Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:50
New Contract Award for Royal Navy Global Support

 

30 sept. 2014 BAE Systems

 

£600 Million contract to manage Portsmouth Naval Base and support global Royal Navy operations for the next five years

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:35
US to supply additional UH-72A Lakota helicopters to Thailand

A US Army UH-72A Lakota light-utility helicopter at the Pentagon in Washington, D.C., US

 

1 October 2014 army-technology.com

 

The US Defense Security Cooperation Agency (DSCA) has notified Congress of a potential foreign military sale (FMS) of UH-72A Lakota helicopters and associated equipment to Thailand.

 

Under the estimated $89m sale, Thailand has requested nine UH-72A Lakota helicopters, along with spare and repair parts, support equipment, communication equipment, and aviation mission planning stations.

 

Approved by the US State Department, the package also includes personnel training and training equipment, as well as other related elements of logistics support.

 

The sale is expected to contribute to Thailand's goal of upgrading and modernising its military forces with a new light-utility helicopter that can address requirements for rotary-wing transportation, while further enhancing interoperability between Thailand, the US, and other allies.

 

In addition, the sale contributes to the foreign policy and national security of the US by helping to improve the security of a major non-Nato ally.

 

EADS North America has been selected to serve as the prime contractor for the FMS programme.

 

The UH-72A Lakota, which is an unarmed utility militarised version of the EC-145 helicopter, is primarily used for search and rescue, medical evacuations, homeland security, VIP transport and disaster response and relief, as well as combat flight and pilot sustainment training missions.

 

Powered by two Turbomeca Arriel 1E2 turboshaft engines, the helicopter can also be used for general support and counter-narcotics operations.

 

It is currently operated by the US Army, Navy and the Army National Guard.

 

In June 2013, Thailand also requested six UH-72A Lakota helicopters and related equipment from the US at an estimated cost of $77m.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:35
Accord de sécurité USA/Afghanistan: Obama salue un jour historique

 

1 octobre 2014 45eNord.ca (AFP)

 

Le président Barack Obama a salué mardi un jour historique quelques heures après la signature d’un accord de sécurité bilatéral entre les États-Unis et l’Afghanistan régissant la présence d’un contingent militaire américain en Afghanistan après 2014.

 

«Cet accord est une invitation de la part du gouvernement afghan à renforcer la relation que nous avons bâtie au cours des 13 dernières années», a indiqué M. Obama dans un communiqué, jugeant qu’il offrait aux militaires américains le cadre légal nécessaire pour mener à bien leurs missions au-delà de 2014.

L’accord de sécurité bilatéral (BSA) été signé à Kaboul par l’ambassadeur des États-Unis James Cunningham, et par le conseiller afghan à la sécurité nationale Hanif Atmar, au lendemain de l’investiture du nouveau président Ashraf Ghani.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:35
Last AWACS return home from Afghanistan

 

1 oct. 2014 NATO

 

The last of the AWACS flights left Afghanistan on 25 September 2014, returning to Geilenkirchen in Germany after flying 1,240 missions.

NATO AWACS (Airborne Warning and Control System) is the only platform which is owned by an alliance (and not a country), a proof of concept for NATO itself. Sixteen different nations working together provide air traffic control for airspace above Afghanistan, making sure the numerous military and civilian flights that take place do not interfere with each other.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:30
Syrie: frappes de la coalition sur les jihadistes aux portes d'Aïn al-Arab

 

01 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - La coalition menée par les Etats-Unis menait mercredi des frappes aériennes contre les positions des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui sont arrivés aux portes de la ville syrienne kurde d'Aïn al-Arab, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

La coalition américano-arabe a mené au moins cinq frappes aériennes contre les positions jihadistes sur la ligne de front qui les opposent aux Kurdes, à l'est et au sud-est de Kobané (nom kurde d'Aïn al-Arab), a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

 

L'ONG n'a pas fait état de morts dans l'immédiat.

 

Les extrémistes de l'EI ne sont plus qu'à 3 km à l'est de cette troisième ville kurde de Syrie, d'après l'OSDH qui dispose d'un large réseau de sources civiles, médicales et militaires à travers la Syrie.

 

Des combats acharnés opposaient mercredi les jihadistes aux forces kurdes aux portes de cette ville frontalière de la Turquie et que les Kurdes défendaient farouchement, d'après l'ONG.

 

Au moins neuf combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) et un jihadiste de l'EI ont péri dans les combats durant la nuit de mardi à mercredi, selon l'OSDH.

 

Bien qu'inférieurs en nombre et en armement, les combattants kurdes refusent de se retirer et défendent farouchement leur ville, selon M. Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. C'est pour eux une question de vie ou de mort, ajoute-t-il.

 

Des centaines de combattants kurdes font face à des milliers de combattants jihadistes, qui disposent en outre de chars, d'artillerie lourde et des lance-roquettes multiples de 220 mm, précise l'ONG.

 

Les Kurdes eux sont armés de kalashnikovs, de mitrailleuses lourdes soviétiques DShK et de lance-roquettes RPG, précise M. Abdel Rahmane.

 

S'ils faisaient sauter le verrou d'Aïn al-Arab, les jihadistes contrôleraient une longue bande territoriale continue au nord de la Syrie, le long de la frontière turque.

 

Leur assaut a entraîné un exode massif de la population, au moins 160.000 personnes ayant traversé la frontière pour se réfugier en Turquie depuis la mi-septembre.

 

Des miliciens du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont alors fait le chemin inverse pour aller prêter main forte à leurs frères syriens assiégés.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:20
photo LM

photo LM

 

25.09.2014 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique

Un programme hors de prix, le plus coûteux de tous les temps pour le Pentagone. Des performances sur les théâtres d’opérations encore à prouver. Et malgré tout un indéniable succès commercial. Tel est le paradoxe du chasseur F-35 de Lockheed Martin, qui, après le Japon, Israël, le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou l’Italie, vient d’accrocher la Corée du Sud à son tableau de chasse, avec une commande de 40 F-35A. Le chasseur s’impose ainsi face à son concurrent américain, le F-15 de Boeing, et face à l’avion européen Eurofighter Typhoon, ce qui n’est pas une surprise tant l’appel d’offres semblait calibré pour lui.

 

On savait déjà que le coût unitaire de l’appareil avait explosé depuis le lancement du programme. Selon le GAO, la Cour des comptes américaine, l’investissement du Pentagone atteint ainsi 390 milliards de dollars pour le développement et l’acquisition des 2.457 appareils destinés aux forces américaines (Air Force, Navy et Marines), soit un prix de 159 millions de dollars par avion. Loin, très loin des 81 millions de dollars prévus en 2001 au lancement du programme.

 

On pouvait s’attendre à ce que le prix à l’export soit moins élevé, les frais de développement n’étant, bien sûr, facturés qu’une fois au pays d’origine, et les clients export bénéficiant généralement de prix hors développement. Etonnamment, le prix consenti par les Coréens semble plus haut que le prix américain, si l’on se fie aux chiffres de l’agence de presse coréenne Yonhap. La commande de Séoul se fait sur la base de 40 appareils à 7,07 milliards de dollars, soit un prix unitaire de 176,8 millions de dollars, 18 millions de plus que le prix « américain ».

 

Comment expliquer cet écart ? Un spécialiste de l’aéronautique militaire décrypte : « Le prix coréen est très probablement le véritable prix du F-35 pour des pays non partenaires du programme. Le prix américain, lui, est issu d’un mode de calcul très compliqué, qui intègre des estimations des coûts de production futurs, ce qui explique qu’il évolue constamment. »

 

A titre de comparaison, le prix unitaire du Rafale, sur la base de l’offre faite à la Suisse -et refusée- en septembre 2012 (22 avions pour 3,126 milliards de francs suisses, Dassault s’alignant à l’époque sur le prix des Gripen), est de 142 millions de dollars. Sur la base du prix unitaire estimé par la Cour des comptes (101,1 millions d’euros), le Rafale ressort même à 128,6 millions de dollars pièce. Moins cher, donc, qu’un F-35 certes plus récent, mais doté d’un seul moteur et sans aucune utilisation opérationnelle à ce jour.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:55
12ème Université d'été de la Défense (Armée de l'Air)

 

1 oct. 2014 Armée de l'Air

 

L'armée de l'air a organisé la 12ème université d'été de la Défense, les 08 et 09 septembre 2014 depuis la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac.


Parlementaires, industriels, militaires, journalistes français et européens, au total plus de 400 personnalités de la communauté de Défense se sont retrouvés dans la région bordelaise pour traiter des questions de Défense.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:50
Germany's Disarmed Forces: Ramshackle Military at Odds with Global Aspirations

 

September 30, 2014 By SPIEGEL Staff

 

Germany wants to strengthen its role in international affairs. But recent reports suggest the country's weapons systems are in such disrepair that Berlin actually has very little to offer its partners.

 

Last week, a single person pushed Germany's air force to the very limits of its capacities: Ursula von der Leyen, the country's defense minister. Von der Leyen requested that two Transall military transport aircraft with missile defense systems be transferred to Amman, the Jordanian capital. The defense minister and a pool of reporters then flew for eight hours on Thursday morning in one of the aircraft to Erbil in Iraq's Kurdish region. Back in Germany, the military had but a single additional Transall at its disposal.

After her arrival in Erbil, von der Leyen proceeded to the palace of the Kurdish regional government's president. Her visit was to be concurrent with the delivery of German weapons, intended to aid the Kurds in their fight against Islamic State jihadists. Unfortunately, the machine guns and bazookas got stuck in Germany and the trainers in Bulgaria because of a dearth of available aircraft. One had been grounded because of a massive fuel leak. What could have been a shining moment for the minister instead turned into an embarrassing failure underscoring the miserable state of many of the Bundeswehr's most important weapons systems.

 

Read more

Germany's Disarmed Forces: Ramshackle Military at Odds with Global Aspirations
Bundeswehr - Operational Capability of Select Weapons Systems
Weapons System Total Number Available Deployable
Tiger helicopter 31* 10 10
NH90 helicopter 33* 8 8
Sea King helicopter 21 15 3
Sea Lynx helicopter 22 18 4
CH53 helicopter 83 43 16
Eurofighter fighter jet 109 74 42
Tornado fighter jet 89 66 38
K130 corvette 5 2 2
U212 submarine 4 1 1
Frigates 11 8 7
Marder tank 406 280 280
Boxer tank 180 70 70
Total stock = all procured units
Available = in operation, including systems currently out of service because of maintenance or repair
Deployable = can be used immediately for missions, exercises or training

*includes pre-production models
Source: Bundeswehr German Armed Forces
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 07:55
Les Etudes de l'IRSEM



29/09/2014  IRSEM

 

Sous format « livre », l’IRSEM publie dans cette collection ses recherches stratégiques principales.

 

Etude de l'IRSEM n°33 - 2014

La puissance russe au Moyen-Orient :
Retour ou déclin inéluctable ?

Clément THERME

 

Etude de l'IRSEM n°32 - 2014

Les stratégies du smart power américain :
Redéfinir le leadership dans un monde post-américain

Sous la direction de
Maya KANDEL et Maud QUESSARD-SALVAING

Synthèse (Fr)
Abstract (En)

 

Etude de l'IRSEM n°31 - 2014

L'action extérieure de l'Europe à l'épreuve de l'Egypte et de la Corne de l'Afrique

Dr. Chantal LAVALLEE

 

Étude de l'IRSEM n°30-2014 

Accès aux espaces communs et grandes stratégies : vers un nouveau jeu mondial

 Frédéric RAMEL

 

Étude de l'IRSEM n°29-2013 

États-Unis : quelle transition stratégique ? 
La politique de défense sous Obama, entre dynamiques internes et évolutions internationales

Maya Kandel (dir), Aude-Emmanuelle Fleurant

Synthèse

Mots-clés : États-Unis, économie de défense

 

  Étude de l'IRSEM n°28-2013

La Turquie au Moyen-Orient :  L’apprentissage de la puissance

Gilles Riaux  (dir)

  Synthèse

Mots-clés : Moyen-Orient, relations internationales

 

Étude de l'IRSEM n°27-2013

Réflexions sur la crise libyenne

Pierre Razoux  (dir)

Mots-clés : Moyen-Orient, relations internationales

 

 

Etude de l'IRSEM n°26-2013

Francophonie et profondeur stratégique

Niagalé Bagayoko et Frédéric Ramel (dir)

  Synthèse

Mots-clés : Francophonie, relations internationales

  

Etude de l'IRSEM n°25-2013

Les défis stratégiques africains : exploration des racines de la conflictualité en Afrique Centrale

Dr Amandine Gnanguênon (dir)

  Synthèse

Mots-clés : conflictualité, Afrique centrale

  

Etude de l'IRSEM n°24-2013

Les défis stratégiques africains : exploration des racines de la conflictualité en Afrique de l'Est

Dr Amandine Gnanguênon (dir)

  Synthèse

Mots-clés : conflictualité, Afrique de l'Est
 

Etude de l'IRSEM n°23 - 2013

Défense européenne et information des citoyens

GCA (2S) Jean-Paul Perruche

  Synthèse

Mots-clés : défense européenne, communication

 

Etude de l'IRSEM n°22 - 2012

L'évolution du contrôle parlementaire des forces armées en Europe

Par Bastien Irondelle, Olivier Rozenberg, Catherine Hoeffler, Jean Joana, Olivier Chopin, Christian Olsson

  Synthèse

Mots clés : Europe, parlement

Etude de l'IRSEM n°21 - 2012

L'image des militaires français à la télévision, 2001-2011.

Bénédicte Chéron

  Synthèse

Mots clés : communication opérationnelle, médias, lien armée-nation
   

Etude de l'IRSEM n°20 - 2012 :

Insurrections-contre-insurrections :éléments d’analyse sociologique à partir des terrains irakien et afghan

Gilles Dorronsoro (Paris I Panthéon-Sorbonne), Christian Olsson et Raphaël Pouyé (CEC))

  Synthèse

Mots-clés : contre-insurrection, Irak, Afghanistan

  

Etude de l'IRSEM n°18 - 2012 

Etude comparative des livres blancs des 27 États membres de l'UE : pour la définition d'un cadre européen.

Olivier De France  et Nick Witney (European Council on Foreign Relations).

Mots-clés : Livre Blanc, UE

Présentation - Synthèse

Etude de l'IRSEM n°16- 2012 :

Relation homme-robot, prise en compte des nouveaux facteurs sociologiques

Frédéric Coste, Adeline Taravella

Présentation

Mots-clés : cybernétique

Etude de l'IRSEM n° 15 - 2012 

Analyse comparée de la stratégie spatiale des pays émergents : Brésil, Inde, Chine

Florence Gaillard-Sborowsky, Emmanuel Puig, Isabelle Sourbès-Verger

Présentation

Mots-clés : Espace, pays émergents

Etude de l'IRSEM n°14 - 2012

L'évolution du débat stratégique en Asie du Sud-est

Pierre Journoud (dir.)

Présentation

Mots-clés : Asie du Sud-est, Chine

  

Etude de l'IRSEM n°13 - 2012

Utilisation et investissement de la sphère internet par les militaires

Marc Hecker, Thomas Rid

Présentation

Mots-clés : internet, armées
  

Etude de l'IRSEM n°12 - 2012

L'UE en tant que tiers stratégique

Frédéric Ramel (dir.)

Présentation

Mots-clés : UE, PCSD, relations internationales

 

Etude de l'IRSEM n°11 - 2012 

 L'Europe post-Lisbonne, illusion ou défi? 

Général Jean-Paul Perruche (dir.)

Présentation

Mots-clés :OTAN, Défense européenne, traité de Lisbonne
 

 

  Etude de l'IRSEM n°10 - 2011  

Enquête sur les jeunes et les armées : images, intérêt et attentes

Ronald Hatto, Anne Muxel, Odette Tomescu

Présentation

Mots-clés : jeunesse, lien armée-nation, conscription, engagement

 

Etude de l'IRSEM n°9 - 2011 

 Etudier le renseignement, état de l’art et perspectives de recherche 

Olivier Chopin (dir.), Amélie Massard, Bastien Irondelle

Présentation

Mots-clés : renseignement, Livre Blanc, intelligence studies
 
 

Etude de l'IRSEM n°8 - 2011 

Du pétrole à l'armée : les stratégies de construction de l'Etat aux Emirats Arabes Unis 

Victor Gervais

Présentation

Mots-clés : golfe persique, géopolitique, sécurités régionales
 
 

Etude de l'IRSEM n°7 - 2011

Chaos, réveil et sursaut.Succès et limites de la stratégie du "surge" en Irak (2007-2009)

Stéphane Taillat

Présentation

Mots-clés :contre-insurrection, géopolitique, ethnicité
 
 

Etude de l'IRSEM n°6 - 2011

Du Network Centric à la stabilisation, émergence des nouveaux concepts et innovation militaire

P.Gros, N.Vilboux, A.Kovacs, F.Coste, M.Klein, A.Malissard

Présentation - Synthèse

Mots-clés : doctrine, interarmées, stratégie, concepts
  
 

Etude de l'IRSEM n°5 - 2010 

La perception de la défense française chez nos alliés

Ronald Hatto, Odette Tomescu

Présentation

Mots-clés : Livre Blanc, doctrine, projection, Otan, multilatéralisme
 
 
 

Etude de l'IRSEM n°4 - 2010 

OTAN : Continuité ou rupture?

Général Jean-Paul Perruche

Présentation

Mots-clés : mondialisation, Otan, UE, nucléaire
 
 
 

Etude de l'IRSEM n°3 - 2010 

Israël et son armée : société et stratégie à l'heure des ruptures

Général Bertrand Binnendijk, Samy Cohen, Alain Dieckhoff, Caroline Du Plessix, David Khalfa, Ilan Greilsammer, Camille Lorette, Marc Hecker, Thomas Rid, Nicolas Teneze.

Présentation

Mots-clés : moyen-orient, lien armée-nation, Israël, contre-insurrection
 
 
 

Etude de l'IRSEM n°2 - Volume 2 - 2010

 Armées privées, armées d'Etat

Jean-Christophe Romer, Laurent Henninger (dir.)

Présentation

Mots-clés : mercenariat, ultralibéralisme, république
 
 
 

Etude de l'IRSEM n°2 - Volume 1 - 2010 

Des gardes suisses à Blackwater

Jean-Jacques Roche (dir.)

Présentation

Mots-clés : mercenariat, ultralibéralisme, république
 
 
 

Etude de l'IRSEM n° 1 - 2010 

Les crises en Afghanistan depuis le XIX°siècle 

Présentation

Mots clés : reconstruction, contre-insurrection, multi-ethnicité, Afghanistan

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 07:50
Watchkeeper - Army's next generation of Unmanned Air System


30 sept. 2014  British Army

 

The Army’s next generation of Unmanned Air System (UAS) - Watchkeeper - is now fully operational in Afghanistan.

Gathering crucial information from the battlefield, Watchkeeper, which is unarmed, will provide UK troops with life-saving surveillance, reconnaissance and intelligence. It will also give personnel on the ground greater situational awareness, helping to reduce the risk of threats.

Read the full story: http://www.army.mod.uk/news/26578.aspx

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:35
First intake of troops graduate from the Afghan National Army Officer Academy- photo UK MoD

First intake of troops graduate from the Afghan National Army Officer Academy- photo UK MoD

 

30-09-2014 Par Christophe Paget - RFI

 

Cela aura mis le temps, mais il est signé ! L'Afghanistan a paraphé, ce mardi 30 septembre, l'accord de sécurité permettant à près de 10 000 soldats américains de rester dans le pays en 2015. Un accord similaire a été signé avec l'Otan. Au total, 12 500 hommes resteront en Afghanistan, contre 40 000 aujourd'hui, et 130 000 il y a deux ans. La nouvelle mission de l'Otan, «Resolute support» (Soutien résolu), se concentrera sur l'entraînement et l'appui aux forces afghanes qui combattent les talibans.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:30
Fallait-il livrer des armes à la rébellion en Syrie ?

 

30 Septembre 2014 Par Loïc Simonet* – V.A.

 

* Loïc Simonet est chargé des relations extérieures d’une organisation internationale, auteur du "Traité sur le commerce des armes" (à paraître aux Éditions A. Pedone).

 

Alors que l’opinion publique internationale était sous le choc de l’assassinat du journaliste James Foley et que les États-Unis préconisaient l’éradication de l’État islamique jusque sur le territoire syrien, le président Hollande confirmait, lors d’un entretien dans le Monde du 21 août dernier, que la France avait livré ces dernières années des armes à la rébellion syrienne. Pourquoi cette pseudo-révélation procure-t-elle un sentiment de malaise ?

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:30
RAF jets strike first IS targets in Iraq

 

30 September 2014 BBC News

 

RAF jets have attacked a "heavy weapon position" and an armed pick-up truck in Iraq, the Ministry of Defence has said. In the first attacks since Parliament approved military action on Friday, two "precision strikes" were launched and both were "successful", the MoD said.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:50
Airbus Defence and Space delivers electronics for German Armed Forces

 

Johannesburg, 30 September 2014 - by AIRBUS Defence & Space

 

The company delivers broadband transmit/receive modules to the German Armed Forces to undergo testing.

Airbus Defence and Space has developed and delivered a transmit/receive (T/R) module for the German Armed Forces' (Bundeswehr's) software-controlled radio system after passing the final acceptance stage. The user will test nine broadband T/R modules, designed for the failure-free transmission of large volumes of data, in the overall system between now and the end of 2015.

The Joint Radio Systems (Streitkräftegemeinsame Verbundfähige Funkgeräte-Ausstattung – SVFuA) project aims to improve the Bundeswehr's mobile and jam-resistant voice and data communications in future, particularly for joint and combined foreign missions, thereby helping to better protect soldiers.

The SVFuA project is being developed on behalf of the Bundeswehr by the companies Airbus Defence and Space, Hagenuk Marinekommunikation, Rohde & Schwarz, Thales Electronic Systems, Telefunken Racoms and Rohde & Schwarz SIT as independent contractors.

The broadband T/R module from Airbus Defence and Space is one of the most sophisticated elements of the new radio system on account of its large frequency bandwidth. Thanks to the use of new ultra-high-frequency engineering technologies for transmit output stages in conjunction with gallium nitride transistors, the radio's broad bandwidth allows large volumes of data to be transmitted while providing the best possible protection against jamming attempts. Especially challenging was the integration of electronic components into the most compact form possible so that the radio devices could be easily installed in vehicles.

Airbus Defence and Space already delivers similar high-frequency components for the Multifunctional Information Distribution System (MIDS) programme, for which it has specialised development and production facilities as well as many years of experience in producing components of this kind.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:45
US to supply Caravan aircraft to Mauritania, Niger and Kenya

 

30 September 2014 by Oscar Nkala/defenceWeb

 

The US military has awarded Cessna a contract to provide 208B Grand Caravan EX aircraft to Niger, Kenya and Mauritania in support of counter-terrorism operations.

 

The $13.67 million contract for the three aircraft was awarded on September 19 by the US Air Force Life Cycle Management Centre at Wright-Patterson Air Force Base. The contract also provides for aircrew training devices and spares, including a spare aircraft engine and training to the US Africa Command area of responsibility in support of the three countries.

 

The aircraft will be deployed to carry out intelligence, surveillance and reconnaissance operations in support of the new expanded US counter-terrorism effort which relies on the provision of advanced military equipment and intelligence gathering capabilities to key partner nations in the Africa Command Area of Responsibility.

 

According to the Federal Business Opportunities register, the contract was awarded under the Foreign Military Sales (FMS) programme. Work is expected to conclude by September 30, 2015. Funding for the acquisition is being provided through Section 1206 of the US National Defence Authorisation Act 2006. With subsequent amendments extending its scope, this provides the US Secretary of Defence with authority to train and equip foreign military forces for two specified purposes —counterterrorism and stability operations — and foreign security forces for counterterrorism operations. Section 1206 authority now extends through to FY2017.

 

In a related development, the US Army on September 18 contracted L-3 Communications Systems to upgrade intelligence, surveillance and reconnaissance capabilities of the three aircraft prior to delivery.

 

"L-3 Communications Systems West in Salt Lake City, UT receives an unfinalised $31.2 million firm-fixed-price undefinitised contract to add intelligence, surveillance and reconnaissance capabilities to three Cessna 208B aircraft for the countries of Niger, Kenya and Mauritania, and provide spares and training. All funds are committed immediately, using FY 2014 partnership capacity budgets," reads part of the contract award notice.

 

Work will be carried out at L-3’s facilities in Salt Lake City and Titusville and will be completed by September 30, 2015. Fiscal Year 2014 building partnership capacity funds are being used to finance the project.

 

The US has been working closely with both Mauritania and Niger in regional counter-terrorism efforts and has previously donated Cessna Caravans for intelligence, surveillance and reconnaissance operations on suspected terrorist hide-outs and training camps across the Sahel.

 

The Niger Air Force flies two Cessna 208Bs delivered in July 2013. However, these are configured for transport tasks. They were donated by the US along with ten Toyota trucks for border security and cargo operations.

 

In June this year the US government donated two new Caravans to the Mauritania Islamic Air Force (FAIM) to boost its capacity to conduct patrols to counter maritime crimes and regional terrorist groups.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:40
Des centaines de soldats russes, y compris des forces spéciales, toujours en Ukraine

 

30 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - Des centaines de soldats russes, y compris des forces spéciales, se trouvent toujours dans l'est de l'Ukraine, où le cessez-de-feu a été mis à mal ces derniers jours, a affirmé un porte-parole de l'Otan mardi à l'AFP.

 

Depuis le début du cessez-le-feu, il y a eu un retrait significatif des forces conventionnelles russes d'Ukraine. Cependant, des centaines de troupes russes, y compris des forces spéciales, sont toujours en Ukraine, a indiqué Jay Janzen.

 

Moscou a toujours démenti l'implication de ses soldats aux côtés des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, où un accord de cessez-le-feu a été conclu le 5 septembre.

 

Cette trêve, consolidée le 20 septembre lors de nouvelles négociations à Minsk, au Bélarus, n'a pas empêché des combats intenses. Lundi, ils ont fait neuf morts dans les rangs de l'armée ukrainienne et quatre parmi les civils. Mardi, des affrontements à l'arme lourde ont eu lieu autour de l'aéroport de Donetsk, la principale ville aux mains des rebelles.

 

Nous n'avons pas constaté une poursuite de la réduction des troupes de combat russes en Ukraine depuis une semaine, a souligné M. Janzen, affirmant également que 20.000 soldats russes continuaient à être stationnés en Russie près de la frontière (...) avec l'est de l'Ukraine. Cette estimation de l'Otan est constante depuis le mois de juillet.

 

Fin août, l'Otan avait fait état de plus d'un millier de soldats russes combattant dans l'est de l'Ukraine, et publié des photos satellitaires censées montrer des unités russes opérant sur le territoire ukrainien. Le 20 septembre, le général américain Philip Breedlove, qui commande les forces alliées en Europe, avait fait état d'une baisse significative des troupes russes en Ukraine.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:30
photo UK MoD

photo UK MoD

 

30 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Londres - La Grande-Bretagne a mené ses premières frappes aériennes en Irak contre les positions du groupe Etat Islamique (EI), a annoncé mardi le ministre de la Défense Michael Fallon.

 

Deux chasseurs-bombardiers Tornado ont détruit un poste d'artillerie et un véhicule équipé d'une mitrailleuse lourde, a indiqué le ministère de la Défense.

 

Ces deux frappes ciblées ont été un succès, a ajouté le ministère, qui n'a pas précisé quand les raids ont eu lieu, ni leur localisation exacte.

 

Les deux avions de combat étaient en mission de reconnaissance lorsqu'on leur a demandé de venir appuyer des troupes kurdes prises pour cible par les jihadistes de l'EI dans le nord-ouest de l'Irak.

 

Ces frappes sont les premières depuis que le Royaume-Uni s'est rallié vendredi à la coalition militaire internationale après l'adoption par le Parlement d'une motion du gouvernement autorisant le recours aux raids aériens en Irak.

 

Six Tornado de la Royal Air Force, basés à Chypre, étaient engagés depuis plusieurs semaines déjà en Irak pour des missions de surveillance.

 

Depuis vendredi, ils ont effectué plusieurs sorties, équipés de bombes à guidage laser et de missiles, mais sans ouvrir le feu.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 17:50
Drone tactique : le Watchkeeper de Thales déployé en Afghanistan

Armement Le drone tactique Watchkeeper a effectué ses premiers vols opérationnels en Afghanistan

 

29/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Fabriqué en partenariat entre Thales UK et le groupe israélien Elbit Systems, le drone Watchkeeper a effectué ce lundi ses premiers vols opérationnels en Afghanistan.

 

C'est une très bonne publicité pour Thales. Certainement la meilleure. Le ministère de la Défense britannique a annoncé ce lundi que le drone tactique Watchkeeper fabriqué en partenariat entre Thales UK et le groupe israélien Elbit Systems avait effectué ses premiers vols opérationnels en Afghanistan. D'autant que cette annonce survient alors que d'autres pays (France, Pologne...) évaluent le Watchkeeper pour répondre à leurs besoins en termes de drones tactiques.

Thales ne s'y est pas trompé en communiquant sur ce déploiement. "C'est une étape importante pour le ministère de la Défense britannique, pour Thales et plus largement pour l'industrie aéronautique européenne, a expliqué le patron de Thales UK, Victor Chavez. Elle a pu être franchie par l'obtention d'une certification de sécurité, ce qui est une première dans l'histoire des drones. Le système inclut un grand nombre d'innovations technologiques majeures. En particulier, son radar à ultra haute résolution et son système de décollage et d'atterrissage automatique offrent des capacités remarquablement efficaces à l'armée de terre britannique".

 

Mis en service en mars par le MoD

En mars dernier, le ministère de la Défense britannique (MoD) et l'Autorité de l'aviation militaire (MAA) ont autorisé la mise en service de ce système développé par Thales pour l'armée britannique. Watchkeeper est certifié au même niveau de sécurité que les avions pilotés, avait alors assuré Thales dans un communiqué. Selon Thales, Watchkeeper qui est le "premier drone à obtenir une autorisation de mise en service" est "également le seul de sa catégorie à avoir la permission de voler dans l'espace aérien britannique".

Le Watchkeeper est un système multi-capteurs tout-temps qui peut fournir 24 heures sur 24 une capacité de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, n'importe où dans le monde, assure Thales.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:55
L’exercice « Serpentex » bat son plein à Mont-de-Marsan

 

30 sept. 2014 Armée de l'Air

 

Référence dans le domaine de l’appui aérien, l’exercice « Serpentex » s’est délocalisé cette année sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan. Du 15 septembre au 3 octobre 2014, les contrôleurs aériens avancés (FAC - Forward Air Controller) et les équipages s'exercent sur un nouveau terrain. Présentation de leurs missions par le lieutenant-colonel Olivier Aribaud, directeur de l’exercice

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:40
Air Transportation: The An-124 Dies In Ukraine

 

September 30, 2014: Strategy Page

 

Another casualty of the Russian war on Ukraine is the Russian plan to build new An-124 air transports and refurbish some of the existing ones. The An-124 is the world's largest production aircraft and can carry a payload of 120 tons. It first flew in 1986 and only 55 have been built so far. New ones will cost over $100 million each. Russia has been trying to get it back into production for over a decade but needed to work out a deal with Ukraine, where the An-124 is built.

 

All this is driven by Russian efforts to replace their aging Cold War era weapons and military equipment. In 2012 the Russian Air Force announced ambitious plans to invigorate their aging force of air transports. This was to be accomplished by ordering 170 new aircraft by the end of the decade. These included 20 An-124s, 39 Il-476s, 11 An-140s, 30 L-410s, 50 Il-214s and 20 An-148s. Currently the air force depends on a lot of Cold War era transports (An-124s, An-22s, Il-76s and An-12, An-72, An-24 and An-26s). A lot of the older transports cannot be used because of age, or cannot be used much because of the high cost of maintenance. Some of the older aircraft (An-124s and Il-76s) were to be refurbished, but most of the remainder will be scrapped as they become too old to be used (too expensive to maintain or simply too unreliable).

 

By 2103 Russia and Ukraine had worked out a deal to build 20 new commercial An-124s but the contract has not been signed yet. Apparently a contract to build ten new An-124s for the Russian Air Force was closer to signing but that deal is now on hold as well. The Ukrainian manufacturer wants to build new aircraft as An-124-150s and upgrade some existing ones to that standard. That would reduce crew size from six to four and increase carrying capacity to 150 tons. The An-124 has been very successful as a commercial transport, especially for military purposes. Even NATO leases six An-124s for moving military cargo. Ukraine needs the work and Russia needs the An-124s but until the current conflict is resolved that will all have to wait

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:35
Thales & Bharat Electronics form a joint venture in India

 

September 30, 2014 Thales Group
 

Navratna Defence Public Sector Undertaking Bharat Electronics Limited (BEL) and Thales announce that the Ministry of Corporate Affairs, Government of India, has approved the incorporation of their joint venture company, BEL-THALES Systems Limited, in late August this year. This joint venture (JV) Company will primarily focus on the design, development, marketing, supply and support of civilian and select defence radars for India and the global markets. The first board meeting of BEL-THALES Systems Limited took place on Friday 26 September.

 

BEL holds a 74 % stake while Thales holds 26% of the equity in the JV Company. The initial product portfolio of BEL-THALES Systems Limited will comprise innovative solutions for air surveillance, including Air Traffic Management radars, and select ground-based military radars. The ultimate objective of the JV is to expand its scope in other fields than radars, in the defence electronics domain.

BEL-THALES Systems will seek to work closely with Government laboratories and the Indian industry and will consequently become a decisive contributor for innovation in various fields of defence electronics.

Expressing his confidence in this JV, S. K. Sharma, Chairman and Managing Director of BEL, said, “We have always valued our partnership with Thales. We are confident that our JV Company will benefit from the significant technology transfers and support from Thales, and from the extensive industrial and design skills of BEL.”

Commenting on the joint venture, Eric Lenseigne, Managing Director of Thales in India, said, “The incorporation of this joint venture company marks an important milestone in our 60 year-old association with BEL, and takes it to the next level. We will constantly support BEL-Thales Systems to become a centre of excellence, offering solutions specifically aimed at meeting the needs of both Indian and export customers – in line with the government’s ‘Make in India’ approach.”

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:35
Afghanistan : Epidote – Dernière participation des français à une cérémonie de fin de stage au sein du Command & Staff College (CSC).

 

29/09/2014 Sources : EMA

 

Le 27 septembre 2014, au sein du Command & Staff College (CSC), à Kaboul, le colonel Thierry Casanova, commandant le détachement EPIDOTE 35, ainsi que les mentors français de CSC, ont participé pour la dernière fois à une cérémonie de remise de diplômes (graduation) au sein de cette école.

 

Une soixantaine de stagiaires de la 9e promotion de l’Operational Command & Staff School (OCSC) ont été diplômés lors de cette cérémonie, présidée par l’adjoint du chef de l’état-major général de l’Armée nationale afghane (ANA).

 

Le CSC a pour mission de former les futurs commandants de brigade et de corps d’armée, ainsi que les hauts responsables des forces de sécurité afghanes, en plus des officiers d’état-major de brigades et des futurs commandants d’unité. Le cours opérationnel (operational course) est l’équivalent du cours du diplôme d’état-major en France (DEM). Deux fois par an, durant cinq mois, jusqu’à une centaine de stagiaires reçoivent une formation pour occuper des postes d’officiers d’état-major au sein de kandak (bataillon), brigade ou au ministère de la Défense. L’enseignement est principalement centré sur la conduite de trois exercices d’état-major de niveau croissant, selon la méthode de planification et de raisonnement de l’armée américaine utilisée dans les écoles de formation initiale des officiers afghans.

 

La France accompagne depuis 2002 dans le cadre de la mission EPIDOTE, la montée en puissance de l’armée nationale afghane en assurant la formation et le conseil des militaires afghans dans les écoles de formation d’officiers. Depuis 2004, plusieurs dizaines d’officiers français ont participé à la formation des officiers afghans au sein du CSC en formant dans un premier temps les stagiaires et les cadres instructeurs, puis en apportant aujourd’hui un soutien auprès du commandement, principalement dans le domaine du soutien organique et de la conduite de projets. Aujourd’hui et jusqu’à la fin de l’année 2014, trois officiers français d’EPIDOTE 35 font du mentorat de haut niveau auprès du général commandant l’école, du directeur général de la formation des écoles, du commandant du strategic course (école de guerre) et du commandant de l’operational course (DEM).

Afghanistan : Epidote – Dernière participation des français à une cérémonie de fin de stage au sein du Command & Staff College (CSC).Afghanistan : Epidote – Dernière participation des français à une cérémonie de fin de stage au sein du Command & Staff College (CSC).
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:25
FAA : lancement de l’entraînement opérationnel franco-hollandais Tricolores 2014

 

29/09/2014 Sources : Etat-major des Armées  

 

Le 29 septembre 2014, le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville a accosté à la base navale de Parera, à Curaçao. Un entraînement opérationnel interarmées franco-hollandais, intitulé Tricolores 2014, y est organisé du29 septembre au 12 octobre 2014. Il se déroule en deux phases distinctes : une compétition entre compagnies terrestres et un entraînement amphibie.

 

Tricolores 2014 est un rendez-vous important pour la préparation opérationnelle des forces armées aux Antilles (FAA). La précédente édition a eu lieu en 2009 dans l’archipel de la Guadeloupe. L’objectif de cet entraînement est double :

    consolider l’interopérabilité et l’intégration des forces néerlandaise et française ;

    entretenir le savoir-faire en matière de planification et de conduite d’exercices amphibies interarmées et interalliés de niveau élémentaire.

 

Ce déploiement à Curaçao est également l’occasion pour le BATRAL de valider de nouveaux sites de « plageage » qui pourraient être utilisés en cas d’évacuation de ressortissants depuis la mer. Cela pourrait par exemple être rendu nécessaire si une catastrophe naturelle ne rendait plus possible l’accès aux infrastructures portuaires.

 

Les compétitions organisées en début d’exercice Tricolores concourent à la validation des qualités physiques individuelles et collectives des combattants, qualités qui seront nécessaires pour conduire les manœuvres amphibies.

 

Plus de 170 militaires français et plus de 200 militaires hollandais sont engagés dans cette édition 2014 de Tricolores. Côté français, l’armée de Terre est représentée par une compagnie du détachement Terre Antilles – 33e RIMA (DTA 33eRIMA) des FAA et une section du 9eRIMa des forces armées en Guyane.

 

Côté néerlandais, la Marine royale, l’armée de Terre avec une compagnie d’infanterie, le Korps Mariniers (équivalent des troupes de Marine en France), l’armée de l’Air et les garde-côtes sont engagés. Deux compagnies, un bâtiment de soutien Pelikaan, des vedettes d’interception Frisc, deux patrouilleurs et deux hélicoptères sont déployés pour l’occasion.

 

En amont de l’exercice, les troupes et les 14 véhicules du DTA 33 ont été déployés grâce au Dumont d’Urville. Trois jours de navigation ont été nécessaires pour rallier Curaçao depuis Fort-de-France. L’occasion pour les 140 militaires embarqués, marins et terriens confondus, de parfaire leur préparation opérationnelle en vue de Tricolores 2014, mais également de découvrir les cultures propres à chaque armée. Des exercices communs ont ainsi été organisés tels que des séances de tirs en mer.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

FAA : lancement de l’entraînement opérationnel franco-hollandais Tricolores 2014FAA : lancement de l’entraînement opérationnel franco-hollandais Tricolores 2014
FAA : lancement de l’entraînement opérationnel franco-hollandais Tricolores 2014
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:20
America Renounces Landmines

 

September 30, 2014: Strategy Page

 

The United States has agreed to abide, sort of, with the international treaty banning anti-personnel landmines. While not actually renouncing the use of landmines, the U.S. has agreed to only manufacture and use them in Korea, where they protect American and South Korean forces from another attack from the north. Other than that the U.S. will not manufacture or stockpile anti-personnel landmines. While hailed as a victory for backers of the ban, the American decision actually demonstrates again why the ban is more style than substance.

 

While 161 nations have signed the treaty, the 36 which have not comprise some major military powers like China, Egypt, India, Iran, Israel (and the Palestinians), both Koreas, Pakistan, Russia, Saudi Arabia, and the United States. Most of these nations still see a pressing need for landmines, although many are trying to find replacement weapons.

 

Landmines were outlawed by an international treaty in 1999, but most of the nations that rushed to sign up either didn't have landmines or didn't have any reason to use them. While landmine casualties have declined from about 20,000 a year when the Cold War ended to about 5,000 now, that was largely due to the collapse of many communist governments, which were always the biggest landmine users (to keep people from entering or leaving their countries) and exporters. The fall of communism led to more open borders and a lot of mines were taken out of service. Thus the treaty backers like to take credit for 87 countries destroying 46 million landmines, but most of these mines would have been destroyed anyway because the collapse of so many communist governments made most of those mines eligible for retirement and destruction.

 

Despite the anti-landmine efforts, some countries still manufacture and use them. In the last few years Israel, Libya, Syria, North Korea, Iran, and Myanmar (Burma) planted new mines. In addition, there are three countries still manufacturing landmines (India, Myanmar, and Pakistan). Arms dealers will still provide large quantities of Russian and Chinese landmines, many of them Cold War surplus. China, Russia, and other communist nations were the major producers of landmines during the Cold War. The mines were produced not so much for use against potential enemies but to aid in keeping the borders closed and preventing citizens from leaving these unpleasant dictatorships.

 

There has been a growing list of outlaw organizations that are ignoring the 1999 Ottawa Convention to ban landmines. The Taliban in Afghanistan and Pakistan are manufacturing landmines in primitive workshops and using them against Pakistani, Afghan, and foreign soldiers, as well as Afghan civilians who refuse to support Islamic terrorism. Rebels and gangsters have not signed the international agreement and find the mines a cheap way to control civilian populations and slow down the movements of the security forces. It takes more time, money, and effort to remove these mines than to place them.

 

Despite the 1999 treaty, landmines are still causing over 5,000 casualties a year worldwide. About 20 percent of the victims are killed and 90 percent of them are males. This is largely because men are more likely to be out in the bush or working farmlands that still contain mines. A third of the casualties are security personnel (police and soldiers). This is because in many countries rebels and criminals are still using landmines, either factory made ones from countries that did not sign the Ottawa Convention or locally made models.

 

Landmines are simple to make and workshops are easily set up to do it. There's no shortage of mines out there, despite the fact that so many have been destroyed in the name of the 1999 Ottawa Convention. There are believed to be over 100 million mines still in the ground and at least as many in military warehouses for future use.

 

The 1999 Ottawa Convention was supposed to have eliminated the threat of landmines. It hasn't worked because the owners of the largest landmine stockpiles, especially Russia and China, refused to sign. Chinese landmines are still available on the international arms black market. China is believed to have the largest stockpile, mostly of anti-personnel mines. The old ones are often sold before they become worthless. But even these mines, which go for $5-10 each, are too expensive for many of the criminal organizations that buy them. Land mines, competitive with the factory built ones from China, can be built for less than $3 each. You can find all the technical data you need on the Internet.

 

Meanwhile, the most effective way to get the mine clearing done is by training local volunteers to be part of the part-time mine clearing teams. The government must provide training, pay (which should be good by local standards), and health and life insurance. When a new bunch of mines are found (usually by an animal coming across them), the team gets to work.

 

Landmines continue to be a nasty problem for many nations. This is especially true of countries in out-of-the-way places that rarely generate many headlines for any reason. A typical case is Tajikistan. One of the northern neighbors of Afghanistan, Tajikistan long had mines on its borders because of communist policies towards free movement (as little as possible). After becoming independent of Russia in the early 1990s, Tajikistan went through several years of civil war in which both sides planted thousands of Cold War surplus landmines. Russia helped settle that internal conflict and supplied peacekeepers, who also manned the Afghan border to try and keep the Afghan heroin and hashish out. This involved more new minefields along the Afghan border. There were also some mines planted on the new international borders (with other former parts of the Soviet Union).

 

While Tajikistan got some foreign aid to help with clearing all those mines, only about 30 percent of the known minefields have been cleared so far. Fortunately the mines tend to be planted in thinly populated areas, so only about 350,000 people live near enough to the mined areas to be in any danger. Thus, since 1991, 20-30 people a year have been killed by the mines, with another 30-40 wounded. Civilians are the most frequent victims of landmines.

 

India and Pakistan continue to maintain extensive mine fields along their 900 kilometer border. Both countries still manufacture mines. Same deal with the two Koreas.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 15:35
Thales et Bharat Electronics forment une société commune en Inde

 

30 septembre 2014 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Thales détient 26 % du capital, et l’entreprise publique de défense Bharat Electronics Limited (Bel) en possède 74 %. Le portefeuille initial de produits de Bel-Thales Systems comprendra des solutions innovantes pour la surveillance aérienne.

 

L’entreprise publique de défense « Navratna »(*) Bharat Electronics Limited (Bel) et Thales viennent d'annoncer que le ministère des Affaires commerciales de l’Inde a approuvé l’immatriculation de leur société commune Bel-Thales Systems, à la fin du mois d’août 2014. Cette société commune s’attachera essentiellement à concevoir, développer, commercialiser, fournir et assurer le support de radars civils et d’une sélection de radars militaires à destination de l’Inde et des marchés mondiaux.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories