Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

1 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Lorsqu’une embarcation suspecte s’approche d’un peu trop près, un destroyer américain vient s’interposer entre elle et le porte-avions français, au beau milieu du Golfe. Rapidement, la menace s’éloigne.

 

Au même titre que la frégate française Chevalier Paul, le USS Mitscher participe au « bouclier » déployé autour du Charles de Gaulle qui, depuis le 23 février, envoie ses Rafale et Super Etendard frapper le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Le USS Mitscher relève certes du porte-avions américain USS Carl Vinson, stationné juste à côté. Mais quand il vient prêter main forte au Charles de Gaulle, il reçoit ses ordres de l’amiral Eric Chaperon, à la tête du groupe aéronaval français.

« La coopération (entre porte-avions français et américain) a atteint un niveau inégalé », relève le capitaine de vaisseau Christophe, qui dirige l’état-major embarqué sur le Charles de Gaulle.

Après plusieurs semaines d’entraînement l’an dernier dans les mêmes eaux (opération Bois Belleau), les deux marines travaillent en « intégré », sous commandement opérationnel américain, et non plus « l’une à côté de l’autre », explique l’officier, qui n’en dira pas plus sur son identité, en raison des strictes consignes d’anonymat en opérations.

« On peut mutualiser les escortes, le soutien logistique. Notre pétrolier va ainsi ravitailler les bâtiments américains. Et nous on reçoit (de l’approvisionnement) grâce au Cod », précise-t-il.

Deux fois par semaine, un avion Cod (ou Greyhound) de l’US Navy fait le lien entre le porte-avions français et Bahreïn, ramenant courrier, fret et passagers, là où le pétrolier La Meuse ne va à quai que toutes les deux semaines environ pour le ravitaillement en vivres et carburant.

Pour la Marine française, qui ne peut que pâlir d’envie devant les moyens de son homologue américaine, cette mutualisation est tout bénéfice. En contrepartie, elle met à disposition douze Rafale et neuf Super Etendard pour les opérations de la coalition internationale en Irak.

 

La cuisine française, une arme

Concrètement, la campagne de frappes contre le groupe EI est planifiée au Centre des opérations aériennes (CAOC – Combined Air Operations Center) de l’armée américaine au Qatar, où sont présents des officiers de liaison français.

Sur mer, les porte-avions français et américain communiquent en direct par visioconférence. Un officier américain est aussi détaché auprès de l’amiral Eric Chaperon sur le Charles de Gaulle.

« J’ai été amené ici pour aider à comprendre comment ce porte-avions peut travailler mains dans la mains avec un porte-avions américain », explique Patrick, lui-même pilote de Growler, un avion de guerre électronique, dans l’US Navy.

Avec des porte-avions de même nature, à propulsion nucléaire, et des missions identiques de frappes en Irak, la coordination est, selon lui, « très facile ». La principale différence qu’il ait pu observer tient plutôt à la taille des porte-avions américains, deux fois plus grands et dix fois plus nombreux à la surface des mers.

Une autre différence notable se situerait plutôt du côté des… cuisines. « Ah la nourriture est bien meilleure ici! », lâche sans hésiter l’officier. « J’ai entendu un amiral américain dire, après avoir mangé à bord : +La cuisine française est une arme !+. Il a raison ».

Et la baguette française cuite à bord du Charles de Gaulle fait toujours son petit effet sur les équipages de Greyhound qui la ramènent tel un trophée à terre.

Bénéficiaire d’un échange d’officiers, Tiphany, 29 ans, a été intégrée à un équipage français de Hawkeye (Oeil de faucon), l’avion de surveillance stationné sur le Charles de Gaulle.

« La plus grande surprise pour moi, c’était de découvrir que les toilettes sont mixtes. Sur un porte-avions américain, elles ne le sont jamais », raconte-t-elle. « Et même si c’est très réglementé, ici vous pouvez boire deux bières par jour là où chez nous ce serait plutôt une fois tous les deux mois! », s’amuse-t-elle.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 08:35
Japan and the ‘Counter-Pivot’

 

By

 

With the U.S. increasingly engaged elsewhere, should Japan do more for regional security itself?

 

The U.S. pivot (or rebalance) towards Asia is America’s “I’m back” moment and a warning to China (to paraphrase The Terminator’s “I’ll be back” message). For Japanese who fear Chinese expansionism it is a welcome development. But there is now a risk of a counter-pivot. A full-scale war with Russia is unlikely. But the invasion of Ukraine, combined with European disunity, vacillation, and weakness, ensures that Washington will focus more on NATO’s eastern borders in the coming months and probably years.

 

Read full article

 

* Robert Dujarric is Director, Institute of Contemporary Asian Studies, Temple University Japan, robertdujarric@gmail.com

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
French planes on Gulf-based carrier make first strikes (25 Feb.)

 

Feb 25, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Aboard The Charles De Gaulle - French warplanes from an aircraft carrier in the Gulf carried out their first strikes Wednesday since the warship joined the fight against jihadists in Iraq this week.

 

"We hit a training base for Daesh in the west of Iraq," said Marc Gander, communications advisor to Vice-Admiral Eric Chaperon, commander of the warship's battle group.

 

He used an Arabic acronym to refer to the Islamic State jihadist group.

 

The target was "close to the borders with Syria, at Abu Qaim," said Gander.

 

One of the four Rafale fighter jets that took off on Wednesday morning returned having released all four of its guided missiles while another dropped two, an AFP photographer said.

 

The two pilots shook hands after stepping down from their planes.

 

French warplanes have formed part of the US-led coalition carrying out raids against IS jihadists in Iraq for several months.

 

But the Charles de Gaulle only began operations against the Islamic State group in Iraq on Monday, stepping up France's campaign seven weeks after deadly jihadist attacks in Paris.

 

The carrier's 12 Rafale jets and nine Super Etendard add to France's nine Rafales based in the United Arab Emirates and six Mirage 2000Ds flying out of Jordan.

 

The carrier will be operational in the Gulf for eight weeks.

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
Fighting IS not a priority for Turkey: US spy chief

 

Feb 26, 2015 Spacewar.com

 

Washington  - Turkey does not place a high priority on fighting Islamic State jihadists and as a result foreign fighters are able to travel through the country into Syria, US intelligence chief James Clapper said Thursday. Asked if he was optimistic that Turkey would take a more active role in the war against the IS group, Clapper told senators: "No, I'm not." "I think Turkey has other priorities and other interests," he told the Senate Armed Services Committee. The Turkish government was more concerned with Kurdish opposition and the country's economy, the director of national intelligence said. "Public opinion polls show in Turkey they don't see ISIL as a primary threat," said Clapper, using an alternative acronym for the extremists. The effect of Turkey's approach was to allow a "permissive" climate for foreign recruits heading to Syria to take arms for the IS group, he said. "And of course, the consequence of that is a permissive environment... because of their laws and the ability of people to travel through Turkey en route to Syria," Clapper said. "So somewhere in the neighborhood of 60 percent of those foreign fighters find their way to Syria through Turkey." The spy chief said some other governments in the Middle East have been reluctant to join the US-led coalition against the IS group because of Washington's reluctance to directly confront the Syrian President Bashar al-Assad's regime. But the "brutal savagery" of the IS militants, including the beheadings of hostages and the immolation of a captured Jordanian fighter pilot, "have had a galvanizing effect on opinion in the Mideast region," he said. There was more willingness to cooperate with the United States in the war effort, with some countries now sharing intelligence with Washington, he said.

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
Anti-IS mission puts hardened French pilot on new flight path (25 Feb.)

 

Feb 25, 2015 By Valérie Leroux Aboard The Charles De Gaulle (AFP)

 

After having flown missions over Afghanistan and Libya, French Rafale fighter pilot "Sharpy" now faces fresh challenges on his new assignment against the Islamic State jihadist group in Iraq.

 

"We are well-trained, we know all the procedures but you still need to get used to the territory," he said after landing his fighter on the carrier Charles de Gaulle following a nighttime sortie.

 

French warplanes have formed part of the US-led coalition carrying out raids against IS jihadists in Iraq for several months.

 

As in Afghanistan, the enemy is extremely mobile and often elusive.

 

IS fighters embed in towns among the general population, complicating air strikes and attempts by Iraqi forces to retake territory seized by the extremists.

 

But unlike in previous conflicts, where air power supported an extensive troop presence, "we have very few people on the ground" in Iraq, Sharpy said.

 

"The planes have a role to play in identifying how the enemy moves, changes position. It's really another way of waging war."

 

After takeoff from the Charles de Gaulle, stationed in the Gulf, the Rafale and Super Entendard attack planes fly northwest, conducting sorties over jihadist strongholds, including Tikrit and Mosul.

 

After refuelling from coalition supply planes, the jets spend several hours in and around their operation zone where they mainly conduct aerial reconnaissance.

 

The planes photograph potential future coalition targets and assist Iraqi and Kurdish peshmerga forces below with real-time intelligence on IS positions.

 

"With our means of reconnaissance, including models of infrared video cameras, we can see personnel and vehicle movements and give (allies) a better idea of what is happening on the ground," Sharpy said.

 

The pilot said the hardest part was when the jets engage the enemy. "You need to respond quickly and possibly drop a bomb or fire your guns. It is stressful," Sharpy said.

 

- 'Milliseconds from disaster' -

 

Concentration is paramount and even though each flight can last several hours, the pilots cannot afford to switch off for a second.

 

"The adrenaline is pretty concentrated, that keeps you going," according to Sharpy. "There are times during the flight when you can relax a little and that is when the fatigue creeps in."

 

Yet those on mission must keep their guard up, even after the enemy has withdrawn.

 

There is a long series of checklists to complete, and they must maintain regular radio contact in airspace that can grow congested with coalition planes.

 

After up to six hours of solid flying, the pilots need to be especially focused as they come in to land.

 

Although it is one of the biggest aircraft carriers on earth, landing a supersonic jet on the Charles de Gaulle can prove challenging.

 

"You're only milliseconds from disaster," Sharpy said.

 

Even with their wheels down, the coalition pilots also face danger on the ground.

 

The burning to death of captured Jordanian pilot Maaz al-Kassasbeh in a gruesome IS video released last month drove home for Sharpy and his colleagues how the airmen are always in the enemy's firing line.

 

He gave the interview with his face covered, part of the French military's strict policy of anonymity for its servicemen since January attacks by Islamist gunmen in Paris that killed 17 people.

 

Seeing "such abuses inevitably has a psychological effect," Sharpy admitted.

 

"Many pilots ask themselves: 'What happens if I fall into the hands of IS?'"

 

"But this has also increased our determination. Fighting an enemy that is capable of such terrible acts is obviously a great source of motivation for pilots."

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 16:30
photos Armée de l'Air

photos Armée de l'Air

 

27/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 23 au 26 février 2015, la moitié du détachement de protection mis en place sur le détachement chasse projeté en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal a été relevé.

 

Déployé dès le début de la mission, le détachement des Commandos Parachutistes de l’Air 20 (CPA 20) connaît sa première relève. Ainsi seize personnels du CPA 20 constituant le détachement de protection (DETPRO) du détachement chasse quitteront le sol jordanien cette semaine et seront remplacés par seize militaires des Commandos Parachutistes de l’Air (CPA 30).

 

Au sein des forces en présence, le détachement du CPA 20 a travaillé en étroite collaboration avec les forces de sécurité jordanienne et a assuré la sécurité des personnels, matériels et des installations du détachement contre les agressions potentielles. Il a également assuré la protection des aéronefs lors des phases de décollage ou d’atterrissage, grâce à la mise en œuvre de patrouilles légères franco-jordaniennes, dont les missions principales sont de surveiller, renseigner et alerter.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal  mobilise dorénavant 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval composé notamment du porte-avions Charles de Gaulle avec à bord 12 Rafale Marine et 9 Super Etendard Modernisés.

photos Armée de l'Air
photos Armée de l'Air

photos Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 11:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

27 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

La coalition internationale qui combat le groupe État islamique a mené jeudi des frappes contre des positions des djihadistes dans le nord-est de la Syrie, où ils ont enlevé plus de 220 chrétiens assyriens.

 

Ces trois derniers jours, près de 1.000 familles d’ Assyriens, soit quelque 5.000 personnes, ont fui leur domicile pour trouver refuge à Hassaké et Qamichli, deux villes du nord-est tenues par les forces kurdes et gouvernementales, selon un responsable assyrien.

« Ils sont désespérés, dans un total dénuement, ils ont tout laissé derrière eux », a raconté à l’AFP par téléphone depuis Qamichli Jean Tolo, responsable de l’Organisation assyrienne pour les secours et le développement.

Joint par téléphone à Hassaké, Danny Jano, 35 ans, a expliqué à l’AFP avoir fui en pyjama avec sa femme et ses deux filles en apprenant que les djihadistes approchaient de son village.

« Les combats ont commencé lundi à 04H00 du matin. Nous avons entendu le bruit des armes automatiques et des bombardements durant sept heures avant de décider d’abandonner notre maison », a-t-il raconté.

Dans un nouveau bilan, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a fait état du rapt de 220 personnes, contre 90 précédemment, depuis lundi.

Les Assyriens ont été enlevés dans la région de Tall Tamer, à une vingtaine de km à l’ouest de Hassaké, où l’EI contrôle désormais 10 villages chrétiens, selon l’ONG. La ville de Tall Tamer demeure elle sous le contrôle de forces kurdes.

Des raids de la coalition ont eu lieu autour de Tall Tamer, selon cette même source qui n’a pas fourni dans l’immédiat un bilan des victimes des frappes.

 

Boucliers humains ?

Selon Oussama Edward, directeur du Réseau assyrien des droits de l’Homme basé en Suède, les otages assyriens, « en grande majorité des femmes, des enfants et des personnes âgées », ont été emmenés à Chaddadé, un fief de l’EI au sud de Hassaké.

« L’EI perd du terrain et ils ont pris ces otages pour en faire des boucliers humains », a-t-il affirmé, estimant que le groupe tentera aussi d’échanger ses otages contre des prisonniers jihadistes aux mains des Kurdes.

Au moins 35 combattants de l’EI et 25 membres des forces kurdes et assyriennes ont été tués dans les combats dans la région ces trois derniers jours, selon l’OSDH.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a « condamné fermement » ces enlèvements de chrétiens, qui sont les premiers de cette ampleur en Syrie, et réclamé leur « libération immédiate et sans condition ».

« De tels crimes montrent une nouvelle fois la brutalité de l’EI qui est responsable de milliers de crimes et violations contre les gens de toutes les religions, ethnies et nationalités ».

 

Assad le ‘dictateur’

Le groupe sunnite radical a lancé jeudi sur le web une « campagne internationale » de soutien à son « califat islamique », proclamé en juin 2014 par son chef Abou Bakr al-Baghdadi sur les territoires conquis en Syrie et en Irak.

« Frères, rejoignez-nous dans cette campagne et participez au combat contre les opérations que les mécréants lancent pour nous stopper », indique l’EI dans son appel, en référence aux frappes de la coalition qui visent aussi l’EI en Irak.

La montée en force de l’EI en Syrie a grandement éclipsé la confrontation entre le régime de Bachar al-Assad, mis au banc par de nombreux pays occidentaux, et la rébellion, qui entrera le mois prochain dans sa cinquième année et a fait plus de 210.000 morts.

Le médiateur de l’ONU pour la Syrie Staffan de Mistura est attendu vendredi à Damas, où il discutera le lendemain de sa proposition de gel des combats entre rebelles et forces du régime pendant six semaines dans la grande ville du nord Alep, selon la presse syrienne.

Lors d’une rencontre mercredi avec trois parlementaires français, le président Bachar al-Assad a déclaré son appui à cette initiative, selon des participants à la réunion.

L’entretien de ces parlementaires avec M. Assad, avec lequel Paris n’entretient plus de relations, a été condamné par le président français François Hollande, qui a qualifié le chef de l’Etat syrien de « dictateur ».

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
photo Patrick Baz -MarineNationale

photo Patrick Baz -MarineNationale

 

26/02/2015 Par Valérie LEROUX à bord du Porte-Avions Charles de Gaulle  -Lepoint.fr (AFP)

 

Le porte-avions Charles de Gaulle va relever d'ici avril son pendant américain, l'USS Carl Vinson, pendant plusieurs jours dans le Golfe, une première entre les deux marines, explique à l'AFP le contre-amiral Eric Chaperon, commandant du groupe aéronaval français.

 

Q : Pourquoi avoir engagé cette semaine le Charles de Gaulle dans la coalition internationale contre Daech (groupe Etat islamique) en Irak, alors que 15 chasseurs français, stationnés aux Emirats arabes unis et en Jordanie, y participent déjà ?

R : Vu l'étendue du théâtre, la coalition n'a pas suffisamment d'avions (...) Cette puissance est aussi intéressante à ce stade de la campagne parce qu'on sent bien qu'aujourd'hui, Daech est en difficulté. Le porte-avions offre une réserve de puissance très flexible. Si un effort particulier devait être nécessaire (en soutien des forces irakiennes), sur Mossoul ou d'autres sites, il est l'instrument idéal. Ce n'est pas non plus qu'un outil de puissance ou une vitrine technologique, comme certains voudraient le suggérer. C'est aussi un instrument politique, un signal politique fort à l'adresse de Daech, mais aussi et peut-être surtout de nos partenaires.

 

Q : Vous êtes engagés aux côtés du porte-avions USS Carl Vinson. Comment les deux bâtiments coopèrent-ils au sein de la coalition ?

R : Le Carl Vinson va être relevé et c'est nous qui assurerons la permanence pendant la relève. Pour la première fois dans un dispositif américain, le rôle du porte-avions sera tenu par un porte-avions français. C'est bien la marque de la confiance qui unit les deux marines et du niveau d'interopérabilité auquel on est parvenu. Après la relève, le groupe du (porte-avions) Roosevelt se présentera. On va même réaliser des vols conjoints, c'est-à-dire qu'on aura une patrouille avec un avion français et un avion américain. Cela aussi, ça ne s'est jamais fait. On a par ailleurs une frégate britannique dans notre groupe. Là aussi, c'est la première fois qu'une frégate britannique remplace nombre pour nombre une frégate française. C'est un signe très encourageant pour la relation franco-britannique et pour la défense européenne.

 

Q : Quels sont les défis militaires, techniques d'une mission dans le Golfe, une région parmi les plus exposées du monde ?

R : C'est une zone compliquée pour des porte-avions. Vous avez énormément de pêcheurs, de navigation commerciale. Les plateformes pétrolières génèrent des flux d'embarcations, d'hélicoptères. On s'astreint à ne pas les survoler. Il suffit aussi de voir la carte des trafics aériens pour comprendre que la vie de nos pilotes n'est pas simple. La météo est assez capricieuse. On passe de phases sans vent, où les porte-avions sont obligés d'aller vite (afin de créer du vent sur le pont pour les avions), ce qui dans le trafic peut être très compliqué, à des phases où le vent vous amène du sable. On est aussi à proximité des côtes iraniennes, de leur zone d'entraînement. Donc, il faut éviter toute situation de méprise ou d'incompréhension.

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Pourquoi des Occidentaux partent combattre l'État islamique

 

26/02/2015 Par Anne-Laure Debaecker – Figaro- Vox Monde

 

Tim Locks, un quadragénaire britannique, vient de tout plaquer pour aller grossir les rangs des Occidentaux qui s'engagent auprès de milices kurdes et chrétiennes pour combattre l'État islamique. Thibault de Montbrial * décrypte ce phénomène nouveau.

 

Des dizaines d'occidentaux ont rejoint des milices kurdes, les Unités de protection du peuple kurde (YPG ), ou chrétiennes qui ont pris les armes contre l'État islamique pour défendre des villages. Ce phénomène vous étonne-t-il?

Ce n'est pas particulièrement étonnant: il était inévitable qu'à force de voir des massacres commis quotidiennement sur des minorités kurdes ou chrétiennes par les islamistes, des initiatives individuelles soient prises ici et là dans les pays occidentaux pour aller aider ceux qui sont persécutés. C'est dans l'ordre naturel des choses.

 

Pensez-vous qu'il va s'accentuer?

Il est trop tôt pour le dire mais cela n'est pas exclu. On manque encore de vision globale sur les identités et parcours des intéressés, c'est un phénomène qui en est à ses débuts.

 

Certains parlent de «symétrie» ou encore «d'effet miroir» entre ces occidentaux qui partent combattre l'État islamique et ceux qui vont, eux, dans l'autre camp rejoindre les djihadistes. Ce parallèle vous paraît-il juste?

Je ne trouve pas. Je pense qu'il y a d'un côté des gens qui sont sincèrement choqués par les massacres commis envers les minorités de ces régions et qui veulent aller aider. Et de l'autre les djihadistes, c'est à dire des gens qui partent au nom d'une idéologie islamique qui est politique, conquérante et guerrière, pour rejoindre des gens dont ils ne peuvent ignorer qu'ils commettent des massacres contre des minorités, compte tenu de tous les éléments de propagande auxquels ils ont eu accès sur internet. Donc d'un côté il y a les massacreurs, et de l'autre les massacrés. La démarche ressemble donc plus à la volonté de participer à une forme de légitime défense des massacrés, chrétiens ou kurdes.

 

Ne risquent-ils pas néanmoins de perturber les vrais militaires sur place?

Pour le moment, il n' y a pas sur place de militaires occidentaux sur le terrain. S'ils rejoignent des groupes constitués en milice, cela renvoie à la question d'une coordination éventuelle entre les chrétiens, les kurdes et la coalition qui mène les raids aériens contre l'Etat islamique.

 

Le premier occidental pro-kurde est mort mardi lors d'une offensive contre l'État islamique. Ces hommes peuvent-il être devenir des «héros» utiles pour mobiliser l'opinion?

Cela dépend d'encore beaucoup de facteurs mais je ne suis pas sûr que, dans leur ensemble, les opinions publiques occidentales soient prêtes à ce jour à associer des initiatives individuelles de cette nature à de l'héroïsme.

 

* Thibault de Montbrial est avocat au Barreau de Paris et Président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure (CRSI).

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Le Charles de Gaulle à plein régime contre l'EI

 

24 févr. 2015 by AFP

 

Le Charles de Gaulle a entamé sa deuxième journée d'opérations contre le groupe Etat islamique (EI) mardi 24 février, quelque part entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Trois "pontées" (décollages) ont été réalisées, soit douze avions catapultés vers l'Irak et revenus sains et saufs quelques heures plus tard

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 21:55
Chammal : Point de situation du 26 février

 

26/02/2015 Sources EMA

 

Cette semaine, la force Chammal a réalisé vingt-sept missions aériennes au-dessus de l’Irak, incluant plusieurs missions de reconnaissance armée et un raid ayant abouti à la destruction d’un camp d’entraînement de Daech.

 

Dans la matinée du 25 février 2015, deux avions Rafale Marine ont décollé depuis le porte-avions Charles de Gaulle, pour leur première mission de frappe au-dessus de l’Irak. Le groupe aéronaval, engagé depuis le 23 février dans l’opération Chammal, est déployé à partir du golfe arabo-persique où il vient renforcer les composantes françaises déjà engagées dans la coalition depuis plus de cinq mois.

 

Parallèlement, dans le cadre du volet conseil et formation de l’opération Chammal, plusieurs éléments sont arrivés en Irak cette semaine : la quasi-totalité du détachement d’instruction opérationnelle (DIO) génie de Bagdad le 21 février, et le DIO infanterie de Bagdad le 24 février. Ces DIO, respectivement orientés sur les domaines du génie et de l’infanterie, seront tous deux réalisés au profit de militaires irakiens de l’Iraqi Counter Terrorism Service. Au total, avec le DIO génie d’Erbil, déjà en place, et les mentors de la mission de conseil d’état-major Advise & Assit, qui seront mis en place prochainement, ce sont une centaine de militaires français qui participeront au volet conseil et formation de l’opération Chammal.

 

Lancée depuis le 19 septembre 214, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval.

Chammal : Point de situation du 26 février
Chammal : Point de situation du 26 février
Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 19:45
La Libye menacée de devenir une nouvelle Syrie, craint son chef de la diplomatie

 

25 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

La montée en puissance des groupes extrémistes menace de transformer la Libye en une nouvelle Syrie, juge le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohammed al-Dairi, pour qui les Occidentaux doivent armer les forces libyennes qui combattent les djihadistes.

 

« Le temps presse », a déclaré dans un entretien accordé à l’AFP M. Dayri lors d’une brève visite mardi soir à Paris. « Le terrorisme ne constitue pas un danger pour la Libye et les seuls pays voisins, il s’agit d’une menace qui s’intensifie contre l’Europe ».

 

« En l’absence d’une solution politique, le pays peut être entraîné dans une véritable guerre civile comme en Syrie », a averti le ministre, dont le pays, en proie aux milices rivales, a sombré dans le chaos.

 

La Libye, riche pays pétrolier, est aujourd’hui dirigé par deux parlements et deux gouvernements rivaux, l’un proche des milices islamistes qui contrôle la capitale Tripoli et l’autre reconnu par la communauté internationale qui siège à Tobrouk (est).

 

Le ministre, qui fait partie de cet exécutif à Tobrouk, a souligné que le groupe de l’État islamique contrôlait déjà deux villes, Derna (est) et Syrte (centre), qu’il « tient en otages », et qu’il était présent à Tripoli où il a mené le mois dernier un attentat contre un hôtel abritant des responsables et des étrangers.

 

Les combattants djihadistes sont estimés, selon lui, à environ 5.000 actuellement et comme en Syrie, un grand nombre d’entre eux, notamment à des postes de commandement, sont des étrangers.

 

Ainsi, « l’émir » autoproclamé de la Cyrénaïque, dont la capitale est Derna, est Yéménite, celui de Tripoli est Tunisien, deux des trois kamikazes ayant mené le dernier attentat suicide de l’EI vendredi dans l’est du pays seraient Saoudiens, a précisé le ministre.

 

M. al-Dairi a souligné que son gouvernement ne plaidait pas « pour une nouvelle intervention militaire occidentale », à l’instar de celle qui avait délogé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais pour « le renforcement des capacités de l’armée libyenne ».

 

Il avait déjà appelé la semaine dernière, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, à une levée de l’embargo imposé depuis 2011 aux armes destinées à la Libye. Plusieurs membres du Conseil, dont la Russie, sont réticents à lever cet embargo, évoquant le risque de voir des armes tomber entre de mauvaises mains.

 

La communauté internationale réclame une solution politique en Libye avant toute chose, et s’inquiète, outre la montée en puissance des djihadistes, de l’afflux de l’immigration clandestine à destination de l’Italie notamment.

 

« La formation d’un gouvernement d’union nationale est une priorité libyenne, avant d’être une demande internationale », a assuré le ministre. « Mais si nous parvenons dès demain à former un tel gouvernement, il nous faut de l’aide pour l’armée libyenne. Or je n’ai trouvé aucune réponse convaincante aux États-unis ou en Europe, seulement des assurances qu’il y aurait une action internationale et non une intervention ».

 

L’armée et la police régulières sont profondément divisées et affaiblies en Libye. Mais pour le ministre, les forces du général controversé Khalifa Haftar, qui combattent depuis des mois les groupes islamistes dans l’est du pays, constituent « un embryon d’armée nationale ».

 

Le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a d’ailleurs décidé mardi d’instaurer un poste de « chef général de l’armée », créé sur mesure pour le général Haftar.

 

Le gouvernement de Tripoli étant très hostile au général Haftar, cette création risque de compliquer le dialogue politique entre les deux camps, mené sous l’égide de l’ONU.

 

Un nouveau round de discussions était prévu jeudi au Maroc, mais le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a décidé de suspendre sa participation à ce dialogue « après les attentats terroristes » vendredi commis par l’EI à Al-Qoba (est) et qui ont fait plus de 40 morts.

 

Le gouvernement de Tobrouk reproche à son rival de Tripoli de ne pas « condamner assez fermement le terrorisme », a dit le ministre. Mais Mohammed al-Dairi a cependant assuré qu’il n’y avait « pas de remise en cause du dialogue » venant de son camp. Il reviendra à la table des négociations, a-t-il dit, sans préciser quand.

 

« Notre condition sine qua non pour former un gouvernement d’union nationale est l’engagement à combattre le terrorisme », a-t-il insisté.

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:30
photo  U.S. Department of State

photo U.S. Department of State

 

26/02/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Le secrétaire d'État s'exprimait mercredi devant une commission du Congrès américain. Washington avait déjà reconnu le "rôle" de Téhéran dans la région.

 

Les États-Unis et l'Iran ont de facto "un intérêt commun" à lutter contre le groupe radical sunnite État islamique, a admis mercredi le secrétaire d'État John Kerry, même s'ils ne coopèrent pas militairement contre cette organisation. "Nous avons au moins un intérêt commun, mais pas de coopération", a déclaré M. Kerry devant une commission du Congrès américain, à propos de la lutte contre l'EI en Irak et en Syrie, au moment où Washington et Téhéran sont dans la dernière ligne droite de leurs négociations sur le programme nucléaire iranien.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:30
Le groupe EI a enlevé 220 chrétiens assyriens, selon l'OSDH

 

26/02/2015 Le Point.fr

 

"Pas moins de 220 Assyriens ont été enlevés dans 11 villages par le groupe EI au cours des trois derniers jours" dans la province de Hassaké, selon l'ONG.

 

Le nombre de chrétiens assyriens enlevés par le groupe extrémiste État islamique (EI) en Syrie s'élève à 220 au total, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Pas moins de 220 Assyriens ont été enlevés dans 11 villages par le groupe EI au cours des trois derniers jours" dans la province de Hassaké (nord-est), bordée par la Turquie et l'Irak, a indiqué l'ONG. L'OSDH avait dans un premier temps fait état mardi de l'enlèvement de 90 Assyriens.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:30
L'impossible victoire contre l'État islamique

ISIS Sanctuary Map JAN. 15. 2015 - crédits ISW

 

26/02/2015 Par Armin Arefi - Le Point.fr

 

Ou pourquoi la guerre contre les djihadistes de l'EI restera vaine tant que les populations sunnites irakiennes et syriennes resteront exclues du pouvoir.



Une "défaite irréversible". Voilà ce qu'a prédit, lundi, le nouveau secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, au groupe État islamique (EI), assurant que la coalition de pays conduite par les États-Unis contre les djihadistes était en train de "repousser très habilement l'EI". Mais, six mois après le début des bombardements aériens en Irak et en Syrie, l'EI ne recule pas. Si l'organisation a subi des défaites symboliques face aux troupes kurdes, notamment dans le nord de l'Irak et dans la ville syrienne de Kobané, son "califat" autoproclamé en juillet 2014 par le chef Abou Bakr al-Baghdadi n'a pas réellement régressé.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 23:30
Premier contact avec l'Irak pour "Charpy", pilote de Rafale


25 févr. 2015 par AFP

 

 

Pilote de Rafale, "Charpy" découvre pour la première fois le théâtre d'opération irakien. Comme ses équipiers, il est aussi galvanisé par la "barbarie" de l'adversaire qui, plus que jamais, le conforte dans sa mission

 

 
Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:45
photo Nato

photo Nato


24 February 2015 By Neil Arun - BBC
 

Islamic State militants in Libya have vowed to attack Europe. Meanwhile, boatloads of migrants flee the collapsing state for European shores. Could the Mediterranean migration mask an influx of militants?

 

Italy and Egypt have warned that Islamic State (IS) militants could hide among thousands of migrants rescued by European patrols.

Both countries are troubled by the situation in Libya and have an interest in influencing it. However, neither has given any evidence to support its warnings.

The migrants are mostly from Syria and sub-Saharan Africa. The idea that they pose a threat evokes a vicious logic at odds with humanitarian imperatives: refugees bring conflict, as conflict breeds refugees.

What threat do the migrant boats pose? And what - if anything - can be done about it?

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:30
EI : les Rafale du Charles de Gaulle larguent leurs premières bombes

 

25/02/2015 Le Point.fr

 

Le porte-avions, qui croise dans le golfe Persique, a été engagé par la France pour combattre les djihadistes dans le nord de l'Irak.

 

Des Rafale du Charles de Gaulle ont largué mercredi leurs premières bombes sur l'Irak, deux jours après le début de l'engagement du porte-avions dans les opérations de la coalition internationale contre le groupe État islamique, a indiqué un responsable français. "On a frappé un camp d'entraînement utilisé par Daesh (acronyme de l'EI en arabe) dans l'ouest de l'Irak, près de la frontière avec la Syrie, à Abou Qaim", a précisé Marc Gander, conseiller en communication du contre-amiral Éric Chaperon qui commande le groupe aéronaval du porte-avions.

 

Un photographe de l'AFP a constaté que l'un des quatre Rafale qui avaient décollé le matin du bâtiment, au nord du golfe, était revenu sans aucune bombe, et l'autre avec la moitié de son emport initial. Ils étaient partis avec quatre bombes chacun, à guidage laser ou GPS. Les six bombes larguées ont visé la même cible, a précisé Marc Gander. Dix à douze appareils, Rafale et Super Etendard modernisés, ont effectué chaque jour des missions à partir du porte-avions depuis le début des opérations lundi. Les deux premiers jours, ils étaient revenus avec l'intégralité de leur armement.

 

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Neuf Rafale stationnés aux Émirats arabes unis et six Mirage 2000D en Jordanie participent par ailleurs à l'opération française Chammal en Irak, déclenchée le 19 septembre dernier. Cette opération se déroule dans le cadre de la coalition internationale contre les djihadistes de l'EI, qui contrôlent de larges portions de territoire en Syrie et en Irak. Ces avions ont effectué une centaine de missions de reconnaissance et autant de missions de frappes, en appui des forces irakiennes et des peshmergas kurdes qui combattent l'EI sur le terrain, indique-t-on au ministère français de la Défense. Les frappes peuvent avoir été planifiées ou réalisées à partir d'informations recueillies en vol.

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:30
Les quatre cibles de l'Etat islamique en Libye

 

23 février 2015 par Antoine Malo - JDD

 

Des djihadistes venus de Syrie attirent de nouveaux combattants sur le sol libyen. y multiplie démonstrations de force, attaques et décapitations d’otages.

 

La Libye, nouvelle terre de conquête de Daech? Les images de la décapitation des 21 coptes égyptiens ont brutalement mis en lumière la place de l'organisation État islamique (EI) en Libye. À la différence de la Syrie et de l'Irak, elle ne contrôle pas un territoire homogène, mais son expansion est indéniable. "Daech devient un pôle d'attraction pour la jeunesse libyenne, spécialement celle des campagnes", prévient Omar Altwati, journaliste libyen aujourd'hui exilé aux États-Unis. L'EI a repris le découpage historique du pays en trois provinces, Barqa (Cyrénaïque, Est), Fezzan (Sud) et Tarabulus (Tripolitaine, Ouest), comme autant de territoires à conquérir.

 

Derna, le quartier général

C'est dans cette ville côtière de l'Est, bastion historique du radicalisme religieux, que l'organisation est apparue il y a plusieurs mois à travers le Majlis Shura Shabab al-Islam (conseil consultatif de la jeunesse islamique), un rassemblement de djihadistes. Le noyau dur de Daech à Derna est composé de combattants revenus de Syrie, ­appartenant à la brigade Al-Batar : 200 à 300 hommes, libyens mais aussi algériens, tunisiens, yéménites… "Ce sont des professionnels, capables de commettre des attentats-suicides", assure Muftar D.*, un avocat de la ville. Une autre source évoque la présence d'une deuxième brigade revenue de Syrie, qui compterait quelque 500 combattants. L'organisation n'est pas la seule à régner sur Derna puisqu'elle doit composer avec un Conseil consultatif de la Choura des moudjahidin. On y retrouve des groupes plus ou moins liés à Al-Qaida, comme Ansar al-Charia, mais aussi la Brigade des martyrs d'Abou Salim, dirigée par une figure de la révolution, Salim Derbi. Un vétéran du djihad libyen jouerait les intermédiaires entre Daech et ce Conseil de la Choura.

L'EI, pourvu d'un arsenal considérable, contrôle le centre-ville, et les autres groupes plutôt la périphérie. Un Yéménite répondant au nom de guerre d'Abou Bara Al-Azdi serait arrivé il y a six mois et jouerait un rôle prépondérant dans l'organisation. À ses côtés officierait un cheikh saoudien, responsable du tribunal et de la police islamiques. Comme en Syrie, la vie des habitants est régie par une application stricte de la charia. "Les magasins qui vendent des cigarettes ont été fermés, les femmes doivent sortir couvertes, les coiffeurs ne peuvent plus couper les barbes et les échoppes doivent fermer aux heures de prière", résume une habitante qui a préféré garder l'anonymat.

Les djihadistes disposent de différents camps d'entraînement dans et à l'extérieur de la ville. Selon un habitant, l'un d'eux aurait été la cible des bombardements égyptiens. En représailles, l'EI a revendiqué des attentats-suicides qui ont tué au moins 40 personnes vendredi à Al-Qoba, à quelques dizaines de kilomètres de Derna.

 

Objectif pétrole?

Les plus grandes inquiétudes entourent aujourd'hui la ville de Syrte. Jusqu'ici, l'ancien fief de ­Kadhafi vivait sous la coupe de divers groupes dont Ansar al-Charia. Mais ses membres semblent se rallier peu à peu à Daech. Jeudi, l'EI s'est emparé de l'université et aurait mis sur pied, selon le journaliste Omar Altwati, un tribunal islamique. Il y a dix jours, ils ont aussi mis la main sur des radios locales et diffusent depuis des versets du Coran et des discours de leur "calife" Baghdadi. Un peu plus à l'est, aux abords du village de Nofilia, Daech a fait récemment une démonstration de force en organisant un convoi de plusieurs dizaines de pick-up surmontés de drapeaux noirs.

"Nofilia est un village stratégique, un carrefour routier important", s'inquiète-t-on chez le général Haftar. C'est aussi une porte d'entrée vers les terminaux pétroliers de Ben Jawad, Ras Lanouf, Al-Sedra et Brega : les prochaines cibles de Daech? "C'est une possibilité à envisager", explique le géographe Ali Bensaad, spécialiste de la Libye. L'objectif? Peut-être moins mettre la main sur l'or noir que de plonger un peu plus le pays dans le chaos en empêchant l'exploitation pétrolière, déjà perturbée par la guerre que se livrent les gouvernements de Tobrouk et de Tripoli. Le 4 février, une attaque contre le champ pétrolier d'Al-Mabrouk, à 180 km au sud de Syrte, était ainsi attribuée à l'EI. Le 13, c'est le site d'Al-Bahi, à une trentaine de kilomètres, qui étaient la cible de tirs de roquettes.

 

À la conquête de l'Ouest

La Tripolitaine est l'autre nouveau terrain de chasse de l'EI : fin novembre, des images circulant sur les réseaux sociaux montraient la naissance d'une cellule dans la ­région de Tripoli. N'y figuraient que quelques pick-up, une dizaine de "combattants" portant de vieux lance-roquettes.

En trois mois, ­l'organisation s'est distinguée par plusieurs attentats revendiqués contre des bâtiments publics ou des ambassades étrangères. Le 27 janvier, ce sera le coup d'éclat avec l'attaque-­suicide contre le ­Corinthia, un hôtel de luxe, qui fera 9 morts. Mais il est difficile d'évaluer la force de Daech dans la région, d'autant que les autorités de Tripoli niaient jusqu'à récemment son existence.

 

Les mystères du Sud

L'EI serait-il aussi implanté dans cette zone de non-droit où pullulent groupes djihadistes et trafiquants sahéliens? "Il y a là un risque de connexion entre les terroristes d'Aqmi [Al-Qaida au Maghreb islamique] et ceux de l'EI", explique-t-on côté français. Début janvier, 14 soldats libyens loyaux au gouvernement de Tobrouk étaient tués près de la ville de Sebha dans une embuscade revendiquée par l'EI.

Le géographe Ali Bensaâd tempère : "Il y a peut-être du passage des combattants de l'EI dans la zone, mais pour qu'ils s'y implantent, il leur faudrait d'abord négocier avec les diverses tribus qui la contrôlent." Le Sud libyen semble être encore et surtout une base de repli pour Aqmi et ses affidés. Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe djihadiste des Signataires par le sang, s'y serait installé avec ses hommes. Selon une source à Paris, il y aurait pris femme et y aurait eu, très récemment, un enfant.

* Nom modifié pour des raisons de sécurité.

 

Lire aussi : L'Égypte sur le front de l'extrémisme religieux contre l'Etat islamique

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:30
Opération Impact - màj 23 Fev. 2015

Deux CF18 Hornet escortent un CC150 Polaris après avoir été ravitaillés pendant l’opération Impact, le 4 février 2015. (Photo : Caméra de combat des Forces canadiennes, MDN)

 

23.02.2015 forces.gc.ca

 

L’opération Impact constitue le soutien des Forces armées canadiennes (FAC) à la Force de stabilisation au Moyen-Orient (FSMO), soit la coalition multinationale contre l’organisation État islamique en Irak et au Levant (ISIL) en République d’Irak.
 

Le 23 février 2015, la Force opérationnelle aérienne en Irak a effectué 532 sorties aériennes :

  • Les chasseurs CF188 ont effectué 348 sorties;
  • L’aéronef de ravitaillement CC150T a effectué 87 sorties et a acheminé environ 5 031 000 livres de carburant; et
  • Les aéronefs de patrouille CP140 ont mené 97 missions de reconnaissance.

Le 13 février 2015, alors qu’ils participaient à des opérations de la coalition en soutien aux forces de sécurité irakiennes, des CF188 Hornet ont frappé une fabrique de dispositifs explosifs de circonstance (IED) située près de Hit à l’aide de munitions à guidage de précision.

Le 11 février 2015, alors qu’ils prenaient part à des opérations de la coalition en soutien aux forces de sécurité irakiennes, des CF188 Hornet ont frappé une position de combat du groupe ISIL à l’Est de Mossoul à l’aide de munitions à guidage de précision.

En frappant les positions de combat d’ISIL, nous affaiblissons ses capacités de combat et nous contribuons à augmenter la liberté de mouvement des forces de sécurité irakiennes dans la région..

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

25/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Ce matin, 25 février 2015, deux avions Rafale Marine ont décollé depuis le porte-avions Charles de Gaulle pour leur première mission de frappe au-dessus de l’Irak.

 

Au cours de cette mission de frappe planifiée, la patrouille a détruit un camp utilisé par Daech pour entraîner des combattants dans la région d’Al Quaim, non loin de la frontière syrienne.

 

Le porte-avions Charles de Gaulle et son groupe aéronaval sont engagés dans l’opération Chammal depuis le golfe arabo-persique, depuis le 23 février. Le GAN vient opérer en complément des composantes françaises déjà engagées dans l’opération Chammal depuis plus de cinq mois.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal  mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval (1).

 

(1) Le GAN est constitué d’un état-major embarqué, du porte-avions Charles de Gaulle, du groupe aérien embarqué (12 Rafale Marine, 9 Super Étendard Modernisés et 1 Hawkeye), de la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, de la frégate anti-sous-marine britannique HMS Kent, du pétrolier ravitailleur Meuse et d’un sous-marin nucléaire d’attaque agissant en précurseur.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

24 février 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Le porte-avions français rejoint la Task Force américaine dans le Golfe Persique pour participer aux combats contre l’Etat Islamique. Le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du Charles de Gaulle est officiellement engagé dans l’opération Chammal en Irak. La diplomatie navale a encore de beaux jours devant elle…

 

On s’en doutait très fort depuis le départ du porte-avions de Toulon le 13 janvier dernier et c’est aujourd’hui officiel : le Charles de Gaulle, qui a franchit le détroit d’Ormuz, va prendre part aux opérations contre l’Etat Islamique en Irak. Le navire et son escorte (deux frégates, un pétrolier ravitailleur et un sous-marin nucléaire d’attaque, 2600 marins au total dans ce qui est appelé la « Task Force 473 ») a rejoint la Task Force 50 américaine, centrée quant à elle autour du porte-avions USS Carl Vinson. En attendant l’entrée en scène du Queen Elizabeth et de ses F-35 (2019 au plus tôt), la France reste donc le seul pays au monde capable de travailler en étroite coopération, on a presque envie de dire sur un pied d’égalité, avec l’aviation embarquée américaine.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:30
RAF Strike on ISIL 18 February (video)


19 févr. 2015 Royal Air Force

 

Royal Air Force aircraft have again struck at the ISIL terrorists in Iraq, hitting a mobile rocket launcher that had fired on Kurdish troops north of Mosul.

On the afternoon of Wednesday 18 February, two RAF Tornado GR4s from RAF Akrotiri conducted an armed reconnaissance mission over northern Iraq to provide close air support to the Kurdish peshmerga, who have conducted a series of successful offensives to liberate their countrymen from the terrorists. The Kurds reported coming under rocket fire, and after an intensive search the GR4s were able to locate an ISIL truck-mounted rocket launcher, and attacked it, scoring a direct hit with a Brimstone missile. The Kurdish peshmerga are also receiving infantry training from a team of coalition instructors, including British military personnel.

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:55
La Lettre de l'IRSEM 2015

 

18/02/2015 IRSEM

 

La Lettre de l'IRSEM est notre lettre d'information. Chaque mois, chercheurs résidents et invités y présentent un dossier stratégique, des chroniques et points d'actualité.
Vous trouverez dans cette rubrique les liens vers les numéros de chaque collection annuelle.

 

La lettre de l'IRSEM n°1 - 2015

Dossier stratégique :
Risques et défis internationaux

 

2014 - La lettre de l'IRSEM

La lettre de l'IRSEM n°8 - 2014
Dossier stratégique : Sécurité globale et surprises stratégiques en Europe

La lettre de l'IRSEM n°7 - 2014
Dossier stratégique : La Syrie : Quelles perspectives pour une sortie de crise ?

La lettre de l'IRSEM n°6 - 2014
Dossier stratégique : La politique étrangère et de défense de la Chine :  Une nouvelle étape?

La lettre de l'IRSEM n° 5 - 2014

La Lettre de l'IRSEM n°4 - 2014
Dossier stratégique : Quelles stratégies étatiques dans le monde arabe face au jihadisme?

La Lettre de l'IRSEM N°3 - 2014
Dossier stratégique: La Pologne, un acteur de la défense européenne

Version en polonais du dossier stratégique

La Lettre de l'IRSEM N°2 - 2014

La Lettre de l'IRSEM N°1 (2,02 Mo)

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:45
source BBC

source BBC


23.02.2015 par JDD
 

L'Italie, en première ligne face au chaos libyen, cherche à mobiliser l'ONU et les Européens pour tenter de ramener un peu de stabilité dans son ancienne colonie, redoutant l'établissement d'un "califat" sur l'autre rive de la Méditerranée.

 

"Nous sommes en train d'arriver à Rome." Depuis jeudi, ce hashtag de l'organisation État islamique sur les réseaux sociaux sème la terreur en Italie. Il y a une semaine, dans la vidéo d'exécution des 21 Coptes égyptiens, les djihadistes avaient lancé : "Nous sommes au sud de Rome."

Pour le Pr Alessandro Orsini, spécialiste du terrorisme, ces messages sont une mise en garde à l'Italie qui pourrait être tentée par une intervention militaire en Libye. La vidéo a d'ailleurs été diffusée quelques heures seulement après la publication dans la presse des déclarations de la ministre de la Défense. Roberta Pinotti ­proposait d'envoyer un contingent de 5.000 hommes dans le cadre d'une force ­internationale. Le lendemain, le Premier ministre, Matteo Renzi, rétropédalait pour évoquer une solution toute politique mais demandant à l'ONU d'accélérer.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories