Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

14/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Après trois mois et demi de mission et plus de 20 000 nautiques parcourus dans les golfes d’Aden, d’Oman, arabo-persique, d’Aqaba, de Suez ainsi qu’en mer Rouge, la Frégate Légère Furtive (FLF) Surcouf et ses 166 marins ont quitté le 6 août 2015 la Combined Task Force (CTF150).

 

Auparavant, le 25 juillet 2015, la frégate Surcouf a mené sept opérations de contrôle de boutres en mer Rouge. Le déploiement de l’équipe de visite a ainsi permis d’obtenir de nombreuses informations sur le trafic maritime de la zone qui concentre près de 70% du trafic pétrolier et un peu moins de la moitié du fret commercial mondial.

Le Surcouf était déployé depuis le 18 mai 2015 en océan Indien pour participer à l’opération Freedom’s Sentinel (succédant à l’opération Enduring Freedom), au sein de la CTF150. L’unité a ainsi pris une part active dans la lutte contre le terrorisme en menant de multiples opérations de contrôle (Approach and Assist) de boutres suspectés de trafics d’armes, de charbon et de drogue. La présence d’un détachement de la flottille 36F et de son Panther standard 2 a permis de mener des missions de surveillance maritime étendues, ainsi qu’une mission de recherche et sauvetage(Search and Rescue) dans le golfe d’Aden au profit d’un voilier en difficulté.

 

Suite de tional

Partager cet article

Repost0
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 11:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

27/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 août 2015, la frégate anti-aérienne Cassard a rejoint la Task Force 150 en mer Rouge. La mission du Cassard est de contrôler et éventuellement d’intervenir contre les navires suspectés de trafic illicite participant directement ou indirectement au terrorisme. Il prend la relève de la Frégate légère furtive (FLF) Surcouf qui a retrouvé son port base de Toulon le 17 août 2015.

 

Pour remplir cette mission, le Cassard s’appuie surtout sur un hélicoptère Panther standard II et sur une équipe de visite. Ensemble, ils lui assurent une excellente capacité de recherche et d’investigation complétée par l’ensemble des nombreux moyens de détection et d’identification dont dispose cette frégate de défense anti-aérienne. Le bâtiment peut être amené à conduire des opérations de recueil d’information et d’assistance auprès des navires rencontrés. Il peut aussi mener des enquêtes de pavillon pour s’assurer de leur nationalité et de leur respect des lois internationales : il a ainsi mené son premier contrôle le 20 août 2015, sur un skiff en mer Rouge.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 16:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

03/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 juillet 2015, après avoir assuré le commandement de la Combined Task Force 150 (CTF 150) en océan Indien durant quatre mois, la France a officiellement passé le relais au Pakistan, lors d’une cérémonie organisée sur la base navale américaine de Manama, à Bahreïn. Ce neuvième mandat à la tête de cette force multinationale chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics illicites qui lui sont associés en océan Indien a été marqué par de remarquables succès, soulignés par le vice-amiral Miller, commandant les Combined Maritime Forces (CMF).

 

Le 30 juillet 2015, le capitaine de vaisseau René-Jean Crignola a passé le commandement de la force navale au contre-amiral pakistanais Moazzam Ilyas au cours d’une cérémonie officielle à Bahreïn.

 

Dans son discours, le commandant français a souligné la remarquable coopération entre les différentes nations de la CTF 150 : « Il y a quatre mois, je recevais le commandement de la force du Canada, qui avait travaillé durant son mandat côte a côte avec l’Australie. Je laisse aujourd’hui la barre au Pakistan. Ces quatre pays, séparés par des millions de kilomètres, et qui représentent chacun un continent, sont néanmoins rassemblés autour d’un objectif commun : garantir la sécurité maritime et lutter contre le terrorisme dans cette région stratégique pour la stabilité mondiale ». Le capitaine de vaisseau Crignola a tenu à saluer l’investissement exceptionnel de toutes les unités ayant participé à la CTF 150 au cours de ces quatre mois sous commandement français.

 

Ce déploiement s’inscrivait dans le cadre de la contribution de la France à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité maritime en mer Rouge et en océan Indien. La CTF 150 est l’une des trois forces navales des Combined Maritimes Forces, commandées par le vice-amiral américain Miller. La CTF 150 a pour mission de conduire des opérations de sécurité maritime afin de dissuader et d’empêcher les organisations terroristes internationales d’utiliser la mer pour se livrer à des attaques ou à des trafics illicites susceptibles de soutenir leurs activités (transport de personnel, armes, drogue, etc.).

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

10/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 juin 2015, les navires de commandement de la CTF150 et de l’opération européenne Atalante (TF465), deux forces navales impliquées dans des opérations de sécurité maritime dont les zones de patrouilles couvrent l’océan Indien, ont effectué une rencontre à la mer dans le golfe d’Aden.

 

Dans le cadre de la coopération entre les Task Forcesdéployées en océan Indien et en mer Rouge, des interactions à la mer ont eu lieu le 29 juin 2015 entre le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, qui embarque actuellement le commandant français de la Combined Task Force 150 (CTF150), et le transport de chalands de débarquement (TCD) Galicia, navire-amiral de la force européenne de lutte contre la piraterie, déployée dans le cadre de l’opération Atalante.

 

Alors qu’il patrouillait dans le golfe d’Aden, le BCR Varest venu à la rencontre du TCD Galicia, engagé dans des opérations de sécurité maritime et de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes. Au cours de cette rencontre, des membres de l’état-major de la CTF150 ainsi que de l’équipage du BCR Var ont été transférés en zodiac (EDO) vers le Galicia. Après une visite du bord, les marins français et alliés ont participé à des réunions de travail avec leurs homologues de l’opération Atalante, afin d’évoquer les opérations en cours dans la région, les risques pesant sur le commerce maritime et les trafics en haute mer dans le golfe d’Aden.

 

L’amiral espagnol commandant la TF465, le contre-amiral Gomez Fernandez de Cordoba, a été accueilli sur le bâtiment français par son homologue, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF150. Les deux officiers ont ainsi pu évoquer leurs missions respectives et partager leur appréciation de situation sur les trafics et les activités illégales conduites dans leur zone de responsabilité.

 

Commentant ces échanges, le capitaine de vaisseau Crignola a déclaré : « Si nos domaines de compétences sont distincts, l’opération Atalante se concentrant sur la lutte contre la piraterie et la CTF150 opérant dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, nous avons néanmoins de nombreux points communs, qu’il s’agisse de notre zone de responsabilité, de nos modes d’actions ou des problématiques auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement. Nous partageons également le même objectif qui est d’assurer la sécurité du trafic maritime dans la région. Ainsi, nos deux Task Forces travaillent ensemble depuis longtemps et ce type de rencontre à la mer est toujours un bon moyen d’approfondir notre coopération et d’échanger sur la situation maritime régionale ».

 

Au cours de cette rencontre, les bâtiments français et espagnol ont également mené plusieurs interactions, incluant des manœuvres en hélicoptère effectuées avec l’un des Sea King embarqués à bord du Galicia, ainsi qu’un ravitaillement à la mer. Plus tôt dans le mois, une rencontre à la mer avait déjà eu lieu entre le Var et le Galicia, dans le cadre de la coopération maritime entre ces deux forces navales.

 

La force européenne Atalante a pour mission d’assurer la protection des bateaux du programme alimentaire mondial (PAM), de la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), ainsi que des bateaux vulnérables qui peuvent transiter dans la région, et de prévenir les actes de piraterie.

 

Pour sa part, la CTF150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), est chargée de lutter contre le terrorisme et contre les trafics qui participent à son financement. Elle rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Elle est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:45
CTF150 : Poursuite des opérations de contrôle du Surcouf dans le golfe arabo-persique

 

07/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 18 juin 2015, la frégate Surcouf, engagée au sein de la CTF 150, a réalisé des opérations d’approach and assist auprès de deux boutres dans le golfe arabo-persique.

 

L’équipe de visite du Surcouf a mené une première opération d’approche auprès d’un boutre indien dans la matinée. Les marins français ont engagé une discussion avec l’équipage, qui était visiblement familiarisé avec les missions et les activités de la force multinationale dans la zone. Le boutre transportait des denrées alimentaires à destination de la Somalie.

 

Peu de temps après, dans l’après-midi, un nouveau boutre a été approché. L’équipage de l’embarcation, de nationalité somalienne, a invité l’équipe de visite à son bord. Ces derniers transportaient des barils d’essence depuis la Somalie jusqu’au Yémen. Une discussion a été engagée, ce qui a permis d’obtenir du renseignement précieux sur la situation maritime dans la zone de responsabilité du Surcouf.

 

A l’issue de ces visites, le Surcouf a continué sa route, poursuivant sa mission de surveillance et de protection en océan Indien.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la Task Force dont la mission est de lutter contre le terrorisme international et les activités illégales qui participent à son financement. Dans ce cadre, les bâtiments militaires placés sous son contrôle participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations de sécurité maritime. Avec deux bâtiments français déployés au sein de la CTF-150, la France démontre toute son implication dans la lutte contre le terrorisme international, et sa volonté de participer à la sécurisation des espaces maritimes dans la région de l’océan Indien, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

07/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 17 juin, la FLF Surcouf, engagée en opérations au sein de la CTF 150 dans des opérations de sécurité maritime en océan Indien, s’est entraînée avec la frégate nippone Ikazuchi. Cette dernière embarque le commandement de la Combined Task force 151, force jumelle de la CTF150, engagée dans des missions de lutte contre la piraterie, dans la même zone de responsabilité que le Surcouf.

 

Les hélicoptères français et japonais ont saisi l’opportunité de cette rencontre à la mer afin de réaliser des manœuvres communes, effectuant notamment des séries Touch and Go(ou « posé-décollé ») sur les plateformes hélicoptère des deux bâtiments. Ainsi, l’hélicoptère nippon Seahawk SH60 a apponté à 4 reprises sur le pont d’envol du Surcouf. Au même moment, le Panther français effectuait des manœuvres similaires sur la frégate japonaise.

 

Ces exercices interalliés sont primordiaux pour améliorer la fluidité des manœuvres aviation entre des marines dont les procédures et le matériel sont parfois différents. Ces exercices permettent, d’une part d’améliorer l’interopérabilité de nos forces et d’autre part, de renforcer les liens qui unissent nos deux nations.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la Task Force dont la mission est de lutter contre le terrorisme international et les activités illégales qui participent à son financement. Dans ce cadre, les bâtiments militaires placés sous son contrôle participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations de sécurité maritime. Avec deux bâtiments français déployés au sein de la CTF-150, la France démontre toute son implication dans la lutte contre le terrorisme international, et sa volonté de participer à la sécurisation des espaces maritimes dans la région de l’océan Indien, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

04/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans le cadre des opérations de sécurité maritime conduites par la Combined Task Force 150 en océan Indien, la frégate légère furtive (FLF) Surcouf et le bâtiment de ravitaillement et de commandement (BCR) Var entrent régulièrement en contact avec la communauté maritime afin de recueillir du renseignement d’ambiance et des informations sur les éventuels trafics dont les équipages pourraient être témoins.

 

Actuellement déployés au sein de la CTF-150, le BCR Var et la FLF Surcouf ont procédé ces derniers jours à des actions de recueil de renseignements en mer Rouge et dans le golfe d’Aden. Elles consistent notamment à envoyer leurs équipes de visite à la rencontre des embarcations locales croisées en mer. Dans le jargon de la CTF-150, les marins effectuent des Assist and Approach (AA), première prise de contact, généralement suivie de l’embarquement, sur invitation du capitaine, à bord des boutres pour faciliter le dialogue et les échanges. On parle alors d’Assist and Approach Visit (AAV). 

 

Ainsi, le 26 juin 2015, le BCR Var, en patrouille en mer Rouge au large d’Al Salif, a procédé à des AA et AAV auprès de deux boutres yéménites à l’Est des îles Dhalak. Ce contact avec les pêcheurs locaux qui naviguaient au large de l’Erythrée, a permis de collecter des informations et des éléments d’ambiance précieux concernant la situation maritime régionale. Actuellement, le pétrolier ravitailleur mène une à deux opérations d’AA ou d’AAV par jour et procède à de nombreuses interrogations par radio.

 

Plus tôt, le 13 juin 2015, la frégate légère furtive (FLF) Surcouf avait détecté un boutre qui naviguait loin des côtes, et ne répondait pas aux interrogations VHF de la passerelle. Après s’être rapprochée à quelques centaines de mètres, la frégate a fait intervenir son équipe de visite pour une AA. Arrivés à hauteur de l’embarcation, les membres de l’équipe de visite ont engagé une discussion avec l’équipage afin de recueillir des informations sur le trafic maritime. Ceux-ci ne parlant pas anglais, les échanges ont été effectués en arabe, grâce aux compétences linguistiques d’un membre de l’équipage.

 

Les informations collectées au cours de ces opérations peuvent concerner aussi bien les habitudes des pêcheurs, les routes de navigation, les populations qui les empruntent, que les trafics, licites ou illicites, dont les marins locaux pourraient être les témoins. Ces renseignements permettent non seulement d’entretenir la connaissance générale de la situation maritime en océan Indien et en mer Rouge, zone stratégique pour le commerce mondial, mais également de déceler d’éventuels trafics pouvant transiter par la région (tel que le trafic de drogue). Par ailleurs, la présence permanente de bâtiments militaires dans la zone est également une forme de réassurance pour la communauté maritime, qu’il s’agisse des bâtiments de commerce étrangers qui transitent dans la zone ou des pêcheurs locaux. En affichant clairement la présence de bâtiments militaires français dans la zone et en montrant leur détermination à lutter contre les trafics de drogue ou d’armes, l’action du BCR Varet de la FLF Surcouf au sein de la CTF-510 participe à la sécurisation des espaces maritimes.

 

La CTF150 a pour objectif d’assurer les conditions nécessaires à la sécurité et à la stabilité de l’environnement maritime en luttant contre le terrorisme international et contre les trafics illégaux qui lui sont associés. Sa zone de responsabilité, deux fois plus vaste que la Méditerranée, recouvre l’ensemble de la mer Rouge et une très large partie de l’océan Indien et se caractérise par la présence des principales routes maritimes entre l’Occident et l’Orient, ainsi que de deux détroits internationaux particulièrement névralgiques : Ormuz et Bab el-Mandeb.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 11:45
photo Royal Australian Navy

photo Royal Australian Navy

 

26/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 20 juin 2015, la frégate australienne HMAS Newcastle, qui opère actuellement sous le commandement français de la Combined Task Force 150 (CTF150), a réalisé une importante saisie d’héroïne au large des côtes Est-africaines. Au cours d’une enquête de pavillon, 581 kg d’héroïne ont été saisis à bord d’un boutre, pour une valeur estimée sur le marché européen à plus de 150 millions d’euros. Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la CTF-150, force navale chargée de lutter contre le terrorisme et contre les activités illicites qui participent à son financement.

 

Le 20 juin 2015, le HMAS Newcastle, qui patrouillait en Océan Indien dans le cadre de ses missions au sein de la CTF-150, a détecté un boutre suspect. Après avoir obtenu le feu vert du commandant de la force, le capitaine de vaisseau Crignola, la frégate australienne a déployé son équipe de visite à bord du bateau afin de procéder à un contrôle de sa documentation et d’interroger son équipage. Les vérifications effectuées ont conduit à déclarer le boutre sans nationalité. Une inspection de sa cargaison a alors permis à l’équipe de visite australienne de découvrir des caches dans lesquelles étaient dissimulés 581 kg d’héroïne.

 

Cette importante saisie est la septième réalisée par des unités de la CTF-150 depuis la prise de commandement de la force par la France en avril 2015. Au total, plus d’1,5 tonnes d’héroïne ont été saisies au cours de sept contrôles distincts, grâce à l’action conjointe des moyens navals mais aussi aériens de la CTF-150, permettant ainsi de porter un coup significatif au trafic de drogue en océan Indien.

 

La route maritime du Sud, qui part des côtes irano-pakistanaises vers l’Est de l’Afrique est fréquemment utilisée par les trafiquants pour acheminer l’héroïne vers le marché africain, mais aussi européen. La présence de plusieurs bâtiments de la CTF-150 en océan Indien permet de réduire la dynamique de l’acheminement des cargaisons, en interdisant l’utilisation de l’espace maritime pour les passeurs de drogue.

 

La force a bénéficié d’un déploiement de moyens importants, avec, aux côtés du HMAS Newcastle, plusieurs bâtiments engagés dans les opérations, parmi lesquels la frégate néozélandaise Te Kaha, les bâtiments français BCR (bâtiment de commandement et de ravitaillement) Var et FLF (frégate de type La Fayette) Surcouf ainsi que la frégate britannique Richmond. Les unités alliées engagées dans la CTF-150 poursuivront leurs opérations de sécurité maritime dans les prochains mois afin d’apporter leur contribution à la lutter contre le terrorisme international et les activités illégales.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assume le commandement de la CTF 150. Le BCR (bâtiment de commandement et de ravitaillement) Varembarque à son bord le commandant de la force, ainsi que son état-major, qui assure la conduite tactique des différentes unités alliées de la force, grâce aux moyens de commandement dont ce bâtiment a été spécifiquement doté. Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF-150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces, rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission.

photo Royal Australian Navy

photo Royal Australian Navy

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 2 juin 2015, en mer, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la Combined Task Force 150 (CTF-150), a fait reconnaître le capitaine de frégate de Sevin comme nouveau commandant du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var. Il succède ainsi au capitaine de frégate Martin, affecté à la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord (Premar-Manche).

 

Le capitaine de frégate de Sevin prend le commandement du Var dans une période particulièrement intense pour l’équipage, engagé en mission opérationnelle au sein de la CTF-150 depuis près de trois mois, et jusqu’au début du mois d’août 2015. Événement peu fréquent, la cérémonie s’est déroulée à la mer, au large de l’Arabie Saoudite.

 

Canonnier de spécialité, le capitaine de frégate de Sevin est issu de la promotion 1995 de l’Ecole Navale. Après plusieurs affectations sur différents types d’unités embarquées de la Marine nationale (aviso, patrouilleur, frégate légère furtive, frégate anti-sous-marine, frégate de défense aérienne), le nouveau commandant du Var va désormais commander un BCR, bâtiment de soutien dont la mission est tournée vers le service. « C’est cette mission de service qui doit, plus que jamais, être la raison d’être du BCR, tant dans sa partie ravitaillement naturellement, que dans sa capacité à accueillir un état-major embarqué, comme c’est actuellement le cas dans le cadre du commandement français de la CTF-150 », a ainsi déclaré le nouveau pacha à l’ensemble de l’équipage.

 

Parti depuis le 7 mars 2015 de son port-base de Toulon, le Var est actuellement déployé en océan Indien dans le cadre de la mission CTF-150. La CTF 150 est l’une des trois Task Forces de la coalition Combined Maritime Forces (CMF), sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition dont 18 participent à la CTF 150, chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics qui lui sont associés dans une partie de l’océan Indien.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la Combined Task Force150 (CTF-150), actuellement sous le commandement français du capitaine de vaisseau Crignola, a conduit des opérations de sécurité maritime afin de lutter contre les trafics illicites qui participent au financement des groupes terroristes internationaux. Ces opérations conjointes, qui intégraient quatre bâtiments alliés (français, néozélandais, australien et britannique), ont notamment permis la saisie et la destruction de six cargaisons d’héroïne, au large des côtes Est-africaines.

 

Au cours du mois de mai et début juin 2015, les opérations menées par les bâtiments de la CTF-150 ont permis de porter un coup significatif au trafic de drogue en océan Indien, avec la saisie de 981 kg d’héroïne à bord de plusieurs boutres suspects. Les saisies ont été réalisées par le HMAS Newcastle, bâtiment de la marine australienne, ainsi que par le HMNZS Te Kaha, frégate néozélandaise, avec le soutien des différents bateaux investis dans la coalition, parmi lesquels le navire français commandant la force, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var et la frégate britannique HMS Richmond.

 

Le 10 mai 2015, sur la base d’informations fournies par le BCR Var, le bâtiment australien HMAS Newcastle a envoyé son équipe de visite à bord d’un boutre suspect qui n’arborait pas de pavillon, afin de procéder à une enquête. Après contrôle de la documentation du bord et dialogue avec l’équipage, les informations recueillies ont conduit à déclarer le boutre sans nationalité. Une fouille approfondie du bateau a rapidement permis de découvrir une cargaison de 275 kg d’héroïne dissimulée dans des caches. La cargaison a été saisie puis détruite par le bâtiment australien. Entre le 11 mai et le 13 juin 2015, utilisant des modes d’actions similaires, le HMAS Newcastle et le HMNZS Te Kaha ont procédé à cinq saisies supplémentaires au large des côtes Est-africaines.

 

Au total, l’implication de tous les moyens alliés de la force et le partage efficace du renseignement ont permis la saisie et la destruction de 981 kg d’héroïne, depuis la prise de commandement de la Task Force par la France. Ces cargaisons représentent près de 4 millions de doses individuelles de 1 g, pour une valeur totale estimée sur le marché européen à environ 235 millions d’euros (264 millions de US$), qui ne circuleront pas sur le marché de la drogue et qui ne participeront pas au financement du terrorisme international.

 

Par ailleurs, la concentration de quatre bâtiments alliés pendant plusieurs semaines au large des côtes Est-africaines a permis de perturber les trafics maritimes illicites qui empruntent traditionnellement ces routes. Outre ces opérations de sécurité maritime, le déploiement de plusieurs bâtiments alliés au sein de la force a été l’occasion de procéder à de nombreuses approches et interrogations sur les boutres et navires de pêche locaux, permettant de recueillir un renseignement précieux sur les trafics dont ils peuvent être les témoins.

 

Les bâtiments français, britannique, néozélandais et australien ont conduit des entraînements conjoints, ainsi qu’avec les forces armées des pays riverains de leur zone de responsabilité, permettant de renforcer la coopération opérationnelle entre la CTF-150 et les partenaires régionaux. Sous les ordres du commandement français de la CTF-150, ce travail de coordination et de conduite des différents moyens et unités engagés dans la Task Force, effectué depuis le BCR Var, souligne l’implication de la France dans la lutte contre le terrorisme et la promotion de la sécurité maritime en océan Indien. Ces succès illustrent également le haut degré de coopération et d’interopérabilité entre les différentes marines alliées investies dans la CTF-150.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assume le commandement de la CTF 150, force navale multinationale dont la finalité est de lutter contre le terrorisme et les activités illégales qui participent à son soutien, notamment financier. Le BCR Var embarque à son bord un état-major qui assure la conduite tactique des moyens navals de la force, grâce aux moyens de commandement nationaux et alliés dont ce bâtiment a été spécifiquement doté. Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF-150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces, rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

16/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 13 juin 2015, dans le golfe d’Aden, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, navire de commandement la Combined Task Force 150 (CTF-150), a effectué une rencontre à la mer avec le JDS Ikazuchi, un destroyer japonais de la classe Murasame. Cette interaction a été l’occasion de procéder à un entraînement conjoint ainsi qu’à un échange de personnels entre les deux bâtiments, dans le cadre de la coopération bilatérale entre les marines française et japonaise.

 

Lors de cette rencontre à la mer, les bâtiments français et japonais ont procédé à un transfert de personnel par embarcation. Le commandant du Var, le capitaine de frégate de Sevin, s’est rendu avec six membres de l’équipage et de l’état-major de la CTF-150, à bord du destroyer Ikazuchi. Il a été reçu par son homologue pour une visite du bord et une présentation des missions du bâtiment, actuellement engagé dans des opérations de lutte contre la piraterie et d’escorte de convois dans le golfe d’Aden aux côtés de son sistership, le destroyer Murasame. Côté français, le Var a également accueilli à son bord une délégation japonaise, emmenée par le commandant du Task Group japonais, et reçue par le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF-150. Ces interactions ont été marquées par des échanges entre délégations française et japonaise concernant leur mission et leur appréciation de la situation maritime régionale.

 

Par ailleurs, cette rencontre a également été l’occasion pour les bâtiments de procéder à un entraînement conjoint de ravitaillement à la mer, dit RAM « sec ». Cette opération consiste à mettre en place l’ensemble des gréements entre les deux bateaux, comme lors d’un ravitaillement traditionnel, sans procéder à une délivrance de combustible. Elle a permis de confirmer la parfaite interopérabilité entre les marines française et japonaise dans la maîtrise des procédures techniques et illustre la bonne coopération à la mer entre les deux nations, actuellement engagées dans la même zone d’opération.

 

Depuis le 6 avril 2015, le BCR Var embarque le commandant français de la CTF-150 ainsi que son état-major, dont la mission est de lutter contre le terrorisme et les trafics qui lui sont associés dans une partie de l’océan Indien. Au même titre que la France, le Japon est à la tête de l’une des trois Task Forcesqui composent la coalition des Combined Maritime Forces. Le pays a en effet pris tout récemment le commandement de la CTF-151, chargée d’assurer des missions de lutte contre la piraterie en océan Indien. C’est le premier commandement d’une force navale multinationale assuré par le Japon depuis la Seconde Guerre Mondiale. Cela témoigne également de l’intérêt accordé par le Japon à la coopération avec les forces internationales et françaises dans la lutte contre les trafics illicites.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 16:45
photo EMA

photo EMA

 

05/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 mai 2015, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la Combined Task Force 150 (CTF-150), s’est rendu à bord de la frégate légère furtive de type La Fayette (FLF) Surcouf, engagée en soutien direct de la Task Force, afin de s’entretenir avec son commandant, le capitaine de frégate Fraïoli. Le lendemain, la frégate a procédé à des entraînements conjoints avec la marine djiboutienne, dans le cadre du volet de coopération régionale de la CTF-150.

 

Le 29 mai 2015 au soir, le BCR Var et la FLF Surcouf, deux bâtiments français actuellement engagés dans les opérations de la CTF-150, chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics illicites qui lui sont associés, ont organisé une rencontre à la mer, alors qu’ils patrouillaient tous deux dans le Golfe d’Aden. Le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF-150, s’est rendu à bord du Surcouf par hélicoptère et a été accueilli par son commandant, le capitaine de frégate Fraïoli. Les deux officiers se sont entretenus sur les opérations en cours et ont pu échanger leur appréciation de la sécurité maritime régionale.

 

Cette rencontre à la mer a également été l’occasion pour les bâtiments de procéder à des manœuvres en hélicoptère de nuit. Le Panther du Surcouf a ainsi effectué plusieurs entraînements de treuillage et de guidage d’appontage en condition de visibilité limitée (Control Ship Approach).

 

Le lendemain, la frégate a reçu à son bord une équipe de visite de la marine djiboutienne, afin de procéder à des entraînements conjoints de visites d’embarcations. A l’instar de l’équipe française, les marins djiboutiens avaient au préalable suivi une formation de l’OTAN, facilitant ainsi la coordination et l’interopérabilité entre les deux équipes dans la mise en œuvre des procédures. Cet entraînement s’inscrit dans le cadre du volet de coopération régionale de la CTF-150, qui a pour mission de développer les échanges entre la Task Force et les pays voisins de sa zone d’opération. Celle-ci s’étend sur la partie Nord de l’océan Indien, en incluant le Golfe d’Oman, la mer d’Arabie et la mer Rouge, représentant ainsi 4,4 millions de km2, soit plus de huit fois la surface du territoire français métropolitain.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la Task Force dont la mission est de lutter contre le terrorisme international et les activités illégales qui participent à son financement. Dans ce cadre, les bâtiments militaires placés sous son contrôle participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations de sécurité maritime. Avec deux bâtiments français déployés au sein de la CTF-150, la France démontre toute son implication dans la lutte contre le terrorisme international, et sa volonté de participer à la sécurisation des espaces maritimes dans la région de l’océan Indien, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

 

Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF-150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Elle est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF-151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF-152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition.

photo EMAphoto EMA
photo EMAphoto EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 17:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

03/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Alors qu’il patrouillait au large des côtes somaliennes, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, navire de commandement de la Combined Task Force (CTF) 150, a rejoint deux bâtiments espagnols de la force européenne de lutte contre la piraterie Atalante (TF 465), afin de les ravitailler en carburant, leur permettant ainsi de poursuivre leur déploiement opérationnel.

 

Le 27 mai 2015, tôt dans la matinée, le transport de chalands de débarquement (TCD) Galicia, navire-amiral de la TF 465, et le patrouilleur hauturier Infanta Cristina, également intégré dans la force, se sont présentés pour effectuer un ravitaillement double à la mer avec le BCR Var. Ces manœuvres sont particulièrement exigeantes du fait de la nature très différente des bâtiments engagés, tant par leur tonnage que leur manœuvrabilité. En effet, elles nécessitent que les bâtiments conservent exactement le même cap et la même vitesse pendant plusieurs heures, requérant une attention de tous les instants de la part des équipes de navigation. Du fait de la bonne maîtrise des procédures communes par les différents équipages, ce double ravitaillement s’est déroulé sans accroc, malgré une mer bien formée et des conditions de navigation difficiles, démontrant une fois de plus l’interopérabilité entre les marines alliées.

 

Le Galicia a également profité de cette séquence de ravitaillement pour entraîner l’équipage de son hélicoptère Sea King à des manœuvres de transport de charge et de treuillage depuis la plateforme hélicoptère du Var. A l’issue de ces différentes interactions, les trois bâtiments ont repris leur route respective afin de poursuivre leurs opérations de patrouille, le Varau profit de la CTF-150, le Galicia et l’Infanta Cristina au sein de la force européenne Atalante.

 

La France assure le commandement de la CTF-150 depuis le 6 avril 2015, et ce pour la neuvième fois depuis sa création en 2001. Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF-150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Elle est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF-151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF-152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 16:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

21/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Entre le 27 avril et le 4 mai 2015, le BCR Var, qui embarque l’état-major de la Combined Task Force (CTF) 150 engagée dans des missions de lutte contre le terrorisme, était en relâche opérationnelle à Victoria, aux Seychelles. Le bâtiment a ainsi mené plusieurs interactions avec les garde-côtes seychellois, ainsi qu’avec le HMAS Newcastle de la Marine australienne, également déployé au sein de la Task Force. Par ailleurs, cette visite a été l’occasion pour le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, de rencontrer les autorités seychelloises dans le cadre du volet « engagement régional » de la coalition.

 

Ces entraînements conjoints s’inscrivent dans le cadre de la préparation aux opérations de sécurité maritime de la Task Force et du renforcement de l’interopérabilité entre les marines alliées. En effet, la France, l’Australie et les Seychelles sont membres de la coalition des Combined Maritime Forces, qui s’attachent à assurer la sécurité maritime dans une large partie de l’océan Indien.

 

Ainsi, le 4 mai 2015, les bâtiments français et australiens, ainsi que le patrouilleur seychellois Constant se sont rejoints au large des côtes seychelloises pour un exercice d’évolution tactique (déplacement en formation), et de sauvetage en mer (Search and Rescue). Ces entraînements, mobilisant notamment les équipes de navigation, de visite, et le personnel médical, ont permis aux marins et aux garde-côtes d’échanger leur savoir-faire pour la prise en charge de blessés en mer et de mesurer leur capacité à effectuer des manœuvres navales coordonnées.

 

Le lendemain, le BCR Var et le HMAS Newcastle ont poursuivi toute la journée leurs entraînements conjoints, mobilisant l’ensemble des deux équipages. Le bâtiment australien a ainsi mis en œuvre son hélicoptère Sea Hawk pour des exercices de transport de charge sous élingue (câble de transport positionné sous l’hélicoptère) et d’hélitreuillage sur la plateforme hélicoptère du Var. Ces manœuvres complexes et exigeantes ont pleinement mobilisé les équipes aviation et sécurité du bâtiment français, leur permettant de confirmer leur bonne préparation opérationnelle.

 

Profitant de cette rencontre à la mer, les équipes de visite australienne et française se sont livrées à des exercices de visites croisées, opérations que les deux bâtiments sont amenés à effectuer dans le cadre du déploiement au sein de la Task Force. En effet, régulièrement, les unités de la CTF 150 conduisent des opérations d’approches et d’interrogations de navires, boutres ou bateaux de pêche. Dans un mode plus offensif, et en conformité avec le droit international, les bâtiments peuvent mettre en œuvre leur équipe de visite afin de réaliser des enquêtes de pavillon sur des navires suspects. Celles-ci peuvent ensuite déboucher sur des mesures plus coercitives en cas de trafic illicite avéré.

 

Ces interactions ont également permis à des membres d’équipage d’embarquer pendant quelques heures sur les bâtiments alliés, leur permettant ainsi d’échanger avec leurs homologues en étant pleinement intégrés à l’équipage. Par ailleurs, d’autres entraînements conjoints ont été menés dans des domaines aussi divers que la plongée ou encore les tirs d’artillerie, contribuant à renforcer l’interopérabilité et la coordination des différents équipages dans ces domaines opérationnelles très techniques.

 

Soulignant le bon niveau de ces échanges, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, a déclaré : « L’efficacité de la CTF 150 repose sur une collaboration étroite entre les marines de la coalition et une parfaite connaissance des procédures communes par les équipages déployés dans la zone d’opération. Les entraînements que nous avons menés sont l’illustration de cette volonté de travailler ensemble. Aucune nation ne peut relever seule les défis auxquels nous devons faire face. C’est unis que nous pouvons agir et assurer ainsi la sécurité maritime dans l’océan Indien ».

 

La CTF 150 est l’une des trois Task Forces de la coalition Combined Maritime Forces (CMF), sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, 30 nations sont engagées dans la coalition, dont 18 participent à la CTF 150, chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics qui lui sont associés dans une partie de l’océan Indien.

photo EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 12:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

19/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 mai 2015, la frégate type La Fayette (FLF) Surcouf a rejoint la Combined Task Force (CTF) 150, en vue de débuter ses opérations de sécurité maritime en mer Rouge et en océan Indien. Le Surcouf sera intégré pendant plusieurs semaines à la Task force, chargée de conduire des missions de lutte contre le terrorisme international et les activités illicites qui lui sont associées (trafic d’armes, trafic de drogue, etc.).

 

La frégate opèrera aux côtés du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, qui embarque actuellement l’état-major du commandant de la force, pour poursuivre l’effort de sécurisation dans sa zone de responsabilité. Celle-ci s’étend sur la partie nord de l’océan Indien, en incluant le golfe d’Oman, la mer d’Arabie et la mer Rouge, représentant ainsi 2,5 millions de nautiques carrés, soit plus de huit fois la surface du territoire français métropolitain. Vitale pour le trafic maritime et le commerce international, cette zone comprend les principales routes maritimes qui relient l’Occident et l’Orient, ainsi que deux détroits internationaux particulièrement importants : Ormuz et Bab-El-Mandeb. La présence permanente de bâtiments de la coalition contribue ainsi à garantir la libre navigation des personnes et des biens.

 

Dans ce cadre, l’équipage du Surcouf pourra être amené à conduire des approches et interrogations sur des boutres et bâtiments de pêche locaux, afin de recueillir des renseignements précieux sur les trafics dont ils peuvent être les témoins. Dans un mode plus offensif, et en conformité avec le droit international, le Surcouf pourra également être appelé à mettre en œuvre son équipe de visite en vue de procéder à des enquêtes de pavillon sur des navires suspects. « Le Surcouf vient d'atteindre la mer Rouge en franchissant le canal de Suez. Nous avons profité du transit depuis Toulon pour parachever notre entrainement, afin d'intégrer la CTF150, avec la plénitude de nos capacités opérationnelles. L'équipage du Surcouf est désormais plus que jamais prêt et impatient de remplir les missions qui l'attendent en mer Rouge et en océan Indien », a déclaré le commandant de la frégate, le capitaine de vaisseau Fraïoli.

 

La France assure le commandement de la CTF150 depuis le 6 avril 2015, et ce pour la neuvième fois depuis sa création en 2001. Le déploiement simultané de deux bâtiments français démontre tout l’intérêt porté par la France à la région de l’océan Indien, définie comme une priorité stratégique du Livre Blanc de la Défense de 2013. Il illustre également la volonté de la France d’apporter sa contribution à la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

 

Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Elle est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition.

photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:55
OEF : le Jean Bart coordonne une opération de lutte contre le narcotrafic

 

 

10/03/2014 Sources : EMA

 

Le 7 mars 2014, une opération conjointe de la frégate anti-aérienne Jean Bart et de la frégate australienne Darwin, avec l’appui d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, a permis d’intercepter un skiff transportant 650 kg de résine de cannabis.

 

Le 7 mars 2014, l’hélicoptère Sea Hawk d’un navire australien de la TF 150, le Darwin, survole un skiff à l’apparence et au comportement suspects. Un avion de patrouille maritime Atlantique 2 présent dans la zone confirme par imagerie les soupçons formulés par l’équipage de l’hélicoptère. La FAA Jean Bart qui assure la coordination de cette action, en informe immédiatement le CTF 150. Ce dernier ordonne au  Darwin, qui patrouille dans la zone concernée, d’intercepter et de procéder à la visite du skiff suspect. L’équipe de visite australienne découvre alors 650 kg de résine de cannabis.

 

Les bâtiments français et australien, ainsi que l’Atlantique 2, ont mis en commun leur connaissance de la zone et la complémentarité de leurs capacités pour établir un dispositif efficace et conduire l’opération avec succès.

 

Dans le cadre de l’opération « Enduring Freedom » (OEF), la frégate antiaérienne Jean Bart est intégrée depuis le début du mois de mars 2014 à la Task Force 150 (TF 150), qui lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman.

Partager cet article

Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:35
CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)

05/08/2013 Sources : EMA

 

Le 1er août 2013, la France a transmis au Pakistan le commandement du volet maritime (TF 150) de l’opération Enduring Freedom (OEF), qu’elle assurait pour la huitième fois  depuis le 14 avril 2013.

 

Le commandement de la TF 150 a été exercé par le capitaine de vaisseau Jean-Michel Martinet, du 14 avril au 1er juillet 2013, puis par le capitaine de vaisseau Hervé Bléjean. Embarqué à bord du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme avec leur état-major, ils ont dirigé et coordonné l’action de 27 bâtiments de 9 nationalités différentes. Le commandement de la CTF 150 est désormais assuré par le Commodore Assif Khaliq, de la marine pakistanaise ainsi que son état-major basé à Manama (Bahreïn) jusqu’en décembre 2013.

 

Au cours de son mandat, le commandement français a assuré une présence dissuasive face à la menace terroriste présente dans la région. De nombreuses enquêtes de pavillons et visites sur des contacts d’intérêts ont ainsi contribué à la connaissance approfondie de la zone permettant à la force d’entretenir un suivi précis. Elles ont permis la saisie et la destruction de plus de 800 kilos d’héroïne et de plus de 6 tonnes de haschish pour un montant estimé de 220 millions de dollars. Elle a également permis de porter assistance à trois boutres en difficulté dans le bassin somalien et le golfe d’Aden, en  prodiguant des soins à leurs équipages et en réparant leur équipement défectueux.

 

Au-delà de cette mission première, le commandement français a renforcé la coopération entre la CTF 150 et les autres Task Forces présentes dans la zone afin de permettre une coordination des moyens visant à accroître leur interopérabilité pour une plus grande efficacité. Le commandement français a aussi pu développer une forte coopération avec certaines nations riveraines pour les rapprocher de la coalition et les impliquer dans les opérations de sécurité maritime dans leur zone de compétence, notamment grâce à des entraînements en mer dont une opération conjointe de sécurisation maritime du détroit de Bal el-Mandeb rassemblant le Yémen, l’Arabie Saoudite et Djibouti. De nombreuses actions ont ainsi été conduites avec ces nations afin de partager leur expérience dans la zone (échanges d’officiers, rédaction de protocole, entraînements conjoints…).

 

Le commandant de la CTF 150 a rencontré les différents acteurs de la sécurité maritime, marines nationales et gardes-côtes, durant chaque escale du BCR Somme et notamment en Arabie Saoudite, Djibouti, Oman, Seychelles et Tanzanie.

 

Durant le mandat de commandement français, 5 bâtiments ont été déployés aux côtés du BCR Somme : la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm de mars à mai 2013, la groupe Jeanne d’arc composée du Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre ainsi que de la FASM Georges Leygues du 5 juillet au 17 juillet 2013 et le groupe de guerre des mines composé de deux chasseurs de mines tripartites (CMT) : le Pégase et le  Sagittaire du 20 avril au 15 juillet 2013.

 

La CTF 150 est la composante maritime de l’opération Enduring Freedom, mise en place au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Sa mission est de lutter contre le terrorisme et ses réseaux de soutien, principalement les trafics d’armes et de drogue dans le nord de l’océan Indien, de la mer Rouge au détroit d’Ormuz. La zone d’opérations couvre une superficie supérieure à celle de l'Europe et notamment des zones de trafic parmi les plus fréquentées au monde tels que les détroits de Bab El Mandeb et d’Ormuz. La CTF 150 fait partie intégrante de la Combined Maritime Force (CMF), force et état-major basés à Bahreïn et regroupant 29 nations.

CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)
CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)
CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)CTF150 : la France passe le relais au Pakistan (01/08/2013)

Partager cet article

Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 17:30
L’équipage du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) TORONTO s’apprête à descendre un radeau chargé des stupéfiants saisis amorcés en vue de leur destruction aux explosifs, dans l’océan Indien, le 24 mai 2013, dans le cadre de l’opération Artemis. Photo Cpl Malcolm Byers, NCSM TORONTO

L’équipage du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) TORONTO s’apprête à descendre un radeau chargé des stupéfiants saisis amorcés en vue de leur destruction aux explosifs, dans l’océan Indien, le 24 mai 2013, dans le cadre de l’opération Artemis. Photo Cpl Malcolm Byers, NCSM TORONTO

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 5 juin 2013)

 

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Toronto a réussi pour la cinquième fois depuis mars à intercepter la livraison d'une cargaison de stupéfiants dans le cadre des opérations antiterroristes en cours dans la mer d'Oman. Il s'agit de loin de la plus importante opération de ce genre.

Le 30 mai, pendant la fouille et l'inspection d'un bateau par l'équipe d'arraisonnement du navire, l'équipage du NCSM Toronto a saisi environ six tonnes de hachisch. La saisie des stupéfiants s'est déroulée sans incident et ceux-ci seront détruits.

« C'est avec grand honneur que je félicite l'équipage du NCSM Toronto, qui a mené avec succès une autre opération d'interdiction dans la mer d'Oman », a déclaré le ministre MacKay, ministre de la Défense nationale. « Par leurs efforts, ils réaffirment la volonté du Canada de veiller à la sécurité des marins qui naviguent légitimement dans la région. »

Il s'agit de la plus importante saisie de hachisch de l'histoire des Forces maritimes combinées. Plutôt ce printemps, le NCSM Toronto a procédé à une des plus importante saisie d'héroïne jamais effectuée en mer.

À ce jour, les membres de l'équipage du NCSM Toronto ont mis la main sur environ 7,3 tonnes de stupéfiants, ce qui équivaut à des millions de dollars en valeur de revente sur le marché noir. Le 29 mars 2013, une importante cargaison de stupéfiants a été interceptée dans l'océan Indien et l'équipe d'arraisonnement du navire a pu saisir environ 500 kilogrammes d'héroïne. De plus, l'équipage a délesté les trafiquants de 317 kilogrammes d'héroïne le 6 mai, de 195 kilogrammes d'héroïne le 10 mai et d'environ 300 kilogrammes d'héroïne le 23 mai.

« Les activités du NCSM Toronto s'inscrivent dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre le terrorisme menée par les Forces maritimes combinées en vue d'assurer la sécurité et la stabilité dans les eaux navigables de sa zone d'opération dans la mer d'Oman et dans l'océan Indien. Nous ne parviendrons à atteindre notre objectif commun, c'est-à-dire assurer la sécurité et la stabilité dans les mers, qu'en poursuivant la coopération et le partage de l'information avec nos forces alliées », a affirmé le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. « Les grands succès remportés, nous les devons à la combinaison des données de renseignements exacts, d'observation et de surveillance étroite, de l'expérience acquise par l'équipage du Toronto pendant son déploiement, ainsi qu'aux connaissances et à la coopération de nos alliés et partenaires. L'équipage du NCSM Toronto et nos partenaires de mission peuvent, à juste titre, être fiers de ces réalisations. »

Le trafic des stupéfiants dans la mer d'Oman et ses environs est une source de financement reconnue pour les groupes terroristes. Les Forces maritimes combinées et la Force opérationnelle multinationale 150 s'activent à tisser des liens et travaillent en étroite collaboration avec les organismes d'application de la loi locaux, régionaux et internationaux au Moyen-Orient, afin de les aider à repérer les navires susceptibles de contrevenir à la loi en mer.

« Je suis extrêmement fier du haut niveau de compétence et de la formidable ténacité dont a fait preuve mon équipage pendant ce déploiement. C'est grâce au travail exceptionnel de toutes les personnes à bord que nous avons pu effectuer ces saisies record de stupéfiants », a expliqué le capitaine de frégate Jeff Hamilton, commandant du NCSM Toronto. « Le Toronto continue de mener des opérations de concert avec ses partenaires de la la Force opérationnelle multinationale 150 en vue de lutter contre le terrorisme à tous les niveaux. Chaque dollar que nous enlevons à ces groupes terroristes contribue à rendre le monde plus sécuritaire. »

Le NCSM Toronto est une frégate canadienne de patrouille basée à Halifax dont l'équipage est d'environ 225 membres et qui comprend le détachement d'un hélicoptère CH-124 Sea King ainsi que celui d'un véhicule aérien sans pilote embarqué.

Le NCSM Toronto participe actuellement à l'opération Artemis, la contribution du Canada à la Force opérationnelle multinationale 150, faisant la lutte au terrorisme dans la mer Rouge, le golfe d'Aden, l'océan Indien et le golfe d'Oman. Au sein de cette force multinationale, le Toronto sillonne les mers aux côtés de ses partenaires de la coalition dans le but de promouvoir la sécurité, la stabilité et la prospérité dans une région s'étendant sur plus de deux millions de milles carrés, où se trouvent certaines des routes maritimes les plus achalandées du monde, reliant l'Extrême-Orient à l'Afrique, l'Europe et l'Amérique du Nord. On compte chaque année plus de 23 000 mouvements de navigation dans cette région et la la Force opérationnelle multinationale 150 est une des trois forces opérationnelles commandées par les Forces maritimes combinées, un partenariat naval auquel participent 29 pays.

 

 

Vous trouverez de plus amples renseignements et des photos aux adresses Internet suivantes :

http://www.cjoc.forces.gc.ca/exp/artemis/index-fra.asp

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/site/01/opartemis/index-fra.asp

Partager cet article

Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 17:35

 

15/04/2013 Sources : EMA - Afghanistan

 

Le dimanche 14 avril 2013, à 08h00, le capitaine de vaisseau Jean-Michel Martinet a pris le commandement de la Task Force 150, à Manama, à Barheïn, pour une durée de 4 mois. Il succède au commodore australien Mac Hardie qui en assurait le commandement depuis le mois de décembre 2012. C’est la huitième fois que la France est à la tête de la TF 150.

 

L’état-major de la TF 150, sous commandement français, est embarqué à bord du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme.

 

L’action de la TF 150 s’inscrit dans le cadre des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies, après les attentats du 11 septembre 2001, pour lutter contre le terrorisme international. La zone opérationnelle s’étend de la mer Rouge au Golfe d’Oman, en passant par le golfe d’Aden et la mer d’Arabie. Elle couvre les façades maritimes de la corne de l’Afrique et du Moyen-Orient, une zone d’intérêt stratégique majeur.

 

Composante maritime de l’opération Enduring freedom (OEF), la TF 150 contribue à une meilleure connaissance des mouvements maritimes de cette zone sensible afin de lutter contre le terrorisme et ses réseaux de soutien dans la région. Les bâtiments militaires de différentes nations, dont au moins un bâtiment français en permanence, participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations d’interdiction maritime.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories