Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 13:55
photo Marine nationale

photo Marine nationale


07/12/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

Le 30 novembre 2015, le contre-amiral René-Jean Crignola, commandant la Task Force 473, s’est rendu à bord de la frégate belge Léopold 1er qui participe à l’escorte du Groupe aéronaval (GAN) constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle.

 

Le GAN a quitté son port de base de Toulon le 18 novembre 2015. Il est déployé en Méditerranée orientale depuis le 23 novembre 2015 et participe ainsi à l’opération Chammal, opération de lutte contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie. La frégate belge Léopold Ier participe avec les frégates françaises La Motte-Picquet et Chevalier Paul à l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle. Les capacités multi-missions du Léopold Ier contribuent à la protection aérienne et anti-sous-marine du GAN. La frégate belge est parfaitement interopérable avec les autres bâtiments du GAN. Par exemple, l’Alouette III embarquée à bord du Léopold Ier est qualifiée pour assurer la fonction de Pedro - hélicoptère de secours qui est en vol lors des manœuvres aviation pour sauver les pilotes des aéronefs en cas d’éjection au catapultage ou à l’appontage. C’est une première pour le GAN français.

Le 30 novembre 2015, le contre-amiral René-Jean Crignola s’est rendu à bord de la frégate Léopold Ier. Il s’est entretenu des aspects opérationnels de la mission en cours avec le capitaine de frégate breveté d’état-major Luc J.J. De Maesschalck, commandant de la frégate belge.

La coopération militaire bilatérale avec la Belgique se traduit par un dialogue régulier entre états-majors, témoin d’une convergence de vue sur les enjeux sécuritaires en Afrique et au Levant. En opération, les forces françaises et belges sont essentiellement déployées dans le cadre d’engagements multilatéraux au sein de l’Union européenne, de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, de l’Organisation des Nations Unies, ou au titre de coalitions, comme c’est le cas pour les opérations menées actuellement en Méditerranée orientale. La France et la Belgique se trouvent ici, en première ligne dans la lutte contre Daech.

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daechen Irak et en Syrie. La force Chammal assure la formation des forces irakiennes qui combattent Daech en Irak ; elle frappe l’organisation terroriste avec ses moyens aériens en Irak et en Syrie. La force est composée de douze chasseurs de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N), d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et depuis le 23 novembre 2015, du groupe aéronaval (GAN) - PA Charles de Gaulle, FDA Chevalier Paul, FASM La Motte Piquet, PR Marne, frégate belge Léopold Ier - dont le groupe aérien embarqué est composé de 18 Rafale Marine, 8 Super étendard modernisés, 2 Hawkeye et d’hélicoptères. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif Chammal peut être soutenu par des moyens de ravitaillement (C135-FR) ou de contrôle aérien (E3F).

 

Note RP Defense: voir Le Groupe Aéronaval accueille la frégate Léopold I (F930)

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 21:30
photo frégate Léopold I - Composante Marine

photo frégate Léopold I - Composante Marine

 

06.12.2015 Composante Marine

Depuis son départ de Toulon, la frégate F930 Léopold I fait partie de la ceinture de protection du porte-avions français Charles de Gaulle dans l’Est de la Méditerranée.
Ce 2 décembre, le Contre-amiral René-Jean Crignola, commandant du Groupe Aéronaval, nous a rendu visite et s’est adressé à l’équipage : « Je vous félicite pour la qualité remarquable de la contribution du Léopold I à l’action du Groupe Aéronaval qui a ont largement aidé au succès de ces premiers jours. Le Léopold I s’est parfaitement intégré au Groupe Aéronaval français, symbolisant et renforçant ainsi la lutte commune contre le terrorisme. »
Tandis que les Rafale exécutent leurs attaques au-dessus de la Syrie et de l’Iraq, l’escorte du Charles de Gaulle, dont le Léopold I, assure une défense réactive contre les menaces aériennes, de surface et sous-marines.
Nous bénéficions aussi entièrement de cette nouvelle expérience enrichissante que nous offre ce cadre d’opération exceptionnel.

 

photo frégate Léopold I - Composante Marine

photo frégate Léopold I - Composante Marine

DE “GROUPE AÉRONAVAL” ONTVANGT HET BELGISHE FREGAT F930 LEOPOLD I

Sinds haar vertrek uit Toulon maakt het fregat F930 Leopold I deel uit van de nabije bescherming van het vliegdekschip Charles de Gaulle in het Oosten van de Middellandse Zee.
Op 2 december vloog de Admiraal René-Jean Crignola, commandant van het verband, over naar ons schip voor een werkbezoek. Hij sprak de bemanning toe : "Ik feliciteer jullie voor de uitstekende kwaliteit van de bijdrage van de Leopold I aan de acties van de carrier battle group. Die was belangrijk voor het succes van die eerste dagen. De Leopold I heeft zich perfect geïntegreerd in de Franse carrier battle group. Ze symboliseert en versterkt daarbij de gezamenlijke strijd tegen het terrorisme.
Terwijl de gevechtsvliegtuigen de luchtaanvallen uitvoeren boven Syrië en Irak, neemt het fregat de verdediging van het vliegdekschip de Charles de Gaulle op zich, tegen bedreigingen van vliegtuigen, oppervlakteschepen, en onderzeeboten. Voor schip en bemanning is het een nieuwe, verrijkende ervaring in een uitdagend operationeel kader.

 

Reportage photos

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 14:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

18 Novembre 2015 à 14:42 Sources : Etat-major des armées / Marine Nationale

 

Le 18 novembre 2015, le Groupe aéronaval (GAN) a appareillé pour la Méditerranée orientale. Il prendra part rapidement aux opérations de la Coalition contre Daech et complètera ainsi le dispositif de l’armée de l’Air déjà engagé au Levant. Le GAN permettra de multiplier par trois le potentiel miliaire des moyens français engagés au Levant contre Daech.

Au cours de son déploiement, il participera également à des manœuvres conjointes dans un cadre multinational et interalliés, ainsi qu’à des manœuvres bilatérales avec les pays de la région. Dans le golfe Arabo-Persique, le GAN assurera durant plusieurs semaines le commandement de la Task Force 50.

 

Cette mission du GAN est baptisée Arromanches 2.

 

Constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, le groupe aéronaval a pris le nom de Task Force 473 (TF 473). La TF 473 est placée sous le commandement tactique du contre-amiral René-Jean Crignola. Le GAN sera placé successivement sous le contrôle opérationnel de commandant de la zone maritime en Méditerranée et du commandant de la composante navale de la coalition dès son entrée en Océan Indien et jusqu’à sa sortie du golfe Arabo-Persique, puis du commandant de la zone maritime de l’Océan Indien jusqu’au franchissement du canal de Suez.

 

Le GAN est composé :

- Du porte-avions Charles de Gaulle, du groupe aérien embarqué (18 Rafale Marine, 8 Super étendard modernisés, 2 Hawkeye, 2 Dauphin et 1 Alouette III) et de l’état-major du GAN ;

- D’une frégate de défense aérienne Chevalier Paul (+ 1 Caïman Marine) ;

- D’une frégate anti sous-marine La Motte Piquet (+ Lynx) jusqu’à mi-janvier 2016 ;

- D’une frégate multimission (FREMM) Aquitaine (+ 1 Caïman Marine) à partir de mi-janvier 2016 ;

-D’un bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne (+ Alouette III) ;

- D’une frégate anti-aérienne britannique HMS Defender (+ Lynx et Merlin) ;

- D’une frégate belge Léopold Ier (+ Alouette III) du 18 novembre 2015 au 4 janvier 2016 ;

 

Il pourra être renforcé par la FREMM Provence (+ 1 Caïman Marine) lors de son déploiement de longue durée, et ponctuellement de moyens américains navals et aériens.

 

Des bâtiments de d’autres nations alliées pourront être intégrés au GAN.

 

L’interopérabilité des moyens français avec ceux des Marines alliées est l’assurance pour la Coalition de pouvoir agir avec une très grande réactivité au Levant.

 

La présence du GAN dans le golfe Arabo-Persique augmente ainsi les opportunités de coopération avec nos partenaires régionaux. Elle est le signe concret de l’intérêt que la France porte à cette zone.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:50
Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

 

27/10/2015 Texte & photos : F930 Leopold I

 

Après une période de préparation réussie, le F930 Léopold I a rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée. Il s’est rendu ensuite vers les zones de l’opération Sophia afin d’y mener ses premières patrouilles.

 

Depuis une semaine, le Léopold I fait donc partie de l’escadre EUNAVFOR MED, patrouillant dans les eaux internationales au large de la Lybie. Le navire dispose d’atouts bien particuliers pour l’exécution d’une telle mission. L’hélicoptère, les radars à longue portée et autres senseurs performants sont des outils indispensables à la surveillance d’une zone d’opération d’une telle ampleur et à la détection de potentiels passeurs de migrants. Ces moyens, partagés à l’échelle de l’escadre, permettent à la flotte de se faire une idée de la situation en mer.

 

Le capitaine de frégate Luc De Maesshalck et le personnel clé du Léopold I ont été invités à bord du Cavour pour un briefing de coordination. Les plans et les aspects de la mission y ont été présentés, couvrant différents domaines d’importance. Après une visite du commandant de l’escadre à bord de la frégate, le personnel du Léopold I a pu déjà faire montre de professionnalisme, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage lors d’une simulation d’interception d’un navire de passeurs.

 

Dès son arrivée effective dans la zone, le Léopold I a effectué un exercice de sauvetage de migrants en compagnie du patrouilleur britannique HMS Enterprise. Ceci, pour familiariser l’équipage aux procédures de recensement, de fouille, d’interrogatoire, d’aides médicale et psychologique, tout en profitant de l’expérience du patrouilleur.

 

Le ravitailleur allemand, FGS Berlin, contribue régulièrement à l’ininterruption des activités de toute l’escadre sur la zone d’opération par des réapprovisionnements en carburant. Discipline et concentration sont exigées afin de mener ces manœuvres délicates dans une mer pouvant être houleuse.

 

La flexibilité du Léopold I exige, en effet, un maintien du niveau opérationnel dans tous ces domaines en vue d’effectuer n’importe quelle mission. Ses heures de patrouille sont ponctuées par des exercices quotidiens allant des manœuvres de récupération d’hommes à la mer, en passant par la lutte contre les incendies et le contrôle des dommages lors de combats, aux exercices de tir au canon ou à l’arme légère.

 

Dans les prochains jours, la frégate fera escale afin que le personnel puisse se reposer et se réapprovisionner. Cette première période aura permis à l'équipage de se familiariser avec la zone d’opération, l’escadre et ses procédures. En y réaffirmant sa présence, le Léopold I restera en alerte, pouvant intervenir dès que nécessaire.

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 12:50
Pre Deployment Training, entrainement spécifique pour l'opération Sophia

 

22.10.2015 by F930 Leopold I - Belgian Navy

 

PDT -> Pre Deployment Training, ceci est un entrainement spécifique pour l'opération Sophia.

SOIT -> SchootsOnderricht – Instruction de Tir
C'est une cellule d'entrainement au sein de la Marine qui assure l'entrainement au tir pour son personnel et qui peut, éventuellement, donner une formation aux personnels des équipes de contrôles (Boarding) et de "Force protection" en coopération avec la marine néerlandaise.

 

Reportage photos

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 21:50
Belgian frigate Leopold I - photo EUNAVFOR MED

Belgian frigate Leopold I - photo EUNAVFOR MED

 

12/10/2015 EUFORNAV MED

 

On October 10 2015, the Belgian frigate Leopold I officially has joined EUNAVFOR MED – Operation Sophia.

The Belgian ship will work together with the other ships already deployed in the region.

On 7 October, as announced by the EU Political and Security Committee last 28 September, Operation EUNAVFOR MED – Operation Sophia will move to its second phase which would allow for the boarding, search, seizure and diversion of smugglers' vessels on the high seas under the conditions provided for by applicable international law. 

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 20:45
photo MIL.be

photo MIL.be

 

06/07/2015 Virginie Flawinne – MIL.be

 

Le commandant de la Composante Marine a rendu visite au personnel du Godetia le week-end des 4 et 5 juillet. La participation du navire et de son équipage à l’opération FRONTEX en Méditerranée venait de prendre fin. Le personnel aura sauvé plus de 1 600 personnes fuyant les conflits en ayant pris la mer depuis les côtes libyennes et tunisiennes.

 

« Je n’ai pas pu rendre visite à l’équipage du Godetia plus tôt car il était très occupé », explique l’amiral de flottille Georges Heeren, commandant de la Composante Marine. Le Godetia a, en effet, patrouillé dans la Méditerranée durant sept semaines, secourant des embarcations en danger. « Il s’agit d’une mission d’urgence que nous menions à la demande de l’Italie, en tant que navire militaire de première importance au sein de l’opération FRONTEX. »

 

« Les informations concernant les embarcations présentes en mer nous venaient d’avions, d’hélicoptères, de drones ou d’autres navires », explique l’enseigne de vaisseau Cedric Deconinck, officier de navigation. « Nous nous dirigions alors rapidement vers l’embarcation présentant le plus de risques pour ses occupants en passe de chavirer ou montrant des signes de déshydratation importante. » Sur place, des zodiacs étaient mis à l’eau avec des plongeurs et des para-commandos pour la sécurité ainsi que des matelots chargés de gilets de sauvetage.

 

photo MIL.bephoto MIL.bephoto MIL.be
photo MIL.bephoto MIL.be
photo MIL.bephoto MIL.be
photo MIL.bephoto MIL.bephoto MIL.be

photo MIL.be

À bord, les migrants étaient accueillis par du personnel administratif et médical. Les femmes et les enfants étaient mis à l’abri dans un conteneur pendant que le Godetia se dirigeait à vive allure vers le port le plus proche pour remettre les naufragés aux autorités italiennes. Le 30 juin, lors de sa dernière opération de sauvetage, le Godetia recueillait les occupants de trois embarcations gardés à bord durant plus d’un jour et demi pour avoir le temps d’arriver à quai. Ces conditions de travail et de vie auront été marquantes pour tous mais l’équipage a accompli sa mission avec professionnalisme en évitant tout accident. Ce qui rend son commandant de bord, le capitaine de frégate Philippe De Cock, particulièrement satisfait : « Chapeau, je suis vraiment fier de mon équipage ! »

Vidéo : Wim Cochet & VRT

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:50
P902 BNS Pollux Photo Jorn Urbain

P902 BNS Pollux Photo Jorn Urbain

 

01/07/2015 Ron Joosen – MIL.be

 

Afin de se préparer au mieux à ses prochaines missions, le P902 Castor a subi, la semaine dernière, un entraînement intensif sous la houlette du centre d’entraînement opérationnel MOST (Mine countermeasure vessels Operational Sea Training) pour chasseurs de mines.

 

Plusieurs instances et collaborateurs, tant de la Défense que de la garde-côtière, ont proposé à l’équipage des explications sur leurs domaines de compétence ainsi que sur l’entraînement qui va de pair. Mais l’approche théorique n’est qu’un aspect parmi d'autres. L’accent a surtout été mis sur la pratique afin que les actions soient correctement exécutées lors d’une interception en cas de délit. La coordination et la communication entre les différents partenaires sont en effet essentielles à la bonne conduite des opérations.

 

Cette journée interactive, l’enthousiasme de l’équipage, la qualité des orateurs et l’interaction avec le Centre d’Informations Maritimes (CIM) ont permis de conscientiser l’équipage dans le domaine du Maritime Situational Awareness et d’affiner les procédures dans le cadre du Plan d’Urgence et d’Intervention de la mer du Nord.

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:50
Remus prêt à l'utilisation  Photo US Navy - Remus team

Remus prêt à l'utilisation Photo US Navy - Remus team

 

30/06/2015 René Steyaert – MIL.be

 

Du 8 au 18 juin 2015, la Remus Search Team de la Composante Marine belge a participé à BALTOPS 15, un exercice international d'envergure en Pologne. Plus de 5000 militaires, 49 navires et quelque 80 avions y ont pris part.

 

La Remus Search Team belge a travaillé avec une équipe de plongée néerlandaise placée sous commandement américain. Plus tard, le groupe a accueilli une équipe de déminage néerlandaise, diverses équipes "Remus" et des plongeurs de plusieurs nationalités. Le groupe se trouvait près de la ville portuaire d'Utska (Pologne) et logeait dans un camp militaire composé de tentes. Ses membres opéraient généralement depuis le port et régulièrement depuis la plage.

 

L'équipe "Remus" avait pour mission de garder deux chenaux libres d'accès afin que les navires amphibies puissent y débarquer troupes et matériel. Du 16 au 18 juin, la zone où opérait notre personnel a été particulièrement médiatisée, plaçant notre équipe aux premières loges et ajoutant un défi à la mission. Celle-ci fut un réel succès. Outre les mines d'exercice, l'équipe a également localisé les restes d'anciennes munitions de guerre.

Photo US Navy - Remus teamPhoto US Navy - Remus teamPhoto US Navy - Remus team
Photo US Navy - Remus team

Photo US Navy - Remus team

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 14:50
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

 

19/06/2015 Karen Bral & Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

La frégate Léopold I, le chasseur de mines Crocus et le tout nouveau patrouilleur Castor ont participé ce 17 juin à une démonstration de grande ampleur au large des côtes belges. Quelles sont les activités de la Composante Marine et avec qui coopère-t-elle ? La Marine a voulu y apporter ses réponses lors de cet événement.

 

Un groupe important de spectateurs est réuni sur l’hélisurface de la frégate Léopold I. Tous les regards sont braqués vers la côte belge et le mur d’immeubles à appartements. Une détonation assourdissante parcourt le navire alors qu’au même moment, explose une mine un kilomètre plus loin. Il s’agit d’un aperçu du spectacle que la Marine a concocté pour la presse et ses invités.

 

« Garantir nos ports et leurs accès libres de mines, est l’une de nos missions », explique l’amiral Georges Heeren, chef de la Composante Marine. « Plus de 200 navires belges ont navigué dans le monde en arborant les trois couleurs nationales. La sécurité de ces navires et de leurs routes est notre priorité. »

 

Pas moins de 90% du fret international se déroule en mer. La Belgique est également dépendante de l’import-export. Hans Spaans, directeur des ventes chez un constructeur naval, est l’un des invités à bord du Léopold I. Il confirme l’importance des marines à travers le monde. « La piraterie, le trafic de drogue et la pêche illégale sont les grands problèmes mondiaux actuels », déclare-t-il. « Ces questions entraînent les marines à jouer un rôle considérable. »

 

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

La Composante Marine n’était pas seule à être active en mer, les autres composantes ont, elles aussi, apporté de l’eau au moulin. La Composante Terre avec un apport amphibie : un hors-bord  Zodiac et des militaires largués en mer d’un C-130. La Composante Air avec deux F-16 dans le rôle des belligérants. Le Léopold I tente de les éviter grâce au système de brouillage radar, combiné à une navigation rapide à grands renforts de virages. Une expérience impressionnante pour les invités, qui titubent de gauche à droite sur l’hélisurface. La frégate belge réalise également, avec la néerlandaise De Zeeven Provinciën, une démonstration du canon d’autodéfense automatique Goalkeeper.

 

L’objectif du jour est atteint : la population belge est désormais plus au fait du rôle que peut jouer la Marine dans la sécurité de la navigation. L’avenir nous dira ce que cela apportera.

Vidéo : Clint Soete & DG Com

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:50
photo Jorn Urbain - MIL.be

photo Jorn Urbain - MIL.be

 

10/06/2015 Hubert Rubbens – MIL.be

 

Les 9 et 10 Juin, l'OTAN organisait à Ostende une conférence au sommet portant sur la chasse aux mines. Cette conférence s'est déroulée sous les auspices du vice-amiral Bruno Paulmier, de la marine française, qui officie également en tant qu'adjoint du Commander Maritime Command de l'OTAN. Elle a eu lieu à EGUERMIN (Centre d'excellence pour la chasse aux mines) dont le centre fête son 50e anniversaire cette année.

 

La conférence visait l'échange d'informations sur les dernières techniques utilisées dans la chasse aux mines. En outre, il est très important pour les 28 partenaires de l'OTAN d'accorder leurs systèmes et méthodes de travail. L'évolution mondiale du terrorisme exige de l'OTAN un investissement plus important dans une communication de pointe, tendon d'Achille lors d'opérations militaires. Outre l'échange de connaissances, l'accent a également été mis sur la formation commune ainsi que sur les investissements dans de nouveaux systèmes tels que les AUV (Autonomous Underwater Vehicle). Le message est la concertation ! Finalement, l'OTAN demeure l'ultime alliance afin de maintenir la paix dans ce monde explosif ! La journée s'est achevée par une photo de groupe.

photo Jorn Urbain - MIL.bephoto Jorn Urbain - MIL.be

photo Jorn Urbain - MIL.be

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 11:50
La fête du patrimoine maritime de la mer du nord

source MIL.be

La fête de la mer du Nord affiche complet pour sa 16e édition avec 172 navires participants dont soixante sont, d'ores et déjà, des must pour le public. Au total, 200.000 visiteurs sont attendus. Chacun aura sa part de rêve ou pourra éventuellement embarquer à bord de bateaux, de la petite yole aux majestueux trois mâts.

La Défense

Le thème est la sécurité en mer mais ce n'est pas uniquement pour cette raison que la Défense sera présente avec le voilier école Zénobe Gramme et un stand d’information de la Marine sur la place Saint Pierre et Paul. Vous pourrez y découvrir les tâches des gardes côtes de la Marine. Cerise sur le gâteau : les démonstrations quotidiennes du nouvel hélicoptère NH 90 (NATO Helicopter), chargé du sauvetage en mer et sur la côte. Il est l'ange gardien de bon nombre de visiteurs des plages durant l’été. Il est important de savoir que grâce aux collaborateurs de la Défense, la mer est plus sécurisée !

Mille pirates et fous de Bruges

L'Etoile du Roy, une réplique du temps de la gloire des corsaires français, reste pour les quatres années à venir le vaisseau amiral d'Ostende à l'Ancre. Le bateau attise sans aucun doute la fantaisie des plus petits, mais fait penser aussi aux meilleurs moments des équipages qui aiment tant se rendre à Ostende, attirés par la Brugse Zot. Le Marjorie II, seul brigantin à trois mâts encore navigant à la voile, sera également amarré dans le bassin Mercator.

Combler l'espace

Certains étals ont disparu pour céder la place à ceux plus en rapport avec le patrimoine maritime de tous horizons. La place Saint Pierre et Paul est peuplée d'organismes de conservation, d'artisanat maritime et autres venant de Belgique, de France et des Pays-Bas.

L'art de la mer

Le village des artistes de l'avenue Vindictive s'agrandit et sera relié au marché nautique et autres curiosités. Vous y trouverez un savant mélange d'affaires maritimes, d'antiquités, de vêtements et de souvenirs. Le marin qui sommeille en chacun de nous, pourra se restaurer aux nombreux stands artisanaux dont le fumeur de harengs, les "cuiseurs" de poissons, les spécialistes des croquettes de crevettes roulées à la main et la terrasse d'Ostende à l'Ancre, ne sont que quelques exemples. Le rendez-vous des Ostendais et des visiteurs !

La musique pour ambiance

Ostende à l'Ancre offre à nouveau un très large éventail de représentations musicales. Les classiques shantys, la folk, le rockfolk, les choeurs de ballades à capella rempliront les podiums de la place Saint Pierre et Paul, ceux de l'avenue Vindictive ou les ponts des bateaux tels l'Etoile du Roy et l'Amandine.

"Horizon éducatif" a concocté avec Ostende à l'Ancre un parcours découverte pour les enfants. Tous les écoliers d'Ostende pourront rêver en écoutant les récits de sauveteurs en mer et acquérir leur première expérience de capitaine grâce aux maquettes et modèles réduits.

Ostende à l'Ancre est accessible à tout le monde. Gracieusement offerte aux Ostendais, cette organisation de bénévoles est soutenue par le tourisme d'Ostende.

Plus d'informations : http://www.oostendevooranker.be

Repost 0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 11:45
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

 

02/04/2015 Liesbeth Bardyn –MIL.be

 

La frégate Léopold I prenait part à l’initiative américaine Obangame Express 15 du 17 au 28 mars dernier dans le Golfe de Guinée. Les 150 membres d’équipage formaient les marines locales à lutter contre les pratiques illégales dans la région.  

 

 

 

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Vidéo : Clint Soete

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 16:50
Le P901 Castor a déjà prouvé ses capacités - Photo Jorn Urbain – MIL.be

Le P901 Castor a déjà prouvé ses capacités - Photo Jorn Urbain – MIL.be

Photo Jorn Urbain – MIL.be

 

30/03/2015 Hubert Rubbens – MIL.be

 

Le mercredi 25 mars, le navire RDS (Ready Duty Ship) P901 Castor a servi de plate-forme de commandement pour les On Scene Commander (OSC – personnel de la Composante Marine) afin d'être les yeux et les oreilles du gouverneur lors de la mise en œuvre du Plan d'Urgence et d'Intervention de la Mer du Nord.

 

Ce patrouilleur de la Composante Marine sert également de base pour les inspecteurs de divers organismes du service public, comme la Direction Générale Environnement pour l'exécution de divers contrôles dans notre Zone Economique Exclusive. Outre une formation continue pour l'équipage du Castor, ce dernier a été utilisé pour une simulation d'un incident environnemental au cours duquel l'autre navire RDS de la Composante Marine, le BNS Valcke ainsi que l'avion belge de surveillance appartenant à l'Unité de Gestion du Modèle Mathématique ont également pris part. L'exercice a démontré l'excellent niveau de préparation des moyens mis en œuvre. Les procédures d'intervention ainsi que les moyens de la Garde côtière ont été considérés comme faisant un 'bon exercice' par le MRCC (Maritime Rescue Coordination and Control) ainsi que par le gouverneur de Flandre Occidentale, Carl Decaluwé. Ce dernier est responsable de la mise en œuvre du plan général d'intervention et d'urgence (ndlr : ANIP, Algemeen Nood en Interventieplan) de la mer du Nord. Il faudra toutefois espérer qu'il ne sera jamais nécessaire de l'utiliser.

Photo Jorn Urbain – MIL.be

Photo Jorn Urbain – MIL.be

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 07:45
Une frégate française s’approche du Léopold I pour un exercice de formation. photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

Une frégate française s’approche du Léopold I pour un exercice de formation. photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 

24/03/2015 Liesbeth Bardyn –MIL.be

 

À quelque 30 kilomètres de la côte de l’Afrique de l’Ouest, des militaires ghanéens prennent d’assaut la frégate belge Léopold I. Du 19 au 27 mars, le navire fait office de plateforme d’entraînement pour les marines locales. Sous le nom d’Obangame Express 15, notre pays et d’autres tentent d’améliorer la sécurité du Golfe de Guinée.

 

« Il est midi et nous nous trouvons dans le Golfe de Guinée, à 5.184 km de la Belgique », annonce l’officier de garde dans l’interphone de la frégate belge. Le navire séjourne depuis près d’un mois dans la région avec pour objectif d’enrayer la piraterie, la pêche illégale et le trafic de drogues. « Les pirates sont plus violents ici que sur la côte est de l’Afrique », précise l’officier de garde après avoir raccroché l’interphone. « Les otages n’ont aucune valeur, les pirates ne s’intéressent qu’au butin. »

 

Pendant Obangame Express, chaque jour un exercice d’abordage a lieu en présence d'un pays qui veut lutter contre la piraterie dans ses eaux : le Ghana, le Togo, le Bénin et la Côte d’Ivoire. Le scénario est chaque fois différent. Parfois la frégate fait office de navire à conteneurs fictifs avec des drogues à bord. Une autre fois, il s’agit d’un bateau de pêche qui a obtenu illégalement une prise. Les spécialistes du Léopold I suivent et évaluent scrupuleusement chaque exercice. « Nous jugeons, entre autres, la communication du bateau de patrouille africain avec notre pont », affirme l’un des spécialistes. « Mais nous contrôlons aussi si ces hommes fouillent et traitent correctement l’équipage. »

 

Le 20 mars, la frégate a quitté le quai de la ville béninoise de Cotonou pour entamer l’exercice Obangame Express. À bord, figurent aussi huit officiers et des sous-officiers congolais. Pendant une semaine, ils ont navigué avec les formateurs belges qui les ont immergés dans le monde maritime. Leurs leçons de premiers soins, de lutte contre les incendies et de communication cadrent dans le programme international African Partnership Station. En fin de parcours, ils reçoivent un diplôme et peuvent transmettre les connaissances acquises à leurs propres hommes.

 

Comme troisième et dernière tâche, l’équipage du Léopold I surveille nuit et jour le radar et les horizons. Si un navire est détourné dans les environs ou si un bateau suspect apparaît, ses membres peuvent directement intervenir. Ces patrouilles constantes doivent décourager les pirates dans la région.

 

Le vendredi 27 mars, le Léopold I mettra à nouveau le cap sur la côte. Espérons que cette mission parviendra à faire du Golfe de Guinée un lieu sûr.

 

 

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 08:50
M921 Lobelia Photo Jürgen Braekevelt – MIL.be

M921 Lobelia Photo Jürgen Braekevelt – MIL.be

 

20/03/2015 Victoria Timmermans – MIL.be

 

Quelque 45 militaires belges embarqueront à bord du chasseur de mines Lobelia. Le navire sera engagé dans la Manche, au large des côtes françaises, du 23 au 31 mars, afin de participer à une opération internationale de déminage.

 

Le Lobelia contribuera à la détection de mines marines dans la baie de Seine et aux alentours de la ville de Dieppe, deux secteurs prioritairement concernés, ainsi que dans la partie orientale de la Manche et de la mer du Nord. Le second volet de la mission consistera à détruire ces éventuelles mines et autres engins explosifs issus des deux guerres mondiales.

 

Ce dispositif de grande envergure compte près de 400 membres d'équipage répartis sur dix navires spécialisés dans la neutralisation des mines. À bord du Lobelia, les 45 membres de l'équipage belge devront prendre en charge la conduite et le bon fonctionnement du navire ainsi que mettre en œuvre ses systèmes de détection.

 

Une telle opération est loin d'être exceptionnelle. En effet, depuis 1996, des opérations interalliées quasi annuelles, appelées HOD (Historical Ordnance Disposal – destruction de munitions historiques), sont effectuées dans ce secteur. La recherche et la neutralisation des dangers en mer relèvent d'un enjeu de sécurité maritime.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 18:45
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

 

20/03/2015 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

La frégate belge Léopold I est amarrée entre des conteneurs colorés dans le port de la ville béninoise de Cotonou. Les 150 membres d’équipage se joindront à la Marine locale afin de lutter contre la piraterie. Le 18 mars, l’amiral de division Michel Hofman a rendu visite aux autorités locales et à bord du navire : « Je m’intéresse à ce qui préoccupe le personnel ».

 

« Le Golfe de Guinée est un carrefour commercial en Afrique. Mais, depuis 2011, la piraterie croissante caractérisée par la pêche illégale et le trafic de drogue provoque de considérables dégâts économiques au Bénin et au Nigéria », explique le commandant du navire, le capitaine de frégate Tanguy Botman. Il a constaté un déplacement de ce fléau de la côte est à la côte ouest de l’Afrique. « Fin 2014, nous clôturions avec succès l’opération Atalanta au large des côtes somaliennes », dit-il. « Mais l’année dernière, il y avait trois fois plus de piraterie sur la côte ouest. Raison pour laquelle nous sommes également très actifs ici. »

 

L’amiral de division Hofman était également présent le 18 mars au Bénin. Il était l’invité du chef de la Défense béninoise, le général de brigade Awal Nagnimi dans la matinée. Ils ont discuté de la collaboration générale entre le Bénin et la Belgique et de la formation d’étudiants béninois à l’École Royale Militaire en particulier. L’amiral a finalement rencontré  le chef d’état-major de la Marine du Bénin, le capitaine de frégate Albert Badou. Ils ont parlé des défis de la Marine béninoise et des formations que notre Composante Marine a apportées à leurs équipages pendant l’opération Maritime Capacity Building.

 

Plus tard, l’amiral de division Hofman a largement pris le temps de visiter la frégate belge et son équipage. « Nous avons fait beaucoup de progrès depuis 2013 pour professionnaliser et former les marines locales », dit-il. « Nous ne travaillons pas uniquement dans le cadre d’un programme bilatéral de partenariat militaire entre le Bénin et la Belgique. Notre navire participe aussi à des initiatives internationales comme la Maritime Capacity Building et l’opération américaine African Partnership Station. » Les deux programmes poursuivent le même objectif : améliorer la sécurité du Golfe de Guinée.

 

Pendant la visite guidée, le commandant de la Marine s’est aussi entretenu avec les membres d’équipage.  « Je connais très bien la vie à bord », dit-il. « J’ai, moi-même, navigué durant des années et je vois la même passion dans les yeux de ces jeunes matelots, sous-officiers et officiers. La descendance est assurée. »

 

Le vendredi 20 mars, après une courte pause, le Léopold I quittait le quai béninois pour participer à l’exercice Obangame Express. Avec le concours de navires européens et américains, l’équipage du Léopold I entraînera les marines locales à des exercices d’abordage en mer.

Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be

Repost 0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 17:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

16 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Dans la continuité de sa mission de police des pêches entamée fin février et avant une escale à Bruges du 14 au 16 mars, le patrouilleur de service public Cormoran a mené des manœuvres conjointes avec les forces navales belges.

 

Le chasseur de mines Tripartite, Le Bellis, et une Alouette III de la marine royale belge ont pris part à cette journée d’échange. Composée en deux temps, évolutions tactiques à l’initiative du Bellis retrouvé au large de Zeebruges, et suivi d’hélitreuillages desservant les deux bâtiments se sont succédé.

 

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Après un déploiement en Manche et mer du Nord de trois semaines, le PSP Cormoran va désormais regagner Cherbourg son port de base.

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:30
Officier de marine belge en soutien dans Golfe Arabo-Persique

Photos : Marine Nationale

 

10/03/2015 Charles Collot –MIL.be

 

Instructeur à l’École de guerre contre les mines à Ostende (Eguermin), l’enseigne de vaisseau Charles Collot renforce, depuis le 26 février,  l’état-major du groupe de guerre contre les mines de la Marine nationale française. Ce groupe est actuellement déployé dans le golfe Arabo-Persique.

 

Outre le commandement, l’équipe est constituée de deux chasseurs de mines et d’un détachement de plongeurs-démineurs. Depuis l’opération internationale de déminage (Southern Breeze) en 1991 au large du Koweït, un tel déploiement tous les deux ans s’avère crucial. D’une part, les hommes apprennent à mieux connaître les voies d’accès et d’autre part, ils garantissent la sécurité des voies maritimes essentielles à notre approvisionnement énergétique.

 

En outre, le groupe est intégré dans une escadre internationale qui gère la surveillance du trafic maritime et la lutte contre le terrorisme. Le groupe restera actif dans cette zone durant quatre mois.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:50
Photo Jorn Urbain - MIL.be

Photo Jorn Urbain - MIL.be

 

24/02/2015 Hubert Rubbens - MIL.be

 

 

Une équipe permanente belgo-néerlandaise s’est installée à Zeebruges pour gérer les entretiens des chasseurs de mines. Grâce à la mise en place de cette équipe, la qualité de l’entretien sera encore améliorée et la collaboration entre les deux marines en sera, dès lors, facilitée.

 

Depuis 1948, les marines belge et néerlandaise travaillent de concert, et de manière intensive, dans de nombreux domaines. Cette collaboration se concrétise, non seulement par l’entretien des navires des deux marines, des formations du personnel ou encore la construction de nouveaux navires, mais aussi par la planification et le suivi des exercices et opérations en mer du Nord et partout ailleurs dans le monde. Dans le cadre des entretiens de navires, il est vite apparu que les rotations fréquentes des équipes d’entretien et de support allaient à l’encontre de la qualité et de la continuité des travaux.  Il a donc été décidé de mettre une équipe d’entretien belgo-néerlandaise permanente  en place à Zeebruges afin de superviser l’entretien de tous les chasseurs de mines, tant belges que néerlandais.

 

L’équipe, qui sera composée de 11 Néerlandais et 7 Belges, se chargera  de la reprise du navire après sa période opérationnelle, du suivi de l’entretien, de l’état de préparation du matériel  et, in fine, de la remise du navire au nouvel équipage.

 

Composante Marine

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:50
La fête du patrimoine maritime de la mer du nord (28-31 Mai)

 

source MIL.be

 

La fête de la mer du Nord affiche complet pour sa 16e édition avec 172 navires participants dont soixante sont, d'ores et déjà, des must pour le public. Au total, 200.000 visiteurs sont attendus. Chacun aura sa part de rêve ou pourra éventuellement embarquer à bord de bateaux, de la petite yole aux majestueux trois mâts.

 

La Défense

Le thème est la sécurité en mer mais ce n'est pas uniquement pour cette raison que la Défense sera présente avec le voilier école Zénobe Gramme et un stand d’information de la Marine sur la place Saint Pierre et Paul. Vous pourrez y découvrir les tâches des gardes côtes de la Marine. Cerise sur le gâteau : les démonstrations quotidiennes du nouvel hélicoptère NH 90 (NATO Helicopter), chargé du sauvetage en mer et sur la côte. Il est l'ange gardien de bon nombre de visiteurs des plages durant l’été. Il est important de savoir que grâce aux collaborateurs de la Défense, la mer est plus sécurisée !

 

Mille pirates et fous de Bruges

L'Etoile du Roy, une réplique du temps de la gloire des corsaires français, reste pour les quatres années à venir le vaisseau amiral d'Ostende à l'Ancre. Le bateau attise sans aucun doute la fantaisie des plus petits, mais fait penser aussi aux meilleurs moments des équipages qui aiment tant se rendre à Ostende, attirés par la Brugse Zot. Le Marjorie II, seul brigantin à trois mâts encore navigant à la voile, sera également amarré dans le bassin Mercator.

 

Combler l'espace

Certains étals ont disparu pour céder la place à ceux plus en rapport avec le patrimoine maritime de tous horizons. La place Saint Pierre et Paul est peuplée d'organismes de conservation, d'artisanat maritime et autres venant de Belgique, de France et des Pays-Bas. 

 

L'art de la mer

Le village des artistes de l'avenue Vindictive s'agrandit et sera relié au marché nautique et autres curiosités. Vous y trouverez un savant mélange d'affaires maritimes, d'antiquités, de vêtements et de souvenirs. Le marin qui sommeille en chacun de nous, pourra se restaurer aux nombreux stands artisanaux dont le fumeur de harengs, les "cuiseurs" de poissons, les spécialistes des croquettes de crevettes roulées à la main et la terrasse d'Ostende à l'Ancre, ne sont que quelques exemples. Le rendez-vous des Ostendais et des visiteurs !

 

La musique pour ambiance

Ostende à l'Ancre offre à nouveau un très large éventail de représentations musicales. Les classiques shantys, la folk, le rockfolk, les choeurs de ballades à capella rempliront les podiums de la place Saint Pierre et Paul, ceux de l'avenue Vindictive ou les ponts des bateaux tels l'Etoile du Roy et l'Amandine.

"Horizon éducatif" a concocté avec Ostende à l'Ancre un parcours découverte pour les enfants. Tous les écoliers d'Ostende pourront rêver en écoutant les récits de sauveteurs en mer et acquérir leur première expérience de capitaine grâce aux maquettes et modèles réduits.

Ostende à l'Ancre est accessible à tout le monde. Gracieusement offerte aux Ostendais, cette organisation de bénévoles est soutenue par le tourisme d'Ostende.  

 

Plus d'informations : http://www.oostendevooranker.be

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:45
Photos : Patrick Brion – MIL.be

Photos : Patrick Brion – MIL.be

 

17/02/2015 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

Depuis son port d’attache de Zeebruges, la frégate Léopold I est partie vers l’Afrique de l’Ouest pour deux mois. Elle participera à deux missions en vue d’améliorer la sécurité de la région : African Partneship Station et Maritime Capability Building. 

 

Dans le Golfe de Guinée, 33 rapports de piraterie ont été rédigés l’année dernière. Cette région est donc trois fois plus touchée par la piraterie que la Somalie. La communauté internationale a donc déplacé son combat de la côte est à la côte ouest de l’Afrique. « Notre objectif est de former et de professionnaliser les marines locales » explique le capitaine de frégate Tanguy Botman. « Ainsi elles seront plus à même de combattre la pêche illégale, le trafic de drogue et la piraterie. » 

 

 

Photos : Patrick Brion – MIL.bePhotos : Patrick Brion – MIL.be
Photos : Patrick Brion – MIL.bePhotos : Patrick Brion – MIL.be

Photos : Patrick Brion – MIL.be

Le long du quai, quelque cent personnes prennent congé de leurs proches, amis, père ou frère. « Je vais faire des dessins pour mon papa et les lui envoyer » dit le petit Aiden. Ce n’est pas la première fois que son papa s’en va en tant que marin mais il va toutefois lui manquer. « Je vais envoyer des photos et des mails à papa pour qu’il sache ce que je fais et ce qui se passe en Belgique. »

 

Selon le capitaine de frégate Botman, le soutien de la famille et des amis est très important : « Deux mois en mer, c’est long » dit-il. « Mais si votre famille vous soutient et reste en contact via skype ou par téléphone, il est alors plus simple de remplir sa tâche sur le navire. »  

 

Le navire rejoindra le port de Zeebruges le 23 avril. À nouveau, le quai accueillera familles et amis venus acclamer l'équipage. Mais ce jour-là, tous pleureront des larmes de joie.

Vidéo : DG Com

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 13:45
Photo : Jorn Urbain - MIL.be

Photo : Jorn Urbain - MIL.be

 

23/02/2015 Hubert Rubbens - MIL.be

 

Dans le cadre de sa mission le long des côtes de l’Afrique de l’Ouest, le LEOPOLD I contribue étroitement avec BEMTAR (Belgian Maritime Threat Awareness & Reporting) au profit de la marine marchande belge. La frégate est déjà entrée en contact avec un navire belge dans l’Océan Atlantique afin d'échanger des informations.

 

BEMTAR, initiative du service public fédéral Mobilité, accompagne tous les navires belges dans le monde en les informant des menaces maritimes éventuelles et ce, afin d’améliorer leur sécurité en mer. Le Léopold I a ainsi échangé des informations avec le navire marchand belge "Marcel" qui avait quitté le Maroc en direction des côtes espagnoles. Ce  navire marchand belge a ainsi contribué en tant que senseur de BEMTAR, en rapportant des activités suspectes.

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 12:45
Photos : MOST

Photos : MOST

 

03/02/2015 Hubert Rubbens - MIL.be

 

Depuis le 26 janvier, des membres de l’équipe d'experts belges du Mine countermeasure vessels Operational Sea Training (MOST) de Zeebruges, conduite par le capitaine de frégate Guy Terryn, forment les équipages des trois patrouilleurs de type OCEA, régulièrement déployés dans le cadre de la lutte contre la piraterie.

 

Cette formation se déroule en trois phases durant lesquelles diverses attaques de bateaux pirates sont simulées et qui sont autant d’occasions de favoriser les échanges de connaissances entre les deux marines. La première phase s'achève ce mercredi 4 février et sera suivie, en mars prochain, d'une deuxième période de formation plus intensive.

 

Viendra ensuite la phase de test qui aura lieu lors de la venue du Léopold I dans la région. La frégate servira alors de plate-forme opérationnelle dans la lutte contre la piraterie, comme lors de l’opération Atalanta en Afrique de l’Est. Les formations dispensées par l’équipe du MOST s’inscrivent dans le cadre d'une collaboration internationale entre la Belgique et le Bénin.

La composante Marine belge entraîne la Marine béninoiseLa composante Marine belge entraîne la Marine béninoise
La composante Marine belge entraîne la Marine béninoiseLa composante Marine belge entraîne la Marine béninoise
Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:50
Le Ministre de la Défense Steven Vandeput rend visite à la composante Marine


3 déc. 2014 MIL.be

 

Le ministre de la Défense Steven Vandeput a achevé sa tournée des composantes le mardi 2 décembre 2014 par une visite de la Composante Marine. Les semaines précédentes, il s’était déjà familiarisé avec les Composantes Terre, Air et Médicale. Aujourd’hui, la base marine de Zeebruges était à l’ordre du jour.

 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories