Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:35
ISAF flag returns to NATO Headquarters from Kabul

 

15 Jan. 2015 NATO

 

The flag of the International Security Assistance Force (ISAF) mission has been brought back from Kabul (Afghanistan) to NATO headquarters in Brussels (Belgium), on Thursday (15 January 2015).

 

“A flag is far more than a piece of cloth. It is a symbol. A nation’s flag is a symbol of unity, of history, of the sacrifices made by its people; and of the values for which it stands. And for the military, the flag is a symbol of pride,” NATO Secretary General Jens Stoltenberg said at a ceremony held today at NATO Headquarters. “For over a decade, NATO Allies and partner nations from across the world have served under the ISAF flag.  They have stood shoulder to shoulder with Afghanistan in the largest operation in the history of the Alliance. This flag is the symbol of that mission.  Of what we achieved.  And of the hard work and the sacrifices. It will be displayed here, inside our headquarters, visible to all , as a lasting memory and a enduring symbol of our ISAF mission in Afghanistan,” the Secretary General added.

 

ISAF flag returns to NATO Headquarters from Kabul

 

The ISAF mission was completed at the end of 2014, when the Afghan National Defence and Security Forces (ANDSF) assumed full security responsibility throughout Afghanistan. The relationship between NATO and Afghanistan is evolving and the scope of NATO’s support to Afghanistan has changed. A new, NATO-led mission (called Resolute Support) to train, advise and assist the ANDSF was launched on 1 January 2015. Also,  NATO Allies and partners are contributing to the financing of the ANDSF and are deepening their political dialogue and practical cooperation with Afghanistan, within the framework of the NATO-Afghanistan Enduring Partnership.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:20
DADS (Discovery Air Defence Services) va travailler au profit des forces armées allemandes


11.01.2015 par Philippe Chapleau  - Lignes de Défense
 

C'est au cours de ce mois de janvier 2015 que la firme canadienne DADS (Discovery Air Defence Services) va démarrer ses opérations en Allemagne aux profit des forces armées. Au menu: simulation, formation de JTAC, tractage, plastronnage au profit de la marine...

DADS va déployer des A4-N dans le cadre d'un contrat de 5 ans (la firme dispose de dix de ces avions et de 16 Alpha Jets). Sept appareils seront basés à Wittmund et ils voleront 1200 heures par an au profit des forces allemandes.

DADS appartient au groupe Discovery Air qui possède aussi la société Top Aces USA qui a repris ATSI en 2013.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:45
La stratégie américaine en Afrique

 

15.01.2015 Sous la direction de Maya Kandel * - IRSEM

 

Cette étude présente une analyse de la stratégie américaine en Afrique. À partir de contributions d’universitaires, experts et opérationnels français et américains, elle analyse les acteurs, processus et modalités de la présence militaire américaine en Afrique. Elle s’intéresse en particulier aux caractéristiques et aux coûts de l’approche indirecte privilégiée par les États-Unis. Le continent africain constitue en effet le laboratoire d’un aspect déterminant de la réorientation stratégique engagée par le président Barack Obama à travers le concept d’empreinte légère (light footprint). Plus récemment, il a même été érigé en modèle de la lutte contre-terroriste et source d’inspiration pour d’autres régions, notamment le Moyen-Orient. Enfin, la coopération franco-américaine resserrée et inédite dans certaines régions africaines justifie également que l’on étudie la stratégie américaine en Afrique, son évolution récente, sa mise en oeuvre et le bilan que l’on peut en tirer.

 

Les dogmes de la stratégie américaine en Afrique, sont constants depuis le début des années 2000, voire les années 1990 :

- l’Afrique n’est pas une priorité stratégique ;

- l’empreinte au sol doit rester minimale (d’où le rôle des forces spéciales) ;

- pas d’engagement direct pour les militaires américains, ou alors secret ;

- leadership en retrait et intervention par partenaire interposé ;

- même dans ce dernier cas, les États-Unis ne doivent pas apparaître comme un cobelligérant ;

- sur le long terme, le mot d’ordre est « solutions africaines aux problèmes africains ».

 

Les priorités américaines sont logiquement la protection des personnels et intérêts américains sur place, puis par ordre décroissant en termes régionaux, l’Est de l’Afrique, suivi par le Nord et le Sahel, enfin le reste du continent et les littoraux.

 

Les principales conclusions de l’étude illustrent les risques du light footprint, en particulier celui de traiter les symptômes et non les causes en privilégiant l’efficacité à court terme contre les objectifs à long terme, alors même que l’analyse de la menace s’est considérablement affinée du côté des militaires américains où l’on a beaucoup appris des expériences d’Irak et d’Afghanistan. L’une des problématiques essentielles de cette étude réside dans le dilemme, qui n’est pas propre aux États-Unis d’ailleurs, entre les intérêts à court terme de la lutte contre-terroriste et les intérêts à long terme – soit la résolution des causes du terrorisme.

 

Plusieurs articles s’intéressent aux réactions africaines à la politique américaine : à partir d’études de cas (Kenya, Éthiopie, Ouganda, Djibouti notamment), ces analyses mettent en évidence les « coûts cachés » du choix de combattre par procuration, en particulier le risque d’instrumentalisation par des pouvoirs locaux aux agendas différents, et la possibilité de conséquences négatives, voire contre-productives, à long terme. Ils illustrent également, dans certains cas, le chemin parcouru en quelques années par certains chefs d’Etat en Afrique, de la réticence à collaborer avec les États-Unis à l’enthousiasme, voire à la volonté d’une collaboration plus étroite encore. Enfin, l’étude explore à travers plusieurs exemples un autre aspect du light footprint, l’approche par les partenariats, ouvrant des pistes encore inexploitées de collaborations possibles.

 

Maya Kandel * est responsable du programme sur les États-Unis à l’IRSEM et chercheure associée à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle (CREW/CRAN)

 

Etudes de l'IRSEM n°36 - 2014

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 18:55
Mise en œuvre de l’Airbus A400M

 

15/01/2015 Camille Pégol - Armée de terre

 

Dans le cadre de la mise en service opérationnel de l’Airbus A400M, le groupement "aéroportés" de la section technique de l’armée de Terre (STAT) a mené une campagne d’expérimentation sur la base aérienne 126 de Solenzara (Corse) du 9 au 12 décembre 2014, en collaboration avec l’équipe de marque avion de transport tactique du centre d’expériences aériennes militaire (CEAM).

 

Axée sur l’acquisition des savoir-faire troupes aéroportées des forces terrestres avec ce nouvel aéronef, l’expérimentation a été menée avec le renfort du 2e régiment étranger de parachutistes.

 

Les activités au sol ont permis de préciser le nombre de parachutistes équipés FELIN version lourde en ensemble parachutage du combattant  (EPC) pouvant embarquer lors des futures opérations aéroportées en largage de masse et d’expérimenter les arrimages et positions des colis d’accompagnement de  type Milan et mortiers de 81 mm nécessaires à la mise à terre par assaut vertical de la compagnie d’infanterie du 2e REP.

 

Les activités aériennes, quant à elles, ont permis de valider les procédures de poser d’assaut de personnel et de véhicules, de former les premiers chefs d’équipage aéroportage de la STAT TAP et d’entraîner le 2e REP à la mise à terre par aéroportage à partir d’A400M. Le régiment est la première unité de la 11e brigade parachutiste à travailler avec le nouvel avion.

 

Cette première campagne a rempli ses objectifs et ne constitue que le début du long travail de mise en service de l’A400M au profit des troupes aéroportées.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:56
Trois ouvrages sur les Forces Aériennes Stratégiques


15/01/2015 Armée de l'air

 

Dans la continuité de la cérémonie du 3 octobre à Istres et du colloque du 20 novembre à l’Ecole Militaire, la commémoration du cinquantenaire des forces aériennes stratégiques, se poursuit au-travers de trois ouvrages très différents, réalisés durant l’année 2014, et publiés récemment :

- « Forces Aériennes Stratégiques : missions au cœur du secret défense » de Robert Galan,

- « Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans de dissuasion nucléaire au service de la paix » de Hervé Beaumont,

- « Les Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans d’alerte nucléaire », d’Alexandre Paringaux.

 

Dans « Forces Aériennes Stratégiques : missions au cœur du secret défense », préfacé par le général de corps aérien Philippe Steininger, actuel commandant des forces aériennes stratégiques (FAS), Robert Galan, ancien pilote des FAS et ancien pilote d’essai, retrace les moments forts d’un demi-siècle d’opérations au service de la paix au-travers de récits et d’anecdotes racontés par ceux qui les ont vécu. Des expéditions des bombardiers Mirage IV et leurs missions aux Champs-Élysées, en Écosse et en Afghanistan aux missions de la force de transport stratégique des ravitailleurs C-135 en, passant par la naissance du plateau d’Albion et la mise en place des premiers missiles, ce livre compile en 218 pages des récits épiques dans lesquels se distingue le sens aigu du courage, du devoir et de la camaraderie qui unit les « aviateurs du nucléaire » aux mécaniciens d’exception en un seul corps : les forces aériennes stratégiques.

 

« Forces Aériennes Stratégiques : missions au cœur du secret défense », de Robert Galan, réalisé en collaboration avec l’Association Nationale des anciens des Forces Aériennes Stratégiques (ANFAS), aux éditions Privat (18 €).

Préfacé par le général d’armée aérienne Denis Mercier, actuel chef d’état-major de l’armée de l’air, « Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans de dissuasion nucléaire au service de la paix », ouvrage encyclopédique de 256 pages, retrace la genèse, l’histoire de la doctrine nucléaire française en lien avec les contextes géopolitiques, la création, la mise en place, le fonctionnement, l’évolution des forces aériennes stratégiques et de leurs missions nucléaires, de reconnaissance stratégique ou conventionnelles. En parallèle, Hervé Beaumont, expert aéronautique avisé et passionné de l’histoire des FAS, aborde très largement le développement, la mise en œuvre des vecteurs et des armes nucléaires françaises aéroportées constituant les systèmes d’arme : Mirage IV A/AN, Boeing C-135F, missiles Sol-Sol Balistiques Stratégiques, Mirage IV P/ASMP, Boeing C-135FR, Mirage 2000 N/ASMP/ ASMP-A et Rafale B F3/ASMP-A. Cette histoire en cours, assurée sans une seconde de discontinuité par le personnel au professionnalisme exceptionnel des forces aériennes stratégiques, est abondamment illustrée par de nombreux documents et par des témoignages inédits. D’ores et déjà un ouvrage de référence.

 

« Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans de dissuasion nucléaire au service de la paix » de Hervé Beaumont, aux éditions Histoire et Collections (55 €)

Troisième tome des ouvrages consacrés par les éditions Zéphyr aux avions et unités de l’Armée de l’Air, « Les Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans d’alerte nucléaire » réunit dans son style caractéristique de nombreuses photographies d’Alexandre Paringaux et des textes du journaliste de Défense Frédéric Lert et du spécialiste des FAS Hervé Beaumont. Préfacé par le général de corps aérien Philippe Steininger, cet ouvrage de 243 pages retrace en images l’exploit technique de la mise en vol de la composante pilotée de la dissuasion nucléaire française, et revient également sur l’extraordinaire aventure humaine que perpétuent depuis un demi-siècle les hommes et les femmes des FAS qui, dans l’ombre, accomplissent une mission opérationnelle incomparable, portant au plus haut le niveau d’excellence de l’armée de l’air.

Cet ouvrage est vendu seul ou en coffret « prestige » contenant, outre un insigne commémoratif en édition limitée, une maquette inédite de Rafale B, réalisée par Dassault Aviation à l’échelle 1/72ème, aux couleurs du « Gascogne » et porteur de l’ASMP-A.

 

« Les Forces Aériennes Stratégiques : 50 ans d’alerte nucléaire » d’Alexandre Paringaux, aux éditions Zéphyr, (40 € seul, 99 € en coffret prestige avec maquette métallique de Rafale B).

Trois ouvrages de styles différents, complémentaires, destinés à tous ceux qui s’intéressent à une mission qui permet au Président de la République de garantir de manière ininterrompue depuis plus de 50 ans et en toutes circonstances la liberté d’appréciation, de décision et d’action de la France dans le cadre de ses responsabilités internationales.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:50
Financing the CSDP - SEDE

 

15-01-2015 SEDE

 

Jointly with the Committee on Budgets, SEDE will hear an expert in view of its joint draft report on the Financing of the Common Security and Defence Policy (AFET/SEDE Rapporteur: Eduard KUKAN, EPP and BUDG Rapporteur: Indrek TARAND, Greens).

 

When : 21 January 2015


Further information Draft agenda and meeting documents

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:50
Security in the Black Sea and Arctic - SEDE
 

15.01.2015 SEDE

 

SEDE will hold a first exchange of views on the draft report on the Strategic military situation in the Black Sea Basin following the illegal annexation of Crimea by Russia (Rapporteur: Ioan Mircea PASCU, S&D). It will also exchange views with experts on Emerging security challenges in the Arctic.

 

When: 21 January 2015

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:45
Sangaris : focus sur la ville Boda

 

15/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 10 janvier 2015, la chef d’état de transition, Madame Catherine Samba Panza, s’est rendue dans la ville de Boda, accompagnée du commandant de la force Sangaris, afin de réaffirmer l’autorité de l’Etat et d’annoncer les prochaines consultations populaires.

 

Une délégation officielle centrafricaine comprenant plusieurs ministres, les autorités locales et les représentants administratifs de la ville, étaient présents, samedi 10 janvier, pour accueillir la chef de l’Etat de transition (CET), madame Catherine Samba-Panza, à Boda, préfecture située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Bangui. En appui de la MINUSCA, la force Sangaris (GTIA Picardie), a participé à la sécurisation de l’événement aux côtés des forces de sécurité intérieure (FSI).

 

Depuis le 2 octobre 2014, la force Sangaris a transmis la sécurisation de la ville de Boda aux forces de l’ONU. Des services administratifs de proximité, des mairies, une cour d’appel, une gendarmerie, des écoles, fonctionnent aujourd’hui dans la préfecture de la Lobaye. Si la concorde n’est encore pas entièrement revenue entre les musulmans, situés au nord de la ville, et les chrétiens, installés dans le centre ville, la réhabilitation de l’administration a permis une évolution vers un climat plus apaisé.

4 000 personnes (écoles et lycées de Boda, communauté chrétienne et musulmane) étaient ainsi réunies sur la place centrale de la ville pour accueillir la chef de l’Etat de transition et applaudir son discours rassembleur. Mme Catherine Samba-Panza a profité de son audience pour annoncer les prochaines consultations populaires qui seront conduites sur l’ensemble du territoire centrafricain. Ces consultations ont pour but de faire remonter les thèmes qui seront traités durant le forum de Bangui, rendez-vous politique qui conduira vers des élections.

 

Le déplacement de la CET en province est un signal fort pour la Centrafrique. Le climat apaisé de la ville de Boda illustre les résultats obtenus par les efforts conjugués de l’Etat centrafricain et de son administration, des forces internationales dont Sangaris, et de la population.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

Sangaris : focus sur la ville Boda
Sangaris : focus sur la ville BodaSangaris : focus sur la ville Boda

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:45
Public Hearing on the Sahel region - SEDE

 

15.01.2015 SEDE

 

The Subcommittee will hold a public hearing with experts on "Sahel: a high risk area for the security of the EU".

 

When: 21 January 2015

 

Further information

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:40
Russia to Merge Air, Space Forces in 2015

 

Jan 14, 2015 Spacewar.com (Sputnik)

 

Moscow, Russia - Russia will create an Air-Space Force from the merger of its Air Force and Space Forces in 2015, the country's Armed Forces General Staff chief, Valery Gerasimov, said Tuesday.

 

"A new type of armed forces will be created in 2015, the Air-Space Forces, by combining two already existing types of military armed forces: the Air Force and Space Forces," Gerasimov said.

 

Earlier it was reported that Russia would combine these two military forces in 2016.

 

According to Gerasimov, the military is working to develop a reliable layered missile defense system in space, and to deploy newest radars.

 

The establishment of the Air-Space Forces has been widely discussed in the press in recent years, but such rumors were always denied by the authorities. Last summer, Russian Air Force commander-in-chief Lt. Gen. Viktor Bondarev confirmed the creation of the new force.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:35
Jump Week at Yokota Air Base, Japan

 
13 janv. 2015 US Air Force

 

The 36th Airlift Squadron and 31st Rescue Squadron from Yokota Air Base, Japan, maintain mission readiness and practice rescue tactics during Jump Week.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:20
USS Bonhomme Richard Sailors Return to Sea

 

13 janv. 2015 US Navy

 

All Hands Update January 13, 2015 #3
Sailors aboard USS Bonhomme Richard return to sea.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:50
Annual Report on CSDP - SEDE

 

15-01-2015 SEDE

 

The Subcommittee will hold a first debate on the draft report on the Implementation of the Common Security and Defence Policy - based on the Council's Annual Report (Rapporteur: Arnaud DANJEAN).

 
 
When : 21 January 2015

Further information meeting documents

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:45
Le CPA 20 s’entraîne à Djibouti

 

15/01/2015 Armée de l'air

 

Du 5 au 13 janvier 2015, le commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20) a réalisé une période d’instruction (PI) sur le sol djiboutien au côté des escadrons de transport (ET) 1/64 « Béarn » et 2/64 « Anjou ».

 

Au programme pour les parachutistes : posés d’assaut dans la région de Grand Bara avec appui chasse de l’escadron 3/11 « Corse », posés d’assaut sur la piste de Chabeley, largages de parachutistes ainsi que des manœuvres d’appui aérien.

 

En milieu de PI, tous les participants se sont retrouvés autour d’un exercice majeur et intense mené de nuit. Les CPA se sont infiltrés par patrouille motorisée et ont participé aux missions d’appui aérien. Les transporteurs ont, quant à eux, effectué des posés tactiques sur terrain sommaire en C160 Transall.

 

Le CPA 20 s’entraîne à Djibouti

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 14:55
Plan Vigipirate - perception du matériel


15 janv. 2015 Armée de Terre

 

Dans le cadre de la montée en puissance du plan Vigipirate au niveau d’alerte attentat, la chaîne interarmées du soutien est à l’œuvre pour équiper les unités de l’armée de Terre déployées sur tout le territoire.
Le 11e régiment d’artillerie de marine (11e RAMa) a été le premier à être équipé des effets balistiques : gilets pare-balles et casques en Kevlar. Le matériel a été préparé dans le magasin d’habillement de la base de défense de Rennes.
Prêts à intervenir sur très court préavis quel que soit le contexte, les militaires de l’armée de Terre sont au service de la sécurité des Français.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 13:55
Centenaire RICM en photos

 

13/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Pour célébrer un siècle d’existence, le régiment d’infanterie chars de marine (RICM) édite un album retraçant son histoire : 100 portraits pour un centenaire.

 

Anecdotes, témoignages et récits poignants nous permettent de traverser les grands conflits qui ont marqué la France et fait la renommée du RICM. Ils sont militaires du rang, sous-officiers et officiers. Ils ont contribué avec courage, force et détermination à rendre l'image du RICM plus belle et ses exploits plus nobles. Hommage à tous les hommes qui ont servi sous son drapeau, Cent portraits pour un centenaire rappelle que ce régiment est une unité prestigieuse avant tout grâce à ses marsouins.

 

Titre : 100 portraits pour un centenaire

Auteur : Collectif – RICM Poitiers

Éditions Lavauzelle

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 13:55
Drones, la révolution en marche (Jdef)

 

14/01/2015 Economie et technologie

 

Pour ce numéro spécial « Drones, la révolution en marche », le Journal de la Défense (#Jdef) vous éclaire sur les drones qui sont devenus, en 10 ans, un incontournable des interventions militaires. C’est un instrument aujourd’hui privilégié pour la reconnaissance et l’observation.

 

A l’heure où la France et l’Angleterre s’apprêtent à développer ensemble le drone du futur capable de frapper l’adversaire, le drone intrigue et passionne.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 13:45
Barkhane : remerciements et vœux 2015 des soldats en OPEX

 

14/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Pour montrer aux soldats en OPEX qu’ils pensaient à eux, plusieurs personnalités des médias et du spectacle, des habitants des villes de garnison ainsi que certains de leurs frères d’armes avaient tenu à leur envoyer des messages de soutien pendant les fêtes de fin d’année qu’ils ont passées loin de leurs proches.

 

Plusieurs militaires de l’opération Barkhane, parmi les 8 000 projetés sur les différents théâtres d’opérations extérieures (OPEX), ont répondu à ces nombreux messages de soutien.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 13:30
Le Guépratte en exercice avec la marine qatarie

 

15/01/2015 Sources : État-major des armées

 

En escale à Doha dans le cadre de son déploiement en zone Océan indien, le Guépratte a conduit le 8 Janvier 2015 deux exercices de coopération bilatérale avec la marine qatarie. Un Securex ainsi qu’un Visitex ont été organisés à bord, afin de partager le savoir-faire et l’expérience des équipes du Guépratte, et de mettre à profit sa présence pour l’entraînement des marins du Qatar.

 

Deux détachements de la marine qatarie sont ainsi venus à bord pour conduire ces exercices. Le premier a pu assister et participer à un exercice de lutte contre un incendie, au cours duquel il a pu observer, concrètement, la mise en œuvre de nos techniques d’intervention sécurité et l’utilisation de notre matériel. Simultanément, une équipe de commandos marine qataris a réalisé un exercice de visite du bord, leur permettant de mettre en œuvre leurs propres techniques tout en bénéficiant des conseils avisés du chef de l’équipe de visite du Guépratte, rodé à ce type d’intervention par les deux mois de mission écoulés.

 

 Ces exercices achevés et « debriefés », les participants ont échangé leurs expériences, confirmant ainsi l’esprit de confiance mutuelle qui avaient présidé aux manœuvres de la journée. Cette coopération, concrète et fructueuse pour l’entraînement conjoint, a permis d’enrichir le savoir-faire de chacun et de renforcer la coopération entre nos deux marines.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 12:55
Vœux aux armées du président de la République à bord du Charles de Gaulle


15/01/2015 Marine nationale

 

Vœux aux armées du président de la République à bord du Charles de Gaulle en route pour la mission Arromanches

 

Le président de la République a choisi le Charles de Gaulle pour présenter ses vœux aux armées. Arrivé sur le porte-avions en début d’après-midi le 14 janvier, il a effectué une visite de différentes installations du bord. Il a également pu rencontrer les marins qui viennent de quitter Toulon pour la mission Arromanches qui les conduira en océan Indien et dans le golfe Arabo-Persique.

 

Le groupe aéronaval composé du porte-avions Charles de Gaulle et du groupe aérien, de la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, de la frégate anti-sous-marine Montcalm qui sera relevée par la frégate britannique HMS Kent, du pétrolier ravitailleur Marne relevé d’ici quelques jours par son sistership Meuse,et d’un sous-marin nucléaire d’attaque, a quitté Toulon le 13 janvier pour mener la mission Arromanches.

 

«Une grande nation a des institutions solides, l’armée en est une. L’appareillage de notre porte-avions est un acte qui a du sens, il est le symbole de notre indépendance et la manifestation de notre capacité militaire et politique». François Hollande, président de la République

 

Le discours du président de la République

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 12:50
L'Otan presse Berlin d'investir dans la défense

 

14/01/2015 Par LeFigaro.fr avec AFP

 

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé aujourd'hui l'Allemagne à investir davantage dans la défense "afin de maintenir la sécurité et la stabilité" en Europe.

 

"L'Allemagne assure un rôle dirigeant dans de si nombreux domaines en Europe, mais nous cherchons aussi le rôle dirigeant allemand quand il s'agit d'investir dans la défense", a expliqué le Norvégien au cours d'une conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel à Berlin.

 

"Nous avons besoin d'investir dans notre défense pour être en mesure de protéger tous nos alliés et pour maintenir la sécurité et la stabilité" en Europe, a ajouté le secrétaire général, qui effectuait sa première visite à Berlin depuis sa prise de fonction à l'automne.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 12:50
La commission défense évoquera notamment le remplacement des F16 - photo MIL.be

La commission défense évoquera notamment le remplacement des F16 - photo MIL.be

 

14 janvier 2015 Baptiste Hupin - RTBF.be

 

La commission Défense de la chambre entame une série d'auditions d'experts pour débattre de la stratégie à long terme de la Défense. Le ministre de la Défense doit présenter un plan stratégique à dix ans au conseil des ministres dans les mois à venir. La définition de ce plan intervient alors que la Défense est soumise à des réductions budgétaires tout au long de la législature. Par ailleurs, il doit tenir compte d'un très gros investissement à venir: le remplacement des F16.

 

    Les économies importantes décidées par le gouvernement Michel n'épargnent pas la Défense. D'ici 2019, elle devra faire plus d'un milliard et demi d'économies, après plusieurs années de restriction budgétaire. Par ailleurs, les avions de chasse belges sont en bout de course. Or, la plupart des partis sont favorables au maintien d'une composante aérienne forte. Le gouvernement s'est donc engagé à remplacer les F16. Cinq appareils différents sont à l'étude. Le modèle qui sera choisi pour succéder aux F16 doit être désigné en 2018 pour respecter le calendrier de remplacement, entre 2023 et 2029. Le montant de cet achat est estimé à 4 milliards d'euros.

 

    Entre économies sévères et investissements colossaux, la Défense doit donc faire des choix stratégiques. Dans sa déclaration de politique générale, le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a été très clair: "Le défi budgétaire des prochaines années est important et ses effets seront inévitablement perceptibles sur le terrain. (...) Des choix difficiles devront être faits. Pour mettre en oeuvre ces mesures, le gouvernement opèrera des choix en matière d'effectif, de personnel et de capacité." La Défense est donc peut-être à la veille de changements déterminants et la commission de la Défense de la Chambre a demandé la tenue d'auditions pour en débattre.

 

    La plupart des députés saluent la tenue de ce débat parlementaire. Mais dans les rangs de l'opposition francophone, certains estiment que la réflexion vient trop tard. Pour Benoît Hellings député ECOLO, elle aurait du précéder la décision de remplacer les F16. "La définition de cette stratégie à long terme est biaisée par la décision de maintenir une composante aérienne capable à la fois de défendre notre territoire et de se déployer sur des missions internationales. L'argument de pouvoir rester un partenaire fiable auprès de l'OTAN n'est pas suffisant." Selon le député PS Sébastien Pirlot le travail est mené à l'envers. "On envisage un investissement de 4 milliards et on n'a pas encore de plan stratégique pour les dix prochaines années."

 

    Pour débattre de ces choix stratégiques, la commission de la Défense a sélectionné 32 interlocuteurs issus du monde académique, militaire belge et étranger, de l'OTAN, des syndicats, du secteur associatif ou encore de l'industrie militaire. Les auditions s'étaleront sur plusieurs semaines jusqu'au mois de février. La commission Défense émettra alors des recommandations sur lesquelles le ministre pourra s'appuyer pour tracer la voie de la Défense dans les dix années à venir.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:55
Le programme Descartes

 

12/01/2015 DGA - Equipement

 

Le programme Descartes vise à moderniser l’ensemble des réseaux informatiques et téléphoniques d’infrastructure du ministère de la défense (métropole et outre-mer). Cette modernisation était rendue nécessaire au vu de l’obsolescence des équipements actuels (téléphonie en particulier), du fait de l’augmentation constante des besoins en débits, mais également de la nécessité de renforcer la sécurité des systèmes informatiques.

 

Il comporte une partie dite « d’usage général » conçue de manière à rejoindre les initiatives interministérielles en la matière, et une partie dite « résiliente », hautement sécurisée, fonctionnant même en cas de crise grave en particulier au profit des missions de dissuasion nucléaire, de commandement de l’organisation territoriale interarmées de défense et de la posture permanente de sécurité aérienne.

 

La LPM prévoit la réalisation et le déploiement de ces deux composantes, de même que les communications dédiées au contrôle aérien.

Note RP Defense : voir Information / communication / espace

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:25
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population

 

14/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) ont conduit durant toute l’année 2014 des opérations de lutte contre les trafics de stupéfiants ainsi que des opérations d’assistance et de secours à la population, souvent en coopération avec les nations riveraines de l’arc antillais.

 

En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près de 1,9 tonnes de drogue saisies en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone. Ce bilan, très positif, est le résultat d’une coordination sans faille de l’ensemble des forces armées aux Antilles et de leur socle capacitaire. Forts de leurs entraînements conjoints, marins, terriens et aviateurs ont renforcé leur aguerrissement tout au long de l’année, se tenant prêts à intervenir sur la totalité de leur spectre opérationnel, avec le soutien d’organismes à la pointe, tels que la base navale ou le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles. Une bonne coordination a été effectuée avec l’ensemble des autres acteurs, étatiques et civils mais aussi avec nos partenaires régionaux. La capacité de coordination interministérielle et multinationale, indispensable à l’exercice des missions les plus délicates, a été déterminante.

 

Placés sous le commandement du centre des opérations de l’état-major interarmées chargé de planifier et conduire les opérations de lutte contre le narcotrafic, les deux frégates de surveillance basées aux Antilles, le Ventôse et le Germinal, leur hélicoptère embarqué et les moyens des détachements terrestres ont prouvé leur grande efficacité permettant aux FAA d’obtenir des résultats très positifs dans le domaine de la lutte contre les trafics illicites. En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près d’1,9 tonne de drogue saisie en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone.

 

La deuxième mission des FAA est de planifier et être en mesure de participer aux opérations d'assistance aux populations de la Caraïbe en cas de catastrophe naturelle. Dès le début de l’année 2014, les FAA ont livré du fret humanitaire destiné aux populations de Sainte-Lucie et Saint-Vincent et les Grenadines frappées par de graves intempéries durant la nuit de Noël 2013. Sur demande de concours de la Préfecture de la Martinique et de la Guadeloupe, les forces armées aux Antilles sont également intervenues à plusieurs reprises en appui des équipes municipales et des services de l’Etat au profit de la population antillaise pour évacuer des algues sargasses qui menaçaient la santé publique en raison de fortes émanations de gaz toxiques. Enfin, les FAA ont engagé depuis le pôle aéronautique étatique du Lamentin un avion CASA de l’armée de l’Air opérant sur le théâtre Antilles-Guyane afin de soutenir les opérations de sauvetage dans les îles du Nord après le passage du cyclone Gonzalo, mi-octobre.

 

Ces opérations, les forces armées aux Antilles les conduisent souvent en coopération avec d’autres forces armées de la région. Poursuivre le développement d'échanges maritimes avec les nations œuvrant dans la zone Caraïbe, entretenir une coopération de proximité permettant d'améliorer la lutte contre les trafics illicites et développer l'interopérabilité dans le domaine du secours aux populations en cas de catastrophe naturelle sont au cœur des préoccupations des FAA. En complément de leurs réunions d’échanges régulières, elles ont ainsi accueilli, en 2014, quatre détachements militaires étrangers, conduit un détachement d’instruction opérationnel, réalisé quatre entraînements à la mer avec nos alliés américains, britanniques, néerlandais et mexicains et mené une opération commune de lutte contre le narcotrafic avec nos partenaires colombiens.

 

Pour mener à bien ces opérations, une préparation opérationnelle permanente est nécessaire car l’excellence opérationnelle est longue à acquérir. Son entretien exige une alternance de périodes bien marquées, dédiées à la préparation opérationnelle générique, à la mise en condition avant projection ou déploiement et à la remise en condition opérationnelle après l’engagement. 24 stages d’aguerrissement et de préparation opérationnelles ont été conduits par le centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger, 78 sorties sur le terrain ont été réalisées dans le cadre des missions communes de l’armée de Terre par le DTA 33, et un stage de mise en condition opérationnelle encadré par les entraîneurs de la force d’action navale a qualifié l’ensemble des unités Marine des forces armées aux Antilles.

 

Toutes ces opérations ne pourraient avoir lieu sans un soutien logistique sans faille, dans des domaines aussi variés que l’infrastructure de Défense, les systèmes de télécommunication, le maintien en condition opérationnelle ou encore le soutien financier. Les unités de soutien telles que le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles, la direction des infrastructures de la Défense, le service de soutien de la Flotte, la base navale, la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information ou encore le centre médical interarmées ont toutes été engagées dans un seul but : la réussite de la mission.

 

L’ensemble de ces actions sont conduites par les 1 200 hommes et femmes, civils et militaires qui servent au quotidien les forces armées aux Antilles.

 

L’année 2014 était également marquée par le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Les FAA, très engagées dans les actions de commémoration, se sont naturellement investies cette année pour célébrer ce centenaire. De la reconstitution du D-Day de Normandie avec une barge de débarquement du bâtiment de transport léger Dumont d’Urville, à la cérémonie simultanée en Guadeloupe et en Martinique des « 100 villes, 100 héros, 100 drapeaux », les forces armées ont rendus hommage à leurs anciens, aux côtés des vétérans antillais et des jeunes Cadets de la Défense. Un véritable symbole de la transmission de la mémoire et de l’esprit de Défense.

 

2014 a donc été une année riche en activités et 2015 sera, à n’en pas douter, un nouveau défi que toutes les unités des forces armées aux Antilles sont impatientes de relever.

FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 19:59
Armées : revoir la réduction des effectifs, mais avec quel argent ?

En présentant ses voeux aux armées, François Hollande a déclaré que "la situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années dans le cadre de la loi de programmation militaire". photo EMA

 

14/01/2015 Par Jean Guisnel - Défense ouverte / LePoint.fr

 

Après les attaques en France, François Hollande a émis le souhait de "réduire le rythme" de la réduction des effectifs dans l'armée.

 

En présentant ses voeux aux armées sur le porte-avions Charles de Gaulle en partance pour le Golfe arabo-persique, François Hollande a changé de pied sur les affaires militaires. Il a déclaré que "la situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années dans le cadre de la loi de programmation militaire". Il a ainsi logiquement reconnu qu'il ne pouvait pas continuer de demander des efforts opérationnels incessants aux militaires aussi bien à l'extérieur des frontières que, depuis la semaine dernière après les attentats de Paris, à l'intérieur de l'Hexagone. Le plan Vigipirate dans sa phase actuelle, inédite par son ampleur, concerne 10 000 militaires, alors que les armées ont perdu 7 881 postes budgétaires en 2014. En six ans, 34 000 postes doivent passer à la trappe !

 

Nécessités budgétaires

On a bien compris dans les propos de François Hollande qu'il ne renonce aucunement à l'objectif de réduction qu'il s'est fixé, mais qu'il propose seulement d'en "réduire le rythme". D'ailleurs, en confiant sa feuille de route au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, avant un Conseil de défense décisif le 21 janvier, il lui a demandé "des propositions d'ici la fin de la semaine, en tenant compte évidemment des nécessités budgétaires". Or ces "nécessités" budgétaires sont d'abord des difficultés, qui se trouvaient très loin d'être tranchées avant que les attentats se produisent. Pour ralentir les réductions d'effectifs, encore faudra-t-il trouver l'argent nécessaire. Rappelons que ces baisses d'effectifs ont été employées au financement des augmentations salariales des militaires demeurant à leur poste. Et c'est là que le bât blesse. Car s'il fallait réduire les achats de matériels pour conserver les effectifs nécessaires au plan Vigipirate, ce serait un marché de dupes... Dont le budget des armées pour 2015 pourrait être la première victime.

 

7 % du budget 2015 non financé

Concrètement, le budget de la Défense voté par le Parlement pour l'année 2015 (31,4 milliards d'euros) n'est pas tenable actuellement. 7 % de son montant ne sont pas financés, c'est énorme ! Le problème vient des "ressources exceptionnelles", ou REX, un pactole de 2,4 milliards produit par la vente de propriétés foncières (pas de problème de ce côté-là), pour 200 millions d'euros. Et par celles de fréquences radio aux opérateurs télécom, pour 2,2 milliards. Or cet argent ne sera pas disponible cette année, et sans doute pas en 2016 ni même en 2017. Le Drian joue gros sur cette affaire, car il est aussi peu probable aujourd'hui qu'hier que Bercy crache au bassinet pour boucler le budget, au cas où le pactole des fréquences ne serait pas au rendez-vous à temps, ou avec les montants escomptés. La seule solution, c'est que François Hollande règle le problème. Le veut-il ? Ce n'est pas sûr.

 

Sociétés de projets

Pour pallier ce problème budgétaire de l'année 2015, une vieille idée a été recyclée par Jean-Yves Le Drian. Il s'agirait de vendre des matériels militaires de grande valeur (navires, avions, hélicoptères, satellites, etc.) à des sociétés privées, qui les reloueraient ensuite aux armées. À ce compte, il serait possible d'atteindre les sommes espérées des ventes de fréquences. François Hollande a accepté cette innovation, mais le problème est à Bercy, qui s'est fait tordre le bras et est entré en résistance. Le Drian s'accroche, mais ne convainquait pas du tout les chefs militaires - avant la semaine dernière - quand il assurait que les promesses de François Hollande seraient tenues. De plus, cette solution de financement exotique a déjà été retoquée en 2004 pour l'achat des frégates FREMM. En 1988, la mise en place par le ministre André Giraud d'un emprunt d'État pour acquérir des frégates de type Floreal avait finalement été abandonnée.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories