Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 08:35
Greece Just Sold Its Giant Zubr-Class Hovercraft To China

 

The Chinese Navy has put their money where their mouth is when it comes to their interest in the world's largest hovercraft. They have already bought two giant Zubr Class hovercraft from Ukraine, and are building two in China. Apparently four of these mammoths are not enough in the short-term, as China has now purchased Greece's entire inventory of Zubr Class hovercraft outright.

The story of the Soviet-era Zubr Class, how Greece, a NATO country, ended up buying them in the first place and how and why China got their hands on the design is a pretty amazing story, one you can read all about here. But what is most eye opening is that Greece is selling China a unique 'access' capability, one that could have a large impact on other NATO friendly countries in the Pacific region.

 

Read more

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 12:45
La Chine fournira du matériel militaire à la Guinée-Bissau

 

17-12-2014 French.china.org.cn

 

La Chine va offrir des équipements militaires à la Guinée-Bissau d'une valeur d'environ quatre millions de dollars, selon un protocole d'entente signé mardi par l'ambassadeur de Chine en Guinée-Bissau Wang Hua et le Secrétaire d'État de l'ordre public Domenico Sanca.

 

La nature et la quantité des équipements seront définies par les deux parties dans un protocole qui sera signé plus tard, précise-t-on de source officielle.

 

"Cette aide vise à réduire les difficultés existant dans les casernes", a expliqué l'ambassadeur de Chine.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 12:35
Manille va renforcer son équipement militaire

 

17/12/2014 Par LeFigaro.fr (Reuters)

 

Les Philippines ont l'intention d'acheter deux frégates, deux hélicoptères et trois vedettes pour renforcer leur présence militaire en mer de Chine méridionale, théâtre de tensions territoriales avec Pékin, a annoncé aujourd'hui un responsable de la marine philippine. La Chine revendique la quasi-totalité de cette zone maritime qui recèlerait d'importantes réserves d'hydrocarbures, y compris les îles et ilots qui s'y trouvent, également convoités par les Philippines, Bruneï, la Malaisie, le Viêtnam et Taiwan.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 08:35
15P High-maneuverability 105mm howitzer Fire Assault Vehicle at AirShow China 2014 in Zhuhai, China. - photo Army Recognition

15P High-maneuverability 105mm howitzer Fire Assault Vehicle at AirShow China 2014 in Zhuhai, China. - photo Army Recognition

December 15, 2014: Strategy Page

Chinese firms are now offering combat versions of some of their commercial trucks. A recent example is the Type 15P, which is an armored (against rifle and light machine-gun fire as well as shell fragments) version of the popular SX2110 4x4 three axle all-terrain truck. This seven ton vehicle has 280 HP engine and can carry up to five tons. The Type 15P is configured as an “assault” vehicle and is armed with a 105mm howitzer that has a max range of 11 kilometers but is meant for direct fire (at targets the Type 15P crew can see) using high explosive or anti-tank (HEAT) shells. There is also a 12.7mm machine-gun and eight smoke grenade launchers.

China has already been producing a lot of armored and heavily armed vehicles based on the American hummer. In the 1990s China tried Russian and European designs in their search for a new tactical truck (similar to the American hummer), they finally settled on a hummer clone of their own. China still uses the Russian and German designs for most of its tactical vehicles but it is also buying a growing number of locally made hummer clones. These have been widely adopted by the military in the last decade, and a civilian version has been popular with commercial firms operating in remote areas, especially outside of China.

China got their hands on an American hummer (M998 HMMWV) in 1988 as a gift from the manufacturer. Initially Chinese military officials felt the hummer was too expensive. But the performance of the hummer in the 1991 Gulf War, plus the growing presence of the American civilian version of the hummer (especially those brought in by oil companies for use in remote areas), changed minds. By 2003, two Chinese companies were producing hummer clones and the Chinese Army adopted one of them as the EQ2050. By 2012 an armored version (the EQ2058) was developed.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:35
Third test of WU-14 confirmed by Chinese defense ministry

 

2014-12-14 wantchinatimes.com

 

A spokesperson of the Chinese defense ministry confirmed the People's Liberation Army's third test of the WU-14 hypersonic sonic strike vehicle on Dec. 10, Bill Gertz, the senior editor of the Washington Free Beacon said in a recent article.

During the press conference, the spokesperson said China routinely conducts scientific experiments inside its borders. He said that the exercise involving the WU-14 was not carried out with any country in mind as a potential target. The confirmation was later reported by Chinese state media. Gertz said it is unusual for China to confirm the test of its hypersonic glide vehicle because it normally keeps the development of its nuclear weapons under wraps.

The WU-14 was designed for the Second Artillery Corps. Chinese state-run news said, the third test of PLA's ultra-high speed vehicle took place on Dec. 2 after two earlier tests on Jan. 9 and Aug. 7. It was a routine exercise according to the Chinese government. Believing that the WU-14 is intended to deliver nuclear weapons, the Pentagon has expressed anxieties over the tests, according to John Tkacik, a China affairs specialist.

In addition to nuclear warheads, the WU-14 can also be used to conduct conventional strikes against important targets such as aircraft carriers according to US officials. The third test of the WU-14 suggests that China is now focusing its resources on the development of hypersonic weapon systems. It has been described by a congressional report of the US-China Economic and Security Review Commission as a core component of China next-generation precision strike, no weapon can be used to intercept it once the vehicle is fired.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:35
La Chine teste un missile hypersonique

 

TOKYO, 12 décembre - RIA Novosti

 

Le ministère chinois de la Défense a confirmé avoir testé avec succès un missile hypersonique WU14, annonce vendredi le journal japonais Yomiuri.

 

"La tenue d'essais scientifiques et techniques sur le territoire chinois est un phénomène courant, ces essais ne visant aucun pays et aucun site concret", indique le ministère chinois.

 

Selon le journal japonais, ce missile serait capable de déjouer les systèmes de défense américains. Il s'agit du troisième test de ce missile, le premier s'étant déroulé en janvier et le deuxième en août 2014.

 

Le WU14 est un missile hypersonique capable d'atteindre Mach 10, soit 12.000 kilomètres/heure.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:35
China's submarine noose around India

 

December 15, 2014 Sandeep Unnithan - India Today


Submarine game: How China is using undersea vessels to project power in India's neighbourhood

 

Four decades after the 1971 India-Pakistan war, India's intelligence agencies are once again scanning a stretch of coastline in southern Bangladesh. Cox's Bazar was rocketed and strafed by INS Vikrant's fighter aircraft to cut off the enemy's retreat into the Bay of Bengal. Today, 43 years later, it sets the stage for China's dramatic entry into India's eastern seaboard.

Assessments from the Research and Analysis Wing (RAW) and naval intelligence say the Bangladesh Navy will station two ex-Chinese Ming-class submarines on bases that are less than 1,000 km away from Visakhapatnam, home to the Indian Navy's nuclear powered submarine fleet and the Defence Research and Development Organisation's (DRDO) missile test ranges at Balasore.

The developments on India's Arabian Sea flank are equally ominous. Intelligence officials say that over the next decade, China will help Pakistan field submarines with the ability to launch nuclear-tipped missiles from sea. Submarines, analysts say, are China's instrument of choice to not just challenge the Indian Navy's strategy of sea domination but also to undermine India's second-strike capability. These developments have been accompanied by a flurry of Chinese submarine appearances in the Indian Ocean this year-Beijing sent two nuclear submarines and a conventional submarine. Two of them made port calls in Colombo, triggering concern in New Delhi.

Toehold in the Bay

"No one interested in geopolitics can afford to ignore the Bay of Bengal any longer," geopolitical analyst Robert Kaplan wrote in a seminal essay in Stratfor in November. "This is the newold centre of the world, joining the two demographic immensities of the Indian subcontinent and East Asia." For India, the Bay of Bengal is the launch pad for a 'Look East' policy that has received renewed attention under Prime Minister Narendra Modi.

The Indian Navy is enhancing force levels at its Visakhapatnam naval base even as it has begun building a secret base for a proposed fleet of nuclearpowered submarines at Rambilli, south of Visakhapatnam. Equipped with the 700-km range B05 submarine launched missiles, the Arihant-class submarines will have to patrol closer to the shores of a potential adversary. But equipped with the 3,500-km range K-4 missiles currently being developed by the DRDO, the Arihant and her sister submarines can cover both Pakistan and China with nuclear-tipped missiles from within the Bay of Bengal, providing the "robust second-strike capability" as stated in India's nuclear doctrine.

Inputs suggest Bangladesh has acquired land and fenced locations at the Kutubdia Channel near Cox's Bazar and the Rabnabad Channel near West Bengal. Kutubdia, intelligence officials say, is likely to feature enclosed concrete 'pens' to hide submarines. The possibility of Chinese submarines using this base provides a fresh equation to the strategic calculus.

"Our submarines become susceptible to tracking from the time they leave harbour," says veteran submariner and former Southern Naval Command chief vice-admiral K.N. Sushil (retired). "But a far more worrying strategy is China's ability to be able to threaten our assured second-strike capability. That effectively tips the deterrence balance."

Chinese Han-class submarine Changzheng 2 in Colombo.West Coast Worries

Of greater long-term worry to Indian analysts is a strategic submarine project China finalised with Pakistan in 2010. Intelligence sources say this three-part programme will transform the Pakistan Navy into a strategic force capable of launching a sea-based nuclear weapons strike. Pakistan will build two types of submarines with Chinese assistance: the Project S-26 and Project S-30. The vessels are to be built at the Submarine Rebuild Complex (SRC) facility being developed at Ormara, west of Karachi. Intelligence sources believe the S-30 submarines are based on the Chinese Qing class submarines-3,000-tonne conventional submarines which can launch three 1,500-km range nuclear-tipped cruise missiles from its conning tower. A Very Low Frequency (VLF) station at Turbat, in southern Balochistan, will communicate with these submerged strategic submarines. The Project S-26 and S-30 submarines will augment Pakistan's fleet of five French-built submarines, enhance their ability to challenge the Indian Navy's aircraft carrier battle groups and carry a stealthy nuclear deterrent. "Submarines are highly effective force multipliers because they tie down large numbers of naval forces," says a senior naval official.

Steel sharks on silk route

Speaking in Indonesia's Parliament last October, Chinese President Xi Jinping articulated a "21st century Maritime Silk Road". His vision calls for investments in port facilities across south and south-east Asia to complement a north Asian route. This year, the People's Liberation Army Navy (PLAN) put steel into Xi's vision. In February, a Shangclass nuclear-powered attack submarine made China's first declared deployment in the Indian Ocean. This was followed by port calls made by a Han-class submarine in Colombo to coincide with a state visit by President Xi and a visit by a Song-class conventional submarine in November.

China's heightened activity in the Indian Ocean region is underscored by investments in a new port in Gwadar at the mouth of the Strait of Hormuz, Hambantota port in Sri Lanka, a container facility in Chittagong and Kyaukpyu port in Myanmar. "Such developments have sharpened China's geopolitical rivalry with India, which enjoys an immense geographic advantage in the Indian Ocean," says Brahma Chellaney of the Centre for Policy Research. "Aspects related to their (Chinese) deployment in international waters are part of securing their maritime interests," Navy chief Admiral Robin K. Dhowan told journalists in Delhi on December 3.

China's new military posture reflects the 'Malacca dilemma' faced by the world's largest oil importer. Close to 80 per cent of China's crude oil imports of 11 million barrels per day, the life blood of its economy, is shipped through the narrow Malacca Strait. Any disruption to this could threaten its economic growth. "Hence, China's economic interests in the Indian Ocean have now taken on an overt military dimension," says an intelligence official.

Naval intelligence officials who correctly predicted that China would use anti-piracy patrols as a pretext for deployments in the Indian Ocean feel vindicated. Their prognosis of this game of 'weiqi'-a game of Chinese chess which uses encirclement, is gloomy. "A full-scale Chinese deployment in the Indian Ocean is inevitable," an admiral told India Today.

"You can only watch it and prepare yourself for it." The preparations include acquisitions of long-range maritime patrol aircraft such as the US-made P8-I Poseidon, investment in anti-submarine warfare and inducting new submarines and helicopters to fill up critical deficiencies in force levels.

Measured Response

China's submarine thrust into South Asia coincides with Narendra Modi's renewed emphasis on securing India's perimeter. "India's response has to be nuanced, a mixture of coercion and largesse," says Jayadeva Ranade, a former RAW official and member of the National Security Advisory Board. While the Manmohan Singh-led UPA government scoffed at encirclement theories, the new Government is clearly concerned over the creeping Chinese presence.

National Security Adviser Ajit Doval voiced India's concerns at the 'Galle Dialogue' in Sri Lanka on December 1. He cited a 1971 United Nations General Assembly (UNGA) resolution mooted by Sri Lanka calling on the "great powers to halt further escalation and expansion of their military presence in the Indian Ocean".

India's defence diplomacy has been severely limited by its inability to offer military hardware to offset the Chinese presence. Over half the military hardware of Bangladesh and Sri Lanka are of Chinese origin. In 2008, India called off a plan to transfer the INS Vela to the Myanmar Navy when it discovered the vintage Russian-built submarine was past its service life.

When plans to transfer hardware materialise, they are too feeble to make a difference-a solitary helicopter such as the one gifted to Nepal by Modi in November and a small ex-Indian naval patrol craft gifted to Seychelles recently. Often, there is a demand for capabilities where India itself is deficient. Bangladeshi officials stumped Indian Ministry of External Affairs (MEA) officials last year when they asked India, and not China, to provide submarines. The Indian Navy is down to just 13 aging conventional submarines. The MEA suggested Bangladesh buy Russian submarines instead. Their efforts are yet to bear fruit. It is a gap China willingly fills.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:45
photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 

8 décembre 2014 maliactu.net

 

Pour renforcer la capacité vestimentaire des Forces armées du Mali (FAMa), la République populaire de Chine a offert un important lot de tenues militaires à la République du Mali. C’était vendredi dernier lors de la cérémonie de signature d’acte de « remise-réception«   entre Guo Xue Li, chargé des affaires de l’ambassade de Chine au Mali, et Bah N’Daw, ministre de la Défense et Anciens combattants  du Mali, en présence du chef d’état-major général des armées.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:35
Russie et Chine, alliés en matière de cybersécurité

 

7 décembre 2014 par Alexandre Mamitchev - La Voix de la Russie

 

Moscou et Pékin ont l'intention de signer un accord de coopération dans le domaine de la sécurité de l'information au cours du premier semestre de l’année 2015.

 

Les structures publiques russes n’excluent pas que le document aurait pu être approuvé pendant le sommet de l’APEC à Pékin. Toutefois, selon une source proche des négociations, il a été voulu que l'accord englobe un plus grand nombre de domaines et qu’il soit plus pratique. Il faudra donc encore quelques mois pour y apporter des corrections.

 

« L'accord entre la Russie et la Chine dans le domaine de la cybersécurité inclura plusieurs aspects », explique irecteur de l’Institut d'études politiques. « Tout d'abord, il y aura un accord sur les mesures de confiance dans le cyberespace. C’est une sorte de pacte de non agression dans le cyberespace. En outre, les relations entre la Russie et la Chine dans ce domaine vont inévitablement concerner les Etats-Unis. Un accord sur la cybersécurité est déjà en vigueur entre la Russie et les Etats-Unis, mais les deux pays ne se font pas entièrement confiance. Au cours de ces dernières années, les Etats-Unis ont initié plusieurs conflits militaires dans différentes parties du globe, violant par ce fait un certain nombre de normes internationales. Il est donc très probable qu’en poursuivant tel ou tel objectif, les Américains puissent « oublier » l’accord. Quant à la Chine, elle ne fait pas non plus très confiance aux Américains. En d’autres termes, les deux pays n’excluent pas la possibilité d’une provocation cybernétique de la part des Etats-Unis. Une autre menace pour l'ordre mondial sont des groupes radicaux, comme l’Etat islamique (EI). Et il est mieux d’y faire face ensemble ».

 

Selon les experts, la création d’un accord russo-chinois sur la sécurité des technologies informatiques témoigne de la volonté des deux pays de collaborer dans tous les domaines. La Russie et la Chine ont une vision beaucoup plus réaliste du problème de la cybersécurité et du contrôle de l’Internet, considère Markov.

 

« Les Etats-Unis, en étant le joueur le plus fort dans le cyberespace, ne sont pas intéressés par des limitations quelconques. Les Américains espèrent apparemment vaincre tout le monde si jamais une guerre cybernétique éclate. Quant à la Russie et la Chine, elles ne souhaitent pas qu’une telle guerre éclate. De nos jours, l’Internet englobe toutes les sphères de la vie. Les hackers peuvent donc faire exploser une centrale nucléaire, ou paralyser entièrement les communications d’une grande ville. Nos deux pays vont donc coopérer en créant des bases de sécurité internationale dans ce domaine ».

 

Les experts de l’Internet incitent la communauté internationale à accélérer le développement des mécanismes efficaces de régulation juridique dans ce domaine. Car il est possible qu'un jour un Etat, en réponse à une cyber-attaque, se décide non seulement à une riposte virtuelle, mais à une vraie guerre. Quant à l’accord russo-chinois dans le domaine de la sécurité de l’information, en cas de succès, il pourra former la base d’un document similaire dans le cadre des pays BRICS, pour être ensuite étendu au monde entier.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:35
La Chine disposerait d'un centre d'écoute satellitaire en France

 

03/12/2014 Par lefigaro.fr

 

Selon Le Nouvel Observateur, une annexe de l'ambassade de Chine en banlieue parisienne dispose de paraboles capables d'intercepter des communications entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient.

 

Cette annexe de l'ambassade chinoise est située dans une rue paisible du Val-de-Marne. Selon Le Nouvel Observateur, le numéro 148 de la rue du Lieutenant-Petit-Leroy, à Chevilly-Larue, abriterait en réalité un centre secret d'écoute satellitaire. Les trois paraboles installées récemment sur le toit d'un bâtiment en témoignent. Celles-ci ont d'ailleurs attiré l'attention des services secrets français. Et, à en croire un expert consulté par l'hebdomadaire, deux d'entre elles servent à intercepter des communications entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient. Une troisième permettrait de transmettre le fruit des écoutes vers la Chine. Les informations recueillies en France seraient de cette manière envoyées directement aux services de renseignements chinois, l'APL-3.

 

Officiellement, le bâtiment accueille un service logistique de l'ambassade. Une dizaine de diplomates chinois résideraient également dans les deux autres immeubles. «Les antennes sont pour la communication», ajoute l'attachée de presse de l'ambassade, contactée par L'Obs. Une assertion impossible à vérifier puisque cet hectare de terrain a été concédé à la Chine. De fait, la police française ne peut y pénétrer. Cette antenne diplomatique a été ouverte il y a plus de quarante ans. Elle a un temps accueilli les bureaux du conseiller commercial et des logements de fonction. Les Chinois ne seraient toutefois pas les seuls à recourir à de telles pratiques. D'après des documents confidentiels révélés par Edward Snowden, l'Agence américaine de sécurité nationale avait, fin 2012, intercepté plus de 70 millions de données téléphoniques sur le territoire français en l'espace d'un seul mois.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:35
Chine : L’industrie de la défense, moteur de croissance

 

03.12.2014 Par Philippe Barret – lenouveleconomiste.fr

 

Officiellement, le budget militaire de la Chine est de 130 milliards de dollars. Mais certains experts occidentaux y voient une sous-évaluation délibérée et l’estiment à 300 milliards de dollars.

 

À la fin des années 1990, l’Onu avait encouragé la Chine à convertir une partie de la production de ses entreprises de défense vers le civil. Et cet encouragement a été suivi d’effet. Les entreprises militaires chinoises ont volontiers consenti à cette réorientation partielle de leurs activités : autant de chiffre d’affaires, autant de bénéfices en plus.

Ce qui est en cause aujourd’hui, c’est la participation d’entreprises privées à la production de matériels militaires. C’est ainsi que le ministère de la Défense a invité les entreprises privées à soumettre leurs propositions à 108 appels, portant notamment sur les processeurs de données, les positionnements sans fils à courte distance, les avions d’alerte précoce et les simulateurs d’entraînement.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 08:40
Fédorovski : «Contre l'Europe, Poutine a choisi la Chine»

 

03/12/2014 Par Alexandre Devecchio FIGARO VOX Vox Monde

 

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le président russe vient d'annoncer la suspension du projet russo-italien de gazoduc South Stream. Vladimir Fédorovski y voit un virage géopolitique majeur.

 

Vladimir Fédorovski est un écrivain russe d'origine ukrainienne, actuellement le plus édité en France. Diplomate, il a joué un rôle actif dans la chute du communisme, il fut promoteur de la perestroika puis porte-parole d'un des premiers partis démocratiques russes. Il a écrit de nombreux ouvrages sur la Russie mythique, et dernièrement un essai sur Poutine intitulé Poutine, l'itinéraire secret, (Editions du Rocher, 2014). Son dernier livre «la Magie de Moscou» vient de paraître aux éditions du Rocher.

 

FigaroVox: Le président russe Vladimir Poutine a annoncé lundi lors d'une visite en Turquie la suspension du projet russo-italien de gazoduc South Stream, victime des sanctions imposées par Bruxelles à Moscou dans le cadre de la crise ukrainienne. Que vous inspire cette décision? Que révèle-t-elle de la stratégie de Vladimir Poutine?

 

Vladimir Fédorovski: Cette décision révèle que Vladimir Poutine est en train de procéder à un changement géostratégique assez significatif. La rupture de la Russie avec l'Occident aujourd'hui est comparable avec ce qui s'est passé dans un autre sens il y a plus de 300 ans sous Pierre le Grand. A l'époque, le tsar avait fait de la Russie une puissance européenne. Désormais, Vladimir Poutine est en train d'en faire une puissance asiatique. Il se rapproche notamment de la Chine, avec laquelle il est en train de nouer une vraie alliance militaire, mais aussi de la Turquie. Le président russe a d'ailleurs annoncé que Gazprom allait augmenter de 3 milliards de m3 ses livraisons à la Turquie «afin de satisfaire ses besoins» et lui consentir un rabais de 6% sur ses prix à compter du 1er janvier prochain. Il a même menacé les approvisionnements de l'Europe, suggérant qu'une partie de la production russe pourrait être détournée vers l'Asie.

Cette rupture géopolitique est aussi le résultat d'un bouleversement politique intérieur. Le but des sanctions économiques américaines était d'influencer l'échiquier politique intérieur. Celles-ci devaient précipiter la chute du rouble et des capitaux et par ricochet la chute de la croissance et l'impopularité de Vladimir Poutine. En réalité, rien ne se déroule comme prévu: la multiplication des sanctions a finalement provoqué la naissance d'une aile nationaliste beaucoup plus radicale que Poutine. Celle-ci exerce une forte pression sur le gouvernement et a entrainé la marginalisation de l'opposition libérale et pro-occidentale. Poutine est donc contraint à une forme de surenchère, ce qui explique le durcissement de son discours.

 

Suite de l'entretien

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:35
China builds advanced warship for Bangladesh

 

2014-12-01 China Defense Blog (Source: CNTV)  

   China has launched its most advanced warship for export. Built by the China Shipbuilding Industry Corporation, the frigate, named Independent, is made for the Bangladeshi navy and is due to be delivered next year.

  This will become the Bangladeshi navy's most advanced warship, and be a real boost to its coastal defence capability.

   25 knots sailing speed, anti-radar design, highly adaptable to weather and oceanic conditions, and decked out with powerful weapons.

  The frigate "Independent" is made to be an all-rounder.

   "We believe this ship has very good cost performance. It can serve to protect the sovereignty and interests of a country out at sea. It can patrol, escort, protect fishing boats and conduct law enforcement," said Yang Zhigang, president of China Shipbuilding Industry Co..

  The "Independent" is one of two vessels ordered from China by Bangladesh.

   Researchers at the China Shipbuilding Industry Corporation have redesigned the ship's structure to suit the complex conditions of the Indian ocean.

  "We made a new ship form. It's cross-section looks like a deep Vee. Compared to the traditional round bilge hull form, it improves the performance of the ship when there are waves, guaranteeing high sailing speed in unfavorable oceanic condition," said Sun Lianfei, chief designer of China Shipbuilding Industry Co..

  Designers also gave a boost its mobility and survivability.

   "It has two engines and two propellers. They can work independently. This design makes it more reliable and durable. Its powerhouses are separately located, improving its survivability," Sun said.

  The newly launched frigate will stay in the port for months while electronic equipment and weaponry systems are installed.

  And after 6 months, the "Independent" will leave her mother port, and take up her post as a mighty guard on the Indian Ocean.

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:35
La Chine s’affirme en Méditerranée

 

25 novembre 2014 par François d'Alançon – LaCroix.com

 

Au printemps 2015, la marine chinoise fera une nouvelle apparition en Méditerranée. L’occasion ? Des exercices navals conjoints avec la Russie annoncés la semaine dernière à Pékin. Un signe des ambitions de Pékin qui montre ses prétentions de puissance globale.

L’an dernier, la marine chinoise avait envoyé une flottille pour un mois en Méditerranée. En 2007, Pékin avait affiché pour la première fois sa présence en Méditerranée avec deux bateaux.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:35
Le ministre russe de la Défense arrive à Pékin

 

PEKIN, 17 novembre - RIA Novosti

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou est arrivé lundi en visite officielle en Chine où il a une rencontre programmée par le premier ministre chinois Li Keqiang, a annoncé le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

 

"Lors de son séjour à Pékin, M.Choïgou aura des négociations avec son homologue chinois Chang Wanquan et sera reçu par le premier ministre du pays Li Keqiang", a déclaré devant les journalistes M.Konachenkov qui accompagne le ministre en Chine.

 

Et de préciser que ces entretiens porteraient sur les questions d'actualité de la politique internationale et régionale, ainsi que sur la coopération militaro-technique entre Moscou et Pékin.

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le vice-président de la Commission militaire centrale de la République populaire de Chine (RPC) Xu Qilang vont coprésider les travaux de la 19e réunion de la commission intergouvernementale russo-chinoise pour la coopération militaire et technique.

 

Formée conformément à un accord intergouvernemental du 24 novembre 1992, cette commission mixte se réunit une fois par an, alternativement à Moscou et à Pékin.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:35
China’s FC-31 Stealth Fighter Makes Statement at Zhuhai Air Show

 

November 14, 2014 by Mike Hoffman  - defensetech.org

 

China unveiled its version of the U.S. F-35 Joint Strike Fighter — the Shenyang FC-31 — at the biennial Zhuhai Air Show in a surprise to the rest of the world’s aviation community.

 

The military aviation display comes ahead of President Obama’s visit to Beijing for the APEC summit. It also comes right before Defense Secretary Chuck Hagel had planned to visit U.S. allies in the Pacific. Hagel has since delayed that trip.

 

Many have speculated that China’s display of the FC-31 was meant as a show of force as the U.S. makes strides on its own F-35 program.

 

Rarely do the Chinese display an aircraft ahead of the completion of its development, which caused the ground swell when the FC-31 made headlines at the Chinese air show. Plenty of cameras from across the globe were pointed into the sky as foreign military leaders got their first up close look at the aircraft.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 12:35
J-31 au salon China Air Show

J-31 au salon China Air Show

 

13 novembre 2014 par Pierre Sparaco - Aerobuzz.fr

 

A l’occasion de l’édition 2014 du salon China Air Show qui se déroule cette semaine à Zhuhai, la Chine a démontré qu’elle n’était pas seulement en passe de devenir le plus grand marché aéronautique, mais qu’elle avait aussi l’intention dans être un acteur de premier plan.

 

Un avion de combat furtif qui se compare au F-22 américain, le J-31, un cargo militaire qui rappelle le C-17, le Y-20, l’annonce d’un long-courrier à développer en association avec l’industrie russe, toujours de grandes ambitions spatiales : la Chine est résolument entrée dans la cour des grands et suscite ce qu’il est convenu d’appeler des commentaires en sens divers.

 

Suite de l’article

Y-20

Y-20

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 12:35
Premières images claires du J-31 chinois en 2012 (Photo: Tixue.net)

Premières images claires du J-31 chinois en 2012 (Photo: Tixue.net)

 

12 novembre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Au moment où le président des États-Unis Barack Obama est à Pékin pour le sommet Asie-Pacifique, la Chine a dévoilé son nouvel avion de chasse furtif, qui pourrait bien concurrencer le F-35 américain, lors du salon aéronautique de Zhuhai qui se tient du 11 au 16 novembre.

 

Le Président Xi Jinping veut renforcer les forces armées de Chine, les entreprises chinoises de défense et l’armée de l’air de l’Armée populaire de libération.

 

La Chine espère que les J-31 avions furtifs très attendus, développé par l’AVIC (l’Aviation Industry Corp of China ), premier fabricant d’avions du pays, fers concurrence avec le matériel de fabrication américaine sur les marchés d’exportation.

 

Le J-31 a effectué une démonstration, mais n’a pas été exposé ensuite au salon aéronautique où on ne pouvait voir qu’une maquette du nouveau chasseur chinois.

 

Un porte-parole de l’AVIC, Fu Mingyao, a cependant déclaré que l’entreprise m’entend pas commencer à faire la promotion de l’appareil maintenant, mais deux autres démonstrations du J-31 sont toutefois prévues pendant le salon.

 

«Les experts prédisent que le J-31 fera des incursions rapides dans le marché international à l’avenir, et saura sans doute voler la vedette au F-35», avait écrit le Quotidien du Peuple, organe du parti communiste chinois, en août dernier, ajoutant que l’avion serait particulièrement intéressant pour les pays qui sont exclus des exportations d’armes américaines.

 

Le J-31 est d’environ la même taille que le F-35.

 

Le chasseur furtif chinois de 5e génération destiné à l’exportation, sera équipé d’un propulseur russe RD-93, a pour sa part annoncé au salon aéronautique Sergueï Kornev, chef de la délégation de l’Agence russe d’exportation d’armements (Rosoboronexport), cité par l’agence officielle russe Ria Novosti.

 

«On estime que le J-31, équipé de propulseur russe RD-93 et destiné à l’exportation, est capable de concurrencer l’avion américain de cinquième génération F-35 sur les marchés régionaux», a indiqué le responsable russe.

 

«Le programme es ambitieux, mais tout à fait réaliste, surtout si l’on tient compte du coût élevé du F-35 et de certains problèmes lors de sa mise au point», a estimé Sergueï Kornev.

 

La Chine a jusqu’à maintenant mis au point deux chasseurs de cinquième génération, le J-20 et le J-31, capables, selon lui, de rivaliser avec le F-35 américain et le T-50 russe.

 

Les avions furtifs devraient en outre permettre à la force aérienne de la Chine, une armée de l’air principalement territoriale actuellement, de développer la capacité à réaliser des deux opérations offensives et défensives.

 

L’avion furtif, disent les analystes, permettra ainsi à la Chine de mieux projeter sa force dans les mers de Chine orientale et de Chine du Sud.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 12:35
Will Vietnam's 6 new submarines deter China?

 

11/05/2014 Defence IQ Press

 

Vietnam’s Navy is evolving into a robust, effective maritime force in South East Asia with the delivery of a third Kilo-class submarine from Russia expected this month. A Vietnamese crew is currently training in waters off St Petersburg aboard the submarine ahead of the handover.

 

In 2009 the country signed its largest ever defence contract with a $2.6 billion deal agreed with Moscow for the Kilo-class submarines. A fourth is undergoing sea trials ahead of its delivery while the remaining two are being built.

The Kilo-class possesses short-range torpedoes and can launch sea-skimming anti-ship missiles while submerged.

Known to have strong – and remarkably resilient – land forces, Vietnam is now bolstering its naval forces to establish a reputation as a sea power nation too. The Chinese Navy has considerably more maritime clout holding over 70 submarines but the emergence of a Vietnamese presence at sea will transform the balance of power in the region.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:35
Comment Pékin peut pulvériser les petits drones

Sécurité La Chine a mis au point une arme laser capable de détruire en vol des drones légers

 

03/11/2014 latribune.fr 

 

La Chine a trouvé une parade à la menace des petits drones qui survolent des sites protégés. Pékin a développé une arme laser capable de détruire en vol des drones légers.

 

La solution est radicale... mais efficace. Alors que des drones continuent de survoler des centrales nucléaires françaises, la Chine a mis au point une arme laser capable de détruire en vol des drones légers, a rapporté lundi la presse, quelques jours avant le forum de l'Asie-Pacifique pour lequel Pékin renforce ses mesures de sécurité. Ce dispositif a un rayon d'action de deux kilomètres et peut atteindre une petite cible aérienne, évoluant à basse altitude, moins de cinq secondes après l'avoir localisée, a précisé l'agence Chine nouvelle en citant un communiqué de l'Académie d'ingénierie de Chine.

Les médias d'Etat ont diffusé des photographies du système, composé d'un gros cube mobile, recouvert d'une peinture motif camouflage, sur lequel est fixé un canon émettant le faisceau laser. L'agence Chine nouvelle a aussi publié des clichés d'épaves de drones, détruits en vol.

 

Un système de défense clé

Ce système de défense est appelé à jouer un rôle clé à l'occasion d'événements majeurs organisés dans les sites urbains, a-t-elle ajouté. Pékin accueille la semaine prochaine le Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec), une réunion au sommet pour laquelle la capitale chinoise s'apprête à fortement renforcer ses mesures de sécurité.

Comment Pékin peut pulvériser les petits drones
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:35
La Chine lancera de nouveaux satellites maritimes de surveillance en 2019

 

BEIJING, 8 octobre (Xinhua)

 

La Chine lancera une nouvelle "constellation" de satellites maritimes de surveillance en 2019 pour surveiller les bateaux, les plates-formes pétrolières, les catastrophes maritimes et les ressources terrestres.

 

D'après Lin Mingsen, directeur adjoint du Service national de l'application des satellites à l'océan, la "constellation HY-3" comprendra une série de satellites équipés de la technologie de radar à synthèse d'ouverture qui seront "capables de fonctionner pendant la journée ou la nuit... et dans toutes les conditions météorologiques."

 

Ces satellites pourront voir un objet d'un mètre de long depuis l'espace et de produire des images de la surface de la terre ou de l'océan en haute définition, a indiqué M. Lin.

 

"Ils vont jouer un rôle important dans le renforcement de la protection des droits maritimes de la Chine, l'application et la supervision de la loi maritime, la surveillance de ses eaux littorales, les secours maritimes et la réduction des catastrophes maritimes," a ajouté M. Lin

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:35
Un drone alerte avions de chasse et 1.200 soldats en Chine

 

23/10/14 7sur7.be (Belga)

 

Les autorités chinoises ont mobilisé plus de 1.200 soldats et déployé deux avions de chasse, en réaction au vol non autorisé d'un drone privé réalisant des études topographiques, non loin de l'aéroport de Pékin, ont indiqué jeudi des médias d'Etat.

 

Trois hommes ont été inculpés par la justice à la suite de l'incident, survenu en décembre dernier mais révélé récemment, a précisé le China Daily. Selon les procureurs ayant instruit l'affaire, 1.226 membres de l'armée, 123 véhicules militaires, 26 techniciens spécialisés, deux hélicoptères et deux avions de chasses, avaient été rapidement dépêchés sur les lieux pour intercepter cet aéronef non identifié apparu sur les écrans radars. La police a arrêté les deux hommes qui manipulaient le drone, tandis qu'un troisième a confessé ultérieurement sa part de responsabilité, selon le journal.

 

Tous trois travaillaient pour une entreprise de technologie aéronautique, et le drone de 2,6 mètres d'envergure qu'ils faisaient voler ce jour-là était destiné à des usages d'études topographiques et de cartographie, a ajouté le China Daily. En raison de ce drone et de la mobilisation qui avait suivi, 10 vols au départ de l'aéroport de Pékin avait été retardés, provoquant des pertes financières de quelque 18.000 yuans (2.300 euros) pour la compagnie Air China, à en croire le quotidien.

 

La Chine interdit strictement tout vol d'aéronef -avec personne à bord ou télécommandé depuis le sol- sans autorisation préalable de l'armée, des autorités de l'aviation civile et du bureau local de contrôle du trafic aérien.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 12:35
Warplanes: K-8Ws In Bangladesh

 

October 28, 2014: Strategy Page

 

In September Bangladesh received the first four of twelve Chinese K-8W jet trainers. These are upgraded versions of the basic PL-8 trainer. The K-8W has better electronics and is equipped for ground attack missions. The K-8 uses Ukrainian Motor Sich AI-25TLK (3,300 pounds of thrust) jet engines, to power the 4.3 ton, two seat aircraft. Originally, China was going to use 3,600 pound thrust American engines, but after the 1989 Chinese crackdown on pro-democracy groups, the United States cut off the supply of engines. This encouraged China to design and build a similar engine (the WS-11). But China has had a hard time mastering the precise technologies and manufacturing techniques needed to build jet engines. So it has been buying the AI-25TLK instead.

 

The K-8 entered service in 1994, and over 500 have been built. The aircraft can be fitted with a 23mm cannon, and carry nearly a ton of missiles and bombs. Venezuela, Egypt and Pakistan also use the K-8. The aircraft sell for $4-5 million each

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 12:35
Japan Builds Response to Chinese Area-Denial Strategy

 

27 October 2014 By PAUL KALLENDER-UMEZU

 

TOKYO — Japan’s response to Chinese anti-access/area-denial threats rest on three planks: increasingly large helicopter carriers, next-generation 3,300-ton Soryu-class submarines and new Aegis destroyers.

 

This strategy is further enhanced by plans to deploy 20 Kawasaki P-1 maritime patrol aircraft as replacements for the P-3C, and upgraded SH-60K sub-hunting helicopters.

 

When integrated, this will create a much more capable fleet able to expand its role beyond being a simple “shield” to the US Navy’s “spear,” analysts said.

 

Data from AMI International shows that the Izumo-class helicopter destroyers (22DDH) and the Soryu-class submarines are the leading programs for the Japan Maritime Self-Defense Force (JMSDF), both in budget and importance to Japan’s maritime security, according to Bob Nugent, affiliate consultant at AMI.

 

Japan unveiled the first of the two planned Izumo-class ships on Aug. 6, 2013 — the largest Japanese warship since World War II — which will be able to carry 15 helicopters. In 2009 and 2011, the Navy also commissioned two new third-generation Hyuga-class helicopter destroyers, each capable of deploying 11 helicopters. 

 

Read the full story at DefenseNews

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:35
Le CEMA reçu par son homologue chinois

 

21/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 18 octobre 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite officielle en Chine, à l’invitation du chef de l’état-major général (CEMG) de l’Armée populaire de la libération (APL), le général Fenghui Fang.

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques franco-chinoises, traduisant l’amitié entre nos deux pays. Elle fait suite à un cycle de rencontres au sommet marqué par le déplacement du président de la République française, Monsieur François Hollande, à Pékin en avril 2013, puis la venue du président de la République populaire de Chine, Monsieur Xi Jinping, en mars dernier. Elle intervient, par ailleurs, dans un contexte où la Chine tend à renforcer sa présence sur les problématiques sécuritaires régionales. Ainsi en juin dernier, l’APL a participé pour la première fois à l’exercice aéronaval Rim of the Pacific ( RIMPAC), organisé par l’US Navy à Hawaii, aux côtés des grands partenaires de la région, dont les forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Ces trois jours en Chine ont illustré la qualité de la relation entre nos deux pays et la volonté de développer la coopération militaire dans des domaines d’intérêt commun. Ainsi, les échanges ont notamment porté sur la lutte contre la piraterie dans le Golfe d’Aden, région où, depuis 2008, la marine chinoise coopère avec les partenaires de la mission Européenne Atalante, dans laquelle la France est impliquée. Le général de Villiers a également fait le point sur l’action de la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, notamment dans la bande sahélo-saharienne. A ce titre, le CEMA a remercié son homologue pour son engagement au Mali, où l’APL déploie l’équivalent d’un bataillon dans le cadre de la mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation du Mali (MINUSMA).

 

Enfin, les deux CEMA ont réaffirmé l’importance de poursuivre les échanges entre nos armées, afin de mettre en évidence nos complémentarités et développer les synergies utiles à nos engagements communs.

 

Le CEMA a été également reçu par le premier vice-président de la Commission militaire centrale (CMC), le général Fan Changlong, et a prononcé une allocution à l’université nationale de Défense chinoise devant les cadres de l’APL.

Le CEMA reçu par son homologue chinoisLe CEMA reçu par son homologue chinois
Le CEMA reçu par son homologue chinois
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories