Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:50
L'équipe de Solar Impulse à Salon-de-Provence

 

31/03/2014 Armée de l'Air

 

Mardi 25 mars 2014, l’équipe de Solar Impulse a été conviée sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence afin d’animer une conférence au sujet de leur projet « Across America », auquel ont participé deux élèves des écoles d’officiers de l’armée de l’air (EOAA) en 2013.

 

À cette occasion, Bertrand Piccard et André Borschberg, cadres principaux de Solar Impulse ont pu voler à bord d’Alphajet de la patrouille de France, scellant ainsi le double partenariat de la fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse, organisatrice de cette manifestation, avec l'entreprise Solar Impulse et l’armée de l’air.

D’avril à juillet 2013, les sous-lieutenants Guilhem Gineste et Goran Chatelus, ont intégré l’équipe sol du projet « Across America ». Le projet consistait en une traversée du continent américain par l’avion Solar Impulse. Les deux élèves de la promotion 2010 de l’École de l’air ont ainsi pu réaliser leur stage de fin d’études d’ingénieur dans le cadre de cette grande première scientifique et humaine.

« La mission « Across America » consistait en une traversée des États-Unis d’ouest en est, avec un avion monoplace solaire, et ce en plusieurs étapes, témoignent les jeunes officiers. Ce stage visait à valider le diplôme d’ingénieur mais c’était aussi l’occasion d’établir un partenariat pour l’accueil d’autres stagiaires de l’École de l’air » Au cours de la cérémonie organisée à New-York, officialisant ce partenariat,  Bertrand Piccard et André Borschberg, avait dit leur intérêt pour le travail des deux élèves-officiers et leur bonne intégration au sein de l’équipe. « Le projet avec l’avion solaire, immatriculé HB-SIB, prévoyant déjà un tour du monde en 2015, la participation de futurs élèves de l’École de l’air sera alors extrêmement intéressante », concluent les jeunes Salonais. Affaire à suivre. 

Retrouvez l’intégralité du retour d’expérience des sous-lieutenants Gineste et Chatelus dans le journal des EOAA (numéro 45, page 7).

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:30
L’optronique de Cassidian sur les chars et obusieurs allemands à destination du Moyen Orient

 

31 mars 2014 par Optro & Défense
 

Cassidian Optronics, filiale d’Airbus Defence and Space, a reçu 40 million d’euros de commande afin d’équiper en systèmes de visualisation les chars de combat Leopard 2 A7+ et les canons autoporteurs PzH 2000 produits par Rheinmetall/Krauss-Maffei pour leurs client du Moyen Orient. Ce marché permet à l’ex-Carl Zeiss de rester le fournisseur principal de périscopes et de systèmes de conduite de tir de la gamme Léopard complète. Le directeur du segment sol chez Cassidian Optronics GmbH précise :  » Nous considérons cela comme la reconnaissance de la performance de nos produits dont nous améliorons sans cesse la sécurité et l’efficacité ».

Le char de combat recevra notamment le périscope PERI RTWL ( panoramique jour, thermique, laser) pour chef de char, le système de tir EMES 15 et la lunette de visée auxiliaire FERO Z18 d’agrandissement de 8 x pour l’opérateur de tourelle. Pour les canons autoporteurs blindés, Cassidian Optronics fournira le même périscope et système de conduite de tir mais, pour la visée  indirecte en cas de défaillance, le périscope panoramique PERI-R19 au pouvoir d’agrandissement de 4 x.  Les deux plateformes seront équipées également de systèmes de vision Spectus pour les pilotes.

Le périscope gyrostabilisé PERI RTWL intègre une caméra thermique Attica de troisième génération, une caméra CCD diurne et un télémètre laser à sécurité oculaire. Lorsqu’une cible a été détectée avec le PERI RTWL, les données sont transmises au système de conduite de tir du char de combat EMES 15. Le système de vision multispectral Spectus pour conducteurs permet de superposer parfaitement les images d’une caméra thermique haute résolution non refroidie à celles d’une caméra asservie à un capteur bas niveau de lumière, générant ainsi de jour comme de nuit et même en cas de visibilité restreinte des images multispectrales.

 Source :
- communiqué de presse officiel du 26 mars 2014 d’Airbus Defense & Space

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:20
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

Mar. 30, 2014 - By JEFF LIGHTFOOT – Defense News

 

Move Would Boost Allies at Critical Juncture

 

NATO should buy the two Mistral warships France is building for export to the Russian Federation this year and make them a commonly shared asset. This bold action would prevent a powerful military capability from falling into the hands of an assertive Russia, bolster NATO’s capabilities, demonstrate political solidarity among NATO allies and offer the alliance a flagship symbol of multinational defense cooperation.

Russia’s invasion of Crimea has put many European countries in an awkward position due to the continent’s close trade linkages with Moscow. No one has been more challenged than France. Under former President Nicolas Sarkozy, Paris agreed to manufacture and sell to Russia two of its most sophisticated amphibious warships.

The sale provoked noisy objections in the US Congress and among allies in Central and Eastern Europe who saw the contract as undermining NATO solidarity. But for France, the sale was all about jobs. The nearly $2 billion contract has preserved 1,000 jobs at the St. Nazaire shipyards.

Paris has come under renewed pressure to cancel the contract in light of Russia’s actions over the past few weeks. As of this writing Paris will decide whether to go forward with the sale in October, when the first of the two ships is scheduled for delivery to Russia. Facing enough economic challenges as it is, Paris is loath to eat the nearly $2 billion cost of the ships and see 1,000 shipbuilders lose their jobs.

The United States should propose that NATO allies collectively buy the Mistrals and make them a common asset dedicated to the NATO Response Force. This move would have powerful, positive effects on NATO at a time when many within Europe are feeling a renewed sense of appreciation for the alliance.

First, and perhaps most important, this would prevent the ships from falling into the hands of Russia.

Second, the sale would keep the ship and its capabilities within the alliance. NATO has been in a defense depression over the past five years, with many European allies cutting core capabilities. By buying this multidimensional ship and dedicating it to the NATO Response Force, allies would show they are serious about defense in an era of renewed geopolitical competition.

Third, a NATO purchase of the ships would demonstrate powerful solidarity among allies. The Central and East European allies, as well as partners like Georgia and Ukraine, would be relieved to see the ships not become part of the Russian Navy.

Moreover, the purchase would also be an important gesture of alliance solidarity with France, which finds itself in an embarrassing predicament.

Finally, the warships would become the flagship symbol of NATO’s Smart Defense initiative to foster cooperation among allies on defense projects. Until now, Smart Defense has been criticized as a means of enabling allies to cut capabilities together to minimize loss. A common NATO purchase of the two Mistral ships would show that Smart Defense isn’t just a policy of addition by subtraction.

Of course, alliance politics would make a NATO purchase of the ships extremely complex. Who would pay for the ships and who would command them?

The United States should agree to pick up 50 percent of the costs of the $2 billion contract and ask Canada and the rest of the Europeans to pick up the other half. By assuming half the cost, Washington would demonstrate a powerful signal of leadership that the rest of Europe would find hard to ignore.

France should take the next highest burden, 25 percent, given that it has the most at stake. Central and Eastern Europe would be expected — and would likely be willing — to take on their share of the burden as well.

Command and control of the ships would not be an insurmountable challenge. The United States should take command of oneship and France of the other. The ships should be staffed by a multinational crew, much like the airborne warning and control system fleet that NATO operates for surveillance purposes.

Operating a sophisticated ship with a multinational crew would be a daunting undertaking but would offer huge benefits to NATO naval interoperability in the long run.

Russian President Vladimir Putin has breathed new life into NATO through his dismemberment of Ukraine. The United States and its NATO allies should seize this unique opportunity to undertake a joint purchase of the Mistral warships and make them part of NATO’s renewed commitment to European security. ■

Jeff Lightfoot, a senior associate with the Jones Group International and former deputy director of the Atlantic Council’s Brent Scowcroft Center on International Security. He writes in a personal capacity.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:45
RCA: la force militaire européenne va se déployer à Bangui

 

30-03-2014 par RFI

 

Le lancement de la force européenne en République centrafricaine, l'EUFOR RCA, devrait pouvoir se faire dans les tous prochains jours. Selon des sources diplomatiques européennes, les dernières contributions nécessaires ont en effet pu être mobilisées ce vendredi.

L'accouchement aura été difficile. Il aura fallu cinq conférences de génération de forces pour mobiliser quelques centaines d'hommes et des moyens logistiques. Mais finalement l'EUFOR RCA pourra être lancée dans les tout prochains jours. Selon des sources diplomatiques européennes, après l'annonce des derniers engagements, vendredi, le commandant de la force a recommandé ce lancement. Il prévoit une montée progressive du dispositif sur Bangui.

 

→ A (RE)LIRE : Général Philippe Pontiès, commandant de l'EUFOR, Invité Afrique de RFI le mercredi 19 mars 2014.

 

La réunion de vendredi « a permis d’entériner de nouvelles contributions en matière de transport aérien stratégique et d’aide au déploiement de l’opération EUFOR RCA », affirment ces sources européennes. Le détail des nouveaux apports n’est pas encore connu, mais dans un communiqué, l'Allemagne a annoncé qu'elle allait mettre à disposition deux avions de transport Antonov. « Il est de notre responsabilité européenne partagée de mettre en commun toutes les capacités nécessaires », a indiqué le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Selon une source diplomatique, la France a par ailleurs mis plus de troupes à disposition. L'EUFOR RCA viendra en appui des forces françaises de Sangaris et des forces africaines de la Misca pour une durée de six mois, en attendant le déploiement d'une éventuelle mission de maintien de la paix des Nations unies. Elle devra notamment sécuriser l'aéroport et deux arrondissements de la capitale, Bangui.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:40
photo State Department

photo State Department

 

30.03.20 Romandie.com (ats)

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov ont entamé dimanche à Paris des discussions, ont constaté des journalistes sur place. Ils doivent tenter de trouver un compromis sur la crise ukrainienne.

 

Ces négociations d'urgence ont été organisées en quelques heures après un entretien téléphonique vendredi soir entre Barack Obama et Vladimir Poutine. Ce contact était le premier entre les deux chefs d'Etat depuis l'annonce par Washington de sanctions économiques visant l'entourage proche du président russe, jugées dimanche "pas trop douloureuses" par M. Lavrov.

 

Lavrov et Kerry ont convenu de la nécessité de pourparlers rapides pour mettre fin à l'escalade qui a replongé la planète dans une quasi Guerre froide et menace de gagner en intensité. Ce alors que selon Washington et Kiev, Moscou a massé des troupes le long de la frontière avec les régions orientales de l'Ukraine, russophones et théâtre de manifestations séparatistes, en vue d'une possible invasion.

 

Compromis fédéraliste

 

Le fossé à combler semble gigantesque entre les deux grandes puissances. Dimanche, le ministre russe des Affaires étrangères a de nouveau émis l'idée d'un compromis sur la base d'une "fédéralisation" donnant une plus grande autonomie aux régions de l'est et du sud de l'ex-république soviétique.

 

Selon Moscou, les russophones voient leurs droits bafoués par les autorités pro-européennes au pouvoir depuis la destitution fin février de Viktor Ianoukovitch. Il a appelé à un dialogue national et il a dénoncé l'attitude de Kiev qui rejette cette idée.

 

Médiation suisse précieuse

 

Dans ce contexte, la Suisse peut se profiler comme médiatrice dans les crises internationales comme en Crimée et en Ukraine, assure l'ancien haut diplomate suisse Michael Ambühl dans une interview parue dans la "Schweiz am Sonntag".

 

Les bons offices en la matière constituent un "marché compétitif", déclare M. Ambühl. "La Confédération présente certains avantages par rapport à ses concurrents: elle est neutre, n'est membre ni de l'Union européenne (UE) ni de l'OTAN, n'a pas de passé colonial, et pas de programme caché", a-t-il souligné.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 18:50
La Défense prend en charge la cérémonie d'accueil du président chinois

30 mars 2014  Belgian Defense

 

Grâce à la contribution de la Défense, le président chinois Xi Jinping a pu profiter d'une impressionnante cérémonie d'accueil. Celle-ci s'est déroulée le 30 mars sur la Place des Palais à Bruxelles. Le Chef de la Défense était également présent et a inspecté les troupes avant le début de la cérémonie.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 18:35
Rafale deal: Antony refuses govt guarantee to France

French company Dassault has been shortlisted for supplying the multi-role medium combat Rafale aircraft.

 

Mar 30, 2014, The Times of India (PTI)

 

NEW DELHI: With the UPA-II's tenure coming to an end, France had wanted India to sign a pact to provide government guarantee for completion of negotiation for 126 fighter aircraft with Dassault company but defence minister A K Antony has refused to do so.

 

France, whose company Dassault has been shortlisted for supplying the multi-role medium combat Rafale aircraft, had proposed the signing of the agreement apparently to ensure that negotiations for the multi-billion dollar deal do not get affected if a different party comes to power after the Lok Sabha elections.

 

"The French side wanted government guarantee to the negotiations," sources said.

 

Antony, however, refused to sign such an agreement, arguing that governmental guarantee cannot be provided as negotiations were still underway, they said.

 

The defence ministry is still negotiating the price and terms and conditions of the contract with the French firm Dassault Aviation, whose Rafale combat aircraft was selected as the lowest bidder two years ago for supplying 126 warplanes.

 

Antony had recently ordered that the process to arrive at the lowest bidder in the multi-vendor tender be reviewed after completion of the whole procedure involved in the procurement as questions had been raised over it.

 

The two sides are trying to tackle the issue of life cycle costs (LCC) relating to Rafale.

 

"There are complaints about the procedure of calculating the life cycle cost and that issue is not yet settled. Before bringing the deal to the Cabinet Committee on Security for final approval, we would like to get clear on that aspect," he had said.

 

As per the Indian defence procedure, the firms offering lowest prices and meeting the requirements of the respective services are given the contract and in this deal to procure 126 combat aircraft, LCC has been taken into view to determine the lowest bidder.

 

Senior BJP leader and former finance minister Yashwant Sinha has written to Antony raising a number of questions over the "conceptual shift" in the defence procurement policy and expressed fears that LCC concept may bring in corruption.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 17:50
 Defence should be global 'priority': EDA

 

27 Mar 14 cnbc.com

 

Claude-France Arnould, chief executive at EDA, discusses the defence industry and the need for strengthened cooperation within the EU and Nato, as well as for innovation in the sector.
 
Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 16:35
HAL's IJT Delayed, IAF Scouts Foreign Source

 

March 30, 2014 by - Livefist

 

The face-off between the Indian Air Force and HAL over the basic trainer programme festers nastily, much of it in public. But here's something that's been in the pipeline for a while now. And it gives me no pleasure to say I told you so.
 
The IAF has published a request for information to support a potential acquisition of intermediate (Stage-II) jet trainers from abroad "for a primary task of Stage–II training of Pilots and also capable to undertake a secondary task of Counter Insurgent Operations" (sic).
 
This was inevitable. The IAF has grumbled about HAL's delayed HJT-36 Sitara for months now. Last month, in a perplexing note to Parliament, the MoD said the Sitara was scheduled to achieve final operational clearance (FOC) by December 2014 (there's been no word on IOC, though). The IAF announcing a requirement in the global market could mean many things: (a) It simply doesn't have faith that HAL will deliver the HJT-36 on time anymore -- the HJT-36 should have been in service by June 2012. (b) It does not have faith in the aircraft itself (spin and stall recovery characteristics remain largely unproven). (c) A psychological pressure tactic on HAL, not unprecedented -- it's on right now on the basic trainer domain.
 
Either way, the IAF has put out a very specific list of requirements. To quote from the RFI:

 

The aircraft should be easy to fly and have good control response/agility. The flying qualities should preferably conform to Mil-F-8785C and Mil Std 1797-A. The aircraft should demonstrate the following qualities: (a) Stalling. An unmistakable natural stall warning should be available, irrespective of the configuration. (b) Spinning. The aircraft must be resistant to spin but it should be possible to perform intentional spin upto six turns to either side and recover safely thereafter. The aircraft behavior in the spin should be predictable and consistent. (c) Aerobatics The IJT should be capable of performing loops, barrel rolls, rolls, combination maneuvers and negative ‘g’ flight without adverse effects on the engine and aircraft structure. The aircraft should be capable of sustained inverted flight for at least 30 seconds at sea level at maximum takeoff power.

Interestingly, the IAF has also specified a 'counter-insurgency' role for the platform it's looking for. In 2011, HAL began the process to kit out the HJT-36 with armament. For its freshly stated requirement, it has specified the following:

The aircraft should be capable of carrying at least 1000 kg of external load. The aircraft should be equipped with a minimum of five hard points and each hard point on the wing should be stressed to carry at least 300 kg stores. The aircraft should be, free from buffet, dutch roll, snaking and wing rock during air to ground weapon training. The aircraft should be capable of employing the following armament: (a) Gun. A light weight gun/ gun-pod with adequate ammunition for at least 5 sec of firing time. (b) Rocket Pods. Reusable rocket pods. (c) Bombs. Should be able to carry at least 4x250 kg retarded or ballistic bombs. The stations should be capable of employing Carrier Bomb Light Stores (CBLS) type of dispensers for carriage of practice bombs (25 lbs and 3 Kg).

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:50
La Lituanie revoit son budget défense à la hausse

 

28/03/2014 zonebourse.com (Reuters)

 

La Lituanie, Etat balte où la crise ukrainienne suscite des inquiétudes, va porter son budget de défense de 0,8 à 2% de son produit intérieur brut (PIB), conformément aux recommandations de l'Otan, a annoncé vendredi le gouvernement.

 

La coalition au pouvoir et l'opposition doivent signer un accord en ce sens samedi, à l'occasion du dixième anniversaire de l'adhésion de la Lituanie à l'Alliance atlantique.

 

L'initiative reste toutefois symbolique, dans la mesure où la Lituanie ne représente que 0,4% du budget de défense cumulé des Etats membres de l'Otan. Sa sécurité repose en revanche quasi-totalement sur l'organisation.

 

"Dans le contexte des événements ukrainiens, la Lituanie sait qu'elle peut compter si besoin sur l'aide de l'Otan. Nous ne devons toutefois pas nous en remettre seulement à l'Alliance, mais investir davantage dans l'armée", souligne le Premier ministre Algirdas Butkevicius, dans un communiqué. (Andrius Sytas, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:40
Voronezh-M early warning radar in Lekhtusi

Voronezh-M early warning radar in Lekhtusi

Radars d'alerte précoce

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Les Troupes de défense aérospatiale russes ont procédé à la création de quatre nouveaux radars d'alerte précoce, a annoncé vendredi à Moscou le commandant des troupes, Alexandre Golovko.

 

"Deux nouveaux radars sont entrés en service près d'Armavir et de Saint-Pétersbourg. Les radars de Kaliningrad et d'Irkoutsk se préparent à des essais d'homologation. Nous avons également procédé à la création de quatre autres radars", a indiqué le général Golovko lors d'une rencontre du président russe Vladimir Poutine avec des officiers de haut rang des Troupes de défense aérospatiale.

 

Selon le général, le lancement de ces radars permettra de couvrir l'ensemble du territoire russe.

 

Le général Golovko a annoncé en septembre 2013 que des radars d'alerte précoce de type Voronej en chantier à Kaliningrad et à Irkoutsk seraient mis en service opérationnel en 2014.

 

Les radars de type Voronej, qui utilisent entre autres les ondes décimétriques, surpassent largement leurs prédécesseurs, les stations "Dniepr" et "Darial" créées à l'époque soviétique. Ils ont une portée de 6.000 kilomètres et peuvent détecter une attaque contre les postes de commandement et les sites civils importants. Le ministère russe de la Défense envisage de remplacer d'ici 2020 tous les radars datant de l'époque soviétique par ces nouvelles stations.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:35
La Corée du Nord "n'exclut pas" un nouvel essai nucléaire

 

30.03.2014 Romandie.com (ats)

 

La Corée du Nord "n'exclut pas" de procéder à un quatrième essai nucléaire. Il s'agirait de répondre aux menaces que constituent selon Pyongyang les manoeuvres conjointes entre le Sud et les Etats-Unis, et la condamnation par l'ONU d'un tir de missiles balistiques de moyenne portée effectué cette semaine.

 

Ce nouveau test viserait "à renforcer notre arme de dissuasion nucléaire", a indiqué le ministère des Affaires étrangères, via l'agence officielle KCNA. Pyongyang juge aussi "inacceptable que le conseil de sécurité de l'ONU condamne nos essais défensifs de tirs de missiles (...) tout en ignorant les exercices de guerre nucléaire que conduisent les Etats-Unis et qui ont provoqué nos actions".

 

Le tir de missiles balistiques de moyenne portée effectué cette semaine par Pyongyang - et condamné par l'ONU - entrait dans le cadre des exercices "d'autodéfense" face aux manoeuvres conjointes annuelles conduites par Séoul et Washington depuis plus d'un mois, a ajouté le ministère nord-coréen.

 

"Si les Etats-Unis y voient à nouveau un problème en les qualifiant de 'provocations', nous avons préparé d'autres mesures que nos ennemis auront peine à imaginer", a-t-il précisé.

 

Essais dénoncés, pas de mesures

 

La Corée du Nord avait effectué mercredi un tir d'essai balistique en réponse au sommet de La Haye entre le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis, qui ont dénoncé une "escalade provocatrice".

 

En violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sanctionnant son programme nucléaire, le régime nord-coréen a lancé deux missiles aux premières heures du jour mercredi. Jeudi, le conseil de sécurité de l'ONU a condamné ces actions, sans cependant prendre de mesures pour l'instant.

 

Pyongyang avait lancé des missiles Scud à courte portée fin février et début mars, pour marquer son opposition aux manoeuvres annuelles réunissant les forces armées américaines stationnées dans le sud de la péninsule et les soldats sud-coréens. Pyongyang a réalisé trois essais nucléaires: en octobre 2006, mai 2009 et février 2013.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:20
U.S. Army’s Artillery Branch Preparing For Future Wars By Returning To Cold War-Era Tactics


March 26, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

The Stars and Stripes is reporting that the U.S. Army’s field artillery is preparing for future wars by returning to Cold War-era tactics supplemented by modern, mobile technology.

 

More from Stars and Stripes:

Though counterinsurgency has been at the center of the wars in Afghanistan and Iraq, the recent past might not be the best guide to new threats, participants at the Future Artillery conference in London, hosted by Defense iQ, said earlier this week.

Maj. Gen. Mark McDonald, commander of the Fires Center of Excellence at Ft. Sill, Okla., told Stars and Stripes on the margins of the conference that U.S. artillery has to regain the capability to fight in more traditional, force-on-force style conflicts.

His vision of artillery training re-emphasizes 20th-century-style tactics but with 21st-century equipment. Soldiers would focus less on training to fire guns manually, by doing calculations themselves, and would instead rely more on the digital tools.

“We’ve got most of the pieces in place to be able to train the digital system. What we have to do is get everybody really comfortable with it, train with it more often, so that’s their go-to system,” McDonald said.

 

Full story here

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:20
70e D-Day. Un documentaire en 3D sur écran géant

 

28.03.2014 Ouest-France
 

Le documentaire "D-Day, Normandie 1944" raconte et explique, pour la première fois en 3D sur écran géant, les différentes phases de l'opération Neptune.

 

Le film sort mercredi à Paris, sur l'écran hémisphérique de La Géode, et sera à l'affiche d'une quinzaine de salles en Amérique du Nord d'ici la fin mai. Il doit par ailleurs être diffusé le 6 juin au Zénith de Caen, en Normandie, selon la production.

 

Condensé d'histoire de 40 minutes

 

Le soir du 5 juin 1944, la plus grande armada de tous les temps prend la mer depuis la côte sud de l'Angleterre, direction la Normandie. À l'aube du « Jour-J », le débarquement commence sur les plages désignées par des noms de code : « Utah » et « Omaha » pour 55 000 Américains, « Gold », « Juno » et « Sword » pour 75 000 Britanniques et Canadiens et une poignée de Français libres.

Au soir du 6 juin, une large brèche a été percée dans le Mur de l'Atlantique, un tournant décisif pour l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Le bilan de la bataille de Normandie sera cependant terrible pour les Alliés comme pour les Allemands, mais aussi pour les civils victimes des bombardements. La ville de Saint-Lô sera par exemple détruite à 95 %.

Pascal Vuong (« Océanosaures 3D ») revisite le sujet, avec, pour la première fois, l'utilisation de la 3D relief. Son documentaire « D-Day Normandie 1944 » est un condensé d'histoire de 40 minutes, raconté par l'acteur François Cluzet pour la version française, et par le journaliste de télévision américain Tom Brokaw pour la version en anglais.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:55
La DGA commande 60 systèmes Slate supplémentaires

 

 

28 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Alors qu’en 2012, la DGA avait commandé en urgence opérationnelle à la société française Metravib 80 systèmes SLATE (Système de Localisation Acoustique de Tireur Embusqué) pour équiper les VAB TOP (Véhicules de l’Avant Blindé avec une tourelle télé opérée Kongsberg de 12.7 mm) de l’armée de terre engagés en Afghanistan, la DGA a début d’année, passé une nouvelle commande pour 60 systèmes.

 

Metravib explique cette nouvelle notification par « l’excellent retour d’expérience, la collaboration efficace avec RTD et l’engagement du Pacte Défense PME ».

 

Vendu à près de 30 armées (principalement des armées OTAN), le SLATE n’a plus à faire ses preuves. Couplé au tourelleau TOP, le  système de détection de tir permet de réagir très rapidement grâce à une détection et une localisation des départs de coups de feu, qui positionne immédiatement le 12.7 mm vers l’origine du tir. Contrat notifié début d’année, les livraisons vont intervenir très rapidement. Cette nouvelle commande permettra d’armer à la fois les flottes de VAB Ultima (relire l’article de FOB) et VAB TOP, en fonction des besoins opérationnels.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
photo Magnus Fröderberg

photo Magnus Fröderberg

 

28.03.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord- Défense Globale

 

Les vingt-huit pays membres de l'OTAN se sont mis d'accord, assez rapidement, ce vendredi 28 mars, sur le nom du futur secrétaire général de l'OTAN, en remplacement du Danois Anders Fogh Rasmussen. Il s'agit de l'ancien Premier Ministre travailliste norvégien Jens Stoltenberg. Son arrivée à la tête de l'OTAN surviendra le 1er octobre, après le sommet de l'Alliance des 4 et 5 septembre au Pays de Galles.

 

Jens Stoltenberg a gouverné la Norvège pendant près de dix ans avant d'être battu aux législatives de 2013. Économiste de formation de 55 ans, il dirige toujours le parti travailliste dans l'opposition.

 

Il présente un certain nombre d'avantages outre une grande expérience de l'exercice du pouvoir et de la diplomatie. Stoltenberg a ainsi engagé son pays dans les opérations de l’OTAN en Afghanistan et en Libye, approuvant alors la démarche française.

 

C'est aussi un politicien qui entretient de bonnes relations avec la Russie. Alors au pouvoir, Norvège et Russie ont conclu des accords sur la délimitation de leur frontière en mer de Barents et sur l'exemption de visa pour leurs populations frontalières. Un atout solide au moment où l’Alliance atlantique est confrontée à la crise ukrainienne et à l'appétit russe.

 

Il devra aussi convaincre car durant sa jeunesse, il fut un militant engagé pour la sortie de la Norvège de l'OTAN... Il n'a d'ailleurs aucune expérience majeure en politique de défense mais ce serait un bon négociateur et roi du compromis.

 

M. Stoltenberg avait impressionné en appelant à opposer " plus de démocratie " et " plus d'humanité " aux attaques extrémistes d'Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011 à Oslo.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
Photo credits: A.Pliadis

Photo credits: A.Pliadis

 

2014.03.21 kam.lt

On March 21 Minister of National Defence Juozas Olekas and Defence Minister of France Jean-Yves Le Drian discussed security situation in the region along with possible actions of the countries in NATO and European frameworks, Eastern Partnership, and other relevant issues at a meeting in Vilnius.

 

„French Minister and I have discussed not only bilateral relations but a considerably broader context as well. Excellently, we have a shared view on the situation in Ukraine. Both Lithuania and France strongly condemn and disapprove the Russian invasion of Ukraine and the annexation of Crimea. We must continue promoting support to Ukraine’s sovereignty, independence and territorial integrity in the international community and its institutions,” Minister of National Defence J.Olekas said following the meeting. Minister also underlined that the principle of collective defence was essential like never before.

 

With regard to the concerns about the situation in Ukraine and in solidarity with the Baltic States and the entire region, Defence Minister J. Y Le Drian conveyed the French President’s reassurance of France’s firm commitment to collective defence and its readiness to commission any capability necessary for stabilising the situation in the region, and also to make additional contributions to NATO exercises and deploying additional fighter jets to NATO’s Air Policing mission in the Baltic States.

 

Minister of National Defence J.Olekas expressed appreciation of France’s involvement in the region and thanked for providing as many as four rotations of fighter jets and air personnel for NATO’s air policing tasks which made France one of the most active contributors to the Baltic Air Policing mission conducted form the Lithuanian Air Force Base in Šiauliai. “This mission is of topmost importance to us, it is a symbol of the Alliance’s solidarity with the Baltic States,” Minister J.Olekas said.

 

Minister of National Defence also extended gratitude to France for the promise to strengthen NATO’s Baltic Air Policing mission with four fighter jets and the AWACs surveillance aircraft and radar. Lithuanian Minister also underscored the weight of French contribution to NATO exercises in the region: the largest contingent in NATO Article 5 (collective defence) exercise STEADFAST JAZZ last year came from France.

 

Minister also agreed to intensify the countries’ cooperation in the area of cyber defence and discussed plans of deployment to multinational operations.

 

French Defence Minister thanked Lithuania for sending the Spartan transport aircraft of the Lithuanian Air Force to render logistic support in Operation Sangaris deployed to stabilise security situation in the Central African Republic. Lithuania joined the operation with regard to France’s request and also seeking to step up the recently intensified Lithuanian-French cooperation.

 

Apart from being one of the most active participants of the NATO Air Policing mission in the Baltic States, France is one of the sponsoring nations of the Lithuanian-hosted NATO Energy Security Centre of Excellence in Vilnius.

 

Lithuania and France endorsed an agreement of defence and security cooperation during Lithuania’s Presidency of the Council of the European Union in the second semester of 2013.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
PL-01 photo Polish Ministry of National Defence

PL-01 photo Polish Ministry of National Defence

 

27/03/2014 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

A new stealth tank design is in development for the Polish Land Forces via a partnership between BAE Systems and Poland's OBRUM (Ośrodek Badawczo - Rozwojowy Urządzeń Mechanicznych) defence group.

 

The PL-01 currently exists as a low-observability battlefield concept demonstrator, which had its public debut in September 2013. Now, work is progressing on the PL-01 stealth tank prototype, with completion scheduled for 2016, followed by full-rate production and entry-into-service two years later.

 

The PL-01 battlefield tank's key features include an angular structure, aimed at deflecting radar. Reactive panelling is also present, able to adjust the PL-01's surface temperature so it matches local environmental conditions. This capability will help the PL-01 avoid thermal imaging scans while hi-tech camouflage will also serve to lower its visual profile.

 

Polish Stealth Tank

 

The Polish stealth tank might be designed to operate under a cloak of concealment, rendering it virtually invisible, but it also boasts considerable firepower. Its armament includes an unmanned turret, smoke grenade launchers and a 7.62mm coaxial machine gun.

 

For the operator, an array of integrated cameras supply an almost 360 degree field of view and the design can accommodate three Polish Land Forces personnel in total. Top speed will be 70 kilometres per hour on flat surfaces, dropping to 50 kilometres per hour on rough terrain, while the PL-01 will have a maximum range of 500 kilometres.

 

PL-01: Poland

 

First and foremost, Poland's PL-01 will serve as a battlefield tank but modular features will also allow it to serve in the command, mine clearance or armoured vehicle repair roles.

 

The modern-day Polish Land Forces has been active since 1918. Its equipment includes some 900 tanks, 1,500 infantry fighting vehicles and 900 helicopters. Upgraded Soviet-era technology leads the way but a modernisation programme is in motion, of which the PL-01 forms part.

 

The Polish Land Forces' recent operational engagements have included deployments in Iraq and Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:45
Rheinmetall to modernize South Africa’s air defence capabilities


March 27, 2014 Rheinmetall AG

 

Rheinmetall AG of Düsseldorf has just booked another important order in the field of military air defence. The Republic of South Africa has decided to embark on a thoroughgoing modernization of its existing air defence systems. The contract was signed several days ago. Including logistics and training services, the complete package is scheduled for completion by 2017.

Among other items, the contract encompasses the supply of Oerlikon Skyshield fire control units, which will substantially improve the performance and accuracy of South Africa’s current twin-gun systems as well as significantly expanding the operational spectrum of its air defence capabilities. In this context, a number of guns will also be retrofitted with upgrade kits to accommodate Rheinmetall’s state-of-the-art Ahead airburst ammunition.

The new Skyshield technology will enable the South African armed forces to protect sensitive installations such as the House of Parliament, power plants, stadiums and other critical military and civilian assets from a wide array of aerial threats, including asymmetric terrorist-type attacks. Because Skyshield air defence systems can be transported without much effort, they can basically be deployed anywhere depending on the evolving threat situation. Ever since the 1980s, South Africa has fielded air defence technology from the former Oerlikon Contraves, which Rheinmetall took over in 1999.

Rheinmetall is one of the world’s leading makers of sophisticated short-range air defence systems. In the field of gun-supported air defence it is the market leader as in fire control technology, anti-aircraft guns, integrated guided missile launchers and Ahead airburst ammunition.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:45
Centrafrique: l’UE ouvre la voie au lancement de sa mission militaire

 

30 mar 2014 – maliactu.net

 

L’UE a ouvert la voie au lancement, retardé, de sa mission militaire en Centrafrique, grâce à de « nouvelles contributions », a indiqué samedi son service diplomatique.

 

Cette mission européenne doit appuyer les forces françaises et africaines déja présentes sur le terrain, où les violences ont repris.

 

Grâce à de « nouvelles contributions » et au « complément apporté par la nation-cadre », la France, « le commandant de l’opération a recommandé le lancement de l’opération et prévoit une montée progressive du dispositif à Bangui », a indiqué une porte-parole de la représentante de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton.

 

La décision de lancer ce déploiement de troupes, et la date de l’opération, doivent être formalisées d’ici mercredi après une réunion mardi des représentants des 28 États membres, a précisé une source européenne.

 

Mais l’obstacle principal qui bloquait ce déploiement, au départ prévu en mars, soit le manque d’avions pour transporter les troupes, a été levé, dans le sillage d’une réunion vendredi soir, a indiqué une source diplomatique.

 

L’Allemagne a contribué à cette sortie de l’impasse en offrant vendredi deux avions de transport Antonov.

 

Selon une source diplomatique, la France a de son côté mis plus d’hommes à disposition pour cette force, Eufor-RCA, à laquelle les contributions, émanant notamment de Géorgie et Pologne, ont fluctué ces dernières semaines sous le coup de la crise en Ukraine.

 

Lors du sommet européen des 21 et 22 mars, le président français François Hollande avait appelé ses homologues à « faire un effort » pour mobiliser les quelque 500 militaires et capacités opérationnelles nécessaires au début du déploiement

 

Une décision officielle de lancement mercredi coïnciderait avec la tenue à Bruxelles d’un mini-sommmet sur la Centrafrique qui doit réunir sous la houlette de la France, de l’UE et de l’Union Africaine une trentaine de pays, européens et africains pour tenter de stopper les tueries et jeter les bases de reconstruction d’un État.

 

Mme Ashton, s’était alarmée jeudi de « l’escalade de la violence » ces derniers jours dans ce pays africain, appelant la communauté internationale à « agir rapidement ».

 

Depuis, au moins 20 personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’une attaque contre une veillée funèbre chrétienne à Bangui, confrontée à une recrudescence des violences entre groupes armés.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:40
Crimée: réunion Kerry-Lavrov dimanche à Paris

 

29/03/2014 – JDD

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry rencontrera le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dimanche à Paris pour des discussions sur la crise ukrainienne, a annoncé samedi à Shannon, en Irlande, le département d'Etat.

 

"La rencontre a lieu à Paris demain soir", a déclaré aux journalistes la porte-parole du département d'Etat, Jen Psaki, lors d'une escale technique de l'avion de John Kerry. Elle avait annoncé peu auparavant que John Kerry, dans un changement de programme de dernière minute, était en route pour Paris en vue d'un éventuel entretien sur la crise ukrainienne avec Sergueï Lavrov.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:40
Ukraine: Moscou dénonce les accords sur la Flotte de la mer Noire

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Moscou a notifié à Kiev son intention de dénoncer les accords bilatéraux portant notamment sur le partage de la Flotte de la mer Noire entre la Russie et l'Ukraine, ainsi que sur les conditions de déploiement de la Flotte russe en Crimée, indique un communiqué de la diplomatie russe diffusé vendredi.

 

"Le 28 mars, le ministère russe des Affaires étrangères a adressé une note à l'ambassade d'Ukraine dans laquelle il a informé cette dernière de l'intention de la Fédération de Russie de mettre un terme à l'accord entre la Russie et l'Ukraine sur les paramètres de partage de la Flotte de la mer Noire, à l'accord entre la Russie et l'Ukraine sur le statut et les conditions de déploiement de la Flotte russe de la mer Noire sur le territoire de l'Ukraine, à l'accord entre les gouvernements russe et ukrainien sur les règlements réciproques relatifs au partage de la Flotte de la mer Noire et à sa présence sur le territoire de l'Ukraine […] ainsi qu'à l'accord entre la Russie et l'Ukraine sur la présence de la Flotte russe de la mer Noire sur le territoire ukrainien", lit-on dans le communiqué.

 

Le document souligne également que la Russie est prête à restituer à l'Ukraine le matériel de guerre resté en Crimée après le départ des troupes ukrainiennes.

 

Selon le ministère russe de la Défense, Moscou remettra notamment à Kiev environ 350 blindés et véhicules militaires se trouvant sur la péninsule.

 

Peuplée en majorité de russophones, la Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine au terme du référendum tenu le 16 mars. Le 18 mars, la Russie et la Crimée ont signé le traité sur le rattachement de la péninsule à la Fédération de Russie.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:40
Flotte de la mer Noire russe photo Vasily Batanov

Flotte de la mer Noire russe photo Vasily Batanov

 

28 mars 2014 rusnavyintelligence.com

 

Au cours du référendum organisé le 16 mars dernier en Crimée, près de 96% des votants se sont exprimés en faveur du rattachement de la péninsule à la Fédération de Russie. Au-delà des débats qui entourent les circonstances dans lesquelles est intervenu ce vote, le retour de jure de la Crimée dans le giron de la Russie change la donne maritime russe en mer Noire.

 

Conséquence du résultat du référendum, le rattachement de la péninsule de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie a été officiellement signé le 18 mars 2014 à Moscou par le présient Vladimir Poutine.

 

L'accroissement de la puissance maritime russe en mer Noire

 

Le rattachement de jure change la donne maritime pour la Russie en mer Noire :

 

  • La Russie devient l'Etat pontique qui possède le plus long littoral en mer Noire.
  • La Russie retrouve la pleine jouissance du meilleur port pontique, Sébastopol, et de sa base navale. Le site de Sébastopol, qui dispose de 8 baies en eau profonde, est incomparablement meilleur à celui de Novorossisk où une base navale est en cours de construction.
  • La mer d'Azov devient virtuellement une mer intérieure russe, tandis que la Russie contrôle désormais les deux rives du détroit de Kertch.
  • La Russie récupère une partie du plateau continental ukrainien. Le gisement gazier et pétrolier de Pallas situé en mer Noire au large du détroit de Kertch devient russe.

La possession du littoral constitue un des paramètres qui définissent une puissance maritime, surtout dans une mer fermée comme le bassin pontique. En ce sens, le rattachement de la Crimée accroit sensiblement la puissance maritime russe en mer Noire.

 

La fin des forces navales ukrainiennes

 

Avant la crise criméenne, la péninsule était déjà de facto sous le contrôle militaire de la Russie dont les forces armées déployées sur place surpassaient quantitativement et qualitativement les forces ukrainiennes. Compte tenu de la forte militarisation de la Crimée, le fait que l'intervention russe se soit déroulée sans combats meurtriers témoigne du dégré de préparation de cette opération et de la maîtrise des évènement par les forces russes et pro-russes.

 

Au cours des jours qui ont vu se dérouler les évènements ayant abouti au rattachement de la Crimée à la Russie, un certain nombre de bâtiments ukrainiens ont été récupérés par les Russes, ou sont passés à la Russie du fait du ralliement de leur équipage à la Russie. Les forces russes ayant saisi l'intégralité des 193 installations et sites militaires ex ukrainiens en Crimée le 26 mars dernier, un premier bilan peut donc être dressé.

Il convient de rappeler dans un premier temps que 12 000 des 15 450 hommes qui servaient la marine ukrainienne étaient déployés en Crimée. Avant la crise, les forces navales ukrainiennes étaient composées de 17 principaux bâtiments (1 frégate, des corvettes, et 1 sous-marins). Au 26 mars, la marine ukrainienne a perdu 12 de ces 17 unités au profit des forces navales russes.

 

Voici la liste des bâtiments récupérés par la Russie :

  • Le sous-marin classique U-01 Zaporojhie, devenu le B-435, est désormais rattaché à la 247e division des sous-marins basée à Sébastopol. Ce sous-marin avait été refité par la Russie il y a deux ans. Sa valeur opérationnelle est pratiquement nulle.
  • Le navire de commandement Slavutich
  • Le grand navire de débarquement Konstantin Olchansky
  • Le navire moyen de débarquement Kirovograd
  • Les corvettes Lutsk, Vinnitsa, Khmelnitsky, Ternopol
  • Les corvettes lance-missiles Priluki et Pridnieprovie
  • Les remorqueurs Tchernigov, Guenitchesk et Tcherkassy
  • 38 autres bâtiments de soutien.

 

La marine ukrainienne ne dispose aujourd'hui plus que de la base navale d'Odessa, et des navires suivants :

  • La frégate Hetman Saihadatchny
  • 6 corvette
  • 3 bâtiments de soutien, dont aucun remorqueur

Cette "marine" et en charde du littoral situé entre la frontière avec la Roumanie (ville de Sulina) et celle avec la Crimée.

L'aviation navale ukrainienne basée à terre a réussi à évacuer la base de Saki avant sa prise de contrôle par les Russes. Il en va autrement de certain systèmes d'armements (S-300, Buk-M1) probablement laissés par les Ukrainiens.

L'avenir de la marine ukrainienne est très incertain : elle a perdu ses principales infrastructures navales et ses principales unités.

 

Toutefois, la récupération des unités navales ex ukrainiennes par la flotte russe de la mer Noire ne va pas accroître la puissance de cette dernière. Si la flotte russe de la mer Noire est aujourd'hui une formation obsolète, l'ex flotte ukrainienne l'était encore plus. Les bâtiments récupérés par les Russes seront probablement canibalisés pour entretenir les unités russes en attendant l'admission au service actif de nouvelles unités prévues dans le cadre du programme d'armement 2011-2020.

 

Il s'agit bien là d'une conséquence plus importante pour la marine russe que la récupération des unités ukrainiennes. Désormais, la Russie pourra verser de nouvelles unités, déployer de nouveaux systèmes d'armement et moderniser les infrastructures sébastopolitaines sans avoir à demander sa permission à Kiev. La Russie a d'ailleurs annoncé ce jour qu'elle dénonçait une série d'accords passés avec Kiev, dont l'accord de 1997 sur le partage de la flotte ex soviétique de la mer Noire. L'armée russe a par ailleurs déployé dès le 9 mars une batterie côtière Bastion à Sébastopol, et a annoncé qu'elle entendait baser des bombardiers stratégiques Tu-22M3 en Crimée. Toutes ces mesures auraient été impossibles auparavant compte tenu des restrictions imposées aux forces russes en Crimée par les accords russo-ukrainiens (1997 et 2010).

 

Conclusion

 

Plus que sa puissance navale, c'est surtout la puissance maritime russe qui s'est accrue en mer Noire au lendemain du rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie. En revanche, le potentiel naval russe s'accroit considérablement dans la mesure où la modernisation des infrastructures navales de Sébastopol et la possibilité de pouvoir déployer de nouvelles unités sans aucune contraintes n'entravent plus le développement des forces navales russes dans le bassin pontique.

 

Sources : site officiel de la marine ukrainienne, site officiel de la flotte de la mer Noire, Ria Novosti, IHS Jane's 360.

 

Pour aller plus loin :

L'accord Poutine-Yanoukovitch et la flotte russe de la mer Noire

L'Ukraine retrouve l'usage de son unique sous-marin.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:35
U.S. Commander Worried About Lack Of Amphibious Capability In The Pacific

 

March 26, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

The Stars and Stripes is reporting that the top U.S. commander in the Pacific region is claiming that the U.S. Navy and Marines do not have enough assets to carry out a contested amphibious operation in the Pacific if a crisis arises.

 

More from Stars and Stripes:

As the war in Afghanistan winds down, Marine Corps leaders want the service to return to its roots of being a force that can attack enemies from the sea, as the Marines did frequently during World War II. But Adm. Samuel Locklear III, commander of U.S. Pacific Command, told the Senate Armed Services Committee that the capability does not presently exist in his area of responsibility.

“We have had a good return of our Marines back to the Asia-Pacific, particularly as the activities in the Middle East wind down in Afghanistan … But the reality is, is that to get Marines around effectively, they require all types of lift. They require the big amphibious ships, but they also require connectors (meaning landing craft landing craft and other amphibious vehicles). The lift is the enabler that makes that happen, so we wouldn’t be able to [successfully carry out a contested amphibious assault without additional resources].”

His remarks come at a time when there are growing concerns in Japan and elsewhere that China might try occupy the Senkaku Islands in the East China Sea. The islands are under Japanese administrative control, but China has claimed sovereignty over them.

 

Full story here

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:35
Séoul, Tokyo et Washington reprendront leurs pourparlers sur la défense à la mi-avril

 

2014-03-28 xinhua

 

Trois délégations d'officiels haut gradés des armées sud-coréenne, japonaise et américaine tiendront des pourparlers à Washington le mois prochain pour discuter de la coordination de la défense contre les menaces nucléaires et de lancements de missiles émanant de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

 

Le colonel Wi Wong-seop, vice-porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense, a annoncé lors d'un point de presse que le sixième cycle de pourparlers trilatéraux sur la défense entre les trois alliés, d'une durée de deux jours allait démarrer le 17 avril à Washington.

 

M. Wi a indiqué que pendant le dialogue annuel sur la coopération sécuritaire, les délégations des trois alliés allaient discuter de la façon de coopérer face aux menaces nucléaires et de lancements de missiles émanant de la RPDC, ainsi que face à des menaces non-militaires comme les opérations humanitaires ou post-catastrophes.

 

Le dialogue de défense a été enclenché en 2008 pour permettre aux trois nations de se coordonner  sur les questions de sécurité.

 

Le sixième cycle de pourparlers fait suite au sommet trilatéral entre la présidente sud-coréenne Park Geun-hye et le Premier ministre japonais Shinzo Abe sous l'arbitrage du président américain Barack Obama.

 

Pendant ce sommet qui s'est tenu en marge du Sommet sur la sécurité nucléaire cette semaine aux Pays-Bas, les trois chefs d'Etat se sont mis d'accord pour organiser des pourparlers tripartites entre leurs plus hauts émissaires sur les questions nucléaires qui avaient représenté les pourparlers à six suspendus depuis longtemps, en insistant sur le besoin de tenir un dialogue sur la défense entre hauts officiels.

 

La péninsule coréenne a connu une escalade des tensions depuis que la RPDC a lancé mercredi matin deux missiles à longue portée, vraisemblablement des Rodong capables de transporter des ogives nucléaires.

 

Ces missiles, qui ont parcouru une distance de 650 kilomètres, ont fini leur course dans les eaux qui font partie de la zone d'identification japonaise de défense aérienne. Il s'agissait du premier lancement de ce type de missiles depuis environ 5 ans, et du premier lancement depuis des lanceurs mobiles.

 

La RPDC avait auparavant orchestré une série de tirs de missiles à courte portée et d'obus au cours des dernières semaines, ce qui semblerait être une réaction aux exercices militaires annuels conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories