Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:45
La Force Sangaris appuie la MISCA dans l’ouverture d’une enquête à Boda

 

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Le 2 septembre 2014, un officier de police judiciaire (OPJ) de la MISCA, est venu appuyer la brigade territoriale de gendarmerie de Boda dans le cadre de l’ouverture d’une enquête judiciaire relative aux violences intercommunautaires survenues le 20 août au cours desquelles la MISCA a été prise à partie. Inséré temporairement auprès du détachement de la force Sangaris, l’officier camerounais a supervisé les auditions dans chacune des communautés chrétienne et musulmane.

 

Arrivé de Bangui quelques jours auparavant, l’OPJ de la MISCA a dans un premier temps participé à une opération de sécurisation avec les militaires français.

 

Il est ensuite intervenu en appui des forces de sécurité intérieures (FSI) dans leur enquête sur les événements du 20 août. Il a ainsi supervisé une série d’auditions effectuées par les hommes de la brigade territoriale de Boda. Ce jour là, les familles de victimes et d’autres témoins issus de la communauté chrétienne s’étaient déplacées pour se faire entendre. Trois ateliers d’audition ont donc été mis en place dans la cour de la gendarmerie. Une fois ces plaintes reçues, les gendarmes et l’OPJ se sont rendus dans l’enclave musulmane pour y recevoir d’autres témoignages. C’est en présence du maire de Boda, lui-même entendu peu de temps après les faits, que de nouvelles auditions ont pu avoir lieu.

 

Après les violences intercommunautaires qu’a connues la ville de Boda le 20 août dernier, la force Sangaris a déployé deux sections en renfort pour prévenir tout nouveau débordement. Très vite, le GTIA Magenta a entrepris des rencontres avec les autorités locales afin de permettre le retour au dialogue entre les communautés. La complémentarité des actions de la force internationale permet progressivement à l’Etat centrafricain de restaurer son autorité sur le territoire afin de stabiliser la situation sécuritaire.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à faciliter la mise en place future de la MINUSCA.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:45
Sangaris : le GTIA « Acier » mène une opération de sécurisation à Boda

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Le 1erseptembre 2014, le groupement tactique interarmes (GTIA) Acier a effectué une vaste opération de contrôle de zone dans les quartiers chrétiens et musulmans de Boda, ville où le GTIA Aciera renforcé sa présence après des affrontements entre groupes armés survenus fin août. Deux sections ont ainsi été déployées à Boda le 28 août, depuis Bangui. La présence de Sangaris et ses actions de médiation entre les différentes communautés ont permis le retour au calme. Certaines organisations humanitaires internationales sont ainsi revenues à Boda en fin de semaine dernière.

 

L’opération du 1erseptembre a débuté à 5 heures du matin avec le déploiement d’une compagnie du GTIA dans le quartier chrétien de Boda. Durant trois heures, plusieurs bâtiments et échoppes ont été fouillés avec le concours d’un officier de police judiciaire de la MISCA.

 

Vers 8 heures, la compagnie s’est réarticulée au niveau du quartier musulman. Sur la foi d’observations réalisées les jours précédents faisant état d’activités suspectes, deux maisons ont fait l’objet d’une fouille approfondie en même temps que plusieurs autres bâtiments et échoppes, dans les mêmes conditions que les investigations effectuées dans le quartier chrétien.

 

Au bilan, quelques armes à feu et plus d’une trentaine de machettes ont été saisies lors de cette opération de sécurisation qui s’est achevée par une rencontre avec le maire de Boda et les représentants de la communauté musulmane. Une rencontre avec les représentants chrétiens s’est déroulée le lendemain.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à faciliter la mise en place future de la MINUSCA.

Sangaris : le GTIA « Acier » mène une opération de sécurisation à BodaSangaris : le GTIA « Acier » mène une opération de sécurisation à Boda
Sangaris : le GTIA « Acier » mène une opération de sécurisation à BodaSangaris : le GTIA « Acier » mène une opération de sécurisation à Boda
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
Boulava: tir d'essai depuis le SNLE Vladimir Monomakh dans un jour ou deux

Le sous-marin nucléaire russe du projet 955 Boreï, Vladimir Monomakh - Photo Bureau central d'étude et d'ingénierie maritime Rubin

 

MOSCOU, 9 septembre - RIA Novosti

 

Le sous-marin nucléaire russe du projet 955 Boreï, Vladimir Monomakh, a quitté les chantiers navals Sevmach pour effectuer un tir d'essai d'un missile balistique intercontinental Boulava, a annoncé mardi à RIA Novosti une source au sein de Sevmach.

 

Auparavant, le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov a fait savoir que deux tirs d'essai étaient programmés en 2014, le premier tir d'un missile Boulava serait effectué depuis le sous-marin nucléaire Vladimir Monomakh en septembre et le second en novembre. D'autres tirs d'essai de missiles Boulava auront lieu en 2015 depuis des sous-marins des flottes du Nord et du Pacifique.

 

L'échec d'un tir de Boulava survenu en septembre 2013 lors des tests du sous-marin nucléaire Alexandre Nevski, dû à un défaut de fabrication des matériaux utilisés pour la construction d'un déflecteur amovible, a amené le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou à ordonner la tenue d'au moins cinq autres tirs d'essai.

 

Le missile R30 3M30 Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) doit constituer l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Le Boulava est un missile à trois étages à propergol solide destiné à équiper des sous-marins. D'une portée de 8.000 km, il peut intégrer dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes ayant chacune une trajectoire indépendante.

 

Les SNLE de 4e génération du projet 995 Boreï ont un déplacement de 14.700/24.000 tonnes et peuvent plonger à 450 mètres de profondeur. Leur vitesse est de 15 nœuds en surface et de 29 nœuds en plongée. Chaque SNLE du projet Boreï sera doté de 16 missiles balistiques intercontinentaux R-30 Boulava-30 à dix têtes à trajectoires indépendantes.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
Ukraine: seule l'armée ukrainienne défendra le pays (Porochenko)

Piotr Porochenko, président de l'Ukraine

 

KIEV, 10 septembre - RIA Novosti

 

Personne ne combattra pour l'Ukraine sur son sol, c'est le devoir des troupes ukrainiennes, a affirmé mercredi le président ukrainien Piotr Porochenko lors d'une réunion élargie du gouvernement.

 

"Personne ne combattra pour l'Ukraine sur son sol. C'est le devoir des militaires ukrainiens, dont la capacité de défense doit se renforcer, c'est aussi notre devoir", a déclaré le chef de l'Etat.

 

Et d'ajouter que la victoire dans la guerre dépendait entre autres des finances.

 

"Je suis persuadé que nous trouverons de l'argent pour la défense et ferons en sorte qu'une bonne partie de cet argent ne s'évapore pas. Il faut contrôler les ressources", a-t-il souligné.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
BUK M1 missiles

BUK M1 missiles

 

September 9, 2014: Strategy Page

 

It turns out that very detailed, and workable, “how to” instructions on how to operate a Russian Buk anti-aircraft missile system are available on the Internet. This discovery came about because on July 17th pro-Russian rebels shot down a Malaysian airliner that was passing over Ukraine. The official Russian line was that the destruction of the Malaysian airliner was all a CIA plot to discredit Russia and justify NATO expansion and that the rebels did not have people competent to operate the Buk. But satellite photos showed a BUK vehicle hastily moving towards the Russian border after the 17th, with two of its four missiles missing. Ukraine also captured radio traffic featuring rebels talking about shooting down a Ukrainian transport on the 17th.

 

There was no evidence that Russia ordered the airliner shot down. The rebels who fired the missiles appear to have believed they were firing at another Ukrainian military aircraft. One of those (an An-26) had been shot down in June by the rebels using Buk. Ukraine did later record some rebel radio chatter of the “oops” variety when the rebels realized that an airliner carrying 298 people had been brought down rather than another An-26. That was obvious when the wreckage, which fell into a rebel controlled area of Donbas, was examined by rebel gunmen.  

 

Russia claimed a Ukrainian fighter shot down the airliner, which may be why the rebels kept international investigators away from the crash site for so long. Russian aviation experts knew that when the wreckage was carefully examined parts of the missile that brought down the airliner would be found and identified. Photos of the wreckage soon appeared showing damage characteristic of what a 9&<052;38 BUK missile warhead would inflict. The 9&<052;38 has 1 70 kg (154 kg) warhead and a proximity fuze that detonates the warhead close to the target and sprays the target with a unique form of metal fragments

 

Western intelligence services believe the Buk M1 anti-aircraft vehicle that fired the two missiles was one of the 60 BUK self-propelled systems Ukraine was known to own. It was believed that some of these were captured by the rebels in Donbas and put to use with the help of Russian experts. Later it was found that instructions could be downloaded from the Internet. The catch here was that while these instructions allowed anyone with access to the equipment, and willing to spend a few hours learning the drill (what buttons to push and when) could actually use the radar and fire control system to fire the missile so that it would bring down an aircraft within range. Normally it takes over two months of formal training for a Buk operator. But the formal course also teaches useful things like how to tell a civilian airliner from a military transport. Faster isn’t always cheaper.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
Survol d'avions russes en mer Noire: les normes internationales respectées (Défense)

 

MOSCOU, 9 septembre-RIA Novosti

 

Le survol d'avions russes de la mer Noire a été planifié et effectué conformément aux normes internationales, a déclaré mardi le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov.

 

"Le 7 septembre les avions russes Su-24 et An-26 ont effectué des vols planifiés dans la zone des eaux neutres de la mer Noire le long de la frontière russe. Les avions ne se sont pas approchés de la frégate canadienne HMCS Toronto se trouvant dans cette zone", a indiqué le responsable militaire.

 

Dimanche, le ministre canadien de la Défense Rob Nicholson a déclaré qu'une frégate canadienne participant à un exercice de l'OTAN sur la mer Noire a été narguée par des avions militaires russes près de la côte sud de l'Ukraine.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
Shvabe Holding has released the new Attack-3 laser combat simulator

 

09.09.2014 Rostec

 

Shvabe Holding has released a new generation of laser combat simulators, the Attack-3. The system is intended for indoor entertainment and military-sports games.

In Attack-3, the new generation of gaming simulators, the shooting range has increased from 35 to 100 meters, with the number of simultaneous players also expanding from 32 to 64 people. Attack-3 can record mutual hits and can regulate electronic ammunition within a set game time.

Using the Attack-3 gaming system, teams can develop their reaction speed, accuracy, and endurance. The device is designed for the Russian market of gaming clubs that organize group holidays for youth or conduct tactical exercises with the students of specialized educational institutions.

Attack-3 is custom made depending on the number of prospective players. The production base of the holding company can facilitate the production of 100 units a year. The system includes shooting simulator, injury simulator, information device, power supply, cables, and software.

Experts at Shvabe Holding are currently developing additional devices to diversify the simulator scenarios.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
SAFT équipera en batterie les T-50/A-50 de KAI.

 

9 septembre Aerobuzz.fr

 

Saft annonce avoir reçu une nouvelle importante commande pour la fourniture de systèmes de batterie de pointe de Korea Aerospace Industries, Ltd (KAI). Suite à ce contrat, Saft équipera de ses batteries à base de nickel et sans maintenance, la nouvelle génération d’avions d’entrainement léger T-50/A-50 de KAI.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Du 30 août au 5 septembre, après la phase initiale d’intégration de la force (FIT) qui s’est déroulée du 25 au 29 août, les nations participant à l’exercice Croix du Sud 2014, ont joué un « LIVEX », c’est-à-dire un entraînement aussi proche possible de la réalité, en grandeur nature. Il s’agissait ici d’une opération humanitaire et d’évacuation de ressortissants.

 

Dès le 30 août, un élément comprenant deux équipes de reconnaissance de plage (Australie – Nouvelle Zélande) et une équipe du génie (Régiment d’Infanterie de Marine Pacifique – Nouvelle – Calédonie (RIMaP – NC)) a été mis en place sur la plage de Druelu sur l’ile de Lifou. Cet élément qui opérait à partir de la frégate de surveillance (FS) Vendemiaire avait pour mission de préparer la mise à terre de la force embarquée sur le HMNZS Canterbury.

 

Le 31 août, à l’aube, une opération aéroportée sur l’aéroport de Lifou et une opération amphibie sur la plage de Druelu ont permis à la force de prendre pied sur l’ile. Une dizaine de rotations d’avions CASA CN 235 et Hercule C130 a ensuite eu lieu pour assurer la mise en place de la logistique, de l’EVAC INFO et du reste du personnel de la force. Dès midi, la force débutait son déploiement sur Lifou et apportait les premiers soutiens à la population en détresse. Au soir, le module EVAC INFO ainsi que la base logistique avancée étaient opérationnels. Parallèlement, le groupement de soutien (GS) de la base de défense ainsi que la Croix Rouge débutaient la mise en place de la portion centrale du CENTREVAC sur l’aéroport de la Tontouta, à 30 km au Nord de Noumea.

 

Tout était donc en place pour répondre rapidement à un ordre d’évacuation de ressortissants de Lifou et Tiga. Compte tenu de la dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire, cet ordre fut donné dès le 1reseptembre midi. Ainsi les 2 et 3 septembre, un peu moins de 250 ressortissants étaient évacués de Lifou vers La Tontouta. Le retrait du dispositif a ensuite pu débuter le 3 septembre dans l’après-midi, une fois l’ensemble des ressortissants évacués, et le 4 septembre au soir, l’ensemble des troupes étaient présentes à Nouméa.

 

Cette année, la chaîne complète d’évacuation humanitaire a été mise en œuvre. Celle-ci a débuté avec la prise en compte initiale des réfugiés, au plus près de la zone dangereuse, avec le module EVAC INFO déployé à Lifou. Après l’évacuation par air en zone amie, les ressortissants ont été admis à la portion centrale du CENTREVAC renforcée par la Croix Rouge.

 

L’édition 2014 de l’exercice Croix du Sud a été un véritable succès, contribuant au renforcement de la position française dans le Pacifique. Illustration de cette réussite, aux côtés des acteurs traditionnels (Australie, Nouvelle-Zélande, Vanuatu, Tonga), des forces américaines d’Hawaï, des militaires britanniques déployés au Brunei, des Canadiens, des Japonais, des Singapouriens mais aussi des observateurs Chiliens et Fidjiens étaient présents. Ainsi, plus de 1 500 personnes ont participé à cet exercice.

 

Croix du Sud est l’exercice de référence régional en termes de projection de force et de conduite simultanée de deux types d’opération, militaire (RESEVAC) et humanitaire avec la mise en œuvre de l’accord FRANZ (accord tripartite conclu en 1992 entre la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande). Au niveau national, cet entraînement a confirmé la cohérence de la réorganisation des forces de souveraineté selon une logique de « théâtre ».

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014FANC : fin de l’exercice Croix du Sud 2014
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:35
Afghanistan : Focus sur les gendarmes français à Kaboul

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Parmi les 250 militaires français présents en Afghanistan et au Tadjikistan, dix-sept gendarmes sont en mission dans deux unités différentes sur la partie militaire de l’aéroport international de Kaboul (KAIA).

 

Quinze gendarmes de l’air et un maitre-chien de l’armée de l’air forment la police militaire internationale (IMP – international military police) de l’aéroport international de Kaboul (KAIA), en coopération avec des militaires jordaniens, macédoniens et américains.

 

Intégrés à la force protection et dirigés par un commandant français de la gendarmerie de l’air, leur mission est de garantir la sécurité des 5 000 personnes présentes dans ce milieu international. Ils peuvent également conduire des investigations de toute nature, ou intervenir et assurer la sécurisation d’événements de grande ampleur comme lors des cérémonies ou de l’accueil d’autorités.

 

Ils se doivent de faire appliquer les différentes réglementations comme celles dédiées au port de l’uniforme, à la détention ou consommation illicite d’alcool (interdit à KAIA), à l’application des règles de sécurité routière, au transport de fret dans les avions militaires,…. En cas de tensions aux portes d’accès à la base, ils interviennent en soutien de l’équipe jordanienne en charge de la protection du site. Ils constituent donc un véritable peloton de surveillance et d’intervention lors d’une attaque de roquette, découverte de véhicules et colis suspects.

 

Deux IMP renforcent l’équipe de protection du commandant de KAIA en qualité de conducteur d’autorité, et deux autres sont présents quotidiennement au terminal militaire pour vérifier les bagages et les militaires projetés par voie aérienne sur différentes destinations dans le pays ou à l’étranger.

 

Ils ont avant tout un rôle de prévention, d’écoute et d’accompagnement afin que chaque nation puisse cohabiter dans les meilleures conditions sur cette emprise restreinte. Pour cela, ils travaillent en étroite collaboration avec les polices militaires des différentes nations se trouvant sur KAIA.

 

Deux autres gendarmes, issus de la gendarmerie départementale, arment le détachement prévôtal d’Afghanistan.

 

Habilités en qualité d’officier de police judiciaire des forces armées (OPJFA) par le procureur général de la Cour d’appel de Paris, ils sont détachés pour une période de 4 à 6 mois aux côtés des forces françaises à Kaboul. Leur mission prioritaire consiste à effectuer des enquêtes judiciaires sur tous les crimes, délits et contraventions commis par les membres des forces armées françaises ou à leur encontre. Ils exercent en outre des missions de police générale visant notamment à prévenir les incidents et les troubles à l’ordre public. Ils appuient également la force dans les domaines du contentieux en cas d’accident de la circulation impliquant un militaire français, des opérations d’état-civil ou encore des demandes de vote par procuration. Enfin, ils concourent au recueil du renseignement utile à la protection des militaires français sur le territoire.

 

Avant d’être répressifs, ces gendarmes ont principalement un rôle préventif pour les forces françaises à Kaboul. Ils assument par ailleurs un rôle de conseil auprès du commandement dans les domaines relevant de leur compétence.

 

Professionnels, flexibles et réactifs, qu’ils soient affectés au sein du détachement prévôtal ou de l’international military police, ils travaillent en étroite collaboration avec l’état-major de la force et ont pour rôle de prévenir, écouter et accompagner la population de KAIA chacun à son niveau. Les dix-sept gendarmes français à Kaboul assureront leurs missions jusqu’au départ des forces françaises en fin d’année 2014.

Afghanistan : Focus sur les gendarmes français à KaboulAfghanistan : Focus sur les gendarmes français à Kaboul
Afghanistan : Focus sur les gendarmes français à Kaboul
Afghanistan : Focus sur les gendarmes français à KaboulAfghanistan : Focus sur les gendarmes français à Kaboul
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:30
MDA and Israel test upgraded Arrow 2 interceptor missile system

The Arrow 2 anti-ballistic missile interceptor lifts off from the Point Mugu Sea Range, California, US. Photo US Navy.

 

10 September 2014 army-technology.com

 

The US Missile Defence Agency and the Israel Missile Defense Organization's directorate of defence research and development conducted a joint test of an upgraded Arrow 2 ballistic missile interception system over the Mediterranean Sea.

 

US Defense Department spokesman army colonel Steven Warren said: "An Arrow-2 missile was launched and performed its flight sequence as planned.

 

"The results are being analysed by programme engineers.

 

"The test results have no effect on the Israeli operational system capability to cope with the existing threats in the region."

 

A Sparrow missile was fired from the Mediterranean Sea at Israel during the test, which forms part of Israel's effort to develop a more advanced block of air defences against continually improving projectile threats used by its enemies.

 

A senior Israeli defence ministry official said: "The systems detected and tracked the missile, and at the correct time, fired an Arrow 2 interceptor.

 

"All of the stages were carried out. We are now going over visual intelligence, broadcast from the interceptor and the target missile, to determine what occurred in the end stage."

 

The improved version of the joint US-Israel Arrow Weapon System is intended to counter future threats and provide the system with an interceptor engagement capability.

 

Manufactured by Israel Aerospace Industries, the Arrow 2 serves as the second layer of Israel's multi-layered missile defence system and is designed to block incoming long-range enemy missiles.

 

In 2000, the system entered operational service with the Israeli Defence Forces and has occasionally been tested either in Israel or the US.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:20
Elderly F-16Ds Cracking Up

 

September 9, 2014: Strategy Page

 

In August 2014 the U.S. Air Force grounded 82 F-16D jets after cracks were discovered in longerons (metal support beams inside the forward fuselage, which hold the cockpit in place). The D version of the F-16 is the two seater used for training. Some 16 percent of the 969 F-16s in the U.S. Air Force are the D model and these are all at least 24 years old with more than 5,500 hours in the air. The longeron design for the D model is different than that for the single seat models because the D model has a longer cockpit canopy. The air force is making repairs and replacements to put the grounded F-16Ds back in service.

 

There was a similar problem in 2013 with some older F-15s. In this case the longerons in question were eventually discovered to be defective, not suffering from old age. The inspections of the older F-15s found substandard parts in 182 aircraft. Boeing (the manufacturer) eventually admitted that it had built over a hundred F-15s using longerons that were not 2.5mm thick, as specified, but in some cases only one millimeter thick. That apparently worked when the F-15s were new but age was not kind to the thinner metal and it eventually broke. Thicker stuff apparently would not have failed because of age.

 

The U.S. F-16 fleet is rapidly aging. The average age of existing F-16s is over 25 years, and the average aircraft has over 6,000 flight hours on it. Back in 2009 the first Block 40 F-16 passed 7,000 flight hours. In 2008 the first of the earliest models (a Block 25) F-16 passed 7,000 hours in the air. The F-16C was originally designed for a service life of 4,000 hours. But advances in engineering, materials and maintenance techniques have extended that to over 8,000 hours. Because of the wars in Iraq and Afghanistan, F-16s sent to these areas will fly over a thousand hours a year more than what they would fly in peacetime.

 

The U.S. F-16 is one of the most modified jet fighters in service. The most numerous F-16 is the C model. The first version of this, the F-16C Block 25, entered service in 1984. The original F-16, as the F-16A Block 1, entered service in 1978. While most F-16s still in service are the F-16C, there are actually six major mods, identified by block number (32, 40, 42, 50, 52, 60), plus the Israeli F-16I, which is a major modification of the Block 52. Another special version (the Block 60), for the UAE (United Arab Emirates) is called the F-16E. The various block mods included a large variety of new components (five engines, four sets of avionics, five generations of electronic warfare gear, five radars and many other mechanical, software, cockpit and electrical mods.)

 

The F-16 is the most numerous post-Cold War jet fighter, with over 4,200 built, and still in production. During The Cold War, Russia built over 10,000 MiG-21s, and the U.S over 5,000 F-4s, but since then warplane has plummeted about 90 percent. One exception, since the end of the Cold War, has been the F-16, which has been popular enough to keep the production lines going.

 

The F-16 can also function as a bomber and ground attack aircraft, although not as effectively as the air force folks would have you believe. It can carry four tons of bombs, and has been very effective using smart bomb. In air-to-air combat, F-16s have shot down 69 aircraft so far, without losing anything to enemy warplanes. Not bad for an aircraft that was originally designed as a cheaper alternative to the heavier F-15.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 16:35
A Republic of Korea Air Force's KF-16CD Block 52 aircraft in flight. Photo BAE Systems.

A Republic of Korea Air Force's KF-16CD Block 52 aircraft in flight. Photo BAE Systems.

 

9 September 2014 airforce-technology.com

 

The US Government is reportedly planning to sign an agreement with South Korea by the end of 2014 for the second phase of the Republic of Korea Air Force's (ROKAF) KF-16C/D Block 52 aircraft upgrade programme.

 

Two unnamed sources were quoted by Reuters as saying that the two sides are trying to finalise the pricing and schedule of the contract, as some changes requested by Seoul have increased the cost.

 

One of the sources said South Korea had already budgeted money for the project this year with an aim to conclude the current negotiations before the year end.

 

"The question now for BAE, the US Government and the South Korean Government is, can we fulfil the requirements the South Koreans are asking for at the price they're asking for," the source said.

 

The second source said: "The basic scope of the contract isn't changing. I wouldn't expect to see a significant increase in the price."

 

US Air Force spokeswoman Ann Stefanek declined to address any specific communications with South Korea, while BAE Systems said the company was assisting as needed in the talks between the air force and Seoul.

 

In December 2013, BAE received a foreign military sales contract from the US to upgrade ROKAF's ageing fleet of 134 KF-16 fighters in two phases at a cost of $1.3bn.

 

BAE already started work on the $140m first phase, which included the development of design for the upgrades, including new radars, mission avionics, higher resolution screens and new weapons.

 

The second phase would fund systems integration and flight test activities, followed by production and installation of upgrade kits in the aircraft at the company's sites in Florida, New York, California, Virginia and Texas, the US.

 

BAE spokesman Neil Franz said: "Phase One of the programme began earlier this year and is proceeding on schedule, and we look forward to soon beginning Phase Two."

 

Powered by F100-PW-229 engines, the KF-16 is a Korean variant of the Lockheed Martin F-16 fighter and was built by Korean Aerospace Industries under license from its manufacturer in the 1990s.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 12:55
Sillinger lance sa gamme d'embarcations Rafale

 

09.09.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Elle s'appelle Rafale mais n'a rien à voir avec le chasseur de Dassault. Sillinger vient de lancer une nouvelle gamme: la gamme SILLINGER - RAFALE®. Elle comprend 6 modèles à l’heure actuelle qui vont du 9,50m (photo ci-dessus)au 16m.

L'entreprise de Mer (41), filiale du groupe Marck, est un spécialiste des embarcations pneumatiques pliables et semi-rigides à usage militaire et professionnel.

A noter l’option Meta-Ops qui permet une architecture de pont modulable en fonction des besoins : des rails en aluminium disposés sur l’avant, le coffre moteur et l’arrière permettent d’ajouter, fixer et enlever des équipements relatifs aux missions spécifiques.

Le modèle phare de la gamme, le SILLINGER 950 RAFALE® sera exposé lors du salon Euronaval qui aura lieu du 27 au 31 octobre 2014, au Bourget, HALL 2 Stand C4.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 12:55
L'impact social, économique et technologique des exportations françaises d'armement


09.09.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

L'étude d'impact social, économique et technologique réalisée par le ministère de la Défense et le CIDEF avec le support de McKinsey & Co relative aux exportations françaises d'armement, est disponible ici.

Dans le contexte budgétaire plus que contraint et alors que le ministère de la Défense réduit ses commandes, les exportations permettent (ce n'est pas un scoop) un relais de production qui permet d'assurer la continuité de l'activité industrielle.

Selon cette étude présentée ce matin, à Bordeaux, lors des Universités d'été de la Défense, les prises de commande à l'exportation des groupes d'armements français ont progressé de 43% l'an dernier (par rapport à 2012, mais elles sont toujours en baisse par rapport à 2009), pour atteindre 6,87 milliards d'euros, soit 30% de plus que la moyenne 2002-2012.

Elles permettent à la France de se maintenir au quatrième rang mondial des exportateurs d'armes derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Russie. Le ministère de la Défense espère atteindre l'objectif de 7 milliards d'euros d'exportations en 2014. "Sans les exportations d'armement, le déficit commercial de la France aurait été 5 à 8 points plus élevé chaque année sur la période 2008-2013", peut-on lire dans l'étude commandée par le ministère de la Défense et le Conseil des industries de défense françaises (Cidef).

Sur le plan social, les exportations de défense représentent plus de 40.000 emplois, soit 25% des emplois de la base industrielle et technologique de défense, concentrés autour de sept grands bassins d'activité : Ile-de-France, PACA, Bretagne, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Centre et Rhône-Alpes.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 12:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

9 September 2014 airforce-technology.com

 

The Turkish Government is reportedly negotiating the purchase of a long-range missile defence system from the French-Italian company Eurosam, following disagreements with China.

 

Turkey had selected China Precision Machinery Import and Export Corp's (CPMIEC) FD-2000 missile system for the long-range air and missile defence systems (LORAMIDS) contract in September 2013, rejecting proposals from Rosoboronexport, Raytheon and Eurosam.

 

Raytheon had offered its Patriot surface-to-air missile, while Rosoboronexport and Eurosam proposed their S-400 and Aster 30 sol-air moyenne portée terrestre (SAMP/T) missile systems, respectively.

 

Turkish president Recep Tayyip Erdogan confirmed to NTV: "Some disagreements have emerged with China on the issues of joint production and know-how during negotiations over the missile defence system.

 

"Talks are continuing despite that, but France, which is second on the list, has come up with a new offer.

 

"Right now we are holding ongoing talks with France. For us, joint production is very, very important."

 

Meanwhile, a senior official from the Turkish Prime Minister's Office was quoted by DefenseNews as saying that the technical negotiations with CPMIEC have been dragged into several problematic areas.

 

"This option now looks much less attractive than it did last year," the source said.

 

Under the terms of the $3.4bn contract, CPMIEC had offered to collaborate with Turkish prime and subcontractors to coproduce the system that comprises radar, launcher and intercept missiles and is expected to enable Turkey to counter both enemy aircraft and missiles.

 

However, Turkey later asked the competitors to 'reconsider' their bids in wake of strong pressure from the international community, including Nato and the US.

 

CPMIEC is under the US sanctions for violations of the Iran, North Korea and Syria Non-Proliferation Act since February 2013.

 

Earlier this year, Turkey's Western allies have warned that the country's entire defence cooperation with Western counterparts, including defence and non-defence companies, could be jeopardised, if it finalises the deal with the Chinese company, according to the news agency.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:55
photo du 4e A400M - Armée de l'Air

photo du 4e A400M - Armée de l'Air

 

09/09/2014 direction générale de l’armement (DGA)

 

La direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné un cinquième exemplaire de l’avion de transport militaire A400M Atlas le 8 septembre 2014. L’appareil, destiné à l’armée de l’air, porte le numéro de série MSN12. Il rejoindra la base aérienne d’Orléans-Bricy.

 

Avion de transport militaire tactique doté d’une allonge stratégique et à la pointe de la technologie, l’A400M, produit par Airbus Defence and Space, est sans équivalent sur le marché mondial. Equipé de quatre turbopropulseurs, il est conçu pour transporter jusqu’à 37 tonnes de matériel et réaliser l’ensemble des missions liées au transport, notamment les liaisons inter et intra-théâtre, les poser d’assaut sur terrains sommaires, l’aérolargage de personnel et de matériel y compris à très grande hauteur, le ravitaillement en vol ou les évacuations sanitaires.

 

Il s’agit du sixième avion de série livré sur les 170 commandés par les sept pays partenaires du programme : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg, le Royaume-Uni, et la Turquie. Quatre ont déjà été livrés à la France, ainsi qu’un à la Turquie.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:50
Nato members agree to strengthen cooperation in munitions sector

 

9 September 2014 airforce-technology.com

 

A letter of intent (LOI) has been signed by six Nato member countries at the recently concluded Nato Wales Summit, to help develop innovative methods for increasing the availability of munitions to the alliance.

 

Signed by the Czech Republic, Denmark, Greece, Norway, Portugal and Spain, the agreement will focus on multinational approaches toward air-to-ground precision-guided munitions (PGMs).

 

Led by Denmark, the project is also expected to establish an overall framework for strengthening international cooperation within the munitions sector.

 

Specifically, the project aims to address the lessons learned from recent operations where countries ran out of stocks of guided munitions and could not quickly or easily use the stocks of other air forces.

 

Danish National Armaments director lieutenant general Per Pugholm Olsen said: "Danish experiences from the air operation over Libya in 2011 showed us that national munitions stockpiles are not always sufficient ... and they cannot easily be re-supplied within the short timeframe needed during operations.

 

"Therefore we must pursue innovative and more flexible approaches towards provision of munitions in general and specifically air-to-ground precision-guided munitions."

 

As part of the agreement, the signatories would consider a wide spectrum of multinational arrangements in the field of PGMs, including mutual loan arrangements, common warehousing, multinational procurement and the creation of multinational stocks of weapons, with an aim to ensure a more effective and efficient contribution to future operations by European states.

 

The project is actively supported by the US in a bid to address the export control issues for US-type PGMs.

 

The multinational effort demonstrates the success of the smart defence initiative and also represents an example of allies working together using scarce resources more efficiently by promoting the joint acquisition of important capabilities.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:50
Déclaration du sommet OTAN au Pays de Galles

 

publiée par les chefs d’État et de gouvernement participant à la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord tenue au pays de Galles les 4 et 5 septembre 2014

 

Mis à jour le: 07 Sep. 2014 11:59 Communiqué de presse (2014) 120 - 

 

 
  1. Nous, chefs d'État et de gouvernement des pays membres de l'Alliance atlantique, nous sommes réunis au pays de Galles à un moment charnière pour la sécurité euro-atlantique. Les actions agressives de la Russie à l'encontre de l'Ukraine ont fondamentalement mis à mal notre conception d'une Europe libre, entière et en paix. L'instabilité croissante dans notre voisinage méridional, du Moyen-Orient à l'Afrique du Nord, ainsi que les menaces transnationales et multidimensionnelles, compromettent également notre sécurité. Ces éléments peuvent tous avoir des conséquences à long terme pour la paix et la sécurité dans la région euro-atlantique, et pour la stabilité à l'échelle mondiale.
  2. Notre Alliance demeure une source essentielle de stabilité dans un monde imprévisible. Ensemble, nous sommes unis, en tant que démocraties solides, dans notre attachement au Traité de Washington et aux objectifs et aux principes de la Charte des Nations Unies. Fondée sur la solidarité, la cohésion de l'Alliance et l'indivisibilité de notre sécurité, l'OTAN reste le cadre transatlantique pour une défense collective solide et le forum essentiel pour les consultations et la prise de décisions entre Alliés en matière de sécurité. La responsabilité première de l’Alliance est de protéger et de défendre le territoire et la population de ses pays membres contre une attaque, conformément à l’article 5 du Traité de Washington. Comme nous l'avons indiqué dans la Déclaration transatlantique que nous avons diffusée aujourd'hui, nous sommes déterminés à resserrer encore le lien transatlantique et à mobiliser les ressources, les capacités et la volonté politique nécessaires pour faire en sorte que notre Alliance reste prête à répondre à tout défi. Nous sommes prêts à agir ensemble et de manière décisive afin de défendre la liberté et nos valeurs communes que sont la liberté individuelle, les droits de l’homme, la démocratie et l'état de droit.
  3. Nous réaffirmons aujourd'hui notre détermination à remplir les trois tâches fondamentales inscrites dans notre concept stratégique, à savoir la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative. Ici, au pays de Galles, nous avons pris des décisions afin de répondre aux défis d’aujourd'hui et de demain. Nous réaffirmons notre ferme engagement à assurer la défense collective et à garantir sécurité et assurance pour tous les Alliés ; nous adaptons nos opérations, y compris en Afghanistan, à la lumière des progrès accomplis et des défis restant à relever, et nous renforçons nos partenariats avec des pays et des organisations du monde entier afin de mieux développer la sécurité ensemble.
  4. Chaque jour, nos troupes assurent la sécurité, qui est le fondement de notre prospérité et de notre mode de vie. Nous rendons hommage à tous les hommes et les femmes des pays de l'Alliance et des pays partenaires qui ont servi et qui continuent de servir avec bravoure dans le cadre des opérations et missions dirigées par l'OTAN. Nous devons une reconnaissance éternelle à tous ceux qui ont perdu la vie ou ont été blessés, et nous exprimons notre profonde sympathie à leurs familles et à leurs proches.
  5. Soucieux de faire en sorte que notre Alliance soit prête à répondre rapidement et fermement aux nouveaux défis de sécurité, nous avons approuvé aujourd'hui le plan d’action « réactivité ». Ce plan comporte un paquet cohérent et global de mesures nécessaires permettant de faire face aux changements dans l'environnement de sécurité aux frontières de l’OTAN et au-delà, source de préoccupation des Alliés. Il apporte une réponse aux défis posés par la Russie, ainsi qu'à leurs incidences stratégiques. Il vise également à répondre aux risques et aux menaces émanant de notre voisinage méridional, à savoir le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Ce plan renforce la défense collective de l'OTAN. Il renforce également notre capacité de gestion de crise. Ce plan contribuera à garantir que l'OTAN reste une Alliance forte, préparée, robuste et réactive, capable de faire face aux défis actuels et futurs, d'où qu'ils puissent venir.
  6. Les éléments du plan incluent des mesures visant tant à répondre au besoin continu d'assurance des Alliés qu’à prévoir l'adaptation de la posture militaire stratégique de l'Alliance.
  7. Les mesures d'assurance comprennent une présence aérienne, terrestre et maritime continue et une activité militaire significative dans l'est de l'Alliance, toutes deux par rotation. Elles répondront au besoin fondamental essentiel d'assurance et de dissuasion, et elles sont flexibles et modulables face à l'évolution de la situation de sécurité.
  8. Les mesures d'adaptation englobent les composantes requises pour que l'Alliance puisse faire pleinement face aux défis de sécurité auxquels elle pourrait être confrontée. Nous renforcerons de manière significative la réactivité de notre Force de réaction de l'OTAN (NRF), en mettant en place des ensembles de forces capables de se déplacer rapidement et de faire face à des défis et menaces potentiels. Dans ce cadre, nous établirons une Force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (VJTF), une nouvelle force interarmées alliée capable de se déployer en quelques jours pour répondre aux défis qui se posent, en particulier à la périphérie du territoire des pays de l'OTAN. Cette force devrait comporter une composante terrestre avec les éléments aériens, maritimes et d'opérations spéciales appropriés à disposition. La disponibilité opérationnelle des éléments de la VJTF sera testée par des exercices sur court préavis. Nous établirons également une présence appropriée de moyens de commandement et de contrôle et certains éléments facilitateurs en place sur le territoire des Alliés orientaux en tout temps, grâce aux contributions des Alliés selon le principe de rotation, en mettant l'accent sur la planification et les exercices sur la base de scénarios de défense collective. Ces éléments faciliteront aussi, au besoin, le renforcement des Alliés situés à la périphérie de l'OTAN, à des fins de dissuasion et de défense collective. Nous améliorerons encore la capacité de l'OTAN à renforcer rapidement et efficacement ces Alliés, y compris par la préparation des infrastructures, le prépositionnement d'équipements et d'approvisionnements, et la désignation de bases spécifiques. À cet égard, un soutien approprié du pays hôte sera déterminant. Nous ferons également en sorte que les forces des pays de l'Alliance maintiennent la réactivité et la cohérence voulues, nécessaires pour mener toute la gamme des missions de l'OTAN, y compris pour décourager une agression contre les pays de l'OTAN et montrer que l'Alliance est prête à défendre son territoire. Nous renforcerons nos forces navales permanentes (SNF) pour améliorer la connaissance de la situation maritime et être en mesure de conduire toute la gamme des opérations maritimes conventionnelles.
  9. Nous veillerons à ce que l'actuelle structure de commandement de l'OTAN reste robuste, souple, et à même de prendre en charge tous les éléments d'un commandement et d'un contrôle efficaces face à des défis simultanés ; cela implique entre autres un centrage régional afin de tirer parti de l'expertise régionale et d'améliorer la connaissance de la situation. Les Alliés contributeurs augmenteront la disponibilité opérationnelle et les capacités du quartier général du corps multinational nord-est et renforceront son rôle de plate-forme de coopération régionale. Nous renforcerons nos moyens de renseignement et de connaissance de la situation stratégique et nous donnerons un regain d'importance à la planification préétablie.
  10. Nous établirons un programme d'exercices renforcé en nous attachant tout particulièrement à mettre en pratique la défense collective, y compris pour tester des réponses globales à des scénarios civilo-militaires complexes. L'initiative d'interconnexion des forces (CFI) que nous avons approuvée à Chicago contribuera à garantir une cohérence totale entre les éléments relatifs à l'entraînement et aux exercices dans le plan d’action « réactivité ».
  11. Le développement et la mise en œuvre des mesures d'adaptation se feront sur la base de l'évolution de l'environnement stratégique dans les régions qui suscitent des préoccupations, y compris aux périphéries orientale et méridionale de l'Alliance, environnement qui fera l'objet d'un suivi étroit, d'une évaluation et d'une préparation.
  12. Nous avons chargé nos ministres de la Défense de superviser la mise en œuvre rapide du plan d’action « réactivité », qui débutera immédiatement.
  13. Nous ferons en sorte que l'OTAN soit en mesure de faire face efficacement aux défis spécifiques posés par les menaces que représente la guerre hybride, dans le cadre de laquelle un large éventail de mesures militaires, paramilitaires ou civiles, dissimulées ou non, sont mises en œuvre de façon très intégrée. Il est essentiel que l'Alliance dispose des outils et procédures nécessaires pour assurer la dissuasion et répondre efficacement aux menaces hybrides, ainsi que des capacités permettant de développer les forces nationales. Cela supposera également de développer la communication stratégique, d'élaborer des scénarios d'exercice tenant compte des menaces hybrides, et de renforcer la coordination entre l'OTAN et d'autres organisations, conformément aux décisions prises en la matière, le but étant d'améliorer le partage de l'information, les consultations politiques et la coordination interservices. Nous saluons la création, en Lettonie, d'un centre d'excellence pour la communication stratégique homologué par l’OTAN, lequel constitue une contribution significative aux efforts de l'OTAN dans ce domaine. Nous avons demandé une revue des travaux sur la guerre hybride parallèlement à la mise en œuvre du plan d’action « réactivité ».
  14. Nous convenons d'inverser la tendance à la baisse que connaissent les budgets de défense, d'utiliser de la manière la plus efficace possible les fonds à notre disposition et de favoriser une répartition plus équilibrée des dépenses et des responsabilités. Notre sécurité et notre défense dépendent globalement tant des sommes que nous y consacrons que de la manière dont nous les dépensons. Il convient d’affecter davantage d’investissements à la réalisation de nos objectifs prioritaires en matière de capacités, et les Alliés doivent aussi faire preuve de la volonté politique requise, le moment venu, pour mettre à disposition les capacités et déployer les forces qui sont nécessaires. Une industrie de défense forte dans toute l'Alliance, notamment une industrie de défense plus forte en Europe et une coopération industrielle de défense accrue en Europe et de part et d'autre de l'Atlantique, reste indispensable à la fourniture des capacités requises. Les efforts de l’OTAN et de l’Union européenne (UE) visant le renforcement des capacités de défense sont complémentaires. Compte tenu des engagements actuels, nous sommes guidés par les principes suivants :
    • Les Alliés qui se conforment actuellement à la directive OTAN recommandant un niveau minimum de dépenses de défense de 2 % du produit intérieur brut (PIB) chercheront à continuer de le faire. De même, les Alliés qui consacrent actuellement plus de 20 % de leur budget de défense aux équipements majeurs, y compris la recherche et développement y afférente, continueront de le faire.
    • Les Alliés dont la part du PIB consacrée à la défense est actuellement inférieure au niveau précité :
      • cesseront toute diminution des dépenses de défense ;
      • chercheront à augmenter leurs dépenses de défense en termes réels à mesure que croîtra leur PIB ;
      • chercheront à se rapprocher dans les dix années à venir des 2 % recommandés, en vue d'atteindre leurs objectifs capacitaires OTAN et de combler les insuffisances capacitaires de l'OTAN.
    • Les Alliés qui consacrent actuellement moins de 20 % de leurs dépenses de défense annuelles à l'acquisition de nouveaux équipements majeurs, y compris la recherche et développement y afférente, chercheront, dans les dix années à venir, à porter leurs investissements annuels à 20 % ou plus de leur budget de défense total.
    • Tous les Alliés :
    • veilleront à ce que leurs forces terrestres, aériennes et maritimes soient conformes aux directives OTAN agréées en matière de déployabilité et de soutenabilité ainsi qu'aux autres métriques des extrants agréées ;
    • veilleront à ce que leurs forces armées puissent opérer ensemble de manière efficace, notamment par la mise en œuvre des normes et doctrines agréées OTAN.
  15. Les Alliés feront le point sur leurs progrès chaque année. Cette question sera inscrite à l’ordre du jour des réunions des ministres de la Défense et examinée par les chefs d’État et de gouvernement à l’occasion des sommets.
  16. Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’intervention militaire illégale de la Russie en Ukraine, qui alimente l’escalade, et nous demandons instamment que la Russie y mette un terme et retire ses forces déployées en territoire ukrainien et le long de la frontière avec l'Ukraine. Cette violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine constitue une infraction grave au droit international et un défi majeur pour la sécurité euro-atlantique. Nous ne reconnaissons et ne reconnaîtrons pas l’« annexion » illégale et illégitime de la Crimée par la Russie. Nous demandons instamment que la Russie se conforme au droit international ainsi qu'à ses obligations et responsabilités internationales, qu'elle mette fin à son occupation illégitime de la Crimée, qu'elle s'abstienne de toute action agressive à l'encontre de l'Ukraine, qu'elle retire ses troupes, qu'elle fasse cesser le flux d'armes, d'équipements, de personnes et de fonds qui traverse la frontière à destination des séparatistes, et qu'elle cesse d'attiser les tensions le long de la frontière ukrainienne et au-delà. La Russie doit user de son influence auprès des séparatistes pour permettre une désescalade et prendre des mesures concrètes en faveur d'une solution politique et diplomatique qui respecte la souveraineté, l'intégrité territoriale et les frontières internationalement reconnues de l'Ukraine.
  17. Nous sommes profondément préoccupés de constater que la violence et l'insécurité causées dans la région par la Russie et les séparatistes que celle-ci soutient sont source de dégradation de la situation humanitaire et de destruction matérielle dans l'est de l'Ukraine. Nous sommes préoccupés par la discrimination dont sont victimes les Tatars originaires de Crimée et d'autres membres de communautés locales dans cette péninsule. Nous demandons instamment que la Russie prenne les mesures nécessaires pour garantir la sécurité, les droits et les libertés de tous les habitants de la péninsule. Cette violence et cette insécurité ont également conduit à la tragique destruction, le 17 juillet 2014, de l'avion de ligne de la compagnie Malaysia Airlines qui assurait le vol MH17. Rappelant la résolution 2166 du Conseil de sécurité de l'ONU, les Alliés appellent tous les États et tous les acteurs de la région à garantir un accès immédiat, en toute sécurité et sans entrave au lieu du crash du MH17 afin de permettre la reprise de l'enquête ainsi que le rapatriement des dépouilles et des effets personnels des victimes encore présents sur le site. Ceux qui sont directement ou indirectement responsables de la destruction du MH17 doivent répondre de leurs actes et être traduits en justice dans les meilleurs délais.
  18. Nous sommes également préoccupés de constater la récurrence des cas de non‑respect, par la Russie, du droit international, y compris la Charte des Nations Unies, son comportement à l'égard de la Géorgie et de la République de Moldova, sa violation des arrangements et engagements de sécurité européens fondamentaux, et notamment ceux figurant dans l’Acte final d'Helsinki, sa non-application prolongée du Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) et son utilisation, à l'encontre de pays voisins, de moyens militaires et autres à des fins coercitives. Cela constitue une menace pour l'ordre international fondé sur des règles et compromet la sécurité euro-atlantique. De plus, ces développements pourraient potentiellement avoir des effets à long terme sur la stabilité dans la région de la mer Noire, qui demeure un élément important de la sécurité euro-atlantique. Les actions actuellement menées par la Russie sont contraires aux principes sur lesquels reposent les mécanismes de renforcement de la confiance établis dans la région de la mer Noire. Nous continuerons de soutenir, comme il conviendra, les efforts entrepris par les États riverains de la mer Noire à l'échelle régionale dans le but d'assurer la sécurité et la stabilité.
  19. Tandis que la Russie continue d'intervenir militairement, d'armer les séparatistes et d'alimenter l'instabilité en Ukraine, nous soutenons les sanctions imposées par l'UE, par le G7 et par d'autres, lesquelles sont un élément essentiel de l'effort global entrepris au niveau international pour faire face au comportement déstabilisateur de la Russie, pour l'amener à engager une désescalade, et pour parvenir à une solution politique à la crise engendrée par ses actions. Parmi ces sanctions figurent, entre autres, les mesures adoptées par des Alliés, notamment le Canada, la Norvège et les États-Unis, ainsi que les décisions prises par l'UE pour limiter l'accès des institutions financières publiques russes aux marchés des capitaux, restreindre le commerce des armes, établir des restrictions à l'exportation à des fins militaires de biens à double usage, et réduire l'accès de la Russie à des technologies sensibles dans les secteurs de la défense et de l'énergie.
  20. Les Alliés ont eu un débat stratégique, qu'ils poursuivront dans le cadre de leurs travaux en cours, concernant la sécurité euro-atlantique et la Russie. Ce débat jette les bases de la vision de l'OTAN quant à l'approche qu'elle adoptera à l'égard de la Russie et aux mécanismes qui régiront les relations de l'Alliance avec ce pays à l'avenir.
  21. Pendant plus de vingt ans, l'OTAN s'est employée à bâtir un partenariat avec la Russie, notamment au travers du mécanisme du Conseil OTAN-Russie, sur la base de l'Acte fondateur OTAN-Russie et de la Déclaration de Rome. La Russie a rompu ses engagements et elle a violé le droit international, brisant ainsi la confiance au cœur de notre coopération. Les décisions que nous avons prises au sommet témoignent de notre respect de l'architecture européenne de sécurité, fondée sur des règles.
  22. Nous continuons de croire qu'un partenariat entre l'OTAN et la Russie, fondé sur le respect du droit international, aurait une valeur stratégique. Nous aspirons toujours à une relation de coopération constructive avec la Russie, comportant des mesures de confiance et de transparence réciproques et un renforcement de la compréhension mutuelle des postures des forces nucléaires non stratégiques de l'OTAN et de la Russie en Europe, sur la base de nos préoccupations et de nos intérêts de sécurité communs, dans une Europe où chaque pays est libre de décider de son avenir. Nous constatons avec regret que les conditions d'une telle relation ne sont, pour l'heure, pas réunies. Par conséquent, la décision prise par l'OTAN de suspendre toute coopération civile et militaire pratique entre l'OTAN et la Russie est maintenue. Les canaux de communication politiques restent cependant ouverts.
  23. L’Alliance ne cherche pas la confrontation et ne représente aucune menace pour la Russie. Mais nous ne pouvons transiger et ne transigerons pas sur les principes sur lesquels reposent notre Alliance et la sécurité de l'Europe et de l'Amérique du Nord. L'OTAN est à la fois transparente et prévisible, et nous sommes résolus à faire preuve de ténacité et de persévérance, comme nous le faisons depuis la création de notre Alliance. La nature des relations de l'Alliance avec la Russie et notre aspiration au partenariat dépendront de la mesure dans laquelle nous constaterons un changement clair et constructif dans l'action de ce pays, démontrant le respect du droit international et de ses obligations et responsabilités internationales.
  24. Une Ukraine indépendante, souveraine et stable, fermement attachée à la démocratie et à l'état de droit, est essentielle à la sécurité euro-atlantique.  À un moment où la sécurité de l'Ukraine est mise à mal, l'Alliance continue de soutenir pleinement la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Le large soutien recueilli par la résolution 68-262 de l'Assemblée générale des Nations Unies, intitulée « L’intégrité territoriale de l’Ukraine », démontre le rejet international de l'« annexion » illégale et illégitime de la Crimée par la Russie. Nous sommes extrêmement préoccupés par la nouvelle escalade des actions agressives dans l'est de l'Ukraine. Nous assistons, de la part de la Russie et des séparatistes qu'elle soutient, à une campagne concertée d'actes de violence visant à déstabiliser l'État souverain qu'est l'Ukraine.
  25. Nous saluons l'attachement du peuple d'Ukraine à la liberté et à la démocratie, ainsi que sa détermination à décider librement de son avenir et de l'orientation de sa politique étrangère, sans ingérence extérieure. Nous nous félicitons de la tenue, le 25 mai 2014, dans des conditions difficiles, d'une élection présidentielle libre et régulière, et de la signature, le 27 juin 2014, de l'accord d'association avec l'Union européenne, preuves de la consolidation de la démocratie en Ukraine et des aspirations européennes de ce pays. Dans ce contexte, nous attendons avec intérêt les élections à la Verkhovna Rada qui se tiendront en octobre 2014.
  26. Nous encourageons l’Ukraine à promouvoir encore davantage un processus politique inclusif, qui repose sur les valeurs démocratiques, et sur le respect des droits de l’homme, des minorités et de l'état de droit.  Nous nous félicitons du plan de paix du président Porochenko, et nous appelons toutes les parties à tenir leurs engagements, y compris ceux qu'elles ont pris à Genève et à Berlin. Nous appelons la Russie à entamer un dialogue constructif avec le gouvernement ukrainien. Nous soutenons activement les efforts diplomatiques actuellement menés pour trouver au conflit une solution politique viable, qui respecte la souveraineté, l'indépendance, et l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues.
  27. Nous saluons et soutenons pleinement l'action d'autres organisations internationales qui contribuent à la désescalade et recherchent une solution pacifique à la crise, en particulier l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l'Union européenne. Nous nous félicitons du déploiement rapide de la Mission spéciale d'observation de l'OSCE, qui doit pouvoir agir sans entrave et accéder à toutes les régions de l'Ukraine afin de s'acquitter de son mandat. Nous nous félicitons également de la décision prise par l'UE de lancer une mission de politique de sécurité et de défense commune afin d'apporter son aide à l'Ukraine dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité civile, notamment pour ce qui concerne la police et l'état de droit.
  28. Reconnaissant le droit de l'Ukraine à rétablir la paix et l'ordre et à défendre son peuple et son territoire, nous encourageons les forces armées et les services de sécurité ukrainiens à continuer de faire preuve, dans le cadre de leur opération actuelle, de la plus grande retenue de manière à éviter de faire des victimes parmi la population civile locale. 
  29. L'Ukraine est, pour l'Alliance, un partenaire de longue date et bien spécifique.  Ici, au pays de Galles, nous nous sommes réunis avec le président Porochenko, et nous avons publié une déclaration commune. Nous apprécions vivement les contributions que l'Ukraine a apportées et apporte encore à l'ensemble des opérations menées actuellement par l'Alliance, ainsi qu'à la Force de réaction de l'OTAN. Nous encourageons et continuerons de soutenir la mise en œuvre par l'Ukraine de vastes réformes au travers du programme national annuel, dans le cadre de notre Partenariat spécifique. Nous avons adopté des mesures supplémentaires pour soutenir la réforme et la transformation des secteurs de la sécurité et de la défense et promouvoir une plus grande interopérabilité entre les forces de l'Ukraine et celles de l'OTAN. Ces mesures sont conçues pour accroître la capacité de l'Ukraine à assurer sa propre sécurité. Nous nous félicitons de la participation de l'Ukraine à l'initiative pour l’interopérabilité avec les partenaires, et de l'intérêt qu'a manifesté ce pays pour les nouvelles opportunités dans le cadre de cette initiative, et nous nous réjouissons à la perspective de sa participation future.
  30. L'occupation illégitime de la Crimée par la Russie et l'intervention militaire russe dans l'est de l'Ukraine ont suscité des préoccupations légitimes auprès de plusieurs autres partenaires de l'OTAN en Europe orientale. Les Alliés continueront de soutenir le droit des partenaires à faire des choix indépendants et souverains en matière de politique étrangère et de sécurité, sans pression extérieure ni contrainte. Les Alliés restent également déterminés à soutenir l'intégrité territoriale, l'indépendance et la souveraineté de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan, de la Géorgie et de la République de Moldova.
  31. Dans ce contexte, nous continuerons d'appuyer les efforts visant à parvenir à un règlement pacifique des conflits dans le Sud-Caucase, ainsi qu'en République de Moldova, sur la base de ces principes et des normes du droit international, de la Charte des Nations Unies et de l’Acte final d’Helsinki. La persistance de ces conflits prolongés reste une source de préoccupation particulière, qui nuit aux possibilités qu'ont les citoyens de la région de réaliser tout leur potentiel en tant que membres de la communauté euro-atlantique. Nous exhortons toutes les parties à œuvrer de manière constructive, et avec une volonté politique renforcée au règlement pacifique des conflits, dans les cadres de négociation établis.
  32. Nous sommes profondément préoccupés par l'accroissement de l'instabilité et par l'amplification des menaces transnationales et multidimensionnelles dans toute la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Ces menaces pèsent directement sur la sécurité des populations vivant dans cette région, ainsi que sur notre propre sécurité. La paix et la stabilité dans cette région sont essentielles pour l'Alliance. Nous soulignons dès lors qu’il faut que s’instaure un calme durable et que cesse la violence. Nous continuons de soutenir les aspirations légitimes des peuples de cette région à la paix, à la sécurité, à la démocratie, à la justice, à la prospérité, ainsi qu'à la préservation de leur identité. Nous continuerons de suivre de près la situation et étudierons les options pour une éventuelle aide de l'OTAN aux efforts bilatéraux et internationaux qui viseraient à promouvoir la stabilité, ainsi qu'à contribuer à la réponse apportée à la crise qui s'intensifie dans la région du Moyen-Orient et aux menaces qui en émanent.
  33. Le prétendu « État islamique en Iraq et au Levant » (EIIL) représente une grave menace pour le peuple iraquien, pour le peuple syrien, pour l'ensemble de la région et pour nos pays. Nous sommes indignés par les attaques barbares perpétrées récemment par l'EIIL contre toutes les populations civiles, en particulier par le fait que des communautés religieuses et ethniques entières soient prises pour cibles de manière systématique et délibérée. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les actes violents et lâches commis par l'EIIL. Si la sécurité de l'un des Alliés est menacée, nous n'hésiterons pas à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer notre défense collective. La dégradation rapide de la situation de sécurité en Iraq et la menace croissante que représente l'EIIL soulignent la nécessité d'une solution politique s'appuyant sur un gouvernement iraquien inclusif au sein duquel toutes les confessions sont représentées. Par ailleurs, compte tenu des conséquences humanitaires dramatiques de la crise et des répercussions de celle-ci sur la stabilité et la sécurité de la région, de nombreux Alliés ont déjà fourni ou proposent à l'Iraq une assistance bilatérale sur le plan humanitaire et de la sécurité.
  34. Nous réaffirmons l'attachement constant de l'OTAN à son partenariat avec l'Iraq, qui nous permettra de redynamiser nos efforts visant à aider ce pays à mettre en place des forces de sécurité plus efficaces. Ce partenariat prévoit, dans le cadre du programme individuel de partenariat et de coopération existant, une coopération dans les domaines du dialogue politique, de la formation et de l'entraînement, de la réponse au terrorisme, de l'établissement des institutions de défense, de la sécurité des frontières, et de la stratégie de communication. Les Alliés et les partenaires doivent continuer de contribuer, par les canaux appropriés, à la coordination de l'aide humanitaire destinée à l'Iraq. Nous nous félicitons du rôle que joue le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe. Nous sommes également convenus que l'OTAN contribuera à coordonner l'aide à la sécurité apportée à l'Iraq par les Alliés et les partenaires. Cela pourrait également comporter une aide à la coordination du transport permettant de fournir cette assistance. Si le gouvernement iraquien en fait la demande, l'OTAN se tiendra prête à envisager de prendre des mesures dans le cadre de son initiative de renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant, en vue de mettre en train cet effort à brève échéance. L'OTAN soutiendra les efforts entrepris au niveau bilatéral par des Alliés et des partenaires en sollicitant et en coordonnant, sur une base volontaire, le recours aux moyens de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. En outre, les Alliés s'efforceront d'accroître leur coopération pour ce qui est de l'échange d'informations sur les combattants étrangers rentrant dans leur pays.
  35. Nous continuons de suivre la crise actuelle en Syrie avec beaucoup d'inquiétude. Nous condamnons avec la plus grande fermeté la campagne de violence menée à l'encontre du peuple syrien par le régime de Bachar al-Assad, à l'origine du chaos et de la dévastation qui sévissent à présent dans le pays. Nous appelons le gouvernement syrien à se conformer pleinement aux dispositions de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU et à s'engager immédiatement dans une véritable transition politique conformément au Communiqué de Genève du 30 juin 2012. Nous pensons qu'une transition politique négociée est essentielle pour mettre un terme au bain de sang. Nous soulignons le rôle important joué par l'opposition modérée pour protéger les communautés contre la double menace que représentent la tyrannie du régime syrien et l'extrémisme de l'EIIL. Les combats qui durent depuis plus de trois ans ont eu des conséquences dramatiques sur le plan humanitaire, et une incidence croissante sur la sécurité des pays de la région. Malgré les possibles effets déstabilisateurs sur leurs économies et leurs sociétés, la Turquie, pays membre de l'OTAN, la Jordanie, un de nos partenaires dans la région, et le Liban, voisin de la Syrie, accueillent généreusement des millions de réfugiés et de Syriens déplacés. Le déploiement de missiles Patriot pour défendre la population et le territoire de la Turquie démontre avec force la détermination et la capacité de l'OTAN à assurer la défense et la dissuasion contre toute menace potentielle pesant sur l'un des Alliés.
  36. Nous notons avec satisfaction que le retrait et l'élimination des armes chimiques syriennes déclarées ont été menés à bonne fin par la mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU et par les Alliés, ainsi que le demandaient la résolution 2118 du Conseil de sécurité de l’ONU et les décisions du Conseil exécutif de l’OIAC. Les pays membres de l'OTAN ont joué un rôle clé dans la réussite de cette mission ainsi que dans la destruction des matières chimiques. Nous demeurons vivement préoccupés par les rapports qui continuent de faire état de l'utilisation de matières chimiques comme armes en Syrie. Douze installations de production d'armes chimiques doivent encore être détruites, et des interrogations subsistent quant à l'exhaustivité et à l’exactitude de la déclaration des armes chimiques établie par la Syrie. Nous appelons instamment le gouvernement de Bachar al-Assad à répondre à toutes les questions restant en suspens concernant sa déclaration à l'OIAC, à traiter tous les problèmes qui subsistent, et à prendre des mesures afin de garantir qu'il se conforme pleinement aux obligations qui sont les siennes en vertu de la Convention sur les armes chimiques (CIAC), à la résolution 2118 du Conseil de sécurité de l'ONU et aux décisions du Conseil exécutif de l'OIAC.
  37. Depuis sa récente progression en Iraq, l'EIIL constitue une menace transnationale. Le régime de Bachar al-Assad a contribué à l'émergence de l'EIIL en Syrie et à l'expansion de ce dernier au-delà des frontières de ce pays. La présence de l’EIIL tant en Syrie qu'en Iraq est une menace pour la stabilité de la région. L'EIIL est également devenu un obstacle majeur au règlement politique en Syrie, et il fait peser un risque grave sur la stabilité et l’intégrité territoriale de l'Iraq. Les habitants de la Syrie et de l'Iraq, et plus généralement de la région, ont besoin de l'aide de la communauté internationale pour contrer cette menace. Une approche internationale coordonnée est nécessaire.
  38. Nous sommes profondément préoccupés par les violences actuelles et la dégradation de la situation de sécurité en Libye, qui menacent de nuire aux objectifs pour lesquels le peuple libyen a enduré tant de souffrances, et qui représentent une menace pour l'ensemble de la région. Nous exhortons toutes les parties à mettre un terme à la violence et à entreprendre sans tarder des efforts constructifs afin de promouvoir un dialogue politique inclusif servant l'intérêt de tout le peuple libyen, dans le cadre du processus démocratique. Reconnaissant le rôle central joué par l'ONU dans la coordination de l'action internationale en Libye, nous soutenons résolument les efforts que déploient actuellement la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat, apaiser les tensions, et contribuer à la réconciliation nationale. Notre opération Unified Protector a montré que l'OTAN était déterminée à protéger, avec ses partenaires arabes dans la région, le peuple libyen. Sur la base de la décision prise par l'OTAN en octobre 2013 à la suite d'une demande formulée par les autorités libyennes, nous restons prêts à soutenir la Libye par des conseils en matière de renforcement des institutions de défense et de sécurité et à instaurer un partenariat à long terme, qui pourrait donner lieu à une participation de ce pays au Dialogue méditerranéen, lequel constituerait un cadre naturel pour notre coopération.
  39. Bien que le Mali ait rétabli un ordre constitutionnel, nous sommes conscients que les actes terroristes ainsi que le trafic d'armes et de stupéfiants et la traite des êtres humains dans toute la région du Sahel/Sahara menacent la sécurité régionale et notre propre sécurité. Nous saluons les efforts menés par l'ONU et soulignons l'importance d'un engagement ferme de la communauté internationale à faire face aux défis complexes que connaît la région sur le plan politique et sur le plan de la sécurité. À cet égard, nous saluons les stratégies globales de l'Union africaine et de l'Union européenne sur le Sahel. Nous saluons également l'engagement militaire solide et crédible de certains Alliés dans la région du Sahel/Sahara, qui contribue à la réaffirmation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des pays africains concernés, ainsi qu'à la sécurité de l'Alliance. L'OTAN est prête à examiner, si les pays concernés lui en font la demande, les domaines dans lesquels elle peut contribuer à faire face à ces défis, en totale coordination avec les efforts de l'ONU et de l'UE, et ceux entrepris aux niveaux régional et bilatéral.
  40. Dans les Balkans occidentaux, région stratégiquement importante, les valeurs démocratiques, l'état de droit et les relations de bon voisinage continuent de jouer un rôle crucial dans le maintien d'une paix et d'une stabilité durables. L'Alliance reste pleinement engagée en faveur de la stabilité et de la sécurité de la région, et nous continuerons de soutenir activement les aspirations euro-atlantiques des pays de cette région. Les Alliés et leurs partenaires dans les Balkans occidentaux contribuent activement au maintien de la paix régionale et internationale, y compris dans des cadres de coopération régionale.
    Nous saluons les progrès accomplis par la Serbie dans l'établissement d'un partenariat plus fort avec l'OTAN et nous encourageons Belgrade à poursuivre sur cette voie. Nous saluons également les progrès accomplis au Kosovo et appelons de nos vœux la poursuite des efforts visant à renforcer les institutions démocratiques et l'état de droit dans l'ensemble d'un Kosovo multiethnique. Les élections législatives du 8 juin 2014 ont, de manière générale, été conformes aux normes internationales, et elles constituent une étape importante. Nous attendons avec intérêt la formation, dans les meilleurs délais, d'un gouvernement représentatif et inclusif, attaché au dialogue Belgrade-Pristina facilité par l'Union européenne. Nous nous félicitons de l'amélioration de la situation de sécurité et des progrès accomplis grâce au dialogue. Nous félicitons les deux parties pour leur engagement en faveur de l'accord conclu le 19 avril 2013 entre Belgrade et Pristina et les encourageons à continuer de s'employer à le mettre pleinement en œuvre.
  41. Nous avons tenu hier une réunion élargie sur l’Afghanistan et, avec nos partenaires au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), nous avons publié une déclaration du sommet du pays de Galles concernant l’Afghanistan.
  42. Pendant plus de dix ans, les Alliés et leurs pays partenaires à travers le monde ont été aux côtés des Afghans dans le cadre de la plus grande opération de l'histoire de l'Alliance. Cet effort sans précédent a amélioré la sécurité mondiale et contribué à un meilleur avenir pour les hommes, les femmes et les enfants d'Afghanistan. Nous rendons hommage aux personnels afghans et internationaux qui ont perdu la vie ou qui ont été blessés dans le cadre de cet effort.
  43. Avec la fin de la FIAS en décembre 2014, la nature et la portée de notre engagement avec l’Afghanistan vont évoluer. Nous envisageons de le décliner selon trois axes parallèles se renforçant mutuellement. À court terme, les Alliés et les pays partenaires se tiennent prêts à continuer d'offrir formation, conseil et assistance aux forces de sécurité nationales afghanes (ANSF) après 2014, au travers de la mission non combattante Resolute Support. À moyen terme, nous réaffirmons notre engagement à contribuer au soutien financier des ANSF. À long terme, nous restons déterminés à renforcer le partenariat de l'OTAN avec l'Afghanistan. Nous comptons sur l'engagement et la coopération de l'Afghanistan.
  44. Nous reconnaissons que pour la sécurité et la stabilité de l'Afghanistan, il importe particulièrement de faire progresser la coopération régionale et les relations de bon voisinage. Nous restons déterminés à aider le peuple afghan dans les efforts qu'il accomplit afin d'établir un pays stable, souverain, démocratique et uni, où l’état de droit et la bonne gouvernance prévaudront et où les droits de l'homme pour tous, et en particulier les droits des femmes, y compris leur participation pleine et entière à la prise de décision, de même que les droits des enfants, seront pleinement protégés. Dans notre collaboration avec le gouvernement afghan et la communauté internationale dans son ensemble, nous gardons pour objectif de ne plus jamais être menacés par des terroristes venus d'Afghanistan. Notre engagement à l'égard de l'Afghanistan s'inscrit dans la durée.
  45. Nous félicitons la Force pour le Kosovo (KFOR) pour le bon déroulement de la mission qu'elle a exercée tout au long des quinze dernières années conformément à la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU. La KFOR continuera de contribuer à un environnement sûr et sécurisé et à la liberté de circulation au Kosovo, en étroite coopération avec les autorités du Kosovo et l'UE, comme convenu. La KFOR continuera également de favoriser l'instauration de la paix et de la stabilité dans un Kosovo multiethnique. L'Alliance continuera d'aider la Force de sécurité du Kosovo par des conseils sur le terrain et gardera à l’examen la question de la nature d'un soutien complémentaire.
  46. Nous continuerons de maintenir une capacité robuste et crédible pour la KFOR afin qu'elle puisse accomplir sa mission. Une amélioration durable de la situation de sécurité et la bonne mise en œuvre des accords conclus dans le cadre du dialogue entre Belgrade et Pristina facilité par l'UE, permettront à l'OTAN d'envisager la possibilité de modifier sa posture de forces. Une éventuelle réduction de la présence de nos troupes fera l'objet d'une évaluation par rapport à des points de référence et à des indicateurs clairs, et restera soumise au respect de conditions et non d'un calendrier.
  47. L'opération Active Endeavour, en Méditerranée, continuera de s'adapter pour répondre à l'évolution des risques pesant sur la sécurité dans une zone qui présente un intérêt stratégique essentiel pour l'Alliance. La piraterie émanant de la Somalie n'a pas été éradiquée. L'OTAN a contribué à une réduction constante du nombre d'actes de piraterie au large des côtes somaliennes au travers de l'opération Ocean Shield, en coordination avec les acteurs internationaux concernés, y compris l'Union européenne et d'autres pays, conformément aux décisions prises en la matière. Nous avons décidé de maintenir jusqu'à la fin 2016 la participation de l'OTAN à la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes, au travers d'une présence ciblée visant à optimiser l'utilisation des moyens de l'OTAN. Ces deux opérations contribuent à fournir à l'Alliance une meilleure connaissance de la situation maritime, ainsi qu'à renforcer son interopérabilité et son engagement avec les partenaires.
  48. La responsabilité première de l’Alliance est de protéger et de défendre le territoire et la population de ses pays membres contre une attaque, en vertu de l’article 5 du Traité de Washington. Nul ne doit douter de la détermination de l'OTAN si la sécurité de l’un de ses États membres devait être menacée. L'OTAN préservera tout l’éventail des capacités nécessaires pour assurer la dissuasion et la défense contre toute menace pesant sur la sûreté et la sécurité de nos populations, et ce d'où qu'elle provienne.
  49. La dissuasion, articulée autour d’une combinaison appropriée de capacités nucléaires, conventionnelles et de défense antimissile, demeure un élément central de notre stratégie d’ensemble.
  50. Aussi longtemps qu’il y aura des armes nucléaires, l’OTAN restera une alliance nucléaire. Les forces nucléaires stratégiques de l'Alliance, et en particulier celles des États-Unis, sont la garantie suprême de la sécurité des Alliés. Les forces nucléaires stratégiques indépendantes du Royaume-Uni et de la France ont un rôle de dissuasion propre et contribuent à la dissuasion et à la sécurité globales de l'Alliance. Les conditions dans lesquelles un recours à l’arme nucléaire pourrait être envisagé sont extrêmement improbables.
  51. Les forces conventionnelles des Alliés apportent des contributions essentielles à la dissuasion face à un large éventail de menaces. Elles contribuent à donner une assurance visible de la cohésion de l'OTAN ainsi que de l'aptitude et de la détermination de l'Alliance à répondre aux préoccupations de sécurité de chacun des Alliés sans exception.
  52. La défense antimissile peut venir compléter le rôle des armes nucléaires dans la dissuasion, mais elle ne peut pas s’y substituer. Il s'agit d'une capacité purement défensive.
  53. La maîtrise des armements, le désarmement et la non-prolifération continuent de jouer un rôle important dans la réalisation des objectifs de sécurité de l'Alliance. Tant la réussite que l'échec de ces efforts peuvent influer directement sur l'environnement de la menace pour l'OTAN. Dans ce contexte, il est extrêmement important que les engagements pris en matière de désarmement et de non-prolifération au titre des traités existants soient respectés, y compris le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), qui est un élément crucial de la sécurité euro-atlantique. À cet égard, les Alliés appellent la Russie à préserver la viabilité du Traité FNI en assurant un respect total et vérifiable de ce traité.
  54. La menace que représente la prolifération des missiles balistiques pour les populations, le territoire et les forces des pays de l'OTAN continue de croître, et la défense antimissile s'inscrit dans le cadre d'une réponse plus large à cette menace. À notre sommet de Lisbonne, en 2010, nous avons décidé de développer une capacité de défense antimissile balistique (BMD) de l'OTAN afin d'accomplir notre tâche fondamentale de défense collective. La défense antimissile deviendra partie intégrante de la posture générale de défense de l'Alliance et contribuera à l'indivisibilité de sa sécurité.
  55. Cette capacité a pour but d'assurer la couverture totale et la protection de l'ensemble des populations, du territoire et des forces des pays européens de l’OTAN contre les menaces croissantes qu'engendre la prolifération des missiles balistiques, sur la base des principes de l’indivisibilité de la sécurité des Alliés et de la solidarité au sein de l’OTAN, du partage équitable des risques et des charges, ainsi que de la demande raisonnable, compte tenu du niveau de la menace, de la soutenabilité financière et de la faisabilité technique, et en fonction des dernières évaluations communes de la menace agréées par l’Alliance. Si les efforts internationaux devaient permettre de réduire les menaces qu'engendre la prolifération des missiles balistiques, la défense antimissile de l'OTAN pourra être adaptée en conséquence, et elle le sera.
  56. Au sommet de Chicago, en 2012, nous avons déclaré qu'une capacité BMD intérimaire de l'OTAN avait été atteinte, première étape significative, sur le plan opérationnel, dans la défense des populations, du territoire et des forces de toute la partie sud de l'Europe OTAN contre une attaque de missiles balistiques, offrant une couverture maximale dans la limite des moyens disponibles. La capacité BMD intérimaire de l'OTAN est opérationnelle.
  57. Aujourd'hui, nous notons avec satisfaction que le déploiement du système Aegis Ashore à Deveselu, en Roumanie, devrait être achevé d'ici à 2015. Ce système sera mis à la disposition de l'OTAN et renforcera de manière significative sa capacité BMD. Nous prenons également note avec satisfaction du déploiement avancé de navires Aegis dotés de capacités BMD à Rota, en Espagne. Sur la base de la capacité intérimaire, les navires Aegis supplémentaires dotés de capacités BMD pourraient être mis à la disposition de l'OTAN.
  58. Aujourd'hui, nous sommes également satisfaits de constater que des contributions nationales volontaires supplémentaires ont été apportées, et que plusieurs Alliés sont en train de développer, y compris par la coopération multinationale, ou d'acquérir de nouvelles capacités BMD qui pourraient être mises à la disposition de l'Alliance. Notre objectif reste de doter l'Alliance d'une capacité opérationnelle OTAN de défense contre les missiles balistiques qui soit à même d'assurer la couverture totale et la protection de l'ensemble des populations, du territoire et des forces des pays européens de l’OTAN, sur la base de contributions nationales volontaires, y compris des intercepteurs et capteurs à financement national et des accords de stationnement, et à partir d'une capacité de défense active multicouche contre les missiles balistiques de théâtre (ALTBMD) élargie. Seuls les systèmes de commandement et de contrôle de la capacité ALTBMD et leur élargissement à la défense territoriale sont admissibles au financement commun.
  59. Nous prenons note des éventuelles opportunités de coopération en matière de défense antimissile, et nous encourageons les Alliés à étudier les possibilités de contributions nationales volontaires supplémentaires, y compris par la coopération multinationale, à fournir les capacités concernées, ainsi qu'à exploiter les synergies potentielles en matière de planification, de développement, d'acquisition et de déploiement. Nous prenons également acte du fait que la BMD figure dans deux projets de défense intelligente.
  60. Comme pour toutes les opérations de l'OTAN, un contrôle politique total des Alliés sur les actions militaires entreprises au titre de cette capacité sera assuré. À cet effet, nous continuerons de renforcer la supervision politique de la BMD de l'OTAN à mesure que la capacité se développera. Nous nous félicitons de l'achèvement de la revue, par l'Alliance, des dispositions pour la capacité BMD intérimaire de l'OTAN, et nous notons que l'Alliance sera prête à faire usage des contributions supplémentaires des Alliés à mesure qu'elles seront mises à la disposition de l'Alliance. Nous chargeons également le Conseil de faire le point régulièrement sur la mise en œuvre de la capacité BMD de l'OTAN, notamment avant les réunions des ministres des Affaires étrangères et celles des ministres de la Défense, et d'établir, pour le prochain sommet, un rapport global sur les progrès accomplis et les questions à examiner pour le développement futur de cette capacité.
  61. Nous restons prêts à engager le dialogue avec des États tiers, au cas par cas, afin de renforcer la transparence et la confiance et d’accroître l’efficacité de la défense contre les missiles balistiques. Une première série de mesures ont été prises et pourraient conduire à diverses formes d'engagement avec les États tiers en matière de défense antimissile. Ainsi que nous l'avons fait à Chicago en 2012, nous réaffirmons que la défense antimissile de l’OTAN n'est pas dirigée contre la Russie, et qu'elle ne portera pas atteinte aux capacités russes de dissuasion stratégique. La défense antimissile de l'OTAN est destinée à assurer la défense contre des menaces potentielles n'émanant pas de la zone euro-atlantique.
  62. L'Alliance réaffirme son attachement de longue date à la maîtrise des armements conventionnels, élément essentiel de la sécurité euro-atlantique, et souligne l'importance d'une mise en œuvre intégrale et d'un respect total des engagements pour restaurer la confiance. Les activités militaires unilatérales de la Russie à l'intérieur et autour de l'Ukraine portent atteinte à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans toute la région, et l'application sélective que fait la Russie du Document de Vienne et du Traité Ciel ouvert comme sa non-application prolongée du Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) affaiblissent les contributions positives apportées par ces instruments de maîtrise des armements. Les Alliés appellent la Russie à respecter pleinement ses engagements. Ils sont résolus à préserver, à renforcer et à moderniser la maîtrise des armements conventionnels en Europe, sur la base de principes et d’engagements clés, y compris en ce qui concerne la réciprocité, la transparence et le consentement du pays hôte.
  63. À notre dernier sommet, à Chicago, nous nous sommes fixé l'objectif ambitieux « les forces de l'OTAN à l'horizon 2020 » – des forces modernes, étroitement interconnectées, qui soient équipées, formées, entraînées et commandées de manière à pouvoir atteindre le niveau d'ambition de l'OTAN et opérer ensemble et avec les partenaires dans n'importe quel environnement. Nous estimons que cet objectif reste valable et réaffirmons notre détermination à le réaliser. Le plan d’action « réactivité » complète et renforce l'objectif « les forces de l'OTAN à l'horizon 2020 » en améliorant, d'une manière générale, notre disponibilité opérationnelle et notre réactivité.
  64. Aujourd'hui plus que jamais, l'OTAN a besoin de forces modernes, robustes et performantes, à haut niveau de préparation, dans les airs, à terre et en mer, afin de répondre aux défis actuels et futurs. Nous sommes déterminés à renforcer encore nos capacités. C'est pourquoi, aujourd'hui, nous avons approuvé un paquet « planification de défense » assorti d'un certain nombre de priorités : développement et renforcement des activités d'entraînement et des exercices ; commandement et contrôle, y compris pour des opérations aériennes exigeantes ; renseignement, surveillance et reconnaissance ; capacité OTAN de défense antimissile balistique, conformément aux décisions prises aux sommets de Lisbonne en 2010 et de Chicago en 2012, y compris la nature volontaire des contributions nationales ; cyberdéfense ; amélioration de la robustesse et de la disponibilité opérationnelle de nos forces terrestres tant pour la défense collective que pour la réponse aux crises. Satisfaire à ces priorités renforcera les capacités collectives de l'Alliance et permettra à l'OTAN d'être mieux préparée à répondre aux menaces et défis actuels et futurs. Nous avons approuvé ce paquet afin d'éclairer nos investissements de défense et d'améliorer les capacités dont disposent les Alliés dans leurs inventaires nationaux. À cet égard, les capacités de l'OTAN en matière de puissance aérienne interarmées exigent un examen à plus long terme.
  65. Nous continuons de mettre l'accent sur la coopération multinationale. Suite à l'initiative JISR (renseignement, surveillance et reconnaissance interarmées), lancée à notre sommet de Chicago, les travaux sont en bonne voie pour ce qui est de la fourniture d'une capacité opérationnelle initiale à l'appui des opérations de l'OTAN et des rotations de la Force de réaction de l'OTAN à compter de 2016. À cet égard, nous prenons acte des progrès accomplis dans le développement de la capacité de surveillance terrestre de l'Alliance, qui sera disponible pour un déploiement opérationnel en 2017. Par ailleurs, la modernisation de la Force aéroportée de détection lointaine et de contrôle de l'OTAN se poursuivra afin que sa pleine capacité opérationnelle soit maintenue. Le JISR illustre les atouts d'une coopération multinationale en matière de développement et d'emploi de capacités entre Alliés, qui offre des avantages significatifs sur les plans opérationnel et financier. Dans cet esprit, plusieurs Alliés mettent en place actuellement un groupe d'utilisateurs du système aérien multinational piloté à distance MQ-9, notamment afin d'accroître l'interopérabilité et de réduire le coût global.
  66. Dans le même ordre d'idées, nous soulignons le fait que, depuis que nous avons lancé l'initiative de défense intelligente au sommet de Chicago, un nombre sans cesse croissant de projets multinationaux ont été mis sur pied pour aider les Alliés à harmoniser leurs besoins, à mettre en commun leurs ressources, et à obtenir des avantages tangibles en termes d'efficacité opérationnelle et de rentabilité. Nous mettons à profit cette dynamique positive, en particulier pour répondre aux besoins capacitaires prioritaires de l'Alliance. Concrètement, deux groupes d'Alliés ont décidé de travailler, respectivement, sur l'accroissement de la disponibilité des munitions à guidage de précision air-sol et sur la mise à disposition d'une base aérienne déployable, et ils ont signé à cet effet des lettres d'intention. Deux autres groupes d'Alliés ont décidé de mettre sur pied des projets concrets visant à améliorer l'échange d'informations JISR dans le cadre d'opérations et de la défense antimissile balistique, y compris pour l'entraînement d'unités navales.
  67. Aujourd'hui, nous avons également entériné le concept OTAN de pays-cadre. Ce concept porte sur le regroupement d'Alliés travaillant, au niveau multinational, au développement conjoint des forces et des capacités dont l'Alliance a besoin, travail facilité par un pays-cadre. Sa mise en œuvre contribuera à mettre à la disposition de l'Alliance des ensembles cohérents de forces et de capacités, en particulier en Europe. Il aidera à faire la preuve de la volonté des Alliés européens de faire davantage pour notre sécurité commune et il améliorera également l'équilibre de la mise à disposition de capacités entre les États-Unis et les Alliés européens, mais aussi entre Alliés européens. Pour mettre en œuvre ce concept, aujourd'hui, un groupe de dix Alliés, encadré par l'Allemagne et axé sur le développement capacitaire, s'est engagé, dans une lettre conjointe, à travailler systématiquement ensemble, à approfondir et à intensifier leur coopération à long terme, afin de mettre au point, dans diverses configurations, un certain nombre de projets multinationaux ciblant les domaines prioritaires de l'Alliance dans un large éventail de capacités. Dans un premier temps, ces pays se concentreront sur la création d'ensembles cohérents de capacités dans les domaines suivants : soutien logistique, protection contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), projection de la puissance de feu depuis la terre, l'air et la mer, et quartiers généraux déployables. Un autre groupe, de sept Alliés, avec le Royaume-Uni comme pays-cadre, a également décidé aujourd'hui de mettre sur pied la force expéditionnaire interarmées (JEF), une force rapidement déployable capable de mener toute la gamme des opérations, y compris des opérations de haute intensité. La JEF facilitera le déploiement efficient des capacités et unités militaires existantes et émergentes. En outre, un groupe de six Alliés, encadré par l'Italie et fondé sur des liens régionaux, se concentrera sur l'amélioration d'un certain nombre de domaines capacitaires de l'Alliance comme la stabilisation et la reconstruction, la mise à disposition d'éléments facilitateurs, l'employabilité des formations terrestres, et le commandement et le contrôle. D'autres groupements sont en train de voir le jour dans l'esprit du concept de pays-cadre.
  68. Deux Alliés ont fait part de leur intention de mettre sur pied une force expéditionnaire multinationale interarmées, qui est attendue à partir de 2016 et qui sera disponible pour toute la gamme des opérations, y compris de haute intensité.  
  69. Nous continuons de tirer parti de l'expérience acquise dans le cadre des opérations récentes et d'améliorer notre interopérabilité au travers de l'initiative d'interconnexion des forces (CFI). Aujourd'hui, nous avons entériné un paquet CFI substantiel qui comprend six livrables clés, dont l'exercice à haute visibilité Trident Juncture 2015, auquel participeront 25 000 soldats et qui sera organisé par l'Espagne, le Portugal et l'Italie, un programme d'exercices élargis et plus ambitieux  à partir de 2016, et la mise en place d'un noyau de QG déployable de commandement de composante Opérations spéciales. La CFI, qui est essentielle pour atteindre l'objectif « les forces de l'OTAN à l'horizon 2020 », couvre toute la gamme des missions, y compris les plus exigeantes, donnant ainsi la preuve de la cohésion durable et de la détermination de l'Alliance. Elle offre aux Alliés une structure de formation et d'entraînement cohérente, renforce les entraînements interarmées et multinationaux pour tout le spectre, favorise l'interopérabilité, y compris avec les partenaires, et permet d'exploiter les avancées technologiques, comme le réseau de mission fédéré, qui améliorera le partage de l'information au sein de l'Alliance et avec les partenaires, à l'appui de la formation, des exercices et des opérations.
  70. Dans ce contexte, l’OTAN continuera de coopérer étroitement avec l’UE, comme convenu, pour faire en sorte que notre initiative de défense intelligente et l’initiative UE de mutualisation et de partage soient complémentaires et se renforcent mutuellement, et pour soutenir le développement capacitaire et l'interopérabilité afin d'éviter les doubles emplois inutiles et de maximiser le rapport coût-efficacité. Nous saluons les efforts déployés par les pays de l'OTAN et les États membres de l’UE, en particulier dans les domaines du transport aérien stratégique, du ravitaillement en vol, du soutien médical, de la surveillance maritime, des télécommunications par satellite, et de la formation, ainsi que les efforts de plusieurs pays dans le domaine des systèmes d'aéronefs pilotés à distance. Nous saluons aussi le travail accompli au niveau national dans ces domaines et dans d'autres par les Alliés et les partenaires européens, qui sera bénéfique pour les deux organisations. Le succès de nos efforts continuera de dépendre de la transparence et de l’ouverture entre nos deux organisations. Nous encourageons à cet effet le recours le plus large aux mécanismes OTAN-UE existants.
  71. L'importance géopolitique et économique du milieu maritime au XXIe siècle ne cesse de croître. L'OTAN doit s'adapter à un environnement de sûreté maritime complexe, plus dense, en évolution rapide et de plus en plus imprévisible. Cela suppose un renforcement des capacités maritimes de l'Alliance, qui ne doivent pas être envisagées isolément, mais comme faisant partie intégrante de la boîte à outils plus vaste dont dispose l'OTAN pour préserver les intérêts de l'Alliance. Nous continuerons donc d'intensifier et d'élargir notre mise en œuvre de la stratégie maritime de l'Alliance, renforçant ainsi l'efficacité de celle-ci dans le milieu maritime et ses contributions à la dissuasion et à la défense collective, à la gestion de crise, à la sécurité coopérative et à la sûreté maritime. Nous allons redynamiser les forces navales permanentes de l'OTAN en apportant davantage de souplesse à leur composition et à la durée des contributions nationales, et, en principe, en ne les employant plus pour des opérations s'inscrivant dans la durée, ni pour des opérations comportant des tâches du bas du spectre. En outre, nous accroîtrons leur valeur sur le plan de la formation, de l'entraînement et des exercices, en particulier dans la partie haute du spectre. Nous rechercherons également des moyens de renforcer encore davantage l'efficacité de la gamme complète des capacités maritimes de l'Alliance. Une coordination, une coopération et une complémentarité accrues avec les organisations internationales concernées, y compris l'Union européenne, conformément aux décisions prises en la matière, ainsi que des travaux menés avec des pays partenaires et non partenaires, constitueront un élément important de la mise en œuvre de la stratégie maritime de l'Alliance. Nous saluons l'adoption, en juin 2014, de la stratégie de sûreté maritime de l'Union européenne, qui contribuera potentiellement à la sécurité de tous les Alliés.
  72. L’Alliance estime qu'à l'avenir, les cybermenaces et les cyberattaques continueront de se faire de plus en plus fréquentes, sophistiquées et potentiellement dommageables. Pour répondre à ce défi en constante évolution, nous avons entériné une politique de cyberdéfense renforcée, qui contribuera à l'accomplissement des tâches fondamentales de l'Alliance. Cette politique réaffirme le principe de l'indivisibilité de la sécurité des Alliés ainsi que les principes de prévention, de détection, de résilience, de rétablissement et de défense. Elle rappelle que la responsabilité fondamentale de l’OTAN en matière de cyberdéfense est de défendre ses propres réseaux et que l'assistance aux Alliés doit être envisagée dans un esprit de solidarité, en soulignant la responsabilité des Alliés qui est de développer les capacités appropriées pour la protection des réseaux nationaux. Par ailleurs, notre politique établit que le droit international, notamment le droit international humanitaire et la Charte des Nations Unies, s'appliquent dans le cyberespace. Les cyberattaques peuvent atteindre un seuil susceptible de menacer la prospérité, la sécurité et la stabilité des États et de la zone euro-atlantique. Leur impact sur les sociétés modernes pourrait être tout aussi néfaste que celui d'une attaque conventionnelle. Nous affirmons dès lors que la cyberdéfense relève de la tâche fondamentale de l'OTAN qu'est la défense collective. Il reviendrait au Conseil de l'Atlantique Nord de décider, au cas par cas, des circonstances d'une invocation de l’article 5 à la suite d'une cyberattaque.
  73. Nous sommes déterminés à développer plus avant nos capacités nationales de cyberdéfense, et nous renforcerons la cybersécurité des réseaux nationaux dont l'OTAN dépend pour mener à bien ses tâches fondamentales, afin de contribuer à assurer la résilience et la protection complète de l'Alliance. L'étroite coopération bilatérale et multinationale joue un rôle essentiel dans le renforcement des capacités de cyberdéfense de l'Alliance. Nous continuerons d'intégrer la cyberdéfense aux opérations, à la planification opérationnelle et à la planification de circonstance de l'OTAN ainsi que d'améliorer le partage de l'information entre les Alliés et notre connaissance de la situation. Le rôle que jouent les partenariats forts est essentiel face aux cybermenaces et aux cyberrisques. Par conséquent, nous allons continuer de collaborer activement sur la cybersécurité avec les pays partenaires concernés, au cas par cas, et avec d’autres organisations internationales, y compris l’UE, comme convenu, et nous intensifierons notre coopération avec le secteur industriel, dans le cadre d'un cyberpartenariat OTAN-industrie. Les innovations et les connaissances technologiques du secteur privé sont indispensables pour que l'OTAN et les Alliés puissent atteindre les objectifs énoncés dans la politique de cyberdéfense renforcée. Nous accroîtrons le niveau des activités de formation et d'entraînement ainsi que des exercices en matière de cyberdéfense menés à l'OTAN. Nous développerons la capacité de cyberpolygone OTAN en nous appuyant, dans un premier temps, sur la capacité de cyberpolygone estonienne, tout en tenant compte des capacités et des besoins de l'École des systèmes d'information et de communication de l'OTAN et d'autres établissements OTAN de formation et d'entraînement.
  74. L'OTAN reconnaît l'importance d'industries de défense inclusives, durables, novatrices et compétitives au niveau mondial, incluant les petites et moyennes entreprises, afin de développer et de maintenir les capacités de défense nationales et la base technologique et industrielle de défense dans toute l'Europe et en Amérique du Nord. 
  75. La prolifération des armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive et de leurs vecteurs par des acteurs étatiques ou non étatiques continue de faire peser une menace sur les populations, le territoire et les forces de nos pays. L'Alliance est déterminée à rendre le monde plus sûr pour tous et à créer les conditions d'un monde sans armes nucléaires conformément aux objectifs du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), de manière à favoriser la stabilité internationale et sur la base du principe d'une sécurité non diminuée pour tous. Faire face aux graves défis liés à la prolifération demeure une priorité urgente au niveau international.
  76. Nous appelons l'Iran à mettre à profit la prolongation jusqu'au 24 novembre 2014 du plan d'action conjoint pour opérer les choix stratégiques qui permettront de rétablir la confiance en ce qui concerne la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire. Nous continuons d'appeler ce pays à se conformer pleinement à l’ensemble de ses obligations internationales, y compris à toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU et du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Nous soulignons par ailleurs qu'il importe que l'Iran collabore avec l'AIEA pour régler toutes les questions restant en suspens, en particulier celles qui portent sur les éventuelles dimensions militaires de son programme nucléaire.
  77. Nous sommes profondément préoccupés par le programme nucléaire et le programme de missiles balistiques de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ainsi que par ses activités de prolifération, et nous l'appelons à se conformer pleinement à toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU et à la déclaration commune publiée en 2005 à l’issue des pourparlers à six. Nous appelons la RDPC à abandonner l'ensemble de ses programmes de missiles nucléaires ou balistiques existants, de manière complète, vérifiable et irréversible, et à mettre un terme immédiatement à toutes les activités s'y rapportant. Nous condamnons fermement le tir auquel la RPDC a procédé en décembre 2012 en utilisant la technologie des missiles balistiques, l'essai nucléaire effectué par la RPDC en février 2013, ainsi que les divers tirs de missiles balistiques à courte ou à moyenne portée auxquels le pays a procédé depuis février 2014. Nous appelons la RPDC à s'abstenir de tout nouvel essai nucléaire, de tout nouveau tir s'appuyant sur la technologie des missiles balistiques, et de toute autre provocation.
  78. La prochaine conférence d’examen du TNP, qui se tiendra en 2015, est, pour les parties, l'occasion de réaffirmer leur soutien à ce Traité et à ses piliers : non-prolifération, désarmement et utilisations à des fins pacifiques. Les Alliés soutiennent les efforts visant à assurer le succès de cette conférence. Nous appelons à l'adhésion universelle au TNP et au protocole additionnel à l'accord de garanties de l'AIEA, ainsi qu’au respect universel de ces instruments ; nous appelons à la pleine application de la résolution 1540 du Conseil de sécurité de l’ONU, et nous nous félicitons de la poursuite des travaux dans le cadre de la résolution 1977 du Conseil de sécurité de l'ONU. Nous appelons tous les États à s'engager à combattre de manière effective la prolifération des ADM, au travers de l'universalisation de la Convention sur les armes chimiques, de la Convention sur les armes biologiques ou à toxines, et du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, ainsi que dans le cadre de l'initiative de sécurité contre la prolifération. Nous appelons également tous les États à continuer de renforcer la sécurité des matières nucléaires et des sources radioactives à l'intérieur de leurs frontières, comme ils ont été appelés à le faire lors des sommets sur la sécurité nucléaire de 2010 (à Washington), de 2012 (à Séoul) et de 2014 (à La Haye). Nous veillerons également à ce que la posture de l'OTAN lui permette de contrer les menaces CBRN (chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires), grâce notamment à la force opérationnelle multinationale interarmées de défense CBRN.
  79. Le terrorisme, qui menace directement la sécurité des citoyens des pays membres de l'OTAN et, plus largement, la stabilité et la prospérité internationales, restera une menace dans l'avenir prévisible. Il s'agit d'une menace mondiale, qui ne connaît ni frontières, ni nationalités, ni religions ; la communauté internationale doit s'unir pour l'affronter et la combattre. Nous réaffirmons notre engagement à lutter contre le terrorisme avec une détermination inébranlable, dans le respect du droit international et des principes de la Charte des Nations Unies. Les Alliés sont exposés à un large éventail de menaces terroristes. L'OTAN a un rôle à jouer, qui passe entre autres par la coopération militaire avec les partenaires visant à renforcer leur capacité à affronter ces menaces, et par le développement du partage de l'information. Sans préjudice des législations ou des responsabilités nationales, l'Alliance s'efforce en permanence de préserver sa connaissance de l'évolution de la menace que constitue le terrorisme, de disposer des capacités adéquates pour prévenir cette menace, s’en protéger et y répondre, et de travailler avec les partenaires et avec d'autres organisations internationales, comme il convient, pour promouvoir une appréciation commune et la coopération pratique à l'appui de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies, notamment dans des domaines tels que la gestion des risques liés aux explosifs. En nous fondant sur notre programme de travail pour la défense contre le terrorisme, nous continuerons d'améliorer nos capacités et nos technologies, notamment en matière de défense contre les engins explosifs improvisés et contre les menaces CBRN. Nous continuerons de faire figurer le terrorisme et les menaces qui y sont liées parmi les grandes préoccupations de sécurité de l'OTAN.
  80. Les Alliés forment une communauté de valeurs unique en son genre, attachée aux principes de la liberté individuelle, de la démocratie, des droits de l'homme et de l'état de droit. L'Alliance a la conviction que ces valeurs partagées et sa sécurité sont renforcées quand elle collabore avec son vaste réseau de partenaires dans le monde. Grâce au partenariat avec les pays concernés et avec d’autres organisations internationales, nous allons continuer d'œuvrer activement au renforcement de la sécurité internationale, conformément à notre politique de partenariat adoptée à Berlin.
  81. Les partenariats sont, et resteront, essentiels au fonctionnement de l'OTAN. Les partenaires ont servi avec nous en Afghanistan, au Kosovo et dans le cadre d’autres opérations, consentant des sacrifices aux côtés des troupes de l'Alliance, et ils travaillent avec nous dans la lutte contre le terrorisme et contre la piraterie. Nos partenaires contribuent de manière significative aux activités de coopération pratique dans divers domaines, et notamment aux fonds d'affectation spéciale. Avec nos partenaires, nous avons constitué un large réseau de sécurité coopérative. Les Alliés sont résolus à préserver cet acquis et à le développer, car nos partenariats jouent un rôle crucial s'agissant de promouvoir la paix et la sécurité internationales. Dès lors, à l'occasion de ce sommet, nous prenons collectivement l'engagement de renforcer le dialogue politique et la coopération pratique avec les partenaires qui partagent notre vision de la sécurité coopérative dans un ordre international fondé sur l'état de droit. Nous continuerons de renforcer les capacités de défense et l'interopérabilité, au travers d'initiatives telles que le programme de renforcement de la formation « défense » et le programme de perfectionnement professionnel. Nous continuerons également de promouvoir la transparence, le respect de l'obligation de rendre compte et l'intégrité dans le secteur de la défense des pays intéressés, grâce au programme pour le développement de l'intégrité.
  82. Cette année, nous célébrons le vingtième anniversaire du Partenariat pour la paix. Le Partenariat pour la paix et le Conseil de partenariat euro-atlantique sont, et resteront, l'un des éléments de la conception qui est la nôtre d'une Europe libre, entière et en paix. Ils ont permis de tisser des liens politiques à travers l'Europe, dans le Caucase et jusqu'en Asie centrale ; en outre, ils sont le fondement de la coopération pratique face aux menaces communes pesant sur notre sécurité, notamment dans le domaine de la sécurité humaine. Au cœur de cette coopération se trouvent les valeurs et les principes communs auxquels les Alliés et les partenaires ont tous souscrit dans les documents fondateurs du Partenariat pour la paix. Parmi ces principes figure la promesse de s'abstenir de recourir à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, de respecter les frontières internationalement reconnues et de régler les différends par des voies pacifiques. Ces principes sont aujourd'hui plus importants que jamais et ils doivent être respectés sans ambiguïté dans l'ensemble de la communauté euro-atlantique.
  83. Nous réaffirmons notre engagement en faveur du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul, ainsi que des principes sur lesquels ils se fondent ; le Dialogue méditerranéen et l’Initiative de coopération d’Istanbul demeurent deux cadres de partenariat complémentaires mais néanmoins distincts. Nous nous réjouissons à la perspective d'approfondir le dialogue politique et la coopération pratique dans ces deux enceintes, en nous appuyant sur les nombreuses années de progrès réguliers. Nous restons prêts à accueillir au sein de ces cadres de partenariat d'autres pays de la région de la Méditerranée et du Moyen-Orient élargi.
  84. Cette année, nous célébrons également le vingtième anniversaire du Dialogue méditerranéen. Aujourd'hui, à l'heure où la région méditerranéenne est confrontée à des défis de sécurité immenses, ayant des implications considérables pour la sécurité euro-atlantique, l'importance de cette enceinte, qui réunit des pays clés situés à la frontière méridionale de l'OTAN, est plus évidente que jamais. Renforcer la dimension politique du Dialogue méditerranéen aidera à répondre aux défis que connaît la région. Nous nous tenons prêts à continuer de travailler avec nos partenaires du Dialogue méditerranéen pour qu'ils tirent le meilleur parti des possibilités offertes par leur partenariat avec l'OTAN, et notamment des programmes individuels de partenariat et de coopération.
  85. Enfin, nous célébrons le dixième anniversaire de l'Initiative de coopération d'Istanbul, qui contribue à favoriser la compréhension et la coopération en matière de sécurité avec nos partenaires de la région du Golfe. Nous encourageons nos partenaires de l'Initiative de coopération d'Istanbul à mettre pleinement à profit, de manière proactive, les possibilités offertes par leur partenariat avec l'OTAN, et notamment les programmes individuels de partenariat et de coopération.
  86. Par ailleurs, nous allons intensifier nos efforts d'interaction et d'ouverture à l'égard des partenaires dans le monde qui sont en mesure de contribuer de manière significative à répondre aux préoccupations communes en matière de sécurité. La politique de partenariat adoptée à Berlin a donné à ces pays davantage de possibilités de travailler individuellement avec l'OTAN, aux niveaux politique et pratique. Nous notons avec satisfaction que certains de nos partenaires dans le monde ont mis à profit ces possibilités en apportant un soutien aux opérations et en s'engageant dans une coopération et un dialogue visant à favoriser une appréciation commune des intérêts qui nous sont communs en matière de sécurité.
  87. De même, nous chercherons à développer plus avant les relations avec des organisations internationales régionales pertinentes, comme le Conseil de coopération du Golfe et la Ligue des États arabes, et nous serons ouverts à une collaboration avec d'autres, notamment dans le contexte de crises régionales.
  88. Alors que les opérations de combat en Afghanistan se terminent, nous veillerons à ce que les liens noués entre les forces armées des Alliés et des pays partenaires restent plus forts que jamais. Nous avons combattu ensemble. À présent, nous allons, ensemble, axer nos efforts sur notre préparation et notre entraînement. C'est pourquoi nous avons adopté une initiative globale pour l’interopérabilité avec les partenaires, qui vise à renforcer notre capacité à relever ensemble les défis de sécurité. Ici, au pays de Galles, nos ministres de la Défense ont lancé la plateforme d'interopérabilité, lors d'une réunion avec 24 partenaires1 ayant fait la preuve de leur engagement à renforcer leur interopérabilité avec l'OTAN. Ces partenaires ont été invités à travailler avec nous pour mener plus avant le dialogue et la coopération pratique sur les questions d'interopérabilité. Les ministres de la Défense se sont également réunis avec cinq partenaires2 qui fournissent des contributions particulièrement importantes aux opérations de l'OTAN, afin de discuter d'un nouvel approfondissement de notre dialogue et de notre coopération pratique dans le cadre des nouvelles opportunités offertes par l'initiative pour l’interopérabilité avec les partenaires. Nous sommes prêts à envisager la participation d'autres partenaires en fonction de leur contribution et de leur intérêt.
  89. Aujourd'hui, nous avons décidé de lancer une initiative de renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant afin d'accroître notre engagement à l'égard des pays partenaires et d'aider l'Alliance à projeter la stabilité sans déployer des forces de combat importantes, dans le cadre de la contribution générale de l’Alliance à la sécurité et à la stabilité internationales ainsi qu'à la prévention des conflits. L'initiative met à profit la grande expertise de l'OTAN en matière de soutien, de conseil et d'assistance aux pays dans le domaine du renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant. Sur la base de notre coopération étroite, et suite à leur demande, nous sommes convenus d'élargir cette initiative à la Géorgie, à la Jordanie et à la République de Moldova. Nous sommes également prêts à examiner les demandes émanant de partenaires ou de non-partenaires intéressés, ou à dialoguer avec des organisations internationales et régionales, en cas de manifestation d'intérêt pour un renforcement de leurs capacités de défense et de leurs capacités de sécurité s'y rapportant, au travers de cette initiative fondée sur la demande. Nous réaffirmons que l'OTAN est disposée à apporter un soutien consultatif à la Libye, lorsque les conditions le permettront, concernant ses capacités de défense et ses capacités de sécurité s'y rapportant. Nous poursuivrons ces efforts en complémentarité et en étroite coopération avec d'autres organisations internationales, en particulier l'ONU, l'UE et l'OSCE, comme il conviendra. Certains pays partenaires peuvent eux-mêmes apporter un éclairage et une contribution uniques aux activités de l’OTAN en matière de développement des capacités. Nous nous félicitons de la désignation du secrétaire général délégué de l'OTAN comme coordonnateur spécial pour le renforcement des capacités de défense, ainsi que de la constitution d'un « pôle d'expertise militaire » au sein de la structure de commandement de l'OTAN, l'objectif étant de contribuer à faire en sorte que l'OTAN puisse apporter une réponse cohérente et efficace en temps voulu, en tenant compte des efforts déployés par des partenaires et par différents Alliés, sur une base volontaire.
  90. Nous attachons une grande importance à la participation pleine et active des femmes à la prévention, à la gestion et à la résolution des conflits, ainsi qu'aux initiatives et à la coopération post-conflit. Nous restons déterminés à prévenir les violences sexuelles et sexistes liées aux conflits. Depuis notre dernier sommet, à Chicago, nous avons fait des progrès significatifs pour ce qui est de la mise en application de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité et des résolutions connexes. Nous procédons actuellement à la mise en œuvre des résultats de la revue des incidences pratiques, sur la conduite des opérations, de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU. Une politique révisée et un plan d'action sur les femmes, la paix et la sécurité ont été mis au point avec les pays du Conseil de partenariat euro-atlantique et d'autres partenaires3. La création d'un poste permanent de représentant spécial de l'OTAN pour les femmes, la paix et la sécurité souligne l'engagement actif de l'Alliance et son attachement à ce programme. La coopération entre l'OTAN et les pays partenaires, les autres organisations internationales et la société civile a été renforcée, et elle devrait l’être plus avant. Nos efforts actuels d'intégration de la dimension de genre dans les activités que mène l'Alliance au titre de ses trois tâches fondamentales contribueront à rendre l'OTAN plus moderne, plus préparée et plus réactive. Nous avons chargé le Conseil de nous soumettre, d'ici à notre prochain sommet, un rapport d’activité sur la mise en œuvre par l'OTAN de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU et des résolutions connexes.
  91. Nous rappelons l'engagement ferme de l'OTAN en faveur de la mise en application de la résolution 1612 et des résolutions connexes du Conseil de sécurité de l'ONU sur la protection des enfants touchés par les conflits armés, et restons profondément préoccupés par les effets préjudiciables des conflits armés sur les enfants. L'OTAN continuera de s'acquitter de ses responsabilités dans le cadre de l'effort entrepris plus largement au niveau international, et de développer les initiatives déjà en place afin d'intégrer cette question comme il se doit dans la planification et la conduite de ses opérations et missions, ainsi que dans ses activités d'entraînement, de surveillance et de compte rendu. C'est pourquoi, en coopération étroite avec l'ONU, l'OTAN évaluera comment faire en sorte d'être suffisamment préparée, quel que soit le moment ou l'endroit où la question des enfants et des conflits armés risque de se poser.
  92. La politique de la porte ouverte, fondée sur l'article 10 du Traité de Washington, est l'un des grands succès de l'Alliance. Les vagues successives d'élargissement de l'OTAN ont permis d'accroître la sécurité et la stabilité de tous nos pays. La progression constante du processus d'intégration euro-atlantique favorise la réforme, renforce la sécurité collective et garantit la stabilité nécessaire à la prospérité. La porte de l'OTAN restera ouverte à toutes les démocraties européennes qui partagent les valeurs de notre Alliance, qui sont désireuses et capables d'assumer les responsabilités et les obligations liées au statut de membre, qui sont susceptibles de favoriser le développement des principes du Traité et dont l'admission contribuera à la sécurité de la région de l’Atlantique Nord. Nous réaffirmons notre ferme attachement à l'intégration euro-atlantique des partenaires qui aspirent à rejoindre l'Alliance, en jugeant chacun d'eux en fonction de ce qu'il aura accompli. Les décisions concernant l'élargissement sont du seul ressort de l'OTAN. Nous encourageons les partenaires à continuer de mettre en œuvre les réformes et les décisions nécessaires afin de servir leurs aspirations et de préparer leur adhésion, et nous continuerons d'apporter un soutien politique et pratique à leurs efforts. Aujourd'hui, nous avons entériné des décisions qui nous permettent de poursuivre la mise en œuvre de notre politique de la porte ouverte sur la base des progrès accomplis par chacun des partenaires aspirant à rejoindre l'Alliance.
  93. L'OTAN reconnaît les efforts significatifs déployés par la Géorgie pour renforcer sa démocratie et pour moderniser ses forces militaires et ses institutions de défense. Nous nous félicitons du développement démocratique de la Géorgie, favorisé notamment par le transfert pacifique du pouvoir après les élections législatives et présidentielle tenues respectivement en 2012 et en 2013. Nous encourageons la Géorgie à poursuivre la mise en œuvre des réformes, notamment en consolidant ses institutions démocratiques, en faisant avancer les réformes du secteur judiciaire, et en garantissant le plein respect de l’état de droit. L'Alliance apprécie vivement la contribution substantielle fournie par la Géorgie à l'opération de la FIAS et salue les sacrifices que les troupes géorgiennes ont consentis en Afghanistan. Conjuguées à la proposition de la Géorgie de participer à la Force de réaction de l'OTAN, ces contributions illustrent le rôle joué par la Géorgie en tant que contributeur à notre sécurité commune. Au sommet de Bucarest, en 2008, nous avons décidé que la Géorgie deviendrait membre de l'OTAN, et nous réaffirmons tous les éléments de cette décision, ainsi que les décisions prises par la suite. Depuis lors, la Géorgie a réalisé des progrès significatifs et s'est rapprochée de l'OTAN en mettant en œuvre des réformes ambitieuses, et en faisant bon usage de la Commission OTAN-Géorgie et du programme national annuel. Nous notons que la relation qu'entretient la Géorgie avec l'Alliance renferme les outils nécessaires pour permettre à ce pays de progresser encore sur la voie d'une adhésion. Aujourd'hui, nous avons entériné un paquet de mesures substantiel pour la Géorgie, qui recouvre renforcement des capacités de défense, formation, exercices, renforcement de la liaison, et opportunités nouvelles dans le domaine de l'interopérabilité. Ces mesures visent à renforcer les capacités de défense de la Géorgie et à améliorer son interopérabilité avec l'Alliance, permettant ainsi à ce pays d'avancer dans sa préparation en vue de l'adhésion à l'Alliance.
  94. Nous réitérons notre soutien constant à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de la Géorgie à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Nous nous félicitons du respect intégral par la Géorgie de l’accord de cessez-le-feu conclu par l’entremise de l’Union européenne et d'autres mesures multilatérales de confiance. Nous nous félicitons de l’engagement de la Géorgie à ne pas recourir à la force et appelons la Russie à faire de même. Nous continuons d'appeler la Russie à revenir sur sa décision de reconnaître les régions géorgiennes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie en tant qu’États indépendants, et à retirer ses forces de la Géorgie. Nous encourageons tous les participants aux pourparlers de Genève à jouer un rôle constructif et à poursuivre leur étroite collaboration avec l'OSCE, l'ONU et l'UE, à la recherche d'un règlement pacifique du conflit sur le territoire internationalement reconnu de la Géorgie.
  95. Nous saluons les progrès considérables qu'a réalisés le Monténégro dans ses réformes, le rôle constructif qu'il joue dans la région des Balkans occidentaux et la contribution qu'il apporte à la sécurité internationale, y compris sa contribution à notre engagement en Afghanistan. Reconnaissant les progrès réalisés par le Monténégro sur la voie de l'adhésion à l'OTAN, l'Alliance est convenue d'engager des pourparlers intensifiés et ciblés avec le Monténégro, et elle est convenue que les ministres des Affaires étrangères évalueraient les progrès accomplis par ce pays au plus tard pour la fin de 2015 en vue de décider de l'opportunité d'inviter le Monténégro à rejoindre l'Alliance. Ces pourparlers seront menés conjointement avec le processus du plan d'action pour l'adhésion (MAP). Dans l'intervalle, nous attendons du Monténégro qu'il poursuive ses efforts visant à répondre aux défis qui subsistent, notamment pour ce qui est de l'état de droit et de la réforme du secteur de la sécurité, qu'il convient d'achever. Nous saluons également le renforcement du soutien exprimé par l'opinion publique du Monténégro en faveur de l'adhésion à l'OTAN, et nous encourageons la poursuite des efforts dans cette voie.
  96. Nous rappelons l'accord intervenu au sommet de Bucarest en 2008, comme nous l'avons fait aux sommets suivants, pour lancer une invitation à l'ex-République yougoslave de Macédoine à rejoindre l'Alliance dès qu'une solution mutuellement acceptable aura été trouvée, dans le cadre de l’ONU, à la question du nom, et nous appelons instamment à un redoublement des efforts en ce sens. Une solution rapide, puis l'adhésion de ce pays, contribueront à la sécurité et à la stabilité dans la région. Nous encourageons et soutenons la poursuite des efforts de réforme dans le pays, en particulier pour ce qui est d'assurer la conduite d'un dialogue démocratique efficace, le respect de la liberté des médias et de l'indépendance du pouvoir judiciaire, et l'avènement d'une société multiethnique qui fonctionne pleinement, sur la base de la mise en œuvre intégrale de l'accord-cadre d'Ohrid. Nous encourageons également la poursuite des efforts visant à développer les relations de bon voisinage. Nous saluons la contribution que l'ex‑République yougoslave de Macédoine apporte de longue date à nos opérations ainsi que son rôle actif dans la coopération régionale. Nous attachons du prix à l'engagement dont témoigne depuis longtemps l'ex-République yougoslave de Macédoine à l'égard du processus d'adhésion à l'OTAN.
  97. Nous continuons de soutenir pleinement les aspirations de la Bosnie-Herzégovine à l’adhésion. Nous attendons avec intérêt les élections générales d'octobre, que nous espérons voir se dérouler de manière libre et régulière et déboucher sur la formation d'une coalition gouvernementale efficace et opérante, prête à traiter les questions liées aux aspirations euro-atlantiques du pays. Nous reconnaissons les efforts entrepris depuis 2012 pour parvenir à un accord politique sur l'enregistrement des biens militaires immeubles comme biens de l'État. Nous restons préoccupés par le fait que peu de progrès ont été réalisés s'agissant du respect des conditions fixées par les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN à Tallinn, en avril 2010. Tandis que les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Alliance suivront activement les développements à cet égard, nous encourageons les dirigeants de Bosnie-Herzégovine à prendre les mesures nécessaires à cet effet, de sorte que le premier cycle du MAP de la Bosnie-Herzégovine puisse être activé dès que possible. Nous apprécions les contributions de la Bosnie-Herzégovine aux opérations dirigées par l'OTAN et la félicitons pour le rôle constructif qu'elle joue au service du dialogue et de la sécurité dans la région.
  98. Ici, au pays de Galles, les ministres des Affaires étrangères de nos pays se sont réunis avec leurs homologues de la Bosnie-Herzégovine, de la Géorgie, du Monténégro et de l'ex-République yougoslave de Macédoine. Ils ont examiné les progrès accomplis par ces pays, le processus d’intégration euro-atlantique et d'autres questions essentielles de ce sommet, notamment la situation de sécurité internationale. L'OTAN exprime sa gratitude à ces partenaires pour les contributions significatives qu'ils continuent d'apporter à la réalisation des objectifs de l'Alliance et à la sécurité et à la stabilité internationales.
  99. L'expérience acquise par l'OTAN dans le cadre des opérations ainsi que l'environnement de sécurité complexe et en mutation montrent qu'une approche politique, civile et militaire globale est indispensable à la gestion de crise et à la sécurité coopérative. De plus, une telle approche contribue à l'efficacité de notre sécurité et de notre défense communes, sans préjudice des engagements de l'Alliance en matière de défense collective. Aujourd'hui, nous réaffirmons les décisions que nous avons prises aux sommets de Lisbonne et de Chicago. L'approche globale est propice à un renforcement de la cohérence au sein des propres structures et activités de l'OTAN. Par ailleurs, l'OTAN a mis en place une structure civile modeste mais appropriée, conformément aux décisions prises au sommet de Lisbonne. Dans le cadre de la contribution de l'OTAN à la mise en œuvre d'une approche globale par la communauté internationale, nous renforcerons la coopération avec les pays partenaires et avec d'autres acteurs, parmi lesquels d'autres organisations internationales, comme l'ONU, l'UE et l'OSCE, ainsi que des organisations non gouvernementales, conformément aux décisions prises. Nous veillerons à ce que les enseignements tirés en rapport avec l'approche globale, notamment dans le cadre de la FIAS, soient exploités et appliqués dans différents contextes de travail et initiatives nouvelles, y compris, s'il y a lieu, dans le plan d’action « réactivité », l’initiative d’interconnexion des forces, l'initiative de renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant, et l'initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires.
  100. Dans l'esprit de l'approche globale, et compte tenu de l'évolution qui s'opère dans l'environnement de sécurité en Europe, les ministres des Affaires étrangères de nos pays se sont réunis avec la haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le président en exercice de l'OSCE, ainsi que le secrétaire général du Conseil de l'Europe, pour évoquer un resserrement de la coopération. À l'heure où les valeurs et les principes qui sous-tendent les grandes institutions de la région euro-atlantique sont remis en question, les Alliés ont mis l'accent sur la nécessité de travailler ensemble pour que nous puissions atteindre notre objectif commun d'une Europe libre, entière et en paix. Nous nous réjouissons à la perspective de poursuivre le dialogue afin de progresser sur cette voie.
  101. La coopération de l'OTAN avec l'ONU renforce la sécurité internationale. Nous nous réjouissons du dialogue politique que nous menons régulièrement dans des domaines d'intérêt commun. Nous sommes encouragés par la coopération pratique croissante entre les services de nos deux organisations, notamment par l'échange de bonnes pratiques et d'enseignements tirés dans le cadre des opérations, des entraînements et des exercices, et par le partage d'expertise. Nous sommes résolus à étudier les moyens d'accroître notre soutien pratique aux opérations de paix de l'ONU, notamment par le développement de la coopération entre l'OTAN et l'ONU pour le renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant.
  102. L’Union européenne demeure un partenaire unique et essentiel pour l'OTAN. Les deux organisations ont des valeurs et des intérêts stratégiques en commun. Dans l'esprit d'une ouverture, d'une transparence, d'une complémentarité et d'un respect de l'autonomie et de l'intégrité institutionnelle de l'OTAN et de l'UE qui soient entiers et mutuels, et comme décidé par les deux organisations, nous continuerons de travailler côte à côte dans le cadre d'opérations de gestion de crise, d'élargir les consultations politiques, et de promouvo
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:45
RCA : Accident de la route meurtrier à l’ouest de Bangui, la Force Sangaris au secours des blessés

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Le 3 septembre 2014, en début de soirée, un grave accident de la circulation a eu lieu sur l’axe Boda-Mbaïki situé à l’ouest de Bangui. Au total, 15 personnes y ont perdu la vie. La force Sangarisest intervenue en appui de la MISCA pour porter secours aux 20 blessés recensés dans cet accident.

 

Deux hélicoptères Puma avec deux équipes médicales, spécialisés dans l’évacuation de blessés, ont été rapidement engagés sur les lieux de l’accident. A leur arrivée, les médecins et les infirmiers ont pu établir un premier diagnostic. Quatre blessés ont été héliportés en urgence sur le camp de M’Poko, pour être pris en charge par l’antenne chirurgicale de Sangaris. Arrivés sur la base française, deux d’entre eux ont été évacués par véhicule de l’avant blindé (VAB) sanitaire, et escortés par une section d’alerte du groupement tactique interarmes (GTIA) Acier, vers l’hôpital général de médecins sans frontière (MSF) à Bangui afin de bénéficier de soins complémentaires.

 

Dans le même temps, les deux autres victimes ont été rapidement prises en charge par l’équipe médicale militaire. Alors que l’état de santé du premier blessé n’était plus préoccupant, la deuxième victime a dû subir une intervention chirurgicale au bloc opératoire du rôle 2. Achevée à 4 h du matin, l’opération s’est bien déroulée, et l’état du patient a été stabilisé.

 

Le lendemain matin, la force Sangaris a reçu les ministres de la Défense et de la Santé centrafricains, ainsi que l’ambassadeur de France, à l’antenne chirurgicale du camp de M’Poko. Venus apporter leur soutien aux accidentés, les autorités centrafricaines ont également témoigné de leur reconnaissance à la force Sangaris pour son action.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à faciliter la mise en place future de la MINUSCA.

RCA : Accident de la route meurtrier à l’ouest de Bangui, la Force Sangaris au secours des blessés
RCA : Accident de la route meurtrier à l’ouest de Bangui, la Force Sangaris au secours des blessés
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:35
Thales boosts Australian Tiger helicopter simulator

 

September 5, 2014 Thales Group

 

Thales has successfully delivered a significant upgrade to the Australian Tiger helicopter simulator.

 

The improvements to the Full Flight Mission Simulator’s (FFMS) Visual Display System (VDS) mean the Australian Tiger simulator now has the highest levels of ‘out of the window’ realism of any Tiger FFMS in the world.

 

Working closely with prime contractor Airbus Group Australia Pacific and Australian Army Aviation, Thales successfully completed the complex upgrade of the dual-dome simulator ahead of schedule in order to minimise simulator downtime.

 

The latest generation BARCO F35 projectors and a new PC-based Image Generators were both added and seamlessly integrated into the existing host computers and visual display platform, providing the crews with 240-degrees vertical by 85-degrees horizontal field of view.

In the final stage of the upgrade, the FFMS passed its Recurrent Fidelity Check, which is required to maintain CASA FSD-1 Level 5 (Level D equivalent) accreditation. This is the highest achievable level, and allows the Australian Army to conduct cost-effective training in the safety of the simulator.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:30
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

09/09/2014 Sources : EMA

 

Le lundi 1er septembre 2014, la frégate furtive Courbet, actuellement engagée dans l’opération Enduring Freedom (OEF), a participé à un exercice conjoint avec l’US Navy dans le golfe arabo-persique.

 

Pendant cette journée, différents entraînements ont été menés afin de renforcer l’interopérabilité des deux marines. Des opérations d’escorte ainsi que de nombreux tests de réaction contre le harcèlement, voire l’attaque de FPB (Fast Patrol Boat), puis d’aéronefs ont permis à l’équipage de la frégate de maintenir son niveau opérationnel et sa capacité à opérer avec des navires américains.

 

Au cours de la journée, le commandant et une délégation du Courbet ont pu rencontrer les autorités du groupe aéronaval américain Carrier Strike Group 2 (CSG 2) à bord du porte-avions G.H.W. Bush.

 

Outre le porte-avions, quatre autres bâtiments de guerre américains ont participé aux différents entraînements : l’USS Arleigh Burke, l’USS Philippine Sea, l’USS Sirocco et l’USS Chinook.

 

L’action du Courbet s’inscrit dans la continuité de l’intégration de bâtiments français au sein d'un Carrier Strike Group. Elle participe au renforcement de l’interopérabilité entre navires français et américains, souvent engagés dans les mêmes opérations.

 

Ainsi, en avril dernier, la frégate Jean-Bart avait intégré le CSG 2 durant une dizaine de jours pour participer à sa défense anti-aérienne. Peu de temps auparavant, lors de la mission Bois-Belleau, le groupe aéronaval français constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle avait effectué des manœuvres conjointes avec le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son groupe aéronaval dans le golfe arabo-persique.

 

Depuis le passage du détroit d’Ormuz, le Courbet a intégré la Combined Task Force152. Cette force navale constitue l’un des volets maritimes de l’opération Enduring Freedom (OEF) de lutte contre le terrorisme à laquelle le Courbet participe depuis plus d’un mois.

 

Engagé depuis le 4 août dans l’opération Enduring freedom, le Courbet assure la contribution de la France à la mission de lutte contre les trafics maritimes liés au terrorisme dans la mer Rouge, le golfe d’Aden, la mer d’Arabie, le golfe d’Oman et le golfe Arabo-Persique.

Operation Enduring Freedom : Le Courbet s'entraîne avec le CSG 2 de l'US Navy
Operation Enduring Freedom : Le Courbet s'entraîne avec le CSG 2 de l'US Navy
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 11:20
DARPA Looks into the Future of Armoured Vehicles

 

September 07, 2014 by Think Defence

 

DARPA has released a video showing the Ground X-Vehicle Technology (GXV-T) Agility Combat Simulation concept. A vehicle that can Dodge, Duck, Dip, Dive, Dodge

DARPA - Ground X-Vehicle Technology (GXV-T) Agility Combat Simulation

GXV-T Envisions Future Armored Ground Vehicles that Could Sprint, Dodge and Shield Their Way Out of Danger.

 

One of the key goals of DARPA's Ground X-Vehicle Technology (GXV-T) program is improving the survivability of ground-based armored fighting vehicles by increasing vehicle agility. Vehicle agility involves the ability to autonomously avoid incoming threats, either by rapidly moving out of the way or reconfiguring the vehicle so incoming threats have a low probability of hitting and penetrating—all without injuring the occupants in the process. This concept video illustrates three of many potential approaches: active repositioning of armor, burst acceleration and suspensions that would enable the vehicle to dodge.

 

Ground-based armored fighting vehicles and their occupants have traditionally relied on armor and maneuverability for protection. The amount of armor needed for today’s threat environments, however, is becoming increasingly burdensome and ineffective against ever-improving weaponry. GXV-T seeks to develop revolutionary technologies to enable a layered approach to protection that would use less armor more strategically and improve vehicles’ ability to avoid detection, engagement and hits by adversaries. Such capabilities would enable smaller, faster vehicles in the future to more efficiently and cost-effectively tackle varied and unpredictable combat situations.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 10:50
Tigerschießen über Südfrankreich


9 sept. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 09/2014 14E12101

 

Ein Kampfhubschrauber TIGER fliegt über die spärlich bewaldeten Hänge. Plötzlich, links und rechts eines Weges, klappen Ziele auf. Innerhalb von Sekundenbruchteilen reagiert die Besatzung. Der TIGER senkt die Nase und zieht nach unten. Kurze Feuerstöße sind zu hören. Dann über Funk die Meldung: „Treffer! Alle Ziele bekämpft.“
Die Besatzungen, die hier den Kampfeinsatz ihres High-Tech-Hubschraubers üben, sind keine Anfänger. Sie alle haben bereits viel Flug- und auch taktische Erfahrung auf dem Panzerabwehrhubschrauber BO-105, kurz PAH gesammelt. Doch dieses Flugmuster wird durch den Kampfhubschrauber TIGER ersetzt und nun müssen auch die „alten Hasen“ nochmal umschulen. Am Deutsch-Französischen Heeresfliegerausbildungszentrum TIGER in Le Luc wird dafür der Grundstein gelegt.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 09:55
Exportations françaises d'armement : 40 000 emplois dans nos régions

 

09/09/2014 CNE Laetitia Périer - DICOD

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est rendu mardi 9 septembre dans la matinée à l'université d'été de la Défense qui se tient cette année à Bordeaux (Gironde). A l'occasion de cette 12e édition, le ministre a participé à un petit-déjeuner débat organisé autour du thème : "Les bénéfices sociaux, économiques et technologiques de nos exportations d'armement".

 

Découvrez ici l'étude d’impact social, économique et technologique réalisée par le ministère de la Défense et le CIDEF avec le support de McKinsey & Company (septembre 2014).

 

Etude impact export armements - Sept 2014 - MINDEF.pdf

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories