Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:50
La défense européenne, éloge d'une agonisante

 

07/05/2014 Jean Guisnel - Défense ouverte / Le Point.fr

 

L'Europe a mis des mois à envoyer quelques dizaines de soldats en RCA, et on voudrait qu'elle applique une politique de défense et de sécurité à la crise ukrainienne ? Soyons sérieux...

 

L'Europe de la défense est-elle autre chose qu'une incantation ? Pas sûr... Mise en avant depuis des décennies, l'idée ne peut fonctionner dans les faits que lorsqu'il s'agit de produire en commun des matériels qu'un État seul ne pourrait se payer. En réalité, les exemples sont légion de la fausseté de cet argument, dont les frégates Horizon, le chasseur Eurofighter Typhoon ou l'A400M Atlas sont des preuves vivantes.

On écarquille les yeux quand on lit les satisfecit des eurocrates constatant qu'après plusieurs mois de négociations tendues, l'Union européenne a réussi tant bien que mal à envoyer une force européenne en RCA, dont l'ossature est fournie par des Français s'y trouvant déjà et des Géorgiens n'appartenant pas à l'Union européenne. C'est pourquoi on se dit qu'on serait bien inspiré de répondre franchement "oui" quand Nicole Gnesotto, présidente de Notre Europe-Institut Jacques Delors, pose crûment la question "Faut-il enterrer la défense européenne ?".

Tant d'années de déception

Dans un petit ouvrage ainsi titré, l'auteur dresse un bilan de tant d'années de déception et ne manque pas de souligner les atouts que notre Vieux Continent pourrait mettre en avant, si seulement il le souhaitait. Et notamment sa "légitimité collective" plus forte que celle de toute nation isolée ou ses capacités militaires bien réelles. Par exemple, ses armées comptaient en 2011 près de deux millions d'hommes. Mais ces effectifs ne sont d'aucune utilité quand il faut des mois pour en envoyer quelques dizaines en RCA ou au Mali !

De plus, les effectifs ne sont rien sans les moyens d'équiper et de faire fonctionner ces armées. En 2011, chaque Européen a dépensé 387 euros pour sa défense. Contre 1 610 euros pour chaque Américain. La même année, chaque soldat européen a coûté 23 829 euros. Contre 102 264 pour un soldat américain... En fait, l'Europe a depuis longtemps baissé les bras et nul ne cherche réellement, ni en France ni ailleurs, à faire émerger une véritable défense européenne. Une année ou presque a été nécessaire pour que les Français montent l'opération Sangaris en Centrafrique. Ont-ils associé les Européens à sa préparation ? Non.

 

Constat d'échec

Même les symboles voulus dès leur conception pour être des emblèmes d'une volonté de défense et de sécurité communes, comme l'Eurocorps ou la brigade franco-allemande, ne sont que des objets de vitrine. Il existe bien sûr quelques initiatives réussies, comme celle de la mise en commun de moyens de transport aérien tactique et stratégique. Certes. Mais nous n'aurons pas la cruauté de rappeler combien de temps a été nécessaire pour obtenir des avions pour la seule mission européenne en RCA... Nicole Gnesotto est cruellement lucide quand elle écrit, à propos de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), qu'elle "n'est pas faite pour l'entrée en premier sur un théâtre de crise, mais plutôt pour le soutien en second". Il n'est nul besoin d'ajouter quoi que ce soit à ce constat d'échec.

Après avoir lu ce livre, on attendait une conclusion d'ouverture, mais en vain... La dernière phrase du livre est un constat d'échec : "Face à la crise économique mondiale, face à la révolution stratégique américaine, les Européens n'ont en effet pas d'autre choix que de reprendre en main leur destin." Dit comme ça... Le seul problème, c'est que la crise ukrainienne leur en donne une occasion parfaitement adaptée. À nos frontières, amputé par un voisin puissant, tout prêt à basculer dans la guerre civile, un État chancelle et l'Europe assiste impuissante à son naufrage. On sait que ce qui se passe en Centrafrique, au Mali ou en Afghanistan est lié à notre sécurité collective. C'est pour cela que nous y sommes intervenus. L'Ukraine, qui a sombré dans le chaos après avoir voulu se rapprocher de l'Europe, serait-elle plus loin encore ?

 

Nicole Gnesotto, Faut-il enterrer la défense européenne ? La Documentation française, 150 pages, 9 euros

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:50
UK MoD receives additional Babcock Phalanx systems

 

8 May 2014 naval-technology.com

 

The UK Ministry of Defence (MoD) has taken delivery of four additional Babcock Phalanx 1B kit modifications and two conversions of the land-based Phalanx weapon system, in the upgraded marinised configuration.

 

These systems form part of a contract awarded in 2006 to manage and execute all maintenance support activities, such as a 24/7 helpdesk for the Royal Navy, as well as logistics support for spares and repairable units.

 

Babcock has worked with Phalanx 1B systems' original equipment manufacturer Raytheon to convert the two land-based systems using their own support engineers.

 

Babcock weapons business development manager Martin Laity said: "We are pleased to have been able to deliver this further Phalanx capability upgrade successfully and on time, in partnership with Raytheon and the MoD, to enable the MoD and Royal Navy [to] build up the Phalanx close-in weapon systems (CIWS) capability it needs."

 

As part of an on-going programme in collaboration with Raytheon and the International Guns Missiles and Rockets Project Team, Babcock is also under contract to modernise 16 Phalanx systems to the 1B configuration.

 

Acting as the UK's primary defence for ships against the threat of anti-ship missiles, Phalanx CIWS is a rapid-fire, computer-controlled radar and 20mm Gatling gun system.

 

Incorporating a side-mounted forward looking infra-red camera (FLIR), the upgraded Phalanx 1B weapon system enables the CIWS to guard the ship against surface targets, while slowing air targets and anti-ship missiles.

 

Furthermore, the 1B configuration also plays a vital role in terms of countering the threat from small surface craft in littoral waters.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:40
L'Europe fête la Journée de la fin de la 2ème Guerre mondiale

 

 

MOSCOU, 8 mai - RIA Novosti

 

La majorité des pays européens et les Etats-Unis célèbrent aujourd'hui le 69ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la victoire sur l'Allemagne nazie.

 

Le 8 mai 1945, à 22h43 heure de l'Europe centrale, le maréchal allemand Wilhelm Keitel, le maréchal soviétique Gueorgui Joukov et le maréchal de la Royal Air Force britannique Arthur Tedder ont signé à Karlshorst (banlieue de Berlin) l'acte de reddition sans conditions des troupes de l'Allemagne nazie. Il était 00h43 du 9 mai à Moscou.

 

Chaque pays fête à sa façon cette journée mémorable. En Tchéquie, en Slovaquie, en Autriche et en France ce jour est officiellement férié.

 

Traditionnellement, cette journée est marquée par des défilés militaires ainsi que par des offices des morts et par des cérémonies de déposition de gerbes au pied de monuments.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:40
Ukraine border - The Washington Post May 2, 2014

Ukraine border - The Washington Post May 2, 2014

 

07/05/2014  IRSEM


Analyse de la crise ukrainienne. Regards universitaires, dossier rassemblé par Frédéric Charillon


Auteurs : Olivier Schmitt, Silvia Serrano, Marie-Elisabeth Baudoin, Françoise Daucé, Igor Delanoë, Elena Morenkova-Perrier, Inessa Baban

 

A la suite de la première Note de recherche Stratégique consacrée à la crise ukrainienne (n°6-2014), l’IRSEM rassemble sept autres chercheurs spécialistes de la zone, pour analyser les répercussions possibles de l’épisode russo-ukrainien. Nous tenons cette fois encore à remercier les auteurs d’avoir accepté de contribuer à cet exercice : nous mesurons ce que représente, en cette période de l’année, l’acceptation de délais aussi courts, et l’amitié que cela témoigne à l’égard de notre institut.

 

Numéro 8 - 2014

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 09:45
Crédits JD Merchet - Jan 2014

Crédits JD Merchet - Jan 2014

 

08 mai 2014 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a indiqué jeudi que 3.000 soldats français allaient être mobilisés dans la bande sahélo-saharienne, sans date limite, dans le cadre d'une réorganisation du dispositif militaire au Mali.

 

Nous sommes en train de nous réorganiser pour avoir une conception régionale du contre-terrorisme, a expliqué le ministre sur BFM TV et la radio RMC, précisant que 1.000 soldats français allaient être concentrés près de Gao (nord-est du Mali) et 3.000 autres sur la bande sahélo-saharienne. Le ministre avait déjà annoncé à plusieurs reprises que la France laisserait au Mali un millier d'hommes pour lutter contre le terrorisme.

 

Selon le ministre, l'opération militaire française Serval est en train de se terminer dans sa phase de guerre frontale. En janvier 2013, la France avait déclenché cette opération au Mali, prenant la tête d'une intervention de plusieurs troupes africaines, pour stopper les islamistes qui avaient entrepris de progresser vers le Sud.

 

Selon M. Le Drian, il restait au Nord la volonté d'un certain nombre de groupes de jihadistes de se reconstituer, ils sont beaucoup moins nombreux mais ils n'ont rien à perdre, ils laissent leur vie et donc il faut lutter de manière extrêmement précise contre toute forme de regroupement, de recrudescence des groupes jihadistes dans cette partie du Mali, bien au Nord et dans l'Adrar des Ifoghas.

 

On est dans une autre phase (...) sur le Mali, les forces des Nations unies sont là et l'armée malienne se reconstitue, a-t-il souligné, précisant: Notre rôle à nous est de poursuivre le contre-terrorisme au Nord-Mali, au nord du Niger, au Tchad.

 

Nous sommes en train de réorganiser notre dispositif pour que 3.000 militaires français soient dans cette zone, a dit le ministre, en évoquant le Nord du Mali, qui est selon lui une zone de danger, de trafics en tout genre et là, nous resterons le temps qu'il faudra, il n'y a pas de date limite.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 08:26
photo 2e REP

photo 2e REP

 

08/05/2014 à 09:23 Par Le Figaro.fr avec agences

 

Un sous-officier français du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi a été tué en opération dans la nuit de mercredi à jeudi au Nord du Mali, a annoncé l'Élysée dans un communiqué jeudi matin. Le président de la République, François Hollande, a exprimé sa "profonde tristesse", saluant le "sacrifice de ce légionnaire français". Il a exprimé sa "totale confiance" aux forces françaises engagées dans la lutte "contre les groupes armés terroristes". La mort de ce sous-officier du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi porte à huit le nombre de pertes françaises au Mali depuis le début des opérations.

 

Il a été tué par un "engin explosif improvisé" placé par un groupe djihadiste, a précisé le ministre français [de la Défense] Jean-Yves Le Drian. "Il est mort pour la liberté du Mali, la sécurité du Mali, mais aussi pour la liberté, la sécurité de l'Europe et de la France", a-t-il dit sur BFM TV et RMC. "Nous sommes en train de nous réorganiser pour avoir une conception régionale du contre-terrorisme", a expliqué le ministre, précisant que 1000 soldats français allaient être concentrés près de Gao et 3000 autres sur la "bande sahélo-saharienne".

 

Selon le ministre, "il restait au Nord la volonté d'un certain nombre de groupes de jihadistes de se reconstituer, ils sont beaucoup moins nombreux mais ils n'ont rien à perdre, ils laissent leur vie et donc il faut lutter de manière extrêmement précise contre toute forme de regroupement, de recrudescence des groupes jihadistes dans cette partie du Mali, bien au Nord et dans l'Adrar des Ifoghas". La France est intervenue militairement en janvier 2013 aux côtés des forces maliennes pour déloger les combattants islamistes qui contrôlaient alors les deux tiers du pays et menaçaient la capitale Bamako.

source Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord

 

Le communiqué de l'Elysée : " Le Président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort en opération, cette nuit au Nord du Mali, d'un sous-officier du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi. Le chef de l'Etat exprime son grand respect pour le sacrifice de ce légionnaire français.

 

Il adresse avec émotion ses condoléances à sa famille comme à ses proches, et les assure de la solidarité de la Nation dans ces douloureuses circonstances.

 

En ce jour de commémoration de la victoire du 8 mai 1945, il renouvelle sa totale confiance aux forces françaises engagées aux côtés des Maliens et des forces des Nations-Unies pour continuer à lutter contre les groupes armés terroristes qui tentent de soumettre les populations à leur idéologie destructrice en les privant de leur droit à la sécurité et au développement. "

 

Les précédents soldats de Serval morts au Mali :

 

11 janvier 2013 : chef de bataillon Damien Boiteux (4e RHFS).

19 février 2013 : adjudant Harold Vormezeele (2e REP).

2 mars 2013 : caporal-chef Cédric Charenton (1er RCP).

6 mars 2013 : maréchal des logis Wilfried Pingaud (68e RAA).

16 mars 2013 : caporal-chef Alexandre Van Dooren (1er RIMa).

29 avril 2013 : sergent Stéphane Duval (1er RPIMa).

30 juillet 2013 : brigadier-chef Martin-Vallet (515e RT).

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:55
Changer, pour repousser les limites

12e RC Crédits : ADJ Fabien Marmillod

 

07/05/2014  J.SEVERIN - Armée de Terre

 

Le 2e escadron de combat blindé du 12e régiment de cuirassiers, a effectué un stage à Autrans, au cœur du Massif du Vercors, du 7 au 18 avril 2014.

 

Dans un environnement inhabituel, les cavaliers ont suivi un entraînement physique différent, découvert de nouvelles techniques et repoussé leurs limites pour venir à bout des épreuves. Tels étaient les objectifs du stage.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:55
CEMA : rencontre avec les commandants de formation

 

07/05/2014 Sources : EMA  

 

Le 06 mai 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a reçu une dizaine de chefs de corps et commandants d’unité des trois armées certains exerçant également la fonction de commandant de base de défense. Il s’agissait de la première rencontre de ce type.

 

Elle avait pour objectif à la fois de recueillir les observations et préoccupations des commandants de formation sur la vie quotidienne des armées et de les tenir informés des évolutions liées à la transformation en cours et au projet CAP 2020. Parmi les différents thèmes abordés, le CEMA est plus particulièrement revenu sur la question du maintien en condition opérationnel des équipements, rappelant qu’il s’agissait d’une priorité pour les cinq prochaines années. Le général de Villiers a également fait un point sur le soutien et la condition du personnel, en précisant qu’ils restaient au cœur du futur modèle d’armées.

 

Fort des échanges qu’il avait déjà eu l’occasion d’engager à ce sujet avec les grands commandeurs en mars dernier, le CEMA a rappelé la nécessité de simplifier les modes de fonctionnement au sein des armées, organisations et services, pour obtenir une organisation plus souple, plus affûtée, moins lourde dans l’exercice des missions quotidiennes. Enfin, conformément à la logique d’efficacité fondée sur le principe d’« un chef, une mission, des moyens », le général de Villiers a indiqué qu’il était essentiel de renforcer le commandant des bases de défense dans ses prérogatives.

 

Cette rencontre traduit la volonté du CEMA d’établir un contact direct avec ses subordonnés. Il a d’ailleurs conclu cet échange en rappelant aux commandants de formations qu’il compte bien agir avec eux pour conduire la transformation des armées.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:54
Paramédicaux des armées : fin de la formation initiale de la 136e promotion

 

29/04/2014 BCISSA  - DCSSA

 

« À l’exemple de Geneviève de Galard que l’on appelait l’ange de Dien Bien Phu et sur les traces de ces grandes figures qui ont marqué l’histoire du personnel paramédical des armées, nous avons la volonté d’accomplir avec fierté et courage les missions que le service de santé nous donnera et auxquelles nous avons été préparées… »

 

C’est par ses paroles que, le 18 avril, l’infirmière de classe normale Brunet, présidente de promotion, a conclu au nom de ses camarades la cérémonie de fin de stage de la 136e promotion « Formation militaire initiale – Militaires infirmiers et techniciens des hôpitaux des armées (FMI - MITHA).

 

Les personnels paramédicaux nouvellement engagés au sein des hôpitaux militaires reçoivent une formation militaire initiale de quatre semaines à Rochefort, au sein de l’école de gendarmerie. Cette FMI a pour objectif l’intégration dans la communauté militaire et l’acquisition des connaissances militaires et techniques nécessaires pour occuper un emploi au sein du SSA. La compréhension par le personnel soignant du fonctionnement des armées et de l’organisation de la vie militaire lui permet de mieux prendre en charge les militaires hospitalisés.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:45
Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Le 1ermai 2014, la force Licorne a réalisé un exercice de contrôle de foule sur le camp de Port-Bouët, à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

 

Durant toute la matinée, les 120 militaires de la compagnie du 2erégiment d’infanterie de Marine (2e RIMa), appartenant à la force Licorne, se sont entraînés à mettre en œuvre les différentes techniques de contrôle de foule, afin d’entretenir leur capacité dans ce domaine.

 

L’exercice, réaliste par les situations et les moyens mis en œuvre, a permis aux marsouins de s’entraîner à réagir face à une foule hostile, sous différentes configurations. Cette capacité inclut la réaction et la manœuvre en vue de canaliser ou de disperser des individus agissant en groupe.

 

Les militaires de la compagnie du 2e RIMa avaient suivi l’instruction « capacité contrôle de foule » (CCF), dans le cadre de leur mise en condition avant projection en Côte d’Ivoire. Cette formation leur a permis d’acquérir les réflexes permettant d’évoluer à proximité d’une foule et éventuellement de s’en protéger.

 

La force Licorne, forte de 450 hommes, accompagne la réforme de l’armée ivoirienne en soutien de l’ONUCI. Elle a mené en 2013 la formation de plus de 1500 soldats ivoiriens. Elle est, par ailleurs, en mesure d’assurer la protection des ressortissants français si nécessaire.

Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de fouleCôte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule
Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule
Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:45
Nigeria: Les USA envoient des experts

Abubacar Shekau, le chef de Boko Haram qui a revendiqué l'enlèvement de plus de 200 lycéenes.

 

7 mai, 2014 – BBC Afrique

 

Le président américain, Barack Obama a qualifié le groupe militant nigérian Boko Haram d' "organisation horrible" qui provoque des ravages dans la vie des populations.

 

Lors d'une interview à la télévision, Obama a déclaré que l'enlèvement de plus de 200 lycéennes par l'organisation, pourrait être l'événement qui mobilise le monde entier pour combattre Boko Haram.

 

"C'est évidemment une situation qui brise le cœur, une situation révoltante", a souligné Obama.

 

Les États Unis ont envoyé une équipe d'experts au Nigeria pour aider à trouver les filles enlevées.

 

Les Nigérians "ont accepté notre aide, incluant des experts militaires, policiers et autres qui vont aller sur place, essayer de savoir où ces jeunes filles pourraient être et les aider", a ajouté le président américain.

 

Indignation

 

Mardi, huit autres adolescentes ont été kidnappées dans le nord-est du Nigeria par des membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram, qui a déjà revendiqué lundi, l'enlèvement des 200 lycéennes. Les familles des jeunes filles sont depuis, plongées dans le désarroi.

 

L'annonce de ces nouveaux rapts intervient alors que le groupe a menacé de vendre comme "esclaves" les lycéennes enlevées le 14 avril, dans une vidéo, qui a suscité une indignation mondiale.

 

Les gouvernements du Cameroun et du Tchad ont déclaré que les 200 écolières n’étaient pas dans leur pays.

 

Un ministre tchadien a affirmé que les suggestions par le Département d'État américain que certaines des filles auraient été transportées du nord -est du Nigeria, vers le Tchad pour être vendues, est sans fondement.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:35
 Diên Biên Phu dans les fonds de l’ECPAD

 

Soixante ans après la bataille de Diên Biên Phu, découvrez les archives audiovisuelles de l’ECPAD, travail des reporters du SCA (service cinématographique des armées), ancêtre de l’ECPAD, présent en Indochine de 1945 à 1956.

 

- Dossier Diên Biên Phu


- Présentation du fonds Indochine


- L’Indochine dans les fonds cinématographiques de l’ECPAD


- Dossier documentaire : La bataille de Diên Biên Phu


- Galerie photos : La bataille de Diên Biên Phu

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 21:30
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Du 28 avril au 2 mai 2014, sur le camp de Deyr Kifa au sud Liban, les militaires français de la Force Commander Reserve (FCR) de la FINUL et ceux des Forces armées libanaises (FAL) ont conduit deux entrainements conjoints.

 

Les deux exercices, l’un sur les savoir-faire du génie et l’autre sur le combat en zone urbaine, ont permis de partager l’expérience respective des militaires français et libanais.

Dans le cadre de la coopération militaire franco-libanaise, une section d’infanterie de la FCR, armée par le 16e bataillon de Chasseurs (16e BC) et composée d’une vingtaine de militaires, a passé cinq jours avec une section libanaise de la 7e brigade des FAL dans les camps français de Dayr Kifa et libanais d’Ebel El Saqi (est de la région du sud-Litani). Au cours de la semaine, les soldats ont mis en pratique leurs connaissances en matière de combat en zone urbaine, de réaction face à une embuscade ou encore d’évacuation d’un blessé sous le feu.

 

En parallèle, le détachement du génie de la FCR, principalement armé par le 13e régiment du génie (13e RG) s’est entraîné avec les forces armées libanaises des 5e et 9e brigades des FAL. Au cours de cet échange, les soldats ont suivi des instructions théoriques et pratiques de techniques de fouille de véhicule, d’ouverture d’itinéraire, de réaction face à la découverte d’un engin explosif improvisé (IED), de contrôle en milieu urbain (Check point) et de fouille opérationnelle d’un bâtiment.

 

Une cérémonie de remise de diplômes à Deyr Kifa, en présence du général Lahib, adjoint à la 7e brigade de l’armée libanaise, a clôturé la semaine d’entraînement.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission de soutenir les Forces armées libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints comme ceux de cette semaine.

Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 20:35
Bataille de Diên Biên Phu : 56 jours et nuits


07/05/2014 Bernard Edinger

 

Le 16 mars 1954, le sous-lieutenant Allaire, du 6e bataillon de parachutistes coloniaux, a été parachuté avec son unité sur le camp retranché pris sous un déluge de feu.

 

Tout n’est que bouleversement, renversement, saccage, cratères et désolation. C’est l’Enfer», décrit Jacques Allaire dans ses mémoires. Le sous-lieutenant, chef des mortiers lourds du 6e bataillon de parachutistes coloniaux (6e BPC), a déjà effectué deux séjours en Indochine ; l’un comme caporal et l’autre comme sergent. La veille de son parachutage, il s’adresse à sa section : « Vous savez tous que, demain, nous sautons sur Diên Biên Phu.

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 20:35
Qui se souvient de Diên Biên Phu?

 

07 mai 2014 Tout un monde

 

Il y a soixante ans, le 7 mai 1954, s’achevait au détriment de la France la terrible bataille de Diên Biên Phu. Elle concluait la première guerre d’Indochine en donnant la victoire à un mouvement national-communiste vietnamien en pleine ascension. Hanoï a décidé d’organiser de grandes cérémonies d’anniversaire, mais qui s’en souvient aujourd’hui ? Certainement pas l’Amérique, qui a oublié la longue guerre qu’elle perdit ensuite contre le Vietnam pour se consacrer désormais à une diplomatie beaucoup plus souple. Pas non plus la Chine, qui avait pourtant fourni à l’allié vietminh une aide militaire décisive, puis les plans de la bataille finale. Car ses relations avec le Vietnam sont désormais si mauvaises que celui-ci en est arrivé à inviter dans ses ports la flotte américaine…

 

Tribune de Jean-Luc Domenach*, Ceri

 

   La France, elle aussi, ignore ce soixantième anniversaire de Diên Biên Phu, et c’est dommage. Une raison de l’oubli réside dans l’empilement de médiocrités et de stupidités qui a provoqué la défaite de 1954, notamment (mais pas seulement) dans l’armée. Et pourtant, la trajectoire française au Vietnam comprend également le meilleur, même sur le plan militaire, et même à Diên Biên Phu.

 

   Ensuite, la France est parvenue à maintenir avec Hanoï des relations correctes, voire désormais amicales. Outre la persévérance du Quai d’Orsay, la raison en est simple : pour nombre de Vietnamiens, la France a été et reste un modèle de civilisation.

 

   C’est en effet que, pour le pire et le meilleur, le Vietnam a décidé de rester lui-même, c’est-à-dire indépendant : avant-hier contre le colonialisme français, hier contre l’impérialisme américain et aujourd’hui contre une Chine devenue la deuxième puissance du monde. En célébrant la bataille de Diên Biên Phu qu’il avait remportée en partie grâce à son puissant voisin, c’est à Pékin qu’il s’adresse pour l’avertir solennellement qu’il est prêt à défendre bec et ongles son indépendance.

 

   Cette constance dans l’affirmation des valeurs nationalistes a de quoi impressionner, d’autant qu’elle jette une lumière très vive sur l’Asie contemporaine. On a certes raison de mettre en évidence les performances économiques successivement réalisées par le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée, l’Indonésie et les autres pays de la région. Et l’on signale avec juste raison que ces performances font école dans d’autres pays, dont le Vietnam.

 

   Mais l’on oublie trop souvent des vérités essentielles. Leurs progrès économiques, aussi favorisés qu’ils soient par la mondialisation, sont inspirés par des projets fondamentalement nationalistes. Ces pays se sont affirmés autrefois contre les grandes puissances occidentales, mais ils sont désormais tout aussi méfiants contre les trois grandes puissances de l’Asie : le Japon, bien sûr, mais aussi l’Inde et surtout la Chine.En célébrant le souvenir de Diên Biên Phu, le Vietnam rappelle qu’il veut avant tout demeurer indépendant.

 

*Jean-Luc Domenach est directeur de recherches au Ceri-Sciences Po.

 

Note RP Defense : j'ai modifié les illustrations originales de l'article. Pour que la mémoire ne s'efface pas.

Prisonnier français libéré par le Viêt-minh. Source ECPAD

Prisonnier français libéré par le Viêt-minh. Source ECPAD

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:55
Le Service de Santé à l’honneur

Le Service de Santé à l’honneur / Crédits : HIA de Percy

 

06/05/2014 J.SEVERIN - Armée de Terre

 

Mercredi 30 avril 2014, l'hôpital d'instruction des armées (HIA) de Percy a reçu la fourragère de la croix de la Valeur militaire pour son action en Afghanistan.

 

Remise par le médecin général des armées Jean-Marc Debonne, directeur central du Service de santé des armée, cette croix de la valeur militaire est destinée à rappeler les actions d'éclat accomplies par les formations citées au moins deux fois à l'ordre de l'armée à titre collectif, au cours d'opérations de combat. L’HIA de Percy s’est particulièrement distingué au printemps et à l’été 2011, lors d’un afflux de blessés en provenance du territoire afghan. Puis le 20 janvier 2012, sur la base opérationnelle avancée de Gwan, suite à l’attaque d’un groupe de militaires perpétrée par un soldat afghan renégat.

 

Au-delà de ses actions sur le théâtre afghan, l’HIA Percy a, au cours des huit dernières années, pris en charge plus de 3000 militaires et déployé plus de 800 soignants militaires sur tous les théâtres d'opération, préservant ainsi de nombreuses vies. Il a également  créé une cellule spécifique de conduite et de planification qui intègre, pour la première fois, le commandement, les acteurs sociaux et les intervenants administratifs au protocole de réinsertion personnelle et professionnelle des blessés.

 

Avec un service d’accueil des urgences, des services de réanimation, de psychiatrie, un centre de traitement des brûlés et un bloc opératoire rattaché aux services de chirurgie orthopédique, thoracique et plastique, l’HIA Percy constitue une unité d’un niveau professionnel exceptionnel au service des forces, capable de mener en permanence tout type de soins.

 

Cette fourragère est une reconnaissance du dévouement du personnel médical et paramédical de l’HIA Percy qui répond de manière exemplaire à tous les besoins de prise en charge de blessés qui lui ont été acheminés.

Le Service de Santé à l’honneur
Le Service de Santé à l’honneur
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:50
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle

 

06/05/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 6 mai 2014, à 8 h 00, sur demande de l’OTAN, le détachement de l’armée de l’Air déployé en Pologne a débuté une mission de permanence opérationnelle (PO). Il se tient prêt à décoller pour garantir l’intégrité territoriale de l’espace aérien des Etats Baltes.

 

Cette permanence opérationnelle est assurée par près de 70 militaires français et les avions Rafale, qui sont stationnés depuis le 28 avril 2014 sur la base de Malbork, avec l’accord des autorités polonaises. Son objectif est de contribuer à faire respecter la souveraineté nationale des pays Baltes, qui n’ont pas de moyens propres de défense aérienne, et d’assurer la défense de ces territoires contre toute menace aérienne. En cas de doute sur un aéronef qui survolerait ces territoires, les avions Rafale sont en mesure de décoller en quelques minutes, 24 heures/24 et 7 jours/7.

 

Dans le cadre de son déploiement, le détachement de l’armée de l’Air alterne ses missions de permanence opérationnelle avec des missions d’entraînement à la NATO Air Policing, conjointement avec les Polonais. Une mission d’entraînement de deux heures a justement été réalisée ce mardi aux côtés de d’autres avions de combat de l’OTAN.

 

Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle

Le déploiement de ces avions de chasse intervient dans le cadre des mesures de réassurance décidées par la France pour marquer sa solidarité à l’égard de ses alliés en Europe de l’Est. Décidé le 16 avril 2014 sur demande de l’OTAN, il vient compléter l’engagement des Awacs qui, depuis le 1er avril, participent à des missions de surveillance de l’espace aérien polonais et roumain à partir de la base aérienne d’Avord. C’est la première fois que les Rafale sont ainsi déployés pour être en mesure d’assurer une mission de permanence opérationnelle dans un pays étranger. Leur déploiement a été facilité par l’engagement d’un échelon précurseur à compter du 24 avril 2014. Composé d’une soixantaine de militaires, cet échelon a procédé à la mise en œuvre de plusieurs tonnes de matériel en vue de l’arrivée des chasseurs.

 

Ce détachement conduit une double mission :

- réaliser des missions d’entraînement à la NATO Air Policing aux côtés des équipages polonais ;

- participer, sur demande de l’OTAN, à la mission de surveillance de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, afin de garantir l’intégrité de leur espace aérien.

Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:45
Sangaris : rétablissement de la circulation sur la MSR

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Le 25 avril 2014, un poids lourd civil transportant deux containers s'est renversé sur la MSR (main supply road), entre Baoro et Bouar, bloquant les deux voies de circulations.

 

La force Sangaris a rapidement réagi en envoyant une QRF (quick reaction force) du groupement tactique interarmes (GTIA) « Dragon », avec un camion TRM 10 000 CLD équipé d’une grue de remorquage.

 

Durant près de 4 heures, les « maintenanciers » de la QRF ont oeuvré pour dégager la route. Les moyens lourds engagés se sont révélés indispensables pour régler cet incident, qui n’aura causé que des dégâts matériels. Au bilan, les hommes du GTIA « Dragon », aidés par la population et les forces de sécurité locales, ont permis le rétablissement de la circulation.

 

L’axe reliant le Cameroun à Bangui est la principale route d’approvisionnement de marchandises du pays. Son importance est capitale et toute entrave à la circulation a des répercussions sur l’ensemble du pays. La force Sangaris déployée dans l’ouest de la RCA a pour mission, en appui de la MISCA, d’assurer la libre circulation des personnes et des biens sur la MSR et de veiller à la fluidité des mouvements.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5600 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : rétablissement de la circulation sur la MSRSangaris : rétablissement de la circulation sur la MSR
Sangaris : rétablissement de la circulation sur la MSR
Sangaris : rétablissement de la circulation sur la MSRSangaris : rétablissement de la circulation sur la MSRSangaris : rétablissement de la circulation sur la MSR
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:35
Afghanistan : exercice EOD

 

06.05.2014 Crédit : EMA / ECPAD

 

Le 11 avril 2014, à 09 h 30, au marché afghan de l’aéroport international de Kaboul (KAIA), fin d’exercice pour Mugshot, chien spécialisé en recherche d’explosifs, son maître et deux militaires français de l’équipe EOD (Explosive Ordonance Disposal).

Cet exercice a permis de vérifier la coordination des différents services intervenant dans le cadre d’une menace EEI (Engins Explosifs Improvisés) au sein du camp de KAIA, où sont installés les 350 militaires français engagés en Afghanistan jusqu’à la fin de la mission de l’ISAF en 2014.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:45
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014

 

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Sangaris, engagée en République centrafricaine, du 29 avril au 7 mai 2014.

 

En appui de la MISCA, la force Sangaris est déployée sur l’ensemble du territoire de la République Centrafricaine. Les éléments du dispositif Sangaris sont engagés dans l’ouest et le nord-ouest avec le GTIA Dragon, à Bangui et à Boda avec le GTIA Savoie et à l’est sur un axe Sibut – Bria avec le GTIA Scorpion.

 

A Bangui

 

La semaine a été marquée par la prise en compte de la sécurisation de l’aéroport de Bangui par l’EUFOR RCA le mercredi 30 avril, jour de l’annonce par l’Union européenne de la capacité initiale opérationnelle de la force.

 

La situation sécuritaire dans la capitale est restée calme cette semaine. La MISCA et le GTIA Savoie poursuivent leurs missions de contrôle de zone, notamment dans les 3eet 5earrondissements, ainsi qu’à la sortie nord de la capitale. La coopération se poursuit entre les gendarmes centrafricains et les gendarmes français. La première patrouille en autonomie d’une trentaine de gendarmes de la brigade centrale de Bangui le 5 mai, accompagné d’un groupe de la MISCA, illustre la montée en puissance progressive des forces de sécurité intérieure centrafricaines (les FSI).

 

Dans l’ouest

 

Le GTIA Dragon a poursuivi la sécurisation de la MSR reliant la capitale au Cameroun. Cette semaine, près de 150 véhicules, dont plus de 100 poids lourds sont entrés dans le pays sans escorte. Le 2 mai, la Force a accueilli à Bouar la visite de la présidente de transition Catherine Samba-Panza, accompagnée du général Soriano, commandant la Force Sangaris. Aucun incident n’est venu troubler cette visite présidentielle d’une grande importance pour la population et les autorités locales.

 

Le 5 mai, le GTIA Dragon a conduit une mission de reconnaissance depuis Bossangoa vers Paoua, ville située au nord-ouest de la République centrafricaine. Cette mission visait à reconnaître cette zone difficile d’accès, dans laquelle de nombreuses exactions étaient rapportées depuis une dizaine de jours, et à y rétablir la situation sécuritaire et humanitaire avec la MISCA. Alerté par un appui renseignement, les éléments de la Force Sangaris se sont déployés au niveau de Boguila, à moins d’une centaine de kilomètres de Paoua, pour protéger le village et barrer la route à une colonne de pick-ups et de motos transportant des individus lourdement armés. Le groupe armé a immédiatement engagé le combat, manœuvrant avec agressivité contre les soldats français. Ces combats ont duré plus de trois heures et ont cessé dans la soirée. Face à l’agressivité de l’adversaire, la Force Sangaris a fait usage de son armement lourd (missile anti-char et mortier). La décision a également été prise d’engager un appui aérien d’avions de chasse, en provenance de Ndjamena. Au bilan, 1 pick-up et une dizaine de motos ont été détruites, et une dizaine de combattants sont estimés avoir été tués. Aucun blessé n’est à déplorer du côté de la force Sangaris. L’action des militaires français a été saluée par les villageois de Boguila. Neuf jours auparavant, ces derniers avait été victimes du raid de « prédateurs » appartenant vraisemblablement au groupe armé qui s’est dévoilé le 5 mai. La force Sangaris est restée sur position le lendemain pour prévenir toute nouvelle attaque contre les populations.

 

Dans l’est

 

Le GTIA Scorpion est déployé de Sibut à Bria, son dispositif est désormais centré sur Bambari. Ce nouveau déploiement facilite la mobilité du GTIA dans sa zone de responsabilité, dissuadant ainsi les incursions de groupes armés. Il peut ainsi assure la libre circulation entre Sibut et Bria et poursuit les rencontres avec les autorités locales. Ces rencontres sont l’occasion de diffuser de nombreux messages d’apaisement et d’explication de la mission de la Force Sangaris. Les éléments du GTIA Scorpion rayonnent aussi autour des axes principaux, afin de prendreen compte la situation dans des zones reculées. La situation semble se stabiliser, mais la vigilance reste de rigueur.

Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Sangaris : point de situation du 7 mai 2014
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:45
Serval : point de situation du mercredi 7 mai

 

 

07/05/2014 Sources : EMA  

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 50 sorties, dont une quinzaine effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et une dizaine aux missions de renseignement et de ravitaillement.

 

Jeudi 1er mai, le DLAO 1, en appui de deux sections FAMA, a participé à la sécurisation d’une action d’aide médicale à la population menée au dispensaire de Tessalit. En fin de journée, un détachement de soldats féminins de Serval est arrivé à Tessalit dans le cadre d’une prise de contact avec les femmes touarègues, incluant un certain nombre de femmes responsables d’associations. Cette action visait à créer un contact privilégié avec une représentation féminine de la société touarègue, au sein de laquelle les femmes occupent une place éminente.

 

Au lendemain de leur arrivée, le vendredi 2 mai, cette équipe de soldats féminins de Serval a débuté la journée par une sensibilisation aux questions sanitaires. Un très bon accueil leur a été réservé par la trentaine de femmes de Tessalit. Cette rencontre, qui s’est poursuivie jusqu’au 4 mai, a été l’occasion de discuter de la situation sécuritaire, d’échanger sur leurs attentes et sur la mission des troupes françaises au Mali. Elle a permis d’appréhender les questions sécuritaires sous un autre angle et de nouer des contacts durables que chacun espèrent.

 

Samedi 3 mai, le GT-Vercors a conduit une patrouille en liaison avec une compagnie du GTIA malien « Balanzan » sur le plateau de Batal dans le secteur du village de Gangaber. Il s’agissait de la première opération conduite conjointement avec ce GTIA, qui a achevé sa formation auprès d’EUTM Mali le 18 mars dernier. Pleinement opérationnelle, cette unité est déployée dans le secteur élargi de Gao. En fonction de sa zone d’action, elle pourra être appuyée par les DLAO 2 ou 3 de la force Serval. Les interactions GT-Vercors/GTIA Balanzan, se sont poursuivies au cours de la semaine avec des instructions techniques, notamment sur l’armement.

 

Lundi 5 mai, le DLAO 4 a appuyé une opération du bataillon burkinabé de la MINUSMA et d’une section FAMA du GTIA 5, qui ont fait mouvement vers Douaya, à 120 km au Nord de Tombouctou. Cette opération visait à assurer un contrôle de zone dans cette zone de passage, où se tiennent de nombreux marchés.

 

L’ensemble des opérations logistiques liées à la préparation de la bascule, fin mai, du poste de commandement de Bamako vers Ndjamena se poursuivent. De leur côté, les services informatiques préparent le transfert du PC, tout en veillant à garantir le maintien de la capacité de la Force à poursuivre ses actions opérationnelles.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Serval : point de situation du mercredi 7 mai
Serval : point de situation du mercredi 7 mai
Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 11:35
Defense Minister Chang Wanquan (R) and Iranian Minister of Defense Hossein Dehqan (L)

Defense Minister Chang Wanquan (R) and Iranian Minister of Defense Hossein Dehqan (L)

 

May 5, 2014 presstv.ir

 

The Iranian and Chinese defense ministers have underscored the need for the further enhancement of Tehran-Beijing ties in different areas, particularly in the defense sector.

 

Heading a high-ranking defense delegation, Iranian Defense Minister Brigadier General Hossein Dehqan met with his Chinese counterpart Chang Wanquan in Beijing on Monday to discuss various issues of bilateral, regional and international importance.

 

During the meeting, Dehqan hailed “longstanding” and “historical” relations between Iran and China in different political, economic, cultural and industrial spheres.

 

Dehqan also called for closer defense and security cooperation between the two countries, stressing that the enhancement of Tehran-Beijing military ties can allay mutual concerns over the dangers of extremism, terrorism, drug smuggling and piracy in the region.

 

He pointed to Iranian President Hassan Rouhani’s proposal for a World Against Violence and Extremism (WAVE) and said the proposal can help overcome the challenges posed by extremism and terrorism.

 

On September 24, 2013, President Rouhani called for a world against violence and extremism during his speech at the 68th Session of the UN General Assembly in New York

 

The Iranian minister also underlined the need for the establishment of a Middle East free from nuclear weapons, adding the international community must seriously pursue the disarmament of the “adventurist” and “warmonger” regime in Israel.

 

Chang, for his part, expressed satisfaction with Dehqan’s visit to Beijing and said the trip is a valuable opportunity for the two countries to strengthen their defense cooperation.

 

The Chinese defense minister also stated that his country is keen to bolster relations with the Islamic Republic in all areas.

 

Iran and China share common views on many significant security and political issues facing the region and the world, said Chang, adding that Beijing considers Tehran as a strategic partner.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:55
MBDA Demonstrates MMP Next Generation Land Combat Missile Firing From Confined Spaces

 

April 29, 2014 asiandefencenews.com

 

MBDA’s MMP (Missile Moyenne Portée) programme has passed a major phase in its development. MBDA has just demonstrated the firing capabilities of its MMP missile in an operational configuration. The launch tests were carried out in a confined space in the presence of the operator, using his firing post, and the team leader.

The success of these tests, carried out in MBDA’s test tunnel at its Bourges facility in central France, has confirmed the safety of use of the missile and its firing post. The launches were carried out under hot and cold climatic conditions in order to demonstrate optimal function in various temperature environments thus representing different operational theatres.In parallel, new warhead tests have confirmed the efficiency of MMP against targets representing latest generation Main Battle Tanks. Two rail firings were carried out at the beginning of the year at the French Direction Generale de l’Armement’s battlefield technology centre in Bourges.

The first firing validated the functioning of the lethality chain at maximum speed, a necessary step in order to replicate an impact under real conditions. A target equipped with a latest generation reactive module provided the principal challenge for the second firing. The explosive reactive armour was detonated during the test and the main armour behind was pierced, thereby confirming the superiority of MMP’s lethality chain.MMP is a new generation land combat missile based on the concept of ‘fire and forget’ with the facility for ‘man in the loop’ operation. This allows for the destruction of different ground targets with very high levels of precision at ranges of up to 4km while at the same time minimising the risk of collateral damage.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:50
photo Composante Air

photo Composante Air

 

5 mai 2014 RTBF.be (Belga)

 

    Aucun parti politique francophone, à l'exception du PTB, ne s'oppose formellement à l'idée d'acheter de nouveaux avions de combat pour succéder aux F-16 vieillissants - un marché estimé à quelque quatre milliards d'euros -, mais tous souhaitent inscrire un tel achat dans un "cadre européen", révèle une enquête menée la Coordination nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), dont les résultats ont été publiés lundi.

 

    Sans surprise, c'est le président du MR, Charles Michel, qui se montre le plus affirmatif en déclarant que son parti est favorable à une décision au cours de la prochaine législature concernant "le remplacement ou la modernisation de nos F-16", tout en prévenant que les libéraux francophones "opteront pour la solution économique, industrielle et opérationnelle la plus favorable".

 

    M. Michel ajoute, dans une réponse écrite au questionnaire adressé à six partis (cdH, PS, FDF, MR, Ecolo et PTB), que le prochain gouvernement devra définir "un plan stratégique volontariste" des capacités dont devra disposer l'armée belge à l'horizon 2020.

 

    Le MR propose de maintenir le maintenir le budget de la Défense en euros courants (c'est à dire incluant l'inflation) pour "générer une marge libre indispensable au rééquipement en matériels majeurs à la suite d'une réduction +naturelle' de l'effectif vers 25.000 hommes".

 

    Le président du PS, Paul Magnette, a lui aussi répondu personnellement à la CNAPD en assurant que son parti "ne ferme pas la porte au débat et à la possibilité de consentir les investissements indispensables à notre sécurité et au maintien de la paix", tout en soulignant qu'ils doivent s'apprécier en fonction des moyens budgétaires disponibles, des options prises par le prochain plan stratégique (...), des retombées en termes de création d'emploi et de transferts technologiques.

 

    Pour M. Magnette, c'est ce nouveau plan stratégique 2015-2030 qui devra fixer un nouveau niveau d'ambition pour notre défense. "Et c'est sur cette base que devra s'établir le prochain programme pluriannuel d'investissement et d'équipement", précise le président des socialistes francophones.

 

    "De manière générale, nous estimons qu'il faut consentir à un investissement de Défense que s'il correspond aux véritables besoins belges et européens en la matière, et certainement pas servir des intérêts stratégiques qui ne sont pas les nôtres", ajoute M. Magnette.

 

    A cet égard, le PS privilégie une approche européenne en la matière. Selon les socialistes, la Belgique doit en effet "poursuivre et renforcer son engagement pour une Europe de la défense qui permette de rationaliser les dépenses militaires tout en gagnant en efficacité et en faisant de l'Europe un acteur diplomatique majeur et fiable à l'échelle mondiale".

 

    Le cdH a répondu, de manière anonyme, à la CNAPD, en affirmant que "la Défense demeure une composante incontournable d'une stratégie internationale de stabilité et de paix crédible, qui doit s'inscrire résolument dans une perspective européenne".

 

    "La Belgique doit assumer sa part de responsabilité dans la sécurité européenne et mondiale. Cela peut se faire notamment en ayant une composante aérienne de pointe si ce besoin est identifié à l'échelon européen", ajoutent les humanistes.

 

    Ils estiment que la décision de remplacement des F-16 devra se fonder sur une analyse des besoins à l'échelon européen "ainsi que les retombées économiques, technologiques et financières pour notre pays et en consultation avec nos partenaires européens".

 

    Les FDF estiment pour leur part qu'une composante aérienne de combat "reste actuellement encore nécessaire" pour assurer des missions de police du ciel, de reconnaissance, de défense aérienne ainsi que d'appui aux troupes engagées au sol. Le remplaçant du F-16 devrait posséder une capacité multirôles réelle; disposer d'une technologie récente et éprouvée mais également pouvoir participer à des missions expéditionnaires hors d'Europe, a indiqué un attaché à la présidence du parti amarante, Michaël Vossaert.

 

    Pour Ecolo, le renouvellement des avions de combat doit "faire l'objet d'une réflexion plus large" et il est essentiel que la Belgique se spécialise "dans certains métiers pour lesquels nous sommes reconnus".

 

    Les écologistes ne "souhaitent pas a priori" que la Belgique dispose d'avions de combat. "Toutefois, si la Belgique devait, dans la cadre de sa +part européenne+, acheter des avions de combat, il serait indispensable de d'abord poser la question des objectifs assignés à ces avions", ont-ils indiqué à la CNAPD.

 

    Nettement plus carré, le PTB a pour sa part répondu: "Nous ne voulons pas acheter d'avions de combat du tout".

 

    L'industrie aéronautique chiffre l'achat d'une quarantaine de nouveaux chasseurs-bombardiers à environ quatre milliards d'euros.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:45
African Armed Forces Journal

 

6 May 2014 African Armed Forces Journal


The latest issue of African Armed Forces Journal has been uploaded to African Armed Forces website

 

To subscribe to the Journal, please visit our website and subscribe online or send us an email with all your details to: info@aafjournal.co.za

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories