Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 16:45
Cellule de crise : nouvelles décisions concernant la situation aux frontières avec la Libye (Tunisie)

 

02.08.2014 shemsfm.net

 

La cellule de crise s’est réunie, samedi 2 août, sous la présidence du Premier ministre, Mehdi Jomâa, et en présence des ministres de l’Intérieur, de la Défense Nationale, des Affaires Étrangères, de la Justice, du Transport, des Affaires Sociales, de la Santé et le ministre délégué auprès du ministère de l’Intérieur.

La réunion a été consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sécuritaire et humanitaire aux frontières sud avec la Libye et à la mise en œuvre des procédures décidées antérieurement pour faire face à la menace terroriste.

A l’issue de cette réunion le Premier ministre, Mehdi Jomâa, a ordonné : 

- Le renforcement des investigations auprès des réfugiés aux postes frontaliers à Ras Jedir et Dhehiba à travers des fouilles renforcées des personnes et des bagages et la vérification minutieuse des documents présentés.

- La poursuite de la facilitation du passage des diplomates et membres des délégations diplomatiques venant de Libye à travers le poste frontalier de Ras Jedir tout en renforçant la coordination avec leurs ambassades respectives à Tunis et accélérer leur rapatriement dans leurs pays d’origine.

- Le déploiement des moyens de transport nécessaires à l’évacuation des ressortissants étrangers en coordination avec les autorités compétentes.

- L’interdiction formelle de créer des campements sur le sol tunisien et la coordination avec les organisations internationales afin des rassembler toutes les personnes du côté libyen en leur fournissant l’aide logistique et sanitaire.

- Le renforcement des postes-frontières avancés se trouvant à l’intérieur de la zone militaire fermée en fournissant les moyens matériels et humains nécessaires.

- La poursuite de l’évacuation à travers le sol tunisien des personnes nécessitant une intervention médicale toute en renforçant les mesures de fouille et de contrôle.

- La coordination avec le ministère du Transport pour fournir les moyens de transport public nécessaires à l’évacuation des réfugiés à pied vers les points de départ vers leur pays.

- La mise à disposition d’ambulances tunisiennes aux postes frontaliers pour assurer le transport des blessés et malades venant du sol libyen.

- Améliorer la gestion du flux des réfugiés entre les postes frontaliers de Ras Jedir et Dhehiba pour éviter tout encombrement.

Les membres de la cellule de crise ont indiqué que la fermeture temporaire du poste frontalier de Ras Jedir, décidée hier, a permis d’organiser et de mieux gérer le passage et des réfugiés.

Le Premier ministre a aussi ordonné d’effectuer le même jour une réunion entre la cellule de crise, les services de la banque centrale, de la douane et la direction générale des frontières et des étrangers afin de prendre les mesures nécessaires concernant la déclaration obligatoire de la devise et des objets de valeurs aux frontières.

Dans le même contexte, Mehdi Jomâa, a ordonné qu’un communiqué soit conjointement publié par les ministères de l’Intérieur et de la Défense Nationale afin de sensibiliser et mettre en garde les réfugiés contre tout refus d’obtempérer aux ordres des sécuritaires et des militaires au postes frontières.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 15:55
FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Du 29 juin au 29 juillet 2014, l’expérimentation du TIGRE version hélicoptère appui-destruction (HAD), a été réalisée sur le territoire de Djibouti, avec l’appui technique et le soutien des FFDj.

 

Cette campagne avait un double objectif. Dans un premier temps, et sous la direction du groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre (GAMSTAT) de Valence, la campagne avait pour objet de conduire, dans le périmètre d’une expérimentation technico opérationnelle (EXTO), une évaluation de cette nouvelle version du Tigre (HAD) par « temps chaud ». Djibouti, avec ses températures extrêmes et son environnement de sable et de poussière, regroupait toutes les conditions idéales pour ces évaluations.

 

Le second objectif s’inscrivait dans le cadre d’une expérimentation tactique (EXTA) menée par le 1errégiment d’hélicoptères de combat (1erRHC) de Phalsbourg. Le but étant pour les équipages de s’approprier la machine, de rédiger les procédures particulières, et de manœuvrer en conditions difficiles, afin d’atteindre une première capacité opérationnelle fin 2014.

 

La campagne s’est déroulée en trois phases : une première phase consacrée aux essais techniques de l’aéronef, une seconde dédiée à l’essai du système d’arme du Tigre, et une troisième phase d’exercices de synthèse effectués dans un cadre tactique au profit, notamment du 5e régiment interarmes d’outre-mer (5e RIAOM).

 

Tout au long de cette campagne, le détachement de l’aviation légère de l’armée de terre (DETALAT) et le groupement de soutien de la base des FFDj (GSBFFDj) ont apporté leur connaissance de l’environnement désertique et de ses spécificités aéronautiques, ainsi que le soutien logistique indispensable au détachement TIGRE pour réaliser sa mission : structures nécessaires à la mise en œuvre des hélicoptères, mais également le soutien en personnel, en spécialistes et en matériels.

 

Avec au final pas moins de 100 heures de vol réalisées par les équipages, la validation de la projection opérationnelle d’un module TIGRE (2 hélicoptères), et la réalisation d’une campagne de tirs canon, roquettes et missiles, les objectifs de ce mois d’expérimentation à Djibouti ont tous été atteints.

 

Dans le cadre des accords de défense entre la République de Djibouti et la France, les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) constituent depuis 2011 la base opérationnelle avancée française sur la côte Est de l’Afrique. Les FFDj participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Parmi leurs missions, les FFDj apportent également un soutien logistique essentiel au profit des bâtiments français et étrangers engagés dans les opérations de lutte contre la piraterie, notamment l’opération Atalante. Ce soutien concerne aussi la République de Djibouti dans le cadre de sa mobilisation contre la piraterie. Les FFDj bénéficient enfin d'une capacité d’entraînement permanente grâce notamment au centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement de Djibouti (CECAD).

FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutienFFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutienFFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien
FFDj : Expérimentation du TIGRE HAD sur le territoire djiboutien
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:55
Challenge AFTE Crédits C. MARTINEZ

Challenge AFTE Crédits C. MARTINEZ

 

30/07/2014 J. SEVERIN - Armée de Terre

 

Du 07 au 11 juillet 2014, s’est déroulé le challenge appui feu tireur embarqué (AFTE) sur le camp de Caylus.

 

Cet évènement interarmées est organisé chaque année par le 2e escadron du 4e régiment d’hélicoptères des forces spéciales (4e RHFS) et a pris le nom, l’an dernier, du CBA Damien Boiteux, mort pour la France le 1er jour de l’opération SERVAL.

 

Neuf binômes étaient au rendez-vous, dont deux du 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1er RPIMA), auxquels se sont joints des binômes de la police nationale (RAID), de la Gendarmerie nationale (GIGN), de la Marine nationale (Alfusco), de l’armée de l’Air (CPA 10) et un binôme de forces spéciales étrangères.

 

La compétition s’est déroulée en plusieurs séquences, de jour et de nuit. Chacune d’entre elles mettait à dure épreuve les qualités techniques et tactiques inhérentes à la pratique de l’AFTE. Chaque débriefing donnait lieu à des échanges techniques et à une saine émulation au niveau des binômes. Une synthèse de toutes ces séquences sanctionnait la dernière journée et le résultat final.

 

Pour la troisième année consécutive, l’équipe du  1er RPIMA a remporté le challenge, suivie du GIGN et de la seconde équipe du 1er RPIMA. Cet événement prend un peu plus d’ampleur chaque année avec une augmentation du nombre et de la diversité des participants.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
VBCI du 1er RTir

VBCI du 1er RTir

 

01.08.2014 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Selon l'EMA, "le 1er août 2014, dans le cadre du renouvellement du parc de véhicules blindés de la force Sangaris, 2 VBCI ont été acheminé depuis le régiment de tirailleurs d’Epinal vers la base aérienne 125 (BA 125) d’Istres. Dans les jours à venir, avec 6 autres VBCI, ils seront acheminés par avion Antonov 124 vers Bangui".

 

Et l'EMA de préciser: "Le parc blindé de transport tactique sera peu à peu recomplété par la mise en place de 16 VBCI. Cette opération est destinée à déployer un parc homogène et de dernière génération. Un premier acheminement sera effectué du 5 au 11 août 2014. Un deuxième est prévu fin septembre, début octobre."

 

Bonne nouvelle, diront certains, puisque les VAB poussifs stockés en Afrique et déployés depuis décembre vont être remplacés par des blindés climatisés. D'autres s'interrogeront sur le déploiement de tels véhicules qui contredit les annonces d'amélioration de la situation locale. Au moins 22 personnes ont été tuées en Centrafrique lors de violents affrontements mercredi et jeudi entre miliciens anti-balaka et ex-rebelles Séléka à Batangafo (300 km au nord de Bangui).

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

 

02.08.2014 medias24.com

 

Le Maroc participera aux cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence (août 1944) qui se dérouleront le 15 août.

 

A cette occasion, la frégate multi-missions (Fremm) Mohammed VI, livrée par le fabricant français DCNS en janvier dernier, prendra part aux cérémonies. Le Maroc sera entouré d’autres nations à l’occasion de ces cérémonies : Etats-Unis, Grande Bretagne, Tunisie et Algérie, selon le site d’information Fréquence Sud.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:45
L’acquisition de trois hélicoptères Chinook par les FAR devient effective

 

 

01.08.2014  medias24.com

 

Le Maroc renforce sa flotte de Chinook, les célèbres hélicoptères militaires américains. Trois CH47D ont été confirmés jeudi soir tandis que la possible acquisition de trois autres est annoncée par la presse spécialisée.

 

Suite de l’article

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:40
Hélicoptères Mi-28N

Hélicoptères Mi-28N

 

REGION DE VORONEJ, 26 juillet - RIA Novosti

 

L'armée russe créera 10 régiments et 4 brigades d'aviation ces prochaines années, a annoncé samedi le commandant en chef de l'Armée de l'air russe Viktor Bondarev sur le polygone de Pogonovo, dans la région de Voronej.

 

"Il y aura 14 brigades et régiments dont 10 régiments d'aviation. Nos troupes comptent 10 armées interarmes dont chacune sera dotée d'un régiment d'hélicoptères. Nous avons quatre régions militaires dont chacune sera dotée d'une brigade d'aviation. Cela fait un total de 14 brigades et régiments", a indiqué le commandant Bondarev qui assiste au tournoi international de tir en avion et hélicoptère Aviadarts 2014.

 

Les régiments autonomes d'hélicoptères seront équipés d'hélicoptères Ka-52, Mi-28N, Mi-8MTV-5, Mi-8AMTCh et Mi-26. "Chaque régiment disposera de 66 hélicoptères et chaque brigade aura de 84 à 88 hélicoptères", a précisé le général.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:40
Russie: les réservistes mobilisés pour des exercices de grande envergure (Défense)

 

MOSCOU, 1er août – RIA Novosti

 

Le ministère russe de la Défense a mobilisé les réservistes dans le cadre d'exercices militaires qui se dérouleront dans tout le pays entre août et octobre, indique vendredi le ministère dans un communiqué.

 

"La formation concernant les principales spécialités militaires aura lieu pendant deux mois directement dans les garnisons et unités militaires", lit-on dans le communiqué.

 

Les exercices visent à familiariser les réservistes avec l'usage et l'entretien des nouveaux modèles d'armement et d'équipement. Parmi les spécialités concernées figurent les communications, les missiles, l'artillerie et la logistique. L'infanterie motorisée et les forces côtières de la marine sont également concernées, indique le ministère.

 

Les réservistes recevront une compensation financière. Ils seront en outre nourris, soignés, et dédommagés de leurs frais de voyage.

 

Le ministère rappelle que ces exercices ont été prévus en novembre 2013, au moment de la conception du plan de préparation des Forces armées russes pour l'année 2014.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:20
50 ans de chefs d’état-major de la Défense. (45eNord.ca/MDN)

50 ans de chefs d’état-major de la Défense. (45eNord.ca/MDN)

 

01 Août 2014 Général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense - 45eNord.ca

 

 «Le vendredi 1er août marque le 50e anniversaire de la création du poste de chef d’état-major de la Défense.

 

La plupart d’entre nous ont peine à s’imaginer ce que les Forces étaient avant création du poste de CEMD, à l’époque où les chefs de la Marine, de l’Armée et de la Force aérienne se disputaient le temps du ministre de la Défense nationale et où le gouvernement n’avait pas de conseiller principal pour les questions militaires.

 

C’est le rôle que mes 17 prédécesseurs ont joué depuis un demi-siècle. Ils ont été chargés d’assumer ce rôle et de veiller à ce que les Forces armées canadiennes soient prêtes à répondre à l’appel lorsque le Canada a besoin de nous. Je ne peux qu’éprouver un sentiment d’humilité lorsque je pense à tout ce qu’ont pu réaliser mes prédécesseurs, avec les forces qu’ils ont dirigées.

 

De la guerre froide à la Bosnie, de la guerre du Golfe à celle d’Afghanistan, des opérations de recherche et sauvetage aux opérations de soutien en cas de catastrophe naturelle, les Forces armées canadiennes ont toujours été prêtes lorsque les Canadiens ont eu besoin d’elles.

 

Au cours de ces années, nous avons continué à évoluer et à nous adapter aux changements qui sont survenus sur la scène internationale. Et ce travail se poursuit, comme en témoignent notamment la récente mise sur pied du Commandement des opérations interarmées du Canada et les initiatives de renouvellement de la Défense, qui ont permis de gagner en efficience. Nous appliquons les leçons que nous avons apprises en Afghanistan et en Libye et nous veillons à rester souples et promptes à réagir.

 

Comme nos liens avec les générations précédentes militaires sont renforcés par le rétablissement des titres, grades et insignes historiques, nous pouvons jeter un regard fier sur un héritage de grandes réalisations, d’excellence opérationnelle et de capacité à intervenir rapidement, héritage que nous nous employons à perpétuer.

 

Notre institution repose sur cet héritage, que mes prédécesseurs ont bâti au cours des 50 dernières années. C’est ce qui lie les Forces canadiennes d’aujourd’hui à tous ceux qui nous ont précédés et à ceux qui marcheront dans nos pas.

 

Nous continuerons à évoluer et à trouver de meilleures façons de faire les choses. Nous intégrerons du nouveau matériel lorsqu’il sera disponible et nous adapterons nos procédures au besoin. Nous le ferons pour que notre engagement à être prêt lorsque le Canada aura besoin de nous demeure à toute épreuve, comme il l’a été dans le passé.

 

C’est notre héritage et c’est notre responsabilité : lorsque notre pays aura besoin de nous, nous serons prêts.»

 

Le général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:55
«Aigle Ardent» : un exercice perçant !

 

25/07/2014 Armée de l'air

 

Du 21 au 25 juillet 2014, le commando parachutiste de l’air (CPA) n°20 et l’escadron d’hélicoptère (EH) 1/67 « Pyrénées » participent conjointement à l’exercice « Aigle Ardent » depuis la base aérienne 120 de Cazaux. L’escadron de chasse 2/30 «Normandie-Niemen » ainsi que le groupe interarmées d’hélicoptères de Villacoublay sont également au rendez-vous dans le sud-ouest de la France.

 

Ces quatre unités sont réunies pour un entraînement tactique regroupant les différents savoir-faire de leur spécialité. Le programme a débuté mardi par différentes missions amenant les CPA à s'exercer à l’aérocordage (corde lisse ou grappe) avec deux Caracal de l’EH 1/67. La journée s’est poursuivie par la prise de la plateforme aéroportuaire de Saintes (base aérienne 722), un des temps fort de l’exercice.

 

Mercredi, les différentes unités se sont entraînées à la récupération de personnel isolé ainsi qu’au tir technique et tactique. Le soir, les commandos se sont infiltrés sur le site DGA Essais de missiles* (anciennement appelé centre d’essai des Landes) pour effectuer une mission de survie en zone hostile.

 

Largage de petits colis sur marquage tactique, combat en zone urbaine ou Personnel Recovery… D’autres missions attendent les participants d’ici la fin de l’exercice !

 

*Le site DGA Essais de missiles permet de tester à la fois des engins tactiques, des missiles tactiques nucléaires (300 km de portée) et des missiles stratégiques (3 000 km de portée).

«Aigle Ardent» : un exercice perçant !«Aigle Ardent» : un exercice perçant !«Aigle Ardent» : un exercice perçant !
«Aigle Ardent» : un exercice perçant !«Aigle Ardent» : un exercice perçant !
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:50
HMS Northumberland with French Aircraft Carrier Charles de Gaulle - Corsican Lion 2012

HMS Northumberland with French Aircraft Carrier Charles de Gaulle - Corsican Lion 2012

 

 – by

 

Recently there was a guest article published on CIMSEC – which is worth a read – written by R. Adm. Thomas S. Rowden, United States (US) Navy, who discussed the future of surface warfare from a US perspective. Not only is it thought provoking, it serves to highlight the fact that while the US Navy may not be as strong at surface warfare as it once was, at least it is having the conversation about how to change that – which the North Atlantic Treaty Organisation’s (NATO) European nations do not seem to be doing.

This presents a problem because most of the anti-surface capability that Western nations are now fielding is theoretical; the capability they field is not only untested in real combat, but for most nations it is singular capability fielded from often a single platform type. There are of course exceptions to this, but even they are sometimes exceptions only on paper. Britain, for example, has the Harpoon Surface-to-Surface Missiles (SSM) on some of its surface ships (entered service 1977), Spearfish torpedoes on its submarines (entered service 1988) and, whilst at the moment having no fixed wing aircraft (the HMS Queen Elizabeth may be launching this year, but it will take time for her to work up, and currently there are no fixed wing fighters to fly from it) from which to fire Anti-Surface Missiles (ASuM), it does have Lynx helicopters armed with the Sea Skua (entered service 1975); the replacement for which is a joint British-French programme started in 2014. The others have been upgraded over time, but they are fundamentally still the same systems conceived in a very different time to take on a threat that has evolved, whilst it was assumed to be stationary.

With the fall of Soviet Russia the world was supposed to be safer. There were going to be no more threats at sea; navies could concentrate on maritime security and supporting land operations. Unfortunately for the NATO allies the rest of the world, including Russian (formerly the Soviet Union), did not agree with that idea. This has meant that while great strides have been made by Western nations in missile technology (and unmanned aviation, an area which seems to both fuel, and draw from, the developments of missiles) this has largely not been applied by them to ASuMs and SSMs. In comparison Russia, India, China and nations close to them have started to field a whole new generation of these weapons. For example, India and Russia combined to produce, what is believed to be, the world’s fastest cruise missile (Mach 3) – the BrahMos SSM. It only entered service in 2006, and yet Russia and India are already working on its successor – the hypersonic (Mach 7) BrahMos-II.

As well as this, the Chinese have a smörgåsbord collection of weapons, and are developing a habit of surprising the world with new systems on a regular basis – possibly to try to prove themselves a major power in a technological way, but also just as likely so as to emphasise their capabilities in this area as a combined coercion/deterrence strategy. Unfortunately, the theoretically equivalent Western programmes are either at the earliest stages of development or distant pipe dreams at the moment; a situation made worse by the rate the surface threat is evolving.

As stated above, it is no longer the Cold War – when it was just the Soviet Union that was the threat (although Russia is re-arming and its navy is benefiting from this) – so nations can no longer afford to just look at other nations as the threat. Although nations certainly cannot be discounted as threats because flash points are still there, and leaderships can change so quickly. Whilst warships are becoming stronger and stealthier – something which goes for weapon systems as well – there are increasing numbers of systems that enable cruise missiles to be launched from containers on merchant ships. This means that a quicker and more flexible response will most likely be needed to deal with future threats; unfortunately the available responses are still very much rooted in past requirements.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:50
Ukraine - Otan : de "nouveaux plans de défense" après "l'agression russe" ?

 

03/08/2014 Le Point.fr

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, réclame une hausse des "investissements" militaires des pays membres.

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, affirme que "l'agression russe" contre l'Ukraine justifie la préparation de "nouveaux plans de défense", souhaitant une hausse des "investissements" militaires des pays membres, dans un entretien dimanche au Midi Libre. "Nous allons renforcer des exercices militaires et préparer de nouveaux plans de défense. L'agression russe a été un signal d'alarme et a créé une nouvelle situation de sécurité en Europe", a déclaré Anders Fogh Rasmussen au quotidien régional.

 

"C'est préoccupant parce que je pense que l'ambition du président Poutine est d'établir une sphère d'influence dans le voisinage. Je vais encourager les pays de l'Otan à augmenter leurs investissements de défense. Au cours des cinq dernières années, la Russie a augmenté ses dépenses de défense de 50 %, les pays de l'Otan ont diminué les leurs de 20 % en moyenne. Ce n'est pas tenable. Il faut inverser la tendance", a-t-il ajouté.

 

Suite de l’article

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:45
Exercice «Frelon Corse» : une coopération franco-américaine à Djibouti

Un pilote de l'EC 3/11 "Corse" à bord de son Mirage entouré de deux F-18 américains de l'US Marine Corps

 

30/07/2014 Capitaine Damien Hamoir - Armée de l'air

 

Du 7 au 23 juillet 2014, les aviateurs de l’escadron de chasse 3/11 «Corse» de la base aérienne 188 de Djibouti ont participé, avec leurs homologues américains, à l’exercice «Frelon Corse».

 

Implanté sur la corne de l’Afrique, l’escadron de chasse 3/11 «Corse» a bénéficié de la présence temporaire de chasseurs américains pour organiser un exercice bilatéral. Après avoir travaillé depuis 2012, successivement avec des F-15E, F-16 et Harrier AV-8B, les Mirage 2000-5 et 2000D français se sont exercés aux côtés de quatre F/A-18A des «Black Knights» de l’US Marine Corps.

 

Durant quinze jours, les pilotes américains et français ont collaboré comme au sein d’une même unité. Les deux nations ont été amenées à préparer ensemble leurs missions de combat aérien. Les journées sont rythmées par deux vagues de missions. La première dédiée aux missions de type Basic Fight Manœuvres («un contre un») ou Air Combat Manœuvres («deux contre un» ou «deux contre deux») et la seconde aux missions complexes de Large Force Employment. Au total, 48 sorties ont été réalisées au cours de l’exercice dont 28 par les Mirage 2000 français.

 

Évoluant avec les mêmes procédures et avec la même vivacité, la mobilisation importante d’aéronefs différents démontre les capacités respectives des deux nations à contribuer ensemble. Parfaitement interopérables et aidés de la L16, liaison de données tactiques partagée entre les unités, les pilotes français et américains se sont entièrement immergés dans l’exercice. Signe d’une preuve d’amitié forte, deux F/A-18A des «Black Knights» ont participé au défilé aérien du 14 Juillet aux côtés de trois Mirage 2000 au-dessus de la base aérienne 188 de Djibouti.

 

Un Mirage 2000N, un Mirage 2000-5 et deux F-18 pour l'exercice "Frelon"

Un Mirage 2000N, un Mirage 2000-5 et deux F-18 pour l'exercice "Frelon"

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:40
Le ministère russe de la Défense lance un portail consacré au centenaire de la Première Guerre mondiale

 

01.08.2014 Par La Voix de la Russie

 

Le ministère russe de la Défense a créé un portail consacré à la Première Guerre mondiale, le lancement duquel est tombé sur son centième anniversaire. La présentation de la version pilote du site a eu lieu vendredi, indique le centre de presse de l’agence Rossiya segodniya.

 

Ce site représente une base de données interactive qui comprend des dossiers militaires (y compris russes et allemands), des fichiers personnels des soldats péris, des mémoires des commandants, ainsi que la plus grande sélection de livres écrits sur ce sujet.

 

En 2018, le site va publier environ 950 000 fichiers d'archives et un fichier comptant 7,7 millions de plaques d'identité militaires des soldats et des officiers de cette époque-là.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:35
FAPF : participation de la frégate de surveillance Prairial à l’exercice RIMPAC 2014

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Du 26 juin au 15 juillet 2014, la frégate de surveillance (FS) Prairial de la Marine nationale a participé à l’exercice maritime multinational RIMPAC 2014 (Rim of the Pacific – ceinture du Pacifique) organisé par l’US Navy à Hawaii.

 

Organisé tous les deux ans sous la direction de l'United States Pacific Command depuis 1971, cet exercice aéronaval de grande ampleur a pour but de favoriser les relations de coopération entre les marines nationales des pays présents dans l’océan Pacifique. Ces déploiements conjoints leur permettent également d’entretenir et de renforcer leur interopérabilité tout en contribuant au maintien en condition opérationnel des matériels et des hommes.

 

Durant deux semaines, les participants ont préparé, à quai, les différentes phases de l’exercice, qui comprend des opérations navales, amphibies et aériennes articulées autour d’un scénario de crise (dissuasion, intervention, sécurisation, stabilisation, phase civilo-militaire). Les différentes unités ont ensuite été déployées pour une séquence d’exercice à la mer de cinq jours.

 

Cette 24e édition de l’exercice RIMPAC a rassemblé 23 nations du Pacifique, 55 navires et sous-marins, et près de 25 000 hommes. Le Prairial avait déjà participé en 2010 et 2012 à l’exercice RIMPAC. Dotée d'équipements performants, cette frégate de surveillance (FS) fait partie du dispositif de présence française dans le Pacifique.

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:35
The submarine communication centre at INS Kattabomman

The submarine communication centre at INS Kattabomman

 

Jul 31, 2014, Rajat Pandit, TNN

 

NEW DELHI: With India planning a larger fleet of nuclear-powered submarines, which can prowl underwater for several months at a time and let loose their nuclear-tipped missiles as and when required, the Navy has acquired a new advanced facility to communicate with the silent predators.

 

The state-of-the-art very low frequency (VLF) transmitting station was commissioned at INS Kattabomman in Tirunelveli (Tamil Nadu) by Navy chief Admiral RK Dhowan on Thursday.

 

"The new facility will boost our ability to communicate with submarines, which have trailing wire antenna to pick up the coded VLF radio waves, on an uninterrupted basis throughout the year," said an officer.

 

Only a handful of nations have such a VLF capability, which is critical to pass coded orders to nuclear submarines on long-range deterrent patrols. Diesel-electric submarines have to surface every few days to get oxygen to recharge their batteries and have limited endurance due to fuel requirements.

 

Nuclear-powered submarines, armed with nuclear-tipped missiles, in turn, are considered the most effective and difficult-to-detect nuke platform since they can operate underwater at long ranges for months at end.

 

India is down to just 13 old diesel-electric submarines, barely half of which are operational at any given time, and a single nuclear-propelled submarine INS Chakra on lease from Russia without any long-range missiles.

 

But India's first three SSBNs (nuclear-powered submarines with nuclear ballistic missiles) are already being built at the secretive Ship-Building Centre at Vizag to complete the country's nuclear weapons triad - the capability to fire nukes from land, air and underwater.

 

The first, the 6,000-tonne INS Arihant, is slated to go for extensive sea trials soon after its miniature 83MW pressurized light-water reactor, which went "critical" in August last year, attains "full power" in the next couple of months. Moreover, there is an ongoing proposal to build six SSNs (nuclear-powered attack submarines, usually without ballistic missiles), as reported by TOI earlier.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 10:50
Saab completes acquisition of former TKMS AB, now Saab Kockums

 

04.08.2014 Saab Group
 

Saab has completed the acquisition of the Swedish shipyard Thyssen Krupp Marine Systems AB (TKMS AB formerly Kockums). The acquisition strengthens Saab's position as a comprehensive supplier of naval military systems. 

“For Saab Singapore this means that we will welcome the former TKMS AB employees here in Singapore to the family,” says Andes Dahl, Head of Saab Singapore.

Former TKMS AB, now Saab Kockums, will become a business unit within Saab's business area Security and Defence Solutions. Saab expects that operations will continue to be carried out in Singapore, besides the primary sites in Malmö, Karlskrona and Muskö. Saab flags were raised outside the Karlskrona shipyard and the Saab Kockums office in Malmö, Sweden to mark the acquisition.

"The acquisition is in line with our strategy to expand our offering and strengthen Saab's position in the market for naval systems. Kockums has a unique offering and a strong local presence in Sweden concerning submarines and warships. The acquisition makes us a complete supplier of naval military systems. We also see good potential to expand the company's current market position through opportunities in the export market," says Håkan Buskhe, President and CEO of Saab. 

The cost of the acquisition, which is financed by existing funds, amounted to MSEK 340. The impact of the transaction on Saab's results for 2014 is not considered to be significant.

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 07:50
Afghanistan : fermeture du laboratoire européen contre-IED de KAIA

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Le 23 juillet 2014, le laboratoire européen d’exploitation technique des engins explosifs improvisés (IED), le MNTEL (Multi National Theater Exploitation Laboratory), situé sur l’aéroport international de Kaboul (KAIA), et commandé par la France, a mis fin à ses activités.

 

Le projet de laboratoire a été initié en 2010 par l’Agence Européenne de Défense (AED) afin de faire face à la multiplication des bombes artisanales frappant les soldats de la coalition, les forces afghanes et les civils. Déployé à titre expérimental au service de la force multinationale en Afghanistan (ISAF), il a été installé sur le camp de Warehouse en 2011, avant d’être transféré sur KAIA en mars 2013. Il est le résultat d’une coopération multinationale associant 9 nations (Autriche, Espagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Suède, France). Il est commandé par la France depuis sa création, et comptait, avant sa fermeture, 5 militaires français parmi la quinzaine de militaires européens qui l’armaient.

 

Grace à son expertise en explosifs, électronique, chimique et forensique, ce laboratoire se chargeait de l’analyse et l’investigation des différents composants relatifs aux IED au profit de l’ISAF et des forces de sécurité afghanes (Afghan National Security Forces, ANSF).

Au travers de l’analyse des IED, la mission principale du laboratoire était d’avoir une meilleure compréhension du fonctionnement et de l’évolution des IED, afin de permettre l’adaptation des règles comportementales sécuritaires des forces de la coalition.

Le laboratoire était pleinement intégré à la Task-Force PALADIN, tête de chaîne de la lutte contre-IED en Afghanistan. Sa zone d’action s’étendait sur l’ensemble de la région de commandement-capitale (RC-C - Kaboul et sa périphérie).

Au terme de cette mission, les matériels du laboratoire ont été restitués aux nations qui les avaient mis à disposition. Ceux qui appartiennent à l’AED ont été transférés aux Pays-Bas.

Depuis le 1er  juillet 2014, l’évaluation de la dangerosité des composants d’IED a été transférée à l’équipe française EOD (Explosive Ordnance Disposal) de KAIA. L’exploitation technique est réalisée, dans un second temps, à la base aérienne de Bagram, vers laquelle les composants sont transférés par voie aérienne.

 

Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 250 militaires qui poursuivent la mission de l’ISAF jusqu’à la fin de l’année 2014.

Afghanistan : fermeture du laboratoire européen contre-IED de KAIA
Afghanistan : fermeture du laboratoire européen contre-IED de KAIA
Afghanistan : fermeture du laboratoire européen contre-IED de KAIA
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 07:25
FAA : manœuvres conjointes des marines française et britannique

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 29 juillet 2014, la frégate HMS Argyll de la marine royale britannique a accosté à Fort-de-France. Elle avait été rejointe dans la nuit par la frégate de surveillance (FS) Germinal qui patrouillait dans la zone. Ensemble, les deux frégates ont conduit des manœuvres d’évolution tactique, et de transmission.

 

Parmi les missions du HMS Argyll, basé à Plymouth, un volet est dédié aux opérations de lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe, domaine dans lequel la RoyalNavycoopère étroitement avec les États-Unis et la France.

 

Le soutien apporté par la base navale de Fort-de-France pour l’escale du HMS, ainsi que les interactions qui ont eu lieu avec le Germinal actuellement déployé auprès des forces armées aux Antilles (FAA) s’inscrivent dans le cadre de la coopération bilatérale franco-britannique, renforcée depuis la signature du Traité de LancasterHouse en novembre 2010. Echange d’expertise sur la lutte contre le narcotrafic, exercice favorisant l’interopérabilité entre nos bâtiments et nos équipages : autant d’actions concrètes témoignant de la volonté commune de nos deux nations d’entretenir et de développer la relation de défense franco-britannique dans cette zone d’intérêt commun.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA mènent notamment des opérations de surveillance maritime et de service public (lutte contre le narcotrafic, lutte contre les pollutions, police des pêches, sauvetage en mer). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération inter-administrations et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

FAA : manœuvres conjointes des marines française et britanniqueFAA : manœuvres conjointes des marines française et britannique
FAA : manœuvres conjointes des marines française et britanniqueFAA : manœuvres conjointes des marines française et britannique
Repost 0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 16:55
Hommage au Major Nikolic

 

 

25-07-2014 1e REG - Réf : 388 -1588

 

Alors que le régiment défilait le 14 juillet sur les champs Elysée, l'Adjudant-chef Nikolic tombait au combat sous les coups de l'ennemi.

 

Le 14 juillet 2014 l'Adjudant-chef NIKOLIC est mort au combat.

 

Alors qu'il était  en mission de surveillance à une centaine de kilomètre au nord de Gao, un véhicule piégé est venu percuter les véhicules blindés de la force.

 

L'attentat fait des ravages en blessant grièvement plusieurs militaires français parmi lesquels se trouve l'adjudant-chef Nikolic, qui décèdera quelques heures plus tard, des suites de ses blessures. L'adjudant-chef Nikolic était engagé au Mali en sa qualité d'EOD, ce spécialiste des mines et autres engins explosifs improvisés n'en était pas a sa première mission.

 

"C'était un homme aguerri, compétant et extrêmement professionnel" confie ses camarades.

 

Un hommage national lui fut rendu et il fut nommé au grade de Major à titre posthume et décoré de la Légion d'Honneur.

 

Le Ministre de la Défense J.Y LE DRIAN venu lui rendre hommage le 22 juillet, a évoqué le caractère particulier de la mort du légionnaire : « Le sacrifice de l’un de nos soldats n’est jamais une mort ordinaire. Parce que celui du major Nikolic est survenu le 14 juillet, il est particulièrement symbolique. » le ministre a rappelé que « le major Nikolic incarnait au plus haut degré les qualités qui ont permis à nos forces de mener à bien l’opération Serval, et l’opération Barkhane qui lui succède. » Il a par ailleurs qualifié de « lâche et cruelle » l’attaque suicide qui a coûté la vie au légionnaire et blessé six de ses camarades le 14 juillet dernier.

Repost 0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 21:45
BSS : visite du Président de la République auprès des militaires français

 

21/07/2014 Sources : EMA

 

Les 18 et 19 juillet 2014, le Président de la République, monsieur François Hollande, s’est rendu auprès des forces françaises déployées au Niger et au Tchad, accompagné du ministre de la défense, monsieur Jean-Yves Le Drian. A l’occasion de ces rencontres avec les militaires français, le Président de la République a annoncé la fin de l’opération Serval au Mali et présenté l’opération Barkhane qui prend en compte une nouvelle stratégie conduite en partenariat et en appui des pays du G5 Sahel. Cette opération débutera officiellement le 1er août 2014.

 

Le 18 juillet, le Président de la République s’est rendu au Niger dans le cadre d’une visite d’Etat à l’invitation de monsieur Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger. A cette occasion, il s’est rendu auprès du détachement air de Niamey où il a été accueilli par le général de division Marc Foucaud, commandant les opérations conduites dans la bande sahélo-saharienne, ainsi que par le colonel Bruno Merret, commandant le détachement air de Niamey. Le Président de la République s’est ensuite adressé aux militaires français avant de déjeuner en leur compagnie. Avant de quitter le détachement air, le Président de la République s’est entretenu avec les aviateurs du détachement drones qui lui ont présenté les missions des drones Reaper.

 

Le 19 juillet, le Président de la République a effectué une visite officielle au Tchad au cours de laquelle il s’est entretenu avec monsieur Idriss Deby, Président de la République du Tchad. Il s’est ensuite rendu auprès des militaires de la force Epervier, accompagné du général Foucaud. Avant de s’adresser aux troupes françaises présentes à N’Djamena, le Président de la République a visité la base militaire française sergent-chef Adji Kossei. Il s’est en particulier rendu sur le site du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) qui est opérationnel depuis le 21 juillet. Le PCIAT a pour mission de coordonner les opérations aériennes et terrestres sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

 

A Niamey et à N’Djamena, le Président de la République a présenté la logique qui a prévalu à la réarticulation des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne (BSS). « Nous devons maintenant répondre à des défis qui sont ceux de la rapidité, de la mobilité, de l’efficacité et le faire avec de nouveaux moyens ».

 

L’opération Barkhane sera conduite en partenariat avec les pays G5 Sahel, cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres. Créé à l’initiative des chefs d’Etat de la région sahélo-saharienne, il regroupe cinq pays : le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

 

C’est dans ce cadre que les chefs d’état-major des cinq pays du G5 se sont réunis à Niamey, le 9 avril 2014, pour partager leur évaluation de la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne. Ils ont souhaité, pour l’occasion, inviter le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées françaises, marquant ainsi la place particulière de la France présentée comme « un partenaire stratégique ayant toujours soutenu les pays du Sahel dans leurs actions de lutte contre le terrorisme ».

 

L’opération Barkhane regroupera 3000 militaires qui disposeront d’une vingtaine d’hélicoptères, de 200 véhicules de logistique, de 200 blindés, de 6 avions de chasse, de 3 drones et d’une dizaine d’avions de transport. Leur mission, en partenariat avec les pays du G5, sera de poursuivre la lutte contre les groupes armés terroristes.

Repost 0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 16:55
Crédits : CCH Dumoutier

Crédits : CCH Dumoutier

 

21/07/2014 SIRPAT

 

Recueillement et dignité pour l'hommage au major Dejvid Nikolic, lundi 21 juillet 2014, mort pour la France au Mali.

 

Ce matin, aux Invalides, le chef d'état-major de l'armée de Terre, le général d'armée Bertrand Ract Madoux, lui a rendu les honneurs militaires, lors d'une cérémonie intime réservée à la famille et aux proches. Mardi 22 juillet, le major recevra l'hommage de ses frères d'armes et du ministre de la Défense au 1er REG, à Laudun, avant d'être inhumé au carré Légion du cimetière du Coudoulet.

Repost 0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 12:00
Summer break – back in August ! Follow @RPDefense
Repost 0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 11:40
Buk, ce redoutable missile accusé d'avoir abattu le Boeing de Malaysia

 

18-07-2014 Par Vincent Lamigeon

 

Même si le conditionnel s'impose encore, il est probable que des séparatistes ukrainiens détenant ce missile russe de défense antiaérienne soient à l'origine de la catastrophe du vol MH17.

 

C’est désormais une quasi-certitude : le vol MH17 de Malaysia Airlines a bien été abattu par un missile sol-air de conception russe. Selon le Wall Street Journal, les services de renseignement américains ont également confirmé, grâce à des analyses satellites, un tir de missile dans cette zone ultra-surveillée par les forces de l’OTAN. Les satellites peuvent identifier le tir d’un engin grâce à un détecteur infrarouge, et les suivre ensuite grâce à un système radar. L’étendue de la zone de débris cadre bien également avec un appareil détruit en plein vol.

Quel missile a pu détruire l’avion ? Une chose est sûre : l’appareil n’a pas pu être atteint par un système de type manpads (Man-portable air-defense systems), comme les fameux Stinger utilisés par les moudjahidines en Afghanistan contre les hélicoptères soviétiques, avec un succès certain. "Ces armements ne peuvent atteindre des cibles au-delà de 4.000 mètres d’altitude", explique un industriel des missiles à Challenges. Le 777-200 n’a donc pu être touché que par un système sol-air de défense antiaérienne sophistiqué. Le SA-17, de conception russe, apparaît comme le principal suspect aux yeux des spécialistes.

 

Une portée de 45 kilomètres

Aussi appelé Buk M2, le SA-17 est une arme redoutable. D’une portée de 45km, il peut atteindre une cible à 25.000 mètres d’altitude, ce qui lui permet de toucher aisément un appareil civil en altitude de croisière (33.000 pieds pour le MH17, soit 10.000 mètres). Sa vitesse -plus de Mach 3- ne laisse aucune chance à un avion civil. "Un chasseur pourrait détecter et tenter d’éviter le missile, grâce à des contremesures et des manœuvres d’évitement, explique un expert. Un avion civil ne peut pas savoir qu’il est verrouillé, et n’a pas les capacités de s’échapper." L’équipage d’un avion civil ciblé par un tel système n’aurait même probablement pas le temps de voir le missile, qui arrive par-dessous ou par derrière.

Dans le détail, à l’image des autres armements sol-air (l’Aster de MBDA, ou le Patriot de l’américain Raytheon) le système SA-17 consiste en trois équipements distincts: un radar, d’une portée de 120km, qui détecte la cible; un centre de commandement, qui réceptionne l’information et prend la décision d’engager la cible; et une batterie de quatre missiles, montée sur un châssis chenillé, d’où une grande mobilité du système. "Après détection de la cible, un radar de poursuite permet de calculer sa trajectoire, et le missile se guide en phase finale grâce à son autodirecteur électromagnétique", explique un industriel des missiles. La fiabilité est estimée à 90%, chiffre sujet à caution vu le flou qui entoure traditionnellement les performances des missiles.

 

Le scénario de la confusion ne tient pas

Plusieurs informations publiées sur Twitter, non vérifiées, font état de système SA-17 récupérés par les séparatistes pro-russes, certaines photos les montrant même dans un environnement urbain. Mais ces combattants ont-ils les compétences techniques pour utiliser cet armement sophistiqué ? "La manipulation d’un Buk n’est pas à la portée du premier pied nickelé venu, souligne un spécialiste. Il faut des opérateurs formés par une armée régulière." Les tireurs pourraient ainsi être des anciens de l’armée ukrainienne passés du côté des séparatistes, ou des pro-russes formés par l’armée russe elle-même. Il convient tout de même d’être extrêmement prudent en l’absence de sources fiables.

L’avion de Malaysia Airlines a-t-il pu être confondu avec un appareil militaire? Un spécialiste du secteur interrogé par Challenges n’y croit pas une seconde, assurant que le tir est "très probablement volontaire". "Un 777 n’a pas la signature radar d’un Antonov", assure-t-il. D’autre part, les avions sont équipés de transpondeurs qui permettent de les identifier. Même le grand public peut savoir quel type d’avion passe au-dessus de lui, grâce à des sites comme FlightRadar24, qui ont suivi le MH17 jusqu’au crash.

 

Autre hypothèse possible

Certains spécialistes évoquent un tir qui aurait pu être décidé par les seuls opérateurs de la rampe de lancement. "Dans un engagement normal, les trois équipements du système [radar, centre de commandement, rampes de lancement] opèrent ensemble, comme un système d’armes intégré, et l’équipage du centre de commandement a une bonne vision de l’activité aérienne du secteur, écrit Doug Richardson, spécialiste chez IHS Jane's Missiles&Rockets. Cependant, un lanceur Buk peut aussi opérer en solitaire, et engager une cible présente dans son champ radar."

Le système a alors une capacité d’identification limitée. "Bien qu’il ait son propre système d’identification «ami ou ennemi», celui-ci est seulement capable d’établir si la cible est un appareil allié, explique Doug Richardson. C’est l’équivalent électronique d’une sentinelle qui demande: «Qui va là ?». Faute de réponse, tout ce que vous savez est que la cible n’est pas un de vos avions de combat. Le système ne vous avertit pas que vous ciblez un avion de ligne."

Repost 0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 19:35
Communiqué conjoint du ministre de la Défense français et du ministre de la Défense du Japon, à l’occasion de la visite de Jean-Yves Le Drian

 

29/07/2014 Ministère de la Défense

 

Communiqué du ministre de la Défense français et du ministre de la Défense du japon, à l'occasion de la visite de Jean-Yves Le Drian au Japon.

 

A l’invitation de M. Itsunori ONODERA, ministre de la défense du Japon, M. Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la défense de la République française, a effectué une visite au Japon du 28 au 29 juillet 2014. Cette visite s’inscrit dans la continuité des nombreuses rencontres de haut niveau entre nos deux pays depuis la visite d’Etat du président de la République française au Japon en juin 2013, qui fut suivie par la rencontre entre les ministres des affaires étrangères et de la défense de nos deux pays en janvier 2014 puis celle de M. Shinzo ABE, Premier ministre du Japon en France en mai dernier. Les questions de sécurité internationale, de coopération et d’échanges de défense ont constitué un élément majeur de chacune de ces rencontres et la présente visite de M. LE DRIAN illustre une nouvelle fois le partenariat d’exception qu’ont engagé nos deux pays.

 

Les deux ministres ont évoqué les grands sujets internationaux d’intérêt commun, notamment la situation régionale en Asie-Pacifique, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, ainsi que les actions de coopération opérationnelle que nos deux pays envisagent de conduire notamment en Afrique ou dans la région du  Pacifique.

 

M. ONODERA a présenté le processus conduit récemment par le gouvernement japonais et la décision du Cabinet de revoir la législation nationale en matière de sécurité. M. LE DRIAN a salué la détermination et les efforts du gouvernement japonais pour contribuer de façon plus active à la paix et à la stabilité internationale, ce qui permettra d’accroître les opportunités de coopération entre les deux pays.

 

Les deux ministres ont constaté avec satisfaction les progrès de notre relation dans le domaine des équipements de défense, illustrés notamment par la participation de l’industrie japonaise de défense au salon Eurosatory en juin dernier et par l’engagement des discussions en vue de la conclusion d’un accord sur la coopération en matière d’équipements et de technologies de défense. Cet accord devrait permettre une gestion appropriée du transfert d’équipements de défense, dans le cadre de projets concrets de coopération, notamment en matière de systèmes de drones, identifiés comme sujets d’intérêts communs par le comité sur la coopération en matière d’équipements de défense entre le Japon et la France, mis en place en janvier 2014.

 

Compte tenu des progrès réalisés ces dernières années entre les deux pays en matière de coopération et d’échanges de défense, les deux ministres ont également signé une déclaration d’intention relative à la coopération et aux échanges de défense. Illustration des progrès de cette coopération bilatérale, les deux ministres se sont félicités de la publication d’une brochure commune sur la politique des ressources humaines du ministère de la défense japonaise et du ministère de la défense française qui est le fruit d’une coopération exemplaire des directions des ressources humaines des deux ministères.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...
  • Chronique culturelle - 16 Déc. 2016
    Regiment de la marine (1757) - Planche extraite des Troupes du roi, infanterie française et étrangère, 1757, tome 1. Musée Armée 16.12.2016 source JFP 16 décembre 1690 : création des compagnies franches de la Marine. Par ordonnance, 82 compagnies franches...
  • Externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? - 15 Décembre
    Le Comité directeur de l'ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à la conférence : Vers une externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? Guillaume FARDE Maître de conférences à Sciences Po Paris, auteur de Externaliser la sécurité et la...
  • Chronique culturelle - 24 Nov.
    24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série 24.11.2016 source JFP 24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour...
  • Sortie en librairie le 21 novembre du livre LÉGIONNAIRE
    source MAREUIL EDITIONS Pour la première fois, un ancien officier de la Légion et un Légionnaire donnent la parole à 64 de leurs camarades. Pendant 2 ans, Victor Ferreira a rencontré près d’une centaine de Légionnaires à travers le monde en leur posant...

Categories