Unis. Donc, les Américains sont en train de tenter maintenant de résoudre le problème de la restauration du contrôle de ces pays dans cette zone. Pour ce faire, ils provoquent un chaos économique et des troubles sur le territoire du Venezuela. Sans exclure la possibilité de la dissuasion militaire, les Etats-Unis sont en train de créer une quatrième flotte de la marine militaire ».

 

Le Brésil et la France ont signé en 2008 un accord sur la coopération en matière de la construction des sous-marins. En 2009, la société brésilienne Odebrecht, spécialisée dans les projets dans le domaine de la défense et de la sécurité, a signé un contrat avec le français DCNS (Direction des constructions navales) pour la construction de quatre sous-marins diesel-électriques de type Scorpène, et la conception conjointe d’éléments pour les sous-marins non-nucléaires. La participation de DCNS dans ce projet se limite à l’aide apportée lors de la construction de la coque et l'équipement de plusieurs compartiments du sous-marin nucléaire. Selon les sources ouvertes, le nouveau navire brésilien sera équipé des systèmes français de contrôle de combat et de sonars fabriqués par une autre société française, Thalès. Toutefois, les experts estiment qu’il est peu probable que la France puisse être d’accord pour transmettre eu Brésil ses toutes récentes technologies. Ce sont des technologies de la génération précédente qui seront transmises.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 13:25
Helibras begins deliveries of upgraded AS365 Panther K2 helicopters to Brazilian Army

 

 

Mar 13, 2014 ASDNews Source : Airbus Helicopters

 

    Airbus HelicoptersaEUR(tm) enhanced version is the first to be fully certified in Brazil

 

The first two upgraded AS365 Panther K2 rotorcraft will be delivered this month by Airbus Helicopters’ Helibras subsidiary to the Brazilian Army Aviation Command (AvEx), providing a modernized platform with more power, updated avionics and increased mission capability.

 

These deliveries follow the signature in Brasília of an amendment standardizing the modifications introduced to the helicopter’s enhanced configuration – which will be assessed by AvEx’s various battalions during mission operations. Should these evaluations prove favorable, Helibras will continue modernizing the remaining 32 AS365 K Panthers in the Brazilian Army’s inventory through 2021.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 17:25
Brazil to build own aircraft carrier

 

 

Mar 11, 2014 ASDNews (AFP)

 

Brazil is planning to build its first aircraft carrier to replace its aging only model as part of a steady upgrade to its armed forces, Defense Minister Celso Amorim said Tuesday.

 

In recent years Brazil has purchased submarines, helicopters and supersonic aircraft via technology transfer agreements with the proviso that the hardware is made in Brazil.

 

"We are starting to think about a new aircraft carrier," Amorim told foreign correspondents in Brasilia, adding it was likely the new vessel was at least 15 years away.

 

"Our idea is for it to be built in Brazil, probably based on an existing blueprint... in the context of a technology transfer" in cooperation with a foreign firm, Amorim added.

 

Brazil commissioned its only current aircraft carrier, the Clemenceau class State of Sao Paulo, in 2000, though the French initially launched the vessel back in 1960.

 

In December, Brasilia agreed to purchase 36 Gripen NG fighter jets from Swedish firm Saab with Amorim stressing the Swedish-Brazilian nature of that project through a "real technology transfer."

 

Amorim said he would visit Sweden in early April to "discuss the details" of that contract, valued at a reported $4.5 billion, and also to determine if the Swedes can lend some Gripen until those from the deal are delivered from 2018.

 

The Swedes saw off competition from US giant Boeing and Dassault of France in order to land the deal and defense sources say Brazil may ultimately order as many as 160 Gripen NG by 2030.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 12:45
Exercise Ibsamar set for October

 

07 March 2014 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

The fourth iteration of Exercise Ibsamar is set to start in October off South Africa’s southern and western coastlines.

 

Ships from the Brazilian and Indian navies will steam into Simon’s Town to join up with elements of the SA Navy ahead of the three nation exercise that is set to end in mid-November.

 

“The main planning conference for Ibsamar was held in Simon’s Town last month with details discussed and agreed,” Fleet media liaison officer Commander Adrian Dutton said, adding the exact number of foreign vessels, as well as South African ones, that will take part in the exercise could not be divulged “at this stage”.

 

“It is envisaged both the Brazilian and Indian contingents will berth at Cape Town’s V&A Waterfront after the exercise for crew rest and relaxation and interaction with the people of Cape Town,” he said.

 

There are currently no details available of the Navy’s other regular exercises with foreign navies – Atlasur, with the Argentinean, Uruguayan and Brazilian navies - but Dutton said the biannual Good Hope exercise with the German Navy has been scheduled for March next year. This will be the fifth time German naval vessels have been in South African waters for a joint exercise with the maritime arm of the SA National Defence Force (SANDF).

 

Unofficial sources indicate two of the Navy’s four Valour Class frigates - SAS Isandlwana and SAS Spioenkop – are currently operational. Two of the three Heroine class Type 209 submarines – SAS Charlotte Maxeke and SAS Queen Modjadji -  are operational.

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:25
Partenariat stratégique France-Brésil : rencontre des deux chefs d’état-major

Visite du CEMM brésilien

 

20/02/2014 Patrice Donot - Marine nationale

 

L’amiral Rogel a reçu son homologue brésilien l’amiral Moura Neto, le jeudi 20 février 2014 à l’occasion de sa visite en France. Les enjeux futurs pour les deux marines à l’horizon 2020 ont alimenté les discussions lors des réunions et entretiens qui se sont déroulés dans une ambiance franche et chaleureuse. L’amiral Moura Neto a poursuivi sa visite par un déplacement  sur la base navale de Toulon et à Saint-Mandrier.

 

Le Brésil,  qui poursuit une politique volontariste de modernisation de sa marine et de son industrie de défense, devient un acteur régional incontournable dans l’Atlantique sud. C’est dans ce contexte porteur que la relation de coopération franco-brésilienne s’est intensifiée depuis 2008, la coopération entre nos deux marines étant la plus avancée des coopérations militaires entre la France et le Brésil. Le dialogue militaire s’appuie sur des réunions d’état-major annuelles, ainsi que sur des rencontres régulières entre les plus hautes autorités militaires des deux pays. Ces échanges fréquents, sur de nombreux sujets d’intérêts partagés, permettent une bonne connaissance mutuelle et une  coopération bilatérale efficace.

 

Celle-ci s’articule autour de plusieurs axes:

-  la formation d’officiers d’échange pour l’accompagnement de la marine brésilienne dans sa volonté de développer ses forces sous-marines ;

-  l’entraînement, avec en 2014 la programmation d’un exercice conduit par le BPC Mistral au cours de  sa mission Jeanne d’Arc  lors d’une relâche opérationnelle à Rio de Janeiro ;

- un renforcement de la collaboration opérationnelle centré sur la lutte contre la pêche illicite dans la région frontalière entre la Guyane française et le Brésil et la recherche de synergies dans le domaine de la lutte contre le narcotrafic.

 

La France et le Brésil, pays riverains et amis liés par un partenariat stratégique, sont engagés dans une relation forte et inscrite sur le long terme. Cette nouvelle visite officielle du CEMM brésilien en France illustre bien que le volet naval en est l’une des composantes majeures.

Partenariat stratégique France-Brésil : rencontre des deux chefs d’état-major
Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:25
A Saint Mandrier DCNS installe une plate-forme pour tester les futurs sous-marins brésiliens

 

 

19 février 2014 Portail des Sous-Marins

 

Installée sur un site de la Direction générale de l’armement (DGA) à Saint-Mandrier-sur-Mer, elle permet de tester et d’éprouver à terre ces systèmes de traitement d’information très performants.

 

Référence : Telex Var

Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 12:25
Entraînement franco-brésilien au large de Toulon pour la frégate Courbet

 

05/02/2014 Sources : Marine nationale

 

Le Courbet, actuellement en stage de Mise en Condition Opérationnelle, a profité de la présence de la frégate Uniao en Méditerranée pour organiser une journée commune d’entraînement.

 

Le bâtiment carioca, en escale à Toulon ces derniers jours, est sur la route du Brésil après une longue mission au large du Liban. Parti en juin 2013 de Rio de Janeiro, il rejoindra son port base en mars prochain.

 

Des marins brésiliens ont pu embarquer sur la frégate française, et des marins français ont embarqué sur la frégate brésilienne, le temps d’une journée, pour une découverte croisée des deux bords.

 

Après un exercice de lutte contre aéronefs, les deux frégates ont procédé à des évolutions tactiques. Les bâtiments se sont quittés en fin d’après-midi, laissant le Courbet poursuivre sa préparation opérationnelle.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:25
Les équipes de DCNS sur le Sao Paulo

Les équipes de DCNS sur le Sao Paulo

 

20/12/2013 DCNS

 

A la demande de la Marine brésilienne, DCNS est intervenu sur le porte-avions São Paulo pour réaliser un ship check (vérification complète) de la catapulte avant. Objectif de cette intervention : faire un diagnostic des installations et permettre à la Marine brésilienne de redonner du potentiel à cette catapulte pour maintenir le portes-avions en capacité opérationnelle.

 

Les travaux se sont déroulés en novembre 2013 à l’arsenal de Rio de Janeiro, au Brésil. En fin d’intervention, deux tirs à vide ont été réalisés avec la catapulte, à la satisfaction du commandement brésilien.

 

Sur les porte-avions, la catapulte joue un rôle essentiel : du fait de la courte distance, les avions ne peuvent décoller grâce à leur seule force de propulsion et c’est la catapulte à vapeur qui leur permet d’atteindre la vitesse nécessaire au décollage.

 

Du Foch au Sao Paulo

 

Sistership du porte-avions Clemenceau, le porte-avions Foch fut mis sur cale à Saint-Nazaire en 1957 puis transféré trois ans plus tard sur le site DCNS de Brest pour achèvement des travaux. Admis au service actif en 1963, le Foch fut désarmé par la Marine nationale à l’arrivée du porte-avions Charles de Gaulle en 2000.

 

Cédé aux Brésiliens, le porte-avions Foch a subi une importante période d’entretien et de modernisation avant son départ pour le Brésil. Le transfert de pavillon eut lieu le 15 novembre 2000, à Brest, où le porte-avions prit alors son nouveau nom de baptême São Paulo.

 

Long de 265 mètres pour un déplacement de 33 000 tonnes en charge, le São Paulo peut embarquer 18 avions Sky Hawk. Sa catapulte peut propulser des avions de 10 à 15 tonnes de 0 à 270 km/h en 2 secondes.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:25
Le Brésil, nouvel eldorado de l’optronique

6 janvier 2014 par Optro & Défense

 

Le Brésil devrait devenir selon les projections des experts la quatrième économie mondiale d’ici 2030. Avec une superficie équivalente à celle de l’Europe entière et 17 000 kilomètres de frontière, le pays compte 380 000 militaires qu’il faut équiper selon les orientations définies par la Política de Defesa Nacional issue du Livro Branco de Defesa Nacional. C’est dans ce contexte que le pays établit des partenariat internationaux divers, sans privilégier une Nation en particulier.

Ainsi dans le domaine de l’optronique, deux acteurs ont récemment dirigé leurs efforts vers le Bresil : l’européen Airbus Defense & Space et l’israelien ELOP (Elbit) . Ils rejoignent en cela Sagem (groupe Safran) qui a engagé la même démarche six mois plus tôt avec le rachat d’Optovac ltda, dont on a parlé ici en détail.

Optovac Ltda, filiale au Bresil de Sagem groupe Safran

 

Optronbras pour Airbus Defense & Space (Cassidian Optronics)

L’ex-Carl Zeiss Optronics GmbH fait preuve de vitalité depuis qu’il a été intégré à EADS Cassidian, lui-même réorganisé au sein d’Airbus Defense & Space. L’entreprise a annoncé en novembre dernier ouvrir une filiale au Brésil afin de s’y créer un débouché pour le marché d’avenir que représentent les appareils optiques et optroniques. Sous la direction de Hans-Peter Jungbauer, Optronbras Ltda entend jouer à Belo Horizonte le rôle de premier interlocuteur des clients brésiliens en mettant en place des compétences technologiques dans le pays même.

optronbras ltda, filiale de Cassidian optronics de Airbus Defense & Space

M. Jungbauer déclare : « Le Brésil est un des plus grands marchés en croissance au monde. Une présence locale est la condition de base pour une participation aux projets publics, qu’il s’agisse de la surveillance aux frontières, de la protection des richesses naturelles ou des programmes de modernisation des forces armées. Le gouvernement brésilien est intéressé au premier chef par une coopération à long terme avec les entreprises technologiques étrangères. Pour les programmes actuels de protection des frontières et des côtes, il est en effet indispensable de mettre en place la technologie et d’en poursuivre le développement au Brésil même. »

Optronbras érigera donc ses propres structures d’ingénierie et de fabrication pour une création de valeur locale. Des capacités technologiques y seront développées, des emplois directs créés. Les possibilités locales en matière de service après-vente permettront de plus rapidement moderniser et remettre les systèmes à disposition pour les tâches à exécuter.

Airbus Defense and Space logo

« La création d’une filiale que l’on dote non seulement d’un savoir-faire pour le service technique après-vente, mais qui assurera aussi la fabrication de caméras thermiques non réfroidies, affiche très clairement notre ferme volonté d’établir un partenariat de longue durée. En outre, le Brésil constitue pour nous un excellent site de base pour le développement du marché sud-américain », souligne de son côté Ralf Klädtke, gérant de Cassidian Optronics.

 

AEL Sistemas SA pour ELOP (Elbit)

Un accord de transfert de technologie a été signé le 16 octobre dernier entre Elbit Systems Electro-Optics (ELOP) et AEL Sistemas SA, sa filiale brésilienne à Porto Alegre achetée en 2001. Cette dernière produira, suite au contrat attribué fin avril 2013, des équipements optroniques destinés au système SISFRON de surveillance et de sécurisation des frontières au profit de Savis Tecnologia e Sistemas S.A, elle-même filiale de l’avionneur brésilien Embraer S.A avec lequel ELBIT a fondé un partenariat stratégique pour le Brésil.

AEL sistemas filialse Brésil elop (elbit)

Inclus dans le contrat, ce transfert de technologie amène Elbit Systems à investir au Brésil en termes d’actifs, d’infrastructure et de savoir-faire en optronique. Mr. Bezhalel (Butzi) Machlis, Elbit Systems’ President and CEO, commentait à l’époque : « Nous considérons comme importante cette récompense qui marque une avancée pour nos activités électro-optiques au Brésil, un marché significatif pour des Systèmes Elbit. [...] Ceci est encore une occasion supplémentaire pour nos filiales brésiliennes de fournir nos technologies de pointe, cette fois dans le domaine de l’observation, au Brésil, un pays qui mérite les technologies d’avant-garde dans chacun des domaines d’opération. »

Sources :
- communiqué de presse du 20 novembre 2013 d’Airbus Défense & Space
- communiqué de presse du 29 avril 2013 d’ELOP

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 12:25
Le Gripen suédois : peut-être le bon compromis

 

23 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

La décision du Brésil de commander trente-six Saab Gripen NG, peut-être beaucoup plus en un deuxième temps, constitue une grande déception pour Dassault Aviation et Boeing, en même temps, un choix lourd de conséquences. Et cela bien que les ultimes épisodes de la compétition aient été pollués par les écoutes de la NSA qui ont fortement écorné l’image des Etats-Unis, en Amérique latine … et ailleurs.

 

Bien entendu, les dirigeants de Dassault, dès le verdict connu, ont souligné que les capacités opérationnelles du Rafale étaient autrement importantes que celle du concurrent suédois. Ce qui est incontestable, un système d’armes polyvalent, biréacteur, très complet, faisant face à un appareil monoréacteur sensiblement plus léger et moins nettement « multirôle ». Les rivaux ne jouaient pas, de ce fait, dans la même catégorie, un constat tout à fait factuel interdisant de procéder à des comparaisons techniques complètes. Ce qui revient à dire que les Brésiliens, toutes considérations politiques et cybernétiques mises à part, ont donné la priorité à d’autres critères, tout comme, notamment les Suisses.

 

Le Gripen, finalement, serait le chasseur de la juste suffisance, capable d’assurer des missions de défense dans des conditions acceptables, mais sans prétendre s’élever au rang des appareils les plus sophistiqués et, de ce fait, les plus coûteux. Et cela malheureusement sans qu’il soit possible à procéder à des comparaisons budgétaires : les trois offres soumises au Brésil étaient foncièrement différentes, le prix « fly away » des avions n’étant qu’un élément parmi d’autres, par exemple en matière de compensations économiques. Dès lors, l’indication selon laquelle le contrat s’élèverait à 4,5 milliards de dollars est sans grande signification.

 

Un tout autre point de repère est instructif, la liste des pays acheteurs du Gripen. Outre la Suède, bien sûr, du Brésil qui prévoit de signer un contrat fin 2014, et de la Suisse qui va demander l’aval de ses électeurs à l’intervention d’une votation, il s’agit de l’Afrique du Sud, de la Hongrie, de la République tchèque et de la Thaïlande. S’y ajoute un acheteur atypique, l’Empire Test Pilot School britannique. De toute évidence, aucun de ces acheteurs ne remplissait les conditions requises pour accéder au très haut de gamme. Tous pourraient d’ailleurs adopter le leitmotiv du ministre suédois de la Défense, Celso Amorim : « nous sommes un pays pacifique mais qui ne veut pas rester sans Défense  ».

 

La manière de faire suédoise repose sur une grande économie de moyens. Longtemps, c’est une quasi autarcie militaire qui a été privilégiée, Saab affirmant au fil des années sa capacité à développer seul des appareils très performants. En revanche, le coût d’étude de moteurs adéquats s’étant avéré dissuasif, Volvo Flymotor a choisi de travailler étroitement avec General Electric, au départ d’une valeur sûre, le F404. Ainsi, la Suède a pu entretenir sa sacro-sainte neutralité et s’en est bien portée.

 

C’est dans les années soixante-dix que la manière de faire a été infléchie : avec l’aval de ses autorités de tutelle, Saab a commencé à chercher des clients à l’export, pour produire davantage d’avions et en diminuer le coût unitaire. Et, parallèlement, l’avionneur est entré sur le marché des avions régionaux, où il y avait pourtant pléthore de prétendants.

 

En 1975, Saab a proposé l’impressionnant Viggen aux quatre pays du « marché du siècle  », Pays-Bas, Belgique, Norvège et Danemark, face au YF-16 et au Mirage F1E. « Nous savions que nous n’avions aucune chance de l’emporter mais notre candidature nous a beaucoup appris, elle nous a permis de comprendre comment se déroulent de grandes compétitions de ce type », nous avait déclaré à l’époque le directeur du marketing de Saab.

 

Depuis, les équipes de Linköping ont fait du chemin, aidées par le Gripen, concurrentiel dans des limites suscitant un réel intérêt là où les contraintes budgétaires sont les plus sévères. Il n’est donc pas étonnant que la Colombie, par exemple, exprime un intérêt sérieux pour l’avion suédois. Lequel pourrait aussi intéresser les Canadiens, apparemment prêts à renoncer au F-35 au profit d’une solution plus « modeste » pour remplacer leurs CF-18. Commentaire de Hakan Buskhe, directeur général de Saab : le Gripen est « the most affordable fighter ». C’est visiblement l’avis des Brésiliens.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 17:20
Did NSA Spying On Brazil Allow Gripen To Win A Fighter Aircraft Contract And Cost Boeing Billions of Dollars?

 

December 22, 2013. David Pugliese - Defence Watch

 

As Defence Watch readers know Brazil recently selected the Gripen fighter jet built by Saab as its new military aircraft. The contract is worth $4.5 billion.

 

Brazil’s air force was told of the government’s decision by President Dilma Rousseff just 24 hours before the public announcement last week.

 

But shortly before the announcement, Boeing was seen as the front-runner with its Super Hornet. Did the NSA spying fiasco have an impact on the deal? More from Reuters news service on that issue:

 

Brazilian officials said the deal, one of the most coveted emerging-market defense contracts, went to Saab because it provided the most affordable option for the new jets, as well as the best conditions for technology transfer to local partners.

 

The choice, Defense Minister Celso Amorim said, “took into account performance, the effective transfer of technology and costs – not just of acquisition but of maintenance.”

 

Until earlier this year, Boeing’s F/A-18 Super Hornet had been considered the front runner. But revelations of spying by the U.S. National Security Agency in Brazil, including personal communication by Rousseff, led Brazil to believe it could not trust a U.S. company.

 

“The NSA problem ruined it for the Americans,” a Brazilian government source said on condition of anonymity.

 

A U.S. source close to the negotiations said that whatever intelligence the spying had delivered for the American government was unlikely to outweigh the commercial cost of the revelations.

 

“Was that worth 4 billion dollars?” the source asked.

 

The lament echo’s recent complaints by Cisco Systems Inc , which said in November that a backlash against U.S. government spying contributed to lower demand for its products in China.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 19:50
Brésil : pourquoi le Gripen a mis le Rafale KO

 

19/12/2013 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique

 

Il est loin, le temps où un Nicolas Sarkozy revenait tout auréolé du Brésil avec une promesse de négociations exclusives pour le Rafale. Le temps où Charles Edelstenne, alors patron de Dassault Aviation, affirmait au Monde que « c’est Nicolas Sarkozy qui a vendu le Rafale». Le temps où l’auteur de ses lignes, qui s’en flagelle encore, écrivait, comme l’immense majorité des observateurs, que le signe indien était vaincu, parce que toutes les apparences l’indiquaient, parce que tout semblait bouclé. Alors que rien ne l’était.

 

Quatre ans plus tard, le constat est cruel. Le Rafale a perdu, non pas face au favori, le F-18 américain, mais face à l’outsider, le Gripen suédois. A vrai dire, on s’attendait à une défaite, mais pas face à cet adversaire, un peu comme en Suisse en février 2012. Les compétitions brésilienne et suisse montrent un retour improbable du constructeur suédois Saab sur le devant de la scène, malgré toutes les apparences, malgré tous les a-priori. Ces résultats sont aussi un cours d’humilité pour tous les observateurs, dont peu avaient prévu le triomphe du Gripen.

 

Pourquoi le Rafale a-t-il perdu ? Comme je l’expliquais dans une analyse ce matin, il était inadapté aux critères finalement adoptés par le Brésil. Brasilia voulait, après avoir longtemps tergiversé, un avion bon marché plutôt qu’une bête de course. Le monomoteur Gripen, bien moins cher que le Rafale, correspondait bien mieux au profil-type. Moins cher à l’achat, moins cher à l’heure de vol, rustique, tout en affichant des équipements de dernière génération : le Gripen, comme le Rafale, peut embarquer un radar à antenne active AESA. Il pourra aussi emporter le missile de croisière air-air Meteor, un vrai argument d’achat pour les chasseurs.

 

Low-cost, sans être cheap, le Gripen apparaît désormais comme un cas d’école. Pourquoi le choix du Brésil s’est-il porté sur cet avion qu’on disait moribond il y a quelques années ? Brasilia a probablement privilégié le low-cost pour ne pas froisser son opinion publique, pas vraiment enchantée que le pays mettre 5 milliards de dollars dans des avions de chasse quand tant de choses sont à faire dans les transports publics, les infrastructures, le pouvoir d’achat de la population. Acheter la solution la plus économique, c’est envoyer un signe de sérieux budgétaire, là où prendre un avion plus cher aurait pu être taxé de gaspillage de deniers publics : OK, on prend des avions de chasse, mais les moins chers du marché.

 

Le reste est affaire de conjectures. La problématique du transfert de technologies a-t-elle joué ? Le GIE Rafale proposait pourtant, selon ses dires, un transfert total et sans conditions. Saab a-t-il proposé mieux ? A-t-il mieux su embarquer à ses côté l’avionneur brésilien Embraer ? Le camp français a-t-il fait preuve de suffisance, comme on le lui reproche souvent, pas toujours à tort d’ailleurs ?  Le rejet massif de l’offre française par l’armée de l’air brésilienne, qui avait pourtant une flotte de Mirage 2000 qu’elle est en train de mettre au rebut, mérité aussi d’être étudié. Les commentaires de ce blog sont évidemment ouverts à ce sujet.

 

Le retour en grâce du Gripen a au moins un mérite : il prouve que des come-back retentissants sont possibles, même sur un marché aussi complexe et bétonné que celui des avions d’armes. Que la France place le Rafale en Inde et au Qatar, et tout le monde aura oublié la mésaventure brésilienne, et les campagnes ratées marocaines ou coréennes avec. Qu’elle échoue sur ces deux plans, et l’on pourra vraiment commencer à tirer des conclusions définitives.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 17:55
Pourquoi Dassault ne pouvait pas vendre le Rafale aux Brésiliens

Dans ce contrat, le prix était le critère clé. Et Dassault s'était fait une raison misant plutôt sur l'Inde et le Qatar.

 

19/12/2013 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges

 

Il y a deux façons de voir la victoire du chasseur Gripen du suédois Saab dans la compétition brésilienne pour 36 appareils, confirmée hier par Brasilia. La première, c’est celle de l’autoflagellation à la française: un nouveau flop retentissant pour le Rafale après la Corée du Sud, Singapour ou le Maroc, et cette fois-ci, suprême humiliation, face à un concurrent suédois, a priori plus faible que les mastodontes américains. Les experts autoproclamés se succèdent sur les plateaux: l’avion de Dassault serait "trop cher", "invendable", l’industrie militaire français non compétitive, les commerciaux de Dassault sûrs d’eux, et la loi de programmation militaire en péril.

 

Si tout n’est évidemment pas entièrement à jeter dans ces analyses, on peut aussi défendre une autre position, plus nuancée: un, le choix du Gripen est au moins autant un échec pour le F-18 de Boeing, qui avait endossé le costume de favori depuis trois ans, que pour le Rafale. Avant les révélations de Snowden sur l’espionnage de la présidente Dilma Rousseff par la NSA, un contrat de F-18 était même évoqué avant la fin 2013.

 

>> Lire: Pourquoi l'affaire Snowden relance les chances du Rafale au Brésil

 

Deux, Dassault reconnaissait depuis longtemps que le Brésil n’était clairement pas le dossier le plus chaud pour le Rafale, contrairement à l’Inde, le Qatar et la Malaisie. Trois, et c’est peut-être l’argument le plus fort, selon les critères de choix finalement adoptés par le Brésil, la vente du Rafale était impossible.

 

Le Gripen est aussi moins cher à l'usage

Que voulaient les Brésiliens? Le choix du Gripen donne la réponse. Ils voulaient grosso modo la même chose que la Suisse, qui a aussi fait le choix du Gripen: un appareil léger, rustique, économique à l'achat mais aussi à l'usage, sans être au top de la technologie. Le Gripen "n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale", assurait hier le GIE Rafale International, qui porte l’offre française à l’export. "Monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix." L’avion suédois avait d’ailleurs connu ses succès à l’export dans des pays où le facteur prix est primordial (Hongrie, République tchèque, Thaïlande, Afrique du Sud), et n’a participé à des opérations extérieures qu’en Libye.

Même la Suisse, pas spécialement aux abois côté finances publiques, avait défendu cet argument du prix pour expliquer son choix en février 2012: "Le DDPS [département fédéral de la défense] doit tout mettre en œuvre pour que l'acquisition d'un nouvel avion de combat soit financièrement supportable pour l'armée, à moyen et à long terme, assurait le communiqué du gouvernement fédéral. C'est pour cette raison que le Conseil fédéral s'est prononcé, sur proposition du DDPS, en faveur du Gripen E/F de l'entreprise suédoise Saab."

 

>> Lire La Suisse préfère le Gripen au Rafale et à l'Eurofighter

 

Le Gripen, une "Peugeot" face à la "BMW" Rafale

Le quotidien suisse Le Matin avait levé le voile, début 2010, sur la foi d’un document confidentiel de l’armée suisse sur les performances du Gripen face au Rafale. Pour les missions de "police du ciel ", théoriquement les plus faciles, le score du Gripen était le plus mauvais des trois chasseurs européens engagés dans la compétiton.

"Il n’a atteint que 5,33 points sur 10, soit bien au-dessous de la limite minimale de 6,0 décidée au début du processus d’évaluation. L’Eurofighter atteint 6,48 et le Rafale 6,98", assurait le quotidien. D’aucuns comparent le Gripen à une 2CV, et le Rafale à une Ferrari. Exagéré: une comparaison Peugeot-BMW serait probablement plus proche de la réalité.

 

L'arrêt du Mirage 2000, une erreur de Dassault ?

La première grande leçon de la victoire du Gripen au Brésil, après la Suisse, c’est que même des pays qui auraient les moyens d’acheter le Rafale optent pour un avion moins performant, mais aussi moins cher. Le marché des monoréacteurs type Gripen est ouvert à plus de pays que celui des biréacteurs type Rafale ou Eurofighter Typhoon.

Dassault aurait-il dû garder en catalogue le monomoteur Mirage 2000, réussite commerciale à l’export, pour compléter sa gamme? Le consultant Richard Aboulafia, vice-président du cabinet américain Teal Group, en est persuadé. Le problème, c’est que le Mirage 2000 n’avait plus de commande à honorer après la livraison des derniers appareils à la Grèce en 2007…

 

Le Gripen est aussi (un peu) américain

L’autre grande leçon, c’est qu’avec le Gripen, le Brésil a fait une sorte de choix stratégique intermédiaire vis-à-vis des Etats-Unis. Il a refusé de commander le F-18 américain, en représailles à l’affaire d’espionnage de la NSA. Mais il n’a pas choisi le camp français, choix qui aurait été une gifle monumentale pour Washington.

Avec le Gripen, le Brésil achète suédois en apparence, largement américain dans les faits. Le moteur est un dérivé du réacteur F414 de General Electric. Les groupes américains Rockwell Collins et Honeywell sont aussi partenaires du programme. « Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine », assurait d’ailleurs le GIE Rafale le 18 décembre.

 

L'optimisme de Le Drian

Il ne faut évidemment pas sous-estimer l’échec du Rafale au Brésil. Mais il convient de l’analyser froidement, au-delà des caricatures de café du commerce. Pourquoi cette méfiance permanente affichée par l’armée de l’air brésilienne à l’endroit de l’offre française ? Est-il possible d’être plus agressif sur les prix? Comment combattre au mieux l’influence diplomatique et militaire américaine?

La mauvaise nouvelle brésilienne est tout de même à relativiser. "Même si je dois décevoir les Brésiliens, le Brésil, ce n’est pas la cible prioritaire du Rafale, nous avons d’autres prospects plus importants, assurait ce jeudi 19 décembre au matin le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian. Nous avons de bonne raisons de croire que sur l’Inde et sur le Golfe, il y aura bientôt des résultats."

Dassault peut, de fait, se refaire au Qatar (36 appareils pour une première tranche), et surtout en Inde (126 avions), en attendant peut-être la Malaisie (18 apapreils). C’est sur la signature, ou non, de ces contrats qu’on jugera vraiment de l’avenir du chasseur français à l’export. Vu l’âpreté du marché et l’intensité de la concurrence, sa vente ne sera de toute façon jamais une partie de plaisir.

>> Lire Rafale: le Qatar avant l'Inde?

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 17:50
Le Gripen suédois vole le Brésil au Rafale

Brasilia est entré en négociations exclusives avec Saab pour acquérir l'avion de combat suédois le Gripen NG

 

18/12/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Brasilia est entré en négociations exclusives avec Saab pour acquérir son avion de combat suédois le Gripen NG. Un revers pour l'avion de combat français qui espérait encore ces dernières semaines.

 

Décidément, les derniers résultats des appels d'offre en matière de choix d'avions de combat sont pour le moins surprenants. Après la Suisse, c'est donc au tour du Brésil de sélectionner le Gripen NG de Saab. Pourtant quand on se réfère à deux rapports confidentiels de l'armée de l'air suisse, qui ont évalué le Rafale et le Gripen NG entre fin juillet et début décembre en 2008, le Gripen arrivait bon dernier des deux évaluations : l'un sur les essais en vol et l'autre sur le standard de l'avion de combat livré en 2015 à l'armée de l'air suisse. Pire, "le Gripen a été le seul appareil à ne pas atteindre le seuil minimal (6 points, ndlr) des capacités attendues", avait estimé les auteurs des deux rapports.

 

Il n'en demeure pas moins que Brasilia est entré en négociations exclusives avec Saab pour finaliser un contrat dans quelques mois, voire quelques années. La négociation du contrat entre l'armée de l'Air brésilienne (FAB) et l'avionneur suédois prendra du temps, "de 10 à 12 mois" et le premier appareil devrait être livré au Brésil en 2018, a précisé lors d'une conférence de presse le ministre brésilien de la Défense, Celso Amorim.

 

Le groupe suédois peut remercier Edward Snowden, ce ancien consultant de l'Agence américaine de la sécurité nationale (NSA) à l'origine des fuites sur le programme de surveillance du renseignement américain, qui a mis sur écoute des communications personnelles de la présidente Dima Rousseff. Des révélations qui ont aussitôt éliminé le F-18 de Boeing, pourtant le favori de la présidente brésilienne jusqu'à il y a très peu.

 

Sarkozy y avait pourtant cru

 

Le Brésil va acquérir 36 Gripen NG pour un montant estimé à plus de cinq milliards de dollars. Après plus de dix ans de discussions et de reports en raison de coupes budgétaires, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a finalement opté pour l'appareil de Saab, considéré comme le moins cher, face au Rafale et au F/A-18 Super Hornet de Boeing.

 

Paris n'avait pourtant eu de cesse depuis 2007 de vanter les mérites du Rafale, espérant même conclure une vente que Nicolas Sarkozy avait cru acquise en 2009. Une ébauche d'accord avait alors été trouvée entre Nicolas Sarkozy et le président brésilien de l'époque, Luiz Inacio Lula da Silva, et Paris avait bien cru emporter la mise. Mais, à son arrivée au pouvoir, Dilma Rousseff a souhaité reconsidérer les options. François Hollande, qui était en visite officielle la semaine dernière, n'a pu changer la tendance.

 

Déception de Dassault Aviation

 

"Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d'origine tierce, notamment américaine", a souligné Dassault Aviation dans un communiqué publié mercredi soir. Et poursuivre : le Gripen "n'appartient pas à la même catégorie que le Rafale : monomoteur et plus léger, le Gripen n'est pas équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte".

 

Depuis 15 ans, au Brésil, Dassault Aviation et ses partenaires Snecma (groupe Safran) et Thales, regroupés dans le GIE Rafale International, ont fait la promotion du Mirage 2000 pour l'appel d'offres FX, puis du Rafale pour FX2, "animés par la volonté de coopérer sur le long terme avec l'industrie brésilienne, en particulier avec Embraer", a rappelé l'avionneur tricolore. "Les transferts de technologies sans restriction et les partenariats scientifiques, techniques et industriels demandés par le Brésil comptaient parmi les points forts de l'offre du GIE Rafale International, avec le soutien des autorités françaises", a rappelé Dassault Aviation.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:55
Avions de chasse: Dassault regrette le choix du Brésil, estime le Gripen moins performant

 

18 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - Dassault Aviation a regretté le choix du Brésil, qui a tranché en faveur du Gripen aux dépens de son Rafale, estimant que l'avion de chasse suédois est moins performant que l'appareil français.

 

Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d'origine tierce, notamment américaine, qui n'appartient pas à la même catégorie que le Rafale: monomoteur et plus léger, le Gripen n'est pas équivalent en termes de performances et donc de prix, commente le constructeur français dans un communiqué publié mercredi soir.

 

Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte, ajoute-t-il.

 

Le Brésil avait annoncé plus tôt avoir opté pour l'avion de chasse suédois Gripen NG aux dépens du Rafale français et du F/A-18 Super Hornet américain pour un contrat d'achat de 36 appareils estimé à plus de cinq milliards de dollars.

 

Après avoir analysé tous les faits, la présidente Dilma Rousseff m'a chargé d'informer que le vainqueur (...) est l'avion suédois Gripen NG, a déclaré le ministre brésilien de la Défense, M. Celso Amorim, lors d'une conférence de presse tenue peu après la révélation de l'information par les médias locaux.

 

C'est une nouvelle déception pour le constructeur français qui n'a encore jamais exporté le Rafale.

 

Dassault Aviation espère toutefois conclure un contrat avec l'Inde. Le groupe est toujours en négociations avec New Delhi pour la finalisation d'une vente de 126 appareils, dont 108 à assembler par des industriels indiens.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 22:31
Gripen NG and Gripen-D - photo Saab

Gripen NG and Gripen-D - photo Saab

 

18 décembre 2013 21h36 Romandie.com (AFP)

 

BRASILIA - Le Brésil a tranché mercredi en faveur de l'avion de chasse suédois Gripen NG aux dépens du Rafale français et du F/A-18 Super Hornet américain pour un contrat d'achat de 36 appareils estimé à plus de cinq milliards de dollars.

 

Après avoir analysé tous les faits, la présidente Dilma Rousseff m'a chargé d'informer que le vainqueur (...) était l'avion suédois Gripen NG, a déclaré M. Celso Amorim, ministre brésilien de la Défense, au cours d'une conférence de presse donnée peu après la révélation de l'information par les médias locaux.

 

Le ministre a précisé que le choix était fondé sur l'équilibre entre trois points : le transfert de technologie, le prix de l'avion et le coût de son entretien. Il a ajouté que la négociation du contrat avec l'avionneur suédois Saab prendrait encore du temps.

 

L'avion de combat français de Dassault-aviation était en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing et le Gripen NG pour cet appel d'offres lancé il y a plus de dix ans et émaillé de plusieurs reports, notamment en raison de coupes budgétaires.

 

La présidente brésilienne a ainsi opté pour l'avion considéré par les experts comme le moins cher. Selon la presse locale, il avait également la préférence des militaires brésiliens.

 

Le choix du Gripen NG a toutefois créé la surprise car les analystes tablaient plutôt sur un duel Dassault-Boeing.

 

L'une des principales exigences du contrat était un transfert de technologie total afin de pouvoir à terme fabriquer ces avions au Brésil et y développer l'industrie de la défense. Ce point semblait favoriser le Rafale, mais l'avion français était le plus cher des trois, a concédé à l'AFP une source proche de Dassault aviation.

 

L'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) était favorable au Rafale, mais il avait finalement laissé la décision à son successeur, la présidente Dilma Rousseff. Sous Lula, le Brésil avait acquis des hélicoptères et des sous-marins français.

 

Début 2011, Mme Rousseff avait repoussé l'annonce du résultat de l'appel d'offres en raison de coupes budgétaires et malgré les pressions exercées par l'armée de l'air.

 

Il s'agit d'une grosse déception pour le Rafale, un avion de combat, qui n'a jamais réussi à s'exporter jusqu'à maintenant. Le président français, François Hollande, en visite au Brésil la semaine dernière, avait soutenu en personne la candidature de l'industriel français.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 21:57
Le Brésil n’achètera pas le Rafale

 

18/12 Par Bruno Trevidic – LesEchos.fr

 

Le gouvernement brésilien a finalement fait le choix du Gripen du suédois Saab pour la fourniture de 36 avions de combat, pour une valeur de 4 milliards de dollars.

 

Le Rafale de Dassault Aviation n’ira pas au Brésil. Après des années de tergiversations, le gouvernement brésilien a finalement fait le choix du Gripen du suédois Saab pour la fourniture de 36 avions de combat, pour une valeur de 4 milliards de dollars. L’avion suédois, qui était également opposé au F-18 Super Hornet de Boeing, serait la solution la moins onéreuse, selon des informations de la presse brésilienne.

 

Même si les chances du Rafale semblaient très compromises ces derniers temps, cette décision est une défaite de taille pour l’avion français, qui semblait, un temps, très près de l’emporter. En septembre 2009, le président Nicolas Sarkozy en visite au Brésil avait même cru pouvoir annoncer un accord avec le président brésilien Lula sur la vente de 36 Rafale. Mais la décision finale, prévue pour décembre 2009, avait été reportée à plusieurs reprises et la présidence de Lula s’était finalement achevée sans que le contrat ne soit signé. Son successeur Dilma Rousseff jugea ensuite plus urgent de reporter la décision, pour cause de restrictions budgétaires, plongeant le camp français dans le doute et ouvrant la porte à une vigoureuse contre-offensive commerciale américaine, qui replaça le F-18 en pole position. Les révélations sur l’espionnage de la présidence brésilienne par l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, qui provoquent l’annulation en octobre d’un voyage officiel de Dilma Rousseff aux Etats-Unis, sonnent le glas des espérances américaines. Mais sans pour autant relancer les chances du Rafale. En dépit d’une visite officielle de François Hollande au Brésil, le 12 septembre, Brasilia aurait finalement jugé le Rafale trop cher.

 

Malgré cet échec, Dassault reste néanmoins confiant sur ses chances de signer un premier contrat à l’export pour le Rafale en Inde, courant 2014. Depuis janvier 2012, l’avionneur est en négociation exclusive avec les Indiens pour la fourniture de 189 appareils d’une valeur de 13 milliards d’euros.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:55
Le Rafale, une arme à un coup ?

 

18 décembre 2013 Paul Fauray

 

Sarkozy l’avait presque fait, Hollande en a juste rêvé. En 2009, Nicolas Sarkozy avait conclu une ébauche d’accord avec le président brésilien Ignacio Lula pour l’achat de 36 avions Rafale pour un montant de 3 Mds € en remplacement de ses Mirage 2000.

 

Mais à son arrivée au pouvoir, la présidente Dilma Roussef s’était démarquée de son mentor en reconsidérant le contrat. En reprenant en main un sujet de défense, elle asseyait ainsi sa légitimité. Elle se réfugiait derrière l’avis technique d’une commission chargée d’étudier diverses propositions. Depuis, le dossier n’avance pas, pire, il recule.

 

Cette situation appelle plusieurs observations. En matière de commerce, il ne suffit pas d’être français et de disposer de bons produits à vendre, il faut intégrer des règles qui nous sont parfois étrangères.

 

L’ébauche d’accord conclu entre Nicolas Sarkozy et Ignacio Lula, reposait, notamment sur une considération mutuelle des deux présidents. Malgré le crédit que la France a acquis en intervenant par deux fois en Afrique (Mali et Centrafrique), elle souffre d’une image internationale terne. Cela a pour effet d’altérer notre efficience commerciale à l’étranger. Les relations entre pays sont souvent tributaires de celles nouées entre leurs dirigeants. Bien que femmes ou hommes d’Etats, ils n’en sont pas moins humains. Il n’y a guère que dans les cours de sciences politiques qu’on traite de relations déshumanisées.

 

Les révélations sur les écoutes de la NSA, l’agence américaine, sont oubliées. Mais le mal est fait. La teneur des négociations concernant le marché du Rafale était connue des USA. Ainsi, les propositions américaines concernant le F / A 18 Super Hornet, étaient meilleur marché. « Le Rafale est trop cher », titrent les journaux brésiliens. Nous avons négligé ce paramètre et pourtant, nous avions déjà perdu un contrat Airbus au début des années 90 avec l’Arabie Saoudite au profit de Boeing pour les mêmes raisons. Décidément, en matière d’espionnage industriel, nous n’apprenons rien.

 

Nous avons le secret espoir que Dilma Roussef tienne rigueur aux USA de l’avoir mise sur écoute. Ce serait mal connaitre les règles du réalisme économique. En effet, le Brésil peut il se passer de son partenaire américain ?

 

La décision brésilienne doit être prise en 2015. Or, le gouvernement de Dilma Roussef est vertement critiqué sur la gestion de la coupe du monde de football. La compétition coûtera 11 Mds € pour une estimation initiale de 3 Mds. Les Brésiliens ont critiqué ce montant, manifesté contre le coût de la vie et la mauvaise qualité des services publics. Ils n’accepteraient pas le choix d’un avion cher.

 

Le Rafale doit surmonter des difficultés de politique nationale brésilienne et le handicap de son coût.

 

Alors comment faire pour placer un avion invendable ?

 

Le transformer en char de carnaval, non, renégocier le transfert de technologie, oui, ajuster son prix, oui.

 

Mais il faut prier pour que le Brésil gagne la coupe du monde en finale face à la France. Notre prestige en serait grandi et le client brésilien flatté. Tout ce qu’il faut pour réussir cette vente.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 08:25
Rafale écarté du Brésil, la rumeur du moment.

17 décembre 2013 portail-aviation

 

 

La semaine dernière, était publiée  une « information », lancée par un journal local brésilien, et depuis repris en boucle par plusieurs médias internationaux, ou mêmes français

L’information est courte, et est livrée sans source. Elle provient du site folha.uol.com.br. La voici :

Dilma Rousseff disse nesta semana ao presidente François Hollande que o Brasil não comprará da França os 36 caças do programa FX-2, da Aeronáutica. O entrave para a aquisição do Rafale, fabricado por um consórico liderado pela francesa Dassault, é o preço: ele custaria o dobro dos concorrentes --o F/A-18 Super Hornet, da norte-americana Boeing, e o sueco Gripen-NG. Na expectativa de selar o negócio, Hollande trouxe o presidente da Dassault, Éric Trappier, em sua visita ao Brasil.

Traduction: Dilma Roussef a dit cette semaine au président français François Hollande que le Brésil n’achètera pas à la France les 36 avions de combats du programme FX-2. L’obstacle à l’achat du Rafale, fabriqué par un consortium mené par Dassault Aviation, est son prix. Il couterait (ndlr : notez le conditionnel) le double du prix de ses concurrents – Le F/A-18 Super hornet, de l’américain Boeing, et le Gripen NG suédois. Anticipant sur une signature de la vente, M. Holllande a fait venir avec lui le président directeur général de Dassulat, Eric Trappier, lors de sa visite au Brésil.


Il n’en aura fallu pas plus pour que plusieurs autres médias aillent encore plus loin en affirmant que le Rafale est désormais écarté de la compétition.
Il convient désormais de prendre un peu de recul et d’analyser l’information livrée par le journal brésilien.

Premièrement, les négociations, quand elles ont lieues, se déroulent de façon confidentielle. Il y a peu de chance, mis à part lors d’une conférence publique et officielle, que ne filtre une information pareille.


Deuxièmement, où a-t-on déjà vu, un jour, une information selon laquelle un avion était évincé d’une compétition en phase finale sans que ne soit annoncé un vainqueur ? C’est une chose complètement illogique et même contre-productive pour le gouvernement brésilien. Que le prix de l’offre Rafale soit plus élevé que celle des autres compétiteurs, cela ne fait aucun doute –et j’y reviendrai un peu plus tard- Mais chaque offre possède des avantages qui leurs sont propres, et les négociations étant encore en cours, l’acheteur se sert du levier naturel qu’est la concurrence pour se voir proposer la meilleure offre. Retirer un compétiteur n’a donc, de ce point de vue, aucun sens.

Troisièmement, le but de ce voyage n’était absolument pas de rentrer en France avec un contrat en poche. Cela n’aurait pas été possible, car il faut premièrement que soit annoncé le vainqueur de la compétition avant que ne soit engagé des négociations exclusives avec lui (CF : l’Inde), négociations qui peuvent durer de quelques mois à plusieurs années. Le but était plutôt de mettre à jour l’offre française, avec certainement de nouvelles propositions, en plus du fait que le Rafale a beaucoup évolué depuis 2009, date à laquelle avaient été remises les premières offres de tous les concurrents.


Pour en revenir au prix, mais pas seulement.
Tous les chiffres annoncés ne sont que des suppositions, et des estimations plus ou moins juste. Ni un constructeur, ni le gouvernement brésilien ne se risquerait à divulguer des chiffres, au risque de fausser le jeu de la concurrence. Mais la tendance est par contre clairement établie.

Le Gripen NG est l’avion le moins cher à l’achat, mais aussi à l’heure de vol. Il consomme moins de carburant, et étant monoréacteur, il consomme moins d’heures de maintenance… Ce qui peut être un avantage financier à court terme peut se révéler devenir un véritable problème, au-dessus de l’immense zone à protéger. Avec un seul réacteur, aucune solution de secours n’est envisageable autre qu’une éjection, associée à la perte d’un avion. L’avion n’est pas non plus navalisable, bien que des études soient possibles, mais à un coût non négligeable. Brasilia ayant prévu de se doter d’un groupe aéronaval crédible, cette dernière déconvenue n’est pas négligeable. Un blocage existe également au niveau des transferts de technologies, une part importante de matériels de l’avion étant d’origine américaine.

Le F/A-18 E/F Super Hornet est également moins cher que le Rafale, mais situé dans une fourchette de prix proche du Rafale. Le Super Hornet bénéficie d’une production en grande série, et d’un potentiel évolutif très fort (voir l’article sur l’Advanced Super Hornet). Bien que légèrement moins performant que le Rafale, son principal handicap est que le congré, historiquement, n’a jamais permis de transferts de technologie à la hauteur de ce que demande Brasilia. Alors que du même point de vue historique, la France a toujours largement fait ses preuves dans ce domaine-là. Ne perdez pas de vue qu’un transfert de technologie n’est jamais gratuit. Voilà ce qui pourra aussi expliquer en partie un tarif bien plus élevé de l’offre française, capable de vendre des technologies que Boeing ne pourra même pas proposer.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:25
Au Brésil, le Rafale ne serait plus dans la course selon la presse locale

 

15/12/2013 latribune.fr 

 

Selon la presse locale, le Brésil, qui compte acheter 36 avions de chasse pour un montant estimé à 35 milliards de dollars, aurait écarté le chasseur français de Dassault laissant en course les modèles américain et suédois. La raison : son coût jugé trop élevé.

 

La France n'emportera pas un contrat d'avions de chasse de plusieurs milliards de dollars avec le Brésil, car son offre est trop chère, a estimé samedi le quotidien brésilien Folha de São Paulo.

 

La Folha affirme que l'offre française de 36 Rafale pour quatre milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) sera déclinée en raison du prix, trop élevé.

 

En compétition avec le F/A-18 Super Hornet de Boeing et le Gripen NG de Saab

 

Le quotidien ne prend pas de pari sur l'identité de celui qui remportera finalement ce contrat très convoité de plus de cinq milliards de dollars.

 

L'avion de combat français de Dassault-aviation est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'Américain Boeing et le Gripen NG du Suédois Saab pour un appel d'offres brésilien portant sur 36 avions de chasse pour le programme FX-2 de l'aéronautique brésilien.

Une vente potentielle qui dure depuis 2009

 

Au premier jour de sa visite d'Etat au Brésil, le président français François Hollande a rencontré jeudi son homologue Dilma Rousseff à Brasilia, affichant sa volonté de conforter le partage de savoir-faire technologiques et saluant l'augmentation du commerce bilatéral entre les deux pays.

 

Depuis que le Brésil a annoncé le retrait des avions Mirage 2000 à la fin de l'année, Paris n'a eu de cesse de venter les mérites de ses Rafale, espérant conclure une vente que Nicolas Sarkozy avait cru acquise en 2009.

 

Les hésitations de Dilma Rousseff

 

Une ébauche d'accord avait alors été trouvée entre M. Sarkozy et le président brésilien de l'époque, Luiz Inacio Lula da Silva, et Paris avait bien cru emporter la mise. Mais, à son arrivée au pouvoir, Dilma Rousseff a souhaité reconsidérer les options.

 

Si plusieurs contrats ont été signés à l'occasion de la visite de M. Hollande, le délicat dossier du Rafale n'a en revanche pas été évoqué publiquement, à l'approche de 2014, année des élections générales au Brésil.

 

La décision finale ne sera pas prise avant fin 2015

 

Mme Rousseff pourrait ne pas souhaiter conclure un contrat aussi coûteux à l'approche d'échéances électorales, et alors que le gouvernement fait déjà l'objet de vives critiques populaires en raison du coût du Mondial de football, estimé à huit milliards d'euros.

 

Selon la Folha, la décision finale ne sera pas prise avant 2015.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:25
Artillery: Yet Another New MLRS System

 

December 11, 2013: Strategy Page

 

A Brazilian firm is upgrading its Astros MLRS (multiple launch rocket system) to include better electronics, more reliable mechanical systems, and GPS guided 180mm rockets. Astros already uses 180mm unguided rockets in a launching container, holding 16 of them and having a max range of 35 kilometers. Astros can also carry a container holding 32 127mm rockets with a range of 30 kilometers or one holding four 300mm rockets of three different types (ranges of 60, 90 or 150 kilometers). The 6x6 truck carrying these launchers weighs ten tons and also carries the three man crew and is armed with a 12.7mm machine-gun.

 

The new Astros 2020 system will work with all existing unguided rockets available, in addition to 180mm guided ones with a range of 40 kilometers. There will also be a container that can carry four of the new (still in development) 300mm GPS cruise missiles with a range of 300 kilometers. The Brazilian Army has ordered 30 of the new Astros 2020 vehicles. Export sales are more difficult because there is so much competition in this area and Astros 2020 does not bring much that is new or unique to the market. Actually, Astros 2020 is inferior to the competition. The existing, battle proven American MLRS is far more attractive to many buyers. The American GPS guided 227mm rocket is most frequently used from the HIMARS rocket launcher. Only costing about $3 million each, these smaller, truck mounted MLRS (HIMARS) rocket launcher systems carries only one, six rocket container (instead of two in the original MLRS vehicle). But the 12 ton truck can fit into a C-130 transport (unlike the 22 ton tracked MLRS) and is much cheaper to operate. The first HIMARS entered service in 2005, about a year after GPS guided rockets did.

 

The 309 kg (680 pound) GMLRS (guided multiple launch rocket system) missile is a GPS guided 227mm rocket. It was designed to have a range of 70 kilometers and the ability to land within meters of its intended target, at any range. This is possible because it uses GPS (plus a back-up inertial guidance system) to precisely find its preprogrammed target area. In 2008, the army tested GMLRS at max range (about 85 kilometers) and found that it worked fine. So the American MLRS has more than twice the range of the Astros 180mm rocket.

 

The U.S. Army is buying over 800 HIMARS vehicles along with 100,000 GMLRS rockets, most of them fitted with an 89 kg (196 pound) high explosive warhead. About half of that is actual explosives. These have been used with great success in Iraq and Afghanistan, where nearly two thousand have been fired so far. The guided rocket is much more effective than the older, unguided version and is replacing it in most cases. No more of the unguided rockets are being purchased by the U.S. The accuracy of GMLRS means that one rocket does the job that previously required a dozen or more of the unguided ones. That's why HIMARS is so popular. While it only carries six rockets, that's often enough to last for days, even when there's a lot of combat in places like Afghanistan.

 

The American MLRS also has an ATACMS long range version. This is a 610mm rocket that fits in the same size container that normally holds six 227mm MLRS rockets. The ATACMS has been around since the 1980s and current models have a range of 300 kilometers. The current version of ATACMS is equipped with a 227 kg (500 pound) high explosive warhead. The U.S. used over 700 ATACMS in Iraq and Afghanistan. These rockets use GPS guidance to precisely hit targets up to 300 kilometers away. The U.S. MLRS has been sold to seven foreign customers.

 

Over a billion dollars’ worth of Astros systems were bought in the 1980s. Typically an Astros battery consists of 3-6 Astros trucks, 3-6 resupply trucks, and one headquarters/fire control truck. The Brazilian Army only bought 20 Astros vehicles in the 1980s, with most of the sales going to Middle Eastern countries (66 to Iraq and 60 to Saudi Arabia). After the Cold War ended in 1991, sales collapsed and picked up by the late 1990s. But the cheap Cold War surplus systems dried up sales at the low end of the market and America, Israel, Russia, and China had plenty of new offerings for the medium and high end. Existing Astros customers will be able to upgrade their existing Astros vehicles to the Astros 2020 standards so they can use the new rockets. 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:25
Marruá AM 31 1½ tonnes 4×4 light utility truck in Brazilian Army

09.12.2013 by VMSB
 

The Brazilian Army has inducted into service the Marruá AM 31 1½ tonnes 4×4 light utility truck from the local automotive maker Agrale SA.

Marruá AM 31 is powered by a Cummins ISF 2.8 diesel engine coupled to a Eaton FS 2305C transmission. It has a weight of 5.300 kg, payload of 1.500 kg and a top speed of 111.5 km/h.

The Exército Brasileiro (EB) and the Brazilian Navy´s Marine Corps currently operate large quantities of the Marruá of different configurations.

 

SAM_4856b

SAM_4989b

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:50
Selex delivers additional GRIFO radar to Brazilian Air Force

More than 450 GRIFO radars have been sold by Selex to five air forces worldwide. Photo: © 2013 Selex ES S.p.A - A Finmeccanica Company

 

5 December 2013 airforce-technology.com

 

The Brazilian Air Force (FAB) has taken delivery of an additional GRIFO fire control radar from Selex ES during a ceremony at the Museo Nazionale della Scienza e della Tecnologia Leonardo da Vinci, in Milan, Italy.

 

Wholly designed, developed and manufactured at the Selex ES facility in Nerviano, near Milan, the avionic combat radar represents the overall 400th GRIFO to have been delivered to date to FAB.

 

The radar is used for the modernisation of FAB's Northrop Grumman-built F-5 light supersonic fighter aircraft fleet.

 

Weighing less than 100kg, the GRIFO is a fourth-generation, X-band coherent, pulse-Doppler multimode-multirole fire-control radar designed to provide advanced performance to both new and upgraded aircraft.

 

Fitted with a powerful avionic radar air cooler transmitter, the modular radar can be easily integrated with modern avionic suites, and fully interfaced through a hands on throttle-and-stick (HOTAS) command, for a cost-effective solution.

 

Selex ES chief executive officer Fabrizio Giulianini said the success of the GRIFO radar demonstrates the critical importance of continual investment in sustaining company products.

 

''Thanks to this commitment, GRIFO has today begun an evolving technological roadmap for electronic scanning which will guarantee the system's success for many other years to come,'' Giulianini said.

 

Designed for installation in a range of combat aircraft, the GRIFO radar can operate in several modes, including an air-to-air mode and air-to-surface mode to effectively support multi-role missions.

 

In addition to this, the radar features modes for supporting navigation, a flight-proven suite of functions to combat electronic threats and modes for the search and identification of targets with high resolution imaging capability.

 

Apart from Brazil, the radars are also used by the air forces of Singapore, Czech Republic, Pakistan and South Korea, in seven different types of aircraft.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories