Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:55
Le Pôle d’excellence cyber se structure en association Loi 1901



24/09/2015 Ministère de la Défense

 

 À l’occasion du colloque international #CyberDefense qui s’est tenu à Paris ce jeudi 24 septembre 2015, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le président du Conseil régional de Bretagne, représenté par Bernard Pouliquen, vice-président en charge de la recherche et de l’enseignement supérieur, ont signé les statuts fondateurs de l’association « Pôle d’excellence cyber ». Les dirigeants des 13 premiers grands groupes industriels partenaires étaient également présents pour cette signature : Airbus D&S, Alcatel Lucent, Atos-Bull, Bertin, Cap Gemini Sogeti, DCI, DCNS, EDF, La Poste, Orange, Safran, Sopra-Steria, Thales.

 

Lancé en février 2014, le Pôle d’excellence cyber – initiative conjointe du ministère de la Défense dans le cadre du Pacte défense cyber et du Conseil régional dans le cadre du Pacte d’avenir pour la Bretagne – a une vocation nationale et un objectif de rayonnement international.

Il a pour mission, au profit du ministère de la Défense et, plus largement, de la communauté nationale cyber, de stimuler le développement de :

-         l’offre de formation cyber (initiale, supérieure, continue) et sécuriser ainsi la disponibilité des compétences qualifiées,

-         la recherche académique cyber,

-         l’offre de services et de produits de confiance,

-         la base industrielle et technologique de cyberdéfense, avec une attention particulière portée aux PME-PMI innovantes, y compris à l’export.

 

Avec une approche résolument pragmatique, horizontale et collaborative, le Pôle d’excellence cyber compte déjà plus de 50 partenaires qui travaillent en réseau, indépendamment de leur taille ou de leur nature (publique ou privée, civile ou militaire). Il regroupe notamment les équipes cyber du ministère de la Défense, les écoles et universités, les laboratoires de recherche, les grands groupes prestataires et Opérateurs d’importance vitale (OIV), les PME ou encore les agences de développement économique.

 

Avec un intérêt et des sollicitations qui dépassent déjà nos frontières françaises et européennes, le Pôle d’excellence cyber compte à son actif de premières réalisations marquantes. Un accord général de partenariat pour la recherche a ainsi été signé avec 11 institutions, écoles ou universités. 22 formations nouvelles ou ayant intégré la cyber existent désormais, le nombre d’étudiants formés ou sensibilisés à la cyber en Bretagne a augmenté de 40 % et un appel à projets régional a permis de soutenir 11 projets portés par 13 PME innovantes.

 

Aujourd’hui, la structuration du Pôle d’excellence cyber en « association Loi 1901 » lui donne, au-delà de la structure en elle-même, les outils et les moyens nécessaires à l’accélération de son déploiement, grâce à l’engagement de ses partenaires : dès à présent, 30 millions d’euros minimum sur les 5 prochaines années.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:57
photo MinDefFR

photo MinDefFR

 

15/09/15 Capital.fr (Reuters)

 

Jean-Yves Le Drian restera ministre de la Défense jusqu'à la fin du mandat de François Hollande en 2017 même en cas de victoire de la liste socialiste aux élections régionales en Bretagne, a-t-on appris de sources parlementaires et gouvernementale.

 

Très discret sur ses intentions en vue du scrutin de décembre, ce fidèle du président a laissé échapper un indice lundi, à l'occasion de l'université de la Défense à Strasbourg. "C'est ma quatrième université d'été comme ministre de la Défense", a-t-il dit. "Je dois dire que depuis 2012 je crains de faire à chaque fois un discours un peu plus long et je ne vous dis pas l'année prochaine." En mars, il avait fait une première allusion aux rumeurs le donnant sur le départ en assurant qu'il "exécuterait jusqu'à fin 2015 l'agenda du ministère de la Défense" sans aller au-delà. "Bien sûr qu'il reste", dit une source parlementaire à propos de l'avenir de Jean-Yves Le Drian au gouvernement. Une information confirmée de source gouvernementale. Le ministre de la Défense ne renonce pas pour autant à la Bretagne. Selon une autre source parlementaire, il devrait maintenir sa candidature aux élections régionales sans toutefois devenir officiellement tête de liste afin de ne pas prêter le flanc aux critiques sur un mélange des genres. "En cas de victoire de la liste PS, l'idée c'est que François Hollande lui demande de rester à la Défense en raison de la situation sécuritaire", ajoute cette source. A la fin du quinquennat, Jean-Yves Le Drian récupérerait la présidence de la région Bretagne après démission du président du conseil élu, précisent les sources. Interrogé par Reuters, l'entourage de Jean-Yves Le Drian s'est refusé à tout commentaire.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 18:55
credits Bretagne Developpement Innovation

credits Bretagne Developpement Innovation

 

L'ACB (Association des Cadres Bretons) organise la conférence " Cyber défense/sécurité : un leadership breton " le mardi 22 septembre prochain à la Maison de la Bretagne, en présence de Gwendal Rouillard, de Loig Chesnais-Girard (vice président de la région Bretagne en charge de l'économie et maire de Liffré) et de Paul-André Pincemin (Chef de projet Pole d'excellence cyber au Ministère de la défense).

 

Inscription indispensable sur le lien suivant :

https://www.weezevent.com/conference-cyber-securite-defense

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:55
photo 13e RG / Armée de Terre

photo 13e RG / Armée de Terre

 

14/08/2015 Armée de Terre

 

Du 15 au 24 juillet 2015, la section Explosive Ordnance Disposal (EOD) du 13e régiment de génie (13e RG) s’est entraînée à la mise en œuvre d’explosifs d’intervention sur des véhicules, en Bretagne.

 

Accueillis par le groupe plongeur démineur Atlantique de Brest, les sapeurs du 13e RG ont participé avec succès aux différents exercices qui certifient leurs compétences de démineurs. L’entraînement s’est poursuivi avec une semaine d’exercices de déminage au fort de Penthièvre, dans le Morbihan, et la mise en œuvre d’un appareil de radiographie CP 120.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:55
Jean-Yves Le Drian vu par... (extraits)

 

25 juillet 2015 Nathalie RAULIN , Christophe FORCARI et Laure BRETTON - Libération.fr

 

ANALYSE : Dans l'armée, mais aussi à droite, chez les industriels et bien sûr en Bretagne, le ministre de la Défense, future tête de liste aux régionales, récolte d'abord des compliments.

 
[...]
L’armée

Du général étoilé à l’officier de terrain, tous marchent du même pas pour saluer Jean-Yves Le Drian comme «un vrai patron». «Il commande, a mis tout le monde au pas. Du coup, la haute hiérarchie militaire l’adore», constate un député de l’opposition, membre de la commission de la Défense. «Il a obtenu des choses qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait été capable de décrocher», reconnaît, admiratif, un général habitué du ministère. Avec un argument décisif  : l’engagement sans précédent des forces armées militaires sur différents des théâtres d’opérations extérieurs et intérieurs.

«Après les efforts budgétaires et humains, les restructurations menées par l’armée comme aucune autre administration, il était impossible d’aller plus loin, au risque de mettre à mal notre outil de défense», résume l’entourage du ministre. Outre une promesse de «sanctuarisation» du budget de la Défense, il a notamment obtenu, depuis les attentats de janvier, la réduction des baisses d’effectifs prévues et 3,8 milliards d’euros de rallonge pour financer les nouvelles missions dont la sécurité intérieure et 10 000 nouveaux contrats pour de futures recrues, principalement dans l’armée de terre. Cette remise à niveau de la LPM prévoit également l’acquisition de nouveaux hélicoptères et un renforcement des dotations destinées aux forces spéciales devenues clefs de voûte des interventions contre le terrorisme islamique. A l’état-major, les hauts gradés saluent  un ministre qui, «sans en demander plus qu’il n’en faut, a très bien compris nos demandes».

In fine, seul le général Puga, chef d’état-major particulier du président de la République, un survivant de l’alternance de 2012, a de quoi regretter les années Sarkozy puisqu’une partie du pouvoir est repartie à l’hôtel ­de Brienne – alors que jusque-là, ce catho tradi à la réputation d’homme de clan et de coteries pouvait se vanter d’avoir l’oreille du chef suprême des armées. Et Le Drian a tenu à mettre les choses au clair, redoutant que ce général minimise ses demandes auprès de François Hollande. D’où une explication de gravure «franche et cordiale». «Vous lui cachez des choses [au chef de l’Etat, ndlr]. Vous ne lui dites pas la vérité», l’aurait souffleté le ministre de la Défense. «Depuis leurs relations restent fraîches mais sans plus», résume un proche du ministre. Celles avec Pierre De Vi­lliers, le chef d’état-major des armées, sont à l’inverse radieuses. «Ils ont tous deux l’humilité des très bons. Ce sont deux hommes de l’Ouest et deux taiseux. Ils fonctionnent très bien de concert», confie-t-on à l’Etat-Major. Surtout, sur les grands choix tactiques et les décisions d’envois de troupes, «il n’y a pas une feuille de papiers à cigarettes entre eux».

Ramener de l’ordre et rassurer les troupes, Jean-Yves Le Drian s’est employé à le faire dès son arrivée en signant l’arrêt de mort du système de réglements des soldes Louvois. Certains militaires se voyaient percevoir leurs soldes avec retard et sur des bases de calculs erronées. «Quand vous êtes sur le terrain, en Opex [opérations extérieures, ndlr], c’est important de savoir que vos familles vont recevoir la solde sans problème», explique le général Barrera, le patron de l’opération Serval au Mali. Jean-Yves Drian y a gagné son galon de «popotier» en chef.

 
Les industriels

Jean-Yves Le Drian lâche une bordée d’injures. Son ami Alain Bauer vient de l’avertir : en cette fin novembre 2014, Jean-Bernard Levy s’apprête à quitter la présidence de Thales qu’il occupe depuis tout juste un an pour celle d’EDF. Le ministre de la Défense tombe des nues. Personne à l’Elysée ou à Bercy n’a jugé bon de l’informer d’un départ qui déstabilise un fleuron de la défense et menace le pacte d’actionnaires entre l’Etat et Dassault chez Thales. De fait, averti du départ de Levy par les médias, l’homme fort des Dassault, Charles Edelstenne, voit rouge… «Pour résoudre un problème sur EDF, Bercy en a crée deux : avec Thales et avec Dassault», regrette un proche du ministre.

Dès son installation à l’hôtel de Brienne, en 2012, Le Drian avait pourtant clairement marqué son territoire : «Je suis le ministre des industries de la défense, avait-il claironné. Les décisions se prendront dans mon bureau et sous l’autorité du Premier ministre». Le message était clair : plus question de laisser l’Elysée trancher les dossiers industriels, comme c’était le cas sous l’ère Sarkozy. D’abord dubitatifs, les industriels avaient peu à peu pris la chose au sérieux. Car pour asseoir sa crédibilité sur des champions comme EADS, Thales, Dassault Aviation, Safran, DCNS, Nexter et quelques 4000 PME, Le Drian n’hésite pas à manier le bâton. Six mois après avoir critiqué devant les députés l’étalement du programme Fremm [programme de renouvellement des «frégates multi-missions», ndlr], Patrick Boissier, le patron de DCNS, fleuron de l’industrie navale française, s’était vu signifié son congé en cours de mandat… L’état-major de Dassault avait lui déjà compris le topo. De retour d’un déplacement à Abu Dhabi en octobre 2012, le ministre lâchait que la vente du rafale «empoisonnait nos rapports» avec les Emirats : «Les Rafale attendront.», avait-il ajouté. De quoi imposer le silence aux industriels. Et permettre à l’élu breton de tester sa méthode. D’entrée de jeu, il lance un plan de soutien aux PME, pour gagner le temps qu’il faut pour remplir les carnets de commandes des mastodontes du secteur. S’emploie à trouver au constructeur de blindés, Nexter, en difficulté, un partenaire étranger : le mariage avec l’allemand KNW devrait être conclu fin juillet.

Mais c’est à l’export que Le Drian sait devoir marquer des points s’il veut redynamiser une industrie plombée par la baisse des commandes de l’Etat. Début 2013, le comité des exportations de défense (COMED) qu’il met en place réunit autour d’une même table à Brienne, représentants de la direction générale de l’armement, industriels, diplomates et militaires. Objectif : s’accorder sur des argumentaires de vente des équipements français. Un travail de fond apprécié des chefs d’entreprise. Fort du soutien du Président et des performances du matériel français sur les théâtres d’opérations extérieurs (Mali, Centrafrique…), Le Drian s’impose en interlocuteur fiable au Moyen et Proche Orient. «Sissi [le président égyptien, ndlr] va nous acheter des Rafale ! Tu verras, tu verras !», jure t-il un soir d’hiver à son directeur de cabinet incrédule. A la fin du printemps, le ministre signe la vente d’une frégate multimission FREMM construite par DCNS à l’Egypte et surtout de 84 Rafale, à l’Egypte au Qatar, et à l’Inde…Pour Le Drian, c’est plus qu’il n’en faut pour respecter les objectifs de la Loi de programmation militaires jusqu’en 2018 et donner une bouffée d’oxygène à l’industrie. Et le jackpot est pour Dassault, qui en oublie ses bisbilles avec l’Etat sur le pilotage de Thales. Provisoirement.

 

[...]

 

Lire l'article

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:55
Brest prépare l'accueil des sous-marins Barracuda

Directeur central du SID, l'ingénieur général René Stephan a posé la première pierre de l'infrastructure Barracuda - photo Ouest-France

 

04 Juillet Ouest-France

 

Vingt-trois mois. Ce sera la durée des travaux engagés depuis le mois d'avril à la Base navale pour accueillir le sous-marin nucléaire d'attaque Suffren, au printemps 2017.

 

L'arrivée d'une nouvelle génération de sous-marins nucléaires Barracuda exige, pour les ports qui les accueillent, des infrastructures adaptées, permettant d'assurer le maintien en condition opérationnelle et le soutien. À la base navale, la pose de la première pierre de cet important chantier s'est faite hier au quai d'armement Est, présidée par l'ingénieur général René Stephan, directeur central du Service d'infrastructures de la défense.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 10:55
photo ESCC-DIRCOM

photo ESCC-DIRCOM

 

19/06/2015 Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

 

Le vendredi 12 juin 2015, s’est tenue aux ESCC une cérémonie de remise de galons et d’adoubement des élèves-officiers sous-contrat des filières spécialistes et pilotes.

 

Rassemblés sur la cour Rivoli sous les yeux de leurs familles et amis, ces jeunes officiers ont reçu des mains de leur parrain leurs premiers galons d’officier. Ensuite, et conformément à la tradition, ils ont été adoubés, symbolisant ainsi leur entrée dans la grande fraternité d’armes du corps des officiers. Ils vont désormais rejoindre leurs affectations afin de parachever leur formation puis servir dans la spécialité qu’ils ont choisie.

Les officiers sous-contrat sont formés au sein du 4e  bataillon de l’école spéciale militaire. Au même titre que leurs camarades issus de l’école militaire interarmes ou de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, les officiers sous-contrat ont vocation à participer à l’encadrement des formations, à occuper des emplois et exercer des responsabilités au sein de l’environnement des forces et de participer aux missions de l’aviation légère de l’armée de Terre en qualité de pilotes d’hélicoptère. L’armée de Terre propose ainsi un ensemble diversifié d’expériences professionnelles et de parcours aux jeunes bacheliers et diplômés de l’enseignement supérieur, les ESCC en assurant la formation initiale. La cérémonie de remise de galons marque le terme de celle-ci.

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:55
A Brest, c'est bientôt l'été, le bon moment pour visiter la base navale

 

28.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense


C'est désormais une tradition: la visite de la base navale de Brest dès qu'arrivent les vacances.

Elle se visite en continu à pied, du lundi au vendredi, depuis la porte de la Grande Rivière (rive droite, route de la Corniche) du 29 juin au 28 août inclus de 10h à 16h (sauf les weekends, jours fériés, le 13 juillet et le 14 août). Les marins brestois accueillent les visiteurs durant une à deux heures pour une visite de la base navale et d’un navire de la marine nationale selon disponibilité, le tout parsemé d’anecdotes et d’informations permettant de découvrir la marine d’aujourd’hui.

Informations au 0800 523 535.

Modalités pratiques: 
- visites ouvertes aux ressortissants de l’union européenne, d’un pays de l’Otan ou de la Suisse. Pour les autres, une demande préalable doit être formulée au 02 98 22 06 12.
- Sur présentation d’une carte nationale d’identité en cours de validité.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 07:55
credits Ouest-France

credits Ouest-France

 

19.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

L'armée de terre se recompose après avoir sauvé 11 000 postes. Elle va créer de nouvelles unités dont un futur commandement des systèmes d'information et de communications qui va s'installer à Rennes.



Même si les Côtes-d'Armor, la Mayenne, la Loire-Atlantique, l'Orne comptent parmi les déserts militaires, l'empreinte de la Défense dans l'Ouest reste vive. Elle le sera d'autant plus que la préservation de 11 000 postes dans l'armée de terre, en partie annoncée par le président Hollande en janvier, va doper les capacités des unités de la zone.
Les 2e et 3e régiments d'infanterie de marine du Mans et de Vannes vont créer chacun une nouvelle compagnie, à 180 hommes. Les effectifs des 11e régiment d'artillerie de marine (RAMa) de Rennes et du 6e régiment du génie d'Angers seront confortés, tout comme le recrutement des écoles de Coëtquidan. 

À Rennes - qui accueille déjà le 2e régiment du Matériel, le 11e RAMa, l'état-major de la zone de défense Ouest et l'École des Transmissions - va s'installer le futur commandement des Systèmes d'information et de communication (SIC).

 

Déconcentrer les forces

« C'est logique, explique-t-on à l'état-major de l'armée de terre, puisque Rennes et sa région vont devenir l'épicentre de l'effort en matière de communication et de cyber-sécurité. L'École des Transmissions y est déjà installée et la Direction générale de l'armement dispose à Bruz d'un centre DGA-MI [maîtrise de l'information] ».

En outre, Jean-Yves Le Drian a annoncé en octobre dernier que le camp militaire de la Maltière, situé dans la banlieue rennaise, verrait « très prochainement l'implantation de 200 militaires spécialistes » au sein de deux unités combattantes : le Centre d'analyse en lutte informatique défensive CALID-Bretagne avec 75 hommes et une compagnie de combat cyber-électronique qui va s'ajouter à la 785e compagnie de guerre électronique déjà présente sur le site rennais.

Autre motif : la volonté de déconcentrer des forces et des moyens sur l'ensemble du territoire, « pas pour faire plaisir aux élus », explique un général, mais pour contribuer au maillage territorial et rapprocher les armées des Français. Ce nouveau commandement des SIC sera issu de l'actuelle brigade de transmissions et d'appui au commandement (la BTAC) dont l'état-major est installé à Douai (Nord).

La BTAC regroupe aujourd'hui cinq régiments de transmissions de l'armée de Terre : les 28e RT (Issoire), 40e RT (Thionville), 48e RT (Agen), 53e RT (Lunéville) et le 41e RT (Douai). À l'avenir, le futur commandement rennais pilotera ces régiments, les unités de cyber-défense, ainsi que la formation et l'entraînement.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:55
Exposition statique sur l’aéroclub de Dinan

 

17/06/2015 Armée de l'air

 

Le 10 juin 2015, le CIRFA de Rennes a organisé une exposition statique au profit d’une dizaine d’élèves de la ville de Dinan.

 

Les élèves de l’aéroclub faisaient ce mercredi leur baptême de l’air, après avoir suivi une formation théorique. Rassemblés autour d’un Fennec, ils ont pu poser des questions au pilote présent. Cette exposition statique était organisée dans le cadre d’un partenariat avec l’Armée de l’air, qui cofinance les formations à l’aéroclub de Dinan.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 11:55
La FREMM Provence est arrivée à Brest

 

12 Juin 2015 par Marine nationale

 

Le 12 juin 2015, la FREMM Provence est arrivée à Brest, son port-base, sous les jets des remorqueurs de la Base Navale et les vedettes des marins-pompiers, venus lui souhaiter la bienvenue.

 

La Provence a accosté à 10h30 sous le regard de la garde d’honneur représentant les unités brestoises, du Groupe de Transformation et de Renfort et de l’état-major de la Force d’action navale (FAN) de Brest.

 

Dans les semaines à venir, elle continuera ses essais à la mer en vue de son admission au service actif, courant 2016. L’équipage sera, quant à lui, préparé, entraîné et testé par les entraîneurs de la FAN brestoise, durant les trois semaines de sa mise en condition opérationnelle. La Provence partira ensuite pour un déploiement longue durée (DLD) de six mois, qui permettra de contrôler les comportements du bâtiment et de son équipage dans différentes situations et de valider les jalons nécessaires à son opérabilité.

La FREMM Provence est arrivée à Brest
Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 10:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

13/06/2015 Armée de Terre

 

Du 17 au 22 mai 2015, le commandement de la défense du Finistère (CDF) a organisé un exercice interarmées de sauvegarde générale sur la côte bretonne, baptisé « FINISTEREX 2015 ».

 

Le CDF est chargé, sous l’autorité de l’amiral commandant la zone maritime atlantique, d’assurer la protection des installations sensibles des armées, dans le département du Finistère. Une force terrestre (la Force 29) armée par  200 militaires de la réserve opérationnelle de l’armée de Terre, a donc été déployée de Crozon à Landivisiau, en complément d’autres éléments de protection de la marine nationale et de la gendarmerie.

 

Une nouvelle fois, la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa) a engagé son état-major tactique de réserve (EMT-R), dont le concept d’emploi est maintenant validé et apte à assurer ce type de mission sur le territoire national, pour commander deux unités de réserve : une compagnie de Guépard-réserve, armée par les réservistes des cinq régiments de la brigade (RICM, 2e RIMa, 3e RIMa, 11e RAMa et 6e RG) et une compagnie de marche, formée par trois autres régiments de l’armée de Terre (40e RT, 515e  RT et 1er  Spahis). La mission était d’assurer la surveillance et la protection externe de sites, de convois et de transits sensibles.

 

La réserve opérationnelle a ainsi démontré sa capacité à bloquer la plupart des tentatives d'un adversaire agile et omniprésent.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 17:55
Crédit JJ Le Bail - Marine nationale

Crédit JJ Le Bail - Marine nationale

 

12.06.2015 source Fusiliers marins et commandos marine

 

Le 12 juin 2015, le capitaine de frégate Pierre Roty a pris le commandement du commando Kieffer basé à Lorient, succédant ainsi au capitaine de frégate Amaury Desrivières.

 

La cérémonie a été présidée par le contre-amiral Olivier Coupry, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), et s’est notamment déroulée en présence du député Gwendal Rouillard et du général de division Grégoire de Saint-Quentin, commandant le commandement des opérations spéciales (COS). Les 4 unités commandos marine basées à Lorient étaient également présentes, sur les rangs, avec les personnels de l’état-major de la FORFUSCO, de la base des fusiliers marins et des commandos et de l’école des fusiliers marins.

 

Le commando Kieffer est la dernière unité de commando marine à avoir été créée. C’était en 2008, sous la présidence du Président de la République, M. Nicolas Sarkozy, sur la plage de Ouistreham. Cette unité commando, la 6e de la FORFUSCO, assure la capacité de commandement de groupement de forces spéciales et met en œuvre des cellules de soutien spécialisé (cynotechnie, drones, NRBC, renseignement etc.). Une de ses particularité est qu’il est armé à la fois par des personnels commandos marine et par des personnels issus d’autres spécialités, recrutés en interne Marine pour leurs expertises techniques.

 

reportage photos

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

source Association des Cadres Bretons (ACB)

 

L'ACB a le plaisir de vous inviter à la conférence (entrée libre) : 

 

Cyber sécurité/défense :un leadership breton

Mardi 23 juin 2015 à partir de 19H

Maison de la Bretagne 8 rue de l'arrivée 75015 Paris

 

Avec: 

- Gwendal Rouilllard, député du Morbihan, membre de la Commission de la défense

- Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région Bretagne en charge de l'économie et maire de Liffré (35)

- Paul-André Pincemin, chef du projet "Pôle d'excellence cyber" au Ministère de la Défense 

 
Le 7 février 2014, Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de la Défense, a présenté un ensemble de 50 mesures et 6 grands axes au sein d’un Pacte Défense Cyber dans lequel la Bretagne joue un rôle majeur. L’Association des Cadres Bretons vous convie à rencontrer et débattre avec les décideurs et les acteurs de la cyber sécurité/défense, un secteur économique d'avenir pour la Bretagne


La conférence sera suivie d'un cocktail.

INSCRIPTION GRATUITE MAIS INDISPENSABLE SUR CE LIEN : 
https://www.weezevent.com/conference-cyber-securite-defense

photo invest-in-bretagne.org

photo invest-in-bretagne.org

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:55
navire patrouilleur et logistique polaire (PLV) crédits Marine Assistance 2015

navire patrouilleur et logistique polaire (PLV) crédits Marine Assistance 2015

 

10.06.2015 TAAF.fr
 

Les TAAF ont signé ce mardi 9 juin 2015 avec le chantier Piriou (Concarneau) le contrat de construction d’un futur navire patrouilleur et logistique polaire (PLV). Fruit d’un partenariat inédit et exemplaire entre entre les ministères des Outre-mer, de la Défense et de la Recherche, ce navire succèdera à compter de 2017 au mythique "Astrolabe" (navire ravitailleur de la base Dumont d’Urville) et à "l’Albatros", patrouilleur austral des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI).
D’un coût de 50 millions d’euros, ce bâtiment partagera son temps entre une mission civile de ravitaillement des bases françaises sur le continent Antarctique (120 j/an) et une mission militaire de surveillance des ZEE françaises de l’Océan indien (245 j/an),

Madame le préfet des TAAF Cécile Pozzo di Borgo et Pascal Piriou, Président-Directeur Général du constructeur naval Piriou, ont signé ce 9 juin à l’antenne parisienne des TAAF le contrat de commande du nouveau navire, en présence des divers partenaires engagés sur le projet :

  • l’Institut polaire français Paul-Emile Victor, co-affréteur du navire, gestionnaire de la base antarctique Dumont d’Urville et de la station franco-italienne Concordia ;
  • la Marine nationale, qui armera et équipera le navire ;
  • l’Agence Française de Développement, qui consent le prêt nécessaire aux TAAF, ces dernières restant propriétaires du navire.

Par communiqué de presse, la ministre des Outre-mer, madame George Pau-Langevin, a fait part de sa satisfaction devant la réalisation de ce projet de grande envergure. Le PLV (Polar Logistic Vessel) mesurera 72 m de long pour 16 m de large. Il pourra accueillir à son bord jusqu’à 60 personnes, transporter 1 200 tonnes de fret et sera doté d’un hélicoptère.

li sera livré à la Marine nationale, à Brest, en juin 2017, pour une entrée en service dès l’été austral 2017-2018.

Dans son communiqué, la ministre des Outre-mer a salué également l’engagement de l’Albatros dans la zone sud de l’Océan indien depuis 1984. Ce dernier a notamment effectué 82 missions dans les TAAF.

 

Pour en savoir plus :
Communiqué du ministère visible ici
Site web de l’entreprise Piriou ici

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

09/06/2015 Sources : Marine nationale

 

Le dimanche 21 juin 2015, de 10h à 17h, à l'occasion des 70 ans du réarmement de la base, la base d’aéronautique (BAN) de Lanvéoc-Poulmic ouvre ses portes pour la journée.

 

Au programme :

    Simulateurs de vol Dauphin et Caïman Marine et visite du centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN). Avec ses deux plates formes modulables immersibles et son bassin de 1500 m3, le CESSAN entraîne le personnel navigant à la survie en mer lors d’un accident aérien

    Forum des métiers de l'aéronautique civile et militaire

    Démonstrations en vol des Rafale Marine, Super Etendard Modernisé, Hawkeye, Atlantique 2, Falcon 50, Caïman Marine, Lynx, Alouette III, Cap 10, Zero, Alizé, Morane Paris, Fouga Magister, Pitts Stearman, Stamp, EC 120 et T6.

    Présentations au sol des Super Frelon, HSS, Alouette II, Rallye, Gazelle, Epsilon, Spittfire, Dauphin, Cabri, Piper J3, R22 Robinson, R44 Robinson, DHC1 Chipmunk, CP 320, EC 120, EC 135 et les aéronefs basés à Lanvéoc (Caïman Marine, EC225, Lynx, Alouette III, Cap 10, SR20).

    Aubade du Bagad de Lann-Bihoué

 

Baptêmes de l'air possible : 45€. Renseignements au 02.97.44.68.21 ou ops@helibreizh.com

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 16:55
Crédits : Marine Nationale

Crédits : Marine Nationale


23.05.2015

 

Missions, réorganisations, recrutement… Le contre-amiral Olivier Coupry, commandant la force des fusiliers marins et commandos marine nous accorde un entretien exclusif.

 

Vous avez pris le commandement de la force maritime des fusiliers marins et commandos en août 2012. Vous allez bientôt partir à un moment où vos unités sont mobilisées de toute part ?

Il me reste trois mois, je n’en suis pas tout à fait à l’heure du bilan. Mais effectivement, nous sommes particulièrementsollicités. Pour autant nous ne sommes pas en surchauffe. Nous avons des seuils maximums d’engagement, avec les commandos notamment, qui nous permettent de préparer les gens au mieux pour le succès de nos opérations et la sécurité de nos hommes. Car ce sont des opérations complexes, parties pour s’installer dans la durée.

 

Au-delà des Forces spéciales, il y a les fusiliers marins dont on imagine qu’ils sont intégrés à l’opération antiterroriste « Sentinelle » ?

Les attentats du 7 janvier ont eu deux conséquences pour nous. D’abord un besoin immédiat et important de renforcement de la protection de nos installations militaires. Dans le cadre de Sentinelle, nos fusiliers marins ont été employés pour la garde de sites civils ou militaires à Brest, Toulon, Paris (N.D.L.R. synagogue, hôpital et centre de commandement situé en pleine ville).

 

Cette mobilisation a été décidée alors même que vous réformiez le corps des fusiliers marins.

Nous sommes partis de plusieurs constats qui ont mis en évidence un vrai besoin de renforcement du dispositif de protection. Dans le même temps, je constatais une hausse des départs subis que j’avais du mal à contrôler, dus notamment à un manque d’attractivité du métier. Cela m’a conduit à proposer une réorganisation complète.

 

Comment se traduit cette réorganisation ?

Entre 2013 et 2014 on a fait un test pendant près d’un an dans deux de nos unités. À ce moment-là, on était au cœur de l’application de la loi de programmation militaire et des déflations d’effectifs. Or on a réussi à conserver nos effectifs (1 500 personnes), ce qui est en soi une gageure. Nous n’avons pas non plus changé le nombre d’unités (deux groupements et 7 compagnies).

Ce que l’on a changé, c’est leur mode de fonctionnement. On a redynamisé les cycles d’activité pour briser la routine qui s’était installée. Aujourd’hui, on alterne entre un mois de service en protection de site et un mois d’entraînement, pendant huit mois. Après, les fusiliers marins sont projetés à l’extérieur, notamment sur des missions de protection embarquée qui sont importantes, compliquées et ambitieuses. De plus, il y a des missions de protection de nos points sensibles en outre-mer et enfin des installations particulières comme le port de Djibouti par exemple. Dans l’ensemble, on a considérablement amélioré la préparation opérationnelle (combat, tir, et aptitude nautique).

 

Après plusieurs mois d’application, cette réforme est-elle une réussite ?

Au bilan c’est un grand succès qui a permis aux unités de retrouver de l’attractivité. Les départs subis qui étaient très importants en 2012-2013 se sont inversés. On a changé de paradigme dans la tête des marins. Ils sont passés de gardiens militaires à combattants. Ils sont revenus dans la grande tradition des fusiliers marins. Je voulais leur redonner de la fierté et le sens de ce métier-là. Ce ne sont pas des vigiles.

 

Mais cette réforme est-elle compatible avec les impératifs des opérations antiterroristes ?

On a dû y faire face à effectif constant. Mais cela leur a tiré dessus comme on dit chez nous. Le risque effectivement est de mettre en péril tout ce que l’on attend de cette réforme, parce que j’use le potentiel qu’on vient d’acquérir. On cherche toujours l’efficience maximum au moindre coût. On essaye toujours de limiter les effectifs… Mais cela a parfois été au risque de perdre le sens initial de notre engagement.

 

Ne pouvez-vous pas actionner le recrutement ?

Bien sûr. On a pris la mesure de cette affaire en augmentant les effectifs. On va recruter 500 fusiliers marins dont une part importante sera affectée à la Forfusco. Sur 2015, on augmente notre recrutement de 50 %. C’est considérable.

 

Finalement, ce contexte difficile est plutôt porteur pour la Force que vous commandez ?

En fait on a bénéficié d’un contexte très favorable parce qu’on est à la croisée de deux domaines d’actualité que sont la protection et les opérations spéciales. Ces dernières sont une priorité du livre blanc et de la loi de programmation militaire. Ce double effet positif fait qu’on est une force en croissance.

 

Cette croissance se traduit également par la création d’un 7e commando (lire dans notre édition du 21 mai) ?

Il y a effectivement un projet à l’étude à l’État-major de la Marine. Il est solide mais nécessite encore des compléments d’études. Nous en reparlerons plus tard.

 

Recrutement des fusiliers marins  : homme ou femme, de 17 à moins de 25 ans, de la 3e au bac (contrat de 4 ans) jusqu’à bas à bac 2 (contrat de 10 ans). Renseignements au Cirfa à Lorient, : 02 97 12 43 60 ou sur etremarin.fr.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:50
photo: Sébastien Richard

photo: Sébastien Richard

 

02/06/2015 Kurt Verwilligen – MIL.be

 

Les 27 et 28 mai, un hélicoptère NH90 belge (version marine) a participé à un important exercice multinational au large des côtes normandes et bretonnes. Au cours de cet exercice « état en mer », l’équipage a effectué des opérations d’assistance, de sauvetage et de lutte antipollution dans la zone entre Bréhat et les îles anglo-normandes.

 

De nombreux moyens, tels que des avions et navires provenant de France, de Grande-Bretagne et de Belgique ont été mobilisés. Les ressources belges provenaient de la base aérienne de Coxyde. Il y a une coopération intense entre les garde-côtes et les services de secours dans les pays autour de la Manche.

 

L’exercice a été baptisé « Roches Douvres ». Les manœuvres ont été dirigées par la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, ainsi que celle de l’Atlantique. Un navire de commerce était, en outre, affrété afin de jouer le rôle de bateau en difficulté.

photo: Sébastien Richard

photo: Sébastien Richard

Partager cet article
Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 16:55
photo DCNS

photo DCNS

 

29.05.2015 par DCNS

 

Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, a annoncé le 29 mai 2015 à Lorient, à l’occasion de la discussion parlementaire portant sur l’actualisation de la loi de programmation militaire 2014-2019, la poursuite de la modernisation des moyens de la Marine nationale. Le lancement immédiat du programme de frégates de taille intermédiaire (FTI), l’accélération du programme FREMM, la modernisation des frégates de premier rang ou encore le renouvellement des bâtiments de soutien permettront à DCNS de soutenir l’emploi de la base industrielle navale en France, de renforcer son avance technologique et d’accélérer son développement à l’international.

 

Hervé Guillou, Président Directeur Général de DCNS, déclare : « Nous nous réjouissons de la confiance du Ministère de la Défense pour assurer le renouvellement, l’entretien et la modernisation des moyens de la Marine nationale. L’actualisation de la Loi de Programmation Militaire va permettre à DCNS de continuer à développer sa gamme de navires et de services et accélérer son développement international. Avec le lancement du programme FTI, nous proposerons un produit qui répond au besoin de la Marine Nationale et qui répondra à une demande internationale en croissance pour des frégates de premier rang et d’environ 4000 tonnes »

 

L’actualisation de la Loi de Programmation Militaire contribue à consolider DCNS dans ses bassins d’activité. Le lancement de la FTI va donner 10 ans de visibilité industrielle au bassin d’emploi de Lorient. La nouvelle frégate de DCNS et les succès déjà remportés récemment en Egypte et en Malaisie assurent l’avenir du site lorientais de DCNS et de ses sous-traitants locaux. Ils permettront à ses bureaux d’étude de développer les solutions du futur. Au-delà, l’ensemble de nos sites bénéficie de cette charge, en particulier Bagneux et Toulon pour les systèmes d’information, Ruelle et Nantes-Indret pour les équipements.

 

Les frégates de taille intermédiaire, dont la première unité sera livrée dès 2023, ont vocation à remplacer numériquement les frégates de type La Fayette mises en service entre 1996 et 2001. Elles viendront compléter le programme de frégates multimissions FREMM dont la réalisation est actuellement en cours sur le site DCNS de Lorient. Les six premières doivent être livrées avant 2019. Ainsi, suite à la vente d’une Fremm à l’Egypte, DCNS accélère la cadence de production pour respecter intégralement les engagements pris pour la Marine Nationale dans la Loi de Programmation Militaire. Par ailleurs, la modernisation des frégates La Fayette et le lancement de la quatrième unité du programme B2M pour l’Outre-Mer bénéficieront aux bassins d’emploi régionaux de la filière navale, en particulier en Bretagne.

 

La nouvelle frégate, développée et réalisée par DCNS, sera un navire de combat de premier rang. Cette frégate présentera les atouts d’une solution modulaire, robuste, simple à l’usage et dotée d’une capacité opérationnelle inégalée sur le marché. Adaptée aux besoins de la Marine nationale et des marines de nombreux pays, la nouvelle frégate DCNS bénéficiera des solutions technologiques les plus avancées et notamment d’un radar à panneaux plans.

 

Fort de la réussite inédite en Europe du tir de missile de croisière naval (MdCN) à bord de la FREMM Aquitaine le 19 mai 2015, DCNS propose à ses clients des navires de référence tant dans la conception, la construction que dans l’intégration de systèmes innovants.

 

Sur le marché des frégates, DCNS compte actuellement parmi ses clients la Marine royale du Maroc avec la livraison de la FREMM Mohammed VI et la Marine égyptienne avec la commande d’une FREMM et de quatre corvettes Gowind. Par ailleurs, DCNS réalise six corvettes Gowind pour la Marine malaisienne.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 07:55
Libération de Lorient : geste mémoriel des ministres de la Défense

 

11/05/2015 DICOD

 

En images, l'hommage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et des ministres européens de la Défense à l'occasion de la cérémonie internationale du 70e anniversaire de la libération de la Poche de Lorient (10 mai 1945) et de la commémoration de la bataille de l'Atlantique (1940-1945).

 

A voir aussi : [documentaire] Il y a 70 ans, la libération de Lorient

Partager cet article
Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 07:55
Piriou crée une filiale spécialisée dans le MCO

Basé à Concarneau, Piriou assure depuis 2011 le maintien en condition opérationnelle des bâtiments-écoles. (photo Marine Nationale)

 

13/04/2015 LeMarin.fr

 

Présent dans le domaine de l’entretien des navires militaires français depuis plus de dix ans, le groupe naval Piriou a indiqué le 13 avril dans un communiqué vouloir donner « un nouvel élan à ses activités de maintien en condition opérationnelle (MCO) ». Dans cette optique, une filiale dédiée a été mise sur pied et rattachée à la division services de Piriou, qui englobe notamment Piriou naval services (PNS), l’enseigne réparation du groupe en Bretagne.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 16:55
Le ministre de la Défense passe les troupes du 3e RIMa en revue - photo R. pellegrino ECPAD

Le ministre de la Défense passe les troupes du 3e RIMa en revue - photo R. pellegrino ECPAD

 

08/04/2015 Ministère de la Défense

 

Le 3 avril 2015, le ministre de la Défense s’est rendu en Bretagne, à Vannes (Morbihan), pour une cérémonie en l’honneur du 3e régiment d’infanterie de marine (3e RIMa). Il a ensuite visité l’entreprise Multiplast, spécialisée en matériel nautique et aéronautique, et partenaire du ministère de la Défense.

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu le 3 avril à Vannes, dans le Morbihan, pour la cérémonie du 3e régiment d’infanterie de marine (3e RIMa) mettant un terme au mandat de groupement tactique interarmées (GTIA) Korrigan. Déployé en République Centrafricaine depuis novembre 2014, les éléments de ce GTIA de la force Sangaris ont reçu de la part de Jean-Yves Le Drian ses « plus chaleureuses félicitations pour les succès remportés. […] L’ensemble de ces actions, conduites aux côtés de la MINUSCA, a favorisé l’installation d’un niveau de sécurité permettant à la population centrafricaine de bénéficier de nouveau d’un environnement économique et administratif stable ». Le ministre de la Défense a réassuré « l’engagement de la Nation, qui se tiendra toujours aux côtés de celles et ceux qui ont fait le choix de la défendre, de défendre ses intérêts et ses valeurs ».

 

Lors de cette cérémonie, le ministre a également décoré Yvette Lecomte, présidente départementale du concours national de la Résistance, de l’insigne d’officier de l’Ordre National du Mérite. « Pendant quarante-cinq ans, vous avez œuvré avec talent et passion à servir mais aussi améliorer notre service éducatif. […]Comme professeur tout d’abord […]. Comme inspectrice d’académie ensuite, vous n’avez cessé de travailler à une meilleure organisation de notre éducation. »

 

Jean-Yves Le Drian s’est par la suite rendu dans les locaux de l’entreprise Multiplast, entreprise partenaire du ministère de la Défense, spécialisée en matériel nautique et aéronautique. Devant les personnels du chantier, il a félicité la société pour ses « prouessestechnologiques exceptionnelles », entre autres le « projet Solar Impulse 2, qui est en train de faire le tour du globe sans le moindre carburant ». Il a également tenu à « remercier [l’entreprise] pour faire bénéficier le secteur de la défense d’une telle excellence technologique ».

 Jean-Yves Le Drian discute avec le personnel du chantier de l'entreprise Multiplast - photo R. pellegrino ECPAD

Jean-Yves Le Drian discute avec le personnel du chantier de l'entreprise Multiplast - photo R. pellegrino ECPAD

Partager cet article
Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 16:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

31 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Le 27 mars 2015, le capitaine de vaisseau Vincent Le Coguiec, commandant le Centre d’instruction naval de Brest a reçu le Colonel Haller, chef de corps de la délégation allemande à Fontainebleau. Le Colonel Haller, qui est l’officier supérieur de tous les militaires allemands de l’armée de Terre travaillant à Brest et Lanvéoc, a souhaité découvrir le CIN et rencontrer les deux militaires allemands présents sur le site.

 

Dans un premier temps, il s’est entretenu avec l’étudiant inscrit en classe préparatoire au Lycée naval avant d’échanger avec le sous-officier, cadre à l’Ecole de maistrance. Par la suite, le CV Le Coguiec lui a présenté les missions et les enseignements dispensés au CIN, ainsi que les équipements du site et l’environnement des élèves de l’Ecole des mousses et de l’École de maistrance.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 07:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

30 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Jeudi 26 mars 2015, les équipes d’évaluation (EE) des quatre  départements bretons ont été hélitreuillées depuis un hélicoptère Caïman de la flottille 33F basé à Lanvéoc Poulmic sur le remorqueur Abeille Bourbon dans le cadre d’un  entraînement en mer d’Iroise.

 

Ordonnée par le préfet maritime, la projection d’équipes d’évaluation s’opère le plus souvent par hélicoptère par mauvais temps. L’hélitreuillage est toujours une opération délicate nécessitant une bonne préparation au préalable.

 

Les équipes doivent-être prêtes à intervenir quelles que soient les conditions météorologiques sur l’ensemble du littoral, afin d’expertiser l’état des navires en difficultés.

 

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Ces manœuvres, organisées par le bureau sécurité maritime de la division Action de l’Etat en Mer (AEM) de la préfecture maritime de l’Atlantique ont permis au personnel de différents horizons de mieux prendre connaissance des matériels, des consignes de sécurités et de mieux appréhender un déploiement opérationnel souvent opéré en situation d’urgence.

 

Les équipes d’évaluation ont un rôle déterminant lors des opérations d’assistance de navires en avarie ou victimes d’un évènement en mer et en difficultés (ANED).Elles sont les yeux de l’amiral commandant de la zone maritime qui lui permettent de prendre les meilleures décisions.

 

Les équipes d’évaluation sont composées d’experts civils mobilisables tels que des inspecteurs des centres de la sécurité des navires (CSN), des pilotes de station de pilotage et des officiers de port.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 07:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

30 Mars 2015 Source: Marine nationale

 

Du 23 au 25 mars 2015, une quinzaine de démineurs du Groupement de plongeurs démineurs de l’Atlantique et du service NEDEX de CECLANT ont neutralisé et détruit deux grosses bombes américaines de 2000 livres (près d’une tonne chacune) datant de la seconde guerre mondiale, retrouvées dans l’estuaire de la Rance.

 

Le 23 mars en début de journée, les plongeurs démineurs ont remonté en surface la bombe américaine la plus abîmée à l'aide de ballons remplis d'air. Celle-ci était posée sur un fond de sable à une quinzaine de mètres de profondeur tout près du pont Saint Hubert (proche route nationale 176). La bombe a ensuite été déplacée jusqu'à une grève située en bordure de Rance entre Saint-Suliac et La Ville-Es-Nonay.

 

Les démineurs du service NEDEX ont neutralisé l'engin en séparant l'ogive (partie sensible contenant la fusée d’amorçage, la gaine relai et une cinquantaine de kilos d’explosif) du corps de bombe (partie contenant environ 600 kg d’explosif). Pour mener à bien cette opération, ils ont installé une découpeuse hydroabrasive autour de l’engin après avoir retiré les concrétions naturelles. La bombe a été découpée en deux en pulvérisant un jet d’eau et de silice à très haute pression.

 

L'ogive a été détruite sur place par méthode du fourneau (enfouissement dans le sable et pétardement). La seconde bombe a été neutralisée de la même manière le 24 mars.

 

Le 25 mars, les deux corps de bombe ont été pris en remorque par l'embarcation pneumatique du GPD et la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Trieux de la gendarmerie maritime de Saint-Malo. Transportés à une dizaine de nautiques au large des côtes malouines, les engins ont été ré immergés et contreminés par les plongeurs démineurs dans une zone sécurisée.

 

Ces opérations sensibles ont nécessité la mise en place d'un périmètre de sécurité d'un rayon de 1500 mètres autour de la zone de transit et de découpe des deux bombes. C’est environ 800 habitants de quatre communes environnantes qui ont été évacués pendant deux jours. Près de 300 agents de l'Etat ont été mobilisés par les préfectures des Côtes d'Armor et de l'Ille-et-Vilaine. Un PC de commandement a été installé dans la mairie de La Ville-Es-Nonay pendant la durée des opérations.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories