Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
photo MinDef FR

photo MinDef FR

 

10.10.2014 par Xavier Berne - nextinpact.com

 

Suite à une étude menée en interne, le ministère de la Défense vient d’expliquer à la députée Isabelle Attard que 81 % de ses postes de travail étaient déployés avec des composants libres. Mais en l’état, cette affirmation est malheureusement bien vague pour être réellement évocatrice, aucun nom de logiciel n'étant par ailleurs mis en avant par la « Grande Muette ».

Après les ministères de l’Agriculture et du Travail, c’est au tour du ministère de la Défense d’apporter une réponse à la question écrite transmise le 10 juin dernier à l’ensemble des membres du gouvernement Valls par la députée Isabelle Attard. L’élue Nouvelle donne souhaitait connaître les suites accordées à la « circulaire Ayrault » relative à l’usage des logiciels libres au sein de l’administration. Par la même occasion, la parlementaire espérait obtenir un détail des dépenses annuelles de chaque ministère en logiciels – qu’ils soient libres ou propriétaires (Office, Photoshop, etc.).

Le cas du ministère de la Défense est d'ailleurs emblématique, dans la mesure où la Grande Muette a conclu en 2009 avec Microsoft Irlande un contrat « Open Bar » qui a suscité d’importants remous, y compris en interne.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
La suprématie aérienne est-en péril?


12.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le sujet de la suprématie aérienne est d'actualité avec les opérations aériennes en cours en Irak et en Syrie, même si les capacités de l'EI ne mettent pas en péril l'aviation coalisée. Un ouvrage qui vient de sortir aborde les capacités nouvelles et à venir d'adversaires dotés de capacités défensives nettement plus performantes : missiles antiaériens modernes et intégrés dans des réseaux redondants, chasseurs de 5e génération, moyens d’agression à longue distance, drones ou encore cyber-attaques…

La suprématie aérienne en péril. Menaces et contre-stratégies à l’horizon 2030, publié par La Documentation Française, a été coécrit par Corentin Brustlein, Etienne de Durand et Elie Tenenbaum.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
Le Drian souhaite que le Val-de-Grâce se consacre à la formation

 

13.10.2014 Le Monde.fr (AFP)

 

C'est une première piste quant à l'avenir de l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a évoqué dimanche 12 octobre la possibilité d'y loger le service de formation de santé des armées, une hypothèse déjà évoquée dans nos colonnes.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:51
Restructurations 2015


 15/10/2014 DICOD - Ministère de la Défense

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a annoncé le mercredi 15 octobre 2014 les restructurations touchant le ministère de la Défense en 2015. Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013 a défini un nouveau modèle d’armée, adapté aux ambitions, au contexte stratégique et à la situation des finances publiques. Il nécessite de la part du ministère de la Défense de réduire ses effectifs. Le format d’armée, ainsi revu, induit enfin des opérations de restructuration qui consistent en des mesures de réorganisation, de mutualisation, de fermeture d’implantations militaires et des transferts d’unités.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a annoncé dans un message, le mercredi 15 octobre 2014, les restructurations touchant le ministère de la Défense en 2015. 

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013 a défini un nouveau modèle d’armée, adapté aux ambitions, au contexte stratégique et à la situation des finances publiques. Ce nouveau modèle d’armée est traduit en moyens concrets dans la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, votée par la représentation nationale. Il nécessite de la part du ministère de la Défense de réduire ses effectifs d’environ 34 000 postes (10 175 au titre de la LPM 2009-2014 et 23 500 au titre de la LPM 2014-2019) pour atteindre, en effectifs, en 2019, le modèle d’armée défini par le Livre blanc.

Cette politique de déflation a été établie en cohérence avec le projet global de transformation des armées, directions et services, dont l’amélioration du modèle RH est un des volets majeurs.

Le projet de réforme répond à un objectif clair : disposer dans la durée d’un outil militaire complet et cohérent, apte à garantir les intérêts de défense dans le cadre de l’ambition stratégique de la France. Les réformes transverses engagées par le ministère de la Défense sont ainsi coordonnées au sein de chacune des grandes structures organiques. Armées, directions et services ont donc défini un projet à l’horizon 2020. Ainsi, le Chef d’état-major des armées (CEMA) a conçu un plan d’ensemble déterminant les principales actions à mener pour mettre en œuvre la LPM au sein des armées : CAP 2020.

Le format d’armée, ainsi revu, induit enfin des opérations de restructuration qui consistent en des mesures de réorganisation, de mutualisation, de fermeture d’implantations militaires et des transferts d’unités. Ces manœuvres s’échelonneront sur l’ensemble de la LPM 2014-2019, en adéquation avec la déflation progressive des effectifs.

Le dossier thématique Restructurations 2015 vous présente comment ont été décidées les restructurations 2015, quelles sont les principales mesures par armée, au niveau interarmées, par direction et service, les mesures d’accompagnement du personnel et enfin, les mesures d’accompagnement économique et foncier.

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Steven Vandeput, député limbourgeois N-VA a accèdée à la Défense et à la Fonction publique

 

10 octobre 2014 RTBF.be

 

    Le nouveau ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), qui aura aussi la Fonction publique fédérale dans ses attributions au sein du gouvernement Michel, siège depuis 2010 à la Chambre où il s'est jusqu'ici principalement profilé sur les questions budgétaires et le dossier de la SNCB.

 

    Agé de 47 ans, cet ancien indépendant, entrepreneur en construction, a étudié les sciences commerciales à la haute école économique du Limbourg (EHL) de Diepenbeek.

 

    Après son adhésion à la N-NA, il est devenu président de la section provinciale du parti nationaliste au Limbourg. Ce qui lui a valu de figurer sur la liste de la N-VA pour les élections législatives du 13 juin 2010 et d'être élu pour la première fois comme député fédéral. Il a siégé au sein des commissions des finances et du budget, de l'infrastructure, ainsi que des commissions spéciales comptabilité et sécurité du rail.

 

    A la Chambre, il avait coutume d'attaquer la politique budgétaire de l'équipe Di Rupo 1er, l'accusant de "faire payer la facture à la classe moyenne flamande". "Pour chaque euro de réduction du déficit structurel, le gouvernement a besoin de trois euros d'impôts nouveaux. C'est le bilan de la politique de Di Rupo I", avait-il lancé lors du débat sur le budget 2014.

 

    En 2013, il avait été à l'origine d'une procédure de la N-VA devant la Cour constitutionnelle afin de combattre la hausse de la taxation sur les bonis de liquidation décidée par le gouvernement.

 

    Tête de liste lors du scrutin du 25 mai dernier, M. Vandeput a été réélu.

 

    Selon sa biographie figurant sur son propre site internet, il a également été administrateur de Junior Chamber International (JCI), un mouvement international rassemblant de jeunes entrepreneurs. Il a aussi présidé JCI Flandre et JCI Belgique.

 

    Marié et père de deux enfants, il consacre ses loisirs à la plongée et à la voile.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Défense: une armée rajeunie, modernisée, au budget intact (Belgique)

 

10 octobre 2014, Alain Lallemand - LeSoir.be

 

Le gouvernement « tient à une armée déployable, efficace, rationalisée, moderne, bien entraînée et jeune ». Le texte reconnaît les efforts budgétaires déjà engrangés par l’armée et le gouvernement ne souhaite pas d’autre effort : il s’engage même à «   œuvrer à la conclusion d’un accord » Otan et européen par lequel les pays s’engagent à ne plus réduire leurs budgets de Défense. Objectif : une Europe de défense «   solide et bien intégrée » logée dans « une alliance avec l’Otan ». C’est la touche De Crem. La touche Ducarme ? Dans le même temps, «   le gouvernement cherchera à réaliser les recommandations du groupe de travail parlementaire sur l’équilibre linguistique dans l’armée ».

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Jeunes et Défense européenne


15/10/2014  CAJ

 

Une rencontre inédite Organisée par la Commission armées-jeunesse

Mardi 25 novembre 2014 Paris / École militaire

 

La Commission armées-jeunesse organise pour la première fois une rencontre entre la jeunesse, les armées et des acteurs de la construction européenne, le 25 novembre 2014à partir de 13h. Ouverte à tous et gratuite, cette manifestation se tiendra sur le site de l'École militaire.

 

Intitulé « Jeunes et Défense européenne », cet événement a pour but de créer un espace d'information, de rencontre et d'échange sur les questions de défense européenne mais aussi sur l'Union européenne dans les domaines institutionnels, économiques, sociaux et culturels. Inscrivez-vous dès maintenant et venez participer à un parcours interactif déclinés en trois espaces distincts : l'Europe de la diversité, l'Europe de l'unité, l'Europe de l'avenir. Chaque espace sera composé de plusieurs ateliers animés par différents intervenants(1). Vous pourrez aussi assister à deux tables rondes, organisées en parallèle, sur les valeurs des jeunes Européens et l'Europe de la Défense.

Téléchargez (ci-dessous) le programme de la manifestation, ainsi que le formulaire d'inscription que vous enverrez à l'adresse suivante : genevieve.le-gal@intradef.gouv.fr

Attention : l'inscription est obligatoire (pour des raisons de sécurité).

 

(1) Liste des intervenants : Commission européenne, Parlement européen, Eurojust, Europol, Agence spatiale européenne, Centre européen de la consommation, Maison de l'Europe, Agence Erasmus +, Association Civisme Défense Armée Nation (CiDAN), Centre militaire d’observation par satellites (CMOS), École de guerre, Institut d'études de sécurité Union européenne (EUISS), Eurodefense, Service de santé des armées (SSA), Association Initiatives pour une Europe plurilingue, ...

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance

 

15/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 14 octobre 2014, un avion Awacs de l’armée de l’Air a décollé de la base aérienne d’Avord pour effectuer une mission de surveillance aérienne au-dessus de la Roumanie.

 

Ce sont les mêmes avions qui effectuent depuis le mois d’avril des missions régulières de surveillance des espaces aériens roumain et polonais. 26 missions de surveillance, dont 6 en Pologne, 19 en Roumanie ont ainsi réalisées au départ de la base aérienne d’Avord. En septembre, un AWACS français avait été engagé pour assurer une mission de surveillance aérienne au profit de la sécurisation du sommet de l’OTAN à Newport, au Royaume Uni.

 

Ces missions s’inscrivent dans le cadre des mesures dites de « réassurance » décidées par l’OTAN au profit des alliés d’Europe centrale et du Nord depuis le début de la crise ukrainienne.

 

Voir notre dossier : La France au cœur des mesures de réassurance

 

En novembre prochain, au titre de ces mesures de réassurance, c’est un avion de patrouille maritime Atlantique 2de la Marine nationale, qui sera déployé durant une quinzaine de jours à Gdynia, en Pologne, pour participer à la surveillance du trafic maritime en mer Baltique.

OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:45
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la région de Bossangoa

 

 

14/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 9 octobre 2014 à Bossangoa, une cérémonie a marqué la fin de la présence française permanente dans l’Ouest centrafricain. La responsabilité de la zone a ainsi été transférée à la mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies pour la République centrafricaine (MINUSCA).

 

Présidée par le commandant de la force Sangaris, le général de brigade Eric Bellot des Minières, en présence des autorités civiles et militaires, cette cérémonie a officialisé le passage de flambeau de la force Sangaris à la MINUSCA dans la région.

 

Le 6 décembre 2013, le groupement tactique interarmes (GTIA) Panthère s’est implanté à la cotonnerie de Bossangoa. Il a été relevé par le GTIA Dragon en mars, puis par le GTIA de  Boissieu en juin. Tous ont participé, depuis Bossangoa, à la sécurisation de l’Ouest, en s’engageant notamment à Boguila en mai, à Mbali en juillet et à Batangafo en août.

 

Lors de la cérémonie, le Général Bellot des Minières a salué le travail de ces trois GTIA, qui ont « œuvré avec courage et ténacité pour ramener la paix et assurer la permanence opérationnelle de cette base avancée ». L’amélioration des conditions sécuritaires dans la ville de Bossangoa a permis un retour progressif à la vie normale. Ainsi, l’administration et la gendarmerie centrafricaines ont pu se réinstaller, et l’activité économique a pu reprendre. Cet environnement propice a permis le départ de la force Sangaris et la mise en place de la MINUSCA qui opère désormais en appui des forces de sécurité intérieures centrafricaines.

 

Depuis la réarticulation du GTIA de Boissieu vers le Tchad en septembre dernier, une de ses sections d’infanterie demeurait dans l’Ouest, dans la ville de Bossangoa. Au lendemain de la cérémonie, cette section à rejoint Bangui en convoi, venant ainsi renforcer le dispositif du GTIA Picardie sur la capitale. La force Sangaris a progressivement passé la main à la MINUSCA dans l’Ouest. Elle consacre désormais ses efforts à Bangui, dans le couloir central et à l’Est de la Centrafrique.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 700 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission onusienne.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:45
Eléments Français au Gabon : inauguration de la piste de Mokékou

 

 

15/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 19 septembre 2014, le CASA 235-200 n°45 français a réalisé le premier posé sur la piste sommaire du complexe de tir et de manœuvre des Monts Mokékou, au Gabon.

 

A cette occasion, le général Fransisco Soriano, commandant les éléments français au Gabon (EFG), l’ambassadeur de France, l’attaché de défense, ainsi que de nombreuses autorités militaires gabonaises, dont le secrétaire général de la défense et le chef d’état-major des forces armées gabonaises, ont symboliquement inauguré cette nouvelle piste d’aviation en coupant un ruban aux couleurs de la France et du Gabon.

 

Dix mois seulement après la signature, le 4 octobre 2012, du décret présidentiel attribuant aux forces de défense gabonaises (FDG) un terrain autorisant le tir et la manœuvre militaires sur les Monts Mokékou, une équipe d’une trentaine de militaires du 25 ème régiment d’infanterie de l’Air (25ème RGA) d’Istres a travaillé avec ses engins de terrassement, du 12 août jusqu’au 15 octobre 2013, pour créer cette piste en latérite de 1 000 mètres sur 70 mètres.

 

Son inauguration n’a pu avoir lieu qu’un an après sa réalisation en raison de l’engagement des FFG dans l’opération Sangaris en Centrafrique.

 

Après l’ouverture d’une piste forestière d’accès à la zone vie, la réhabilitation et la création de baraquements sur cette zone vie, la réalisation d’un forage d’eau et la création d’un premier champ de tir, l’inauguration de la piste sommaire d’aviation réaffirme la grande qualité de la coopération bilatérale, et valorise l’investissement consenti par les deux partenaires français et gabonais.

 

Cette piste représente un jalon capital de la montée en puissance du complexe des Monts Mokékou, destiné à devenir une plate-forme de préparation opérationnelle aéroterrestre de premier ordre au Gabon à l’issue de l’ouverture d’un second champ de tir, et la construction de baraquements supplémentaires par le génie militaire gabonais à l’horizon 2015.

 

Les forces armées gabonaises souhaitent en effet en faire le centre d’entrainement et de contrôle de la préparation opérationnelle (CECPO) de leurs bataillons. Les éléments français au Gabon s’appuieront sur ces installations pour la réalisation de leur mission prioritaire de coopération opérationnelle au profit des forces armées des pays de la communauté économique des états d’Afrique centrale (CEEAC).

 

Les FFG constituent l’une des quatre bases militaires permanentes prépositionnées en Afrique avec Dakar, Djibouti et la Réunion. Elles constituent un réservoir de forces à dominante aéroterrestre projetables dans la sous-région dans le cadre des opérations conduites par les armées françaises. Si nécessaire, elles sont également en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants français. Par ailleurs, dans le cadre des accords de partenariats rénovés conclus depuis 2008 avec huit de nos partenaires africains (Centrafrique, Cameroun, Togo, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Sénégal), les FFG contribuent aux coopérations opérationnelles bilatérales.

Eléments Français au Gabon : inauguration de la piste de MokékouEléments Français au Gabon : inauguration de la piste de Mokékou
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:45
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

14 octobre 2014 .tourcoing.maville.com

 

Le nouveau chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser, a indiqué à l'AFP que la France réfléchissait à la manière de faire face à Boko Haram, nouvelle menace sur le flanc ouest de son dispositif Barkhane, mis en place en août et jusqu'à présent tourné surtout vers le Nord.

 

"Ce n'est pas une surprise", a-t-il commenté à propos des informations du Figaro, qui évoque mardi un renforcement du dispositif militaire français dans la région.

Selon le général Bosser, Barkhane "prend en compte une menace du Nord", dans la bande sahélienne, de la Mauritanie au Tchad, "or il y a une menace côté gauche, en retrait, Boko Haram ", le groupe islamiste actif dans le nord du Nigeria, en bordure du Cameroun, du Tchad et du Niger.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:40
Le Parlement ukrainien approuve le nouveau ministre de la Défense

 

2014-10-14 xinhua

 

Le Parlement ukrainien a approuvé mardi la désignation du commandant de la Garde nationale Stepan Poltorak comme nouveau ministre de la Défense.

 

Cette désignation a été soutenue par 245 députés de l'assemblée qui compte 450 membres au total, après sa nomination par le président ukrainien Petro Porochenko.

 

Dans un discours prononcé devant les députés, M. Poltorak a fait savoir que la priorité de son travail est d'apporter la paix à l'Ukraine après plusieurs mois de troubles.

 

"L'Ukraine a besoin de paix et seules des forces armées modernes et mobiles, bien formées et bien équipées peuvent la garantir. Je le comprends parfaitement et je sais ce qu'il faut faire", a affirmé M. Poltorak.

 

M. Poltorak, un général âgé de 49 ans, docteur en sciences pédagogiques et professeur adjoint, a été le chef des Forces internes de l'Ukraine entre février et mars 2014.

 

Le 19 mars, il a pris en charge la Garde nationale, une force militaire formée de combattants pro-gouvernement bénévoles, qui luttent contre les insurgés séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

 

M. Porochenko a accepté dimanche la démission de l'ancien ministre de la Défense, Valéri Gueleteï, qui avait fait l'objet de condamnations pour l'inefficacité de la gestion de l'opération militaire du gouvernement dans l'est du pays.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:40
Stepan Poltorak - photo city.kharkov.ua

Stepan Poltorak - photo city.kharkov.ua

 

13 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Kiev - Le président ukrainien Petro Porochenko a nommé lundi Stepan Poltorak, chef de la Garde nationale composée de volontaires engagés aux côtés de l'armée dans l'Est séparatiste prorusse, au poste du ministre de la Défense, a annoncé la présidence.

 

Le président a soumis au Parlement la candidature du général Stepan Poltorak, 49 ans, pour remplacer Valéri Gueleteï limogé la veille, a annoncé le site officiel de la présidence. Le vote des députés pour approuver cette candidature devrait avoir lieu mardi.

 

La Garde nationale est une formation créée en mars sur la base des troupes du ministère de l'Intérieur pour y intégrer les unités d'autodéfense du Maïdan, haut lieu de la contestation proeuropéenne dans le centre de Kiev qui a renversé en février le régime du président prorusse Viktot Ianoukovitch.

 

Les soldats de la Garde nationale se sont illustrés lors de combats dans l'Est séparatiste prorusse où Kiev mène depuis la mi-avril une opération militaire.

 

Le président Porochenko a souligné que Poltorak était respecté au sein de l'armée par les généraux et simples soldats.

 

J'apprécie votre professionalisme et patriotisme, votre honnêteté et vos efforts pour créer à partir de zéro la Garde nationale connue par la discipline et l'esprit de combat, a souligné M. Porochenko en recevant M. Poltorak.

 

Une armée forte est une garantie de la paix et je ferai tout mon possible pour que l'armée devienne puissante, rapide, efficace, bien entraînée et bien équipée, a de son côté déclaré Stepan Poltorak.

 

Avant de prendre la tête de la Garde nationale, Stepan Poltorak dirigeait les forces du ministère de l'Intérieur.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:40
La Russie crée un système spatial uni

 

14.10.2014 Oleg Nekhaï - La Voix de la Russie

 

La Russie crée un système spatial uni (SSU) en vue de détecter les lancements des missiles balistiques. Selon le ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou ce système sera un axe prioritaire de développement des forces de dissuasion nucléaire.

 

Le SSU remplacera les moyens d'alerte avancée développés dès l'époque soviétique. En l'occurrence il ne s'agit pas d'une modernisation, mais de la mise en place d'un système nouveau possédant des caractéristiques plus performantes. Les premiers satellites du nouveau système spatial d'alerte avancée seront lancés l'année prochaine. Avant la Russie disposait de capacités réduites pour détecter les lancements balistiques. Les observations ont été menées par des satellites géostationnaires au-dessus de certaines zones de l'océan mondial. A l'heure actuelle le contrôle des lancements est essentiellement effectué par des stations radar, note le directeur du Centre d'études socio-politiques Vladimir Evseev :

 

« Cette situation est inacdmissible car un groupe spatial détecte le premier les tirs des missiles balistiques. Cela augmente le temps pour prendre la décision. En plus, il complète le système de radars et fournit les données pour déterminer la trajectoire du missile balistique. A l'heure actuelle, les impératifs sont plus amples ».

 

Il s'agit de détecter non seulement les lancements, mais aussi des tirs d'essais. Aujourd'hui tout ne se réduit plus aux seuls Etats-Unis qui possèdent des silos de lancement et dont les sous-marins nucléaires de la classe Ohio patrouillent des zones déterminées de l'océan mondial. La zone de contrôle doit être étendue car il y a des Etats qui développent leur propre système ABM avec l'aide des Etats-Unis et d'où des missiles balistiques peuvent être tirés. Notamment depuis Israël dans le cadre des tests du système de défense antimissile. A l'heure actuelle un tel système a été mis en place au Japon et est développé en Corée du Sud. Leurs tests demandent de lancer diverses cibles qui sont, de fait, des missiles balistiques. C'est pourquoi il faudra placer sous contrôle une zone importante du globe, estime Vladimir Evseev.

 

« Détecter le lancement d'un missile balistique n'est pas l'essentiel, il est facile de le répérer grâce à la flamme pendant la phase active. Il importe d'établir la trajectoire. Car cela permet de définir combien le lancement menace la Russie. Il y a eu des cas quand des missiles balistiques nord-coréens tombaient dans la zone économique exclusive de la Russie en Extrême-Orient. Il faut évidemment suivre les Etats qui développent les missiles balistiques de portée intermédiaire ».

 

De tels Etats ne sont pas nombreux, néanmoins leur territoire doit être surveillé. Compte tenu de la possibilité de leurs missiles d'atteindre le territoire de la Russie.

 

Le SSU regroupera des satellites de génération nouvelle ainsi que des postes de commandement modernisés en charge de gérer le groupe orbital, de réceptionner et de traiter l'information en régime automatique. L'infrastructure terrestre du SSU subit déjà testée. Le travail est mené sur le satellite de génération nouvelle. D'après certains données il a été baptisé Toundra et il doit être mis en orbite avant la fin de 2014. Les satellites nouveaux suivront la trajectoire non seulement des engins balistiques, mais aussi des missiles tactiques et opérativo-tactiques d'où qu'ils soient lancés.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:35
THAAD : Séoul et Washington échangent des informations sans parler de déploiement

 

WASHINGTON, 11 oct. (Yonhap)

 

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont échangé des informations sur les caractéristiques clés du système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), un système de défense antimissile à haute altitude, mais n’ont pas discuté de la question de son déploiement sur le sol sud-coréen, a dit ce samedi l’ambassadeur de Séoul aux Etats-Unis, Ahn Ho-young.

 

«A ma connaissance, il y a eu des consultations sur le système lui-même», a affirmé le représentant diplomatique à des députés dans le cadre d’un audit parlementaire. «Mais il n’y a eu aucune discussion sur le déploiement d’une batterie THAAD sur la péninsule coréenne.» La Corée du Sud a seulement obtenu des informations sur le THAAD, a-t-il rapporté.

 

La possibilité d’un déploiement par les Etats-Unis d’une batterie THAAD en Corée du Sud est devenue un point sensible car certains jugent qu’un tel déploiement est une tentative américaine pour forcer son allié asiatique à se joindre à son système de défense antimissile.

 

Selon eux, il accroîtrait les tensions avec la Chine et la Russie car ces derniers pourraient se sentir menacés. Ces deux pays se sont déjà exprimés sur le sujet en disant être fermement opposés.

 

Le dossier a pris une autre ampleur après que le secrétaire adjoint à la Défense Robert Work a fait savoir au début du mois que les Etats-Unis étaient en train d’étudier cette éventualité avec le gouvernement sud-coréen.

 

Cette déclaration a été faite alors que Séoul avait assuré que Washington n’a jamais demandé officiellement le déploiement du système THAAD en Corée du Sud et qu’aucune discussion n’a été engagée.

 

Le ministère de la Défense sud-coréen avait confirmé ces informations et le Pentagone avait plus tard reconnu que les deux parties n’ont jamais eu d’échanges formels sur la question.

 

Cependant, cette semaine, le ministre de la Défense de Séoul,

a dit penser qu’un tel déploiement renforcerait la sécurité et la défense du pays.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:35
Le ministre chinois de la Défense s'est entretenu avec son homologue australien

Gen. Chang Wanquan (L), state councilor and Chinese defense minister with Australian Defense Minister David Johnston (R) in Beijing on October 13, 2014. (mod.gov.cn/Li Xiaowei)

 

13-10-2014 Par LIANG Chen - French.china.org.cn

 

Le ministre chinois de la Défense nationale, Chang Wanquan, s'est entretenu avec son homologue australien David Johnston lundi à Beijing.

 

M.Chang a indiqué que les relations militaires bilatérales ont connu un développement sain et stable depuis que les deux pays ont établi en 2013 un partenariat stratégique de confiance et de bénéfices mutuels.

 

Les forces armées des deux pays ont maintenu de fréquentes visites de haut niveau et les dialogues stratégiques bilatéraux ont bien fonctionné. Les échanges professionnels et la coopération entre les deux parties ont porté leurs fruits, a affirmé M.Chang.

 

Selon lui, la Chine est prête à travailler avec l'Australie pour approfondir les échanges pragmatiques et la coopération et faire progresser les relations militaires bilatérales.

 

M.Johnston a assuré, de son côté, que l'Australie espérait augmenter les échanges et la coopération avec la Chine dans les domaines de la sécurité maritime, des secours humanitaires et de la prévention des catastrophes

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:30
OEF : La frégate Courbet quitte l’opération Enduring Freedom



14/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Après plus de deux mois de déploiement en océan Indien, en mer Rouge et dans le golfe arabo-persique, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a franchi le canal de Suez dans la nuit du 12 au 13 octobre 2014.

 

Engagé depuis le 4 août dans l’opération multinationale de lutte anti-terroriste Enduring Freedom, au sein des Task Forces150 et 152, le Courbet assure la contribution de la France à la mission de lutte contre les trafics maritimes liés au terrorisme dans la mer Rouge, le golfe d’Aden, la mer d’Arabie et le golfe d’Oman. L’opération Enduring Freedom a été lancée immédiatement après les attentats du 11 septembre 2001.

Parmi les nombreuses activités accomplies durant ces deux mois a eu lieu la visite complète d’un boutre suspect, ainsi qu’une vingtaine de contrôles appelés « approach and assist » contribuant à la protection des activités maritimes licites, et à la connaissance de la zone par la coalition. Le Courbet a également réalisé des manœuvres conjointes avec le groupe britannique Cougar 14 en mer Rouge et lors du passage du détroit de Bab el Mandeb. Auparavant, l’interaction avec le Carrier Strike Group 2américain dans le golfe arabo-persique s’était remarquablement bien déroulée. A chaque escale, le Courbetet la Marine des pays visités ont par ailleurs mené des actions de coopérations.

Enfin, grâce à la présence d’un hélicoptère type Panther et d’un détachement de la flottille 36F, vingt-quatre vols de surveillance maritimes (SURMAR) ont permis de recueillir du renseignement et d’améliorer notre connaissance de la région.

Ainsi avec un rythme opérationnel soutenu, l’équipage a atteint les objectifs assignés. Les 165 marins embarqués, fiers du travail accompli, se tournent désormais vers leur nouvelle mission en Méditerranée orientale et les défis associés.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 10:55
Défense : le plan de restructuration 2015 présenté ce mercredi

 

15.10.2014 (Boursier.com)

 

Le ministère de la Défense doit présenter ce mercredi son plan de restructuration des armées pour 2015. Pour certains élus, les annonces tant redoutées sont déjà tombées...

 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 10:55
photo Sirpa Terre

photo Sirpa Terre

 

11 octobre 2014 (Breizh-info.com)

 

C’est une première pour la France. La future arme individuelle qui doit remplacer le Famas ne sera pas fabriquée par la France. Et ce, parce que l’appel d’offres a été rédigé ainsi, explique la revue spécialisée DSI dans son numéro de septembre.

La DGA veut acquérir ainsi 45 000 fusils d’assaut en version courte et autant en version standard, mais aussi 38 millions de cartouches d’exercice (5.56 mm), 51.000 grenades de 40×46 mm basse vitesse, 13.000 grenades fumigènes et 28.000 grenades d’exercice. Les premières livraisons sont prévues pour 2017, à raison de 16.000 nouvelles armes par an.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:55
DPSD : « Sécurité et mobilité » au programme du séminaire cyberdéfense Sud-Ouest
 
12 octobre 2014 ANSSI
 

La mobilité constitue l’un des enjeux de la sécurité informatique auxquels les entreprises doivent s’adapter pour préserver leur patrimoine informationnel. Ce thème sera au cœur des échanges les 15 et 16 octobre 2014, durant le colloque annuel de la « cyberdéfense » organisé par la direction zonale de protection et de sécurité de la défense Sud-Ouest.

L’ANSSI apportera son expertise en matière de cybersécurité lors de cet événement.

 

Pour aller plus loin : ANSSI, Passeport de conseils aux voyageurs : Partir à l’étranger avec son téléphone, sa tablette ou son ordinateur portable.

 

Note RP Defense : voir Séminaire cyberdéfense en zone sud-ouest (Oct 2013)

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:30
Le “Lavi”, tout dernier avion d’entraînement de Tsahal

 

Tsahal
 

Cette semaine, les capacités de l’Armée de l’Air israélienne ont été renforcées par l’arrivée du tout dernier avion d’entraînement “Lavi”. Cet avion, à la pointe de la technologie, a été choisi afin de permettre aux pilotes de recevoir une meilleure formation et d’être plus rapidement opérationnels pour rejoindre les escadrilles de Tsahal. Le commandant A., commandant adjoint de l’unité responsable de la formation des pilotes sur “Lavi”, explique quels sont les atouts considérables que cet avion apporte avec lui.

 

L’Armée de l’Air israélienne vient de recevoir les trois premiers exemplaires de son nouvel avion d’entraînement, le “Lavi”. Cet avion est destiné à la formation des pilotes à la sortie de l’Académie de Pilotage, afin de faciliter leur conversion sur les avions de chasse F-16i ou F-15.

Comme le confie le commandant A., qui est commandant adjoint de l’escadrille d’entraînement sur “Lavi”, “cet avion est une révolution pour l’Armée de l’Air israélienne. Ses caractéristiques en vol sont très proches de celles du F-16i et du F-15. Nous allons pouvoir montrer aux élèves les manoeuvres possibles sur leur futur appareil, et raccourcir ainsi leur temps de formation et d’adaptation.”

Et c’est un sujet sur lequel le commandant A. est expert. Avant de prendre ses fonctions en tant que commandant adjoint de l’escadrille de formation sur “Lavi”, il a lui-même piloté sur F-16i pendant 10 ans.

“Un pilote doit être polyvalent, toujours prêt à affronter n’importe quel imprévu, car toute mission en comporte”, explique t-il.

“Mon rôle en tant qu’instructeur sur “Lavi” est simple : transmettre tout mon savoir de pilote à mon élève afin de le rendre prêt à affronter toutes les situations : combat aérien, bombardement, escorte. Le “Lavi” est l’avion le plus polyvalent pour m’aider à remplir ce rôle,” continue le commandant A.

“Avec le “Lavi”, le temps d’entraînement va être réduit de moitié, ce qui va nous permettre d’avoir des pilotes opérationnels beaucoup plus rapidement qu’auparavant. Les capacités de cet avion font qu’aujourd’hui, l’Armée de l’Air se trouve en possession d’un des avions d’entraînements les plus avancés au monde. La qualité de nos pilotes qui sortiront de l’année de formation sur “Lavi” n’en sera qu’accrue,” conclue le commandant A.

 

Un simulateur sur mesure à la pointe de la technologie

Avec le “Lavi”, Tsahal a également reçu les nouveaux simulateurs de vol sur lesquels s’entraînent les pilotes. Les caractéristiques très poussées de l’avion ont mené à la création d’un simulateur unique en son genre.

Le sergent Liora, 20 ans, est instructrice sur simulateur du “Lavi”. Afin de pouvoir enseigner aux pilotes le fonctionnement de cet appareil, elle a choisi de servir 3 ans dans l’armée, au lieu des 2 ans obligatoires. “Notre travail exige une longue formation”, explique le sergent Liora. “Nous devons apprendre aux pilotes et à leurs instructeurs toutes les caractéristiques du Lavi : pendant 2 semaines, les pilotes suivent différents cours sur les particularités du Lavi, après quoi ils passent aux épreuves sur simulateur.”

Le simulateur du “Lavi” utilise les toutes dernières technologies de pointe en matière de logiciel et de matériel afin de reproduire exactement la façon dont l’avion se comporte en vol, tout en reproduisant les bruits environnants, comme celui des réacteurs et du vent.

“L’épreuve sur simulateur est l’étape-clé de la formation théorique, car c’est là que les pilotes vont tester ce qu’ils ont appris avant de voler sur le “Lavi”. Piloter un avion demande d’être minutieux et de pouvoir enregistrer un grand nombre d’informations pour prendre la bonne décision. Si nous enseignons mal le fonctionnement de l’avion, les conséquences en vol peuvent être extrêmement graves”, explique le sergent Liora.

“Nous sommes six instructrices dans le centre. Nous avons toutes passé un an à apprendre le pilotage du Lavi sur simulateur, ainsi que ses différentes caractéristiques. Nous éprouvons une grande fierté de pouvoir travailler ainsi avec les pilotes, et d’enseigner aux élèves toutes les compétences qu’ils utiliseront par la suite dans le cadre de leur mission : défendre l’État d’Israël.”

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:30
Le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, visite un tunnel terroriste découvert lors de Bordure Protectrice

 

octobre 14, 2014 Tsahal.fr

 

Aujourd’hui (14/10), accompagné d’officiers hauts gradés de Tsahal, le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, s’est rendu dans un tunnel terroriste découvert pendant l’Opération Bordure Protectrice de Tsahal, situé au sud d’Israël.

 

Sur place, il lui a été présenté l’analyse sécuritaire de la région et il a rencontré des membres de la Commission d’Enquête de Tsahal qui a suivi l’opération.

 

Le secrétaire général des Nations Unie s’est entretenu avec le commandant des forces de Tsahal positionnées au Nord, le général de division Noam Tibon, le commandant de la division de Gaza, le général de brigade Itai Veruv, et le chef du département de coordination civile du COGAT, le colonel Grisha Ya’akobovich. Lors de la visite du tunnel, ils ont discuté de la stratégie du Hamas qui utilise les infrastructures civiles de Gaza dans le but de mener des attaques contre les civils du sud d’Israël, et des vastes efforts menés par l’organisation terroriste dans la construction du réseau de tunnels d’infiltrations.

 

Les officiers de l’armée israélienne ont également expliqué à M. Ban Ki-Moon comment se sont déroulés les combats terrestres de l’opération et quels ont été les efforts menés par le Génie Militaire israélien pour éliminer la menace des tunnels à Gaza.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:30
Le Dôme de Fer Israélien Peine à Séduire les Acheteurs Étrangers.

 

12.10.2014 Avner Myers - IsraelValley

 

Le système d’interception de roquettes est conçu pour annihiler une menace à laquelle la plupart des pays ne sont pas confrontés.

 

Normalement, un nouveau système d’arme de pointe avec un taux de réussite prouvé de 90% sur le terrain, serait contacté en quelques minutes par l’ensemble des agences mondiales d’approvisionnement en matière de défense. Mais le Dôme de Fer israélien anti-roquette doit encore faire ses preuves auprès des acheteurs à l’étranger.

 

En termes de réalisations opérationnelles, le Dôme de Fer est sans rival sur le marché de l’armement. Actif sur les fronts à la bande de Gaza, au Liban et au Sinaï égyptien, le système connait un taux de réussite de 90%. Mais selon Avnish Patel, du Royal United Services Institute, le problème réside dans le fait qu’il soit conçu pour faire face au défi israélien très spécifique que constitue la lutte contre les roquettes et les missiles de courte portée utilisés par des groupes armées.

 

Fabricant de l’Iron Dome, la société publique Rafael aurait pu ne pas commercialiser son système de défense et éviter ainsi les risques de fuites de technologie, explique Yossi Druker, Vice-Président de la société. Mais l’exportation en matière d’armement est aujourd’hui une nécessité afin de diminuer les coûts de fabrication. Selon Druker, «Rafael a investi des millions de shekels dans le développement de ce système, Il ne pouvait pas se permettre de le faire sans avoir prévu de le commercialiser à l’étranger.

 

Jusqu’à présent, le Dôme de Fer n’a été acheté que par un seul pays étranger dont l’identité est tenue secrète. En outre, la liste des de clients potentiels ne comprend pas les pays avec lesquels Israël n’a pas de relations diplomatiques, ce qui exclut les Pays du Golfe pourtant soucieux de la bonne tenue d’une défense antimissile dans un contexte de bras de fer avec l’Iran. La Chine et la Russie dont le dispositif militaire est surveillé de près par Washington, ne sont pas éligibles pour une commercialisation de l’Iron Dome. A l’inverse Rafael reconnaît promouvoir le Dôme de Fer en Corée du Sud et en Inde, respectivement menacé par la Corée du Nord et client le plus important d’Israël dans le domaine de la défense.

 

Les Etats-Unis, qui ont été étroitement impliqués dans le projet en fournissant plus de 1 milliard de dollars, ont refusé d’acheter le Dôme de Fer pour ses forces armées déployées en Afghanistan et en Irak. Parmi les craintes du Pentagone figure le fait de débourser 100.000 dollars pour l’utilisation de chaque missile intercepteur, a déclaré Riki Ellison, Président de l’U.S. Missile Defense Advocacy Alliance. Il souligne également l’inadéquation du système avec les tirs de mortiers qui connaissent une faible trajectoire. Israël est pleinement consciente de cette menace, ayant perdu dans ces circonstances 15 soldats et civils au cours de l’été. Pour pallier à cette insuffisance, Rafael est en train d’élaborer l’Iron Beam, qui se veut un système qui utilise des lasers pour détruire les obus de mortier.

 

Malgré des inquiétudes initiales sur des fuites de technologie, Rafael explique que la sécurité nationale israélienne ne serait pas affectée si cela devait se produire. L’armée israélienne utilise le modèle de quatrième génération du Dôme de Fer, ne laissant à Rafael que la possibilité de commercialiser à l’étranger les versions antérieures.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 06:50
Kampfpanzer Leopard 2A4 Foto A. Schafler - Austria MoD

Kampfpanzer Leopard 2A4 Foto A. Schafler - Austria MoD


12.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Dans un de mes tout premiers posts (en décembre 2010, lire ici), j'avais annoncé que l'armée autrichienne allait connaître une réduction massive de son parc de blindés et la suppression d'un millier de postes (sur 25 000). A la clé, des économies de l'ordre d'une quinzaine de millions d'euros par an.

Une nouvelle annonce a été faite, il y a quelques jours, par le ministre Gerald Klug. Les restructurations vont se poursuivre. Le budget de la Défense pour 2015 est annoncé à 1,75 milliard d'euros (0,55% du PIB, le plus bas taux d'Europe). 1 400 postes (sur actuellement 23 900 dont 15 600 militaires et 8 300 civils) vont être supprimés d'ici à 2018. Treize garnisons ou écoles vont disparaître (un zoo de Vienne pourrait reprendre quelques hectares pour ses girafes!).

Le parc blindé sera réduit à un bataillon de 25 Leopard; 30 obusiers M109A5 seront conservés. Le nombre de mortiers et missiles anti-char sera divisé par 5 et les vieux hélicoptères Alouette III vont être retirés du service. Le détail des autres restructurations est tout aussi déprimant que la déclaration du ministre assurant que les armées "conserveront certaines capacités de combat" qu'il n'a pas spécifiées.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 06:30
Irak : des soldats britanniques entraînent les combattants kurdes

 

12/10/2014 rédaction numérique de RTL (AFP)

 

Des militaires britanniques se trouvent en Irak pour entraîner les forces kurdes qui combattent le groupe extrémiste Etat islamique, a annoncé ce samedi le ministère britannique de la Défense.

 

Une "petite équipe de spécialistes" est présente dans la région d'Erbil, capitale du Kurdistan, la région autonome kurde du nord de l'Irak, et entraîne les peshmergas, les combattants kurdes, à utiliser les mitrailleuses lourdes que la Grande-Bretagne leur a données en septembre. Ce déploiement a été approuvé par le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a déclaré une porte-parole du ministère britannique.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories