Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:45
Morocco says breaks up another ISIS militant cell

 

15 September 2015 defenceWeb (Reuters)

 

Morocco has broken up another Islamic State terrorist cell.Moroccan authorities said on Monday they had dismantled a militant cell planning to create an Islamic State affiliate, seizing weapons and bomb-making materials in raids on their hideouts. The cell is the latest in a series of radical groups Morocco says it has uncovered. The group was operating in the southern city of Essaouira and the central town of Sidi Allal Al-Bahraoui. At the offices of the Central Bureau of Judicial Investigation (BCIJ), reporters were shown weapons, ammunition, tasers, swords and bomb materials seized from hideouts. BCIJ is the judicial part of the Moroccan domestic intelligence service.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:30
Sur la piste du fief de l’Etat islamique

ISIS Sanctuary: August 13, 2015 - credits ISW

 

15.09.2015 Par Hélène Sallon - Le Monde.fr

 

La région a été surnommée le « Tora Bora irakien », en référence à la zone montagneuse devenue la place-forte des Talibans pendant la bataille d’Afghanistan, lancée en réponse aux attaques perpétrées aux Etats-Unis le 11 septembre 2001. Cette vaste zone désertique à cheval sur la frontière irako-syrienne, de plus de 400 kilomètres de long entre Al-Baaj dans le nord de l’Irak et Routba près de la frontière jordanienne, est le cœur névralgique du territoire de l’organisation Etat islamique (EI). Faite de vallées encaissées traversées de rivières et de collines parsemées de caves, elle offre aux djihadistes un refuge quasi inaccessible.

C’est dans cette zone stratégique, qui comprend les provinces autoproclamées de Ninive, Dijla, Ifrit et Al-Jazira en Irak, Abou Kamal et Deir ez-Zor en Syrie, et plus particulièrement dans la province irakienne de « Furhat », autour d’Al-Baaj, que le haut commandement de l’EI s’est établi. « Depuis le début de l’expansion de Daech [acronyme arabe de l’EI], la province de Furhat est son fief réel . C’est la province la plus importante pour lui car la région est bien protégée », indique l’analyste irakien, Hicham Al-Hachémi, spécialiste de l’EI.

« Abou Bakr Al-Baghdadi et le haut commandement y vivent dans des endroits isolés, peu connus de tous », nous a indiqué M. Al-Hachémi, lors d’un passage à Paris. L’analyste irakien implanté à Bagdad se veut même plus précis et affirme que le calife autoproclamé de l’EI se trouve à Al-Baaj. Le chef de l’EI y serait en convalescence, selon l’expert, qui assure que ce dernier a été blessé dans une frappe de la coalition internationale, en mars 2015.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:56
Syrie : le soldat Hollande s'engage contre le groupe EI

Le président François Hollande a estimé lundi que la France devra mener des frappes aériennes contre le groupe État islamique (EI) en Syrie. - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Le Point.fr (AFP)

 

"Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie", a déclaré le président lors d'une conférence de presse commune avec son homologue du Nigeria Muhammadu Buhari, à Paris.

Il y a une semaine, le chef de l'État avait ordonné à l'armée française de mener des opérations aériennes de renseignement au-dessus de la Syrie comme elle le fait depuis un an en Irak. "Selon les informations que nous recueillerons (...), nous serons prêts à faire des frappes" contre l'EI, avait-il ajouté, tout en excluant une intervention au sol. De premiers vols de reconnaissance ont eu lieu mardi et mercredi derniers.

 

Débat au Parlement mardi

Jusqu'alors, la France s'était interdit d'intervenir militairement en Syrie au motif qu'elle craignait que cela ne serve les intérêts du président syrien Bachar el-Assad dont Paris réclame le départ, le jugeant principal responsable de la guerre en cours dans son pays.

Le Parlement français doit débattre mardi, sans vote, de cet engagement militaire en Syrie. Le président français a également comparé l'EI avec le groupe islamiste Boko Haram, actif dans le nord-est du Nigeria et les pays voisins.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:56
Syrie : le Parlement discute de possibles frappes françaises

Les députés et les sénateurs débattent ce mardi de l'engagement militaire français en Syrie et des frappes aériennes contre le groupe État islamique. - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Lundi, le président de la République a déclaré que les frappes aériennes contre le groupe État islamique étaient nécessaires en Syrie.

 

Députés et sénateurs débattent ce mardi, mais sans voter, de l'engagement militaire français en Syrie et des frappes aériennes contre le groupe État islamique que le président François Hollande a jugées nécessaires lundi. Organisé simultanément à l'Assemblée nationale et au Sénat, le débat doit durer environ deux heures avec une déclaration du Premier ministre Manuel Valls suivie d'une intervention de chaque groupe politique. Mais l'intitulé initial, qui portait sur "des vols de reconnaissance", est modifié après les déclarations du président de la République augurant de prochaines frappes. Il s'agit désormais de "l'engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien". "Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie", a prévenu le chef de l'État lundi soir à Paris, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue du Nigeria Muhammadu Buhari.

Il y a une semaine, François Hollande avait ordonné à l'armée française de mener des opérations aériennes de renseignements au-dessus de la Syrie comme elle le fait depuis un an en Irak, avec à la clé de possibles frappes contre des centres de commandement ou d'entraînement de l'El. La France, avait-il argumenté, veut désormais connaître "ce qui se prépare contre elle et ce qui se fait contre la population syrienne", dans une allusion aux menaces d'attentats sur le territoire hexagonal. Cet "engagement supplémentaire" pour l'armée française est nécessaire car "la donne a changé et nous ne pouvons plus nous permettre de laisser la Syrie, principal repaire de Daesh, demeurer un angle mort de notre politique au Levant", a également dit lundi soir le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour justifier ce changement stratégique. Jusqu'alors, la France s'était interdit d'intervenir militairement en Syrie au motif qu'elle craignait que cela ne serve les intérêts du président syrien Bachar el-Assad dont Paris réclame le départ, le jugeant principal responsable de la guerre en cours dans son pays.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:30
Les forces égyptiennes tuent par erreur des touristes mexicains en pourchassant des djihadistes


14.09.2015 45eNord.ca (AFP)
 

La police et l’armée égyptiennes ont tué dimanche 12 personnes, des touristes mexicains et des Égyptiens, en prenant pour cible par erreur leurs voitures alors qu’elles pourchassaient des djihadistes dans l’ouest de l’Égypte, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

 

Le désert de l’Ouest, très prisé par les touristes, est aussi l’un des repaires de groupes jihadistes, dont la branche égyptienne de l’Etat islamique (EI), qui y avait décapité en août un jeune Croate travaillant pour une compagnie française et commet de nombreux attentats contre les forces de sécurité dans tout le pays.

« Les forces conjointes de la police et de l’armée, qui pourchassaient des terroristes à Wahat, dans le désert occidental, ont ouvert le feu par erreur sur quatre pick-up qui transportaient des touristes mexicains », lit-on dans un communiqué du ministère de l’Intérieur.

« Douze personnes ont été tuées et 10 blessées parmi les touristes mexicains et des Egyptiens » qui les accompagnaient, poursuit le ministère, assurant que les victimes « se trouvaient dans une zone qui n’était pas autorisée aux touristes ».

Le ministère ne précise pas le nombre de Mexicains tués, ni si les voitures ont été atteintes par des tirs d’armes automatiques, d’artillerie ou des bombardements aériens.

Dans l’après-midi, l’EI en Egypte avait affirmé dans un communiqué qu’il avait « résisté à une opération de l’armée dans le désert occidental » dimanche, et « mis en fuite des éléments de l’armée », sans plus de précisions.

Les groupes jihadistes, dont au moins deux assurent être des branches égyptiennes de l’EI –l’Etat islamique en Egypte et Province du Sinaï de l’Etat islamique– revendiquent régulièrement des attentats meurtriers visant les forces de l’ordre, en particulier dans la péninsule désertique du Sinaï, dans l’est, leur principal bastion.

Ces attaques se sont multipliées –y compris en plein coeur du Caire– depuis que l’armée a destitué et arrêté le président islamiste élu Mohamed Morsi le 3 juillet 2013 et que le nouveau pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi réprime dans le sang les partisans du chef de l’Etat déchu.

Des centaines de policiers et soldats ont été tués dans ces attentats et attaques commandos en plus de deux ans. Les jihadistes assuraient dans un premier temps agir en représailles à l’implacable répression qui s’est abattue sur les partisans de M. Morsi depuis sa destitution par M. Sissi, alors chef de la toute puissante armée.

Les forces de sécurité ont, depuis l’été 2013, tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi. Plus de 15.000 partisans de l’ex-président islamiste, des membres de sa confrérie des Frères musulmans pour l’essentiel, ont été emprisonnés. Des centaines –dont M. Morsi lui-même– ont été condamnés à mort en première instance dans des procès de masse expéditifs qualifiés par l’ONU de « sans précédent dans l’Histoire récente » du monde.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:30
RAAF’s Air Task Group Completes First Mission In Syria (12 Jul. 2015)

Night vision image of an F-18A Hornet from Australia's Air Task Group refuelling from a Royal Australian Air Force KC-30A Multi Role Tanker Transport aircraft during the first mission of Operation OKRA to be flown over Syria (AUS DoD photo)

 

Sept 12, 2015 defense-aerospace.com (Source: Australian Department of Defence)

 

The Australian Air Task Group (ATG) completed its first operational mission in Syria overnight, retuning to base in the Middle East without incident.

 

No weapons were released during the mission.

 

The mission provided on-call interdiction and dynamic targeting support as part of the international coalition’s effort to disrupt and degrade Daesh.

 

Two Royal Australian Air Force F/A-18A Hornets, a KC-30A air-to-air refuelling aircraft and E-7A Airborne Early Warning and Control aircraft combined during the mission.

 

ATG Commander, Air Commodore Stu Bellingham said the Hornets searched points of interest for enemy activity in eastern Syria, reporting to the international coalition’s Combined Air Operations Centre through the E-7A aircraft.

 

“Daesh controls a large amount of territory in eastern Syria that serves as a source of recruitment and oil revenues, and as a base from which it continues to launch attacks into Iraq”, Air Commodore Bellingham said.

 

“The Hornets were also prepared for any short notice high priority tasking which could include surveillance and weapons release,” Air Commodore Bellingham said.

 

The KC-30A provided air-to-air refuelling support to the F/A-18A Hornets throughout the mission.

 

The ATG is part of Operation OKRA, the Australian Defence Force’s contribution to the international effort to combat the Daesh terrorist threat in Iraq and Syria.

 

The Australian ATG will continue to plan and conduct air strikes against Daesh in Iraq and Syria as part of coalition strike operations aimed at disrupting and degrading Daesh strongholds.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:30
Inherent Resolve SITREP September 13, 2015 – CJTF-OIR

 

September 13, 2015 by CJTF-OIR Release # 20150913

 

Military Airstrikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

On Sep. 12, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted seven airstrikes using attack, bomber, fighter and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 18 airstrikes coordinated with the government of Iraq using attack, bomber, fighter, fighter-attack and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hawl, two airstrikes destroyed seven ISIL fighting positions and an ISIL tank.

• Near Ar Raqqah, one airstrike struck an ISIL tactical unit.

• Near Kobani, one airstrike destroyed an ISIL artillery piece.

• Near Mar’a, three airstrikes struck an ISIL staging facility and destroyed four ISIL buildings an ISIL artillery piece and an ISIL weapons cache.

 

Iraq

• Near Bayji, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL building.

• Near Fallujah, six airstrikes struck two ISIL VBIED facilities, two ISIL weapons caches, an ISIL command and control facility and an ISIL staging area.

• Near Kisik, one airstrike struck an ISIL tactical unit and an ISIL truck.

• Near Mosul, three airstrikes struck an ISIL tactical unit, an ISIL mortar firing position an ISIL rocket firing position and destroyed an ISIL heavy machine gun and an ISIL fighting position.

• Near Ramadi, three airstrikes struck three ISIL tactical units and destroyed two ISIL fighting positions, two ISIL buildings and an ISIL homemade explosives cache.

• Near Sinjar, two airstrikes struck two ISIL tactical units and destroyed two ISIL fighting positions.

• Near Tuz, two airstrikes struck an ISIL tactical unit and destroyed two ISIL vehicles and an ISIL bunker.

 

Airstrike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted airstrikes in Iraq include Australia, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom and United States. Coalition nations which have conducted airstrikes in Syria include Bahrain, Canada, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates and the U.S.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

11.09.2015 photo Armée de l'Air

reportage photos

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:30
Le business model de l’Etat Islamique

 

12.09.2015 par Michel Santi, économiste

 

L’Etat Islamique (EI) serait-il sur le point de monter sa banque? De fait, mettant ses pas dans ceux des autres organisations terroristes, l’EI tente de se doter des attributs d’un véritable Etat afin d’envoyer un message à ses sympathisants situés hors de Syrie et d’Iraq selon lequel il est désormais en mesure de leur fournir du travail et d’assurer leur subsistance. L’EI diffuse en effet une propagande consistant à faire croire à ses futurs ressortissants que les villes sous son contrôle sont désormais gérées par d’anciens fonctionnaires iraquiens et syriens ayant été embauchés à cet effet. Il est vrai que des sources fiables font état de professionnels de la finance (issus des pays arabes et d’Afrique du Nord) ayant été enrôlés par l’EI afin de lui monter sa banque centrale, elle même censée imprimer un jour prochain sa monnaie nationale. Bref, l’EI est en quête de reconnaissance et tente d’asseoir sa légitimité sur un budget qui devrait atteindre 2 milliards de dollars cette année censé assurer les besoins vitaux de ses citoyens en matière d’éducation, de santé, d’aides sociales envers les plus démunis et de travaux de construction et d’infrastructures.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 07:30
Inherent Resolve - flight operations aboard the aircraft carrier USS Theodore Roosevelt


ARABIAN GULF (September 10, 2015) U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Anna Van Nuys/Released

 

Two F/A-18C Hornets, assigned to the Thunderbolts of Marine Srike Fighter Squadron (VMFA) 251, fly overhead during flight operations aboard the aircraft carrier USS Theodore Roosevelt (CVN 71). Theodore Roosevelt is deployed in the U.S. 5th Fleet area of operations supporting Operation Inherent Resolve, strike operations in Iraq and Syria as directed, maritime security operations and theater security cooperation efforts in the region.

 

See more pictures : Today on TR (September 14, 2015)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:30
photo Defensie.be.

photo Defensie.be.

 

12 septembre 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le ministre belge de la Défense Steven Vandeput s’est dit samedi « prêt » à envoyer des soldats sur le terrain en Syrie, mais seulement dans le cadre de « missions de suivi » au sein d’une coalition internationale.

 

La Belgique a déjà participé ces derniers mois à des opérations aériennes contre l’organisation djihadiste État islamique (EI) en Irak avec la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

 

« Si une coalition similaire est créée en Syrie, nous ne pouvons pas rester sur la ligne de touche », a expliqué M. Vanderput dans un entretien au quotidien flamand De Morgen.

 

« Il n’y a pas d’autres solutions, à terme, que de déployer des troupes pour rétablir la paix. Autrement, une action militaire n’a que peu de sens », estime le ministre belge.

 

« Il faut d’abord rétablir le calme en Syrie, et ensuite rester sur place pour le protéger », ajoute-t-il, en référence à la situation chaotique en Libye.

 

« Nous n’allons pas jouer les Rambo, mais si des conditions claires sont établies, je suis prêt à envoyer des troupes belges au sol en Syrie », affirme M. Vanderput en soulignant toutefois qu’il s’agirait de « missions de suivi », comme la surveillance de camps, ce que l’armée belge fait déjà au Mali.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 16:30
Russia to Continue Delivering Military Equipment to Syria

Sergei Lavrov said Russia will continue delivering military equipment to Syria to provide it with the needed defense capabilities.photo Sputnik/ Dmitriy Vinogradov

 

11.09.2015 sputniknews.com

 

MOSCOW (Sputnik) – Russia will continue delivering military equipment to Syria to provide it with the needed defense capabilities, Russian Foreign Minister Sergei Lavrov said Friday.

 

"I can say yet again that our military personnel is there to service Russian equipment, to help the Syrian army use this equipment… And we will continue to deliver this equipment to the Syrian government to ensure it has the needed defense capabilities to confront the terrorist threat," Lavrov told reporters.

 

The minister underlined that Russia is not supporting Syrian president Bashar Assad, but rather Damascus' fight against the Islamic State. He also called on participants of the international coalition against the extremist group to cooperate with the Syrian army.

 

"It is necessary, of course, to interact with the ground forces, and the most efficient and powerful ground force fighting the Islamic State is the Syrian army. But coordination is needed to prevent various incidents as well," Lavrov said.

 

Syria has been mired in a civil war since 2011, as government forces loyal to Assad fight several opposition and radical Islamist militant groups, including the Nusra Front and Islamic State (ISIL).

 

Since the beginning of the Syria civil war, the United States and some of its allies have supported the moderate Syrian opposition while calling for Assad's resignation, while Russia recognized Assad as the only legitimate Syrian authority.

 

Russia has been providing Syria with humanitarian aid and military equipment.

 

On Thursday, Kremlin spokesman Dmitry Peskov stated that Russia had been providing aid to the Syrian army because it believed this was the only force capable of confronting the Islamic State jihadist group in the country.

 

On that same day, the Russian Foreign Ministry said Russia have been carrying out weapons deliveries to Syria according legitimate contracts that did not violate international laws.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 14:30
photo RAAF

photo RAAF

 

11 September 2015 airforce-technology.com

 

The Government of Australia has decided to extend its air strikes against Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) into Syria, marking the next phase of the country's contribution to the international coalition effort.

 

According to the government, the decision comes as a response to Iraq's request for international assistance to strike ISIL (Daesh) strongholds, and a formal request from the US Government.

 

According to Australian Prime Minister Tony Abbott, the new military development was 'very much in Australia's national interest,' The Guardian reported.

 

Abbott was quoted as saying: "We cannot defeat Daesh in Iraq without defeating Daesh in Syria, too.

 

"I emphasise that our aircraft will be targeting Daesh, not the Assad regime, evil though it is."

 

The latest decision is expected to help protect Iraq and its people from Daesh attacks inside Iraq and from across the border in Syria, the Australian Government stated.

 

With this decision, Australia will join with countries including the US, Canada, France, Arab countries and Turkey in Syria to fight against ISIL.

 

Australia's Air Task Group that deployed to the Middle East region comprises six F/A-18 Hornet aircraft, a KC-30A Multi-Role Tanker Transport and an E-7A Wedgetail Airborne Early Warning and Control aircraft.

 

The decision to expand air operations comes days after France announced its plan to launch airstrikes against ISIL in Syria. France also said that the country would extend the mission to begin airstrikes later.

 

As part of this development, the French Air Force's two Rafale fighter aircraft recently performed more than six hours of flight over Syria, marking the country's first intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) mission.

 

A statement from the French Air Force stated that the mission allowed them to gather intelligence on the ISIL.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 11:30
Syrie. En cas de raid aérien, la France invoquera la légitime défense

" Si des bombardements aériens sont ordonnés par François Hollande, ils s'effectueront « sur la base de la légitime défense " a expliqué Laurent Fabius mercredi. - photo EMA / Armée de l'Air

 

10 Septembre ouest-france.fr

 

Comme l'ont déjà fait les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, la France invoquera la légitime défense si elle décide de mener des raids aériens en Syrie.

 

Alors que des vols de reconnaissance de l'armée de l'Air française viennent de commencer au-dessus des régions tenues en Syrie par le groupe Etat islamique, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a expliqué mercredi soir devant des étudiants que si des bombardements aériens sont ordonnés par François Hollande, ils s'effectueront « sur la base de l'article 51 de la charte des Nations unies, c'est-à-dire la légitime défense ».

« Dès lors qu'il est avéré qu'à partir du territoire syrien, qui n'est pas entièrement contrôlé par le gouvernement syrien (...) des forces de Daech (acronyme de l'État islamique) menacent des intérêts français, à la fois à l'extérieur et en France, nous sommes parfaitement légitimes à nous défendre », a-t-il insisté.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 07:30
Chammal : Point de situation au 10 septembre

 

10/09/2015 Sources : État-major des armées

 

La semaine a été marquée par l’extension de la zone d’opérations des forces armées françaises engagées au Levant jusqu’à la Syrie, avec le survol des zones contrôlées par Daech. Le 8 septembre 2015, au lendemain de l’annonce du Président de la République, une patrouille de Rafale a conduit une première mission de reconnaissance (missions ISR – Intelligence, surveillance et reconnaissance) depuis le golfe arabo-persique. Une deuxième a été réalisée le 9 septembre par un avion de patrouille maritime Atlantique2 de la Marine nationale.

 

L’objectif de ces missions aériennes consiste à acquérir du renseignement sur le groupe terroriste Daech et à renforcer notre capacité d’appréciation autonome de la situation dans les zones survolées. Elles sont conduites en coordination avec la coalition et en complément des actions déjà menées par cette dernière en Syrie. La coordination des vols est assurée depuis le centre des opérations aériennes (CAOC) de la coalition situé à Al Udeid, au Qatar. Ces missions aériennes s’inscrivent dans la continuité de celles menées depuis septembre 2014 dans le cadre de l’opération Chammal, sans entraîner de changement de la composition de la force.

 

L'activité aérienne hebdomadaire des avions de Chammal en Irak et en Syrie s'est traduite par 20 missions, dont 5 missions ISR. Cinq frappes ont abouti à la destruction de 7 objectifs dans les régions de Fallujah, Mossoul et Sinjar : des bâtiments, véhicules et barges fluviales du groupe terroriste Daech.

 

En Irak, dans le secteur de Bagdad, le détachement conseil et assistance a effectué des stages de topographie, lutte contre les engins explosifs improvisés et de secourisme au combat, tout en poursuivant la formation et l’accompagnement des officiers de l’état-major de la 6th Infantry Division. Le Détachement d’instruction opérationnel (DIO) 13 termine le 10 septembre 2015 une formation en techniques commando et un stage "formateur des formateurs", commencés fin juillet 2015, au profit des militaires de l’ICTS, l’Iraqi Counter-Terrorism Service. Un stage de lutte contre les engins explosifs, commencé en août 2015, se termine en début de semaine prochaine.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 10:30
photo EMA / Armée de l"Air

photo EMA / Armée de l"Air

 

09/09/2015 Sources : EMA/Com

 

Affecté en métropole dans une unité d’intervention parachutiste de l’armée de l’air, le sergent-chef Jérémy est maître-chien. Son partenaire inséparable, Ice, jeune malinois d’à peine deux ans, l’accompagne depuis plusieurs semaines en mission sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal. Cet aviateur nous présente son quotidien sur le théâtre, ce qui fait la force de son équipe cynotechnique.

 

L’équipe cynotechnique contribue à la protection des installations et des personnels sur le théâtre d’opération. « Sur la base aérienne projetée (BAP), notre mission principale est la recherche d’explosifs aux points les plus sensibles, explique le sergent-chef Jérémy. Chaque véhicule qui entre sur le camp est minutieusement examiné ». Objectif : dissuader, détecter et neutraliser tout acte de malveillance. Contrairement à son maître, qui compte déjà plus de dix ans dans l’armée de l’air et plusieurs opérations extérieures au Tchad, en Afghanistan ou au Mali, c’est la première fois qu’Ice participe à une opération extérieure. « Les conditions climatiques ici sont plus difficiles qu’en métropole, et ma priorité c’est la santé de mon chien », témoigne le sous-officier.  Le rôle du maître-chien est donc très important et il est essentiel de connaître parfaitement l’animal et ses limites. « Ici, Ice découvre des choses différentes de ce qu’il voit en France, il continue à développer ses aptitudes, tout en assurant pleinement la mission, et c’est très formateur pour lui ». La journée commence par une promenade matinale et un peu de détente pour le chien. Le maître entraîne l’animal à la manière d’un sportif, de préférence tôt le matin ou le soir, lorsque les températures sont moins élevées. Au coup de sifflet bref, et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, le binôme doit être prêt à intervenir.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

09/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 9 septembre 2015, une nouvelle mission de survol de la Syrie a été réalisée par un équipage d’Atlantique 2, en vue d’acquérir du renseignement sur le groupe terroriste Daech et renforcer la capacité d’appréciation autonome de la situation de la France.

 

Tous les capteurs embarqués dans l’avion de la Marine Nationale ont été utilisés pour cette mission : caméra infra-rouge jour et nuit, appareils photo à grosse focale et forte résolution et moyens de veille électronique et électromagnétique.

 

L’ATL2 peut accueillir un équipage allant jusqu'à 17 personnes qui se répartissent l'utilisation des moyens embarqués. Les différents opérateurs en guerre électronique, détecteurs acousticiens ou navigateurs aériens, contrôleurs avancés, mécaniciens de bord et interprétateurs photo travaillent ainsi pendant toute la mission sous les ordres du commandant de bord, pour récupérer, analyser et transmettre toutes les données reçues en imagerie (IMINT) ou en électromagnétique (ELINT).

 

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:30
RAF Reaper strike on ISIL boat 2 September 2015


8 sept. 2015 Defence HQ

 

An RAF Reaper attacks ISIL boat loaded with hundreds of mortar and rocket rounds.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:30
Les F-16IQ de la Force Aérienne Irakienne effectuent leurs premières frappes aériennes

 

8 Septembre 2015 defens'aero

 

Après une livraison reportée en raison de l'instabilité de l'Irak et leurs arrivées le 15 Juillet 2015 sur la base aérienne de Balad, dans le centre du pays, les premiers F-16IQ de la Force Aérienne Irakienne (Al Quwwat al Jawwiya al Iraqiya) ont effectué leurs premières frappes aériennes contre des positions de l'Organisation Etat Islamique.

En effet, selon les déclarations du commandant de la Force Aérienne Irakienne M. Anwar Hama Amin, et comme le rappelle le très sérieux blog AeroHisto, les premières missions aériennes se sont déroulées le Mercredi 02 Septembre 2015 dans le Nord de l'Irak, et plus précisément dans les provinces de Kirkouk et de Salaheddin.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:30
photo SOFREP

photo SOFREP

 

September 4, 2015 SOFREP

According to a September 1, 2015, story in the Washington Post that should surprise no one with even a passing knowledge of U.S. counterterrorism efforts over the last fifteen years, it appears the Central Intelligence Agency (CIA) and the military’s Joint Special Operations Command (JSOC) are using unmanned aerial vehicles to target and kill Syrian-based leaders of the Islamic terrorist group Islamic State (ISIS, also known as ISIL and IS).

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:32
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08.09.2015 Par Nathalie Guibert - lemonde.fr

 

Deux avions Rafale équipés d’appareils photo et vidéo ont effectué mardi 8 septembre un premier vol de reconnaissance au-dessus de la Syrie, a annoncé le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, conformément aux annonces de François Hollande dans sa conférence de presse de rentrée, lundi. Un avion C-135 ravitailleur français a également participé à cette mission afin de fournir du carburant aux avions.

 

Alors que d’autres vols de reconnaissance sont prévus pour les prochains jours, le président français a annoncé lundi que, dans un second temps, « selon les informations recueillies, le renseignement collecté, nous serons prêts à faire des frappes » contre l’Etat islamique (EI). Le chef de l’Etat a avancé la légitime défense pour expliquer ce virage de la stratégie française, qui avait refusé jusqu’à présent de procéder à des bombardements en Syrie :

 

« C’est depuis la Syrie que sont organisées les attaques contre plusieurs pays, notamment le nôtre. »

 

Seront visés les centres de commandement, les camps d’entraînement et la logistique de l’organisation terroriste ; ce que les militaires nomment les « centres de gravité » de l’adversaire. Selon la défense, il ne s’agira pas d’une « campagne de frappes massive », mais de coups ciblés. En dévoilant ces orientations, M. Hollande a rejeté toute intervention au sol. Ecartée depuis le début de la guerre par les puissances occidentales parties prenantes du conflit, elle forme un projet « inconséquent et irréaliste », a tranché le président à l’adresse des personnalités de la droite française qui la réclament.

 

Lire aussi : François Hollande ouvre la voie à des bombardements en Syrie contre l’Etat islamique

 

La décision présidentielle revient à étendre l’opération « Chammal », menée depuis un an en Irak, en intégrant davantage la coalition dirigée par les Etats-Unis. Les Rafale basés aux Emirats arabes unis vont mener ces premières missions, les Mirage 2000 stationnés en Jordanie étant certes plus proches, mais réservés à l’attaque. Il n’est pas annoncé pour l’heure de moyens supplémentaires, dont l’armée de l’air, déjà engagée au maximum de ses capacités en France et à l’étranger, serait bien en peine de disposer. Quelque 800 militaires sont ainsi déployés pour Chammal, dans les opérations aériennes et les missions de conseil de l’armée irakienne et des peshmergas (combattants kurdes). Une soixantaine de spécialistes sont incorporés dans les états-majors de la coalition, à Tempa (Floride), au Koweït, à Bagdad, et surtout au quartier général des opérations aériennes d’Al-Udeid, au Qatar. En Irak, la France a mené quelque 200 raids aériens, soit 5 % du total, depuis septembre 2014.

 

«  Autonomie de décision et d’action »

 

« En Syrie, nous voulons connaître ce qui se prépare contre nous. » M. Hollande a admis que la participation actuelle de la France à la coalition internationale ne lui permettait pas de disposer du renseignement nécessaire. C’est pour ­conserver la sacro-sainte « autonomie de décision et d’action » française et, demain, espérer peser dans le règlement de la crise syrienne, que Paris veut s’investir davantage en Syrie. Le premier objectif des opérations de reconnaissance sera de mettre à jour la cartographie du conflit syrien, que Paris avait réalisée entre 2012 et 2013 avec ses alliés américains et britanniques quand il s’agissait de préparer des frappes contre les armes chimiques de Bachar Al-Assad. Puis il s’agira de pouvoir discuter des cibles, dans les « boîtes » et les « corridors » aériens attribués aux avions de chasse français par l’état-major de la coalition.

 

Le président français a affirmé qu’il faisait « des choix ». Dans ce volet militaire, le choix consiste à toucher un ennemi prioritaire quand, hier, Paris en visait deux sans discrimination, le groupe djihadiste et le régime syrien : en se joignant à la campagne contre l’EI dans le ciel souverain de la Syrie, M. Hollande s’inscrit ainsi dans une coordination de fait scellée entre les forces américaines et celles de Damas. Pour que les Rafale puissent voler, il faut qu’un accord avec M. Assad – armé par la Russie – garantisse que ses très performants missiles sol-air ne tirent pas, ou, solution alternative, que les Etats-Unis ouvrent chacune des missions françaises avec des systèmes de brouillage dont ne disposent pas les Français. Les MiG syriens ne seront pas des cibles s’ils ne menacent pas les appareils de la coalition. En clair, chacun devra éviter la confrontation s’il veut marquer des points face à l’EI.

 

Lire le point de vue : « Une opération terrestre s’impose au Moyen-Orient »

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 14:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Les premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie ont débuté le 8 septembre 2015.

 

C’est une patrouille de Rafale qui a décollé depuis son terrain de stationnement dans le golfe arabo-persique pour effectuer la première mission « ISR » au-dessus du territoire syrien. La mission du 8 septembre a duré plus de 6h30 ce qui a été rendu possible grâce au concours d’un avion ravitailleur C 135. Avec leurs pods "RECO NG" accrochés sous l'appareil et permettant la prise de vue à grande vitesse de jour comme de nuit et la surveillance vidéo, les Rafale ont pu acquérir du renseignement sur le groupe terroriste Daech et renforcer la capacité d’appréciation autonome de la situation de la France. Ces missions aériennes sont réalisées dans le cadre de l’opération de la coalition contre DAECH qui mène la mission Inherent Resolve. Elles viennent en complément des vols de l'opération française Chammal sur l'Irak. A l’instar des vols conduits en Irak, les vols français sont intégrés dans l'Air Task Order, le plan de vol de tous les avions de la coalition, élaboré au CAOC (1) d'Al Udeid au Qatar, où sont déployés des militaires français de l'opération Chammal.

 

Suite de l’article

 

(1) CAOC : Combined Air Operation Centre, centre interalliés des opérations aériennes

photo EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 16:30
Syrie: l'EI s'empare d'une partie d'un champ pétrolier

 

07 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) s'est emparé d'une vaste partie du champ pétrolier de Jazal, l'un des derniers aux mains du régime, générant un arrêt de la production, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme lundi.

 

L'EI a pris des pans du champ - situé à une vingtaine de km au nord-ouest de Palmyre - mais le régime l'empêche toujours de se saisir du reste, a dit à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

 

L'avancée des jihadistes dans ce champ - qu'ils avaient déjà pris et perdu en juin - a entraîné l'arrêt de la production, les employés s'enfuyant à mesure que les combats se rapprochaient, selon lui.

 

L'EI a affirmé dans un communiqué sur Twitter avoir libéré la ville de Jazal, une information confirmée par l'OSDH.

 

Le champ produisait avant la guerre environ 2.500 barils par jour (bpj), et était le dernier grand champ de Syrie encore aux mains du régime, selon M. Abdel Rahmane.

 

La production de pétrole en Syrie a plongé depuis le début de la guerre, en mars 2011. Fin 2014, elle avait chuté à 9.329 bpj contre 380.000 avant le conflit.

 

L'EI a saisi un grand nombre de champs pétroliers, notamment dans la province orientale de Deir Ezzor.

 

Le régime a cependant accès au brut pompé par les forces kurdes qui contrôlent le grand champ de Rmeilan au nord-est et y raffinent du brut.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 16:20
Un Polaris et deux avions de chasse CF-18. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un Polaris et deux avions de chasse CF-18. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

 

5 septembre 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Un avion de ravitaillement canadien en pleine mission contre le groupe armé État islamique durant l’Opération IMPACT a transmis sa position en vol durant plusieurs heures, selon des données du site de suivi de vols Flightradar24.

 

Les avions civils et militaires du monde entier utilisent un système appelé Automatic dependent surveillance-broadcast (ADS-B), qui permet à un avion de déterminer sa position par un système de positionnement par satellite et envoie périodiquement cette position et d’autres informations aux stations sol et aux autres appareils équipés de l’ADS-B évoluant dans la zone.

Or, durant une mission, un des avions de la Force opérationnelle aérienne en Irak n’a pas éteint son système ADS-B, révélant ainsi sa position durant plusieurs heures.

 

source Flightradar24

source Flightradar24

Ainsi, le vol nommé HOSER 15 est apparu sur le site Flightradar24, identifiant l’avion comme étant un A310-CC-150 de l’Aviation royale canadienne dans le ciel de l’Irak au-dessus de territoires contrôlés par l’EI.

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, le ministère de la Défense nationale a confirmé l’incident, indiquant qu’il s’agissait d’une erreur des pilotes.

«Dans ce cas précis, l’équipage a choisi à tort le mauvais mode de transpondeur» précise la réponse du MDN. «Ils ont été mis au courant de cette situation et des mesures correctives ont été prises. Dans ce cas, il est estimé que l’avion et l’équipage n’ont pas été exposés à une menace supplémentaire».

On peut voir dans le tracé de l’avion que l’équipage a tourné en rond durant un long moment à l’ouest de Mossoul et de Baiji. Les ravitailleurs effectuent des cercles lorsqu’ils sont en train de ravitailler des appareils, tels des CF-18.

Le ministère précise que c’est une «procédure d’opération standard pour les aéronefs des Forces armées canadiennes dans l’espace aérien irakien d’utiliser les transpondeurs, [et]dans certaines circonstances, de se coordonner avec les avions de la coalition et les services de contrôle de la circulation aérienne irakiens. Pour assurer le succès de la mission et pour la sécurité du personnel des FAC, aucune information supplémentaire ne sera fournie pour le moment».

D’autres avions de la coalition ont commis la même erreur depuis le début de la lutte contre le groupe armé État islamique. On peut ainsi retrouver facilement des traces des vols de la Royal Air Force et de l’US Air Force. Certaines missions menées par les forces spéciales américaines à l’aide d’avions peuvent aussi être retracées.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 09:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

03/09/2015 Sources : État-major des armées

 

La ligne de front entre Daech et les forces de sécurité intérieures reste stable en Irak.

 

Les avions de l'opération Chammal, patrouilleur maritime Atlantique 2, Mirage 2000 D&N et Rafale, ont réalisé cette semaine 18 missions, avec un effort dans la région de Kirkouk et de Baïji. Les missions de reconnaissance armée ont abouti à plusieurs frappes visant des forces du groupe terroriste Daech qui harcelaient les forces de sécurité irakiennes.

 

À l'occasion d'une de ces missions de renseignement, l'avion de patrouille maritime Atlantique 2 a exécuté sa 100ème mission, tous types confondus, depuis le début de l'opération Chammal.

 

En Irak, dans le secteur de Bagdad, le détachement d’instruction opérationnel français poursuit un stage de 8 semaines de formation aux techniques « commando » auprès des militaires de l’ICTS, l’Iraqi Counter-Terrorism Service. De son côté, le détachement conseil et assistance continue sa formation au profit des officiers de l’état-major de la 6th Infantry Division et a participé à la mise en place et au suivi de stages de secourisme au combat et de lutte contre les engins explosifs improvisés.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories