Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:30
Liban : Visite du général Chapa, commandant le secteur Est de la FINUL

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 17 juillet 2014, le général espagnol Chapa, commandant le secteur Est de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu sur le camp français de Dayr Kifa, auprès de la Force Commander Reserve (FCR).

 

Le général Chapa a rencontré les éléments français mandat XXI de la FCR, déployés depuis le mois de mars à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman. A cette occasion, les militaires du contingent français lui ont présenté les capacités militaires de la force, et les moyens uniques dont dispose la FCR au sein de la FINUL. Cette visite a permis de renforcer la connaissance mutuelle de la FCR et du secteur Est, mais également d’entretenir la coordination des actions dans le cas où la FCR devrait intervenir au profit des bataillons du secteur.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL), tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints, et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Les militaires français y sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, et agissent au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Liban : Visite du général Chapa, commandant le secteur Est de la FINUL
Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:20
US Army to Get New IED Detector Technology

Sandia National Laboratories' highly modified miniature synthetic aperture radar system is being transferred to the U.S. Army to support combat military personnel by uncovering improvised explosive devices. (Photo courtesy of Sandia National Laboratories)

 

04 August 2014 techbriefs.com

 

Detecting improvised explosive devices in Afghanistan requires constant, intensive monitoring using rugged equipment. When Sandia researchers first demonstrated a modified miniature synthetic aperture radar (MiniSAR) system to do just that, some experts didn't believe it. But those early doubts are long gone. Sandia's Copperhead — a highly modified MiniSAR system mounted on unmanned aerial vehicles (UAVs) — has been uncovering IEDs in Afghanistan and Iraq since 2009. Now, according to senior manager Jim Hudgens, Sandia is transferring the technology to the U.S. Army to support combat military personnel.

 

The new technology was developed with the Defense Department's Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization (JIEDDO); the U.S. Army Engineer Research and Development Center/Cold Regions Research and Engineering Laboratory (CRREL); the Naval Air Systems Command (NAVAIR); Johns Hopkins University's Applied Physics Laboratory; the Naval Research Laboratory; and Florida-based force protection company AIRSCAN.

 

Read full article

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:20
Le constructeur du F-35 Lockheed Martin reste année après année le meilleur vendeur d'armes de la planète

Le constructeur du F-35 Lockheed Martin reste année après année le meilleur vendeur d'armes de la planète

 

05/08/2014 Michel Cabirol- LaTribune.fr

 

Année après année, l'américain reste toujours au sommet des groupes de défense. Thales entre dans le top dix, en se plaçant au 9e rang mondial, selon le classement annuel dévoilé lundi par le magazine américain "Defence News".

 

Indéracinable Lockheed Martin... Depuis l'an 2000, le groupe américain a toujours gardé la première place du classement annuel des groupes de défense dévoilé lundi par le magazine américain "Defence News". En 2014, le constructeur de l'avion de combat F-35 a encore très facilement repoussé ses poursuivants, notamment Boeing (32 milliards de dollars de ventes dans la défense en 2013) et le britannique BAE Systems (28 milliards de dollars), qui complètent le podium, en affichant un chiffre d'affaires 2013 dans la défense de 40,49 milliards de dollars. Une activité pourtant en baisse de près de 10 % par rapport à 2012.

Pour compenser la baisse de ses activités de défense, Lockheed Martin est entré sur le marché civil dans des domaines comme la gestion de trafic aérien, la formation et la simulation dans l'aéronautique, l'énergie... Basé au Maryland, le groupe a ainsi pu compenser la chute de son chiffre d'affaires dans la défense entre 2012 et 2013 (plus de 4,3 milliards de dollars). Au total, les ventes globales de Lockheed Martin ont seulement baissé de 1,8 milliard de dollars. Aujourd'hui le groupe américain ne réalise plus que 89 % de son chiffre d'affaires dans la défense, contre plus de 95 % en 2013 et 2012. En 2000, la défense ne représentait que 63 % de son chiffre d'affaires global.

 

Thales dans le "Top Ten"

Curieux paradoxe. Alors que le PDG Jean-Bernard Lévy veut orienter son groupe vers les activités civiles en raison de la baisse des budgets de défense des pays matures, Thales est revenu en 2014 dans le "Top Ten" des groupes de défense. Un classement inédit depuis 2007, année où Denis Ranque était encore à la tête du groupe d'électronique. Avec près de 11 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans la défense (soit 56,30 % de ses ventes globales), le groupe français se classe à la neuvième place du classement des 100 premiers groupes de défense.

Il est bien sûr devancé par Airbus Group (7e rang), qui lui aussi se réoriente vers le civil. Le groupe européen, basé aux Pays-Bas, a réalisé 16,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans la défense sur un total de 81,1 milliards. Deux fois moins que son rival américain Boeing, qui a enregistré 32 milliards de ventes dans le militaire. A noter la bonne performance du groupe naval DCNS qui entre dans le "Top 20" de ce classement avec un chiffre d'affaires de 4,6 milliards de dollars (16e rang). Ce qui n'est pas son meilleur classement (14e en 2003). Safran (23e), qui gagne deux places par rapport à 2013 (25e), Dassault Aviation (50e, contre 55e en 2013) et Nexter (63e, contre 70e en 2013) complètent les groupes français dans le Top 100 de ce classement de "Defence News".

 

Six américains dans les dix premiers

Ce n'est pas une surprise. Mais pour ceux qui ont envie de baisser la garde en Europe, cela rappelle un peu plus l'hégémonie des Etats-Unis sur le marché mondial des ventes d'armes, une activité de souveraineté nationale par excellence. Six groupes américains - Lockheed Martin (1er), Boeing (2e), Raytheon (4e), Northrop Grumman (5e), General Dynamics (6e) et United Technologies (8e) - sont parmi les dix plus grands groupes mondiaux de défense. Et parmi les 20 premiers, ils sont treize : outre les six premiers, L-3 Communications, Huntigton Ingalls Industries (construction navale), Honeywell, Textron, Booz Allen Hamilton (SSII), General Electric et Exelis (conglomérat).

Seuls quatre groupes européens parviennent à concurrencer les Américains dans les dix premiers groupes mondiaux de défense : BAE Systems (3e), Airbus Group (7e), Thales (9e) et enfin l'italien Finmeccanica (10e), qui a régressé de deux places entre 2014 et 2013. En outre, le Russe Almaz-Antey (systèmes de défense aériens, électronique) se glisse à la 12e place, le motoriste britannique Rolls-Royce à la 14e et DCNS à la 16e.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:55
 «Si nous ne maîtrisons pas le cyberespace, nous ne maîtrisons aucune capacité opérationnelle».

 

28 Juillet 2014 Propos recueillis par LV Colomban Errard - Marine nationale

 

La cyberdéfense est l’une des priorités du nouveau Livre Blanc. Il est aujourd’hui indispensable de faire évoluer les unités de la Marine en cohérence avec  des systèmes d’information toujours plus durcis. La mise en place du « Pacte Défense Cyber » regroupant 50 mesures permettra une meilleure protection et une meilleure défense. 

 

Contre-amiral Arnaud Coustillière, Officier général cyberdéfense, État-major des armées

Contre-amiral Arnaud Coustillière, Officier général cyberdéfense, État-major des armées

 

Amiral, pouvez-vous définir le cyberespace et la cyberdéfense ?

Comme la mer ou le domaine aérospatial, le cyberespace est un espace à part entière, avec l’ensemble de ses attributs juridiques, humains, organisationnels… La cyberdéfense, c’est l’art de se défendre et de combattre dans cet espace. Cela exige donc à la fois une connaissance fine et une expertise de cet espace, comme le rassemblement d’un renseignement d’intérêt ciblé. La cyberdéfense est l’une des principales priorités du nouveau Livre Blanc de la défense et de la Loi de programmation militaire, dans laquelle le ministre s’est très fortement engagé. Il nous a ainsi demandé de préparer une « Pacte Défense Cyber », plan stratégique complet et concret au profit des forces.

 

Comment ce pacte se met-il en œuvre ?

Première manifestation de ce pacte, le ministre a décidé de déployer en Bretagne un pôle d’excellence en cyberdéfense. En 2016, une partie du Centre d’analyses en lutte informatique défensive (CALID) - actuellement implanté à Paris - y sera déployée. Le Centre passera d’une cinquantaine de personnes à l’heure actuelle à cent-vingt en 2018. Le CALID est le principal bras armé de la cyberdéfense. Il en assure le volet défensif.  Le volet offensif, pour sa part, ne fera l’objet ici d’aucune publicité. Il est pris en compte dans toutes les planifications des opérations militaires. C’est une capacité qui monte en puissance.  

 

Comment s’organise la cyberdéfense ?

Dans la cyberdéfense, il y a trois niveaux. Le niveau des experts, forts de processus, d’outils et de méthodes particuliers, qui traquent les attaques complexes. Le niveau des opérateurs des systèmes, comme la Marine ou la DIRISI, qui mettent en œuvre des systèmes et les protègent des attaques courantes. Et enfin, le niveau des utilisateurs, qui sont les plus proches du système au quotidien et dont le niveau de vigilance doit être élevé pour éviter d’être complices, souvent à leur insu, des attaquants.

Les systèmes sont de plus en plus connectés et constituent des espaces attaquables pour des organisations malveillantes

 

Comment peut-on défendre un espace aussi vaste et complexe ?

Il y a un « petit bout de cyberespace » à défendre dans toutes les unités et dans toutes nos activités. Partout où il y a de l’informatique et des échanges de données, nous sommes en présence d’un espace attaquable, qu’il faut apprendre à défendre. Si nous ne maîtrisons pas le cyberespace, nous ne maîtrisons aucune capacité opérationnelle. Il est impensable de conduire une opération ou de faire bouger une de nos unités en sécurité si ses systèmes informatiques ne sont pas fiables. La Marine est l’armée la plus exposée aux attaques informatiques en ce qu’elle concentre à la fois une composante aérienne, des forces spéciales, des unités en mer ou sous la mer et des infrastructures portuaires à terre. Les nouvelles frégates à équipage optimisé ont poussé de façon très importante l’automatisation de tous les systèmes. Il s’agit d’un apport très bénéfique, mais qui présente une exposition qui doit être maîtrisée. De plus, le propre des unités de la Marine est d’être déployées. Nous devons donc être capables d’intervenir à distance ou en projetant des équipes d’intervention constituées de spécialistes.

 

Comment les marins doivent-ils aborder ce domaine ?

Il y a beaucoup de similitudes entre le cyberespace et le monde de la mer. C’est un monde en perpétuel mouvement, qui comporte des souverainetés variables et où l’on s’intéresse aux flux. Le marin est habitué à intégrer toutes ces dimensions dans sa vie opérationnelle, il présente donc des aptitudes favorables pour appréhender toute la complexité du cyberespace.

La cyberdéfense est une véritable chaîne qui s’ajoute aux autres…

Je dispose de relais au sein de chacune des armées. Il existe une autorité cyber marine au sein de l’état-major de la Marine, des relais au sein des états-majors des forces ainsi que dans les différentes unités de la Marine. Le ministre a d’ailleurs institué une journée de la cybersécurité dans la semaine du 29 septembre au 3 octobre. Chacune des unités mènera une réflexion sur les types de menaces et les risques spécifiques auxquels elle peut être confrontée en fonction de ses missions.

 

Comment fonctionnent les attaques et les réponses des cyber défenseurs ?

Il faut sans cesse travailler à repérer les faiblesses et comme dans tous les autres domaines, les corriger. En matière de cyberdéfense, les outils ne font pas tout. Un attaquant va essayer de se cacher dans vos réseaux, comme un sous-marin se cache derrière le bruit des crevettes. Les nouveaux métiers de la cyberdéfense sont des métiers d’enquêteurs. Ce sont des sortes « d’oreilles d’or », des « hackers éthiques » avec des outils informatiques performants qu’ils doublent d’une analyse éclairée. Notre adversaire, ce sont des organisations malveillantes qui s’adaptent, font preuve d’imagination, ont étudié notre organisation, recherché nos faiblesses, se sont introduits dans nos systèmes, réagissent à nos actions. Une vraie logique de guérilla.

 

Quels profils recrutez-vous et comment formez-vous vos spécialistes ?

Le domaine de la cyberdéfense est en plein développement. Le nombre d’expert est très fortement augmenté et sur le périmètre des armées ce sont 350 postes qui sont créés d’ici 2019, dont 200 pour le volet défensif. Les moyens financiers sont quant à eux multipliés par trois par rapport à ceux de 2011 (R&D, équipements, services). Avec les ressources humaines, nous travaillons à établir de nouvelles formations de très haut niveau et à muscler les formations généralistes actuelles.

Nous avons besoin de toutes les cultures et de toutes les spécialités. Je suis entouré par exemple d’experts juridiques, du renseignement, des opérations, des médias. Ou encore de psychologues, de spécialistes de la guerre électronique, d’experts de la propulsion des navires ou des systèmes de direction de combat. 25% des militaires qui servent dans le domaine de la cyberdéfense sont des marins.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:55
Le général Bosser, chef d'état-major de l'armée de terre, et les autres nominations de juillet

 

04.08.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord


Pour ceux qui, comme moi, étaient en vacances en juillet, complètement déconnectés de l'actualité de Défense (difficile mais possible), voici un petit résumé des principales nominations dans la hiérarchie militaire, publiées au Journal officiel du 16 juillet.

Avec en point d'orgue, la confirmation du nom du nouveau chef d'état-major de l'armée de terre, le général Jean-Pierre Bosser...

 

Le général d'armée Jean-Pierre Bosser prendra son rang de CEMAT le 1er septembre en remplacement du général Bertrand Ract-Madoux, qui passe en 2e section. Le général Bosser était depuis décembre 2012 DPSD, directeur de la protection et de la sécurité de la défense, un poste extrêmement sensible. C'est un para-colo d'origine. Il fut chef de section du 8e RPIMa de Castres, avant d'en devenir le chef de corps, puis de commander la 11e brigade parachutiste. Devra-t-il fermer le 3e RPIMa ?

 

Autres nominations notables...

 

Armée de terre : général de corps d'armée Arnaud Sainte-Claire Deville commandant des forces terrestres, général de division Michel Yakovleff vice-chef d'état-major du GQG de l'OTAN, général de corps d'armée Bertrand Houitte de la Chesnais major général de l'armée de terre, général de corps d'armée Jean-François Hogard directeur de la protection et de la sécurité de la défense, général de division Jean Maurin commandant de la Légion étrangère.

Marine nationale : vice-amiral d'escadre Charles-Edouard de Coriolis chef de la représentation militaire auprès du comité militaire de l'Union européenne et chef de la mission militaire de la représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne, idem auprès de l'OTAN, vice-amiral d'escadre Arnaud Tarlé major général de la marine, vice-amiral d'escadre Louis-Michel Guillaume commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique.

Armée de l'air : général de brigade aérienne Philippe Montocchio commandant des forces françaises stationnées à Djibouti.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:50
Le groupe de défense allemand Rheinmetall construit notamment le Char Leopard 2

Le groupe de défense allemand Rheinmetall construit notamment le Char Leopard 2

 

04/08 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort - lesechos.fr

 

Un contrat militaire de 100 millions d’euros a été stoppé ce lundi par Berlin. Le recul des exportations allemandes vers la Russie semble s’amplifier.

 

Cette année, le groupe de défense allemand Rheinmetall entendait livrer un simulateur de tir au laser à un centre de formation militaire, en construction à Moulino, dans le centre de la Russie. Le contrat, signé en juin 2011, était estimé à 100 millions d’euros. Il s’est envolé ce lundi après que le gouvernement allemand ait décidé de le torpiller, en application aux sanctions contre Moscou décidées à l’échelle européenne la semaine dernière sur fond de crise en Ukraine.

 

La Russie a réagi, en déclarant avoir l’intention d’attaquer l’entreprise de Düsseldorf pour « violation de contrat ». Rheinmetall dit quant à elle poursuivre la discussion avec Berlin. Une chose est sûre, cette affaire ne sera pas le seul exemple des tensions affectant les relations commerciales germano-russes.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:50
Coopération franco-suisse : préparation du sommet de l’OSCE

 

23/07/2014 CNE François Nolot - Armée de l'air

 

Dans le cadre des accords transfrontaliers franco-suisses, le général Caspar-Fille-Lambie, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (COMDAOA), s’est rendu sur les bases aériennes suisses de Sion et Meiringen les 2 et 3 juillet 2014 sur invitation de son homologue, le divisionnaire Bernhard Müller, chef d'engagement des Forces aériennes.

 

A l’instar du sommet international sur la Syrie qui s’est déroulé à Montreux début 2013, l’objectif de ce déplacement du COMDAOA a vocation à préparer, au titre de la coopération franco-suisse, le volet sûreté aérienne du prochain sommet de l’organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En effet, cette réunion de niveau internationale aura lieu en décembre prochain à Bâle au nord-ouest de la Suisse. Cette ville est frontalière avec la commune de Saint-Louis (Haut-Rhin) et à ce titre, l’armée de l’air française contribuera à renforcer la posture permanente de sûreté côté français, durant toute la durée du sommet. A l’occasion de ce déplacement organisé par la délégation suisse, le divisionnaire Müller a proposé au général Thierry Caspar-Fille-Lambie d’effectuer un vol à bord d’un Pilatus PC 21, avion de formation et d’entrainement des pilotes de chasse suisses.

Toujours dans le cadre de la préparation du sommet de l’OSCE, le divisionnaire Müller a été convié par le COMDAOA à se rendre, le 9 juillet, au centre national des opérations aériennes de Lyon Mont-Verdun. Il a pu ainsi assister à la validation du dispositif particulier de sûreté aérienne, mis en œuvre sur Paris et la région parisienne lors de la cérémonie du 14 Juillet.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:45
Vaste opération algéro-tunisienne en vue pour "éradiquer" les terroristes à Châambi

 

02/08/2014 Par Hebba Selim - HuffPost Algérie 

 

L’Armée algérienne est en guerre contre les terroristes "en Tunisie". C'est ce qu'affirme Akram Kharief qui tient un site, Secret Difa3 (secret défense), très bien informés sur les questions de défense et d'armement au Maghreb.

 

L'armée algérienne, indique-t-il dans un article posté hier, déploie actuellement 8000 hommes dans la bande frontalière algéro-tunisienne en vue de mener une opération conjointe avec 6000 soldats tunisiens pour "éradiquer" les foyers terroristes au mont Châambi et dans tout tout l’arrière-pays de Kassrine, dans l’Ouest tunisien.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:45
Egyptian BTR-50 upgrade nears completion

 

04 August 2014 by Oscar Nkala - defenceWeb

 

The head of the Belarusian defence group Minotor-Service, contracted to upgrade 500 ageing BTR-50 tracked Armoured Personnel Carriers (APCs) belonging to the Egyptian Army, says the company is left with only 20 vehicles to modify before it completes refurbishment work.

 

Minotor-Service director-general Valery Hrabenshchykow was quoted by local media on July 12 revealing that the company was on the verge of fulfilling the terms of the $100 million upgrade contract for nearly half of the Egyptian Army's estimated 1000 Soviet-era BTR-50 APCs.

 

The upgrade work is believed to focused on converting the BTR-50 to the new BTR-50PKM model which comes with improved fire-power, increased combat capabilities, reduced fuel consumption, an increase in the power-to-weight ratio and new day and night sensors.

 

The BTR-50 PKM model has a top-speed of 100 km/h on a paved road, 70 km/h on unpaved roads and a power-to-weight ratio of 20.7 horsepower per tonne.

 

Hrabenshchykow also announced that his company is bidding to conduct major upgrade work on an unspecified number of the Egyptian Army's Czechoslovakian OT-62 APCs. Reports indicate that Egypt wants to upgrade at least 200 OT-62 at a cost of $50 million. In July 2012 it was reported that the Malyshev Plant in the Ukraine was to begin modernising an estimated 200 OT-62 APCs but it is not clear what the status of this contract is.

 

The OT-62 Topas (tracked armoured personnel carrier) was developed jointly by Poland and Czechoslovakia in the 1950s and 1960s. The amphibious vehicle has a speed of 60 km/h on land and 10 km/h in water and can carry 15-18 troops.

 

Egyptian OT-62 were used in the Six Day War with Israel (1967), during the War of Attrition (1968-1970) and the Yom Kippur War (1973), when they were highly effective in crossing the Suez Canal. Some were captured by the Israel Defence Forces and commissioned into service.

 

Both models of APCs were ordered from the former Soviet Union bloc in the 1960s and were used extensively in combat operations by the Egyptian Army during the 1973 Arab-Israeli war.

 

The Egyptian Army is re-equipping itself to deal with new anti-government Islamic militant groups which are based in the restive Sinai Peninsula and have of late spread their operations to various cities including the capital Cairo.

 

The new government of former coup leader General Abdel Fatah El-Sisi blames the Muslim Brotherhood party of deposed president Muhammad Morsi of sponsoring the unrest which has killed scores of army and police officers in bombings, rocket attacks and ambushes.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:35
Gripen Makes Its Debut In Australia


05.08.2014 Saab Group
 

Gripen entered a new continent when the Royal Thai Air Force, RTAF, dispatched six of its twelve JAS 39 Gripen to the exercise Pitch Black 2014 in Australia, beginning 1 August and ending 22 August.

The Pitch Black exercise is held in a vast area in Northern Australia with Royal Australia Air Force (RAAF) Base Tindal as the main base, together with RAAF Base Darwin. 

All six RTAF Gripen left its base Wing 7 at Surat Thani in Thailand on July 29, with scheduled stops at Singapore and Bali before its arrival at RAAF Base Darwin on July 30. 

Seven countries take part in the exercise – the host RAAF, Royal New Zealand Air Force, the Republic of Singapore Air Force (RSAF), the United States Air Force (USAF), RTAF, United Arab Emirates Air Force and the French Armed Forces in New Caledonia. 

Over 110 aircraft and 2,300 personnel from Australia, the US, New Zealand, Singapore, Thailand, the United Arab Emirates and France are due to take part in the exercise, among them a range of fighter aircraft. The RTAF Gripen are joined by F-18 A Hornet and F-18 F Super Hornet from RAAF, F/A 16 from USAF, F-16 Falcon and F-15 SG Eagle from RSAF and Mirage 2000-9 from the United Arab Air Force. 

Besides a fighter fleet, several support aircraft play important roles during the exercise, for example tankers like the KC-135 Stratotanker and KC-30 Multirole Tanker. Two AEW aircraft join as well, one Gulfstream 550 Conformal Airborne Early Warning aircraft from RSAF and one Wedgetail Airborne Early Warning and Control (AEW&C) aircraft from RAAF.  

During Pitch Black 2014 participants will conduct Offensive Counter Air and Defensive Counter Air missions, launched from RAAF Bases Darwin and Tindal. Exercise participants will utilise the Delamere Range Facility and Bradshaw Field Training Area.

Mission scenarios will progressively become larger and more complicated through the course of the exercise, requiring mission commanders to factor in a variety of air combat roles.

You can read more on the official website of Exercise Pitch Black 2014 here
 

 

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:55
Largage des parachutiste par un équipage de l'escadron de transport "Bearn"

Largage des parachutiste par un équipage de l'escadron de transport "Bearn"

 

22/07/2014 Armée de l'air

 

Les aviateurs de l’escadron de transport 1/64 « Béarn » de la base aérienne 105 d’Évreux effectuent actuellement une période de formation professionnelle, au cours de laquelle ils doivent réaliser un maximum de vol d’instruction. Les 17 et 18 juillet 2014, ils ont réalisé différentes missions de largage en ouverture automatique, au profit des commandos parachutiste de l’air n°20 (CPA 20).

 

Divisés en groupe de huit (cinq membres d’équipages et trois membres de largage), les aviateurs ont embarqué à bord d’avions d’alerte de la base aérienne 105 d’Évreux. Ils ont effectué plusieurs sauts de jour comme de nuit, sur la drop-zone (zone de saut) de la base. Non utilisé depuis les années 90, le terrain, à nouveau homologué, permet aux aviateurs de décoller, de sauter et d’atterrir sur la base aérienne d’Évreux avec uniquement des avions d’alerte, rendant l’exercice plus réaliste. Forte de son succès, avec 70% de réussite, la mission sera renouvelée en dehors des périodes d’instruction.

 

Zoom sur le saut en ouverture automatique

 

À 1000 pieds (300 mètres), l’équipage donne le « vert » signifiant aux parachutistes qu’ils peuvent sauter. Relié à l’avion par un câble, le parachutiste, qui porte sur son dos son équipement, est lui-même accroché à une sangle. Lors du saut, la sangle se tend et sort le parachute. Sous la pression, elle casse, permettant au parachute de se déployer.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:45
photo EMA

photo EMA

 

02 Août 2014 par Véronique Barral

 

L'opération Barkhane, présentée par François Hollande lors de sa visite au Tchad est officiellement lancée ce 1er août à Ndjamena. Dirigée par le général Palasset, la nouvelle force militaire française a installé son état-major dans la capitale tchadienne. En partenariat avec les pays du G5 Sahel, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, l'opération a pour objectif d'élargir à toute la région sahélienne l'action contre les mouvements jihadistes et de déployer une nouvelle stratégie pour la lutte anti-terroriste.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:45
En Libye et en Tunisie, l’Algérie s’en va en guerre?

 

01.08.2014 secretdifa3.com

 

Déjà impliquée, parfois directement, dans le conflit libyen et dans la lutte anti-terroriste en Tunisien, l’Algérie semble “enfin” vouloir assumer un semblant de rôle de puissance régionale, en envoyant des troupes et en se préparant activement au nouveau concept de guerre anti-insurrectionnelle qui a été inauguré en Syrie et en Irak sans succès décisif pour le moment.

 

Les guérillas dites Asiatiques ne sont plus et pourtant la stratégie qu’adoptent les djihadistes en Libye et au Levant semble encore inspirée de faits d’armes orientaux, un mélange d’offensive du Têt et de la stratégie d’encerclement des villes par les Maoïstes en profitant d’un énorme réservoir d’armes, préalablement trouvé sur place ou pris à l’ennemi. Alliant à la fois la rapidité et puissance de feu, la stratégie Daachiste et celle d’Ansar Al Sharia, accorde aussi une large place à l’effet psychologique de l’expansion territoriale.

 

Les deux articles (dont un est le fait d’un auteur de Secretdifa3) permettent d’avoir une idée sur ce qui se passera probablement très prochainement aux frontières Est de l’Algérie. Comme quoi les bruits de bottes ne sont peut-être pas une vue de l’esprit.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:35
RIMPAC 2014 Retrospective

 

4 août 2014 US Navy

 

The world's largest international maritime exercise, Rim of the Pacific (RIMPAC) 2014, concluded with the participation of 22 nations, 49 surface ships, six submarines, more than 200 aircraft and 25,000 personnel in and around the Hawaiian Islands and Southern California, August 1.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:35
Afghanistan : le général Taprest a quitté Kaboul

 

21/07/2014 Sources : EMA

 

Le 19 juillet 2014, le général de division aérienne Olivier Taprest a quitté le commandement de la zone militaire de l’aéroport international de Kaboul (KAIA) et du contingent national français en Afghanistan. Le général de brigade aérienne Philippe Lavigne lui succède dans les mêmes fonctions. La cérémonie de transfert d’autorité a été présidée par le général de corps aérien Thierry Caspar-Fille-Lambie, commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (COMDAOA).

 

Le général Taprest commandait l’aéroport militaire de Kaboul depuis août 2013. Son action a permis de mener à bien les opérations aériennes, le soutien et la protection des 5 000 personnes qui servent à KAIA. Il a particulièrement veillé à assurer la formations du personnel afghan au contrôle aérien, à la sécurité incendie ou à la météorologie, permettant ainsi d’envisager la transition, dans un futur proche, de la gestion de l’aéroport aux autorités afghanes. Chargé de conduire le désengagement de la Force PAMIR, tout en maintenant notamment les actions de mentorat au profit de l’armée afghane, il a notamment organisé le regroupement de l’ensemble des militaires français sur l’aéroport international de Kaboul.

 

Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 250 militaires jusqu’à la fin de l’année 2014.

Afghanistan : le général Taprest a quitté Kaboul
Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 05:45
photos ECPAD

photos ECPAD

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Les effectifs de la force Barkhane sont de l’ordre de 3000 soldats. Cet effectif est réparti sur deux points d’appui permanents à Gao (Mali) et à N’Djamena (Tchad). Le 1er aout, le général de division Foucault a quitté le commandement de la force Serval. Le général de division Jean-Pierre Palasset lui succède dans les fonctions de commandant de l’opération Barkhane, depuis le poste de commandement interarmées de théâtre installé à N’Djamena.

 

Le 21 juillet, le général de brigade Francois de Lapresle a  pris la fonction de « Représentant du commandant de la force Barkhane au Mali ». Dès le lancement de l’opération Barkhane, il est chargé, par délégation du commandant de la force Barkhane, de faciliter la liaison et la coordination entre la force Barkhane et l’ensemble des acteurs sécuritaires au Mali, incluant les forces armées opérant sur le territoire malien : les forces armées maliennes, les forces de l’ONU (MINUSMA), celles de l’Union européenne (EUTM).

 

Les deux dernières semaines ont été marquées par le crash du vol AH5017 d’Air Algérie au sud-ouest de Gao dans la région de Gossi au Nord-Mali.

 

Le 24 juillet 2014, suite à l’annonce de la disparition de cet avion, la force Barkhane a mobilisé l’ensemble de ses moyens déployés dans la région pour la recherche de l’appareil. Une fois l’épave retrouvée, les forces françaises ont immédiatement lancé une mission de sécurisation de la zone. Près de 170 militaires français ont rejoint le secteur le 25 juillet et participent à sa sécurisation en appui des forces maliennes et de la MINUSMA. Cette sécurisation a ensuite été accompagnée d’une mission de soutien logistique des équipes d’enquêteurs français et étrangers. En coordination avec la MINUSMA, tout le fret nécessaire aux bonnes conditions de travail des enquêteurs ainsi que des vivres pour plusieurs jours (23000 litres d’eau et 2500 rations) ont été acheminés par convoi logistique depuis Gao. L’ensemble de ces actions conduites par les forces françaises a permis d’appuyer durant huit jours le bon déroulement du travail des enquêteurs sur le site de l’épave.

 

Parallèlement, au Nord-Mali, les forces françaises ont poursuivi leur mission de lutte contre les terroristes et continuent d’accompagner les forces maliennes et de la MINUSMA avec l’action des détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO).

 

Du 19 au 21 juillet 2014, le détachement de liaison et d’appui opérationnel 5 (DLAO 5) de Tessalit a appuyé une section du bataillon tchadien de la MINUSMA dans une mission de reconnaissance entre Tessalit et Aguelhok. Au cours de cette mission, le 20 juillet, deux sites de lancement de roquettes ont été découverts ainsi que sept roquettes. Le lendemain, lors d’une vérification de non-pollution, les EOD (Explosive Ordnance Disposal) ont également découvert et neutralisé une mine anti-char. Les sept roquettes ainsi que la mine ont été sécurisées et ramenées à Tessalit pour une destruction ultérieure.

 

Cette semaine, le DLAO 3 a conduit des entraînements au combat, ISTC, secourisme au combat et transmissions au profit des forces armées maliennes sur le site d’Ansongo il y a trois semaines.

 

Environ 3000 militaires français sont actuellement présents dans la bande sahélo-saharienne et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes en appui des Etats de la région.

Barkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er aoûtBarkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er aoûtBarkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er août
Barkhane - Serval-BSS : point de situation du vendredi 1er août
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 16:55
Le CEMAA vole sur Mirage 2000B

 

29/07/2014 Armée de l'air

 

Le 17 juillet 2014, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), a effectué un vol à bord d'un Mirage 2000B de la base aérienne 115 d’Orange.

 

Accueilli par le lieutenant-colonel Gauthier Dewas, commandant l’escadron de chasse 2/5 «Île de France», le général Denis Mercier a réalisé une mission d'entraînement de défense aérienne. Pour préparer ce vol, il a pu bénéficier des compétences des pilotes de l'escadron lors d'une séance de simulateur.

Loin des yeux mais près du cœur, la base aérienne 115 d’Orange est une base familière pour le CEMAA. En effet, entré à l’École de l’air en 1979, il est affecté à l’escadron de chasse 1/5 «Vendée» sur Mirage F1C en 1983. Après un passage par Dijon, il y revient en 1988 au sein de l'escadron de chasse 2/5 «Île de France» sur Mirage 2000 RDI.

 

Plus d’informations sur les missions de l'escadron de chasse 2/5 «Île de France»

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 16:45
Cellule de crise : nouvelles décisions concernant la situation aux frontières avec la Libye (Tunisie)

 

02.08.2014 shemsfm.net

 

La cellule de crise s’est réunie, samedi 2 août, sous la présidence du Premier ministre, Mehdi Jomâa, et en présence des ministres de l’Intérieur, de la Défense Nationale, des Affaires Étrangères, de la Justice, du Transport, des Affaires Sociales, de la Santé et le ministre délégué auprès du ministère de l’Intérieur.

La réunion a été consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sécuritaire et humanitaire aux frontières sud avec la Libye et à la mise en œuvre des procédures décidées antérieurement pour faire face à la menace terroriste.

A l’issue de cette réunion le Premier ministre, Mehdi Jomâa, a ordonné : 

- Le renforcement des investigations auprès des réfugiés aux postes frontaliers à Ras Jedir et Dhehiba à travers des fouilles renforcées des personnes et des bagages et la vérification minutieuse des documents présentés.

- La poursuite de la facilitation du passage des diplomates et membres des délégations diplomatiques venant de Libye à travers le poste frontalier de Ras Jedir tout en renforçant la coordination avec leurs ambassades respectives à Tunis et accélérer leur rapatriement dans leurs pays d’origine.

- Le déploiement des moyens de transport nécessaires à l’évacuation des ressortissants étrangers en coordination avec les autorités compétentes.

- L’interdiction formelle de créer des campements sur le sol tunisien et la coordination avec les organisations internationales afin des rassembler toutes les personnes du côté libyen en leur fournissant l’aide logistique et sanitaire.

- Le renforcement des postes-frontières avancés se trouvant à l’intérieur de la zone militaire fermée en fournissant les moyens matériels et humains nécessaires.

- La poursuite de l’évacuation à travers le sol tunisien des personnes nécessitant une intervention médicale toute en renforçant les mesures de fouille et de contrôle.

- La coordination avec le ministère du Transport pour fournir les moyens de transport public nécessaires à l’évacuation des réfugiés à pied vers les points de départ vers leur pays.

- La mise à disposition d’ambulances tunisiennes aux postes frontaliers pour assurer le transport des blessés et malades venant du sol libyen.

- Améliorer la gestion du flux des réfugiés entre les postes frontaliers de Ras Jedir et Dhehiba pour éviter tout encombrement.

Les membres de la cellule de crise ont indiqué que la fermeture temporaire du poste frontalier de Ras Jedir, décidée hier, a permis d’organiser et de mieux gérer le passage et des réfugiés.

Le Premier ministre a aussi ordonné d’effectuer le même jour une réunion entre la cellule de crise, les services de la banque centrale, de la douane et la direction générale des frontières et des étrangers afin de prendre les mesures nécessaires concernant la déclaration obligatoire de la devise et des objets de valeurs aux frontières.

Dans le même contexte, Mehdi Jomâa, a ordonné qu’un communiqué soit conjointement publié par les ministères de l’Intérieur et de la Défense Nationale afin de sensibiliser et mettre en garde les réfugiés contre tout refus d’obtempérer aux ordres des sécuritaires et des militaires au postes frontières.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 15:55
FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Du 29 juin au 29 juillet 2014, l’expérimentation du TIGRE version hélicoptère appui-destruction (HAD), a été réalisée sur le territoire de Djibouti, avec l’appui technique et le soutien des FFDj.

 

Cette campagne avait un double objectif. Dans un premier temps, et sous la direction du groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre (GAMSTAT) de Valence, la campagne avait pour objet de conduire, dans le périmètre d’une expérimentation technico opérationnelle (EXTO), une évaluation de cette nouvelle version du Tigre (HAD) par « temps chaud ». Djibouti, avec ses températures extrêmes et son environnement de sable et de poussière, regroupait toutes les conditions idéales pour ces évaluations.

 

Le second objectif s’inscrivait dans le cadre d’une expérimentation tactique (EXTA) menée par le 1errégiment d’hélicoptères de combat (1erRHC) de Phalsbourg. Le but étant pour les équipages de s’approprier la machine, de rédiger les procédures particulières, et de manœuvrer en conditions difficiles, afin d’atteindre une première capacité opérationnelle fin 2014.

 

La campagne s’est déroulée en trois phases : une première phase consacrée aux essais techniques de l’aéronef, une seconde dédiée à l’essai du système d’arme du Tigre, et une troisième phase d’exercices de synthèse effectués dans un cadre tactique au profit, notamment du 5e régiment interarmes d’outre-mer (5e RIAOM).

 

Tout au long de cette campagne, le détachement de l’aviation légère de l’armée de terre (DETALAT) et le groupement de soutien de la base des FFDj (GSBFFDj) ont apporté leur connaissance de l’environnement désertique et de ses spécificités aéronautiques, ainsi que le soutien logistique indispensable au détachement TIGRE pour réaliser sa mission : structures nécessaires à la mise en œuvre des hélicoptères, mais également le soutien en personnel, en spécialistes et en matériels.

 

Avec au final pas moins de 100 heures de vol réalisées par les équipages, la validation de la projection opérationnelle d’un module TIGRE (2 hélicoptères), et la réalisation d’une campagne de tirs canon, roquettes et missiles, les objectifs de ce mois d’expérimentation à Djibouti ont tous été atteints.

 

Dans le cadre des accords de défense entre la République de Djibouti et la France, les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) constituent depuis 2011 la base opérationnelle avancée française sur la côte Est de l’Afrique. Les FFDj participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Parmi leurs missions, les FFDj apportent également un soutien logistique essentiel au profit des bâtiments français et étrangers engagés dans les opérations de lutte contre la piraterie, notamment l’opération Atalante. Ce soutien concerne aussi la République de Djibouti dans le cadre de sa mobilisation contre la piraterie. Les FFDj bénéficient enfin d'une capacité d’entraînement permanente grâce notamment au centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement de Djibouti (CECAD).

FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutienFFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutienFFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien
FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:55
Challenge AFTE Crédits C. MARTINEZ

Challenge AFTE Crédits C. MARTINEZ

 

30/07/2014 J. SEVERIN - Armée de Terre

 

Du 07 au 11 juillet 2014, s’est déroulé le challenge appui feu tireur embarqué (AFTE) sur le camp de Caylus.

 

Cet évènement interarmées est organisé chaque année par le 2e escadron du 4e régiment d’hélicoptères des forces spéciales (4e RHFS) et a pris le nom, l’an dernier, du CBA Damien Boiteux, mort pour la France le 1er jour de l’opération SERVAL.

 

Neuf binômes étaient au rendez-vous, dont deux du 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1er RPIMA), auxquels se sont joints des binômes de la police nationale (RAID), de la Gendarmerie nationale (GIGN), de la Marine nationale (Alfusco), de l’armée de l’Air (CPA 10) et un binôme de forces spéciales étrangères.

 

La compétition s’est déroulée en plusieurs séquences, de jour et de nuit. Chacune d’entre elles mettait à dure épreuve les qualités techniques et tactiques inhérentes à la pratique de l’AFTE. Chaque débriefing donnait lieu à des échanges techniques et à une saine émulation au niveau des binômes. Une synthèse de toutes ces séquences sanctionnait la dernière journée et le résultat final.

 

Pour la troisième année consécutive, l’équipe du  1er RPIMA a remporté le challenge, suivie du GIGN et de la seconde équipe du 1er RPIMA. Cet événement prend un peu plus d’ampleur chaque année avec une augmentation du nombre et de la diversité des participants.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
VBCI du 1er RTir

VBCI du 1er RTir

 

01.08.2014 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Selon l'EMA, "le 1er août 2014, dans le cadre du renouvellement du parc de véhicules blindés de la force Sangaris, 2 VBCI ont été acheminé depuis le régiment de tirailleurs d’Epinal vers la base aérienne 125 (BA 125) d’Istres. Dans les jours à venir, avec 6 autres VBCI, ils seront acheminés par avion Antonov 124 vers Bangui".

 

Et l'EMA de préciser: "Le parc blindé de transport tactique sera peu à peu recomplété par la mise en place de 16 VBCI. Cette opération est destinée à déployer un parc homogène et de dernière génération. Un premier acheminement sera effectué du 5 au 11 août 2014. Un deuxième est prévu fin septembre, début octobre."

 

Bonne nouvelle, diront certains, puisque les VAB poussifs stockés en Afrique et déployés depuis décembre vont être remplacés par des blindés climatisés. D'autres s'interrogeront sur le déploiement de tels véhicules qui contredit les annonces d'amélioration de la situation locale. Au moins 22 personnes ont été tuées en Centrafrique lors de violents affrontements mercredi et jeudi entre miliciens anti-balaka et ex-rebelles Séléka à Batangafo (300 km au nord de Bangui).

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

 

02.08.2014 medias24.com

 

Le Maroc participera aux cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence (août 1944) qui se dérouleront le 15 août.

 

A cette occasion, la frégate multi-missions (Fremm) Mohammed VI, livrée par le fabricant français DCNS en janvier dernier, prendra part aux cérémonies. Le Maroc sera entouré d’autres nations à l’occasion de ces cérémonies : Etats-Unis, Grande Bretagne, Tunisie et Algérie, selon le site d’information Fréquence Sud.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
L’acquisition de trois hélicoptères Chinook par les FAR devient effective

 

 

01.08.2014  medias24.com

 

Le Maroc renforce sa flotte de Chinook, les célèbres hélicoptères militaires américains. Trois CH47D ont été confirmés jeudi soir tandis que la possible acquisition de trois autres est annoncée par la presse spécialisée.

 

Suite de l’article

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:40
Hélicoptères Mi-28N

Hélicoptères Mi-28N

 

REGION DE VORONEJ, 26 juillet - RIA Novosti

 

L'armée russe créera 10 régiments et 4 brigades d'aviation ces prochaines années, a annoncé samedi le commandant en chef de l'Armée de l'air russe Viktor Bondarev sur le polygone de Pogonovo, dans la région de Voronej.

 

"Il y aura 14 brigades et régiments dont 10 régiments d'aviation. Nos troupes comptent 10 armées interarmes dont chacune sera dotée d'un régiment d'hélicoptères. Nous avons quatre régions militaires dont chacune sera dotée d'une brigade d'aviation. Cela fait un total de 14 brigades et régiments", a indiqué le commandant Bondarev qui assiste au tournoi international de tir en avion et hélicoptère Aviadarts 2014.

 

Les régiments autonomes d'hélicoptères seront équipés d'hélicoptères Ka-52, Mi-28N, Mi-8MTV-5, Mi-8AMTCh et Mi-26. "Chaque régiment disposera de 66 hélicoptères et chaque brigade aura de 84 à 88 hélicoptères", a précisé le général.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:40
Russie: les réservistes mobilisés pour des exercices de grande envergure (Défense)

 

MOSCOU, 1er août – RIA Novosti

 

Le ministère russe de la Défense a mobilisé les réservistes dans le cadre d'exercices militaires qui se dérouleront dans tout le pays entre août et octobre, indique vendredi le ministère dans un communiqué.

 

"La formation concernant les principales spécialités militaires aura lieu pendant deux mois directement dans les garnisons et unités militaires", lit-on dans le communiqué.

 

Les exercices visent à familiariser les réservistes avec l'usage et l'entretien des nouveaux modèles d'armement et d'équipement. Parmi les spécialités concernées figurent les communications, les missiles, l'artillerie et la logistique. L'infanterie motorisée et les forces côtières de la marine sont également concernées, indique le ministère.

 

Les réservistes recevront une compensation financière. Ils seront en outre nourris, soignés, et dédommagés de leurs frais de voyage.

 

Le ministère rappelle que ces exercices ont été prévus en novembre 2013, au moment de la conception du plan de préparation des Forces armées russes pour l'année 2014.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories