Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 21:50

China Carrier (Liaoning)

 

Sep. 29, 2012 - By WENDELL MINNICK  Defense News

 

TAIPEI — As China celebrated the launch of its first aircraft carrier last week, images and video posted on the Internet raise new questions as to how far along the country has come in the development of its carrier capability.

 

Soon after the carrier, named Liaoning, was commissioned Sept. 25 at Dalian Naval Base, Western analysts began dissecting photos and videos posted by the country’s state-controlled media. Some believe the images raise the possibility that Liaoning might be closer to fielding a carrier-based fighter jet capability than previously thought, while others are unconvinced.

 

In the past, photos of what appeared to be the Shenyang J-15 Sea Shark fighter, a variant of the Russian Sukhoi Su-33, on the deck of the carrier were dismissed by analysts as mock-ups. No photos or videos have been seen of a fighter landing on or taking off from the carrier, but images and video from the induction ceremony show skid marks on the flight deck. A video also shows what appear to be the tail wings of two J-15s in the hangar deck.

 

Chinese media have consistently reported that the new carrier would be used primarily as a training platform and “to practice how to integrate with a combined task force,” said Gary Li, an analyst at U.K.-based Executive Analysis. Whether real aircraft or mock-ups, the presence of the planes on the ship indicates the Chinese are likely already — at the very minimum — practicing plane-handling techniques on the first-of-its-kind carrier.

 

According to Chinese state-controlled media, Liaoning is outfitted with state-of-the-art weapons, including a 150-kilometer-range active phased array radar capable of tracking 200 air targets; a 250-kilometer-range Sea Eagle surface-search radar; a 10-kilometer-range Red Flag 10 (FL-3000N) anti-missile system; and a two-kilometer-range 30mm 1030 automatic cannon for anti-ship missiles.

 

Besides the J-15, other aircraft could include the Zhi-8 transport helicopter and Kamov Ka-28 anti-submarine warfare (ASW) helicopter.

 

Some analysts said the People’s Liberation Army Navy (PLAN) might use the carrier initially as a helicopter carrier, akin to Japan’s Hyuga-class helicopter destroyers or the U.S. Navy’s Wasp-class amphibious assault ships.

 

“It is clear from certain pictures taken by the Chinese press in and around the carrier during the induction ceremony that there has been testing of the J-15 on the Liaoning,” Li said. “Tire marks on the runway suggest taking off and landing during sea trials, and one cameraman even managed to capture a J-15 test plane in the below deck hangar.”

 

But not everyone is convinced.

 

“I’m having trouble believing they’ve actually landed J-15s on this thing,” said Roger Cliff, a China military specialist at the Project 2049 Institute. Skid marks on the deck could be “touch-and-go” landings.

 

“The skid marks are well forward of where the arresting gear is,” he said. There is the possibility that they are also practicing takeoffs at sea.

 

“They could put J-15 prototypes, or even J-11s [Su-27], on the ship with a crane, take the ship out to sea, and practice taking off, landing back on dry land,” he said.

 

China would need a fighter that can handle a 3-degree angle of drop and a pilot would need to make several land-based arrested landings before trials can begin at sea, where the deck is pitching, Cliff said.

 

“When practicing on land, the consequence of touching down a foot behind where the deck starts is a poor landing score. If you do that on a carrier, you’re looking at a new aircraft, a new pilot, and repairs to the stern of the carrier,” he said.

 

Li said the J-15 is just one piece of the puzzle China needs to figure out.

 

“The lack of an early warning aircraft like the E-2 Hawkeye, even though a prototype has been spotted recently, and not enough dedicated ASW assets to go around in the form of Ka-28s [ASW helicopters], will mean that the Liaoning is not going to be conducting carrier operations in the true sense of the word for some time,” Li said.

 

Regional Jitters

 

The carrier could have a future combat role. Though analysts disagree about its capabilities, especially against the U.S. or Japanese navies, neighbors with territorial disputes with China in the South China Sea, such as the Philippines and Vietnam, are taking the threat seriously.

 

“China operating a large carrier is no doubt raising concern among the other Asian nations,” said Bernard “Bud” Cole, author of “The Great Wall at Sea.” The addition of a carrier provides the PLAN “for the first time with a classic means of effectively projecting naval power at significant distances.”

 

“My sense is that the Chinese carrier has already served China well as a powerful information warfare tool, despite having not operated as a carrier yet,” said Bob Nugent, vice president of naval advisory services at AMI International, based in Seattle. From a strategic point of view, he said, the ship “sends the same message that much of the rest of its naval development over the past 20 years has — China will be a global naval power.”

 

What specific mission Liaoning and its successors will carry out remains to be seen, Nugent said, but the “inherent flexibility of the carrier flight deck, perhaps the ultimate ‘reconfigurable mission module,’ means that whatever the mission — from defensive sea denial to offensive power projection — the ship and its follow-ons can be quickly adjusted and moved to be ready.

 

“While she is clearly a test platform first, it is worth keeping in mind that other navies have pressed their test carriers into wartime service when needed,” Nugent said.

 

In a broader sense, the Chinese carrier program could spark an arms race in the region.

 

“The carrier will provide additional motivation for the other Asian nations to continue and perhaps accelerate their ongoing naval modernization programs,” Cole said.

 

Cole points to Japan’s acquisition of small carriers and new submarines; Australia’s plan to acquire a new class of submarines and its efforts to modernize its Navy in general; acquisition of submarines by Indonesia, Malaysia and Singapore; and a stated desire to acquire submarines by Thailand and the Philippines.

 

“Further, the Indian Navy has very ambitious modernization plans, to include nuclear-powered submarines and three aircraft carriers: Those plans will likely receive a significant boost the first time a Chinese carrier steams west of [the Strait of] Malacca,” Cole said.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 20:35
Asia Pacific-source harvard-edu

Asia Pacific-source harvard-edu

 

24.09.2012 Par Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la FRS - LE MONDE

 

Le 10 septembre, répondant à la décision de rachat des îles Senkaku à leur propriétaire privé par le gouvernement japonais, le ministère chinois des affaires étrangères a publié un communiqué en forme d'ultimatum faisant porter à Tokyo la responsabilité de "toutes les conséquences qui pourront s'ensuivre". Pékin rappelle que la Chine n'acceptera plus d'être "intimidée" et défendra le territoire "sacré" de la patrie. Le risque est désormais de voir le piège d'un engrenage incontrôlable se refermer en mer de Chine.

 

Condamnées à agir face à une opinion publique chauffée à blanc, les autorités chinoises ont dépêché une dizaine de bâtiments de surveillance et levé le moratoire sur la pêche dans la zone revendiquée par Pékin. Des centaines de bateaux pourraient se diriger vers les eaux territoriales japonaises, dans une exploitation des moyens civils au service d'un objectif militaire, selon les principes de la stratégie chinoise qui prône une "guerre sans limite". D'ores et déjà, les menaces de rétorsions économiques et de boycottage des produits japonais ont été utilisées sur Internet ou dans la presse chinoise. On se souvient qu'en 2010 la Chine avait utilisé l'arme du contrôle des exportations des terres rares - vitales pour l'industrie nippone de haute technologie - pour faire pression sur Tokyo alors que les tensions s'accumulaient en mer de Chine orientale.

 

Dans le même temps, des manifestations violentes accompagnées de pillages, autorisées, si ce n'est organisées par les autorités chinoises, se sont produites sur le territoire. Les biens et les personnes originaires de l'Archipel sont menacés et de grandes entreprises japonaises parlent à nouveau de quitter un territoire chinois où l'instabilité et les risques deviendraient trop élevés.

 

Conséquence immédiate, la Bourse de Shanghaï s'est effondrée et certains, en Chine, commencent à redouter les effets sur la croissance de cette stratégie de la tension. Si la Chine est devenue le premier partenaire commercial du Japon, l'Archipel contrôle des technologies vitales pour l'économie chinoise et demeure l'un des principaux investisseurs étrangers en Chine devant les Etats-Unis et l'Union européenne.

 

Les tensions autour de l'archipel des Senkaku-Diaoyu en mer de Chine orientale, administré par le Japon mais revendiqué par Pékin depuis 1971, ne sont pas isolées. Elles s'inscrivent dans un triple phénomène de manipulation des sentiments nationalistes en Chine depuis le milieu des années 1990, d'émergence décomplexée d'une puissance chinoise qui a semblé triompher seule de la crise de 2008, mais aussi de développement d'un sentiment paradoxal de fragilité du régime chinois confronté à des tensions économiques, sociales et politiques. Ce sentiment de fragilité est encore accru par les incertitudes de la transition politique que le 18e congrès du Parti communiste devrait entériner au mois d'octobre.

 

Le nationalisme, qui contribue à la légitimité du Parti, a pour principal objet le Japon, ennemi d'hier, puissance rivale aujourd'hui, allié des Etats-Unis et catalyseur de toutes les frustrations d'une puissance chinoise qui cherche à s'imposer dans sa zone. Au lendemain du 36e anniversaire de la mort de Mao, le premier ministre, Wen Jiabao, rappelait - à nouveau - le "siècle d'humiliation " que la Chine a traversé il y a peu, nourrissant un peu plus un sentiment de revanche très présent dans la population. "L'éducation patriotique" et sa dimension antijaponaise ont pris une part croissante dans la jeunesse et ont accompagné la reprise en main idéologique qui a suivi les événements de Tiananmen dans les années 1990. Alors que des réformes politiques graduelles apparaissent comme la seule stratégie viable de survie à long terme du régime, la crainte d'une "évolution pacifique" qui viendrait limiter l'influence des réseaux qui contrôlent le pouvoir chinois pousse au contraire au repli idéologique et à l'exploitation des sentiments nationalistes les plus exacerbés.

 

De leur côté, depuis 2008, les Etats-Unis ont été très touchés par la crise et Pékin a cru avoir le champ libre en Asie pour "saisir les opportunités" et imposer son leadership de puissance "émergente" face à une puissance "en déclin".

 

Les avancées de Pékin en mer de Chine depuis 2009, la constante mise en avant des "intérêts vitaux" - dont la mer de Chine semble faire partie - que le régime doit être prêt à défendre, y compris par la force, témoignent de cette assurance nouvelle du régime chinois en Asie.

 

Dans ce contexte, la stratégie de réengagement des Etats-Unis dans la zone, confirmée par le secrétaire d'Etat américain Leon Panetta, à l'occasion du dialogue Shangri-La qui s'est tenu à Singapour en juin, constitue pour la Chine un autre motif de déception et de frustration. La tentation est grande à Pékin, alors que les Etats-Unis entrent dans la dernière phase de leur période électorale, et que la relation avec la Chine constitue aussi un enjeu de la rivalité entre le président Barack Obama et Mitt Romney, de tester la réalité de cette volonté de réengagement de la puissance américaine en Asie.

 

Mais dans le même temps, en dépit de cette assurance nouvelle, le pouvoir chinois est conscient de ses faiblesses et de ses divisions. L'affaire Bo Xilai a révélé la corruption profonde du système. Signe de ce très grand sentiment d'incertitude, la "disparition" du vice-président Xi Jinping, pendant plus de deux semaines, a donné lieu, sur Internet, aux spéculations les plus folles.

 

Longtemps facteur de satisfaction pour le régime, le contexte économique est plus incertain alors que les effets de la crise mondiale se font sentir sur une économie très dépendante des exportations. Le rééquilibrage de la croissance est un échec. La consommation intérieure ne représente que 35 % du PIB, dix points de moins qu'en 2000, et l'indice Gini, indicateur des inégalités, est l'un des plus élevés au monde. Signe inquiétant pour le régime, comme à l'époque des Boxers lorsque la dynastie des Qing finissante tentait de manipuler le mécontentement populaire contre les étrangers, comme en 1919 lorsque le mouvement patriotique s'élevait contre une puissance japonaise à qui le traité de Versailles avait attribué les possessions allemandes du Shandong, certains des slogans utilisés dans les manifestations aujourd'hui dénoncent la corruption et l'inefficacité du pouvoir en place.

 

C'est dans ce contexte que, depuis 2009, les incidents et les provocations se multiplient en mer de Chine, face au Japon, mais aussi face aux Philippines, au Vietnam ou à l'Indonésie et même face aux Etats-Unis. Alors qu'en Asie du Sud-Est la Chine pouvait apparaître comme le moteur d'une régionalisation économique réussie, la multiplication des incidents sur mer, le caractère de moins en moins "pacifique" de l'émergence de la puissance chinoise la font apparaître aujourd'hui comme une menace fédérant dans une même inquiétude la quasi-totalité de l'Asie du Pacifique à l'océan Indien.

 

Face à cette menace, accrue par l'opacité du système politique chinois et les interrogations sur le rôle des éléments les plus radicaux - militaires ou civils - dans les prises de décision, la volonté de "retour vers l'Asie" des Etats-Unis a été très appréciée dans la région. Loin de la fin de l'histoire, ce sont des rapports de force proches de ceux de la guerre froide ou de l'Europe à la veille de la première guerre mondiale qui se mettent en place en Asie.

 

Aux Philippines, au Vietnam, des manifestations antichinoises sont organisées à chaque nouvelle crise, et Hanoï et Washington jettent les bases d'une coopération militaire. Au Japon, on veut croire aux déclarations de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton en 2010 plaçant l'archipel des Senkaku dans le périmètre couvert par l'accord de défense unissant Tokyo et Washington.

 

Dans la région, le développement des capacités militaires s'accélère. Alors que la Chine exhibe son nouveau porte-avions, le Vietnam achète des sous-marins à la Russie et les Etats-Unis annoncent l'élargissement de leur système de défense antimissile en Asie. Face à Pékin, Washington est confronté à un dilemme difficile à résoudre. Jouer l'apaisement et rester en marge serait donner carte blanche à un régime chinois qui ne raisonne qu'en termes de jeux à somme nulle. Ce retrait, en minant la confiance des alliés et partenaires des Etats-Unis, aurait des effets déstabilisateurs et pourrait précipiter une crise plus grave encore. A l'inverse, le jeu des alliances pourrait déclencher un conflit majeur dans la région.

 

D'ores et déjà, certains analystes en Chine tentent d'appeler les Etats-Unis "à la raison" et de persuader Tokyo de la fragilité de l'alliance de défense nippo-américaine. Il n'est pas certain que l'Europe ait pris la mesure de ces défis cruciaux dans une région qui voit transiter une part majeure du commerce mondial et concentre trois puissances nucléaires, sans compter les Etats-Unis et la Russie. Dans le contexte d'une crise économique, la tentation de la réduction des budgets de la défense est grande. Celle du retrait aussi. Pourtant, en dépit de l'éloignement géographique, les préoccupations des autres puissances asiatiques doivent être prises en compte face à une Chine dont les orientations stratégiques inquiètent. Dans un monde aussi globalisé, la montée des tensions en Asie aura des conséquences considérables sur nos propres équilibres et nos propres choix.

 

Spécialiste des relations internationales et des questions stratégiques en Asie, Valérie Niquet est depuis 2010 responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique. Elle est également membre de l'Académie des sciences d'outre-mer et rédactrice en chef de la revue "Monde chinois-Nouvelle Asie". On lui doit une traduction critique en français de "Deux commentaires de Sun Zi" (Economica, 1994). Parmi ses nombreux articles et ouvrages, "Chine-Japon : l'affrontement" a été publié en 2006 chez Perrin.

 

 


L'instabilité des relations sino-japonaises

 

La qualité des relationss entre la Chine et le Japon dépend du contexte géostratégique et de l'analyse que le régime chinois peut en faire. Le 29 septembre marque le 40e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. Si le rappel constant de la guerre sino-japonaise et de ses atrocités est au coeur de l'éducation patriotique en Chine, à cette époque, Mao, recevant une délégation de parlementaires japonais, remerciait le Japon pour un conflit qui avait permis au Parti communiste d'arriver au pouvoir.


L'établissement des relations diplomatiques s'inscrivait dans un contexte stratégique qui - pour Pékin - était dominé par la menace "principale" soviétique alors que des incidents armés entre les deux ex-pays frères s'étaient produits en 1969. La Chine décidait de se rapprocher des Etats-Unis - menace "secondaire" - dans un basculement stratégique marqué par la visite de Richard Nixon en février 1972. Surpris par ces évolutions dont il n'aurait pas été informé, le Japon décidait d'accélérer son propre rapprochement avec Pékin.


Pour la Chine, l'établissement des relations diplomatiques avec une puissance japonaise en plein élan lui permettait de sortir de l'isolement et de bénéficier - alors que la révolution culturelle avait laissé l'économie du pays exsangue - d'une aide considérable.


Pour Tokyo, l'établissement rapide des relations diplomatiques avec une Chine qui ne pouvait l'inquiéter apparaissait aussi comme une source d'opportunités nouvelles et le moyen de démontrer à Washington que, désormais, ce sont aussi les intérêts propres du Japon qui présideraient à ses choix diplomatiques.


Si la Chine - et Taïwan - avaient pour la première fois revendiqué l'archipel des Senkaku-Diaoyu en 1971, cette question de souveraineté ne constituait pas un enjeu majeur avec Tokyo. L'heure n'était pas à Pékin aux tensions avec le Japon devenu le premier pourvoyeur d'aide au régime. En 1992, Pékin pourra aussi se féliciter de la bonne volonté japonaise lorsque Tokyo sera la première puissance à rompre l'ostracisme imposé à la Chine par les puissances occidentales après les événements de Tiananmen en juin 1989. La visite de l'empereur du Japon en Chine, la même année, marquera l'apogée de ces relations.


Le contexte est bien différent. La menace soviétique a disparu et la Chine s'est hissée au deuxième rang mondial mais le régime continue d'analyser la situation internationale comme "incertaine". Cette fois, ce sont les Etats-Unis et leurs alliés en Asie qui suscitent son inquiétude.


Si les relations économiques entre Tokyo et Pékin sont marquées par une forte complémentarité, le Japon est aussi redevenu pour le régime chinois l'exutoire des frustrations accumulées dans la population. Cette stratégie de la tension, mise en oeuvre depuis la fin des années 1990 et la désastreuse visite du président Jiang Zemin à Tokyo, alimente en retour la radicalisation d'une partie de l'opinion publique japonaise face à une Chine qui déçoit et inquiète.


La question territoriale dans ce contexte n'est qu'un prétexte, ou le marqueur de l'état des relations entre les deux puissances asiatiques. En 1978, Deng Xiaoping, à la veille de lancer la politique de réformes et d'ouverture qui allait transformer le pays, déclarera que la question des Senkaku-Diaoyu devait être "mise de côté" pour laisser la voie libre à une fructueuse coopération entre les deux pays. L'archipel semble faire partie de ces "intérêts vitaux" pour la défense desquels les autorités chinoises multiplient les gesticulations martiales. Ainsi, le degré de tension entre Tokyo et Pékin, quel qu'en soit l'objet apparent, constitue un baromètre précis du degré d'ouverture et d'intégration au système mondial voulu par Pékin.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 17:20

China-AF-Helmet.jpg

 

June 25, 2012 China Military News

 

As China has increased the training flights for its pilots, it has also abandoned the old Soviet style rigid tactics. Pilots are now expected to show initiative and innovative flying tactics. To take advantage of this, last year the Chinese Air Force instituted a fighter pilot competition that culminates in an annual exercise that determines which ten fighter pilots would be able to wear a “Golden Helmet” for the next year. This is a regular flight helmet decorated with a special blue, red and gold pattern that marks the wearer as one of the elite combat pilots in the Chinese Air Force.

 

More cynical members of the Chinese Air Force are wondering how long it will take before paying a bribe will help you “earn” one of the Golden Helmets. While the program is seen as a smart move to encourage competition and improve skills, many air force officers have seen too many programs corrupted by greed and a military culture that is more tolerant of corruption than it is in achieving combat skills.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 12:05
The Chinese Golden Helmet

 

June 24, 2012: Strategy Page

 

As China has increased the training flights for its pilots, it has also abandoned the old Soviet style rigid tactics. Pilots are now expected to show initiative and innovative flying tactics. To take advantage of this, last year the Chinese Air Force instituted a fighter pilot competition that culminates in an annual exercise that determines which ten fighter pilots would be able to wear a "Golden Helmet" for the next year. This is a regular flight helmet decorated with a special blue, red and gold pattern that marks the wearer as one of the elite combat pilots in the Chinese Air Force.

 

More cynical members of the Chinese Air Force are wondering how long it will take before paying a bribe will help you "earn" one of the Golden Helmets. While the program is seen as a smart move to encourage competition and improve skills, many air force officers have seen too many programs corrupted by greed and a military culture that is more tolerant of corruption than it is in achieving combat skills.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 12:10
Systèmes antimissiles : la Chine et l'Inde veulent mettre fin au monopole américain

 

18.06.2012 Ilia Kramnik, La Voix de la Russie

 

Aidés par la Russie, les deux pays pourront se doter d’un dispositif de défense efficace très prochainement.

 

Le développement de systèmes anti-missiles et anti-satellites n'est pas une prérogative des États-Unis et de la Russie. Cet équipement est également développé par de nombreux autres pays, notamment la Chine, Israël et l'Inde. L’élaboration de ces systèmes, provoquée par la prolifération des missiles, devient une partie intégrante de la politique militaro-industrielle des principaux Etats de l'Eurasie.

 

La question du potentiel de la Chine dans ce secteur a été évoquée pour la première fois en janvier 2007. C’est alors que le lancement d’un missile intercepteur, qui a détruit le satellite météorologique chinois Feng Yun-1C a été effectué depuis le territoire de la RPC. L’interception de l'engin spatial à une altitude de 864 kilomètres par un tir direct est bien la preuve du fait que la Chine possède un potentiel dans ce domaine.

 

Pour évaluer l'importance de cet événement, il faut se rappeler que la plupart des satellites militaires est placée sur une orbite plus basse. L'attaque contre une constellation de satellites risque de compromettre le potentiel d'une armée moderne, dont les actions sont impossibles sans cette «composante spatiale».

 

Toutefois, la situation est différente avec le développement des dispositifs chinois de la défense antimissile. L’interception d’un missile balistique est différente de l’interception d’un satellite en termes de temps qu’il faut pour que le système détecte la cible, sa classification, ainsi que les solutions pour son lancement. La Chine ne possède plus les capacités nécessaires pour déployer un système moderne et complet de défense aérienne. Le dispositif le plus avancé parmi les systèmes anti-missiles en service actuellement à l’armée chinoise, c’est le S-300PMU/PMU2 acheté à la Russie. Quant à ces propres capacités dans ce domaine, elles se limitent pour l’instant à la création des copies du dispositif russe, connues sous le code HQ-9.

 

Le potentiel antimissile de la Chine se trouve donc dans le premier stade de l’élaboration. Ces systèmes de défense antiaérienne sont capables de se défendre contre des avions et des missiles de croisière, mais pas contre des missiles balistiques.

 

Le développement des systèmes anti-satellites de l’Inde était évoqué dés les premiers lancements dans l’espace dans ce pays. C’est surtout après le test réussi du lancement du missile Agni 5, dont la portée dépasse 5000 km, que ces projets étaient discutés sérieusement dans le commandement indien. «Le lancement d’Agni 5 a ouvert une nouvelle ère. En plus de nouvelles fonctionnalités de notre défense stratégique, le missile ouvre des perspectives fantastiques dans la création des armes anti-satellite et le lancement de petits satellites », explique Vijay Kumar Saraswat, chef de la Defence Research and Development Organisation (DRDO), l’agence gouvernementale indienne, responsable du développement des technologies militaires.

 

Selon les experts, le « chasseur des satellites » indien sera créé sur la base du modèle soviétique de ce type d'armes. Le principe de fonctionnement de ce système est simple : l’intercepteur sort en orbite, effectue la manœuvre de rapprochement, et détruit l’appareil spatial ennemi avec une explosion dirigée. L'avantage de cette méthode, c’est qu’elle garantit une interception plus sûre, mais au dépens du temps que prend toute l’opération.

 

La défense anti-satellite est moins d’actualité pour l’Inde que la défense antimissile. Une longue histoire des relations compliquées avec le Pakistan et la Chine, qui possèdent tous les deux un arsenal important de missiles de portée courte et intermédiaire, capables de viser des cibles en Inde, forcent le pays à surveiller de près les élaborations technologiques étrangères en matière de la défense antimissile.

 

L’Inde développe ses propres technologies en matière de la défense antimissile depuis longtemps, mais pour l’instant ces recherches n’ont pas été couronnées de succès. Les spécialistes du complexe militaro-industriel indien utilisent un missile balistique de moyenne portée comme base pour le missile intercepteur. L’absence de radars modernes, qui correspondraient aux systèmes américains de standard Aegis ou aux nouveaux radars russes, pose également problème.

 

L’Inde essaie de compenser le manque de ces systèmes par l’acquisition des dispositifs étrangers. L’Israël influence beaucoup la politique du pays dans ce domaine, car il est son partenaire de longue date dans le domaine militaire. Cependant, en fournissant à l’Inde des missiles téléguidés de moyenne portée, l’Israël n’a pas encore fourni à l’Inde le système Arrow, capable d’intercepter des cibles balistiques. La raison ce cela – c’est la position des Etats-Unis : Arrow a été créé grâce à une participation non négligeable des Etats-Unis, et les américains ne sont pas très enclins à transmettre leurs technologies aux pays tiers, surtout s’ils ne sont pas leurs alliés militaires. En 2002, les Etats-Unis ont déjà bloqué un tel accord, et l’Inde n’a pu se procurer que deux radars Green Pine, alors qu’elle espérait obtenir le système Arrow en entier.

 

Si l’Inde conclut un accord sur l’achat des systèmes russes S-400 ou S-300VMD, elle aura des chances réelles de se doter d’un système antimissile opérationnel dans un futur proche. /G.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 12:19

USS Zumwalt (DDG-1000) source naval-technology.com

 

2012-06-04 (foxnews.com)

 

A super-stealthy warship that could underpin the U.S. navy’s China strategy will be able to sneak up on coastlines virtually undetected and pound targets with electromagnetic “railguns” right out of a sci-fi movie.

 

But at more than $3 billion a pop, critics say the new DDG-1000 destroyer sucks away funds that could be better used to bolster a thinly stretched conventional fleet. One outspoken admiral in China has scoffed that all it would take to sink the high-tech American ship is an armada of explosive-laden fishing boats.

 

With the first of the new ships set to be delivered in 2014, the stealth destroyer is being heavily promoted by the Pentagon as the most advanced destroyer in history — a silver bullet of stealth. It has been called a perfect fit for what Washington now considers the most strategically important region in the world — Asia and the Pacific.

 

Though it could come in handy elsewhere, like in the Gulf region, its ability to carry out missions both on the high seas and in shallows closer to shore is especially important in Asia because of the region’s many island nations and China’s long Pacific coast.

 

“With its stealth, incredibly capable sonar system, strike capability and lower manning requirements — this is our future,” Adm. Jonathan Greenert, chief of naval operations, said in April after visiting the shipyard in Maine where they are being built.

 

On a visit to a major regional security conference in Singapore that ended Sunday, U.S. Defense Secretary Leon Panetta said the Navy will be deploying 60 percent of its fleet worldwide to the Pacific by 2020, and though he didn’t cite the stealth destroyers he said new high-tech ships will be a big part of its shift.

 

The DDG-1000 and other stealth destroyers of the Zumwalt class feature a wave-piercing hull that leaves almost no wake, electric drive propulsion and advanced sonar and missiles. They are longer and heavier than existing destroyers — but will have half the crew because of automated systems and appear to be little more than a small fishing boat on enemy radar.

 

Down the road, the ship is to be equipped with an electromagnetic railgun, which uses a magnetic field and electric current to fire a projectile at several times the speed of sound.

 

But cost overruns and technical delays have left many defense experts wondering if the whole endeavor was too focused on futuristic technologies for its own good.

 

They point to the problem-ridden F-22 stealth jet fighter, which was hailed as the most advanced fighter ever built but was cut short because of prohibitive costs. Its successor, the F-35 Joint Strike Fighter, has swelled up into the most expensive procurement program in Defense Department history.

 

“Whether the Navy can afford to buy many DDG-1000s must be balanced against the need for over 300 surface ships to fulfill the various missions that confront it,” said Dean Cheng, a China expert with the Heritage Foundation, a conservative research institute in Washington. “Buying hyperexpensive ships hurts that ability, but buying ships that can’t do the job, or worse can’t survive in the face of the enemy, is even more irresponsible.”

 

The Navy says it’s money well spent. The rise of China has been cited as the best reason for keeping the revolutionary ship afloat, although the specifics of where it will be deployed have yet to be announced. Navy officials also say the technologies developed for the ship will inevitably be used in other vessels in the decades ahead.

 

But the destroyers’ $3.1 billion price tag, which is about twice the cost of the current destroyers and balloons to $7 billion each when research and development is added in, nearly sank it in Congress. Though the Navy originally wanted 32 of them, that was cut to 24, then seven.

 

Now, just three are in the works.

 

“Costs spiraled — surprise, surprise — and the program basically fell in on itself,” said Richard Bitzinger, a security expert at Singapore’s Nanyang Technological University. “The DDG-1000 was a nice idea for a new modernistic surface combatant, but it contained too many unproven, disruptive technologies.”

 

The U.S. Defense Department is concerned that China is modernizing its navy with a near-term goal of stopping or delaying U.S. intervention in conflicts over disputed territory in the South China Sea or involving Taiwan, which China considers a renegade province.

 

China is now working on building up a credible aircraft carrier capability and developing missiles and submarines that could deny American ships access to crucial sea lanes.

 

The U.S. has a big advantage on the high seas, but improvements in China’s navy could make it harder for U.S. ships to fight in shallower waters, called littorals. The stealth destroyers are designed to do both. In the meantime, the Navy will begin deploying smaller Littoral Combat Ships to Singapore later this year.

 

Officially, China has been quiet on the possible addition of the destroyers to Asian waters.

 

But Rear Adm. Zhang Zhaozhong, an outspoken commentator affiliated with China’s National Defense University, scoffed at the hype surrounding the ship, saying that despite its high-tech design it could be overwhelmed by a swarm of fishing boats laden with explosives. If enough boats were mobilized some could get through to blow a hole in its hull, he said.

 

“It would be a goner,” he said recently on state broadcaster CCTV’s military channel.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 07:30

PLA-Navy-s-New-Type-056-warship.jpg

PLA Navy's New Type 056 warship

 

June 2, 2012  china-defense-mashup.com

 

In the absence of a formal defence alliance like Nato, the annual Shangri-La Dialogue in Singapore has become the pre-eminent annual security gathering in the Asia-Pacific region.

 

According to Dr John Chipman, the director-general and chief executive of the International Institute for Strategic Studies, who organise the gathering, “the Shangri-La Dialogue is now commonly referred to as the ‘indispensable forum’ for Asian defence diplomacy.”

 

This year defence ministers and senior officials from some 27 countries are gathering in Singapore.

 

The US defence secretary is a regular participant as too are senior officials from China, Australia, Japan, Canada, India, Indonesia and a host of smaller Asian countries.

 

One of the great benefits of this gathering is that unlike a formal summit there is no communiqué to be worked on.

 

The plenary sessions are often used by ministers to launch trial balloons or make new policy pronouncements and, John Chipman asserts, “the event as a whole allows the defence establishments to ‘take the pulse’ of the prevailing mood in the region”.

China factor

 

This may be the most dynamic part of the world in economic terms but it is also one of major security challenges.

 

To old disputes like the tensions between China and Taiwan or those between North and South Korea can be added a host of new problems, many of them focused on the competition for natural resources in the South China Sea.

 

Recent weeks, for example, have seen serious tensions between China and the Philippines.

 

Living with a rising and sometimes more assertive China is a perennial theme at these gatherings. But, as Dr Chipman said, this year events in China itself give the discussion an added dimension.

 

“Given the leadership transition in China, it is hard to predict how other ministers will address the China question during this summit. There is bound to be a great deal of discussion about the South China Sea,” he said.

 

The bubbling Korean crisis too is bound to figure. The North has stepped up its rhetorical assaults on the South and has threatened to conduct a new, third, nuclear test.

 

Dr Chipman notes that the situation on the Korean Peninsula is so delicate now that most of the debate on this at the dialogue will be in private rather than in public.

 

Of course strong economies combined with the perception of growing threats mean that more money is being spent on weaponry and defence equipment.

 

China itself has deployed its first trial aircraft carrier, it has developed a stealth fighter, it is expanding both its navy and its civilian maritime patrol force and it has begun to deploy a ballistic missile capable, potentially, of striking at US aircraft carriers far out at sea.

 

Other countries are responding by beefing up their own air and maritime forces – submarines and maritime patrol aircraft are a popular option.

 

India is modernising its air force and developing a capability to launch ballistic missiles from submarines.

 

There are also hopes in some quarters that the US will begin to deploy new naval assets of its own to bases in the region, like the ultra-modern Littoral Combat Ships.

‘Multipolar Asia’

 

Inevitably, says Dr Chipman, this is all going to colour much of the discussion in Singapore.

 

“With defence expenditure in Asia rising above that in Europe this year there is bound to be a debate about whether this is all about modernisation or significantly about competition.”

 

“Most Asians are keen on a multipolar Asia, and fear that China likes multipolarity on the global level but is less keen on it in the region,” he said.

 

“Equally, many are worried that if the US gets the tone and content of its policy wrong then there could be unnecessary US-China tensions.”

 

“The net effect is to impose on Asian middle and rising powers more responsibility for themselves shaping the debate.”

 

“Look to Indonesia, Australia and others to try to define the terms of the security debate more forcefully at this year’s Shangri-La Dialogue,” he said.

 

Two key speeches are likely to set the tone at this year’s gathering.

 

The meeting will be opened by Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono. How will he frame the policy challenges in the region and situate Indonesia in the multipolar Asia that is emerging?

 

Equally, the US Defence Secretary Leon Panetta’s speech will be closely watched. As the draw-down in Afghanistan begins the Obama administration has announced a US “pivot” back towards Asia.

 

What exactly does this mean in defence terms?

 

Mr Panetta’s speech is entitled “US Defence Policy in an Era of Austerity”. Does the US have the resources to maintain its interests in the Middle East and elsewhere whilst reaffirming its role as an Asian power?

 

Dr Chipman will be listening as closely as the rest.

 

How, he asks, will Mr Panetta balance reassurance to allies, outreach to new, potential partners and the need for a pragmatic, if hard-headed, defence relationship with China? Watch this space.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 18:22

asia-pacific source harvard.edu

 

15/05/2012 Par Juliette Morillot - Jeuneafrique.com

 

De l'Inde à la péninsule coréenne, tous les pays, ou presque, redoutent la montée en puissance militaire de la Chine. Du coup, ils accroissent fébrilement leurs arsenaux. Et comptent sur le soutien des États-Unis.

 

« Asia is getting hot », a estimé Hillary Clinton, la secrétaire d'État américaine, le 13 avril en marge du G8 des ministres des Affaires étrangères, à Washington. Une semaine plus tard, le 19 avril, comme pour illustrer la réalité de la course effrénée aux armements à laquelle se livrent les principaux pays de cette région du monde, l'Inde a annoncé le lancement de son premier missile à longue portée, l'Agni-V, capable d'atteindre des cibles distantes de 5 500 km - ce qui met l'ensemble du territoire chinois à portée de frappe nucléaire. Une avancée majeure pour la troisième puissance économique asiatique, qui fait ainsi son entrée dans le club très fermé des pays détenteurs de missiles balistiques à longue portée aux côtés de la Chine, de la Russie, de la France, des États-Unis, du Royaume-Uni et d'Israël.

 

Le 25 avril, le Pakistan a procédé à son tour au lancement d'un missile balistique de moyenne portée, le Shaheen-1A, capable de frapper, comme d'ailleurs le reste de l'arsenal pakistanais, les grandes villes indiennes. Ce test réussi a été pris comme un avertissement par New Delhi, qui, en dépit des récentes tentatives de rapprochement économique, entretient des rapports tendus avec Islamabad (trois guerres ont opposé les deux pays depuis 1947). Côté indien, si les premiers missiles Agni visaient le Pakistan, le surnom des dernières séries IV et V, China Killers, ne laisse aucun doute sur leur objectif. L'Inde en effet n'a pas l'intention de se laisser dépasser par la Chine, dont la puissance militaire et économique inquiète plus que jamais toute la zone Asie-Pacifique.

 

La République populaire affirme régulièrement la nature strictement « pacifique » de sa montée en puissance militaire et soutient que la modernisation de son armée n'est destinée qu'à « défendre » le pays. Il n'empêche : l'augmentation de ses capacités de frappe et la modernisation de son appareil militaire (missiles DF-21D terre-mer anti-porte-avions guidés par satellite, porte-avions, avions furtifs J-20) font trembler les états-majors asiatiques. Tandis que les États-Unis et les puissances européennes désarment depuis des années, le budget chinois de la défense augmente depuis deux décennies au rythme de plus de 10 % par an. Il devrait même doubler d'ici à trois ans. En 2011, la Chine a dépensé 143 milliards de dollars* (108 milliards d'euros) pour sa défense, soit 100 milliards de plus que son rival indien.

 

Bras de fer militaire

 

Parallèlement, un bras de fer militaire plus conventionnel se joue en mer de Chine, où Pékin revendique un grand nombre d'archipels et d'îlots que convoitent également huit pays riverains : Taiwan, les Philippines, la Malaisie, Brunei, l'Indonésie, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam. Cette zone située entre l'extrémité de la péninsule malaise et le détroit de Taiwan constitue une artère vitale pour le commerce international et l'approvisionnement en pétrole entre l'Asie orientale, le Moyen-Orient et l'Europe. Traversée annuellement par plus de 50 000 navires, soit le triple du trafic du canal de Panamá et le double de celui du canal de Suez, elle recèle en outre d'abondantes richesses offshore - halieutiques, métallurgiques, mais surtout gazières et pétrolières - que la Chine considère comme sa chasse gardée.

 

En 2009, cette dernière avait déjà réussi à dissuader la filiale anglaise de BP de s'installer au Vietnam. Aujourd'hui, elle juge « illégale » la signature, le 5 mars, d'un contrat entre le géant russe Gazprom et la compagnie d'État PetroVietnam en vue de l'exploitation des réserves d'hydrocarbures offshore du bassin de Nam Con Son.

 

 

La mer de Chine devient donc une véritable poudrière que certains spécialistes n'hésitent pas à comparer aux Balkans avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le Pentagone lui-même, qui a dévoilé au mois de janvier sa nouvelle stratégie, semble avoir pris conscience, après dix années d'errements en Irak et en Afghanistan, de l'importance cruciale de la région Asie-Pacifique pour la paix et la sécurité. D'où l'urgence d'y accroître la présence militaire américaine afin de lutter contre la prolifération nucléaire (notamment en Corée du Nord) et de garantir la « libre circulation sur les voies de navigation et de commerce ». Et ce par trois moyens principaux : le renforcement de l'armement, le redéploiement des troupes et la multiplication des exercices militaires conjoints avec des pays comme les Philippines, la Corée du Sud ou l'Australie.

 

Les manoeuvres américano-philippines du mois dernier en mer de Chine témoignent de cette nouvelle stratégie. Elles ont eu lieu au lendemain d'un incident naval entre navires philippins et chinois au large du banc de Scarborough, zone maritime que se disputent les deux pays. Ce n'est certes pas le premier incident de ce type - beaucoup d'autres ont eu lieu au large des Philippines, mais aussi du Vietnam et de Taiwan -, mais, en raison de sa durée (plus de trois semaines au moment où ces lignes sont écrites), il prend valeur de test. Les autres nations d'Asie du Sud-Est observent avec attention la capacité des Philippines, seules ou avec l'aide des États-Unis, à tenir tête à Pékin.

 

Si une guerre venait à éclater, les Philippines ne pourraient en effet opposer aux forces navales chinoises qu'une bien maigre flotte : un ancien vaisseau de guerre américain datant de la guerre du Vietnam, quelques patrouilleurs achetés au Royaume-Uni et à la Corée du Sud, une dizaine de navires rescapés de la Seconde Guerre mondiale... C'est bien peu.

 

Même chose dans les airs. Dépourvue d'avions modernes capables de rivaliser avec les appareils chinois basés sur l'île de Hainan, la Navy Air Force philippine cherche à se doter de nouveaux trainer jets sud-coréens. Mais ce qui fait le plus cruellement défaut aux Philippins, ce sont des sous-marins. Car depuis 2005 la Chine s'est dotée de submersibles diesels électriques ultraperfectionnés. Et particulièrement silencieux.

 

"L'enjeu majeur des soixante prochaines années"

 

Même basiques, les sous-marins demeurent en effet difficiles à détecter et à détruire. En 2010, les submersibles nord-coréens avaient démontré leur capacité de nuisance en coulant la corvette sud-coréenne Cheonan (46 victimes). Tous les pays asiatiques ont compris la nécessité d'en acquérir. D'ici à 2015, le Vietnam va acheter quatre submersibles russes ; la Malaisie, deux Scorpène français ; et Singapour, deux Archer et quatre Challenger de la marine suédoise. La Thaïlande négocierait pour sa part avec l'Allemagne l'acquisition d'au moins deux sous-marins. Et l'Indonésie vient de recevoir le premier des quatre qu'elle a commandés à la Corée du Sud.

 

Enfin, devenue le pivot du redéploiement stratégique américain, notamment parce que son éloignement géographique constitue un avantage face aux missiles chinois, l'Australie a resserré ses liens avec les États-Unis. Elle a notamment accepté l'installation sur son territoire de 2 500 marines qui prendront prochainement leurs quartiers à Darwin, dans le nord du pays. À Brisbane, plus au sud, une nouvelle base accueillera navires de guerre et sous-marins de l'US Navy. Quant à la base navale HMAS Stirling, à Perth, dans l'Ouest, qui accueille déjà les six sous-marins Collins australiens, elle sera mise à disposition de la marine et de l'aviation américaines. Enfin, l'archipel des Cocos (ex-îles Keeling), à près de 3 000 km de Perth et 800 km de l'île indonésienne de Java, devrait accueillir prochainement une base aérienne pour les avions de surveillance américains P-8 et les drones Global Hawk.

 

Face à ce réarmement général, les avertissements de Hillary Clinton apparaissent donc plus que fondés. Oui, la zone Asie-Pacifique sera « l'enjeu majeur des soixante prochaines années ». Mais pour les États-Unis, le défi est double. Il leur faut faire preuve de fermeté sur le plan militaire, tout en veillant à ménager les sensibilités. Car la présence de leurs troupes n'est en effet pas toujours vue d'un très bon oeil par les Asiatiques... 

* Stockholm International Peace Research Institute (Sipri).

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 17:05
India's Reply To China's Anti-Satellite Weapon

 

May 11, 2012 by Defence News Admin

 

The Agni-V ICBM is definitely India's answer to China's anti-satellite weapon which it had tested in January 2007.

 

The Agni-V ICBM is definitely India's answer to China's anti-satellite weapon which it had tested in January 2007. The US responded to the Chinese test by downing an unused satellite in 2008. In June 2010, the US indicated that they would consider a new treaty for restrictions on space-based weapons.

 

"Today, we have developed all the building blocks for an anti-satellite (ASAT) capability," scientific adviser to the defence minister and Defence Research and Development Organisation (DRDO) chief Vijay Saraswat told media persons. The Agni-V test opened a new flank of vulnerability in India's $12 billion (Rs.60,000 crore) space infrastructure.

 

India has 10 satellites including the Indian Space Research Organisation (ISRO) latest Radar Imaging Satellite (RISAT) 1. The satellite was launched on April 26 and has the capability to spy and identify one-metre wide objects from space. China's alarming test spurred India's quest for a similar satellite-killing system and the Agni-V gave way to that technology.

 

The rocket engines and the guidance system on the Agni-V can be modified & used to make it a potent satellite killer. The Agni-V ICBM scaled a height of 600 km before re-entering the atmosphere during the first test.

 

DRDO will field a full-fledged ASAT weapon based on Agni and ad-2 ballistic missile interceptor by 2014. The ASAT weapon will although not be publicly tested.

 

This was confirmed by Saraswat who says that India will not test this capability through the destruction of a satellite. Such a test risked showering lethal debris in space that could damage existing satellites. Instead, India's ASAT capability would be fine-tuned through simulated electronic tests.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 21:45

cyber warfare

 

2012-04-05 (China Military News cited from Reuters and by Joseph Menn)

 

A hacker has posted thousands of internal documents he says he obtained by breaking into the network of a Chinese company with defense contracts, an unusual extension of the phenomenon of activist hacking into the world's most populous country.

 

The hacker, who uses the name Hardcore Charlie and said he was a friend of Hector Xavier Monsegur, the leader-turned- informant of the activist hacking group, LulzSec, told Reuters he got inside Beijing-based China National Import & Export Corp (CEIEC).

 

One preview of CEIEC hacked files, from Hardcore Charlie

 

He posted documents ranging from purported U.S. military transport information to internal reports about business matters on several file-sharing sites, but the authenticity of the documents could not be independently confirmed.

The Beijing company, better known by the acronym, CEIEC, did not respond to a request for comment. U.S. intelligence and Department of Defense officials had no immediate comment.

 

CEIEC's website says the company performs systems integration work for the Chinese military.

 

Cyber-spying, both economic and political, is a growing concern for companies and governments around the world. The Chinese government is often accused of promoting, or at least tolerating, hacking attacks aimed at Western targets. But Chinese institutions have rarely been publicly identified as victims of such attacks.

 

Hackers associated with LulzSec have largely targeted Western defense contractors and law enforcement, although some of their attacks may have been driven by FBI informants. LulzSec is a spin-off of Anonymous, an amorphous collective that uses computer break-ins to promote social causes and expose what members see as wrongdoing by governments and corporations.

 

Hardcore Charlie said in email and Twitter conversations with Reuters that he had worked with others to crack the email passwords that got him inside CEIEC.

 

In particular, the hacker said he worked with an associate who calls himself YamaTough on Twitter, another former ally of Monsegur who recently released stolen source code for old versions of security products made by Symantec Corp (SYMC.O).

 

YamaTough had also been involved in an incident in which fake documents, purportedly from Indian military intelligence, were mixed with genuinely purloined documents, raising the possibility Hardcore Charlie had pursued a similar strategy in posting the alleged CEIEC documents.

 

Hardcore Charlie described himself as a 40-year-old Hispanic man in a country close to the United States. He said he did not have strong political leanings, but was concerned the Chinese company had access to material about the U.S. war effort in Afghanistan, as some of the documents suggest.

 

He said he planned to "explore" the computer networks of other Chinese companies.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 12:51
Deux OPV chinois pour la marine du Nigeria

 

03.04.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a approuvé l’achat de deux OPV de 1 800 tonnes ; une ligne de crédit de 42 millions de dollars avait été ouverte dans le budget de la défense pour 2012. Le premier sera construit en Chine et la moitié du second sera réalisée au Nigeria.

 

Il s’agit de navires de 95 m de long, capable d’atteindre 21 nœuds et de tenir la mer pendant 20 jours. L’équipage comportera 70 marins. Ces OPV seront armés d’un canon de 76 mm et de deux de 30 mm ; ils pourront accueillir un hélicoptère et rempliront des missions de patrouille maritime, de surveillance des zones économiques (ZEE) et de protection des zones d’extraction offshore.

 

Ces achats s’inscrivent dans un effort conséquent de modernisation des moyens de la marine. Le budget 2012 prévoit l’achat de trois patrouilleurs rapides de type Shaldag Mk III, de trois patrouilleurs de 24 m et de six Manta Mk II ASD de 17 m (commandés à Suncraft Group qui en a déjà livré 15), pour un coût total de 13,7 millions de dollars. Une enveloppe de 6,5 millions est prévue pour l’achat d’hélicoptères et de pièces de rechange.

 

Le Français OCEA va livrer 3 bateaux. Le 13 mars dernier ont commencé, au large de Saint-Nazaire, les essais à la mer des trois patrouilleurs de 24 m qui seront livrés au Nigeria par le chantier vendéen OCEA (cliquer ici pour lire un article à ce sujet sur le site Mer et Marine).

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 08:45

H-6M-Bomber.jpg

Chinese Air Force H-6M Bomber

 

2012-03-17 (China Military News cited from aviationweek.com and by Richard D. Fisher, Jr.)

 

As China starts to put together a modern, integrated air force, which could reach 1,000 fighters by 2020, it is developing the components of a future force of stealthier combat aircraft, new bombers and unmanned, hypersonic and possibly space-based combat platforms. These could emerge as soon as the early 2020s.

 

This dual track was illustrated in late 2010 by two events. One was the People’s Liberation Army Air Force’s (Plaaf) first foreign demonstration of its modern capabilities: a combined-force mission of Xian Aircraft Co. H-6 bombers supported by Chengdu Aircraft Co. J-10 multi-role fighters, KJ-2000 airborne early warning and control aircraft. and H-6U tankers for an exercise in Kazakhstan. The other was the unveiling four months later of the Chengdu stealth fighter prototype, widely known as the J-20, followed in early 2011 by its first official flight.

 

The modernization drive relies on a comprehensive aerospace technology development program that started in the early 1990s. The first underlying doctrine was guided by “access denial” strategies that gelled in the late 1990s and focused on conflict over Taiwan. They were followed after 2005 by “New Historic Mission” strategies, propelling the PLA to dominate at greater distances and to build new, farther-reaching expeditionary capabilities.

 

To speed development of new weapons, the PLA has encouraged defense- sector competition since major logistics reforms in 1998, at the price of subsidizing greater redundancy. Though less prevalent in aerospace than in other defense fields, there is significant redundancy in combat aircraft, unmanned aircraft, electronics and weapons development and production.

 

Chengdu and the Shenyang Aircraft Co., China’s main fighter concerns, manage both stealthy and conventional fighter programs. China purchased 176 Sukhoi Su-27SK/UBK/Su-30MKK/MK2 twin-engine fighters, and co-produced over 100 more as the J-11 under license from Russia. In 2008, Shenyang started delivering the unlicensed J-11B with indigenous engines, radar and weapons, and today it is China’s most capable domestic production fighter. More than 120 J-11B and twin-seat J-11BSs serve in the air force, and are expected to be upgraded with better engines and an active, electronically scanned array (AESA) radar as they become available. A dedicated attack version of the J-11BS dubbed the “J-16” may also include these upgrades. Though it lost to Chengdu for the heavy stealth-fighter program, there is a persistent buzz that Shenyang is self-funding a medium-weight stealth warplane, perhaps called “J-60.”

 

Shenyang’s J-15, a near-facsimile of the Sukhoi Su-33 carrier-based fighter, is leading a new era of growth for the PLA navy’s air force. Having undergone land-based testing over the last year with the short-takeoff but arrested-recovery (Stobar) system to be used by China’s first aircraft carrier, the refurbished Russian Varyag, the J-15 could begin carrier-based testing later this year and when fully developed could prove as potent as the Boeing F/A-18E/F. An initial carrier air wing will include Changhe Z-8 airborne early warning and control helicopters with airborne early warning radar, and perhaps Russian Kamov Ka-32 anti-submarine and Ka-31 AEW helicopters.

 

J-11B-Fighter.jpg

J-11B Fighter

 

A twin-turboprop E-2 class airborne early warning/antisubmarine warfare (AEW/ASW) aircraft is under development, perhaps for conventional-takeoff-and-landing (CTOL) on two nuclear carriers that may follow two more non-nuclear Stobar carriers. In November 2011, images emerged of a long-awaited ASW version of the Shaanxi Y-8 “New High” medium transport, which will finally give the navy an oceanic ASW and maritime surveillance platform.

 

Since 2003, more than 200 of Chengdu’s “low end” canard-configuration single-engine J-10A and twin-seat J-10S fighters have entered service—forming the low end of a high-low mix with the larger J-11B. Production may soon switch to the upgraded J-10B equipped with an AESA radar, infrared search and track sensor, radar cross-section reduction measures and improved electronic warfare system. One J-10B prototype has been tested with a version of the Shenyang-Liming WS-10A turbofan. This fighter may be the basis for the “FC-20” version expected to be purchased by Pakistan

 

Just before the service’s 60th anniversary in October 2009, a Chinese air force general stated that their next-generation fighter would enter service between 2017 and 2019, though a late- 2010 report of PLA interest in purchasing the Russian AL-41 turbofan for this fighter might accelerate that timeline. Since its emergence on the Internet in late 2010, Chengdu’s stealthy twin-engine canard J-20 has been photographed and videoed extensively undergoing testing at Chengdu. Expected to be fitted with 15-ton-class thrust-vectored turbofans in its production form, this aircraft is expected to be capable of supercruise and extreme post-stall maneuvering, and will be equipped with an AESA radar and distributed infrared warning sensors.

 

In 2005 a Chinese official said that an “F-35”-class program was being considered by Chengdu. China also has long been interested in short-takeoff-and-vertical-landing (Stovl) fighters, and long-standing Russian and Chinese reports point to a possible Chengdu program based on technology from the Yakovlev Yak-141, a supersonic Stovl prototype tested in the late 1980s.

 

A potential development of medium-weight stealth fighters by 2020 would cap an expected decade of more intensive export offerings. While the export effort is led by Chengdu’s FC-1/JF-17 cooperative program with Pakistan (which could acquire up to 300 fighters) and the fighter could yet be purchased by the air force, greater international appeal may follow its being equipped with a Chinese engine—a likely near-term prospect.

 

But China is already laying the foundation for sales of the FC-1, and perhaps the J-10B and J-11B, by aggressively marketing low-cost trainers like the Hongdu K-8 and the supersonic L-15, with generous financing credits and production technology transfers. This “food chain” strategy has worked in Pakistan, and could be repeated in Egypt and as far away as Latin America. Venezuela and Bolivia are customers for light attack versions of the K-8 and Venezuelan officials reportedly visited the Chengdu factory in late 2011.

 

The Chinese air force and navy have taken delivery of about 170 of the twin-engine Xian JH-7/JH-7A strike fighters, with indications that Xian may be developing a reduced-signature variant. Approaching the longevity and mission evolution of the Boeing B-52, Xian’s latest version H-6K bomber entered low-rate production in 2010, equipped with more powerful and efficient Progress D-30KP turbofans and a redesigned nose with modern radar and optics. The bomber is armed with more than six land-attack cruise missiles. Little is known about Xian’s follow-on bomber program, except that it could emerge this decade. In late 2009 an “official” model of a large, stealthy delta-wing bomber was revealed, though its provenance is unknown. In early 2010 Chinese academics from the prestigious Institute of Mechanics, a leading hypersonics research center, produced a paper on an apparent large aircraft with a Mach 3 cruise speed, with illustrations and wind tunnel models indicating it could be an optionally manned platform.

 

This year or next, Xian is expected to unveil a new 50-60-ton payload Y-20 four-engine strategic transport. While the Comac C919 twin-turbofan regional airliner is an established, well-known program, Chinese officials are far more reticent about a Boeing 767-sized widebody four-turbofan airliner program at Xian. Though its business case may be unclear, this platform could serve multiple military missions.

 

To power its aerospace transformation, China has purchased about 1,000 Russian Saturn AL-31 turbofans for its Su-27/J-11 and J-10A fleets, which are receiving Chinese-developed service-life extensions. But after 25 years of intensive investments, new Chinese fighter and large high-bypass turbofan engines are emerging. In 2008 the Shenyang-Liming WS-10A was good enough to enter service with the J-11B, perhaps slightly below thrust goals at 12.7 tons, but it now powers the J-11BS and prototypes of the J-15 and J-10B. Shenyang-Liming may also be working toward a 15-ton variant of this engine. The Gas Turbine Research Institute has put a new 8-9.5-ton-thrust turbofan on one FC-1 and has advanced the development of a 15-ton engine for J-20. Shenyang-Liming, Xian and the Avic Commercial Aircraft Engine Co. have 13+-ton-thrust high-bypass turbofan engine programs to power military and commercial transports, and perhaps a new bomber.

 

Prototypes of the J-10B use China’s first fighter-sized AESA radar by the Nanjing Research Institute of Engineering Technology (NRIET) and future versions of the J-11 and J-15 fighters are expected to have AESA. NRIET’s mechanically scanned array radar on the J-10A and FC-1 can manage two simultaneous air-to-air missile (AAM) engagements at over 100 km (62 mi.). The Luoyang PL-12 actively guided AAM may have a range of 100 km, while the helmet-sighted PL-8 and PL-9 short-range AAMs may be replaced with a helmet-display sighted PL-10. Two companies produce families of satellite and laser-guided munitions, down to 50-kg (110-lb.) weapons for unmanned combat air vehicles.

 

China has developed a plethora of AEW platforms. The Plaaf itself uses the “high end” KJ-2000, based on the Beriev A-50, and the smaller KJ-2000 based on the Xian Y-8 turboprop transport, with a “balance beam” AESA antenna like that of the Saab Erieye. China has also exported the Y-8-based ZDK-03 with a “saucer” radar array to Pakistan. These will be joined soon by the Chengdu/Guizhou Soar Dragon box-wing strategic UAV.

 

Leadership for space warfare is being sought by the air force, and its leaders clearly enunciated new strategies calling for space warfare capabilities in late 2009. But today China’s manned and unmanned space program is controlled by the General Armaments Department of the Central Military Commission. The air force’s case, however, could be advanced by Chengdu’s small Shenlong spaceplane—which may have undertaken initial sub-orbital tests by late 2010—and could be developed into an X-37B-like craft. In 2006, engineers from the China Academy of Space Launch Technology outlined plans to build a 100-ton+ space shuttle-like spaceplane, perhaps by 2020, or a more efficient sub-orbital hypersonic vehicle that would launch attached payloads. “Flying” platforms could fall under air force control, while “dual use” missions of PLA-controlled satellites and manned space platforms could remain under GAD control.

 

But a clash could also occur over the future ballistic missile defense mission, which Asian military sources suggest could be realized by the mid-2020s. The successful warhead interception of January 2010 was likely a GAD program, but the air force’s expected development of very-long-range anti-aircraft missiles with anti-ballistic missile capabilities might also justify its potential claim on mission leadership.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 21:53

National Emblem of the People's Republic of China.svg

 

15/03/2012 Frédéric Pons - valeursactuelles.com

 

Soldats chinois à l'entraînementLa Chine investit massivement dans ses forces armées. Elle s’ouvre aussi à la communication pour rassurer le monde. Reportage à Pékin, Shanghai et Nankin.

 

« Désirez-vous leur donner l’ordre de commencer ? » me demande aimablement le colonel Liu Ba Oqan, commandant adjoint de la 179e brigade motorisée. Surpris, j’accepte, bien sûr. Au garde-à-vous, ainsi que l’exige l’usage militaire, je saisis le micro : « Compagnie de reconnaissance du 2e bataillon, à mon commandement ! Commencez l’exercice! » Les haut-parleurs dirigés vers les 150 soldats d’élite crachent mon ordre, traduit par le commandant Liu Tao. Tirs de précision, gymnastique militaire, maniement de baïonnette, assaut d’un village ennemi : la démonstration doit prouver la qualité opérationnelle de cette brigade motorisée, fierté de la ville de Nankin, à une heure de TGV au nord de Shanghai.

 

Je savoure le thé vert offert par le colonel et cette faveur rare pour un Occidental : pouvoir donner un ordre à l’avant-garde de cette “armée populaire de libération” (APL) de 2,3 millions d’hommes, la plus grande force militaire du monde, dont les capacités, mal connues mais supposées immenses, inquiètent tout le Sud-Est asiatique.

 

Ce geste courtois et ces belles marques d’hospitalité confirment la politique d’ouverture de la défense chinoise. « Nous voulons communiquer pour mieux nous adapter au monde moderne », disent les officiers, dans une belle unanimité, dont les éléments de langage sont verrouillés à chaque niveau par les commissaires politiques. En résumé : « Nous sommes une force pacifique au service du peuple et de la paix. »

 

Le mot clé est modernisation. « Nous avons la double mission de réaliser la mécanisation et l’informatisation de la Défense nationale, de pair avec celles du pays tout entier, explique le colonel Geng Yansheng, porte-parole de l’APL. Nos capacités actuelles ne sont pas à la hauteur des défis de sécurité, dans un environnement international porteur d’incertitudes et d’instabilité. La croissance rationnelle et raisonnable des budgets sera maintenue. »

 

Ce travail de modernisation se vérifie à Nankin, l’ancienne “capitale du Sud”, au sein de la brigade Linfen, du nom d’une bataille de 72 jours et 72 nuits en 1948. Cette “brigade de l’infanterie glorieuse”, unité amphibie de 4 800 hommes, est montrée avec fierté aux étrangers de passage. Richement dotée, elle bénéficie d’équipements neufs et de tenues de combat plus modernes que les sacs informes que portent encore la majorité des soldats chinois.

 

Ce n’est pas la réalité de toute l’armée. Les matériels et les véhicules qu’on nous montre sont trop neufs. Un attaché de défense le confirme : « Cette brigade d’élite est d’abord une vitrine de la nouvelle APL. » Le maniement des kalachnikovs, baïonnette au canon, digne du grand cirque de Pékin, et le spectaculaire exercice de corps à corps, agrémenté de plongeons et de roulades dans un grand bac à sable, confirment cette vocation démonstrative.

 

« Sha ! Sha ! Sha ! » Les commandos amis – la “force rouge” – se ruent en hurlant à l’assaut de l’ennemi – la “force bleue” – , retranché dans le village d’exercice. Les éclaireurs “rouges” grimpent comme des chats sur la façade d’un immeuble, à l’aide d’immenses bambous qui évoquent des films de kung-fu médiéval. Explosions, fumées, hur lements sauvages. « Sha! Sha! » Je demande la traduction. Traduction, après un court conciliabule : « Cela signifie : “Tuez ! Tuez ! » Dans cette “armée au service de la paix”, les fondamentaux de l’entraînement commando sont les mêmes qu’ailleurs…

 

À 200 mètres, les cibles dégringolent les unes après les autres, éliminées par des tireurs d’élite. Les emplacements du pas de tir doivent être connus au centimètre près. Le show est parfait. Je me montre dubitatif. Vexé, le colonel me demande de désigner n’importe quelle cible à n’importe quel tireur. Le soldat de 1re classe Wan Hwe, 21ans, deux ans d’armée, fait mouche aussitôt. Il est gris d’émotion quand je le félicite. « Ils s’entraînent beaucoup, près de 132 jours de terrain, dont 20 % de nuit et un mois d’exercice amphibie », sourit fièrement son colonel de 38 ans, sanglé dans une tenue impeccable – treillis moucheté et casque ergonomique – , d’une ressemblance frappante avec les treillis américains. « Nous assurons aussi 400 heures de pédagogie politique par an », ajoute le colonel Zhang Zhi Zeng, le camarade commissaire politique.

 

Comme toute l’armée chinoise, ces militaires passent beaucoup de temps à travailler la terre. Chaque installation de l’APL possède ses propres cultures vivrières. C’est une tradition révolutionnaire autant qu’une nécessité. « Ce la sert à améliorer nos conditions de vie, sans peser sur le budget de l’État », explique le commissaire politique. L’APL est une grande entreprise aux productions variées. Même si elle a abandonné depuis 1998 les investissements dans le civil, elle pèse encore 10 % de l’économie chinoise, notamment dans la “reconstruction économique intérieure”.

 

« La mission essentielle de l’armée de l’air chinoise est de protéger le pays et de soutenir son développement économique, en participant à sa construction », confirme le colonel Yan Feng, de la 24e division aérienne de Tianjin. Ses aviateurs ne font pas que planter des choux, ramasser des pommes de terre ou porter secours aux populations sinistrées, comme lors du tremblement de terre du Sichuan. Ils s’entraînent aussi au combat : « 120 heures de vol par mois ». Lui-même pilote chevronné (3 700 heures de vol), le colonel refuse d’en dire plus : « La transparence militaire ne doit pas être absolue pour ne pas porter atteinte à la sécurité de l’État… » Attentif et impénétrable, le commissaire politique boit son thé à petites gorgées bruyantes.

 

Deux chasseurs J-10 en livrée bleu ciel sont présentés sur le tarmac immense et vide de cette base vouée à la défense aérienne de Pékin et du nord de la Chine, dans un rayon de 1000 kilomètres. Entré en service en mars 2003, le J-10 est le fleuron de l’aviation chinoise. On ne verra pas de pilote mais deux jeunes mécaniciens sont au garde-à-vous au pied de l’avion, tétanisés devant ces étrangers qui osent ausculter le J-10 sous toutes ses soudures. Il y a encore trois ans, photographier le J-10 était puni de prison. Le colonel Feng sourit. Il dit son admiration pour le Rafale français qu’il préfère à l’Eurofighter européen : « Mais il nous faut un avion fabriqué par la Chine. En cas de conflit, nous sommes ainsi sûrs de ne pas manquer de pièces détachées. »

 

C’est du côté de la marine que l’effort de modernisation est le plus grand, le plus évident, avec l’entrée en service du premier porte-avions chinois l’été dernier. La Chine était alors le seul membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu à ne pas avoir de flotte stratégique. Le rattrapage est en cours. Commencée à la fin des années 1980, cette montée en puissance rompt avec une tradition qui donnait la priorité aux forces terrestres. La marine chinoise a réussi son premier “tour du monde” en 2002, changeant la donne régionale. « La Chine passe d’une marine de cabotage à une marine de haute mer, pour le contrôle de zone et l’intervention », souligne un attaché de défense à Pékin.

 

La base navale Wusong assure le soutien de la flotte affectée en “mer de l’Est”. Le nombre de bâtiments de guerre en service dans cette zone est “secret défense” mais la frégate lance-missiles n° 539 Anqing en fait partie. Ce bâtiment lourd de 2 400 tonnes est à quai. Son équipage (150 marins), en tenue impeccable, nous attend, aux ordres du pacha, le capitaine de vaisseau Zhao Bi Fei, 35ans.

 

« Nous faisons entre 180 et 200 jours de mer par an. » Faut-il le croire ? L’officier aligne les chiffres et semble réciter le Livre blanc sur la défense chinoise de mars 2011. Sa frégate paraît trop neuve. « Elle a été repeinte l’an dernier ! » À regarder de près, on ne voit aucune trace d’usure mécanique, ni sur les tubes de roquette ni sur les saisines d’hélicoptère. La salle d’opérations ressemble à un décor d’exposition navale et les sièges sortent à peine de leur housse de livraison. « Ce bateau n’a pas navigué depuis longtemps », me confie plus tard un attaché naval, amusé.

 

Le porte-avions “Shi-Lang” va “projeter” la puissance chinoise

 

Avec sa technologie de la fin des années1980 et une activité opérationnelle probablement très réduite, la frégate Anqing illustre l’état actuel de la flotte chinoise : matériels rustiques, capacités limitées. Fierté de tous, le porte-avions Shi-Lang est le symbole du grand bond en avant de l’armée chinoise. Mis sur cale en 1985 en Ukraine, entré en service dans la marine russe en 1991, l’ancien Admiral-Kouznetsov fut racheté par la Chine en 2000. Ce bâtiment de 60000 tonnes à pleine charge (304 mètres de long), capable d’accueillir 22 avions, sert pour l’instant de plate-forme d’essais. Aucun étranger ne peut encore le voir. Le Shi-Lang annonce pourtant la nouvelle ambition océanique des Chinois, leur volonté de “projection de puissance”. Deux autres porte-avions devraient être commandés.

 

La Chine donne la priorité à la sécurité de son immense zone maritime (3 millions de kilomètres carrés), avec une attention toute particulière pour la mer de l’Est, 950000 kilomètres carrés, qui borde Shanghai, capitale de la région la plus peuplée (280 millions d’habitants) et la plus riche (un tiers de la richesse du pays). Dans cette zone traditionnelle de trafics et de contrebande, au débouché de l’immense fleuve Yang-tseu-kiang, les moyens semblent dérisoires. Les officiers chinois le reconnaissent, à demi-mot : « Nous devons veiller sur 6800 kilomètres de lignes côtières et sur 4600 îles. »

 

La zone la plus sensible est plus au sud, vers le petit archipel des Spratly (Nansha pour les Chinois), en mer de Chine méridionale. Ces “cailloux” riches en hydrocarbures sont contestés à la Chine par le Viêtnam, les Philippines, Taiwan. Le Global Times de Pékin, propriété du Quotidien du peuple, le journal du Parti communiste chinois, a prévenu tout le monde : « Si ces pays ne changent pas de comportement vis-à-vis de la Chine, ils vont devoir se préparer au son du canon. Cela pourrait être le seul moyen de résoudre nos disputes maritimes. »

 

Au-delà de leurs frontières, les Chinois veillent à la sécurité de leurs voies maritimes. Les marins racontent avec fierté leur lutte contre la piraterie au large d’Aden, engagée depuis 2008. Leur présence au débouché pétrolier du golfe Persique sécurise leurs approvisionnements énergétiques, malgré des capacités qui restent limitées. « Ils sont passés de la pataugeoire au grand bain sans enlever leurs bouées », sourit un expert.

 

À l’état-major, le colonel Geng Yansheng insiste sur cette présence nouvelle de militaires chinois dans les zones de crise. La première intervention extérieure remonte à avril 1990, au Moyen-Orient, avec cinq observateurs. Depuis, 18 000 soldats chinois ont servi dans une vingtaine d’opérations de paix, en Irak et au Koweït, au Liban et au Cambodge, en Afrique, dans les Balkans, en Afghanistan. « Nous ne cherchons aucun intérêt de puissance, rassure le colonel. Notre politique est axée sur le développement pacifique, et notre stratégie de défense et de contre-attaque en légitime défense refuse l’hégémonisme et l’expansion militaire. »

 

Cette “armée du besoin” doit d’abord protéger les 22 000 kilomètres de frontières terrestres et les 18 000 kilomètres de frontières maritimes du pays. La sécurité intérieure reste la priorité absolue. « Le rôle de l’armée est de maintenir l’ordre social et de protéger le peuple, rappelle le colonel Yansheng. Il existe des menaces très sérieuses… comme les forces sécessionnistes. » Où ? Au Tibet, au Xinjiang et aussi à Taiwan.

Partager cet article
Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 08:45

http://info-aviation.com/wp-content/uploads/2012/02/Robert-Gates-%C3%A0-P%C3%A9kin.jpg

Robert gates à Pékin en janvier 2011

 

15.02.2011 par Edouard Maire - info-aviation

 

Le budget militaire de la Chine, si souvent critiqué par l’Occident, stimule aussi les dépenses militaires de l’Asie et profitent indirectement aux fournisseurs d’armes américains et européens.

 

Les avions de combat de Lockheed Martin (F-35, F-22, F-16) et de Boeing (F/A-18) sont actuellement exposés au salon aéronautique de Singapour. Les deux plus grands entrepreneurs de la défense des États-Unis se préparent à rivaliser avec l’Eurofighter (EADS) et Saab sur un appel d’offres de 7 milliards de dollars lancé par la Corée du sud. D’autres compétitions similaires sont ouvertes au Japon et en Inde.

 

Les dépenses militaires de l’Asie-Pacifique pour les avions de combat, les missiles et d’autres équipements est appelé à croître en moyenne de 4,2% par an, atteignant 114 milliards de dollars en 2016, selon le cabinet Frost & Sullivan, en raison de la forte croissance économique et des tensions géopolitiques, notamment dans la mer de Chine du Sud, la péninsule coréenne et le détroit de Taiwan. Le budget de la défense chinois augmentera à lui-seul de 14% chaque année jusqu’en 2015, selon Goldman Sachs Group Inc.

 

Taïwan va moderniser sa flotte de F-16 pour contrer la menace chinoise. Budget : 3,7 milliards de dollars (Lockheed Martin).

 

« L’augmentation des recettes publiques signifie que plus d’argent est disponible pour les dépenses de la défense », a déclaré Tim Huxley, directeur exécutif de l’Institut international d’études stratégiques en Asie à Singapour. « De nombreuses parties de l’Asie sont également précaires ce qui crée un sentiment d’insécurité chez les gouvernements. »

 

Les bombardements par la Corée du Nord et l’attaque d’un navire de guerre qui a tué 50 marins sud-coréens en 2010 ont clairement tendu la situation. La Corée communiste dispose d’une armée de 1,2 million d’hommes, de missiles balistiques et d’assez de plutonium pour une demi-douzaine d’armes nucléaires, selon les estimations de l’armée américaine.

 

La Chine travaille sur son premier porte-avions et son nouvel avion furtif J-20. En 2011, le pays a prévu d’augmenter ses dépenses militaires de 13% à 601,1 milliards de yuans (95 milliards de dollars), a déclaré Li Zhaoxing, porte-parole du Congrès national de la Chine populaire. La Chine stimule son budget pour remplacer son matériel de combat vieillissant et met davantage l’accent sur sa sécurité nationale au milieu de la montée des tensions territoriales, analyse Ronald Keung et Tom Kim de l’institut Goldman Sachs.

 

Taïwan, qui est considérée par la Chine comme une province renégate*, va mettre à niveau 146 chasseurs F-16 par Lockheed Martin dans un programme estimé à 3,7 milliards de dollars selon le ministère de la Défense taiwanais. La modernisation des F-16 pourrait aussi inclure l’installation de nouveaux radars et systèmes de navigation.

 

De son côté, la Corée du Sud envisage d’acheter 60 avions de combat. Les candidats à l’appel d’offres sont le F-35 de Lockheed Martin, le F-15 de Boeing, le Typhoon du groupement Eurofighter et le Gripen de Saab. La Corée compte aussi acquérir des hélicoptères d’attaque pour son armée de terre et sa marine, et envisage même l’achat de véhicules aériens sans pilote.

 

Le Japon n’est pas en reste. En décembre 2011, Lockheed Martin a signé une commande pour livrer 42 avions F-35 au pays du soleil levant. Cette acquisition pourrait coûter jusqu’à 1,6 milliards de yens (21 milliards de dollars) pour acheter, exploiter et entretenir durant plus de 20 ans les F-35, selon le ministère de la défense japonais. Singapour a également signé en tant que partenaire de développement pour l’avion de combat F-35. Il s’agit du programme d’armement le plus cher de l’histoire américaine (382 milliards de dollars).

 

L'Inde a choisi le Rafale pour rivaliser avec la Chine et le Pakistan. Budget : 11 milliards de dollars (Dassault).

 

L’Inde, autre grand géant d’Asie (et adversaire potentiel de la Chine), a récemment sélectionné le Rafale de Dassault Aviation pour son appel d’offres MMRCA portant sur 126 avions de combat. Des négociations exclusives sont en cours.

« L’Eurofighter qui est déjà en lice sur l’appel d’offres sud-coréen, est aussi candidat en Malaisie et dans le Golfe persique », a déclaré Enzo Casolini, le dirigeant d’Eurofighter, une joint-venture entre BAE Systems, Finmeccanica et Airbus. « L’Asie est « un marché important, » a t-il ajouté, « Exporter le Typhoon est également très important pour l’industrie européenne et pour l’économie européenne. »

 

L’Eurofighter a ralenti sa production à cause des réductions des budgets militaires européens effectués dans le cadre des plans d’austérité. Les dépenses militaires de l’Europe de l’Ouest ont baissé d’environ 5% l’an dernier et vont encore diminuer cette année selon l’agence de notation Fitch Ratings.

 

Pendant ce temps, les dépenses militaires de l’Asie-Pacifique ont augmenté de 14% en 2011, soit la plus forte croissance du monde selon Frost & Sullivan. Le Japon est le plus dépensier en matière de défense (derrière la Chine), avec une dépense de 54,5 milliards de dollars en 2010, selon le Stockholm International Peace Research Institute.

 

L’Inde est au troisième rang avec 41,3 milliards de dollars dépensés en 2011. Quant aux États-Unis, leurs dépenses mondiales ont atteint 698 milliards de dollars.

 

La Chine cherche également à profiter de la croissance des budgets de défense en vendant l’équipement intérieur développé à l’étranger. Lors du salon de Singapour, le groupe AVIC fera la promotion de l’avion de chasse JF-17 Thunder, qui a été développé avec le Pakistan. AVIC exhibera aussi son avion d’entraînement L-15, le Yilong, et le drone Ptérodactyle.

 

« Ce meeting permet à la Chine de montrer le pouvoir grandissant des entreprises de son industrie aérospatiale », a déclaré Ken Zhang, un analyste de la défense à Pékin. « AVIC a également besoin de stimuler ses exportations pour financer ses frais de recherche et développement car les marges sur les ventes à l’armée chinoise sont insuffisantes », ajoute t-il.

 

Lockheed Martin voit aussi l’Asie-Pacifique comme un gros client pour les technologies de défense antimissile, comme c’est le cas au Moyen-Orient depuis une décennie.

La Corée du sud a acheté 40 F-15 pour renforcer sa flotte. Budget : 4,4 milliards de dollars (Boeing).

 

« Nous observons les mêmes tendances en Asie pour la sécurité globale de la région », a déclaré Robert Stevens, dirigeant de Lockheed Martin, lors d’une conférence le 26 janvier avec des analystes. « La prolifération des technologies, le désir d’obtenir des missiles de plus grande performance, plus autonomes, plus précis, incitent les gouvernements asiatiques à obtenir une certaine protection contre les menaces de missiles balistiques. »

 

L-3 Communications, basée à New York, s’intéresse de près aux systèmes habités aéroportés de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, ainsi que les drones de surveillance pour l’Asie, a déclaré son directeur, Michael Strianese, lors d’une conférence le 31 janvier.

 

Raytheon, le plus grand fabricant mondial de missiles, prévoit que 30% de ses commandes et 26% de son chiffre d’affaires en 2012 viendraient de l’extérieur des États-Unis, notamment l’Asie et le Moyen-Orient.

 

« La forte croissance dans les pays émergents et la demande en équipements de défense est un bol d’air pour les fabricants d’armes occidentaux, » a déclaré l’agence Fitch, le 1er février. « À moyen terme, la dépendance sur les marchés émergents pour le secteur de la défense va continuer de croître. »

 

Lire aussi L’Asie : la nouvelle priorité militaire des États-Unis

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 18:00
Agni V: Will it Enhance India’s Deterrence against China?

Artist's impression of the launch of a Agni V missile.

 

November 29, 2011 By Bhartendu Kumar Singh / Institute of Peace and Conflict Studies (IPCS) – defpro.com

 

India’s Defence Research and Development Agency (DRDO) recently declared that it would be testing, for the first time, a 5000 km range Agni V missile by February 2012. It is construed to be a major leap in the country’s missile capability, over and above the 3000 km range Agni III missile that has already been accepted for induction into the armed forces, and Agni IV that has also been tested successfully. Together, these missiles are supposed to give a new meaning to India’s deterrence against China, since the new missiles, once operationally deployed, can reach distant but strategically important Chinese cities like Shanghai. But will the new feat in India’s armory dilute its ‘security dilemma’ against China?

 

For the record, the February trials of Agni V would be followed by a series of modifications and further trials. So it will take at least couple of years before the new missiles pass the entire test and are inducted and deployed in reasonable numbers in the Indian army. The 2014 deadline, as declared by the DRDO, seems to be a difficult target and may get delayed by a couple of years. Agni V apart, India is also lagging behind in developing the other components of the deterrence basket that it seeks to construct against China. These include, among others, a credible ballistic missile defence (BMD); the country has had limited success in intercepting incoming missiles with a range of 2000 km. DRDO’s claims notwithstanding, it will take many more years before India has similar deterrence for missiles that have a range up to 5000 km.

 

In designing the Agni V prototype against China, the Indian defence establishment realizes that all important cities and vital locations in China are either in the eastern or northern parts, far away from Indian soil, and thus would require accuracy and precision that would require iterated testing. This is a time consuming process. Further, the real challenge from China is near the LAC where the Chinese have gained strategic advantage over India in all aspects of military preparations. Missiles, whether of a short or long-range, would be of no use to India in deterring a Chinese pushover ‘near the LAC’. India would require effective air power capable of defending its interests in border areas. Unfortunately, this is an area where India lags far behind China.

 

While Agni I and II are Pakistan-specific, Agni III, IV and V are China-specific. And yet, the far-off regions of China would still be out of reach for Indian missiles. Perhaps that explains why these missiles are not able to engender confidence against China. Cost-effective deterrence against China demands that India work out on an advanced version of Agni V capable of striking at 6000 km that will bring most of China within its target range. If missile defence is going to be the core element of India’s deterrence capability against China, the political leadership must give the go-ahead to an Agni VI project aimed exclusively at China.

 

In this context, China stands as an example. China’s missile programme has been a key area of its military modernization and is ahead of India by at least a decade. Today, China has all range missiles capable of reaching global locations. While it has deployed a sizeable number of SRBMs off the Taiwan Strait, it has also deployed IRBMs against India that are located in Tibet and Xinjiang. These missiles can attack any target in India and are in operational deployment. In order to improve its regional deterrence against India, as the US Department of Defense Report on Chinese military power (2010) reveals, China has now replaced older liquid-fuelled, nuclear capable CSS-3 IRBMs with more advanced and survivable solid-fuelled CSS-5 MRBMs.

 

Missiles apart, China is also way ahead in other aspects of military modernization. In January this year, China confirmed its first test flight of the J-20 stealth fighter jet. Thus, China is making progress faster than expected in developing a rival to Lockheed Martin’s F-22 Raptor, the world’s only operational stealth fighter designed to evade detection by enemy radar. This will be over and above its most advanced aircraft presently in service: the Russian Su-30 and Su-27 fighters. As for the navy, President Hu Jintao has already made its modernization a priority. The PLA navy is upgrading its destroyers and frigates to sail further and strike deeper. China could also launch its first aircraft carrier by next year.

 

The speed and scope of Chinese military modernization has been seen with concern in New Delhi as evident from annual reports of India’s Ministry of Defence in recent years. Yet, the pace and nature of Indian military modernization is painfully slow and the asymmetric gap with China has only been widening. The development, testing and deployment of Agni V are not going to reduce this strategic reality. India needs to provide more vigour, focus, and perhaps resources, to its military modernization programme in order to manage the security dilemma with China.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 08:15

http://the-diplomat.com/flashpoints-blog/files/2011/11/U.S.-Navy-400x285.jpg

 

November 28, 2011 By David Axe - the-diplomat.com/flashpoints-blog

 

The Chinese People’s Liberation Army has a new maritime patrol plane apparently optimized for finding and destroying submarines. But whose submarines? And how effective will it be?

 

The first pictures of the Y-8F-600 patroller, a derivative of the Soviet-designed An-12 cargo plane, appeared online last week. Sources indicate the PLA has taken possession of two of the patrol planes, apparently for testing. The PLA traditionally builds large numbers of new warplanes only after extensive trials and design changes.

 

The patroller appears to be equipped with a surface search radar, an infrared sensor, a magnetic boom for detecting submerged submarines and a bomb bay for torpedoes and other weapons.

 

 

“The appearance of the new Y-8 platform indicates that China is expanding its ASW ambitions,” Aviation Week journalist Bill Sweetman notes. “Building an aircraft is only a small part of the ASW battle. It also requires sensor and processing technology...and human expertise.”

 

Developing and sustaining an effective open-ocean anti-submarine capability, of the sort that can deter or defeat large, powerful nuclear-powered submarines (SSNs) in deep water, is a daunting challenge. During the Cold War, the U.S. Navy and the Japanese Maritime Self-Defense Force evolved complex Anti-Submarine Warfare (ASW) systems involving P-3 patrol planes, underwater sensors, surface vessels and their own submarines. The goal was to find and if need be sink Soviet subs before they could threaten U.S. and Japanese shipping.

 

In the decades since the end of the Cold War, the United States and Japan have shifted their sub-hunting focus towards China and its large force of diesel-powered submarines. Both countries have produced new patrol planes: the U.S. P-8 Poseidon and the Japanese P-1.

 

“Since this [the Y-8] is only a second generation ASW aircraft, it’s probably a generation behind P-8 Poseidon in terms of the platform and sensors,” notes “Feng,” a blogger from the highly-regarded website Information Dissemination.

For that reason, it’s likely the Y-8 patroller is meant to track the less-sophisticated submarines belonging to countries such as Vietnam and Taiwan – and only when they're close to shore where other Chinese forces can help.

 

“China has very limited ASW capabilities and appears not to be making major investments to improve them,” explains Owen Cote, Jr., an analyst at the Massachusetts Institute of Technology. “The ASW capabilities it does have appear focused on coastal defense, and on the threat posed by the diesel submarines of potential regional adversaries as opposed to American SSNs.”

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4a/Air_Force_Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg/750px-Air_Force_Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg.png

 

2011-11-21 (China Military News cited from asianweek.com and by Arthur Hu)

 

Aviation Week says that while the PLA dreams of the day when their fleet of aircraft carriers, stealth fighters and hypersonic anti-carrier missles  can park off California and play "Rolling Thunder" bombing targets in California and Washington and have a re-do of Pearl Harbor Chinese style, they have a LONG LONG way to go to even reach parity with European powers let alone the mighty US Navy.

 

(On the other hand, in case you haven't noticed, England, not so long ago queen of the seas for most recorded history is going to hell in a handbasket, they're scrapping their Harrier carriers and selling their neat Harrier force to the US for parts, and they grounded and scrapped all their Nimrod patrol aircraft. The other Navy we haven't heard much about, the Phillipines really is a pathetic excuse for an armed forces that can barely stand up to Al Queda, let alone China)

 

China's People's Liberation Army (PLA) is modernizing. It has acquired an aircraft carrier, developed at least one unmanned aerial vehicle, and a stealth fighter, and is trying its hand at public relations.

 

During a trip to China by French defense journalists in September, Gen. Chen Zhou, author of China's defense white paper published in March, said with some humor, "We are learning military transparency but can't do it overnight, and it does have limits as we cannot put state security in peril." Hence, there was no mention of Taiwan, details of the aircraft carrier, missiles or the nation's space program during the tour.

 

A recurring theme of the PLA hosts was the technology gap between China and the West. Chen claimed the PLA "has a 25-30-year technology gap. We haven't even completed the mechanization process and now we have to move into the digital age. Digitalization [of military equipment] is our biggest technological challenge."

 

Gen. Qian Lihua, director of the defense ministry's foreign affairs bureau, said "our technological means and talents lag far behind those of Western nations. We are still in the primary phase of digitalization." He added that "we would like the countries of the European Union to sell us high technology."

 

Now what most people don't notice is that there is a 25-30 year tech gap compared to our NEWEST equipment like the F-22 which we can't afford to buy more than a token batch. Never mind that the entire fleet is grounded because they have a nasty habit of asphyxiating the pilots which our old Phantoms and Eagles never did. But most of what we are flying (A-10, AV-8, F-15, F-16, F-18, F/A-80E/F Superbug) is that old or derived from it ISs 25-30 year old technology, and we're cutting back. The 3-in-1 F-35 (It's a STOVL jump jet, it's a carrier fighter, it's a multi-role Phantom replacement) looks like a marvelous plane, but it's crazy overpriced and oversized when it's the size of the old F-105 Thud (previously known as the world's largest single engine fighter) to replace the A-10/F-16/F-18 which were supposed to be LIGHT WEIGHT INEXPENSIVE fighters.

 

This report doesn't even look at the state of strategic forces. The Russians still are building lots of scary advanced ICBMs, and the Chinese are finally building a credible fleet of submarines and SLBMs comparable to our 1st or 2nd generation Polaris / Poseidon missles, and they've been capable of PUTTING ICBMS ON A GOOD PORTION OF THE CONTINENTAL US LIKE SEATTLE for YEARS AND NOBODY HAS NOTICED. Again, a 25-30 year gap isn't a problem unless the US is deploying MINUTEMAN AND POSEIDON MISSLES THAT ARE 25-30 YEARS OLD WITH NO PLAN FOR UPGRADE OR REPLACEMENT.

 

Bottom line, China is still way, way behind the US and Europe if they want to send troops all over the planet to fight for or against Jiahd in Afghanistan or Libya though they are perfectly capable of scaring the heck of of their closeby neighbors in Japan, Vietnam, Taiwan and Phillipines. But they are nearing parity in number of ships, and their newest ships look very formidable. If we keep on giving them more money to build iPhones and cheap Walmart crap and do research for Microsoft and Hewlett Packard, they will continue to build up their military to when they will be able to cause at least as much military mischief as is usually attributed to our boys.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 09:00

http://img13.imageshack.us/img13/4039/y8gx6nov18.jpg

 

November 19, 2011 by Feng - informationdissemination.net

 

The long rumoured ASW aircraft has finally been revealed. In recent photos from an airport (my guess in Shaanxi AC), we see Y-8 ASW aircraft (dubbed HIgh New 6) amongst them. Here are some of its photos. You can see from here that it has a large surface search radar under its chin, a FLIR sensor, internal bomb bays on both side of of the middle section of fuselage, a series of antennas underneath the fuselage and MAD boom at the back. You can also see a large window on each side of the rear fuselage for observation purpose. The aircraft itself is using the Y-8 Category 3 platform as can be seen by the 6 blade propellers.





Before anyone gets overly anxious or excited about this ASW aircraft, one should remember that there are over 100 P-3Cs in service with JMSDF and over 150 P-3Cs with USN. Since this is only a second generation ASW aircraft, it's probably a generation behind P-8 Poseidon in terms of the platform and sensors. At the moment, there appears to only be 2 of this aircraft. When one considers all of the different types of Y-8 special mission aircraft and the production capabilities of Shaanxi AC (around 10 such platform a year), it's really hard to see this number will go much higher in the next years.

In the same set of photos, we also see the tails of other Y-8 aircraft. Two of the tails are for Y-8 ASW aircraft, two are for KJ-200 and the remaining two are for unidentified platform.



We also get a picture of these aircraft from outside. It seems to indicate the existence of 3 KJ-200 here.




We see a KJ-200 painted in PLANAF colours with number 9421. We've previously seen a KJ-200 with number 9371. This should be joining the same PLAN regiment. The other two maybe joining the same regiment too or maybe for a new unit.





I have a previous article on the Y-8 special missions series of aircraft here.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 18:10

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0a/C-130_Hercules_over_Santa_Cruz_Island.jpg/750px-C-130_Hercules_over_Santa_Cruz_Island.jpg

 

November 9, 2011 defense-aerospace.com

(Source: Lexington Institute; issued November 9, 2011)

 

When it is not focused on the repetitive crisis in the European Union, Washington’s attention, including that of the Pentagon, is increasingly focused on Asia, in general, and China, in particular. This is understandable for economic, political, demographic and security reasons. China’s march towards economic superpower status, if paced by steady investments in modern military capabilities, poses the danger of eroding the relative stability of the region. Strategy discussions at the Pentagon have been moving slowly towards a greater focus on the Asia-Pacific region.

 

U.S. arms sales and technology investments with the region will be an important factor in ensuring a balance of powers in the region and dissuading China from using force to achieve its policy objectives. With arms sales comes training, cooperative development of tactics, exchanges of military personnel and often improved industrial and technical cooperation. When several nations in a region possess the same systems it is relatively easy to network them together along with deployed U.S. forces to create a capability more effective than the sum of its parts. This is the central guiding principle behind the European Phased Adaptive Architecture missile defense concept that seeks to network European air and missile defense systems with increasingly capable U.S. sea and land-based missile defenses to be deployed to the European region over the next eight years.

 

Over the fifty odd years of the Cold War, the United States through the NATO alliance forged an integrated military capability that deterred and contained the Soviet Union. Many of the principles that enabled NATO to be so effective can be replicated in the Asia-Pacific region without having to create a single continent-spanning security system. Much can be done to achieve a practical and militarily effective bulwark against potential Chinese aggression through a combination of smart arms sales and the integration of allied and U.S. capabilities.

 

The international co-development program for the F-35 Joint Strike Fighter is an example of how international arms sales can reduce the costs to individual countries of modernizing military forces, leverage national defense industrial investments and also weld together a multi-national military capability. The partner countries -- the United Kingdom, Italy, the Netherlands, Canada, Norway, Denmark, Australia and Turkey -- have formally joined the U.S. and contributed money toward the program. All but one of these countries is in NATO. When deployed by these nations, the F-35 will provide the United States and its allies with an unparalleled and highly integrated defense capability.

 

The U.S. effort to provide the F-35 to close allies in Asia can have a similar beneficial effect. In addition to the Australian role in the co-development programs, the F-35 is a candidate to replace Japan’s aging F-4 fighter fleet and to be South Korea’s next fighter. The Obama Administration has indicated strongly that it would be willing to sell the F-35 to India. Since the administration chose not to allow Taiwan to acquire new F-16 C/D aircraft but only to upgrade older F-16 variants sometime down the road the F-35 could find its way into that country’s arsenal too. Imagine the power of an air defense “alliance” stretching from Korea to Australia and thence to India.

 

The integration of European national air and missile defense capabilities under the Phased Adaptive Architecture could also see a parallel program in Asia. Japan, South Korea and Taiwan all deploy the U.S. land-based Patriot air and missile defense system. Japan also has the sea-based Aegis Ballistic Missile Defense System and is co-developing an advanced version of the Standard Missile, the SM-3 Block IIA. The Aegis ashore system could be deployed to U.S. allies in Asia.

 

India has become a major purchaser of other U.S. military hardware, including the C-17, C-130J, P-8 maritime patrol plane and most recently the AH-64D Apache. Future collaboration could include missile defense, ASW and airborne surveillance.

 

The current situation vis-à-vis China does not warrant standing up a new, formal defensive alliance. Much is being done bilaterally. But one of the best forms of strategic dissuasion should Beijing ever contemplate aggression is a network of common military capabilities that stretches across the Asia-Pacific region.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 12:55

http://the-diplomat.com/files/2011/10/Chinese_Kilo-440x265.jpg

 

October 20, 2011 by David Axe – THE DIPLOMAT

 

Beijing’s submarine fleet is not as big or powerful as US military planners once feared. Have its blue-water ambitions been overstated?

 

It was the US Navy’s biggest jolt in years. On October 26, 2006, a Chinese Song-class attack submarine quietly surfaced within nine miles of the aircraft carrier USS Kitty Hawk as the 80,000-ton-diplacement vessel sailed on a training exercise in the East China Sea between Japan and Taiwan.

 

The Song-class vessel, displacing 2,200 tons, was close enough to hit the Kitty Hawk with one of its 18 homing torpedoes. None of the carrier’s roughly dozen escorting warships detected the Song until it breached the surface.

The Song’s provocative appearance was, for the Americans, ‘as big a shock as the Russians launching Sputnik,’ one NATO official told Britain’s Daily Mail newspaper, referring to the Soviet Union’s launch of the first-ever space satellite in 1957. ‘This could well have escalated into something that was very unforeseen,’ said Adm. Bill Fallon, then commander of US Pacific forces.

 

The incident underscored the then explosive growth of the People’s Liberation Army Navy’s undersea force, as well as Beijing’s apparent intention to wrestle the Western Pacific away from the once-dominant US Navy. ‘The Chinese are building a credible submarine force which will make it very difficult for the US Navy to maintain sea control dominance in or near coastal waters off of China,’ warned Rear Adm. Hank McKinney, former commander of the US Pacific Fleet’s submarine force.

 

Of particular concern to American defence officials was the projected introduction, over the coming decade, of up to 20 new nuclear-powered attack submarines, known as ‘SSNs,’ that are an order of magnitude more capable than the Song class. ‘The acquisition of increasing numbers of SSNs would give it (the PLAN) the ability to contest US naval forces farther from China’s shores,’ Thomas Mahnken wrote in China's Future Nuclear Submarine Force, edited by Naval War College professor Andrew Erickson and published in 2007.   

 

Yet nearly five years later, McKinney’s and Mahnken’s alarm has been proved false. The PLAN still possesses a tiny number of nuclear-powered submarines. The Songs and other short-range diesel boats remain the backbone of China’s undersea force. Beijing’s production of new submarines has declined andthe PLAN’s overall undersea fleet is likely to contract in coming years. ‘I don't think they know whether they want to make the full-up commitment it would take to do this (submarine) thing right,’ Owen Cote, Jr., an analyst at the Massachusetts Institute of Technology, says of the Chinese.

 

Meanwhile, the US Navy and its Pacific allies have crafted plans to stabilize or even grow their own submarine fleets. In 2006, Western observers feared the undersea balance of power in the Pacific would tilt. In a sense, they were right. It has tilted – back towards the United States and its allies.

 

How that happened speaks volumes about China’s evolution as a regional power.

 

Crunching the Numbers

 

In early 2011, the PLAN possessed ‘more than 60 submarines,’ according to the Pentagon’s Congressionally-mandated annual report on Chinese military capabilities.

 

That force included five nuclear-powered attack submarines: three of the 1980s-vintage Type 091 Han-class SSNs that are rapidly reaching the ends of their service lives, plus two Type 093 Shang-class boats. The next-generation Type 095 SSN is due to enter service around 2015, according to Pentagon estimates.

 

The PLAN's diesel-sub fleet is much larger than the nuclear fleet: more than 50 in all, including 13 Songs, four of the newer Type 041 Yuan class, plus a dozen Russian-made Kilos. Obsolete Romeo- and Ming-class vessels round out the total for diesel boats. 

 

Four or five experimental ballistic-missile submarines or ‘boomers’ – all but one of them nuclear-powered – comprise the remainder of the PLAN undersea force. By comparison, in 2011 the US Navy possessed 53 attack submarines, four guided-missile submarines and 14 ballistic-missile boats: 71 in all.

 

Just five years ago, US analysts predicted the Chinese submarine fleet would outnumber the American sub fleet by 2011. Writing in China's Future Nuclear Submarine Force, Richard Fisher of the International Assessment and Strategy Center predicted the PLAN would have around 74 boats in 2010 –a figure at least a dozen higher than the real, current total.

 

Something happened between 2006 and 2011 that changed the calculus for the PLAN submarine force – and by extension for China’s regional aspirations. Actually three things happened: China stopped importing submarines, while also putting the brakes on domestic sub production; and the US Navy successfully doubled its submarine production.

Moscow factored in the former changes. The purchase of a dozen Russian Kilos helped to boost the PLAN’s acquisition rate for submarines in 2005 and 2006. In both of those years, Beijing added seven submarines to its fleet, including seven Kilos overall.

 

But Russia is unlikely to resume supporting such a high rate of Chinese submarine acquisition, as Beijing is a potential strategic rival to Moscow – and since the Russian Navy’s own sub force is steadily declining to long-term levels of just a dozen each nuclear attack, nuclear ballistic-missile and diesel-attack boats. ‘There are powerful incentives for Russia to keep China just below its future submarine capabilities,’ Fisher noted.

 

With an end to Russian imports, China must build all its own submarines. But here, too, Beijing relies on Russian assistance. As late as 2003, ‘Russia continued to be the main supplier of technology and equipment to India’s and China’s naval nuclear propulsion programs,’ the US Central Intelligence Agency reported. 

 

The high rate of Chinese sub procurement in 2005 and 2006 justifiably drew the attention of Western analysts. But by using those years as their baseline, analysts often projected PLAN sub force levels that were unrealistically high.

From 2007 on, China acquired only domestically-built submarines, meaning the growth of the PLAN undersea force was constrained by the not inconsiderable limitations of the Chinese arms industry, which can’t function without Russian-provided engines and electronics – and which, even at the best of times, struggles with safety and quality control.

 

A possible case in point: in early August, there were unconfirmed reports that a Type 094 boomer leaked radiation during work on its electronic systems in the port of Dalian, apparently prompting the PLAN to cordon off the area and crack down on media coverage of the alleged incident.

 

With the Kilo purchase complete, Beijing added just two boats in 2007, none in 2008 and two each in 2009 and 2010. It appears that, barring a major reversal of the current trend, the PLAN will acquire no more than two submarines a year over the medium term.

 

That’s the same submarine production rate as in the United States – though only recently. In the early 2000s, Washington purchased just one submarine a year, on average. A cost-savings initiative launched in 2005 drove the price of the current Virginia-class attack submarine down to around $2 billion apiece, allowing the US Navy to purchase two Virginias annually starting this year.

 

US-built submarines traditionally last up to 35 years, versus fewer than 30 for lower-quality, Chinese-built boats. With similar pre-existing force levels and identical production rates, the US undersea fleet will level off at a higher level than the Chinese fleet will.

 

‘Excluding the 12 Kilos purchased from Russia, the total number of domestically produced submarines placed into service between 1995 and 2007 is 30, or an average of about 1.9 per year,’ wrote Ronald O’Rourke from the US Congressional Research Service. ‘This average rate of domestic production, if sustained indefinitely, would eventually result in a steady-state force of domestically produced submarines of about 38 to 56 boats of all kinds, again assuming an average submarine life of 20 to 30 years.’

And that’s being optimistic. ‘It’s possible that the greater resources required to produce nuclear-powered boats might result in a reduction in the overall submarine production rate,’ O’Rourke wrote. ‘If so, and if such a reduced overall rate were sustained indefinitely, it would eventually result in a smaller steady-state submarine force of all kinds.’

According to current Pentagon projections through 2040, the US submarine fleet should never dip below 51 boats, with a peak of 73 in 2013 and 2014. And all of those boats are nukes – a not insignificant distinction.

 

Sub versus Sub

 

Even under the most favourable projections, the PLAN will possess just a handful of nuclear-powered attack submarines at a time over coming decades. China’s SSN fleet could actually decline in the short term, as the three ancient Type 091s are likely to leave service before an equal number of Type 095s are ready.

 

That matters because only nuclear-powered submarines, with their high endurance, are capable of true ‘blue-water’ operations far from shore bases. It’s for that reason that all of the US Navy’s submarines are nuclear-powered: Washington’s global military presence demands it.

 

To project power beyond its own coastal waters, Beijing needs nuke boats. The fact that China isn't building large numbers of SSNs reflects either a lack of serious interest in a true, global naval presence – or an inability to back up grand military ambitions with working hardware.

 

China is left with an undersea fleet composed mostly of diesel attack submarines, which by virtue of their short range tend to be defensive in nature. ‘Current Chinese diesel submarines rarely deploy outside the first island chain (west of the Philippines) and essentially never deploy beyond the second (east of the Philippines),’ Cote wrote. ‘Nor would these submarines be well-suited for extended deployments into the Pacific or Indian Oceans because of range and crew habitability constraints.’

 

Even as defensive weapons, China’s diesel submarines lack flexibility. For one, ‘the PLA has only a limited capacity to communicate with submarines at sea,’ according to the Pentagon’s annual China report. Moreover, the PLAN’s subs are optimized for attacking surface targets such as US aircraft carriers. Lacking the most sophisticated sensors and weapons, they’re far less useful for hunting US submarines. ‘China has very limited (Anti-Submarine Warfare) capabilities and US submarines are the most difficult ASW target in the world,’ Cote wrote.

 

‘Thus, China would have difficulty preventing US submarines from operating in its shallow coastal waters,’ Cote continued. That’s important because one of the American subs’ main tasks is to destroy enemy submarines. China’s undersea fleet cannot prevent the United States’ undersea fleet from hunting it down in its own home waters.

Considering the imbalance between large, sophisticated, ASW-optimized US submarines and their smaller, less flexible, surface-attack-focused Chinese rivals, a census of the two nations’ undersea boats can create a false impression of near parity: 60 Chinese subs versus 70 US ones. But if the American vessels can hunt the Chinese vessels almost with impunity, it almost doesn’t matter how many submarines Beijing possesses.

 

Even if numbers really did matter, the trends aren’t in China’s favour. Beijing might match the United States in submarine production rates, but it can’t possibly keep up with the combined sub acquisitions of Washington and its closest Pacific allies. Japan is in the process of adding six diesel attack boats to its current force of 16. Australia aims to double its fleet of six diesel boats. South Korea is also doubling its six-strong undersea fleet. Two years ago, Vietnam purchased six Kilos from Russia.

 

The Song submarine’s surprise appearance alongside the USS Kitty Hawk helped stoke fears of Chinese undersea dominance that were further fuelled by a brief surge in PLAN sub acquisition. Today, with more US and allied submarines entering service and fewer Chinese boats on the slipways, those fears – and the policies and assumptions they produced – warrant reconsideration. China isn’t building a world-class, globally-deploying submarine force. It’s building a mostly defensive, regional undersea force – and a smaller one than once predicted.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 12:15

http://1.bp.blogspot.com/_3wZSwFvZzqM/Sd7mOLMQMMI/AAAAAAAACFU/BtHVMYeX5is/s1600/HQ-16-4x-53ae0b70h672babdf918b.jpg

source china-defense.blogspot.com

 

October 7, 2011: STRATEGY PAGE

 

China has put into service at least one battalion of its new HQ-16A anti-aircraft missiles. This is a land based version of the HQ-16 system used in ships (and fired from VLS (Vertical Launch System) containers. This system is a license built version of the Russian Buk M2 anti-aircraft missile systems. These are the latest version of the SAM-6 class missiles, which proved so effective in the 1973 Arab Israeli war.

 

The M2E missiles weigh 328 kg (720 pounds) and have a max range of 40 kilometers. The land based version has four missiles carried on a tracked vehicle. The target acquisition radar has a range of over 150 kilometers. The export version is called the LY-80. The system can hit targets as high as 10,000 meters (31,000 feet) and as low as a hundred meters (310 feet). The system is carried by an 8x8 truck that contains the radar behind the cab, and behind those are four shipping/firing containers for missiles. These containers are tilted back so that the missiles can be fired straight up, just as they are from VLS cells.

 

The HQ-16 naval version has the missiles fired out of a vertical storage/launch cell that is flush with the deck of the ship. This is a system pioneered by the United States. This is one reason China has developed new ship designs to replace the Russian ones it has been using for over half a century.

 

http://2.bp.blogspot.com/_3wZSwFvZzqM/Sd7mUbcYBGI/AAAAAAAACFs/D65q5yUtyKY/s1600/HQ-16-planman53ae0b70h63f9f0a6c9d8.jpg

Planeman's impression - source china-defense.blogspot.com

 

http://3.bp.blogspot.com/_3wZSwFvZzqM/Sd7mShggcyI/AAAAAAAACFk/eQvGMIKZC8o/s1600/HQ-16-Land-53ae0b70h62298f300831.jpg

source china-defense.blogspot.com

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 17:45

http://image.exct.net/lib/ff2e11737161/i/1/ccf89d62-1.jpg

 

Anti-ship missile development and testing - including that of the Dong Feng 21 –

has remained a high priority for the PLA. Image: vostokstation.com.au

 

09/27/2011  Contributor:  Nick Young - Defence IQ

 

Since the introduction of the contemporary anti-ship missile (ASM) by the Soviet Navy, ASMs have been developed to come in all shapes, sizes and guidance methods. Without a doubt, the largest contributor to this field is the former Soviet Navy (now the Russian navy), which developed no fewer than 12 systems of varying delivery methods (submarine, air or surface launched), only two of which have been combat tested.  So far, the Russian ASMs include some of the most feared systems to threaten naval platforms due to a varying combination of velocity, manoeuvrability, warhead and physical size. 

 

To date, the conventional ASM threat has focused on three key integers - high velocity, high manoeuvrability, low signature - that have concerned various navies around the globe. Now, a newer, potentially more potent anti-ship capability has been developed by the Peoples Liberation Army Navy (PLAN). The challenge remaining, then, is to explore this system in detail - its validity and potency in the current naval environment - with access only to information within the public domain. 

 

Many press outlets have reported the development of the ‘D’ variant of the Dong Feng 21 (DF-21D) anti-ship ballistic missile (ASBM), (NATO reporting name CSS-5), which is a missile equipped with what is believed to be a single manoeuvrable re-entry vehicle (MaRV), with the sole mission of striking ships at sea.  DF-21 is a mobile, medium range ballistic missile that has reportedly achieved its initial operating capability (IOC). 

 

The Department of Defence (DOD) believes that the system has a range in excess of 1500km (>800nm), while Chinese sources claim a 2700km (1400nm) range. This latter range could  potentially provide a sea denial ability against any navy within range of the system.  For the purpose of analysis, 2000km will be assumed. It is reported that total flight time is around 12 minutes (720 seconds). It boasts a reported maximum velocity of between 3000 and 3500 ms-1, assumed to be during ballistic descent and re-entry.

 

The reported use of MaRVs will provide a capability to perform midcourse ballistic correction manoeuvres and this compounds the problem of intercepting a ballistic target. Such manoeuvrability coupled with any number of countermeasure capabilities makes a successful intercept difficult. 

 

System detection, classification & identification

 

To achieve this goal, the DF-21D system has to go through a standard sequence: detection, classification, identification and engagement. While sounding relatively straightforward, the technicalities of engaging a fleet of ships at sea is never quite that easy. Detection of ships at sea can be achieved by several methods including, patrols, over the horizon (OTH) radar (like the Australian Jindalee operational realisation network JORN system) or by satellite.  Each of these has advantages and disadvantages. 

 

Patrols are long and expensive and have coverage limited to the sensor range of the platform (airborne or surface). OTH radars are a much cheaper alternative long-term; however, their resolution is generally measured in hundreds to thousands of miles, hence not providing the level of quality to launch such a weapon.  Satellites, while initially expensive do offer an immediate long-term wide coverage, which is exactly how the DF-21D weapon system is reportedly targeted.

 

The detection of ships at sea from space is not new; the Soviet Union used ‘radar ocean reconnaissance satellites’ (RORSAT) from the late 1960s onward. Since then, technology has progressed and the capabilities of such systems are much greater. While it is possible to hide naval platforms or a fleet of naval platforms from satellites, such manoeuvres severely restrict movement, thus reducing their utility. Detection from space can be augmented with more locally based systems such as OTH radars and patrols or other assets such as electronic surveillance measures (ESM) that may help reduce the ability to hide from a targeting system. 

 

Classification, or even determining that the detected ship is a naval platform rather than a large merchant vessel such as super tanker or cruise liner, becomes a little more difficult. While the size of the ship can be estimated based on wake size and velocity, many oil tankers and cruise liners are as large as (or larger than) many warships, including aircraft carriers. 

 

The typical fleet composition (i.e., many ships in a small area) may give away the nature of the detected vessels since many fleets (especially the US Navy) sail with several ships surrounding the high value unit (HVU) - usually the aircraft carrier. Choke points may confuse the issue since many ships may be passing through such areas at once, although choke points provide an advantage to the DF-21D system to be augmented by other intelligence sources. Fleets could disperse more widely and this could cause problems for classification issues, although tracking all objects in a specific area should filter out fleet composition. 

 

Identification of the correct target for the DF-21D system can only reasonably be confirmed electro-optically, although contextual information may assist. Once a ship or set of ships have been classified as potential targets, an electro-optic satellite can be tasked to carry out specific identification reasonably easily. The use of visual or passive milli-metric wavelength (mmW) systems could perform this quite adequately, however precipitation (clouds, fog etc.) may be a concern. Once identification has occurred, the DF-21D missile can be launched. 

 

Initial threat flyout

 

Throughout the boost phase, it is likely that target positional data is continuously supplied to the warhead from the targeting and guidance sensors.  Whether a single communications link provides this data or whether the warhead performs organic data fusion is unknown. In terms of complexity, the former is less complex, requiring less on board processing. However, it potentially becomes a single point failure and opens up the potential for electronic attack. Organic data fusion, while overcoming the communication single point failure, will require the ability to receive multiple signals and process them, thus requiring more hardware and increasing overall launch weight. When initially exploring this missile’s capability, digging into the actual methodology is largely irrelevant, the only caveat being vulnerability to electronic attack to any communications link. 

 

Once the DF-21D is exo-atmospheric, it is assumed that various booster separations occur and the payload continues until it reaches its apogee -reportedly around 500km. Around the apogee, the MaRV is likely to separate from the main body (decoys could also be deployed at this stage to attempt to confuse any surveying sensors). The MaRV then begins its ballistic descent, rapidly accelerates to the peak speeds discussed earlier, taking around 155 seconds to reach the intercept point from the apogee. 

 

Warhead guidance & target acquisition

 

Only on its decent is the MaRV able to unmask its sensor and attempt to detect the target. The nature of the sensor is unknown; however, it is likely to be a radio frequency (RF), either passive or active. While an electro-optical sensor is feasible, it would not be usable due to the nature of the re-entry phase. The size of the MaRV will dictate the frequency of the sensor, which will probably require that it is small enough and light enough to fit into the MaRV, making it likely that it is no lower than J-band (10-20GHz) and maybe as high as M-band (94GHz). If we assume the seeker head is approximately half the size of the missile diameter, then the beamwidth for these two frequency bands will be between 1.64 and 0.26 degrees, respectively. Ignoring atmospheric absorption and other losses, at these beamwidths, the available coverage - at 500km - is between 820km and 130km. If a target, travelling at 30 knots, is located at the ballistic intercept point, (i.e. the ideal ballistic arc intercept with the sea surface), assuming the MaRV does not manoeuvre, then the target will remain inside the beamwidth of the sensor throughout its decent. 

 

Generally, the higher the sensor frequency, the greater the atmospheric absorption limiting the effective range of the sensor. Active sensors, as would be required for J and K bands, would suffer from two-way absorption. M-band could be passive, suffering only one-way absorption; however, the absorption levels at this frequency are much greater than for J and K bands. Since the sensor is likely to be limited in physical size, it is unlikely that it incorporates the level of output power necessary to overcome the absorption. Hence, it is unlikely that the sensor, in any of the probable frequencies, will detect the target if it is unmasked at an altitude of 500km. The nature of the Earth’s atmosphere means that the thickest part of the atmosphere will be nearer to the target, meaning that the sensor is unlikely to detect the target until quite late in the re-entry phase, requiring continuous updates from the surveillance and targeting system. 

 

As the MaRV hits the Kármán line, at an altitude of 100km, it would be expected that a communication blackout might occur. This is caused by the signals being reflected and absorbed by free electrons making up the plasma shield that envelopes the re-entry vehicle, created by the extreme heating of air by a strong shock wave created by the MaRV leading edges.  The attributes of this plasma shield will vary according to the altitude and shape of the re-entry vehicle. However, assuming the re-entry velocity equates to the maximum velocity of 3500ms-1, then, by coincidence, the re-entry temperature can be estimated as ~3500°K. The Saha equation may be used to determine the frequency cut-off for penetration of the plasma shield, which, for the MaRV, is around 0.5GHz, meaning that it is likely that communications can continue at this frequency and higher, further indicating that the DF-21D surveillance and targeting system can maintain contact with the MaRV during the re-entry phase. 

 

While relevant frequencies are able to penetrate the plasma shield, the MaRV still has to protect any seeker from the heating effects. This requires specialised materials to allow the RF energy to penetrate the heat shield. A composite material comprising boron nitride, silica and boron nitride yarn able to withstand temperatures of up to 4000°K, would also facilitate RF transmissions. As the MaRV begins to undergo negative acceleration, the electron density, and therefore plasma shield, decreases allowing the reestablishment of communications at frequencies below 0.5GHz. 

 

Summarising the re-entry phase - the phase of most concern from the DF-21Ds perspective - any onboard sensor will be limited until quite late in the re-entry phase (potentially 100km or less). However, the surveillance and targeting system can maintain contact with the target and the MaRV, providing uninterrupted targeting data. 

 

Destructive capability

 

The nature of MaRV has not been widely reported, but given that other DF-21 versions can carry a 600kg warhead, it probably is safe to say that DF-21D should be able to carry a similar weight. The amount of kinetic energy this would produce while travelling at 3500ms-1 is 3.6 terra joules, or about 5% of the power of the Hiroshima nuclear bomb, without the use of an explosive warhead. 

 

This is more than enough to destroy any naval platform up to destroyer size and enough to significantly damage or destroy something as large as a US Navy super carrier. If the MaRV contained a warhead, when coupled with the kinetic energy, it is likely that it would destroy something the size of a US Navy aircraft carrier. 

 

Defensive measures

 

The DF-21D will be at its most vulnerable during its boost phase. This is the phase from engine ignition until it is exo-atmospheric. During the boost phase, it is relatively easy to engage the missile with conventional hardkill effectors (surface-to-air missile) to achieve this. The launch must occur within the range of the hardkill effectors, which, for most systems, is around 80-120km. Placing such a SAM system in such a position exposes that platform to a pre-emptive attack. Hence, it is likely that the majority of the boost phase will occur relatively unhindered. Another possible solution is the use of something similar to the recently abandoned airborne laser (ABL); however, the limitation identified by the ABL programme would need to be overcome to develop a viable system. 

 

Intercepting the MaRV during the descent phase presents a number of difficulties. First among these is having suitable sensor coverage to detect and track the MaRV with fire control quality. Systems like SPY-1 are limited in their zenith coverage by the physics of the antenna, which can only electronically scan to 60° off the antenna boresight, (a characteristic of physics that afflicts all phased array antennas). Given that the SPY-1 scans at an angle of no more than 10 or 15° from the horizontal, this results in a cone shape blind spot of around 30-40° around the zenith. 

 

The reported range of the SPY-1 is approximately 200km. There are two aspects to this figure: the instrumented range, defined by the selected waveform known as instrumented range; and that of the basic physics, which is dependant on the effective radiated power (ERP) and the radar cross section of the target (RCS). Modification of the waveform, increasing the spacing between pulses, will change the instrumented range to encompass any particular range. The angle at which the MaRV descends means that there is very little clutter to interfere with the detection of the target. Hence, a normal radar, single pulse system can be utilised, rather than a complex waveform that requires processing such as Doppler filtering often used in high clutter environment (e.g. littoral regions). 

 

Based on physical size, the estimated MaRV RCS is around 2.2m2, meaning it is probable that SPY-1 could detect the MaRV at between 150km and 200km, or between 43 and 60 seconds, assuming the sensor is not distracted by any potential decoys. Giving a second or so for a targeting process, an intercepting missile can be launched travelling at a typical velocity of 1000ms-1, resulting in an intercept range of around 18km (or 18 seconds to go), with a combined velocity of 4500ms-1. This Mach 15 combined intercept speed would make it incredibly difficult for even an optimised fusing mechanism and blast fragmentation warhead to detect, initiate and distribute fragments against the MaRV. 

 

This suggests that using an ordinary SAM effectively against the MaRV would be near impossible - even a vaunted SM-2. Hence, intercepting the MaRV in the terminal phase is unlikely, so once the MaRV is in its ballistic fall, the likelihood of it hitting its target is very high. Guns are of little use against this type simply because of their limited range and accuracy, not to mention the lack of effect. 

 

A viable defensive solution

 

Once exo-atmospheric the DF-21D is potentially susceptible to attack from systems such as the US Navy’s standard missile (SM)-3, typically based upon a Ticonderoga cruiser. As the threat breaches the horizon, the platforms sensors (SPY-1) will acquire the rising target and commence tracking, facilitating the calculation of an engagement solution. The solution will incorporate a ‘window’ of opportunity, bounded by the very first time the missile can launch and achieve a suitable probability of intercept and a very last time. Once the threat enters this window, the SM-3 can be launched. 

 

The SM-3 is a three-stage missile comprising:

 

    Initial stage: A Mk72 booster that incorporates a four-nozzle thrust vector control, providing pitch, roll and yaw control for the missile - used for the initial launch

    Second stage: A Mk104, dual thrust rocket motor (DTRM)

    Third stage: A Mk136 third stage rocket motor (TSRM)

 

The initial stage propels the SM-3 from the launcher, accelerating it to around 1000ms-1. On burnout, the booster separates and is discarded and the DTRM ignites, accelerating the missile further. After MK 104 burnout and separation, the TSRM ignites, propelling the third stage out of the atmosphere, which includes the kinetic warhead (KW). The TSRM contains two separate propulsion pulses allowing optimisation of the engagement. 

 

Throughout its flight, the SM-3 receives in-flight target information, constantly updating the predicted intercept solution. During the third stage, approximately 30 seconds prior to intercept, the TSRM pitches over and ejects the nose cone, exposing the KW which starts its search for the target using its long-wave infra red (LWIR) seeker, augmented with received target data. The KW uses the solid divert and attitude control system (SDACS) to manoeuvre the KW to enable a hit-to-kill intercept. 

 

As the KW closes on the target, the LWIR seeker tries to determine the area where the MaRV is located, shifting its aim towards this area to increase the probability of a successful intercept. The KW collides with the target with a reported 130-mega joules of kinetic energy, equating to a 10 tonne truck travelling at 600 miles per hour. Such a strike is highly likely to destroy the target. 

 

While the Aegis/SM-3 anti-ballistic missile solution seems viable, and indeed tests have demonstrated its capability, it seems to need to engage the target prior to MaRV separation. This is not an issue in itself; however, to achieve this, it is likely that the SM-3 launch platform must be in a specific range to allow the SM-3 to reach the target prior to MaRV separation. Based on maximum reported range of SPY-1, this suggests the system must be within ~200km of the launch point to allow detection.  Even if this range is incorrectly reported, then the launch platform needs to be within 500km of the trajectory. Simply put, this is necessary to ensure that the operating envelope of the SM-3 suitably covers the trajectory path of the DF-21D while it is exo-atmospheric. The need for the launch platform to be in a suitable location to engage the DF-21D potentially exposes it to a pre-emptive attack since the intercept geometry dictates the launch position. 

 

Assessing threat viability

 

Based on available information and on first inspection, the DF-21D concept is viable. Whether the fully integrated system is effective – and what the concept suggests - is not something that can be easily verified.  Given the likely low cost of a DF-21D relative to naval platforms (especially the US carriers), the introduction of the DF-21D system is a game changer in terms of strategic naval warfare. The economical offset gives these weapons an unmatched potency almost equivalent to the introduction of the submarine and torpedo combination in the late 19th and early 20th centuries. Without a doubt, US Navy aircraft carriers are susceptible to attack by these weapons. 

 

As this paper has explored, the vast majority of contemporary in-service SAM systems are unable to defend against this threat, while the information on the only potentially viable system suggests that the launch platform has to be exposed to achieve a successful engagement.  However, the Aegis/SM-3 combination is the only known naval system that can possibly negate this threat. Hence, any US moves towards the areas guarded by DF-21D would likely be preceded by the deployment of a Aegis/SM-3 platform. This potentially makes the Aegis/SM-3 platforms strategic assets, worthy of significant defence, themselves, to prevent a pre-emptive attack. 

 

Even if the Aegis/SM-3 combination is systemically capable of defeating the DF-21D, there is always potential for system failures in any stage of the engagement. While this applies equally to the DF-21D, as usual, the threat will always have the advantage. Given the tight engagement timeline for the SM-3, depending on the system element, failure would be potentially catastrophic. While the launching of multiple SM-3s may overcome some of the potential failures, it is not clear if the Aegis/SM-3 combination can manage multiple engagements of this nature. 

 

The only assured method of defence against the DF-21D is one of offense.  The DF-21D system relies heavily on its targeting and guidance elements that primarily consist of satellite-based sensors (although probably not exclusively). Hence, were the US to initiate a move into a DF-21D protected area, its best defence would be to incapacitate the targeting and guidance elements, which may be politically unacceptable. Fortunately, the Aegis/SM-3 combination can also engage satellites as demonstrated by operation BURNT FROST, the shooting down of the USA-193 satellite.  Even if the DF-21D system is not as capable as reports suggest, or does not work at all, PLAN has presented a difficult problem for the US in which any move could risk the US losing either political capital (going for the assured route of defence) or losing a significant asset - a US Navy aircraft carrier. This could immediately put the US on the back-foot before any combat occurred. 

 

In the final analysis, even the threat of introducing the DF-21D, let alone the actual introduction, changes the balance of power in huge areas of strategic importance around Asia. While systems do exist to mitigate this threat, none provides an ideal defence in either concept or execution, but they do form the basis of limited defence ability.

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 06:00
http://www.meretmarine.com/objets/500/35540.jpg

Le porte-avions chinois Shi Lang

crédits : WWW.NEWS.CN

 

 

29.08.2011 Mer et Marine
Alors que la construction d'autres bâtiments du même type aurait été lancée, le premier porte-avions chinois a appareillé le 10 août de l'arsenal de Dalian pour une première série d'essais en mer. Au cours de cette campagne de quelques jours, marins et ingénieurs ont notamment testé la propulsion, la stabilité et la manoeuvrabilité du navire. Mis sur cale en 1985 aux chantiers de Nikolaev, en Ukraine, et lancé trois ans plus tard, ce porte-avions était un sistership de l'Admiral Kuznetsov (ex-Tbilissi, ex-Leonid Brezhnev), entré en service dans la marine russe en 1991. Mais, suite à l'effondrement de l'URSS, le Varyag (appelé au départ Riga) n'a pas été terminé. Racheté en juin 2000 au chantier ukrainien par l'intermédiaire d'un homme d'affaires chinois, la coque, à environ 70% d'achèvement, a été remorquée en 2002 à Dalian. Officiellement, le bâtiment devait être transformé en casino flottant à Macao, à l'image des ex-porte-aéronefs russes Kiev et Minsk, qui avaient été acquis précédemment et convertis respectivement en hôtel à Tianjin et en parc d'attraction à Shenzen.


L'ex-Varyag arrivant en Chine en 2002 (© : WWW.NWC.NAVY.MIL)


L'ex-Varyag avant sa première sortie (© : CHINESE MILITARY FORUM)


L'ex-Varyag de retour de ses essais en mer, mi-août (© : MIL.HUANQUI.COM)

Plus de 6 ans de travaux à Dalian

Mais le Varyag étant de conception assez récente à l'époque, la Chine a, sans véritable surprise pour les experts, décidé de l'achever afin de disposer de son premier porte-avions. Les travaux en ce sens ont véritablement repris en 2005 à Dalian, Pékin ne dévoilant officiellement que cette année son intention de terminer la coque pour un usage militaire. Doté de matériels chinois en plus de ses équipements d'origine russe, l'ex-Varyag, qui devrait porter le nom de Shi Lang, mesure 304 mètres de long et affiche un déplacement lège de 46.000 tonnes, son déplacement à pleine charge étant estimé à environ 60.000 tonnes. Doté à l'avant d'un tremplin incliné à 12 degrés, il disposera comme le Kuznetsov d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Par rapport à son aîné, divers aménagements ont été réalisés. Ainsi, la capacité du hangar aurait été augmentée, pour permettre à cet espace d'accueillir 22 avions, contre 18 suivant les plans originaux. Le groupe aérien embarqué du Shi Lang devrait comprendre des avions multi-rôles J10 et des intercepteurs J15, version chinoise du Su-33 russe. On rappellera d'ailleurs que Moscou a suspendu la livraison de 50 Su-33 après avoir découvert que le chasseur avait été copié par les Chinois. Il conviendra également de voir comment sera traitée la problématique de l'alerte lointaine, indispensable pour tout déploiement aéronaval lointain, alors que la marine ne dispose d'aucun avion de guet aérien embarqué.


Prototype du J15, copie chinoise du Su-33 (© : CHINESE MILITARY FORUM)

Un énorme challenge pour la marine chinoise

Si, en prenant la mer, le premier porte-avions chinois devient réalité, le projet est encore loin d'être achevé. D'abord, il conviendra de mener à bien la mise au point de la plateforme, ce qui sera sans doute long. Ensuite, il faudra former le personnel nécessaire à la mise en oeuvre du bâtiment. A cet effet, une étonnante réplique en béton du porte-avions (pont et îlot) a notamment été construite à Wuhan sur un immeuble de bureaux. Cette infrastructure devrait permettre d'aider les marins à se familiariser avec la manoeuvre des appareils sur un pont d'envol. Il conviendra ensuite de former les pilotes de l'aéronavale chinoise aux appontages et décollages depuis le Shi Lang, ce qui ne sera pas évident. A cet effet, Pékin cherchera peut être à se rapprocher d'un autre pays disposant de porte-avions, comme la Russie ou l'Inde (on a aussi, un temps, évoqué le Brésil) afin de permettre à ses pilotes de se former auprès d'une marine disposant du savoir-faire nécessaire. Enfin, les Chinois devront faire fonctionner l'ensemble du porte-avions puis maîtriser son intégration dans un groupe aéronaval, ce qui suppose une coordination très fine avec les bâtiments d'escorte et de ravitaillement. « Les porte-avions formeront un très puissant groupe de bataille mais la construction et la mise en oeuvre de ce type de bâtiments sont extrêmement complexes », a reconnu début août le contre-amiral chinois Yin Zhuo, évoquant notamment la formation et l'entrainement des personnels. C'est pourquoi, au moins pendant les premières années de sa vie active, le Shi Lang servira avant tout de porte-avions école, permettant à la marine chinoise d'acquérir progressivement les techniques et l'entrainement nécessaires à l'apprentissage de l'outil aéronaval. Selon certains spécialistes, il faudrait, en fait, environ 10 ans pour que cette nouvelle capacité soit bien maîtrisée.


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)

D'autres bâtiments déjà en chantier ?

On le sait, Pékin ne compte pas se limiter au Shi Lang. A plusieurs reprises, des officiels chinois ont évoqué d'autres projets destinés à accroître la force aéronavale chinoise. Le premier projet, baptisé « 089 », consiste à réaliser deux unités dérivées de l'ex-Varyag. Moins longs (285 mètres) mais plus gros (48.000 tonnes lège, 64.000 tonnes à pleine charge), les deux futurs porte-avions pourraient mettre en oeuvre 35 avions et 6 hélicoptères. On ne sait pas encore si ces bâtiments, qui pourraient recevoir les noms de Beijing et Mao Zedong, disposeront d'un tremplin ou seront dotés de catapultes. La mise sur cale du premier navire était prévue cette année au nouveau chantier Jiangnan Shipyard Corp, situé sur l'île de Changxing, près de Shanghai. Et, selon certaines sources, la construction aurait effectivement débuté, en vue d'un lancement en 2015 et une admission au service actif vers 2020. Les travaux d'usinage auraient également commencé sur la seconde unité de la série, dont la mise sur cale est prévue en 2012.
Dans le même temps, la Chine semble toujours projeter la construction d'un premier porte-avions à propulsion nucléaire (projet 085). Pour cela, les plans d'un défunt projet soviétique devant conduire à la réalisation de l'Ulyanovsk auraient été achetés aux chantiers ukrainiens, qui avaient débuté la construction du bâtiment en 1988, avant de l'abandonner trois ans plus tard. Il s'agissait alors d'un porte-avions de 300 mètres de long et de 85.000 tonnes de déplacement à pleine charge, équipé d'un tremplin mais aussi de deux catapultes pour le lancement d'avions de guet aérien.


Vue d'artiste du futur groupe aéronaval chinois (© : DROITS RESERVES)

Au moins trois porte-avions pour défendre les intérêts chinois

Fin juillet, un général chinois a estimé que son pays avait besoin d'au moins trois porte-avions pour défendre ses intérêts stratégiques. « Si l'on considère nos voisins, l'Inde en aura trois d'ici à 2014, le Japon aura trois équivalents de porte-avions d'ici à 2014, donc j'estime que le nombre (pour la Chine) ne devrait pas être de moins de trois si nous voulons défendre nos droits et nos intérêts maritimes avec efficacité », a affirmé le général Luo Yuan dans les colonnes des Nouvelles de Pékin. Pour les autorités chinoises, l'acquisition de cette nouvelle capacité s'inscrit dans la stratégie défensive du pays, en améliorant notamment la couverture des approches maritimes chinoises. Mais ce sera aussi un moyen de pression supplémentaire sur Taïwan, le Japon en encore le Vietnam ; tout en mettant un terme, au moins symboliquement, au monopole aéronaval américain dans cette partie du monde. En dehors de la simple « gesticulation politique », il va aussi sans dire que la mise en oeuvre de porte-avions permettra à la marine chinoise, à terme, de disposer d'une puissante force de projection de puissance, les bâtiments déployant non seulement des chasseurs, mais aussi des appareils pouvant mener des assaut à la mer ou contre des objectifs terrestres. Avec l'arrivée de ses nouveaux porte-avions, la flotte poursuivra en tous cas son évolution vers une marine océanique, augmentant de facto la sphère d'influence chinoise. L'acquisition de ce puissant outil diplomatique et militaire pourrait, à n'en pas douter, renforcer la tendance des bâtiments chinois à participer, de plus en plus souvent, à des déploiements loin des eaux nationales. D'où la méfiance de certains pays face au développement par Pékin d'un outil aéronaval, perçu dans certaines capitales comme une menace potentielle pour la stabilité régionale.


Nouveau destroyer lance-missiles du type Lujang II (© : APL)

Une puissance encore limitée

La montée en puissance de la marine chinoise s'illustre par sa progression dans le palmarès des grandes flottes mondiales. En tonnage, elle est devenue la troisième du monde, avec 486.000 tonnes de bâtiments de combat (sous-marins, destroyers, frégates, corvettes, patrouilleurs et bâtiments anti-mines, hors unités amphibies et logistiques), contre plus de 2 millions de tonnes pour celle des Etats-Unis et environ 850.000 tonnes pour la marine russe (la marine française, numéro 6 mondiale en tonnage derrière la Grande-Bretagne et le Japon, n'aligne plus, pour mémoire, que 210.000 tonnes de bâtiments de combat). Portée par d'importants programmes de constructions neuves, la flotte chinoise est donc devenue, en quelques années, une force imposante. Du moins quantitativement. Car il ne s'agit pas de construire de beaux bateaux à la chaîne, encore faut-il savoir les exploiter et, surtout, disposer et maîtriser des équipements nécessairement de pointe dans un environnement de plus en plus technologique et complexe. Or, si les chantiers chinois sortent désormais des navires à l'allure moderne, de nombreux doutes subsistent quant à leur réel niveau technologique. La politique plutôt autarcique en ce qui concerne les exercices avec des flottes étrangères, surtout occidentales, limite la connaissance des unités chinoises. Pour Pékin c'est une manière de laisser planer le doute sur son potentiel, qu'il s'agisse de ses forces comme de ses faiblesses. Mais c'est aussi un handicap puisque les Chinois ne peuvent se mesurer à leurs homologues et tirer de précieuses leçons lors de grands entrainements internationaux, exercices toujours utiles pour révéler certaines lacunes.


Tir de missile antinavire depuis un bâtiment chinois (© : APL)

A l'issue de visites, d'échanges et de rares manoeuvres, certains militaires occidentaux demeurent en tous cas dubitatifs quant à la véritable puissance de la nouvelle marine chinoise, dont un nombre important d'équipements est constitué de copies plus ou moins réussies de matériels russes ou occidentaux. S'il ne fait aucun doute que la marine chinoise continuera de monter en gamme dans les années à venir, on peut raisonnablement estimer que, pour l'heure, destroyers, frégates et sous-marins chinois sont très loin de valoir, technologiquement, les dernières réalisations occidentales. C'est l'une des raisons pour lesquelles la « menace » chinoise, telle qu'elle est présentée dans certains pays, est encore relative. Quant à l'arrivée de nouveaux porte-avions, il convient là aussi de relativiser leur impact. Car non seulement il faudra de nombreuses années pour maîtriser cet outil, mais en plus, dans son actuelle zone d'intérêt, la Chine dispose déjà de moyens militaires colossaux, qui suffisent amplement à remplir toutes les missions pouvant être dévolues à ses forces armées.


L'USS Abraham Lincoln (© : US NAVY)


Vue du futur USS Gerald R. Ford (© : US NAVY)

Un club très fermé

La construction d'une force aéronavale a donc d'abord une vocation politique. En se dotant de cet outil, la Chine compte sans doute renforcer son poids sur la scène internationale, en intégrant le club très fermé des marines mettant en oeuvre des porte-avions. Actuellement, seuls les Etats-Unis et la France disposent de bâtiments à catapultes et d'une propulsion nucléaire. Ces navires sont reconnus comme étant la configuration offrant le plus de puissance. L'US Navy compte actuellement 11 porte-avions, soit 10 du type Nimitz et dérivés (333 mètres, 93.700 à 104.200 tpc, 68 aéronefs), mis en service entre 1975 et 2010, ainsi que l'USS Enterprise (336 mètres, 93.970 tonnes, 68 aéronefs). Datant de 1961, ce dernier doit être désarmé l'an prochain et remplacé en 2015 par l'USS Gerald R. Ford (335 mètres, 95.000 tpc, 60 aéronefs), premier d'une nouvelle génération de porte-avions appelée à prendre la succession des bâtiments constituant aujourd'hui l'ossature de la flotte américaine.


Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Après avoir disposé durant cinquante ans d'au moins deux porte-avions, la France ne compte plus, actuellement, que le Charles de Gaulle (261 mètres, 42.000 tpc, 40 aéronefs). Admis au service actif en 2001, le premier bâtiment de guerre européen à propulsion nucléaire attend toujours l'arrivée d'un second navire pour l'épauler pendant ses indisponibilités techniques. Après l'échec d'une coopération franco-britannique en 2008, de nouvelles études ont été lancées afin d'évaluer les différents modes de propulsion possibles. Une décision concernant la construction, espérée d'ici 2012, semble aujourd'hui très difficile compte tenu du contexte économique et budgétaire.


Le Sao Paulo avec au second plan un PA américain (© : US NAVY)

Le Brésil est le seul autre pays à jouer également dans la catégorie des porte-avions à catapulte (mais à propulsion conventionnelle), grâce au Sao Paulo (ex-Foch), acquis en 2000 auprès de la France. Mais ce bâtiment (265 mètres, 32.780 tpc, 34 aéronefs), qui date de 1963, est très vieux, navigue peu et n'embarque que des avions anciens (de type AF-1 Skyhawk, en attendant peut-être des Super Etendard français). La Russie, qui projette de construire de nouveaux porte-avions (plutôt nucléaires), ne compte pour l'heure que le Kuznetsov (304.5 mètres, 58.600 tpc, 30 aéronefs), dont les capacités aériennes sont assez limitées, avec seulement des Su-33. Ces derniers devraient néanmoins être remplacés par des MiG-29K.
L'Inde a, quant à elle, décidé de développer sa capacité en porte-avions. Armant toujours l'antique Viraat (ex-Hermes britannique datant de 1959 et acheté en 1986 - 227 mètres, 28.700 tpc, 21 aéronefs), la marine indienne devrait toucher l'an prochain le Vikramaditya (283 mètres, 45.000 tpc, 32 aéronefs). Il s'agit de l'ex-Admiral Gorshkov russe (1987), qui achève actuellement une importante refonte en Russie. Ce navire sera suivi, vers 2014, du premier porte-avions indien de construction nationale, le Vikrant (252 mètres, 37.500 tpc, 30 aéronefs), actuellement construction à l'arsenal de Cochin. Le Vikramaditya comme le Vikrant disposeront, comme le Kuznetsov et le Shi Lang, d'un tremplin et d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Leur aviation sera notamment constituée de MiG-29K.


Le Kuznetsov russe (© : MARINE RUSSE)


Le Viraat indien (© : MARINE NATIONALE)


Vue du futur Vikramaditya indien (© : MARINE INDIENNE)


Vue du futur Vikrant indien (© : MARINE INDIENNE)

En Europe, seules l'Italie et l'Espagne disposent de porte-aéronefs, dotés d'un tremplin et embarquant des avions à décollage court et appontage vertical. En plus du Principe de Asturias (196 mètres, 17.200 tpc, 30 aéronefs), admis au service actif en 1988, l'Armada espagnole vient de recevoir le bâtiment de projection stratégique Juan Carlos I (231 mètres, 26.800 tpc, 24 aéronefs). Doté d'un radier pour le déploiement d'engins amphibies, ce navire est conçu pour pouvoir mettre en oeuvre, dans les prochaines années, des F-35 B. Il en sera de même pour le nouveau porte-aéronefs italien, le Cavour, livré en 2008 et toujours en phase d'essais et d'entrainement. Ce navire remplacera le Garibaldi qui, contrairement à son successeur, ne pourra recevoir de F-35 B. En attendant que le nouvel avion soit opérationnel, Italiens et Espagnols se contentent de leurs Harrier.


Le Principe de Asturias espagnol (© : ARMADA ESPANOLA)


Le Juan Carlos I espagnol (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Cavour italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Garibaldi italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Depuis la fin 2010 et la décision de retirer du service le HMS Ark Royal (209 mètres, 22.000 tonnes, 21 aéronefs) et la flotte de Harrier, la Grande-Bretagne, dont le dernier porte-aéronefs (HMS Illustrious) a été ravalé au rang de porte-hélicoptères, ne dispose plus d'avions embarqués. Cette situation est néanmoins temporaire puisque la Royal Navy doit recevoir un nouveau porte-avions. Un premier bâtiment, le HMS Queen Elizabeth (283 mètres, 65.000 tpc, 40 aéronefs), est actuellement en construction pour une livraison en 2015. Mais ce navire ne sera armé que pendant quelques années comme porte-hélicoptères, en attendant la mise en service, vers 2020, d'un autre porte-avions, le HMS Prince of Wales. Contrairement à son aîné, qui disposera d'un tremplin (pour la mise en oeuvre de F-35B, option finalement abandonnée par Londres), le second porte-avions britannique sera doté de catapultes et de brins d'arrêt pour pouvoir accueillir des F-35C. Après une longue période réapprentissage, la Royal Navy recouvrera le club des marines dotées de porte-avions classiques, configuration qu'elle avait abandonné à la fin des années 70 pour privilégier l'emploi de petits porte-aéronefs (ce qui fut à postériori une erreur, aujourd'hui reconnue).


Le futur HMS Queen Elizabeth britannique (© : BAE SYSTEMS)


Le futur HMS Prince of Wales britannique (© : BAE SYSTEMS)

Le tour d'horizon ne serait pas complet sans revenir en Asie. Dans cette région, le seul pays à disposer d'un véritable porte-aéronefs est la Thaïlande. Celle-ci a commandé en 1992 un bâtiment dérivé du Principe de Asturias, qui a été livré par les chantiers espagnols en 1997. Bien que récent, le Chakri Naruebet (182 mètres, 11.500 tpc, 12 aéronefs) présente toutefois des capacités limitées, son parc aérien ne pouvant comprendre que quelques vieux avions Matador (ancienne version espagnole du Harrier), dont 9 exemplaires ont été achetés à l'Armada en 1996.


Le Chakri Naruebet thaïlandais (© : MARINE THAILANDAISE)

Le Japon, quant à lui, a construit une série de porte-hélicoptères qui pourraient, le cas échéant, être transformés en porte-aéronefs. Mis en service entre 1998 et 2003, les Osumi, Shimokita et Kunisaki (178 mètres, 14.000 tpc) du type 16DDH, sont de taille réduite. Mais la capacité potentielle en matière de porte-aéronefs de la marine japonaise résiderait plutôt dans une nouvelle classe de bâtiments, le type 22DDH, dont le design a été dévoilé en 2009. Ces navires mesurent 248 mètres de long, avec un déplacement de plus de 30.000 tonnes en charge.
Enfin, dans le même esprit, la Corée du Sud a intégré, en 2007, son premier porte-hélicoptères d'assaut avec radier, pont d'envol continu et îlot. Long de 199.4 mètres pour un déplacement de 18.860 tonnes en charge, le Dokdo aura un sistership, le Marado.


Image de synthèse des types japonais 16DDH et 22DDH (© : DROITS RESERVES)


Le Dokdo sud-coréen (© : DROITS RESERVES)
Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 17:35
Guerre froide entre Etats-Unis et la Chine ? La cyberstratégie américaine ou « la menace fantôme »

 

25.08.2011 par Stéphane Dossé et Guillaume Tissier -Billets d’AGS sur le Cyber

 

La compétition stratégique entre la Chine et les Etats-Unis semble, de plus en plus s’étendre au cyberespace. Stéphane Dossé, Lignes stratégiques, et Guillaume Tissier, Directeur du pôle risques opérationnels de CEIS, nous livrent une réflexion personnelle sur le climat de guerre froide qui semble souffler sur le cyberespace, notamment à la suite de la parution, à l’été, de stratégies américaines dans le cyberespace.

 

Le 6 août 2011, la Chine par l’intermédiaire de son agence de presse officielle Xinhua[1], condamnait « l’addiction aux dettes » et les « querelles politiques [de Washington] qui manquent de vision à long terme ». Le communiqué ajoutait en réaction  à la dégradation de la note de la dette américaine par Standard & Poor’s (S&P), le 5 août au soir, « La Chine a désormais parfaitement le droit d’exiger des Etats-Unis le réglement de leurs problèmes de dette structurelle et d’assurer la sécurité des actifs en dollars de la Chine ». Cette réaction, qui pourrait être considérée comme un acte d’ingérence dans les affaires intérieures des Etats-Unis, traduit un climat conflictuel entre les deux superpuissances et une montée progressive et tangible des tensions entre ces deux Etats, superpuissances à l’échelle mondiale. Les stratégies américaines de 2011 dans le cyberespace, notamment l’U.S. International strategy for cyberspace et la DoD strategy for operating in Cyberspace, apparaissent ainsi comme le vecteur et le symptôme d’une nouvelle guerre froide

.

 Un contexte stratégique tendu

 

Les deux véritables superpuissances du XXIème siècle sont la Chine et les Etats-Unis, en raison de leurs poids politiques et économiques mais aussi militaires. Leurs relations plus ou moins tendues se caractérisaient par une coopération, principalement économique, et une compétition politique de plus en plus visible.

 

Lors de la crise financière de l’été 2011, la Chine a montré un visage plus agressif vis-à-vis des Etats-Unis qui fait quelque peu écho à quelques démonstrations de puissances dans les premières années du siècle, légitimes pour une puissance qui vient d’émerger.

 

Depuis la rétrocession d’Hong-Kong (1997) et de Macao (1999), la Chine, régime autoritaire à parti unique, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et seconde économie mondiale, entend montrer le renouveau de sa puissance au monde :

  • entrée à l’Organisation mondiale du commerce en 2001 malgré un cours du Yuan manifestement et durablement sous-évalué qui peut s’interpréter comme une concurrence déloyale ;
  • vols spatiaux habités depuis 2003, tir d’une arme antisatellite en 2007, station spatiale de recherche à partir de 2011, programme lunaire pour 2020, etc. ;
  • jeux olympiques de Pékin en 2008 ;
  • défilé militaire du 60ème anniversaire de l’armée populaire de libération (APL) en 2009 (100 000 participants, 8 000 véhicules et 150 aéronefs) ;
  • exposition universelle de Shanghai en 2010.
  • réduction en 2010 de ses quotas d’exportation de terres rares indispensables pour certaines technologies de pointe, dont elle produit 97% de la consommation mondiale, etc.

Au niveau économique, selon l’économiste Antoine Brunet, l’Etat chinois disposait fin juin 2011 d’un montant de réserves de change supérieur à 4 600 milliards de dollars, si l’on ajoute aux réserves de la Banque populaire de Chine, celles détenues par ses épigones, l’Autorité monétaire de Hong-Kong et les Fonds souverains de la Chine et de Hong-Kong. Cela représente environ deux années de budget fédéral américain, un tiers de la dette fédérale américaine. Un bon moyen de pression politique. La cession du centre de container du port du Pirée, par l’Etat grec au groupe chinois Cosco Pacific Ltd, pourrait apparaître comme l’implantation d’un comptoir au sein de l’Union européenne, tels que l’on pouvait les voir dans la Chine déclinante du début du XIXème siècle.

 

Au niveau militaire, l’APL poursuit sa modernisation en augmentant la qualité de son personnel, en menant une politique de mise en service de matériels majeurs comme un porte-avions, officiellement dans un but de recherche scientifique et d’entraînement[2], ou de numérisation des forces. Le 11 janvier 2011, la Chine aurait fait décoller pour la première fois son chasseur furtif J-20, lors d’une visite de Robert Gates, alors secrétaire américain à la défense. Elle développe également une politique de coopération militaire internationale jusque là inédite par son ampleur. Cette dernière est fondée sur les visites de hauts niveau à l’étranger, la participation à des exercices multinationaux, la promotion de l’image de la Chine dans les milieux de défense et la privation aux opérations de maintien de la paix, comme la FINUL (Liban) et de sécurisation des routes maritimes dans le golfe d’Aden et l’Océan indien, etc. Le budget chinois aurait augmenté de 7,5% en 2010 à 79 milliards de dollars. En augmentation depuis plus de 20 ans, son accroissement annuel moyen dans les années 2000 serait de 11,8% pour une croissance annuelle moyenne de 9,6% du PIB. Néanmoins, les Etats-Unis estiment le budget militaire chinois à plus de 150 milliards de dollars, en raison de l’opacité des finances publiques.

 

Cette montée en puissance de la Chine n’est pas sans causer d’inquiétudes aux Etats-Unis, par l’intermédiaire du DoD, qui font paraître annuellement un rapport de synthèse, à destination du Congrès, sur la puissance militaire chinoise : le Military Power of the People’s Republic of China, de 2002 à 2009, puis le Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China en 2010 et en 2011. La Chine est le seul pays, en dehors de ceux dans lesquels les Américains sont en guerre, à bénéficier d’une telle attention publique. Cela rappelle le Soviet military power de la guerre froide. Dans le rapport de 2010, la doctrine américaine vis-à-vis de la Chine est clairement affichée, sous les mots du président Obama : « [la relation Etats-Unis - Chine] n’a pas été sans désagrément ni difficultés. Mais le concept selon lequel nous devons être adversaire n’est pas inéluctable ». Les Etats-Unis coopèrent avec la Chine, tout en « surveillant » sa puissance militaire et en la dissuadant d’un conflit, notamment dans le cadre d’une action contre Taïwan. Le 29 juin 2011, un avion espion U2 américain[3] aurait été raccompagné par la chasse chinoise vers les eaux internationales en mer de Chine du sud. Le 25 juillet 2011, deux avions Su-27 chinois ont violé l’espace aérien de Taïwan, ce qui n’était pas arrivé depuis 1999, pour intercepter un U2 américain. Le soutien de Pékin au régime totalitaire de Pyongyang reste d’autant plus un sujet de préoccupation que la Corée du nord provoquerait des incidents avec son voisin du sud, parfois très graves comme lors du torpillage du navire sud-coréen Cheonan (46 morts) le 26 mars 2010 et du bombardement de l’île de Yeonpyeong, le 23 novembre 2010.

 

C’est dans ce contexte de tension qu’il est possible de qualifier de guerre froide que les Etats-Unis et la Chine adoptent progressivement une position conflictuelle dans le cyberespace.

 

La puissance chinoise dans le cyberspace

 

 

Les deux grandes puissances prennent en effet leurs marques dans un cyberespace en plein bouleversement : le nombre d’internautes a explosé (1,7 milliard), mais surtout le centre de gravité d’internet a changé avec la montée en puissance des pays émergents et de la Chine qui compte à elle seule 420 millions d’internautes (dont 277 millions se connectent par téléphone) contre 220 millions aux Etats-Unis. C’est en fait une sorte d’internet parallèle qui se développe en Chine. Le pays dispose maintenant de sa propre architecture DNS avec des noms de domaine constitués d’une série de chiffres, ce qui permet au réseau de fonctionner de manière autonome. L’ICANN a également approuvé en 2010 les TLD (ou domaines de premier niveau) en caractères chinois. Le marché chinois des télécommunications et systèmes d’information est quant à lui en pleine expansion malgré une décennie de retard sur les pays les plus développés numériquement et des disparités régionales très fortes en termes de taux de pénétration internet.

 

Le point noir reste évidemment la censure systématique dont internet fait l’objet dans le pays. Comme le soulignait, en 2011, Mme Hillary Clinton, secrétaire d’Etat américaine, la Chine est le seul pays non démocratique qui parvient à se développer avec un contrôle strict d’Internet par l’Etat. Cette politique de censure répond en réalité à la fois à des préoccupations politiques et économiques. Cela permet aux sites chinois de se développer à l’abri de la concurrence occidentale à l’image de Baidu, le Google chinois, ou de Renren, le Facebook local qui compte déjà 120 millions d’utilisateurs[4]. De la production de composants à la fourniture de services, le secteur des télécommunications et de l’informatique prospère également, favorisé par une politique volontariste de formation, de soutien à la R&D et de normalisation.

 

Sur le terrain, la Chine mobiliserait 30 000 à 40 000 agents pour sa police de l’Internet pouvant être épaulés par plusieurs centaines de milliers de Honkers, corsaires informatiques chinois, pouvant assurer le contrôle social du web, sur les forums et les réseaux sociaux. Ces derniers dont la dépendance vis-à-vis du régime reste floue (Red Hackers of China, China Eagle Union, Green Army Corps ou Honkers Union of China) n’ont pas hésité à s’attaquer à des sites à l’étranger, dans les années 2000. Le 8 août 2011, elle a annoncé le développement d’un Plan pour le développement des enfants chinois (2011-2012) qui vise à « assurer un environnement de l’Internet sain pour les enfants en fournissant un accès public gratuit ou à bas prix exclusivement pour les enfants et en mettant en place des logiciels spéciaux pour filtrer toute information nuisible » et à lutter contre les cybercafés illicites. Ceci complète différentes mesure antérieures comme le système de filtrage par mots-clés, mis en place durant les « révolutions arabes », début 2011.

 

Le paradoxe est que malgré son potentiel de censure et de contrôle et un durcissement récent des mesures de lutte anti-cybercriminalité, la Chine se plaint régulièrement de la cybercriminalité – souvent lorsqu’elle est désignée comme menace-, dont elle serait plus une cible qu’une source. Selon l’agence Xinhua, le 9 août 2011, la Chine aurait été victime de 500 000 cyberattaques en 2010, dont la moitié de l’étranger, en particulier d’Inde et des Etats-Unis, deux concurrents stratégiques. Si cette posture de victime sonne parfois faux, elle témoigne aussi d’une véritable évolution. La situation d’asymétrie dont jouissait le pays vis-à-vis des Etats-Unis au plan informatique est désormais révolue. Compte tenu de la taille de ses réseaux, le pays est désormais vulnérable et ne parvient même plus totalement à empêcher des internautes dissidents de contourner ses murailles numériques.

 

Pour faire face à la menace, la Chine développe sa capacité de lutte informatique, selon son livre blanc de 2010 car elle considère le cyberespace comme un enjeu stratégique. Elle se doterait d’un boulier cybernétique dans le cadre d’un programme baptisé « Kylin ». En juin 2011, l’APL a déclaré avoir constitué une équipe spécialisée dans le cyber et dispose déjà d’unités de systèmes d’information et de communication et de guerre électronique en grand nombre[5]. Si le pays ne semble pas disposer de doctrine de lutte informatique officielle, la lutte informatique s’intègre dans un concept de « guerre hors limite » en vertu duquel le cyberespace civil peut être utilisé dans une « guerre totale », déclinaison récente de la notion de « guerre du peuple » chère à Mao.

 

Ainsi, avec une composante symétrique d’action dans le cyberespace, via ses forces régulières, et une composante asymétrique, via les honkers, les Chinois disposent de capacités de cyberguerre significatives pouvant être mobilisées en cas de conflit armé ou non.

 

Une compétition accrue dans le cyberespace

 

Le premier affrontement entre la Chine est les Etats-Unis est d’abord idéologique. Les Etats-Unis défendent clairement le principe de liberté d’accès à Internet, comme liberté individuelle et collective et moyen de développement économique. Si dans les faits, les pratiques américaines de contrôle des flux numériques ne sont pas exempts de commentaires, il faut reconnaître que leur attachement au libre échange des idées est bien réel. Le rappel du premier amendement de la constitution américaine, « gravée dans 50 tonnes de marbre du Tennessee », par Mme Hillary Clinton, le 21 janvier 2010, lors d’un forum sur la liberté sur Internet au Newseum, n’est pas anodin. Dans son discours, réagissant à l’opération Aurora, la Chine apparaissait comme sa cible principale – non exclusive. Elle attaqua les pays ne respectant pas la liberté d’expression sur Internet et leur prédisait même une mise à l’écart de la marche du progrès au XXIème siècle. Plus gravement, l’asymétrie d’accès à l’information serait une cause de guerre interétatique…

 

« Mais les pays qui restreignent le libre accès à l’information ou violent les droits fondamentaux des utilisateurs d’Internet risquent de se murer, en se coupant du progrès pour le reste du siècle. Actuellement, les Etats-Unis et la Chine ont des vues différentes sur cette question, et nous avons l’intention de répondre à ces différences de manière franche et cohérente, dans le cadre de notre relation positive, coopérative et globale. [...] La liberté de l’information soutient la paix et la sécurité, fondements du progrès mondial. Historiquement, l’accès asymétrique à l’information est l’une des principales causes de conflits interétatiques. »

 

Le 15 février 2011, Mme Clinton reprenait ses critiques vis-à-vis de la censure sur l’Internet chinois et les réseaux d’autres pays cibles régulières des Etats-Unis : Cuba, Iran, et affirmait même qu’aucun développement économique n’était maintenant possible sans liberté sur Internet, à l’exception de la Chine. Une exception de taille, il faut en convenir.

 

Au-delà de la liberté d’opinion, les intérêts économiques des Etats-Unis dans le cyberespace sont majeurs. Il comprend environ 2 milliards d’internautes et presque 5 milliards d’abonnés à la téléphonie mobile. Internet représente 5 000 milliards de dollars de propriétés intellectuelles américaines dont 300 milliards sont volés annuellement[6]. Certains experts soupçonnent souvent la Chine, sans preuves formelles, d’être l’un des grands acteurs de ce pillage. Les opérations Aurora et Shady Rat[7], cyberattaques visant respectivement une trentaine et 72 entreprises, principalement américaines, sont attribuées à la Chine qui a démenti en être à l’origine. Par ailleurs, les entreprises chinoises dans le domaine de l’Internet se développent rapidement et constituent une concurrence parfois à l’échelle mondiale, si l’on pense à Huawei, deuxième fournisseur mondial de réseaux derrière Ericsson mais devant Cisco ou Alcatel-Lucent.

 

Les Etats-Unis se positionnent comme le leader du « Monde libre » dans le cyberespace, sous entendu « démocratique », pour reprendre les propos du discours de Fulton de Winston Churchill, le 5 mars 1946. Un nouveau rideau de fer aurait séparé le cyberespace, notamment la Chine des Etats-Unis et de leurs alliés. La cyberdétente appelée de leurs vœux par M. Henry Kissinger, ancien secrétaire d’Etat, et M. Jon Huntsman, ancien ambassadeur américain en Chine, en juin 2011, à l’occasion d’un événement organisé par Thomson Reuters, semble confirmer ce climat de guerre froide entre la Chine et les Etats-Unis.

 

C’est dans ce contexte général et particulier que les Etats-Unis ont publié en 2011 des stratégies qui montrent des similitudes certaines avec celles de la guerre froide, notamment l’initiative de défense stratégique.

 

Les stratégies d’une cyberguerre froide ?

 

Presque à chaque fois que les Etats-Unis se sentent menacés militairement ou sont attaqués, ils axent leurs stratégies majeures selon des axes économique, militaire et moral. En raison de leur histoire, ils se pensent comme d’abord comme une terre devant être sanctuarisée et devant être protégée à tout prix contre les menaces extérieures : missiles nucléaires intercontinentaux (dont sous-marins) pendant la Guerre froide, terrorisme jihadiste durant la guerre contre le terrorisme et cyberattaques. Pour cela, ils doivent mobiliser leur formidable outil économique, en assurant une synergie entre le public et le privé, entre le civil et le militaire, entre le citoyen et l’Etat. Ils doivent aussi mettre en ordre de bataille leurs capacités militaires, scientifiques, diplomatiques qui seront leurs moyens d’actions dans le champ des relations internationales.

 

Par ces politiques ambitieuses et volontaristes, non dénuées d’un risque scientifique et politique assumé, les Etats-Unis organisent la mobilisation du pays autour de projets fédérateurs :

  • la course à la Lune contre les soviétiques pour environ 5 milliards de dollars annuels de l’époque (discours du président Kennedy de l’Université de Rice du 12 septembre 1962) ;
  • la guerre des étoiles contre les soviétiques pour environ 5 milliards de dollars de R&D annuels (discours du président Reagan du 23 mars 1983) ;
  • la guerre globale contre le terrorisme pour 130 milliards de dollars annuels (discours du président G.W. Bush du 20 septembre 2001 devant le congrès) ;
  • la stratégie américaine internationale pour le cyberespace pour environ 5,5 milliards de dollars annuels de R&D.

Ainsi, le 16 mai 2011, le président Obama a présenté la publication de la stratégie américaine pour le cyberespace U.S. International strategy for cyberspace (ISC). Elle s’appuie principalement sur trois voies : la diplomatie, la défense et le développement économique. Elles concourent aux objectifs stratégiques : développer l’ouverture et l’interopérabilité du cyberespace, sécuriser et fiabiliser les réseaux et promouvoir la stabilité de l’Internet par l’intermédiaire de normes. Cette stratégie a ensuite été déclinée en stratégies particulières. La maison blanche a également présenté, le 25 juillet, une nouvelle stratégie, Strategy to Combat Transnational Organized Crime, pour combattre la  cybercriminalité transnationale.

 

Le 14 juillet 2011, le Département d’Etat a publié les priorités de la cyberdiplomatie américaine qui se fixe les objectifs suivants :

  • promouvoir l’innovation et l’ouverture des marchés ;
  • améliorer la sécurité, la disponibilité et la résilience des réseaux mondiaux ;
  • étendre la collaboration juridique et la législation internationale ;
  • préparer les défis sécuritaires du 21° siècle ;
  • promouvoir des structures efficaces de gouvernance de l’Internet ;
  • développer des capacités cyber, la sécurité et la prospérité au travers du développement d’Internet ;
  • soutenir les principes de liberté fondamentale et de vie privée.

Le même jour, le Department of Defense des Etats-Unis a publié la version non classifiée de sa stratégie pour le cyberespace : DoD strategy for operating in Cyberspace (DoD SOC). La DoD SOC définit le contexte stratégique et fixe 5 initiatives stratégiques à court et moyen termes :

  • Tirer avantage du cyberspace ;
  • Etablir de nouveaux concepts de protection des réseaux ;
  • Mettre en place un partenariat interministériel, interagences et public-privé ;
  • Construire un système de sécurité collective dans le cyberespace ;
  • Développer  les capacités technologiques et humaines pour opérer dans le cyberespace.

L’objectif de ces stratégies est clair : le « cyber power », lequel agit à la fois comme un multiplicateur de puissance « conventionnelle » mais constitue aussi un champ d’expression de la puissance à parts entières.

 

 

 

De la guerre des étoiles à la menace fantôme ?

 

Des similitudes importantes existent avec l’Initiative avec l’initiative de défense stratégique lancée le 23 mars 1983 par le président Reagan, et formalisée dans la Strategic defense initiative (SDI) du 6 janvier 1984. Si dans la SDI, l’Union soviétique était clairement visée, aucun adversaire n’est nommément mentionné dans les stratégies cyber ; la menace est cette fois étatique ou non. Néanmoins, au regard des thèmes abordés et des capacités chinoises étatiques et non étatiques dans le cyber, la Chine apparaît clairement comme l’un des adversaires principaux. Le cyberespace devient un vecteur de la confrontation stratégique avec la Chine, comme par exemple l’Espace l’avait été avec l’Union soviétique.

 

De manière générale, la SDI et la DoD SOC ont été présentées comme des politiques défensives, ayant pour but de mettre en échec une capacité offensive, respectivement nucléaire et cyber, pouvant porter gravement atteinte à la sécurité des Etats-Unis et de leurs alliés. La SDI voulait créer une capacité de dissuasion défensive active, tout comme la SOC veut renforcer la résilience et la défense active des réseaux. Elles partent toutes deux du postulat que les capacités des adversaires sont peu connues et qu’il est nécessaire de surveiller leurs activités.

L’initiative n°1 du DoD SOC vise à organiser l’action militaire des Etats-Unis dans le cyberespace. Une bonne partie de la National security decision 119 pour la SDI faisait brièvement de même dans son point 3 qui mena à la création de la SDI organization en avril 1984.

 

La SDI étant en soi un nouveau concept de défense contre les missiles soviétiques, notamment dans son point 4, qui devait s’intégrer dans des concepts stratégiques plus globaux préexistants par ailleurs (point 2). Cette recherche de la nouveauté est présente dans l’initiative n°2 qui a le but de développer des concepts novateurs de protection active et passive.

 

La mobilisation, dans une approche globale, du secteur public et du secteur privé pour le DoD SOC, dans l’initiative n°3, fait écho au point 1 de la SDI et surtout au discours du président Reagan qui avait appelé la communauté scientifique à se mobiliser.

 

L’initiative n°4 a pour but de renforcer la sécurité collective dans le cyberespace, autour d’alliés et de partenaires poursuivant les mêmes buts et adhérant aux mêmes valeurs que les Etats-Unis. Dans le cadre de la guerre froide, le système de défense collective existait déjà, en particulier par l’intermédiaire de l’Alliance atlantique. Néanmoins, le président Reagan a précisé dans son discours que son pays allait poursuivre ses engagements sécuritaires vis-à-vis de ses alliés. Ceci a été repris dans le point 6 de la directive SDI qui vise à évaluer les conséquences pour les Etats-Unis et leurs alliés du programme.

 

Finalement, il est nécessaire de constater que, parmi les principales difficultés scientifiques de la SDI, la mise en réseau des armes antimissiles et de l’alerte avancée était bien présente. La SDI était déjà partiellement un programme qui serait actuellement qualifié de cyber. Selon un sondage de la Peter Hart organization, seulement 17% des physiciens américains pensaient que le projet était réaliste en 1986[8]. En particulier, certains informaticiens en 1983 estimaient qu’il fallait plusieurs dizaines de millions de lignes de code pour soutenir le programme, ce qui était hors de portée des capacités américaines du moment. La fiabilité des codes était également en question. Des erreurs de programmation avaient en 1979 et en 1980 auraient même pu entraîner une riposte nucléaire américaine à la suite de fausses alarmes[9]. Néanmoins, en raison du computer gap depuis les années 50 entre l’URSS et les Etats-Unis (10 fois moins d’ordinateurs souvent obsolètes en URSS), une réussite dans le domaine informatique, « monstre de l’impérialisme et de la pseudoscience » pour les soviétiques des années 1950, pouvait donner un avantage stratégique décisif aux Américains[10]. La SDI permettait de distancer des soviétiques cherchant à relever le défi de la révolution de l’informatique personnelle (IBM PC en 1981, Macintosh en 1984 et scission d’ARPANET en MILNET et INTERNET en 1984), avec l’arrivée au pouvoir de Mikhail Gorbatchev en 1984 et la création de l’organisation Inter-robot[11].

 

En 1985, les progrès techniques dans les architectures réseaux permettaient de fractionner la gestion informatique du système en ensemble en éléments de moins de 10 000 lignes de codes, ce qui fut possible dans les années suivantes. Ceci a permis de développer la recherche permettant de distribuer le traitement informatique, principe de l’Internet actuel, dans les réseaux qui étaient à l’époque généralement centralisé[12]. Dans le cadre de l’initiative n°5 du DoD SOC, avec le développement de CORONET, réseau devant remplacer Internet en développant des technologies optiques, et du National cyber range, réplique du réseau Internet pour l’entraînement et l’expérimentation, les Etats-Unis semblent chercher à recréer artificiellement le computer gap avec la Chine. Les sommes consacrées à la R&D pour le cyber sont par ailleurs tout à fait comparables à celles de la SDI.

 

Tout comme la SDI, en son temps, les stratégies américaines pour le cyberespace, qui ne s’appliquent pas qu’aux menaces étatiques majeures mais également à la cybercriminalité quotidienne – c’est en cela qu’elles diffèrent franchement de la SDI, sont à considérer comme un catalyseur de la puissance et des compétences américaines, sous l’impulsion de l’Etat fédéral pour tenter d’annihiler une menace jugée insupportable.

 

Conclusion

 

Au-delà des affrontements « techniques » dont il est le théâtre, le cyberespace est, qu’on le veuille ou non, devenu un véritable enjeu de puissance. A l’Internet universel et homogène que l’on connaissait succède progressivement un cyberespace fragmenté, gouverné par une logique de blocs ou de zones d’influence. Faut-il pour autant y voir comme certains la fin de l’Internet ? Il s’agit plutôt de la fin « d’un » internet et d’une évolution naturelle, déjà à l’œuvre depuis plusieurs années, qui a vu le « politique » envahir cet espace et les Etats chercher à y exprimer, légitimement ou non, leur souveraineté.

 

Il était donc logique que la rivalité stratégique entre les Etats-Unis et la Chine gagne également ce territoire, voire se concentre à terme sur cet espace qui offre de nombreux avantages d’un point de vue stratégique. Le cyberespace favorise tout d’abord les affrontements clandestins et de basse intensité, ce qui permet en théorie d’éviter des conflits directs et ouverts. Il est ensuite transverse aux environnements physiques et constitue le « ciment » permettant de coordonner des capacités d’action dans ces différents milieux. Comme le souligne Joseph S. Nye, « le cyber power peut être utilisé pour créer des résultats au sein du cyberespace mais il peut aussi utiliser des instruments cyber pour produire des résultats dans d’autres domaines en dehors du cyberespace »[13]. Enfin, les technologies qu’il implique sont par essence duales et utilisables indistinctement dans le monde civil et militaire. C’est là l’un des axes clés de la nouvelle stratégie américaine dans le cyberespace : les Etats-Unis ont été à l’origine du développement d’Internet, ils doivent non seulement maintenir mais accentuer le fossé technologique avec leurs adversaires en imaginant et en construisant les réseaux de demain. Quitte, pour ce faire, à instrumentaliser quelque peu la menace.

 

 


 

[1] Dette américaine : « la Chine, en tant que créancier, doit rester vigilante », La Tribune, 8 août 2011 consulté le 9 août 2011.

[2] Geng Yansheng, porte-parole du ministère chinois de la défense, Pékin,  27 juillet 2011.

[3] En 2001, un avion de surveillance EP-3 américain avait été contraint de se poser d’urgence dans le sud de la Chine, après une collision avec un avion chinois venu l’intercepter en Mer de Chine. Collision entre deux avions chinois et américain, 1er avril 2001, Nouvel observateur, site consulté le 8 août 2011.

[4] La société a d’ailleurs été créée par un Chinois formé aux Etats-Unis et la société est depuis peu cotée à New York…

[5] L’APL pourrait détenir plus d’une centaine de bataillons de transmissions ou de guerre électronique selon le rapport de la RAND. The People’s Liberation Army as Organization, Dennis J Blasko, 2000. L’auteur fut officier de renseignement dans l’US Army, spécialisé dans les affaires chinoises.

[6] Statement of general Keith b. Alexander, commander United States Cyber Command before the House committee on armed services, 23 septembre 2010. www.defense.gov, consulté le 2 mai 2011. Garamone Jim, Cybercom Chief Details Cyberspace Defense, American forces press service, 23 septembre 2010.

[7] Noms donnés en 2010 et 2011 par Dmitri Alperovitch, Vice Président de McAfee chargé des menaces.

[8] MIGLAUTSCH Thomas, Little scientific defense for Star Wars, Milwaukee journal, 10 juillet 1986.

[9] HALLORAN Richard, Computer signals 2nd mistaken report of USSR nuclear attack, Youngstone Vindicator, 6 juin 1980. Ces incidents furent repris dans le film War games de 1983.

[10] FULTON Lewis, Soviet face computer lag, Lakeland Ledger, 10 décembre 1962. SHABAD Theodore, Soviet concedes a computer gap, The New York times, 4 mai 1971. Computer cargo to USSR seized, New York Times in The Milwaukee Journal, 21 novembre 1983.

[11] GEROL Ilya, Soviets are missing out on computer revolution, Ottawa citizen, 27 décembre 1985.

[12] MORRING Franck, Star wars defense plan run by computer called possible, The Deseret News, 25 décembre 1985.

[13]NYE Jospeh S. Jr,  Cyber Power,Belfer Center for Science and International Affairs, Harvard Kennedy School,mai 2010. Source : http://web.mit.edu/ecir/pdf/nye-cyberpower.pdf.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 16:30

http://www.china-defense-mashup.com/wp-content/uploads/2011/07/ka-31-2.jpg

 

2011-07-26 (China Military News from China-defense-mashup)

 

In 2010, PLAN acquired at least total of 9 Ka-31 Airborne early warning helicopters. These helicopters are expected to be stationed onboard the Russian Yaryag and indigeneous aircraft carriers which are under construction.

 

By the end of July 2011, these pictures of PLA Navy's Ka-31 helicopters indicate that early-warning system of Varyag aircraft carrier is in rapid development, in order to meet the future sea trial and fleet air defense training.

 

Based on Ka-27 ASW helicopter, Ka-31 features an E-801M solid-state early warning radar which can detect a fighter size target up to 150km away.

 

In 2009, some pictures which come from Chinese Internet source have provided sufficient supports that China is developing early-warning system under Z-8 AEW platform for Chinese navy's aircraft carrier project.

 

A bar-shape array radar is installed outside the real cabine door of this Z-8 helicopter. Some analyzers believe that this sensor can provide low-to-medium altitude early warning for task fleet or even carrier strike group. In June 2009, Richard Fisher once reported that  PLA is also known to be developing carrier combat support aircraft, that initially could focus on airborne early warning (AEW) and anti-submarine versions of the Changhe Z-8 helicopter.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories