Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:50
Information Warfare: NATO Is Lost In Cyberspace

 

May 30, 2015: Strategy Page

 

Tiny Estonia (population 1.3 million) has formed a Cyber War militia because Russia keeps threatening another major Cyber War offensive. Despite its small size Estonia is the most technically advanced (on a per-capita basis) nation in East Europe and was able to recruit several hundred skilled volunteers who are hard at work pooling their knowledge and skills to better handle more Cyber War aggression from Russia.

 

Estonia borders Russia and is a member of NATO. That last bit makes Russia reluctant to come in with tanks to take over like they did twice in the 1940s. Russia made a major effort to crush Estonia via major Internet based attacks in 2007. Estonia survived that “invasion” but admitted that this sort of Russian aggression caused great financial harm to Estonia. In the wake of these Russian Cyber War attacks Estonia demanded that the UN and NATO declare this sort of thing terrorism and dealt with accordingly. NATO tried to be helpful, but that wasn’t enough. The UN was even less helpful as the UN has a hard time getting anything done when Russia is involved because Russia is one of the handful of founding members that has a veto.

 

NATO did make an effort and in 2008 established a Cyber Defense Center in Estonia. This was the most tangible NATO response to Estonian calls for NATO to declare Cyber War on Russia. NATO agreed to discuss the issue but never took any action against Russia. The Cyber Defense Center was a consolation prize and studies Cyber War techniques and incidents and attempts to coordinate efforts by other NATO members to create Cyber War defenses and offensive weapons. NATO say that this appears to have deterred Russia from making another Cyber War attack. The Estonians are not so sure as Russia went ahead and invaded Georgia (a nation of four million in the Caucasus) in 2008 and Ukraine in 2014 and still makes very public threats against Estonia.

 

  Cyber Wars have actually been going on since the late 1990s and they are getting worse. It started in the 1990s as individuals attacked the web sites in other nations because of diplomatic disputes. This was usually stirred up by some international incident. India and Pakistan went at it several times, and Arabs and Israelis have been trashing each other’s web sites for years. The Arabs backed off at first, mainly because the Israeli hackers are much more effective. But in the last few years the Arabs have acquired more skills and are back at it. Chinese and Taiwanese hackers go at each other periodically, and in 2001, Chinese and American hackers clashed because of a collision off the Chinese coast between an American reconnaissance aircraft and a Chinese fighter. That was just the beginning for China, which now regularly makes major hacking attacks on the U.S. and other NATO members.

 

Since 2005 these Cyber Wars have escalated from web site defacing and shutting down sites with massive amounts of junk traffic (DDOS attacks), to elaborate espionage efforts against American military networks. The attackers are believed to be Chinese, and some American military commanders are calling for a more active defense (namely, a counterattack) to deal with the matter.

 

The Russian attacks against Estonia were the result of Estonia moving a statue, honoring Russian World War II soldiers, from the center of the capital, to a military cemetery in the countryside. The Estonians always saw the statue as a reminder of half a century of Russian occupation and oppression. Russia saw the statue move as an insult to the efforts of Russian soldiers to liberate Estonia and enable the Russians to occupy the place for half a century. The basic problem here is that most Russians don't see their Soviet era ancestors as evil people, despite the millions of Russians and non-Russians killed by the Soviet secret police. The Russians are very proud of their defeat of Nazi Germany in World War II, ignoring the fact that the Soviet government was just biding its time before it launched its own invasion of Germany and Europe in general.

 

While many Russians would have backed a military attack on Estonia to retaliate for the insult by an ungrateful neighbor, this approach was seen as imprudent. Estonia is part of NATO and an attack on one NATO member is considered an attack on all. It's because of this Russian threat that Estonia was so eager to get into NATO. The Russians, however, believe that massive Cyber War attacks will not trigger a NATO response. They were so sure of this, that some of the early DDOS attacks were easily traced back to computers owned by the Russian government. When that got out, the attacks stopped for a few days, and then resumed from what appear to be illegal botnets. Maybe some legal botnets as well. Russian language message boards were full of useful information on how to join the holy war against evil Estonia. There's no indication that any Russians are afraid of a visit from the Russian cyber-police for any damage they might do to Estonia. And the damage has been significant, amounting to millions of dollars. While no one has been injured, Estonia is insisting that this attack, by Russia, should trigger the mutual defense provisions of the NATO treaty. It didn't, but it was a reminder to all that Cyber War is very real except when it comes time to fight back.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
Cyber conflict - the enemy online


1 juin 2015 by NATO

 

Who should be most worried about cyber attacks? The man on the street, who wants to protect his wallet? Or the military commander, who wants to protect his country?

We travel to Tallinn in Estonia for CyCon – The NATO Cooperative Cyber Defence Centre of Excellence’s International Conference on Cyber Conflict. In 2007 Estonia was momentarily crippled by a cyber attack on parliament, banks and the media – an attack that changed the way military organisations around the world viewed their responses to network security, and led to the start of the Centre of Excellence. Now, eight years later, NATOChannel asks some of the world’s leading experts in cybercrime how it has developed? How sizable is the threat? And what’s being done to combat it?

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 08:57
Le cyberespace, un champ de bataille aux limites encore floues

 

21 janvier 2015, par Marine Pennetier - Usinenouvelle.com (Reuters)

 

LILLE - Désormais considéré comme un champ de confrontation à part entière et un enjeu économique, le cyberespace est aujourd'hui indissociable des théâtres de guerres dites traditionnelles mais ses limites demeurent floues, estiment les analystes. 

"Le cyberespace sera un élément de tous les conflits futurs même si on ne sait pas quelle forme cela prendra", souligne Matthijs Veenendaal, chercheur au Centre excellence de cyberdéfense de l'Otan (CCDCOE), lors du forum international consacré à ce dossier à Lille, mercredi.

"Tous les pays mènent des opérations dans le cyberespace mais il n'y a pour l'heure pas de limites à proprement parler, on ne sait pas ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas."

En France, la cyberdéfense a été hissée au rang de priorité nationale et qualifiée de "quatrième armée" par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian qui a débloqué pour ce domaine un milliard d'euros sur la période 2014-2019.

Les attentats de Paris, qui ont été accompagnés d'une vidéo d'Amedy Coulibaly sur internet et suivis de plus de 20.000 actes de piratages de sites internet français, ont illustré la place prépondérante d'internet dans la guerre de l'information, qu'elle soit menée par des activistes ou djihadistes.

"On n'est pas dans une situation de cyberguerre, c'est un abus de langage, on a des opérations qui peuvent avoir un effet médiatique, avoir une influence, mais ce n'est pas dangereux d'un point de vue étatique", estime Daniel Ventre, chercheur au CNRS et titulaire de la chaire de cyberdéfense et cybersécurité (Saint Cyr-Sogeti-Thales).

 

"PAS DE CONFLIT SANS DIMENSION CYBER"

Apparue en 2007 à la suite d'une attaque de sites internet d'Estonie sur fond de crise diplomatique avec la Russie, la notion de cyberguerre est revenue sur le devant de la scène lors de l'apparition du virus Stuxnet en 2010 contre les installations nucléaires iraniennes.

Plus récemment, les comptes YouTube et Twitter du commandement militaire américain au Moyen-Orient, le Centcom, ont été pris pour cible. En France, le site internet et le compte Twitter du Monde ont été piratés ces derniers jours par des partisans de Bachar al Assad, l'armée électronique syrienne.

Encore balbutiante il y a quelques années, la prise en compte du volet cyberespace dans les conflits est acquise pour un grand nombre de pays aujourd'hui qui, à l'image des Etats-Unis, institutionnalisent la cyberdéfense via l'installation d'un cybercommandement, soulignent les chercheurs.

"Via ce processus d'institutionnalisation, on décide qu'il n'y aura pas de conflit ou de maintien de la paix sans cette dimension cyber", indique Daniel Ventre.

Si on imagine des conflits armés dans lesquels le cyber va être systématiquement impliqué, des affrontements uniquement cybers ne sont pas encore envisagés, soulignent les analystes.

Reste à déterminer quelle place le cyberespace occupera aux côtés des armées traditionnelles : que faire face à des acteurs qui ne sont pas armés pour faire du cyber? Ces nouveaux acteurs seront-ils en mesure d'être plus forts que les acteurs militaires?

"On est encore dans une phase de test, on se cherche un peu", indique le chercheur. Pour l'heure, "les Etats s'interdisent beaucoup de choses parce qu'ils ne maîtrisent pas forcément les effets", recherchés comme secondaires.

 

UN ENJEU ECONOMIQUE

Dans le cas du virus Stuxnet, le premier effet s'est traduit par le blocage d'un certain nombre de centrifugeuses, "le second effet était lui plus politique" et a poussé l'Iran a s'armer de capacités cyber offensives notamment".

Des effets non maîtrisés ou non anticipés initialement qui contiennent un risque d'engendrer un certain "chaos", souligne Nicolas Diaz de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH).

"Dans ce type d'exercices, on est à peu près dans l'apprenti-sorcellerie", dit-il.

Au-delà de l'enjeu en matière de défense, le cyberespace alimente toute une industrie.

"Quand les dirigeants politiques prennent la parole (en matière de cyberdéfense), ce n'est pas seulement une question de sécurité mais également d'économie", indique Daniel Ventre, citant le cas d'Israël.

L'Etat hébreu, qui a annoncé début 2014 la création d'un parc "cyber-sécurité" dans le sud du pays, compte plus de 200 entreprises liées à la cyberindustrie.

"Derrière, il y a une économie, une industrie qui est en train de se créer, des relations entre l'armée et le secteur industriel, des passerelles entre les deux mondes", souligne le chercheur.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 18:50
Lancement du plus important exercice OTAN de cyberdéfense jamais organisé

 

20 Nov. 2014 NATO

 

L'OTAN a lancé mardi (18 novembre) son plus grand exercice multinational de cyberdéfense, « Cyber Coalition 2014 » jamais organisé. Cet exercice d'une durée de trois jours permettra de tester la capacité de l'Alliance à défendre ses réseaux contre les diverses menaces existant dans le domaine du cyberespace, qui est devenu un enjeu majeur. « Cet exercice a pour but de tester nos systèmes pour nous assurer que l'OTAN suit le rythme de l'évolution de la menace et que les compétences et l'expertise de nos cyberspécialistes permettent à ces derniers d'être tout à fait à la hauteur de la tâche, a déclaré M. l'ambassadeur Sorin Ducaru, » secrétaire général adjoint de l'OTAN pour les défis de sécurité émergents. « La formation et les exercices figurent parmi les priorités mises en évidence dans la politique de cyberdéfense renforcée de l'OTAN, entérinée au sommet du pays de Galles. »

 

Cet exercice fait intervenir plus de 670 experts (techniciens, représentants gouvernementaux et cyberspécialistes) opérant à partir de dizaines d'endroits dans toute l'Alliance et dans les pays partenaires. Pour la première fois, des représentants d'universités et d'industries ont été invités à participer en tant qu'observateurs. Le but de l'exercice est de tester la rapidité du partage d'informations sur les cyberincidents. Il sera aussi l'occasion de tester la capacité des pays participants de coordonner la défense contre une série de cyberincidents ciblés visant un réseau de mission OTAN. « La cybermenace n'est pas seulement une menace hypothétique, c'est aussi une réalité quotidienne, » a déclaré M. Ducaru. « Les conflits peuvent être virtuels, mais leurs conséquences sont réelles et destructrices. »

 

Au sommet du pays de Galles, les Alliés ont reconnu que les cyberattaques risquent d’atteindre un seuil pouvant menacer la prospérité, la sécurité et la stabilité des États et de la zone euro-atlantique. Leur impact sur les sociétés modernes pourrait être tout aussi néfaste que celui d'une attaque conventionnelle. Les dirigeants des pays de l'OTAN ont aussi affirmé que la cyberdéfense fait partie de la tâche fondamentale de l'OTAN qu'est la défense collective.

 

« Cyber Coalition 2014 » est le septième exercice annuel de ce type.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:55
Discours du ministre de la Défense au colloque sur la cyberdéfense

03/06/2013 M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense

 

Discours d’ouverture du colloque sur la cyberdéfense

 

A Rennes, lundi 3 juin 2013

 

– Seul le prononcé fait foi –

 

I)     Introduction

 

Monsieur le Président, cher Pierrick,

 

Messieurs les officiers généraux,

 

Mesdames et Messieurs,

 

Je suis très heureux d’être avec vous ce matin, pour ouvrir ce colloque sur la cyberdéfense. Au moment où l’Ecole des transmissions fête ses quarante ans, c’est une grande satisfaction que de la voir se tourner ainsi vers l’avenir. Et notre plaisir est vif de voir, dans le même mouvement, la région Bretagne se distinguer par son excellence dans le domaine de la cyberdéfense.

 

II) Cybersécurité et livre blanc : le contexte

Discours du ministre de la Défense au colloque sur la cyberdéfense

a)    Le cyber espace : riche d’opportunités mais lourd de menaces

 

La cyberdéfense est une nouvelle donne stratégique. C’est d’abord un nouvel espace, riche d’opportunités mais aussi lourd de risques et de menaces. C’est ensuite un champ de recherche et d’action qui dépasse en effet les schémas classiques et qui nous incite à repenser globalement certains de nos modes de fonctionnement. Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, que le Président de la République vient d’approuver, prend toute la mesure de cette nouvelle donne stratégique. En la considérant dans sa globalité, il porte la cybersécurité au rang de priorité nationale. Le mouvement initié par le Livre blanc de 2008 est donc accéléré ; un cap ambitieux est désormais fixé.

 

b)   Un enjeu sous-estimé : un effort considérable est nécessaire afin de sécuriser les systèmes d’importance vitale de la nation

 

Le constat est simple. L’interconnexion des systèmes d’information qui marque notre société, a généré des vulnérabilités nouvelles, qui n’ont pas été suffisamment accompagnées d’un effort simultané de protection. Les atteintes aux systèmes d’informations résultant d’actes hostiles intentionnels ou de ruptures accidentelles pourraient dès lors engendrer des dysfonctionnements, voire une paralysie de l’Etat ou de secteurs d’importance vitale pour la Nation. Je crois qu’il faut le reconnaître. Avons-nous été naïfs, trop confiants dans le développement de l’Internet et, plus largement, des systèmes d’information ? Comprendre le caractère stratégique de cet enjeu, reconnaître sa globalité est un défi majeur, que certains de nos grands partenaires ont bien compris.

 

Le temps passe et les évolutions s’accélèrent. L’hypothèse d’attaques informatiques majeures s’est renforcée depuis 2008, et le cyberespace est devenu un champ de confrontations à part entière. A titre d’exemple, le nombre d’attaques traitées par le ministère de la Défense, à travers le centre CALID, est en très forte augmentation : 420 en 2012, contre 196 en 2011.

 

 L’enjeu n’est plus seulement le risque de déni d’accès ou de pénétration des réseaux à des fins d’espionnage, alors même que ce risque est déjà considérable et avéré. Ce qui est désormais en jeu, c’est la capacité de prise de contrôle à distance ou bien de destruction d’infrastructures vitales pour notre pays, reposant sur des réseaux numérisés ; c’est désormais l’atteinte aux intérêts stratégiques de l’Etat et à notre autonomie d’appréciation, de décision et d’action, par la menace cyber. C’est un enjeu majeur de défense et de souveraineté de la Nation.

 

Au-delà de la dépendance accrue de la Nation aux systèmes d’information, les cyberattaques constituent donc, dès aujourd’hui et plus encore à l’horizon du Livre blanc, une menace majeure, à forte probabilité et à fort impact potentiel. De fait, chaque nouveau conflit comporte un volet cybersécurité, qui est de plus en plus global : il touche aussi bien les individus, comme au début des révolutions arabes, que le cœur d’un sanctuaire national avec l’épisode Stuxnet en Iran, ou encore des acteurs économiques majeurs, comme l’illustrent les attaques de l’été 2012 contre la société Aramco, le principal exportateur saoudien.

 

Mais le cyber est aussi investi par des groupes non étatiques, qui y trouvent une arme idéale. Que leurs motivations soient politiques, idéologiques ou mafieuses, ils développent ainsi la capacité d’affronter à distance un Etat, avec une facilité qui leur était auparavant interdite. Bien plus, l'ordre international qui fixe les frontières et régit les rapports entre les Etats, se retourne à l’avantage de ces groupes en gênant les poursuites contre eux,  par une série d’obstacles juridiques et politiques qui, pour l’heure, n’ont pas été levés.

 

c) Ne peut que s’appréhender en multinational (union européenne et OTAN)

 

Discours du ministre de la Défense au colloque sur la cyberdéfense

Ce défi majeur, chaque nation européenne y fait face aujourd’hui ; chacune en est consciente et développe ses propres stratégies ; mais pour peser, je veux le dire d’entrée, la solution, notre solution, ne peut être qu’européenne. Je salue les efforts récents de l’Union Européenne pour se doter d’une stratégie en la matière. C’est une première étape. La prochaine, avec un Conseil européen en décembre consacré aux questions de défense, devra approfondir cette ambition. Il appartient aux Européens de prendre en charge leurs propres infrastructures vitales ; il leur revient de trouver une juste complémentarité avec l’OTAN. De ce point de vue, il faut valoriser les centres d’excellence dont ces organisations disposent d’ores et déjà. Je pense notamment au centre de Tallinn, en Estonie, pays qui fut la première victime d’une attaque cybernétique de grande ampleur. C’était en 2007. Aujourd’hui, la France rallie ce centre avec une volonté, celle de rapprocher l’Union et l’Alliance dans le domaine de la cyberdéfense.

 

III) Cybersécurité et livre blanc : la réponse

 

a)    Le Livre Blanc 2013 précise la doctrine nationale qui associe prévention et réaction

 

Pour cet ensemble de raisons, le Livre blanc de 2013 élabore une doctrine nationale de réponse aux agressions informatiques majeures. Une politique de sécurité ambitieuse sera ainsi mise en œuvre, afin d’identifier l’origine des attaques, d’évaluer les capacités offensives des adversaires potentiels et l’architecture de leurs systèmes, et de pouvoir ainsi les contrer. Cette politique sera globale, avec deux volets complémentaires.

 

D’une part, la montée en puissance d’une posture robuste et résiliente pour protéger les systèmes d’information de l’État, les opérateurs d’importance vitale et les industries stratégiques. Cette posture repose sur une organisation opérationnelle de défense de ces systèmes, qui est coordonnée sous l’autorité du Premier ministre et qui associe étroitement les différents services de l’Etat. C’est le premier volet.

 

D’autre part, une capacité de réponse gouvernementale devant des agressions qui sont de nature et d’ampleur variées. Cette capacité de réponse fera en premier lieu appel à l’ensemble des moyens diplomatiques, juridiques ou policiers, sans s’interdire l’emploi gradué de moyens relevant du ministère de la défense, si les intérêts stratégiques nationaux sont menacés.

 

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs axes d’effort ont été identifiés, et vous me permettrez d’en dire un mot.

 

b)   Une capacité offensive viendra compléter les moyens d’action de l’Etat

 

En premier lieu, au sein de cette doctrine nationale, la capacité informatique offensive, associée à des capacités de renseignement, concourt de façon significative à notre posture de cybersécurité. Elle contribue notamment à caractériser la menace et à identifier son origine. Elle permet, en outre, d’anticiper certaines attaques et de configurer nos moyens de défense en conséquence. La capacité offensive enrichit la palette des options qui sont à la disposition de l’Etat. Elle comporte elle-même différents stades, qui sont plus ou moins réversibles, plus ou moins discrets, mais toujours proportionnés à l’ampleur et à la gravité de la situation.

 

c)    Plus spécifiquement au sein du Ministère de la Défense, la posture de cybersécurité monte en puissance et concerne l’ensemble des milieux classiques (terre, air, mer)

 

La démarche est donc globale, mais elle concerne spécifiquement la défense, et je voudrais à présent m’y attarder. Le nouveau modèle d’armée comprend des capacités de cyberdéfense militaire, en relation étroite, d’abord, avec le domaine du renseignement. Dans le cyberespace en particulier, où les frontières sont floutées et où le brouillard du monde virtuel permet toute sorte de manipulation, le renseignement joue en effet un rôle majeur, pour connaître et anticiper la menace. Dans ce contexte, on comprend que l’imputation des attaques ne saurait se limiter à des preuves de nature juridique, mais doit intégrer l’intime conviction que permettent des faisceaux d’indices convergents.

 

Ces dernières années, des attaques ont pour la première fois explicitement visé la neutralisation de systèmes critiques, même non connectés à Internet. Ces attaques sont de plus en plus sophistiquées et ciblées. Outre la protection des informations, la fiabilité et la résilience des systèmes d’armes comme des porteurs représentent donc aujourd’hui un enjeu majeur pour nos armées. De nombreuses mesures ont été déjà prises, à la fois pour fortement renforcer notre posture de cybersécurité, qui repose sur un volet préventif de protection et un volet actif de défense des systèmes, mais aussi pour développer une capacité offensive.

 

Ainsi, les moyens humains qui sont consacrés à la cyberdéfense seront sensiblement renforcés, à la hauteur des efforts consentis par nos principaux partenaires européens. Ils vont ainsi augmenter de 350 personnes d’ici 2019. Ensuite, un renforcement de la sécurité des systèmes d’information de l’État est nécessaire. Au-delà, l’État doit soutenir les compétences scientifiques et technologiques performantes du domaine cyber, car la capacité à produire en toute autonomie nos dispositifs de sécurité, notamment en matière de cryptologie et de détection d'attaque, est une composante essentielle de la souveraineté nationale. Enfin, le développement de relations étroites avec nos principaux partenaires étrangers devra être soutenu.

 

d)   La chaîne opérationnelle de commandement intègrera dorénavant l’ensemble des aspects cyber

 

Vous comprenez ainsi que le cyberespace est désormais considéré comme un milieu à part entière par les armées ; il fait l’objet d’une approche semblable à celle adoptée pour les milieux aérien, terrestre et maritime. Une chaine de commandement opérationnel de la cyberdéfense est ainsi déployée depuis 2011. Pleinement intégrée au commandement interarmées des opérations, elle traite de l’ensemble des volets de la cyberdéfense. Un schéma directeur, à l’horizon 2020, a été réalisé et validé il y a un an.

 

Cette chaine opérationnelle de cyberdéfense est donc en voie de consolidation. Elle permettra d’offrir une vision globale et une mobilisation rapide des moyens en cas de besoin, tout en s’intégrant pleinement aux autres chaines de conduite des opérations maritimes, aériennes, terrestre ou spéciales. Car il ne s’agit pas de greffer un nouveau service qui serait autonome, mais au contraire d’irriguer, sous un commandement unifié, l’ensemble des actions menées. Le cyberespace est partout ; il est consubstantiel des autres milieux. L’enjeu est donc de travailler autrement, d’adapter la façon de commander, de coopérer étroitement, et le cas échéant de mutualiser les équipements. C’est dans cette logique que les centres de surveillance relevant de l’ANSSI et de la chaine cyber des armées seront co-localisés à partir de cet été. Dans le même esprit de rapprochement des acteurs et des modes de travail, des experts opérationnels des armées sont d’ores et déjà intégrés au sein des équipes techniques de la DGA, pour bénéficier d’une boucle très courte entre les besoins opérationnels et l’expertise technique.

 

Au-delà de cette organisation, une nouvelle doctrine de cyberdéfense militaire est en préparation, dix-huit mois après la précédente. C’est dire si cette nouvelle donne stratégique évolue rapidement, et combien nous devons nous-mêmes savoir nous y adapter.

 

e)    La base industrielle (grands groupes et PME) sera renforcée par un soutien à la R&D et la mise en place d’une politique industrielle coordonnée

 

Dans la même perspective, le renforcement de la base industrielle de technologies de défense et de sécurité nationale est indispensable, car elle demeure fragile, malgré un véritable potentiel. La cybersécurité est une question de spécialistes, mais elle est en même temps l’affaire de tous, et je pense ici en particulier aux acteurs économiques. Nous bénéficions de la présence en France de grands industriels de défense, capables de réaliser des systèmes complexes et performants, ainsi que de grands opérateurs. Nous disposons également de nombreuses PME innovantes, que nous devons soutenir et protéger. Mais il faut encore accroître notre effort et développer les synergies.

 

A cette fin, une politique industrielle est en cours d’élaboration, depuis le financement de la R&D au soutien à l’exportation, en passant par d’importants programmes d’équipement en moyens de cyberdéfense et de sécurisation de nos grands systèmes d’information. Ce ne sont pas seulement des mots : les crédits consacrés aux études amont sont en train d’être triplés, de 10 à 30M€ par an. Ces études sont cruciales ; en levant des verrous technologiques, et en développant des compétences techniques très pointues au sein des équipes étatiques et industrielles, elles préparent l’avenir à court, moyen et long terme. Pour compléter cette politique, la recherche académique est encouragée, notamment au travers de contrats d’étude et de co-financement de thèses de doctorat.

 

f)     La réserve citoyenne et opérationnelle doit être développée

Discours du ministre de la Défense au colloque sur la cyberdéfense

 

Elaboration d’une doctrine, renforcement de la chaîne de commandement opérationnelle, définition d’une politique industrielle… Le développement de nos capacités militaires de cyberdéfense s’insère dans une démarche globale, qui doit faire l’objet d’une haute priorité, pour rester en phase avec la croissance très rapide de la menace que j’évoquais il y a un instant.

 

Cet effort considérable que nous devons fournir, pour ne pas nous laisser distancer, reposera avant tout sur les hommes et les femmes qui vont être les acteurs de la cybersécurité de notre société numérique. C’est toute la question de la réserve. A côté de la réserve citoyenne qui a été créée pour sensibiliser la société à ces problématiques et créer un esprit de cyberdéfense, il semble important d’étudier la mise en place d’une réserve opérationnelle, qui serait adaptée à traiter une crise informatique majeure touchant l’ensemble du territoire, cela en appui des différents services de l’Etat et des collectivités territoriales.

 

IV) Cybersécurité et Bretagne

 

Mais c’est aussi et surtout vers la formation que notre effort doit se porter, et j’en viens aux lieux qui nous rassemblent aujourd’hui.

 

a)    La formation est un sujet majeur qui doit se développer notamment en Bretagne autour de Coëtquidan avec la participation des acteurs étatiques, académiques et industriels

 

Avec plusieurs grands partenaires du monde des technologies de l’information, le ministère de la défense soutient l’idée d’un pôle d’excellence de cyberdéfense. Ce pôle pourrait se traduire par un projet ambitieux, avec un centre de cyberdéfense associant les compétences des armées et de la DGA, à celles des écoles d’ingénieurs (SUPELEC, TELECOM Bretagne…) et des grands centres universitaires de la région (Rennes II, IUT Lannion et Saint-Malo, ou encore l’Université de Bretagne Sud avec la mise en place d’une formation originale par alternance en apprentissage). Cet ensemble bénéficierait de l’image des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, autant que du soutien avisé des grands maîtres d’œuvre des systèmes de défense.

 

Vous l’aurez deviné, c’est là une vision qui me tient à cœur. Elle porte certes une part d’inconnues, mais devant la multiplication des enjeux cyber, je crois qu’il devient urgent d’être ambitieux. Coëtquidan, où la première chaire de cyberdéfense et cybersécurité a été inauguré en novembre 2012 en partenariat avec Sogeti et Thalès, est le creuset où peut se forger cette capacité dont notre nation a besoin. La DGA soutiendra la démarche en apportant son expertise technique en termes de connaissance de la menace, de maîtrise et de simulation des systèmes complexes. L’Ecole des transmissions sera également fortement associée, en particulier dans le cadre de la formation à la technique, aux modes opératoires et aux doctrines, mais aussi à l’éthique, qui est un autre enjeu essentiel dans un espace où la technologie permet toutes les manipulations.

 

C’est une aventure audacieuse, une vision à laquelle il convient de donner vie. Tous les ingrédients sont réunis pour que la Bretagne accueille ce projet de centre de formation à la cyberdéfense, et j’appelle dans cette perspective nos grands partenaires à rejoindre l’élan qui est déjà celui de nos amis de la communauté de communes du pays de Guer. J’ai d’ailleurs, dans cette perspective, missionné l’inspecteur général des armées-armement Jean-Bernard Pène, pour montrer la faisabilité académique et la viabilité économique de ce projet et, du même coup, engager un dialogue avec tous les acteurs intéressés – les écoles, la DGA, les laboratoires, les entreprises… La constitution d’un club de partenaires me semble à cet égard une perspective intéressante.

 

Mais nous ne devons pas seulement nous cantonner à la formation d’experts et de techniciens. Un effort de sensibilisation doit être fait à l’égard des collégiens et des lycéens, et là encore, la région Bretagne, à travers son projet Bretagne numérique, a un rôle à jouer.

 

Enfin et surtout, l’activité dans ce domaine doit se nourrir de collaborations avec tous les acteurs comme les écoles, la DGA, les laboratoires des universités, les entreprises.

 

b)   Le soutien à l’innovation est l’autre priorité, notamment à destination des PME, et particulièrement en Bretagne

 

A côté de la formation, une autre urgence concerne le développement et l’innovation, qu’il faut encourager. Nous le faisons, et c’est notre force. Mais il y a une difficulté, qui tient un peu de la lutte entre glaive et le bouclier. L’enjeu est d’un côté de savoir détecter les attaques qui visent les systèmes d’information, et de l’autre côté, de rester en capacité de fournir le système le plus robuste possible, cela au meilleur rapport coût-efficacité. Cet équilibre n’est pas simple à trouver. Dans ce domaine de l’innovation, deux acteurs se distinguent au profit de la cyberdéfense, et je veux les saluer : les opérateurs, ou systémiers, qui sont les seuls à maîtriser de bout en bout la complexité croissante de la mise en œuvre des réseaux et des grands systèmes, mais également les PME, nombreuses dans notre région, qui constituent ensemble un creuset sans pareil de l’innovation technologique.

 

Dans ce domaine également, la Bretagne est appelée à jouer un rôle important. Le 7 septembre dernier, j’ai signé avec Pierrick Massiot un partenariat de développement des activités de recherche duale, qui va tout à fait dans ce sens. Cette convention favorise le développement des PME. Elle permet le cofinancement et l’accompagnement, par la DGA et la région Bretagne, de projets innovants proposés par des industriels. L’expertise de la Bretagne en matière de cyberdéfense se distingue par son excellence ; elle doit le demeurer. Comme je l’avais annoncé en septembre 2012, deux cents emplois vont être créés au sein de DGA Maîtrise de l’Information, au profit du centre d’expertise technique pour la cyberdéfense du ministère de la défense. En 2017, nous aurons ainsi 400 experts de très haut niveau couvrant l’ensemble des domaines d’expertises technique de la cybersécurité : cryptologie, microélectronique, architecture d’équipements de sécurité et de systèmes, analyse de composants logiciels et matériels…

 

V) Conclusion

 

 Mesdames et Messieurs,

 

Le cyberespace, dont nous ne faisons encore qu’effleurer les aspects les plus déstabilisants, est de toute évidence l’une des clés de notre défense et de notre souveraineté. Avec le Livre blanc de 2013, nous venons de poser la pierre d’angle de l’ambition nationale en matière de cyberdéfense. Pour présenter cette ambition, je tenais à m’exprimer devant vous, car je sais l’excellence que la Bretagne représente déjà dans ce domaine et, en même temps, tout le potentiel qui est encore le sien.

 

En ouvrant cette journée, je forme donc le vœu qu’elle soit fructueuse pour vous tous, et qu’à travers elle, vous fassiez vôtre l’ambition que je tenais à partager avec vous ce matin.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 11:50
L'Otan va se doter d'une force de réaction rapide contre les cyberattaques.

L'Otan va se doter d'une force de réaction rapide contre les cyberattaques.

04/06/1301net (AFP)

 

Alors que l’administration et les médias américains font de plus en plus état de cyberattaques et de cyberespionnage, l’Otan a annoncé se doter d’une cyberforce d’intervention rapide…

 

Les ministres de la Défense de l'Otan ont approuvé aujourd’hui, mardi 4 juin, la création d'une force d'action rapide destinée à protéger les réseaux informatiques de l'Alliance atlantique en cas de cyber-attaques.

 

Un problème sérieux

« Nous avons conclu un accord pour créer des équipes de réaction rapide pour protéger les systèmes informatiques de l'Otan », a déclaré son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, devant la presse. Les 28 ministres ont pris cette décision au cours de la première réunion ministérielle consacrée à la cyberdéfense au sein de l'Alliance. « C'est un problème sérieux que nous prenons avec sérieux » car « il peut avoir des conséquences dévastatrices », a ajouté M. Rasmussen. Il a précisé que le système de défense de l'Otan contre les attaques cybernétiques serait « pleinement opérationnel d'ici à l'automne ».

L’OTAN, cible de premier choix

En 2012, le réseau de l'Alliance a été confronté à « plus de 2 500 cas d'activité cyber anormale ou de tentatives d'intrusion », soit « une toutes les trois heures, jour et nuit, chaque jour de l'année », a-t-il indiqué. La protection de l'Otan « est une première phase. Une deuxième sera d'examiner comment l'Alliance peut répondre aux demandes d'Alliés faisant face à des cyber-attaques », a ajouté M. Rasmussen. « Une attaque contre un allié peut nous affecter tous si elle n'est pas combattue rapidement », selon lui. « Ce débat est difficile car les pays ne partagent pas les mêmes objectifs. Certains considèrent la cyberdéfense avant tout comme une compétence nationale », a indiqué un diplomate européen. « Nous allons avancer à petits pas », a-t-il ajouté, en soulignant que la force de réaction rapide comprendrait au début deux équipes de trois personnes.
 

Le moteur américain

La nécessité de mieux se préparer aux attaques informatiques a été mise en avant par le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, présent pour la première fois à une réunion de l'Otan. Il a exprimé sa préoccupation après les récentes révélations de l'infiltration informatique et du vol de données relatives à de nombreux systèmes d'armes américains par des pirates chinois. L'Otan a créé en 2008 un Centre de recherche et de formation à la cyberdéfense (CCDCOE) à Tallinn, en Estonie, auquel la France vient de décider de participer.

A lire aussi :
Cybersécurité : des réunions Chine-Etats-Unis instituées dès juillet 2013 – 03/06/2013
Obama renforce par décret la cybersécurité des Etats-Unis - 13/02/2013
Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 17:55
La cyberdéfense passe à l'attaque et s'élève au rang de priorité nationale

03.06.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

" La cyberdéfense est une nouvelle donne stratégique " et " une priorité nationale ", a affirmé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lundi 3 juin à l'occasion du quarantième anniversaire de l'Ecole supérieure d'application des transmissions (ESAT), au quartier Marien-Leschi à Cesson-Sévigné dans la banlieue est de Rennes.

Le cyberespace est un nouvel espace de lutte au même titre que les milieux terrestre, aérien et maritime. La France développe donc aussi des capacités d'attaques informatiques..

Dans son discours d'ouverture d'un colloque cyberdéfense pour le 40e anniversaire de l'école de transmissions de Rennes, Jean-Yves Le Drian a mis en forme " la nouvelle donne stratégique " portée "au rang de priorité nationale " par le dernier Livre blanc de la défense et de la sécurité. L'enjeu est clair : " Un effort considérable est nécessaire afin de sécuriser les systèmes d'importance vitale de la nation. "

C'est aussi pour cela que les services de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des sytèmes d'information) et de la chaîne militaire cyber seront réunis dans les mêmes locaux cet été.

Les vulnérabilités nouvelles apparaissent et " pourraient engendrer des dysfonctionnements, voire une paralysie de l'Etat ou de secteurs d'importance vitale pour la Nation ". Tout s'accélère, le Centre d'analyse de lutte informatique défensive (CALID) du ministère de la Défense a traité 196 attaques en 2011 et 420 en 2012. Le virus Stuxnet en Iran ou les attaques à l'été 2012 contre Aramco, la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures, prouvent cette urgence.

Le cyberespace permet aussi à des groupes politiques, idéologiques ou mafieux " d'affronter un Etat à distance ".

L'Union européenne est en train d'établir une stratégie en la matière. Le Conseil européen en décembre, consacré aux questions de défense, " devra approfondir cette ambition ". La complémentarité avec l'OTAN est à étudier. A l'automne 2012, la France a adhéré au Centre d'excellence de cyberdéfense de Tallinn (CCDCOE) et y détachera un personnel du ministère de la Défense cet été.

La doctrine française, émanant du Livre blanc 2013, se précise pour " identifier l'origine des attaques, évaluer les capacités offensives des adversaires potentiels et l'architecture de leurs systèmes et pouvoir ainsi les contrer ".

 

" Le concept de cyberattaque ne nous est plus étranger "

Tout part d'une protection " robuste et résiliente " des systèmes d'information de l'Etat, des opérateurs vitaux et des industries stratégiques. Mais selon le ministre, cela n'interdit pas " l'emploi gradué de moyens relevant du ministère de la Défense si les intérêts stratégiques nationaux sont menacés ".

" Nous allons mettre en œuvre, au sein de la doctrine nationale, la capacité informatique offensive, associée à la capacité de renseignements, prolonge le ministre. C'est la première fois que je dis cela aussi clairement : la capacité offensive enrichit la palette des options qui sont à la disposition de l'Etat. Le concept de cyberattaque ne nous est plus étranger. " Il est même en cours depuis un certain temps comme nous le laissait entendre, l'officier général à la cyberdéfense, le contre-amiral Arnaud Coustillière, en janvier à Lille lors du forum sur la cybersécurité...

Elle comprendra " différents stades, plus ou moins réversibles, plus ou moins discrets mais toujours proportionnés à l'ampleur et la gravité de la situation ".

Le nouveau modèle d'armée comprend " des capacités de cyberdéfense militaire en relation étroite, d'abord avec le domaine du renseignement ". " Pour connaître et anticiper la menace. " Le ministre explique que des attaques " ont explicitement visé la neutralisation de systèmes critiques, même non connectés à Internet ". Un enjeu majeur des armées est donc la protection des systèmes d'armes et de leurs opérateurs.

Le ministère de la Défense va renforcer les moyens humains consacrés à la cyberdéfense avec 350 personnes supplémentaires d'ici 2019. La souveraineté nationale dépend désormais aussi de la capacité à " produire en toute autonomie ses dispositifs de sécurité, notamment en matière de cryptologie et de détection d'attaque ".

 

Une quatrième dimension et une nouvelle doctrine

Le contre-amiral Arnaud Coustillière n'hésite pas à présenter " le cyberespace comme un nouvel espace de lutte ", équivalent aux milieux terrestre, aérien et maritime. Une quatrième dimension qui a amené la chaîne de commandement opérationnel cyber à intégrer le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) depuis 2011.

" Car il ne s'agit pas de greffer un nouveau service qui serait autonome mais au contraire, d'irriguer, sous un commandement unifié, l'ensemble des actions menées. " Une nouvelle doctrine militaire, 18 mois après la précédente, est en préparation.

L'industrie de défense, du géant à la PME innovante, est intégrée à cette urgence. La Recherche et la Développement suivent le même chemin (les crédits des études passent de 10 à 30 millions d'euros, encouragement de la recherche académique, cofinancement de thèses de doctorat). La réserve citoyenne et opérationnelle aura, dans ce domaine précis, un rôle crucial, comme la formation. Un pôle d'excellence de cyberdéfense est en cours d'élaboration en Bretagne. Avec les grands industriels, la DGA, les armées, les écoles d'ingénieurs et les universités, autour des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. On revient à l'Ecole des transmissions de Cesson-Sévigné qui sera chargée de la formation...

" Le cyberespace est de toute évidence l'une des clés de notre défense et de notre souveraineté ", martèle le ministre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories