Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:20
Remplacement des Sea King, plus de fanfare que de progrès

Un Cyclone CH-148, à Shearwater. Le programme de des Cyclones, lancé en 2004, après bien des retards, n’est toujours pas achevé. (Archives/Sikorsky)

 

1 octobre 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Seulement quatre des 26 hélicoptères CH-124 Sea King, tous âgés de plus d’un demi-siècle, seront retirés du service d’ici la fin du mois de mars, même si le gouvernement conservateur avait annoncé pour bientôt le retrait de toute la flotte de ces vieux appareils et leur remplacement par le Cyclone CH-148 de Sikorsky en juin dernier.

 

Après bien des retards dans la livraison des hélicoptères maritimes CH-148 Cyclone destinés à remplacer les vénérables Sea King « les Forces armées canadiennes ont enfin franchi une étape importante » concernant l’opération d’une nouvelle flotte d’hélicoptères maritimes avec l’acceptation officielle aujourd’hui de six CH-148 Cyclones, avait alors annoncé en grande pompe, avec cérémonie et tout, le ministère de la Défense nationale.

Bien que la flotte des Sea Kings continuera ses opérations jusqu’en 2018 pour permettre la transition vers la flotte des Cyclones, deux premiers Sea Kings seront donc enfin mis hors service cette année, annonçait la Défense nationale, précisant que les capacités de l’aéronef continueront d’être améliorées par les livraisons futures et que la flotte des CH-148 Cyclone prendra entièrement la relève des Sea King en 2018.

Mais, selon ce que rapporte la Presse Canadienne, sur la foi de des documents obtenus en vertu de la Loi sur l’accès à l’information et diverses sources, la transition des Sea King aux Cyclones ne se passerait pas aussi bien et aussi rapidement que l’avait annoncé le gouvernement en juin.

Même si le Canada avait prévu 575.000 $ (dont la moitié aurait déjà été dépensé) afin d’assurer la meilleure transition possible pour les pilotes et membres d’équipage qui devront dorénavant voler sur les nouveaux CH-148 Cyclones, le remplacement des Sea King ne progresse pas très rapidement.

Il y a 26 Sea King en activité et, d’écrire le journaliste chevronné Murray Brewster, Ottawa n’a pu que confirmer que quatre appareils CH-124 seulement seront mis hors service d’ici le 31 mars 2016. Quatre sur 26 d’ici 2016 alors que l’échéance pour le remplacement de toute la flotte est prévu pour 2018!

En outre, souligne le journaliste spécialisé en matière de défense, les Cyclones, dans leur état de livraison, sont limités à la formation des équipages, la recherche et sauvetage et la surveillance au sol des missions, pas question d’engagement militaires majeurs. Uniquement mises à niveau logicielles envisagées après 2018 doivent permettre des opérations dans toutes les conditions météorologiques en mer, y compris le combat et la guerre anti-sous-marine.

Il se passera également un an avant que les Cyclones puissent participer à des exercices d’entraînement et des opérations et, même après 2018, le nombre de Cyclone CH-148 que les Forces canadiennes pourront déployer restera limité.

La « saga » du remplacement des Sea King serait donc loin d’être complètement terminée et peut-être devrait-on se préparer à une mauvaise nouvelle, comme plus de retard dans le programme de remplacement de nos vénérables hélicoptères, quelque part après les élections d’octobre. Entre temps, on aura au moins eu droit à une belle cérémonie.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 16:20
Canada accepts first six Sikorsky CH-148 Cyclones

 

19 Jun 2015 By: James Drew - FG

 

Washington DC - The Royal Canadian Air Force has accepted delivery of its first six Sikorsky CH-148 Cyclone maritime patrol helicopters, marking a major step forward for the Sea King replacement programme that has a “torturous history”.

 

Two more helicopters are due to arrive at the Shearwater operating base in Nova Scotia this December, and the full tranche of 28 Cyclones will be in place by 2021, Canadian defence minister Jason Kenney said at a ceremony 19 June.

 

The first six choppers arrive amid a hurricane of displeasure in Canada over the handling of the various Sea King replacement efforts, the latest of which – the Cyclone programme – started in 2004 but was beset by technical issues, delays, cost growth and contract revisions.

 

In fact, an earlier Sea King replacement was aborted in 1993, at a cost to Canada of about $500 million. The total value of the Cyclone acquisition is $7.6 billion, including $1.9 billion for development and production of 28 helicopters and $5.7 over 20 years for in-service contractor support.

 

The twin-engine, medium-lift Cyclone is derived from Sikorsky’s civil S-92 and is designed for shipboard maritime surveillance and rescue operations on Canada's east and west coasts.

 

It will replace 27 long-serving Sikorsky CH-124 Sea Kings that have been in constant operation since 1963 and are the oldest aircraft in the RCAF inventory.

 

Public works and government services minister Diane Finley says it gives her great pleasure to finally put the Sea King “workhorse” out to pasture.

 

“I’m not one to mince words. The Cyclone has been a complex procurement – one that has seen its share of challenges,” she explains. “In fact, this procurement has had a torturous history.”

 

The Block I Cyclones were delivered in time to meet a revised schedule that was put in pace in January 2014. The fleet will be fully operational by 2018.

 

The ministers have confidence that the six aircraft are ready to deploy from a Halifax-class frigate at the next opportunity. Enough pilots, aircrews and maintainers have been trained to meet early operational objectives.

 

Over the past few months, the fleet has conducted 60 test missions consisting of about 300 takeoffs and landings from HMCS Halifax.

 

Despite reports to the contrary, the defence minister says the helicopters do meet the operational requirements of an amended contract with Sikorsky and are ready for operational use. “They’re ready for full utilization now,” he says.

 

The Sikorsky-led cyclone team includes General Dynamics Canada and L-3. The helicopters are checked out at Sikorsky’s facility in West Palm Beach, Florida.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:20
Un Cyclone CH-148, à Shearwater (Archives -Sikorsky)

Un Cyclone CH-148, à Shearwater (Archives -Sikorsky)

 

12 mai 2015 par Benoît Maraval – 45eNord.ca

 

Le premier hélicoptère maritime CH-148 Cyclone doit être livré officiellement aux forces armées en juin 2015, vient d’annoncer le ministre de la Défense nationale, Jason Kenney.

 

S’exprimant à l’hôtel de ville d’Ottawa mardi 12 mai 2015, le ministre s’est félicité de cette première livraison dans le cadre d’un programme d’acquisition qui, de l’aveu même du ministre, aura nécessité plusieurs décennies de travaux, ponctuées par divers retards, annulations et circonvolutions politiques. Le chiffre de «45 ans» avancé par le ministre sous forme de boutade lors de son allocution n’est pourtant pas si loin de la réalité dans la mesure où on peut raisonnablement situer la genèse du programme au début des années 80, une époque où les CH-124 SeaKing célébraient déjà 20 ans de mise en service.

 

Un processus long et coûteux

Au sein de la communauté intéressée par les questions de défense au Canada, si les avis divergent souvent sur certains processus d’acquisition (F-35 notamment), experts et observateurs s’accordent volontiers pour considérer le programme des hélicoptère maritimes comme le parfait exemple à ne pas suivre: première annulation pure et simple du programme en 1993 accompagnée d’atermoiements successifs de 10 ans – notamment dus aux 500 millions $ de pénalités d’annulation – avant qu’un premier accord ne soit conclu avec Sikorsky  en 2004 sous la forme de deux contrats (acquisition d’une part, maintenance d’autre part) pour un montant total de 5 milliards $.

S’ensuivirent des retards non seulement dans la livraison de la version finale des Cyclone – prévue initialement en 2008 – mais également dans celle d’appareils provisoires censés assurer la transition avec le retrait progressif des Sea King.

Enfin, en 2013, alors même que les Sea King célèbrent leur demi-siècle, le ministère des Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada charge la société Hitachi Consulting de procéder à une évaluation du programme et menace Sikorsky de dénoncer le contrat compte tenu des nombreux retards accumulés.

Aujourd’hui, après deux modifications de contrats et une augmentation substantielle des coûts (le budget total du programme atteint désormais 7,6 milliards $, soit une augmentation totale de 52% par rapport à l’enveloppe initiale), quatre CH-148 Cyclone sont déjà stationnés à la 12e Escadre Shearwater à Halifax, le centre de l’aviation navale du Canada et la base d’attache des vieillissants CH-124 SeaKing. Les quatre appareils sont utilisés par Sikorsky afin de former les membres du cadre initial d’instructeurs des Forces armées canadiennes.

 

Tirer les leçons du passé ?

Conscient des difficultés que posent les processus d’approvisionnement de défense (complexité de la technologie militaire, longueur des cycles de gestion des projets, implication de plusieurs ministères et agences gouvernementales, volonté de garantir le meilleur rapport qualité/prix), M. Kenney a cependant estimé que des progrès étaient perceptibles, citant successivement la création du groupe de travail ministériel responsable de coordonner le processus décisionnel, celle du secrétariat d’approvisionnement en matière de défense ainsi que du comité consultatif en matière d’approvisionnement.

Les deux premières structures évoquées ne sont pas nouvelles et renvoient à la stratégie d’approvisionnement en matière de défense présentée par le gouvernement début 2014. En revanche, la logique qui sous-tend la création d’un comité consultatif provient d’une évaluation trop tardive des besoins militaires exprimés. «Une fois exprimés par l’autorité militaire, ces besoins ne sont remis en cause que des années plus tard, pendant le processus d’acquisition» a regretté Jason Kenney, assurant que ce nouveau comité permettrait d’évaluer la pertinence des besoins en amont, «au moment de leur définition».

Bien que de nature relativement différente, on ne peut s’empêcher de se remémorer d’autres comités semblables. En 2008, Peter MacKay, alors ministre de la défense nationale, décrivait déjà les attributions du «comité consultatif supérieur de projet», réunissant les représentants des ministères impliqués dans chaque grand projet de l’Etat.

«De même, toutes les acquisitions de plus de 2 millions de dollars font l’objet d’un suivi par des comités interministériels d’examen» poursuivait le ministre en réponse à un rapport du comité permanent de la Défense nationale à la Chambre des Communes.

Encore plus tôt, en 2003, le ministère avait également fait appel à un comité d’experts chargé de fournir des recommandations concernant «le processus d’acquisition du matériel et d’approvisionnement au ministère de la Défense nationale».

Ces différents organismes n’ont pourtant pas empêché l’accumulation des retards et obstacles survenus dans d’autres programmes. Les prochains projets d’acquisition – notamment ceux relevant de la stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale – devraient permettre de constater d’éventuelles améliorations concrètes.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:20
Confirmé: les Sea Kings retirés du service en 2015, assure encore Ottawa

Un hélicoptère CH-124 Sea King Canadien effectue des exercices d’appontage sur le USS Pearl Harbor (LSD 52) pendant PANAMAX 2007 (Photo: Archives/US Navy)

 

19 juin 2014 par Jacques N. Godbout  45eNord.ca

 

Ottawa confirme que toutes les modifications nécessaires ont été effectuées au contrat des de 28 hélicoptères CH-148 Cyclone avec la société Sikorsky Aircraft, permettant ainsi la livraison des hélicoptères ayant une capacité opérationnelle pour que l’on puisse commencer le retrait des hélicoptères Sea King en 2015.

 

Les modifications au contrat prévoient aussi l’élaboration d’un programme visant à améliorer cette capacité afin d’obtenir un hélicoptère maritime CH-148 pleinement fonctionnel en 2018.

«Dans sa configuration finale», dit le communiqué d’Ottawa annonçant les modifications, «le CH-148 Cyclone sera l’un des hélicoptères maritimes les plus performants au monde et il sera à la fine pointe de la technologie. Il pourra exécuter toute la gamme des missions de recherche et de sauvetage et des missions utilitaires dans des milieux exigeants. De plus, le CH-148 Cyclone sera entièrement interopérable dans un espace de bataille moderne et il pourra accomplir simultanément la gamme complète des missions de guerre anti-sous-marine et des missions de lutte antisurface dans un milieu hostile à menace élevée.»

«Le gouvernement du Canada a retenu les services d’un tiers indépendant – Hitachi Consulting – pour examiner et évaluer la viabilité du Projet des hélicoptères maritimes», prend la peine de préciser le gouvernement. «L’expert indépendant a confirmé que le projet serait viable avec une nouvelle structure de gouvernance et une livraison par étape des hélicoptères maritimes. Maintenant que le marché a été conclu, Hitachi Consulting continuera de surveiller des aspects du plan de mise en œuvre, veillant à ce que les dates de livraison promises à l’ARC soient respectées».

Le paiement à Sikorsky sera effectué seulement après livraison des hélicoptères.

 

La «saga» de projet d’hélicoptère maritime

Le projet d’hélicoptères maritime remonte au début des années 1990 lorsque le gouvernement Mulroney a passé commande de nouveaux hélicoptères CH-149 Cormorant pour remplacer les Sea King, mais en 1993, les libéraux de Jean Chrétien fraîchement élus ont annulé le contrat non sans un coût pour les contribuables de 478 millions $.

En 2004, c’est le gouvernement libéral de Paul Martin qui acheta finalement les Cyclones de Sikorsky pour un coût estimé de 5 milliards $, mais les problèmes ne faisait que commencer.

Bien que Sikorsky devait à l’origine commencer sa livraison en novembre 2008, et la terminer en 2011, pas un seul hélicoptère pleinement opérationnel n’a encore été produit. Seuls quatre ont été livrés à la base de Shearwater, en Nouvelle-Écosse, mais ont tous été rejetés par la Défense.

À automne 2013, le ministère des Travaux publics avait fait savoir qu’il envisageait acheter un autre appareil et n’avait pas caché qu’il examinait d’autres options, envoyant une équipe de l’armée de l’air en Grande-Bretagne pour examiner les hélicoptères HM-1 Merlin construits par AgustaWestland, écrit Murray Brewster. L’hélicoptère militaire bi-turbine européen de transport militaire NH-90 a aussi été envisagé.

Mais sortir du contrat avec Sikorsky aurait aussi coûter très cher, près d’un milliard disaient certains experts, et, finalement, le gouvernement du Canada a annoncé en janvier 2014 après l’examen de options qui s’offrait à lui qu’il continuerait avec Sikorsky, mais que la société aéronautique allait payer une amende de près de 90 millions $ pour le retard accumulé dans son programme de construction des CH-148 Cyclone.

«La décision de mener à bien le Projet des hélicoptères maritimes est conforme à notre objectif de fournir l’équipement nécessaire aux Forces armées canadiennes tout en protégeant l’investissement des deniers publics consacrés à ce programme», avait alors déclaré le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson.

«Je suis heureuse que le marché ait été conclu et que nous puissions honorer l’engagement du gouvernement, à savoir commencer à retirer les Sea King du service en 2015 et à livrer à l’Aviation royale canadienne un nouvel hélicoptère maritime de pointe», dit aujourd’hui la Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Diane Finley.

Le budget total de 1,9 milliard de dollars pour l’acquisition des 28 hélicoptères Cyclone CH-148 n’a pas changé, dit Ottawa. Le budget total du contrat de soutien en service (y compris les modifications apportées au contrat) se chiffre à 5,7 milliards de dollars.

La modification apportée au contrat de soutien en service vise à prolonger la durée du contrat de 10 ans, tout en gardant les taux fixés en 2004. Cette modification permettra d’assurer l’entretien des hélicoptères Cyclone jusqu’en 2038.

Le projet sera mis en œuvre en fonction d’un nouveau modèle de gouvernance, qui comprendra des équipes intégrées de la société Sikorsky Aircraft Corporation et du Canada. Hitachi Consulting en assurera le soutien.

Avec cette confirmation cette semaine que les modifications apportés au contrat ont été bel et bien effectuées, devrait se terminer la «saga» du projet d’hélicoptère maritime avec la retraite des vénérables «Sea Kings» pour bientôt , à moins que, comme dans toutes les bonnes «séries télévisées», il y ait des rebondissements inattendues.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:20
Sikorsky Says It Will Deliver Eight More Cyclone Helicopters To Canada By The End of December

 

November 2, 2013. David Pugliese Defence Watch

 

Sikorsky’s chief financial officer says the company plans to deliver eight more Cyclone helicopters to Canada by the end of December.

 

Greg Hayes discussed the move during a third-quarter earnings phone call a couple of days ago with analysts. His statement is similar to what Sikorsky has been stating over the last little while.

 

The 8 Cyclones are in addition to the four already at Shearwater and being used for training….but not formally accepted by the Canadian government.

 

“Good news is the aircraft are up in Shearwater,” Hayes said. “They are flying. We’re getting traction with the customer. I think everybody recognizes they want to find a solution here, both at the Sikorsky and at the Canadian government level.”

Public Works has stated, however, that “training does not constitute acceptance of an interim helicopter.”

 

Dominic Perry of Flight Global has also noted that Hayes has hinted that contract negotiations with Canada could be imminent. “I’m going to be very cautious here. That’s atypical with me. I would say that we’re making progress, although it’s slow. And I think again, we haven’t really started formal contract negotiations,” said Hayes.

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 08:20
Le remplacement des hélicoptères maritime ou l’ABC d’un échec

Un hélicoptère CH-124 Sea King Canadien effectue des exercices d'appontage sur le USS Pearl Harbor (LSD 52) pendant PANAMAX 2007 (Photo: Archives/US Navy)

 

29/10/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

L’affaire du retard de Sikorsky dans la livraison de l’hélicoptère maritime, c’est l’ABC d’un échec. Après l’échec du plan «A», et en l’absence d’un plan «B» crédible, on semble en être arrivé à un plan «C» qui ne serait rien d’autre que le plan «A» modifié une énième fois.

 

Après tout le bruit autour de l’idée d’un plan «B» qu’il y a eu cet automne et de la possible rupture du contrat avec Sikorsky, les fonctionnaires du ministère de la Défense nationale s’attendent maintenant à ce que le gouvernement donne une fois de plus une nouvelle chance à l’entreprise aérospatiale américaine d’enfin livrer ses hélicoptères Cyclones pour remplacer les vieux Sea Kings.

 

Sikorsky avait signé en 2004 un contrat pour livrer 28 hélicoptères pour remplacer nos vénérables Sea Kings, qui ont fêté leur 50e anniversaire cette année, mais le fournisseur a maintenant cinq ans de retard et a seulement construit quatre appareils d’«essai», refusés d’ailleurs par le gouvernement.

 

Au printemps dernier, la ministre des Travaux publics de l’époque Rona Ambrose avait réclamé une analyse indépendante pour savoir si Sikorsky pouvait respecter son engagement et, au début du mois d’octobre, de hauts responsables de la Défense nationale et des Travaux publics s’étaient réunis à huis clos avec des rivaux de Sikorsky pour préparer un plan «B».

 

Mais, attention, une annulation du contrat pourrait coûter très cher, prévenait l’expert en matière de défense de l’Université Dalhousie, Jean-Christophe Boucher lors d’une entrevue à 45eNord.ca.

 

Devant le coût élevé d’une annulation, le gouvernement pourrait aussi acheter des appareils déjà éprouvés, comme ceux d’Augusta Westland, pour faire le pont entre nos vieux Sea Kings et les nouveaux Cyclones qui tardent à arriver.

 

Les responsables au ministère de la Défense voudraient maintenant, semble-t-il, que leurs collègues de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada avalisent les changements nécessaires pour pouvoir enfin la livraison accepter des hélicoptères Cyclone provisoires de Sikorsky.

 

Sikorsky propose en effet de fournir au Canada ce que l’entreprise appelle des hélicoptères provisoires pas entièrement équipés avec tout le matériel nécessaire, tout en affirmant qu’il serait alors en mesure des aéronefs entièrement conformes à partir de 2015.

 

Publiquement, le gouvernement conservateur a adopté une ligne dure – déclarant qu’il n’acceptera pas les hélicoptères provisoires parce qu’ils ne répondent pas aux spécifications, et ne s’est pas fait prier pour dévoiler qu’il examinait sérieusement un plan «B». Comme on l’a vu précédemment.

 

Toutefois, de hauts responsables gouvernementaux , y compris les sous-ministres à la Défense et aux Travaux publics, ont eu plusieurs rencontres depuis décembre 2011 avec des représentants de Sikorsky pour paver la voie à la livraison des hélicoptères provisoires.

 

Travaux publics avait d’ailleurs déjà modifié le contrat de Cyclone deux fois dans le passé afin de donner à Sikorsky plus de temps pour livrer l’hélicoptère.

 

Aujourd’hui, malgré les dénégations du gouvernement Harper, des sources au sein de l’industrie disent qu’il y a effectivement des discussions sur d’autres modifications au contrat.

 

Par ailleurs, Sikorsky a livré quatre Cyclones à la base de Shearwater en Nouvelle-Écosse , mais ils restent toujours la propriété de l’entreprise.

 

On ne sait pas si cela peut être indicatif de ce que fera finalement le gouvernement dans cette histoire, mais le gouvernement conservateur a annoncé cet été qu’il allait permettre aux pilotes et aux techniciens de se former sur les hélicoptères Cyclone, bien qu’il en ait refusé officiellement la livraison parce qu’ils ne répondent du contrat.

 

Alors, si on résume, A=B=C=A, ou quelque chose comme ça…

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:20
Hélicoptère Sikorsky CH-148 Cyclone

Hélicoptère Sikorsky CH-148 Cyclone

 

 

5 septembre 2013 radio-canada.ca – (La Presse Canadienne)

 

 

Le gouvernement Harper pourrait être prêt à jeter l'éponge dans le projet d'achat des hélicoptères CH-148 Cyclone, retardé depuis des lunes, et a même dépêché en Grande-Bretagne des représentants du secteur militaire pour évaluer d'autres appareils.

 

Selon des sources du ministère de la Défense, l'équipe, qui inclut un officier de la division des besoins en ressources aériennes des Forces aériennes, a visité une base située dans le sud du Royaume-Uni, récemment, pour jeter un coup d'oeil aux hélicoptères HM-1 Merlin de la Royal Navy.

 

Une porte-parole de la ministre des Travaux publics, Diane Finley, a confirmé que le gouvernement étudiait des options « autres » que les hélicoptères Cyclone, qui accusent un retard de plusieurs années et dont les coûts ont largement dépassé les estimations budgétaires.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories