Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:51
EDA Sign Procurement Arrangement with EUFOR Althea

 

Brussels - 21 May, 2014 European Defence Agency

 

On 20 May, Claude-France Arnould Chief Executive of the European Defence Agency (EDA) met with General Sir Adrian Bradshaw the Operation Commander of EUFOR Althea and Deputy SACEUR. They signed a Procurement Arrangement concerning the acquisition of Air to Ground Surveillance services to operation ALTHEA. This is the first time EDA has signed a procurement arrangement directly with an EU mission.

 

Under this arrangement, EDA will assume the lead role in administering the procurement procedure of Air to Ground Surveillance services (including day/night actual Infra-red / electro-optical surveillance with near-real time downlink and the ability to re-task in flight) on behalf of the ALTHEA Operation Commander. As the procurement regards common costs, the Operation Commander has been authorised by the Athena administrator to sign the arrangement on behalf of Athena. The cooperation between EDA and Operation ALTHEA will conclude with a recommendation to the Operation Commander to award the contract to one company selected in competition.

Talking about the arrangement, Claude-France Arnould said, “The ultimate goal of any EDA project is to ensure that troops in the field have the capabilities they need, as was demonstrated clearly by our Counter-IED laboratory in Afghanistan. I am delighted that today’s arrangement allows us to do this by providing a procurement service directly to an EU mission for the first time. This cooperation will help highlight the expertise and added value EDA can bring in the field of procurement.”

 

Supporting CSDP Missions and Operations

As part of the restructuring conducted in January 2014, the Agency aims to play a greater role in supporting CSDP operations and missions. Speaking about the cooperation General Bradshaw added, “The decision to use the expertise from EDA in this procurement for Air to Ground Surveillance services for Op ALTHEA is, of course, based on EDA’s technical knowledge in this field. Another advantage will be to benefit from the lessons learned in conducting such an arrangement between the operation and the EDA directly, in order to establish the necessary procedures which will potentially enable closer cooperation between our organisations in the future.”

This meeting was also an opportunity for Claude-France Arnould to introduce General Bradshaw, who took his functions in March 2014, to the mission and tasks of EDA.

 

EUFOR ALTHEA

The EU military operation ALTHEA in Bosnia and Herzegovina was launched on 2 December 2004 and has contributed to the maintenance of the safe and secure environment in BiH ever since. Operation ALTHEA is carried out with recourse to NATO assets and capabilities, under the "Berlin Plus" arrangements. After a review in 2012 the main objective is to provide capacity building and training for their armed forces whilst retaining the capability to support the BiH efforts to maintain a safe and secure environment. 

 

The Athena Mechanism

ATHENA is the mechanism established to administer the financing of the common costs of European Union operations having military or defence implications governed by Council Decision 2011/871/CFSP. The Council Decision allows for arrangements to be signed with Union bodies to facilitate procurement in operations in the most cost-effective manner.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:50
Syrie: les enquêteurs et leurs chauffeurs sont sains et saufs, affirme l'OIAC

 

 

27 mai 2014 Romandie.com (AFP)

 

La Haye - Les enquêteurs de la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et leurs chauffeurs, dont le ministère syrien des Affaires étrangères avait annoncé mardi matin l'enlèvement par les rebelles, sont en sécurité, a annoncé l'OIAC.

 

Tous les membres de l'équipe sont en sécurité, sains et saufs et sont en route vers leur base opérationnelle, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'OIAC, Michael Luhan.

 

Un convoi d'inspecteurs de l'OIAC et de personnel des Nations unies a été attaqué, a-t-il également affirmé. Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons rien dire de plus, a-t-il ajouté, refusant de préciser si les enquêteurs avaient brièvement été kidnappés puis relâchés ou s'ils avaient échappé à l'attaque.

 

Dans la matinée, le ministère syrien des Affaires étrangères avait affirmé dans un communiqué que des groupes terroristes avaient enlevé cinq chauffeurs syriens et six membres de l'équipe d'enquête de l'OIAC sur l'utilisation du chlore, qui étaient à bord de deux voitures, dans la province de Hama.

 

Dans la phraséologie du régime, le mot terroriste désigne les rebelles.

 

Pour sa part, le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzumcu, a appelé toutes les parties à coopérer avec la mission : Nos enquêteurs sont en Syrie pour établir les faits en lien avec les accusations persistantes d'attaques au chlore, a-t-il déclaré, cité dans un communiqué de l'OIAC. Leur sécurité est notre priorité et il est impératif que tous les parties impliquées dans le conflit leur accordent des accès sécurisés.

 

Récemment, des militants de l'opposition avaient affirmé que le régime avait utilisé du chlore pour attaquer des opposants dans des villes des provinces de Hama et d'Idleb (nord ouest). Le régime syrien en avait rejeté la faute sur les rebelles.

 

L'équipe de l'OIAC est arrivée au matin, selon le ministère syrien, à bord de quatre voitures appartenant à l'ONU dans le village de Tibet al-Imam, dans le centre du pays.

 

Là, les autorités syriennes l'ont informée de l'incapacité d'assurer leur sécurité après ce village, mais l'équipe a décidé de poursuivre son chemin, selon la même source.

 

A la suite de l'explosion d'une voiture, l'équipe a été contrainte de rebrousser chemin vers le village, mais une seule voiture est arrivée dans ce village, a indiqué le communiqué du ministère.

 

La Syrie a officiellement intégré la convention sur l'interdiction des armes chimiques en octobre dans le cadre d'un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, après des accusations contre le régime d'avoir utilisé du gaz sarin lors d'une attaque meurtrière près de Damas.

 

L'enquête sur le gaz de chlore avait été annoncée fin avril après que la France et les Etats-Unis eurent accusé Damas d'avoir utilisé un produit chimique industriel dans des attaques contre les rebelles.

 

Damas n'avait pas l'obligation de déclarer le gaz de chlore en tant qu'arme chimique, car il est souvent utilisé par le secteur industriel.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:50
RAF's new surveillance aircraft takes to the skies

A Rivet Joint RC-135W aircraft at RAF Waddington [Picture: Sergeant Si Pugsley RAF, Crown copyright]

 

27 May 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

A Rivet Joint surveillance aircraft has been flown in UK airspace by an RAF aircrew for the first time.

 

Pictures released by MOD show a UK Rivet Joint RC-135W signals intelligence aircraft taking off from RAF Waddington in Lincolnshire. The aircraft is one of 3 that MOD is buying from the US which, as part of the Airseeker programme, will provide the UK with a world class real-time signals intelligence and surveillance capability for forces in the air and on the ground.

The aircraft not only gathers data and vital intelligence using advanced sensor technology, but it is also able to carry out onboard analysis and distribute the information to be exploited by assets on the ground via its high-tech communications suite.

Since 2011, members of the RAF’s 51 Squadron have been operating United States Air Force Rivet Joint aircraft and ground stations to familiarise themselves with the aircraft and its capability.

Defence Secretary Philip Hammond said:

These highly specialised aircraft and their supporting ground systems, bought off-the-shelf, provide Britain with a first-class intelligence-gathering capability that is value for money and another key part of our ability to interoperate with the US.

Having jointly operated US aircraft with British and American personnel for 3 years, this proven strategic intelligence and surveillance capability will be an excellent addition to the RAF’s fleet.

A Rivet Joint RC-135W aircraft in flight over RAF Waddington
A Rivet Joint RC-135W aircraft in flight over RAF Waddington [Picture: Sergeant Si Pugsley RAF, Crown copyright]

The 3 aircraft, converted by L-3IS in Greenville, Texas, from a Boeing KC-135 tanker, have been bought directly from the US government at a cost of around £650 million.

The MOD’s Chief of Materiel (Air), Air Marshal Simon Bollom, who oversaw the procurement of the aircraft, said:

The first flight of the UK’s Rivet Joint RC-135W aircraft, as part of the Airseeker programme with an RAF crew, is a proud moment for all in the Defence Equipment and Support team who have worked, and continue to work, so hard to deliver this outstanding capability to the front line.

We have procured an aircraft with a proven track record which has been successfully operated by the United States Air Force, with RAF crews under co-manning arrangements, for a number of years.

We have worked very closely with our colleagues in the US on this project and today’s first flight signifies the commencement of a new and potent air ISTAR (intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance) capability in the RAF inventory.

Airseeker

The Airseeker capability, comprising all 3 UK Rivet Joint RC-135W aircraft and ground exploitation systems, operated by their highly skilled aircrews, ground crews and analysts, is due to be fully operational by mid-2017.

Airseeker joins the RAF’s ISTAR Force, which includes Sentry, Shadow, Sentinel and Reaper as well as the reconnaissance capabilities of our fighter aircraft.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:40
Ukraine: 40 personnes tuées dans les combats à Donetsk, l'aéroport sous contrôle de l'armée

 

27 mai 2014 Romandie.com (AFP)

 

Donetsk (Ukraine) - Quarante personnes, 38 combattants et deux civils, ont été tués lors des combats qui opposent depuis lundi l'armée ukrainienne aux insurgés prorusses pour le contrôle de l'aéroport de Donetsk, dans l'Est séparatiste, a annoncé le maire de la ville.

 

Parallèlement, les autorités de Kiev ont affirmé avoir repris le contrôle total de l'aéroport, théâtre lundi de combats violents.

 

Au cours de l'opération anti-terroriste, deux civils et 38 participants aux combats ont été tués, a déclaré à des journalistes le maire de la ville, Olexandre Loukiantchenko, qui tient ses informations des services médicaux.

 

La situation reste très tendue. Ce matin, 31 personnes étaient encore soignées à l'hôpital, dont quatre habitants, a ajouté le maire.

 

Les combats ont fait rage dans l'enceinte de l'aéroport international de Donetsk depuis le début de l'après-midi de lundi. L'armée a déployé hélicoptères, avions de combat et parachutistes pour reprendre le contrôle de l'aéroport, un site stratégique pour l'accès à l'Est du pays que les séparatistes avaient investi sans violences dans la nuit de dimanche à lundi.

 

L'aéroport est sous notre contrôle total. L'adversaire a essuyé de lourdes pertes et nous n'avons pas de pertes, a affirmé le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsene Avakov.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:35
Arun Jaitley nommé aux Finances et à la Défense en Inde

 

27.05.2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Le Premier ministre indien Narendra Modi a nommé Arun Jaitley à la tête du ministère des Finances, où il sera notamment chargé de relancer une croissance qui a atteint son point le plus bas depuis dix ans.

 

Agé de 61 ans et membre comme lui du Parti nationaliste hindou (Bharatiya Janata Party, BJP), il occupera en outre les fonctions de ministre de la Défense, précise le gouvernement dans un communiqué.

 

L'efficacité des services publics et la lutte contre la corruption ont été deux des thèmes-phares de la campagne de Narendra Modi, qui a pris ses fonctions lundi.

 

Sa très large victoire aux législatives devrait lui permettre d'entreprendre des réformes restées lettres mortes sous le gouvernement de Manmohan Singh, issu du parti du Congrès, dont le mandat a été émaillé de scandales.

 

Avocat d'affaires parmi les plus réputés d'Inde, Arun Jaitley a été ministre du Commerce dans le précédent gouvernement formé par le BJP.

 

Le Premier ministre devait recevoir mardi son homologue pakistanais Nawaz Sharif, venu assister la veille à son investiture. Le BJP a longtemps prôné la fermeté à l'égard du Pakistan. (Sanjeev Miglani, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:55
MIP - Scarabée, un pont entre terre et ciel
 
 

Depuis 1988, la Mission innovation participative apporte son soutien matériel, financier, administratif, technologique, moral et juridique aux innovateurs des trois armées, de la gendarmerie nationale, du service de santé des armées, de la direction générale de l'armement et de tout autre organisme dépendant du ministère de la Défense. A l’occasion de ses 25 ans, découvrons des projets innovants proposés, réalisés et validés par des personnels civils ou militaires de la Défense.

 

A l’occasion des 25 ans de la Mission innovation participative (MIP), la rédaction vous propose de découvrir quelques inventions soutenues par cette structure. Aujourd’hui, plein feu sur Scarabée, lauréat du Prix de l’audace en 2008 !

Vous l’aurez peut-être deviné, il ne s’agit pas là du coléoptère mais du « Système de communication aéroterrestre de restitution, d'acquisition et de bibliothèque embarquée évolutif » qui équipe les Mirage 2000D*. Derrière cette longue dénomination se cache une véritable révolution dans le monde des transmissions de données. 

 

L’aventure commence au début des années 2000. Les forces armées sont confrontées à des crises où l’imbrication géographique des différents protagonistes (combattants amis et ennemis, population locale, organisations non gouvernementales…) est de plus en plus forte. Les missions d’appui aérien se complexifient, la coordination entre les troupes au sol et les équipages d’aéronefs de combat doit être de plus en plus précise. Pour répondre à cette problématique, une équipe constituée de personnels du Centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) et de commandos parachutistes de l’air 10 (CPA 10) va travailler de concert pour aboutir à Scarabée. Le concept consiste à installer un micro-ordinateur embarqué doté d’une bibliothèque de données aéronautiques (des cartes par exemple) dans l’avion afin  que le contrôleur au sol et l’équipage en vol puissent observer une image identique (en provenance d’un satellite, de capteurs embarqués, etc.). Cette référence visuelle commune va permettre le partage de la situation tactique, via une liaison de données simple, garantissant ainsi une meilleure appréhension de l’objectif. « Avant, on se parlait en clair à la radio avec le FAC  (Forward air controller - contrôleur aérien avancé). Grâce à Scarabée, nous avons gagné en précision, en temps et on s’est affranchi des problèmes de linguistique et de conversion de coordonnées », explique le colonel Cédric Gaudillère, à l’époque navigateur officier système d’armes sur Mirage 2000D et chargé du projet au CEAM.

 

L’appui aérien passe en mode numérique 

En 2005, sollicitée par l’équipe en charge du dossier, la MIP décide de soutenir le projet à hauteur de 25 000 euros. « La principale difficulté résidait dans la qualification de cet outil informatique sur avion de chasse », poursuit le colonel Gaudillère. Deux ans plus tard, le système est testé aux États-Unis lors de l’exercice interallié Bold Quest puis mis à l’épreuve en Afghanistan. C’est un succès. Aujourd’hui, le produit initial est toujours en service. Il est d’ailleurs actuellement utilisé sur le théâtre africain et la version numéro 2 est attendue pour cet été. Elle sera notamment dotée de nouvelles fonctionnalités comme un système de communication plus poussée.

 

* : le système Decalco est la transposition de Scarabée adapté au Rafale

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:50
Préparation à la NRF 2015 en Lituanie

 

26/05/2014 CNE Nolot/CDAOA - Armée de l'air

 

Du 12 au 23 mai 2014, à Kaunas en Lituanie, 44 aviateurs ont participé à l’exercice Steadfast Cobalt. Il s’agit du premier exercice de préparation de la NRF 2015 (NATO Response Force – force de réaction de l’Otan).

 

Cet entrainement a constitué la première étape d’un processus de certification des forces. Il avait pour objectif de vérifier l’interopérabilité des systèmes d’information et de communication (SIC).

 

Steadfast Cobalt permet de vérifier dès maintenant la capacité des systèmes Command and Control (C2) à s’interconnecter dans un milieu interarmées et interallié. Le commandement de la NRF situé à Naples doit pouvoir communiquer avec l’ensemble des composantes en utilisant des réseaux d’informations classifiées, transitant par des moyens satellitaires.

 

En 2015, la France prendra le commandement de la composante aérienne de la NRF. Cette dernière est principalement constituée d’un échelon central de commandement interarmées et interalliés : le Joint Force Command (JFC), situé à Naples, et de composantes placées sous la responsabilité de leurs nations d’origine. La France sera chargée de la mise en œuvre de la composante aérienne. L’Allemagne et les Pays-Bas seront chargés de la composante terrestre, l’Espagne de la composante maritime et la Pologne des forces spéciales.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:50
100 days until 2014 NATO Summit in Wales - @NATOWales

 

27 May 2014 Wales Office

 

With 100 days to go until the 2014 NATO Summit, Welsh Secretary David Jones highlights the huge opportunities that it will provide for Wales

 

In 100 days the world’s attention will be focused on Wales.

Prime Minister David Cameron and NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen will host one of the largest-ever gatherings of world leaders to be held in the UK for the 2014 NATO Summit.

Heads of Government from the 28 NATO member states and senior dignitaries from NATO’s 30 partner countries will meet at the Celtic Manor Resort in Newport from 4 to 5 September.

This will be the first NATO Summit in the UK since we welcomed the Alliance to London in 1990 and the first time a sitting USA President has made an official visit to Wales. In total, some 2,000 delegates are expected, along with an estimated 1,500 journalists.

The NATO Summit will provide Wales with an unprecedented opportunity to showcase the very best it has to offer to a global audience of billions, cementing our international reputation and our ability to host events of global importance and I am confident that we can rise to the challenge.

Both governments in London and in Cardiff are working hard to ensure that Wales derives the maximum benefit from the summit and is promoted as a great place to visit, do business and study.

The UK government will also be promoting Wales overseas, using our extensive network of embassies, consulates and high commissions around the world.

Building on the summit, it is my intention to hold an international trade conference in Wales to reap the maximum benefit of our time in the international spotlight. Business confidence across the UK is at a record high and the highest it has been in Wales since 2009. British products and services and - by extension - those produced in Wales are in demand and, as a country, our global profile has never been higher. The trade conference will provide additional opportunities for our world-class Welsh exporters.

It is important to educate young people about the UK’s role in NATO, which is why a teaching resource for 11 to 18 years has been developed and will soon be available to schools across the UK.

It also is fitting that this year’s summit, with its focus on ‘Future NATO,’ is being held in Wales, which has long been in the forefront of the aerospace and defence industries. Welsh companies employ thousands of people in this sector and provide high quality equipment and support to our excellent armed forces around the world.

The Newport area itself boasts Europe’s largest and most advanced centre of military armour technology. We also have advanced defence engineering companies in north Wales, such as Raytheon UK, whose Broughton site produces the technology used in the Sentinel aircraft, the UK’s most advanced manned surveillance system. It is essential that we take advantage of the summit to ensure that Welsh expertise in the defence sector is highlighted to delegates.

Wales, of course, has a proud military history and strong links with our armed forces. Our reservists have for centuries been a strong element of the British military. In recent times, Welsh units and reservists have both been deployed and served on operations in Iraq and Afghanistan. Anglesey is home to RAF Valley, a world-leading centre for military aviation, which plays a key role in the local economy and makes an important contribution to UK defence and resilience – something recognised by the many nations who send their pilots there to train.

In September, world leaders will gather in Wales to discuss issues of huge importance to us all: terrorism, piracy, unstable states, cyber attacks and the challenge of building stability in an unpredictable world. Ensuring that all NATO nations have the equipment, skills and intelligence needed to protect themselves will also be a focus.

But all the opportunities that this year’s NATO Summit in Wales will undoubtedly bring, perhaps the most important is that of restating the message that the interests of the free world and its peoples continue to be better protected by working closely together.

 

For updates on the 2014 Nato Summit follow the official summit Twitter account @NATOWales

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:50
French NCOs work in the in trial control room (TRICOM). photo NATO

French NCOs work in the in trial control room (TRICOM). photo NATO

 

27.05.2014 NATO Communications Team

 

Unified Vision 2014 (UV14) is NATO’s biggest ever trial of Joint Intelligence, Surveillance and Reconnaissance (JISR), comprising satellites, aircraft, unmanned aerial vehicles, naval vessels, ground sensors and human intelligence from 18 NATO Allies.

 

UV14 is taking place in Norway from 18-28 May and aims to test NATO’s ability to gather information and fuse intelligence from multiple sources – from space, in the air, on land and at sea – at different stages of a crisis. In the scenario, the crisis is initially local and then it gradually escalates into a full-blown international conflict. All the while, different ISR capabilities are expected to perform in testing situations, stretching their ability to function properly in complex environments.

To learn more, please have a look at the UV14 infographic, feature and video stories and photos linked below:

 

Explanatory

 

photos Natophotos Nato
photos Natophotos Nato

photos Nato

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:35
DSA 2014 - by SITTA


20.05.2014 by SITTA
 

DSA 2014 est un salon régional dont l’importance croit à chaque édition et la présence de nombreuses délégations étrangères dénote d’un intérêt croissant pour cette partie du monde. Les grands producteurs de la zone Asie (Indonésie, Singapour...) profitent de cette exhibition pour présenter leurs gammes de produits en attestant de leurs capacités à rivaliser avec les groupes occidentaux également présents (Russie, États-Unis, Italie, Grande Bretagne, Ukraine, Bulgarie, Serbie, Suède…). Un bémol concernant les entreprises chinoises qui ne présentaient que peu de matériels et ne communiquaient quasiment pas sur leurs productions et leur programme.

L’édition 2014 a attiré de nouveaux producteurs tels le groupe italien IVECO,  TARA en provenance du Monténégro ou encore  le complexe militaro industriel azerbaïdjanais. En ce qui concerne la Malaisie, le point majeur retenu à l’égard des entreprises locales est le fait qu’elles tentent de diversifier leur production notamment au travers de collaborations étrangères : le MRAP AV 4 produit par la firme DEFTECH en coopération avec le fabricant thaïlandais CHAISEIRI en est un exemple.

Il faut enfin noter la présence forte des sociétés françaises et turques, pour qui le partenariat plus que l’ouverture d’un marché se caractérise par les matériels présentés sur les stands locaux.

 

Blindé 8x8 AV 8 (DEFTECH-Malaisie)

Le véhicule de combat d’infanterie DEFTECHAV 8 était présenté équipé d’un canon de 25 mm produit par le groupe turc FNSS tandis qu’un autre engin portait la tourelle sud africaine DENEL LCT30 armée d’un canon de 30 mm. 12 personnels peuvent être transportés dans un habitable spacieux.

L’AV 8 est équipé (en fonction de la version) d’un moteur de 500 à 600 chevaux  atteignant une vitesse maximale de 100 km/h. Il possède un système ABS et son autonomie est de 700 kilomètres. Son mode de suspension hydropneumatique indépendante à chaque roue varie la garde au sol et confère à l’engin une excellente mobilité.

DEFTECH AV 8 (Malaisie)

Les pneus sont à affaissement limité et disposent d’une centrale de réglage de pression  qui sera modifiée en fonction de la nature du terrain. Enfin il faut noter que le rayon de braquage de l’AV 8est très court pour un véhicule de cette taille.

L’AV 8 est équipé d’une climatisation, ce qui constitue un atout important compte tenu de la zone géographique dans laquelle il peut être appelé à évoluer.

 

HIGUARD (RENAULT TRUCK DEFENSE- France)

La firme française RTD présentait le HIGUARD. Ce MRAP 6x6 dispose d’une excellente mobilité en tout terrain. Propulsé par un moteur turbo-diesel de 6 cylindres pour 315 chevaux, il atteint une vitesse maximale de 90 km/h sur route.

HIGUARD (France)

Les 12 soldats présents dans le véhicule disposent d’une protection de haute qualité (blindage/sièges protégés). L’engin peut recevoir une arme collective montée sur circulaire ou sur tourelle télé opérée. Le HIGUARD est multi missions et peut être employé par les forces armées et par les forces de police. Il est déjà en service dans plusieurs unités et notamment dans la police Qatarienne.

HIGUARD (France)

 

ACV 19 SPM-120 (FNSS-Turquie)

La firme FNSS présentait son blindé ACV 19 SPM-120. Ce véhicule d’appui est armé d’un mortier de 120 mm français 2R2M, produit par TDA. Un tel système assure un appui plus rapide aux forces et le blindage protège l’équipage. Le nombre de personnels nécessaires à l’emploi du mortier sera également réduit. Équipé d’un moteur diesel de 400 chevaux pour une autonomie de 400 kilomètres, l’ACV 19 suit sans difficulté le déplacement des chars de combat.

FNSS ACV 19 SPM 120 (Turquie)

Le véhicule transporte 66 munitions de tous modèles, dans des racks dédiés, ce qui facilite et accélère le choix de l’obus à tirer, y compris ceux à guidage terminal.

Pour assurer son autodéfense, le véhicule est équipé d’une mitrailleuse légère MAG-58 montée sur circulaire. L’ACV 19 SPM-120 est aérotransportable par Hercules C-130. Il est en service au sein des forces terrestres Malaisiennes.

FNSS ACV 19 SPM 120 (Turquie)

 

COBRA 2 (OTTOKAR – Turquie)

Le véhicule turc COBRA 2 produit par OTTOKAR était présenté équipé d’une tourelle anti-aérienne du groupe ASELSAN. Ce 4x4 blindé existe en une gamme relativement large : transport de troupes, antichar, défense anti-aérienne, reconnaissance…. Il peut être équipé d’arme collective de type lance-grenades automatique ou mitrailleuse lourde.

Cobra 2 (Turquie)

D’une masse totale de 12 tonnes, L’engin est doté d’un moteur turbo-diesel de 6,7 litres à 6 cylindres développant 281 chevaux. Sa vitesse maximale est de 110 km/h pour une autonomie de 700 kilomètres. Dans sa version transport de troupes, le COBRA 2 emporte deux membres d’équipage et neuf soldats en caisse.

Le véhicule est largement équipé : plusieurs lunettes dont une thermique à l’avant, une centrale de contrôle de la pression des pneus, un système d’air conditionné, des pneus à affaissement limité, un système de freinage ABS. De plus il existe une large gamme d’accessoires en fonction de l’utilisation et du client.

Cobra 2 (Turquie)

 

WARRIOR APC (STREIT GROUP - Émirats arabes Unis)

La firme STREIT GROUP démontre sans cesse son dynamisme lors des salons d’armement. Elle présentait, parmi d’autres véhicules, le WARRIOR APC. Destiné en priorité aux opérations de maintien de l’ordre et aux équipes SWAT (Special Weapons And Tacticals), cet engin polyvalent transporte, en version standard, 12 soldats et 2 membres d’équipage dans un compartiment de transport relativement spacieux.

Warrior APC (Émirats Arabes Unis)

Il est basé sur un châssis de 4x4 FORD F 50 et propulsé par un moteur FORD V 8 diesel de 300 chevaux. Le véhicule est aérotransportable, malgré des dimensions importantes et une masse totale de près de 10 tonnes dont 1 tonne de charge utile. La protection balistique est de niveau BR 6 (7,62 x 51 mm balle chemisé cuivre). Le compartiment arrière est équipé de fenêtres blindées protégées par des grilles, et tapes de tir. L’engin peut être équipé de lance-pots fumigènes, d’une tourelle télé opérée, de DAZZLERou de LRAD (Long Range Acoustic Devices). Enfin le producteur propose de nombreuses options pour répondre aux demandes des clients et en fonction de la mission.

 

MOSQUITO (MINOTOR SERVICE - Bielorussie)

La firme MINOTOR SERVICE, connue notamment pour son prototype blindé d’accompagnement de chars STALKER 2T, présentait une nouvelle gamme de véhicules chenillés, parmi lesquels le blindé antichar amphibie MOSQUITO.

Mosquito (Biélorussie)

Armé d’une tourelle hydraulique escamotable portant deux missiles à auto guidage laser SHERSHEN, le MOSQUITO est prévu pour remplacer les anciens systèmes produits à la fin du siècle dernier. Sa longueur de 5,65 mètres pour une largeur de 2,4 mètres le rend aérotransportable. Le véhicule atteint près de 80 km/h avec une autonomie de 400 kilomètres. Le missile SHERSHEN est une munition antichar moderne et efficace : 5 500 m de portée pour une pénétration de près de 800 mm de blindage. On peut noter que la Biélorussie avait déjà présenté en son temps le véhicule légèrement blindé antichar CARACAL, déjà en service.

 

Roquette HEAT 655 CS (SAAB – Suède)

La nouvelle munition HEAT 655 CS de 84 mm est la première roquette pouvant être tirée par le CARL GUSTAV en espace confiné (CS – Confined Space). Cette solution offre aux tireurs une souplesse d’action plus importante. La munition de type multi-rôle est dotée d’une charge creuse qui perfore plus de 500 mm de blindage et d’une charge explosive qui fonctionne une fois le blindage perforé. D’une masse de 4,8 kg, sa vitesse initiale est de 210 m/s. La distance de sécurité est de 10 à 20 mètres et la portée maximale est de 300 mètres.

Roquette HEAT 655 CS (Suède)

 

Practice Hand Grenade (KOREA CNO TECH Co Ltd – Corée du Sud )

La firme KOREA CNO TECH Co Ltd présentait une gamme de grenades d’entrainement fort intéressante d’un point de vue sécuritaire. Trois grenades (K 417, CN 69 et CN 26) peuvent être employées lors des phases d’entrainement en remplacement des grenades explosives K 413, M 67 et M 61 de design similaire. L’ensemble des caractéristiques d’une véritable grenade est repris à l’exception de l’effet létal. Elle peut exploser dans une main sans que la personne soit blessée.

Practice Hand Grenade (Corée du Sud)

Les éléments  composant la grenade sont complètement biodégradables et il n’y a aucune pièce métallique. Elle peut donc être utilisée en extérieur comme à l’intérieur. Ces munitions sont déjà en service au sein de plusieurs armées.

 

Système de simulation SAAB (SAAB-Suède)

La firme SAAB nous a présenté parmi les nombreux équipements de simulation les éléments dédiés à l’entrainement du soldat.

Le système est composé a la base pour le soldat d’une chasuble avec des capteurs laser et capteurs laser placé autour du casque et d’un pointeur laser monté sous son arme.

Éléments du système de simulation SAAB (Suède)

Des systèmes similaires existent aujourd’hui comme le MILES, mais la firme suédoise à intégrer de nombreux éléments qui permettent d’être plus réaliste avec par exemple :

-        HGS (Hand grenade Simulator) deux variantes de grenades, une flash bang et une explosive. En fonction de la grenade les effets sont différents (par exemple avec la flashbang le système annule la possibilité de tirer pendant une brève période, car le soldat est complément désorienté. Alors que dans le cas de la grenade explosive les effets dependent de la distance entre elle et le soldat.

-        EFD (Engagement Feedback Device) ce bracelet permet au soldat de se rendre compte notamment par les vibrations et de LED allumé lorsqu’il est touché, notamment si autour de lui plusieurs soldats tirent avec des armes automatique.

-        PMF (Protective Mask Filter) si au cours de  l’exercice le personnel doit être testé sur sa réaction à une attaque NBC, un délai est prédéfini pour la mise en place de l’équipement sur l’homme. Si ce délai n’est pas respecté, le système considére l’individu  comme mort.

De nombreux autres équipements existent en fonction de la demande de l’utilisateur.

Équipement du système de simulation SAAB (Suède)

 

Pistolet GLOCK 42 (GLOCK – Autriche)

Le groupe autrichien a présenté l’arme la plus compacte de la gamme, à savoir le GLOCK 42. Le pistolet a une longueur de 151 mm (canon de 82,5 mm), une hauteur de 105 mm pour une masse de seulement 380 grammes. Il est le premier à disposer d’un chargeur à pile unique réduisant la poignée pistolet (24 mm) et la glissière de manière significative.

Glock 42 (Autriche)

Le GLOCK 42 est chambré en 380 ACP avec une capacité de 6 cartouches. Dans l’ensemble, l’arme conserve les dernières modifications des versions GEN-4, à l’exception de rail de fixation pour accessoires absent sur cette version. Du tritium est inséré sur les organes de visée.

Glock 42 (Autriche)

 

MC 312 TACTICAL (GIRSAN-Turquie)

La firme turque Girsan présentait le MC 312 Tactical, nouveau fusil semi-automatique en calibre 12. L’arme dispose d’un nouveau système de fonctionnement plus fiable dénommé IRS (Inertial Rotary System). Le fusil est équipé d’une crosse pleine fixe avec poignée pistolet intégrée en matière synthétique et d’une plaque de couche en caoutchouc. La poignée garde-main intégrant le magasin tubulaire à cinq cartouches est également en matière synthétique.

Girsan MC 312 Tactical (Turquie)

Le système de visée est composé d’une hausse et d’un guidon protégés par des oreilles de protection. De plus l’arme reçoit un rail de fixation Picatinny permettant le montage d’une lunette de visée optique (AIMPOINT ML 4 par exemple). La version présentée sur le salon possédait un canon de 20 pouces (508 mm) pourvu d’un cache-flammes.

Girsan MC 312 Tactical (Turquie)

 

I-PROTECT (BERETTA/INTELLITRONIKA-Italie)

La firme italienne présentait son système I-PROTECT permettant d’obtenir en temps réel des informations technico-opérationnelles sur les armes et le personnel. Le système comprend un pistolet BERETTA PX 4, un module I-PROTECT, un sous-vêtement intégrant des capteurs et un smartphone.

Le sous vêtement envoie des informations concernant la position du tireur, son rythme cardiaque et respiratoire.

Beretta PX 4 I-Protect (Italie)

De même, Le PX 4 STORM est équipé de senseurs permettant de connaitre les éléments technico-opérationnel de l’arme, sureté, approvisionnement, état général…

Une boite noire I-PROTECT est montée sur le rail de fixation. Toutes ces informations permettent de décider d’un envoi de renforts ou d’une aide médicale

Écran de visualisation de l'I-Protect (Italie)

 

Pistolet P20 (ZVS – Slovaquie)

Le pistolet P20, variante compacte du P21 était présenté pour la première fois. L’arme est disponible en calibres 9 x 19 mm et 40 S&W. Elle est équipée d’une carcasse polymère.

ZVS P 20 (Slovaquie)

Le pistolet reçoit une large arcade de pontet permettant le tir avec des gants. Le poussoir de chargeur, le levier arrêtoir de glissière et le levier de sureté sont ambidextres.

Les organes de visée sont montés sur queue d’aronde ce qui permet de choisir entre la visée mécanique ou la visée optique.

L’arme est équipée d’un indicateur de chargement et d’une large fenêtre d’éjection. Un rail de type MIL STD-1913 permet le montage d’accessoires tel le module STREAMLIGHT TLR 2.

L’arme en version 9 x 19 mm à une capacité de 16 cartouches, mesure 190 mm de long pour une masse de 780 grammes.

 

SIG P 320 Standard(Sig Sauer – Suisse)

La firme suisse présentait le nouveau pistolet SIG P 320. Équipé d’une carcasse polymère,  et dont les maitres mots sont  flexibilité, sureté et modularité.

Le SIG P 320 est disponible en versions full size (arme standard) et Carry (version compacte).

SIG P 320 Standard (Suisse)

Trois dimensions de carcasse existent en fonction de la taille de la main du tireur. L’arme est disponible en trois calibres (9 x 19 mm, 357 SIG et 40 S&W).

Pour la sécurité au démontage, Il est obligatoire d’enlever le chargeur. Le pistolet dispose d’un levier arrêtoir de glissière ambidextre, la clé de démontage est placée à gauche de l’arme au-dessus de la queue de détente. L’arme est disponible avec deux types de détente (une standard et une seconde avec sureté). L’arcade de pontet de forme angulaire est striée à l’avant pour une pour une meilleure prise pour la main faible. Les organes de visée SIGLITE sont montés sur queue d’aronde, et le montage d’une visée optique de type TRIJICON RMR est possible. L’arme est livrée avec un canon standard ou un canon fileté permettant le montage d’un modérateur de son.

En version Standard de calibre 9 x 19 mm, l’arme a une capacité de 17 cartouches. Elle mesure 203 mm de long pour une masse de 833 grammes.

SIG P 320 Standard (Suisse)

 

CZ P 09 (CZ - République Tchèque)

Lors de la dernière édition du salon DSA 2012, la firme tchèque présentait le CZ 75 P 07 Duty. Cette année la célèbre firme tchèque présentait le pistolet Full Size : CZ P 09

Le pistolet dispose d’une carcasse polymère renforcée avec de la fibre de verre pour un poids moindre et une meilleure résistance aux agressions extérieures. La poignée pistolet possède des zones en relief pour optimiser la prise en main, y compris dans de mauvaises conditions. La taille de la poignée peut être adapté à la main du tireur en choisissant le backstrap adapté. La forme du puits de chargeur permet un rechargement plus simple et plus rapide. La glissière à la particularité d’être très basse dans la carcasse . Le systeme de vise est constitué d'une hausse en U et d'un guidon avec des inserts au Tritium.

CZ P 09 (République tchèque)

L’arme intègre un rail « picatinny » devant l’arcade de pontet pour accueillir une lampe tactique ou un pointeur laser comme ici un module Streamlight TLR 2.

A l’arrière de la glissière est monté au choix du client, soit une sûreté manuelle ou un levier de désarmement manuel ambidextre. Le verrou de chargeur se trouve à l’intersection de l’arcade de pontet et de la poignée pistolet. L’arme pèse 840 grammes, pour une longueur de 205 mm, un canon de 115 mm. Le chargeur est de 19+1 cartouches pour la version en 9 x 19 mm. L'arme est disponible aussi en 40 S&W

 

Pistolet PSS (JSC Tulsky Oruzheiny Zavod-Russie)

Le pistolet PSS est destiné aux opérations spéciales. De fonctionnement simplifié, l’arme utilise une technologie mise au point en Russie et tire sans bruit et sans signature visuelle.

PSS (Russie)

Le PSSutilise la munition SP4 de 7,62 mm de diamètre propulsée par un piston à une vitesse de 200 m/s. Le PSS est relativement compact (longueur de 165 mm). La portée pratique est de 50 mètres. Le PSS est alimenté par un chargeur à pile unique de six cartouches. Son système de visée est mécanique.

 

MKEK MB 38 (MKEK-Turquie)

La firme turque MKEK présentait pour la première fois le lance-grenades multiple de 38 mm MB 38destiné aux opérations de maintien de l’ordre.

MKEK MB 38 (Turquie)

Cette arme en calibre 38 mm tire toute une gamme de munitions à létalité réduite (fumigène, gaz lacrymogène, à balle caoutchouc…. Le barillet est animé par un ressort qui se comprime avec le chargement des munitions. L’arme est équipée d’une crosse de type M 4 rétractable et réglable en longueur. De même, le MB 38 est équipé d’une poignée antérieure de préhension. Une lunette permet au tireur d’être plus rapide et plus rapide.

 

Chemring PE 8 (Chemring  - Grande Bretagne)

La firme CHEMRING spécialisée dans les explosifs et les munitions présentait son nouveau mode de transport PE 8 qui permet de transporter des explosifs. Le conditionnement est composé d’une caisse en matière synthétique à quatre sous-ensembles contenant chacun  quatre pains d’explosif. Les sous-ensembles sont troués ce qui permet de les fixer avec des clous ou des sangles.

Chemring PE 8 (Angleterre)

Les explosifs peuvent être amorcés tout en restant dans la caisse ou dans les sous-ensembles. Le volume de la caisse est de 0,019 m³.

Chemring PE 8 (Angleterre)

 

 

Lunette de visée PN 23.3 (SHVABE - Russie)

La firme russe présentait plusieurs optiques diurne et nocturne parmi lesquelles la lunette de visée nocturne PN 23.3.

PN 23.3 (Russie)

Cette lunette peut être montée sur des armes d’infanterie et les fusils en calibre 12. Elle est protégée contre la surintensité lumineuse. La PN 23.3 est montée sur rail Picatinny pour un montage rapide ou en montage latéral. Son grossissement X 3 est couplé à un champ de vision de 13°. La lunette est alimentée par une pile AA lui assurant une autonomie de 15 heures. Son encombrement est faible (239x97x86 mm) et sa masse n’est que de 650 g. il est possible de reconnaitre un homme à une distance de 400 mètres.

PN 23.3 (Russie)

 

ATCOP    TISA 1 (ATCOP – Pakistan)

La firme pakistanaise présentait pour la première fois la lunette de visée thermique TISA 1. Destinée à être montée sur des fusils de tireur d’élite (STEYR SSG 69 ou ACCURACY AW), cette lunette permet d’observer par nuit intense et dans des conditions adverses (écran de fumée, brouillard...). L’optique fonctionne dans la bande spectrale 8 à 12 µm.  La TISA 1 est alimentée par piles de type AA et sa masse est d’environ 2,2 kg.

ATCOP TISA 1 (Pakistan)

Il est possible de détecter un homme à près de 1600 m et un char de combat à 4400 m.

La lunette est montée sur tout type de support à la demande du client (Picatinny par exemple).

 

Système de visée GR-40 (Rippel Effect - Afrique du sud)

La firme sud-africaine RIPPEL EFFECT présentait une nouvelle variante de la lunette de visée GR-40 destinée au lance-grenades XRGL. RIPPEL EFFECT est spécialisé dans les lance-grenades de type MGL et leurs accessoires. La face arrière dispose d’un écran permettant de choisir le type de munitions employées (basse ou moyenne vélocité). L’affichage de la distance de tir s’effectue en faisant glisser l’optique avec une molette qui se verrouille. L’affichage de l’écran se règle automatiquement en fonction de la luminosité ambiante et le système est compatible avec un système de vision nocturne.

GR 40 (Afrique du sud)

Ce système permet de viser les deux yeux ouverts et donc de garder en permanence une vision du champ de bataille.  Le GR-40 est alimenté par une pile CR 123 permettant 800 séquences de tir. Sa longueur est de 110 mm pour une masse de 455 g. Il peut être monté rapidement sur rail Picatinny.

GR 40 (Afrique du sud)

 

NiteSpotMR (Vectronix – Suisse)

La firme suisse connue pour ses optiques de nuit et ses télémètres laser présentait pour la première fois le module clip-onNiteSpotMR compatible au standard MIL STD 810.

NiteSpotMR (Suisse)

Cette lunette de visée nocturne peut être montée sur des fusils de précision jusqu'au calibre 0.50 (12,7 x 99 mm). Son tube IL de grande qualité est un PHOTONIS XR 5. La lunette peut être utilisée dans une plage de températures allant de -40°C à +46°C.

D’un encombrement de 2270 x 80 x 80 mm pour une masse de 900 grammes, elle est proche d’un gabarit de lunette de visée diurne ce qui facilite son emploi. L’alimentation est assurée par une batterie de type CR 123 ou AA avec une autonomie de 45 heures.

La NiteSpotMR est équipée de trois rails Picatinny ce qui permet de coupler des accessoires de visée et ainsi d’obtenir de très bons résultats de tir.

NiteSpotMR (Suisse)

 

Lunette de visée COD 2 (Belomo - Bielorussie)

La firme BELOMO présentait plusieurs optiques diurnes et nocturnes, parmi lesquelles la lunette de visée diurne COD 2.

Belomo COD 2 (Biélorussie)

Cette lunette est destinée aux armes d’infanterie (AK 47 ou AK 74 par exemple). Elle a été développée afin de permettre au tireur de traiter des cibles à très courtes et courtes distances sans aucun réglage.

Pour cela, une lunette et un point rouge sont intégrés dans un même module. La lunette classique dispose d’un grossissement X 4 et un champ de vision de 11° tandis que le point rouge a un grossissement  X 1.

La visée point rouge est montée au-dessus de la lunette. Le réticule de la lunette et le point rouge sont réglables en intensité en fonction de la luminosité ambiante.

La lunette COD 2 peut être montée en latéral ou sur rail Picatinny. Elle est alimentée par une pile AA. L’optique mesure 208 mm de long pour une masse de 700 grammes.

 

CIRIT (Rocketsan-Turquie)

La munition de 2,75 " (70 mm) CIRIT est très intéressante parce que polyvalente dans son emploi. Elle peut être tirée à partir d’hélicoptères, d’avions léger mais également à partir de véhicules voire de bâtiments de surface.

CIRIT (Turquie)

La CIRIT est tirée à partir d’un pod (le pod hélicoptère contient 4 CIRIT). La munition est guidée au moyen d’un désignateur laser compatible avec le STANAG 3733. La munition mesure 1 900 mm de long et pèse près de 15 kg. La portée minimale est de 1 500 m pour atteindre 8 000 m. Le CIRIT existe en version explosive (HE) et en version multi-rôles (perforante-antipersonnel-incendiaire). Ses cibles privilégiées restent les véhicules blindés, l’infanterie débarquée ou encore les infrastructures. Cette munition traite des cibles avec la plus grande précision ce qui réduit les dommages collatéraux.

CIRIT (Turquie)

 

Drone SR 10 (CTRM-Malaisie)

La firme CTRM spécialisée dans les UAV présentait le SR 10. Ce drone tactique lancé à la main se transporte en plusieurs éléments dans un sac à dos reparti sur deux soldats (un soldat transportant le drone et le second le terminal de contrôle). Le drone SR 10 est prévu pour atterrir directement sur le sol après son vol.

UAV SR 10 (Malaisie)

Sa portée est de 10 km, sa vitesse est de 30 km/h et son endurance est d’une heure. L’engin, pouvant voler à une altitude de 300 mètres, est propulsé par un moteur électrique le rendant difficilement détectable. Un équipement de surveillance gyrostabilisé est adaptable en réponse aux demandes de l’acheteur.

 

ADIK  LST (ADIK – Turquie)

La firme turque ADIK présentait plusieurs maquettes de bâtiments de surface dont un LST (Landing Ship Tank). Ce bâtiment transporte chars, blindés et personnel avec la possibilité d’avoir un support aérien grâce à la plateforme pour hélicoptère.

Ce bâtiment devrait entrer prochainement en service au sein de la marine turque. Sa modularité autorise à effectuer une large gamme de missions allant de l’assaut amphibie au bâtiment de commandement en passant par le soutien à des opérations humanitaires.

Le bâtiment mesure 138,75 m de long pour un déplacement de 18 nœuds de 7254t à pleine charge. Il peut ainsi parcourir 5000 miles à près de 15 nœuds de moyenne. Il permet de transporter 1200 tonnes de matériels dont 4 LCVP, de 4 Mexeflot (pontons) et un hélicoptère. Le LST est propulsé par 4 moteurs de 2880 kW. La puissance électrique du bâtiment est assurée par quatre générateurs de 785 kW (plus un de 250 kW de secours).

Le LST dispose de nombreux capteurs dont un radar 3D de surveillance, un système de détection de torpilles et des capteurs météorologiques.

Deux tourelles OTO MELARA de 40 mm placées à l’avant, deux tourelles SEA PHALLANX (une à l’avant et l’autre à l’arrière), deux tourelles télé-opérées ASELSAN STAMP de chaque côté du navire  et des systèmes lance-leurres assurent la défense rapprochée du LST.

L’équipage est de 146 hommes et le bâtiment peut transporter 350 hommes en plus des matériels. Des portes d’accès au niveau de la poupe et de la proue permettent de charger les véhicules dans le sens du débarquement. Un accès latéral permet également de charger quand le navire est à quai.

.

 

DACAD System (Azymuth Incorporated – Etats-Unis)

AZYMUTH INCORPORATED présentait son système DACAD (Date Acquisition Communication and Display) unique au monde.

DACAD System (États-Unis)

Le but principal du Diver DACAD System est la sécurité lors de l’entrainement des plongeurs. Ce système permet de contrôler 12 plongeurs en même temps.

Le Diver DACAD System est composé de trois éléments principaux :

-        Le Diverside Equipment composé d’un modem et d’un transmetteur de pression. Cet élément  se fixe sur les bouteilles de plongée ;

-        Le Dunking Transducer qui est plongé dans l’eau ;

-        Un ordinateur durci avec son programme.

Ce système permet de contrôler la position des plongeurs en 2D ou en 3D. La position 3D offre une vision claire et rapide de la position du plongeur.

DACAD System (États-Unis)

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:20
The M80 Stiletto takes part in Day 2 at the 2014 Sea-Air-Space Exposition in National Harbor, Maryland, April 8, 2014. (Photo by Jonathan Ernst)

The M80 Stiletto takes part in Day 2 at the 2014 Sea-Air-Space Exposition in National Harbor, Maryland, April 8, 2014. (Photo by Jonathan Ernst)

 

22/05/2014 by SITTA

 

Le salon Sea Air Space a lieu chaque année à Washington. Il s’agit de la plus importante exposition à vocation maritime des Etats-Unis. Organisé par la Navy League, ce salon est résolument tourné vers le marché américain de la défense. L’édition 2014, qui s’est tenue du 7 au 9 avril au Gaylord Convention Center du National Harbor (Sud de Washington), a rassemblé plus de 200 exposants majoritairement américains. La tendance générale de cette édition était orientée sur les programmes de Littoral Combat Ship (LCS) de l’US Navy et leurs Mission Packages, en particulier celui dédié à la guerre des mines. Un seul bâtiment était accosté devant le centre de convention, sur le Potomac : le Stiletto. Celui-ci a d’ailleurs fait l’objet d’une campagne de communication, auprès des institutionnels et de la presse. L’équipe SITTA a ainsi été conviée à visiter le bâtiment et à naviguer une trentaine de minutes sur le fleuve.

 

Le bâtiment de démonstrationStiletto  (Navsea – États-Unis). Basé habituellement à Little Creek (Virginie), le bâtiment de démonstration Stilettoavait rejoint les rives du Potomac et les quais du National Harbor pour l’occasion. Armé par le Navsea Warfare Center, cette unité est utilisée comme plateforme d’essais de charges utiles, par des industriels ou des organismes étatiques, afin de mener des expérimentations en environnement militaire et maritime réalistes. Le but recherché est de développer les équipements plus rapidement qu’en suivant le processus d’acquisition habituel du Département de la Défense américain (DoD). Ainsi, sur 56 systèmes testés à bord du Stilettoau cours de l’année dernière, huit sont d’ores et déjà entrés en service opérationnel.

Le Stilettoest capable d’atteindre la vitesse maximale de 47 nœuds et possède une autonomie supérieure à 500 nautiques. L’équipage de conduite ne comprend que trois membres d’équipage auxquels peuvent être ajoutées jusqu’à 10 personnes (forces spéciales ou techniciens par exemple). La surface disponible pour l’embarquement de charges utiles atteint 200 m². Doté d’une embarcation de type RHIB (Rigid-Hulled Inflatable Boat),le Stillettoest en mesure de mettre en œuvre des drones aériens (UAVs) et sous-marins (UUVs).

 

Le canon électromagnétique Electromagnetic Railgun (BAE Systems – États-Unis

La compagnie BAE Systems et l’Office of

Naval Research (ONR) mettaient en avant, sur ce salon, le prototype de canon électromagnétique baptisé Electromagnetic Railgun (EMRG). Le principe de fonctionnement de cette arme, repose sur une propulsion assurée par une force électromagnétique en lieu et place d’une charge propulsive classique, telle que la poudre. Pour détruire leurs cibles, les projectiles, dépourvus de charges explosives, utilisent uniquement l’énergie cinétique développée lors du lancement. Lorsqu’il aura atteint sa pleine capacité, l’Electromagnetic Railgun sera en mesure de tirer un projectile à plus de 200 miles nautiques à des vitesses de lancement de Mach 7.5 et d’impact de Mach 5. Des munitions modulaires de type Hypervelocity Projectile (HVP), à enveloppe identique et charges interchangeables, pourront alors être employées.

Le canon électromagnétique pourra être utilisé contre des objectifs terrestres et maritimes à longue distance et pour la défense antimissile. Les premiers essais opérationnels de l’Electromagnetic Railgun devraient survenir en 2016, depuis un bâtiment de l’US Navy de type Joint High Speed Vessel (JHSV).

 

Le drone de surface Common Unmanned Surface Vessel (Textron Systems – États-Unis). La société américaineTextron Systems présentait un drone de surface multimissions désigné Common Unmanned Surface Vessel (CUSV). L’architecture modulaire de cet USVpermet à la fois des reconfigurations de la plateforme et l’accueil de charge utiles interchangeables. Ce drone a vocation à remplir des missions de lutte anti-sous-marine ou antisurface, de guerre des mines, de relais de communications ou d’Intelligence Surveillance & Reconnaissance (ISR). Il peut être utilisé comme plateforme de lancement et de récupération pour des drones aériens (UAVs) ou sous-marin (UUVs). Le CUSVpeut être embarqué sur les 2 versions de Littoral Combat Ship (LCS) américains (monocoque de Lockheed Martinet trimaran de Austal). Dans ce cadre, il pourrait être retenu dans le Mission Package dédié à la guerre des mines (MCM) des LCS actuellement en cours de développement. Une des configurations possibles dans ce type de mission consisterait à employer 2 CUSV, l’un étant dédié à la détection et l’autre à la neutralisation des mines.

 

Le drone semi-submersible multi-missions Remote Multi-Mission Vehicle(Lockheed Martin – États-Unis). La compagnie américaine Lockheed Martinmettait en avant la solution qu’elle propose dans le cadre du Mission Packagedes LCSrelatif à la guerre des mines (MCM). Il s’agit du Remote Minehunting System (RMS) dont les fonctions sont dedétecter, classifier et identifier les mines de fond et à orin. Le RMS associe un véhicule autonome, semi-submersible, appelé Remote Multi-Mission Vehicle (RMMV) et un capteur remorqué à immersion variable, le sonar AQS-20A(Raytheon). Le RMMVest en mesure d’opérer à des distances bien supérieures à la ligne d’horizon et par des états de mer conséquents. Son autonomie voisine de 24 heures permet d’assurer une permanence sur zone prolongée. Le RMMVpeut être déployé depuis la côte ou depuis une grande variété de plateformes navales.

 

Le missile Dual Mode Brimstone(MBDA Missile Systems États-Unis). A l’occasion du salon, la société MBDAMissile Systems mettait en avant le missile Dual mode Brimstone. Une maquette présente sur le stand MBDAprésentait un F/A-18E Super Hornet dans une configuration d’emport sous voilure à 12 missiles (4x3). Ce missile à vocations Air/Sol ou Air/Surface peut être utilisé pour traiter une large gamme de cibles incluant des véhicules ou des embarcations se déplaçant à grand vitesse. Utilisé avec un certain succès par la Royal Air forceen Libye et en Afghanistan, le missile bénéficie du label « Combat Proven ». Le Dual mode Brimstonepossède deux modes de guidage sélectionnables depuis le cockpit. L’un est un mode semi-actif laser (SAL). L’autre combine une première phase utilisant le mode semi-actif laser puis une phase finale utilisant un mode actif mettant en œuvre un autodirecteur radar à ondes millimétriques (MMW), pour les cibles rapides et manœuvrantes. MBDApropose le missile Dual mode Brimstone aux forces armées américaines en vu d’équiper les avions de chasse F/A-18 E Super Hornet et les hélicoptères MH-60 R.

 

Le missile Long Range Anti-Ship Missile (LRASM)(Lockheed Martin – États-Unis). Lockheed Martinexposait à l’occasion de ce salon une maquette à l’échelle ¼ du missile antinavire Long Range Anti-Ship Missile (LRASM). Depuis l’annonce, effectuée lors du salon DSEI 2013, d’un tir sur une cible de surface depuis un bombardier B-1B, des essais de lancement ont été effectués à partir de lanceurs verticaux de type VLS MK-41. Le LRASMest un missile guidé antinavire pouvant être tiré à distance de sécurité, bénéficiant de l’expérience acquise avec le programme JASSM-ER(Joint Air-to-Surface Standoff Missile Extended Range). Le LRASMdoit répondre aux besoins de l’US Navy et de l’US Air Force. Doté d’une charge d’environ 450 kg, le LRASMest doté d’un autodirecteur multi modes, d’une liaison de données et d’un système avancé de lutte contre le brouillage de GPS devant lui permettre de détecter et de détruire des cibles particulières au sein d’un groupe de bâtiments.

 

Le Patrol Frigate4921 (Ingalls ShipbuilgÉtats-Unis). Les chantiers américainsIngalls Shipbuildings présentaient un concept de frégates désigné Patrol Frigate, dérivé des National Security Cutter (NSC) déjà en service chez les US Coast Guard. La forme générale du NSCa été conservée et le bâtiment militarisé. D’un déplacement de 4 600 tonnes et d’une longueur de 127 mètres, le concept de Patrol Frigate peut être décliné en différentes versions. Le système de combat est présenté comme flexible et s’adaptant aux besoins du client. La version exposée désignée « Patrol Frigate 4921 » était dotée d’un sonar de coque et d’un sonar remorqué, d’un canon de 76 mm, de lanceurs verticaux, de missiles antinavires de type Harpoon, de tubes lance-torpilles et d’un système de défense rapprochée (CIWS) de type SeaRam. Présenté dans une version équipée d’une mature intégrée, une variante avec une mature traditionnelle, identique à celle des NSC, est également disponible. Le bâtiment dispose de deux hangars aéronautiques et peut embarquer un hélicoptère de la classe H-60et deux UAV. Ce type de bâtiment est proposé par Ingalls Shipbuildingsà l’US Navy en remplacement de ces frégates actuelles.

 

La tourelle téléopérée MK-38 mod 2- (BAE Systems – États-Unis). La compagnieBAE Systems exposait son concept de tourelle canon MK-38 mod 2équipée d’un panier lance-roquettes. La tourelle téléopérée Mk-38 mod 2développée par BAE est basée sur le canon M242d’un calibre de 25 mm, d’une portée de 2 500 mètres et d’une cadence maximale de 180 coups/minute. La tourelle comporte également une conduite de tir optronique de type Toplite,développé par Rafael,et composé de voies optiques (jour/nuit), infrarouge et laser. La nouveauté dans ce concept réside dans l’adjonction d’une capacité de tir de roquettes de type Advanced Precision Kill WeaponSystem II (APKWS II). Cette roquette de 70 millimètres à guidage semi-actif laser est en service dans les forces armées américaines et notamment sur les hélicoptères de type AH-1 et UH-1 de l’US Army.

Conçu à l’origine comme un armement à vocation air/sol, la roquette APKWS II a récemment démontré ses capacités en configuration air/surface, tirée depuis un hélicoptère. En associant les roquettes APKWS II à la tourelle MK-38 mod 2, BAE Systems propose à l’US Navy un système à vocation surface/surface permettant, notamment, de traiter les menaces de type asymétrique.

 

La tourelle multi senseurs MX-25(L3 Wescam– Canada). La société canadienne L-3 Wescam présentait sur ce salon une nouvelle tourelle multi-senseurs, désignée MX-25. La tourelle est déclinée en deux versions : MX-25et MX-25D, comportant respectivement 6 et 7 voies dans les domaines du visible (jour/nuit), de l’infrarouge et du laser. Cette tourelle de grande taille destinée à des aéronefs à voilure fixe, des aérostats ou des drones peut être utilisée à haute altitude, pour la désignation d’objectifs (MX-25D) et d’Intelligence Surveillance & Reconnaissance (ISR). Sa taille, largement supérieure à celle des autres tourelles de la marque, autorise l’emport de senseurs de plus grandes dimensions conduisant à une augmentation significative de la portée. La résolution est de type Haute Définition (HD) atteignant les 1 080p. Les 6 voies disponibles sur la version MX-25, comprenant notamment un télémètre et un illuminateur laser sont complétées sur la version MX-25Dpar un véritable désignateur laser.

 

Le Wave GliderSharc SV3 (Liquid Robotics Federal – États-Unis). La société américaine Liquid Robotics Federal exposait, au cours de ce salon, le Wave Glider Sharc SV3. Destinés à des missions de sécurité nationale ou de défense, les wave glider de la série Sharc SVutilisent la force des vagues pour se déplacer et l’énergie solaire pour alimenter leurs charges utiles. Dérivé du Sharc SV2, la version SV3constitue une nette amélioration en termes de capacités et de performances grâce notamment à une augmentation de la taille du module flottant. Le volume disponible pour l’embarquement de charges utiles a également été doublé. Le Sharc SV3 est désormais doté d’un petit moteur électrique, autorisant son utilisation dans les mers formées ou en cas de courants forts. Le principal avantage de ce système réside dans sa capacité de permanence sur zone en toute discrétion vis vis-à-vis des détections acoustique, visuelle ou radar. Disposant de moyens de navigations et de communications modernes et performants, le Sharc SV3 est capable de traiter et de transmettre en temps réel les données collectées. Le Sharc SV3 peut être utilisé de façon autonome ou au sein d’une Task Force dans des missions de guerre des mines ou de lutte anti sous-marine.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 09:35
New Zealand Contract Signed for MBDA’s Sea Ceptor


27/05/2014 MBDA

 

The New Zealand Ministry of Defence signed a contract on 21st May with MBDA for the provision of Sea Ceptor for the Local Area Air Defence element of the Royal New Zealand Navy’s ANZAC Frigate Systems Upgrade (FSU) project. This contract confirms the selection of the system by the RNZN for its ANZAC frigates that was announced in October 2013.

 

Steve Wadey, MBDA UK Managing Director and Group Executive Director Technical, said: “I am delighted that New Zealand has confirmed its selection of Sea Ceptor for the ANZAC FSU project. This first success in the global market outside the United Kingdom for Sea Ceptor is due not only to its advanced operational and through-life cost advantages, but also to the invaluable support provided by the UK Government and the Royal Navy during discussions with the New Zealand Ministry of Defence. Cooperation between the Governments and the Navies of the United Kingdom and New Zealand will continue to be important to delivering an excellent Sea Ceptor capability throughout the life of the project.”

Notes to Editors

The appeal of Sea Ceptor is creating significant interest in a number of markets around the world and its versatility makes it the ideal choice for the ANZAC upgrade. As an active radar system, Sea Ceptor does not require the dedicated tracker/illuminator radars on which semi-active systems depend. Sea Ceptor deploys the CAMM (Common Anti-air Modular Missile) which, due to its soft launch technology, requires no efflux management system. This minimizes the system’s mass and footprint thereby allowing for greater flexibility regarding ship installation positions. CAMM missile canisters are compatible with a wide range of vertical launch systems.

CAMM features in a family of next generation, all-weather, air defence weapon systems with applications for sea and land environments providing 360° air defence coverage against multiple simultaneous targets, both airborne and surface. This flexibility extends to installation options, a choice of launchers, including the widely used MK 41, and system compatibility with a range of sensors. Cost is a major advantage of CAMM and customers will benefit from a “10 year canister” solution for maximum ease of inventory service management and minimum through life costs.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 08:20
Le Dixmude participe à l’entraînement franco-américain NARVAL

 

26/05/2014 Marine nationale

 

La 2nd Marine Division (USMC) et la 6ème brigade légère blindée (BLB) ont réalisé, du 21 au 23 mai 2014, un entraînement de planification d’une opération amphibie de niveau Commander Landing Force (CLF) à bord du Bâtiment de projection et de commandement (BPC)  Dixmude, depuis la base navale de Toulon, à la fois à quai et en mer.

 

L’exercice NARVAL avait pour objectifs la connaissance mutuelle des deux états-majors, la présentation des méthodes de travail amphibie française via un exercice de planification embarqué et une présentation des traditions des unités de la brigade.

 

L’enjeu de cette opération était de partager les techniques, modes d’action et modes de planification en matière d’opérations amphibies. Depuis février 2014, dans le cadre du partenariat entre la 6ème BLB et l’USMC, des officiers français assistent régulièrement à des exercices de l’USMC, et inversement. Autre illustration de cet échange : trois à quatre fois par an, une compagnie de Marines effectue un exercice terrestre tactique à Nîmes en binômage avec une compagnie appartenant à la 6ème BLB.

 

Au-delà d’un simple échange de savoir-faire, cet exercice illustre pleinement la coopération interarmées et interalliée caractéristique d’un BPC comme le Dixmude.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:54
Coup de projecteur : moniteur simulateur au CIEH

 

 

22/05/2014 Capitaine Marianne Jeune - Armée de l'air  

 

Le centre d’instruction des équipages d’hélicoptères (CIEH) situé sur la base aérienne 115 d’Orange compte quatre moniteurs sur simulateur. Découverte de ce métier de l’ombre avec un jeune sergent passionné.

 

Il ne porte pas le macaron ailé. Pourtant, il maîtrise les commandes d’un simulateur Fennec comme le ferait un pilote aguerri. À 25 ans à peine, le sergent Kevin Martin est l’un des quatre moniteurs à former et sanctionner la formation des élèves pilotes du CIEH. « Outre quelques cours dispensés au sol, chaque module débute par des séances de simulateur, explique le jeune sergent. Nous sommes alors sollicités, soit en place avant de l’appareil, à côté du stagiaire, soit au pupitre lors de séances plus complexes menées par les instructeurs du centre. Dans chacun des cas, nous sommes amenés à enfiler plusieurs casquettes. » Au CIEH, le petit groupe de moniteur s’amuse d’ailleurs à se comparer à des décathloniens. « Il faut savoir tout maîtriser, mais on ne peut pas être expert en tout ! »

 

Lorsqu’il est au pupitre, le moniteur est le garant de l’interface homme-machine pour le réalisme des missions proposées. Il est le spécialiste de la programmation du simulateur tout en jouant le rôle de différents acteurs avec qui le stagiaire peut être amené à interagir pendant sa mission : de l’hélicoptère leader d’un vol en formation au contrôleur aérien d’un centre de détection et de contrôle, en passant par un avion intercepté lors des mesures actives de sûreté aérienne. « Et nous jouons parfois tous ces acteurs durant une même séance », lance le moniteur. Et d’ajouter : « J’essaie également d’être force de proposition. L’instructeur pilote élabore ses missions conformément au programme de formation, mais on peut proposer des scénarios spécifiques ou ajouter une météo particulière. C’est un travail collaboratif qui fonctionne très bien. »

 

Lors des séances en équipage, le moniteur simulateur est assis en place avant à côté de l’élève. Il faut alors tenir le rôle de copilote tout en menant l’instruction et en vérifiant le travail du stagiaire. Malgré son jeune âge et sa courte expérience, le sergent Martin ne manque pourtant pas de légitimité aux yeux des stagiaires. « La fonction prime sur le grade, explique-t-il. Tout le monde en est conscient. C’est sûr qu’au début ça n’a pas été évident. Mais avec des bases solides et en travaillant bien la documentation, on devient plus à l’aise. »

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:50
Le général de Villiers et son homologue britannique en visite à l’exercice Rochambeau

 

23/05/2014 Sources : EMA

 

Le 19 mai 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) et son homologue britannique, le General Sir Nicholas Houghton, se sont rendus à Mourmelon et Mailly où se déroulait, depuis le 10 mai, un exercice majeur pour les armées de Terre britanniques et françaises : Rochambeau 2014.

 

En se rendant conjointement sur l’exercice Rochambeau, le général de Villiers et le général Houghton ont tenu à mettre en valeur un exemple concret de la coopération militaire bilatérale engagée depuis 2010 avec le traité de Lancaster House. Ayant l’un et l’autre exercé la fonction de major général des armées avant de devenir CEMA, le général de Villiers et le général Houghton ont été étroitement impliqués dans la transformation de leurs armées respectives. Cette expérience leur a permis de mesurer l’importance des coopérations bilatérales et multilatérales dans le domaine opérationnel, capacitaire et industriel. Pour le général de Villiers, « c’est à travers des concrétisations comme celle de la CJEF que nous préparons l’avenir des armées ».

 

Au cours de cette visite, effectuée aux côtés des chefs d’état-major de l’armée de Terre français et britannique, le général d’armée Bertrand Ract Madoux et le General Sir Peter Wall, le CEMA a déclaré que les armées françaises et britanniques étaient « au rendez-vous de la feuille de route de la CJEF qui vise en 2016 la pleine validation de notre capacité à planifier et conduire une opération avec les forces britanniques ». Après la validation de la composante maritime de la CJEF en 2012, lors de l’exercice Corsican Lion et celle de la composante aérienne avec Joint Warrior en 2013, Rochambeau était centré sur l’armée de terre, marquant une étape décisive dans montée en puissance de la dimension interarmées de la CJEF. Cet objectif devrait être atteint en 2015 et 2016, avec deux exercices qui engageront l’ensemble des trois composantes au cours d’un déploiement interalliés.

 

Dans le contexte stratégique actuel et au vu des contraintes budgétaires pesant sur les armées, le général de Villiers et le général Houghton ont conclu cette journée en rappelant l’importance de développer des outils polyvalents et interopérables, tels que la CJEF, permettant de faire face rapidement aux crises. « Avec 15 nationalités et 3200 hommes rassemblés aujourd’hui, cet exercice est la démonstration de notre volonté, avec Sir Houghton, de développer notre interopérabilité pour être plus forts ensemble lorsque les intérêts communs français et britanniques sont en jeux, mais aussi au service d’un cadre plus large, de l’OTAN, de l’UE ou de l’ONU », a précisé le général de Villiers.

Le général de Villiers et son homologue britannique en visite à l’exercice Rochambeau
Le général de Villiers et son homologue britannique en visite à l’exercice RochambeauLe général de Villiers et son homologue britannique en visite à l’exercice Rochambeau
Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:47
Mali: « une cinquantaine » de soldats tués lors des combats à Kidal (ministre de la Défense)

 

25.05.2014 maliactu.net

 

Les forces maliennes ont enregistré dans leurs rangs « une cinquantaine de morts » lors des récents combats à Kidal (extrême nord-est) contre les groupes armés, qui contrôlent la ville depuis quatre jours, a indiqué dimanche soir le ministre malien de la Défense.

 

« Du point de vue du bilan » des affrontements des 17 et 21 mai, « nous avons une cinquantaine de morts, malheureusement, et une quarantaine de blessés – 48 blessés. De l’autre côté, on ne connaît pas leur bilan, on sait qu’eux aussi ont eu des pertes », a déclaré le ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, sur la télévision publique ORTM captée à Dakar.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:46
Fortes pressions sur Alger pour l’impliquer militairement dans le Sahel

 

25.05.2014 Par : Djamel Bouatta - liberte-algerie.com

 

La récente visite à Alger du ministre français de la Défense est la partie émergée des pressions qui s’exercent sur notre pays pour qu’il s’implique militairement dans la région.

 

Avant lui, le secrétaire d’État américain avait fait le voyage dans notre pays la veille de la présidentielle du 17 avril pour se satisfaire de la convergence de vue entre Alger et Washington sur la lutte antiterroriste dans le Sahel saharien et solliciter d’avantage de coopération de la part de l’ANP, décrite par les médias américains comme la plus puissante dans la région. Pour le moment, les autorités algériennes s’en tiennent au principe de non-ingérence dans les affaires d’autrui, à plus forte raison dans le voisinage, et à la conduite qui a toujours été la sienne de ne pas envoyer l’ANP hors des frontières. Cette neutralité, si elle a eu pour elle le respect des principes, a néanmoins atteint ses limites avec les menaces extérieures - de plus en plus évidentes - qui sourdent à nos  portes. À l’Ouest : la poudrière sahraouie et le trafic à large échelle de la drogue. Au Sud : le volcan nord-malien rallumé par la reprise des hostilités entre le pouvoir et la rébellion targuie du MNLA. À côté : le Niger en passe de devenir, lui aussi, un chaudron. Et le danger le plus éminent : le chaos libyen contre lequel l’ANP a tout de même massé, à la frontière de 1 000 kilomètres, à titre préventif, un important contingent. La posture de l’Algérie sur cette question militaire n’est pas restée figée puisque des fuites en France ont laissé entendre que la récente neutralisation d’une dizaine de terroristes d’Aqmi par l’ANP à la frontière avec le Mali a été le fait de renseignements livrés par la France et suite à son opération dans l’Adrar des Ifoghas, région nord malienne investie par les forces spéciales françaises de l’opération Serval. L’hôte français du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major a émis le souhait de voir notre pays s’impliquer beaucoup plus et pas seulement pour des raisons stratégiques. Le ministère français de la Guerre est menacé par de nouvelles restrictions budgétaires, au point que ses chefs d’état-major ont frappé sur la table, arguant les missions de leurs armées à l’étranger, notamment en Afrique. La France a revu de fond en comble son dispositif militaire en Afrique. Dans le sens d’un véritable maillage.

 

Le président socialiste français a, de la sorte, revu à la hausse la fonction de “gendarme” de l’Afrique avec, cette-fois, la bénédiction de son homologue américain lequel, bien que son opinion soit hostile à toute intervention des GI’S à l’étranger, est également fortement impliqué dans le nouveau puzzle en construction sur le continent que tous les prospectivistes ont annoncé comme le marché du troisième millénaire.

 

Le frémissement diplomatique autour de l’Algérie, l’évolution des situations sécuritaires à ses frontières et le renforcement de bases françaises et américaines de façon discrète, présagent-ils de nouvelles interventions occidentales dans le Sahel pour une autre lutte contre le terrorisme ? L’option pour Paris n’est pas à exclure. François Hollande n’a-t-il pas réuni récemment chez lui cinq chefs d’État du Sahel et leur homologue de la première puissance économique africaine, le Nigeria, incapable de venir à bout de Boko Haram, une secte qui a muté en organisation djihadiste et qui s’inscrit désormais dans la dynamique de l’Aqmi et d’Al-Qaïda ? Le décor est donc déjà assez bien implanté pour des remakes d’interventions occidentales comme en Libye en 2011, ou au Mali deux années plus tard, et où l’armée malienne n’est pas encore en mesure de normaliser la situation sécuritaire. Un rapport de John Brennan, le conseiller principal du président Barack Obama en matière de sécurité internationale et de lutte contre le terrorisme, est aussi révélateur de cette option. Et, bien sûr, que derrière cette cause de lutte contre le terrorisme islamiste, les soupçons d’un intérêt occidental pour les richesses du Sahel, entre autres, uranium, fer et pétrole, sont très forts. L’Occident, selon des analystes autres que les théoriciens du complot néo-impérialiste, irait même jusqu’à alimenter l’instabilité de la région pour pouvoir intervenir plus vite. Les révélations récentes par le quotidien français Le Parisien, bien informé par les services français, sur le subventionnement par le Qatar de groupes terroristes dans le Sahel et son cercle stratégique qui court jusqu’en Somalie en passant par le Nigeria et le Kenya, alimentent cette explication. Une information qui prend son entière dimension quand on connaît les liens entre le Qatar, la France et les États-Unis comme illustrés dans la guerre de l’OTAN en Libye, puis dans la guerre civile en Syrie. Pour revenir à notre pays, ce n’est plus un secret aujourd’hui : des bases militaires françaises et américaines sont installées autour de ses frontières.

 

La France dispose de toute la région en question. En outre des points d’appui stationnés plus dans Tessalit l’Adrar des Ifoghas et à Gao, au nord au Mali, une grande base au Tchad, à N’djamena où sont installés des avions de combat Mirage 2000 et Rafale appuyés par des ravitailleurs et des forces terrestres sous le commandement de l’état-major qui dirige les opérations au Sahel, au Niger, à Niamey où sont domiciliés des drones de renseignement Reaper achetés aux États-Unis. Outre une forte présence de bâtiments de guerre en Méditerranée, eux aussi ont installé, dans la discrétion, des bases notamment à Ouagadougou d’où décollent les U 28 A pour surveiller le Sahel, appuyés par des drones également de surveillance de l’Afrique du Nord, à Niamey au Niger.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:46
Sangaris : premières patrouilles nomades autonomes pour le GTIA Scorpion

 

23/05/2014 Sources : EMA

 

Du 12 au 16 mai 2014, le groupement tactique interarmes (GTIA) « Scorpion » a conduit une patrouille nomade autonome (PNA) entre Bambari et Bria.

 

Une PNA est une patrouille de plusieurs jours, sur une longue distance, avec le niveau nécessaire de vivres, d’eau et de munitions pour garantir son autonomie. Elle a pour objectif de mailler le terrain afin de dissuader toute incursion de groupes armés, de garantir la libre circulation des personnes et des biens, rassurer les habitants et de recueillir du renseignement..

 

Sur une distance d’environ 200 km de pistes parfois difficilement praticables entre Bambari et Bria, le GTIA « Scorpion » a organisé de multiples rencontres avec les autorités locales et la population : le dialogue et l’implication des responsables locaux sont essentiels pour expliquer la mission de la MISCA aux côtés de la force Sangaris, et véhiculer des messages d’apaisement. Au contact des différentes communautés, les hommes du GTIA « Scorpion » ont pu convaincre de l’impartialité de leur engagement et enrichir leur expérience humaine.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : premières patrouilles nomades autonomes pour le GTIA ScorpionSangaris : premières patrouilles nomades autonomes pour le GTIA Scorpion
Sangaris : premières patrouilles nomades autonomes pour le GTIA ScorpionSangaris : premières patrouilles nomades autonomes pour le GTIA Scorpion
Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:45
RCA : Soutien des EFS à la force Sangaris

 

20/05/2014 Sources : EMA

 

Dans le cadre du soutien apporté à l’opération Sangaris, les éléments français au Sénégal (EFS),  ont assuré l’acheminement de sept véhicules de l’avant blindé (VAB).

 

Cet acheminement de VAB au profit de la force Sangaris s’inscrit dans le cadre du renfort de ses capacités motorisées suite à l’étirement de sa zone d’action vers l’Est et dans le Nord-Ouest du pays.

 

Prélevé sur la ressource du parc GUEPARD des EFS stationné à Dakar, ces VAB ont été préparé le détachement maintenance des matériels terrestres (DMMT).

Le 26 avril, à 5h00 du matin, les sept VAB pilotés par du personnel de l’unité de coopération régionale (UCR) étaient à l’escale aérienne militaire (EAM) en attente du gros porteur. A 7h50, la colonne de véhicules faisait mouvement vers la zone d’embarquement sur l’aéroport Léopold Sedar Senghor.

 

Après la pesée, les 70 tonnes de matériel ont été chargées à bord de l’Antonov AN-124 par l’équipage de l’aéronef en collaboration avec la section transit aérien (STA). Deux heures ont été nécessaires pour charger et arrimer le fret.

 

L’Antonov124 a décollé dans la nuit du 27 au  28 avril, afin de livrer dans les délais fixés les sept VAB à la force Sangaris.

 

Cette mission, qui a engagé plusieurs entités des EFS, illustre la parfaite coordination interarmées et la capacité de réaction des EFS en soutien des opérations en cours en Afrique.

RCA : Soutien des EFS à la force SangarisRCA : Soutien des EFS à la force Sangaris
Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:40
L’Azerbaïdjan pourra acheter plus de chars russes

 

 

26 mai 2014, Claire -armenews.com

 

L’Azerbaïdjan pourra acheter 100 chars de bataille supplémentaires aux russes après avoir reçu pour 1 milliard de dollars de fournitures militaires.

 

Konstantin Biryulin, le chef adjoint du Service fédéral pour la coopération technico-militaire, a déclaré que les entreprises de défense russes ont presque tous terminé la livraison de ces armes offensives, dont environ 100 chars T-90.

 

“ Nous avons terminé l’envoi de l’ensemble du lot - soit 100 chars - il y a environ un mois “, a déclaré Biryulin, comme convenu par un contrat russo-azerbaïdjanais de défense signé en 2011.

 

Le responsable russe a également révélé que le contrat donne à l’Azerbaïdjan une option d’achat de 100 autres T-90. “ Mais la deuxième partie n’a pas encore été traité “, a t-il précisé.

 

Les livraisons d’armes russes à l’Azerbaïdjan a fait sensation en Arménie après avoir été révélées par un journal de Moscou il y a un an. Le tollé s’est intensifiée après la déclaration du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev en août puisqu’il a révélé que le volume total des contrats de défense avec les Russes “ se mesure à 4 milliards de dollars. “

 

Des politiciens arméniens, la plupart dans l’opposition, et les experts ont accusé Moscou d’agir contre l’esprit de l’alliance militaire russo-arménienne. Des responsables de la sécurité russes ont rejeté la critique.

 

Le ministère de la Défense a refusé vendredi de commenter cette révélation de préparation apparent de Moscou à vendre plus de réservoirs à Bakou. La révélation de Biryulin est assuré de susciter de nouvelles déclarations anti-russes par des groupes d’opposition et les médias arméniens.

 

Que la Russie soit prête à vendre des armes supplémentaires à l’Azerbaïdjan a été indiqué par le général Valery Gerasimov, le chef d’état-major général de l’armée russe, lors d’une visite à Bakou le mois dernier. Plus tard, en avril, une aide pour le ministre azerbaïdjanais de l’industrie de la défense a exprimé l’espoir que Moscou solidifie son statut de premier fournisseur de l’Azerbaïdjan pour l’équipement militaire.

 

L’armée azerbaïdjanaise a reçu des chars russes, des véhicules blindés, des systèmes d’artillerie, des hélicoptères d’attaque et d’autres armes offensives.

 

Les forces armées étroitement intégrées de l’Arménie et du Haut-Karabagh ne sont pas connus pour avoir des chars T-90 dans leur arsenal. La grande majorité de leurs chars est moins avancée que le modèle T- 72.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:35
Russie / Chine : bilan des exercises navals Joint Sea-2014

 

 

25.05.2014 Par La Voix de la Russie

 

L'augmentation du niveau des rapports de partenariat et de coopération stratégique entre la Russie et la Chine fera consolider la paix et la stabilité en Asie-Pacifique mais aussi aura un impact positif sur la coopération entre les deux pays et leurs flottes, a déclaré le commandant des exercices Joint Sea-2014, côté chinois, le vice-amiral de la marine de guerre de l'Armée populaire de libération de Chine Tian Zhong à une conférence de presse donnée au terme de la phase active des exercices, selon ITAR-TASS.

 

« Les liens sino-russes relèvent du nouveau type des rapports interétatiques. Nos pays ont établi des rapports de partenariat stratégique et de coopération, a signalé le vice-amiral Zhong. Il n'existe aucune « alliance militaire » entre la Russie et la Chine. »

 

« La coopération entre les forces armées de Russie et de Chine ne vise aucun pays tiers. Joint Sea-2014 sont des exercices communs réguliers qui se tiennent sur la base de la compréhension mutuelle entre les deux pays. La Russie et la Chine sont deux grandes puissances en Asie-Pacifique ayant des intérêts communs et des obligations appelées à sauvegarder la paix et la stabilité dans cette région du monde. »

 

Le vice-amiral Zhong a fait remarquer que les exercices portaient un caractère stratégique multiforme par rapport à deux éditions précédentes. Les présidents des deux pays Vladimir Poutine et Xi Jinping ont participé à la cérémonie d'ouverture des exercices « ayant ainsi confirmé » le haut niveau du partenariat stratégique et de la coopération entre la Chine et la Russie ainsi que la confiance politique réciproque. »

 

« Les exercices ont fait augmenter la capacité des deux flottes de s'opposer aux menaces de sécurité en mer. Ils ont aussi confirmé l'amitié traditionnelle entre nos deux pays et nos deux armées », a fait observer le vice-amiral Zhong.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:25
Mission Jeanne d’Arc 2014 : 24h au centre d’entraînement en forêt équatoriale

 

21/05/2014 Actu Marine

 

Le 10 et 11 mai 2014, quarante marins et soldats de l’armée de Terre embarqués à bord du bâtiment de projection et de commandement Mistral dont une dizaine d’officiers-élèves ont participé à un stage de 24h au centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE). Ce centre, armé par des militaires du 3ème régiment étranger d’infanterie, constitue une référence en matière d’apprentissage des techniques et des tactiques liées à la vie et au combat en forêt équatoriale. Récit de l’EV B., 24 ans, officier-élève.

 

Samedi 10 mai. 9h. Nous quittons le Mistral en chaland de transport de matériel (CTM). Destination: le «CEFE», le centre d’entraînement en forêt équatoriale.

 

13h. Nous arrivons enfin au centre, en plein cœur de la forêt Amazonienne. Accueillis par la fameuse pluie équatoriale, il est temps pour nous de récupérer nos effets pour le bivouac : hamac, poncho, «voile tonnerre»… le strict nécessaire pour passer la nuit dehors en forêt.

 

14h. Deux légionnaires, spécialistes de la forêt et instructeurs aguerrissement au CEFE, nous présentent l’animalerie du centre. L’objectif est de nous sensibiliser à la faune de la forêt : pumas, jaguars, mygales, caïmans, ou encore anacondas…

 

16h. Le ciel s’assombrit progressivement. Nos instructeurs nous apprennent à monter un bivouac qui nous permettra de passer une nuit en toute sécurité au milieu de la «selva». Il faut tout monter avant la tombée de la nuit. Rusticité, efficacité, sont les maîtres mots pour une bonne nuit en forêt. Un mouchoir, un fil de fer et un morceau de bois suffisent pour lancer le feu qui nous réchauffera toute la nuit.

 

Dimanche 11 mai. 5h30. Branle-bas. La nuit fût bonne. Malgré la pluie qui n’a cessé de tomber, nous nous réveillons secs dans notre hamac. Nous avons le sourire.

 

6h. Nous embarquons sur deux pirogues pour rejoindre les fameuses pistes d’aguerrissement du CEFE. Nous commençons par la piste «Pecari», une piste individuelle. Au programme: «ramping» sous barbelés, pont de singe, fosse, passage en barrage, «chapeau chinois»... C’est intense et physiquement exigeant. Nous nous engageons ensuite par groupe sur la piste «Jaguar», à dominante «parcours boue», où la cohésion est de la partie.

 

11h30. Nous repartons en pirogue pour une destination inconnue. Ce sera un grand moment d’adrénaline: un saut à partir d’un pont dans le fleuve, une quinzaine de mètres.

 

13h. Notre stage est déjà terminé, il est temps pour nous de quitter le CEFE et de rejoindre le  Mistral. La suite de la mission nous attend.

Mission Jeanne d’Arc 2014 : 24h au centre d’entraînement en forêt équatorialeMission Jeanne d’Arc 2014 : 24h au centre d’entraînement en forêt équatoriale
Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:40
Kazakhstan to get more radar systems from ThalesRaytheonSystems


ASTANA, Kazakhstan, May 23 (UPI)

 

Fully digital 3D air defense radars are to be developed and delivered to the air force of Kazakhstan under an agreement with ThalesRaytheonSystems.

The company reported it signed the memorandum of understanding for its Ground Master 400 long-range air defense radars earlier this week at the KADEX defense exhibition in Astana, the capital of the former Soviet republic.

The company's joint venture with SKTB Granit -- Granit Thales Electronics – will conduct the work.

"We are delighted to be able to exploit the operational advantages of this radar system, which will give Kazakhstan a long-range air surveillance capability and increase protection of our key assets," said Kazakh Deputy Minister of Defense Okas Bazargaliyevich Saparov.

"This memorandum of understanding between Granit, Thales and ThalesRaytheonSystems to supply GM400 radars illustrates the collaboration underway for several years now between us in Kazakhstan," said Philippe Duhamel, chief executive officer of ThalesRaytheonSystems. "The GM400s will boost Kazakhstan's air defense capabilities, giving the Kazakh Air Force the ability to detect a broad array of threats from low to high altitude and thus assure extended air surveillance over its territory."

An initial GM400 radar was previously ordered by Kazakhstan and delivered recently. It can be operated in the field or in a fixed position under a radome.

ThalesRaytheonSystems said integration of the next radars will take place at the Granit Thales Electronics facility outside Almaty, Kazakhstan, as part of a technology transfer accord.

 
Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:35
Polynésie française : 14e Western Pacific Naval Symposium

 

19/05/2014 Sources : EMA

 

Du 21 au 25 avril 2014, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone de responsabilité permanente Asie-Pacifique (ZRP ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF), a participé au 14eWestern Pacific Naval Symposium2014 organisé par la marine chinoise, à Qingdao.

 

Cet événement, qui se déroule tous les deux ans, rassemble les chefs d’état-major des marines de 21 nations de la zone Pacifique. A cette occasion, le contre-amiral Cullerre a représenté le chef d’état-major de la Marine (CEMM), l'amiral Bernard Rogel.

 

Le Western Pacific Naval Symposium 2014 (WPNS) a pour objectif d’améliorer le niveau de coopération et d’interopérabilité entre les différentes marines de la région. Il est organisé autour de séminaires et de conférences, durant lesquels les participants abordent les principaux enjeux maritimes régionaux.

 

Cette édition 2014 a été marquée par l’adoption du Code for Unplanned Encounters at Sea (CUES) qui permet aux marines partenaires du Pacifique de disposer d’un socle de procédures communes en cas d’interactions inopinées entre des bâtiments ou des aéronefs. L’adoption de ce document est une avancée importante permettant de renforcer l’interopérabilité dans le cadre d’actions conjointes, notamment celles pouvant être menées sous faible préavis.

 

ALPACI s’est ensuite rendu au Vietnam, puis au Cambodge, pour une série d’entretiens bilatéraux avec les autorités militaire de ces pays.

 

A Hanoi, le CA Anne Cullerre a été reçu par différentes autorités de la marine vietnamienne avec lesquelles plusieurs sujets relatifs, notamment, à l’action de l’Etat en mer et à la coopération industrielle et opérationnelle ont été abordés.

 

Au Cambodge, elle s’est entretenue avec le ministre de la défense et le chef de la marine khmère qui ont évoqué leurs besoins en matière de coopération technique et opérationnelle.

 

En temps qu’ALPACI et COMSUP FAPF, le contre-amiral Cullerre a pour mission de garantir la souveraineté nationale dans les zones maritimes de  la Polynésie française et du Pacifique. Sa zone de compétence s’étend sur tout l’océan Pacifique, les détroits indonésiens et du méridien du cap sud de la Tasmanie à l’ouest, à la côte américaine à l’Est, à l’exception de la zone entourant la Nouvelle-Calédonie sous la responsabilité du COMSUP Nouméa.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:20
New light attack jet to be showcased at air shows
A new sub-sonic light attack aircraft first flown in December is to participate in two international air shows in Britain in July, said Textron AirLand LLC.
 

WICHITA, Kan., May 23 (UPI)

 

A new light attack and intelligence, surveillance and reconnaissance aircraft is being flown next month at air shows in Britain.

Textron AirLand LLC, a joint venture between Textron Inc. and AirLand Enterprises, said its Scorpion aircraft will be flown at the Royal Air Tattoo from July 11 to 13, and then at the Farnborough International Air Show, which begins July 14.

"We're confident that the Scorpion will excel in its first international flights, travelling about 4,700 nautical miles to the UK this July," said Bill Anderson, president of Textron AirLand. "The aircraft has passed all of its early testing milestones, and now we're excited about demonstrating its long-range performance.

The Scorpion was first flown in December and has since completed 41 test flights. It's 43.6 feet long, has a wingspan of 47.3 feet and a maximum speed of about 518 miles per hour. It is designed for a two-person crew.


 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories