Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 13:55
Le sémaphore de Bréhat : opérationnel 24 heures sur 24

 

27/01/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 23 janvier 2015, le vice-amiral Emanuel de Oliveira, commandant la zone et de l’arrondissement maritimes Atlantique, a conduit l’inspection générale du sémaphore de l’île de Bréhat. Celle-ci a permis  de confirmer l’excellente tenue du sémaphore et sa grande disponibilité. L’amiral a pu mesurer son efficacité opérationnelle, notamment au profit du centre des opérations de la marine à Brest et du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen.

 

Le sémaphore de Bréhat : opérationnel 24 heures sur 24

 

24 heures sur 24, le sémaphore de Bréhat assure une veille visuelle, radar et radio dans sa zone. Il participe, à son niveau, aux missions permanentes de protection du territoire national confiées à la marine. À ce titre, il assure :

    Une surveillance de l’espace maritime, terrestre et aérien,

    Une veille des fréquences radioélectriques militaires et civiles,

    Une diffusion des renseignements recueillis vers les autorités.

    Le sémaphore de Bréhat réalise également d’autres missions de service public dans le cadre de l’action de l’Etat en mer :

    Sauvegarde de la vie humaine,

    Ecoute des fréquences de détresse,

    Diffusion d’informations relatives à la sécurité,

    Signalisation d’avis de coups de vent et de tempête,

    Participation aux opérations de sauvetage en mer,

    Prévention des pollutions maritimes,

    Concours aux missions des autres administrations,

    Observations météorologiques au profit de la marine nationale et de Météo France.

 

En 2014, le sémaphore de Bréhat a participé à 83 opérations de secours maritime.

 

Le sémaphore de Bréhat fait partie d’une chaine de 59 sémaphores répartis le long du littoral métropolitain (26 pour la façade atlantique, 19 pour la méditerranée et 14 pour la Manche et la mer du Nord). Les sémaphores dépendent organiquement des FOSIT (Formation Opérationnelle de Surveillance et d’Information Territoriale) de Brest, Toulon et Cherbourg.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 07:55
photo Rennes Atalante

photo Rennes Atalante

 

12 janvier 2015 Rennes Atalante

 

La Matinale du 11 décembre à la DGA Maîtrise de l’information, sur le thème : "Cybersécurité et cyberdéfense : quelles opportunités pour les entreprises ?" a commencé par un mot d'accueil de Marie-Noëlle Sclafer, directrice de DGA Maîtrise de l’information.

 

Ensuite, Paul-André Pincemin, chef de projet du Pôle d’excellence cyber, Romain Picart, adjoint au responsable du pôle Sécurité des systèmes d’information à la DGA (Direction générale de l’armement), Vincent Strubel, sous-directeur de l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), et Christophe Dupas, président d’Amossys ont abordé les sujets suivants :

  • Présentation du Pôle d’excellence cyber.
  • Quels sont les enjeux de la cybersécurité et de la cyberdéfense à l’horizon 2019 ? Quelle est la feuille de route technologique ?
  • Quelles sont les opportunités d’affaires pour les entreprises innovantes ?
  • Les dispositifs d’aide aux PME pour travailler dans la cyber.
  • Quelles sont les labellisations à obtenir ?
  • Témoignage de la PME Amossys, experte en cyber.


Vous trouverez également les interviews des intervenants et les photos de cette Matinale dans notre espace médiathèque.

 

Visionnez la Matinale

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 15:55
Pôle d’excellence cyber : Signature d’un accord général de partenariat pour la recherche


2/12/2014 DGA

 

Le ministère de la Défense, représenté par la Direction générale de l’armement (DGA), la région Bretagne et 11 universités, écoles d’ingénieurs et institutions de la recherche* ont signé le 12 décembre 2014 un accord général de partenariat pour la recherche en cyberdéfense. Cet accord s’inscrit dans le cadre du pacte du pacte Défense cyber lancé à Rennes par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, le 7 février 2014 et du pacte d’avenir pour la Bretagne signé entre l’État et la région le 13 décembre 2013.

 

La signature de cet accord marque une avancée significative pour le pôle d’excellence cyber, implanté en Bretagne avec une portée nationale et un objectif de rayonnement international : il concrétise en moins d’une année l’un des objectifs majeurs consistant à faire converger les compétences et les énergies des partenaires au profit de la formation, de la recherche et du développement de la filière industrielle cyber.

Cet accord établit un cadre de travail stable, traduisant un engagement sur le long terme des signataires et permettant de définir une vision stratégique commune en matière de recherche et de valorisation en lien avec le tissu industriel. Il permettra aussi de faciliter le recrutement de nouveaux chercheurs et de mettre en oeuvre des actions de collaboration scientifique visant notamment à :

- conduire des travaux de recherche dans le cadre de thèses,

- financer des projets de recherche post-doctorants,

- associer des membres du personnel de la DGA aux laboratoires de recherche partenaires,

- organiser des séminaires de recherche communs.

Dès 2015, cet accord permettra, par exemple, de financer 20 thèses supplémentaires par an dans le domaine cyber. Grâce aux différents dispositifs de soutien à la recherche & technologie (R&T) de la DGA, plus d’un million d’euros par an sera investi dans l’écosystème breton de recherche cyber.

 

* Liste des 13 signataires : ministère de la Défense (DGA), région Bretagne, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), Université européenne de Bretagne (UEB), Université de Bretagne-Sud (UBS), Université de Bretagne occidentale (UBO), Université Rennes 1, Université Rennes 2, École normale supérieure de Rennes (ENS Rennes), École supérieure d’électricité (SUPELEC), Institut national des sciences appliquées de Rennes (INSA Rennes), Télécom Bretagne.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:55
La brigade de protection du Cdt Blaison s’entraine en presqu’île de Crozon

 

11 décembre 2014 par Aviso Cdt Blaison

 

Les 1er et 2 décembre, la brigade de protection (BP) de l’aviso « Commandant Blaison » a effectué un entraînement de combat d’infanterie en presqu’ile de Crozon.

 

Formée d’une douzaine de marins de toutes spécialités, la BP est spécialement entrainée pour réaliser des missions de protection-défense, à bord du bâtiment ou lors d’une projection à terre. Ces compétences sont précieuses pour le renforcement de la posture anti-terroriste lors de certaines escales, pour réaliser des visites en mer sur des navires suspectés de trafic illicite ou pour des opérations d’évacuation de ressortissants dans une zone de crise.

 

Au programme de cette sortie hivernale : camouflage, progression tactique de jour et de nuit, reconnaissance d’axes de communication, assauts, bivouac opérationnel et maniement d’armes d’infanterie. Organisé par le capitaine d’armes, fusilier-marin de spécialité, l’entrainement, basé sur un scénario réaliste, a également permis d’intégrer dans l’équipe les nouveaux volontaires.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 09:54
Cérémonie de commémoration des Bagadous au CIN de Saint-Mandrier

 

26 Novembre 2014 Source : Marine nationale

 

Le 25 novembre 2014, devant la stèle des Bagadous, au cœur du site historique du centre d’instruction naval (CIN) de Saint-Mandrier, s’est tenue la cérémonie annuelle de commémoration de la catastrophe aérienne de Prémian.

 

Présidé par le commandant du CIN de Saint-Mandrier en présence des membres de l’amicale des élèves mécaniciens et énergie de la flotte (AEMEF), d’élèves de l’école et du Bagad du CIN Saint-Mandrier, cet hommage est toujours empli de gravité.

 

La simple évocation du drame plonge dans le recueillement, le silence, la tristesse toutes celles et tous ceux qui l’ont vécu de près ou de loin. Cela fait 37 ans qu’a eu lieu cette catastrophe aérienne. Lors de la nuit du 25 novembre 1977, 32 personnes furent victimes d'une tragédie. Au cours de cette catastrophe périrent tous les membres du Bagad du CIN Saint-Mandrier, leurs accompagnateurs ainsi que l'équipage du Nord Atlas qui les ramenait d'une manifestation officielle à Mont-de-Marsan. Ces marins ne sont pas morts au combat mais sont morts en défendant les valeurs de la Marine.

 

 Le Bagad a vu le jour en 1957 grâce aux apprentis mécaniciens bretons qui représentaient à cette époque une population relativement importante parmi les mécaniciens. La naissance de cette formation musicale fut une manière de retrouver l'air du pays mais aussi de faire connaître l'école dans la région Provence Côte d'Azur. Après l’accident, il n’a fallu que quelques mois pour que leurs camarades perpétuent leur souvenir en reconstituant le bagad, qui aujourd’hui encore, au sein du centre d’instruction naval, héritier du groupe des écoles de mécaniciens, rayonne partout en France au gré des sollicitations. C’est sans doute la plus belle façon de rendre hommage à ceux dont nous entretenons le souvenir depuis des décennies.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:55
Cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions de l’École des mousses et de l’École de maistrance


17/11/2014 Marine Nationale

 

Le samedi 15 novembre 2014, la cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions «Second maître Raymond Dumenoir» de l’ École de maistrance et «Officier des équipages de 2ème classe Ernest Souben» de l’ École des mousses s’est déroulée sur le site du Centre d’instruction naval de Brest.

 

Elle a été présidée par le vice-amiral d’escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique, commandant de la zone maritime Atlantique (PREMAR), en présence de madame Patricia Adam, présidente de la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale, de monsieur le sous-préfet de Brest Bernard Guérin et du capitaine de vaisseau Nicolas Bezou, sous-directeur «compétences» de la direction du personnel militaire de la Marine. À cette occasion, outre certaines personnalités civiles et militaires, les familles des 361 élèves maistranciers et 154 mousses actuellement sur site ont été invitées pour cet événement. Des délégations d’officiers et cadres, du personnel civil et des enseignants du corps professoral du CIN ont également participé à cette cérémonie militaire. Au total, plus de 1500 personnes étaient réunies sur le site brestois.

 

Le préfet maritime a souhaité associer cette cérémonie à l’adieu aux armes du contre-amiral Jean-Bernard Cerutti. Ce dernier, qui a notamment dirigé le centre d’expertises pratiques de lutte antipollution, a démarré sa carrière à l’École des mousses. En retraçant sommairement le parcours exemplaire de cet officier général qui, en 41 années de service, a gravi un à un tous les échelons de la hiérarchie militaire, le préfet maritime a rappelé aux 515 jeunes marins les valeurs de la Marine et les a invité à prendre conscience des difficultés et des joies de leurs futurs métiers. Il leur a enfin demandé de cultiver leur esprit d’équipage, qui selon ses mots « constitue la pierre d’angle de leur combativité et de leur capacité à durer » dans la grande famille de la Marine.

La promotion « Officier des équipages de 2ème classe Ernest Souben » de l’École des mousses est la sixième depuis la réouverture de l’école en septembre 2009. Les mousses reçoivent une formation de 10 mois sur le site du CIN. A l’issue, après l’obtention de leur brevet, ils signent un contrat de quatre ans et intègrent le corps des quartiers-maîtres et matelots de la Flotte. Le commandant Charles Claden parrain de cette sixième promotion, était présent à cette cérémonie pour venir à la rencontre des jeunes et apprécier leur évolution depuis sa venue, en octobre dernier.

Depuis 26 ans, l’École de maistrance assure la formation des futurs officiers mariniers. Elle les prépare à acquérir les compétences de cadres dans la Marine nationale. Chaque année, l’école accueille 800 élèves répartis en quatre promotions (ce sont donc les deux dernières promotions de l’année 2014 qui ont été présentées à leur drapeau). Recrutés sur dossier les maistranciers ont entre 18 et 25 ans, et signent à leur arrivée un contrat initial de 10 ans.

Cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions de l’École des mousses et de l’École de maistrance
Cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions de l’École des mousses et de l’École de maistrance
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:55
A Rennes, les blessés militaires mis à l’honneur lors d'une rencontre internationale de football

 

15/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 14 novembre, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) était au côté des blessées militaires et de leurs familles, mis à l’honneur lors du match de football France-Albanie.

 

Accompagnant le ministre de la Défense, il a assisté à la signature d'une convention entre la fédération française de football (FFF) et le ministère de la Défense. Ce document, signé par messieurs Jean-Yves Le Drian et Noël Le Graet, fait de la Défense et de la FFF des partenaires privilégiés, notamment dans le domaine du soutien à la réadaptation par le sport des militaires blessés en opération.

 

Quelques minutes après cette signature, l'esprit de ce partenariat s’est illustré avec émotion lorsque La Marseillaise, jouée par la musique de l’artillerie, a été reprise en chœur par les milliers de spectateurs présents dans le stade rennais.

 

Autre moment fort et symbolique, le coup d’envoi du match a été donné par le sergent Jean-Louis Michaud, blessé en Afghanistan en 2011.

 

Pour ce battant, passionné de football, le sport a été un élément important de sa convalescence. Il est maintenant moniteur de sport au 7e bataillon de chasseurs alpins stationné à Varces en Isère. Il fait aussi partie de l’équipe de France de football des amputés (EFFA). Prochainement, il disputera d’ailleurs avec son équipe la coupe du monde de la spécialité qui se déroulera au Mexique du 30 novembre au 8 décembre 2014.

 

Les militaires et leurs familles ont été très touchés par l’accueil chaleureux qui leur a été réservé. Le CEMA était fier de cette juste reconnaissance collective destinée à ces femmes et ces hommes exemplaires, ainsi qu'à leurs proches, dont la combativité est un exemple pour tous.

A Rennes, les blessés militaires mis à l’honneur lors d'une rencontre internationale de footballA Rennes, les blessés militaires mis à l’honneur lors d'une rencontre internationale de football
A Rennes, les blessés militaires mis à l’honneur lors d'une rencontre internationale de football
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:55
Matinale : Cybersécurité et cyber-défense : quelles opportunités pour les entreprises ?

 

source rennes-atalante.fr

 

Jeudi 11 décembre 2014 de 8h15 à 10h15 - Bruz

 

Rennes Atalante a le plaisir de vous convier à sa prochaine Matinale sur le thème de la Cybersécurité et la cyberdéfense. Elle se tiendra à la DGA Maîtrise de l'information, Route de Laillé, la Roche Marguerite à Bruz.

 

L’animation sera assurée par :

  • Marie-Noëlle Sclafer, directrice de DGA Maîtrise de l’information,
  • Paul-André Pincemin, chef de projet du Pôle d’excellence cyber (ministère de la Défense),
  • Frédéric Valette, responsable du pôle Sécurité des systèmes d’information à la DGA (Direction générale de l’armement),
  • Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), [ou son directeur général adjoint]
  • Christophe Dupas, président d’Amossys.
     

À cette occasion, seront abordés les sujets suivants :

  • Présentation du Pôle d’excellence cyber.
  • Quels sont les enjeux de la cybersécurité et de la cyberdéfense à l’horizon 2019 ?
  • Quelle feuille de route technologique ?
  • Quelles opportunités pour les entreprises innovantes ?
  • Témoignage de l’entreprise Amossys.


Attention : inscription préalable et pièce d’identité obligatoires (les modalités pratiques vous seront communiquées dans la semaine du 24 au 28 novembre).

ContactRennes Atalante - Tél : 02 99 12 73 73
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:55
Mission Iroise à bord du chasseur de mine tripartite Aigle

 

14 Novembre 2014 Marine nationale / M.Muller

 

Les 28 et 29 octobre 2014, le Chasseur de mines tripartite (CMT) Aigle a accompli à une mission Iroise en rade de Brest. Cette mission consiste principalement à sécuriser les chenaux empruntés par les unités précieuses de la Marine nationale, tels que les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Pendant deux jours, le bâtiment a passé au crible une zone de navigation prédéterminée avec ses plongeurs démineurs, ses sonars de coque et son poisson auto propulsé (PAP).

 

Mission Iroise à bord du chasseur de mine tripartite Aigle

Dès le premier jour, en fin de matinée, les marins détectent sur leurs écrans une ombre acoustique anormale, transmise par l’un des sonars de coque. Celle-ci peut être due à la présence d’une mine ou d’un engin explosif historique. Le poisson Auto Propulsé (PAP) est mis à l’eau pour identifier l’écho. Cet engin ultra perfectionné est équipé d’une caméra. Les images sont transmises instantanément au central opération (CO) du bâtiment. Cette fois, il ne s’agit que d’un rocher.

 

En cours d’après-midi, une nouvelle détection sonar conduit le commandant du chasseur de mines à lancer une mission d’identification sous-marine avec l’appui de ses plongeurs démineurs. Cette mission est mise à profit pour entraîner l’équipage à bien réagir en cas d’un accident de plongée….

 

La chasse aux mines : une mission en quatre étapes pour les marins des CMT

 

Phase 1 : La détection

Dans un premier temps, les marins mettent en œuvre un sonar « détecteur ». Ce sonar de coque de  grande portée permet la détection de nombreux objets sous la surface de l’eau.

 

Phase 2: La classification

Les marins utilisent ensuite un second sonar de coque : le sonar classificateur. Sa portée est plus courte mais il donne en revanche une image de l’ombre acoustique de l’objet portée sur le fond. En interprétant cette image, les détecteurs du CO sont en mesure de classifier l’écho et déterminer s’il s’agit ou pas d’une mine.

 

Phase 3: Identification

 

Mission Iroise à bord du chasseur de mine tripartite Aigle

L’identification précise de l’objet est confiée aux plongeurs-démineurs ou au poisson auto propulsé.

 

Phase 4 : Le contre minage

L’opération finale consiste à détruire la mine. Les plongeurs démineurs fixent une charge explosive sur la mine et déclenchent son pétardement à distance. Si l’état de la mer et la clarté de l’eau le permettent, la destruction de la mine peut être réalisée aussi par le PAP. Ce robot sous-marin est en mesure de déposer une charge explosive à proximité de la mine.

 

Iroise : une mission de soutien à la force océanique stratégique

En sécurisant les chenaux empruntés par les SNLE entre la base de l’île Longue et la haute mer, les chasseurs de mines soutiennent principalement la force océanique stratégique (FOST). C’est la raison pour laquelle 8 des 11 chasseurs de mines de la marine nationale sont basés à Brest. Ils constituent un maillon indispensable de la dissuasion nucléaire française. Cette mission est baptisée « Iroise ».

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:55
Le chaland Telenn Mor et l’ex-Georges Leygues réunis pour une opération d’embossage


12 Novembre 2014 Marine Nationale

 

Au départ de la Penfeld, en rade de Brest, le chaland releveur d’ancrages Telenn Mor de la base navale a assuré le 4 novembre 2014 l’embossage* de l’ex-frégate anti-sous-marine Georges Leygues devant l’École navale.

 

L’opération, qui consistait à embosser solidement la coque à l’entrée de la marina de l’École navale, a mobilisé pas moins d’une trentaine de marins de la base navale de Brest. Au total, six ancres de douze tonnes et 24 maillons de chaînes ont été fixées aux extrémités du Georges Leygues, qui sert désormais de brise-lames aux côtés du Tourville et du De Grasse. Cette manipulation exige un haut niveau de préparation, de concentration et de patience. Il faut avoir des yeux partout, à la fois sur le bateau mais aussi sur l’équipage, dont la sécurité demeure une priorité, rappelle le maître-principal Bernard Kersebet, commandant de la Telenn Mor.

Depuis près de trente ans, la Telenn Mor, admise au service actif en octobre 1985, effectue tous types de travaux portuaires. Méconnue du grand public, cette gabare, qui demeure la dernière en service dans la Marine nationale, est un outil robuste et polyvalent, qui assure aussi bien des opérations d’installation et de retrait de coffres, de corps morts, de pontons, de balises, que des manœuvres de mouillage ou de relevage d’ancrages.

La surface du pont est suffisamment dimensionnée pour permettre l’embarquement simultané en volume et en poids d’une ancre de corps mort de 8,5 tonnes et une ancre de corps mort de 6 tonnes, de 8 maillons de chaînes de calibre 80 mm, et d’ un coffre. Son faible tirant d’eau, sa forme aplatie de l’étrave et l’absence de quille lui permet d’assurer des travaux à proximité des berges. Son ancre de détroit disposée sur l’arrière est mouillée dès que nécessaire pour faciliter le déséchouement du bâtiment lors des travaux à marée descendante.

L’ensemble de ces opérations représente une activité annuelle de 160 jours.

Le chaland Telenn Mor et l’ex-Georges Leygues réunis pour une opération d’embossage

Rattachée au SMP (Service des Moyens Portuaires) de la base navale de Brest, la « harpe des mers » (Telenn Mor en breton), est composée d’un équipage de quatorze marins. Elle mène principalement ses missions dans le port militaire et autour de la rade de Brest : Landévennec, presqu’île de Crozon, Ile Longue, ainsi que dans le port de Lorient. Le haut niveau d’expertise et le savoir–faire de l’équipage lui vaut d’être régulièrement sollicité par les collectivités brestoises. Par ailleurs, la Telenn Mor a été particulièrement mobilisée pendant les fêtes maritimes de Brest 92, 96, 2000, 2004, 2008 et 2012.

 

* Embossage :Dans la marine, embosser un bateau consiste à amarrer ce dernier à l’arrière et à l’avant afin de le stabiliser.
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 16:55
Journée du sous-marin le 27 Novembre 2014 à Lorient

 

Source Marine Nationale

 

La journée nationale du sous-marin se déroulera le 27 novembre 2014 à Lorient sur le site de la base des sous-marins de Keroman, un lieu symbolique pour les Forces sous-marines françaises. A Lorient sont nés et ont été développés la plupart des enseignements techniques et stratégiques  qui ont permis à la France de se doter d’une force sous-marine moderne.

 

Cette année sont aussi célébrés les 50ans du sous-marin Flore exposé sur le site.

 

La journée nationale du sous-marin a été créée en 2003 par le vice-amiral d’escadre Thierry d’Arbonneau alors commandant de la force océanique stratégique et des forces sous-marines. Cet évènement commémore l’évasion le 27 novembre 1942 du port de Toulon, des sous-marins Casabianca, le  Glorieux , le  Marsouin et l’Iris, sous les bombardements allemands.  Elle vise à resserrer les liens entre les générations de sous-mariniers, rendre hommage aux victimes des accidents survenus sur les sous-marins et participer au rayonnement des Forces Sous-marines et de la marine nationale auprès de  la population.

 

Programme

 

9h30 : Messe solennelle du souvenir en l’église Saint Louis de Lorient

11h15 : Cérémonie militaire au monument aux morts, place Glotin

13h30 - 17h30 : Conférences

    René Estienne. Kéroman, histoire du site comprenant l'édification de la BSM par les allemands

    Camille Sellier : Sous-marins d'attaque français. L'escadrille des sous-marins de l'Atlantique, de la fin de la guerre à 1994

    Thierry d'Arbonneau : La dissuasion française

    Intervenant SDNCS : SNA Barracuda et les sous-marins du futur

15h : Aubade du Bagad de Lann-Bihoué

 

Toute la journée, expositions sur les forces sous-marines (thèmes : "des sous-marins classiques aux sous-marinss nucléaires" "De Kéroman à nos jours"), stands exposants (DCNS réalité virtuelle, marcophilie, "Salon du livre" sur le thème des forces sous-marines, présentation des forces et métiers de la Marine nationale foyer et cercle, atelier "oreilles d'or". Visite du sous-marin Flore et du musée du sous-marin, visites guidées de K3.

Journée du sous-marin le 27 Novembre 2014 à Lorient

Histoire du 27 novembre 1942

 

Cette date est historique dans l'épopée des sous-marins français.

 

Le 27 novembre 1942, l’annexion de la zone libre par l’Allemagne entraîne le sabordage de la flotte française à Toulon. Afin d'empêcher que la flotte ne tombe entre les mains de la Kriegsmarine, le capitaine de corvette Jean L’Herminier, commandant du sous-marin Casabianca, décide qu’au lieu de le saborder, son sous-marin doit s’échapper pour poursuivre le combat. Il rallie Alger, attaqué en route par des avions allemands et inquiété par un destroyer de la Royal Navy. Cinq sous-marins échappent au sabordage avec le Casabianca, l'Iris, la Vénus, le Glorieux et le Marsouin. Les deux derniers continueront la lutte au côté des Alliés.

 

source la-flore.fr

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:55
Hommage aux Bretons morts pour la France à Sainte-Anne d’Auray (16 Oct.)

Hommage aux Bretons morts pour la France à Sainte-Anne d’Auray - 16 octobre 2014 - photo ESCC - DIRCOM - Adc A.CARLO

 

17/10/2014 Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

 

Un détachement du 2e bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr a participé à une cérémonie à Sainte-Anne d’Auray jeudi 16 octobre 2014 pour rendre un hommage aux Bretons morts pour la France en présence du ministre de la Défense.

 

C’est dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale que la délégation militaire du Morbihan, le service départemental de l’ONAC et le Souvenir Français se sont associés pour rendre cet hommage régional. A cette occasion, et en présence du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’État-major de l’armée de Terre, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a décoré le drapeau du 3e RIMa de la fourragère 14-18.

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 13:55
Exercice national de sécurité nucléaire à Brest (video)

 

30 Octobre 2014 Source : Préfecture maritime de l’Atlantique

 

Les 1er et 2 octobre 2014, un exercice national de sécurité nucléaire de grande ampleur s’est déroulé dans la base navale de Brest et ses quartiers environnants. Un enchaînement d’évènements techniques hautement improbables affectant la chaufferie nucléaire d'un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) en escale, a permis de tester la capacité des cellules de crises de la marine nationale, de la défense et des pouvoirs publics, à agir conjointement.

 

«Pour Exercice : Alerte incendie en tranche arrière». Le compartiment auxiliaire du SNA Saphir est en feu. Heureusement, aucune flamme réelle, seulement un nuage dense et opaque produit par un générateur de fumée. Malgré l’aguerrissement de l’équipage, l’intervention à l’intérieur du sous-marin demeure complexe. Soutenu par les marins-pompiers de la base navale, l’équipage parvient à éteindre l’incendie au bout d'une heure et demie d’une lutte opiniâtre. Le bilan est lourd : un marin décédé et quatre blessés.

 

Conformément au scénario de l’exercice, plusieurs avaries sont déclenchées dans l’environnement de la chaufferie nucléaire. « Fuite primaire confirmée » ! Les opérateurs de conduite engagent immédiatement la tactique de « ralliement vers un état sûr » maintes fois déroulées en plateforme d’entraînement, actionnant de façon méthodique et sereine les dispositifs de sécurité. Malheureusement, pour permettre le déroulement « inéluctable » du scénario de l’exercice (celui devant conduire à une situation d’urgence radiologique impliquant l’espace public, les parades activées et les contre-mesures mises en place s’avèrent inefficaces ou compromises. Une stratégie de sauvegarde ultime se met en place.

 

Conformément à l’organisation nationale de crise, le SNA et la base navale ont déclenché leurs plans d’urgence interne (PUI) pour permettre à toutes les équipes d’intervention ainsi qu’aux états-majors de crise de réagir avec la plus grande efficacité. Le PUI est un document cadre associé à chaque installation nucléaire de défense. L’organisation ainsi déployée pour ce type d’évènement a pour principaux objectifs de limiter les conséquences d’une situation d’urgence radiologique et permettre le ralliement vers un état sûr. La stratégie adoptée et la tactique mise en place  visent à protéger les populations riveraines, les acteurs de la crise ainsi que l’environnement et si possible, à recouvrer à terme le patrimoine. Lorsque les effets de l’incident risquent de dépasser l’enceinte militaire, l’autorité militaire propose au préfet de département d’activer son plan particulier d’intervention destiné à assurer la protection de la population.

 

Sur le terrain, plusieurs marins sont déclarés « radio contaminés » par les animateurs de l’exercice. Les victimes non blessées sont dirigées vers le centre de traitement et de décontamination sommaire (CTDS) où elles sont prises en charge par le personnel du service de surveillance radiologique formé à la décontamination. Les blessés légers sont soignés par le personnel du service de santé des armées au poste d’accueil des blessés radio contaminés (PABRC). Les blessés plus gravement atteints dont le pronostic vital est engagé, sont transportés sans délai vers les plateformes hospitalières spécialisées : le CHU de la Cavale Blanche ou l’hôpital d’instruction des armées de Brest.

 

Au poste de commandement et de direction locale (situé au centre de traitement de crise de la préfecture maritime de l’Atlantique), l'autorité militaire territoriale a la responsabilité de définir, en étroite concertation avec les échelons nationaux et les pouvoirs publics, les orientations stratégiques visant à garantir la protection des personnes présentes sur le site et à limiter les conséquences de l'accident. En tant que commandant d'arrondissement maritime, le  vice-amiral d'escadre Emmanuel de Oliveira assume cette responsabilité. Il est entouré d'une équipe de spécialistes de la gestion de crise nucléaire, composée principalement d’atomiciens, de radioprotectionnistes et de médecins. Les évaluations environnementales et les premiers diagnostics techniques conduisent à envisager, dans le cas le plus défavorable, un risque de rejet dans l'atmosphère d'éléments radioactifs à échéance d’une vingtaine d'heures.

 

Devant ce risque et en vertu du principe de prévention, les autorités militaires proposent au préfet du Finistère d’activer les mesures opérationnelles du Plan Particulier d'Intervention : le PPI. Ce plan, qui s’inscrit dans la logique du plan ORSEC, définit l’organisation et l’intervention des secours pour assurer la sauvegarde des populations et la protection de l’environnement en cas d’accident à caractère radiologique dont les conséquences s’étendraient à l’extérieur des installations nucléaires de défense.

 

Le deuxième jour de l’exercice, à 9h30, sur ordre du préfet, le PPI est déclenché de manière préventive. Un signal sonore d’alerte (de 3 fois 1 minute et 41 secondes, soit près de 5 minutes) est diffusé par les sirènes d’alerte dans les quartiers riverains de la base navale. Une partie de la population brestoise est invitée à se mettre à l’abri. Il s’agit surtout d’une action pédagogique visant à rappeler des consignes simples mais efficaces en cas d’accident à caractère radiologique. Peu après, une école primaire et ses 200 enfants sont évacués méthodiquement et dans le calme  vers un autre établissement scolaire hors du périmètre potentiellement impacté par les hypothétiques dépôts d’éléments radioactifs. Cette dernière simulation permet d’impliquer l’éducation nationale, les services d’ordre et de secours brestois.

 

Exercice national de sécurité nucléaire à Brest (video)Exercice national de sécurité nucléaire à Brest (video)Exercice national de sécurité nucléaire à Brest (video)

 

L’exercice baptisé « PPI Brest 2014 » touche déjà à sa fin. Une conférence de presse commune avec la sous-préfecture de Brest et la préfecture maritime est organisée pour répondre à la pression médiatique simulée. Elle illustre, à chaud, la capacité des services de l’état, qu'ils soient civils ou militaires, à agir conjointement en cas d’événement nucléaire. Il reste maintenant, à tirer les enseignements d'un tel exercice qui seront mis à profit pour améliorer l’efficacité des procédures mises en place dans la gestion d’une telle crise.

 

L’exercice « PPI Brest 2014 » s'inscrit dans la politique d’exercices nationaux visant à vérifier l’aptitude des exploitants nucléaires civils et militaires et des pouvoirs publics, à prévenir toutes les formes de risques pouvant peser sur les personnes et l’environnement, et à intervenir si besoin.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 16:55
La marine nationale partenaire de la Route du Rhum-destination Guadeloupe

 

28.102.2014 Marine Nationale

 

Placé au cœur de la 10ème édition de la Route du Rhum-destination Guadeloupe, le patrouilleur de service public Pluvier donnera, dimanche 2 novembre, le départ de la 10ème édition de la Route du Rhum-destination Guadeloupe.

 

Depuis le 27 octobre, le stand Marine nationale accueille une exposition ainsi que plusieurs maquettes. Jusqu'au 31 octobre, plusieurs skippers tels que Jean Galfione, Thomas Coville, Bertrand de broc ou Paul Hignard s’associeront à la Marine nationale pour quelques séances de dédicaces.

 

Le stand Marine nationale est installé hall 8, quai Saint-Louis. Il est ouvert aux dates et horaires ci-dessous :

   * Jusqu'au jeudi 30 octobre, de 10h à 20h

   * Le vendredi 31 octobre et le samedi  1er novembre, de10h à 21h

   * Le dimanche 2 novembre, de 10h à 17h

   * Le jeudi 30 octobre à 14h, sous la tente ERDF, un briefing sécurité sur le sauvetage en mer et les gestes qui sauvent sera effectué par les pilotes de la flottille 24F basée à Lann-Bihoué.

 

Programme des dédicaces

Mardi 28 octobre

   * Bertrand de Broc de 15h30 à 16h30

   * Anne Cazeneuve à 17h

Mercredi 29 octobre

   * Lionel Lemonchois à 12h

Jeudi 30 octobre

   * Jean Galfione de 13h à 14h

Vendredi 31 octobre

   * Thomas Coville à 15h

   * Bertrand de Broc de 15h30 à 16h30

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:55
Remise de la fourragère 14/18 au 3e RIMa

 

21/10/2014 Victor POULAIN - : Armée de Terre

 

Le 16 octobre, à Saint Anne d’Auray, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a remis la fourragère 14/18 au drapeau du 3e régiment d’infanterie de marine (3e RIMa).

 

Le régiment basé non loin de là, à Vannes, s’est vu remettre cette décoration à l’occasion de la cérémonie d'hommage aux Bretons morts pour la France. Cette cérémonie se tenait le 16 octobre puisque cette date correspond au début des combats de Dixmude au cours desquels de nombreux Bretons sont tombés au champ d'honneur.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 12:20
Le 14 octobre 2014, le sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), USS California (SSN 781) transite dans le goulet de Brest. -  photo R.Martinez Marine Nationale

Le 14 octobre 2014, le sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), USS California (SSN 781) transite dans le goulet de Brest. - photo R.Martinez Marine Nationale

 

source Marine Nationale

 

Le 14 octobre 2014, le sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), USS California (SSN 781) a fait escale dans le port militaire de Brest.

 

voir le reportage photo

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
Cyberdéfense. Des militaires en renfort à Bruz mais aussi à la Maltière

 

14 Octobre Ouest-France

 

200 militaires spécialistes de la cyberdéfense sont annoncés à partir de 2015 au camp de la Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande. Ils s'ajoutent à ceux de la DGA-Mi de Bruz.

 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:55
[Vidéo] La cyberdéfense de demain

 

13/10/2014 Ministère de la Défense

 

En visite à Bruz, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a posé la première pierre d’un nouveau laboratoire dédié à la cyberdéfense, lundi 6 octobre 2014, au sein de la DGA (délégation générale de l’armement). Cette structure sera uniquement dédiée à la cyberdéfense et accueillera 250 ingénieurs, experts en « Maîtrise de l’information ».

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 06:55
16 octobre, l'hommage aux Bretons morts pour la France

 

11.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Une cérémonie se déroulera le 16 octobre au mémorial de Sainte Anne d'Auray en hommage aux Bretons Morts pour la France pendant la Grande Guerre. La cérémonie prévue à 16 h 30 au Mémorial se déroulera en présence de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Elle sera précédée par une cérémonie franco-belge (nécropole nationale de Sainte-Anne d’Auray)

 

Le déroulement:

 

Cérémonie franco-belge à la nécropole nationale de Sainte-Anne d’Auray:

10h30 : mise en route du cortège – accompagnement clique Sv Fr
10h45 : mise en place terminée
10h55 : accueil des autorités et présentation de la cérémonie
11h : début de la cérémonie, lever des couleurs
11h05 : inauguration et présentation du panneau informatif de la nécropole aux autorités (ONACVG 56 et mission Mémoire et communication ONACVG Bretagne)
11h10 : hommage devant la stèle belge
11h20 : hommage devant la stèle française (Verdun)
12h : départ du site
12h15 : dissolution du cortège (parking ouest du Mémorial)
14h : accueil musical (Bagad du SDIS 56)
14h20 : accueil par les autorités religieuses
14h30 : début de l’office religieux (avec la participation de l’Académie de Musique et d’Arts sacrés). bénédiction de plusieurs drapeaux.

 

Cérémonie en hommage aux Bretons morts pour la France placée sous la Présidence de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense:

15h45 : mise en place de la partie "reconstitution" (ambulance 1917, reconstituant fusilier-marin 1914, reconstituant Piou-Piou 1914, reconstituant Poilu 1916, reconstituant capitaine d’infanterie 1914) formation du cortège sur le parvis de la basilique accompagnement musical : bagad du SDIS 56
16h15 : mise en place terminée au pied du mémorial
16h25 : accueil des autorités et présentation de la cérémonie
16h30 : début de la cérémonie : •salut aux drapeaux •revue des troupes •présentation du mémorial (général LE THIEC) •lecture des élèves •chant par les élèves •accueil de la Flamme sacrée •dépôts des Flammes de l’espoir •dépôts de gerbes •sonnerie aux morts •minute de silence •marseillaise (chantée par l’assistance) •salut aux porte-drapeaux .

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 18:55
Jean-Yves Le Drian veut créer un club des industriels de la cyberdéfense

 

08 octobre 2014, Par Hassan Meddah – Usine Nouvelle

            

Six mois après le lancement du plan national de cyberdéfense, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian veut accélérer sur le volet industriel.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, tient à le faire savoir : l'espace numérique est un nouveau champ de bataille. Lors d’un déplacement en Bretagne, le ministre a ainsi fait le point, six mois après le lancement du Pacte Défense Cyber, destiné à préparer le pays et son armée à affronter les conséquences d'une cyberguerre.

 

"Imaginez simplement un calculateur de tir qui tombe en panne au moment de riposter à un raid d’avions adverses, ou bien la propulsion d’un navire qui ne répondrait plus", s'est il exprimé devant les officiers des Écoles de Saint-Cyr à Coëtquidan (Morbihan) le 6 octobre dernier. Quelques heures auparavant, sur le site de la DGA (Direction générale de l'armement) de Bruz dans la banlieue de Rennes, il posait la première pierre d'un bâtiment qui accueillera à terme 250 experts en cybersécurité.

 

Le plan Defense Cyber, qui bénéficie d'un milliard d'euros sur la période 2014-2019, affiche trois priorités : la recherche, la formation et les entreprises. Des actions ont déjà été engagées : à la rentrée prochaine en Bretagne, 2800 étudiants seront formés ou sensibilisés aux problématiques de sécurité informatique soit 40% de plus que l'an dernier, 1 million d'euros par an sera consacré à la recherche dans les domaines de cybersécurité et de cyberdéfense.

 

Investir dans la formation

 

Le ministre mise également sur les grandes entreprises du secteur pour atteindre ses objectifs. "Je compte très prochainement réunir autour de moi des acteurs industriels du domaine pour formaliser le partenariat que je veux bâtir entre eux et le ministère", a indiqué Jean-Yves Le Drian. Ainsi Airbus Defence and Space, Alcatel, Atos/Bull, Orange, Sopra, Sagem, Thales... devraient constituer l'ossature d'un club des industriels de la cyberdéfense.

 

Les PME pourraient faire leur entrée dans un second temps. Des grands clients pourraient aussi joindre ce club. Il s'agirait en priorité des OIV (des opérateurs d'infrastructures vitales) ces grands entreprises opérant sur des secteurs stratégiques (banques, transport, énergie...) comme EdF, RFF, Areva... Elles définiraient leurs besoins en matière de protection de leurs réseaux informatiques pour que les fournisseurs puissent adapter leurs offres.

 

A travers ce club, le ministère veut inciter les industriels à investir plus fortement dans la formation en cybersécurité de leurs collaborateurs et dans l'innovation. En échange, il leur apporterait le savoir-faire de ses experts, des infrastructures pour expérimenter à plus grande échelle leurs solutions, et il qualifierait leurs produits et services pour faciliter leur vente sur les marchés exports.

 

Un exercice de guerre électronique

 

L'armée vient ainsi de nouer un partenariat avec DCI (Defense Conseil International), une société qui exporte le savoir-faire des forces françaises auprès des armées étrangères. DCI, avec les deux PME Intrinsec et Acyan, a conçu la plate-forme informatique qui a permis aux armées de réaliser le premier exercice de guerre électronique de grande ampleur. L'exercice DEFNET 2014 s'est déroulé du 30 septembre au 3 octobre en s'appuyant sur un scénario réaliste : des pirates informatiques ont attaqué des réseaux d'une base aérienne en profitant d'une vulnérabilité d'un des sous-traitants des installations militaires.

 

Pour mettre au point sa plate-forme, DCI a réalisé un investissement financier de l'ordre de 400 000 euros. "Pour nous c'est un partenariat gagnant gagnant. Grâce à l'armée, nous pouvons améliorer et crédibiliser notre offre en prenant en compte les contraintes réelles des militaires. Beaucoup de pays sont déjà intéressés par notre offre", explique Jean-Michel Palagos, PDG de DCI. L'armée y trouve son compte également. Elle a pu éprouver sa capacité à détecter une attaque, identifier et neutraliser les assaillants pirates. "Grâce aux acteurs privés impliqués dans ce projet et à leur réactivité, la plate-forme a pu être réalisée dans un temps record", reconnaît également le contre-amiral Arnaud Coustillière et officier général à la cyberdéfense.

 

Le ministère veut également faciliter les transfert des collaborateurs entre le secteur public et le secteur privé afin de compléter leur formation. Il espère aussi signer des conventions bilatérales avec les grands acteurs du secteur qui définiront des engagements réciproques avant la fin de l'année.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:55
Lancement du réseau « Composite Bretagne » à l'IUT de Saint-Brieuc

 

9 octobre 2014 letelegramme.fr

 

Le réseau « Composite Bretagne », lancé mardi, à l'IUT, devant les principaux acteurs du secteur recherche et développement de la filière, entend structurer le secteur par la mutualisation des compétences.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 11:55
Armées. « Ils ne réclament pas de syndicat »

Patricia Adam, présidente de la commission défense, pense que la France ne fera pas appel de sa condamnation par la CEDH - photo Pierre B.

 

5 octobre 2014 Le Télégramme

 

Présidente de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale, Patricia Adam réunissait hier, pour la première fois, les correspondants Défense du Finistère. L'occasion d'aborder quelques sujets d'actualité.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 16:55
Le BPC Dixmude à Lorient le 6 et le 7 octobre


04.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

L'escale du BPC Dixmude au port de commerce de Lorient du 6 au 8 octobre sera l'occasion d'ouvrir le navire à la visite de groupes constitués et à la population les 6 et 7 octobre.

 

Visite du Dixmude :
- lundi 6 et mardi 7 octobre de 15h à 17h, visites de groupes (durée 1h15) sur inscriptions par mail à garn-lorient@marine.defense.gouv.fr  
- Mardi 7 octobre de 9h à 12h : visites individuelles sur présentation d'une pièce d'identité

 

Exposition de photos d'époque de l'amiral Ronarc'h à bord du bateau : visites de 9h à 12h00 et de 15h à 17h. Cette exposition est préparée par le lycée Amiral Ronarc'h de Brest et ses professeurs d'histoire à partir de 20 photos d'époque, inédites, prêtées par l'arrière-petite-fille de l'amiral Ronarc'h.

 

Inauguration du Musée de Tradition de l'Ecole des Fusiliers-Marins, le mardi 7 octobre dans l'après-midi.

 

Le BPC fera ensuite escale à Zeebrugge du 10 au 15 octobre, à Brest du 17 au 19 octobre et à Lisbonne le 21 octobre.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 10:55
Défense: avec Le Drian, la Bretagne est bien armée

 

29/09/2014 Par Stéphane Grammont - France3

 

Jean-Yves Le Drian a usé de son poids politique pour "sanctuariser" le budget de la Défense. L'ancien président de Région est aussi le "monsieur bonne nouvelle" du secteur en Bretagne. Revue de liens.

 

Jean-Yves Le Drian est venu deux fois en déplacement officiel en Bretagne en ce mois de septembre. Avec le sourire. Il est venu à Saint-Aubin du Cormier rencontrer les soldats du 11ème RAMa qui étaient intervenus au Mali. Et rassurer tout le monde sur l'avenir de ce site spécialisé dans la logistique et les transmissions: il n'y aura pas de réduction d'effectifs du côté de la Lande d'Ouée.
Après la publication du Livre Blanc de la Défense, qui  prévoit la suppression de 34 000 postes au sein des forces armées d'ici 2019, les élus locaux se faisaient du mouron. Finalement, la commune qui fut le lieu de la dernière bataille entre le duché de Bretagne et le royaume de France, gardera ses troupes.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 11:54
Commémoration du 70ème anniversaire de la libération de Brest

 

20/09/2014 Sources : Marine nationale

 

Le 19 septembre 2014, le ministre de la défense, M. Jean-Yves Le Drian, s'est déplacé à Brest pour commémorer le 70ème anniversaire de la libération de la cité du Ponant et la reddition des troupes allemandes, après six semaines de siège et de combats intensifs.

 

Le ministre de la défense a rencontré l'équipage du chasseur de mines tripartites l'Aigle.

 

Du 9 au 22 mai 2014, les chasseurs de mines tripartites aigle et Cassiopée ont été intégrés au standard NATO mine counter mesure group, force permanente de guerres des mines opérant en Baltique. En complément des missions de neutralisation des munitions résiduelles des deux guerres mondiales en mer baltique, ils ont ainsi participé aux mesures dites de "réassurance" mises en œuvre par l'OTAN afin notamment de renforcer la surveillance et la défense des espaces aériens et maritimes roumain, polonais et des pays Baltes.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories