Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:45
Mali : la gendarmerie prévôtale veille sur la force Serval

 

 

02/04/2014 Sources : EMA

 

Engagés début novembre 2013 dans le cadre de l’opération Serval, les deux détachements de gendarmerie prévôtale basés sur Bamako et Gao accompagnent les soldats français déployés au Mali. Ils assurent les missions de « police judiciaire » et préviennent ou traitent les infractions qui pourraient mettre en cause les militaires français.

 

Véritables appui à la force, les prévôts interviennent au quotidien pour sensibiliser les militaires français sur les risques encourus en opération extérieure et garantissent leurs droits juridiques.

 

Les prévôts participent également au renseignement dans le domaine de la sécurité publique et peuvent soutenir la gendarmerie malienne lorsque ces dernières interpellent des individus. En parallèle de toutes ces opérations, les prévôts remplissent occasionnellement des missions d’escorte de fonds à travers le Mali ou réalisent différents actes administratifs, comme par exemple l’établissement de procurations pour permettre aux militaires de voter en France.

 

Douze détachements prévôtaux, soit une centaine de militaires, sont actuellement déployés à l’étranger et sur les différents théâtres d’opération.

 

Trois sont permanents et sont stationnés auprès des Forces Française à Djibouti (FFDj), des Forces Françaises au Gabon (FFG) et des Eléments Français au Sénégal (EFS). Neuf sont temporaires et sont basés sur les théâtres d’opérations extérieures.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : la gendarmerie prévôtale veille sur la force Serval
Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:45
Sangaris : patrouille mixte sur PK12

 

02/04/2014 Sources : EMA

 

Le 31 mars 2014, les soldats du groupe tactique interarmes (GTIA) Savoie de la Force Sangaris, en appui des soldats congolais de la MISCA, ont effectué des patrouilles à pied et en véhicules au point nommé « PK12 », un quartier situé au nord de la capitale centrafricaine et où coexistent des populations musulmanes et chrétiennes.

 

Après les vives tensions du samedi 29 mars, ces patrouilles mixtes montrent la détermination commune de la MISCA et de Sangaris de préserver l’équilibre sécuritaire dans Bangui. Cette présence accrue permet aux habitants de retrouver une libre circulation préalable indispensable au retour à une vie normale. Ce type d’action à base de patrouilles mixtes dans les quartiers sensibles de Bangui va se poursuivre dans les prochains jours.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:40
L'Ukraine reçoit des matériels de guerre rendus par la Crimée

 

KIEV, 2 avril - RIA Novosti

 

Plusieurs trains transportant des matériels de guerre ukrainiens sont déjà arrivés de Crimée en Ukraine, a annoncé mercredi à Kiev le chef de l'administration présidentielle ukrainienne par intérim Sergueï Pachinski.

"Le retrait de nos troupes et matériels a commencé. Plusieurs convois transportant des matériels ukrainiens se trouvent déjà sur le territoire ukrainien. Ce processus se poursuivra", a indiqué M.Pachinski devant les journalistes.

Le responsable avait antérieurement rapporté que plus de 2.000 militaires ukrainiens et leurs familles avaient quitté la Crimée, ancienne république ukrainienne qui a adhéré à la Russie à la mi-mars.

Le Conseil de la sécurité nationale et de la défense d'Ukraine a annoncé le 26 mars avoir lancé la procédure de retrait des troupes de la Crimée. Selon une source au sein du gouvernement criméen, 3.000 des 18.000 militaires ukrainiens déployés en Crimée ont souhaité poursuivre leur service au sein de l'armée ukrainienne.

Un changement de pouvoir ayant toutes les caractéristiques d'un coup d'Etat s'est produit en Ukraine le 22 février dernier. La Rada suprême (parlement) a destitué le président Viktor Ianoukovitch, réformé la constitution et fixé l'élection présidentielle au 25 mai. Moscou conteste la légitimité des nouvelles autorités du pays.

La république autonome de Crimée a refusé de reconnaître les nouvelles autorités ukrainiennes. Elle a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie au terme d'un référendum tenu le 16 mars, lors duquel 96,7% des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision. La Russie et la Crimée ont signé le 18 mars dernier le traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:40
Europe de l'Est: Moscou préoccupé face à l'éventuel renforcement de l'OTAN

 

 

MOSCOU, 2 avril - RIA Novosti

 

La Russie est préoccupée par l'éventuel renforcement militaire de l'OTAN en Europe de l'Est et souhaite obtenir des informations dignes de foi à ce sujet, a déclaré mercredi à Moscou le chef de l'administration présidentielle russe Sergueï Ivanov.

"Nous sommes préoccupés, mais il faut comprendre de quel renforcement il s'agit et si ces informations sont vraies. Pour le moment, il y a beaucoup de discussions et d'allégations, mais il n'y a souvent aucun projet derrière. On va voir", a indiqué M.Ivanov devant les journalistes.

Le commandant suprême des Forces alliées de l'OTAN en Europe Philip Breedlove a antérieurement déclaré que l'Alliance œuvrait pour renforcer la défense de ses alliés de l'Europe de l'Est d'ici le 15 avril.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:35
KAI Comments FA-50 Sale to Philippines

Korea Aerospace Industries has detailed the $420 million sale of 12 FA-50 light attack fighters to the Philippines, which brings to 52 the number of T-50 variants ordered to date by foreign customers. (KAI photo)

 

April 2, 2014 defense-aerospace.com/

(Source: Korea Aerospace Industries; dated March 28, 2014)

 

KAI Won A Contract to Export 12 FA-50s to the Philippines, Worth $420 Million

 

Korea Aerospace Industries, Ltd. (KAI) won a contract to export 12 FA-50s to the Philippines for Philippine Air Force's multi-purpose fighter purchase project in a government-to-government way on March 28th.

 

This contract including training is valued at $420 million and the company will completely deliver 12 aircraft within 38 months after the deal goes into effect.

 

The variant of T-50 family has received 52 orders from the Air Forces of Iraq (24) in 2013, Indonesia (16) in 2011 and the Philippines (12) in 2014.

 

T-50 variant aircraft developed in partnership with Lockheed Martin and in operation in the Republic of Korea Air Force.

 

The FA-50 measures 13.13m in length, 9.45m in width and 4.85m in height and is able to fly with a max speed of Mach 1.5 with up to 4,500kg armed weapons loaded in it.

 

FA-50 light attack aircraft, in particular earned KAI recognition for its high-performance and low-cost fighter.

 

KAI is eyeing to further exporting the T-50 variant aircraft to the U.S.A., Botswana, the U.A.E., Thailand and Peru.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:35
La Russie livrera à l'Inde 66.000 munitions pour chars

 

 

MOSCOU, 2 avril - RIA Novosti

 

La Russie livrera 66.000 munitions 3-UBK-20 "Mango" pour les chars T-90C de l'Inde conformément à un contrat signé par l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) et le ministère indien de la Défense, a annoncé mardi le groupe Techmach, producteur des munitions.

"Le contrat russo-indien comprend deux parties consacrées à la livraison de munitions pour chars Mango et au lancement de leur production sous licence en Inde. Au total, la Russie livrera 66.000 projectiles pour chars à l'Inde dans le cadre de ce projet", a indiqué Techmach dans un communiqué.

Le projet d'organisation de la production de munitions pour chars en Inde prévoit la traduction de documents techniques nécessaires, la livraison d'équipements, la formation de personnel et la mise en service de la chaîne de production.

Le projectile 3-UBK-20 Mango est destiné à détruire les chars, les canons automoteurs et d'autres cibles blindées.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:30
OEF : le MINDEF à bord de la frégate Jean Bart

 

 

02/04/2014 Sources : EMA

 

Du 25 au 27 mars 2014, la frégate antiaérienne Jean Bart, intégrée à l’opération Enduring Freedom de lutte contre le terrorisme, a participé au salon DIMDEX 2014 (Doha International Maritime Defence Exhibition and Conference), au Qatar.

 

Jeudi 27 mars, à quelques heures de la clôture du salon, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, s’est rendu à bord du Jean Bart, et s’est adressé à l’équipage. Il a salué l’action de la marine dans cette région et insisté sur l’importance du Qatar, avec qui la France a noué des les liens étroits, économiques et militaires. Il a également annoncé la prorogation pour cinq ans de l’accord de défense datant de 1994.

 

Lors des échanges qui ont suivi avec les marins, le ministre a réaffirmé le rôle essentiel des bâtiments déployés dans le dispositif opérationnel français en zone maritime Océan indien

 

La frégate Jean Bart est déployée dans l’océan Indien depuis le 27 février 2014. Elle participe notamment à l’opération Enduring Freedom (OEF) qui lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:20
Assistant Air Force Secretary Hopeful F-35 Cost Could Drop To Mid-$80 Million Range By 2019

 

 

April 2, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

Reuters is reporting that the U.S. military is working closely with Lockheed Martin Corp and other suppliers to lower the per-plane cost of the F-35 fighter jet and improve its reliability.

 

More from Reuters:

 

Assistant Air Force Secretary William LaPlante said the price of the new A-model F-35 is on track to drop from $112 million now to the mid-$80 million range by 2018 or 2019, but the program is developing plans to drive the price even lower.

 

The Government Accountability Office, a congressional watchdog agency, remains skeptical about those efforts, noting that the A-model jets procured in 2013 cost $124.8 million each, about $41 million above the Pentagon’s target for 2019.

 

The U.S. military was also focused on improving the reliability of the jets, which are breaking down between flights more often than expected, he said.

 

The F-35 A-model was intended to cost around $50 million per plane, giving the United States and its allies a low-cost way to replace a dozen warplanes now in service.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:20
Support: AVCATT Flies The Silicon Skies

 

April 2, 2014: Strategy Page

 

As the U.S. Army retrains its forces to handle conventional war, what the military calls “near-peer” (against someone who has similar weapons and abilities) combat it is finding that computer simulators make it possible to retrain quickly and inexpensively. This is especially true with helicopters, which operate quite differently in near-peer combat than when fighting irregulars and Islamic terrorists. Pilots operate flight controls, sensors and weapons differently and relearning near-peer procedures is very expensive if you do it in the air. It’s also quite dangerous, since one of the things you have to practice is operating in near-peer mode at night, in bad weather or under attack (or all three at once). That’s nearly as scary and is over 90 percent cheaper when done on a simulator.

 

The primary American helicopter simulator is AVCATT (Aviation Combined Arms Tactical Trainer). This is a mobile (two trailers) system that can emulate AH-64A/D 6.1/10, OH-58D, UH-60A/L and CH-47D. AVCATT comes with terrain databases for the U.S. Army NTC (Fort Irwin), Grafenwoehr-Hohenfels training area in Germany, Iraq, Fort Hood (Texas), Afghanistan and Korea. Multiple AVCATT’s can communicate with each other to allow multiple crews to train together. Since all the trainee data is captured electronically it’s possible to give very valuable and detailed after-action critiques.

 

 AVCATT has been around since 2003 and that first version proved invaluable in converting crews from decades of near-peer combat training to handling less well armed and organized opponents. The original AVCATT cut the cost of pilot training some 80 percent by using the same electronic and display components found in PCs and video games. In addition to saving a lot of money, using off-the-shelf components makes is possible to create portable flight simulators. This is important for several reasons. For one thing, not every helicopter units follows the same training schedule, so it's a major advantage if the simulators could be easily moved from air base to air base. It's also important to get simulators to a war zone so pilots can practice battle tactics. There was also a special AH-64 flight simulator which used full fidelity (almost like the real thing) graphics.

 

The AVCATT, however, takes the off the shelf components, and mobility, trends a lot farther. Housed in two standard, 40 foot trailers, the system contains;

 

- Six Reconfigurable Manned Modules (simulated cockpits for pilot and copilot). These do not have the fidelity of older simulators, but are sufficient for experienced pilots to work out tactics in cooperation with other pilots, and against a realistic enemy. What makes these work in 2003 was the photo-realistic graphics then widely available from off-the-shelf PC video cards. Running at about $300 each, these cards provided the graphics power of graphics “systems" from the 1990s ago that cost about a million dollars each.

 

- A Battle Master Control (BMC) Station. This is the officer who runs the training exercise. He, or she, must be cruel, but fair.

 

- A Semi-Automated Forces (SAF) Operator. The bad guys are played by software generated aircraft and ground units. But as the name SAF implies, a human operator can intercede to avoid the silliness that software generated NPCs (Non-Player Characters) are often guilty of if left to their own devices.

 

- Four Role Player Stations are four people who will provide realistic spoken communications over the radio. Eventually these will be replaced by software, but at the moment it's more reliable to use people.

 

- Eight Tactical Operations Center (TOC) Stations. Similar to the Role Player Stations, but the TOC people usually assume the same role (unit commander, air controller, Etc.) for the entire exercise.

 

- An After Action Review (AAR) Station. This is a miniature theater that takes up nearly half of one trailer. It seats 20 and has large displays and a sound system on one end. The beauty of this set up is that, right after the exercise, the trainees and some of the staff can go to the "AAR Station" and see instant replay, with appropriate commentary, of what they did right, or wrong.

 

The first AVCATT cost about three million dollars for each two trailer set and since then have gotten more expensive but a lot more powerful. For example the current model uses helmet mounted displays so wherever the trainee looks they see what they would see in an actual helicopter. AVCATT was also built to plug and play with other army combat simulators, taking networked gaming to places civilian gamers can only dream about.

 

The U.S. Army had, during the 1990s largely abandoned milspec (military specifications) in purchasing electronics for use in their simulators. Since the 1990s, the army has taken full advantage of the growing power of PCs and, especially, PC graphics. Milspec components can take years to get approved. But in the last few decades, noting how civilian products are developed faster, and often are more reliable than milspec equivalents, and a lot cheaper, the Department of Defense has been more readily giving permission to develop equipment that does not contain milspec parts. The markedly lowered the cost of things like simulators, produced faster delivery times and greater portability and has made the non-milspec pretty much a standard in some areas of military equipment. And in other cases, troops are taking their laptops, PDAs and other off-the-shelf electronics to take care of business in the combat zone. This has been going on for decades, a sort of unauthorized field testing of new gear. Strictly forbidden of course, as using this unauthorized stuff could get someone killed. But so far, the non-milspec gadgets appear to have saved a lot more lives than they have endangered.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 15:55
Les gorgones en action

Les gorgones en action photo Bch Jérôme Bardenet / SIRPA Terre Image-CPIT de Saint Maixent

 

02/04/2014 J. SEVERIN - Armée de Terre

 

C’est dans le Tarn-et-Garonne que 400 membres des forces spéciales ont été déployés pour l’exercice GORGONES 2014.

 

Dépose et récupération de commandos, actions de renseignement et d’aéromobilité, autant d’entraînements destinés au perfectionnement des soldats d’élite. Trois semaines de cas concrets durant lesquelles les forces spéciales ont pu travailler ensemble et éprouver, une nouvelle fois, leurs compétences.

 

Le prochain exercice aura lieu, fin 2014, en milieu désertique.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 14:45
Le général Philippe Pontiès, chef de l'opération de l'Union européenne en Centrafrique

Le général Philippe Pontiès, chef de l'opération de l'Union européenne en Centrafrique

 

02.04.2014 Par Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

Ce fut « un véritable chemin de croix », selon l'expression d'un diplomate à Paris. Il aura fallu des mois de discussions, et quatre réunions de « génération de forces », ces rencontres où chacun annonce sa participation, qui un avion, qui une section de combat, pour arriver à boucler une mission militaire européenne en République centrafricaine (RCA). Lancée officiellement à l'occasion du sommet Union européenne (UE)-Afrique mercredi 2 avril, Eufor-RCA comptera quelque 650 hommes sur le terrain dont 120 gendarmes, 850 en tout – la différence étant versée dans les états-majors.

 

La mission n'a été bouclée qu'avec l'aide de la Géorgie, non membre de l'UE, qui envoie 150 soldats, le plus gros contingent. Personne ne voulait les transporter. Ce sont finalement les Britanniques, soucieux d'adresser un signal à Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne, qui le feront. Les grands pays européens se sont joints tardivement aux Estoniens et aux Lettons, volontaires de la première heure. Le nouveau premier ministre italien, Matteo Renzi, a fait un geste en acceptant de financer les travaux d'installation à Bangui. Réticente, l'Allemagne, sous l'impulsion de sa nouvelle ministre de la défense, Ursula Von Der Leyen, mettra finalement deux avions de transport. La Suède va convoyer les soldats Estoniens. La Pologne envoie des gendarmes.

 

« LA CRISE CENTRAFRICAINE EST DANS UN ANGLE MORT »

 

La France a choisi de lancer seule son opération « Sangaris » avec 1 600 soldats sous mandat de l'ONU le 5 décembre 2013, et cette absence de « portage européen » dès l'origine a été préjudiciable à une mobilisation, font valoir certains alliés. La Belgique, sur laquelle les espoirs de soutien reposaient au départ, n'a pu suivre pour des raisons de politique intérieure, à un mois d'élections. Autre point, la mission en RCA est difficile, et Paris peine déjà à convaincre sa propre opinion de sa pertinence. A la différence de la situation au Mali, dans laquelle des Européens ont pu faire le lien entre la menace djihadiste locale et leur sécurité intérieure, « la crise centrafricaine est dans un angle mort pour tout le monde », convient une source proche du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, à Paris.

 

De fait, le ministère la défense ne jugeait pas jouable de mobiliser les Européens, à la différence de celui des affaires étrangères, qui, par la voix de Laurent Fabius, avait annoncé dès le 17 décembre 2013 des « troupes au sol » européennes en renfort. L'entourage de M. Le Drian indique aujourd'hui ne pas tirer de leçon générale sur un échec de la politique européenne de défense à l'occasion de cette crise : car à l'inverse, les soutiens militaires européens s'accroissent pour la mission menée au Mali. Les Européens se sont néanmoins attirés les reproches du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, qui les trouvés bien trop timorés au regard du désastre humanitaire et sécuritaire centrafricain. A plusieurs reprises ces derniers mois, celui-ci a invité l'UE à accélérer le déploiement de sa mission militaire.

 

La mission Eufor-RCA, commandée par le général français Philippe Pontiès, se déploiera à partir de la fin avril au mieux. Elle pourra soulager la force Sangaris sur l'aéroport de Bangui. Si les effectifs sont complétés, deux quartiers de la capitale centrafricaine pourraient aussi être sécurisés comme prévu au départ. L'enjeu est de permettre aux soldats français et africains de la Misca d'être davantage présents en province, où les populations musulmanes réfugiées sous la protection des forces étrangères sont toujours menacées par les milices anti-balaka à majorité chrétienne.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 13:45
  Ursula von der Leyen, Jean-Yves Le Drian (19.02.14) Photo : Cyril Bailleul / MAE

Ursula von der Leyen, Jean-Yves Le Drian (19.02.14) Photo : Cyril Bailleul / MAE

 

 

02.04.2014 Le Monde.fr

 

Dans une tribune commune publiée dans Le Monde et la Frankfurter Allgemeine Zeitung à l'occasion du sommet Europe-Afrique mercredi 2 avril, les ministres de la défense français, Jean-Yves Le Drian, et allemande, Ursula von der Leyen, expriment leur convergence de vue sur les questions de sécurité.

 

Lire aussi (Abonnés) : L'Allemagne prête à s'engager plus nettement en Afrique

 

« Pour nous, Européens, l'Afrique, avec ses 54 pays, est notre grand voisin du Sud avec qui nous partageons un avenir commun. C'est une terre d'opportunités, mais c'est aussi un théâtre de crises. La grande fragilité de certains Etats africains, la porosité des frontières, la persistance du terrorisme dans la bande sahélienne constituent des grands défis pour la sécurité de l'Afrique et de l'Europe.

 

Nos approvisionnements stratégiques, nos intérêts commerciaux, et la sécurité des ressortissants en dépendent. C'est pourquoi la France et l'Allemagne sont convaincues que la sécurité doit être au coeur du sommet UE-Afrique qui se tiendra à Bruxelles les 2 et 3 avril prochains. Face à l'ampleur des défis, c'est une approche globale qui doit être déployée, permettant d'agir sur l'ensemble du spectre, d'abord en amont des crises. La stabilisation du continent africain sera facilitée par l'identification de signes avant-coureurs des crises. En situation de crise, l'engagement de moyens militaires ne remplace certainement pas les solutions politiques, mais il contribue à stabiliser des Etats fragiles, à protéger les populations, et, au final, à créer ainsi les conditions essentielles pour reconstruire et démocratiser un pays.

 

C'est pourquoi l'Union européenne s'est dotée d'une approche globale alliant sécurité et développement lui permettant d'intervenir face aux crises et d'agir pour les prévenir, mais aussi de consolider la sortie de crise et de stabiliser. Elle doit aujourd'hui proposer des mesures durables et pertinentes pour accompagner les Africains dans le renforcement de leurs capacités propres de prévention et de réponse aux crises.

 

L'EXEMPLE DE LA CRISE MALIENNE

 

La crise malienne est un bon exemple. C'est en effet la réaction rapide et résolue de la France qui a permis de stopper la violence au moment où l'existence même du Mali était en jeu. L'opération française a permis l'émergence d'une large alliance : des Etats d'Afrique, d'Europe, voire du monde entier se sont portés volontaires pour aider le Mali à se reconstruire. Mais, ni les nations africaines ni les pays de l'UE n'ont vocation à s'engager de manière permanente au Mali.

 

Le premier de nos objectifs est de rendre l'Etat malien apte à exercer sa souveraineté sur l'ensemble de son territoire. La mission militaire de formation européenne EUTM Mali est l'instrument approprié pour atteindre cet objectif. La France et l'Allemagne y resserrent leur coopération : des militaires de la Brigade franco-allemande (BFA) seront déployés à compter du mois d'avril dans le cadre de cette mission.

 

L'enjeu du sommet UE-Afrique est de bâtir sur cette approche et de renforcer notre soutien aux pays africains. Comment nos politiques de défense et de sécurité peuvent-elles y contribuer ? Nous pensons que le modèle de mission de type EUTM, qui combine un effort de formation militaire, mais aussi un apprentissage des principes de l'Etat de droit, doit être étendu à d'autres théâtres et enrichi en le complétant d'un volet équipement quand cela est nécessaire.

 

MIEUX COORDONNER LES INSTRUMENTS EUROPÉENS

 

Il nous faut également encourager les dynamiques de coopération régionales, au niveau continental et sous-régional. Les conditions pour y parvenir sont réunies : l'Afrique dispose de structures permettant de construire une architecture de sécurité de plus en plus solide et de progresser vers un outil militaire africain de réaction rapide aux crises. Des conseillers militaires européens pourraient jouer un rôle plus important pour accompagner cette évolution. Enfin, nous souhaitons saisir l'occasion du sommet UE-Afrique pour mieux coordonner les instruments européens qui permettent de former et d'équiper nos partenaires africains.

 

La Facilité de paix pour l'Afrique et l'initiative Enable et Enhance, soutenue par nos deux pays, doivent se rejoindre sur l'objectif du renforcement de nos partenaires africains et de leur capacité à prendre en mains leur propre sécurité.

 

La France et l'Allemagne partagent la même vision du partenariat entre l'Europe et l'Afrique : il n'est pas de développement sans un minimum de sécurité. C'est pour cela que la France et l'Allemagne plaident ensemble pour une action cohérente et intégrée de l'Union européenne dans le domaine de la sécurité et du développement. Les voisins que sont l'Afrique et l'Europe veulent et doivent assumer plus de responsabilités l'un envers l'autre. »

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 12:45
Transfert d’autorité de la Mission Européenne d’Entraînement au Mali

 

 

2 avril 2014 par EUTM Mali

 

Mardi 1er avril 2014 à Bamako s’est déroulée la cérémonie de transfert d’autorité de la Mission Européenne d’Entraînement au Mali (EUTM Mali) entre le général Bruno Guibert et le général Marc Rudkiewicz, en présence de M. Richard Zink, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union Européenne au Mali.

 

Dans son allocution, le général Guibert a rendu hommage aux 560 militaires européens de la mission : « je tiens à vous faire part de ma satisfaction pour votre engagement et votre détermination pour atteindre vos objectifs. Vous avez donnez le meilleur de vous pour aider vos camarades maliens (…)».

 

Au cours de ce premier mandat, EUTM a jeté les bases du rétablissement des forces armées maliennes, en aidant notamment les autorités maliennes à définir un format d’armée s’appuyant sur des structures pérennes et en les dotant d’unités aptes à remplir des missions de sécurisation au nord du pays.

 

La Mission Européenne d’Entraînement au Mali regroupe 560 militaires européens de 23 nationalités différentes. Elle a pour objectif de contribuer à améliorer les capacités militaires des forces armées maliennes afin de leur permettre  d’assurer à terme la sécurité et la souveraineté du Mali. Elle fait partie intégrante de l’approche globale adoptée par l’UE face à la situation au Mali et au Sahel.

 

 Transfer of authority in the European Training Mission in Mali

 

On Tuesday the 1st of April, in Bamako took place the transfer of authority ceremony of the European Training Mission in Mali (EUTM Mali) between General Bruno Guibert and General Marc Rudkiewicz, in presence of Mr. Richard Zink, ambassador and leader of the European delegation in Mali.

 

During his speech, General Guibert paid tribute to the 560 European servicemen of the mission: “I would like to share with you my satisfaction for your strong commitment and determination to achieve your objectives. You have given the best of yourself to help our Malian comrades (…)”.

 

During the first mandate, EUTM has set the foundations for the restoration of the Malian armed forces, helping the Malian authorities defining an army based on lasting structures and providing them with military units, able to accomplish the security mission in the north of the country.

 

The European Training Mission in Mali gathers 560 European servicemen from 23 different countries. Its goal is to contribute to enhance the Malian military capabilities, in order to enable them to ensure the security and sovereignty of Mali. The mission is integrated into the European Union global approach to the Sahel.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 12:20
Livre : des porte-avions taille XXL

 

31/03/2014 Marine nationale

 

Les porte-avions américains ou des « géants des mers » fascinants. Un sujet en or pour un reporter aéronautique. Quand l’US Navy a autorisé Henri-Pierre Grolleau à effectuer un reportage à bord de l’USS Eisenhower et de son groupe aéronaval, le photoreporter n’a eu qu’une idée en tête : réaliser de belles photos et un (beau) livre. Mission accomplie !

 

› Porte-avions – Les outils de la diplomatie navale américaine de Henri-Pierre Grolleau. 160 pages - 49  € (Marine éditions)

 

Livre : des porte-avions taille XXL
Livre : des porte-avions taille XXL
Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:55
Exercice Volfa: zoom sur les moyens mobiles de contrôle

Les spécialistes du contrôle et du commandement des opérations ont participé à l'exercice Volfa

 

02/04/2014 Armée de l'air

 

Du 24 au 27 mars 2014, un équipage de l’escadron de détection et de contrôle mobile (EDCM) de la base aérienne 105 d’Évreux a participé à la première édition 2014 de l’exercice VOLFA, qui se déroulait dans le Massif central.

 

Opérant à bord d’un CDCd (centre de détection et de contrôle déployable), sa mission a consisté à assurer la conduite tactique des forces «ennemies» placées sous son contrôle. Pendant quatre jours d’intense activité, opérateurs et contrôleurs aériens ont effectué la surveillance aérienne de la zone d’entraînement, préalable à l’engagement des moyens aériens et sol-air Mamba et Crotale NG participant au scénario de l’exercice.

 

L’équipage a pris part à la totalité des créneaux d’activité, de jour comme de nuit, contrôlant 17 missions aériennes complexes, en utilisant notamment la liaison 16. Plusieurs spécialistes des CDC fixes de Cinq-Mars-la-Pîle, de Lyon Mont-Verdun, et de la réserve opérationnelle de l’unité sont venus prêter main forte à leurs camarades de l’EDCM.

 

La participation à ce type d’exercice majeur constitue l’opportunité de se familiariser avec le travail spécifique à bord du CDCd et de constituer un réservoir de force capable d’appuyer les équipages tactiques de l’EDCM en cas de besoin opérationnel.

 

Le CDCd constitue un moyen d’intervention complet, équipé d’un module de contrôle tactique doté de 14 postes de contrôle. Équipé d’une poursuite multi-radar alimentée par plusieurs radars HMBA (haute, moyenne, basse altitude), il offre une capacité de détection sur un large spectre. En plus de moyens de téléphonie et d’interphonie, il est aussi équipé de liaisons de données tactiques.

 

Aperçu de la salle d'opérations d'un CDCd

Aperçu de la salle d'opérations d'un CDCd

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:45
Sangaris: point de situation sur les opérations au 2 Avril

 

09/04/2014 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Sangaris, engagée en République centrafricaine, depuis le 27 mars au 2 Avril 2014

 

Cette semaine a été marquée par le déploiement du GTIA Scorpion dans l’Est de la Centrafrique, marquant la troisième phase de l’opération Sangaris. Ce nouveau déploiement doit permettre de favoriser l’installation de la MISCA dans cette partie du territoire dont elle devra assurer la sécurisation.

 

Bangui

 

A Bangui, la force a poursuivi ses opérations de contrôle de zone, en axant ses efforts dans les 3eet 5earrondissements de la capitale, ainsi qu’à PK 12. Les éléments du GTIA Savoie restent en appui de la MISCA et des gendarmes centrafricains pour assurer la sécurité de la population confrontée à un contexte sécuritaire toujours marqué par des pics de tension.

 

Le 27 mars, le GTIA Savoie a porté son effort sur les grands axes des 3eet 5earrondissements. A PK 12, il a également effectué une patrouille mixte avec un détachement de gendarmes centrafricains. Ces derniers ont notamment encouragé les commerçants du site à se rétablir sur les emplacements traditionnels du marché.

 

La nuit du 27 mars a été marquée par la mort de plusieurs dizaines de personnes qui participaient à une veillée funéraires dans le 3earrondissement. Pour protester contre ces exactions la population a érigé des barricades. Déployé sur place pour sécuriser la zone et faire redescendre la tension, le GTIA Savoie a essuyé quelques tirs de la part d’éléments armés qui ont rapidement décroché après la riposte des soldats français.

 

Le 29 mars, le GTIA Savoie, en coopération avec les détachements de la MISCA rwandaise et burundaise, a conduit une opération de contrôle renforcé dans le 5earrondissement, afin de sécuriser l’avenue du lieutenant Koudoukou et de faciliter la reprise de l’activité économique (réouverture des marchés du KM 5). Cette opération a reçu un accueil très favorable de la population et a permis de nombreux échanges entre les communautés chrétiennes et musulmanes.

 

La fin de journée a été marquée par une prise à partie du détachement tchadien de la MISCA par un groupe d’anti-balakas à hauteur de PK12. Cette situation a fait de nombreuses victimes au sein de la population civile présente sur place. Le GTIA Savoie et la Quick reaction force(« QRF ») de l’antenne médicale de la force ont immédiatement apporté leur appui dans la prise en charge des blessés.

 

Le 1eravril, la compagnie du 152eRI s’est déployée sur l’aéroport de la capitale. Elle y assure désormais la sécurisation de ce site névralgique, seul point d’accès international du pays.

 

Le 2 avril, une patrouille du GTIA Dragon a été prise à partie lors du démantèlement d’un check point sauvage dans la région de Bossembele. Les éléments de la force ont immédiatement riposté puis saisi un fusil, des munitions de chasse et sept grenades.

 

Ouest

 

Dans l’Ouest du pays, la situation sécuritaire est stable.  Le 27 mars, le COMANFOR s’est rendu à Boda, afin d’y rencontrer les autorités civiles ainsi que les représentants des communautés chrétiennes et musulmanes. Il a insisté sur le rôle majeur tenu par les autorités locales et les représentants communautaires dans la reconstruction du pays. Le 29 mars, le GTIA Dragon a effectué une opération de reconnaissance sur Bossangoa. Le 31 mars, suite à de récentes prises à partie, le GTIA Dragon a effectué une reconnaissance offensive de l’axe Carnot - Baoro avec pour objectif d’imposer l’application des mesures de confiance.

 

Est

 

Le 28 mars, le GTIA Scorpion s’est engagé en direction de Sibut, dans le cadre du déploiement de la force Sangaris dans l’Est du pays. Ce déploiement a été rendu possible grâce à la réussite des deux phases précédentes, à Bangui et dans l’Ouest du pays. Il va permettre de favoriser l’installation de la MISCA dans l’Est de la RCA, de restaurer l’autorité de l’Etat dans cette région et de faire accepter et appliquer les mesures de confiance.

 

La reconnaissance s’est déroulée dans de bonnes conditions, aucun obstacle n’étant venu entraver le mouvement de la force. Les 29 et 30 mars, le GTIA Scorpion a ainsi poursuivi sa progression vers l’Est en se déployant successivement dans les villes de Grimari puis de Bambari, avant d’atteindre la ville d’ Ippy le 30 mars. Les prises de contact avec les autorités civiles, religieuses et sécuritaires de la zone ont permis de conforter l’action de la force et de faire accepter l’application progressive des mesures de confiance.

 

Le GTIA Scorpion a ensuite consolidé son contrôle de zone par des reconnaissances d’axes et des patrouilles dans les différentes villes où il s’est déployé.

 

Le 1er avril, l'Union Européenne a annoncé le lancement de la mission EUFOR RCA, dont la France est nation cadre.Elle est commandée par le général de division Philippe Pontiès. Les armées françaises contribueront à cette mission à hauteur de 450 militaires.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6500 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris: point de situation sur les opérations au 2 AvrilSangaris: point de situation sur les opérations au 2 AvrilSangaris: point de situation sur les opérations au 2 Avril
Sangaris: point de situation sur les opérations au 2 AvrilSangaris: point de situation sur les opérations au 2 Avril
Sangaris: point de situation sur les opérations au 2 AvrilSangaris: point de situation sur les opérations au 2 Avril
Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:45
Sécurité et défense : relève de 150 soldats français à Abidjan

 

1 avril 2014 Cyrille DJEDJED - L’Inter

 

La force Licorne présente à Abidjan a été renforcée. Samedi dernier, une compagnie du 2e Régiment d’Infanterie de Marine est arrivée à Abidjan, dans le cadre des relèves régulières cette force. En effet, 150 militaires ont atterri à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, avant de rejoindre le camp de Port-Bouët par autobus. Il faut dire que tous les quatre mois, la Force Licorne procède à la relève de son personnel. Le 30 mars, la compagnie franc comtoise, arrivée en Afrique en décembre 2013, est repartie donc en France, comme prévu dans la programmation. Ainsi, le volume de la Force reste inchangé : 450 militaires arment un état-major tactique, une compagnie d’infanterie, une compagnie de commandement et de logistique, un escadron de combat, et des militaires issus de différentes entités, principalement dans le domaine du soutien. La France, à la demande des autorités ivoiriennes, accompagne la réforme de l’armée ivoirienne et maintient une présence militaire en Côte d’Ivoire pour assurer la protection des ressortissants français. La force Licorne veille, entre autres, à appuyer la mise en œuvre du processus de paix et à maintenir des éléments aptes à renforcer les unités de L’Onuci en cas de besoin.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
USA: P-8 Poseidon Performs First Missions in Korea During Foal Eagle

<< Sailors from the Republic of Korea Navy prepare to board a U.S. Navy P-8A Poseidon aircraft March 30 in Busan for a tour facilitated by U.S. Navy crew members assigned to Patrol Squadron (VP) 16. (U.S. Navy/MC1 Joshua Bryce Bruns)
 

01 April 2014 By MC1 Joshua Bryce Bruns - Pacific Sentinel

 

SEOUL - The U.S. Navy's P-8A Poseidon maritime patrol aircraft conducted its first training missions in the Republic of Korea (ROK) March 27-31 in support of exercise Foal Eagle 2014.

 

During the combined U.S. and ROK armed forces training events, flight crewmembers from Patrol Squadron (VP) 16 operated with P-3 Orion maritime patrol crews from the ROK navy. The exercise gave the pilots, mission planners, and flight crews from both the U.S. and ROK navies the opportunity to train together and exchange ideas and concepts.

 

"This was a great opportunity to strengthen relationships and show what operational capabilities this aircraft brings to the Pacific and to our allies," said Lt. Cmdr. Dwight Brungard, the P-8 mission commander. "Everyone was discussing the similarities and differences between the P-8 and the P-3 and how we can operate efficiently in the operational environment. It's so important for us to understand each other and continue to work seamlessly together."

 

Exercise Foal Eagle in an umbrella of regularly scheduled, annual exercises between U.S. and ROK armed forces. The naval portion of these bi-lateral exercises test skills in a variety of warfare disciplines including maritime patrol.

 

"We are excited to have the P-8A Poseidon performing its first missions in Korea as a part of Foal Eagle 2014," said Rear Adm. Lisa Franchetti, commander, U.S. Naval Forces Korea. "The presence of this modern and dynamic aircraft operating with our Korean counterparts further demonstrates the U.S. Navy's commitment to our alliance with the Republic of Korea and represents the physical manifestations of our rebalance to the Pacific."

 

The P-8A Poseidon is designed with the latest avionics and onboard systems making it one of the most advanced anti-submarine and anti-surface warfare aircraft in the world.

 

Six P-8A aircraft are currently deployed in support of the U.S. 7th Fleet conducting maritime stability, patrol, and search operations throughout the Indo-Asia-Pacific.

 

US Pacific Fleet

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
Pakistan, Afghanistan, India Want Leftover US MRAPs

Mine Resistant Ambush Protected vehicles are unloaded in 2009 from the MV Marilyn Vessel in the port of Antwerp, Belgium. (Pierre-Etienne Courtejoie/Army)

 

Apr. 1, 2014 - By JEFF SCHOGOL – Defense News


 

The US military has more Mine Resistant Ambush Protected vehicles in Afghanistan that it can bring home — and Afghanistan, India and Pakistan are locked in a three-way competition for them, a former senior defense official said.

“Those people in US government who want to support the Pakistani counterinsurgency say we should give [MRAPs] to them; the people who are concerned about the future of Afghanistan, the people who are principally concerned about India say we shouldn’t give [MRAPs] to them,” said David Sedney. “What we’re actually going to do is not clear.”

MRAPs initially were fielded in Iraq to protect troops from roadside bombs after insurgents discovered that the undersides of up-armored Humvees were vulnerable to buried explosives.

Then-Defense Secretary Robert Gates made building the MRAPs and getting the vehicles downrange a top priority, even though he understood the vehicles were designed for use in Iraq and Afghanistan, not necessarily in future conflicts, said Sedney, who served as deputy assistant secretary of defense for Afghanistan, Pakistan and Central Asia from 2009 to 2013.

Now the US military has thousands of MRAPs in Afghanistan that neither the Army nor Marine Corps want, Sedney said. Since the US government has considered MRAPs too sophisticated for the Afghan military to use, it has been shipping some vehicles back to the US while destroying others that have battle damage, Sedney told Military Times on Tuesday.

But some members of Congress have objected to destroying the costly vehicles, he said. Meanwhile, the companies that build MRAPs — and the lawmakers that represent states where the vehicles are built — want to encourage other countries to use MRAPs because building spare parts for the vehicles is a “lucrative business.”

Pakistan has said it wants a lot of MRAPs and some US government officials think the vehicles could help the Paksitanis fight their own insurgents, Sedney said.

“As soon as the Indians even got hint of this, they became upset because they said, ‘Hey look, these MRAPs, they’re of limited utility in the worst areas of Pakistan but they could be really useful in an offensive action [by Pakistan] against India,’” Sedney said. “The Indian government started lobbying against MRAPs to Pakistan.”

Afghan officials also were concerned that the Pakistanis could use MRAPs against them, and Afghan military leaders felt many of their troops who were killed by roadside bombs in 2013 could have survived if they had been in MRAPs, he said.

“The Afghans realized that and they said, ‘Wait a second ... you’re saying that we have to absorb much higher casualties than you ever were willing to? Why don’t you give us the MRAPS?’ But of course, they didn’t have the money.”

Last week, US Forces Afghanistan issued a statement that it has no plans to provide Pakistan with excess MRAPs used in Afghanistan. The US Embassy in Pakistan then issued a statement on Monday saying the US government is considering Pakistan’s request for excess military equipment.

That prompted the State Department to release a statement on Monday clarifying that while the US government is considering giving military equipment to Pakistan, none of it would come directly from Afghanistan.

“To be clear, the United States has not refused Pakistan’s request regarding EDA [excess defense articles] sourced from the worldwide pool (to include any request that might involve MRAPs),” according to the statement. “The United States continues to assist Pakistan through many security cooperation programs to build partnership capacity, including through the provision of worldwide available EDA.

“US military equipment leaving overland from Afghanistan through Pakistan or via the Northern Distribution Network is part of the overall process of removing equipment as our forces draw down in Afghanistan. We have not and do not intend to transfer this equipment to the governments neighboring Afghanistan.”

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
A330 MRTT

A330 MRTT

 

2 April 2014 airforce-technology.com

 

South Korea has started a process to acquire its long-desired four in-flight refuelling tanker aircraft in an effort to enhance the national air defence.

 

The estimated KRW1.4tn ($1.31bn) deal forms part of the country's attempts to augment its air defence in wake of escalating tension in morth-east Asia over the maritime interests of Japan, China and North Korea, Reuters reports.

 

The South Korean Defense Acquisition Program Administration (DAPA) said in a statement that the purchase will be made through a competitive bid process and bids will be accepted by the end of June 2014.

 

Two unnamed industry sources were quoted by the news agency as saying that Boeing is expected to bid with a model that is based on a Boeing 767-level aircraft, such as the KC-46 Pegasus, while Airbus Group is likely to offer its A330 multi-role tanker transport (MRTT).

 

 

Boeing KC-46 tanker

Boeing KC-46 tanker

Other companies are also anticipated to enter the competition with commercial aircraft overhauled as tankers, the sources added.

 

A closed briefing is scheduled to be held by DAPA on 08 April to brief the bidders regarding the contract requirements.

 

Another source with direct knowledge of its requirements said the country aims to close a deal by the end of 2014.

 

The in-flight refuelling tankers are anticipated to enhance the Republic of Korea Air Force (ROKAF) fighter aircraft airborne operation time by more than one hour, the source added.

 

Scheduled to be acquired between 2017 and 2019, the new tankers will help extend the operational range of ROKAF's F-15K and KF-16 fighter aircraft fleet, as reported earlier by Yonhap News Agency.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
New Light Armoured Vehicle Put to the Test

The Army’s new Australian Light Armoured Vehicle. (photo : Army News, Finmeccanica)

 

29.03.2014 Defense Studies

After rigorous testing, the new Australian Light Armoured Vehicle surveillance variant, ALSAV-S, has been shown to significantly improve Army’s Cavalry operations.

The new vehicles tested during Exercise Kosta River in late March 2014, conducted at the Shoalwater Bay Training Area.

Commanding Officer of 2nd/14th Light Horse Regiment (Queensland Mounted Infantry) Lieutenant Colonel Ash Collingburn said the vehicles were yet another tool in the Intelligence, Surveillance, Reconnaissance toolbox.


 


“The new vehicles are a game changer; the new capability they provide changes the way we think about Cavalry operations,” Lieutenant Colonel Collingburn said.

Exercise Kosta River, was a training opportunity for surveillance troops, providing the chance to put the new vehicles through their paces.

“We’re learning as we go,” Lieutenant Colonel Collingburn said.

 


“We have some very smart junior Non Comissioned Officers and soldiers in the surveillance troop and they are quickly learning about the limitations and realising the full potential of the capability.”

Equipped with the Multispectral Surveillance Suite of equipment including a ground surveillance radar, thermal camera and day camera, the vehicles are capable of laser designating targets and can penetrate the tree canopy thanks to its raiseable mast.

This equipment now allows the surveillance troops to screen over greater distances than they have previously been able to with traditional Cavalry vehicles.

 


Crew Commander Corporal Daniel Cameron leads one of the vehicles and said the first time he saw the system in his training he thought it was amazing.

“You could see everything,” he said. “It makes you think harder now as a crew commander on where to position the vehicle to get the full potential out of the system.”

Corporal Cameron said the field trial had been going well. “Like anything there are always some teething issues with new equipment but the training we’re doing here is good in order to test it properly,” he said.

(Aus DoD)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
Ceremony marks end of Task Force Helmand

British soldiers leave Main Operating Base Lashkar Gah on 1 March 2014 (library image) [Picture: Corporal Ross Fernie, Crown copyright]

 

2 April 2014 Ministry of Defence

 

After 8 years of front line operations, the UK's military headquarters in Helmand was disbanded yesterday.

 

In the latest stage of the ongoing drawdown of UK operations in Afghanistan, the functions of Headquarters Task Force Helmand have been subsumed into the wider US-led Regional Command (South West).

This milestone marks the end of the 16th Task Force Helmand operation for the British-led coalition task force, which has comprised soldiers from the Danish, Estonian, Tongan, Jordanian and Bosnian armed forces.

The Secretary of State for Defence, Philip Hammond, said:

At this important point in the final year of the UK’s lengthy and crucially important combat mission, it is only right to reflect on the significant achievements - and sacrifices - of the past 8 years.

The servicemen and women who have fought under the command of Task Force Helmand have protected the security of the UK and its people; prevented international terrorists from using Afghanistan as a base; and created the conditions for a brighter, more secure and more stable future for the country.

Having relocated from Lashkar Gah to Camp Bastion last year as part of the planned drawdown of British Forces in Afghanistan, the control of Task Force Helmand’s area of operations has now been handed over completely.

The ceremony to mark the end of Task Force Helmand
The ceremony to mark the end of Task Force Helmand [Picture: Corporal Daniel Wiepen, Crown copyright]

Although Task Force Helmand has disbanded, British troops will remain in Camp Bastion throughout 2014, either working in the coalition force under Regional Command (South West) or supporting the redeployment of equipment back to the UK under Joint Force Support (Afghanistan), the UK’s logistical headquarters.

The number of British service personnel in Afghanistan will continue to drop as the operation draws to a close and the Afghan National Security Forces prepare to stand alone without ISAF (International Security Assistance Force) support.

At the ceremony to mark the end of Task Force Helmand, its final commander, Brigadier James Woodham, said:

This is a significant moment in the drawdown of British forces in Afghanistan. It has been an honour to serve as the last Commander of Task Force Helmand and command the soldiers of 7th Armoured Brigade, The Desert Rats, on operations. The Task Force has achieved so much since 2006 and I pay homage to all of those who have served under the task force. We are leaving Helmand in a better place and the Afghan National Security Forces are well set to continue to deliver security to the region.

The number of British personnel in Helmand has reduced from a peak of more than 10,000 to its current level as the Afghan National Security Forces have taken the lead in security across the country. The role for the task force has changed from combat operations to advising the Afghan National Security Forces.

Kit redeployment
British military vehicles arrive back in the UK
Redeployed British military vehicles arrive back in the UK from Afghanistan (library image) [Picture: Shane Wilkinson, Crown copyright]

Since the operation began, the UK Ministry of Defence has approved, through the Urgent Operational Requirement (UOR) process, over £5.8 billion of battle-winning equipment to meet emerging threats in Afghanistan. So far more than 1,578 vehicles and items of major equipment have been redeployed from the front line and are now being made ready for future contingency operations.

The MOD has announced today that up to £20 million has been awarded to Coventry-based Morgan Advanced Materials for the maintenance and servicing of the army’s fleet of Mastiff, Wolfhound and Ridgback vehicles, which are based on the US Cougar vehicles made by Force Protection, as they come back from Afghanistan, to be retained in service so that UK troops will benefit from their capability for years to come.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
Israeli Firm Bags P368-M Deal to Supply Artillery to Army

Elbit Systems Athos 155mm howitzer (photo : behance)

 

29.03.2014 Defense Studies

MANILA, Philippines -- Elbit Systems Land and C41, a defense material manufacturer based in Israel, won the bid to supply the Army more than P368 million worth of artillery, a source privy to the bidding said.

“Elbit offers P368,837,332 for 12 pieces of 155 Howitzer canons with accessories and ammunition,” beating Bosnian firm BNT, the source said.

The second conference that concluded with the choosing of the winning bid was held in Camp Aguinaldo.

The defense department’s Bids and Awards Committee for the project is led by Assistant Secretary Efren Fernandez.

Elbit offered its Athos howitzer system.

Bids for the contract were opened on December 5 last year, following a pre-bid conference on November 22.

(Interaksyon)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
Arrival of 3 Killers Which Equips Kilo Submarine of Vietnamese Navy

First and second submarines of Vietnamese Navy : HQ-182 Hanoi and HQ-183 Ho Chi Minh (photo : tuoitre)

 

30.03.2014 Defense Studies



Six Vietnamese Navy's Kilo 636.1 will not equipped with   VA-111 Shkval super  torpedo as people have speculated previously.


Kilo Vietnam will not use super torpedo compartment VA-111 Shkval as previously rumored. Instead, in 2009, Vietnam has decided to buy two types of Russian anti-submarine torpedoes, anti-ship 53-65 and anti-submarine torpedoes TEST 71.

The information above has been Research Institute Stockholm International Peace (SIPRI) revealed on 17/3.

According to SIPRI, the two torpedo  53-65 and TEST 71 will be combined with the type of anti-ship cruise missiles 3M-54 Klub to form a trio of powerful offensive weapon for the diesel-electric submarines of the Vietnamese Navy's Kilo 636.1 submarines.

All three main weapons on this Kilo Vietnam have been ordered since 2009 as part of a deal to buy six Kilo-class submarines, and are expected to be completed in 2016.


 

Type 53-65 is considered quite modern torpedoes, are able to detect and attack targets at 19 km distances (photo : weaponsystems)

SIPRI's report showed that Vietnam has ordered a total of 50 in anti-ship cruise missiles launched from submarines 3M-54 Klub, 80 anti-ship torpedo 53-65 and 80 anti-ship/anti-submarine TEST-71 torpedo. In 2013, Vietnam received respectively 10, 15 and 15 units for every type of modern weapons.

Kilo class submarines are designed 636.1 has six 533 mm torpedo tubes at the front, allowing reporters are all kinds of key offensive weapons, including anti-ship 53-65 torpedoes, TEST-71 anti-ship/anti-submarine torpedo and Klub cruise missiles.

Type 53-65 or 53-65 is guided torpedo sonar, is designed based on the previous generation torpedoes Type 53-61. The export version is called 53-65KE used exclusively to combat surface ships. 533 mm diameter torpedo, length 7.2 m, weight of 2.070 kg and equipment weighing up to 300 kg warhead.

Type 53-65 reached 12 km ranged attacks while moving at speeds 125 km/h and moving speed 83 km/h of 18 km (53-65K variant reaches 19 km and 53-65M up to 22 km). As predicted, Vietnam will buy the Type 53-65K variant torpedo.

TEST-71  is homing torpedoes and heavier wires rather than the type of TEST 68 - wire-guided torpedoes first lead of the Soviet Union. TEST-71  owns many advantages, such as longer range, heavier warhead and can attack targets at greater depths.

 

Torpedo TEST-71M-NK with range 20 km will equip for Vietnamese Navy's Kilo (photo : alrosa)

In addition to the initial prototype, was developed TEST-71  4 variant is more TEST 71M,  TEST 71MK, TEST 71ME-NK and TEST 3. Among them, only variations TEST 71ME-NK is capable of versatile attack (both surface ships and submarines), therefore, there is high possibility this is also the variant torpedo TEST 71 Vietnamese Navy subscribe to Kilo.

TEST-71ME-NK  has 533 mm diameter, 7.93 m long, weight 1.820 kg; warhead weighs 205 kg and has a great advantage is equipped with 2 fuses different: it needs to target (acoustics and magnetic field) and hit explosion. Torpedo operations are controlled by wireless remote, semi-active probes and transducers for sonar target detection range up to 1.5 km.

TEST-71ME-NK propulsion system is equipped with 2 dual propeller, 48km/h cruise speed and increased to 74 km/h in the final stages, 20 km long range attack at a depth of up to 400m.

Also 2 torpedo attack on the key, Vietnamese Kilo also will be equipped with cruise missiles, most powerful and now most modern in Russia the 3M-54 Klub. According to the SIPRI Vietnam received 50/80 missiles.

 

Two torpedo TEST 71 and 53-65 combined with 3M-54 Klub missiles with range 200 km, constitute the 3 perfect weapon for Vietnamese Kilo (photo : ausairpower)

3M-54E missiles has 8.22 m long, 0.53 m diameter, weight 2.300 kg, fitted armor piercing warhead weighs 200 kg explosive fragmentation. Rocket can reach cruising speed of Mach 2.9 (nearly 3 times faster the speed of sound), a range of 200 km.

3M-54E probe integrated navigation ARGS-54 active radar target detection is of nearly 60 km. That is the way target range of 60 km, the rocket ammo will automatically detect, catch and target key grip without interference from the launch vehicle.

A range, fly super fast speed, complex flight trajectory, bullet 3M-54E missiles is considered one of the assassins kill leading warship.

As can be seen, 636.1 Kilo Vietnam Navy is equipped with a system of powerful weapons and modern. With 6 submarines completed after 2016.

Vietnamese Navy will have the most modern fleet submarine in the region, it represents an orca as Kilo briskly hidden escape the black hole in the ocean, fired and ready to fight to defend sovereignty islands of the country.

(BaoDatViet)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:30
photo difesa.it

photo difesa.it

 

02/04/2014 lorientlejour.com

 

La ministre italienne de la Défense Roberta Pinotti (Parti démocrate), qui a effectué hier une tournée auprès des dirigeants locaux, a souligné hier « l'appui constant de son pays à la Finul, ainsi que le soutien humanitaire de Rome aux réfugiés, conformément aux aspirations et aux besoins du gouvernement libanais ». « L'Italie maintiendra ses engagements vis-à-vis du Liban », a-t-elle indiqué, annonçant la tenue d'une conférence technique de soutien à l'armée le 10 avril à Rome, en guise de préparation à la conférence majeure qui aura lieu en juin dans la capitale italienne et dans la foulée de la conférence de soutien de New York du 25 septembre dernier.

 

Il s'agit de la première visite officielle de la ministre italienne depuis sa nomination à ce poste, le 22 février dernier.

 

Mme Pinotti s'est ainsi entretenue à Baabda avec le président de la République, Michel Sleiman, en présence de l'ambassadeur italien Giuseppe Morabito, avant de se rendre au Sérail où elle a été reçue par le Premier ministre Tammam Salam. Elle a par ailleurs rencontré le ministre de la Défense, Samir Mokbel, et le commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi.

 

La ministre italienne a enfin inspecté, à Naqoura, au Liban-Sud, le contingent de son pays au sein de la Finul, auquel elle a rendu un hommage appuyé. Mme Pinotti a mis l'accent, dans ce cadre, sur l'importance de la contribution italienne à la stabilité et la sécurité au Liban dans le cadre de la situation critique que traverse actuellement la région.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories