Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:25
Exercice franco-brésilien

24 septembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Les marines française et brésilienne ont organisé un exercice destiné à vérifier que leurs bâtiments sont capables de communiquer et coopérer en temps de guerre ou d’aide humanitaire.

 

Ont participé à cet exercice 2 patrouilleurs, le Guarujá et La Gracieuse.

 

L’exercice s’est déroulé au large de Rio Pará, à environ 30 nautiques de Belém. Les bâtiments ont procédé à des exercices de communication, de ravitaillement à la mer et des manœuvres tactiques, contribuant à l’entrainement et à l’interopérabilité des 2 bâtiments qui, normalement, opèrent en commun dans la zone maritime à la frontière près du Rio Oyapoque, effectuant des patrouilles navales dans leurs eaux respectives.

 

L’équipage du La Gracieuse a de plus participé au défilé commémorant les 191 ans de l’indépendance du Brésil, qui s’est déroulé à Belém le 7 septembre, avec une délégation de 13 marins.

 

Référence : Poder Naval (Brésil)

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:25
Dilma Rousseff dénonce vigoureusement les écoutes américaines

25/09/2013 45eNord.ca (AFP)

 

«Affront», «ingérence», «violation des droits de l’homme et des libertés»: la présidente du Brésil Dilma Rousseff a vigoureusement dénoncé mardi à l’ONU les programmes de surveillance électronique américains.

 

Mme Rousseff était la première à prendre la parole, pour la 68e assemblée générale de l’ONU, juste avant le président américain Barack Obama. Et elle n’a pas mâché ses mots, consacrant la première partie de son discours à ce sujet «très grave», qui l’a conduite la semaine dernière à repousser un voyage d’État prévu aux États-Unis fin octobre.

 

«L’argument selon lequel ces écoutes illégales visent à protéger les pays du terrorisme est intenable», a déclaré la présidente brésilienne à la tribune. «Une telle ingérence dans les affaires d’autres pays est une violation du droit international et un affront aux principes qui doivent guider nos relations», a-t-elle ajouté.

 

«Monsieur le président, le Brésil sait se défendre», a-t-elle lancé à l’adresse de Barack Obama. «Nous sommes un pays démocratique, entouré de pays démocratiques, pacifiques et respectueux du droit international. Nous avons vécu en paix avec nos voisins depuis plus de 140 ans», a-t-elle souligné.

 

La présidente brésilienne a demandé «des explications et des excuses» des autorités américaines, ainsi que «l’assurance que de telles pratiques ne se reproduiraient pas».

 

Mme Rousseff veut des excuses

 

Elle a affirmé que les programmes de surveillance — dévoilés par l’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden –avaient visé au Brésil des personnes «prises au hasard», des documents internes à des entreprises «souvent d’une grande valeur économique et même stratégique« et «des missions diplomatiques brésiliennes, dont celle de l’ONU». «Les communications de la présidence brésilienne elles-mêmes ont également été interceptées», s’est-elle indignée.

 

«On ne peut pas assurer la sécurité d’un pays en violant les droits fondamentaux d’autres pays», a encore déclaré Mme Rousseff.

 

Le président américain a brièvement défendu ce programme de surveillance électronique de l’Agence nationale de sécurité (NSA) dans son discours devant l’assemblée générale.

 

Il a assuré que les États-Unis avaient «commencé à revoir la manière dont [ils recueillent ] des renseignements de façon à trouver un équilibre entre les préoccupations légitimes de sécurité de nos citoyens et alliés et les inquiétudes sur le droit à la vie privée».

 

M. Obama avait téléphoné en personne la semaine dernière à Mme Rousseff, mais elle n’a pas fléchi sur sa décision de ne pas venir à Washington le 23 octobre.

 

La présidente brésilienne avait déjà directement évoqué la question avec son homologue américain en marge du sommet du G20 à Saint-Petersbourg début septembre. M. Obama s’était alors engagé à suivre personnellement le dossier et à lui fournir des explications.

 

Mais Brasilia a jugé insuffisantes les explications des Etats-Unis.

 

«Le gouvernement brésilien est sûr qu’une fois la question résolue de façon adéquate, la visite d’Etat se fera dans les plus brefs délais», a indiqué la présidence brésilienne la semaine dernière.

 

Selon le chaîne brésilienne TV Globo, la NSA a espionné les communications de Mme Rousseff, de ses proches collaborateurs et de millions de Brésiliens ainsi que la plus grande entreprise du Brésil, le géant pétrolier Petrobras.

 

Ces accusations ont déjà conduit à la suspension des négociations avec les États-Unis pour l’achat d’avions multi-rôles, un contrat de quatre milliards d’euros où la France (avec le Rafale) et la Suède sont en lice également, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale brésilienne.

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:25
Les opérations « Agata » : le Brésil et ses forces aériennes dans la lutte contre la criminalité transfrontalière.

24.09.2013 Slt Tony Morin, chargé d’études, CESA/DER

 

Le Brésil et les espaces non gouvernés : le problème des frontières. Sixième puissance économique mondiale, le Brésil est aujourd’hui reconnu comme l’une des principales puissances émergentes. « Pays pas sérieux » en 1964, il apparaît impossible « d’imaginer, aujourd’hui, résoudre les problèmes mondiaux sans le Brésil. » Malgré cette stature internationale, le Brésil continue d’être confronté à un certain nombre de problèmes endémiques. L’un de ses premiers défis est inhérent à sa géographie : le Brésil est le cinquième pays au monde en superficie et partage 16 885 km de frontières avec 10 pays (auxquelles s’additionnent 7 491 km de côtes). En outre, environ 3,5 millions de km², soit 40% de sa superficie, sont recouverts par la forêt amazonienne. En revanche, le Brésil a peu de relief puisque seuls 3% de sa superficie sont considérés comme zone montagneuse (altitude supérieure à 900 m). Ces facteurs font du Brésil un pays difficile à contrôler et à administrer totalement.

 

Télécharger l’intégralité de l’article au format pdf

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:25
H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

Sept. 17, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Brazilian Air Force; issued Sept. 17, 2013)

(Issued in Portuguese only; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

H-36 Caracal: One Thousand Flight Hour In Falcao Squadron

 

The Falcao Squadron, in Belem (PA), in September passed the 1,000 flight hour mark with the H-36 Caracal, the most modern helicopter in the Brazilian Air Force fleet. Received by the FAB in December 2011, the first aircraft was transferred to the unit that has the mission to explore all of the features of the H-36. Altogether, the Air Force will have 16 units of the model provided by the company Helibrás.

 

Over two and a half years of operation, the Falcao Squadron has used its first Caracals in real missions, such as fighting forest fire in Amapá, support for the Federal Police for the release of hostages in Mato Grosso, humanitarian missions in support of isolated communities and Indian tribes. The Air Unit also attended the FIDAE 2012, an exhibition of military aviation in Chile. For this, the H-36 made the long trip from Belém to Santiago, passing over the Andes.

 

The Falcao Squadron’s 1,000 hours also included training missions such as search and rescue at sea, navigation, and flight at low altitude, alongside the second H-36 it has now received. Able to carry up to 4.5 tons of cargo, and fitted with two winches for lifting people or loads, the Caracal H-36 has also been shown to be far superior to the old H-1H.

 

In addition to performing the flights in new aircraft, the Falcao Squadron also formed working groups to discuss the capabilities of the new helicopter. The upgraded version to be delivered in 2014 will include new equipment such as radar warning systems and sensors threat detection in the infrared spectrum. A group is also evaluating the feasibility of aerial refueling missions with helicopters, something now done only by the FAB fighter aircraft.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:25
Espionnage du Brésil par les Etats-Unis : la crise est profonde entre Brasilia et Washington

18/09/2013 latribune.fr

 

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a reporté sa visite d'Etat à Washington prévue le 23 octobre, Brasilia jugeant insuffisantes les explications des Etats-Unis au sujet de récentes révélations fournies par l'informaticien américain Edward Snowden sur des cas d'espionnage américain au Brésil.

 

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a reporté sa visite d'Etat à Washington prévue le 23 octobre, Brasilia jugeant insuffisantes les explications des Etats-Unis au sujet de récentes révélations sur des cas d'espionnage américain au Brésil. "Tenant compte de la proximité de la visite d'Etat prévue à Washington - et en l'absence d'un éclaircissement satisfaisant des faits avec des explications à la hauteur et l'engagement de cesser les activités d'interception -, les conditions pour la tenue de cette visite à la date fixée au préalable ne sont pas réunies", a annoncé ce mardi dans un communiqué le service de presse de la présidence brésilienne.

 

Rappelant que le président américain, Barack Obama, avait téléphoné à Dilma Rousseff lundi soir pendant 20 minutes, le communiqué ne masque pas l'exaspération du gouvernement brésilien sur cette affaire d'espionnage des communications privées de la présidente et de ses proches collaborateurs par les services secrets américains. "Les pratiques illégales d'interception des communications et de données de citoyens, entreprises et membres du gouvernement brésilien constituent un fait grave, qui porte atteinte à la souveraineté nationale", souligne Brasilia, qui ne se satisfait pas des explications avancées par Washington depuis ces révélations.

 

Embarras des Etats-Unis

 

Le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney, qui a annoncé le premier ce report, a préféré expliquer qu'un tel déplacement "ne devrait pas être éclipsé par un seul dossier, quelles que soient son importance ou les difficultés qu'il présente". La tenue de la visite dépendait selon le Brésil des explications fournies par Washington sur ces révélations de médias brésiliens s'appuyant sur des documents de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) fournis par l'ex-informaticien américain Edward Snowden au journaliste américain du Guardian Glenn Greenwald, qui vit à Rio de Janeiro. "Le gouvernement brésilien est sûr qu'une fois la question résolue de façon adéquate, la visite d'Etat se fera dans les plus brefs délais", a indiqué Brasilia.

 

La chaîne de TV Globo a révélé au cours des dernières semaines que la NSA avait espionné les communications de Dilma Rousseff et de ses proches collaborateurs et de millions de Brésiliens ainsi que les données de la plus grande entreprise du Brésil, le géant pétrolier Petrobras. Après la révélation de cette affaire, Brasilia avait annoncé le report du voyage de l'équipe qui devait préparer la visite d'Etat de Dilma Rousseff aux Etats-Unis dans l'attente d'explications.

 

Une gifle à Obama

 

Barack Obama "comprend et déplore les préoccupations qu'ont causées au Brésil les révélations d'activités présumées d'espionnage des services secrets des Etats-Unis", a déclaré la Maison Blanche, visiblement soucieuse d'apaiser le différend diplomatique. Le président américain "s'est engagé à travailler avec la présidente Rousseff et son gouvernement à travers les voies diplomatiques pour surmonter cette source de tension dans la relation bilatérale", a-t-elle précisé, tout en prévenant que la révision promise des activités des services secrets américains "demanderait plusieurs mois".

 

Pour un analyste en politique internationale de Brasilia, David Fleischer, le report de la visite constitue une véritable "gifle" diplomatique pour Barack Obama, dont les arguments, avancés lors de ses entretiens avec Dilma Rousseff au G20 de Saint-Petersbourg puis au téléphone lundi, n'ont apparemment pas suffi. Mais selon David Fleischer, cette décision est davantage à mettre en rapport avec la baisse de la popularité de Dilma Rousseff au Brésil depuis la fronde sociale de juin et la perspective de la présidentielle d'octobre 2014. "Elle se montre comme une présidente ferme, elle a donné une gifle à Obama, le leader le plus puissant de la planète", explique David Fleischer. "Une attitude ferme (qui) suscite la sympathie de la population brésilienne", renchérit Tullo Vigevani, de l'Université de Sao Paulo.

 

Et maintenant ?

 

Le vice-président américain, Joe Biden, avait souligné lors d'une récente visite au Brésil que la visite de Dilma Rousseff marquerait "une nouvelle ère dans les relations" entre le Brésil et les Etats-Unis. Elle devait être la première visite d'Etat d'un président étranger cette année, un égard réservé aux partenaires les plus stratégiques de Washington. "Nous sommes au pire moment des relations bilatérales entre le Brésil et les Etats-Unis depuis 30 ans", a résumé Alberto Pfeiffer, spécialiste du Groupe d'analyse et de conjoncture internationale (Gacint) de l'Université de Sao Paulo.

 

"Ce voyage était appelé à sceller un rapprochement commercial entre le Brésil et les Etats-Unis qui étaient très éloignés au cours des neuf dernières années", a regretté de son côté le directeur de l'Association des exportateurs du Brésil (AEB), José Augusto de Castro.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:32

Partager cet article

Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:49
Sagem acquiert la société brésilienne Optovac

Paris, Eurosatory 2012, Ie 13 juin 2012 Sagem

 

Sagem (groupe Safran) vient de signer à Eurosatory un accord en vue de l’acquisition d’Optovac Mecânica e Optoeletrônica Ltda, société brésilienne spécialisée dans le domaine de l’optronique et de la vision nocturne. Elle fait partie du tissu de PME innovantes reconnues par le Ministère de la défense brésilienne, disposant de tous les atouts pour devenir une Entreprise Stratégique de la Défense (EED).

 

Cette acquisition s’inscrit dans le cadre de la stratégie de partenariat local que Sagem entend développer avec l’industrie de défense au Brésil.

 

Sagem a pour objectif d’accompagner la croissance de cette société, avec l’ambition d’en faire un acteur de référence dans le domaine des technologies, équipements et systèmes optroniques.

 

Optovac aura vocation à produire et à assurer le soutien au profit de ses clients d’une large gamme d’équipements sur la base des savoir-faire de Sagem. Son activité comprendra également le développement local de solutions adaptées aux besoins des forces armées brésiliennes.

Partager cet article

Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 07:00
French leader's Brazil visit could hasten decision on jets

May 23, 2012 Spacewar.com (AFP)

 

Brasilia - French President Francois Hollande's visit to Brazil next month for the Rio+20 summit could help hasten Brasilia's decision on a contract to buy 36 next-generation fighter jets, a government official said Wednesday.

 

The Rafale fighter, made by French firm Dassault Aviation, is competing against the US F/A-18 Super Hornet and Swedish manufacturer Saab's Gripen for the contract valued at between $4 billion and $7 billion.

 

The government official, speaking on condition of anonymity, said Hollande's attendance at the June 20-22 UN summit on sustainable development "could untie the knot", with Brasilia hoping for clarifications on the French offer.

 

"We are not happy with any of the proposals" right now, the official said, explaining that the French price was deemed too high while Brasilia does not trust US assurances on technology transfer.

 

Brazil, Latin America's dominant power and the world's sixth-largest economy, is insisting on technology transfer in all its defense agreements.

 

Last month, US Defense Secretary Leon Panetta visited Brazil and pledged US advanced technology transfers if Brasilia chooses the Boeing's F/A-18.

 

France has offered full technology transfers in its bid to win the contract.

 

Another factor is India's recent tentative decision to buy 126 Rafales in a contract valued at $12 billion, a more attractive price than that proposed to Brazil.

 

Brazilian Defense Minister Celso Amorim traveled to India in February to discuss prospects for a "technical military accord."

Partager cet article

Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 18:40

 http://img10.hostingpics.net/pics/780462Hellenic_Navy_S_70B_6_Aegean_Hawk__281_29.jpg

 

PARIS, June 20, 2011 /PRNewswire

 

Sikorsky Aircraft Corp. announced today at the Paris Air Show that the Brazilian Navy has signed an agreement with the U.S. Government to acquire two additional Sikorsky S-70B™ maritime helicopters via the Foreign Military Sales (FMS) process. Sikorsky is a subsidiary of United Technologies Corp. (NYSE: UTX).

 

In 2010, the Brazilian Navy contracted for four S-70B aircraft, also through the FMS system, with deliveries starting in December 2011 and continuing through the end of the First Quarter of 2012. Sikorsky expects contract finalization for the additional two aircraft in 2012. The multi-role S-70B SEAHAWK™ helicopter can perform anti-submarine and anti-surface warfare missions, among others.

 

"The Brazilian Navy has relied on Sikorsky aircraft for decades, including the venerable H-3 SEA KING™ helicopters dating to the 1960s. We thank the Navy sincerely for its continuing commitment to our products," said John Pacelli, Vice President, International Military Business, for Sikorsky.

 

Sikorsky Aircraft Corp., based in Stratford, Conn., is a world leader in helicopter design, manufacture, and service. United Technologies Corp., based in Hartford, Conn., provides a broad range of high technology products and support services to the aerospace and building systems industries.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories