Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 12:55
Budget de la défense : l'avis sans concession des parlementaires français

 

17 Mars 2015 Par Marine & Océans

 

Budget de la défense : l'avis sans concession des parlementaires Gwendall Rouillard, Bruno Retailleau, Philippe Vitel, Gilbert Le Bris et Aymeric Chauprade.

Repost 0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 12:49
Telegraph View: It is time the UK party leaders made a commitment to keeping defence spending above 2 per cent of GDP

Telegraph View: It is time the UK party leaders made a commitment to keeping defence spending above 2 per cent of GDP

 

18 Mar 2015 By Telegraph View

 

There was a time when news of a big increase in German military spending would have been greeted with trepidation across Europe. But news from Berlin that the defence budget is to rise by 6.2 per cent over the next five years is a welcome recognition of the need for Nato countries not to drop their guard at a time of growing global instability.

 

Rerad more

Repost 0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 12:35
Murphy's Law: We Are Shocked, Shocked

 

March 18, 2015: Strategy Page

 

 It was recently revealed (during the American trial of an al Qaeda leader) that the CIA provided 20 percent of the $5 million ransom paid for an Afghan diplomat kidnapped by al Qaeda in Pakistan in 2008. This was not intentional. The American money was part of cash provided to the Afghan president each month to keep him in a cooperative mood (in other words, a bribe). The use of bribes in Afghanistan is not news as it was admitted during late 2001 that cash bribes were paid to persuade some tribal leaders to rise up against the Taliban in support of a quick campaign to overthrow the Taliban government by the end of 2001. That use of bribes was not a surprise in 2001 because during the 1980s when the U.S. supported the Afghan tribesmen fighting the Russian troops in Afghanistan it became widely known that cash (for tribal leaders) as well as weapons were required to keep  the anti-Russian resistance going. That was not a surprise in the 1980s because anyone who has even had dealings with the Pushtun tribes (going back to Alexander The Great some 2,500 years ago) reported the same thing. Outsiders consider this rampant use of bribery a major problem but so far no one has come up with a cure.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 17:20
DoD to Boost Modernization of Weapons, Capabilities

 

Mar 17, 2015 ASDNews Source : AFPS

 

This year, the Defense Department will move aggressively to reverse the trend of chronic underinvestment in weapons and capabilities, the deputy defense secretary said here today.

 

Bob Work spoke this morning about defense modernization and the department’s proposed fiscal year 2016 budget before an audience attending the McAleese/Credit Suisse Defense Programs Conference.

The bottom line, he said in prepared remarks, is that “because of budget uncertainty and restrictions imposed by Congress, and because of our unrelenting focus on the readiness of forward deployed forces, we're chronically underinvesting in new weapons and capabilities.”

Work added, “That should give all of us pause because our technological dominance is no longer assured.”

 

Modernization = Technological Superiority

The U.S. military’s technological superiority is directly related to its modernization accounts, the deputy secretary said, so this year the department is moving to redress the long-deferred modernization to stay ahead of competitors and potential aggressor nations.

Work said the White House has helped by approving about $21 billion in added requirements over the Future Years Defense Program.

“This came with added funding, which has allowed us to make targeted investments in space control and launch capabilities, missile defense, cyber, and advanced sensors, communications, and munitions -– all of which are critical for power projection in contested environments,” he said.

The White House also added funding to help the department modernize its aging nuclear deterrent force, Work said.

 

Supporting Ongoing Operations

The department’s fiscal 2016 base budget request is $534 billion, or $36 billion above the FY16 sequestration caps, he said, adding that it’s “only the first year of a five-year Future Years Defense Program. When considering fiscal years 2016 through 2020, our planned program is approximately $154 billion over the sequestration caps.”

The department also is asking for $51 billion in overseas contingency operations funding, Work said, “to support our campaign against the extremist [Islamic State in Iraq and the Levant], ongoing operations in Afghanistan, and other operations in the Central Command area of responsibility.”

The global demand for U.S. forces remains high, particularly for deployable headquarters units, intelligence, surveillance and reconnaissance assets, missile defense, and naval and aerospace forces. The global operating tempo also remains high, he added.

Together, the deputy secretary said, these requests provide funding needed to recover readiness over the next several years, invest in long-deferred recapitalization and modernization, and meet global demands placed on the military by the National Security Strategy.

 

The Ragged Edge

 “The leaders of this department believe firmly that any significant reduction in funding below what is in the president's budget, or a broad denial of the reform initiatives that we have proposed to Congress, would mean the risks to our defense strategy would become unmanageable,” the deputy secretary said.

 “Quite frankly,” he added, “we’re at the ragged edge of what is manageable.”

Adding to the pressure on defense systems, potential competitors are developing capabilities that challenge the U.S. military in all domains that put space assets and the command and control system at risk, Work said.

 “We see several nations developing capabilities that threaten to erode our long-assured technological overmatch and our ability to project power,” he added.

These include new and advanced anti-ship and anti-air missiles, and new counter-space, cyber, electronic warfare, undersea and air attack capabilities, Work said.

 

Erosion of Technical Superiority

In some areas, he added, “we see levels of new weapons development that we haven’t seen since the mid-1980s, near the peak of the Soviet Union’s surge in Cold War defense spending.”

The department, Work said, is addressing the erosion of U.S. technological superiority through the Defense Innovation Initiative, a broad effort to improve business operations and find innovative ways to sustain and advance America’s military dominance for the 21st century.

 “The DII’s leading focus is to identify, develop and field breakthrough technologies and systems,” he said, “and to develop innovative operational concepts to help us use our current capabilities in new and creative ways.”

The ultimate aim is to help craft a third offset strategy, he added.

 

Third Offset Strategy

After World War II the United States used nuclear weapons development to offset Soviet numerical and geographic advantage in the central front, and again changed the game in the 1970s and 1980s with networked precision strike, stealth and surveillance for conventional forces, Work explained.

Now, he said, “we will seek to identify new technologies and concepts that will keep the operational advantage firmly in the hands of America’s conventional forces, today and in the future.”

Central to the effort is a new Long-Range Research & Development Planning Program, the deputy secretary said.

The LRRDP was created to identify weapons and systems in the force that can be used in more innovative ways, promising technologies that can be pulled forward and long-range science and technology investments that can be made now for a future payoff.

 

Invitation to the Table

Technologies that might be associated with a new offset strategy are being driven by the commercial sector, he said.

These include robotics; autonomous operating, guidance and control systems; visualization; biotechnology; miniaturization; advanced computing and big data; and additive manufacturing like 3-D printing.

 “The third offset strategy is an open invitation for everyone to come to the table … to creatively disrupt our defense ecosystem. Because we'll either creatively disrupt ourselves or be disrupted by someone else,” Work said.

 

Game-changing New Technologies

Funding dedicated to the effort includes the department’s annual $12 billion in science and technology accounts, and the FY 2016 budget request creates a reserve account to resource projects expected to emerge from the DII, he said.

 “The FY 2016 budget submission also invests in some fantastic, potentially game-changing new technologies that we can more quickly get into the force,” Work added, “as well as longer-range research efforts.”

Over the Future Years Defense Program, for example, the department is investing $149 million in unmanned undersea vehicles, $77 million in advanced sea mines, $473 million in high-speed strike weapons, $706 million in rail gun technology, and $239 million in high-energy lasers.

And, he said, a new Aerospace Innovation Initiative will bring people together to develop a wide range of advanced aeronautical capabilities to maintain U.S. military air dominance.

 

Solving Operational Challenges

Work said the department’s innovation must be “broad-based and rooted in realistic war gaming –- a big priority of mine -– more experimentation, and new concept and leadership development to enable our people to adapt to situations we can’t yet imagine.”

The third offset strategy is looking to solve specific operational challenges, the deputy secretary said, using the electromagnetic spectrum as an example.

“Electronic Warfare is often regarded as a combat enabler, but more and more it is at the actual forefront of any conflict,” he said. “To ensure we remain ahead in this increasingly important space, today I’m signing out a memo that establishes an Electronic Warfare, or EW, Programs Council.”

 

Electronic Warfare Programs Council

The senior-level oversight council will have the lead in establishing and coordinating DoD’s EW policy and will be co-chaired by Undersecretary of Defense for Acquisition, Technology and Logistics Frank Kendall and Vice Chairman of the Joint Chiefs of Staff Navy Adm. James A. Winnefeld Jr., he said.

Compared to the platforms that carry EW suites, the deputy secretary added, it is a relatively small investment but has the potential for a very high payoff.

“Our potential competitors seek to contest the EW space, an area where we retain a decided lead,” Work said. “But that lead is tenuous, and we believe that there has been insufficient focus on EW across the department.”

 

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:55
photo Sciences Po

photo Sciences Po

 

24/11/2014 Ministère de la Défense

 

Organisé conjointement par l'OED (SGA/DAF) et Sciences Po en présence du ministre et de ses grands subordonnés

 

De façon à stimuler les échanges dans le domaine de l’économie de la défense, l’OED organise désormais chaque année un événement public. En 2013, un colloque ayant pour titre « Economie et choix stratégiques de défense » s’est tenu à l’école militaire en partenariat avec HEC et l’IRSEM.

 

Ce mercredi 19 novembre 2014 s’est tenu un grand débat à Sciences Po, en présence de Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense ; du général Vincent Lanata, sous-chef plans à l’EMA ; de Christophe Fournier, directeur des plans, du programme et du budget à la DGA et de Hughues Bied-Charreton, directeur des affaires financières du ministère sur "les choix de défense dans un environnement budgétaire contraint".

 

Le débat était animé par Ghassan Salamé, doyen de l’Ecole des Affaires internationales de Sciences Po et Jean‐Michel Oudot, économiste à la direction des affaires financières du ministère de la Défense et enseignant à l’Ecole des Affaires internationales de Sciences Po.

 

A un moment où le Parlement doit se prononcer sur l’exécution de la loi de programmation militaire, l’enjeu de ce débat était de partager les points de vue et les analyses sur les orientations prises ou envisageables pour rendre compte à la fois des ambitions stratégiques et des contraintes économiques. Ont été notamment abordés les arbitrages en matière de programmes d’armement, les choix capacitaires, les externalisations, les conditions de maintien des compétences (tant en interne au ministère qu’au sein de l’industrie) ou encore les opérations extérieures.

 

Vous pouvez retrouver l’allocution du ministre.

 

Les débats sont également accessibles en vidéo sur le site de Sciences Po / PSIA.

 

 

L’Observatoire Economique de la Défense (OED) fait partie de la Direction des Affaires Financières (DAF) au sein du Secrétariat Général pour l’Administration du ministère de la Défense.

Service statistique ministériel, l’OED remplit une mission à la fois de nature statistique et économique. Il collecte, rassemble et synthétise l’information utile aux autorités du ministère et engage des études économiques sur l’ensemble des domaines d’intervention du ministère (contrats d’armement, analyse industrielle, impacts des efforts de défense, externalisations, ressources humaines, etc.). L’objectif poursuivi est d’éclairer les décideurs, tant publics que privés, en leur fournissant l’information adéquate ainsi que des clés de lecture des mécanismes économiques à l’œuvre dans les opérations envisagées ou en cours.

Pour remplir ses missions transversales à tous les services du ministère, l’OED dispose de compétences originales structurées autour de statisticiens de l’INSEE et de docteurs en économie.

 

2 questions à Christian Calzada, chef de l’OED :

 

La question du poids économique de la Défense dans notre pays revient régulièrement et plus particulièrement en période de réorganisation territoriale. Peut-on le mesurer et si oui comment ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le budget 2014 du ministère de la Défense avec 42,2 Mds €, représente 13,8 % du budget général de l’Etat et compte près de 279 000 agents. Il finance en moyenne 15 % de la R&D publique. Le ministère est également le premier acheteur et premier investisseur public en France. Il alimente également par ses achats, 26 000 entreprises en France, pour un montant de 14,5 Mds € en 2013. 9 entreprises sur dix sont des PME. A ces achats s’ajoutent ceux réalisés par les grands maîtres d’œuvre industriels auprès des PME / ETI, soit 20,2 Mds € en 2012. Enfin les entreprises de la Base industrielle et technologique de défense réalisent un quart des exportations totales françaises. On estime à 165 000, les emplois directs et indirects générés par les efforts de défense en France.

 

Il y a encore peu de recherches universitaires sur l’économie de défense, pourquoi et comment souhaitez-vous développer ces relations ?

Il n’existe pas « d’économie de la défense » au sens strict du terme mais plutôt un domaine qui constitue un cas d’application des outils développés par la science économique. En France et ce contrairement à d’autres pays, les travaux en « économie de la défense » restent dispersés et peu référencés dans les revues internationales. « L’économie de la défense » manque de représentation et de structuration. Et pourtant la défense mérite toute l’attention des économistes et ce au regard des montants investis et des mutations majeures qui ont marqué la défense depuis les années 80 (professionnalisme, nouvelles missions, externalisation, dualité, etc.). L’OED a pour vocation à contribuer à la diffusion d’une culture économique de la défense originale et féconde en entretenant des contacts étroits avec les décideurs publics et privés. L’OED couvre un vaste éventail de thématiques et reste la référence dans un vaste ensemble de domaines (économie industrielle, politiques publiques, commerce international, etc.). Par les conférences et séminaires qu’il organise ou auxquels il participe, il est un lieu d’échange privilégié entre acteurs. Il permet également la rencontre entre chercheurs et praticiens sur les grandes questions économiques d’actualité. Il assure ainsi la diffusion d’une meilleure culture économique dans son domaine. Son action s’oriente également vers le développement de programmes de formation permettant aux professionnels d’acquérir la maîtrise des instruments de l’analyse économique contemporaine.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:45
Armement: le Maroc prévoit un budget de 221 MMDH entre 2015 et 2019

 

17/03/15 Par Anas Bougataya - leseco.ma

 

Strategic Defence Intelligence, le site spécialisé dans les informations actualisées sur le marché de l’armement militaire, rapporte que la taille des investissements marocains dans le secteur de la défense et de l'armement vont augmenter. Ainsi, l'analyse prévisionnelle détaillée de la défense marocaine durant la période 2015-2019 porte sur les points saillants de la demande et des stimulateurs de croissance pour l'industrie de la défense. Ainsi le budget du Maroc pour l'armement durant les quatre années à venir est estimé à près de 221 MMDH.

 

Lire l’article

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:25
photo Venezuela MoD

photo Venezuela MoD

 

March 15, 2015 Defense News (AFP)

 

CARACAS, Venezuela — Rolling out tanks, missiles and 100,000 men, Venezuela launched 10 days of military exercises Saturday, amid sky-high tensions over US sanctions slapped on officials accused of an opposition crackdown.

President Nicolas Maduro's socialist, Cuban-allied government — struggling with sliding oil prices, the region's highest inflation, desperate shortages and rising discontent — threw the spotlight on its Chinese amphibious tanks, Russian-built missiles and other military hardware.

"Congratulations to the Bolivarian National Armed Forces, and to the people, for the joint exercises," tweeted Maduro, who in two years time has alleged over a dozen coup bids against him and his government by the United States or local opposition members.

"Civilian-military union to keep having a Fatherland," Maduro added. "And may our sacred fatherland never have a (US) imperial boot set foot on it. Long live Venezuela!"

 

Civilian-Military Union Emphasis

The nationwide exercises, covered for hours on end on local television, will last 10 days and enlist the participation of 20,000 civilians, in addition to government troops in the South American OPEC member with the world's largest crude reserves, officials said.

The maneuvers come at a time of heightened tensions with the United States, which Venezuela has labeled an imperial brute since the time of Maduro's late mentor, longtime president Hugo Chavez.

Both elected socialists, they have been harsh critics of the United States, which they slam for failing to cooperate with leftists when they win democratically-held elections.

But critics note that the government under Chavez and Maduro has acted to curb dissent in the legislature and on the streets.

And Venezuela, closely allied with communist Cuba, is now experiencing severe shortages of even the most basic needs, such as milk, toilet paper or diapers.

Maduro recently accused Washington of backing an opposition plot to overthrow him in a coup that would have involved bombing the presidential palace. The US government has dismissed the charges as baseless.

In April 2002, when Chavez was briefly ousted for two days, the United States did not come to his aid but instead threw its support behind an adversary, in a move that cost the US much credibility in the country.

Relations hit a new low on Monday, when US President Barack Obama slapped new sanctions on the regime, calling Venezuela "an extraordinary threat to the national security" of the United States.

 

How Does Venezuela Threaten US?

Caracas responded by angrily recalling its envoy to Washington and ramping up its military preparedness.

The South American bloc UNASUR labeled Obama's executive order an "interventionist threat," with Ecuadoran Foreign Minister Ricardo Patino saying it "violates Venezuela's sovereignty."

Despite the frosty ties, the United States is still the biggest consumer of Venezuela's oil.

Venezuelan Defense Minister General Vladimir Padrino Lopez said that the military maneuvers, many of which were to be held in the south of Caracas, were meant to prepare soldiers for "their mission, their goal and with the will to be victorious."

Other exercises in the show of might focus on Venezuela's oil-producing areas, including the Caribbean coast and an oil field some 200 kilometers (125 miles) to the west of Caracas.

Military officials said they will also test the nation's air defenses and will ensure that its anti-aircraft systems are ready to be deployed if needed.

Interviewed on television about the exercises, the officials echoed Maduro's line that the "civilian-military union" was defeating "imperialists," "people who have no fatherland" and "invaders."

Now Maduro is seeking extraordinary powers from the legislature that would allow him to rule by decree.

His popularity has sunk in the past year amid the economic crisis.

Elected to succeed his late mentor Hugo Chavez in April 2013, Maduro had obtained yearlong powers to impose economic laws by decree.

Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 16:55
photos Armée de Terre - Marine Nationale - Armée de l'Air - EMA

photos Armée de Terre - Marine Nationale - Armée de l'Air - EMA

Le budget des opérations extérieures dépasse systématiquement les prévisions.

 

17/03/2015 Par Alain Barluet – LeFigaro.fr

 

Jean-Pierre Raffarin, actuel président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, estime que l'armée française pourrait se retrouver en cessation de paiement dès l'été.

 

Jean-Pierre Raffarin tire la sonnette d'alarme: les armées françaises risquent de se retrouver en cessation de paiement dès l'été prochain si les solutions ne sont pas mises en œuvre pour trouver 3 milliards d'euros toujours manquants au budget de la Défense.

«La situation est assez grave, nous avons un manque de 3 milliards pour boucler le budget 2015», a déclaré sur RTL l'ancien premier ministre, actuellement président de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Il a détaillé ce déficit qui comprend «2,2 milliards d'équipements et 800 millions liés aux opérations extérieures».

En effet, l'essentiel des sommes prévues au titre de «recettes exceptionnelles» devait provenir de la vente aux enchères de fréquences très haut débit (700 mégahertz) aux opérateurs de téléphonie mobile. Mais cette vente n'est pas prévue avant le mois de décembre 2015. Quant au budget des Opex, systématiquement sous-évalué, il excédera de beaucoup les 450 millions d'euros prévus dans le budget de l'État voté en décembre. Ces surcoûts font normalement l'objet d'un financement interministériel.

 

«Les plus grandes réserves de Bercy»

 

Des données connues mais qui, formulées par M. Raffarin, prennent une résonance certaine. D'autant que son message a aussi consisté à s'adresser à François Hollande pour lui demander «d'arbitrer» entre le ministère de la Défense et Bercy dont les relations, traditionnellement mauvaises, connaissent un nouveau pic de tension. «Je demande aujourd'hui solennellement au président de la République d'arbitrer entre ces deux ministères pour nous indiquer quels sont les outils financiers de nature à boucler le budget 2015 de la Défense», a dit M. Raffarin.

Au cœur du litige figurent les «sociétés de projet» (SPV), l'expédient proposé dans par Jean-Yves Le Drian et validé par le chef de l'État pour tenter de garantir dans l'urgence des liquidités à la Défense. Inscrite dans la loi Macron, cette formule s'apparente à une sorte de leasing consistant à vendre aux industriels des équipements puis à leur louer. Le ministre de la Défense a indiqué la semaine dernière que deux «sociétés de projet» seront créées avant l'été et concerneront trois frégates multimissions (FREMM) et quatre avions A400M. Ces sociétés de projets doivent être abondées à hauteur de 2,2 milliards d'euros par le biais du portefeuille géré par l'Agence des participations de l'État (APE).

Ces perspectives suscitent toutefois «les plus grandes réserves de Bercy», a relevé Jean-Pierre Raffarin. Un euphémisme qui ne se limite d'ailleurs pas au ministre des Finances, Michel Sapin, notoirement hostile, et à ses services mais que partagent nombre de militaires, qu'inquiètent le principe mais aussi le fonctionnement et les coûts induits de ces SPV. Pour l'ex-premier ministre, le temps presse: «Nous sommes à la veille d'une crise si le président de la République n'arbitre pas entre ces deux ministères pour financer la Défense nationale», a-t-il déclaré mardi.

Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:55
A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

" S'agissant des sociétés de projet, "il y a un certain nombre de critères pour que ce soit déconsolidant et les projets examinés à ce stade ne respectent pas tous ces critères"

 

17/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les sociétés de projet vont-elles échapper au périmètre des administrations publiques dans le cadre du Traité de Maastricht ? Pas clair, a expliqué le directeur général du Trésor, Bruno Bézard.

 

Les fameuses sociétés de projet (SPV), voulue ardemment par le ministère de la Défense, vont-elles échapper au périmètre des administration publiques dans le cadre du Traité de Maastricht ? Pour le directeur général du Trésor, Bruno Bézard, ce n'est pas encore très  clair. C'est ce qu'il a expliqué au Sénat la semaine dernière.

 

    "Le statisticien national ou européen ne peut y répondre que sur la base d'un projet précis. Tant qu'il n'y a pas de projet précis, on ne peut pas dire s'il est consolidant ou déconsolidant. Comme l'a dit Christian Eckert, il y a un certain nombre de critères pour que ce soit déconsolidant et les projets examinés à ce stade ne respectent pas tous ces critères. Je ne peux pas vous dire si, in fine, le schéma retenu respectera ces critères - encore faut-il qu'Eurostat ait ensuite la même appréciation. Tout dépend du schéma juridique et financier retenu", a déclaré Bruno Bézard au Sénat.

 

Le directeur du Trésor est plus nuancé que le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, qui a toujours été contre les sociétés de projet (SPV). Bercy ne veut pas des SPV pour une raison simple. Les dépenses liées aux sociétés de projet "seront à tous les coups requalifiées pour être intégrées au périmètre maastrichtien. Il est donc clair que ce montage ne répond pas à l'un des objectifs recherchés", avait-il expliqué le 11 février à l'Assemblée Nationale. A savoir, les sociétés de projet ne permettent pas d'échapper à la comptabilisation en dépense maastrichtienne.

Repost 1
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:50
BUDG & SEDE visit to Kiev

 

16-03-2015 - SEDE

 

Members from the BUDG and SEDE committees will travel to Kiev from 18 to 20 March for talks with the Ukrainian government and parliament. The SEDE committee will focus on the work of the EU Advisory Mission to Ukraine and other security-related questions, whereas the BUDG committee will concentrate on the use of EU funds and other EU support measures in Ukraine and the country's financial and economic situation in general.

Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 12:20
WGS Wideband Global Satcom

WGS Wideband Global Satcom

 

March 12, 2015 By Aaron Mehta - Defense News

 

WASHINGTON — The US Air Force is considering handing day-to-day operations of its Wideband Global Satcom (WGS) constellation to a commercial partner by 2016, a top service official said Wednesday.

 

Dave Madden, director of the Military Satellite Communications Systems Directorate at Space and Missile Systems Center, told a breakfast organized by the Air Force Association that he's hopeful that "2016 is going to be the year we're finally able to take command and control of WGS and hand it over to the commercial sector."

 

The reason for that move would be to free up Air Force service members from the day-to-day tracking and maintenance of a satellite network, which Madden said could be handled with less manpower by a private company.

 

"That's traditionally a job the service providers do, and we use a squadron to do it. In most cases, the commercial guys are doing it with three to four people," Madden explained. "For the money we're paying to sustain the WGS constellation, we can give it to a service provider to fly it, and sustain it, and then we can free up that squadron [for other missions] and get us out of the basic service provider capability."

 

Those airmen could then focus more on the battle management aspect of WGS, or be put toward supporting other space programs.

 

The WGS primarily provides bandwidth for command and control, ISR and battle management needs. It is also a unique set up for the Air Force, as Canada, Denmark, Luxembourg, the Netherlands and New Zealand all joined to help fund one of the satellites. Even more notable, Australia fully funded the sixth satellite in the constellation.

 

Heidi Grant, deputy undersecretary for International Affairs, told Defense News that she would like to see more space systems follow the WGS buy-in model.

 

"With budget constraints around the world, we need new thinking on how we do this sharing," she said in a February interview. "With the Wideband Global Satellite system, two of the nine satellites were bought by partners. They have access to the larger constellation, we get more bandwidth, and they have picked up the cost for that."

 

"The more we can partner-integrate with our coalition, the more accountable we come together, the more trusting we are together," she added. "So there is a lot of good from the security standpoint."

 

Madden indicated that if the WGS switch can be done successfully, it paves the way for similar moves for other Air Force systems in the future. He highlighted GPS as one area that could see a similar shift.

 

"Why can't command and control of the GPS be a service? Let the blue-suiters work on the nav piece, the mission planning piece, and hand the day-to-day operations over," Madden said. "It's much more efficient and effective than training crews for a couple years, they just become proficient, and then [they leave]."

 

Madden added that he expects to open competition on the GPS-3 system with satellite No. 11, and is having discussions about how to ensure an open competition.

Repost 0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 17:55
Budget militaire : pourquoi Bercy ne lâche rien

Le ministère de la Défense va vendre du matériel militaire à des "sociétés de projets" qui le loueront ensuite aux armées. Le ministère de la Défense va vendre du matériel militaire à des "sociétés de projets" qui le loueront ensuite aux armées.

 

13/03/2015 Par Jean Guisnel - Le Point.fr

 

La Défense va recevoir davantage de moyens et 18 500 postes devraient être maintenus. Mais comment payer ? Le débat fait rage entre les deux ministères.

 

Le bras de fer recommence entre la Défense et Bercy. En conseil de défense, le 11 mars, François Hollande a acté la moindre déflation d'effectifs qu'il avait engagée en janvier. Sur les 24 000 nouvelles suppressions de poste validées par la loi de programmation militaire 2014-2019, le président de la République avait alors décidé d'en conserver 7 500. Mais, comme Le Monde l'a écrit jeudi, il a pris la décision de conserver 11 000 postes de plus, ce choix n'étant pas annoncé officiellement.

Ce sont donc finalement 18 500 postes qui seront conservés. Selon nos informations, l'éventualité d'annuler purement et simplement les suppressions de poste initialement inscrites dans la LPM a été étudiée. Reste à financer ces postes maintenus, les choix budgétaires devant faire l'objet d'une remise à plat de la programmation militaire avant l'été. Si vous avez aimé les épisodes précédents de la guerre Défense-Bercy, vous n'allez pas être déçu par ceux qui vont suivre...

 

Manquent 2,2 milliards

Nous avons pu lire une note "blanche", que les ministères appellent aussi un "non-papier", transmise durant la première quinzaine de février par les services du ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin à ceux du Premier ministre Manuel Valls. Ce document propose une analyse originale de la question du "trou" budgétaire de 2,2 milliards auquel la défense doit faire face pour l'année 2015. Rappelons que, pour atteindre les 31,4 milliards d'euros du budget de la défense, il est impératif d'y inclure 2,2 milliards d'euros de "ressources exceptionnelles".

Celles-ci doivent notamment être abondées par la vente de fréquences radio, qui ne pourra pas se produire avant 2016 dans le meilleur des cas. La Défense propose la création de "sociétés de projets " qui achèteraient des matériels militaires (avions A400M et frégates FREMM) pour 2,2 milliards d'euros, qui seraient ensuite loués aux armées. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé lors d'une conférence de presse le 11 mars que ces sociétés de projets seraient en place à l'été.

 

Bugdet général

La loi Macron a dégagé un certain nombre d'obstacles juridiques qui interdisaient jusqu'alors cette éventualité, à laquelle François Hollande a donné son accord. Mais Bercy y demeure plus que jamais opposé. Entre autres arguments, le ministère des Finances réfute l'idée que le produit des ventes de matériels militaires aille automatiquement à la Défense. Bercy estime en outre que le choix des sociétés de projets "représente un surcoût financier certain" tout en faisant "courir un risque réputationnel majeur à la France, principalement vis-à-vis de Bruxelles et des observateurs financiers, mais également de l'opinion publique française".

Et de préciser : "Le grand public saura déceler une dérive dangereuse dans le fait que l'État et le ministère de la Défense n'aient plus les moyens d'acheter ses matériels emblématiques." Le Drian se trouve à une position diamétralement opposée : "J'applique les ordres du président de la République et je mets en oeuvre les sociétés de projets. Le schéma pour les années suivantes sera nettement plus élaboré et intégrera du service et des capitaux privés, nous y travaillerons, mais ce sera un deuxième temps."

 

Solutions inventives

Quelles solutions propose Bercy pour financer, à la fois, les 2,2 milliards manquants pour 2015 mais aussi les sommes qui manquent pour les années suivantes (1,6 milliard pour 2016 et 1,4 milliard pour 2017), sans compter les autres milliards qu'il faudra bien trouver pour payer les 18 500 postes maintenus ? Qui pourrait mobiliser jusqu'à deux milliards pour les trois années 2015-2017... C'est là que Bercy est vraiment inventif en proposant "des pistes permettant de faciliter la gestion 2015 du Mindef (ministère de la Défense)". On sort la calculette.

La baisse du prix de pétrole et l'inflation moindre que prévu ? Un milliard d'euros environ économisés pour l'année 2015. La vente de trois Rafale à l'Égypte (en fait, six seront livrés dès 2015), comptabilisés pour 70 millions d'euros pièce? Et c'est 200 millions de plus. La vente de la FREMM Normandie, toujours à l'Égypte : 500 millions. Et ces trop-versés à l'agence d'armement européenne Occar ? Trois cents millions de mieux. Et, pour finir, décalage à 2016 d'un versement de 300 millions au CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Total : entre 2,1 et 2,3 milliards récupérés. Ça tombe bien ! C'est le montant qui manque pour boucler le budget 2015... qui n'aurait donc pas besoin des sociétés de projets !

 

"L'union est un combat", avait dit autrefois Georges Marchais. Cette fois, Jean-Yves Le Drian et Michel Sapin remontent sur le ring. Entre ses deux proches, le président devra bien finir par trancher une fois pour toutes...

Repost 1
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 12:55
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

 

12.03.2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord

 

Même si le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a feint jeudi d'avoir appris le matin en Conseil de défense qu'un nouveau contrat opérationnel pour la protection du territoire national devait être élaboré, les calculettes chauffent au cabinet et dans les états-majors...

 

Elément incontournable de base, 7 000 militaires déployés dans la durée pour protéger les sites religieux, cela signifie un total multiplié par trois avec la préparation et les permissions, soit 21 000. Pour l'instant, cette posture est valable jusqu'à l'été et son renouvellement sera discuté lors d'un prochain Conseil de défense. Cela signifie-t-il pour autant qu'à terme, le ralentissement des déflations, annoncé au-delà des 7 500 déjà prévus, sera de ce montant ? C'est loin d'être si simple, évidemment.

 

En interarmées, on commencerait à se regarder en chiens de faïence. L'armée de terre assure 99 % de l'opération Sentinelle et pourrait donc sauver les meubles en priorité si la mission TN (territoire national) est appelée à se développer. Ce serait logique. Le ministre a dit textuellement que le nouveau modèle de l'armée de terre (dénommé Au Contact !) " permettra d'accroître les effectifs de la force opérationnelle terrestre ".

 

Suite de l’article

Repost 0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:55
FREMM Aquitaine - photo DCNS

FREMM Aquitaine - photo DCNS

 

11/03/2015 LeMarin.fr

 

Lors d’une conférence de presse ce mercredi 11 mars, Jean-Yves Le Drian a confirmé que les premières sociétés de projets, destinées à porter financièrement certains matériels militaires pour les relouer ensuite aux armées (étalant ainsi, moyennant intérêts, leur coût d’acquisition), seront mises en place dès 2015. Ceci dès que la loi Macron, qui en prévoit la création, sera promulguée, ce que le gouvernement espère être fait à l’été. Dans la foulée, les deux premières sociétés de projets (SDP) seront mises en place. L’une pour trois frégates Fremm, en l’occurrence les plus avancées. L’autre pour quatre appareils de transport militaire A400M.

 

Ces deux premières SDP seront alimentées par le produit de cessions de participations de l’État. Ultérieurement, des fonds privés seront apportés aux SDP suivantes, les industriels concernés devant à l’évidence s’attendre à être sollicités. Interrogé sur les réticences notoires de Bercy (non seulement sur le surcoût engendré au final par ce processus de leasing, mais aussi par le fait que les montants financés ne seront pas évacués du décompte de la dette publique), Jean-Yves Le Drian a précisé que le président de la République ayant annoncé leur création (à bord du Charles de Gaulle en janvier), il obéit et les met en œuvre.  Et au passage ajoute que les SDP pourront également porter sur des prestations de services. On pense en la matière à des contrats de maintien en condition opérationnelle.

 

Le ministre de la Défense a également été interrogé quant au remplacement, pour la Marine nationale, de la Fremm Normandie, qui lui a été prélevée pour livraison à l’Égypte. Il a répondu que la Marine disposerait du nombre prévu de frégates Fremm et que la procédure de commande de l’unité nécessaire à la Marine devait être engagée immédiatement.

 

En ce qui concerne le programme des quatre BSAH (bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers), Jean-Yves Le Drian a précisé que la notification du contrat devait intervenir en 2015. Ces quatre navires de 65 mètres avaient déjà fait l’objet d’un premier appel d’offres sollicitant des partenariats public-privé, sans que les offres soient alors jugées satisfaisantes.

 

Autre point important : les déflations d’effectifs initialement demandées aux armées (34 000 hommes) seront pour une seconde fois amoindries. Le ministre de la Défense a indiqué que des besoins nouveaux sont identifiés en matière de lutte contre le terrorisme, le président de la République ayant annoncé la création d’une force permanente de 7 000 hommes sur le sol français (au sein de l'armée de Terre). En conséquence, les 7 500 postes qui avaient déjà été épargnés devraient être plus nombreux.

 

Les attentats de janvier à Paris auront aussi pour conséquence d'avancer en juin l'actualisation (il ne s'agira pas d'une révision) de la loi de programmation militaire prévue en fin d'année.

 

Hors conférence de presse, on s'interrogeait sur le calendrier personnel de Jean-Yves Le Drian. On le sait désireux de représenter à nouveau le PS en Bretagne aux élections régionales de décembre, mais également très apprécié par l’Élysée à son poste actuel. Le ministre souhaite, dit-on, assurer quoi qu'il en soit ses fonctions actuelles jusqu’à la fin de l’année. À cette date, il aura pu veiller au bon déroulement des mesures qu’il vient d’annoncer.

Repost 0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:50
submarine Kondor is one of four Kobben-class boat

submarine Kondor is one of four Kobben-class boat

 

Mar 13, 2015 defense-aerospace.com

 (Source: Defence24.com Poland; published March 12, 2015)

 

Polish MoD: “Orka Submarine Programme Funding to Be Realized This Year”


The Polish Ministry of Defence has confirmed that funds to purchase new submarines are already reserved, but it is during the 4th quarter of this year, when the Ministry is going to start the analyses of options, that they will be used to launch the acquisition process.

Information related to the submarines was been published as a response to a parliamentary question (no. 30891) submitted by MP Artur Górski “…regarding the plans of the Ministry of Defence related to acquisition of three submarines for Poland, armed with cruise missiles”.

The ministry’s reply is highly significant in that, for the first time, the Polish Ministry of Defence has officially released information regarding the Orka future submarine project.

 

Which issues have been clarified?

Thanks to the response to the intervention, we now know that:

• Minister of Defence accepted the request submitted by the administrator of military equipment, regarding the acquisition of new submarines for the Polish Armed Forces on 27th September 2012;
• In the confidential document entitled “Plan of Technical Modernization of the Polish Armed Forces”, the Ministry of Defence’s budgetary assets are ring-fenced. These funds will be used to acquire the new submarines in 2015.
• “ORKA” programme is a long-term plan, funding of which is to be stretched out over several years until 2024;
• The Polish Ministry of Defence wants to acquire the new type of submarines armed with cruise missiles;
• Due to the plans of introduction of the cruise missiles, MoD is going to carry out additional analyses and arrangements, along with complementation of documentation, which are all going to be the basis for starting up the procedures. Analyses are to begin in the 4th quarter of this year;
• Despite the additional analyses and arrangements regarding the cruise missiles, the schedule related to procurement of the new submarines remains unchanged. “The first two submarines are planned to be acquired by 2022, the third one is to be received later”;
•„ In February this year, “offset assumptions related to acquisition of the new ORKA submarines have been developed,” the ministry said. According to these assumptions, a maintenance centre for the new type of submarines is to be created in Poland. The actions necessary will be taken to create a national potential for maintenance of technical readiness of the acquired submarines i.e. for servicing and carrying out repairs;
• The new submarines will be capable of “transporting troops that are not their crew members”;
• Training bundles, regarding preparation of the crew-members for service on-board of the submarines shall be included in the signed contracts;
• “The Polish Ministry of Defence is not planning to create a new special forces unit capable of operating with submarines. Existing special forces units, i.e. the Formoza, already possess such capabilities. Formoza’s operators are capable of carrying out special operations in water environment.”
• After the new submarines are introduced into service, the special forces will be trained in submarine operations in varied conditions, in accordance with procedures and techniques which are used by the special forces”.

What is missing in the Ministry’s response to the intervention?

• No estimated value of the order has been indicated – this would, according to the Polish MoD, reduce the room for negotiation of the Ordering Party in the planned procedure;
• No response has been made related to fusion of both procedures (acquisition of the submarines along with the cruise missiles);
• No response has been provided to the question, whether the government made any efforts to construct the submarines in the Polish shipyards, at least partially.

MoD has changed its approach towards the deterrence policy

The Ministry of Defence has changed its approach to the issue of equipping the submarines with cruise missiles, stating that “currently the basic task of the Polish Armed Forces is to defend the Polish territory. The semantic area of this term also includes military deterrence which shall be realized by demonstrating the readiness to defend the country with the existing forces. The new submarines will fall within that category and task.”

There is one more question – why it took so long for the Ministry of Defence to realize the fact that the submarines may be armed with the cruise missiles. Supposedly, a similar question was asked by MP Ludwik Dorn, leading Deputy Minister Mroczek to respond “Better late than never”.

The issue is far too serious to make fun of it – it shall be clarified why the plans of arming the submarines with the cruise missiles were sabotaged. And response to that question shall not be left in the shadows.


(EDITOR’S NOTE: Reuters reported from Warsaw this morning that Polish Defence Minister Tomasz Siemoniak “has asked the United States whether the European nation could buy Tomahawk missiles for its new submarines.”
Reuters quoted Siemoniak as saying on public radio that “One of the capabilities we want them to have is cruise missiles,” and he confirmed in a Tweet (see above).
France is also competing to supply submarines to Poland, in which case they would be armed with MBDA’s Missile de Croisière Naval (MdCN) cruise missiles as well as sub-surface-launched SM-39 Exocet anti-ship missiles)

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:56
Inflexion de la LPM: Jean-Yves Le Drian veut ouvrir cinq travaux

 

11.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

La Loi de programmation militaire, on le sait, va être actualisée en juin, "pour adapter l’organisation des armées […] et leur permettre d’apporter une protection adaptée à l’évolution des menaces et aux besoins de protection des Français", comme l'a dit François Hollande ce matin.

Le Parlement débattra, doctement mais fermement certainement, puis votera sans aucun doute le lancement du chantier, certes annoncé dès 2013 mais accéléré par l’évolution de la situation intérieure/extérieure (Ops Barkhane où les effectifs vont être légèrement renforcés, Sangaris, Chammal et Sentinelle) et les besoins accrus de la Défense.

Il ne s’agit pas de détricoter la LPM mais de retricoter les armées, et en particulier l’armée de terre. Jean-Yves Le Drian, qui assure avoir "le nez dans le guidon sur les affaires de défense", le rappelle: "Les fondamentaux restent là".

 

Pour autant, il est bien décidé à initier "cinq inflexions".

 

1- Les effectifs. 10 200 militaires sont actuellement déployés en opex et 7 000 en métropole dans le cadre de Sentinelle (avec ceux de "Vigipirate historique" et du soutien, on arrive à 10 000 hommes, pour surveiller 682 sites. Le niveau actuel devrait rester stable jusqu’au 1er juillet au moins).
Eh oui, le contrat opérationnel est largement dépassé ; d’où l’urgence d’une inflexion dans ce domaine-là. "Il faut revoir la trajectoire des effectifs pour tenir compte du très haut niveau d’engagement des armées", martèle JYLD.
Cette première inflexion ira au-delà le moratoire sur la réduction des réductions d'effectifs (7500 postes sauvegardés) annoncé par François Hollande lors de ses vœux (voir mon post ici). Mais JYLD se refuse à avancer un chiffre.
Seule certitude : c’est l’armée de terre qui va en profiter. D’ailleurs, le modèle "Armée de terre" est en cours de redéfinition dans le cadre du chantier "au contact".

 

2- Adapter les priorités. Même si le ministre refuse de détailler les mesures, l’orientation est clairement au renforcement. Et il interviendra dans les domaines suivants: forces spéciales, drones, cyber et renseignement( moyen ISR en particulier).

 

3- Equiper. Le ministre entend "lever les hypothèques  sur certains équipements (Rafale par exemple). Il veut aussi s’assurer que les bons engagements seront tenus (sur les drones par exemple dont trois nouveaux exemplaires seront commandés "à l’été").
Parmi les urgences qui tiennent à cœur à JYLD: les hélicoptères. D’où "un plan spécifique pour des hélicoptères de manœuvres" (de quoi ravir Airbus D&S).

 

4- Des ressources financières. L’urgence est toujours de crédibiliser les ressources financières nécessaires à la LPM. Il s’agit d’être "au rendez-vous des 31,4 milliards" et pour cela, les sociétés de projet sont vitales (deux SdP, sans partenaires privés ou étrangers, sont envisagées, l’une pour trois Fremm, l’autre pour quatre Atlas). Reste que les inflexions anticipées auront un coût, surtout (et JYLD le reconnaît) si le périmètre des effectifs s’élargit. Le futur débat au Parlement risque donc de porter, non pas sur l'opportunité du renforcement, mais sur les fameuses REX qui permettraient de boucler le budget de la Défense mais dont l'incertitude le plombe plus que tout.

 

5- Association. Suite à l’arrêt de la CEDH, le ministère veut combler "le vide juridique" en reconnaissant des associations au niveau national. 
Sera précisée aussi dans la LPM infléchie la question de l’éligibilité des militaires (aux élections municipales en particulier).

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:55
Les dix chantiers de l’armée française

 

11.03.2015 Par Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

De Vigipirate à la cyberguerre, du budget au droit d’association des militaires, les armées sont de nouveau en chantier, moins de deux ans après la publication du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Une révision de la loi de programmation militaire 2014-2019 aura lieu à l’été, notamment pour garantir les ressources promises aux armées et tenir compte des nouvelles missions qui leur sont attribuées en matière de protection du territoire national. Voici les dix principaux chantiers présentés par le ministre Jean-Yves Le Drian mercredi 11 mars.

 

  • Plus de soldats sur le territoire

Décidé après les attentats de janvier, l’engagement de 10 000 militaires en appui des forces du ministère de l’intérieur est maintenu, a décidé le président de la République au cours d’un conseil de défense mercredi matin. Il sera maintenu « au minimum jusqu'au début de l'été, date à laquelle il sera réévalué », a ensuite précisé le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, lors d'une conférence de presse.

Cet effectif comprendra 7 000 soldats pour la protection « dans la durée » des sites confessionnels juifs et 3 000 autres en renfort possible. Aujourd’hui, 682 sites sont protégés par des militaires dont 604 lieux communautaires. Le dispositif des gardes statiques va évoluer, confirme le ministre, avec des patrouilles mobiles plus nombreuses et un allégement de la protection de certains locaux quand ils sont vides.

Autre mesure : le développement des réserves. « Les travaux que nous menons visent à disposer d’un réservoir de 40 000 réservistes contre 28 000 aujourd’hui », annonce M. Le Drian. L’objectif étant de « pouvoir déployer 1 000 réservistes en permanence ». Il reste à les financer.

 

  • Moins de coupes dans les effectifs

Les armées devaient supprimer 34 000 emplois entre 2014 et 2019, selon la loi de programmation militaire. En janvier, tirant les leçons des attentats, le chef de l’Etat avait déjà décidé de sauver 7 500 postes militaires et civils dans la défense. Mercredi, il a décidé d’aller « au-delà ». La défense espère en sauver jusqu’à 23 000. Dans ce cadre, parallèlement, l’armée de terre va être réorganisée. Son nouveau modèle sera dévoilé début avril.

 

  • De nouveaux moyens pour la cyberguerre

Les priorités décidées en 2013 dans le cadre du Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale sont « accentuées », annonce le ministre. Ainsi, les effectifs du volet cyber de la stratégie de défense « seront accrus ». La programmation 2014-2019 avait prévu un investissement de 1 milliard d’euros et l’embauche de 500 spécialistes, dans les états-majors et à la direction générale de l’armement. Cet effectif supplémentaire doit être doublé.

 

  • De nouveaux moyens de renseignement

Une autre priorité du Livre blanc, le renseignement, est confortée. Le ministre confirme plusieurs projets : la réalisation avec l’Allemagne d’un troisième satellite d’observation (elle doit être actée lors d’un conseil franco-allemand le 31 mars) ; le lancement des études relatives au futur drone européen envisagé pour 2025 avec l’Italie et l’Allemagne ; la commande « à l’été » de trois nouveaux drones américains Reaper.

Lors de sa conférence de presse, il a, en outre, annoncé la création d’une « autorité administrative indépendante » afin d’encadrer les pratiques des services.

 

  • Des sociétés de projet pour boucler le budget 2015

Pour obtenir les ressources allouées à la défense en 2015, soit 31,4 milliards d’euros, les crédits budgétaires doivent être complétés par 2,3 milliards de recettes exceptionnelles. Elles seront apportées par des « sociétés de projet », créées en juillet lors de la promulgation de la loi Macron sur la croissance et l’activité. Ces sociétés, montées par l’Etat, cèderont des armements aux industriels concernés en échange de cash, avant de relouer aussitôt ces équipements. Trois futures frégates multi-missions (FREMM) du constructeur naval DCNS et 4 avions A400M sont concernés.

 

  • Des associations professionnelles pour les militaires

L’actualisation de la loi de programmation militaire comportera un volet social. Après la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme en raison de l’interdiction absolue des syndicats dans les armées, le ministère va organiser « la possibilité pour les militaires de constituer des associations professionnelles ».

Le Conseil constitutionnel ayant par ailleurs récemment rappelé que les militaires en activité avaient le droit d’être élus dans les conseils municipaux, la loi sera adaptée en ce sens.

 

  • Un service volontaire pour les jeunes

Les armées présenteront en mai un projet pour expérimenter un « service militaire adapté », inspiré de celui qui existe dans les départements d’outre-mer pour les jeunes sans qualification. Un millier de places seront offertes « dès l’automne 2015 ». Intégré au dispositif général du service civique, il comprendrait une formation professionnelle. Trois pistes sont étudiées : un partenariat avec les régions, un accord avec une branche professionnelle ou un montage avec une grande entreprise.

 

  • Un nouveau logiciel de paie

La page du logiciel défecteux Louvois, qui a totalement désorganisé depuis quatre ans la paie des militaires, se tourne, promet le ministre de la défense. Trois prototypes ont été présentés par la Direction générale de l’armement (DGA) en décembre pour remplacer Louvois. « D’ici à cet été, nous choisirons le meilleur », précise le ministre de la défense. En décembre sera présenté un nouveau logiciel pilote baptisé Source solde. Les tests grandeur nature ne commenceront qu’en 2016.

 

  • Le Pentagone français inauguré à l’automne

Le déménagement et le regroupement des services centraux de la défense dans « l’Hexagone Balard », version française du Pentagone, sera bouclé à la fin 2015. L’inauguration formelle du nouveau siège aura lieu en octobre, au moment de l’installation de la DGA. « L’état-major des armées aura réalisé sa bascule pour le mois de juillet, c’est à cette date que le nouveau centre des opérations sera en service », affirme le ministre.

 

  • Un retrait confirmé de Centrafrique

Les opérations extérieures mobilisent environ 10 000 soldats.

« En Centrafrique, l’amorce d’un dialogue national confirme notre perspective d’un désengagement de l’opération “Sangaris×” dans le courant du deuxième semestre », déclare M. Le Drian. L’état-major avait planifié une baisse des effectifs, autour de 1 700 soldats aujourd’hui, pour les ramener à moins d’un millier à l’été, puis à terme autour de 500, le volume déployé par la France avant les événements de décembre 2013. Cette cible n’est pas confirmée, mais la décrue se fera progressivement au cours de l’année 2015.

La priorité reste la lutte contre la « menace terroriste d’inspiration djihadiste ». Le ministre a rappelé que 1 400 Français ont été à ce jour impliqués dans le djihad au Moyen-Orient, dont 90 sont morts et 200 sont rentrés en France.

Au Sahel, l’opération « Barkhane » se poursuit et les effectifs militaires français vont « légèrement » augmenter. La base avancée de Madama, dans le nord du Niger, « sera pleinement opérationnelle au 1er juillet », annonce le ministre.

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

11/03/2015 Par lefigaro.fr (AFP, AP, Reuters)

 

Le chef de l'Etat a annoncé le maintien des 10.000 militaires déployés dans le cadre du dispositif Sentinelle «au minimum jusqu'au début de l'été». Il a également déclaré qu'il y aurait encore moins de postes supprimés dans l'armée.

 

Les mesures exceptionnelles prises dans le cadre du plan Vigipirate deployé après les attentats de janvier vont êtres conservées. François Hollande a décidé de «maintenir l'engagement des armées sur le territoire national à hauteur de 10.000 militaires» en «soutien» des forces du ministère de l'Intérieur, a déclaré mercredi l'Élysée, à l'issue d'un Conseil de défense. Lors d'une conférence de presse, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que le dispositif Sentinelle sera maintenu «au minimum jusqu'au début de l'été, date à laquelle il sera réévalué».

«7000 d'entre eux sont déployés dans la durée, principalement pour la surveillance et la protection de sites à caractère confessionnel particulièrement menacés», a précisé la présidence, deux mois après les attaques djihadistes de début janvier qui ont fait 17 morts à Paris et dans la région parisienne. Près de la moitié des 682 sites protégés par l'armée se trouvent en Ile-de-France (330), a relevé M. Le Drian, le niveau «alerte attentats» étant décrété dans la région parisienne et les Alpes-Maritimes, le reste de l'Hexagone relevant de la «vigilance renforcée».

Le maintien du dispositif, dont le coût est estimé à un million d'euros par jour, s'accompagnera d'une diminution supplémentaire des suppressions de postes dans l'armée. Le chef de l'Etat a demandé «d'en tirer toutes les conséquences en termes d'adaptation des effectifs du ministère de la Défense, au-delà des 7500 postes dont il avait déjà décidé le maintien le 21 janvier dernier». Un «travail (qui) sera réalisé dans le cadre de l'actualisation de la loi de programmation militaire».

 

Moins d'emplois supprimés dans l'armée

François Hollande souhaite, poursuit le communiqué de l'Élysée, que «les mesures nécessaires» soient prises «pour adapter l'organisation des armées à cette évolution de leur mission et leur permettre d'apporter une protection adaptée à l'évolution des menaces et aux besoins de protection des Français».

Le 21 janvier, à l'issue d'un précédent Conseil de défense réuni à l'Elysée, le chef de l'État avait annoncé que 7500 emplois de moins que prévu seraient supprimés sur la période 2015-2019 au sein des armées, leur donnant un peu de répit après une série de restructurations massives.

Les réductions d'effectifs devaient être ainsi inférieures de 30% au projet initial, qui prévoyait un total de 26.000 suppressions de postes, dont 7500 par an en 2015, 2016 et 2017 et 3500 en 2018. Dès cette année, le nombre de suppressions de postes doit être ramené à environ 6000.

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 22:55
photo Dassault - DCNS - Nexter Systems - RTD - MBDA

photo Dassault - DCNS - Nexter Systems - RTD - MBDA

 

11 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Les exportations françaises d'armement ont atteint un nouveau record en 2014, avec un montant supérieur à 8 milliards d'euros, a annoncé mercredi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Depuis mon arrivée (en 2012), le montant des prises de commandes a doublé, a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse.

 

Celles-ci se sont élevées à 4,8 milliards d'euros en 2012 et 6,87 milliards d'euros en 2013 (+43% par rapport à l'année précédente). En 2014, la hausse est donc d'au moins 16% par rapport à 2013.

 

J'ai toutes les raisons de penser que nous allons poursuivre sur cette lancée en 2015, a poursuivi le ministre, en prenant l'engagement de redoubler d'efforts pour remporter d'autres contrats.

 

A ces conditions, nous pourrons effectuer les investissements prévus par la Loi de programmation militaire (LPM) pour la modernisation de nos forces, a-t-il estimé.

 

La France va notamment livrer trois milliards de dollars d'armements au Liban à partir d'avril, ainsi que 24 avions de chasse Rafale et une frégate multimissions à l'Égypte, un contrat d'un montant de 5,2 milliards d'euros.

 

Au titre des matériels nécessaires aux forces armées, M. Le Drian a indiqué avoir demandé la préparation de plans spécifiques afin de doter les forces françaises d'hélicoptères, spécialement d'hélicoptères de manoeuvre, et de moyens de transports aériens tactiques.

 

Ce sont des lacunes qui sont clairement apparues réelles au cours des derniers mois et nous devons y remédier, a-t-il dit.

 

Trois drones de moyenne altitude longue endurance (MALE) Reaper seront commandés à l'été, et une livraison aux armées interviendra au début du mois d'avril, a-t-il par ailleurs indiqué.

 

L'industrie de défense française génère un chiffre d'affaires de plus de 17 milliards d'euros pour 165.000 emplois directs ou indirects, selon un rapport publié en 2014 par le ministère de la Défense.

 

Avec 29% du total des exportations recensées en 2013, les États-Unis dominent le marché mondial de l'armement, devant la Russie (27%), l'Allemagne, la Chine et la France.

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

11/03/2015 Gabriel Boyer  - Economie et technologie

 

Le général d’armée Jean-Pierre BOSSER, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) s’est rendu à la direction centrale du service d’infrastructure de la défense (DCSID), afin d’y rencontrer le directeur et ses collaborateurs.

 

Lors de sa prise de fonction à l’été 2014, le chef d’état-major de l’armée de Terre avait rencontré les directeurs des grands services du ministère qui assurent le soutien des armées. Il s’était alors engagé auprès du directeur du service d’infrastructure de la défense (SID) à venir le rencontrer à l’occasion d’une visite. Son objectif étant de mieux comprendre comment le SID répond aux besoins de l’armée de Terre dans le domaine de l’infrastructure. Le directeur central du SID a donc pu présenter les grands axes de son projet de service « SID 2020 » et échanger sur les principaux sujets d’actualités concernant l’armée de Terre et le SID.

 

Le domaine de l’infrastructure revêt pour l’armée de Terre une importance toute particulière parce qu’il détermine les conditions de vie et de travail des soldats dans leurs régiment : infrastructures d’hébergement, d’instruction et de préparation opérationnelle.

 

L’armée de Terre représente par ailleurs plus de 50% du bâti du ministère, et constitue donc pour le SID l’un de ses principaux partenaires.

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:50
UK MoD Denies Spending Cuts, European Army

 

March 11th, 2015 By UK Ministry of Defence - defencetalk.com

 

Discussion around the level of defence spending over the next Parliament continued to attract media coverage over the weekend and into the start of this week. A report in The Financial Times suggested that senior military figures were not expecting the next government to maintain spending at 2% of GDP.

 

According to independent defence analysts quoted in the report, the UK economy is expected to grow 12% in the next Parliament which would mean MOD spending £20bn more on defence than it currently plans to if the 2% of GDP rate was continued.

 

Today’s coverage focuses on a report by Professor Malcolm Chalmers of RUSI which speculates that the Army could be cut further with budgets potentially cut by up to 10% in the next parliament. The report suggests that because of commitments to programmes such as the new aircraft carriers and Joint Strike Fighter, the Army could face the brunt of the budgetary pressure.

 

However, the Prime Minister has previously said that he does not want to see our regular armed services reduced below the level that they are now and remains committed to growing the Reserves to 35,000.

 

The Government has said the UK continues to deliver the second largest defence budget in NATO and the largest in the EU and is committed to spending 2% of GDP on defence with decisions on spending after the financial year 2015/16 to be determined in the next spending review.

 

“Over the next decade, the Government has committed to spending £163 billion on equipment and equipment support to keep Britain safe. That includes new strike fighters; more surveillance aircraft; hunter killer submarines; two aircraft carriers; and the most advanced armoured vehicles.

 

EU Army

 

Various outlets covered comments made by the EU Commission President, Jean-Claude Juncker, calling for the creation of an EU army. Mr Juncker said such an army would restore the European Union’s foreign policy standing and show it is serious about defending its values, suggesting destabilising Russian military action in the east of Ukraine had made the case for a European combined force more compelling.

 

In response, a UK Government spokesman said:

 

“Our position is crystal clear that defence is a national, not an EU responsibility and that there is no prospect of that position changing and no prospect of a European army.”

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 16:55
Vigipirate : « On est au taquet et au-delà »

L'armée, venue en renfort de la gendarmerie et de la police épuisées par les contraintes de Vigipirate, devra recruter pour faire face. A quel prix ? Photo MinDefFR

 

11.03.2015 par valeursactuelles.com

 

Coulisses. Jean-Yves Le Drian se dit sûr de disposer de crédits militaires de 31,4 milliards d’euros dans le budget 2015, mais cet objectif ne sera vraiment atteint qu’avec les 2,2 milliards de ressources exceptionnelles que doivent apporter les sociétés de projets (chargées de la location-vente de matériels militaires).

 

Elles ne seront créées qu’en juin, sauf si Bercy retarde le programme. Vigipirate pose un autre problème préoccupant : les gros besoins en effectifs de l’opération Sentinelle que l’Élysée veut maintenir à ce niveau (7 000 à 10 000 hommes) jusqu’en juillet. « On est au taquet et le contrat opérationnel est même dépassé », disent les militaires.

 

Suite de l’article

Repost 1
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 12:50
photo UK MoD

photo UK MoD


Mar 10, 2015  defense-aerospace.com
(Source: Daily Telegraph; published Mar 09, 2015)
 

British Army Could Be Cut to Just 50,000 Over Next Four Years, Report Warns

 

The British Army could be reduced to its smallest size in nearly 250 years, taking its overall troop level to just 50,000 soldiers, a former Government defence adviser has warned.

A report by the respected Royal United Services Institute (RUSI) suggests that defence budgets may be slashed by 10 per cent during the next parliament, shrinking personnel for the three Armed Forces by as many as 42,000.

Britain’s military appears once again in line for massive culls after the next general election because of the continuing austerity drive and a lack of commitment by any of the major parties to protect defence spending, RUSI said.

Downing Street has been forced to deny that David Cameron and George Osborne, the Chancellor, are at “loggerheads” over whether to maintain the NATO target of committing two per cent of the nation's finances to defence.

But ministers’ reluctance to commit to the target was made clear, as Philip Hammond, the Foreign Secretary, refused seven times during a television interview to rule out further cuts.

Regular Army soldiers are already being reduced from 102,000 to 82,000 and a new defence review under the next government could see numbers cut again by around 40 per cent, RUSI warned. It would mean the smallest Army since the 1770s, when Britain lost the American colonies.

The report comes ahead a crucial debate in the House of Commons on Thursday when Tory MPs are expected to push for a vote to force the Prime Minister Cameron into a commitment on defence spending.

Tensions over the £36 billion defence budget are high at a time relations with Vladimir Putin’s Russia are strained and the threat from ISIL in Iraq and Syria is growing. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Telegraph website.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 17:35
China overtakes North Korea as Japan's top security concern

Japanese people are more concerned about China's military strength and assertiveness in Asia than any other security issue, according to a public opinion poll released by the government at the weekend.

 

9 Mar 2015 businesstimes.com.sg

 

[TOKYO] Japanese people are more concerned about China's military strength and assertiveness in Asia than any other security issue, according to a public opinion poll released by the government at the weekend.

 

More than 60 per cent of respondents to the survey conducted in January said China concerned them, compared with 46 per cent in a similar poll three years earlier. The number worried about North Korea fell to about 53 per cent from around 65 per cent.

 

Asia's two largest economies are at loggerheads over uninhabited islands in the East China Sea, with ships and planes from both countries frequently criss-crossing near the disputed area. North Korea is developing atomic and ballistic missile technology, though it hasn't held a nuclear test since 2013.

 

"There is a lack of transparency in China's military and security policy, including about the budget," Defence Minister Gen Nakatani told reporters on Friday. "We want to continue to seek disclosure from China."

 

Read more

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 11:56
Actualisation de la Loi de programmation militaire

 

09/03/2015 Ministère de la Défense

 

Après les attaques terroristes des 7, 8 et 9 janvier derniers et à la suite de la décision du Président de la République d’engager les travaux d’actualisation de la Loi de programmation militaire, le ministre de la Défense présentera son agenda de travail pour l’année 2015.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories