Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 09:55
photos Armée de l'Air

photos Armée de l'Air

 

29/01/2016 Alexandra Milhat - Armée de l'air

 

Du 20 au 29 janvier 2016, l’exercice « VOLFA », réalisé au profit des forces des unités aériennes et des unités au sol du commandement des forces aériennes (CFA), se déroule dans le massif central.

 

Exercice « VOLFA » : entraînement intensif pour les forces aériennes

De nombreux moyens humains et matériels

25 avions de chasse, cinq avions de transport, des drones, des commandos parachutistes, des radars participent à cette nouvelle édition de l’exercice « VOLFA ». Objectif : entraîner toutes les forces à des missions complexes durant deux semaines, de jour comme de nuit. Parmi celles-ci, des missions de bombardement ou encore de parachutisme de masse. 

 

Exercice « VOLFA » : entraînement intensif pour les forces aériennes

Un entraînement au combat aérien

Depuis le 25 janvier dernier, le groupe « bleu » (blue forces) est concentré sur la base de Mont-de-Marsan, tandis que le groupe « rouge » (red forces) opère depuis ses bases aériennes d’origine (Orange et Cazaux). Celui-ci joue le rôle du « méchant » face au groupe « bleu » (les « gentils »), qui ne connaît pas à l’avance le scénario. Ils sont ainsi chargés de se défendre face à cette menace « rouge ».  « L’exercice « VOLFA » est très enrichissant car il permet la rencontre de tous les pilotes et équipages participants, explique le directeur de l’exercice. Nous pouvons échanger, briefer et débriefer tous ensemble, savoir quelles sont les contraintes pour chaque appareil, pour chaque mission. Cela permet de progresser et d’être plus opérationnel. »

 

Exercice « VOLFA » : entraînement intensif pour les forces aériennes

VOLFA : bilan positif et entraînement nécessaire pour les opérations extérieures

« Je suis très satisfait de l’entraînement effectué jusqu’à présent, indique le lieutenant-colonel Yann Malard, commandant de la 30e escadre et directeur de l’exercice. Nous avons des conditions météorologiques très favorables pour un mois de janvier. Jusqu’à présent, nous avons réalisé toutes les missions, huit au total, il nous en reste cinq jusqu’à vendredi. »

Le lieutenant-colonel Malard est formel, toutes les connaissances acquises durant les exercices et l’entraînement sont mises à profit lors des opérations extérieures : « Les forces présentes à cet exercice sont celles qui ont été déployées hier et le seront demain. L’entraînement que nous menons nous est très profitable : les missions évoluent sur une menace de très haute intensité. Il s’agit vraiment de combat. En opérations extérieures, nous pratiquons davantage un combat asymétrique contre les terroristes djihadistes. »

Exercice « VOLFA » : entraînement intensif pour les forces aériennes
Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:30
Chammal : Maintien en condition opérationnelle des commandos parachutistes de l’air

 

23/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Les Commandos parachutistes de l’air (CPA) déployés en Jordanie forment le détachement protection de la Base aérienne projetée (BAP). Leur mission est d’assurer la protection du personnel, des installations et des aéronefs français de la BAP.

 

Pour ces spécialistes, la maîtrise complète de leur armement est essentielle. Cette semaine, sur la base de scénarii de combat urbain préalablement définis, ils ont ainsi procédé à une succession de tirs techniques. D’autres exercices ont également été exécutés, notamment un exercice de combat recovery qui consistait à extraire d’une zone dangereuse un homme isolé. Enfin, au cours d’un exercice de sauvetage au combat, les CPA ont mis en œuvre les procédures d’extraction et de médicalisation. Qu’ils soient transmetteurs, tireurs d’élite, maître-chien, chuteurs ou spécialistes en armement et explosifs, ces soldats parachutistes s’entraînent quotidiennement pour conserver leurs savoir-faire et se maintenir en bonne condition physique. Ils doivent être prêts à intervenir à tout moment en adoptant la posture de protection adaptée au niveau de la menace.

Suite de l'article

Chammal : Maintien en condition opérationnelle des commandos parachutistes de l’air
Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 12:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

02/10/2015 Sources : CEAM – Armée de l’Air

 

Du 21 au 25 septembre 2015, une équipe de l’escadron de survie opérationnelle et des parachutistes d'essai (ESOPE), unité du centre d’expertise aérienne militaire (CEAM) de Mont-de-Marsan, a mené une campagne de sauts en parachute depuis la base aérienne 126 de Solenzara.

 

Les objectifs d’entraînement étaient multiples. Les parachutistes d’essai de l’armée de l’air ont pu réaliser des phases de sauts «à l’eau», afin de s’exercer aux procédures spécifiques à l’amerrissage «sous voile». Des sauts nocturnes ont également eu lieu durant cette semaine.

 

En plus de ce volet «maintien en condition opérationnelle», une série d’expérimentations a été menée. Divers matériels ont été testés, comme des voiles hybrides, matériel s’inspirant des caractéristiques d’un parachute et d’un parapente, permettant de parcourir des distances très importantes. Un nouveau type de casque a également été expérimenté. Destiné aux chuteurs opérationnels des commandos parachutistes de l’air (CPA), ce nouvel équipement permet l’emport de différents matériels (dispositif de communication Peltor, jumelles de vision nocturne…). L’expérimentation de ces matériels doit se poursuivre au cours des mois à venir.

 

Cette semaine a également permis aux parachutistes d’essai de coopérer avec leurs homologues de la direction générale de l’armement «essais en vol» (DGA-EV) et du centre air de saut en vol (CASV). Des sauts ont également pu être réalisés en coopération avec les fusiliers commandos de l’escadron de protection de la BA 126 et de militaires du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP) de Calvi.

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 10:30
photo EMA / Armée de l"Air

photo EMA / Armée de l"Air

 

09/09/2015 Sources : EMA/Com

 

Affecté en métropole dans une unité d’intervention parachutiste de l’armée de l’air, le sergent-chef Jérémy est maître-chien. Son partenaire inséparable, Ice, jeune malinois d’à peine deux ans, l’accompagne depuis plusieurs semaines en mission sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal. Cet aviateur nous présente son quotidien sur le théâtre, ce qui fait la force de son équipe cynotechnique.

 

L’équipe cynotechnique contribue à la protection des installations et des personnels sur le théâtre d’opération. « Sur la base aérienne projetée (BAP), notre mission principale est la recherche d’explosifs aux points les plus sensibles, explique le sergent-chef Jérémy. Chaque véhicule qui entre sur le camp est minutieusement examiné ». Objectif : dissuader, détecter et neutraliser tout acte de malveillance. Contrairement à son maître, qui compte déjà plus de dix ans dans l’armée de l’air et plusieurs opérations extérieures au Tchad, en Afghanistan ou au Mali, c’est la première fois qu’Ice participe à une opération extérieure. « Les conditions climatiques ici sont plus difficiles qu’en métropole, et ma priorité c’est la santé de mon chien », témoigne le sous-officier.  Le rôle du maître-chien est donc très important et il est essentiel de connaître parfaitement l’animal et ses limites. « Ici, Ice découvre des choses différentes de ce qu’il voit en France, il continue à développer ses aptitudes, tout en assurant pleinement la mission, et c’est très formateur pour lui ». La journée commence par une promenade matinale et un peu de détente pour le chien. Le maître entraîne l’animal à la manière d’un sportif, de préférence tôt le matin ou le soir, lorsque les températures sont moins élevées. Au coup de sifflet bref, et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, le binôme doit être prêt à intervenir.

 

Suite de l’article

Repost 0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:30
Entraînement au tir par les commandos parachutistes en Jordanie

 

7 juil. 2015 Crédit : État-major des armées / Armée de l'air​

 

Opération Chammal, Juillet 2015
Séance d’entraînement au tir par les commandos parachutistes du groupement de protection de la base aérienne projetée en Jordanie

 

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 16:55
Le numéro de juin d’Air actualités est disponible !

 

24/06/2015 par Armée de l'Air

 

Un aéronef vit plusieurs vies en une seule. Dans le numéro 682 d’Air actualités, découvrez le parcours d’un appareil, de sa conception à son démantèlement, en passant par les missions auxquelles il participe, mais aussi l’entretien qu’une telle machine nécessite. 

 

Aux côtés des forces spéciales de l’armée de l’air, vivez le récit de leur semaine de préparation technique sur la base aérienne 123 d’Orléans avant l’exercice VOLFA (Vol Forces Aériennes).

Découvrez le phénomène paralysant de l’hypoxie, qui diminue la quantité d’oxygène apportée aux organes dans le sang, auquel le personnel naviguant et les parachutistes peuvent être confrontés.

Au sommaire de ce numéro, vous pourrez également en apprendre davantage sur la « base aérienne virtuelle », véritable réseau social réservé aux aviateurs, dont le lancement est prévu au mois de septembre 2015. 
Plongez au cœur du métier de technicien environnement aéronautique, leur formation, et leur quotidien au service de l’armée de l’air.
Enfin, parcourez l’historique de l’emblématique Jaguar, conçu dans les années 1960 dans un premier temps pour être avion d’entraînement tactique, devenu par la suite avion d’attaque au sol.

 

Et comme tous les mois, retrouvez en textes et en images toute l’actualité de l’armée de l’air. Pour plus d’informations et d’actualités, rendez-vous sur les réseaux sociaux de l’armée de l’air : Facebook, Twitter et Instagram

 

Le numéro de mai 2015 est désormais consultable en ligne. 

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 16:55
Un Rafale du Normandie-Niemen

Un Rafale du Normandie-Niemen

 

22/04/2015 Sources : CFA - Armée de l'air

 

Du 20 au 30 avril 2015, les forces aériennes sont sur le pont pendant VOLFA, entraînement annuel de synthèse, élaboré cette année autour d’un scénario prévoyant l’évacuation de ressortissants lors d’une crise internationale.

 

Exercice majeur de la préparation opérationnelle des forces, VOLFA vise à préparer l’intervention immédiate et l’entrée en premier, la mise en œuvre de missions aériennes combinées dans un cadre tactique complexe, l’utilisation de la liaison 16, la réalisation de vols de nuit, ainsi que la gestion d’un environnement de guerre électronique dense.

 

À l’échelle de la France, pas moins de 12 bases aériennes sont mobilisées par l’exercice. Sur la seule base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, VOLFA impliquera pas moins de 25 avions de chasse, un drone Harfang, 5 avions de transport, ainsi qu’une cinquantaine de commandos-parachutistes.

 

Fort des retours d’expériences des précédents VOLFA, ce dispositif se veut complet afin de confirmer les travaux de supervision entrepris en amont et d’affiner les savoir-faire obtenus en termes de conduite de ce genre de manœuvre d’envergure.

 

Ambiance crépuscule pendant VOLFA sur le parking de la base aérienne d'Orléans

Ambiance crépuscule pendant VOLFA sur le parking de la base aérienne d'Orléans

Décollage de nuit pour un hélicoptère Caracal

Décollage de nuit pour un hélicoptère Caracal

Des commandos parachutistes de l'air à bord d'un hélicoptère Caracal

Des commandos parachutistes de l'air à bord d'un hélicoptère Caracal

Evacuation de ressortissants par un Transall

Evacuation de ressortissants par un Transall

Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:55
La première édition 2015 de VOLFA bat son plein dans le centre de la France

 

 

21/01/2015 Armée de l'air

 

L’exercice VOLFA 15-1 a débuté le 21 janvier 2015 dans le centre de la France. D'une durée de dix jours, cette première édition de l'année a pour thématique la capacité d’entrée en premier de la force aérienne.

 

Aérolargage de troupes, missions d’Air Interdiction (interdiction aérienne) ou de Close Air Support (appui aérien rapproché), recherche et sauvetage au combat, interventions des forces spéciales... De multiples missions menées au quotidien par les forces aériennes sont au programme.

 

Conduite à partir de Lyon, cette session a été conçue à partir des retours d’expérience des précédentes éditions. Pour faciliter les échanges entre les différents participants, la plupart des forces est ainsi regroupée au même endroit, sur la base aérienne (BA) 118 de Mont-de-Marsan. La base montoise accueille donc près d’une vingtaine de chasseurs, une demi-douzaine de transporteurs et une cinquantaine de commandos de l’air. Deux hélicoptères opèrent à partir de la BA 120 de Cazaux.. Cette force «blue» sera opposée à une force «red» constituée des moyens de la BA 120 et de la BA 115 d’Orange.

 

Ce regroupement permet notamment à l’ensemble des équipes de pouvoir, de manière directe, briefer et débriefer les missions aériennes menées durant l’exercice. Ces réunions sont enrichies par la présence d’un «Airboss» du centre tactique de Mont-de-Marsan, véritable arbitre du combat aérien, et du centre d’expertise et d’instruction des liaisons de données tactiques (CEILDT), en charge d’animer les différents combats et engagements en zone. L’utilisation de la liaison 16 est par ailleurs privilégiée durant tout l’exercice.

 

Chaque composante, «blue» et «red», est commandée par un centre de contrôle autonome, fonction assurée par les centres de détection et de contrôle, par l’E-3F de l’escadron de détection et de contrôle aéroportés d'Avord ou par l’escadron de détection et de contrôle mobiles d’Évreux. À ce titre, un radar et deux cabines d’émission-réception ont été déployés dans le centre de la France.

La première édition 2015 de VOLFA bat son plein dans le centre de la France
Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:55
Protéger les forces - Fusiliers-Commandos de l'armée de l'air


03/12/2014 Armée de l'Air

 

3300 aviateurs, 3 commandos parachutistes de l’air, une vingtaine d’escadrons de protection, plus de 15% des effectifs en opérations extérieures… Les fusiliers-commandos, spécialistes de la protection de l’armée de l’air, remplissent au quotidien une mission essentielle : permettre aux opérations de se dérouler, en protégeant le personnel, les moyens et les installations.

 

Et pour ceux qui souhaitent en savoir davantage, rendez-vous dans le numéro de novembre du magazine Air Actualités, à paraître très prochainement. Un article complet de six pages vous plonge dans le quotidien des fusiliers-commandos de l'armée de l'air!

 

  Passage en revue de ces combattants

Protéger les forces - Fusiliers-Commandos de l'armée de l'airProtéger les forces - Fusiliers-Commandos de l'armée de l'air
Protéger les forces - Fusiliers-Commandos de l'armée de l'air
Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 08:56
Mali : décès du sergent-chef Thomas Dupuy (28 oct.)

 

30/10/2014 Armée de l'air

 

Dans le cadre d'une mission de neutralisation d'éléments terroristes lancée dans la nuit du 28 au 29 octobre 2014 dans le massif du Tigharghar dans le Nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy a trouvé la mort lors des combats.

 

Né le 18 mai 1982 à Toulouse, le sergent-chef Thomas Dupuy aura servi la France durant 9 ans et 5 mois.

 

À 23 ans, il intègre l’armée de l’air en qualité de sous-officier. À compter du 30 mai 2005, il suit pendant un an sa formation initiale à l’École des sous-officiers de l’armée de l’air de Rochefort. Il est successivement nommé caporal, le 1er novembre 2005, puis caporal-chef, le 1er janvier 2006 et sergent le 1er mars 2006.

 

Le 28 mai 2006, il rejoint l’escadron des fusiliers commando de l’air, stationné à Dijon, pour y suivre sa formation spécialisée de fusilier commando de l’air. À l’issue, le 9 octobre 2006, il est affecté au sein du commando parachutiste de l’air n° 30 de Bordeaux-Mérignac. Il est intégré au groupe Rapace puis à la cellule MASA (mesures actives de sûreté aérienne) en qualité de tireur d’élite. Enfin il intègre un module «Récupération de personnel» (Personnel recovery).

 

De février à mai 2007, il effectue une mission au Togo où sa motivation, son très bon esprit d’équipe et son courage, lui ont permis d’assumer ses responsabilités de chef de poste de commandement de la protection et la défense et d’assurer le maintien en condition opérationnel de son personnel.

 

Le 24 août 2009, il rejoint le groupe action 14 du commando parachutiste de l’air n°10 d’Orléans, puis en septembre 2010, il est affecté au groupe 12C, en qualité de chuteur opérationnel. Du 16 octobre 2010 au 19 novembre 2010, il est déployé à Djibouti.

 

Du 2 décembre 2010 au 27 janvier 2011, il est engagé sur alerte dans la bande sahélo-saharienne au sein du groupement de forces spéciales « CARLIT » en qualité d’équipier groupe action. Il s’est particulièrement distingué en apportant un soutien sans faille à son chef, dans la préparation à l’engagement du groupe, lors d’un saut opérationnel à grande hauteur sur une zone d’opération tenue par des preneurs d’otages, tout cela dans des conditions difficiles et dans des délais extrêmement réduits. Son comportement exemplaire et ses qualités remarquables de combattant lui ont permis d’être cité en exemple et de lui voir attribuer la Croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze.

 

Calme et réfléchi, le sergent-chef Dupuy était doté de capacités physiques et intellectuelles rares. Cherchant constamment à progresser, il était un spécialiste reconnu dans des domaines aussi variés que l’appui aérien, les transmissions opérationnelles et le saut à ouverture très grande hauteur. Élément incontournable de son groupe, il était un camarade apprécié de tous.

 

Engagé du 8 juin au 28 octobre 2011 comme chef d’équipe au sein d’un groupe action du groupement de forces spéciales «Jehol» dans le cadre de l’opération Pamir en Afghanistan, il a fait preuve de belles qualités militaires. Il a été pris à partie par des insurgés au cours d’une infiltration derrière les lignes adverses où il a efficacement appuyé le désengagement des éléments amis. Quelques jours plus tard, il est violemment accroché par des rebelles et pris sous le feu, il a parfaitement riposté avant d’être blessé par des éclats de roquette. Ceci lui a valu l’attribution de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et l’attribution de la médaille des blessés.

 

Le 1er juillet 2013, il est promu sergent-chef.

 

Le sergent–chef Thomas Dupuy était engagé au Mali depuis le 2 août 2014. Ce sous-officier était titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et étoile de bronze, de la médaille d’outre-mer agrafe Sahel et République de Côte d’Ivoire, de la médaille d’argent de la défense nationale et la médaille des blessés.

 

L’aviateur avait une compagne et n'avait pas d'enfant.

 

Âgé de 32 ans, il est mort dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

 

L’armée de l’air partage la douleur de sa famille et de ses frères d’armes.

Mali : décès du sergent-chef Thomas Dupuy (28 oct.)
Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:55
L’intégration air-sol mise en lumière lors d’un séminaire

 

15/10/2013 Armée de l'air

 

L’Air Land Integration Network Seminar (ALINS - séminaire du domaine de l’intégration air-sol) s’est déroulé à Montbéliard (Franche-Comté) le 11 octobre 2013. L’armée de l’air était l’un des partenaires majeurs de cet événement.

 

Domaine émergent mais aux résultats probants, l’intégration air-sol (ALI – air land integration) s’appuie sur des technologies clés et des équipements novateurs permettant le recueil, le traitement et la diffusion de l’information sous toutes ses formes (texte, image, son), à destination de tous les terrains d’opération et interopérables avec les forces alliées. L’ALI a été développé et porté initialement par les forces spéciales « air ». En effet, ces dernières s’appuient sur des solutions technologiques projetables adaptées aux conditions opérationnelles, interarmées et interalliés. Ces outils permettent d’accélérer l’acquisition du renseignement, de prise de décision d’engagement et la frappe d’objectifs ciblés avec les moyens adaptés.

 

L’ALI doit maintenant entrer dans une phase de développement méthodique, jouant sur les leviers scientifiques, technologiques et doctrinaux pour assurer son essor au profit de l’industrie française et de la défense nationale. C’est pourquoi ce séminaire a réuni acteurs militaires, industriels, universitaires et formateurs autour de la mise en œuvre des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le cadre de l’engagement de la puissance aérienne et des forces spéciales sur les théâtres d’opération. De nombreuses autorités militaires ont pris part aux discussions, tels que le général Thierry Caspar-Fille-Lambie, commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes, et le général Guillaume Gelée, ancien commandant des forces aériennes.

L’intégration air-sol mise en lumière lors d’un séminaire
L’intégration air-sol mise en lumière lors d’un séminaire
Repost 0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 07:55
Les forces spéciales participent à l’exercice Volfa

10/10/2013 Actus Air

 

L’exercice des forces aériennes Volfa 13.03 se déroule du 7 au 11 octobre 2013 dans le Massif central (Aurillac - Montluçon Guéret).

 

Plus de 400 militaires ainsi qu’une trentaine d’aéronefs de l’armée de l’air et de la marine nationale participent à Volfa 13.03, conduit depuis le centre national des opérations aériennes (CNOA) à Lyon Mont-Verdun. Menée au profit des unités de combat de l’armée de l’air, cette édition vise à mettre en œuvre un ensemble de procédures opérationnelles des forces spéciales «air» et à valider leur compatibilité avec une opération aérienne complexe, comprenant des menaces aériennes et sol-air.

 

Les forces spéciales participent à l’exercice Volfa

Volfa, entraînement annuel majeur des forces aériennes, met en œuvre des opérations aériennes de type COMAO (Composite Air Operations), en particulier de nuit, avec des raids aériens de tous types d’aéronefs couvrant une grande gamme d’emploi de l’arme aérienne. À cette occasion, une unité de défense sol-air est déployée dans les environs de l’aérodrome d’Aurillac, notamment pour simuler des menaces aériennes.

 

Volfa est le garant d’un haut niveau de qualification et d’expertise des combattants et répond aux besoins opérationnels des engagements nationaux et internationaux contemporains. Une prochaine édition est programmée du 20 au 22 novembre 2013 dans la même région.

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:43
 Au cœur des forces spéciales « air »

 

 
 

Ce dossier web, complémentaire du dossier publié dans l’édition de septembre du magazine Air actualités, propose un éclairage sur quelques spécificités méconnues de ces unités d’élites.

 

Avec 1000 hommes de plus dans ses effectifs, les forces spéciales (FS) bénéficient d’une politique de recrutement active. Selon le dernier Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale, «elles se sont imposées comme une capacité de premier plan dans toutes les opérations récentes». Du recueil de renseignement sur un théâtre à la libération d’otages, leur périmètre d’intervention est aussi vaste que discret.

Depuis une vingtaine d’années, l’armée de l’air a dédié deux de ses unités au profit des opérations spéciales.

 

L’escadron de transport 3/61 «Poitou» met en œuvre des Transall, Hercules et Twin Otter, (et prochainement A400M) au profit de l’ensemble des forces spéciales. Infiltration, extraction, appui aérien les équipages de cet escadron unique en France répondent aux besoins du commandement des opérations spéciales (COS). Le «Poitou» fait entrer la France dans le club très fermé des trois nations au monde à disposer d’une aviation forces spéciales de haut niveau (France, États-Unis et Royaume Uni).

 

Outre les missions traditionnellement dévolues aux forces spéciales, le commando parachutiste de l’air n°10 apporte une expertise unique dans le domaine de l’aéronautique directement sur le terrain. Faire poser un avion de transport sur terrain sommaire, reprendre une plateforme aéronautique aux mains des ennemis, guider les avions de chasse pour détruire des cibles… rien ne saurait se faire sans «une culture aéronautique et un savoir-faire commando», la formule gagnante du CPA 10.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories