Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 00:30
Les Etats-Unis entrent dans la bataille de Tikrit

 

26.03.2015 Romandie.com (ats)

 

Les forces irakiennes, aidées par les Etats-Unis, sont reparties jeudi à l'assaut de la ville de Tikrit pour déloger les djihadistes du groupe Etat islamique. Washington a mené depuis mercredi 17 raids aériens sur cette ville située à 160 km au nord de Bagdad.

Les forces aériennes américaines n'étaient pas encore intervenues directement à Tikrit. La France a également effectué un raid, ont indiqué jeudi les commandements militaires des deux pays.

Les Etats-Unis ont longtemps exprimé leurs réticences à intervenir, en raison notamment du soutien actif de l'Iran aux milices chiites engagées dans la bataille. Mais la donne a changé mercredi lorsque le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a réclamé des frappes.

 

Offensive terrestre relancée

Fortes de ce soutien aérien, les forces irakiennes ont relancé jeudi leur offensive terrestre, suspendue la semaine dernière en raison des nombreux engins explosifs disséminés par l'EI retranché à Tikrit.

Mais la bataille au sol engagée le 2 mars et présentée comme la plus massive depuis que l'EI s'est emparé l'an dernier de vastes pans de territoire en Irak, se fera désormais sans les milices chiites, selon Lloyd Austin, commandant des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom).

Ces dernières, à qui Téhéran a notamment fourni de l'artillerie et des conseillers, "se sont retirées" de la zone de Tikrit et la bataille est maintenant menée par environ 4000 membres des forces spéciales et de la police irakienne, a précisé le général Austin.

Il était cependant impossible de confirmer jeudi si ce retrait était effectif sur le terrain.

 

"Aller de l'avant"

"Le gouvernement irakien devait être en charge de l'opération" pour que la coalition intervienne, c'était une "pré-condition", a encore expliqué le général lors d'une audition au Sénat américain. Ces propos faisaient écho à ceux d'un responsable américain qui avait indiqué que Barack Obama avait conditionné les frappes américaines à un rôle plus important des forces gouvernementales à Tikrit.

Le chef du Centcom a en outre dénoncé la "mauvaise approche" adoptée jusqu'alors à Tikrit. Il a aussi affirmé que la nouvelle configuration des combats permettrait d'"aller de l'avant".

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 15:20
Le commandement des Marines américains appelle à la vigilance après des menaces de l'EI

 

22 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Le commandement des Marines américains a appelé dimanche ses personnels à la vigilance après la publication d'une liste de 100 militaires américains à abattre par un groupe se réclamant de l'Etat islamique (EI).

 

La vigilance et la protection de la force restent une priorité pour les commandants et leurs personnels, a déclaré dans un communiqué le lieutenant-colonel John Waldwell, du corps des Marines. Il est recommandé aux Marines et membres de leurs familles de vérifier leurs profils en ligne afin de (...) limiter l'accès aux informations personnelles, a-t-il ajouté.

 

Cet avertissement fait suite à la publication sur internet d'un appel au meurtre de 100 militaires américains, comprenant leurs noms et adresses supposés ainsi que des photos, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

 

Le groupe à l'origine de cette publication se présente comme la Division des hackers de l'Etat islamique et affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement.

 

Selon le groupe, les 100 militaires ciblés ont participé à la guerre contre l'EI en Syrie, en Irak et au Yémen.

 

Interrogés par le New York Times, le département américain de la Défense et le FBI ont dit être informés de ces menaces et avoir ouvert une enquête.

 

Toutefois, selon une source militaire citée par le journal, la plupart des informations publiées pouvaient être accessibles au public et les serveurs du gouvernement ne semblent pas avoir été piratés.

 

Par ailleurs, certains des personnels qui figurent sur la liste publiée n'ont pas été impliqués dans les frappes aériennes menées contre l'EI par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, ont indiqué des responsables au journal.

 

Ces derniers mois, plusieurs médias et institutions américaines ont été piratés par des hackers se réclamant de l'EI. En janvier, ils avaient ainsi brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), une intrusion embarrassante pour l'armée américaine en pleine guerre contre l'EI en Syrie et Irak.

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:20
Le CENTCOM veut déployer davantage de civils de la Défense en opex

Bob Perry (Civilian Expeditionary Workforce) and Capt. Christian Thompson assess the damage done to a high voltage electrical line while deployed in support of Operation Iraqi Freedom in July 2007.

 

05.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Le Centcom (Central Command) recherche des volontaires parmi les civils du DoD pour aller en Afghanistan, en Irak, au Koweït et au Qatar et pourvoir des postes "critiques" dans des bases des forces américaines ou otaniennes.

La liste des domaines est variée (santé, sécurité, administration, maintenance, logistique, comptabilité...) et longue, comme le précise un récent communiqué de presse: "Safety and occupational health management; fire protection and prevention; recreation specialist; equal employment opportunity; miscellaneous administration and program; miscellaneous clerk and assistant; program management; logistics management; accounting; auditing; general engineering; engineering technical; construction control technical; civil engineering; survey technical; environmental engineering; mechanical engineering; electrical engineering; general attorney; procurement clerical and technician; production control; housing management; operations research; facility operations services; general inspection; investigation, enforcement and compliance; general supply; transportation operations; carpentry; maintenance mechanic; and engineering equipment operating."

 

Des avantages? Une prime de 35% (après 42 jours de déploiement cependant), des primes de risques (35% aussi), des heures supplémentaires (10% de nuit, 25% le dimanche)... Exemple: pour un salaire CONUS (Continental US) de 4 704,80$, le salaire OCONUS (Outside continental US) serait de 11 197,08$, ainsi que le montrent les données publiées sur le site Civilian Deployment Experience (à consulter ici). Globalement, le taux horaire passe de 40,58$ à 78,76$.

Serait-ce une façon de moins compter sur les contractors du privé? En opex (contingency operation), les salaires des civils américains se valent; ce qui est plus cher, c'est ce que facture l'entreprise à son client fédéral.

Ou bien serait-ce un moyen de réduire les coupes dans les effectifs civils du DoD?

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 19:20
Un groupe se réclamant de l'Etat islamique pirate le compte Twitter du commandement central de l'armée américaine

 

12/01/2015 Par LeFigaro.fr avec Agences

 

Un groupe se revendiquant de l'Etat islamique a piraté les comptes Twitter et Youtube du commandement central américain, aujourd'hui en fin de journée. Le CentCom et le Pentagone ont confirmé le piratage et ont suspendu ces deux comptes.

 

"Au nom de Dieu, le très bienveillant, le très miséricordieux, le Cyber Califat continue son cyberdjihad", pouvait-on encore lire il y a quelques minutes sur le compte Twitter du CentCom. Un autre message publié sur le réseau social indiquait que "L'EI est déjà là, nous sommes dans vos PC, dans chaque base militaire américaine".

 

Une liste de noms de généraux de l'armée américaine et des informations militaires concernant la Chine et la Corée du Nord ont été publiées.


 

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:30
Nov. 28: Military Airstrikes Continue Against ISIL in Syria and Iraq

 

November 28, 2014 U.S. Central Command News Release # 20141119

 

Tampa, Fla. - U.S. military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria Nov. 26-28 using bomber and remotely-piloted aircraft to conduct two airstrikes. Separately, U.S. and partner nation military forces conducted thirteen airstrikes in Iraq Nov. 26-28 using fighter, attack, and remotely-piloted aircraft against ISIL terrorists.

 

In Syria, an airstrike near Kobani struck an ISIL fighting position and an ISIL staging area. Near Aleppo, an airstrike struck a tactical ISIL unit.

 

In Iraq, five airstrikes near Kirkuk destroyed five ISIL bunkers, four ISIL vehicles, a bulldozer and an ISIL fighting position and also struck a large ISIL unit and four tactical ISIL units. Near Mosul, two airstrikes destroyed five ISIL vehicles and a heavy weapon, and also struck two ISIL units. Near Ramadi, an airstrike struck a tactical ISIL unit. Near Ar Rutbah, an airstrike destroyed seven ISIL vehicles. Near Fallujah, an airstrike struck a tactical ISIL unit. Near Al Qaim, two airstrikes destroyed a fighting position and an armored vehicle. An airstrike in Bayji struck an ISIL tactical unit, an ISIL vehicle and an ISIL occupied building.

 

All aircraft returned to base safely. Airstrike assessments are based on initial reports.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the terrorist group ISIL and the threat they pose to Iraq, the region and the wider international community. The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the terrorist group's ability to project power and conduct operations. Coalition nations conducting airstrikes in Iraq include the U.S., Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Netherlands and the United Kingdom. Coalition Nations conducting airstrikes in Syria include the U.S., Bahrain, Jordan, Saudi Arabia, and the United Arab Emirates.

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:30
Un CF-18 en vol au-dessus de l'Irak, le 30 octobre 2014. (U.S. Air Force/Staff Sgt. Perry Aston)

Un CF-18 en vol au-dessus de l'Irak, le 30 octobre 2014. (U.S. Air Force/Staff Sgt. Perry Aston)

 

2 novembre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le ministre canadien de la Défense annonce que le Canada a effectué aujourd’hui, dimanche 2 novembre, ses premières frappes en Irak dans la région de Falloujah.

 

Le Canada a déployé six avions de combat CF-18, des aéronefs Polaris C-150 et deux avions de surveillance de type CP-140 Aurora et quelque 600 employés canadiens sont impliqués dans la mission de combat en Irak.

Le premier ministre Stephen Harper a engagé le pays pour une mission de six mois, en vertu d’une motion qu’il a fait voter le 7 octobre par le Parlement, affirmant qu’il était nécessaire de freiner l’avancée du groupe armé État islamique jusqu’à ce que les forces irakiennes soient en mesure de se défendre et d’ici à ce qu’une solution politique soit trouvée.

Basés au Koweït, les CF-18, les Polaris et Aurora avaient déjà fait leur premier vol opérationnel jeudi et même un deuxième vol vendredi, mais les CF-18 n’avaient cependant pas encore largué de bombes en raison du mauvais temps, leurs bombes à guidage laser étant alors gênés par les nuages.

Mais, maintenant, ça y est!

«Aujourd’hui, les CF-18 canadiens ont complété leurs premières frappes aériennes, après avoir joint le combat contre ISIL [ le groupe l'État islamique, ndlr] le 30 octobre. En coordination avec les autres participants de la coalition, deux CF-18 ont attaqué des cibles de l’ISIL dans la région de Fallujah en Iraq, en utilisant des bombes guidées au laser GBU12 de 500 livres chacune. La mission d’environ quatre heures a également compris un ravitaillement en vol grâce aux aéronefs canadiens de type Polaris. Tous les aéronefs sont retournés à leur base sans incidents», a déclaré le ministre.

Au sud-est de de Falloujah, les avions de la coalition ont ainsi frappé une petite unité du groupe djihadiste. Puis, tous les avions ont ensuite quitté les zones de frappes en toute sécurité, a indiqué pour sa part le CENTCOM, le commandement militaire américain responsable des opérations.

«L’analyse des dommages causés est en cours. De plus ample information sera fournie lors d’une séance d’information le 4 novembre 2014», a ajouté également le ministre Nicholson.

«Les frappes aériennes d’aujourd’hui démontrent notre détermination à faire face à la menace terroriste et à appuyer nos alliés contre les atrocités perpétrées par l’ISIL à l’égard des femmes, enfants et hommes innocents. Je remercie nos hommes et nos femmes en uniforme pour leur travail sur cette importante mission.», a souligné le ministre canadien.

Préfigurant ces frappes, le lieutenant-général Yvan Blondin, commandant de l’Aviation royale canadienne, quelques heures après les funérailles d’un militaire canadien tué par un partisan du djihad, avait écrit non sans ironie sur son compte Twitter: «Dear ISIL, Thinking of you. Some of my colleagues are in your area. Hopefully, they’ll have a chance to drop by».

Les forces militaires de la coalition ont aussi mené un raid aérien près de Baiji qui a frappé une petite unité du groupe djihadiste.

Par ailleurs, les forces militaires américaines ont continué pour leur part à attaquer les terroristes du groupe l’État islamique également en Syrie samedi et aujourd’hui en utilisant des avions de chasse et des bombardiers pour effectuer sept frappes aériennes.

En Syrie, cinq frappes aériennes menées près de Kobani ont frappé cinq petites unités du groupe djihadiste et détruit trois de ses véhicules. Au sud-est de Dayr Az Zawr, en Syrie, deux frappes aériennes ont détruit un réservoir de l’EI et deux abris de véhicules.

Les pays de la coalition qui effectuent des frappes aériennes en Irak comprennent, outre le Canada et les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Australie, la Belgique, le Danemark et les Pays-Bas. Ceux qui, avec les les États-Unis, effectuent des frappes en Syrie sont l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et Bahreïn.

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:30
Syrie: en assiégeant Kobané, les jihadistes davantage exposés aux frappes

 

10 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les avions de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis ont continué jeudi à pilonner le groupe Etat islamique (EI) près de la ville kurde syrienne de Kobané (nord), assiégée par les jihadistes qui se sont ainsi davantage exposés aux frappes.

 

Les Etats-Unis ont mené neuf frappes aériennes supplémentaires près de Kobané jeudi, qui s'ajoutent aux cinq raids annoncées plus tôt dans la journée, a précisé le commandement américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (Centcom) dans un communiqué.

 

Les frappes près de cette ville frontalière de la Turquie se sont particulièrement intensifiées depuis mardi, pour atteindre un total de 47 raids depuis le 27 septembre.

 

Nous frappons quand nous les voyons, a expliqué un responsable militaire sous couvert de l'anonymat. Et les occasions (de frappes aériennes) se présentent d'elles-mêmes à Kobané actuellement, selon lui.

 

Pour autant les avions de la coalition ne bénéficient d'aucun contrôleur au sol qui pourrait guider les bombardements ou décider de les accroître, ont précisé ces responsables.

 

Certains experts avaient suggéré que l'armée américaine avait déployé davantage d'avions de surveillance dans la zone pour déterminer des cibles potentielles.

 

Il n'y a pas de changement dans la stratégie mais le groupe EI a exposé ses soldats quand il s'est lancé au nord vers Kobané, fournissant des cibles solides, a expliqué un autre haut-responsable militaire, s'exprimant aussi sous couvert de l'anonymat.

 

Les militaires américains sont certes conscients de la situation humanitaire urgente dans laquelle se trouvent les Kurdes à Kobané, mais ils ne considèrent pas pour autant cette ville comme stratégique, a précisé un responsable.

 

Nous n'allons pas nous laisser entraîner dans une stratégie +ville par ville+, a-t-il expliqué.

 

La priorité pour les généraux américains est de vaincre le groupe EI d'abord en Irak, où il est possible de travailler davantage avec des forces locales en capacité de se battre, selon lui.

 

En Syrie, l'objectif est de simplement couper les lignes d'approvisionnement et de désorganiser les sanctuaires des jihadistes, étant donné qu'il n'y a pas au sol de force rebelle modérée viable, en état de lancer une offensive.

 

Jeudi, les Etats-Unis ont lancé six frappes au sud de Kobané, qui ont détruit deux bâtiments, un char, et une mitrailleuse lourde, et touché des unités de l'EI. Trois autres frappes au nord de Kobané ont touché deux unités du groupe EI et détruit deux bâtiments.

 

Plus tôt jeudi, le Centcom avait assuré que les combattants kurdes continuaient à contrôler la majeure partie de Kobané et que cinq frappes avaient été menées contre différents éléments de l'EI au sud de la ville.

 

Le Centcom ne précise pas combien de combattants ont été tués ou blessés dans ces attaques.

 

Les Etats-Unis et plusieurs alliés arabes mènent depuis le 23 septembre des frappes en Syrie, dont une partie du territoire est contrôlée par l'EI qui y a établi son quartier général.

 

Les Américains ont commencé à bombarder le groupe EI le 8 août en Irak et ont été depuis rejoints par la France, le Royaume-uni et l'Australie notamment.

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 04:30
Daesh: les USA vont dépêcher une équipe militaire en Turquie

 

10.10.2014 Romandie.com (ats)

 

Les Etats-Unis vont envoyer une équipe militaire à Ankara la semaine prochaine pour des discussions avec des responsables militaires de la Turquie, qui rechigne à lutter contre l'Etat islamique (EI), a annoncé jeudi le département d'Etat. Sur le terrain, la coalition poursuit ses frappes.

Les Etats-Unis ont mené jeudi neuf raids aériens supplémentaires près de la ville syrienne kurde de Kobané, assiégée par les jihadistes. Ces bombardements s'ajoutent aux cinq raids annoncés plus tôt dans la journée. Depuis le 27 septembre, 47 frappes y ont été menées, a précisé le commandement américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (Centcom).

"Nous frappons quand nous les voyons", a expliqué un responsable militaire sous couvert de l'anonymat. Et "les occasions (de frappes aériennes) se présentent d'elles-mêmes à Kobané actuellement", selon lui.

 

Kobané, pas stratégique

Les militaires américains sont conscients de la situation humanitaire urgente dans laquelle se trouvent les Kurdes à Kobané, mais ils ne considèrent pas pour autant cette ville comme stratégique, a précisé un responsable.

La priorité pour les généraux américains est de vaincre le groupe EI d'abord en Irak, où il est possible de travailler davantage avec des forces locales en capacité de se battre, selon lui.

En Syrie, l'objectif est de simplement couper les lignes d'approvisionnement et de désorganiser les sanctuaires des jihadistes, étant donné qu'il n'y a pas au sol de force rebelle modérée viable, en état de lancer une offensive.

 

Etats-Unis frustrés

Sur le plan diplomatique, deux envoyés spéciaux américains ont parlé jeudi avec des responsables turcs de "mesures urgentes et rapides" à prendre conjointement avec la Turquie pour enrayer l'avancée de l'organisation EI.

Ils ont précisé qu'une "équipe militaire conjointe (américano-turque) allait se rendre à Ankara au début de la semaine prochaine pour assurer le suivi de ces discussions" au niveau militaire, a précisé la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, dans un communiqué.

Washington a exprimé ces derniers jours sa frustration devant les réticences de son allié turc à s'engager militairement en Syrie contre l'EI qui menace sa frontière dans la ville de Kobané.

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 15:30
UAE Mirage 2000

UAE Mirage 2000

 

08 octobre 2014 15h21 Romandie.com (AFP)

 

Washington - La coalition internationale contre le groupe Etat islamique a mené mardi et mercredi six frappes près de la ville syrienne de Kobané, assiégée par les jihadistes, a indiqué l'armée américaine dans un communiqué.

 

Au total, neuf frappes aériennes ont été menées par les Etats-Unis et leurs alliés sur le territoire syrien, dont six à proximité de cette ville kurde implantée sur la frontière avec la Turquie, a expliqué le Centre de commandement américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (Centcom).

 

Quatre frappes au sud de la ville ont permis de détruire un véhicule blindé de transport de troupes, ainsi que trois véhicules blindés --un quatrième a été endommagé-- et une pièce d'artillerie.

 

Une cinquième frappe menée dans le sud-ouest de Kobané a détruit un véhicule armé et la sixième, qui a atteint la partie sud de la ville, a détruit une pièce d'artillerie.

 

Par ailleurs, deux frappes de la coalition ont également visé avec succès un camp d'entraînement encore en activité, atteignant également des jihadistes qui se trouvaient sur place, a indiqué Centcom sans autre précision.

 

Les bombardiers, avions de chasse et drones qui sont intervenus au-dessus de la Syrie au cours des deux jours ont également tiré au nord-ouest de Deir Ezzor (est du pays), détruisant un char.

 

Les Emirats arabes unis ont participé à ces opérations aux côtés des Etats-Unis.

 

En Irak, les Etats-Unis et leurs alliés ont opéré cinq frappes contre l'EI, détruisant un poste de contrôle et un véhicule blindé près de Falloujah.

 

A Ramadi, une frappe a détruit trois bâtiments tenus par les jihadistes et en a endommagé deux autres, a détruit deux pièces d'artillerie anti-aérienne et tué des combattants. Une autre a détruit un poste de contrôle.

 

Enfin, près des montagnes du Sinjar, la coalition a détruit un véhicule blindé tandis qu'une frappe, qui visait un autre véhicule blindé, a échoué.

 

Outre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont également intervenus en Irak.

 

Les frappes ont commencé en Irak le 8 août, et en Syrie le 23 septembre.

Repost 0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 13:30
Repost 0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:30
Les abords de Bagdad touchés par une frappe américaine

Les États-Unis ont lancé leur campagne de frappe aérienne contre l'État islamique en Irak au mois d'août. - photo US Navy

 

16/09/2014 Le Point.fr

 

Dans leur lutte contre l'État islamique en Irak, les États-Unis ont pour la première fois frappé une position djihadiste près de la capitale.

 

Un mois après avoir lancé leur campagne aérienne contre l'État islamique en Irak, les forces américaines ont pour la première fois mené une frappe aérienne contre une position djihadiste près de Bagdad. Cette frappe aérienne a eu lieu lundi au sud-ouest de la capitale irakienne, selon le Centcom, le commandement de l'armée américaine chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale, qui a précisé qu'elle avait vocation à soutenir l'armée irakienne "dans son offensive contre les terroristes de l'État islamique". De cette position djihadiste visée par le bombardement américain "partaient des tirs vers les soldats irakiens", a expliqué l'armée américaine. Une autre frappe a eu lieu au nord de l'Irak, près de Sinjar, et a détruit six véhicules de l'EI, a encore indiqué le Centcom ajoutant que ces deux raids ont eu lieu "au cours des dernières 24 heures". Depuis le 8 août, les forces américaines ont conduit un total de 162 raids aériens contre les extrémistes ultra-radicaux sunnites dans le nord de l'Irak.

 

Suite de l’article

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories