Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 11:30
Benny Gantz (au milieu), chef d’état-major et Aviv Kochavi (à droite), chef des Renseignements

Benny Gantz (au milieu), chef d’état-major et Aviv Kochavi (à droite), chef des Renseignements

 

avril 25, 2014 Tsahal.fr

 

Le ministre israélien de la Défense, Moshe (Bogie) Ya’alon a approuvé le vendredi 25 avril 2014) une série de nouvelles nominations au sein de l’état-major de l’armée israélienne. Ces nominations ont été fixées par le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Benjamin (Benny) Gantz.

 

Le général de division Aviv Kochavi sera nommé commandant du Commandement du Nord. Il remplacera le général de division Yair Golan qui a occupé ce poste au cours de ces 30 derniers mois.

 

Le général de brigade Hertzi Halevi sera nommé chef du Corps des Renseignements de Tsahal. Le général de Brigade Hertzi Halevi, qui occupe actuellement la fonction de chef des lycées militaires, sera promu au rang de général de division et remplacera le général de division Aviv Kochavi qui a occupé ce poste au cours de ces trois ans et demi derniers.

 

Le général de brigade Hagi Topolanski sera nommé chef du Corps des Ressources Humaines de Tsahal. Le général de brigade Topolanski, qui occupe actuellement la fonction de chef d’état-major des forces aériennes, sera promu au rang de général de division et remplacera la général de division Orna Barbivai qui a occupé ce poste au cours des trois dernières années et qui prendra bientôt sa retraite.

 

Le général de brigade Yossi Bachar sera nommé commandant du Corps d’état-major pour le Commandement du nord. Le général de brigade Yossi Bachar, qui occupe actuellement la fonction de commandant des formations pour commandants de bataillons et de compagnies de Tsahal, sera promu au rang de général de division et remplacera le général de division Gershon Hacohen qui a occupé ce poste au cours des quatre dernières années et qui prendra bientôt sa retraite.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 11:20
TE Connectivity rachète le groupe Seacon

 

22 avril 2014 par  Pascal Coutance - electroniques.biz

 

En mettant 490 millions de dollars en cash sur la table, le géant mondial des solutions d’interconnexions étend son offre au secteur du pétrole et du gaz.

 

TE Connectivity, premier fabricant mondial de solutions d’interconnexions avec un chiffre d’affaires de 13 milliards de dollars, s’est porté acquéreur de Seacon, un groupe spécialisé dans la connectique et les systèmes dédiés aux applications sous-marines, en particulier dans les secteurs du militaire, du pétrole et du gaz, de l’environnement et de l’océanographie.

 

Et si TE Connectivity a déboursé la coquette somme de 490 millions de dollars en numéraire pour cette acquisition, c’est que cela en vaut clairement la chandelle, comme le précise Tom Lynch, Pdg du groupe : « Le rachat de Seacon renforce encore la position de leader de TE Connectivity dans le domaine de la connectique pour environnements sévères, mais surtout, cela nous permet d’enrichir grandement notre offre dans le domaine en forte croissance du pétrole et du gaz. »

 

Il faut dire que la société possède des arguments puisqu’elle va combiner l’expertise de Seacon en interconnexions optiques sous-marines, le savoir-faire de TE Connectivity en câbles et la connaissance de Deutsch (société rachétée par TE Connectivity en 2012) en connecteurs de puissance.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 20:55
Premiers pilotes brevetés et affectés sur A400M

Le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes et commandant le soutien des forces aériennes préside la cérémonie

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

Le 18 avril 2014, les deux premiers pilotes affectés directement en sortie d'école sur A400M Atlas ont reçu leur macaron au cours d’une cérémonie présidée par le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes et commandant le soutien des forces aériennes, sur la base aérienne (BA) 702 d’Avord.

 

Outre ces deux pilotes destinés à rejoindre la première unité opérationnelle qui sera dotée d’A400M, trois pilotes d’hélicoptère et dix-sept pilotes de transport de l’armée de l’air et de l’aéronavale ont également été brevetés.

 

Ces nouveaux pilotes proviennent de l'école de l’aviation de transport de la BA 702, du centre d’instruction des équipages hélicoptères de la BA 115 d’Orange et du centre d’opération de défense sol/air d’Avord. Ils sont désormais aptes à piloter les aéronefs de l’armée de l’air.

 

Enfin, la cérémonie a mis à l’honneur les opérateurs de défense sol/air, parmi lesquels quinze ont reçu leur insigne.

Remise d’insignes aux premiers pilotes brevetés affectés sur l’Atlas A400M à Avord

Remise d’insignes aux premiers pilotes brevetés affectés sur l’Atlas A400M à Avord

Les pilotes fêtent leur nouvelle affectation

Les pilotes fêtent leur nouvelle affectation

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:55
Le centre de formation A400M a ouvert ses portes

 

25/04/2014 Armée de l'air

 

Premier centre d’expertise A400M à l’échelle européenne, le centre de formation a ouvert ses portes au sein de la Multinational Entry into Service Team (MEST). Depuis le 1er avril 2014, deux de nos aviateurs sont les premiers stagiaires à passer leur qualification de type (QT) A400M, au sein du centre de formation situé sur la base aérienne 123 d’Orléans.

 

Flambant neuf, le centre de formation dispose des outils les plus modernes lui conférant tous les atouts pour devenir le premier centre d’expertise A400M à l’échelle européenne. Pour les deux pilotes, la formation s’annonce comme un nouveau défi et une expérience inédite dans leur carrière aéronautique déjà riche. L’enseignement s’articule en trois phases successives. Un premier socle de connaissance est consacré à un survol des différents systèmes avion et à une familiarisation succincte avec cockpit de l’A400M. Ensuite, les systèmes avion sont abordés dans le détail et les procédures de travail en équipage sont enseignées pas à pas. Enfin, une succession de séances de simulateur vient compléter la formation.

Le centre de formation A400M a ouvert ses portes
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:20
Space X veut effectuer des lancements spatiaux pour l'armée américaine

 

28 avril 2014 Par Lélia de Matharel - Usinenouvelle.com

 

La société aérospatiale privée Space X souhaite conquérir un nouveau pan du marché : les lancements spatiaux pour l'armée américaine. Mais actuellement, l'institution ne travaille qu'avec une coentreprise baptisée United Launch Aliance, qui réunit Boeing et Lockheed Martin. Space X va porter plainte contre l'US Air Force, pour que le droit de participer aux appels d'offres lui soit reconnu.

 

Le groupe spatial privé Space X veut déposer une plainte officielle à l'encontre de l'US Air Force (la branche aérienne de l'armée américaine). Il s'estime en mesure de réaliser des lancements spatiaux militaires, mais comme le souligne le site The Verge, cette activité est pour l'instant réservée à United Launch Alliance (ULA), une coentreprise qui réunit Boeing et la Lockheed Martin.

 

Les autorités du pays verseraient aujourd'hui jusqu'à 3,5 milliards de dollars par an pour ce service à ULA, selon un document remis à la presse par Space X et repris par The Verge. Space X pense pouvoir faire économiser 1 milliard de dollars chaque année au gouvernement, sur les lancements spatiaux militaires.

 

Elon Musk, le PDG de la jeune société, a expliqué lors d'une conférence téléphonique qu'il serait "dans l'intérêt des Américains" que l'US Air Force annule le dernier contrat signé avec la coentreprise, en attendant que Space X reçoive la certification officielle qui lui permettrait de postuler à l'appel d'offres.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/04/2014 Armée de l'air

 

En 1984, les premiers élèves-pilotes à avoir suivi une formation sur EMB 121 Xingu recevaient leurs brevets de pilotes de transport. Le 25 juin 2014, l’école de l’aviation de transport (EAT) 00.319 « Capitaine Jean Dartigues », stationnée sur la base aérienne 702 d’Avord, célèbrera ces 30 années de macaronnages sur Xingu.

 

Après plus de 30 ans d’utilisation du Xingu, destiné à la formation des pilotes de transport, les aviateurs de l’EAT cherchent à prendre contact avec le plus grand nombre d’anciens ayant évolué sur l’avion école : stagiaires, instructeurs ou encore mécaniciens.

 

Si vous souhaitez participer à cette journée, n’hésitez pas à contacter l’escadron par mail à l’adresse traditions.eat@gmail.com, ou par téléphone au 02.48.68.40.47.

 

Visionnez le diaporama photos de l'école de l'aviation de transport !

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:50
Mise en place d'un détachement air en Pologne

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 25 avril 2014, un détachement français est déployé sur la base de Malbork pour préparer l’arrivée des avions de chasse français.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen.

 

Dès le 1er avril, des Awacs français ont été engagés, au départ de la base d’Avord, dans la mission de surveillance des espaces aériens.

 

Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec l’accord du gouvernement polonais, quatre Rafale de l’armée de l’air seront ainsi déployés à compter du 28 avril 2014. Ils se poseront sur la base de Malbork, situé dans le nord de la Pologne (Voïvodie de Poméranie).

 

L’arrivée de ces chasseurs nécessite naturellement le déploiement d’un échelon précurseur qui est arrivé à Malbork le 24 avril.

 

Cet échelon se compose de 61 militaires, mécaniciens, fusiliers commandos et cyno-techniciens avec leur animal, gendarme, etc. Huit tonnes de fret technique et deux tonnes de fret « civil » ont également été acheminées à bord d’un Airbus A 310 de l’escadron Esterel.

 

Ces militaires sont désormais en mesure d’assurer la manœuvre logistique préparatoire à l’arrivée des chasseurs. Le 25 avril 2014, un Hercule C-130 de la base aérienne 123 d’Orléans a déjà convoyé 6,5 tonnes de matériel. Un second acheminera le 26 avril des lots de matériels techniques d’emport sous aéronefs.

Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:40
Armes à feu: Kalachnikov bat des records de production

 

MOSCOU 28 avril - RIA Novosti

 

Au premier trimestre 2014, le consortium Kalachnikov a augmenté la production de ses armes à feu de 230% par rapport à la même période de 2013, a annoncé lundi à RIA Novosti le service de presse du consortium.

 

"A l'issue des trois premiers mois de cette année, nous avons enregistré un volume record de production d'armes à feu, soit 31.000 armes, ce qui constitue 41% des armes fabriquées en 2013 et dépasse de 230% les résultats du premier trimestre de l'année passée", a indiqué le service de presse.

 

Le consortium Kalachnikov, qui réunit le groupe de recherche et de production Ijmach et l'usine des constructions mécaniques d'Ijevsk, est un important producteur russe de fusils automatiques et de précision, d'obus téléguidés, ainsi que de fusils de chasse et de sport. Il a été créé en 2013.

 

Les armes fabriquées sont exportées dans 27 pays du monde, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Norvège, l'Italie, le Canada, le Kazakhstan et la Thaïlande.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:35
Obama boucle sa tournée par une mise en garde envers Pékin

 

29.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Barack Obama a conclu mardi aux Philippines une tournée asiatique destinée à rassurer ses alliés sur l'engagement régional des Etats-Unis face aux velléités territoriales de la Chine. Il a mis en garde Pékin contre une épreuve de force.

 

Au dernier jour de sa tournée qui l'aura également mené au Japon, en Corée du Sud et en Malaisie, Barack Obama a profité d'un discours devant des militaires américains et philippins à Manille pour inviter une nouvelle fois la Chine, sans la nommer, à l'apaisement.

 

"Nous pensons que le droit international doit être respecté, que la liberté de navigation doit être préservée et que le commerce ne doit pas être entravé. Nous pensons que les différends doivent être résolus pacifiquement, non par l'intimidation ou la force", a-t-il dit.

 

Influence en mer de Chine

 

La tournée asiatique de Barack Obama passait par quatre pays aux prises avec Pékin, qui entend faire valoir ses droits sur la quasi-totalité de la mer de Chine, orientale et méridionale.

 

Les tensions avec le Japon sont les plus exacerbées, à propos des Senkaku, un archipel inhabité de mer de Chine orientale contrôlé par les Japonais mais revendiqué avec force par les Chinois sous le nom de Diaoyu.

 

Les Etats-Unis ont répété une position affirmée depuis longtemps: Washington soutiendra Tokyo s'il est agressé autour des Senkaku mais ne se prononce pas sur l'appartenance de ces Îles. Un éditorial publié mardi par le "China Daily" accusait Obama de "considérer Pékin comme un adversaire".

Lien avec Pyongyang

 

Les Etats-Unis jouent une partition d'autant plus sensible qu'ils ont besoin des Chinois pour contenir la turbulente Corée du Nord, qui prépare un quatrième essai nucléaire d'après des analystes.

 

Ils ont pourtant mis une nouvelle pierre dans le jardin chinois en signant un accord de défense renforcé avec Manille qui permet une présence accrue de militaires et de matériel américains aux Philippines. Sur les rives de la mer de Chine, donc.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:30
Green Shield 4: des échanges «riches et fructueux»

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

La 4e édition de Green Shield, qui avait débuté le 7 avril 2014, s’est achevée la semaine dernière sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey. Rassemblant divers aéronefs de la Royal Saudi Air Force et de l’armée de l’air, cet exercice bilatéral franco-saoudien a été un succès.

 

Des missions aériennes de type COMAO (Composite Air Operations - dispositif regroupant un nombre important d’appareils différents) et CSAR (Combat Search And Rescue - recherche et sauvetage au combat) ont été réalisées. Jusqu’à seize appareils ont participé simultanément à une même mission. Parmi eux : des F-15 C saoudiens, des Mirage 2000D de Nancy, des Rafale de Saint-Dizier, des Mirage 2000-5 de Luxeuil, des Mirage 2000C d’Orange, un E3-F Awacs d’Avord et des Caracal de Cazaux. Les 24 opérations prévues ont pu être exécutées, représentant près de 200 sorties d’aéronefs et plus de 300 heures de vol.

 

Des échanges entre l’Arabie saoudite et la France qualifiés de «riches et fructueux» par le colonel Louis Pena, commandant la base aérienne 133 et directeur de l’exercice Green Shield 4. Il précise: «Les Saoudiens sont très bons en combat aérien et très habiles en pilotage. De notre côté, grâce nos interventions sur de nombreux théâtres d’opération, nous avons acquis une expérience qu’ils n’ont pas. Chacun a quelque chose à apprendre de l’autre.»

 

Les F-15 C sont repartis vendredi 18 avril 2014 vers leur base d’origine. La prochaine édition de Green Shield devrait avoir lieu en 2016, en Arabie saoudite.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:55
2013 année record pour l’Industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité

 

28 avril Aerobuzz.fr

 

En termes de commandes, 2013 est une année record pour l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité, avec 73,1 Md€ de commandes soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 Md€ » a souligné Marwan Lahoud, président du GIFAS.

 

Le chiffre d’affaires de l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité s’élève à 47,9 Md€ (+9% à périmètre constant) avec une très forte part à l’exportation de 30,4 Md€ (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177.000 hommes et femmes dans la profession (170.000 en 2012), 13.000 recrutements et 6.000 emplois nets créés et 1.000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au GIFAS.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:51
Des Rafales français en position dans le nord de la Pologne

Vue de quatre chasseurs Rafale de l'armée de l'air française sur le tarmac de l'aérodrome de Malbork dans le nord de la Pologne, le 28 avril 2014. photo EMA

 

29-04-2014 par Olivier Fourt – RFI

 

Le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, se rend ce mardi sur la base aérienne de Malbork dans le nord de la Pologne. Depuis lundi, quatre avions de combat français Rafale ont été déployés sur ce site dans le cadre des mesures dites de « réassurance » de l'Otan.

 

Les quatre avions de combat français positionnés en Pologne devront notamment effectuer des missions de police de ciel. L'objectif est d'assurer le respect de l'espace aérien des pays baltes alors que la crise ukrainienne inquiète les pays d'Europe orientale.

 

Les 4 Rafales se sont posés, lundi 28 avril, en fin de matinée sur la piste de la base aérienne 22 de l’armée de l’air polonaise. Le pool Rafale est constitué d’avions venus de Mont-de-Marsan et de Saint-Dizier. Ils sont équipés des missiles air-air bons de guerre, fixés sous les ailes des appareils.

 

Réponse française

 

Il ne s’agit pas d’un exercice. L’armée de l’air a envoyé ce qu’elle a de mieux en matière d’avion de combat. C’est la réponse de la France à la demande formulée par l’Alliance atlantique, pour ouvrir un créneau de quatre mois de mission de police du ciel depuis la base de Malbork.

 

Il s'agit donc de se tenir prêt à intercepter tout avion qui violerait l’espace aérien des pays baltes, ou qui aurait une attitude suspecte au-dessus de la mer Baltique. Sur cette zone, il n’est pas rare d’y croiser des avions russes ces derniers temps, ou des avions de renseignement, ou même des bombardiers.

 

L'arrivée des Rafales sur cette base va permettre au Mig-29 polonais d'aller se déployer en Lituanie, là encore sur la demande de l'Otan pour la mission Air Baltique. Enfin, la France et la Pologne vont approfondir leur relation en matière de défense, à travers des entraînements axés principalement sur les missions de défense aérienne.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:50
Organisation des industries de défense en Europe source ead-minerve.fr

Organisation des industries de défense en Europe source ead-minerve.fr

 

28.04.2014 affaires-strategiques.info

 

Alors que la Commission européenne a rappelé cet été l’importance de développer et de renforcer la base industrielle et technologique de défense européenne (BITDE), le GRIP se propose d’analyser les défis auxquels sont confrontés les industries de défense et les gouvernements européens.

 

Le chercheur du think tank belge, Yannick Quéau, présente tout d’abord l’évolution du processus de mondialisation de l’industrie d’armement depuis la fin de la Guerre froide, processus qui comprend, selon lui, cinq étapes distinctes. Ainsi, après une première phase de consolidation encouragée par les gouvernements américain et européens, la seconde étape fut celle de la ‘transatlantisation’ de l’industrie d’armement caractérisée par « l’acquisition de capacités de production sur une rive de l’Atlantique par une firme venue de l’autre rive ». Suivirent un troisième stade marqué par la prospérité de l’industrie d’armement et son réajustement vers des armes de guerre asymétrique ainsi qu’un quatrième cycle qui verra l’émergence de nouveaux acteurs industriels dans les pays du ‘Sud’. La dernière étape implique les impacts de la crise financière de 2008 qui a amené de nombreux gouvernements à réévaluer leurs priorités budgétaires, le secteur de la défense représentant dans la majorité des cas une variable d’ajustement.
 

C’est dans ce contexte que se trouvent actuellement les firmes européennes qui restent en compétition les unes avec les autres pour l’obtention de contrats d’exportation, une lutte qui fera assurément des victimes sur le ‘Vieux Continent’ d’où la nécessité de consolider la BITDE. Cela dit, comme le souligne Yannick Quéau, il n’est pas sûr que les Etats européens aient la volonté politique ou la capacité matérielle de s’engager sur cette voie. D’autant plus que les pays émergents et surtout les Etats-Unis influent également sur le développement d’une puissance militaire européenne. Ainsi, tout en encourageant l’Europe à prendre en main sa sécurité, le pivot américain en Asie réduit les opportunités des firmes européennes sur le marché asiatique qui reste primordial pour le maintien de la BITDE et donc pour l’émergence d’une défense européenne. C’est également de ce point de vue que les ambitions industrielles des pays émergents remettent en cause le projet de défense européenne puisqu’ils représentent des concurrents supplémentaires.
 

Dès lors, comme le note le chercheur du GRIP, « le futur ne s’annonce (…) pas sous les meilleurs auspices pour les industriels européens » sauf s’ils parviennent à se diversifier significativement vers les marchés civils. Aussi, il est essentiel que les gouvernements européens se mettent d’accord sur des fusions industrielles ce qui est loin d’être une tâche facile. En effet, la plupart des Etats concernés refusent de perdre leur autonomie stratégique ou de transiger sur ce qu’ils considèrent comme leurs intérêts vitaux. En témoigne le rôle de l’Allemagne dans l’échec du rapprochement entre BAE et EADS. Malgré tout, le projet de défense européenne demeure pertinent, d’autant plus qu’il représente le seul moyen pour les industriels européens de survivre et pour les Etats de l’UE de maintenir une BITDE nécessaire à leur sécurité. Cependant, si un ‘réveil’ des pays du Vieux Continent n’est pas impossible, « le temps est un facteur critique et il vient à manquer ». Entre-temps, « l’industrie européenne ne peut pas rester passive », la sécurisation de son accès au marché américain et le renforcement de ses partenariats avec les pays émergents représentant ses principales options.
 

Le rapport sur le site du GRIP

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:40
La Russie peut contourner sa dépendance de l'industrie ukrainienne de la défense, déclare Poutine

 

 

2014-04-29 xinhua

 

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi que la Russie est capable de remplacer les importations ukrainiennes liées à la Défense dans les deux ans et demi à venir.

 

"La Russie et son industrie militaire est capable financièrement et technologiquement de substituer les importations (de produits ukrainiens liés à la Défense)", a déclaré M. Poutine lors d'une réunion des législateurs dans la ville de Petrozavodsk (nord-ouest).

 

Le président a souligné la différence entre la dépendance de la Russie et de l'Ukraine de cette industrie, qualifiant la dépendance de la Russie de "décisive" et celle de l'Ukraine de " cruciale".

 

Pour remplacer les produits fabriqués en Ukraine, les Russes auront besoin de 1,5 à 2,5 ans et d'argent, a-t-il indiqué.

 

M. Poutine a ordonné au gouvernement de mettre en place des mesures pour remplacer progressivement les importations ukrainiennes mais a fait savoir qu'il espère que la coopération bilatérale russo-ukrainienne dans l'industrie militaire continuerait.

 

Par ailleurs, il a invité les travailleurs qualifiés de l' industrie ukrainienne de la Défense à venir en Russie en leur promettant des salaires décents et des logements.

 

"Tous les fonds nécessaires pour cela seront alloués. Bienvenue! ", a promis M. Poutine.

 

La Russie et l'Occident connaissent leur pire impasse depuis la Guerre Froide. La Russie a déployé des troupes et des hélicoptères aux frontières avec l'Ukraine, alors que l'OTAN a envoyé des forces supplémentaires en Europe de l'est.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:55
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale

 

23/04/2014 Armée de l'air

 

Pour la première fois depuis sa mise en service opérationnel, le Rafale a volé dans le ciel réunionnais. En effet, dans le cadre d’un entraînement aux missions à longue élongation des forces aériennes stratégiques (FAS), le détachement air 181 « Lieutenant Roland Garros » de Saint-Denis de la Réunion accueille, du 22 au 25 avril, un C135 du groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 « Bretagne », stationné sur la base aérienne (BA)125 d’Istres (13 – Bouches-du-Rhône), et deux Rafale B de l’escadron de chasse (EC) 1/91 « Gascogne », stationné sur la BA 113 de Saint-Dizier (52 – Haute-Marne).

 

L’ensemble du dispositif, qui a décollé d’Istres à 5 heures du matin, s’est posé, mardi 22 avril en milieu d’après-midi, à Saint-Denis après 10 heures 35 de vol pour les Rafale (et cinq ravitaillements) et 11 heures pour le C 135. Une quarantaine de personnes du commandement des forces aériennes stratégiques, de l’EC 1/91 « Gascogne », du GRV 2/91 « Bretagne » et des escadrons de soutien technique aéronautique 15.007 de Saint-Dizier et spécialisé 15.093 d’Istres constituent le détachement.

 

Cette opération a plus précisément pour objectif l’entretien des qualifications des équipages à exécuter des missions de très longue durée. Elle démontre l’aptitude des FAS à intervenir en tout lieu. La fonction ravitaillement en vol, assurée par le C135FR, permet aux avions de combat de l’armée de l’air et alliés, ainsi qu’aux avions radar « Awacs » de réaliser leurs missions à des milliers de kilomètres de leur base. Systématiquement impliqués dans les opérations extérieures, les C135, bien que vieillissants, placent la France en nation leader au sein de l’Europe pour cette capacité indispensable à toute intervention. Ce modèle français du ravitailleur Boeing permet également les missions de transport stratégique de fret comme de passagers. Equipés du module Morphée, ils assurent dans des délais très brefs des missions d’évacuation sanitaire de blessés graves.

 

La présence sur l’île de la Réunion de ces appareils sera l’occasion pour les deux Rafale B de mener, dans l’après-midi du mercredi 23 avril, un exercice interarmées d’appui-feu (dit de Close Air Support) au profit du 2ème régiment parachutiste d’infanterie de marine, stationné à Saint-Pierre, au sud de l’île. En effet, les moyens des FAS ne sont pas uniquement dédiés aux frappes nucléaires et peuvent tout aussi bien être affectés à la réalisation de missions conventionnelles. Ainsi, le Rafale comme le Mirage 2000N peuvent emporter des armements classiques et guidés laser et les équipages s’entraînent au quotidien aux missions conventionnelles sur le territoire national et hors métropole en participant à de nombreux exercices interalliés (Canada, Brésil, Egypte…). En outre, les équipages du « Gascogne » assurent régulièrement la permanence opérationnelle dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne.

 

Le même jour, dans la matinée, la présence des appareils aura été l’occasion d’une présentation des missions de l’armée de l’air et des forces aériennes stratégiques aux autorités civiles et militaires locales, aux associations, réservistes dans le cadre de la journée nationale du réserviste (JNR) et aux jeunes concernés par la journée défense du citoyen (JDC).

 

À noter que si la piste du détachement air 181 est habituée à l’atterrissage de gros porteurs civils et militaires, elle n’a pas accueilli d’avions de chasse depuis dix ans, les derniers à être venus poser leurs roues sur l’Ile Bourbon étant des Mirage IV des FAS en 2004.

 

Les appareils reprendront leur vol à destination de la métropole dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 avril.

 

Pour mémoire, les forces aériennes stratégiques assurent depuis 1964 la permanence opérationnelle de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire française. Cette mission, ininterrompue depuis 50 ans, positionne ce commandement comme la première composante permettant au président de la République de garantir en toutes circonstances la liberté d’appréciation, de décision et d’action de la France dans le cadre de ces responsabilités internationales.

L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:50
A watchful eye on UK sea and airspace

 

24 April 2014 Ministry of Defence

 

HMS Dragon and RAF Typhoons have been in contact with their Russian counterparts this week.

 

The Royal Navy’s fleet ready escort tracked and met up with the Russian destroyer Vice Admiral Kulakov as it transited past the UK.

HMS Dragon, a Type 45 destroyer, pinpointed and monitored the movement of the Russian vessel as she approached British waters in a well-established and standard response to such events.

Dragon deployed from Portsmouth last week to pre-position well north of Scotland in good time to respond to the Udaloy Class destroyer’s deployment. She made contact with the Kulakov and is now keeping an eye on the Russian ship’s transit south.

The commanding officer of HMS Dragon, Captain Iain Lower, said:

For a mission like this, it is not about sending any ship; we need speed, we need endurance, and, as the weather can be atrocious, sea-keeping is all-important.

The Russian Navy is a very capable force and it is right that the Royal Navy sends a ship that is credible, and none are more so than the Type 45 destroyer. With the world’s best air defence radars, Dragon’s sensors are able to monitor UK airspace and sea lanes of communication at very long range.

In the air
Typhoon aircraft Photo Senior Aircraftman Graham Taylor UK MoD

Typhoon aircraft Photo Senior Aircraftman Graham Taylor UK MoD

The Royal Air Force was also involved recently with its Russian counterparts when RAF Typhoon Quick Reaction Alert (QRA) aircraft were launched from RAF Leuchars to determine the identity of unknown aircraft that were approaching the Nato air policing area north of Scotland.

The aircraft were identified as Russian military aircraft carrying out a routine training sortie in international airspace.

RAF QRA aircraft are launched to intercept unidentified aircraft when they cannot be identified by any other means. This means that the aircraft is not talking to civilian or military air traffic control, has not filed a flight plan, and is not transmitting a recognisable secondary surveillance radar code.

The Typhoon mission was a routine part of the RAF’s air defence role protecting the UK and its airspace. High readiness RAF fighter aircraft are available around the clock, 365-days-a-year, and can be scrambled to identify and intercept any unidentified aircraft approaching our shores.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:35
Défense : mise à jour du système anti-aérien sud-coréen d’ici 2020

 

SEOUL, 28 avr. (Yonhap)

 

L’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) a approuvé ce lundi la mise à niveau du système anti-aérien PAC-2 et l’acquisition de missiles PAC-3 d’ici 2020 pour mieux pouvoir répondre à la menace nord-coréenne.

 

La Corée du Sud possède actuellement 48 missiles PAC-2 importés d’Allemagne. Le système de commande de tir PAC-2 sera mis à jour entre 2014 et 2020 pour qu’il puisse tirer des missiles PAC-2 et PAC-3. L’entreprise américaine du domaine de la défense Raytheon devrait être chargée de la tâche.

 

La DAPA acquerra également des missiles PAC-3 fabriqués par Lockheed Martin entre 2016 et 2020. «Le système patriot est l’arme principale du KAMD (le système de défense anti-aérien et antibalistique sud-coréen) pour contrer les missiles balistiques de la Corée du Nord. Une fois la mise à jour effectuée, nous devrions pouvoir minimiser les dégâts causés par les missiles au sol», a déclaré le porte-parole de la DAPA Baek Young-hyeong lors d’un point de presse.

 

La DAPA lancera un appel d’offres pour la mise à jour de son système patriot en juin et compte signer un accord en novembre. Elle espère signer un accord pour l’achat des missiles PAC-3 dans l’année. La DAPA dispose d’un budget de 1,3 milliard de dollars pour ce projet.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:35
Inde-Pakistan : la course aux armements prend de l’ampleur

 

MOSCOU, 29 avril - RIA Novosti

 

L’Inde avance à grands pas dans la course aux armements : après l’essai du missile de moyenne portée Akash, capable d’intercepter des chasseurs et des missiles de croisière, l’armée de l’air a remporté un nouveau succès avec le missile d’interception Prithvi Defence Vehicle, qui a atteint sa cible dans l’espace extra-atmosphérique. Cette intensification des efforts pour la création d’un « potentiel de dissuasion » intervient à l’approche du duel électoral impliquant le leader de l’opposition et éventuel candidat au poste de premier ministre Narendra Modi, qui tient un discours austère vis-à-vis du Pakistan et de la Chine. La promesse par l’opposition de revoir la doctrine nucléaire de l’Inde si elle arrivait au pouvoir a également fait beaucoup de bruit, écrit mardi le quotidien Kommersant.

 

Le lancement du missile intercepteur Prithvi Defence Vehicle, d’une portée de 2 000 km, a eu lieu au polygone Integrated Test Range à Chandipur, dans le district de Balasore. Trois minutes plus tôt un navire indien se trouvant dans le golfe du Bengale avait lancé un « missile ennemi », qui avait été détecté par Prithvi Defence Vehicle et anéanti à plus de 100 km d’altitude. La cible a été identifiée grâce au réseau informatique, qui avait calculé avec précision la trajectoire du missile et ses coordonnées.

 

L’Inde avait déjà procédé à six essais d’intercepteurs pour abattre des « missiles ennemis » à une altitude comprise entre 30 et 80 km. Le lancement du Prithvi Defence Vehicle s’est tenu quelques jours après les essais du missile Akash de moyenne portée, capable d’éliminer des drones, des chasseurs et des missiles balistiques. Courant avril, le ministère indien de la Défense a même testé le missile de croisière supersonique BraMos d’une portée de 290 km, et le missile Prithvi 2 d’une portée de 350 km.L’Inde et le Pakistan, ennemis géopolitiques jurés, mènent en général leurs essais simultanément. Cette fois, Islamabad a seulement réagi par un essai du missile Hatf III Ghaznavi, d’une portée de 290 km et capable d’embarquer une ogive nucléaire.

 

Cette attention particulière accordée aux essais balistiques s’explique par l’approche des législatives en Inde, dont les résultats seront annoncés le 16 mai. Le favori de la course, le leader du parti Bharatiya Janata Party (BJP : Parti du peuple Indien) Narendra Modi, a toutes les chances de devenir le nouveau premier ministre. Il s’est déjà distingué avec certaines déclarations dures vis-à-vis du Pakistan et d’un autre adversaire régional de l’Inde – la Chine, qui dispose d’un arsenal balistique nucléaire plus conséquent. De plus, l’un des paragraphes du manifeste de campagne du BJP, intitulé « Le programme nucléaire de l’Inde », a fait beaucoup parler de lui. Ce document annonce que la doctrine nucléaire du pays doit être « revue et mise à jour pour répondre aux défis de l’époque ».

 

Certains interprètent cette déclaration comme une allusion au fait que si Narendra Modi arrivait au pouvoir, il renoncerait à l’approche actuelle de l’arme nucléaire, perçue comme défensive par New Delhi. Pour apaiser la tension, Modi a précisé dans une récente interview qu’il n’était pas question de renoncer au principe fondamental de la stratégie défensive du pays : l’arme nucléaire ne sera jamais utilisée pour commettre une première attaque. Cependant, les promesses d’apporter des modifications à la doctrine de défense pourraient entraîner le forçage des programmes de modernisation du potentiel nucléaire balistique. Selon les experts, une telle politique pourrait mener à une nouvelle course aux armements en Asie.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:50
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Le 28 avril 2014, quatre avions Rafale de l’armée de l’air se sont posés à Malbork dans le nord de la Pologne. Ils avaient décollé le jour même de la base aérienne de Saint Dizier.

 

L’arrivée de ces chasseurs a été précédé par le déploiement d’échelons précurseur et logistique les 24 et 26 avril dernier.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen. Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec accord des autorités polonaises, les 4 chasseurs français sont désormais stationnés sur le base de Malbork (Voïvodie de Poméranie).

Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:50
chef d'état-major des forces armées russes, Valery Gerasimov - photo Russia MoD

chef d'état-major des forces armées russes, Valery Gerasimov - photo Russia MoD

 

29 avril 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - Le chef d'état-major de l'armée russe et le patron du renseignement militaire font partie des 15 nouvelles personnalités sanctionnées par l'Union européenne.

 

Le Journal officiel de l'UE a dévoilé mardi matin la liste des personnes considérées comme étant responsables d'actions qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, dans laquelle figurent également les chefs de groupes séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

 

Ces personnalités sont frappées par des interdictions de visa et un gel de leurs avoirs.

 

La liste inclut le chef d'état-major des forces armées russes, Valery Gerasimov, présenté comme responsable du déploiement massif des troupes russes le long de la frontière avec l'Ukraine et de l'absence de désescalade.

 

Les Occidentaux estiment à près de 40.000 le nombre de soldats russes massés dans la zone frontalière depuis plusieurs semaines.

 

Est aussi visé Igor Sergun, directeur de la direction générale du renseignement de l'état-major des forces armées russes, le GRU, que l'UE estime responsable des activités des agents du GRU dans l'est de l'Ukraine.

 

Deux vice-présidents de la Douma, Sergei Neverov et Ludmila Shvetsova, sont ajoutés à la liste, qui comprenait jusqu'à présent 33 noms, dont ceux de plusieurs proches du président Vladimir Poutine.

 

L'UE sanctionne par ailleurs des meneurs du mouvement pro-russe dans l'est de l'Ukraine, comme Valeriy Bolotov, German Prokopiv et Andriy Purgin, ce dernier étant présenté comme le chef de la République de Donetsk qui a coordonné les actions des +touristes russes+ dans cette ville, selon le JO de l'UE.

 

La liste comprend des Russes impliqués dans le rattachement de la Crimée à la Russie, comme Dmitry Kozak, responsable de la supervision de l'intégration de la Crimée dans la Russie, ou Oleg Savelyev, ministre des Affaires criméennes. Sergei Menyailo, gouverneur par intérim de la ville de Sébastopol, est également sanctionné.

 

Selon des sources diplomatiques, la liste -- qui comprend désormais 48 noms -- pourrait continuer à s'allonger dans les prochaines semaines si la crise s'aggravait.

 

Par ailleurs, 22 Ukrainiens, actifs sous le précédent régime, sont sanctionnés par un gel des avoirs pour détournement de fonds publics.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:55
L’armée, gros bras de l’économie en Charente

 

 

25 avril par Benoît CAURETTE - charentelibre.fr

 

Premier employeur du département, la Défense injecte des millions d’euros dans l’économie locale. Elle séduit les patrons des PME, venus hier [24 Avril] à sa rencontre à La Braconne.

 

Une trentaine de patrons ont été reçus hier après-midi au 515e régiment du train. Ils comptent bien décrocher des marchés avec l’armée. Une trentaine de patrons ont été reçus hier après-midi au 515e régiment du train. Ils comptent bien décrocher des marchés avec l’armée.

 

Des costumes-cravate au milieu des treillis, des bérets noirs et des képis. Trente patrons charentais chez les militaires. Une rencontre peu ordinaire. Mais surtout tout un symbole, hier après-midi, au QG du 515e régiment du train de La Braconne, à Mornac, le dernier salon où l’on cause économie en Charente.

 

«L’armée et les entreprises sont deux mondes qui ne se connaissent pas très bien et qui pourtant ont des atomes crochus. Nous souhaitons prendre l’habitude de les faire se rencontrer plus souvent», note le capitaine de réserve Stéphane Bouyou, dans le civil directeur technique de Visvivo, à L’Isle-d’Espagnac et fer de lance de l’après-midi d’hier au régiment qui ouvre par ailleurs ses portes au grand public demain et après-demain. «L’idée, c’est également de trouver des débouchés pour nos jeunes retraités», ajoute le militaire.

 

La Défense, c’est aussi une entreprise. Même une très grosse maison, la plus importante du département: un Charentais sur cent travaille directement pour elle, «près de 9.000 emplois en découlent au total», se réjouit Daniel Braud, le vice-président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Angoulême et patron de la chambre consulaire au niveau régional. Nombre de structures en font leurs choux gras.

 

Flairer les opportunités

 

«Si demain on perdait les régiments, la base aérienne de Cognac et tout ce qui gravite autour, ça équivaudrait à se séparer d’une très grosse industrie, avec les conséquences désastreuses que l’on imagine.» Mais pour l’heure tout baigne et il y a des affaires à conclure avec les militaires.

 

Les patrons ne le savent que trop bien. Hier au quartier Chabasse, ils sont venus les flairer. Sans louper l’opportunité de (re)mettre un pied dans la maison, de «faire du relationnel» et «de comprendre les nouvelles modalités d’appels d’offres», reconnaît Claude Gomez, directeur adjoint d’Ingéliance Technologies, un cabinet d’ingénierie de 70 personnes à L’Isle-d’Espagnac, sous-traitant entre autres de DCNS à Ruelle.

 

Thierry Grandières, l’un des associés de la menuiserie Michel Dupuis à Angoulême, s’est clairement rappelé au bon souvenir de l’armée en Charente. «Nous avons travaillé ensemble par le passé, dit-il. Les équipes ont changé, nous n’intervenons plus qu’en Charente-Maritime, à la base aérienne de Rochefort. Ça nous semble important de renouer un lien, de se tenir à l’affût des marchés intéressants qui ne manqueront pas d’apparaître.»

 

Même Éric Faure, le directeur des établissements et services d’aide par le travail (Esat) de Ma Campagne et de Fontgrave, considère qu’il y a peut-être du grain à moudre dans les casernes pour ses travailleurs handicapés. «Il y a pas mal d’espaces verts à entretenir», observe cet ancien du régiment qui a pu grâce à la rencontre d’hier «gommer les a priori» qu’il nourrissait quant aux modalités d’accès aux marchés militaires.

 

«Elles sont loin d’être compliquées, et sont accessibles à toutes les PME. Une entreprise de Charente qui ne décrocherait pas un marché local n’est pas pour autant disqualifiée pour répondre à un appel d’offres qui est en fait toujours national», rassure le responsable des achats du groupement de défense d’Angoulême (1erRIMa, 515e RT…).

 

Du fait de la complexité des organisations, il est difficile de mesurer avec précision les retombées dont profitent les PME d’ici, ni même de dire combien elles sont. Le seul régiment du train fait travailler une bonne dizaine de structures du coin, dont Renault Trucks à Roullet pour l’entretien de sa flotte de poids lourds. L’armada de camions commence d’ailleurs tout juste à être remplacée par des escouades dernier cri de marque Iveco. Mais le régiment le jure: les vieux rejetons de la marque au losange, au 515e depuis 1984, seront usés jusqu’à la corde.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:50
Poelkapelle - photo MIL.be

Poelkapelle - photo MIL.be

 

25 Avril 2014 internet@lesoir.be (LeSoir, AFP, AP, Belga)

 

Le Conseil des ministres a donné vendredi son accord sur le lancement d’une procédure de marché public pour l’acquisition d’une installation pour la destruction de projectiles toxiques, destinée à remplacer celle de Poelkapelle (Flandre occidentale), à l’arrêt depuis l’été 2012. Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a été autorisé à lancer la procédure pour l’acquisition de cette installation, sa construction, sa mise en service et son entretien, a précisé son cabinet à l’agence BELGA. Aucun montant n’a été mentionné. M. De Crem a assuré début avril en commission de la défense de la Chambre que cette procédure démarrerait «encore pendant cette législature» (qui se termine le 25 mai par les élections législatives). Elle doit durer au total près de 33 mois. Les paiements, à charge du ministère de la Défense qui gère l’installation de Poelkapelle, n’interviendront qu’en 2015 et 2016, avait expliqué M. De Crem. La destruction des munitions toxiques datant de la Première Guerre mondiale devrait dès lors reprendre en 2016, quand la capacité de stockage à Poelkapelle aura atteint son maximum, avait assuré le ministre.

 

L’installation de démantèlement des armes chimiques est gérée par le Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins explosifs (SEDEE) de l’armée. Elle est à l’arrêt depuis l’explosion accidentelle d’un obus chimique, en août 2012. Depuis lors, quelque 3.200 projectiles toxiques s’accumulent dans les installations du service de déminage. Selon la Défense, le coût d’une nouvelle installation s’élève à environ douze millions d’euros. Entre 2007 et 2011, plus de 5.500 munitions toxiques datant de la Première Guerre mondiale ont été détruites à Poelkapelle.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:50
Exercices militaires de grande envergure du 5 au 9 mai en Flandre

 

25 avril 2014 levif.be (Belga)

 

Des exercices militaires de grande envergure auront lieu du 5 au 9 mai dans les provinces d'Anvers, de Limbourg et du Brabant flamand, a indiqué la Défense vendredi. Environ 1.100 soldats belges et néerlandais effectueront des tâches comme la sécurisation de convois, de gares et d'infrastructures importantes ou la détection d'armes et explosifs dissimulés. Pendant les exercices, deux numéros de la Défense seront disponibles pour les riverains qui auraient des questions.

 

Environ 350 soldats néerlandais prendront part à l'exercice. Les 1.100 personnes comprennent également le personnel qui s'occupera, notamment, de la logistique afin que l'exercice puisse avoir lieu. En outre, 140 à 150 personnes joueront le rôle des opposants. L'exercice débutera le 5 mai à Bourg-Léopold avec le déploiement de patrouilles. Les troupes néerlandaises prendront part à l'exercice le 6 mai. Un campement sera construit à Tielen dans la province d'Anvers. Le 7 mai, des patrouilles prendront place à Turnhout, Mol, Bocholt, Opglabeek, Waterschei, Winterslag et Beringen. Une manifestation sera simulée à Tielen, où la police et les pompiers de Turnhout seront présents afin de contrôler l'incident. Les patrouilles avanceront, le 8 mai, dans le environs de Hamont où elles effectueront quelques missions. Des barrages seront mis en place dans les environs de Turnhout, en collaboration avec la police de la zone. Le 9 mai, une action d'envergure sera menée contre "un camp d'entraînement rebelle". Pendant les exercices, les riverains pourront téléphoner au numéro vert 0800/99.836, au sujet des dégâts causés par les manoeuvres. Le 0800/99.830 sera disponible pour la presse et les demandes d'informations. En outre, la Défense distribuera des dépliants dans les régions où des tirs d'exercice seront effectués.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:45
Défense : la carte des pays africains qui dépensent le plus

 

25/04/2014 Par Rémi Carayol - Jeuneafrique.com

 

Dans les pays développés, la course aux armements s'essouffle. C'est loin d'être le cas en Afrique, où les budgets militaires enflent, voire explosent.

 

C'est un constat du Sipri, l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, qui fait référence en la matière : pour la deuxième année consécutive, les dépenses militaires sont en baisse dans le monde (- 0,4% en 2012, - 1,9% en 2013). Le jour où le concert des nations décidera d'en finir avec la course aux armements n'est cependant pas arrivé. Car si les pays développés, atteints par la crise, ont revu pour la plupart leurs budgets de défense à la baisse - dont les États-Unis (- 7,8% en 2013), il n'en va pas de même pour les pays du Sud.

Le dernier rapport du Sipri, publié le 14 avril, note que là où l'on se développe, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou en Afrique, les dépenses augmentent. Voire explosent, comme en Arabie saoudite, passée en un an du septième au quatrième rang mondial.

 

>> Lire aussi : Armement en Afrique : un business en plein boom

 

L'Afrique n'est pas en reste. Selon le Sipri, c'est le continent où la hausse est la plus forte (+ 8,3 % en un an). En 2013, les États africains ont affecté 44,9 milliards de dollars à leurs armées. C'est très loin des dépenses mondiales (1 747 milliards) et même en deçà du seul budget militaire de l'Inde, mais l'effort est tout de même spectaculaire. En 2013, l'Algérie est ainsi devenue le premier pays africain à avoir franchi le seuil des 10 milliards de dollars (+ 8,8 % en un an) et l'Angola, en deuxième position sur le continent avec 6,1 milliards, a vu son budget de défense croître de 36 %. Le pays lusophone dépasse l'Afrique du Sud (4,1 milliards) : une première.

 

>> Lire aussi : Afrique du Nord : course aux armements et leadership algérien

 

Mais la palme de la plus forte hausse revient au Ghana, et de loin : il a triplé ses dépenses en un an ! Il est vrai qu'Accra partait de très bas (109 millions de dollars en 2012). L'institut suédois relève qu'entre 2004 et 2013, cinq pays africains - l'Algérie, le Ghana, l'Angola, la Namibie et le Swaziland - ont doublé ou triplé leurs budgets militaires et constate que dans la plupart des cas, en Afrique comme ailleurs, l'explosion des moyens alloués aux forces de défense est liée à la découverte de richesses dans les sous-sols.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:40
Crimée: Kiev a récupéré plus de 400 matériels militaires (Défense)

 

KIEV, 25 avril - RIA Novosti

 

L'Ukraine a déjà récupéré 429 matériels de guerre et armements qui se trouvaient en Crimée au moment de son adhésion à la Russie, a annoncé vendredi le service de presse du ministère ukrainien de la Défense.

 

"Selon les données de l'Etat-major général des Forces armées ukrainiennes au 25 avril, 429 matériels de guerre et armements ont été retirés vers la partie continentale de l'Ukraine, dont 13 navires, vedettes et bateaux de soutien, 181 véhicules, plus de 60 blindés et 24 aéronefs, ainsi que des matériels des unités d'artillerie, de télécommunications et autres. A l'heure actuelle, 105,5 tonnes de biens matériels ont été retirées", a indiqué le service de presse dans un communiqué.

 

Le ministère russe de la Défense a antérieurement annoncé qu'il était prêt à restituer à l'Ukraine tous les matériels de guerre ukrainiens de Crimée d'ici juin 2014. Selon le vice-ministre russe de la Défense, Dmitri Boulgakov, les armements et matériels seront remis à l'Ukraine dans l'état dans lequel ils ont été abandonnés par les militaires ukrainiens.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories