Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:50
Photo Daniel - MIL.be

Photo Daniel - MIL.be

 

03/03/2015 Victoria Timmermans –MIL.be

 

Deux NH90 occupaient le ciel de Brasschaat ce lundi 2 mars. Les pilotes de la 18e Escadrille y testaient les capacités de leurs appareils dans le cadre d’une phase de formation.

 

Les NH90 ont débuté leur phase de formation en janvier 2014. « À l’époque, la 18e Escadrille a développé les vols de base, de jour comme de nuit », explique le lieutenant-colonel Michel Gelders, commandant de l’escadrille. Ce lundi 2 mars, pour la deuxième étape de leur formation, c’est sur une plaine de Brasschaat que les hélicoptères se sont exercés à l’appui aéromobile. Pour être totalement opérationnels, les appareils doivent subir un programme comportant quatre aspects. Aujourd’hui, dans le cadre de l’operation testing & evaluation, les NH90 doivent soulever de lourdes charges. « Pour cet exercice, nous avons trois charges différentes : un canon, un mortier et une jeep. Ainsi nous connaîtrons la résistance des NH90 » ajoute-il.

 

En début d’après-midi, les hélicoptères prennent leur envol. Malgré la pluie et la grêle, leur mission consiste à récupérer le personnel et à hélitreuiller ensuite du matériel jusqu’à l’aérodrome de Zoersel. Une équipe au sol doit accrocher la cargaison grâce à l’aide du cabin operator. En effet, ce dernier a pour mission de préciser au pilote à quelle hauteur se positionner afin que l’équipe au sol puisse procéder à l’accrochage sans danger.

 

Arrivés à Zoersel, les NH90 déposent leur charge et débarquent ensuite les hommes qui quittent les appareils tactiquement, comme en situation réelle de combat. Un exercice nécessaire pour se préparer à un engament opérationnel. Mais un entraînement qui demande maîtrise et concentration. « C’est une procédure avancée qui requiert des pilotes qualifiés » conclut le lieutenant-colonel Gelders.

 

Les NH90 et leurs équipages ont poursuivi leur entraînement jusqu’à la tombée de la nuit. Mais ces machines volantes ont, d’ores et déjà, prouvé leur puissance.

Les NH90 testent leur puissanceLes NH90 testent leur puissance
Les NH90 testent leur puissance
Les NH90 testent leur puissanceLes NH90 testent leur puissanceLes NH90 testent leur puissance
Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:50
L'UE doit s'adapter sans plus tarder aux nouveaux défis de sécurité

 

10.03.2015 europarl.europa.eu REF. : 20150309IPR32555
 

L'UE et ses États membres devraient assumer sans plus tarder des responsabilités accrues pour leur sécurité et défense, au vu des niveaux sans précédent d'instabilité aux frontières européennes, selon une résolution adoptée lundi en commission des affaires étrangères. Les pays de l'UE doivent utiliser de manière plus efficace les outils de la politique de sécurité et de défense commune, coordonner leurs actions de sécurité internes et externes, et mettre davantage en commun les ressources.

 

Dans leur résolution annuelle sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), les députés demandent l'adoption d'une stratégie commune pour relever les nouveaux défis de la sécurité de l'UE. Ils estiment que le Conseil européen de juin 2015 doit relancer de manière claire et concrète la réflexion stratégique, déjà en cours au sein du service européen pour l'action extérieure et du Conseil, sur une nouvelle stratégie européenne de sécurité. L'objectif est de répondre aux nouveaux scénarios géostratégiques, aux menaces et aux défis mondiaux.

La commission parlementaire regrette que, malgré les conclusions du sommet européen de décembre 2013, aucun progrès tangible important n'ait été réalisé pour équiper l'UE des ressources opérationnelles, industrielles et liées aux capacités nécessaires pour prévenir et gérer les crises internationales.

 

Les missions de la PSDC doivent faire partie d'une stratégie globale

Les missions civiles et militaires de l'UE doivent devenir de véritables outils efficaces et responsables de la stratégie d'action globale, au lieu de simplement donner de la visibilité à l'Union face à une crise, affirment les députés. Ils saluent néanmoins le professionnalisme et l'engagement du personnel des missions. L'Union européenne devrait pouvoir intervenir sur l'ensemble du spectre de gestion de crise et non se focaliser uniquement sur les instruments d'après-crise ou d'accompagnement de sortie de crise, ajoutent les députés.

 

Les parlementaires soulignent que les missions de l'UE doivent être financées de manière adéquate et que l'examen actuel du mécanisme Athéna pour financer leurs coûts communs doit faciliter le déploiement. Par ailleurs, les États membres doivent également faire preuve d'un engagement et d'une solidarité accrus pour fournir des forces, précise le texte.

 

Cyberdéfense: renforcer les capacités sans délai

La "menace imminente" de cyberattaques demande un renforcement immédiat des capacités de cyberdéfense de l'ensemble des États membres, expliquent les députés. Ils ajoutent que la cyberdéfense doit être intégrée de manière plus systématique dans les stratégies de sécurité nationale et qu'une stratégie européenne cohérente est nécessaire afin de protéger les infrastructures critiques contre les cyberattaques.

 

Vote en plénière en mai

La proposition de résolution, préparée par Arnaud Danjean (PPE, FR) et adoptée en commission par 45 voix pour, 18 voix contre et aucune abstention, devrait être débattue et votée lors de la session plénière de mai à Strasbourg.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:50
photo European Parliament

photo European Parliament


source Subcommittee on Security and Defence
 

16 March 2015

1.        Adoption of agenda

2.        Chair’s announcements

With the Council and Commission and EEAS

3.        Cybersecurity and defence
Exchange of views with:
- Udo Helmbrecht, Executive Director, European Union Agency for Network and Information Security (ENISA)
- Heli Tiirmaa-Klaar, Head of Cyber Policy Coordination, Conflict Prevention and Security Policy Directorate, EEAS
- Peter Round, Director Capability, Armament & Technology, European Defence Agency (EDA)

4.        The strategic military situation in the Black Sea Basin following the illegal annexation of Crimea by Russia

           AFET/8/02489

                      2015/2036(INI)          

Rapporteur:

Ioan Mircea Pașcu (S&D)

PR – PE546.620v03-00

Responsible:

AFET

     

· Consideration of draft report

· Deadline for tabling amendments: 23 March 2015, 12.00

 

17 March 2015

5.        Fight against piracy in Africa
Exchange of views with:
- Alan Cole, Head of Transnational Organised Crime Programme, Regional Office for Eastern Africa, Head of Global Maritime Crime Programme, UNODC
- Marcus Houben, Head of the Support Team of the Contact Group on Piracy, EEAS
- Adriaan van der Meer, Head of Unit "Instrument contributing to Stability and Peace, Nuclear Safety", DG DEVCO, European Commission

6.        Any other business

7.        Next meetings

· 24 March 2015 (Brussels)

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
Chad soldiers killed as Boko Haram lose Nigerian towns

 

10 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

About ten Chadian soldiers died in fighting to free two towns in northern Nigeria previously held by Boko Haram, the first gains against the militants made in a joint offensive launched with Niger at the weekend, military sources said on Monday.

 

About 30 Nigerien and Chadian soldiers were wounded in clashes over Malam Fatouri and Damasak, a day after thousands of troops crossed the border to retake areas held by the Sunni Islamist group, whose insurgency has forced Nigeria to delay an election and neighbours to mobilise their armies.

 

A Chadian officer, who asked not to be named, said about ten Chadian soldiers were killed and 20 wounded in fighting to liberate the towns. There was no official comment from Chad's army.

 

"We have kicked the enemy out of these areas and they are now under our control," one of the Niger military sources said.

 

Damasak, the town furthest into Nigeria, is 10 km (6 miles) south of the Niger border, where Niger and Chadian troops have been massing in recent weeks ahead of the offensive.

 

A medical source in Diffa, the capital of the Niger region which borders Boko Haram's heartland in Nigeria's northeast, said 30 wounded soldiers had been admitted to the town's hospital.

 

The Niger military source said about 300 Boko Haram militants had been killed. There was no official confirmation of the toll and it was not possible to verify the figure.

 

"We had permission from Nigeria for this action," the source said. There was no immediate comment from Nigeria, which has launched its own offensive against the militants, whose gains forced Nigeria to delay elections that were due in February.

 

Boko Haram's 6-year insurgency, who aims to carve out a caliphate in Nigeria's northeast, has killed thousands. The group has pledged allegiance to Islamic State, which rules a self-declared caliphate in parts of Iraq and Syria, according to an audio clip posted online on Saturday.

 

Cameroon, Chad, Niger and Benin have this year mobilised forces to help Nigeria defeat the group after it seized swathes of territory and mounting cross-border attacks.

 

Nigeria and its neighbours have been working to pull together plans and rules of engagement for a regional force of 8,700 troops but cooperation between the region's armies has been strained at times.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
U.N. delays approval of Libya request for weapons, jets

 

10 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

.At least eight United Nations Security Council members delayed approval on Monday of a request by Libya to import weapons, tanks, jets and helicopters to take on Islamic State militants and monitor its borders, diplomats said.

 

Spain - supported by Lithuania, Chile, New Zealand, Britain, France, Angola and the United States - placed a so-called "hold" on the request to the Security Council committee that oversees an arms embargo imposed on the North African state in 2011, said council diplomats, speaking on condition of anonymity.

 

"Spain would appreciate further information on the point of origin of the weapons requested and the arrangements established for transportation," the Spanish U.N. mission wrote to the chair of the committee in a note seen by Reuters.

 

Libya wants to import 150 tanks, two dozen fighter jets, seven attack helicopters, tens of thousands of assault rifles and grenade launchers and millions of rounds of ammunition from Ukraine, Serbia and Czech Republic.

 

If agreement is not reached to lift the hold, it could leave the request in limbo indefinitely. The 15-member committee works on the basis of consensus.

 

The internationally recognised government is allowed to import arms with approval of the committee. Libya said it needs the weapons and equipment to take on Islamist militants and to control borders.

 

"Without strengthening the air force we cannot do anything about it," Libya's U.N. Ambassador Ibrahim Dabbashi told Reuters, adding that he was disappointed by the delay.

 

U.N. sanctions monitors say they are concerned that if the committee approves the request, then some of the weapons and equipment could be diverted to militia groups.

 

"Spain is also deeply concerned about the major threat to international peace and security posed by the proliferation of weapons in the region," the Spanish U.N. mission said.

 

Libya's internationally recognised government has operated out of the east since a rival armed faction called Libya Dawn took over Tripoli in fighting last year and set up its own administration.

 

The rival governments are battling for control of Libya four years after Muammar Gaddafi was ousted. The chaos has allowed Islamic State and Ansar al-Sharia militants to strengthen their foothold in Libya, an OPEC member.

 

Libya has called for the arms embargo on the government to be lifted entirely. The council committee has long urged Libya to improve monitoring of its weapons over concerns that arms were being diverted to militant groups

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
(Archives / defenceWeb)

(Archives / defenceWeb)

 

10 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

Spain said on Tuesday it has dismantled a militant Islamic cell in its North African enclave of Ceuta that it claims was ready to attack either Spain or other targets in Europe.

 

Police arrested two suspected militants as part of a wider security operation that began in January, the Interior Ministry said.

 

"The cell neutralised today, as opposed to others dismantled, doesn't follow the same pattern of radicalisation, recruitment and sending of activists to organised jihadist organisations in conflict zones," the Ministry said in a statement.

 

"This group was clearly operational and consisted of individuals who were already radicalised and prepared for a possible attack, in our own country or those nearby."

 

The two male suspects in Ceuta, on the Moroccan coast, included a Spanish and Moroccan national and were arrested as part of the same police investigation that led to the arrest of four people in January, the ministry said.

 

The six detained in the two operations presented profiles similar to those involved in the attacks in Paris on Jan. 7 and 8, the ministry added.

 

Spain has made more than 20 arrests of suspected Islamic militants since September.

 

Western nations have become increasingly worried about the risk of young people becoming radicalised by militants in North Africa and the Middle East and returning home to launch attacks.

 

A Moroccan woman who is a Spanish resident was arrested on Sunday on suspicion of attempting to join Islamic State fighters in Syria.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
The closing ceremony of Exercise Flintlock 2015 - photo US Africom

The closing ceremony of Exercise Flintlock 2015 - photo US Africom

 

10 March 2015 by Africom - defenseWeb

 

The annual Flintlock exercise wrapped up on Monday in N’Djamena with a closing ceremony that brought together senior leaders from over 20 participating countries.

 

The Chadian exercise director, Brig. Gen. Zakaria Ngobongue, when bidding farewell to the guests and participants from different African and Western partner nations, who trained tirelessly in Chad, Niger, Nigeria, Cameroon and Tunisia, thanked the troops for their professionalism. “I am pleased to note that the progress made during this exercise was tangible and these results were reached thanks to willing participants.”

 

Ngonbongue thanked partner nations for the quality medical and humanitarian assistance that benefited citizens in locations near Mao, Faya and Moussoro. Similar medical activities were also conducted in Agadez, Niger.

 

The closing ceremony of the Flintlock exercise was also attended by the Commanding General of U.S. Africa Command (AFRICOM), Gen. David Rodriguez, who thanked Chad for being a great host to this year’s Flintlock despite the security challenges the country faces.

 

“It is important to recognize that exercise Flintlock 2015 was successfully conducted by Chad and other African partners while actively engaged in combat operations against Boko Haram. The capacity to execute real world operations while simultaneously training to increase capacity and capability, demonstrates a level of proficiency exhibited only by an extremely professional, capable, and disciplined military,” said Rodriguez during the closing ceremony.

 

This year’s exercise was the largest Flintlock to date and has continued to build on the success of previous exercises. The three-week Chad hosted event included the implementation of a collaborative Command and Control and information sharing systems, which will remain in place for African partners to share operational information and intelligence with each other, as well as international partners.

 

Over 1,000 personnel from over 20 countries participated in Flintlock ‘15, with locations in Niger, Nigeria, Cameroon and Tunisia. Ten flight crews from Belgium, the United States, Canada, Spain, Denmark, Germany, Sweden, The Netherlands, Italy, and the United Kingdom moved most of the troops and 500,000 pounds of cargo with 113 flights. In all the locations, each soldier received 150 hours of training.

 

They also conducted four community activities, met with key leaders, and treated 1,800 people in several medical assistance clinics. Chadian and U.S. military, as well as U.S. Embassy personnel, also conducted outreach to an orphanage in N’Djamena, supporting victims of war, HIV, and poverty. With the support of non-governmental organization Spirit of America, $4,500 of educational supplies, hygiene tools, and basic items like blankets, sheets, towels, and mosquito nets were given to 59 orphans.

 

The tactical portion of Flintlock 2015 consisted of small-unit combined training and activities involving partner nation counter-terrorism units and military humanitarian relief operations to help improve the basic medical, dental and veterinary access for some communities in Chad and Niger.

 

As an enduring exercise, Flintlock is not focused on any specific security situation, but instead on developing security capacity, building professionalism, and strengthening bonds among exercise participants. Flintlock exercises began in 2005 and are conducted by the Special Operations Command Forward – West Africa (SOCFWD-WA) and sponsored by Africa Command’s Special Operations component to develop the capacity of and collaboration among African security forces to protect civilian populations across the Sahel region of Africa.

 

Flintlock exercises strengthen security institutions, promote multilateral sharing of information, and develop interoperability among the partner nations of the Trans-Sahara Counter Terrorism Partnership (TSCTP). Through exercises such as Flintlock, the United States Special Operations Command provides military training opportunities to foster relationships of peace, security, and cooperation among all Trans-Saharan nations through the TSCTP program.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
Réunion à Tunis du Comité directeur de l’Initiative « 5+5 Défense »

 

10.03.2015 Ministère de la Défense - Tunisie
 

Le 20eme Comité directeur de l’Initiative « 5+5 Défense » se tient les Mardi 10 et Mercredi 11 mars, à Tunis. Prennent part à ces assises des représentants des ministères de la Défense de Tunisie, d’Algérie, de Libye, du Maroc, de Mauritanie, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Malte et de France.

 

La Tunisie, qui préside la session de 2015 de l’Initiative « 5+ 5 Défense », a proposé d’axer les travaux de cette réunion sur le renforcement des capacités opérationnelles des forces armées des pays de l’Initiative en vue de lutter contre les nouvelles menaces qui se dressent devant la région.

La Tunisie va œuvrer à sensibiliser les participants aux dangers du terrorisme et aux moyens de développer les compétences armées afin de combattre ce fléau dans un cadre euro-maghrébin.

Cette réunion sera consacrée à l’état d’avancement des projets en cours dans le cadre de l’Initiative, et ce en prévision de la 10eme session de la réunion des ministres de la Défense 5+5, prévue au cours de 2015 en Tunisie.

 

L’évaluation des activités programmées pour cette année et la préparation du calendrier des activités prévus pour l’année prochaine seront examinées lors de cette réunion. Le Comité directeur de l’Initiative « 5+5 Défense » se réunit deux fois par an. Chaque pays membre de l’Initiative « 5+5 Défense » y est représenté par deux membres.

 

Quant à la réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Initiative, elle se tient, une fois par an, dans le pays qui préside la session. L’Initiative « 5+5 Défense » dont la première session a eu lieu en Tunisie en 2003, a pour objectif l’instauration d’une coopération multipartite et de terrain relative aux questions sécuritaires d’intérêt commun et l’échange d’expériences, de compétences et de connaissances.

 

Les domaines de coopération de l’Initiative concernent la surveillance maritime de la région ouest de la Méditerranée, la contribution des forces armées dans la protection des civils en cas de catastrophes, la sécurité aérienne de la Méditerranée ouest, la formation et la recherche.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:35
photo CNIM Group

photo CNIM Group

 

source CNIM Group

 

CNIM sera présent du 17 au 21 mars à LIMA’15, un salon sur l’Aéronautique et la Défense ayant lieu à Langkawi en Malaisie, et qui constitue un événement majeur dans le domaine de la Défense pour la zone Asie-Pacifique.

CNIM exposera le L-CAT®, son navire amphibie rapide et innovant, compatible avec tous les radiers de l’OTAN. Grâce à sa grande autonomie et à sa conception RoRo, le L-CAT® est le navire idéal pour mener les opérations amphibies modernes.
 

Pour plus d’information sur CNIM à LIMA, consultez le catalogue du Pavillon France.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:57
"Nous pourrions ne plus être capables de remplir les opérations extérieures" (chef d'état-major des armées)

Avec l'opération Sentinelle dans le cadre de Vigipirate, le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers a "constaté que dans deux ans, nous serions incapables de la mettre en place pour des raisons de rythme et de volume de déflation des effectifs sans toucher aux opérations extérieures". - photo Ministère de la Défense

 

10/03/2015 Michel Cabirol – Latribune.fr

 

Faut-il actualiser ou réviser la loi de programmation militaire (LPM) ? Pour le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, la LPM n'a besoin que d'un ajustement.
 

C'est un aveu qui en dit long sur l'écart de plus en plus flagrant entre les moyens donnés aux armées et les missions qui lui sont confiées par les plus hautes autorités de l'État. Et cet aveu a d'autant plus de poids qu'il a été fait par le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers lors d'une audition à l'assemblée nationale début février. Que dit-il? "Quand nous avons mis cette force de protection sur le terrain (l'opération Sentinelle dans le cadre de Vigipirate, ndlr), j'ai constaté que dans deux ans, nous serions incapables de la mettre en place pour des raisons de rythme et de volume de déflation des effectifs sans toucher aux OPEX", les opérations extérieures, notamment Barkhane (Mali), Sangaris (Centrafrique) et Irak.

"Si nous n'y prenons garde, nous pourrions bientôt ne plus être capables de remplir ces missions, ce qui m'amène à mon second point de vigilance : les moyens, notamment les effectifs et le budget", a expliqué le chef d'état-major des armées.

Une constatation qui l'a conduit "à demander au président de la République, en accord avec le ministre de la Défense, de réduire et lisser la déflation (des effectifs des armées, ndlr) sur la période 2015-2019". La loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM) imposait, avant la déclaration de François Hollande du 14 janvier, une déflation de 34.000 postes. "En dépit des 31 chantiers de transformation engagés, 7.000 restaient à identifier", a précisé le général Pierre de Villiers. Ce qui entretient un doute sur la pertinence des moyens données aux armées par rapport aux menaces identifiées par le Livre blanc sur la défense publié en 2013.

Le général de Villiers maintient que "le Livre blanc est pertinent : il a bien anticipé ce qui s'est passé depuis deux ans et demi, notamment sur les flancs est et sud - ce qui nous avait conduits à retenir notre modèle global d'armée".

 

"Importance de pouvoir disposer d'effectifs en nombre suffisant"

Pour le général de Villiers, c'est clair et net, "la mise en œuvre du contrat protection a montré l'importance de pouvoir disposer d'effectifs militaires en nombre suffisant". Et de souligner que cela "solde deux illusions : celle d'une armée « toute technologique » et celle d'une armée limitée à un corps expéditionnaire". Du coup, la décision du président de la République de réduire de 7.500 les déflations d'effectifs du ministère de la Défense sur la période de la LPM apporte "un second souffle, d'autant qu'il s'accompagne d'un lissage de la déflation sur la période 2015-2019, ce qui desserre l'étau des effectifs".

L'opération Sentinelle a jeté dans les rues des grandes villes françaises plus de 10.000 soldats déployés en trois jours à peine. Le Livre blanc de 2013 avait inscrit ce contrat en cas de crise majeure. "Les armées s'y étaient préparées", a rassuré le général de Villiers. Mais pour l'armée d'aujourd'hui, le plus dur c'est de gérer ce type d'opération dans la durée. Et ce qu'a expliqué le chef d'état-major des armées : "Il n'y a plus de gras dans nos armées. L'opération Sentinelle ne saurait rester à ce niveau de déploiement dans la durée sans avoir de sérieuses conséquences en termes de capacités d'intervention, de relèves en opérations extérieures, de préparation opérationnelle et de coûts".

"La capacité à durer repose aussi sur l'adaptation de l'opération Sentinelle à la réalité des menaces, ne serait-ce que pour reconstituer une réserve en mesure d'être réengagée si besoin était. Je peux et dois pouvoir remonter les effectifs à 10 000 hommes avec un très court préavis".

Régulièrement  les armées interviennent en appui et en complément de l'action des forces de sécurité intérieure sur le territoire national. Comme en Guyane où elles participent dans le cadre de la lutte contre l'orpaillage clandestin avec l'opération Harpie et la protection du Centre spatial guyanais avec l'opération Titan. C'est également le cas dans le cadre de sa participation de la protection de grands événements, comme les commémorations du 70e anniversaire du D-Day qui ont mobilisé plus de 2.500 hommes en juin 2014. Enfin, les armées, en appui aux forces de sécurité intérieures, ont participé à la protection des centrales nucléaires contre le survol de drones.

 

Quels risques?

Faute d'effectifs suffisants, il existe, selon le général Pierre de Villiers, "d'ores et déjà des risques. D'abord, pour la préparation opérationnelle. Nos soldats ont besoin de s'entraîner régulièrement. Seul un entraînement continu et à bon niveau leur permet de s'engager sans préavis dans les missions les plus dures. Et il existe un niveau d'entraînement en deçà duquel il est impossible d'aller ; c'est aussi une question de sécurité". Il y a également un risque d'éviction sur la capacité de la France à conduire les OPEX.

"Nous n'en sommes pas là, mais il faut garder à l'esprit que nos troupes sont en permanence dans le tempo opérationnel : lorsqu'elles ne sont pas engagées en opérations extérieures, soit elles se régénèrent, soit elles se préparent à l'engagement suivant".

Enfin, le chef d'état-major des armées souhaite "ne pas tirer sur la corde s'agissant des personnels".  C'est pourquoi il préconise d'adapter "progressivement" le dispositif de l'opération Sentinelle à la menace et les effectifs au nombre de sites sensibles à défendre, en privilégiant des modes d'action diversifiés et plus mobiles.

 

Oui à une actualisation de la LPM, non à une révision

Pour le général de Villiers, il faut affiner la LPM. "Si le costume a en effet été taillé au plus juste, le contrat de protection n'était pas assorti d'un délai de mise en place et de durée, ce qui est maintenant le cas. Mais je ne crois pas que cela modifie en profondeur la LPM", a-t-il expliqué. Pour autant, le ministère de la Défense devra "intégrer les enseignements des opérations de ces deux dernières années et ajuster les capacités sans mettre en cause les équilibres subtils des programmes à effet majeur". Notamment le surcoût de l'opération Sentinelle (1 million d'euros par jour) devra être intégré dans le cadre de cette actualisation.

Il convient d'éviter deux écueils : un « lifting » superficiel ou une analyse en profondeur qui pourrait nous conduire à refaire la LPM - ce qui serait périlleux, car je pense que cette loi sera pleinement efficace pour notre défense jusqu'en 2019.

En revanche, il est contre une révision de cette LPM, qui "imposerait une autre LPM", ce qui n'est "pas le mécanisme prévu". Il estime que ce n'est "pas sain de refaire deux ans après un exercice complet quand on voit le travail que cela représente. Je rappelle qu'un modèle d'armée pour gagner la guerre se calcule avec tous les paramètres, la victoire ou la défaite pouvant dépendre d'un seul petit facteur mal anticipé".

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:50
Calendrier des think tanks européens à Bruxelles (màj 9 Mar. 2015)- RP France

 

source RP France
 

Le calendrier des think tanks, mis à jour chaque semaine, regroupe les conférences et rencontres organisées par les think tanks à Bruxelles.

Retrouvez le calendrier de la semaine du lundi 9 mars 2015. (1Mo)

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:50
EU must adapt to new security challenges at once, say foreign affairs MEPs



10-03-2015 - europarl.europa.eu/ REF. : 20150309IPR32555
 

The EU and its member states must shoulder more responsibility for their security and defence at once, given the unprecedented levels of instability at EU borders, say Foreign Affairs Committee MEPs in a resolution voted on Monday. Member states must, as a matter of urgency, make more effective use of Common Security and Defence Policy tools, coordinate their internal and external security actions and pool resources more closely, says the text.

 

In their annual resolution on the EU’s Common Security and Defence Policy (CSDP), MEPs press it to adopt a common strategy to tackle new challenges to its security. Strategic reflection already under way within the European External Action Service and the Council on a new European Security Strategy to deal with new geostrategic scenarios, threats and global challenges must be given a clear and concrete boost at the June 2015 European Council, they say.

The committee regrets that despite the December 2013 EU summit conclusions, no substantial practical progress has been made in equipping the EU with much-needed operational, industrial and capabilities resources to prevent and manage international crises.

 

CSDP missions must form part of an overall strategy

EU civilian and military missions must become the genuine, effective and responsibly used tools of an overall action strategy, instead of merely raising the Union's crisis response profile, say MEPs, who nonetheless praise the professionalism and dedication of the missions' personnel.The EU should be able to intervene across the full spectrum of crisis management and not to focus exclusively on a post-crisis context or exit from crisis contexts, they add.MEPs stress that EU missions must be properly funded and that the current review of the Athena mechanism for funding their common costs must facilitate the deployment. Member states must also show more commitment and solidarity in supplying forces for these missions, they say.

 

Cyber defence: level up capabilities without delay

The "imminent threat" of cyber-attacks calls for an immediate “levelling-up” of the cyber defence capabilities of all member states, MEPs say. Cyber defence must be more systematically integrated within national security strategies and a coherent EU strategy is needed to protect critical infrastructure against cyber-attacks, the text also says.

 

Plenary vote in May

The draft resolution, prepared by Arnaud Danjean (EPP, FR) and passed in committee by 45 votes to 18, with 0 abstentions, is to be debated and put to a vote at the May plenary session in Strasbourg.

   

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:45
Reportage - Aux avant-postes de l’opération Barkhane

Fort de Madama, Nord Niger - photo Thomas Goisque

 

10 Mars 2015 Par Frédéric Pons – V.A.

 

Terrain. En première ligne face aux djihadistes, les soldats français combattent sur un territoire immense, jusqu’aux frontières de la Libye et de l’Algérie. Une guerre sans répit, bourrée de pièges.

 

Le ciel est d’une pureté absolue, la luminosité intense. Un vent sec et froid pique la peau et gerce les lèvres. « Le pays du vent qui rend fou », disent les Africains. Sur cet immense plateau de sable parsemé de falaises de grès, rien n’arrête l’harmattan. Même pas le minuscule fort de Madama, qui émerge des dunes, au milieu de nulle part, à plus de trois heures d’avion au nord-est de Niamey, la capitale du Niger. L’amplitude thermique sera une nouvelle fois énorme : elle est parfois de près de 40 degrés entre le jour et la nuit.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:30
Aircraft carrier USS Carl Vinson and French nuclear aircraft carrier Charles de Gaulle transit the Northern Arabian Gulf

 

Mar. 8, 2015 U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Scott Fenaroli/Released

 

Aircraft carrier USS Carl Vinson (CVN 70), left, and French nuclear aircraft carrier Charles de Gaulle (R91) transit the Northern Arabian Gulf. Carl Vinson is deployed in the U.S. 5th Fleet area of operations supporting Operation Inherent Resolve, strike operations in Iraq and Syria as directed, maritime security operations, and theater security cooperation efforts in the region.

 

More pictures

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:30
Iraqi Kurdish Peshmerga target Islamic State in Kirkuk

 

9 March 2015 BBC MidEast

 

Iraqi Kurdish Peshmerga forces, backed by US air strikes, have launched an offensive against Islamic State (IS) militants in oil-rich Kirkuk province.

 

The Peshmerga reportedly began advancing along a frontline south-west of the provincial capital on Monday. Their hold over Kirkuk - consolidated when Iraq's army fled an IS advance last summer - has come under fresh attack from IS this year. IS has also sent fighters to repel an Iraqi assault on the city of Tikrit. Iraqi troops and Shia militias are attempting to drive IS jihadists from Tikrit, the Sunni Arab hometown of former dictator Saddam Hussein. The BBC has learnt that militants from Mosul, the largest city under IS control in Iraq, have been diverted to fend off the assault on Tikrit.

 

Continue reading the main story            

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:55
Le cycle vertueux de la mécanique à 5 temps



10/03/2015 COL Conegero, LTN Facchin - Armée de Terre

 

L’armée de Terre doit mettre à la disposition du CEMA des unités capables d’assurer d’armer l’échelon national d’urgence, les projections fixées et de participer aux missions intérieures. Pour honorer le contrat, la vie des régiments est inscrite dans un "cycle à cinq temps". Une planification offrant un équilibre entre déploiements intérieurs et extérieurs, préparations opérationnelles et vie personnelle. 

 

Ce cycle a le mérite de pouvoir absorber les aléas de programmation (ex. déclenchement de l’opération SERVAL) sans que l’équilibre général de la préparation opérationnelle ne soit remis en cause. « Pour un fonctionnement harmonieux des forces, il faut des points de repères réguliers », annonce le colonel Didier Jamme, chef du bureau programmation au commandement des forces terrestres (CFT).

Cinq grandes périodes ont été identifiées sur un cycle de base arrêté à 24 mois (cf. schéma). Ce cycle se répète une seconde fois pour faire un référentiel global de 48 mois dans lequel a été défini un parcours de préparation opérationnelle qui permet aux unités d’acquérir les fondamentaux pour faire face à tous types de situation. « Pour favoriser une équité entre les brigades, le CFT a inscrit ces périodes dans un cycle de vie. Réparties sur des tranches annuelles, elles se succèdent dans un cercle vertueux permettant une visibilité sur le futur », ajoute le colonel Jamme.

Une fois les missions données par le CFT, l’organisation interne des brigades se met en marche. « La brigade est le dernier échelon de responsabilité pour la désignation des hommes qui honoreront le contrat opérationnel », souligne le général Hervé Gomart, commandant la 3e brigade légère blindée (3e BLB).

Les brigades sont responsables de l’efficacité des régiments devant le commandement des forces terrestres. Pour cela, elles doivent tenir compte des unités déjà déployées, de la préparation opérationnelle générique (décentralisée puis centralisée) et spécifique (mise en condition avant projection), et faire en sorte qu’une partie des parcours réalisés dans les centres d’entraînement spécialisés puisse servir de MCP. Dans le cas d’un engagement de l’ENU, les brigades doivent veiller à maintenir le cycle de préparation sans sacrifier une unité au profit d’une autre qui serait d’alerte.

Cette planification implique un dialogue permanent, parfois soumis à l’arbitrage entre le CFT, les brigades et les régiments. « Le contrat opérationnel d’aujourd’hui est tenable, assure le général Gomart. Avec des moyens de plus en plus comptés, la difficulté majeure est d’avoir suffisamment d’équipements en France pour pouvoir préparer nos soldats. Les régiments ne sont pas autonomes en termes de véhicules, et l’effort en maintenance et en disponibilité est concentré sur les équipements projetés sur les théâtres d’opérations. Les réductions d’effectifs n’impactent pas lourdement les capacités de projections. L’équilibre d’aujourd’hui est fragile mais tenable. »

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:54
Le nouveau numéro d’« Air actualités » est arrivé !

 

10/03/2015  Air actualités

 

Dans ce numéro 679, la rédaction d’Air actualités vous emmène à la découverte des unités d’appui au déploiement. Explorez les missions de ces aviateurs de l’ombre, qui opèrent dans l’envers du décor, en préparant le terrain pour les forces, sur les théâtres d’opérations extérieures notamment.

 

Vous pourrez également plonger dans les coulisses d’une opération de haut-vol : une évacuation aéromédicale. Un journaliste d’Air actu est allé à la rencontre des « anges du ciel » et a embarqué à bord d’un de ces « hôpitaux en kit volants », qui restent en alerte jour et nuit pour intervenir à tout moment.

En ce mois de mars, les femmes et les réservistes sont à l’honneur : faites la connaissance de deux aviatrices passionnées par leur métier, qui ont choisi de poursuivre l’aventure dans la réserve.

Au gré de votre lecture, vous pourrez également suivre les premiers pas des fusiliers commandos de l’air au sein du stage Maquis, en savoir plus sur la modernisation du contrôle aérien et « buller » dans l’univers de la BD aéronautique.

Sans oublier, comme tous les mois, un survol en textes et en images de toute l’actualité de l’armée de l’air. N’attendez plus et partez à la découverte de ce nouveau numéro. Et pour toujours plus d’informations et d’actualités inédites, rendez-vous sur le site Internet et les réseaux sociaux de l’armée de l’air : Facebook, Twitter et Instagram.

 

Le numéro de février 2015 est désormais consultable en ligne.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:50
credit European Union 2014 – European Parliament

credit European Union 2014 – European Parliament


10. mars 2015 par Vivien Pertusot - ultimaratio-blog.org

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé de ses vœux la création d’une armée de l’Union européenne dans un entretien avec Die Welt. Quatre motifs sous-tendent sa position :

1. Cela aiderait à la création d’une véritable politique de sécurité et de défense commune et reflèterait les responsabilités que l’Europe souhaite incarner sur la scène internationale
2. Cela permettrait à l’Europe de réagir à des menaces pesant sur un Etat-membre ou sur un pays voisin
3. Une armée commune aurait valeur de dissuasion aux yeux de tous, à commencer par la Russie
4. Une armée européenne permettrait de faire d’importantes économies

Depuis cet entretien, un buzz s’est emparé de la sphère médiatique. Avant d’aller plus loin, rappelons que les vues de Jean-Claude Juncker sont bien connues sur le sujet et qu’il s’était déjà prononcé dans ce sens lors de la campagne des élections européennes l’an dernier.

En apparence, ces quatre motifs semblent recevables. En réalité, ils sont caducs et, dans le contexte actuel, quasi contreproductifs.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:40
Tu-95MS - Tu-160 - Tu22M3 - PAK-DA

Tu-95MS - Tu-160 - Tu22M3 - PAK-DA

 

03/09/2015 Dr James Bosbotinis - DefenceIQ

 

Russia’s Long Range Aviation Command (LRA) has assumed an increasingly prominent role in recent years, commencing with the resumption of regular bomber patrols in August 2007, and particularly through the course of 2014/2015, as Russia’s resurgence has adopted a distinctly more muscular tone amid deteriorating relations with the West. The LRA is increasing both its tempo and scope of operations: the latter highlighted by the declared intent to expand patrols to new regions, including the Caribbean and Gulf of Mexico; in addition, Russian long-range bombers have been observed conducting armed patrols. Most significantly, the LRA is intended to form a core component of a wider conventional strategic deterrent capability. Russia’s interest in developing conventional long-range strike systems is a facet of its on-going military reform efforts whereby it is seeking to enhance the effectiveness of the Russian Armed Forces, especially in terms of its ability to conduct extensive, precise strikes against an adversary’s critical strategic economic and military objectives.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:30
Liban : Exercice « Steel Storm » pour les forces françaises

 

10/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 22 au 28 février 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a conduit un exercice de tir à la mer dans la région de Naqoura au sud du Liban, en coopération entre la force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) et les forces armées et libanaises.

 

L’objectif de ces interactions communes était la pratique du tir ainsi que le renforcement de la coopération entre les éléments français déployés au sein de la FINUL et les forces armées libanaises.

 

Durant une semaine, les véhicules blindés français (VBL, VBCI, VAB) équipés de différentes armes de bord, dont des mitrailleuses, des canons de 20 et 25, ainsi que le fusil PGM, se sont succédé sur la zone sud de l’état-major de la FINUL. Lors de ces exercices tactiques, près de 1 300 obus et 30 000 cartouches de tous calibres ont été tirés, sur  des cibles distantes de 300 à 1 500 mètres mises en place par la  Maritime Task Force de la FINUL et la marine libanaise.

 

Les militaires français se sont également exercés au tir de combat à la mitrailleuse de superstructure (TCMS) afin d’acquérir les spécificités du tir de combat à partir de véhicules et ainsi améliorer l’efficacité des tireurs. De nombreux contingents, espagnols, finlandais, serbes, malaisiens, slovènes, irlandais, coréens, indonésiens et italiens ont également participé aux exercices de tirs.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:20
SAIC to continue USMC AAV upgrade programme

 

9 March 2015 naval-technology.com

 

The US Marine Corps (USMC) Programme Executive Office - Land Systems has exercised options under a contract awarded to Science Applications International Corporation (SAIC) to support its assault amphibious vehicle (AAV) upgrade programme.

 

As part of the prime contract signed in May last year, SAIC is responsible for engineering, designing and test upgrading of ten prototypes and 52 low-rate initial production (LRIP) vehicles.

 

The initial $16m, multiple award included options for prototype vehicle builds and trials, followed by a LRIP.

 

SAIC Navy and Marine Corps Customer Group senior vice-president and general manager Tom Watson said: "This significant win demonstrates SAIC's ingenuity to meet the demands of our customers and to serve the mission interests of the USMC.

 

"SAIC is honoured to have the opportunity to support the USMC on this highly important programme to ensure the safety and amphibious mission success of our nation's marines."

 

The contract value has increased to $69m and, if all options are exercised, will rise to approximately $194m over five years.

 

Work includes armour and engine rebuilds to enhance horsepower and torque, replacement of ageing transmission, modernisation of suspension components and new water jets and blast-resistant seats, as well as upgrades to vehicle control, instrumentation and driver interface systems.

 

SAIC will carry out upgrade works primarily at its facility in Charleston, South Carolina, US.

 

AAVs are capable of attacking any shoreline from the well decks of navy assault ships and can carry marines and cargo through hostile environments.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 11:50
Abrams Tanks arrive in Latvia--ready for Operation Atlantic Resolve photo US DoD

Abrams Tanks arrive in Latvia--ready for Operation Atlantic Resolve photo US DoD

 

9 mars 2015 45e Nord.ca (AFP)

 

Les Etats-Unis ont commencé à déployer 3.000 soldats pour trois mois de manœuvres dans les pays baltes, dans le cadre de l’opération Atlantic Resolve destinée à rassurer les pays de la région face à la Russie, a indiqué lundi le Pentagone.

 

Près de 750 véhicules et équipements sont arrivés par bateau à Riga pour ces manœuvres qui dureront 90 jours, a précisé le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Les équipements comprennent notamment des chars Abrams, les véhicules de combat Bradley et les véhicules Humvees, selon des indications données sur place à l’AFP par le général John O’Connor, chargé du transport des équipements.

Des hélicoptères font également partie du matériel envoyé pour ces manœuvres, a précisé le colonel Warren.

Selon une source militaire américaine, les équipements sont prévus pour rester sur place après le retour dans leurs quartiers des soldats participant aux manœuvres.

Ils resteront tant que ce sera nécessaire pour dissuader la Russie d’une agression, a précisé de son côté le général O’Connor.

L’opération Atlantic resolve (Détermination atlantique) désigne toutes les initiatives militaires prises après le début de la crise ukrainienne par les Etats-Unis, dans le cadre de l’Otan, pour rassurer les pays membres et alliés de l’organisation atlantique face à la Russie.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 08:54
Portrait du LV Lorélie, pilote d’hélicoptère Panther à la 36F

 

8 Mars 2015 Source: Marine nationale

 

À 32 ans, le lieutenant de vaisseau Lorélie fait partie de la Flottille 36F basée sur la base d’aéronautique navale de Hyères et est aux commandes d’un hélicoptère Panther. Retour sur une carrière de femme passionnée par l’aéronautique navale… Elle sera, cette année, la marraine de la journée mondiale des femmes de l’air qui se déroulera sur l’aéroport d’Avignon-Provence.

 

« Née en 1983 à Arles, originaire du Vaucluse, j’ai suivi ma scolarité à Apt avant d’intégrer en classe de 2nde l’École des Pupilles de l’Air de Grenoble avec pour objectif de devenir pilote d’hélicoptère. C’est à cette période que j’ai fait mes premiers pas dans l’aéronautique en obtenant à l’âge de 16 ans le brevet de pilote de planeur au sein de la section aérienne de vol à voile. En 2003, après 3 années de classes préparatoires, j’ai intégré l’École Navale et commencé ma formation d’officier de Marine. Brevetée chef de quart et parachutiste militaire, j’ai débuté ma formation de pilote d’hélicoptère en 2007 à Dax, à l’issue d’une campagne Jeanne d’Arc de 5 mois en océan Indien.

 

J’ai obtenu le brevet de pilote d’hélicoptère embarqué en janvier 2010 après 2 ans et demi de formation et ai rejoint la 36F basée à Hyères.

 

Très rapidement, j’ai fait mes premières armes comme adjoint chef de détachement embarqué sur la frégate Aconit, à bord de laquelle j’ai vécu ma première mission opérationnelle. Il s’agissait d’un déploiement de 4 mois et demi en océan Indien dans le cadre de la lutte contre la piraterie et les trafics illicites (opération Atalante). J’ai ensuite participé à l’opération Harmattan en Libye, par deux fois, à bord des frégates de défense aérienne Forbin et Chevalier Paul. Devenue chef de détachement à l’été 2011, j’ai poursuivi ma progression de pilote et l’acquisition des différentes qualifications.

 

L’année 2012 est marquée pour moi par un nouveau déploiement de 4 mois en ocean Indien et d’une mission de lutte contre le narcotrafic en Méditerranée. Je pars sur alerte pour une nouvelle mission au large des côtes syriennes.

 

L’année 2013 fut donc jalonnée par 3 déploiements successifs en Méditerranée orientale et en mer Noire. En 2014, je pars pour une dernière mission en océan Indien et golfe Arabo-Persique avant d’être affectée à l’état-major de la force de l’aéronautique navale à Toulon à l’été comme responsable du bureau « Activités Hélicoptères ».

 

Cumulant plus de 600 jours embarqués en opérations comme pilote d’hélicoptère, je totalise à présent 1200H de vol dont 1000H sur Panther.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 08:50
photo DGA

photo DGA

 

March 9, 2015 by Beth Stevenson - FG

 

Testing of the pan-European Neuron unmanned combat air vehicle demonstrator is due to move to Italy following the completion of French testing of the aircraft.

 

Following 100 test flights by Dassault Aviation in France, during which the sensor, datalink and stealth characteristics of the demonstrator were tested, responsibility for the six-nation Neuron aircraft will be transferred to Alenia Aermacchi ahead of a follow-up test phase by Saab in Sweden. All French tests were authorised by DGA, Paris’s defence procurement agency, and demonstrated “exemplary” availability and reliability throughout, Dassault says. The first phase of tests involved the opening of Neuron’s flight envelope – including opening the weapon bay door – as well as electro-optical sensor and datalink performance validation. During a second phase, “most flights were dedicated to infrared and electromagnetic signature/detection confrontations against operational systems”, Dassault says, adding that all “produced all the expected results”.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 08:50
SA80-A2

SA80-A2

 

March 09, 2015 by Paul G. – Think Defence

 

It’s no secret that the A2 has had a hard few years, with prolonged use in Iraq and Afghanistan. It’s also ironic that after many modifications it is now a respected weapon, but one without any real chance of newer versions coming into service due to a lack of the tooling required. The A1/A2 are what I would class as 1st generation bullpups: that is, rifles that have made it into mass production and have been accepted into service. Other examples include the Steyr Aug and the FAMAS.

 

Read more

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories