Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 18:35
Visite du secrétaire américain à la Défense en Inde

 

08-08-2014 Par LIANG Chen -  French.china.org.cn

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel est arrivé à New Delhi jeudi pour une visite officielle de trois jours en Inde, a-t-on appris de sources officielles.

 

Selon les mêmes sources, pendant son séjour en Inde, M. Hagel doit rencontrer le premier ministre indien Narendra Modi, le ministre de la Défense Arun Jaitley, la ministre des Affaires étrangères Shushma Swaraj et le conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval, ainsi que le chef de l'armée de l'air indienne Arup Raha.

 

M. Hagel doit s'entretenir avec des dirigeants indiens des questions relatives au renforcement des liens militaires entre les deux pays et à la vente à l'inde des équipements militaires américains , ont dit des observateurs sur place.

 

Cette visite intervient peu après celle du secrétaire d'Etat américain John Kerry à New Delhi la semaine dernière.

 

Le point central des discussions pourrait porter sur l'achat par l'Inde des hélicoptères d'attaque, des avions de transport et des avions anti-sous-marins, ont ajouté les mêmes sources.

 

Les médias locaux ont fait savoir que les Etats-Unis allaient faire une série de propositions destinées à renforcer les relations militaires, y compris les échanges en matière de renseignements entre les deux pays.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:55
Insigne de l'escadron électronique "Dunkerque"

Insigne de l'escadron électronique "Dunkerque"

 

08/08/2014 Armée de l'air

 

L’escadron électronique aéroporté (EEA) de la base aérienne 105 d’Évreux soufflera ses cinquante bougies, le 12 septembre 2014. Les anciens de l’unité sont appelés à se mobiliser pour cette célébration. La journée initialement prévue le 17 septembre est avancée au 12 pour des raisons protocolaires.

 

L'escadron électronique aéroporté reprend les traditions de l'escadrille MF20 qui fêtera son centenaire. Elle a participé à toutes les grandes batailles du premier conflit mondial en tant qu'unité d'observation et de renseignement. Créée en 1964, l'escadre électronique (EE) 54 prend rapidement l’insigne et les traditions de l’escadrille 20. Le nom de «Dunkerque» lui est alors attribué.

 

Plus d'informations sur l'histoire de l'escadron électronique aéroporté

 

Le C160G Transall

Le C160G Transall

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:50
A400M - Teil 2: Pilotentraining



8 août 2014  Bundeswehr

 

Viel zu lernen gibt es für die Piloten, die künftig das neue Transportflugzeug Airbus A400M fliegen werden. Drei Monate dauert die Ausbildung im spanischen Sevilla. Während dieser Zeit lernen sie im Unterricht und im Simulator alles über das hochmoderne Flugzeug, das die Transall ablösen wird. Zur gleichen Zeit befindet sich der erste A400M in Sevilla in der Endmontage.

Quelle: Redaktion der Bundeswehr 08/2014  14E16501

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:50
Armed Forces of Malta receives first AgustaWestland AW139 helicopter

A Maltese AW139 twin-engine helicopter in flight. Photo AgustaWestland - A Finmeccanica Company.

 

8 August 2014 army-technology.com

 

AgustaWestland has handed over the first AW139 medium-sized twin-engine helicopter to the Armed Forces of Malta (AFM).

 

The helicopter was delivered under a contract secured by the company in July 2013, and is scheduled to be primarily used in support of maritime border control missions.

 

A part of Malta's plan to strengthen the AFM's operational capabilities, the contract also included an option for two more aircraft, an integrated logistic support (ILS) package and training of ten pilots, including four students and 20 technicians.

 

The helicopter is equipped with an advanced maritime patrol and search and rescue (SAR) mission equipment package, including a high-definition forward-looking infrared (FLIR) system, search / weather radar, cabin mission console and a searchlight and satellite communication system.

 

Additional equipment includes a four-axis autopilot with SAR modes, naval transponder and external rescue hoist, as well as a four-bag floatation system.

 

Powered by two Pratt & Whitney PT6C turboshaft engines, the AW139 is a 15-seat medium-sized twin-engine helicopter, designed to conduct law enforcement / emergency medical service, executive transport, and maritime and offshore oil operations in hot and high conditions.

 

The helicopter can fly at a speed of 165k, and features a low acoustic signature, integrated mission avionics and a full-ice protection system to complete missions in demanding environments.

 

In addition to Malta, the helicopter is also operated in Italy, Spain, Estonia, Japan, Republic of Korea, Malaysia, the UK and the US, among others.

 

The AFM placed an order for the second helicopter in April, with the delivery scheduled to take place in December.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:35
Prise de commandement sur la base aérienne de Nouméa

 

07/08/2014 Armée de l'air

 

Une prise de commandement s’est déroulée le 31 juillet 2014 sur la base aérienne 186 « Lieutenant Paul Klein » de Nouméa-Tontouta.

 

Lors d’une cérémonie militaire, présidée par le général Luc du Perron de Revel, commandant supérieur des forces armées en Nouvelle-Calédonie, le colonel Antoine Sadoux est devenu officiellement le nouveau commandant de la BA 186.

 

Il succède ainsi au colonel Xavier Buisson, devenant alors le troisième commandant de cette jeune base aérienne, créée le 17 août 2011.

 

Cette cérémonie a également été l’occasion pour le commandant Denis Desquibes de prendre le commandement de l'escadron de transport 52 « Tontouta », remplaçant le lieutenant-colonel Emmanuel Peltriaux dont il a été l’adjoint pendant un an.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:35
Faces on the Frontline


8 août 2014 British Army

 

Portraits of British Army soldiers and officers on Operation HERRICK in Afghanistan, captured by Army Photographer Corporal Daniel Wiepen.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:35
 photo Airbus Helicopters Philippe Lesonneur

photo Airbus Helicopters Philippe Lesonneur

 

07/31/2014 by Courtney Woo - airbushelicopters.com

 

Members of the NH90 team in New Zealand have a lot to celebrate: They have just completed the retrofit of four NH90 TTH helicopters at the Royal New Zealand Air Force’s (RNZAF) operational base in Ohakea.

 

The purpose of the retrofit was to upgrade the first four NH90s from initial to final configuration. The RNZAF operates a fleet of eight NH90 TTH, four of which were delivered already in the final form. With the retrofit, RNZAF’s current NH90 fleet has reached its final configuration.

 

The retrofit was performed between September 2013 and July 2014 at the customer’s premises and following a preparatory phase in France.

 

The team involved took advantage of the retrofit lay-up period to perform calendar maintenance and to retrofit some spare  parts and an attrition frame.

 

More than 30 employees from Airbus Helicopters and partner companies, stationed at the Ohakea base, worked hand-in-hand with a network of logistical experts from Airbus Helicopters and its suppliers. The close collaboration of these teams among each other and with the customer was instrumental in completing the retrofit on time.

 

Similar retrofit programs are underway in other countries, with a total of 10 aircraft having already been completed. Seventeen more NH90s are currently undergoing retrofit at five different locations in France, Italy, Finland, Germany and Australia.

 

The NH90 retrofit program brings together specialists from different areas, such as configuration, production, engineering, procurement and support, whose transversal collaboration plays a key role in ensuring the success of the upgrades.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:35
New Defence Secretary's first trip to Afghanistan

Defence Secretary Michael Fallon meets the commanding officer of 904 Expeditionary Air Wing at Kandahar Airfield [Picture: Corporal Chantelle Cooke RAF, Crown copyright]

 

7 August 2014 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Defence Secretary Michael Fallon has visited Afghanistan as UK troops work towards the end of combat operations.

 

During his visit to Helmand and Kandahar provinces, Mr Fallon met UK military personnel from all 3 services as well as civilians providing support and witnessed the progress being made by the Afghan security forces.

He spoke with troops who are working on the major task of returning personnel and equipment to the UK and discussed how International Security Assistance Force (ISAF) personnel will conclude their combat role by the end of the year.

Mr Fallon also met with senior UK and ISAF commanders including Brigadier General Daniel Yoo, the US Marine Corps Commandant General of Regional Command (Southwest), and his deputy, Brigadier Rob Thomson, the most senior UK officer in Helmand.

He also met Brigadier General Zamen Hasan, Chief of Staff of 215 Corps of the Afghan National Army, for an update on the increased capability of the Afghan army that has been tackling the insurgency in Helmand province since last summer.

Afghan forces, equipped with their own helicopter evacuation capability, now lead 99% of security operations and receive only limited support from ISAF.

Mr Fallon said:

Meeting British troops at Camp Bastion and Kandahar ahead of UK combat operations drawing to a close later this year, I have been struck by how much they have achieved in drawing down their own people and equipment and crucially in helping to build a capable and strong Afghan force now numbering almost 350,000.

Security in the main towns and villages across Helmand province has markedly improved, but in those areas where insurgents remain active it is the Afghan forces who are now doing the job and dealing with them.

This is something that UK personnel can be very proud of and although we do not know for certain what lies ahead we can be very sure that going forward the Afghans have the very best chance possible of maintaining and building on the security gains made.

Defence Secretary Michael Fallon in Afghanistan
Defence Secretary Michael Fallon in Afghanistan [Picture: Corporal Chantelle Cooke RAF, Crown copyright]

Brigadier Thomson said:

This is a vital stage of the operation in Afghanistan as we continue to develop the Afghan National Security Forces (ANSF) while drawing down securely and responsibly. We were delighted to host the Defence Secretary and highlight our efforts alongside the US Marine Corps and the ANSF, with whom we have tremendous working relationships.

At Kandahar Airfield Mr Fallon also met with UK personnel from the UK’s Tornado GR4 detachment which is under the command of 904 Expeditionary Air Wing (EAW).

Group Captain Andy Martin, commanding officer of 904 EAW, said:

It was fantastic to be able to show Mr Fallon what we do out here as well as demonstrating the key role Kandahar Airfield will play in redeployment.

We are playing a vital part in the delivery of air power across Afghanistan, protecting and supporting troops on the ground while conducting operations to take the fight to the insurgents. I am very proud of my people and what we are achieving.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:35
857 NAS joining their aircraft on the standings at Camp Bastion

857 NAS joining their aircraft on the standings at Camp Bastion


8 août 2014 by Royal Navy

 

After five years in Afghanistan the Royal Navy Sea King squadron returned home to RNAS Culdrose in Cornwall.

Since May 2009, 854 and 857 NAS, played a role flying Sea King Mk 7 Airborne Surveillance and Control (SKASaC) aircraft for more than 9,000 hours over 2,000 sorties to support troops on the ground as part of 903 Expeditionary Air Wing.

The SKASaCs, which were used to locate insurgents’ arms caches, track drugs shipments and follow the movements of insurgents, are now back in the UK and a short video has been produced documenting their involvement by the Army Combat Camera Team.

Army Combat Camera Team
Camera and editing: Sgt Obi Igbo
Producer: Capt Sam Tant

Find out more about the Sea King ASaC at: http://www.royalnavy.mod.uk/the-equip...
and 854 Naval Air Squadron at: http://www.royalnavy.mod.uk/our-organ...

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:25
FAA : passations de commandement à la base navale de Fort-de-France

 

08/08/2014 Sources : EMA

 

Le 25 juillet 2014, le colonel Jean-Claude Bréjot, adjoint interarmées des forces armées aux Antilles (FAA), a fait reconnaître le capitaine de frégate Jean-Marc Cantala comme nouveau commandant de la base navale de Fort-de-France, succédant au capitaine de frégate Thierry Rufier.

 

Auparavant, trois bâtiments de surface des FAA avaient reconnu leurs nouveaux commandants. Le 17 juillet, le capitaine de frégate Samuel Dupont a pris le commandement de la frégate de surveillance (FS) Germinal. Le 18 juillet, le capitaine de corvette Vincent Calmette-Vallet a pris le commandement du bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville, et le 22 juillet, le capitaine de frégate Yves-Pierre Pilfert a pris le commandement de la FS Ventôse.

 

Les bâtiments de la Marine nationale des FAA participent activement aux missions de souveraineté, essentiellement axées sur la surveillance des pêches et l’action de l'Etat en mer (AEM), dans une zone économique exclusive de 150 000 km². Ils mènent des missions de surveillance maritime, soutiennent les interventions relevant de la sécurité publique (lutte contre la pollution et le narcotrafic, police des pêches, sauvetage en mer) et appuient les missions de secours aux populations lors de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone. Ces missions sont le plus souvent réalisées dans le cadre de coopérations interministérielles associant d’autres services de l’Etat. Elles peuvent également s’inscrire dans le cadre de coopérations bilatérales et multinationales, notamment pour la lutte contre les trafics illicites.

 

Pour mener leurs missions, les FAA sont armés par des moyens terrestre et maritime qui leur confèrent une capacité d’intervention interarmées rapide et adaptée.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

FAA : passations de commandement à la base navale de Fort-de-FranceFAA : passations de commandement à la base navale de Fort-de-France
FAA : passations de commandement à la base navale de Fort-de-France
Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 15:30
EIIL - 01 july 2014

EIIL - 01 july 2014

 

08 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bagdad - Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ne sont pas aussi nombreux que le laissent penser l'ampleur et la rapidité de leurs conquêtes dans le nord de l'Irak, estiment des experts, qui identifient cinq facteurs pouvant expliquer leur avancée fulgurante.

 

En deux mois d'offensive, les jihadistes se sont emparés de vastes pans du territoire irakien. Et, au cours de la semaine passée, ils ont pris aux Kurdes plusieurs villes dans la région de Mossoul (nord) ainsi que le barrage de Mossoul, réputé le plus grand du pays.

 

Les Etats-Unis ont bombardé vendredi une pièce d'artillerie mobile des jihadistes, ce qui pourrait stopper leur progression, mais l'EI reste un ennemi puissant.

 

Pourtant, selon des experts, ces jihadistes, que personne ne semble pour l'instant pouvoir réellement arrêter, ne seraient que quelques milliers. Ce n'est donc pas le nombre qui fait leur force, mais d'autres raisons:

 

Des armes récemment acquises

 

L'EI dispose de chars, humvees, missiles et autres armements lourds pris à ses ennemis lors de son offensive.

 

Ce matériel, souvent de fabrication américaine, et notamment abandonné par l'armée irakienne lors de son retrait face aux insurgés aux premiers jours de leur offensive, a transformé les capacités militaires de l'EI.

 

Ils ont engrangé des quantités significatives d'équipements dont ils avaient le plus besoin, selon Anthony Cordesman, du Centre pour les études stratégiques et internationales de Washington.

 

L'aviation américaine sera probablement plus apte à détruire cet équipement que les vieux Sukhoi de l'armée irakienne.

 

L'expérience syrienne

 

Si le groupe est né en Irak -- en 2004 sous un autre nom -- c'est son implication dans le conflit syrien qui lui a permis de devenir ce qu'il est aujourd'hui.

 

Les combats en Syrie ont offert à l'EI un entraînement et des opportunités d'apprentissage hors-pair, souligne le groupe américain Soufan, spécialisé dans le renseignement.

 

Ils utilisent des tactiques de combat auxquelles les Irakiens ne sont pas habitués, estime Anthony Cordesman.

 

Ces jihadistes, présents depuis 2013 en Syrie, où ils combattent le régime mais aussi les rebelles, se sont taillé une réputation de groupe sanguinaire, avec des combattants qui ne craignent pas de mourir au combat.

 

Des batailles bien choisies

 

Pour ses combats, l'EI privilégie les zones sunnites où il peut trouver des soutiens, des infrastructures stratégiques ou des endroits faiblement défendus, évitant ainsi des pertes superflues pour maintenir son élan et son unité interne.

 

Ils ont parcouru une distance considérable au cours des derniers jours, mais il s'agissait de zones très peu peuplées et ils ont rencontré très peu de résistance, selon John Drake, du groupe AKE.

 

L'EI est très doué pour faire fuir ses opposants quand ceux-ci sont déjà affaiblis, explique Michael Knights, expert au Washington Institue.

 

Une propagande efficace

 

Partout, l'EI est précédé de sa réputation d'extrême brutalité. Et cela lui a permis de s'emparer de villes entières sans rencontrer de résistance.

 

Maîtrisant internet et les réseaux sociaux, le groupe diffuse notamment des photos d'ennemis décapités.

 

Les jihadistes diffusent une image de cruauté presque surhumaine, selon Patrick Skinner, du groupe Soufan. A Sinjar (nord), les civils paniqués ont ainsi abandonné la ville dimanche quand l'EI a annoncé son entrée imminente.

 

L'intimidation est une tactique importante pour l'EI, selon M. Drake. Qu'ils utilisent ou non toutes les armes dont ils s'emparent, ils les photographient à des fins de propagande.

 

Des opposants faibles

 

Ce qui fait la force de l'EI est avant tout la faiblesse de ses opposants.

 

Les peshmergas (forces kurdes irakiennes) sont assez bons (...) (par rapport aux autres forces irakiennes), mais ils sont vraiment légers en termes d'infanterie. Ceux qui ont l'expérience d'avoir combattu Saddam Hussein ne sont plus là, explique M. Cordesman.

 

Ils pâtissent également des problèmes de trésorerie du Kurdistan.

 

Quant à l'armée irakienne, qui a tenté de se ressaisir après la débandade des premiers jours de l'offensive, elle ne rencontre pas de réels succès.

 

L'EI a révélé des lacunes navrantes chez ses opposants, et pour commencer le spectacle réellement lamentable de l'armée irakienne, relève Soufan.

 

Si, sur le long terme, un meilleur entraînement et de nouveaux équipements sont nécessaires, les frappes américaines pourraient temporairement équilibrer les forces.

 

Elles pourraient également affaiblir des positions de l'EI, et rendre plus facile une contre-offensive, estime John Drake.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 15:03
FA-18C Hornet assigned to Strike Fighter Squadron (VFA) 106 lands aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77)  - 2010

FA-18C Hornet assigned to Strike Fighter Squadron (VFA) 106 lands aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77) - 2010

 

08 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Erbil (Irak) - Les Etats-Unis se sont directement impliqués dans le conflit en Irak pour la première fois depuis le retrait de leurs troupes en 2011 en bombardant vendredi des positions des jihadistes menaçant le Kurdistan irakien et des milliers de chrétiens et Yazidis en fuite.

 

Deux chasseurs bombardiers américains ont largué des bombes de 250 kg sur une pièce d'artillerie mobile de l'Etat islamique (EI) qui avait visé des forces kurdes à Erbil, a annoncé le porte-parole du Pentagone, l'amiral John Kirby, expliquant que cela menaçait les personnels américains basés dans la capitale du Kurdistan.

 

Le chef de l'armée irakienne, Babaker Zebari, a estimé que cet appui aérien allait permettre d'énormes changements sur le terrain dans les prochaines heures.

 

Les combattants de l'EI avaient encore marqué des points jeudi avec la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, suivie de celle du barrage de Mossoul, le plus grand du pays, qui contrôle l'alimentation en eau et en électricité de toute la région.

 

Depuis dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont pris la fuite dans le nord du pays face à l'avancée des jihadistes qui ne sont désormais qu'à une quarantaine de kilomètres d'Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan, allié de Washington.

 

Après la prise de Qaraqosh et d'autres zones autour de Mossoul, que l'EI contrôle depuis le 10 juin, le patriarche chaldéen Louis Sako a fait état de 100.000 chrétiens jetés sur les routes. La plupart sont partis vers le Kurdistan.

 

Dimanche, les combattants de l'EI avaient déjà pris le contrôle de Sinjar, bastion de la minorité yazidie, une communauté kurdophone considérée par les jihadistes comme adoratrice du diable, poussant à la fuite jusqu'à 200.000 civils selon l'ONU.

 

Certains ont pu fuir au Kurdistan ou en Turquie, mais des milliers d'autres sont piégés dans les montagnes désertiques environnantes, où ils risquent autant de mourir de faim et de soif que de se faire massacrer par les jihadistes, réputés pour leur cruauté.

 

Jeudi soir, le président américain Barack Obama avait autorisé des frappes militaires ciblées si nécessaire pour aider les forces irakiennes qui se battent pour (...) protéger les civils pris au piège.

 

Pour sa première mission, l'armée de l'air américaine a parachuté des vivres et de l'eau aux civils piégés dans les montagnes.

 

Un habitant de Sinjar, réfugié avec sa famille dans une caverne dans la montagne, a cependant déclaré vendredi au téléphone qu'aucune aide ne lui était encore parvenue.

 

Rien n'est tombé de ce côté de la montagne. Nous avons besoin de toute l'aide possible, vivres et eau. Il y a beaucoup d'enfants ici, a-t-il souligné.

 

Signe de l'inquiétude internationale, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit jeudi scandalisé par le sort des Yazidis et des chrétiens.

 

Le pape François, qui a lancé un appel urgent à la communauté internationale pour protéger les populations en fuite, a décidé d'envoyer auprès d'elles le cardinal Fernando Filoni, ancien nonce en Irak.

 

- 'Génocide' -

 

M. Obama a accusé l'EI de viser la destruction systématique de la totalité (...) du peuple (yazidi), ce qui constituerait un génocide.

 

Il a en outre prévenu les jihadistes qu'ils seraient visés par d'éventuelles frappes aériennes s'ils tentaient de marcher sur Erbil, expliquant que les Etats-Unis devaient défendre leur consulat dans cette ville.

 

M. Obama, instigateur du retrait américain d'Irak, a cependant assuré qu'il n'allait pas entraîner (le pays) dans une autre guerre.

 

A Bagdad, l'intervention américaine a cependant suscité le scepticisme, dans la mesure où le Premier ministre Nouri al-Maliki réclamait ces frappes depuis le début en juin de l'offensive de l'EI, qui était déjà bien implanté en Syrie et contrôle désormais de vastes pan du territoire irakien.

 

Obama n'a rien fait pendant trois ans mais quelque chose arrive aux Kurdes et aux chrétiens et il commence à parler de terrorisme, a dénoncé Rashaad Khodhr Abbas, un fonctionnaire à la retraite.

 

L'arrivée massive de réfugiés aux portes du Kurdistan augmente la pression sur cette région, déjà à court d'argent après le blocage par Bagdad de sa part de revenus du pétrole.

 

Ce territoire de cinq millions d'habitants a accueilli des centaines de milliers de déplacés depuis le début de l'offensive jihadiste le 9 juin.

 

Mais les récents succès des jihadistes ont provoqué un début de panique à Erbil, jusqu'à présent l'une des rares zones d'Irak en sécurité.

 

Jeudi soir, les peshmergas kurdes ont ainsi reconnu que l'EI contrôlait le barrage de Mossoul sur le Tigre. Situé à 50 km au nord de la ville, il fournit l'eau et l'électricité à une majeure partie de la région et permet l'irrigation de vastes zones de cultures.

 

Les peshmergas, considérés comme les forces les plus efficaces d'Irak, avaient pris début juin le contrôle de plusieurs villes après la débandade de l'armée face à l'avancée des jihadistes.

 

Mais, à court de munitions et dispersés sur un front très étendu, ils ont dû battre en retraite face aux derniers assauts des insurgés.

 

Les jihadistes se sont dits déterminés lundi à étendre leur emprise sur les territoires tenus par les peshmergas, une déclaration qui a entraîné l'intervention, dans un rare élan de solidarité, des Kurdes de Syrie et de Turquie.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:55
La STAT - Une section multifonctions

 

08/08/2014 Armée de Terre

 

Par délégation de l’état-major de l’armée de Terre (EMAT) et conjointement avec les unités de management de la direction générale de l’armement (DGA), la STAT assure la conduite et le suivi des opérations d’armement , en lien avec les bureaux de l’EMAT - plans (BPLANS), programme et système d’armes (BPSA) et programme et système d’information et de commandement (BPSIC), depuis le stade d’orientation jusqu’au retrait du service des équipements. 

 

La STAT est composée de plusieurs groupements, chacun étant compétent dans un domaine précis. S’appuyant sur une expertise de longue date, conjuguant connaissance technique et expérience opérationnelle de son personnel, elle veille à la mise à disposition des forces aéroterrestres de matériels et d’équipements satisfaisant les besoins exprimés par les unités dans les conditions de coûts, de délais et de performances définies par l’état-major des armées et l’état-major de l’armée de Terre.

 

Pour vérifier l’adéquation des nouveaux systèmes au besoin militaire destinés aux forces aéroterrestres, elle conduit leurs expérimentations technico-opérationnelles. Elle associe son action d’évaluation aux essais techniques de la DGA à travers les programmes communs d’essais et d’évaluation (PCEE) et éventuellement aux essais industriels. Elle propose ensuite au chef d’état-major de l’armée de Terre, les décisions d’adoption et de mise en service opérationnel des matériels et équipements.

 

Pour satisfaire des besoins urgents provenant de certains théâtres d’opération en cours, elle peut être amenée à proposer au CEMAT des autorisations d’emploi provisoires d’équipements pour les mettre rapidement en service bien que toutes les conditions de mise en service opérationnelle (MSO) ne soient pas réunies. Par ailleurs, la STAT fournit une expertise dans le domaine de la simulation de l’armée de Terre. Elle conduit des projets de simulation réalisés par maîtrise d’œuvre industrielle voire les développe et les soutient par une maîtrise d’œuvre interne. Enfin, elle appuie les forces dans les travaux de mise en place de la numérisation de l’espace de bataille.

 

A lire aussi : Equipement

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:45
Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo

 

08/08/2014 Sources : EMA

 

Le 27 juillet 2014, le groupement tactique interarmes (GTIA) Magenta de la force Sangaris a conduit, en appui de la MISCA et de la gendarmerie centrafricaine, une mission de reconnaissance au village de Chimbolo situé à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Bambari.

 

Arrivés sur zone, les militaires français se sont déployés en appui d'un groupe de la MISCA gabonaise et de la gendarmerie centrafricaine.

 

A cette occasion, le commandant d’unité s’est entretenu avec les chefs de quartiers chrétiens et musulmans. Il a pu constater que les deux communautés religieuses cohabitaient paisiblement dans ce village.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo
Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo
Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo
Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo
Sangaris : Rencontre avec les autorités religieuses à Chimbolo
Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:40
photo Rostec

photo Rostec

 

02.07.2014 by Rostec

 

Les militaires recevront des senseurs individuels d’identification

 

En 2017 les militaires russes doivent recevoir des senseurs individuels «ami-ennemi». L’échange de signaux spéciaux permettra de distinguer les représentants de son camp sur le champ de bataille indépendamment de l’équipement, des moyens de camouflage, etc. Les experts notent que la propagation de ces systèmes au niveau de l’échelon tactique aidera à diminuer les pertes militaires.

 

La fabrication de systèmes d’identification pour le personnel est entrée dans le projet de création d’un cluster de recherche et de production à Kazan sous l’égide du consortium «Technologies radio-électroniques» (KRET) (КРЭТ). Le projet, après avoir reçu l’accord du vice premier ministre Dimitri Rogozine et du ministre de l’industrie et du commerce Denis Mantourov, suppose la coopération de six entreprises dont deux d’entre elles sont situées dans la capitale du Tatarstan. C’est justement là qu’il sera fabriqué l’équipement, l’étude sera réalisée dans d’autres villes.

 

Le consortium dépensera 10,6 milliards de roubles pour la coopération de six de ses entreprises et pour leur rééquipement jusqu’en 2017. Outre les senseurs pour l’infanterie et la nouvelle génération de systèmes «ami-ennemi» pour l’aviation et la flotte, le cluster fabriquera également des complexes de lutte radio-électronique et des systèmes de navigation de proximité pour les avions et les hélicoptères.

 

L’adjoint du directeur général du KRET pour la planification stratégique et la réalisation des commandes d’Etat de la défense Andreï Tiouline a parlé des plans de fabrication de nouveaux systèmes pour l’armée russe.  Selon lui, le système «ami-ennemi» pour les soldats sera réalisé sous la forme d’une application – senseur installé sur le vêtement du militaire. Il sera programmé en fonction des tâches fixées. Le Ministère de la Défense est déjà très intéressé par cette élaboration.

 

Le système antérieur « ami-ennemi » a été créé pour les pays du Pacte de Varsovie et il a été prévu pour l’identification des chars, des avions, des bateaux mais pas des personnes. «Maintenant les conflits ont souvent un caractère local et l’armement utilisé par les différentes parties est souvent produit dans un même pays. Les systèmes d’identification ne fonctionnent pas dans cette situation. Les militaires sont arrivés à la conclusion qu’il faut les compléter rapidement avec une application modifiée. Nous passons de la défense de l’objet à la défense de l’homme», – a dit Andreï Tiouline.

 

Les nouveaux senseurs peuvent entrer dans la composition de l’équipement «Ratnik» ou «Barmitsa».

 

On pourra distinguer un soldat «ami» d’un soldat «ennemi» avec le même équipement en regardant l'écran du dispositif spécial semblable à un téléphone mobile. Il affiche l’emplacement actuel du soldat sur une carte électronique et l’emplacement des forces amies.

 

Les exportateurs russes n’ont pas d’information sur la présence d’un tel système dans les troupes de l’OTAN. Les experts militaires pensent que le nombre de cas de «feu ami» dans le cadre d’opération de maintien de la paix permet de parler de son absence.

Il est prévu dans le cadre du cluster de réunir des entreprises de Kazan : le groupe de recherche et de production «Radioélectronika» V.I. Chimko et l’usine «Radiopribor». En plus, encore quatre entreprises du KRET participeront à la corporation : Institut radiotechnique de recherche scientifique de Kalouga, usine de Samara « Ecran », usine de radio Jigoulevski et groupe de production de construction d’appareils d’Oufa. Le cluster est créé comme une production d’usage mixte (civil et militaire).

 

«La recette totale attendue du cluster avant 2020 est de 18 milliards de roubles, un cinquième de cette somme provient de la part de l'identification. Ces systèmes apportent un how-Know pour le développement de la production civile – systèmes d’identification et de limitation d’accès pour le transport, le secteur de l’énergie. Six entreprises participent actuellement au projet mais nous voulons ouvrir au business privé un accès à l'équipement pour qu'il travaille en trois – huit et baisser le coût de revient de la production», - a noté Andreï Tiouline.

 

Selon le premier adjoint du président du comité pour l’industrie de la Douma d’Etat Vladimir Goutenev, il faut un strict contrôle des fuites d’information dans une entreprise où il cohabite une production militaire secrète et civile high-tech.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:40
Ratnik - source Ministry of Defence of the Russian Federation

Ratnik - source Ministry of Defence of the Russian Federation

 

8 August 2014 army-technology.com

 

The Russian Ministry of Defence (MoD) is planning to acquire Ratnik, a locally manufactured future high-tech soldier system, in October.

 

Russian Ground Forces military and scientific department head Aleksander Romanyuta was quoted by RIA Novosti as saying: "Ratnik is currently undergoing its final tests and we hope that ... all the components will be purchased in series and supplied to the troops.

 

"If any deficiencies are found, they will be eliminated during the first year of exploitation."

 

Tochmash head Dmitry Semizorov told the news agency that the MoD plans to acquire up to 50,000 Ratnik sets every year, enabling the industry to provide the army with 70% of the new equipment.

 

Tochmash has also started production a new combat gear, which is scheduled to replace Ratnik in the future, Semizorov added.

 

Developed as part of the soldier military equipment (BES) programme, the Ratnik infantry soldier kit comprises more than 40 components, including firearms, body armour and optic, communication and navigation devices, life support and power supply systems, as well as knee and elbow pads.

 

Available in summer and winter variants, the lightweight gear can be used by regular infantry, rocket launcher operators, machine gunners and drivers and scouts, and is claimed to provide protection against environmental threats from weapons of mass destruction and non-lethal weapons.

 

The system has been successfully tested by the Russian Army, but its induction has been postponed due to problems in the fine-tuning of its light weapons, likely to be the new Kalashnikov AK-12 assault rifle, RIA Novosti reported.

 

Multiple soldier equipment programmes are currently underway in several countries worldwide, including the US' Land Warrior, Germany's Infanterist der Zukunft (IdZ), and the UK's future infantry soldier technology (FIST).

 

Other countries developing such systems include Spain with Combatiente Futuro (ComFut), Sweden's IMESS and France's Fantassin à Équipement et Liaisons Intégré (FELIN).

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:35
ISAF temporarily suspends Afghan military support mission

Major General Harold Greene was killed on Tuesday in an insider attack at Camp Qargha in Kabul. Photo: US Army.

 

8 August 2014 army-technology.com

 

The International Security Assistance Force (ISAF) has temporarily suspended the Afghan National Army (ANA) support mission, in the wake of the shooting of a US general on 5 August.

 

ISAF commander Joseph Dunford suspended operations at various military facilities and ordered all foreign instructors and military consultants to remain in their camps until today, reported RIA Novosti.

 

US Major General Harold Greene was killed when a man dressed as an Afghan solider opened fire at Camp Qargha in Kabul. He served as the deputy commanding general of the Combined Security Transition Command Afghanistan.

 

Greene, who was involved in the effort to train, advise and assist Afghan forces to support the creation of a capable and enduring force that safeguards civilians against insurgency, is the first general officer killed in foreign hostilities since 1970.

 

The shooter also injured 15 Nato soldiers, including German brigadier general Michael Bartscher, before being shot dead.

 

The Taliban has claimed responsibility for the attack, which is currently being investigated by a joint Nato-Afghan team.

 

The incident follows a series of 'insider attacks' against Nato forces by either the Afghanistan security forces or insurgents disguised in Afghan uniforms, according to RIA Novosti

 

ISAF has already introduced tougher security measures against the so called 'green-on-blue attacks', which have claimed the lives of 69 coalition troops since 2012, the Associated Press reported.

 

Established by the UN Security Council in December 2001, ISAF is a Nato-led mission primarily aimed at training Afghan security forces.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:35
OEF : la frégate Courbet rejoint l'opération Enduring Freedom

 

08/08/2014 Sources : EMA

 

Le 3 août 2014, la frégate de type La Fayette (FLF) Courbet a rejoint la Task Force150, volet maritime de l’opération de contre-terrorisme Enduring Freedom (OEF).

 

Alors qu’elle naviguait vers le canal de Suez, la frégate Courbet a été déroutée dans la nuit du 29 au 30 juillet pour être engagée dans l’évacuation de ressortissants européens souhaitant quitter la Libye.

 

Tripoli connaissant de violents affrontements entre troupes rivales, les autorités européennes ont demandé à leurs expatriés de quitter le territoire. Du fait du blocage des voies aériennes et routières en direction de la Tunisie voisine, les armées, sur demande du ministère des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), ont décidé de dépêcher deux frégates pour évacuer les ressortissants de la capitale libyenne.

 

Via les embarcations du Courbet, et de la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm, ainsi que celles du détachement commando marine, une cinquantaine de citoyens européens ont pu quitter le sol libyen. Une fois au large, tous les ressortissants ont pris place à bord du Montcalm pour faire route vers Toulon, où ils ont été pris en charge par les équipes du MINAEDI.

 

La frégate a ensuite repris la mer vers sa zone de patrouille et a franchi, dans la nuit du 2 au 3 août, le canal de Suez.

 

En entrant en mer Rouge, le bâtiment a intégré le dispositif de présence multinational mis en place suite aux résolutions 1368 et 1373 du conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), adoptées au lendemain des évènements meurtriers du 11 septembre 2001.

 

Le Courbet aura ainsi pour tâche de poursuivre l’effort de sécurisation de cette zone d’intérêt stratégique majeur.

 

La TF 150 opère sur une vaste zone allant de la mer Rouge au golfe d’Oman en passant par le Golfe d’Aden et la mer d’Arabie. La France y déploie régulièrement ses bâtiments aux côtés de la coalition, assurant ainsi une présence engagée dans la lutte contre la piraterie et les trafics liés au terrorisme.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:30
Un nouveau commandant à la tête de la base aérienne 104 d’Al Dhafra

Cérémonie de prise de commandement sur la BA 104 d'Al Dhafra

 

07/08/2014 Armée de l'air

 

Depuis jeudi 31 juillet 2014, la base aérienne 104 d’Al-Dhafra (Émirats arabes unis) dispose d’un nouveau commandant.

 

Le colonel Mathieu Deflandre a en effet succédé au colonel Richard Ringuet lors d’une cérémonie présidée par le vice-amiral Anoine Beaussant, commandant les forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU).

 

De 2011 à 2014, le commandement du colonel Ringuet a notamment été marqué par la normalisation du fonctionnement de la base, ainsi que par la finalisation des livraisons et la sécurisation des installations. Les échanges avec les alliés présents dans la région ont également été importants, tout comme l’appui aux opérations.

 

Plus d’informations sur les FFEAU sur le site de l’état-major des armées

Le colonel Ringuet remet l'insigne de la base à son successeur, le colonel Deflandre

Le colonel Ringuet remet l'insigne de la base à son successeur, le colonel Deflandre

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 11:45
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »

 

08/08/2014 Sources : EMA

 

Le 4 aout 2014, la force Barkhane a été relevée sur la zone de crash du vol AH5017 par les forces armées maliennes qui ont pris le relais de la MINUSMA et d’une partie du détachement français pour la sécurisation du site.

 

Les enquêteurs ayant terminé leurs investigations sur le site de l’accident, les militaires français ont pris la direction de Gao, où ils sont engagés au sein de l’opération Barkhane.

 

Le 24 juillet, les moyens des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne ont été mobilisés dès l’annonce de la disparition du vol d’Air Algérie lors de son survol du Nord-Mali entre Ouagadougou et Alger. Deux Mirage 2000D, un Harfang et un Reaper basés à Niamey, ainsi qu’un avion CASA basé à Gao, ont été alloués à la recherche de l’appareil. Une fois la zone de crash identifiée par la force Serval, les militaires français ont été engagés dans deux missions simultanées.

 

Tout d’abord, ils se sont déplacés pour sécuriser le site. A cet effet, Serval y a héliporté une vingtaine de militaires pour assurer la sécurité de la zone, et pour que les premières constatations associant un médecin et un prévôt soient effectuées. Parallèlement, un convoi d’une cinquantaine de véhicules et de 170 militaires français, accompagné de deux sections des forces armées maliennes, a pris la route en direction de la zone de l’accident. Sur site, ils ont été renforcés par une unité néerlandaise, puis togolaise, de la MINUSMA. Cette sécurisation, conduite en coopération entre forces françaises, maliennes et de la MINUSMA, a permis la préservation de la zone ainsi que le recueil des éléments essentiels à l’investigation par le bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) et les experts de l’identification des victimes.

 

La deuxième mission des militaires français a consisté à engager les moyens logistiques de Serval pour transporter et soutenir les équipes d’enquêteurs français, maliens, algériens et espagnols. Dès leur arrivée à Gao le 26 juillet, les enquêteurs français ont ainsi été acheminés par hélicoptère, avec le fret de première nécessité, jusqu’à la zone de crash. Par la suite, le 27 juillet, un convoi logistique a rejoint la zone pour acheminer le complément de fret nécessaire au travail des enquêteurs et au soutien de toutes les personnes engagées.

 

Les forces militaires maliennes ont assuré, depuis le 31 juillet, la sécurisation du site du crash, en binôme avec les unités de la MINUSMA. La mission des enquêteurs français a, quant à elle, pris fin le 1er août. Ils ont tous rejoint la France le 5 août.

 

Lancée le 1er août, l’opération Barkhane se caractérise par une logique de fusion et de partage des moyens qui, jusqu’alors étaient dévolus à des opérations distinctes (l’opération Serval au Mali, déclenchée en 2013 et l’opération Epervier au Tchad, déclenchée en 1986).

 

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires qui disposent d’une vingtaine d’hélicoptères, de 200 véhicules de logistique, de 200 blindés, de 6 avions de chasse, de 3 drones et d’une dizaine d’avions de transport. Leur mission, en partenariat avec les pays du G5, consiste à poursuivre la lutte contre les groupes armés terroristes.

Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »
Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »Mali : « Relève terminée du dispositif français sur la zone de crash du vol AH5017 »
Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:50
Spending that matters: the economic case for investing in Europe’s Defence Industry


Brussels - 28 July, 2014 European Defence Agency
 

Defence plays a pivotal role in promoting internal and external security, maintaining peace, stability and prosperity, and protecting personal freedom and our way of life.  However, defence spending also has several macroeconomic benefits.  A recent study commissioned by the European Defence Agency (EDA) outlines the advantages of investing in the European defence industry in terms of economic benefits, employment and sustainment of research and development capabilities.
 

What is the real effect of today’s pressure on national defence budgets?  A recent Agency study sought to answer this precise question. Some of its conclusions are revealing: for example, for each €100m cut in EU defence expenditure, there is a €150m fall in EU gross domestic product (GDP), and a €40m fall in EU tax revenues. However, the consequences of such cuts extend far beyond the pure economical realm. The study, which was conducted by British consultancy firm Europe Economics, also highlighted that a similar €100m cut in defence spending would translate into the loss of about 3.000 jobs, 800 of which would be high-skilled. 

 

Greater impact.

In some key dimensions, the overall macroeconomic benefit of investing in the defence sector may exceed that of investing in other domains. For instance, the study confirmed that defence investments have a far great impact on highly-skilled employment and research and development, hence potentially leading to a long-term GDP growth rate. The results of the study estimated that the impact is 12 to 20 times greater than that generated by other forms of public spending.

Of equal importance is the fact that defence R&D creates a “spillover” of technologies to the civil sector.  This often significant “spillover”, means that investing in defence R&D is essential to the emergence of breakthrough technologies which has a knock on benefit in other areas eg civil aircraft market.

More generally, the study demonstrated that the macroeconomic impact of investment in the defence sector is greater at EU level than at the national level, because of the inherent “Europeanised” nature of the defence industry. 

 

Case studies.

The study also reviewed a number of case studies to try and quantify the micro-economic impact of several acquisition programs in the EU, like fighter aircraft. It confirms, for instance, that programmes such as Eurofighter or Rafale helped EU companies to acquire the competitiveness they enjoy today on the commercial aircraft market.  Another example is the Leopard 2 main battle tank programme which was launched in the last years of the Cold War.  It enabled the German Army to equip its cavalry regiments with a highly capable system, at a cost that was 45 per cent lower than the next best alternative. 

This was the first study which looked at the EU as a whole; previous efforts were focused only at national level.  It demonstrates tangible rationale to support investment in the European defence industry, confirming that there are considerable opportunities to increase the efficiency of European collaborative programmes and at the same time European economic prosperity.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:50
EDA Biological Reconnaissance and Defence Workshop


Warsaw - 22 July, 2014 European Defence Agency
 

A total of 40 participants from ten EU Member States (CZ, DE, ES, FR, HU, IT, NL, SE, PL, PT) and NO participated in the workshop in order to discuss Biological Reconnaissance and Defence, on the 9 and 10 July, Warsaw, Poland.

 

Biological threats are the most complex area of Chemical, Biological, Radiological and Nuclear (CBRN) defence. Addressing the need for effective means of detection, identification and monitoring for this type of threats, EDA is conducting a significant number of projects.

The biological workshop aimed to present the on-going work and the connections of the different projects, under EDA R&T and Capabilities/Armaments domains.

A system approach to the future Biological Defence capability is under development, integrating individual soldier protection, non-specialist units (tactical area protection), specialist units (operational area protection) and system integration.

Also, participating Member States presented their national biological programmes, on-going projects, developments and future expectations concerning the Biological challenge.

It was clear among participants that Biological issues are an important concern among Member States and that EDA forum is a good place for discussion and to find new opportunities for cooperation.

HU and PL enriched the workshop with live demonstrations and allowed participants to visit their 2nd generation Biological Laboratories

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:50
Rheinmetall lance un Avertissement sur résultats, empêché d'exporter en Russie

 

07.08.2014 Romandie.com (AWP)

 

Berlin (awp/afp) - Le groupe allemand de défense et automobile Rheinmetall a revu en baisse jeudi ses prévisions de résultats pour cette année, prenant acte du blocage par Berlin d'un gros contrat avec la Russie.

 

Le chiffre d'affaires des activités défense s'établira aux alentours de 2,3 milliards d'euros, a prévenu Rheinmetall dans un communiqué, au lieu des 2,5 à 2,6 milliards d'euros escomptés jusqu'ici.

 

Le bénéfice d'exploitation de la division ressortira entre 65 et 75 millions d'euros, contre une précédente fourchette de 85 à 95 millions d'euros.

 

En début de semaine le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel a retiré à Rheinmetall l'autorisation de vendre à la Russie un centre d'entraînement et de formation militaire, évalué par la presse allemande à 100 millions d'euros.

 

"Rheinmetall travaille intensément à limiter au maximum le dommage financier, en mettant à profit toutes les possibilités juridiques à sa disposition", précise le communiqué. Rheinmetall pourrait notamment réclamer à Berlin une indemnisation pour le préjudice subi.

 

Le groupe a également ajusté à la baisse ses prévisions dans son autre grand secteur d'activité et plus grosse source de revenus, les équipements automobiles, du fait de l'apport d'un pan de ses activités à une coentreprise avec un partenaire chinois.

 

Le chiffre d'affaires du groupe dans son ensemble est désormais attendu entre 4,6 et 4,7 milliards d'euros, et non plus entre 4,8 et 4,9 milliards, et la fourchette de prévision du bénéfice d'exploitation a été abaissée à 200 à 220 millions d'euros (contre 230 à 250 millions).

 

Au premier semestre, Rheinmetall a dégagé un chiffre d'affaires de 2,13 milliards d'euros et un bénéfice d'exploitation de 30 millions d'euros, selon des chiffres publiés jeudi.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:45
Les Etats-Unis vont aider à la création d'une force africaine de réaction rapide

 

07 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les Etats-Unis vont accélérer leur aide à six pays en Afrique pour leur permettre de mieux assurer leur sécurité et vont en aider six autres à créer une force de réaction rapide de maintien de la paix, a annoncé mercredi Barack Obama.

 

Le président Obama, qui clôture trois jours d'un sommet USA-Afrique avec une quarantaine de ses homologues, a souligné qu'il s'agissait de resserrer notre coopération en matière de sécurité pour mieux faire face à des menaces communes comme le terrorisme ou le trafic d'êtres humains.

 

Le Kenya, la Tunisie, le Mali, le Nigeria, le Niger et le Ghana vont bénéficier d'un nouveau plan d'aide de Washington pour mieux garantir leur sécurité.

 

Il s'agira notamment d'aider ces pays à continuer à mettre sur pied des forces de sécurité solides et professionnelles qui puissent les aider à assurer eux-mêmes leur sécurité, a dit le président.

 

Les Etats-Unis vont s'appuyer sur des pays qui ont déjà fait leurs preuves en matière de maintien de la paix --le Ghana, l'Ethiopie, le Sénégal, la Tanzanie, le Rwanda et l'Ouganda-- pour bâtir une force d'intervention rapide de maintien de la paix sur le continent africain, a aussi annoncé le président.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:45
Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Dine, réapparaît et menace la France

 

07-08-2014 par RFI

 

Après des mois de silence, Iyad Ag Ghali refait surface. Pour la première fois, il s'exprime dans une vidéo mise en ligne le 29 juillet sur les réseaux jihadistes. Le leader du groupe jihadiste Ansar Dine, à l'origine de l'attaque de Konna, dans le nord du Mali, qui avait provoqué l'intervention Serval en janvier 2013 y pointe son ennemi : l'Etat français.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories